Version classiqueVersion mobile

Un passé recomposé

 | 
Jean-Marie Gueullette

Le Saint-Nom de Jesus de Lyon et les chantiers catholiques contemporains 1

Philippe Dufieux

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie chaleureusement Jean-Marie Gueullette, o.p., Bruno Carra de Vaux, o.p., ainsi que (...)
  • 2 Œuvres du R. P. Henri-Dominique Lacordaire, mélanges, t. IX, chap. V « Des artistes, évêques, cardi (...)

« L’architecte des mondes est artiste par excellence […] ; plus l’homme reçoit de son esprit, plus il est capable et digne d’aspirer lui-même aux saintes fonctions de l’art », Henri Lacordaire2

  • 3 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, Danzas fait mention dans sa correspondance de treize frères origina (...)
  • 4 Bernadette Truchet, Les congrégations dans la ville, leur patrimoine foncier et leurs fonctions à L (...)
  • 5 Pierre Delattre (dir.), Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien, I (...)
  • 6 Abbé Jean-Baptiste Martin, Histoire des églises et des chapelles de Lyon, Lyon, Lardanchet, 1907-19 (...)
  • 7 Philippe Dufieux, « Les abbés de la Société. Figures de l’érudition ecclésiastique lyonnaise », Gry (...)
  • 8 Michel Cormier, L’ancien couvent des dominicains de Lyon, Lyon, Vitte, 1898-1900, 2 vol. Citons enc (...)
  • 9 Père Gardeil, « Soixante-dix ans d’études et d’exode », Henri Lacordaire et la province dominicaine (...)
  • 10 Bruno Horaist et Michel Albaric, Un peintre dominicain Jean-Baptiste Besson (1816- 1861), Lyon, Édi (...)
  • 11 Père Gillet, « Nos artistes », Henri Lacordaire et la province dominicaine de France 1839- 1904, op (...)
  • 12 Félix Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques, (...)
  • 13 Élisabeth Hardouin Fugier, « L’autel du Rosaire par Fabisch au Saint-Nom de Jésus », Rive Gauche, n (...)
  • 14 Jean-Michel Leniaud, « Une lecture du Saint-Nom de Jésus de Lyon », La révolution des signes, L’art (...)

1L’histoire de la fondation du Saint-Nom de Jésus n’est plus à écrire à l’issue des travaux qui ont jalonné ces dix dernières années et des communications de cette journée d’études, bien qu’un certain nombre de questions restent encore en suspens quant à la genèse de l’établissement conventuel, qu’il s’agisse du financement des constructions, du choix de l’emplacement comme de la désignation des architectes, tout autant que des réseaux dont a bénéficié localement le père Antonin Danzas, outre les personnalités de Paul du Bourg et de Camille Rambaud3. Il en va de même de la chronologie des travaux, de l’étude du chantier avec ses multiples acteurs – maître d’œuvre et maître d’ouvrage – mais encore entrepreneurs, fournisseurs et artisans, en deux mots, de toute l’économie de la construction. Les sources relatives à la construction du Saint-Nom de Jésus demeurent extrêmement lacunaires – celles-ci furent en effet partiellement détruites lors des événements de 1870 – et cette remarque s’applique à de nombreuses fondations congréganistes au XIXe siècle dont l’étude se heurte fréquemment à des problèmes de sources, le plus souvent lacunaires et dispersées au gré des fermetures et des regroupements de provinces. Il faudrait établir un inventaire exhaustif, ville par ville, diocèse par diocèse, pour prendre la véritable mesure de l’ambition catholique au XIXe siècle à travers l’essor des ordres et des congrégations qui acquièrent au cours du siècle une visibilité qui se révèlera tout à fait problématique sous la Troisième République, comme l’a montré Bernadette Truchet pour Lyon4. En la matière, rares sont les outils bibliographiques à la disposition de l’historien, on songe en particulier à l’ouvrage dirigé par Pierre Delattre consacré aux établissements jésuites en France5 ou, localement, à la synthèse de l’abbé Jean-Baptiste Martin sur les églises et les chapelles de Lyon (1907-1909)6, dernière publication qui, au lendemain de la Séparation, prend la dimension d’un inventaire exhaustif avant les inventaires. Dans ces années troubles, l’historiographie catholique fait montre d’une singulière fécondité comme pour conjurer le divorce à venir ou passé, en témoignent en particulier les travaux des sociétés de prêtres érudits7 ou encore ceux de l’archiviste dominicain Michel Cormier, auteur d’une imposante monographie dédiée à l’ancien couvent des frères prêcheurs de Notre-Dame de Confort à Lyon (1218-1789), publiée en deux volumes entre 1898 et 19008. En 1910, paraît une brève histoire contemporaine de la province dominicaine de France à l’occasion du cinquantenaire de l’Année Dominicaine (Henri Lacordaire et la province dominicaine de France 1839-1904) dans laquelle le Saint-Nom de Jésus n’est pas même mentionné, alors que de longs développements sont consacrés au couvent de Chalais (Isère, 1844), au noviciat de Flavigny (Côte-d’Or, 1848), à Saint-Maximin (1859), sans parler du bref épisode des Carmes à Paris (1849-1851), mais encore aux fondations de Belmonte en Espagne, de Volders dans le Tyrol, de Corbara (Haute-Corse), de Gand, du Saulchoir (près de Tournai, Belgique), jusqu’aux missions de Mossoul9. Alors que le père Gillet signe dans le même ouvrage un important chapitre dédié à l’œuvre du père Jean-Baptiste Besson10 ainsi qu’aux réalisations de l’architecte Louis-Alexandre Piel, le père Antonin Danzas est cité dans une note succincte de bas de page, simplement pour rappeler l’ascendant que le père Besson exerça sur son art11. Le Saint-Nom de Jésus se voit donc étrangement passé sous silence, malgré son importance dans la généalogie des établissements dominicains fondés aux cours des décennies décisives du XIXe siècle en France. Faut-il voir ici un écho tardif des débats qui virent s’opposer Lacordaire et le père Jandel dans les années 1840 ? La réponse, en l’occurrence, ne fait aucun doute. On comprend mieux dans ces conditions les lacunes bibliographiques à propos de l’œuvre de Danzas, lacunes que l’ouvrage dirigé par Félix Thiollier ne compense que partiellement12. Ces dernières années, les travaux d’Élisabeth Hardouin-Fugier13 comme ceux de Jean-Michel Leniaud14 ont permis de mieux cerner les ambitions plastiques et iconographiques liées à la chapelle du couvent de Lyon à travers le programme de vitraux, la construction de la chapelle comme son aménagement mobilier qui ne subsiste aujourd’hui qu’à l’état fragmentaire. Un certain nombre de sources – curieusement occultées bien que parfaitement accessibles – permettent d’éclairer certains aspects du chantier en affinant en particulier la chronologie de l’œuvre. Outre les aspects matériels et les multiples enjeux liés à la construction du couvent comme de sa chapelle, une mise en perspective à l’échelle de la cité rhodanienne s’impose, ne serait-ce que pour appréhender la fondation dominicaine sur la rive gauche du Rhône dans un contexte de renouveau religieux qui, au milieu du siècle, engage le diocèse de Lyon dans une véritable course aux chantiers. Sans revenir sur la « lecture » du Saint-Nom de Jésus de Jean-Michel Leniaud en 2005, je me propose dans le cadre de cette communication d’apporter quelques éclairages complémentaires et de proposer de nouvelles hypothèses.

