Version classiqueVersion mobile

Missions, vocations, dévotions

 | 
Bernard Dompnier

Les communautés de réguliers. Capucins et visitandines

Les visitandines et l’objet support de dévotion (xviie et xviiie siècles)

Note de l’éditeur

Article publié dans Regards sur le patrimoine des congrégations religieuses, Arles, Actes Sud, 2012, p. 69-83.

Texte intégral

1Les Responses de nostre très-honorée et digne Mère, recueil de commentaires de Jeanne de Chantal sur les constitutions et le coutumier de l’ordre, rapportent notamment le sentiment de la fondatrice sur la décoration des églises :

  • 1 Responses de nostre très-honorée et digne Mère Jeanne Françoise de Frémiot, Paris, 1665, p. 149-150

Il se fait aussi de grandes et inutiles dépenses pour les Paradis. Pour renouveller les inventions, il faut des matières et des formes nouvelles, qui coustent beaucoup, dont la sainte pauvreté est bien souvent fort intéressée, et qui pis est, la sainte humilité, voulant sur-exceller les autres ; et l’esprit de dévotion se dissipe encore parmy tous ce tracas. Ce n’est pas que je vueille condamner les petites inventions que l’on peut avoir pour la propreté ; mais ces grands tabernacles, ces voutes, ces fontaines, ces rochers de mousse, et semblables artifices, qui ne sont nullement propres à celles de nostre condition, et qui servent plûtost d’amusement au peuple que d’édification, je voudrois qu’on ne les employast point1.

2Dans cette mise en garde contre les excès de la mise en spectacle de la dévotion, Jeanne de Chantal insiste fortement sur leur incompatibilité avec les règles et l’esprit de la Visitation. L’ordre, qui prend son essor dans les mêmes décennies que l’art baroque, semblerait donc résister au goût de son temps pour l’exubérance croissante du décor religieux. Plus précisément, comme l’indique la phrase suivante du texte, la fondatrice réprouve un glissement qui s’est opéré au cours des premières décennies d’existence des communautés : « Je trouve si belles nos premières façons qui estoient simples et propres. » Fondamentalement, sa position est guidée par une double préoccupation. Attentive à un respect scrupuleux de la règle de pauvreté, elle veut aussi que les monastères offrent des conditions propices à l’expression de la dévotion, qu’elle juge menacée par une dissipation dans la réalisation de décors :

  • 2 Ibid., p. 150.

Croyez-moy que Dieu agréera davantage nostre quiétude auprès de luy, et de nous voir libres d’esprit et de corps, pour nous appliquer à nos exercices ordinaires, que ces grandes sollicitudes et pertes de temps que l’on employe à cela2.

3L’abondance et la somptuosité des objets de culte qui relèvent aujourd’hui du patrimoine artistique légué par la Visitation laissent volontiers penser que Jeanne de Chantal n’a guère été entendue par ses sœurs. Toutefois, même si l’histoire a tranché dans un sens qui n’est pas celui souhaité par la fondatrice, les collections issues des monastères ne peuvent être parfaitement comprises sans référence à l’identité spirituelle de la Visitation telle que définie par les textes primitifs. Ces écrits incitent aussi à tenir le culte public et la dévotion privée pour deux registres qui, obéissant chacun à une réglementation spécifique, évoluent de manière différenciée dans leur rapport aux supports matériels de la piété et méritent donc une étude différenciée.

La piété visitandine. Des traits spécifiques

  • 3 Ibid., p. 53.
  • 4 Constitutions pour les seurs religieuses de la Visitation, dans Œuvres de saint François de Sales, (...)

