Version classiqueVersion mobile

Un passé recomposé

 | 
Jean-Marie Gueullette

Annexes

Annexe 3. Programme iconographique des vitraux du Saint-Nom de Jésus

Texte intégral

1Pour chaque vitrail réalisé selon les dessins du P. Danzas ont été indiqués le lieu de fabrication tel qu’il est précisé dans une note anonyme conservée aux archives du couvent et les sources hagiographiques qui peuvent expliquer certains détails.

Chœur

Verrière de gauche

2De bas en haut :

L’annonciation

La nativité

L’adoration des mages

La présentation au Temple

Le baptême de Jésus

La transfiguration

Verrière centrale

3De bas en haut :

Le Salve Regina. Cette scène évoque l’usage dominicain de chanter le Salve Regina en procession à l’issue des vêpres.

La rencontre de saint Dominique et de saint François : voir ci-dessous deuxième verrière nord.

Le Christ en gloire et la Vierge Marie. La proximité de cette image avec la précédente est suggérée par le récit hagiographique de l’Année dominicaine dont s’est inspiré l’artiste.

La Vierge Marie protégeant la famille dominicaine sous son manteau.

Verrière de droite

4De bas en haut :

La prière de Jésus à Gethsémani

Le portement de croix

La crucifixion.

La déposition de la croix.

L’apparition du Ressuscité à Marie-Madeleine

La visite des saintes femmes au tombeau vide.

Côté Nord

première verrière : Vision et miracles de saint Dominique

5Les six scènes sont tirées de la prédelle du tableau « La Vierge, l’Enfant et les saints », église du Gesu, Cortone, attribuée à l’atelier de Fra Angelico.

Saint Pierre et saint Paul apparaissant à Dominique

6Verba mea quae posui in ore tuo non recenent de ore tuo

7Mes paroles, que j’ai mises dans ta bouche, ne s’en écarteront pas

8Réalisé au couvent

9Sources

Tandis que l’homme de Dieu Dominique était à Rome et répandait ses prières en présence de Dieu dans la basilique de Saint-Pierre pour la conversion et le développement de l’ordre que la dextre divine propageait par ses soins, la main de Dieu fondit sur lui. Il vit paraître Pierre et Paul ces princes pleins de gloire. Le premier, Pierre, lui conféra le bâton, Paul, le livre, et tous deux ajoutèrent : « Va et prêche, car Dieu t’a choisi pour ce ministère. » Alors en un instant, il lui sembla que ses fils dispersés dans le monde entier, s’en allaient deux par deux prêcher au peuple la parole de Dieu. Constantin d’Orvieto, Legenda Sancti Dominici, 25.

Vision du pape Innocent III : Dominique soutenant l’Église

10Jesus bone prece Dominici tibi proesta nos gratos efici

11Bon Jésus, à la prière de Dominique, accorde-nous de te plaire

12Réalisé au couvent par le fr Joachim

13Sources

14À la suite du récit portant sur la rencontre de François et de Dominique, l’Année dominicaine raconte une vision du pape Innocent III à l’occasion de la visite à Rome de saint Dominique en 1215, lors du ive concile du Latran.

  • 1 L’année dominicaine, nouvelle édition, Lyon, Jevin, 1898, août, IV août, p. 174.

De son côté, le Vicaire de Jésus-Christ connut les desseins d’en Haut par une révélation semblable à celle qu’il avait eue six ans auparavant pour le Pauvre d’Assise. Il aperçut en songe l’église de Latran comme disjointe et prête à s’écrouler. Pendant qu’il contemplait tristement ce spectacle, voilà que Dominique accourait, et soutenait de ses épaules l’édifice chancelant. Le sage Pontife comprit sans peine le sens de sa vision ; rappelant l’homme de Dieu, il l’exhorta à retourner vers ses frères, et après en avoir délibéré avec eux, à choisir une règle approuvée déjà, qui servirait de base à l’Ordre projeté. Puis il se représenterait devant le pape et obtiendrait sans peine la confirmation désirée1.

Miracle du feu

15Ter in flammas libellus traditus, ter exusit illoesus penitus

16Le libelle, trois fois jeté dans les flammes, trois fois en ressort totalement intact.

17Réalisé par Barelon

18Autres représentations connues

19Fra Angelico, Prédelle du retable de la Vierge, Musée du Louvre.

20Fra Angelico (atelier), prédelle du tableau « La Vierge, l’Enfant et les saints », Église du Gesu, Cortone

21Sources

Il arriva qu’un jour on institua à Fanjeaux une célèbre dispute, à laquelle on avait convoqué un très grand nombre de gens, tant fidèles qu’infidèles. La plupart des défenseurs de la foi avaient entre-temps rédigé des mémoires dans lesquels ils avaient couché leurs arguments et les citations authentiques qui confirmaient la foi. À l’examen d’ensemble, le mémoire du bienheureux Dominique fut plus apprécié que les autres et l’assemblée l’approuva pour qu’on le présentât, en même temps que le mémoire rédigé par les hérétiques, aux trois arbitres élus par les parties ensemble pour porter le jugement final. On devait considérer comme victorieuse la créance de la partie dont les arbitres estimeraient le mémoire mieux fondé en raison. Les arbitres ne parvinrent pas à se mettre d’accord en faveur de l’une des parties, en dépit d’une longue discussion verbale. Il leur vint alors à l’esprit l’idée de jeter les deux mémoires dans les flammes : si l’un d’entre eux n’était pas consumé, c’est qu’indubitablement il contenait la vérité de foi. On allume donc un grand feu ; on y lance l’un et l’autre livre. Le livre des hérétiques se consume aussitôt. Mais l’autre, qu’avait écrit l’homme de Dieu Dominique, non seulement demeure intact, mais saute au loin sortant des flammes en présence de tous. Relancé une deuxième, une troisième fois, à chaque fois il ressortit, manifestant ouvertement et la vérité de la foi et la sainteté de celui qui l’avait rédigé. Jourdain de Saxe, Libellus sur les origines de l’ordre des Prêcheurs, p. 24-25.