Une fondation aux Brotteaux

  • 15 Pierre-Yves Saunier, « Logique de l’agrégation : l’agglomération lyonnaise au XIXe siècle », Bullet (...)
  • 16 Josette Barre et Paul Feuga, Morand et les Brotteaux, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire (...)

2Les origines de la fondation du Saint-Nom de Jésus demeurent étroitement liées à l’œuvre de Camille Rambaud et de Paul du Bourg, apôtres de la cité de l’Enfant-Jésus, qui étendent leur zèle missionnaire aux quartiers alors en cours d’urbanisation situés au nord de la rive gauche du Rhône. Jusqu’à la fondation de la paroisse Saint-Pothin, la Guillotière ne dispose que d’un lieu de culte, l’église Saint-Louis à laquelle s’ajoutent plusieurs chapelles situées aux confins de la commune, ainsi que le monument des Brotteaux, érigé par l’architecte Cochet sous la Restauration. L’église Saint-Louis de la Guillotière fait l’objet d’importants travaux d’agrandissement au début des années 1830 afin de répondre aux besoins religieux d’une population qui ne cesse de croître. Dans ces terres de mission, l’encadrement paroissial tarde à s’adapter au développement urbain malgré les efforts des autorités religieuses et politiques qui tendent à conjuguer leurs actions sur fond de maillage du territoire ; c’est à cette fin qu’en 1852, Lyon annexe ses communes suburbaines (Croix-Rousse, Guillotière, Vaise15). L’année 1843 voit la consécration de l’église Saint-Pothin, érigée sur les plans de Christophe Crépet, architecte de la Ville de la Guillotière. Le vaste quartier des Brotteaux, encore en devenir au milieu du siècle, qui correspond approximativement à la façade ouest du sixième arrondissement et au nord de l’actuel troisième arrondissement, voit s’élever une multitude de constructions le long des axes formés par la rigoureuse trame orthonormée dessinée par Morand à la fin du XVIIIe siècle. Si la place éponyme et les quelques rues et avenues avoisinantes accueillent des immeubles résidentiels ou de rapport, l’essentiel du quartier est alors formé de masures, de petits immeubles et d’ateliers élevés en torchis, en bois et en pisé de terre, conformément au mode de construction traditionnel du Dauphiné auquel ce territoire appartient historiquement16. Mais il est une autre raison qui contraint les particuliers à construire dans des matériaux de récupération : le système de baux concédés par les Hospices civils de Lyon pour cinq à dix ans tout au plus. On comprend dans ces conditions que les Brotteaux aient été complètement dévastés lors des crues du Rhône de 1840 et de 1856. Les seuls édifices épargnés le furent en raison de la qualité de leurs matériaux de construction et leur isolement des inondations dont l’église Saint-Pothin et le monument des Brotteaux, comme en témoigne notamment l’œuvre de Michel Genod (Lyon, musée des Beaux-arts) opposant les ruines des maisons au rétablissement de l’ordre et à la paix civile. C’est à l’issue de la dernière crue du Rhône que les pouvoirs publics imposent aux Hospices civils l’établissement de baux de longue durée – jusqu’à quatre-vingt-dix-neuf ans – afin d’assainir en particulier les constructions domestiques. C’est dans ce contexte de désolation que Camille Rambaud transforme sa maison pour venir en aide aux victimes des inondations et engage la construction de nouvelles maisons pour donner du travail aux ouvriers, Mgr de Bonald bénit ainsi la première pierre de la future Cité Rambaud le 30 juin suivant, soit pratiquement un mois jour pour jour après la crue historique (31 mai). Selon le biographe du père Danzas, l’idée de faire appel aux dominicains afin d’apporter un secours spirituel aux populations revient également à Rambaud qui en aurait eu la révélation au cours de la messe du 31 août 1856.

  • 17 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, cité par le père Gabriel Arlin, Notes sur la fondation du couvent d (...)
  • 18 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, propos du père Jandel cités par le père Gabriel Arlin, op. cit., p. (...)
  • 19 Archives du couvent du Saint-Nom de Jésus de Lyon, procès-verbal d’adjudication de vente par maître (...)
  • 20 Dans le détail : trois mille francs lors de la signature de la vente, dix-sept mille francs le 16 o (...)
  • 21 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, lettre du frère Rubys aux administrateurs des Hospices civils de Ly (...)
  • 22 L’acte de mutation est reproduit dans l’ouvrage de Léon Chaine, À la mémoire de l’abbé Chaine, l’un (...)

