Version classiqueVersion mobile

Un passé recomposé

 | 
Jean-Marie Gueullette

Le catholicisme lyonnais au milieu du xixe siècle : dynamisme et intransigeance

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Claude Langlois, « Mariophanies et mariologies au XIXe siècle. Méthode et histoire », dans Jean COM (...)
  • 2 Claude LAnglois, « Une France duelle ? L’espace religieux contemporain », dans Jacques LE Goff, Ren (...)
  • 3 Jacques Gadille (dir.), Lyon, Paris, Beauchesne, 1983, 350 p. (coll. « Histoire des diocèses de Fra (...)

1Le 8 décembre 1852, Lyon inaugure la statue monumentale de la Vierge érigée sur le clocher reconstruit de la chapelle de Fourvière, à l’heure où le culte marial connaît un véritable élan dans tout le pays et où l’Église catholique tend à s’approprier les lieux élevés au cœur des villes, théâtres des révolutions politiques et des révoltes sociales1. Expression de la foi des citadins et de leur attachement au vieux sanctuaire érigé sur la « colline qui prie », elle est le symbole du dynamisme religieux de la cité, l’un des foyers majeurs, sinon la capitale, de la restauration catholique de la première moitié du XIXe siècle2. Mais elle prend aussi une dimension prophylactique face au renouvellement des menaces et porte le combat de l’Église souffrante et militante dans l’espérance du triomphe promis aux croyants, qui multiplient les initiatives sur le terrain social et affirment une intransigeance en phase avec les orientations du pontificat de Pie IX, inauguré en 1846 et marqué par l’exil de Gaète puis la perte progressive des États de l’Église au profit de la jeune Italie3.

Empreintes

  • 4 Pierre-Yves Saunier, L’Esprit lyonnais XIXe-XXe siècles, Paris, CNRS Editions, 1995, 233 p. ; Bruno (...)
  • 5 Philippe Boutry, « Une dynamique sacrificielle. Le catholicisme lyonnais du premier XIXe siècle », (...)
  • 6 Jean-René Derré (dir.), Dossier de “La Ville des expiations” de Ballanche, Paris, Editions du CNRS, (...)
  • 7 Joseph Buche, L’Ecole mystique de Lyon 1776-1847, Paris, Félix Alcan, 1935, XI-306 p. ; Louis Trena (...)

2« Lyon n’est plus. » Le souvenir des événements dramatiques de l’année 1793, de l’insurrection fédéraliste contre la Convention montagnarde à la répression sanglante des vaincus après le siège et la capitulation de la ville, joue un rôle décisif dans la construction de l’identité lyonnaise au XIXe siècle4. Par-delà les débats contemporains sur la nature – politique ou religieuse – de la crise que le régime de la Restauration commémore en érigeant une chapelle expiatoire dans le quartier des Brotteaux, il est porteur d’une « dynamique sacrificielle » qui unit le martyre et le renouveau religieux dans le jeu convergent des mémoires, mémoire sociale, mémoire ecclésiale, mémoires familiales5. La leçon de l’Église réfractaire, condamnée à la clandestinité sous la conduite du vicaire général Linsolas, figure de la résistance, associe le sens de la pérennité institutionnelle et l’esprit de mission, la charité et le renouveau spirituel, l’impératif sacramentel et l’inventivité apostolique. Dans le même temps, un auteur comme Pierre-Simon Ballanche, dont la relation au christianisme et à l’illuminisme de la fin du siècle précédent, est complexe, met le sang, l’espérance et la réparation au centre de La Ville des expiations6. Il est, avec André-Marie Ampère, l’un des maîtres de l’« école mystique de Lyon » dirigée contre l’esprit des Lumières et les excès de la raison, mais guidée également par la quête de l’accord entre la raison et la foi, à égale distance du rationalisme et du traditionalisme, de l’éclectisme et du fidéisme, surtout à la génération suivante, celle de Victor de Laprade, Jean-Jacques Ampère et Antoine Blanc de Saint-Bonnet, influencés par l’enseignement philosophique et moral de l’abbé Noirot, professeur au Collège royal, alliant valeurs spirituelles et raison critique pour vaincre la méfiance anticléricale des jeunes élites du temps7.

  • 8 532 en 1821-1830, 476 en 1831-1840, 465 en 1841-1850, 435 en 1851-1860, 552 en 1861- 1870, 620 en 1 (...)
  • 9 Bernadette Truchet, « Renouveau ou continuité des congrégations ? L’exemple lyonnais 1794-1816 », d (...)

