Version classiqueVersion mobile

Missions, vocations, dévotions

 | 
Bernard Dompnier

Missions et pastorale

L’histoire des controverses à l’époque moderne, une histoire des passions chrétiennes

Note de l’éditeur

Article publié dans Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 148, oct.-déc. 2002, p. 1035-1047.

Texte intégral

  • 1 Émile-G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, t. 2 (L’établissement), Paris, 1961, p. 323.
  • 2 Pierre Chaunu, « La décision royale (?) : un système de la révocation », dans Roger Zuber et Lauren (...)

1Malgré l’abondant matériau de recherche que représentent les milliers de volumes qui relèvent du genre, la controverse interconfessionnelle des xvie et xviie siècles n’a pas constitué une thématique particulièrement cultivée au cours du dernier demi-siècle. Cette situation trouve son explication dans des registres variés. Le climat d’œcuménisme qui s’est imposé entre les Églises a plus ou moins invité à jeter un voile sur les vieilles querelles du passé, un peu comme si leur étude risquait de les raviver. Il ne fait aucun doute que la nature même du corpus documentaire, abondant et redondant, constitué de volumineux ouvrages érudits à l’excès, quand ils ne sont pas émaillés au contraire de grossièretés, a aussi découragé plus d’un chercheur ayant un jour abordé ces rivages. Mais la littérature de polémique confessionnelle a surtout été abandonnée à la poussière des bibliothèques par beaucoup au motif de son absence de pertinence pour la connaissance du christianisme moderne, dans un contexte où s’est largement imposée une historiographie essentiellement tournée vers le « vécu religieux ». E.G. Léonard écrivait déjà que la controverse avait été affaire de « théologiens de métier », manière de dire qu’elle n’avait pas grand lien avec la vie des Églises1 ; P. Chaunu accentue la note en ne voyant en elle que littérature de « langue de bois2 ». La voie s’ouvre alors facilement vers une entière disqualification de cette littérature d’idées, par la mise en cause de la sincérité même des polémistes qui, engagés dans un jeu de nature fondamentalement rhétorique, auraient souvent outrepassé leur pensée.

2Il serait cependant erroné de croire que, malgré ce contexte peu favorable, l’historiographie des controverses interconfessionnelles serait devenue un territoire totalement abandonné ; elle a bénéficié de travaux profondément novateurs. En particulier, l’analyse des modes de démonstration et de preuve régissant les polémiques religieuses a permis de mettre en évidence leur rôle dans la définition de nouveaux protocoles du débat intellectuel comme dans l’avènement de la critique du christianisme. Fondamentalement, c’est l’angle d’approche de la controverse qui a radicalement changé. Les acquis de l’histoire des pratiques culturelles ont constitué de plusieurs points de vue le terreau de ce renouvellement, tandis que l’essor d’une anthropohistoire du politique a permis de reprendre en profondeur la question des significations du débat religieux. La controverse, telle qu’envisagée maintenant peut constituer un terrain privilégié pour une étude des processus de construction des frontières confessionnelles.

Une production culturelle

  • 3 Pour une synthèse présentant les acquis de l’histoire du livre, Roger Chartier et Henri-Jean Martin(...)
  • 4 Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de controverse entre catholiques et protestants en France (...)
  • 5 Sa seule Méthode de controverse connaît 21 éditions entre 1615 et 1637 (Henri-Jean Martin, Livre, p (...)
  • 6 Pour une tentative d’analyse en ce sens, Bernard Dompnier, « Le souvenir des affrontements confessi (...)

3À l’évidence, l’essor remarquable de l’histoire du livre a contribué de manière sensible à une modification de l’angle d’approche de l’histoire des controverses3. Avant même d’être scrutés sous l’angle de leur contenu intellectuel, comme ils l’avaient exclusivement été antérieurement, les livres de polémique ont d’abord été replacés dans leur environnement éditorial. Décrits, comptés, ils ont en quelque sorte retrouvé leur matérialité. Le répertoire que Louis Desgraves a donné pour la littérature de controverse publiée en France sous le régime de l’édit de Nantes, riche de 7 171 entrées, représente l’outil de travail essentiel pour cette nouvelle approche4. En moyenne, il se publiait annuellement 80 titres de controverse au xviie siècle, ce qui dit déjà la place occupée par le genre dans la vie intellectuelle. Le corollaire de l’abondance des titres est la très longue liste d’auteurs qui, incidemment ou plus régulièrement, ont donné dans le genre. Ainsi se dessinent les contours du groupe des controversistes : très peu de laïcs dans les deux camps, des pasteurs d’un côté et des religieux de l’autre ; chez les catholiques, la Compagnie de Jésus occupe les avant-postes, mais les capucins et autres franciscains sont loin d’être absents, souvent dans un registre moins érudit. La controverse est bien affaire de théologiens, même si peu d’entre eux en font leur activité exclusive. Au sein de l’ample groupe des auteurs, les critères purement matériels – tels que le nombre de titres produits par chacun ou le nombre de rééditions d’un même titre – placent parmi les premiers rangs des hommes négligés par l’histoire exclusivement intellectuelle des débats confessionnels. C’est le cas de l’auteur le plus prolixe, François Véron, dont les très nombreux ouvrages sont tenus en piètre estime par les historiens des controverses5. Au-delà de la statistique de la production, il faudrait pouvoir analyser aussi la circulation de la littérature polémique. Mais, en ce domaine, les instruments de mesure ne sont ni nombreux ni précis ; les inventaires de bibliothèques conventuelles dressés en 1790 en constituent un ; malgré son imperfection, il permet de constater la présence récurrente de certains titres dans les fonds6.