Résurrection du jeune Napoléon

22Usitoeque natus reditus matris pelit tristitiam

23A sa mère plongée dans la tristesse l’enfant est rendu Réalisé par Barelon

24Sources

À l’un de ses séjours à Rome, certain adolescent, parent du cardinal Étienne de Fossanova, s’amusait imprudemment à cheval et se laissait emporter dans une course folle, lorsqu’il fit une chute très grave. On le transportait en pleurant. On le croyait à moitié mort, peut-être même tout à fait, car il était indubitablement inanimé. La désolation allait grandissant autour du défunt quand advint maître Dominique et, avec lui, frère Tancrède, homme fervent et bon, naguère prieur de Rome, de qui j’ai appris cette histoire. Il dit à Dominique : “Pourquoi te dérober ? Pourquoi n’interpelles-tu pas le Seigneur ? Où est maintenant ta compassion pour le prochain ? Où est ta confiance intime envers Dieu ?” Profondément ému par les apostrophes du frère et vaincu par un sentiment de compassion ardente, il fit discrètement transporter le jeune garçon dans une chambre qui fermait à clef et par la vertu de ses prières lui rendit la chaleur de la vie et le ramena devant tous sain et sauf. Jourdain de Saxe, Libellus sur les origines de l’ordre des Prêcheurs, 100. On trouve la même histoire, plus développée, dans les Miracles de saint Dominique, rapportés par Sr Cécile, p. 2.

La mort de saint Dominique

25Caritate habete, umilitate servate, paupertate possidete

26Ayez la charité, conservez l’humilité et possédez la pauvreté.

27Réalisé au couvent

28Sources

Il laissait aux frères ce qu’il possédait : “Voici, dit-il, frères très chers, ce que je vous vous laisse pour que vous le teniez comme des fils par droit d’héritage. Ayez la charité, gardez l’humilité, possédez la pauvreté volontaire.” O testament de paix, testament que nul oubli n’a le droit d’effacer, nul dédain de mépriser, nulle intervention de modifier. Légende de S. Dominique de Pierre Ferrand, § 50.

Les anges au réfectoire de Sainte-Sixte

29Panis oblatus coelitus fratrum supplet inopiam

30Le pain offert par le ciel vient au secours de l’indigence des frères.

31Réalisé au couvent

32Sources

  • 2 Constantin d’Orvieto, Legenda Sancti Dominici, 28. On trouve la même histoire dans les Miracles de (...)

Au temps où les frères de Rome demeuraient encore à Saint-Sixte et connaissaient fréquemment une grande indigence dans ses nécessités les plus élémentaires parce que l’ordre n’était pas encore connu du public, il arriva certain soir que le procureur des frères, un Romain, frère Jacques de Melle, n’eut pas de pain à leur donner. Les frères qu’on avait envoyés pour demander l’aumône, après avoir comme d’habitude fait le tour de beaucoup de maisons, avaient rencontré bon nombre de prêtres et de lévites mais très peu de Samaritains (Lc 10, 30-37). Aussi rapportaient-ils à peine un peu, très peu de pain. L’heure pressait pour le repas. Le procureur alla trouver le serviteur de Dieu Dominique, qui était alors présent, et lui exposa le désastre. L’homme de Dieu exulta en esprit et bénit Dieu, le visage plein de joie ; puis, comme réconforté d’en haut par l’infusion d’une confiance surnaturelle, il donna l’ordre de partager et de distribuer sur la table le peu de pain qu’on possédait. Au signal, les frères viennent au réfectoire, poursuivent jusqu’au bout d’une voix joyeuse la bénédiction de la table et s’asseyent en bon ordre à leur place. Or tandis que chacun rompait la bouchée de pain qu’il avait trouvée devant lui, voici que deux jeunes gens, de même costume et de figure semblable, entrent au réfectoire. Ils portent dans le pli d’une cape qui pendait à leur cou une quantité de pains, tels que seuls en sait faire le boulanger qui les envoya. Ils les déposèrent en silence au sommet d’une table près de laquelle était assis l’homme de Dieu Dominique, puis disparurent si subitement que nul ne put découvrir désormais d’où ils étaient venus, ni où par après, ils s’en étaient allés. Quand les jeunes gens furent partis, l’homme de Dieu Dominique, tendant sa main de tous côtés : « Et maintenant, mes frères, dit-il, mangez. » Nul ne douta sérieusement que tout ceci ne fût donné du ciel par les mérites du serviteur de Dieu Dominique. Plusieurs des frères qui furent alors présents et vivent encore aujourd’hui en sont témoins2.

Deuxième verrière

Panneau de droite : La Vierge donnant le scapulaire au bienheureux Réginald d’Orléans

33Réalisé par Barelon

34Sources

La même année, maître Dominique se trouvait à Rome lorsqu’y parvint le doyen de Saint-Aignan d’Orléans, maître Réginald, qui se préparait à traverser la mer. C’était un homme de grande renommée, savant très docte, illustre par ses dignités, qui avait occupé cinq ans à Paris la chaire de droit canon. À peine arrivé, il tomba gravement malade. Maître Dominique vint lui rendre quelquefois visite. Quand il l’engagea à suivre la pauvreté du Christ et à s’associer à l’ordre, il obtint son consentement libre et plein d’y entrer, au point que maître Réginald s’y astreignit par vœu.
Or Réginald guérit de sa maladie grave et d’un péril presque désespéré, non sans l’intervention miraculeuse de la puissance divine. Car la Vierge Marie, reine du ciel, mère de miséricorde, vint à lui sous forme visible au milieu des ardeurs de la fièvre et frotta d’un onguent guérisseur qu’elle portait avec elle ses yeux, ses narines, ses oreilles, sa bouche, son nombril, ses mains et ses pieds, en ajoutant ces mots : « J’oins tes pieds avec l’huile sainte, pour qu’ils soient prêts à annoncer l’Évangile de paix. » Elle lui fit voir en outre tout l’habit de notre ordre. Tout aussitôt il se trouva guéri et si subitement reconstitué dans tout le corps que les médecins, qui avaient presque désespéré de sa convalescence, s’étonnaient de constater les signes d’une guérison achevée. Dans la suite maître Dominique fit connaître publiquement ce remarquable miracle à bien des gens qui vivent encore. J’ai moi-même assisté naguère à Paris à une conférence spirituelle où il le raconta à un assez grand nombre de personnes. Jourdain de Saxe, Libellus sur les origines de l’ordre des Prêcheurs, 56-57.

