Version classiqueVersion mobile

Missions, vocations, dévotions

 | 
Bernard Dompnier

Introduction

Bernard Hours et Daniel-Odon Hurel

Texte intégral

1 Comme le lecteur pourra le constater en se reportant à la bibliographie de Bernard Dompnier donnée en fin de volume, celle-ci est impressionnante : outre une trentaine d’ouvrages ou (co) directions d’ouvrages et de revues, elle compte plus de 160 articles et chapitres d’ouvrages publiés depuis 1974. Cette œuvre a fait de lui l’un des historiens majeurs du catholicisme moderne. Car c’est bien d’une œuvre qu’il s’agit, moins par le nombre de ses publications, que par son caractère propre, sa « patte » ou son « timbre » comme l’on dirait d’un peintre ou d’un musicien, par l’ampleur des champs couverts, par la cohérence de son parcours articulé autour de quelques intuitions fondamentales. Nous avons demandé à Bernard de nous proposer une sélection d’une vingtaine de ses articles et chapitres d’ouvrage, qu’il jugeait représentatifs de son parcours d’historien. Ils forment ce volume de la collection Chrétiens et Sociétés. Documents et mémoires, édité par l’UMR 5190 LARHRA avec l’amical et appréciable concours du CHEC qu’il a piloté pendant une quinzaine d’années à l’Université Blaise Pascal, où il a enseigné et dirigé des recherches depuis la fin des années 1970 jusqu’à 2011.

2Il confessait naguère à une journaliste : « Ma quête permanente a été de comprendre ce qu’était un système religieux, à la fois un ensemble de croyances, de rites, de pratiques, de mentalités, cela a été un peu mon fil directeur… ». Pour bien comprendre quelle histoire il a voulu écrire, et comment, il faut sans doute y ajouter ces lignes programmatiques, extraites de son article sur la « Méthode de conversion des missionnaires capucins » publié en 1983 :

Cette histoire doit donc se situer et dans celle des idées et dans celle du vécu religieux, s’efforçant de confronter les notations recueillies ici et là. Mais c’est peut-être aussi ce qui lui donne son avenir : par son objet et ses méthodes, elle s’efforce de saisir le dynamisme interne de la religion d’autrefois, celui des relations entre l’enseignement dispensé et le vécu religieux quotidien. Peut-être est-elle la voie pour dépasser la constitution de deux champs clos, celui de l’histoire de l’Église et celui de la religion populaire.

3Ce dernier propos renvoie à l’état du débat sur la religion populaire au début des années 80, peu de temps après le célèbre colloque de 1977 organisé au Musée des arts et traditions populaires. Les échanges avaient démontré, notamment avec les interventions de Serge Bonnet, de Carlo Ginzburg et de Jacques Le Goff, mais aussi avec la magistrale conclusion d’Alphonse Dupront, qu’il fallait dépasser les oppositions binaires que l’on était toujours tenté de reconstruire entre le populaire et l’élitaire, le populaire et le savant, le populaire et l’institutionnel, le populaire et le dominant. Restait à en montrer la ou les voie.s. Parmi d’autres, Bernard Dompnier en a tracé une en déplaçant un peu les lignes, relativisant ainsi les dichotomies trop contraignantes et trop limitatives. En s’attachant à mettre au jour la « dynamique » d’un « système religieux », il décortique l’articulation entre des discours qui fondent et explicitent d’une part, et des pratiques qui approprient et mettent en œuvre d’autre part. La relation entre les deux pôles n’est plus d’opposition, mais d’inter-relation. C’est sans doute cette démarche intellectuelle qui caractérise l’ensemble de l’œuvre de Bernard Dompnier, qu’il s’agisse de l’histoire des missions, de celle des communautés régulières ou des études consacrées à la liturgie et aux musiciens d’Église. Sa démarche ne part pas des discours mais des pratiques, terme qui équivaut en partie à ce que, dans son article de 1983, Bernard Dompnier appelait le « vécu ». La notion a connu son heure de gloire, avant d’être quelque peu malmenée par le linguistic turn et plutôt délaissée désormais. Il n’empêche, que l’on parle de « vécu » ou de « pratiques », nous voyons bien à quoi veut atteindre l’historien, ce « je ne sais quoi », que l’on conçoit bien sans pouvoir le nommer de façon satisfaisante : le réel, notion qui pourrait apparaître ici un peu prétentieuse, du moins ce « saignant » cher à Marc Bloch, la vie.

