Version classiqueVersion mobile

Un passé recomposé

 | 
Jean-Marie Gueullette

L’expulsion des Dominicains (septembre 1870)

Bruno Carra De Vaux

Texte intégral

1Aux mois d’août et septembre 1870, le couvent dominicain du Saint-Nom de Jésus, au quartier des Brotteaux, à Lyon, fut plusieurs fois assailli, puis finalement occupé et les religieux, expulsés, en cet été qui vit la chute du Second Empire et l’instauration d’une « Commune » populaire – de brève durée – à Lyon.

  • 1 Nous sommes renseignés sur ces événements par les pièces suivantes, aux Archives du couvent du Sain (...)

2Nous sommes renseignés sur ces événements par cinq pièces des Archives conventuelles du Saint-Nom : trois donnant un récit des faits, les deux autres des compléments1.

Resituer les faits dans le cadre général de l’été 1870

3Le 15 Juillet 1870, la France déclare la guerre à la Prusse (affaire de « la dépêche d’Ems »). Les hostilités tournent vite au désavantage de nos armées : encerclées dans Sedan avec l’empereur Napoléon III, leur capitulation le 2 septembre provoque à Paris et dans plusieurs grandes villes l’insurrection : proclamation de la République, instauration d’une « Commune » à Lyon, Marseille, Toulouse… dès le 4 septembre.

4Deux mouvements populaires s’en prennent au couvent du Saint-Nom : le premier, les 10-12 août ; le second, le 5 Septembre, avec expulsion des religieux et occupation du couvent.

Première échauffourée (10-12 août 1870)

5Le Second Empire et son administration, quoique déjà ébranlés, sont encore en place : un préfet (Courcier) et, au plan municipal, une Commission nommée remplaçant le Conseil municipal supprimé ; aux ordres du préfet, agents de police et sergents de ville.

6Notre source d’information est ici la « Note » rédigée par le Père H. Desqueyrous : dès les premiers jours d’août, des manifestations hostiles visent la résidence des Pères Jésuites, rue Sainte-Hélène, dans la Presqu’île. Pour le Saint-Nom, environ 400/500 hommes bombardent le couvent de pavés préparés pour l’aménagement de la rue Vauban, le mercredi 10 août vers 9 h du soir, avec force chants et cris patriotiques. La préfecture envoie une douzaine de sergents de ville disperser les assaillants.

7Le lendemain, jeudi 11 août, une troupe mieux organisée d’environ 200 hommes arrive des Terreaux et tente d’escalader les murs de clôture du couvent ; mais les sergents de ville, postés à l’intérieur, arrêtent sept hommes qui avaient réussi à franchir les murs : interrogatoire, emprisonnement… Le reste de la troupe s’enfuit.

8Le vendredi 12, la Préfecture, avertie du projet d’une nouvelle attaque, envoie nombre d’agents ; se sachant attendus, les assaillants venant de la Guillotière et des Terreaux rebroussent chemin. Nombreuses arrestations rue du Puits-Paillot.

9Ces attaques proviennent donc de la Guillotière, faubourg ouvrier jouxtant au Sud les pauvres masures entourant le couvent, aux Brotteaux. D’autres partent des Terreaux, dont la vaste place, devant l’Hôtel de Ville, est un lieu d’effervescence classique, depuis la révolte de Lyon contre la Convention, en 1793 ; place jouxtant le bas des « pentes » (de la colline de la Croix Rousse), quartier des « canuts », où une émeute éclate d’ailleurs le 13 août. Bref : Croix Rousse, Guillotière, Brotteaux, ce sont les quartiers populaires du Lyon d’alors.

Les événements du début septembre 1870

10La source d’information est ici la Note sur l’exil de la communauté du Saint-Nom à Géronde, en Valais : ses deux premières pages racontent l’expulsion des Dominicains – prélude inévitable.