35Sur cette base de la vision de « tout l’habit de notre ordre », s’est développée l’image de la Vierge donnant le scapulaire à Réginald, reprise entre autres dans la Vie de saint Dominique, publiée par le P. Lacordaire en 1840.

Panneau du centre : La rencontre de S. Dominique et de S. François

36Réalisé par Barelon

37Cette rencontre est représentée deux fois, ici et au centre des verrières de l’abside, dans l’axe de la nef

38Autres représentations connues

Fra Angelico, Staatliche Museen, Berlin, c. 1429

Fra Angelico, bas de la Madonna in Trono con Bambino, Parma, Galleria Palatina

Fra Angelico, prédelle du tableau « La Vierge, l’Enfant et les saints », Église du Gesu, Cortone

Fra Angelico, La Vierge apaise la colère de son fils en lui présentant S. François et S. Dominique, Berlin, Kaiser Friedrich Museum

39Source de la scène représentée

  • 3 L’année dominicaine, nouvelle édition, Lyon, Jevin, 1898, août, IV août, p. 174.

[Dans une vision, Dominique voit le Christ et sa mère. La Vierge Marie dit à son fils : ] « J’ai un serviteur fidèle : envoyez-le vers eux leur annoncer votre parole ; ils se convertiront et ils vous chercheront, vous le Sauveur de tous les hommes. Pour l’aider, je lui donnerai un autre de mes serviteurs qui travaillera comme lui. »« Je me suis apaisé à la vue de votre face, répondit le Christ, mais montrez-moi ceux que vous destinez à une telle mission. Alors la Reine du ciel présenta le B. Dominique, et le Seigneur dit à sa Mère : « Il fera bien, et avec zèle ce que vous m’avez exposé. » Marie présenta aussi le B. François que le Seigneur loua pareillement. À ce moment, Dominique considéra attentivement ce compagnon que jusqu’alors il ne connaissait pas et le lendemain, l’ayant rencontré dans une église, il se jeta à son cou, le serra dans ses bras avec une sainte effusion et lui dit : « Vous êtes mon compagnon, vous courrez avec moi : tenons-nous ensemble, personne ne prévaudra contre nous. » Puis il lui raconta sa vision, et dès lors l’un et l’autre ne formèrent plus qu’un seul cœur et qu’une âme dans le Christ, ce qu’ils prescrivirent à leur postérité d’observer à jamais3.

Panneau de gauche : Bienheureuse Jeanne d’Aza et bienheureux Manès

40Réalisé par Barelon

41Vie de la bienheureuse Jeanne d’Aza

42C’est la mère de S. Dominique, épouse de Félix, dont nous ne savons à peu près rien. Elle serait née à Aza vers 1140 et décédée à Caleruega vers 1190/1200. Son culte a été confirmé en 1828 ; elle est fêtée le 2 août.

43Source de la scène représentée

  • 4 Repris dans L’année dominicaine, nouvelle édition, Lyon, Jevin, 1898, août, IV août, 111.

La mère du bienheureux, avant de le concevoir, vit en songe qu’elle portait en elle un jeune chien ; celui-ci tenait dans sa gueule une torche enflammée et, une fois sorti de son sein, paraissait embraser le monde entier. Ceci annonçait qu’elle mettrait au monde un grand prédicateur qui, par le prestige d’une parole enflammée, raviverait dans le monde l’ardeur de la charité attiédie. Les événements ont vérifié ce présage car son fils Dominique fut admirable pour reprendre les vices, s’opposer aux hérésies, exhorter infatigablement les fidèles. Chronique des saints de Rodrigue de Cerrato, xiiie siècle4.

44Vie du bienheureux Manès

45Né vers 1170, il a été l’un des premiers compagnons de son frère dans la fondation de l’Ordre. Envoyé à Paris pour la fondation du couvent Saint-Jacques en 1217, on sait qu’il a eu à porter la charge pastorale de moniales, comme en témoigne une lettre de saint Dominique aux moniales de Madrid. Il est mort en 1236 à Gumiel d’Izàn. Béatifié en 1834, il est fêté le 18 août.

Troisième verrière

Panneau de droite : Saint Raymond de Peñafort sur sa chape

46Réalisé au couvent

47Sa vie

48Né vers 1175 à Villafranca de Penades (près de Barcelone) Raymond de Peñafort a développé dans l’Ordre une grande activité de théologien dans le domaine de la morale et du droit canonique. À la mort de Jourdain de Saxe, il est devenu le troisième maître de l’Ordre, en 1238. Il n’a exercé cette charge que deux ans et s’est retiré à Barcelone où il est mort presque centenaire, le 6 janvier 1275. Béatifié en 1542, canonisé en 1601, il est fêté actuellement le 6 janvier, mais l’était le 23 janvier jusqu’au concile.

49Source de la scène représentée

  • 5 L’année dominicaine, nouvelle édition, Lyon, Jevin, 1883, janvier, XXIII, p. 732.