4Dans le texte déjà cité, Jeanne de Chantal évoque des pratiques qu’elle juge ne pas « être propres à celles de nostre condition », c’est-à-dire – en d’autres termes – incompatibles avec les traits qui définissent l’identité de la Visitation dans l’univers des ordres féminins. La fondation de François de Sales et Jeanne de Chantal, dès sa naissance en 1610 à Annecy, se singularise par une forte distance avec le modèle alors dominant dans le cadre de la Réforme catholique, celui d’ordres imposant à leurs membres une grande austérité de vie, comme le fait le Carmel thérésien, qui pénètre en France au moment de l’expansion de la Visitation. Le renforcement de la clôture dans les Constitutions définitives de 1618, s’il met un terme à l’activité de visite des malades, ne modifie sensiblement ni l’esprit de l’institut, ni même ses règles de vie, puisque les sorties des moniales étaient étroitement limitées et réglementées dès l’origine. Jeanne de Chantal présente même la clôture stricte comme un moyen de compenser la modération de la règle, insistant sur la nécessité qu’elle soit « inviolablement gardée pour plusieurs bonnes raisons, mais spécialement qu’ayant peu d’austéritez de corps, nous devions garder avec une exacte rigueur celle de la sainte closture3 ». L’originalité de la Visitation réside donc dans une austérité tempérée, qui offre l’accès à la vie monastique à des femmes de santé fragile, ou âgées ou encore peu attirées par les grandes mortifications corporelles. Les Constitutions revendiquent d’ailleurs explicitement ce choix, stipulant que « cette congrégation a esté érigée en sorte que nulle grande aspreté ne puisse divertir les foibles et infirmes de s’y ranger, pour y vaquer à la perfection du divin amour4 ». En conséquence de ce choix de modération pour le régime de vie, les supérieures se font attentives aux besoins et aux nécessités de chacune des sœurs, invitées à leur tour à faire preuve de prévenance entre elles. Les monastères de la Visitation cultivent en leur sein les valeurs de civilité, de bienséance et – notion centrale dans les rapports entre sœurs – de « cordialité ».

  • 5 Constitutions, p. 60. Sur l’origine de cet usage, Mère Marie-Adrienne Fichet, Histoire de la Galeri (...)

5En contrepoint, c’est sur le renoncement au siècle et le détachement des biens que portent les exigences les plus fortes. La clôture est conçue comme symbolique d’une rupture profonde avec le monde, qui se traduit par exemple dans les règles sur l’usage des parloirs, ou encore dans celles relatives aux ouvrages réalisés pour l’extérieur : chaque sœur ignore le destinataire de son travail, et chaque commanditaire l’identité de la sœur qui l’effectue ; de plus, aucun délai ne peut être imposé pour la réalisation d’un travail : le rythme adopté est celui du cloître, non celui du monde ; enfin, dans la même ligne, les monastères refusent de se charger d’ouvrages destinés à la « vanité ». Fondamentalement, le détachement des biens s’exprime principalement à travers la valorisation de trois principes de la vie monastique : la pauvreté collective, l’absence de propriété particulière, l’abnégation totale. La pauvreté collective est surtout sensible dans la vie quotidienne : simplicité du mobilier et des ustensiles (seules les cuillers peuvent être en argent), grossièreté des étoffes employées pour les vêtements, qui doivent refléter le « mespris du monde ». Plus originale sans doute est la mise en œuvre du rejet de la propriété individuelle : pour que la dépossession soit totale, non seulement chaque moniale reçoit linges et objets selon sa « nécessité », sans rien avoir en propre, mais tous les biens d’usage sont redistribués annuellement, en même temps que les chambres, de manière à éviter toute forme d’attachement : « Ni les chambres, ni les lictz, ni mesme les médailles, croix, chapeletz, images ne demeureront point tous-jours aux mesmes seurs ; ains seront changées toutes ces choses entre les seurs au bout de chasque année, lors que l’on tire les billetz des saintz5. » L’abnégation de soi, enfin, constitue le corollaire des égards constants dont les sœurs font preuve entre elles ; chacune accepte les faiblesses des autres et conserve une attitude d’humilité ; bien plus, les initiatives personnelles sont bannies et les moniales s’en remettent entièrement à leur supérieure en tous domaines, qu’il s’agisse des austérités auxquelles elles pourraient aspirer, des adoucissements qui leur semblent nécessaires ou encore des dévotions auxquelles elles se sentent portées.

6La vie de piété des visitandines est en effet strictement contrôlée. En ce domaine aussi, l’obéissance doit primer et les singularités sont bannies. Ainsi, l’échange des médailles, croix, chapelets et images, prévu à l’occasion des changements de chambre, est d’abord destiné à contrer tout attachement à ces objets ; mais il traduit aussi le rejet d’une piété placée sous le sceau des sentiments, voire des émotions individuelles. Dans l’affirmation de la singularité dévotionnelle, qui témoigne d’une insuffisante humilité et d’une désappropriation trop relative, Jeanne de Chantal décèle aussi un éloignement du seul amour légitime, celui de Dieu :

  • 6 Responses, p. 147.