  • 7 Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, op. cit., p. 318-323.
  • 8 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, p. 171. Pour l’aspect international de la controvers (...)
  • 9 Ibid., p. 371-372.

4L’intérêt de l’histoire du livre pour la géographie de l’édition ancienne a également rendu les historiens des controverses sensibles à la question des conditions de production des ouvrages. Chaque camp a ses places fortes : surtout Paris, mais également Lyon, Rouen, Bordeaux ou Toulouse pour les catholiques du xviie siècle, tandis que les presses huguenotes sont principalement établies à Sedan, à Charenton, à Quevilly, à Saumur ou à La Rochelle, sans compter les centres étrangers – principalement Genève – qui alimentent abondamment le marché français7. Cette cartographie invite à désenclaver le débat confessionnel français pour le situer dans un contexte européen, ce que suggère aussi la liste des auteurs édités ou fréquemment cités. Bellarmin et Baronius marquent ainsi longuement de leur empreinte les polémiques en France8. Quant au poids des impressions protestantes étrangères, important à toutes les étapes des controverses, du xvie siècle à l’époque du Refuge9, il attire l’attention sur les risques inhérents à la publication d’une littérature de contestation de la religion dominante. Les ouvrages peuvent être condamnés au bûcher, les auteurs et les imprimeurs à la prison ou au bannissement, voire à la mort. Même sous le régime de l’édit, période la plus favorable, l’édition réformée n’est autorisée que dans les localités d’exercice du culte et, par là même, absente de villes importantes, à commencer par Paris, du moins en théorie ; de plus, les poursuites en justice sont toujours possibles, engagées par le clergé ou les milieux dévots, au motif de propos sacrilèges ou contraires à l’ordre public. Si l’on prend en compte les conditions de publication, l’histoire de la controverse est ainsi celle d’un combat inégal, dans lequel le camp huguenot est toujours soumis à un contrôle de ses propos et exposé à la répression, des origines de la Réforme au temps de l’épuisement du débat, même si l’intensité de la menace varie selon les dates.

  • 10 Au cours des trois décennies qui suivent l’édit de Nantes, le volume annuel des publications de con (...)
  • 11 Alfred Rébelliau notait déjà pour cette phase que « la plupart des gens cultivés parmi les laïques (...)
  • 12 Ibid., p. 4-23.
  • 13 Pour la diversité des supports au xvie siècle, on consultera surtout Aspects de la propagande relig (...)
  • 14 Pour le xvie siècle, on peut considérer, à la suite de Francis Higman, que la langue utilisée repré (...)
  • 15 Sur les conférences de controverse, le travail de référence est la thèse d’Émile Kappler, Conférenc (...)

5À travers l’approche de la production éditoriale, c’est encore la chronologie des controverses qui se trouve précisée. Le Répertoire de L. Desgraves dessine une courbe qui révèle les phases de la conjoncture controversiste. Les trente années qui suivent la publication de l’édit de Nantes correspondent à la période de plus forte intensité du débat confessionnel10 ; puis les ardeurs semblent s’émousser11, avant que le volume des publications ne prenne un nouvel essor dans les années 1660, au temps du règne personnel de Louis XIV. Chiffres de la production en main, la courbe qu’avait proposée Alfred Rébelliau se voit assez largement confirmée12. Pour le xvie siècle, les instruments bibliographiques manquent encore pour suivre précisément l’évolution de la production. Mais la tâche est aussi plus complexe pour les élaborer car la polémique religieuse emprunte alors bien d’autres voies que celle du traité : le libelle, voire le placard ou la caricature gravée, sont aussi des supports du débat religieux, bien plus qu’au xviie siècle13. Les recherches sur l’histoire du livre, qui maintenant se donnent volontiers pour objet l’ensemble des imprimés, ont finalement encore ce mérite d’inviter à envisager la controverse comme un genre complexe, dont les délimitations ne sont pas aisées, tant les formes matérielles sous lesquelles peut s’exprimer la polémique confessionnelle sont variées14. À l’intérieur même de la seule catégorie des traités que répertorie L. Desgraves, il existe bien des différences entre ceux qui représentent de véritables sommes théologiques et ceux qui se donnent comme la transcription – généralement partisane – de « conférences15 » ou ceux qui se présentent comme des récits de conversion.

