Version classiqueVersion mobile

Missions, vocations, dévotions

 | 
Bernard Dompnier

Missions et pastorale

L’activité missionnaire des Jésuites de la province de Lyon dans la première moitié du xviie siècle

Essai d’analyse des catalogi

Note de l’éditeur

Article publié dans les Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Âge et Temps Modernes, t. 97, n° 2, 1985, p. 941-959.

Texte intégral

  • 1 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du xvie au xviiie s (...)

1Au cours de la première moitié du xviie siècle, la Compagnie de Jésus ouvre en France cinquante-neuf collèges, soit plus de la moitié du nombre total des établissements scolaires qu’elle tenait lors de sa suppression au siècle suivant1. Ce chiffre suffirait à lui seul à justifier l’intérêt porté par les historiens à l’œuvre scolaire des Jésuites du premier xviie siècle. Les autres activités de la Compagnie, pour n’être pas négligées totalement par l’historiographie, demeurent souvent présentées comme le fait d’une minorité de Pères. On cite alors les noms de quelques prédicateurs ou controversistes célèbres ; on évoque aussi Jean-François Régis et Julien Maunoir, l’un représentant l’activité missionnaire dans les régions protestantes, l’autre la contribution des Jésuites à la lutte contre l’ignorance religieuse dans les « Finistères » de la chrétienté. Mais la présentation de l’apostolat populaire des Jésuites en France s’arrête souvent au terme de la biographie de ces personnages pittoresques que des générations d’hagiographes ont inlassablement retouchée et enrichie. Dans une telle perspective, l’activité missionnaire de la Compagnie risque de n’apparaître que comme un aspect secondaire de sa contribution au renouveau du catholicisme.

  • 2 François Courel, « La fin unique de la Compagnie de Jésus », dans Archivum historicum Societatis Ie (...)
  • 3 Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain, XXXIX, col. 406 (art. Missions paroissiales).

2Il existe toutefois une autre approche, plus fidèle au sens profond des Constitutions, qui font de tout jésuite un missionnaire2. Elle consiste à postuler que tout établissement est une base d’expéditions apostoliques, que « chaque collège de jésuites est aussi un centre de missions3 ».

  • 4 Pour l’étude des « charges intérieures », cf. Adrien Demoustier, « Les catalogues du personnel de l (...)

3Pour trancher entre ces deux hypothèses, il n’est évidemment d’autre méthode que de recourir aux sources. Et déjà l’historien de notre fin du xxe siècle se prend à rêver de quantification, d’histoire « sérielle » de l’activité apostolique à partir des riches fonds documentaires conservés à Rome, présentant année par année les divers emplois occupés par tous les Jésuites. Hélas ! ces Catalogi, qui ne permettent de dresser que de bien courtes listes de missionnaires, sembleraient confirmer en première lecture que les Pères partagèrent l’essentiel de leur activité entre les tâches d’enseignement et les « charges intérieures4 ».

4Faut-il donc dès lors rejeter totalement la seconde hypothèse et réduire l’activité missionnaire des Jésuites à un pieux loisir de quelques pédagogues au cours des vacationes des collèges ? Hésitant à emprunter cette voie sans un examen plus attentif des sources, dans la mesure où les Catalogi n’ont pas d’abord été rédigés à l’intention d’historiens quantitativistes paresseux, nous postulons qu’ils doivent être lus entre les lignes. S’ils résistent à une quantification hâtive, ils n’en sont pas moins susceptibles de livrer bien des renseignements au prix d’un patient collationnement d’indices. Méthodologie bien traditionnelle certes, mais dont la vertu première est de renvoyer dos à dos les tenants des deux hypothèses en mettant en évidence leur péché commun, celui de ne pas prendre en compte la durée et les fluctuations qu’elle recèle dans le domaine de l’activité apostolique. À défaut d’un dénombrement précis, les Catalogues peuvent en effet fournir l’essentiel, c’est-à-dire une chronologie de l’intensité de l’activité missionnaire et de l’intérêt qu’elle suscite dans la Compagnie.

5Les résultats obtenus par cette approche, tentée ici pour la province de Lyon, devraient ensuite être confrontés à ceux obtenus pour d’autres provinces d’une part, et aux renseignements fournis par d’autres séries documentaires (Epistolae generalium, Annuae litterae...) d’autre part. Notre objectif n’est donc pas tant d’aboutir à des conclusions définitives que de proposer une méthode d’investigation dans une série documentaire encore mal exploitée et de placer des jalons aussi sûrs que possible pour une histoire de l’apostolat de la Compagnie.

Les missionnaires de la province de Lyon

6La province de Lyon présente un double avantage pour une étude de ce type. Aucun des « grands » missionnaires jésuites couramment cités n’y résida et, par ailleurs, des régions à forte implantation protestante étaient contenues dans ses limites, ce qui invite à supposer que les Pères ne restèrent pas inactifs dans le domaine de l’apostolat. Voilà donc un champ d’observation privilégié, où l’attention ne risque pas d’être polarisée sur quelques figures de proue.

  • 5 Adrien Demoustier, Les catalogues..., ibid., p. 20. Les cinq premiers collèges sont Billom, Tournon (...)