Cela seroit bien indigne, qu’après avoir quitté nos parens, et toutes les choses du siècle, nous nous attachassions à une image, à un chappelet, à une robe, et à je ne sçay quoy […] Soyons attentives à cecy, et tenons nos affections détachées et nues de tout ce quy n’est point de Dieu6.

  • 7 Étienne Catta, La Vie d’un monastère sous l’Ancien Régime. La Visitation Sainte-Marie de Nantes (16 (...)

7La réticence que manifeste la fondatrice de la Visitation devant les décors extraordinaires, notamment ceux des reposoirs ou « paradis », s’inscrit sur cette toile de fond. Ce n’est pas la dévotion qu’ils excitent, mais la curiosité, c’est-à-dire un sursaut d’orgueil d’un moi mondain mal dominé. La fidélité à ces principes fondateurs se retrouve, au fil des notices nécrologiques de moniales, dans le récit d’épisodes de leur vie présentés comme autant d’exempla invitant à la fidélité à la règle. Ainsi est-il rapporté d’une humble sœur domestique de Nantes que, pendant de nombreuses années, au moment où la communauté se pressait à la grille du chœur pour admirer le reposoir du Jeudi-Saint, elle s’imposait de ne pas regarder le tableau qui y était placé, refusant ainsi la confusion entre le Saint-Sacrement et les artefacts humains qui, destinés à l’honorer, en détournaient en réalité l’attention7.

8Toutefois, si les principes généraux sont clairs et s’il se trouve durablement des religieuses pour les respecter scrupuleusement, telle celle qui vient d’être évoquée, le rapport entretenu avec l’objet support de la piété est singulièrement plus complexe dans l’histoire de la Visitation pour deux raisons au moins : les pratiques présentent de fortes différences selon qu’elles appartiennent au registre du culte liturgique ou de la dévotion privée ; des inflexions fortes se produisent au fil du temps, d’où une nécessaire attention à la chronologie, même si la difficulté de dater certains des objets en usage dans les monastères complique singulièrement la tâche.

Décoration des églises et splendeur du culte

  • 8 Constitutions, p. 61.

9Dès les Constitutions, les églises des monastères sont explicitement soustraites à la règle générale de pauvreté des bâtiments, car le culte divin ne peut se satisfaire d’un décor médiocre : « On excepte toutefois l’autel et l’église, où les meubles pourront estre riches et praetieux, selon qu’ilz se pourront sainctement avoir, pour l’honneur et gloire de Dieu qui y réside en une façon très spéciale et admirable8. »

Ill. 1 Monstrance au buste de saint François de Sales

© Musée de la Visitation - Moulins

Ill. 2 – Parement de perles de la béatification de François de Sales

© Musée de la Visitation - Moulins

Ill. 3 Image de dévotion à sainte Christine

© Musée de la Visitation - Moulins

  • 9 Marie-Ange. Duvignacq-Glessgen, L’Ordre de la Visitation à Paris aux xviie et xviiie siècles, Paris (...)
  • 10 Voir les collections du Musée de la Visitation de Moulins et les catalogues de ses expositions.

10Cela explique que, dès les premières décennies de l’ordre, les églises soient embellies de manière notable par des tableaux, des retables, des fresques, la décoration s’enrichissant ensuite au fil des années. Les monastères parisiens, en particulier, sont destinataires de toiles pourvues des meilleures signatures9. Les cérémonies qui se déroulent dans ces églises bénéficient en outre d’une riche paramentique dont portent témoignage les nombreuses pièces conservées10. De même, les églises sont aussi pourvues de nombreuses pièces d’orfèvrerie, [ill. 1], parmi lesquelles de précieux reliquaires. Toutefois, les fragments de corps saints que reçoivent les monastères semblent trop nombreux pour tous prendre place dans des écrins de grand prix, et certaines reliques de petite taille sont parfois conservées dans des réceptacles fabriqués par les sœurs elles-mêmes, à partir de matériaux courants certes mais avec un soin infini, tels ces nombreux tableaux et boîtes de papier roulé. Parfois, surtout lorsqu’est possédé un corps entier, les reliques sont au cœur de cérémonies solennelles pour la fête du saint, qui permettent de renforcer le rôle du couvent comme centre de dévotion urbain.