11L’Empire renversé, de nouvelles autorités s’installent. Situation assez confuse : le 4 septembre, la République est proclamée du haut du balcon de l’Hôtel de Ville. Divers comités jusqu’alors clandestins se fédèrent en un « Comité – un instant dit ‘provisoire’ – de Salut public » : 80 membres rassemblés en trois Bureaux ou Sous-Comités, sous la direction d’un Comité central. Depuis la mi-septembre, coexiste avec le Comité un Conseil municipal à majorité républicaine et laïque, socialement assez modérée ; de cette tendance est le Dr Hénon, maire du 6e arrondissement (les Brotteaux). La ferveur révolutionnaire du dit Conseil est officiellement « surveillée » par le Comité de Salut public, qui disparaîtra du fait de l’échec de l’insurrection révolutionnaire du 28 septembre. En outre, le gouvernement central de Paris a délégué son préfet, Chalmel-Lacour, un « jacobin parlementaire » : le duel Montagne/Gironde n’est pas clos… Enfin, la force publique est maintenant la Garde nationale ; aux Brotteaux, à la Guillotière, elle est recrutée parmi les groupes populaires à l’origine des troubles récents. Ces gardes font la chasse aux agents de police et sergents de ville de la défunte légalité impériale.

Occupation du couvent et expulsion des religieux (5 Septembre)

12« Après le désastre du 4 septembre et la proclamation de la République, à Lyon, où le drapeau rouge, symbole de sang et de pillage, fut hissé… » : ainsi la note Géronde ouvre-t-elle son récit, sans laisser de doute sur les sentiments des Dominicains en cause. Et le lendemain 5 septembre, le couvent « est cerné et envahi par des gens armés et des gardes nationaux, prétendant que nous cachions des sergents de ville et des fusils »… « Un chef de bande accompagné de ses satellites » perquisitionne et réquisitionne les bâtiments. Les religieux, d’abord prisonniers, sont expulsés après pourparlers avec le maire Hénon, n’emportant pour tout bagage que leur bréviaire. Restent sur place deux frères convers en habits séculiers, pour tenter de sauver ce qui peut l’être.

  • 2 Religieux résidant au Saint-Nom en Septembre 1870 : énumération de 11 noms (cf B. Hodel, o.p., Vale (...)

13D’après ce qu’on repère au fil des pages, on peut estimer à une bonne quinzaine le nombre des religieux en cause2. La communauté ne se retrouvera au complet dans le couvent qu’en janvier 1872. Au soir de ce 5 septembre, tout semblait donc réglé pour les Dominicains du Saint-Nom. C’était sans compter avec le retour, le 10 septembre, du Père Marie-François Ribon.

L’odyssée du Père Ribon

14Mince aventure si on la compare à la grande Histoire ; mince… mais révélatrice, au ras du quotidien, de l’état d’esprit des Dominicains comme des « communards » lyonnais.

15Rentrant d’une prédication à Sens, en robe dominicaine gardée malgré le conseil de plusieurs amis, le Père se présente, le samedi 10 septembre matin, « vers 5 heures, à la porte du couvent… où se trouvait le factionnaire du poste de la Garde nationale. – Qui êtes-vous ? – Je suis le Père Marie-François, dominicain – D’où venez-vous ? – Je viens de prêcher une retraite à la métropole de Sens – Où allez-vous ? – Je viens ici, c’est la maison où je demeure depuis dix ans ». Pas question de lui permettre de rester au couvent ! « Alors conduisez-moi à l’autorité, au Préfet – Le Préfet n’est pas grand’chose à Lyon, c’est le Comité de Salut public qui est tout – Conduisez-moi devant ce Comité. »

16Et voilà le cortège qui s’ébranle : le Père en habit dominicain, encadrés de deux gardes nationaux en armes. Réactions diverses au passage du groupe : « Ne lâchez pas le gibier ! Encore un de pris… On croyait pourtant qu’il n’y en avait plus. » Mais aussi pleurs de gens bien intentionnés, « pâles comme la mort » à ce spectacle.