3Les débuts du couvent furent des plus modestes, en septembre 1856 : une parcelle isolée de sept mille cent quatre-vingt mètres carrés est louée aux Hospices civils à l’angle des rues Bugeaud et Tête d’Or et une petite maison à six fenêtres en façade, formée d’un rez-de-chaussée et d’un étage, est achetée par Rambaud pour la somme de quatre à cinq mille francs. Au rez-de-chaussée prennent place le réfectoire, la salle commune, la cuisine, le parloir et la bibliothèque. Le 20 septembre suivant, les fondations d’une première chapelle sont posées, elle est décrite comme une construction en brique de trente mètres de long par huit de large ornée de petites fenêtres ogivales sans ornement ; des contreforts venant étayer les travées. La parcelle n’est pas dénuée de qualités ; située dans la perspective du chevet de l’église Saint-Pothin, mais à bonne distance, à la croisée de deux artères, donc offrant deux façades urbaines, placée enfin dans la proximité immédiate de la Cité de l’Enfant-Jésus sans en être trop rapprochée non plus. Un croquis brièvement esquissé montre que de toute évidence le mode de construction se faisait l’écho de la modestie des maisons avoisinantes. Les premiers travaux s’exécutent promptement, la chapelle est bénie le 24 décembre 1856 ; montant des dépenses : trente-deux mille francs. Les notes qui nous sont parvenues se font l’écho du caractère rudimentaire des installations : « La chapelle et l’annexe n’avaient eu nullement le temps de sécher […] en été, on souffrait de la chaleur. Les chaises s’enfonçaient dans le bitume au rez-de-chaussée et au premier17. » L’extrême pauvreté dans laquelle les premiers religieux vécurent fut visiblement relevée par les contemporains : « La situation dans une grande ville, la pauvreté extrême, les austérités firent remarquer l’œuvre de Lyon, malgré les efforts des pères à faire leur essai sans bruit18 » (Jandel). Le 14 octobre 1857, le procès-verbal de la vente de la parcelle par les Hospices civils de Lyon est établi devant maître Delcourt à Lyon. Signé par les six prêtres « fondateurs » (Ferdinand Danzas, François Florentin Bernard, Jean Adolphe Pierson, Victor Balme, Jean-Marie Signerin et Laurent Escallier), le montant de la transaction atteint cent soixante mille francs19. Sur cette somme, seul un acompte de quarante mille francs est versé entre octobre 1857 et février 186620, un nouvel acompte devant être acquitté à la fin de l’année 1866 pour un montant de quarante mille francs. Le 12 juin 1866, un mémoire est adressé au président des Hospices civils afin d’obtenir une prorogation des versements de cinq ans de plus afin d’apurer les quatre-vingt mille francs de dettes, « dans le but principalement », lit-on, « de poursuivre l’achèvement de leur église21 ». La bienveillance des autorités civiles n’a d’égal dans ces années-là que leur attention aux questions d’embellissement. La demande est accueillie très favorablement, le reliquat de quatre-vingt mille francs devenant exigible au 14 octobre 1872, les Dominicains conservant la faculté de se libérer des sommes dues par anticipation. Au début de l’année 1863, les religieux se voient proposer, à un prix visiblement avantageux (entre trente-six et quarante-cinq francs le mètre carré), l’acquisition de l’ensemble des terrains de la parcelle sur la rue Masséna et la rue Vauban afin de se prévaloir de l’implantation d’une future activité industrielle, dernier argument mis en avant par le fondé de pouvoir chargé de négocier la cession des biens. Cette offre est renouvelée en mars 1864. Les terrains et des constructions mis en vente sont estimés à cent trente-six mille cent cinquante francs. En décembre 1865, une nouvelle offre est faite au supérieur du Saint-Nom de Jésus, qui demeurera sans suite. Sans parler d’une politique foncière à propos du couvent de Lyon, il faut relever que le choix d’une fondation dans un quartier industriel et populaire ne relève pas du seul concours de circonstance, pas plus que la création de la Cité de l’Enfant-Jésus aux Brotteaux. C’est bien en territoire de mission, aux marges de la ville, que ces acteurs entendent travailler à la gloire de Dieu. En tout état de cause, la fondation de Lyon se devait de refléter fidèlement la vocation propre des fils de saint Dominique : conjuguer vie apostolique et vie monastique, action et contemplation, étude et ministère pastoral. Le montant des investissements opéré dans le courant des années 1850 ne doit pas occulter une autre acquisition de l’Ordre dans la proche région lyonnaise, celle du collège d’Oullins, fondé par les abbés Pierre Chaine, Étienne Dauphin et Jean-Baptiste Bourgeat en 1833. L’affaire d’Oullins est promptement menée : dès 1851, plusieurs professeurs entrent en relation avec Lacordaire dans le dessein d’affilier l’établissement aux frères prêcheurs, se proposant de revêtir l’habit de saint Dominique et de revenir prendre en mains le collège après leur noviciat. Le 25 juillet 1852 – jour où l’institution célèbre la fête patronale de saint Thomas d’Aquin – a lieu la transmission du collège à l’Ordre de Saint-Dominique et, le 8 octobre suivant, Lacordaire se porte acquéreur de l’ancienne résidence des archevêques de Lyon et des huit hectares attenants pour cent mille francs, montant converti en rente de douze mille francs22. En 1852 et 1857, ce ne sont donc pas moins de trois cent mille francs qui sont investis, cette dernière estimation tenant compte des premières constructions élevées rue Bugeaud.

Quelques hypothèses

  • 23 L’Année dominicaine, octobre 1863, p. 424. Texte intégral reproduit en annexe 1.
  • 24 Pierre-Yves Saunier, « L’Église et l’espace de la grande ville au XIXe siècle : Lyon et ses paroiss (...)
  • 25 Le récit en a été publié de façon anonyme dans l’Année dominicaine, octobre 1863, p. 424-429. Texte (...)
  • 26 Félix Thiollier, L’Œuvre artistique du R.P.A. Danzas, Saint-Étienne, 1897, p. 19.
  • 27 Joseph Buche, L’Abbé Camille Rambaud de Lyon, sa vie, ses œuvres sociales, préface d’Édouard Aynard (...)
  • 28 Abbé R. Blanchon, L’Abbé Paul du Bourg, second fondateur de l’Enfant-Jésus à Lyon (1827-1898), Lyon (...)
  • 29 A.M. Odin, Les Chartreux de Lyon, Lyon, Audin, 1937, p. 104.
  • 30 Jean-Michel Leniaud, « Les constructions d’églises sous le Second Empire : architecture et prix de (...)