  • 11 Histoire de la Galerie, dans Œuvres de saint François de Sales, t. XXV, p. 105, note.

11Selon un usage qui tend à se développer au xviie siècle, les plus grandes fêtes s’accompagnent dans les églises de la mise en place de décors temporaires. Pour la Fête-Dieu en particulier, la coutume est de construire des reposoirs, que les visitandines appellent le plus couramment des « paradis », manière de dire la quête de somptuosité du cadre dans lequel doit être exposé le Saint-Sacrement. Ce sont ces décors temporaires qui, dans les débuts de l’ordre, suscitent les plus vives critiques. La sœur Fichet rapporte ainsi dans l’Histoire de la Galerie, récit des premières années du monastère originel, les réserves exprimées par François de Sales en personne un jour où les sœurs avaient décoré leur reposoir d’angelots de tissu suspendus à des fils et voletant au gré du vent autour de l’hostie. Il « avait remarqué qu’on s’étoit amusé à admirer les petits anges de notre paradis, au lieu d’adorer le Dieu des anges et le Sauveur des hommes ». Aussitôt, il inséra dans les constitutions, encore manuscrites à cette date, un nouveau paragraphe : « On ne fera point de poupées en toute la maison et moins en mettra-t-on sur l’autel, ni pour représenter Notre Seigneur, ni Nostre Dame, ni les anges, ni choses quelconques ; ains on aura des images bien faites et appreuvées par le Père spirituel11. » Cette réaction témoigne d’un refus des curiosités et de la curiosité dans ce qui touche à la piété, réaction tout à fait conforme à l’exigence tridentine de décence du culte. Mais l’attitude de François de Sales exprime aussi sa défiance à l’égard du tour exagérément affectif que pourrait prendre une dévotion qui s’attacherait trop à de petits objets. Tout le culte doit donc conserver une sobre dignité, ce que confirme la réglementation qui encadre de manière très limitative l’usage de la musique.

  • 12 Mère Françoise-Madeleine de Chaugy, Mémoires sur la vie et les vertus de sainte Jeanne-Françoise Fr (...)
  • 13 Constitutions, p. 61.

12Les réticences et les mises en garde des origines semblent assez vite disparaître après la mort de la Mère de Chantal, comme en portent témoignage l’abondance et la richesse des « trésors » liés à la décoration des églises et à la célébration du culte qui nous sont parvenus. Tout au plus peut-on observer que le patrimoine légué par les visitandines compte moins de « poupées » que celui d’autres ordres, du moins à l’époque moderne, sans doute par fidélité aux interdictions du fondateur. On en rencontre toutefois dans les crèches confectionnées pour Noël. Jeanne de Chantal elle-même enveloppait parfois l’enfant qui y était placé, et la Petite Coutume autorisait explicitement la confection de crèches dans les noviciats12. D’une manière générale, l’écrin du culte s’embellit donc de manière croissante, sous l’effet conjugué de divers facteurs. Le premier pourrait être qualifié de structurel puisqu’il s’agit du statut d’exception que les Constitutions accordent à l’église par rapport à la règle générale de pauvreté des lieux. Parce que seul le sanctuaire peut recevoir des œuvres et des objets de valeur, tous les dons notables y aboutissent directement ou indirectement. Un article des Constitutions illustre parfaitement ce phénomène de concentration des richesses dans les églises : lorsqu’une moniale apporte avec elle un meuble précieux lors de son entrée en religion, si celui-ci ne convient pas à l’église, il est vendu et le produit de la transaction est employé à l’acquisition d’un « meuble ecclésiastique », notion large qui englobe tout ce qui peut contribuer à embellir le lieu de culte13.

  • 14 Voir notamment Roger Devos, Vie religieuse féminine et société. Les visitandines d’Annecy aux xviie(...)