7Érigée en 1582 et constituée alors de cinq collèges détachés de la province d’Aquitaine5, la province de Lyon n’eut pas tout au long des cinquante premières années du xviie siècle les mêmes contours. Si l’on excepte les toutes premières années où elle se trouvait très réduite à la suite de l’expulsion des Jésuites par le Parlement de Paris en 1594 et de l’annexion consécutive des établissements comtois par la province de Paris « repliée » hors du ressort de ce Parlement, elle connut plusieurs réductions de son territoire. De ce fait, les établissements de Moulins, Billom, Le Puy et Béziers lui furent retirés en 1609, Tournon en 1621. En 1633-1634, la limite occidentale fut encore révisée en partie. De plus, au nord, Dijon cessa d’appartenir en 1619 à la province qui fut ainsi de plus en plus celle de la frontière est et sud-est de la France, pour ne pas dire des « marches » du royaume. De forme de plus en plus étroite, elle peut en effet être définie comme une province multinationale : composée de diverses régions françaises, elle incluait aussi la Franche-Comté, rapidement dotée de trois collèges, la Savoie avec le collège de Chambéry, le Comtat-Venaissin avec Avignon et bientôt Carpentras (fig. 1).

  • 6 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, op. cit., p. 187.

8Malgré ces amputations successives de son territoire, c’est au terme de notre période que la province compte le plus grand nombre de collèges. Sur le total de ces 16 établissements, plus de la moitié ont été fondés avant 1610. Il faut donc remarquer qu’au cours de la première moitié du xviie siècle, le rythme de fondation de collèges fut ici moins élevé que dans les autres provinces françaises ; les fondations antérieures et postérieures à 1600 s’élèvent en effet respectivement, pour l’ensemble du territoire français, à 46 et 596. Toutefois, la décennie 1631-1640, marquée d’un ralentissement des ouvertures au niveau général – 10 seulement – est une période de renouveau des fondations dans la province de Lyon avec quatre nouveaux collèges à Chalon, Lyon, Nîmes et Arles. Cette courbe originale du nombre des implantations nouvelles, tributaire de nombreux facteurs tels que les relations avec les autorités municipales ou l’évolution des effectifs de la Compagnie, n’est peut-être pas non plus sans rapport avec les phases de l’activité missionnaire.

  • 7 Dans cette première approche des emplois des Pères, il n’est pas tenu compte du type d’établissemen (...)

9À diverses dates, les listes de personnel de la province comprennent des Pères qui consacrent une part suffisamment importante de leur activité à l’apostolat populaire pour que cela mérite d’être noté par le rédacteur du Catalogue au titre des emplois occupés7.

Fig. 1 – Limites de la province. Collèges et dates de fondation

Fig. 1 – Limites de la province. Collèges et dates de fondation

Collège

  • 8 Dressés ordinairement entre novembre et février, les Catalogues indiquent les emplois attribués pou (...)
  • 9 Sauf indication contraire, la source utilisée dans la présente étude est le volume regroupant les C (...)
  • 10 Pour les années antérieures à 1600, A.R.S.I., Lugd. 13.

10Pour peu nombreux qu’ils soient à être présentés comme tels, les missionnaires existent bien et sont donc les premiers à retenir l’attention dans le propos qui est le nôtre. Mais avant même de les compter, il n’est pas inutile de s’attarder quelque peu sur la dénomination exacte qu’ils reçoivent. C’est dans le Catalogue de 1611 qu’apparaît pour la première fois le terme de missionarius8 : deux Pères d’Avignon et deux de Tournon ont cette seule fonction au cours de cette année9. L’emploi de ce nouveau terme n’est cependant pas une surprise totale pour qui a dépouillé les Catalogues des années antérieures. Il marque en quelque sorte l’arrivée à maturité d’une activité dont les quinze années antérieures ont vu l’éclosion. Dès 1597, deux Pères occupaient, à côté d’autres emplois, celui de concionatores in missionibus10 ; au cours des années suivantes, cette expression se retrouve à plusieurs reprises, même si en 1599 semble lui être préférée celle de concionator missionum. L’année précédant l’apparition du terme missionarius, cinq jésuites de la province sont concionatores in missionibus.

11L’évolution sémantique qui se produit pendant cette période de quinze ans traduit la genèse de l’activité missionnaire de la Compagnie. La fonction de concionator était depuis les origines fréquemment mentionnée puisque, très tôt, les Pères de la Compagnie occupèrent des chaires importantes pour les stations d’Avent et de Carême. L’adjonction de la formule in missionibus traduit sans doute une double évolution de cette activité. D’une part, la prédication n’est plus la seule occupation des Pères envoyés dans une ville à l’occasion des stations : d’autres formes d’apostolat s’y joignent, telles que la controverse ou des instructions privées. D’autre part, l’évolution de l’activité se double de celle du choix des lieux de prédication : sans doute des localités de taille plus modeste accueillent-elles ces concionatores in missionibus. Le passage au terme missionarius montre que cet apostolat prend une nouvelle distance par rapport à la prédication traditionnelle. Stations et missions représentent désormais deux activité bien distinctes. Il s’agit là d’une étape importante, réalisée à la fin du généralat de Claude Acquaviva, dont on connaît par ailleurs l’intérêt pour le développement de l’activité missionnaire de la Compagnie.

12Au cours des premières années du généralat de son successeur – Vitteleschi – semble régner une certaine incertitude sur le vocabulaire à adopter pour les expéditions apostoliques. Si missionarius ne disparaît pas, ressurgit aussi concionator in missionibus et apparaît en 1616 le vocable de concionator in pagis qui confirme l’évolution déjà soulignée : la Compagnie n’entend pas limiter son champ d’intervention aux villes les plus importantes.