4Le 16 août 1863, la nouvelle chapelle est consacrée par Mgr de Bonald, « Après six ans révolus de peines, de luttes, d’héroïques travaux », lit-on dans l’Année dominicaine, « sans autre secours que le bras de Dieu et l’inépuisable générosité lyonnaise, nos Frères se sont conquis une place sur cette terre des grandes villes si avidement disputée23 » ; dernière mention qui suggère un climat de rivalité missionnaire24. Indéniablement, l’œuvre connut un succès fulgurant, puisqu’effectivement, quelques années seulement séparent la première chapelle au dénuement évangélique de la nouvelle qui arbore les fastes aériens de l’âge gothique. Le caractère imposant de la nouvelle chapelle souleva visiblement des réserves, puisque le père Saudreau, provincial de la province de France, dut s’en expliquer lors de la consécration du sanctuaire ou du moins devancer les critiques : « à quoi bon une chapelle dans les couvents ? En voyant la nôtre si somptueuse, on avait ajouté : pourquoi de si splendides chapelles chez les moines25 ? » Le luxe affiché par le sanctuaire, bien qu’encore inachevé à cette date, avait effectivement de quoi susciter des réactions, notamment parmi les habitants du quartier. Alors que les fabriques peinent à réunir le financement de leurs nouvelles constructions – près de quarante ans séparent les premiers travaux de reconstruction de l’église Saint-Georges conduits par Louis Bresson, architecte du Saint-Nom de Jésus, de son achèvement –, devant se satisfaire de chapelles provisoires de nombreuses années durant dans les quartiers périphériques, la célérité avec laquelle les Dominicains financent leur fondation soulève l’épineuse question de l’origine des fonds. On sait aujourd’hui qu’une souscription a été organisée auprès des six cent mille associés du Rosaire à travers la France, qui a rapporté plus de soixante-deux mille francs. Le père Berthier évoque, toujours à propos du financement de l’édifice, la complicité d’un père jésuite, dans une association d’idées qui reste à expliciter : « Les dons les plus considérables peut-être arrivèrent », écrit-il, « par l’entremise d’un père jésuite, alors ministre à la résidence de la rue Sainte-Hélène. Les Dominicains en conservent pieusement le souvenir26. » Si la générosité de Rambaud fut décisive dans les premiers montages financiers, la construction d’un sanctuaire d’une telle ampleur exige des moyens qui dépassent la seule magnanimité particulière, d’autant que l’aventure de la Cité de l’Enfant-Jésus se solde par une sévère déconvenue, financière – Rambaud emprunte quatre cent mille francs en obligations et en dépense six cent mille en travaux – et morale, les ouvriers refusant de s’acquitter de la location de leur logement27. Dans ces conditions, il n’est pas envisageable que celui-ci ait apporté un quelconque concours financier à la construction de la chapelle. On sait par ailleurs que la fortune familiale de Paul du Bourg fut à son tour engloutie dans la construction de la chapelle gothique de la Cité Rambaud, dessinée, selon son biographe par le docteur Faivre, soit quatre cent mille francs28. À titre de comparaison, la chapelle des Chartreux à Lyon (1847-1862), qui compte pour l’un des chefs-d’œuvre de l’architecte diocésain Tony Desjardins, revient à près de trois cent cinquante mille francs29. Si l’on s’en tient aux chantiers contemporains, étudiés notamment sous l’angle du prix de revient30, le chiffre approximatif de trois cent cinquante à quatre cent mille francs ne semble pas exagéré en ce qui concerne la chapelle du Saint-Nom de Jésus, compte-tenu de sa superficie et de la qualité du décor ; montant auquel il convient d’ajouter le prix de la construction du couvent. Ce chiffre est incidemment confirmé par l’offre de 600 000 francs proposée par la paroisse Saint-Joseph des Brotteaux (couvent et église comprise) au moment des secondes expulsions en 1880.

  • 31 Philippe Dufieux, Le Mythe de la primatie des Gaules. Pierre Bossan et l’architecture religieuse en (...)
  • 32 Si l’on s’en tient aux seules constructions gothiques contemporaines, l’église Notre-Dame-des-Anges (...)

5Trois cent mille à quatre cent mille francs, c’est à peu de chose près le prix de revient d’une grande église rurale, à l’image de celles élevées dans le diocèse de Lyon sous le Second Empire par l’agence Bernard à Saint-Didier-au-Mont-d’Or (Rhône) ou encore à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (Rhône), pour ne prendre que ces seuls exemples31. Encore ces chantiers s’étalent-ils parfois sur plusieurs dizaines d’années en raison des aléas liés à leur financement. Ces derniers chiffres sont d’ailleurs dans la moyenne des chantiers lyonnais : Notre-Dame-de-Bellecombe revient à 355 000 francs pour neuf cent mètres carrés, Sainte-Blandine à 437 000 francs pour près de mille mètres carrés et Saint-Bernard à 505 000 francs pour 1 345 m2. Le romano-byzantin se révèle un peu plus cher comme l’illustre notamment l’église de l’Immaculée-Conception – chantier certes exceptionnel – pour une surface proche de la basilique de Fourvière, soit 800 m2 environ, qui a coûté vraisemblablement entre six cent cinquante et sept-cent mille francs, soit près de 875 francs le mètre carré32. Ces estimations sont à prendre avec précaution. En effet, les études de prix de revient portant sur les églises concordataires ne tiennent pas compte de la hauteur des édifices – le Saint-Nom de Jésus atteint vingt-et-un mètres cinquante pour cinquante-cinq mètres de long par dix-neuf de large – ni même du décor sculpté lié à construction (bases des colonnes, chapiteaux, bandeaux et cordons, clefs de voûtes) dont l’exécution peut considérablement augmenter le montant des travaux, atteignant parfois près d’un quart du devis total. Il faudrait également tenir compte du coût d’extraction des matériaux et de leur transport comme du coût de la main-d’œuvre ; autant de données qui demeurent difficiles à chiffrer avec précision.

  • 33 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, facture de Mora, 24 mai 1878.
  • 34 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, lettre de Louis Bresson à Mora, 27 janvier 1879.
  • 35 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, compte de Mathouillet sculpteur, 1er mars 1869.
  • 36 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, mémoire des travaux exécutés pour le compte de messieurs les pères (...)
  • 37 Divers mémoires de menuiserie ont été retrouvés parmi lesquels ceux relatifs aux confessionnaux (2  (...)
  • 38 Le 4 mars 1858, le cardinal de Bonald accorde aux dominicains un certain nombre de pouvoirs, parmi (...)
  • 39 Philippe Dufieux, « De la cathédrale idéale à la renaissance romane, la primatiale à l’épreuve du s (...)