13Un deuxième facteur explicatif de la richesse des églises est d’ordre social. Les catégories dans lesquelles l’ordre recrute et, plus largement, les milieux sociaux avec lesquels il entretient des relations privilégiées (fondateurs, protecteurs) correspondent aux élites urbaines, nobiliaires ou roturières14. Familles et amis des visitandines, selon une tradition de patronage réactivée par la Réforme catholique, font en diverses occasions des présents aux monastères, notamment lors des cérémonies de vêture et de profession ou à l’occasion de fêtes extraordinaires. Ce phénomène est amplifié par la pratique de l’accueil de femmes de la haute société pour des retraites plus ou moins durables ; en remerciement, celles-ci lèguent aux monastères divers cadeaux de prix et, souvent, tout ou partie de leur mobilier ainsi que des parures qui, retaillées, enrichissent la paramentique.

14Une troisième explication de l’enrichissement des églises est à rechercher dans la vie des monastères. Les sœurs consacrent une fraction de leur horaire quotidien à des « ouvrages », principalement des travaux d’aiguille. Si une partie de cette production sort du cloître car elle correspond à des commandes ou sert à honorer des amis, une autre demeure sur place, destinée tout naturellement à la décoration du sanctuaire. La qualité des broderies et autres travaux tient évidemment aux compétences acquises par de nombreuses sœurs, mais elle doit aussi beaucoup aux conditions de leur réalisation. Tout d’abord, la notion de productivité est complétement étrangère au rythme du cloître ; le temps n’est pas compté, seule importe la qualité, d’où des confections minutieuses et raffinées qui nécessitent des mois, voire des années pour être achevées. D’autre part, l’ouvrage est une activité communautaire, qui accompagne la méditation et les exercices spirituels ; en un sens, il est lui-même prière, ce qui explique le soin apporté à la réalisation des pièces destinées au culte.

  • 15 Cette histoire est retracée dans Marie-Patricia Burns, Françoise-Madeleine de Chaugy. Dans l’ombre (...)

15Il faut encore tenir compte du contexte religieux et culturel pour comprendre l’embellissement progressif des églises. Après le concile de Trente, qui a fortement insisté sur la décence et la dignité que requiert l’action liturgique, les cérémonies et leur décor s’installent progressivement dans le faste et la solennité du baroque. La Visitation, en dépit de ses réserves initiales, ne peut rester à l’écart d’un mouvement qui imprègne tout le catholicisme, au point de lui sembler consubstantiel pour les hommes des xviie et xviiie siècles. Le phénomène est encore renforcé par l’émulation, voire la compétition, qui existe entre lieux de culte, surtout dans les villes les plus importantes où les monastères et les églises sont nombreux. En lien avec ce facteur, il faut en ajouter un dernier, plus conjoncturel et particulier, le rôle d’accélérateur que jouent les cérémonies de béatification et de canonisation des fondateurs de l’ordre. Toutes les familles religieuses ont à cœur de faire porter sur les autels les personnages qui leur ont donné naissance ; c’est à la fois une forme de légitimation et une source de prestige. La Visitation n’échappe pas à cette règle. Non sans difficultés, la reconnaissance de la sainteté de François de Sales est obtenue assez rapidement (béatification en 1662, canonisation en 1665)15 ; celle de Jeanne de Chantal est plus tardive, puisqu’elle ne survient qu’au milieu du xviiie siècle (1751 et 1767). Chacun de ces événements donne lieu à de somptueuses solennités pour lesquelles, une nouvelle fois, la Visitation se conforme au modèle des autres ordres, inauguré par la Compagnie de Jésus lors des canonisations d’Ignace de Loyola et de François Xavier en 1622. À chaque fois, le monastère occupe pendant plusieurs jours le devant de la scène urbaine avec des décorations extérieures et intérieures de ses églises, faisant parfois appel aux maîtres des apparats éphémères ; des processions solennelles convergent vers les églises des monastères, où se déroulent de brillantes cérémonies en présence d’un nombreux clergé. Pour ces occasions, les communautés s’emploient des mois, voire des années, à l’avance pour donner de l’éclat aux offices alors célébrés ; des parements d’autels [ill. 2] et des vêtements liturgiques somptueux sont réalisés, des pièces d’orfèvrerie particulièrement précieuses sont acquises. Ces diverses solennités ont assurément contribué puissamment à une acclimatation du faste cérémoniel à la Visitation, d’autant que la fête du saint offre ensuite annuellement l’occasion d’une réitération des démonstrations cultuelles en son

honneur.