  • 11 Michel de Certeau, « La réforme de l’intérieur au temps d’Aquaviva » et « Le 17e siècle français », (...)

13Plus délibérément sans doute, les Pères sortent donc du monde urbain qui est aussi celui des collèges. La mission est dès lors connotée par une idée de mouvement vers l’extérieur. Les termes employés le traduisent bientôt : en 1623, la variété des expressions utilisées jusque-là est abandonnée au profit exclusif du vocable concionator ad missiones, remplacé à son tour à peu près totalement en 1624 par celui de concionator ad excursiones. Pendant cinq années, la mode est à l’excursio, terme le plus adapté aux préoccupations de la Compagnie d’aller vers l’autre sans tomber dans le danger d’une « excessive dépense... l’effusio ad exteriora11 ». Les missionnaires sont alors tantôt mentionnés ad excursiones, tantôt portés in excursione ou concionatores in excursionibus.

14Mais dès 1629, missionarius opère un retour en force. Il demeure en vogue jusqu’à la fin de la période considérée, soit pendant vingt années au cours desquelles le terme d’excursio n’apparaît plus qu’à deux reprises et l’expression ad missiones une seule fois. On peut en conclure que le vocable a acquis un contenu suffisamment précis pour éclipser ses concurrents qui avaient surtout comme désavantage d’être des périphrases ; mais on ne peut écarter l’idée qu’avec l’abandon du terme excursio une rupture s’est produite avec une certaine conception de la mission, vue d’abord comme une itinérance sans règles trop strictes et destinée à un public culturellement étranger. Il faudra revenir sur cette question.

15Le nombre des jésuites désignés par ces différents termes n’est jamais très élevé, mais l’ampleur des variations est toutefois suffisante pour permettre de mettre en valeur quelques groupes d’années qui se singularisent dans l’ensemble. Le terme de missionarius apparaît ainsi pour la première fois à une date où, depuis l’année précédente, cinq membres de la Compagnie sont occupés dans les missions ; jusque-là ce chiffre n’avait jamais été atteint. Le cap des dix missionnaires est franchi précisément l’année où l’on commence à parler d’excursio. Mais si l’année 1625 compte quatorze missionnaires, dès 1625 leur nombre redescend au-dessous de cinq. Avec le retour à missionarius, l’effectif des Pères employés dans l’apostolat avoisine à nouveau pendant deux années la dizaine. Puis notre période se clôt par deux décennies d’apparente atonie rompue seulement de 1642 à 1644 par un gonflement aussi bref qu’important du nombre des missionnaires : douze en 1642 et 1644, quinze en 1643. Pour une fois les Catalogues indiquent le motif de cette augmentation : la province de Lyon participe alors aux expéditions organisées et financées par le cardinal-duc, les « missions richelieuses ».

16À l’évidence, la concordance chronologique à peu près totale entre les changements dans le vocabulaire et l’augmentation du nombre des missionnaires – même temporaire – ne peut qu’être le reflet d’étapes dans l’activité missionnaire de la province de Lyon, dont les Catalogues ne laissent finalement percevoir que des échos amortis. Nos documents apportent toutefois une seconde série d’indices (qu’il nous faudra ensuite confronter avec la première), avec les renseignements qu’ils fournissent sur les « maisons de mission ».

Les missions

17Comme ceux des autres provinces, les Catalogues de la province de Lyon mentionnent en plus des collèges divers autres établissements de la Compagnie. Parmi eux figurent les maisons de mission ordinairement appelées missiones. Une telle dénomination ne facilite pas l’étude de l’activité apostolique de la Compagnie car si la finalité de tels établissements est bien, en règle générale, de permettre un rayonnement des Pères autour de la localité qui en est le siège, rien n’autorise à conclure que les jésuites qui y résident sont tous des missionnaires, et a fortiori des missionnaires actifs. L’histoire de ces établissements montre que la réalité est de plus en plus complexe. Il n’en demeure pas moins que l’évolution du nombre et la durée d’existence de ces maisons, théoriquement plus ou moins temporaires, constituent aussi des indices sur les phases de l’histoire de l’apostolat des jésuites dans une région.

  • 12 Pour éviter les ambiguïtés, nous écrivons « mission » pour les expéditions apostoliques de courte d (...)
  • 13 Lettre du 12 mai 1599 aux provinciaux de France, Lyon et Aquitaine. Citée dans Pierre Delattre, Les (...)

18La mission12 est une création du généralat d’Acquaviva qui préconisa l’installation, dans des localités dépourvues d’autres établissements de la Compagnie, d’équipes de deux ou trois Pères qui vivraient ordinairement d’aumônes13. N’excluant pas totalement la possibilité d’affectation de revenus réguliers à ces établissements dans les cas où il paraîtrait difficile de vivre d’aumônes, le Général avait aussi explicitement prévu que ces maisons pourraient n’avoir qu’une existence temporaire. Par ces caractères, la mission tient à la fois de la maison professe et de la résidence. Comme la maison professe, elle a pour objectif unique l’apostolat et doit vivre de la charité ; mais la maison professe, forte d’un effectif plus important, est située dans des villes assez grandes et demeure, avec la multiplication des collèges, une exception. La résidence a, pour sa part, des revenus assurés, gérés par un collège dont elle dépend, mais ses activités sont les mêmes que celles de la mission. En fait, la tendance à la longévité de nombreuses missions, comme le lien qui va les unir à un collège, conduisent à une ressemblance de plus en plus grande, au fil du temps, entre ces deux types d’établissement. Il n’est guère que le nombre des jésuites qui leur sont rattachés pour différencier concrètement les deux, la résidence ayant la plupart du temps un effectif supérieur à celui de la mission.