Le roi Jacques Ier était perpétuellement occupé dans les guerres contre les Sarrasins et les Maures d’Espagne. Il fit un voyage à Majorque où il mena saint Raymond, tant pour la direction de sa conscience que pour la conversion des infidèles. Le Bienheureux ne fut pas longtemps sans apprendre la fragilité du roi que de honteuses passions entraînaient. Il le reprit plusieurs fois du scandale donné ; mais voyant que malgré ses promesses ce prince n’éloignait pas la cause de ses désordres, il lui déclara qu’il allait s’en retourner à Barcelone pour ne plus voir un si affligeant spectacle. Le roi, qui l’aimait et qui ne pouvait se passer de ses conseils, fit défendre, sous peine de la vie, d’embarquer son confesseur. Saint Raymond, voyant l’opposition qu’on apportait à sa sortie de l’île, mit toute sa confiance en Dieu et il dit à son compagnon : « Vous verrez que le Roi du ciel, pour confondre celui de la terre, saura bien me pourvoir d’un bon vaisseau. » Il ôta sa chape, en étendit une partie sur l’eau et se mit à genoux sur cette moitié de chape qui flottait sur les eaux et exhorta son compagnon à se mettre près de lui. Celui-ci n’osa le faire ; le saint le chargea alors de ses recommandations pour le Prieur et les religieux du couvent de Majorque et, ayant fait le signe de la croix et poussé un peu l’extrémité de la chape attachée à son bâton, il commença à s’éloigner. Passant comme un trait devant le port où il avait été refusé, tous les mariniers éperdus jetèrent un grand cri. Au bruit de cette merveille, le roi accourut assez tôt au bord de la mer pour apercevoir le saint déjà à une grande distance. Ce miracle le toucha tellement qu’il se convertit et, à partir de cette heure, vécut chastement. Cependant saint Raymond continuait à voguer sur la met comme s’il eût été sur un excellent vaisseau ; il fit en six heures plus de soixante lieues de France, ce qu’on n’aurait pu obtenir avec la frégate la plus légère5.

Panneau du centre : Saint Pierre martyr

50Réalisé par Barelon

51Autres représentations connues

Fra Angelico, Lunette, et Vierge sur son trône avec l’enfant Jésus, entourée d’un groupe de saint, fresque et tableau, Florence, Couvent San Marco

Fra Angelico, Tryptique de saint Pierre martyr, Florence, Musée de San Marco, 1425

Fra Angelico, Autel de S. Domenico de Fiesole

Fra Angelico, nativité, cellule 5 du couvent S. Marco, Florence (avec Ste Catherine d’Alexandrie) et cellule 10, présentation de Jésus au temple.

Fra Angelico, Le martyre de S. Pierre, Missel 558, San Marco, Florence

52Sa vie

53Fils de cathares, saint Pierre martyr est né vers 1203 à Vérone. Il a reçu l’habit des mains de saint Dominique. Nommé inquisiteur de Lombardie en 1242, il a été assassiné par les cathares, le 6 avril 1252 près de Seveso, ce qui fait de lui le premier martyr dominicain. Il a été canonisé par Innocent IV onze mois après sa mort, en 1253. Sa fête est actuellement fixée au 4 juin.

54Source de la scène représentée

  • 6 « Lettre adressée à S. Raymon de Peñafort en mai 1252 », Propre de l’Ordre des Prêcheurs, Liturgie (...)

À deux milles du bourg de Méda, Pierre de Vérone et le frère Dominique atteignirent un coteau où deux tueurs à gages étaient embusqués. Voyant de loin les frères, ils parlèrent de les tuer, mais l’un d’eux, saisi de remords, horrifié d’être le complice d’un tel crime, quitta son compagnon. Il courait vers le bourg lorsqu’il rencontra les deux autres frères, il leur dévoila en pleurant tout cet inique complot. Alors les deux frères se mirent à courir de toutes leurs forces pour rejoindre le frère Pierre et le sauver. Mais quand ils arrivèrent, l’autre serviteur de Satan tua le frère Pierre en lui portant cinq coups de serpe6.

Panneau de gauche : Saint Hyacinthe portant la statue de la Vierge et l’ostensoir

55Réalisé au couvent

  • 7 F. Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Tex (...)

56Dans son commentaire de l’œuvre artistique du P. Danzas, le P. Berthier écrit : « Ailleurs nous verrons S. Hyacinthe représenté sous les traits du P. Hyacinthe Besson. Le P. Danzas aimait à rappeler ainsi les traits de ceux qu’il aimait7. » Le P. Besson, artiste lui aussi, était parmi les premiers compagnons de Lacordaire dans la restauration de l’Ordre, avec le P. Danzas.

57Sa vie

58Né vers 1183 à Kamień Śląski près d’Opole en Pologne, saint Hyacinthe a reçu l’habit dominicain de Dominique lui-même, à Rome. Il a fondé de nombreux couvents en Europe de l’est et est mort le 15 août 1257 à Cracovie. Canonisé en 1594, il est fêté aujourd’hui le 17 août, mais l’était le 16 août avant Vatican II.

59Source de la scène représentée

  • 8 L’année dominicaine, nouvelle édition, août, Lyon, Jevain, 1898, XVI août, p. 630.

Le bienheureux avait obtenu du duc de Kiev un emplacement pour bâtir un monastère, qui se remplit de fervent religieux, puissants auxiliaires et dignes continuateurs de son apostolat. Il y demeura cinq ans, occupé à prêcher et à établir solidement le nouveau couvent et convertit une multitude considérable. Songeant à retourner en Pologne, il était un jour monté à l’autel pour célébrer les saints mystères et se recommander dévotement à la divine Providence. Quand tout à coup une grande clameur s’élève dans la ville et arrive jusqu’au monastère, annonçant une invasion subite des Tartares campés dans les environs. Les frères, épouvantés, se précipitent dans l’église auprès de l’homme de Dieu, et lui crient : « Bienheureux Père, c’en est fait de nous ! Fuyons au plus vite, pour échapper aux infidèles qui déjà brisent avec fracas les portes du couvent. » À cette nouvelle, le saint homme, sans quitter les ornements sacrés, retire du tabernacle le Très Saint Sacrement et s’éloigne, suivi de ses frères. Comme il arrivait au milieu de l’église, une statue de la bienheureuse Vierge en albâtre du poids de quatre ou cinq talents – le talent pesait cent vingt-cinq livres – lui dit à haute voix : « Hyacinthe, mon fils, tu fuis les Tartares et tu me laisses avec mon Fils pour être mise en pièce et foulée aux pieds ! Prends-moi donc avec toi ! » […] Alors le saint, tenant d’une main le corps sacré de Jésus-Christ, et de l’autre l’image de sa mère, devenue plus légère qu’un roseau, franchit la porte, et passe sain et sauf avec ses compagnons au milieu des infidèles qui pillaient déjà le couvent et inondaient de sang la ville entière. On arrive au bord du Dniepr : les frères étendent leurs chapes sous leurs pieds et suivent le bienheureux Hyacinthe qui traverse à pied sec sur l’autre rive, et soustrait ainsi au danger ses religieux et lui8.