Un laboratoire intellectuel

6Même si, considérés isolément, beaucoup de traités qui relèvent du genre ne contribuent guère à l’enrichissement du débat intellectuel de leur temps, la polémique religieuse, prise dans son ensemble, joue un rôle déterminant en ce domaine. Les plus importants travaux qui lui ont été consacrés l’ont parfaitement mis en évidence.

  • 16 Pierre Bayle écrivait qu’il « reste toujours quelque queue et quelque branche qu’on n’a pas assez é (...)
  • 17 Alfred Rébelliau, Bossuet historien du protestantisme, op. cit., p. 23-32. Cet ouvrage demeure la r (...)
  • 18 Alfred Rébelliau explique la diminution de la place de ce thème dans les débats par le fait que, de (...)
  • 19 Thierry Wanegffelen, Ni Rome, ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, P (...)
  • 20 Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut retenir Michel Peronnet (dir.), La controverse religieuse (...)
  • 21 Solange Deyon, « La querelle des images au xvie siècle », dans La controverse religieuse, t. 2, p.  (...)

7L’analyse du contenu des œuvres, aujourd’hui parfaitement déconfessionnalisée, a depuis longtemps souligné la variété des thèmes qui ont été au cœur des échanges entre les deux confessions16. Toutefois certaines questions ont été abordées de manière privilégiée au cours des polémiques. Depuis les travaux de Rébelliau, datant de plus d’un siècle maintenant, chacun s’accorde ainsi à considérer que le débat a nettement privilégié deux points, l’Église et l’Eucharistie17 ; en revanche, le thème de la justification par la foi, en dépit de son poids supposé dans la rupture religieuse, n’occupe pas une place centrale18. L’observation, formulée à propos du xviie siècle, vaut sans doute largement aussi pour la période précédente, moment où la question de l’Eucharistie est au cœur de la définition des options religieuses, et où le lien à Rome fait aussi l’objet d’âpres débats qui invitent à ne pas anticiper, de manière réductrice, les clivages confessionnels19. Les recherches qui, au cours du dernier demi-siècle, se sont attachées à la présentation de thèmes de la controverse ont semble-t-il privilégié ceux d’entre eux qui étaient au cœur des polémiques20 ; d’autres ont toutefois retenu aussi l’attention pour être révélateurs des affrontements et des regards réciproques. La question des images a ainsi fait l’objet de plusieurs études21. Globalement, le nombre des publications est loin d’être négligeable, mais beaucoup d’entre elles ne portent que sur un objet limité, abordé souvent sous l’angle d’une seule des confessions, quand ce n’est pas à travers le prisme d’un seul auteur, voire d’une seule de ses œuvres. À l’évidence, l’analyse des thèmes de la controverse suscite davantage d’études ponctuelles que de travaux d’ample respiration.

  • 22 Jacques Solé, Le débat entre protestants et catholiques français de 1598 à 1685, Paris, 1985, 4 vol (...)
  • 23 François Laplanche, L’Écriture, le sacré et l’histoire. Erudits et politiques protestants devant la (...)
  • 24 Cette orientation de la recherche, qui connaît son plein développement au cours des décennies exami (...)

8L’exception la plus notable est ici fournie par l’imposante thèse de doctorat d’État de Jacques Solé, qui propose un vaste panorama de la littérature de polémique confessionnelle, située dans son contexte religieux et intellectuel, à partir d’une minutieuse étude de plusieurs centaines de traités élaborés au sein des deux confessions sous le régime de l’édit de Nantes. Aucun des thèmes principaux de la controverse n’échappe à une analyse attentive de surcroît à l’évolution de l’intérêt pour chacun d’entre eux comme aux inflexions du propos22. Mais au-delà du parcours qu’il propose à travers les disputes, J. Solé s’attache à la question des méthodes de l’argumentation et de l’établissement de la preuve dans le discours controversiste. Dans ses travaux relatifs aux théologiens protestants, ou plus globalement à la controverse, François Laplanche privilégie aussi cette direction de recherche23, qui constitue véritablement le cœur des études relatives à la littérature polémique réalisées au cours des dernières décennies. Plus que les questions en débat, c’est la démarche argumentative des auteurs qui a fait l’objet des travaux les plus approfondis et sans doute les plus féconds24.