17À l’Hôtel de Ville – drapeaux rouges de tous côtés, foule de gardes nationaux ; tours et détours dans les couloirs. Enfin, la salle où siège le Comité… Le Père explique : « Je viens de la ville de Sens… Pendant (mon) absence, la République a éclaté (sic !), République qui m’a paru pacifique… à Sens, la ville n’a pas perdu son calme, les prédications n’ont pas été interrompues ». Mais à Lyon, on lui interdit l’entrée de son couvent ! D’où son recours à l’autorité, « pensant bien qu’elle rendrait justice à un religieux inoffensif. »

18« Nous ne voulons faire de mal à personne, et la République n’a pas fait couler une goutte de sang – C’est vrai, Monsieur, et c’est pourquoi j’ai confiance en elle. » Et de citer une circulaire de Jules Favre affirmant que pas un citoyen n’a perdu sa liberté, ajoutant « j’espère que je ne serai pas le premier à perdre la mienne ». En tout cas, pas question de quitter la France, la patrie, en ces jours de péril, ni l’habit de son Ordre, dont il n’a pas à rougir. L’interlocuteur du Père lui révèle alors qu’étant lui-même des Brotteaux, il est bien aise de le voir pour régler diverses questions. « Vous êtes de mon quartier ?… – Oui, je suis au Jeu de boule… le cafetier au coin de la rue Ste Elisabeth – Ah ! Vous êtes Mr Guilherme ! – Oui… et il se mit à baisser les yeux… fort embarrassé : il se rappelait sans doute l’histoire des six mille francs qu’il avait escroqués à une pauvre folle, Mme Chabre. »

19Là-dessus, Guilherme renvoie le Père à son couvent, muni de ce curieux sauf-conduit : « Laisser entrer dans le couvent le citoyen Camille Ribon (Marie-François) et ne plus le laisser sortir ( !). » Mais là, le prisonnier rencontre « Mr Hénon – le maire juste élu du 6e arrondissement – … Ah ! Mon Père, qu’avez-vous fait ! Comment avez-vous osé venir avec votre habit religieux ! – Mais, Monsieur, votre crainte m’étonne… j’ai traversé une grande partie de la France, et personne ne m’a rien dit… Les ‘Rouges’ ne pouvaient faire plus que m’ôter la vie : le plus grand honneur qui puisse m’arriver, puisqu’alors je mourrais pour la cause de la Justice et de la Religion – Mais je vous en conjure, allez-vous en, ne restez pas ici, ou bien quittez votre habit… on viendra me tracasser à votre sujet, vous verrez – J’en suis fâché, Monsieur le Maire, mais que chacun fasse son devoir. Le mien est de rester au couvent avec mon habit afin de protester contre l’injustice, le vôtre est de ne pas écouter les clameurs de la foule et même de les empêcher – Mais je ne suis pas maître d’arrêter le peuple, vous verrez qu’on vous insultera – Tant mieux ! Ces insultes ne feront de mal qu’à mes insulteurs, pour moi j’aurai l’honneur de ressembler à mon divin Maître. À ces mots, Mr Hénon me quitta… »

20Suivent divers autres incidents pittoresques : un jour, on réclame au Père 10 frs 75 cts « pour payer les gardes nationaux et l’éclairage » ; il demande alors à rencontrer le Comité de la guerre, mais « impossible : la consigne défend de vous laisser sortir – Alors je suis prisonnier ! Or depuis quand le prisonnier doit-il payer ses geôliers ? ». Le Comité donne finalement raison au Père. Et celui-ci de citer encore « un exemple… pour montrer les sentiments intimes des révolutionnaires qui m’entouraient (les statues de S. Dominique et de Ste Catherine de Sienne, au parloir, avaient été barbouillées et surchargées de figures obscènes). Deux gardes nationaux meilleurs que les autres me proposèrent de rentrer les statues dans l’intérieur du couvent afin de les soustraire à de nouveaux outrages ». Aussitôt dit, aussitôt fait…

Le dénouement : samedi 17 septembre au matin

  • 3 Le relevé des délibérations du Conseil municipal renvoie à 2 séances, 17-18 septembre, postérieures (...)