Quatrieme verrière

Panneau de droite : Bienheureux Albert le Grand

60Réalisé au couvent, la figure de la philosophie chrétienne qui le supporte étant l’œuvre du fr Egidius.

61Sa vie

62La naissance d’Albert de Bollstädt à Lauingen (Bavière) se situe au début du xiiie siècle, vers 1193 ou vers 1206 selon les auteurs. Maître en théologie entre 1245 et 1248 à Paris, il a eu Thomas d’Aquin comme étudiant. Il a assumé ensuite les charges de régent du Studium generale de Cologne, de provincial de Teutonie et d’évêque de Ratisbonne, une charge dont il a démissionné après deux ans. Il est mort à Cologne le 15 novembre 1280, après avoir fait un voyage à Paris pour prendre la défense de la mémoire de Thomas d’Aquin dont l’orthodoxie était remise en cause. Il a été béatifié en 1622, canonisé en 1931. Il est fêté le 15 novembre.

Panneau du centre : Saint Thomas d’Aquin

63Réalisé par Barelon ainsi que les deux personnages qui le supportent, la philosophie païenne et la synagogue les yeux bandés. Selon la note manuscrite, le médaillon de saint Thomas recevant des anges le cordon est « le coup d’essai du fr Egidius, il l’a peint à Grigny, chez Barelon ».

64Autres représentations connues

Fra Angelico, Autel de S. Domenico de Fiesole

Fra Angelico, Lunette, S. Marco, Florence

Fra Angelico, Tryptique de saint Pierre martyr, Florence, Musée de San Marco, 1425

65Sa vie

66Né en 1225 en Italie méridionale, Thomas d’Aquin est entré dans l’Ordre en 1244. Il a fait ses études à Paris, en particulier sous la direction d’Albert le Grand. Devenu maître en théologie, il a enseigné à Paris et à Naples. Il est mort le 7 mars 1274 à Fossanova, alors qu’il se rendait au concile de Lyon. Canonisé en 1323, il est actuellement fêté le 28 janvier.

Panneau de gauche : Saint Augustin et saint Bonaventure

67Réalisé au couvent. Le panneau de la théologie et les deux petits anges de Fiesole sont du fr Egidius

68Place de saint Augustin dans la tradition dominicaine

69Saint Augustin, évêque d’Hippone, mort en 431, est l’auteur d’une règle monastique, la Regula ad servos Dei, que Dominique a choisie pour la fondation de son ordre, de préférence à celle de saint Benoît qui était moins adaptée à une vie apostolique. Cette règle, dont l’un des premiers Maîtres de l’Ordre, Humbert de Romans a donné un commentaire en fonction de la vie dominicaine, reste l’un des fondements de la profession religieuse dominicaine, avec les Constitutions de l’Ordre. Saint Augustin est fêté le 28 août.

70Vie de saint Bonaventure

71Né vers 1217 à Viterbe, il est un contemporain de saint Thomas d’Aquin, dont il fut collègue à l’université de Paris, il est mort la même année que lui, au concile de Lyon, le 15 juillet 1274. Au delà de son œuvre de théologien, il a été également ministre général des frères mineurs, et est l’auteur d’une vie de saint François. Canonisé en 1482, il est déclaré docteur de l’église en 1587, et il est fêté le 15 juillet.

Cinquième verrière

Panneau de droite : Bienheureux Jean Dominici

72Réalisé au couvent. « Médaillons trop rouges à cause d’une couleur qu’on ne connaissait pas bien. »

  • 9 F. Thiollier (Dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Tex (...)

73Dans son commentaire, le P. Berthier se montre assez critique : « La figure manque un peu de caractère. Le portrait que Fra Angelico nous a laissé de celui qui l’avait revêtu de la robe des Frères Prêcheurs est bien plus puissant. Un autre portrait ancien que l’on voyait naguère au palais Borghèse à Rome était également bien mieux dans la note historique et esthétique à ce point de vue.9 »

74Sa vie

75Jean Dominici est né à Florence en 1357. Très engagé dans la réforme dominicaine en cours à son époque, il est devenu archevêque de Raguse en 1408 et créé cardinal. Envoyé en mission auprès des hussites, il est mort à Budapest, le 14 juin 1419. Son culte a été approuvé en 1832 et sa fête fixée au 10 juin.

76En médaillon, deux dominicains, non béatifiés, Hugues de Saint Cher et Pierre de la Palud, ayant marqué l’histoire lyonnaise.

77Hugues de Saint-Cher, provincial de France. Premier cardinal dominicain en 1244, il est intervenu au premier concile de Lyon de 1245 et il est décédé le 19 mars 1263. Il est l’auteur de la première concordance biblique.

  • 10 Voir J.I. Depery, Histoire hagiologique de Belley ou recueil des vies de saints et de bienheureux n (...)

78Pierre de la Palud, né vers 1280 et mort à Paris en 1341. Originaire de la Bresse, il est entré dans l’Ordre à Lyon. Maître en théologie à Paris en 1314, il a accompli diverses missions pour le pape, avant d’être nommé par Jean XXII patriarche de Jérusalem. Emu par la situation des chrétiens de Terre Sainte, il a tenté d’intervenir en leur faveur auprès du sultan d’Egypte et de susciter une nouvelle croisade, sans succès10.

Panneau du centre : Les trois papes dominicains, au centre S. Pie V, et en retrait les bienheureux Benoît XI et Innocent V.

79Réalisé au couvent. Considéré comme « trop cuit, teinte pâle » dans une note anonyme conservée aux archives du couvent.

80Benoît XI

81Né en 1240 à Trévise, Nicolas Boccasini est entré dans l’Ordre en 1257. Elu 9e Maître de l’Ordre au chapitre de Strasbourg en 1296, mais pour peu de temps car il a été créé cardinal deux ans plus tard et nommé évêque d’Ostie. Élu pape en 1303, il a tenté d’apaiser le conflit avec Philippe le Bel et est mort, probablement empoisonné, le 7 juillet 1304 à Pérouse. Béatifié le 24 avril 1736 par le pape Clément XII ; il est fêté le 7 juillet.