Un usage limité des objets de la dévotion privée

16Par rapport à l’exubérance du culte liturgique, qui s’accompagne de la constitution d’un patrimoine abondant d’objets cultuels, dont la richesse va croissant, la dévotion privée semble demeurer très en retrait ; ici les supports matériels semblent moins nombreux et de plus médiocre facture, l’impression étant accrue par le fait que ces caractères ont aussi contribué à une moindre conservation des objets relevant de cette catégorie.

  • 16 Coustumier et Directoire, p. 140-141 ; Petite Coutume de ce monastère, p. 120.
  • 17 Mère Françoise-Madeleine de Chaugy, op. cit., p. 416.
  • 18 Marilyn Masse, Pratiques de piété et dévotions des visitandines aux xviie et xviiie siècles, 1997, (...)

17Même si, bien évidemment, la moniale peut prier partout, il existe à l’intérieur de la clôture des lieux qui offrent un cadre privilégié à l’expression de sa piété et où la présence de divers objets marque cette fonction. Le lieu qui se distingue entre tous est la chambre, où se trouve un crucifix, mais aussi « cinq ou six images dévotes » selon le Directoire ; au-dessus de la porte est apposée une image de l’ange gardien à l’extérieur, une autre de François de Sales à l’intérieur16. Dans les corridors, dont les murs sont ornés de sentences, des tableaux et des images alternent avec celles-ci ; parfois, les extrémités des couloirs sont aussi décorées de peintures. Parmi les autres espaces dont le décor doit favoriser le recueillement, prend également place l’avant-chœur, antichambre de la partie monastique de l’église, où les sœurs s’arrêtent avant d’entrer à l’office et où sont disposés de petits autels. La salle du chapitre, de manière peut-être plus surprenante, est aussi considérée comme un lieu de la dévotion privée, comme le montrent les textes qui rapportent que Jeanne de Chantal allait tous les jours prier devant l’image de saint Joseph qui s’y trouvait17. Mais, avec les chambres, ce sont incontestablement les oratoires, situés dans le monastère ou son enclos, qui accueillent le plus souvent les sœurs pour leurs exercices particuliers de piété. Leur nombre est difficile à connaître, de même que leurs titulatures. L’élément le plus certain est l’omniprésence des oratoires dédiés à la Vierge qui, par exemple, sont une dizaine dans le second monastère parisien en 170618. Ces oratoires semblent les lieux privilégiés d’expression de la piété personnelle des sœurs. Le soin que chacune d’elles peut apporter à leur entretien est tenu pour légitime puisqu’il ne s’agit pas d’un espace privé, condition nécessaire pour écarter le reproche d’une forme d’appropriation ; en même temps, à la différence de l’église, l’oratoire n’est pas soumis à une réglementation stricte et permet donc l’expression d’une liberté dévotionnelle, qui se traduit dans la préférence accordée à l’un ou à l’autre, comme dans les pratiques d’ornementation, qui bénéficient des dons faits aux moniales par leurs familles. Bien plus, l’embellissement d’un oratoire permet aux sœurs de promouvoir à l’intérieur de la maison les dévotions auxquelles elles sont personnellement attachées.

  • 19 Mère Françoise-Madeleine de Chaugy, op. cit., p. 420.

18Parmi les divers objets destinés à entretenir ou à favoriser la piété individuelle dans ces espaces de la vie monastique, les images tiennent la première place. Il s’agit la plupart du temps de gravures de faible prix, fixées de manière rudimentaire sur les murs. D’après sa biographie, Jeanne de Chantal ordonna ainsi « que l’on collât » des images de l’Ange gardien sur les portes des chambres19. Quant à la Petite Coutume, le passage qu’elle consacre aux images apposées dans le monastère dit bien qu’il ne s’agit pas d’une décoration recherchée :

  • 20 Petite Coutume, p. 120.

Les images que l’on met, tant aux cellules que dans les offices, allées et autres lieux par le monastère, qu’on les accomode tant qu’il se peut sur des ais ou cartons, afin qu’elles s’en conservent plus long-temps, et aussi pour ne pas gâter les murailles, soit en les colant dessus ou en les attachant avec plusieurs clous20.