19Les Catalogues des premières années du xviie siècle ne mentionnent que peu de missions : Thonon en 1601, Saint-Sauveur et Montpellier en 1605, Vienne et Moulins en 1606, Nîmes et Sisteron en 1610. Dans plusieurs de ces cas, comme Vienne ou Moulins, il serait plus conforme à la nomenclature de parler de résidence puisqu’il s’agit là de l’installation de petites équipes préparant l’ouverture d’un collège. Le grand essor des missions date en fait de la fin de la deuxième décennie du siècle. Au nombre de cinq en 1617, les missions passent à neuf en 1618 et douze en 1619 (fig. 2). Le niveau alors atteint ne varie ensuite guère jusqu’à la fin de la décennie 1630 : pendant ces vingt années, la province compte ordinairement de huit à treize missions (fig. 3 et 4), à l’exception des années 1626 et 1627 où leur nombre est respectivement de quinze et de dix-sept (fig. 5). En revanche, au cours de la décennie précédant 1650, il n’y a plus que sept ou huit missions dans les limites de la province (fig. 6).

20À cette première approche, qui met donc en évidence un maximum du nombre des missions dans la deuxième moitié de la décennie 1620, doit en être ajoutée une deuxième, portant sur la plus ou moins longue durée d’existence de ces maisons. Quarante-cinq localités de la province ont été le siège d’une mission au cours de la première moitié du xviie siècle. Dans quatorze cas, la mission a une durée d’existence supérieure à dix ans, et dans cinq une durée de quatre à dix ans. Dans plus de 40 % des cas, la mission est donc un établissement relativement stable. Sur ce total de dix-neuf, trois missions seulement ont purement et simplement disparu en 1650 ; les autres, si elles n’existent plus, ont donné naissance, à leur place, à une résidence ou à un collège. Par ailleurs, vingt missions ont eu une durée de vie d’un an seulement et six de deux ou trois ans.

21L’étude des dates de fondation de ces missions de courte durée montre qu’il y eut nettement une époque où la Compagnie fit le choix d’établissements temporaires : seize d’entre eux furent fondés au cours d’une tranche chronologique de douze ans (1616-1627), à l’intérieur de laquelle la période 1616-1621 compte à elle seule neuf fondations.

Fig. 2 Collèges et missions en 1619

Fig. 2 Collèges et missions en 1619

Mission existant depuis plus de 3 ans

Mission existant depuis moins de 3 ans

Fig. 3 Collèges et missions en 1629

Fig. 3 Collèges et missions en 1629

Mission fondée avant 1624

Mission fondée depuis 1624

Maison de probationRésidence ou maison professeCollège

Fig. 4 Collèges et missions en 1639

Fig. 4 Collèges et missions en 1639

Mission fondée avant 1630

Mission fondée depuis 1630

Fig. 5 Collèges et missions en 1627

Fig. 5 Collèges et missions en 1627

Mission fondée avant 1624

Mission fondée depuis 1624

Maison de probation

Fig. 6 Collèges et missions en 1649

Fig. 6 Collèges et missions en 1649

Mission fondée avant 1640

Mission fondée depuis 1640

Résidence ou maison professeCollège

22Si l’on met maintenant en rapport le nombre des missions avec celui des autres établissements de la Compagnie dans la province, on constate d’abord que de 1619 à 1633, le nombre des missions reste plus d’une année sur deux supérieur à celui des collèges (fig. 7). En revanche, après l’année 1634 où les deux types d’établissements comptent chacun douze unités dans la province, le nombre des missions décroît sensiblement, tandis que celui des collèges s’élève à quatorze, puis quinze.

Fig. 7 Les divers types d’établissements (1621-1647)

Fig. 7 Les divers types d’établissements (1621-1647)

23Si l’on procède ensuite à des comparaisons plus globales, on peut tout d’abord additionner, pour chaque année, tous les établissements qui n’ont pas vocation à l’enseignement (missions, résidences, maisons professes). La courbe obtenue est dans un premier temps (jusqu’en 1630) très proche de celle des seules missions qui constituent la majorité des établissements de ce type. Puis, de 1630 à 1634, l’écart se creuse du fait de l’apparition de plusieurs résidences. Enfin, au moment où le nombre des missions diminue, l’ensemble ainsi défini reste à un niveau assez stable, très proche d’ailleurs de celui des collèges (quatorze ou quinze unités). Il y a donc à l’évidence, au niveau provincial, substitution de résidences à des missions.

24En opérant un autre type d’addition, celle des collèges, résidences et maisons professes, c’est-à-dire tous les établissements promis par leur définition même à une certaine durée, le seuil des vingt établissements est atteint par cette catégorie à la fin de la décennie 1630, après une période de très forte croissance, qui succède elle-même à une relative stabilité au cours de la décennie 1620 (treize ou quatorze établissements).