82Représenté par Fra Angelico dans les médaillons de la crucifixion, salle capitulaire, S. Marco, Florence.

83S. Pie V

  • 11 N. Lemaître, Saint Pie V, Paris, Fayard, 1994

84Antonio Michele Ghislieri est né le 17 janvier 1504 à Bosco Marengo dans le Piémont. Il entre dans l’Ordre en 1518 et enseigne la théologie pendant la première partie de sa vie. Travaillant pour l’Inquisition à partir de 1551, à Rome, il devient cardinal en 1557. Élu pape le 7 janvier 1566, il mène une intense activité de réforme de l’Église et de la curie romaine. Il publie le Catéchisme du Concile de Trente, ainsi que le missel et le bréviaire qui seront en usage jusqu’à Vatican II. Décédé le 1er mai 1572 à Rome, il a été canonisé en 1712, et il est fêté le 30 avril11.

85Innocent V

  • 12 M.H. Laurent, Le bienheureux Innocent V (Pierre de Tarentaise) et son temps, Cité du Vatican, Bibli (...)

86Né vers 1225, en Savoie, Pierre de Tarentaise est entré dans l’ordre vers 1241. Il a mené des études de théologie brillantes en Sorbonne, ce qui l’a fait désigner sous le titre de Doctor famosissimus. Archevêque de Lyon en 1272, il devient un an plus tard cardinal-évêque d’Ostie. Il était, à ce titre, présent au concile de Lyon, où il a prononcé l’éloge funèbre de saint Bonaventure. Élu pape le 21 janvier 1276, il est mort le 22 juin 1276, à Rome, après cinq mois de pontificat. Béatifié par Léon XIII en 1898, sa fête est le 23 juin12.

87En médaillon, Benoît XIII, pape dominicain

88Né le 2 février 1649, à Gravina in Puglia, dans la province de Bari, Pietro Francesco Orsini, en religion Vicenzo Maria Orsini est entré dans l’Ordre en 1667. Parent du pape Clément X, il est créé cardinal à 23 ans. Evêque en 1675, archevêque de Bénévent en 1686, il a été élu pape le 19 mai 1724. Il est décédé le 21 février 1730, à Rome. Son procès de béatification a été ouvert en 1931. Il est représenté en médaillon, car il n’est pas bienheureux.

Panneau de gauche : S. Antonin de Florence (Antonino Pierozzi de Forciglioni)

89Réalisé au couvent.

90Sa vie

91Né en mars 1389, à Florence, saint Antonin a participé, à la suite de Jean Dominici, à la réforme dominicaine. Compagnon de noviciat de Fra Angelico, il a été son prieur au couvent de San Marco de Florence, lorsque celui-ci en réalisait les fresques. Devenu archevêque de Florence, il a été un pasteur exemplaire par sa charité et son talent de prédicateur. Il est mort le 2 mai 1459, Florence. Canonisé en 1523, sa fête est célébrée le 10 mai.

Côté sud

Vitrail du rosaire

92La note manuscrite précise : « Exécuté chez Barelon. Barelon ne faisait que les personnages et les mettaient en plomb, on continuait la mise en plomb avec les dessins accessoires au couvent. »

  • 13 F. Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Tex (...)

93Dans son commentaire, le P. Berthier écrit : « La tête de saint Dominique rappelle de loin les traits du P. Lacordaire, qui portait précisément le nom de Dominique13. »

94Le vitrail reprend l’iconographie dominicaine traditionnelle de la Vierge Marie confiant le rosaire à saint Dominique, tandis que l’enfant Jésus confie la couronne d’épines à saint Catherine de Sienne. Le P. Danzas a complété la scène par la présence de saint Pie V, pape dominicain dont le pontificat est lié à la prière du rosaire, car il avait demandé aux chrétiens de prier le rosaire pour obtenir la victoire dans la bataille navale de Lépante, le 7 octobre 1571. Cette date est devenue la fête liturgique de Notre-Dame du Rosaire. L’ange thurifaire, en bas à droite du vitrail, porte le livre « Garde d’honneur de Marie ». Il a été placé là pour rappeler que cette chapelle est le centre de l’association du Rosaire perpétuel, fondée par le fr. Augustin dont le cœur est placé dans le mur de droite de la chapelle. C’est ce que relève le périodique dominicain La Couronne de Marie, dans le compte rendu qu’il donne de l’inauguration, le 16 août 1863 :

  • 14 La Couronne de Marie, 4, 1863, p. 356-358.

Nous signalons seulement le beau vitrail qui décore la chapelle du Rosaire, non pour faire admirer le talent de l’artiste, le fini de l’exécution, mais pour dire à nos chers Associés qu’aux pieds de notre divine Reine donnant le Rosaire à S. Dominique, un ange les représente élevant vers Jésus et Marie un encensoir d’or et leur offrant le pur encens de la louange et de la prière. Glorieux soldat de l’armée des cieux, cet ange n’est-il pas un sublime représentant de la milice de Marie sur la terre, de ces âmes pieuses qui font ici-bas la cour à notre Reine, de concert avec les habitants du ciel14.

première verrière

Quinze mystères du Rosaire.

95La note manuscrite précise : « Copie de gravures allemandes de Kratky, exécutés par le fr Joachim. Le fr Egidius a fait le recouvrement de Jésus au temple, et peut être la visitation. »

96Les trois verrières présentent, de bas en haut

97Verrière de gauche, mystères joyeux : Annonciation, Visitation, Nativité, Présentation au temple, Recouvrement de Jésus au temple.

98Verrière centrale, mystères douloureux : Gethsémani, Couronnement d’épine, Flagellation, Portement de croix, Crucifixion.

99Verrière de droite, mystères glorieux : Résurrection, Ascension, Pentecôte, Assomption, Couronnement de la Vierge Marie.