19Omniprésente, l’image gravée apparaît bien comme le support principal de la dévotion des visitandines, ce que confirme le fait que, généralement, elles en conservent aussi sur elles. Une telle pratique est d’ailleurs conforme aux intentions de Jeanne de Chantal qui avait songé à demander « à toutes les supérieures de procurer que chacune de leurs filles eût une image de Jésus, Marie, Joseph et une de notre Bienheureux Père, pour la porter toujours sur elles ; car, disait-elle, il me semble qu’il fait si grand bien d’avoir toujours ses bons amis avec soi » ; elle-même tenait d’ailleurs une représentation de la Sainte Famille dans son livre des règles. Les images mentionnées dans les notices nécrologiques des sœurs peuvent être assez diverses, tant du point de vue de leur facture (impressions de qualité médiocre, mais aussi images rehaussées de couleurs, ou encore canivets) que des saints représentés [ill. 3]. Ce dernier aspect ne saurait surprendre puisqu’il est procédé chaque année à une distribution des saints à l’intérieur du monastère. Destinées dans ce cas à garder toujours présente la mémoire de celui dont les vertus doivent guider le comportement, les images peuvent aussi être investies d’un usage apotropaïque ; on trouve ainsi mention de cas de guérison par leur application. Les autres objets de la piété individuelle sont principalement des chapelets, dont la récitation semble assez répandue à la Visitation ; chaque religieuse en a un, qu’elle échange lors des redistributions annuelles. Plus rares sont sans doute les médailles, dont il est surtout fait mention à l’occasion des fêtes de béatification et de canonisation des fondateurs, de même que les Agnus Dei et les reliquaires. Certains de ces derniers, de facture modeste et de petite taille, semblent plus adaptés à la piété personnelle qu’à une exposition publique.

20Une autre catégorie de supports de la dévotion privée est constituée par les livres. À côté de leur usage collectif, par exemple au réfectoire, il existe aussi une pratique de la lecture individuelle, notamment pour nourrir la méditation. Apparemment, le nombre de livres lus par chaque sœur est assez réduit, l’accent étant plutôt mis sur la ruminatio, conformément à la tradition monastique. C’est dans cette même optique que doit être inscrite la coutume assez répandue de la copie de livres de spiritualité, présente à la Visitation comme dans d’autres ordres religieux féminins.

  • 21 La situation est sans doute différente en Italie et, surtout, dans l’espace germanique.
  • 22 Nombreux renseignements dans A. Hamon, Histoire de la dévotion au Sacré Cœur de Jésus, Paris, 1907, (...)

21À la différence du culte public dans les églises, la piété privée des visitandines ne semble pas avoir favorisé une accumulation d’objets précieux, en France pour le moins21. Toutefois, d’un point de vue numérique, les supports matériels se sont aussi multipliés au cours des années, en lien notamment avec la diffusion de nouvelles dévotions. L’exemple du Sacré Cœur constitue à cet égard l’exemple le plus éloquent, en raison de ses spécificités : il s’agit en effet d’une dévotion qui, née à la Visitation à la suite des visions de Marguerite-Marie Alacoque, fait l’objet d’une véritable campagne de promotion, d’abord au sein de l’ordre où elle rencontre au début de fortes résistances, puis à l’intérieur de l’Église pour obtenir une reconnaissance officielle. La documentation conservée montre l’importance que revêt, dans ce contexte, la diffusion d’images gravées, lesquelles jouent de multiples rôles : propagation de la dévotion, mais aussi fixation et circulation d’un type iconographique unique dont peuvent alors s’inspirer les peintres pour implanter le culte dans les églises elles-mêmes22. Bien plus, c’est par l’intermédiaire d’une image gravée, déposée auprès du reliquaire de Jeanne de Chantal au monastère de Moulins, que s’opère l’inscription symbolique du Sacré Cœur dans le patrimoine spirituel de la Visitation. Ainsi, si le livre joue un rôle non négligeable dans la diffusion de la nouvelle dévotion, l’image constitue un moyen privilégié pour la faire progresser et l’imposer dans les communautés.