6La maîtrise d’ouvrage ne recule il est vrai devant aucun sacrifice au Saint-Nom de Jésus, bien que l’ornementation de la façade soit restée inachevée. En témoignent en particulier – outre la qualité du mobilier – les mosaïques du sanctuaire (chœur, avant-chœur, chapelle de la Vierge et chapelle Saint-Thomas) réalisées au début des années 1870 par Mora pour un montant de deux mille quatre cents francs. Il n’est que l’abbé Boué à Saint-Martin d’Ainay pour faire poser à Lyon un sol en mosaïque sur le pavé de son église afin d’accuser un ascendant oriental en écho aux décors primitifs de Flandrin33. Au reste, les Dominicains ne s’acquitteront du solde de ces derniers travaux que neuf ans après l’intervention de Mora ; l’architecte ne manquant pas de tancer l’artisan à ce sujet34. D’autres devis, qui ont échappé au naufrage archivistique du Saint-Nom de Jésus, nous permettent de suivre quelques aspects du chantier. Les quarante stalles sont posées entre 1867 et 1869 par les menuisiers Griyot et Halery – 5 795 francs – ; la sculpture des chapiteaux et des patiences atteint à elle seule 918 francs35 (17 francs par chapiteau et patience). On connaît le détail de l’aménagement : quarante stalles auxquelles vont s’ajouter huit stalles en cours de chantier, deux passages sont ménagés et garnis d’escaliers, couronnés de moulures « d’ordre gothique », chaque stalle est garnie d’un agenouilloir tournant, c’est-à-dire pivotant. En 1863, le parquetage du chœur des religieux est posé par un certain Givre. En février 1866, le serrurier Terrasson reçoit le règlement de la grille en « style du XIIIe siècle » qui sépare le chœur des religieux de la nef des fidèles pour un montant de 962,60 francs36, venant achever la clôture du chœur. Des travaux complémentaires sont exécutés par les mêmes artisans en 1875, il s’agit des panneaux placés au droit des stalles37. Les questions de confort justifient souvent la fermeture des chœurs dès l’époque classique, bien que la chapelle soit dotée d’un chauffage à air pulsé en 1879. Quarante-huit stalles donc ; cinq sont placées de part et d’autre du portail en fer forgé, soit dix-neuf sièges de part et d’autre. La disposition du chœur et de l’avant-chœur demeure sujette à diverses interprétations. Si la volonté de concilier les exigences d’un couvent de stricte observance et le zèle pastoral explique, du moins pour partie, la surélévation du maître-autel et le placement des stalles pour des questions de visibilité, on ignore l’origine d’un tel agencement. Il n’est guère que les chapelles de l’Adoration réparatrice pour offrir une organisation semblable à celle du Saint-Nom de Jésus, permettant dans le cas présent l’exposition permanente du Saint-Sacrement, c’est-à-dire un autel encadré de deux volées de marches qui conduisent à un niveau supérieur recevant quelque dispositif scénique. Si l’idée d’une délimitation rigoureuse de l’espace cultuel renvoie au modèle du jubé plus qu’à la clôture, si l’on tient compte de l’importance des autels placés en retour des stalles, peut-être faut-il voir également dans cette disposition un écho aux presbyterium des basiliques primitives, même si le rite dominicain ne nécessite pas de dispositif liturgique particulier. On observe que l’aménagement de la chapelle de Coublevie (Isère) se fait sensiblement l’écho du Saint-Nom de Jésus ; ce dernier établissement est construit par Bresson pour les Dominicains. Qu’en est-il dans ces conditions de la communion des fidèles ? Bien que dispensés des obligations paroissiales38, les Dominicains pourvoient leur chapelle d’un banc de communion – d’une grille ouvragée en l’occurrence – placée à l’origine au-devant des autels construits au revers des stalles. Les deux espaces liturgiques fonctionnaient-ils simultanément et dans quelles conditions ? Il se trouve que la disposition liturgique de la chapelle va évoluer au début du XXe siècle, vraisemblablement à l’issue de l’érection canonique de la paroisse (17 janvier 1909) sous le vocable du Saint-Nom de Jésus. Les autels et les stalles qui fermaient la nef sont démolis afin d’unifier les deux espaces ; un banc de communion en pierre est établi à leur jonction. Le dispositif originel revêt-il un caractère expérimental, susceptible d’être établi dans d’autres chapelles de l’Ordre comme l’exemple de Coublevie tendrait à le démontrer ? En tout état de cause, l’idée d’une église-type susceptible d’être déclinée sous la forme de variantes n’est certainement pas à écarter, d’autant que dans les années 1850- 1860, la question des églises-modèles, des plans-types est alors largement débattue par les architectes, les archéologues, mais encore par les auteurs de traités à destination des ecclésiastiques. Que plusieurs espaces cultuels dialoguent dans un même lieu n’est pas rare à l’époque contemporaine, il n’est que de considérer l’autel portatif de la cathédrale Saint-Jean conçu par Pierre Bossan et décoré par Louis Janmot (1845), placé au milieu de la nef, derrière le banc de communion et dévolu aux messes paroissiales39. Toujours est-il que les archives restent muettes quant aux spéculations liturgiques qui ont présidé à la conception de la chapelle, dans une véritable matérialisation de l’introïbo du psaume quarante-deuxième.

  • 40 Note anonyme en provenance des archives du couvent du Saint-Nom de Jésus de Lyon (D1001).
  • 41 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, lettre de Fabisch au père Danzas, 31 mars 1879.
  • 42 Inauguration de la statue du R.P. Lacordaire au noviciat de Flavigny, œuvre de M. Bonnassieux, Pari (...)
  • 43 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, Travaux de sculpture exécutés pour le compte des R. Pères Dominicai (...)

7On connaît mieux aujourd’hui la part prise par Danzas dans la décoration de la chapelle, outre les verrières « composant les dessins, achevant les figures, choisissant les tons des couleurs à mettre aux personnages et aux mosaïques des vitraux40 », puisqu’il lui revient visiblement de guider également la main de Fabisch. L’attribution des autels du Rosaire et de Saint-Dominique au médecin du couvent, le docteur Fèvre ou Faivre, si l’on en croit une note conservée dans les archives, paraît des plus hasardeuses, même si les plans de la chapelle de la Cité de l’Enfant-Jésus lui sont attribués. En octobre 1878, Fabisch établit une proposition pour la sculpture du retable de la Vierge et l’autel de Saint-Dominique. Quelques mois plus tard, l’artiste se propose de réaliser le pignon de la façade pour mille cinq cents francs – il s’agit de la figure d’ange qui ponctue le pignon gothique – « je la ferai », écrit-il – « pour être agréable aux pères et à l’architecte pour 1 000 frs, ce serait le prix de mes déboursés, mais je désire qu’on me garde le secret41. » On connaît le détail des travaux de Fabisch au Saint-Nom de Jésus : modèles en plâtre du portail de l’église jusqu’au triforium (500 frs), deux mètres cinquante de balustrade pour la chapelle de la Vierge à 280 frs le mètre (arrondi à 500 frs) ; chaire à prêcher : modèles (200 frs), fourniture de pierre (600 frs), cinq statues pour le pied (1 500 frs), panneaux de la cuve, taille et ornementation (1 200 frs), une bordure de marche pour l’autel face à celui de Saint-Thomas (80 frs), autel avec un bas-relief de Saint-Thomas en pierre de Cruas (1 500 frs), deux plaques de bronze émaillé avec chiffre, toujours pour l’autel de Saint-Thomas (100 frs), une statue de la Vierge en terre cuite (150 frs). À elle seule, la chaire revient en définitive à neuf mille deux cents francs. Les travaux de Fabisch s’achèvent en novembre 1876. C’est un autre artiste lyonnais renommé qui signera la statue du père Lacordaire inaugurée au noviciat de Flavigny en 1875 (Bonnassieux), cérémonie au cours de laquelle le prieur du Saint-Nom de Jésus est étrangement absent, alors que celui d’Oullins (père Jourdan) figure en bonne place avec une députation de sept élèves parmi les représentants de l’Ordre42. Bresson signe en revanche tous les détails entrant dans la construction dont les écus placés à la croisée des arcs de la voûte43. La sculpture décorative est réalisée sous la direction du maître d’œuvre en deux campagnes distinctes, la première entre 1863 et 1866 par Morel, l’autre en 1878-1879 par Chenevay. L’unité devant présider à cette œuvre d’art total, il convenait dès lors que tous les éléments décoratifs et mobiliers du Saint-Nom de Jésus soient en rapport avec l’architecture.