Deuxième verrière

Panneau de gauche : sainte Marie-Madeleine, et la bienheureuse Madeleine de Panateriis

100Réalisé chez Barelon, selon un dessin du P. Danzas

101La vie de la bienheureuse Madeleine Panattieri, du tiers-ordre de la pénitence de saint Dominique.

102Née en 1433 à Trino, entre Turin et Milan, elle est morte le 13 octobre 1503 à Trino. Son culte a été confirmé sans procès de béatification en 1827

Panneau du centre : Le Sacré Cœur et sainte Catherine de Sienne

103Réalisé chez Barelon, selon un dessin du P. Danzas

  • 15 F. Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Tex (...)

104Dans son commentaire, le P. Berthier écrit : « Le Christ est debout dans sa tunique et son manteau. De la main droite il montre à sainte Catherine agenouillée, en extase devant lui, son cœur esquissé sur sa poitrine, de la gauche il élève à la hauteur de l’épaule le calice eucharistique. La Sainte a les deux mains jointes et contemple avec amour le spectacle qui lui est donné. Elle porte sur la tête sa couronne d’épines, enserrant le voile blanc des tertiaires dominicaines. L’expression des figures et des attitudes est très remarquable d’intensité : la bonté et la force chez le maître, l’humilité et l’amour chez la fidèle servante. On dirait la traduction de cette parole sublime que le Sauveur adressa à Catherine : « Ma fille, souviens-toi que je suis celui qui est, et que toi tu es celle qui n’est pas15. »

105Vie de sainte Catherine de Sienne

106Née à Sienne, le 25 mars 1347, Catherine est une mystique, restée laïque. Entrée en 1363 chez les tertiaires dominicaines, les Mantellatae, elle a mené une vie de prière, qui a fait d’elle l’une des plus grandes mystiques d’Occident. Son expérience mystique transparaît dans son œuvre majeure, le Dialogue. Mais cette vie spirituelle ne l’a pas coupée du monde, elle s’est au contraire engagée, par ses interventions et par ses lettres, dans les conflits qui déchiraient la péninsule italienne, pour tenter de faire grandir la paix. Elle s’est rendue à Avignon, auprès du pape, pour le convaincre de revenir à Rome. Elle est morte à Rome, le 29 avril 1380, et a été canonisée en 1461. Son corps repose dans l’église dominicaine de la Minerve, à Rome, comme celui de Fra Angelico. Paul VI a fait d’elle l’une des deux premières femmes docteur de l’église, avec Thérèse d’Avila, en 1970.

Panneau de droite : sainte Catherine martyre

107Réalisé chez Barelon, copie d’une image. Représentée avec une couronne et la palme du martyre.

108Autre représentation connue

Fra Angelico, nativité, cellule 5 du couvent S. Marco, Florence (avec S. Pierre Martyr)

109Sa vie

110Catherine est une martyre des premières années du iiie siècle dont on ne sait rien de vérifiable, mais dont le culte est très populaire, autour de sa fête du 25 novembre à l’occasion de laquelle les jeunes filles à marier venaient renouveler la coiffe ornant sa statue. Devant l’absence de sources historiques attestant son existence, l’Église l’a retirée de son calendrier après le concile Vatican II. Elle est représentée avec une roue dentée, car les légendes médiévales sur son martyre font état d’une machine de ce type créée pour impressionner les chrétiens et que Catherine aurait détruite par la force de sa prière, avant d’être décapitée.

Troisième verrière

Panneau de gauche : Sainte Catherine de Ricci

111Réalisé chez Barelon, selon un dessin du P. Danzas

112Sa vie

113Née à Florence, le 23 avril 1522, Catherine de Ricci est entrée au monastère dominicain de Prato en 1535. Elle est connue pour avoir vécu des expériences mystiques hors du commun, entraînant ses sœurs dans la contemplation de la Passion du Christ. Elle est de ce fait souvent représentée portant un crucifix avec dévotion. Elle est morte dans son monastère, le 2 février 1590. Béatifiée en 1732 par Clément XII, elle a été canonisée en 1746 par Benoît XIV. Sa fête est le 4 février.

Panneau du centre : sainte Rose de Lima

114Réalisé chez Barelon, selon un dessin du P. Danzas

115Sa vie

116Née le 20 avril 1586 à Lima, Pérou, Isabel Flores est la première sainte du Nouveau Monde. A l’instar de Catherine de Sienne, elle a mené une vie de prière et de pénitence dans la maison familiale, portant tout particulièrement le souci du salut des Indiens. Décédée à Lima le 24 août 1617, elle a été béatifiée le 15 avril 1668 par Clément IX, et canonisée le 2 avril 1671 par Clément X. Sa fête est le 23 août.

Panneau de droite : sainte Agnès de Montepulciano

117Réalisé chez Barelon, selon un dessin du P. Danzas

118Sa vie

119Née le 28 janvier 1268 à Gracciano, Agnese Segni a fondé le monastère de Montepulciano. Dès sa mort, survenue le 20 avril 1317 à Montepulciano, son corps a fait l’objet d’un culte, et l’on en trouve la trace dans la dévotion que lui portait Catherine de Sienne, qui fit ce pèlerinage. Il a cependant fallu attendre1608 pour qu’elle soit béatifiée par Clément VIII. Sa canonisation a eu lieu en 1726, sous Benoît XIII. Sa fête est le 20 avril. C’est à cause du jeu de mots sur son prénom qu’Agnès est représentée avec un agneau.

Quatrième verrière

Panneau de gauche : Bienheureuse Imelda Lambertini

120Réalisé chez Barelon, selon un dessin du P. Danzas. Le pélican a été fait par fr. Eugène et l’agneau par fr Egidius.

121Sa vie

122Née vers 1322 à Bologne, Imelda a été confiée dès son plus jeune âge au monastère dominicain de Valdipietra. Les récits de sa vie rapportent qu’elle est morte le 12 mai 1233 après avoir reçu pour la première fois la communion eucharistique. Son culte a été autorisé en 1826 par Léon XII et son histoire mise en valeur au XIXe siècle pour susciter la dévotion eucharistique des enfants, comme le montre par exemple la brochure du bienheureux J.J. Lataste, o.p., La Bienheureuse Imelda Lambertini, Paris, Poussielgue, 1866, 36 p., cinq éditions de 1866 à 1875. Elle est fêtée le 13 mai.