22En deux siècles, les supports matériels de la piété prennent ainsi une place croissante à la Visitation. Mais la mutation qui s’opère n’est pas seulement un passage de la rareté à l’abondance ; elle correspond aussi à un changement du rapport entretenu avec ces objets, dans un ordre qui, originellement, entretenait une relative défiance à leur égard. D’une certaine manière, l’évolution qui s’observe traduit un relatif alignement de la Visitation sur les autres ordres féminins, qu’il s’agisse du faste de la décoration des églises ou de la richesse de l’orfèvrerie et de la paramentique. Exception faite de la place privilégiée qu’occupent les fondateurs dans l’iconographie, cette démultiplication des objets cultuels s’accompagne d’une perte à peu près complète de leur spécificité, dans leur apparence formelle comme dans leurs thématiques. C’est peut-être dans le champ de la dévotion privée que se maintient le plus fermement une originalité des supports de la piété des visitandines. Mais ceux-ci, moins précieux, sont aussi moins bien conservés. Placards et images ordinaires, chapelets et Agnus Dei, toutes ces infimes sources matérielles de l’histoire des dévotions méritent donc une attention particulière, tant elles sont susceptibles de dire, mieux que le riche patrimoine religieux de la Visitation, si proche de celui de la majorité des ordres féminins, le maintien d’une originalité de la piété des filles de François de Sales et de Jeanne de Chantal.

Notes

1 Responses de nostre très-honorée et digne Mère Jeanne Françoise de Frémiot, Paris, 1665, p. 149-150.

2 Ibid., p. 150.

3 Ibid., p. 53.

4 Constitutions pour les seurs religieuses de la Visitation, dans Œuvres de saint François de Sales, Monastère de la Visitation, Annecy, 1892-1964, t. XXV, p. 51-52.

5 Constitutions, p. 60. Sur l’origine de cet usage, Mère Marie-Adrienne Fichet, Histoire de la Galerie, dans Œuvres de saint François de Sales, t. VI, p. 452.

6 Responses, p. 147.

7 Étienne Catta, La Vie d’un monastère sous l’Ancien Régime. La Visitation Sainte-Marie de Nantes (1630-1792), Paris, 1954, p. 253.

8 Constitutions, p. 61.

9 Marie-Ange. Duvignacq-Glessgen, L’Ordre de la Visitation à Paris aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1994, p. 213-217.

10 Voir les collections du Musée de la Visitation de Moulins et les catalogues de ses expositions.

11 Histoire de la Galerie, dans Œuvres de saint François de Sales, t. XXV, p. 105, note.

12 Mère Françoise-Madeleine de Chaugy, Mémoires sur la vie et les vertus de sainte Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal, Plon, Paris, 1874, p. 399-400 ; Petite Coutume de ce monastère de la Visitation Sainte Marie d’Annessy, Claude Hérissant, Paris, 1748, p. 151.

13 Constitutions, p. 61.

14 Voir notamment Roger Devos, Vie religieuse féminine et société. Les visitandines d’Annecy aux xviie et xviiie siècles, Annecy, 1973.

15 Cette histoire est retracée dans Marie-Patricia Burns, Françoise-Madeleine de Chaugy. Dans l’ombre et la lumière de la canonisation de François de Sales, Annecy, 2002.

16 Coustumier et Directoire, p. 140-141 ; Petite Coutume de ce monastère, p. 120.

17 Mère Françoise-Madeleine de Chaugy, op. cit., p. 416.

18 Marilyn Masse, Pratiques de piété et dévotions des visitandines aux xviie et xviiie siècles, 1997, p. 81-83.

19 Mère Françoise-Madeleine de Chaugy, op. cit., p. 420.

20 Petite Coutume, p. 120.

21 La situation est sans doute différente en Italie et, surtout, dans l’espace germanique.

22 Nombreux renseignements dans A. Hamon, Histoire de la dévotion au Sacré Cœur de Jésus, Paris, 1907, t. 1.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 Monstrance au buste de saint François de Sales
Crédits © Musée de la Visitation - Moulins
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Ill. 2 – Parement de perles de la béatification de François de Sales
Crédits © Musée de la Visitation - Moulins
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Ill. 3 Image de dévotion à sainte Christine
Crédits © Musée de la Visitation - Moulins
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/4017/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search