  • 25 Considérée sous cet angle, la controverse prend naissance avec les colloques du milieu du xvie sièc (...)
  • 26 François Laplanche, « La controverse au xviie siècle », dans Protestantisme aux frontières, Aubel, (...)
  • 27 Alfred Rébelliau écrivait déjà que « la théologie, au milieu du xviie siècle, a rendu service à l’h (...)
  • 28 Voir en particulier le recueil collectif Religion, érudition et critique à la fin du XVIIe et au dé (...)

9Le genre de la controverse porte en lui l’obligation de la preuve sur chacun des points qui font débat entre les deux confessions. Le théologien qui entre en lice veut apporter une démonstration des vérités tenues pour les plus assurées au sein de sa propre confession et mettre aussi en évidence l’absence de fondement des positions adverses, en insistant sur l’un ou l’autre de ces aspects à des degrés divers25. Même si, dans les chaînes d’ouvrages qui se répondent, la première étape est celle de l’attaque, chacun doit fondamentalement tenir plus ou moins les deux objectifs à la fois. Fondamentalement, la controverse construit deux discours confessionnels parallèles de légitimation des doctrines et des pratiques, dont le noyau est naturellement constitué par la discussion des sources de la foi. Le débat s’articule ainsi principalement autour de l’Écriture d’une part, de la Tradition – et donc de l’histoire – de l’autre, et il conduit de manière empirique à des règles communes du travail intellectuel dans ces deux champs, condition indispensable de la poursuite d’un débat. L’évolution est progressive, mais le xviie siècle, surtout après 1640, dans un climat intellectuel alors favorable, constitue l’étape décisive ; la controverse prend alors un tour plus érudit et plus courtois. Le débat autour de la Bible comporte plusieurs volets, de l’établissement de la liste des livres canoniques et de leur datation à celui de l’interprétation de leur contenu. L’exégèse connaît un impressionnant développement, marqué par le triomphe d’une lecture attentive au sens littéral du texte contre la tradition d’une interprétation en quête du sens mystique. La controverse favorise ainsi la mise au point d’éditions nouvelles des livres saints, fondées sur la confrontation des variantes et nourries d’une maîtrise accrue des langues anciennes. Les éditions de Bibles polyglottes (Londres, puis Paris, toutes deux au xviie siècle) traduisent l’impulsion qu’elle donne à l’érudition biblique et à la critique textuelle. En corollaire, la connaissance des civilisations de l’Orient ancien est aussi sollicitée pour éclairer le texte et livrer les clés de son interprétation. S’élaborent ainsi, au cœur de la polémique confessionnelle, des règles de la critique interne et externe des documents, dont l’ensemble de la communauté intellectuelle du temps peut tirer profit. Le même constat vaut pour le débat autour de l’histoire. L’Église catholique, qui tend initialement à se poser en dépositaire de l’antiquité de la doctrine et des pratiques cultuelles, affirmant son absolue fidélité au christianisme des origines, doit rapidement répondre aux contestations de telles assertions par le recours à des textes anciens, dont la fiabilité et la pertinence doivent être démontrées. Il lui faut alors reconnaître, plus qu’auparavant, le poids de l’histoire dans la formation de ses croyances et usages. Comme dans le champ de l’exégèse, la polémique a suscité les éditions critiques de documents (Pères de l’Église, conciles), elle a mis en débat de pieuses légendes, elle a exigé la formation d’un consensus sur les modes d’établissement et de validation des preuves (silence des auteurs, critique interne des documents, concordance des témoignages…). À un moment où l’écriture de l’histoire ne s’embarrassait guère d’exigences critiques, chacun des partis a voulu, à travers la controverse, puiser dans l’histoire le fondement irréfutable de ses positions. Dans cette élaboration de nouvelles règles de la méthode historique, il est difficile de déterminer quel camp a joué le rôle principal pour chacun des domaines qu’embrasse la polémique confessionnelle. J. Solé insiste plutôt sur la place des catholiques dans la critique scripturaire et sur celle des réformés dans la mise en cause de la Tradition, et donc dans l’élaboration de la critique historique. F. Laplanche, en revanche, aurait tendance à inverser les rôles. Celui-ci souligne la volonté de chaque camp de conforter ses sources de la foi, celui-là la préoccupation d’invalider les bases doctrinales du parti adverse26. L’un et l’autre s’accordent toutefois pour avancer que, sur la base de positions religieuses divergentes, s’est progressivement construite une communauté intellectuelle adoptant les mêmes règles méthodologiques et que ces acquis ont débordé le seul débat confessionnel27. La polémique religieuse a constitué un moteur des mutations intellectuelles28.

  • 29 Voir aussi Hugh R. Trevor-Roper, « Les origines religieuses de l’ère des Lumières », dans Id., De l (...)