25Ces indications sur la place tenue par les missions dans l’ensemble des maisons de la Compagnie peuvent être complétées par un autre élément, de caractère plus qualitatif. On observe en effet qu’à l’intérieur du Catalogue les missions et leur personnel ne sont pas toujours répertoriés de la même manière. On peut ainsi avoir deux solutions opposées : soit les missions ne constituent pas de rubrique particulière et leur personnel est « noyé » dans celui du collège auquel chacune d’elles est rattachée ; soit est établie en fin de Catalogue une rubrique générale missiones où seront présentés, en regard de chacun de ces établissements, les membres de la Compagnie qui lui sont affectés. Évidemment, des solutions intermédiaires de divers types sont possibles. Le choix effectué dans la présentation nous semble refléter lui-même une conception des missions. On constate alors que de 1617 à 1623 inclus le système qui prévaut est celui qui consiste à regrouper en fin de Catalogue le personnel des missions. Deux variantes existent toutefois : en 1617, les jésuites qui y sont employés ne sont inscrits que sous cette rubrique ; à partir de 1618, ils sont ordinairement inscrits deux fois, et dans la liste du personnel des missions, et dans celui du collège de rattachement. À partir de 1624 – et déjà en 1622 chaque mission est présentée dans le Catalogue après le collège dont elle dépend ; tantôt subsiste le principe de la double inscription pour son personnel, tantôt celui de la mention unique, sous le titre de la mission. Ce dernier système tend progressivement à s’imposer. Il est donc clair qu’au fil du temps la Compagnie s’est orientée vers une solution marquant concrètement le lien unissant chaque mission à un collège, d’abord par la pratique de la double mention du personnel concerné, puis par la suppression de la rubrique générale missiones qui avait pourtant connu une période de faveur.

Aspects d’ensemble de l’activité missionnaire

26Les données rassemblées précédemment permettent une approche de la conception et de la chronologie de l’activité missionnaire à l’intérieur de la province.

27L’étude du vocabulaire utilisé et des fondations de missions met en valeur la progressive émergence de la dimension apostolique dans l’activité de la Compagnie au cours des quinze premières années du siècle. Des Pères reçoivent alors des emplois de missionnaires, de mieux en mieux définis par rapport à ceux de prédicateurs, et des installations temporaires ont lieu en diverses localités.

  • 14 Adrien Demoustier, Les catalogues..., ibid., p. 54.

28Cette ouverture croissante de la province sur l’apostolat, signalée aussi par le Père Demoustier dans son étude comparée des emplois de 1606 et de 158714, doit sans doute beaucoup aux incitations répétées de Claude Acquaviva. Elle est aussi facilitée par la croissance des effectifs que connaît alors la province : comptant moins de 300 membres en 1600, elle a déjà dépassé le seuil des 400 en 1610.

29Mais la période la plus intéressante est sans doute celle qui, s’ouvrant au milieu de cette décennie 1610, se poursuit jusqu’en 1627-1628. Elle est d’abord marquée par la multiplication des missions d’assez courte durée, sur lesquelles semble porter l’essentiel de l’effort apostolique de la Compagnie puisque, au même moment, un certain flou préside à la dénomination des missionnaires rattachés à un collège. Le nom même de certaines des missions alors fondées souligne la volonté d’itinérance des Pères dans les campagnes environnant le bourg où ils s’installent : celle de Paray est parfois désignée comme « mission du Charolais » et celle de Saint-Agrève l’est aussi comme « mission du Vivarais ». Les missions de Dieulefit, Le Poët ou Pont-de-Veyle montrent, pour leur part, la préoccupation de la Compagnie d’exercer son apostolat dans des localités où le protestantisme est solidement établi. À partir de 1623, ce dynamisme ne se traduit plus seulement par la multiplication des missions, mais aussi par la présence dans les collèges d’un nombre non négligeable de missionnaires, dès lors désignés en excursiones, comme pour mieux mettre en évidence qu’il peut exister deux manières d’être employé dans des tâches apostoliques. Le terme missionarius, pouvant prêter à confusion, est abandonné temporairement ; par celui d’excursio est mis en valeur le souci de rayonnement apostolique de tout établissement de la Compagnie, fût-il d’abord voué à l’enseignement. L’année 1627 marque l’apogée de ce mouvement (fig. 5).

  • 15 Ibid., p. 26-31.

30Mais il semble que cet élan se soit brutalement brisé dès l’année suivante. La carte des missions de 1629 (fig. 3), comparée à celle de 1627, montre bien la diminution sensible et rapide du nombre des missions (cf. aussi fig. 7). Il n’est à nouveau plus question d’excursiones à partir des collèges ; en revanche, ils comptent près de 10 missionarii en titre en 1629 et 1630. Si l’on ne peut donc conclure à un renoncement aux tâches apostoliques, il faut toutefois admettre que s’opère un repli de la Compagnie sur les collèges. L’explication d’une telle rupture dans la stratégie apostolique des jésuites de la province de Lyon n’est pas aisée. Il ne semble pas, en particulier, que les lettres écrites par le Général au Provincial apportent des éclaircissements sur cette question. L’hypothèse que nous proposons est que le repli constaté est à relier à l’épidémie de peste qui affecte tout le Sud-Est de la France à partir de l’année 1627 et connaît son maximum en 1629. En cette période difficile, la Compagnie aurait préféré regrouper ses effectifs au sein de ses établissements importants qui bénéficient de revenus assurés, la peste ne permettant pas la subsistance par l’aumône dans les petites cités. De plus, il fallait remplacer dans leurs emplois les jésuites affectés aux collèges et décédés de l’épidémie. Cette hypothèse est confortée à la lecture des Catalogues : ils mettent en évidence un certain tassement des effectifs de la province (480 membres en janvier 1625, 460 en janvier 1630), fournissent des listes non négligeables de religieux décédés de la peste et, surtout, dans leur présentation même, témoignent d’une relative désorganisation de la province de 1628 à 163015.