4Les pratiques ont cet avantage qu’elles donnent prises à l’histoire : elles laissent des traces et, assez souvent, des traces quantifiables, ce qui permet leur objectivation et leur mise à distance aux fins d’une analyse scientifique. C’est à partir d’un certain nombre d’entre elles, définies à partir des objets qu’elles utilisent et mettent en œuvre, que Bernard Dompnier a construit par approches successives une histoire renouvelée du catholicisme post-tridentin, dans sa diffusion et dans sa maturation au cours du xviie siècle principalement. Mais l’étude de ces différentes pratiques n’aurait aucun intérêt sans leurs mises en relation avec l’évolution des institutions religieuses et politiques et des discours théologiques, sans la prise en compte de la dimension géopolitique du monde chrétien moderne comme le montre l’examen des pratiques missionnaires des Capucins qui inaugurent son parcours scientifique. À partir de ces pratiques étudiées à travers le cas du Dauphiné, qui ont constitué le sujet de sa thèse de 3ème cycle, soutenue en 1981 sous la direction de Jean Delumeau, il a étendu son enquête au premier des ordres missionnaires d’alors, la Compagnie de Jésus, réévaluant l’importance qu’avait revêtue pour cette dernière, la mission inter fideles. Plusieurs des articles réunis ici témoignent de l’ampleur des travaux menés par Bernard Dompnier sur ces missions de l’intérieur dont il est devenu le meilleur spécialiste français, l’un des premiers également à exploiter méthodiquement à cette fin les riches archives de la congrégation romaine De propaganda fide.

5Pénétrer dans l’histoire d’un ordre ou d’une congrégation régulière, c’est être amené à étudier son activité ou au moins une partie de celle-ci, lorsque, comme c’est le cas des Jésuites, il n’y a pour ainsi dire pas de limite à sa diversification. C’est aussi être attentif et sensible aux évolutions et aux débats internes en interaction permanente avec le monde (autorité, pauvreté, clôture…). Du côté des missionnaires, Bernard Dompnier s’est ainsi particulièrement intéressé à la controverse antiprotestante, donnant la première synthèse aisément accessible sur le sujet, Le venin de l’hérésie. Images du protestantisme et combat catholique au xviie siècle, publié en septembre 1985, presque jour pour jour 300 ans après la Révocation de l’édit de Nantes qui témoignait, entre autres, de l’échec de cette controverse. Faire l’histoire d’une famille régulière conduit nécessairement à étudier son recrutement et nous avons le beau livre sur les origines et la vocation des Capucins de la province de Lyon aux xviie et xviiie siècles : Enquête au pays des frères des anges (1993) qui constitue en même temps une vraie leçon de méthode : l’étude sociologique, articulée sur une chronologie et une géographie fines, y est adossée à une analyse du discours de l’ordre sur la vocation capucine. Plus tardivement, Bernard Dompnier s’est également penché sur l’histoire d’un ordre féminin, la Visitation, auquel il a consacré plusieurs articles et un colloque dont il a publié les actes avec Dominique Julia, analysant aussi les éléments constitutifs d’une identité ou d’un esprit propre vers lequel ordres et congrégations religieuses tendent tous au cours du xviie siècle en particulier. Ainsi, l’identité d’un ordre religieux est sans doute une des interrogations qui traversent l’ensemble des travaux qu’il a consacré à ces derniers, qu’il est sans doute l’un des rares à avoir posée aussi clairement tout en faisant preuve d’une grande imagination pour y apporter une réponse pertinente. Cette question est souvent posée d’un point de vue externe mais se nourrit aussi de questionnements des réguliers eux-mêmes : quels sont les caractères propres d’un ordre religieux qui le différencient des autres, pour ne pas dire de ses concurrents ? La tentation, dès lors, est d’écouter le discours idéal qu’un ordre produit sur lui-même, qui définit plus son horizon d’attente qu’une peinture réaliste. La méthode de Bernard Dompnier consiste à se placer au cœur des pratiques qui paraissent caractériser l’ordre pour comprendre quelle image il a de lui-même et partant, quel idéal de vie il produit. Ainsi, des Capucins qui se sont donnés pour les fils enfin retrouvés de Dame Pauvreté chère à François d’Assise, il montre comment l’analyse des discours et des pratiques de la quête, produits non seulement par eux-mêmes mais aussi par les évêques à l’occasion des enquêtes de la Commission des réguliers dans le dernier tiers du xviiie siècle, révèle une évolution progressive de leur identité : le discrédit dont cette pratique pâtit à partir du milieu du xviiie siècle, reflète « une perte progressive des références aux fondements mêmes de l’identité de l’ordre ». Poser la question de l’identité comme grille de lecture de l’évolution des ordres se révèle extrêmement fécond. On sait, bien qu’il n’ait jamais été vraiment étudié pour lui-même au-delà de quelques cas de figures, combien couvents et monastères ont souvent été traversés au xviiie siècle, par un débat sur l’autorité dans le monde régulier : aborder ce débat sous cet éclairage, conduit à poser l’hypothèse qu’il reflète moins la pénétration des idées du temps au sein du couvent et une hypothétique aspiration démocratique, qu’une crise plus profonde de « l’identité propre à l’ordre qui permettait une intériorisation des principes directeurs de la vie collective ». Si l’hypothèse de cette crise de l’identité est extensible et généralisable à d’autres ordres, elle ouvre de nouvelles perspectives interprétatives pour comprendre la très débattue crise des réguliers au xviiie siècle, discutée jusqu’à aujourd’hui essentiellement à partir des discours sur la décadence et à partir des statistiques du recrutement. Bien des mémoires dirigés par Bernard Dompnier à l’Université de Clermont-Ferrand se ressentent de cette approche globale du monde des réguliers.