21… se présentent une dizaine de Messieurs députés par le Comité révolutionnaire de la Commune de Lyon pour procéder à l’inventaire du couvent, en vertu d’une délibération du Comité par laquelle, sur proposition du citoyen Guilherme ( !), il avait été décidé que la maison des Dominicains serait désormais une propriété nationale3. Donc il faut faire l’inventaire, tout ouvrir et tout mettre sous scellés. Le Père Ribon s’enquiert de l’autorité qui a pris cette décision : le Préfet ? – « Le Préfet n’a rien à voir là-dedans – Alors il y a donc en France deux gouvernements, l’un à Paris, l’autre à Lyon ? – Que Paris fasse ce qu’il voudra chez lui, ici nous sommes maîtres – Mais en vertu de quelle loi décrétez-vous notre couvent propriété nationale ? Car enfin cette maison a été bâtie par des particuliers, et le gouvernement n’a pas le droit d’exproprier quelqu’un si ce n’est pour cause d’utilité publique, et dans ce cas il donne une indemnité – La Révolution n’a pas de loi, elle en fait selon le besoin. » Le Père rappelle à Guilherme – qui dirige les opérations – comment il lui avait vanté auparavant le respect de la République pour la propriété privée ; au reste, en 48, la République n’a pas été hostile à la religion. « Ils me dirent que celle de 70 avait une origine plus haute, et que son berceau datait de 93 ; ajoutant que pour établir solidement le nouvel état de choses, il fallait d’abord tout démolir : c’était le seul moyen de bâtir du neuf ! Voilà d’effrayants aveux… »

22Enfin on en vient à la pose des scellés… laborieuse : le Père doit montrer comment s’y prendre et fournir le matériel nécessaire ; on n’a même pas le bon cachet. Enfin « ils demandèrent à visiter la sacristie. Il fallut ouvrir tous les placards et jusqu’aux plus petites boîtes et tiroirs. Je les voyais sonder les murs, les fonds des meubles, pour savoir s’il n’y avait pas de portes secrètes. A la fin c’était si comique que je ne pouvais m’empêcher de sourire ». Mais manque une clef : le Père va la chercher dans le bureau du Prieur… et y trouve Guilherme et ses comparses en train de tout fouiller. « Je fus indigné d’une pareille conduite – Comment, Messieurs, vous venez, dites-vous, pour faire un inventaire régulier, et tandis qu’une partie des vôtres s’occupe avec une apparence de légalité à poser les scellés, une autre bande s’occupe à fouiller les papiers du Supérieur sans aucun contrôle, et sans doute contre l’intention du Comité – Nous n’avons fait que toucher un peu les papiers, sans rien déranger – Vous appelez çà toucher un peu, tandis que je vois les papiers partout dérangés – Nous voulions voir s’il n’y avait pas des papiers politiques. » Le Père exigeant « une explication devant tout le monde », Guilherme, après concertation avec ses hommes, décide d’expulser ce religieux incommode : on lui apportera un passeport et on l’expédiera en Suisse.

23Le Père est alors écroué dans une chambre, « me laissant une sorte d’espion chargé de me garder à vue et de venir causer avec moi pour me faire des questions captieuses ». Accompagné de son gardien, le Père se rend à la chapelle où il consomme les hosties restant dans le tabernacle ; au retour, l’homme proteste : « Nous ne sommes pas des persécuteurs – Comment ! Vous chassez les religieux de leurs couvents, vous les mettez en prison…

24et vous n’êtes pas des persécuteurs ! Alors, Monsieur, je ne sais plus ma langue française – Mais dans l’Évangile Jésus-Christ commande aux prêtres d’être comme des agneaux qui se laissent tondre – Je ne vous dis pas le contraire, il dit même qu’il nous envoie parmi les loups. Mais nous ne sommes pas dans une classe de théologie, et on n’argumente pas tranquillement en présence des baïonnettes… »