« Une église qui parle, enseigne et proclame44 » (Piel)

  • 44 Lettre de Louis-Alexandre Piel à l’abbé Félix Fournier, citée par Bruno Foucart et Véronique Noël-B(...)
  • 45 Clément Durafor, [Clair Tisseur], « Louis-Maurice-Antoine Bresson », Revue du siècle, n° 72, mai 18 (...)
  • 46 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, note anonyme, s. d.
  • 47 Henri-Dominique Lacordaire, Correspondance, répertoire établi par Guy Bedoulelle et Chrisoph-Alois (...)
  • 48 Œuvres du R.P. H.-D. Lacordaire, t. IX, Paris, Poussielgue, 1912-1914, p. 443.
  • 49 Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc, « Considérations sur la question de savoir s’il est convenable au X (...)
  • 50 Bruno Foucart et Véronique Noël-Bouton, « Saint-Nicolas de Nantes, bataille et triomphe du néo-goth (...)

8La documentation de la construction à proprement parler demeure plus problématique. Quelques notes font mention des premiers projets de Claude-Anthelme Benoit (1791-1876) qui signe les ailes ouest et sud du cloître, tandis que Louis Bresson45 (1817-1893) poursuivra les travaux de la façade Est. La taille extrêmement réduite des fenêtres des cellules fut visiblement discutée, mais les architectes défendirent qu’un tel parti contribuait fortement au caractère religieux et architectural des bâtiments conventuels46. On sait par ailleurs que Bresson donna plus d’ampleur aux élévations de la chapelle afin que les vaisseaux accusent une physionomie plus aérienne. Sans revenir sur la personnalité de Bresson, il faut souligner que l’architecte conduit de nombreux chantiers pour le compte des congrégations en France comme à l’étranger, congrégations qui jouent un rôle majeur dans la diffusion des modèles. Bresson établit en particulier les plans du pensionnat et de la maison mère des religieuses du Sacré-Cœur aux Chartreux à Lyon (1850- 1892), dont le décor s’assimile à l’art de Bossan, la chapelle néo-romane des Jésuites à Fourvière (1854), leur collège de Mongré à Villefranche-sur-Saône (1863-1865), mais encore l’établissement mariste de Sainte-Foy-lès-Lyon (1858-1860) et leur chapelle du Montet à Saint-Genis-Laval (Rhône), dernière réalisation qui affiche une veine néo-archéologique proche de celle du Saint-Nom de Jésus. Bossan est certes l’auteur de la première église néogothique construite à Lyon au XIXe siècle – l’église Saint-Georges –, mais encore de la première chapelle néo-gothique de la ville, celle des Jésuites, rue Sala, élevée en 1845 et qui fut détruite quelques décennies plus tard. En l’espèce, si indéniablement, le choix d’une construction gothique offrant de vastes surfaces à vitrer demeure indissociablement lié au programme ambitionné par le père Danzas, dans les années 1850, un tel choix revêt de multiples considérations sociales et politiques. Lacordaire lui-même n’affirmait-il pas sa préférence pour l’art du XIIIe siècle : « J’aime mieux notre architecture gothique » – écrivait-il à sa cousine Louise – « que leur architecture de la Renaissance [en parlant des Italiens] qui a besoin de marbres, de stuc, d’or et de fresques pour être quelque chose, au lieu que nos églises gothiques toutes nues sont admirables par leur seule beauté47. » Il faut relire à ce sujet les pages éloquentes que le même Lacordaire consacre à Marie-Madeleine comme à l’ancienne abbaye royale de Saint-Maximin (Var) qui lui est dédiée : « Elle s’éleva enfin » – écrit-il à propos de la basilique – « après deux cents ans d’efforts […] telle que la postérité la voit encore, monument d’art sévère et simple, où la grâce s’unit à la grandeur, et qui, dans cette plaine solitaire, au pied de ces monts ardus, entre des habitations pauvres et peu nombreuses, paraît un vaisseau échoué par hasard et attendant la main puissante qui le lancera sur les flots48 ». Précisément, la construction du Saint-Nom de Jésus se situe à une date charnière en France qui voit l’avènement de l’école diocésaine dans le sillage de Viollet-le-Duc et la mise en œuvre d’une archéologie raisonnée. En cela, la chapelle du Saint-Nom de Jésus s’impose localement comme une œuvre manifeste au moment précis où Bossan s’émancipe de la culture archéologique contemporaine pour rechercher la voie d’un art synthétique dont l’ascendant roman-auvergnat signe les premières manifestations. Une œuvre manifeste qui se fera également l’écho des polémiques autour du relèvement de la toiture de la cathédrale Saint-Jean, vaste entreprise conduite par l’architecte du diocèse de Lyon à l’impulsion de Mgr de Bonald. À partir de 1847, Desjardins propose successivement la restauration du couvrement de la nef – achevé en 1862 –, l’établissement de flèches sur les clochers et la réalisation d’un nouveau décor intérieur dans l’idée de métamorphoser la primatiale Saint-Jean en cathédrale idéale. Dans une ville qui fut le théâtre de troubles répétés à l’époque contemporaine (1831, 1834, 1848), la cathédrale rêvée par les zélateurs du gothique devait apaiser les esprits en apportant ordre social et politique. Un an seulement après l’exhaussement de la toiture de la cathédrale Saint-Jean, les Dominicains dresseront à leur tour dans le ciel de la cité rhodanienne le profil héroïque de leur chapelle dans un véritable plaidoyer en faveur du renouveau de l’art religieux. Pourtant, à l’échelle de l’histoire de la restauration des frères prêcheurs, le Saint-Nom de Jésus ne s’imposera pas comme un chantier fondateur ; un tel honneur revient, dans l’historiographie dominicaine, à l’église Saint-Nicolas de Nantes, dont l’architecte Piel signe les premiers plans peu avant de suivre Lacordaire en mars 1840. C’est à l’issue d’un concours organisé en 1837 par le jeune curé de la paroisse, Félix Tournier, disciple de Lamennais, de Montalembert et de Victor Hugo, que Piel se voit confier le projet de reconstruction de l’église Saint-Nicolas, écartant les variations basilicales néo-classiques à la faveur d’une interprétation scrupuleuse de l’architecture du XIIIe siècle dans l’idée de ressusciter Notre-Dame de Paris ou plus exactement conférer à une simple église paroissiale le caractère d’une cathédrale de l’âge classique. Les termes du débat qui s’en suit devaient poser les fondements des réflexions contemporaines sur la question de savoir dans quel style les églises doivent être construites49. Pour la première fois en France au XIXe siècle, l’art gothique du XIIIe siècle est hautement revendiqué par un architecte et son commanditaire comme le véritable art catholique – conformément aux théories buchéziennes – le type du XIIIe siècle pouvant seul satisfaire aux impératifs économiques comme aux nécessités de la foi. Mais Piel se retire très tôt, laissant à Jean-Baptiste Lassus le soin de signer ce que les historiens considèrent aujourd’hui comme la première église construite en France en gothique archéologique50 (1844-1869). Malgré la contribution controversée de Piel à l’émergence du mouvement néo-médiéval, l’idée que les Dominicains aient impulsé le renouveau de l’architecture religieuse contemporaine demeure visiblement profondément ancrée dans la mythique de l’Ordre – pour ainsi dire jusqu’à Assy (Haute-Savoie) et le couvent de la Tourette à Éveux (Rhône) –, le Saint-Nom de Jésus venant donc en second dans cette généalogie, à mi-chemin devrait-on dire de la sensibilité de Lassus et de celle d’un Viollet-le-Duc. En effet, sans témoigner d’une véritable volonté archaïsante, le dessin des piles de la chapelle se révèle en effet plus proche de la pensée viollet-le-ducienne qui, dans son approche rationaliste, visait à multiplier les colonnettes des supports afin de souligner le jeu des forces, en d’autres termes rendre apparent le caractère organique de la machinerie gothique.