  • 16 Pontarlier (1630), Salins (1633), Gray (1635), Fréjus (1638), Pignerol (1641).
  • 17 Nîmes (1635), Arles (1637), Bourg (1649).

31À la fin de cette crise, il n’y a cependant pas retour au type d’organisation apostolique auquel elle avait mis un terme. Si le nombre des petits établissements connaît un nouvel essor au début des années 1630, cette décennie et la suivante sont surtout marquées par une diminution du nombre des missions, et particulièrement de celles d’assez courte durée. La résidence semble avoir la préférence de la Compagnie. D’ailleurs cinq missions sont transformées alors en établissements de ce type16 et trois autres deviennent des collèges17. Il y a donc bien un phénomène de stabilisation de l’implantation de la Compagnie, que met en évidence notre graphique (fig. 7). La carte de la province en 1649 fait aussi apparaître pour sa part le faible nombre des missions de création récente : seule celle d’Aix en Savoie a une date de fondation postérieure à 1640 (fig. 6). L’équilibre numérique obtenu à partir de 1640 entre collèges et petits établissements se double donc d’une stabilité de l’implantation géographique.

  • 18 A.R.S.I., Lugd. 6, f° 244 et Lugd. 7, f° 379.

32De la stabilisation des établissements à la sédentarisation des Pères, il semble n’y avoir qu’un pas, qui fut parfois franchi. Plusieurs lettres du Général, datant de la fin des années 1630 et du début des années 1640, font état du faible rayonnement des missions. En juin 1639, il est proposé au Provincial de leur affecter les Pères les plus aptes aux excursiones, qui pourront facilement être remplacés dans leurs emplois dans les collèges. En octobre 1642, le Général évoque à nouveau l’oisiveté qui règne dans certaines missions trop permanentes et voit en elles un obstacle au développement des excursiones18.

  • 19 Pierre Delattre, Les établissements..., op. cit.

33Cela conduit évidemment, pour le propos qui est le nôtre, à ne pas ranger trop systématiquement dans la catégorie des missionnaires tous les Pères en résidence dans les missions, surtout à partir des années 1630. Les Catalogues nous montrent d’ailleurs qu’en plus d’une localité l’un des deux ou trois jésuites membres de la mission a pour fonction de catéchiser les enfants catholiques du lieu, voire d’assurer leur instruction. À Die, ce dernier emploi est mentionné assez régulièrement, mais il l’est aussi de temps à autre ailleurs, comme à Paray ou Roanne. Le Répertoire du Père Delattre19 souligne pour sa part que l’installation de certaines missions signifie d’abord une prise en charge de l’enseignement de la doctrine chrétienne et le contrôle des régents du collège par la Compagnie. Il en va ainsi à Bourg, Chabeuil ou Fréjus. Ailleurs encore, comme à Montélimar, la prédication et le ministère des confessions dans la ville même constituent l’essentiel de l’activité des Pères.

34La mission a donc été, surtout dans la seconde partie de la période qui nous intéresse, un centre d’activités multiformes, apportant une solution institutionnelle à une volonté de présence de la Compagnie dans des lieux où elle ne disposait pas d’un collège. Les lettres déjà citées du Général renforcent l’idée que si l’on désire vraiment compter le nombre de jésuites employés prioritairement à l’apostolat il faut préalablement définir précisément les tâches qu’il convient de ranger dans cette catégorie et, d’autre part, analyser finement les activités de chacun des Pères de chacune des missions. La tâche reste à accomplir.

  • 20 Archives de la Congrégation de Propaganda Fide (Rome), Congregazioni particolari, vol. 7, f° 428 (H (...)

35Quant aux missionnaires partant en excursiones à partir des autres établissements, un document de 1653 nous invite à ne pas chercher à en dresser une liste exhaustive : dans un rapport adressé à la Congrégation de Propaganda Fide, la Curie généralice avoue en effet sa propre ignorance sur le nombre de ces Pères du fait que certains d’entre eux ne sont missionnaires qu’à « temps partiel20 ». Les Catalogues permettent donc d’abord, dans ce domaine, de repérer des vagues chronologiques d’intérêt pour cette activité, comme nous l’avons souligné plus haut.

  • 21 Adrien Demoustier, Les catalogues..., dans Archivum historicum Societatis Iesu, XLIII, 1974, p. 4-1 (...)

36D’autre part, les Catalogues indiquent aussi quels furent les établissements qui, libérant à temps complet – ou presque – des missionnaires, firent preuve d’une intense activité dans le domaine des excursiones. À partir de 1611, date d’apparition du terme missionarius, ce sont, dans un premier temps, les collèges de Dôle, Besançon, et dans une moindre mesure Vesoul, qui comptent le plus fréquemment un ou deux missionnaires dans la liste de leur personnel. En revanche, après 1620, si Dôle reste dans le groupe de tête, les collèges d’Avignon et de Lyon sont les bases de départ de la plupart des Pères qui se consacrent aux excursiones ; Embrun, Chambéry, Carpentras et Grenoble tiennent aussi une place non négligeable. Il y a donc déplacement vers le sud du centre de gravité de l’activité apostolique dont les établissements les plus importants de la province deviennent les principaux centres. Après 1631, Grenoble, alors maison professe, reste pendant plusieurs années le seul établissement à compter un ou deux missionnaires dans son personnel. Enfin, au temps des « missions richelieuses », quatre centres sont les principales bases de départ des excursiones : Grenoble, Lyon, Embrun et Marseille ; Vienne et Nîmes fournissent aussi quelques missionnaires. Le Dauphiné et la Provence apparaissent donc une nouvelle fois comme les régions privilégiées de l’apostolat de la Compagnie. Si l’on regarde alors la carte de l’implantation des collèges (fig. 1), on constate que c’est ici que leur réseau est le moins dense. On est alors tenté de conclure qu’à partir de 1620 deux zones coexistent dans la province, celle où prédomine l’enseignement et celle où les travaux apostoliques nécessitent une plus grande mobilisation des énergies. L’imperfection de notre source ne saurait permettre un jugement définitif, mais il serait souhaitable de tenter d’expliquer ce dimorphisme qui s’accompagne d’une grande différence dans l’importance du recrutement de la Compagnie : la majorité des Pères de la province de Lyon sont originaires de sa partie nord21.