25Refusant toujours de quitter son habit – « ce n’est pas l’habit qui fait le citoyen, c’est le cœur, et je crois que j’ai le cœur d’un bon citoyen aussi bien que vous » –, le Père reçoit un passeport des mains d’un jeune homme de la préfecture qui lui demande pardon, secrètement, d’être employé à une telle besogne. Et le lendemain matin, dimanche 18 septembre, escorté de deux gardes nationaux en armes, le Père est conduit à la gare, d’où le train l’emmène vers Genève : fin de l’épopée…

26Fin bientôt, aussi, de la Commune de Lyon et de son Comité de Salut public. Le dimanche 25 septembre, à l’initiative du leader révolutionnaire Bakounine, fut placardée dans Lyon « l’Affiche rouge » préconisant une action résolue « du peuple organisé révolutionnairement… Aux armes ! ». En suite de quoi, l’insurrection éclate le mercredi 28 septembre ; menée de façon aussi anarchique que les idées et le tempérament de Bakounine, elle échoue au terme de péripéties assez burlesques ; la Commune sombre alors. Demeure la misère du petit peuple, artisans, ouvriers, canuts… Là, rien de burlesque.

Notes

1 Nous sommes renseignés sur ces événements par les pièces suivantes, aux Archives du couvent du Saint-Nom, Lyon :
a/ « Note sur les assauts donnés au couvent des Dominicains aux Brotteaux – Août 1870. 2 p. 1/3 (20 x 13,5cm), écriture fine et régulière sur double feuille. P. 3 : « Cette note est de la main du R.P. Henri Desqueyrous que certifie fr. Michel Cormier o.p., archiviste. Lyon, 9 Juillet 1895 ».
b/ « Note sur Géronde à Sierre (Valais – Suisse) ». Cahier de 32 p. (29 x 19,5cm.), 5 dernières pages blanches. Anonyme, sans date – mais clairement d’époque.
c/ « Relation du P. M.-François ». 20 p. (20 x 14,5cm.) ; paginé sur pages impaires ; le texte : p. 5-18. P. 3 : « Récit de ce qui s’est passé au couvent des Dominicains de Lyon du 10 au 18 7bre ». Autre main (Cormier, cf. sup.) : « Relation du R.P. Marie-François Ribon écrite de la main du R.P. Luc Marquet ».
d/ « Conseil municipal. Autre information. Le 16 7bre 1870 ». « 18 7bre ». (P. suivante : ) « 19 7bre »- 2 Feuilles volantes (20,5 x 12,5cm.). Anonyme, sans date.
e/ Laissez-passer pour Seigneurin (Provincial dominicain). Daté du 7 Septembre (1870).

2 Religieux résidant au Saint-Nom en Septembre 1870 : énumération de 11 noms (cf B. Hodel, o.p., Valesia LII, 1997, p. 35 sv.) ; 2 novices, mentionnés ultérieurement à Géronde ? – Aucune assurance qu’une telle liste soit complète…

3 Le relevé des délibérations du Conseil municipal renvoie à 2 séances, 17-18 septembre, postérieures à l’expulsion du P. Ribon, les 16 et 17 – de bon matin ce dernier jour. Mais il est fait état d’une décision du Comité de Salut public du 15 septembre décidant la mise en vente immédiate des biens meubles et immeubles des Congrégations religieuses. Au Conseil municipal, un parti intransigeant réclame l’exécution immédiate de cette décision ; une tendance plus modérée voudrait, en attendant, une mise sous séquestre. Au vu que les Congrégations n’ont pas de personnalité civile reconnue – « leur sort est lié au système politique déchu qui de ce fait les entraîne dans sa chute », il est décidé la mise sous séquestre et l’affectation de ces biens à des services d’utilité publique.

Auteur

O.p., Archiviste du couvent du Saint-Nom de Jésus

© LARHRA, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search