Cinquième verrière

Panneau de gauche : Les trois bienheureuses princesses dominicaines, Marguerite de Savoie, Marguerite de Hongrie et Jeanne de Portugal

  • 16 F. Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Tex (...)

123Dans son commentaire, le P. Berthier écrit : « Elles sont debout et comme appuyées l’une sur l’autre. À leurs pieds, les couronnes terrestres qu’elles ont méprisées. La bienheureuse Marguerite de Hongrie est au premier plan, les yeux baissés, et tenant de la droite une branche de marguerite avec deux fleurs dont l’une se dirige vers la bienheureuse Marguerite de Savoie placée à sa gauche. Ces fleurs indiquent les noms de ces deux illustres filles de saint Dominique. La bienheureuse Marguerite de Savoie se voit de profil, à droite du spectateur, tournée sur sa gauche, elle regarde le ciel en s’enfonçant dans la poitrine trois javelots aigus, symbole de la calomnie, de la maladie et de la persécution qu’elle accepta de souffrir en même temps pour son Dieu. La bienheureuse Jeanne de Portugal est à droite du groupe. Elle a refusé trois rois qui sollicitent sa main et contemple les yeux baissés un idéal meilleur qui a surgi dans son âme. Ce groupe est charmant, on dirait trois Grâces chrétiennes, élevées au-dessus des autres autant que le ciel l’est au-dessus de la terre16. »

124Marguerite de Savoie

125Fille du duc de Savoie, elle est née à Pignerol (Piémont) vers 1382. Elle a été mariée contre son gré au marquis de Montferrat. Devenue veuve à trente-huit ans, elle a pris l’habit du tiers ordre dominicain puis a fondé un monastère à Albe, où elle a vécu la persécution, la calomnie et la maladie, priant pour l’unité de l’Église déchirée par le Grand Chisme. C’est à Alba qu’elle est décédée, le 23 novembre 1464. Son culte a été confirmé en 1669. Elle est fêtée le 27 novembre.

126Marguerite de Hongrie

127Née vers 1242 à Klissza (aujourd’hui Klis près de Split en Croatie), Marguerite était la fille du roi de Hongrie. Elle a été confiée au monastère de Veszprem à l’âge de trois ans, puis, à douze ans, à celui de Buda que son père avait fait construire pour elle. Elle y a fait profession entre les mains du Maître Humbert de Romans, et est morte le 18 janvier 1270 ayant édifié ses sœurs par sa charité et son humilité. Béatifiée dès 1278, elle a été canonisée en 1934. Sa fête est le 18 janvier.

128Jeanne de Portugal

129Fille du roi de Portugal Alphonse V, Jeanne est née le 16 février 1452 à Aveiro. Elle a d’abord vécu à la cour, où elle a assuré la charge de régente pendant l’absence de son père. Par la suite, elle est entrée au monastère dominicain d’Avero, où elle est décédée le 12 mai 1490 après une vie d’humilité et de pénitence. Son culte a été confirmé en 1692. Elle est fêtée le 12 mai.

Verrière ouest

130Au sommet, en médaillon, le Christ avec deux anges.

131En dessous, médaillon de droite, l’Annonciation ; médaillon de gauche, saint Pierre et saint Paul.

132Lancettes : Les douze apôtres

133En bas : les fondateurs d’ordres, de gauche à droite, sainte Thérèse d’Avila, saint Bruno, saint Benoît, saint Bernard, saint François de Paule et sainte Scholastique.

Notes

1 L’année dominicaine, nouvelle édition, Lyon, Jevin, 1898, août, IV août, p. 174.

2 Constantin d’Orvieto, Legenda Sancti Dominici, 28. On trouve la même histoire dans les Miracles de saint Dominique, rapportés par Sr Cécile, 3.

3 L’année dominicaine, nouvelle édition, Lyon, Jevin, 1898, août, IV août, p. 174.

4 Repris dans L’année dominicaine, nouvelle édition, Lyon, Jevin, 1898, août, IV août, 111.

5 L’année dominicaine, nouvelle édition, Lyon, Jevin, 1883, janvier, XXIII, p. 732.

6 « Lettre adressée à S. Raymon de Peñafort en mai 1252 », Propre de l’Ordre des Prêcheurs, Liturgie des heures, Sanctoral, Paris, 1983, p. 158.

7 F. Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Texte par le R.P. Berthier du même ordre. Nombreuses héliogravures exécutées d’après les peintures et dessins originaux, Saint-Etienne, 1897, p. 31.

8 L’année dominicaine, nouvelle édition, août, Lyon, Jevain, 1898, XVI août, p. 630.

9 F. Thiollier (Dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Texte par le R.P. Berthier du même ordre. Nombreuses héliogravures exécutées d’après les peintures et dessins originaux, Saint-Etienne, 1897, p. 34.

10 Voir J.I. Depery, Histoire hagiologique de Belley ou recueil des vies de saints et de bienheureux nés dans ce diocèse, Bourg, Bottier, 1835, t. 2, p. 103-105.

11 N. Lemaître, Saint Pie V, Paris, Fayard, 1994

12 M.H. Laurent, Le bienheureux Innocent V (Pierre de Tarentaise) et son temps, Cité du Vatican, Biblioteca apostolica vaticana (Studi e Testi, 129), 1947.

13 F. Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Texte par le R.P. Berthier du même ordre. Nombreuses héliogravures exécutées d’après les peintures et dessins originaux, Saint-Etienne, 1897, p. 31.

14 La Couronne de Marie, 4, 1863, p. 356-358.

15 F. Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Texte par le R.P. Berthier du même ordre. Nombreuses héliogravures exécutées d’après les peintures et dessins originaux, Saint-Etienne, 1897, p. 31.

16 F. Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques. Texte par le R.P. Berthier du même ordre. Nombreuses héliogravures exécutées d’après les peintures et dessins originaux, Saint-Etienne, 1897, p. 31.

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search