  • 22 Ibid., p. 23-26 et 67-72.
  • 23 Ibid., p. 46.
  • 24 Question développée dans notre travail, Missions de l’intérieur et Réforme catholique. L’activité m (...)

37Il est enfin un autre champ de recherches qu’ouvrent les Catalogues, celui du cursus des jésuites – et notamment des jésuites missionnaires. En comparant les emplois d’un même Père d’une année à l’autre, on peut ainsi tenter de savoir si le déroulement de la carrière des jésuites obéit à un modèle général ou s’il existe des cursus très divers. Par l’analyse des Catalogues de 1606 et 1636, le Père Demoustier croit pouvoir conclure à une affectation assez tardive dans les emplois de type apostolique, En particulier, les missionnaires qu’il rencontre lui semblent d’âge mûr et pourvus d’une solide expérience acquise dans d’autres tâches22. Mais si l’on replace les dates qu’il a choisies pour effectuer son étude à l’intérieur de la chronologie établie plus haut, on constate qu’elles ne correspondent ni l’une ni l’autre à des phases de grand dynamisme apostolique de la province. Or l’examen de la carrière des jésuites pourvus d’un emploi de missionnaire pendant une période où la Compagnie affecte de nombreux Pères aux excursiones, donne un résultat sensiblement différent. En prenant, à titre de sondage, les sept jésuites en résidence à Grenoble qui participent aux « missions richelieuses », il s’avère qu’un seul comptait alors plus de vingt ans de vie religieuse, les six autres en ayant au maximum dix-sept en achevant même tout juste – pour deux d’entre eux – leur troisième année de probation. À titre comparatif, le Père Demoustier ne trouvait dans le Catalogue de 1636 que 6 % de missionnaires entrés dans la Compagnie depuis moins de vingt ans23. En poursuivant ce type d’investigation et en étudiant ce que devinrent ensuite ces missionnaires grenoblois des années 1640, on constate que quatre d’entre eux au moins eurent nettement au cours de leur carrière une activité dominante24. S’il y eut des jésuites suivant un cursus relativement stéréotypé, bien d’autres eurent des carrières originales en fonction et de leurs aptitudes et des priorités que se donnait la Compagnie. Une des forces de celle-ci fut sans doute de savoir orienter son « potentiel » dans des directions diverses et de ne pas plier tous ses sujets au carcan d’un cursus relativement uniforme. En ce domaine comme en d’autres, il faut, comme le déclare l’archiviste actuel de la Compagnie – le P. Edmond Lamalle – « exorciser cet être de raison qui s’appelle les Jésuites ».

  • 25 Les réveils missionnaires en France du Moyen Âge à nos jours (XIIe-XXe siècle), Actes du colloque d (...)

38Il nous semble donc qu’une lecture nouvelle – plus approfondie et plus systématique – des Catalogues peut apporter de multiples indications à l’historien de la Compagnie et, plus largement, de la Réforme catholique. En particulier, l’établissement d’une chronologie des temps forts de l’activité missionnaire permettrait une approche plus fine des élans apostoliques – ou « réveils missionnaires25 » – en France. D’ores et déjà, il nous apparaît que la décennie 1620 et les années 1642-1645 revêtent une particulière importance de ce point de vue, d’autant que le dynamisme que révèlent les Catalogues de la province de Lyon se retrouve aussi aux mêmes époques dans d’autres ordres, comme les capucins.

  • 26 Cette question a récemment été reprise, pour le siècle précédent, par Marc Venard, « Y a-t-il une “ (...)

39Par ailleurs, l’histoire des créations et mutations des missions ne peut être négligée dans celle, plus globale, de l’implantation de la Compagnie. La cartographie des établissements des Jésuites ne s’intéresse trop souvent qu’aux seuls collèges. Or leur activité apostolique se traduit notamment par la présence d’« antennes » que furent les petites maisons du type missions. On ne peut donc valablement étudier le rayonnement de la Compagnie sans prendre en compte celles-ci, qui furent souvent établies dans des localités trop petites pour assurer l’existence d’un collège et néanmoins jugées propices à l’apostolat. En d’autres termes, la question de l’existence d’une « stratégie » d’implantation de la Compagnie ne peut être tranchée sans la prise en compte de ces missions, du moins pour le premier xviie siècle26.

40On ne saurait évidemment oublier que les Catalogues sont d’abord des documents internes et qu’à ce titre ils présentent d’abord le discours qui est tenu dans la Compagnie sur ses propres activités. Comme toute source historique, ils appellent donc l’exercice du sens critique et la confrontation avec les données fournies par d’autres documents. La mise en parallèle de l’image que la Compagnie avait de son activité et des réalités de celle-ci sur les lieux de ses excursiones pourra seule permettre une appréciation correcte de l’apostolat des jésuites au xviie siècle.