10Mais l’influence de la controverse ne se limite pas à ce domaine. Écartant progressivement les modes traditionnels d’interprétation de l’Écriture pour la soumettre à une critique fondée sur les exigences de la raison et l’étude de ses conditions de production, elle la rend passible du même régime que tout autre texte historique. Relativisant par ailleurs doctrines et pratiques, replacées dans le contexte historique de leur émergence, elle oriente l’histoire de l’Église vers celle d’une institution soumise à des vicissitudes humaines, en proie au jeu des pouvoirs et instrumentalisant la crédulité. Globalement, la polémique confessionnelle exerce donc, à l’insu des théologiens qui la pratiquent, un travail souterrain de désacralisation ; elle contribue au désenchantement du monde. C’est incontestablement l’apport majeur de la thèse de J. Solé que d’avoir ainsi mis en évidence l’existence, à travers le débat confessionnel, d’origines chrétiennes des Lumières. Paradoxalement, les plus ardents défenseurs de la vérité chrétienne, impatients de réduire la fracture confessionnelle, auraient surtout contribué à faire peser le soupçon sur les fondements de la croyance, à propager le relativisme, voire à généraliser le détachement religieux29.

Littérature de l’outrance et passion de l’unité

11C’était pourtant bien un objectif de triomphe de la vérité religieuse que se donnaient les controversistes. Une autre direction de recherche de ces dernières décennies s’est attachée aux finalités et aux significations du débat, le replaçant dans le contexte plus global des entreprises de conversion et l’interrogeant sur les mentalités qui le sous-tendent.

  • 30 Bernard Dompnier, Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie sièc (...)

12La polémique religieuse ne peut être comprise sans référence à l’ensemble des moyens mis en œuvre par l’Église catholique pour réduire le protestantisme, tout particulièrement sous le régime de l’édit de Nantes30. Ce sont des religieux, appartenant à des ordres engagés également dans les autres formes du combat, qui prennent généralement l’offensive, à laquelle les théologiens réformés répugnent souvent à riposter, tant il leur semble que les modes argumentatifs de leurs adversaires privilégient le syllogisme, voire les effets d’estrade, au détriment du débat d’idées. Pour les champions du catholicisme, convaincus de la justesse de leur doctrine, la controverse n’est pas seulement une dispute d’intellectuels ; elle inclut dans ses objectifs la réduction des réformés au silence, c’est-à-dire à un aveu implicite de défaite, qu’attendent prédicateurs et missionnaires pour le plus grand profit de leur apostolat. Les inflexions qu’elle connaît au xviie siècle confirment totalement l’inscription du débat théologique dans la chronologie de la Réforme catholique. Au cours des premières décennies du siècle, l’espoir d’un retour rapide à l’union religieuse reste vif et les agents du renouveau catholique sont des religieux âpres dans la lutte contre l’hérésie ; le débat oral et écrit est alors marqué par une forte agressivité. Puis, au temps de Richelieu, favorable à un rapprochement qui tairait les désaccords mineurs, même au prix d’une distance prise avec Rome, les missions deviennent l’instrument privilégié pour les conversions ; avec plus de courtoisie, les polémistes du cardinal s’attachent surtout à exiger des réformés qu’ils établissent le bien-fondé de leur séparation. Enfin, au fur et à mesure que Louis XIV s’avance dans la voie d’un rétablissement autoritaire de l’unité, la controverse catholique, œuvre de théologiens plus érudits, aux arguments polis à travers les débats internes de leur confession, prend le tour d’un débat intellectuel plus détaché des impératifs de la pastorale, même si la pugnacité à dire l’erreur de l’adversaire reste entière.

  • 31 Mise au point générale et bibliographie dans Jean Delumeau et Thierry Wanegffelen, Naissance et aff (...)