6Il serait trop long de rendre compte ici de toutes les pratiques étudiées par Bernard Dompnier pour comprendre le « système religieux » de la France moderne : historien des réguliers, il restera tout autant l’historien des confréries et des cérémonies religieuses du catholicisme moderne. Mais au passage, il a rencontré aussi la question des usages du livre et de l’image, celle des processions et des dévotions (saint Joseph par exemple), du culte et de la liturgie (cérémoniaux et offices propres), de la musique et des musiciens d’église, et aussi du sentiment anti-romain avec la monumentale édition de l’opus magnum de fra Paolo Sarpi sur le concile de Trente. L’inventivité méthodologique et l’insatiable curiosité nourries de sources nouvelles ou revisitées en permanence caractérisent la dynamique interne des travaux de Bernard Dompnier et leur rayonnement sur plusieurs générations de chercheurs. Ainsi, comment des générations d’historiens modernistes ont pu laisser de côté la dimension musicale et liturgique des pratiques religieuses ? Bernard Dompnier nous a conduits à interroger de nouvelles sources (livres liturgiques, calendriers…), à dialoguer avec d’autres disciplines aux compétences et aux méthodes spécifiques, comme l’iconographie ou la musicologie, à croiser les sources normatives, liturgiques, spirituelles et littéraires avec celles de la vie religieuse en actes (délibérations, chapitres généraux, gestion du temporel, matricules, correspondances…).

7Reprenons la liste des ateliers qui accompagnèrent le déroulement du colloque de 1977 sur la religion populaire, déjà mentionné : nous y retrouverons une bonne part des sujets étudiés depuis par Bernard Dompnier. Cette anthropologie historique du catholicisme moderne dont le programme avait été tracé, il en a écrit les pages parmi les plus belles et les plus fécondes. Il en a abordé toutes les dimensions d’abord dans le cadre français, mais on lui doit aussi de nous avoir montré combien le séjour romain est indispensable à une bonne compréhension des pratiques religieuses des sujets du roi de France à l’époque moderne. Sa profonde connaissance des sources romaines, ses relations étroites avec l’historiographie italienne ont fait de Bernard Dompnier un passeur entre celle-ci et l’historiographie française : il siège ainsi dans plusieurs comités de rédaction, en-deçà et au-delà des Alpes.

8Les enquêtes conduites dans les archives du gouvernement central de l’Église, nous font entrer au cœur de la dynamique du catholicisme posttridentin. Elles constituent aussi une magistrale leçon de méthode. Les deux principales ont concerné les registres des brefs d’indulgence à destination des confréries, et les registres des décisions rendues par la congrégation des Rites. Leçon de méthode parce qu’elles articulent parfaitement l’étude sérielle et quantitative, et l’approche qualitative de cas spécifiques. Leçon de méthode aussi parce qu’elles arriment l’histoire des dévotions à une source institutionnelle froide et impersonnelle : en articulant ainsi les divers plans de la vie religieuse, elles démontrent combien il est indispensable de dépasser le clivage sommaire que dénonçait Bernard Dompnier entre Église et religion populaire. Elles font prendre conscience de ce que signifie très concrètement la romanité ecclésiale dans la vie des catholiques, clergé et fidèles, comment elle se construit au cours de la période moderne, et quelles réticences elle a pu susciter tout en étant mieux intériorisée au fil du temps. L’observatoire romain permet aussi de porter un regard comparatif sur les réalités françaises et de les mettre en regard du reste de la catholicité européenne, dans laquelle elle occupe souvent une position intermédiaire entre l’Europe méridionale et l’Europe du Nord.

9Le bouquet d’articles réunis dans ce volume fournit un bon reflet de l’ensemble de l’activité historienne de Bernard Dompnier et une porte d’entrée efficace à l’ensemble de son œuvre à ce jour. Il permettra aussi de goûter l’écriture d’un grand historien, synthèse d’une connaissance approfondie des sources et de la bibliographie, d’un sens rare de l’observation assorti d’une lucidité tranquille, d’une prudence dans le jugement et d’une grande précision et adéquation de l’expression. Bernard Dompnier nous entraîne au plus profond de la complexité historique. Au plus près des femmes et des hommes, dont le discours et les pratiques sont pris au sérieux sans naïveté, on comprend mieux de quoi était tissée leur religion, sans idéalisation ni soupçon.

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search