  • 51 « La bénédiction de l’église du Saint nom racontée par le R.p. Didon », L’Année dominicaine, octobr (...)

9Au moment même où le rêve gothique s’évanouit prématurément sur les bords du Rhône au début des années 1860, c’est au futur architecte de Fourvière que les Dominicains confieront dans ces années-là le soin de matérialiser leurs ambitions, Bossan qui signe en particulier la chapelle du collège d’Oullins comme les plans du couvent de Marseille qui compte pour l’un des chefs-d’œuvre de l’architecte. Et de même que l’art troubadour fut synonyme de liberté dans les premières décennies romantiques du XIXe siècle, il ne fait aucun doute que l’art de Fourvière ait été perçu par nombre de contemporains comme un art libéral, loin de l’esprit de système d’un art gothique « épuré par la raison » (Leniaud) sous l’action de Viollet-le-Duc au point d’apparaître dans la seconde moitié du XIXe siècle comme éminemment civil et laïque. On le comprend, le chantier du Saint-Nom de Jésus revêt un caractère tout à fait exceptionnel qui dépasse les seuls enjeux lyonnais ; il y va de la renaissance de l’ordre comme de la pérennisation de l’œuvre. « Efforçons-nous tous de donner à Dieu l’entrée dans l’âme des fidèles », écrivait le père Didon avant d’ajouter : « Ce sont là les temples qu’avant tout il recherche ; et nous pourrons ensuite, à l’exemple de nos ancêtres, construire de beaux temples de pierre qui, nous survivant à nous-mêmes, diront après nous quelle fut la pensée de notre vie, et prêcheront à notre place Celui au service duquel nous nous sommes entièrement dévoués51. »

Notes

1 L’auteur remercie chaleureusement Jean-Marie Gueullette, o.p., Bruno Carra de Vaux, o.p., ainsi que Jean-Christophe Stuccilli.

2 Œuvres du R. P. Henri-Dominique Lacordaire, mélanges, t. IX, chap. V « Des artistes, évêques, cardinaux, papes, saints et saintes donnés à l’Église par l’Ordre des Frères prêcheurs », Paris, Poussielgue, 1912-1914, p. 143-144.

3 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, Danzas fait mention dans sa correspondance de treize frères originaires de Lyon dont douze ont été appelés à l’œuvre nouvelle.

4 Bernadette Truchet, Les congrégations dans la ville, leur patrimoine foncier et leurs fonctions à Lyon (1789-1901), Thèse de doctorat, Lettres, Lyon III, 1987, 3 vol.

5 Pierre Delattre (dir.), Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien, Institut supérieur de théologie, 1949-1986, 6 vol.

6 Abbé Jean-Baptiste Martin, Histoire des églises et des chapelles de Lyon, Lyon, Lardanchet, 1907-1909, 2 vol.

7 Philippe Dufieux, « Les abbés de la Société. Figures de l’érudition ecclésiastique lyonnaise », Gryphe, revue de la Bibliothèque municipale de Lyon, Bicentenaire de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, septembre 2007, p. 16-27.

8 Michel Cormier, L’ancien couvent des dominicains de Lyon, Lyon, Vitte, 1898-1900, 2 vol. Citons encore l’ouvrage de Jean-Donatien Levesque, Les Frères prêcheurs de Lyon. Notre-Dame de Confort 1218-1789, Lyon, Couvent du Saint-Nom de Jésus, 1978, 394 p. Sur la démolition de Notre-Dame de Confort au début du XIXe siècle, voir Philippe Dufieux, « Parer au plus urgent : la réappropriation des édifices cultuels au lendemain du Concordat », Les années Fesch à Lyon, journée d’études sous la direction de Jean-Dominique Durand, Lyon, Musée de Gadagne (à paraître).

9 Père Gardeil, « Soixante-dix ans d’études et d’exode », Henri Lacordaire et la province dominicaine de France 1839-1904, Paris, Lethielleux, 1910, p. 59-85.

10 Bruno Horaist et Michel Albaric, Un peintre dominicain Jean-Baptiste Besson (1816- 1861), Lyon, Éditions aux Arts, Musée de Fourvière, 1999, 79 p.

11 Père Gillet, « Nos artistes », Henri Lacordaire et la province dominicaine de France 1839- 1904, op. cit., p. 126-148 ; p. 134 note 1.

12 Félix Thiollier (dir.), Le R.P. A. Danzas de l’ordre des frères prêcheurs. Ses œuvres artistiques, Saint-Étienne, 1897, 38 p., 109 pl.

13 Élisabeth Hardouin Fugier, « L’autel du Rosaire par Fabisch au Saint-Nom de Jésus », Rive Gauche, n° 65, 1978, p. 3-5.

14 Jean-Michel Leniaud, « Une lecture du Saint-Nom de Jésus de Lyon », La révolution des signes, L’art à l’église 1830-1930, Paris, Cerf, 2007, p. 231-243.

15 Pierre-Yves Saunier, « Logique de l’agrégation : l’agglomération lyonnaise au XIXe siècle », Bulletin du Centre Pierre Léon, n° 1, 1992, p. 39-46.

16 Josette Barre et Paul Feuga, Morand et les Brotteaux, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1998, 128 p.

17 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, cité par le père Gabriel Arlin, Notes sur la fondation du couvent des dominicains de Lyon, p. 39.