Notes

1 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du xvie au xviiie siècle, Paris, 1976, p. 187.

2 François Courel, « La fin unique de la Compagnie de Jésus », dans Archivum historicum Societatis Iesu, XXXVI, 1966, p. 186-211.

3 Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain, XXXIX, col. 406 (art. Missions paroissiales).

4 Pour l’étude des « charges intérieures », cf. Adrien Demoustier, « Les catalogues du personnel de la province de Lyon en 1587, 1606 et 1636 », dans Archivum historicum Societatis Iesu, XLII, 1973, p. 43-52.

5 Adrien Demoustier, Les catalogues..., ibid., p. 20. Les cinq premiers collèges sont Billom, Tournon, Lyon, Chambéry et Avignon.

6 Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, op. cit., p. 187.

7 Dans cette première approche des emplois des Pères, il n’est pas tenu compte du type d’établissement de rattachement ; seul est retenu l’intitulé des fonctions de chacun des membres de la province.

8 Dressés ordinairement entre novembre et février, les Catalogues indiquent les emplois attribués pour l’année qui se termine (anno exeunte) et celle qui commence (anno ineunte). C’est cette dernière date qui est retenue pour chacun des Catalogues mentionnés dans la présente étude.

9 Sauf indication contraire, la source utilisée dans la présente étude est le volume regroupant les Catalogues de la première moitié du xviie siècle de la province de Lyon, conservé à l’Archivum Romanum Societatis Iesu (A.R.S.I.). La cote en est Lugd. 14. Nous tenons à remercier ici le Père E. Lamalle, directeur de ces archives, pour l’accueil qu’il nous a toujours réservé.

10 Pour les années antérieures à 1600, A.R.S.I., Lugd. 13.

11 Michel de Certeau, « La réforme de l’intérieur au temps d’Aquaviva » et « Le 17e siècle français », dans Les Jésuites. Spiritualité et activités. Jalons d’une histoire, Paris, 1974, p. 63-65 et 88-93. Plus particulièrement ici p. 63.

12 Pour éviter les ambiguïtés, nous écrivons « mission » pour les expéditions apostoliques de courte durée (missio erratica dans les documents de la Compagnie) et « mission » pour les maisons de mission (missio stataria).

13 Lettre du 12 mai 1599 aux provinciaux de France, Lyon et Aquitaine. Citée dans Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles. Répertoire topobibliographique, Enghien, 1940-1957,4 vol. Ici, I, col. 603.

14 Adrien Demoustier, Les catalogues..., ibid., p. 54.

15 Ibid., p. 26-31.

16 Pontarlier (1630), Salins (1633), Gray (1635), Fréjus (1638), Pignerol (1641).

17 Nîmes (1635), Arles (1637), Bourg (1649).

18 A.R.S.I., Lugd. 6, f° 244 et Lugd. 7, f° 379.

19 Pierre Delattre, Les établissements..., op. cit.

20 Archives de la Congrégation de Propaganda Fide (Rome), Congregazioni particolari, vol. 7, f° 428 (Horum... nomina nunc non exprimuntur, quia non satis exactam habemus hic notitiam eorum). Sur ce point, nous sommes en désaccord avec les conclusions du P. Demoustier qui écrit que les emplois de missionnaires « trop accaparants, ... n’étaient guère compatibles avec d’autres » (Les catalogues..., p. 57).

21 Adrien Demoustier, Les catalogues..., dans Archivum historicum Societatis Iesu, XLIII, 1974, p. 4-10 (cet article est la suite de celui déjà cité).

22 Ibid., p. 23-26 et 67-72.

23 Ibid., p. 46.

24 Question développée dans notre travail, Missions de l’intérieur et Réforme catholique. L’activité missionnaire en Dauphiné au XVIIe siècle, thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Paris l, Paris, 1981, multigr. Ici, I, p. 101-107. Les trois grands types d’emplois sont l’enseignement, les charges intérieures et les emplois apostoliques.

25 Les réveils missionnaires en France du Moyen Âge à nos jours (XIIe-XXe siècle), Actes du colloque de Lyon de 1980, Paris, 1984.

26 Cette question a récemment été reprise, pour le siècle précédent, par Marc Venard, « Y a-t-il une “stratégie scolaire” des jésuites en France au xvie siècle ? », dans L’Université de Pont-à-Mousson et les problèmes de son temps, Nancy, 1974, p. 67- 85.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Limites de la province. Collèges et dates de fondation
Légende Collège
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 2 Collèges et missions en 1619
Légende Mission existant depuis plus de 3 ansMission existant depuis moins de 3 ans
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Fig. 3 Collèges et missions en 1629
Légende Mission fondée avant 1624Mission fondée depuis 1624△□ Maison de probationRésidence ou maison professeCollège
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 4 Collèges et missions en 1639
Légende Mission fondée avant 1630Mission fondée depuis 1630
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3957/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 5 Collèges et missions en 1627
Légende Mission fondée avant 1624Mission fondée depuis 1624△□ Maison de probation
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3957/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 6 Collèges et missions en 1649
Légende Mission fondée avant 1640Mission fondée depuis 1640△■ Résidence ou maison professeCollège
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3957/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 7 Les divers types d’établissements (1621-1647)
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3957/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search