13Évidemment, si l’on déplace l’interrogation vers les résultats que la volumineuse littérature polémique a obtenus en matière de conversions, les efforts déployés semblent disproportionnés par rapport au bilan qui peut être dressé. Pas plus que les autres moyens mis en œuvre par la pastorale catholique, la controverse n’a converti ; et l’efficacité n’a pas été plus grande du côté réformé. Finalement, de manière délibérée ou non, les polémistes ont surtout œuvré à usage interne. Les uns et les autres ont permis un approfondissement des positions de leur Église et renforcé les certitudes en son sein par leurs démonstrations récurrentes de l’irréfutabilité de sa doctrine et de la trahison de la parole de Dieu par la confession adverse. La controverse remplit pour chacun des deux camps une fonction de légitimation. Elle conforte les catholiques dans leur attachement à la Tradition en les assurant de la fidélité de leur Église aux origines ; elle garantit aux réformés leur lecture de l’Écriture et justifie leur rupture avec Rome. Elle permet fondamentalement à chacune des confessions de se rassurer et participe dans le même mouvement à l’affirmation identitaire qui caractérise l’émergence des confessions. L’historiographie récente a souligné l’importance du phénomène de la construction confessionnelle, qui accompagne l’éclatement de la vieille christianitas31. À l’évidence, l’histoire de la controverse mérite d’être revisitée selon cette perspective. En particulier, la vigueur et la dramatisation avec lesquelles se déroule le débat conduisent sans doute à presser les fidèles de choisir entre les Églises adverses. En même temps, l’amplification des divergences par les controverses peut nourrir, en sens inverse, la distance critique de ceux qui refusent d’opter entre Rome et Genève, ces « moyenneurs » de tout acabit pour qui prévaut rapidement la concorde civile menacée par l’acrimonie des polémistes. Si la question du lien entre religion et politique est loin d’être absente du débat, comme en témoignent les joutes autour du pouvoir pontifical et de ses prétentions à l’égard des souverains, les controversistes des deux camps se situent durablement dans des logiques étrangères à celle de l’autonomisation de la sphère du politique. Il faut en réalité attendre les années les plus noires pour les réformés, et plus précisément la période du Refuge, pour que les polémiques confessionnelles intègrent pleinement le débat sur les formes du pouvoir et se transforment même en laboratoire des idées politiques.

  • 32 Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit. Pour le présent propos, le chapitre 14 est le plus i (...)
  • 33 La controverse « vise autant à déshonorer l’adversaire qu’à discuter ses positions », écrit Françoi (...)
  • 34 Voir en particulier Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit. (chap. 9) et La genèse de la Réf (...)

14Jusqu’à ce moment, la dénonciation des positions doctrinales et disciplinaires de l’adversaire confessionnel demeure le cœur des controverses. Leur ton témoigne d’ailleurs de l’urgence et de l’importance de cette tâche, plus encore au xvie qu’au xviie siècle. Les travaux récents consacrés aux premières décennies des affrontements soulignent à l’envi la violence de leur tour, qu’explique largement la prégnance de l’attente eschatologique : l’adversaire, qui a partie liée avec Satan, apparaît comme un agent de l’Antéchrist, voire sa personnification ; pour le moins, son attitude sacrilège est de nature à attirer le châtiment divin. Les certitudes qui conduisent à allumer des bûchers ou à détruire les idoles par l’iconoclasme, puis à entrer dans la guerre ouverte, sont celles qui portent les écrits polémiques, sources incomparables pour la compréhension des mentalités des « guerriers de Dieu », de leur relation au sacré et de leur hantise de la souillure32. La controverse participe alors de la stigmatisation de l’adversaire33, utilisant toute la palette des méthodes du discrédit et de l’ostracisme, parmi lesquelles la dérision occupe une place de choix34. L’étude des écrits polémiques ouvre ainsi à l’analyse des ressorts les plus profonds des comportements, à une anthropologie du religieux.

15Fondamentalement, pour l’historiographie d’aujourd’hui, l’intérêt principal du débat qui oppose les théologiens des deux camps tient à coup sûr à l’éclairage qu’il apporte pour la compréhension en profondeur des affrontements du temps des Réformes. Dans le processus des constructions confessionnelles qui s’ouvre au milieu du xvie siècle, la controverse intervient de deux manières complémentaires : elle contribue à la définition des écarts entre les orthodoxies qui s’érigent de manière concurrente ; elle aide chaque Église à assumer la rupture en la confortant dans son identité et en jetant l’anathème sur l’adversaire. Situé de la sorte à l’épicentre des passions qui ont divisé les hommes du temps, le débat entre catholiques et protestants a légué une littérature qui mérite d’être abordée sous de nombreux angles, bien au-delà de l’analyse – toujours nécessaire – de son contenu doctrinal. C’est dans cette voie que se sont engagés les travaux de ces dernières décennies qui, loin de constituer l’historiographie des controverses en un champ clos de la recherche, l’ont abordée comme une composante de l’histoire intellectuelle et culturelle de la France moderne et comme l’une des clés de lecture des xvie et xviie siècles. L’histoire des controverses tend de la sorte à cesser de former un objet spécifique ; elle ne constituera peut-être même plus un item pertinent pour un nouvel état des recherches dans un demi-siècle. Cela ne signifie nullement qu’elle aura cessé de susciter l’intérêt.

Notes

1 Émile-G. Leonard, Histoire générale du protestantisme, t. 2 (L’établissement), Paris, 1961, p. 323.

2 Pierre Chaunu, « La décision royale (?) : un système de la révocation », dans Roger Zuber et Laurent Theis, La Révocation de l’Édit de Nantes et le protestantisme français en 1685, Paris 1986, p. 23.

3 Pour une synthèse présentant les acquis de l’histoire du livre, Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. 1 et 2, Paris, 1982-1984.

