Version classiqueVersion mobile

Un passé recomposé

 | 
Jean-Marie Gueullette

Annexes

Annexe 2. La chapelle du Rosaire au couvent de Lyon

Texte intégral

1Le 16 août dernier, fête de saint Hyacinthe, de l’Ordre des Frères Prêcheurs, a eu lieu la bénédiction de la nouvelle chapelle des PP. dominicains de Lyon. Son Eminence le cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, a daigné faire elle-même cette cérémonie. Un nombreux clergé et plus de cinquante religieux de divers ordres ont pris part à cette pieuse solennité.

2Ce qui intéresse particulièrement les Associés, c’est le nouveau sanctuaire de Notre-Dame du Saint Rosaire. Il convenait en effet que cette chapelle qui est, par sa destination providentielle, le centre de l’association du Rosaire perpétuel, fût plus en rapport avec la grandeur de l’Œuvre elle-même. Sans doute la pauvre et petite chapelle où l’association a pris naissance en 1858, où elle s’est ensuite magnifiquement développée, où le P. Marie Augustin a si souvent fait entendre aux pieux fidèles les accents de son amour et de son zèle envers Marie, cette humble chapelle laisse dans tous les cœurs de tous ceux qui l’ont fréquentée un souvenir ineffaçable. Mais à la vue de ce nouveau sanctuaire dont la grandeur et la beauté sont si fort au-dessus du premier, qui ne sent son cœur se dilater ? qui ne voit un symbole des progrès admirables de l’Œuvre a faits en ces derniers temps ? qui ne se réjouit de l’honneur plus grand, du culte plus digne rendu à notre auguste Reine ? Dans cette nouvelle enceinte, nos Associés peuvent se réunir plus nombreux, sans être gênés par l’exiguïté d’un local trop restreint ; la prière s’élance en quelque sorte plus haut ; les chants sacrés résonnent avec plus d’harmonie ; les cérémonies saintes peuvent se déployer avec plus de pompe et de recueillement. Si Marie s’est montrée si bonne, si douce, si miséricordieuse, si puissante dans son premier sanctuaire, n’en doutons pas, elle se montrera telle et meilleure encore si c’est possible dans le second. Elle aussi dilatera son cœur de mère pour répandre sur ses enfants du Rosaire de plus abondantes bénédictions.

  • 1 Anonyme, La Couronne de Marie, 4, 1863, p. 356-358.

3Nous ne ferons pas la description de ce monument si digne de sa haute destination : il est encore inachevé et incomplet, et nous aurons peut-être occasion d’en parler dans la suite. Nous signalons seulement le beau vitrail qui décore la chapelle du Rosaire, non pour faire admirer le talent de l’artiste, le fini de l’exécution, mais pour dire à nos chers Associés qu’aux pieds de notre divine Reine donnant le Rosaire à S. Dominique, un ange les représente élevant vers Jésus et Marie un encensoir d’or et leur offrant le pur encens de la louange et de la prière. Glorieux soldat de l’armée des cieux, cet ange n’est-il pas un sublime représentant de la milice de Marie sur la terre, de ces âmes pieuses qui font ici-bas la cour à notre Reine, de concert avec les habitants du ciel. Oh ! puissions-nous élever nos cœurs vers Jésus et Marie remplis du feu de l’amour divin et exhalant le parfum de la prière et des vertus du Rosaire ! C’est ainsi que nous mériterons d’être associés aux anges et aux saints dans la patrie. En attendant, rendons grâces à Marie de tous les bienfaits dont elle nous a comblés, et particulièrement de s’être choisi ce pieux sanctuaire pour y recevoir nos vœux et nos hommages les plus parfaits1.

Notes

1 Anonyme, La Couronne de Marie, 4, 1863, p. 356-358.

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search