18 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, propos du père Jandel cités par le père Gabriel Arlin, op. cit., p. 43.

19 Archives du couvent du Saint-Nom de Jésus de Lyon, procès-verbal d’adjudication de vente par maître Lecourt, enregistré le 3 novembre 1857.

20 Dans le détail : trois mille francs lors de la signature de la vente, dix-sept mille francs le 16 octobre suivant et vingt mille francs le 27 février 1866.

21 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, lettre du frère Rubys aux administrateurs des Hospices civils de Lyon, 4 juin 1866.

22 L’acte de mutation est reproduit dans l’ouvrage de Léon Chaine, À la mémoire de l’abbé Chaine, l’un des trois fondateurs du collège d’Oullins (École Saint-Thomas d’Aquin), Lyon, Salut Public, 1893, p. 87-90.

23 L’Année dominicaine, octobre 1863, p. 424. Texte intégral reproduit en annexe 1.

24 Pierre-Yves Saunier, « L’Église et l’espace de la grande ville au XIXe siècle : Lyon et ses paroisses », Revue historique, CCLXXXVIII/2, octobre-décembre 1993, n° 584, p. 321-348.

25 Le récit en a été publié de façon anonyme dans l’Année dominicaine, octobre 1863, p. 424-429. Texte intégral reproduit en annexe 1.

26 Félix Thiollier, L’Œuvre artistique du R.P.A. Danzas, Saint-Étienne, 1897, p. 19.

27 Joseph Buche, L’Abbé Camille Rambaud de Lyon, sa vie, ses œuvres sociales, préface d’Édouard Aynard, Lyon, Cumin & Masson, 1907, 332 p.

28 Abbé R. Blanchon, L’Abbé Paul du Bourg, second fondateur de l’Enfant-Jésus à Lyon (1827-1898), Lyon, Lardanchet, 1915, p. 88.

29 A.M. Odin, Les Chartreux de Lyon, Lyon, Audin, 1937, p. 104.

30 Jean-Michel Leniaud, « Les constructions d’églises sous le Second Empire : architecture et prix de revient », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXV, n° 175, juillet-décembre 1979, Société d’histoire ecclésiastique de la France, p. 267-278.

31 Philippe Dufieux, Le Mythe de la primatie des Gaules. Pierre Bossan et l’architecture religieuse en Lyonnais au XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 62-66.

32 Si l’on s’en tient aux seules constructions gothiques contemporaines, l’église Notre-Dame-des-Anges revient à 296 000 francs pour 540 m2, Saint-Georges de Lyon, près de 360 000 francs pour 550 m2 et Saint-André-de-la-Guillotière près de 435 000 francs pour 1 150 m2.

33 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, facture de Mora, 24 mai 1878.

34 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, lettre de Louis Bresson à Mora, 27 janvier 1879.

35 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, compte de Mathouillet sculpteur, 1er mars 1869.

36 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, mémoire des travaux exécutés pour le compte de messieurs les pères dominicains par F. Terrasson, serrurier rue de Vendôme 130 à Lyon.

37 Divers mémoires de menuiserie ont été retrouvés parmi lesquels ceux relatifs aux confessionnaux (2 200 francs la paire).

38 Le 4 mars 1858, le cardinal de Bonald accorde aux dominicains un certain nombre de pouvoirs, parmi lesquels ceux liés aux temps de mission ou d’exercices spirituels. Parmi les pouvoirs généraux, relevons en particulier celui de confesser et donner la bénédiction solennelle le jour d’ouverture et de clôture des communions solennelles, communions générales et de grandes cérémonies, de faire des processions et autres cérémonies utiles, mais également d’absoudre des cas ordinairement ou spécialement réservés à l’ordinaire. Sans se substituer aux paroisses, les dominicains assurent une mission pastorale en terre de mission et sont invités à traiter des problèmes spécifiques comme la réhabilitation des mariages nuls ou civils.

39 Philippe Dufieux, « De la cathédrale idéale à la renaissance romane, la primatiale à l’épreuve du siècle de l’Histoire », Nicolas Reveyron, Jean-Dominique Durand et Didier Repellin (dir.), Lyon, primatiale des Gaules, la grâce d’une cathédrale, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2011, p. 74-97.

40 Note anonyme en provenance des archives du couvent du Saint-Nom de Jésus de Lyon (D1001).

41 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, lettre de Fabisch au père Danzas, 31 mars 1879.

42 Inauguration de la statue du R.P. Lacordaire au noviciat de Flavigny, œuvre de M. Bonnassieux, Paris, Poussielgue, 1875, 32 p.

43 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, Travaux de sculpture exécutés pour le compte des R. Pères Dominicains rue Bugeaud à Lyon (Rhône), 15 octobre 1880, montant : 8 813 francs.

44 Lettre de Louis-Alexandre Piel à l’abbé Félix Fournier, citée par Bruno Foucart et Véronique Noël-Bouton, « Saint-Nicolas de Nantes, bataille et triomphe du néogothique », Congrès archéologique de France, Haute-Bretagne, 1969 [1968], p. 173.

45 Clément Durafor, [Clair Tisseur], « Louis-Maurice-Antoine Bresson », Revue du siècle, n° 72, mai 1893, p. 322-325 ; Charles Franchet, « Louis-Maurice-Antoine Bresson architecte 1817-1893 », Revue du Lyonnais, t. XXII, 5e série, 1896, p. 5-20.

46 Lyon, arch. Saint-Nom de Jésus, note anonyme, s. d.

47 Henri-Dominique Lacordaire, Correspondance, répertoire établi par Guy Bedoulelle et Chrisoph-Alois Martin, t. I, 1816-1839, Fribourg-Paris, 2001, p. 723, cité par Guy Bedouelle, « Lacordaire, l’art et les artistes », Artistes et critiques d’art au XIXe siècle, Mémoire dominicaine, n° 19, 2005, p. 28.

48 Œuvres du R.P. H.-D. Lacordaire, t. IX, Paris, Poussielgue, 1912-1914, p. 443.

49 Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc, « Considérations sur la question de savoir s’il est convenable au XIXe siècle de bâtir des églises en style gothique », Annales archéologiques, t. III, 1846-1847, p. 179-185.

50 Bruno Foucart et Véronique Noël-Bouton, « Saint-Nicolas de Nantes, bataille et triomphe du néo-gothique », op. cit., et Jean-Michel Leniaud, Jean-Baptiste Lassus ou le temps retrouvé des cathédrales, Bibliothèque de la Société française d’archéologie, Genève, Droz, 1980, 296 p., XCVII pl.

51 « La bénédiction de l’église du Saint nom racontée par le R.p. Didon », L’Année dominicaine, octobre 1863, p. 424-429. Texte intégral reproduit en annexe 1.

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search