4 Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de controverse entre catholiques et protestants en France (1598-1685), Genève, 1985, 2 vol.

5 Sa seule Méthode de controverse connaît 21 éditions entre 1615 et 1637 (Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, Genève, 1969, p. 174).

6 Pour une tentative d’analyse en ce sens, Bernard Dompnier, « Le souvenir des affrontements confessionnels dans les bibliothèques conventuelles de Toulon », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 83, janv.-juin 1997, p. 45-56.

7 Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, op. cit., p. 318-323.

8 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, p. 171. Pour l’aspect international de la controverse au xvie siècle, voir notamment Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, op. cit., p. 404-418.

9 Ibid., p. 371-372.

10 Au cours des trois décennies qui suivent l’édit de Nantes, le volume annuel des publications de controverse est de près de 120 titres ; cette période, qui connut selon Émile-G. Léonard une « véritable mode » de la controverse (Histoire générale du protestantisme, t. 2, p. 323), produit plus de la moitié des ouvrages de littérature polémique du xviie siècle (Louis Desgraves, Répertoire, p. I).

11 Alfred Rébelliau notait déjà pour cette phase que « la plupart des gens cultivés parmi les laïques ne témoignaient plus pour ces disputes, qui avaient tant passionné leurs pères, qu’un dédain ennuyé » (Bossuet historien du protestantisme, Paris, 1891, p. 17).

12 Ibid., p. 4-23.

13 Pour la diversité des supports au xvie siècle, on consultera surtout Aspects de la propagande religieuse au xvie siècle, Genève, 1957 et Eugénie Droz, Chemins de l’hérésie. Textes et documents, Genève, 1970-1976, 4 vol.

14 Pour le xvie siècle, on peut considérer, à la suite de Francis Higman, que la langue utilisée représente un critère de classification : le débat théologique proprement dit se déroule en latin ; le français est davantage la langue de la propagande religieuse. Toutefois, à partir de Calvin, qui utilise largement la langue vernaculaire, le critère devient moins pertinent (Histoire de l’édition française, t. 1, p. 373 et 399).

15 Sur les conférences de controverse, le travail de référence est la thèse d’Émile Kappler, Conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au xviie siècle (Université de Clermont-Ferrand II, 1980, 2 vol.). Elle a été publiée, sous le même titre, à Paris, aux éditions H. Champion en 2011. On y trouve en particulier d’intéressants développements sur le rituel de ces conférences, qui s’apparentent par bien des aspects au duel.

16 Pierre Bayle écrivait qu’il « reste toujours quelque queue et quelque branche qu’on n’a pas assez épluchée, ce qui forme des incidents à l’infini » (cité par René Voeltzel, Vraie et fausse Eglise selon les théologiens protestants français du xviie siècle, Paris, 1956, p. 4). Pour l’attitude de Bayle importante à de nombreux égards, Elisabeth Labrousse, Pierre Bayle, La Haye, 1963-1964, 2 vol. ; Religion, érudition et critique à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, Paris, 1968 (contributions d’Elisabeth Labrousse et Jacques Solé) ; Walter E. Rex, Essays on Pierre bayle and Religious Controversy, La Haye, 1965.

17 Alfred Rébelliau, Bossuet historien du protestantisme, op. cit., p. 23-32. Cet ouvrage demeure la référence obligée pour toutes les recherches sur les controverses, même si son auteur ne cachait pas son engagement dans l’un des deux camps confessionnels, le catholicisme. Plus d’un demi-siècle plus tard, au début de la période qui nous intéresse ici, René Voeltzel, théologien protestant, se rallie entièrement à l’avis de Rébelliau à propos de la place respective des différents thèmes.

18 Alfred Rébelliau explique la diminution de la place de ce thème dans les débats par le fait que, de part et d’autre, « on en était arrivé à découvrir que le désaccord était purement verbal » (Bossuet historien du protestantisme, p. 24).

19 Thierry Wanegffelen, Ni Rome, ni Genève. Des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris, 1997. La question du gallicanisme a fait l’objet d’une récente synthèse : Alain Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle, Paris, 2002.

20 Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut retenir Michel Peronnet (dir.), La controverse religieuse (XVIe-XIXe siècles). Actes du 1er colloque Jean Boisset, Montpellier, s.d. [1978], 2 vol. ; pour l’Eucharistie, Rémy Snoeks, L’argument de tradition dans la controverse eucharistique, Louvain, 1951 ; Frank Lestringant, Une sainte horreur ou le voyage en Eucharistie. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, 1996 ; Louis DESGRAVES, « Les controverses sur la Messe à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle », dans Histoire de la messe. XVIIe-XIXe siècles, Angers, 1980, p. 37-50. Pour l’ecclésiologie, le principal travail est celui de René Voeltzel, cité supra.

21 Solange Deyon, « La querelle des images au xvie siècle », dans La controverse religieuse, t. 2, p. 37-44 ; Bernard Dompnier, « Le débat sur les images dans la France du xviie siècle », History of European Ideas, 9, 1988, p. 423-441 ; Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610), Seyssel, 1990, 2 vol. (ici, t. 1, p. 493-637) ; Olivier Christin, Une révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Paris, 1991. Pour situer plus largement cette question, Jean Delumeau, « Les réformateurs et la superstition », dans Un chemin d’histoire. Chrétienté et christianisation, Paris, 1981.

22 Jacques Solé, Le débat entre protestants et catholiques français de 1598 à 1685, Paris, 1985, 4 vol. Les lignes de force de l’argumentation sont reprises, de manière synthétique, dans Jacques Solé, Les origines intellectuelles de la révocation de l’édit de Nantes, Saint-Etienne, 1997.

23 François Laplanche, L’Écriture, le sacré et l’histoire. Erudits et politiques protestants devant la Bible en France au xviie siècle, Amsterdam, 1986 ; « A propos d’Isaac Casaubon : la controverse confessionnelle et la naissance de l’histoire », History of European Ideas, 9, 1988, p. 405-422 ; « La controverse religieuse au xviie siècle et la naissance de l’histoire », dans Alain Le Boulluec (dir.), La controverse religieuse et ses formes, Paris, 1995, p. 373-404.

24 Cette orientation de la recherche, qui connaît son plein développement au cours des décennies examinées ici, n’avait cependant pas été ignorée antérieurement. Il faut de nouveau ici évoquer la thèse d’Alfred Rébelliau sur Bossuet, mais surtout Pontien Polman, L’élément historique dans la controverse religieuse du xvie siècle, Gembloux, 1932. Sur ce thème, Jean-Pierre Massaut, Critique et tradition à la veille de la Réforme en France, Paris, 1974 ; Georges Tavard, La Tradition au xviie siècle en France et en Angleterre, Paris, 1969.

25 Considérée sous cet angle, la controverse prend naissance avec les colloques du milieu du xvie siècle, et particulièrement celui de Poissy.

26 François Laplanche, « La controverse au xviie siècle », dans Protestantisme aux frontières, Aubel, 1985, p. 185-186. Cet auteur insiste particulièrement sur le rôle des protestants de la moitié nord de la France, et tout particulièrement de l’académie de Saumur, plus sensibles aux problèmes d’interprétation de la Bible.

27 Alfred Rébelliau écrivait déjà que « la théologie, au milieu du xviie siècle, a rendu service à l’histoire en la suscitant à travailler pour elle » (Bossuet historien du protestantisme, p. 68). P. Veyne observe pour sa part que « si l’on cherche, au xviie siècle, quelque chose qui ressemble un peu à ce qu’on entend par science historique au xixe siècle, on le trouvera, non dans le genre historique, mais dans la controverse » (cité par François Laplanche, « La controverse religieuse », art. cité, p. 373, n.1).

28 Voir en particulier le recueil collectif Religion, érudition et critique à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, Paris, 1968, ainsi que Elisabeth ISRAEL-PERRY, From Theology to History : French religious Controversy and the Revocation of the Edit de Nantes, La Haye, 1973.

29 Voir aussi Hugh R. Trevor-Roper, « Les origines religieuses de l’ère des Lumières », dans Id., De la Réforme aux Lumières, Paris, 1972, p. 237-279 (1ère éd. angl. 1956) ; Richard H. Popkin, L’histoire du scepticisme d’Erasme à Spinoza, Paris, 1995 (1ère éd. angl. 1964) ; Alan Charles Kors, Atheism in France, 1650-1729, t. 1 (The Orthodox Sources of Disbelief), Princeton, 1990.

30 Bernard Dompnier, Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie siècle, Paris, 1985.

31 Mise au point générale et bibliographie dans Jean Delumeau et Thierry Wanegffelen, Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, 1997, p. 353 et suiv.

32 Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit. Pour le présent propos, le chapitre 14 est le plus important de l’ouvrage, avec la thèse qu’il défend sur la « fantasmatique de la violence », la guerre de pamphlets des décennies qui suivent la Saint-Barthélemy ne constituant qu’une simulation de la violence, qui s’inscrit dans une évolution vers son intériorisation (t. 2, p. 185-235).

33 La controverse « vise autant à déshonorer l’adversaire qu’à discuter ses positions », écrit François Laplanche (Histoire du christianisme, t. 8, Paris, 1992, p. 305).

34 Voir en particulier Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit. (chap. 9) et La genèse de la Réforme française. 1520-1562, Paris, 1996, p. 354-357.

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search