3Dans ce contexte, la restauration religieuse est précoce et puissante, en dépit des obstacles liés à l’exil romain de l’archevêque de Lyon, le cardinal Fesch, persona non grata en France de 1814 à sa mort en 1839, et des tensions avec l’administrateur apostolique nommé en 1824, Mgr de Pins. Le renouvellement du clergé séculier est rapide avec la reprise vigoureuse des ordinations à l’échelle du diocèse, qui s’étend sur les départements du Rhône et de la Loire, malgré un fléchissement dans les décennies 1840 et 1850 comme dans la majeure partie de la France, touchée par la conjoncture politique et le blocage des postes concordataires, avant l’élan de la fin du Second Empire et des débuts de la Troisième République8. Les congrégations religieuses, héritées de l’Ancien Régime ou nées de l’expérience de la clandestinité, complètent efficacement l’encadrement de la population en occupant en priorité la rive droite du Rhône et en montant à l’assaut de la colline de Fourvière : Sœurs de Saint-Joseph, Sœurs de Saint-Charles, Religieuses de Jésus-Marie, Société de Marie, Clercs de Saint-Viateur, et bien d’autres9.

  • 10 Antoine Lestra, Histoire secrète de la Congrégation de Lyon, Paris, Nouvelles Editions latines, 196 (...)
  • 11 Nicolas Sez, La Ville des aumônes. Tableau des œuvres de charité de la ville de Lyon, Lyon, Librair (...)
  • 12 Aucune biographie scientifique de Pauline Jaricot n’est disponible. Lire, à défaut, David Lathoud, (...)

4Tout aussi important est le rôle des laïcs, qui ne s’inscrit nullement en opposition avec celui du clergé auquel ils fournissent des moyens et dont ils rejoignent parfois les rangs dans une seconde étape de l’engagement. Née en 1802 puis séparée en 1817 en deux groupes (messieurs, jeunes gens), marquée par l’héritage jésuite relayé par les Pères de la Foi et la lutte contre-révolutionnaire, la Congrégation joue un rôle matriciel sur le terrain des œuvres10, force majeure de la « ville des aumônes » selon le titre que l’abbé Bez décerne à Lyon en 184011. Soucieuse d’étendre son réseau sur la société, en lien avec les notables et les dirigeants de la « fabrique », elle soutient les projets de personnalités comme Claudine Thévenet ou Pauline Jaricot dont les initiatives, malgré les échecs et les querelles sur la paternité des œuvres, illustrent le sens social, l’ouverture à l’universel, la quête spirituelle et la recherche de l’efficacité du catholicisme lyonnais : Association des Réparatrices du Cœur de Jésus, Association de la Propagation de la Foi, Association du Rosaire vivant, Filles de Marie, usine-modèle de Rustrel12.

  • 13 PAtrice Béghain et al., Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, Stéphane Bachès, 2009, 1503 p. ; Yve (...)
  • 14 Gabriel Mas, Maurice de Bonald (1787-1870), cardinal-archevêque de Lyon, et le monde du travail. Co (...)

5Dans tous les cas, l’attention accordée aux milieux populaires est décisive dans une ville en pleine croissance industrielle et démographique, qui grandit en priorité sur la rive gauche du Rhône et annexe en 1852 les communes de Vaise, la Croix-Rousse et la Guillotière (176 000 habitants en 1826, 255 000 en 185613). Le monde ouvrier, renouvelé par les migrants, y est divers dans sa condition sociale comme dans son rapport à l’Église catholique. Mais si les canuts révoltés de 1831 et 1834 apparaissent moins irréligieux que les notables acteurs de la révolution de 1830, il semble que l’anticléricalisme populaire progresse dans la décennie 1840, porté par la presse et nourri par l’hostilité aux « refuges » ou « providences » congréganistes qui accueillent, depuis la décennie 1820 surtout, des apprentis, garçons et filles, et sont vus comme des lieux d’exploitation et de concurrence déloyale, surtout à l’heure de la crise économique. Des incidents, avec bris de métiers, éclatent à la Croix-Rousse dès 1847 et les violences contre les établissements se généralisent en février puis en avril 1848, sans que l’on puisse toujours mesurer la part du facteur religieux14.

  • 15 Joannès Blanchon, Le Cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, sa vie et ses œuvres, Lyon, Bauchu, 18 (...)
  • 16 Paul Droulers, « Le cardinal de Bonald et la question ouvrière avant 1848 », Revue d’histoire moder (...)

6La « question sociale » est pourtant très présente dans le discours de celui qui occupe depuis le 4 décembre 1839 le siège primatial de Lyon, Maurice de Bonald, fils du théoricien de la Contre-Révolution Louis de Bonald, né en 1787 et évêque du Puy depuis 182315. Légitimiste de conviction, il a su opter pour une forme de désengagement partisan après 1830, ce qui lui vaut sa promotion à Lyon où il doit reprendre en main le diocèse après le long éloignement de son titulaire et la translation manquée du cardinal d’Isoard, archevêque d’Auch, mort sans avoir pris possession du siège. Créé cardinal en 1841, pasteur et administrateur avant tout, il cherche l’entente avec les pouvoirs locaux, décidés pour leur part à s’appuyer sur l’Église catholique, après les velléités anticléricales de 1830, sans éviter toujours les conflits. S’il accepte en effet les régimes successifs, de la Monarchie de Juillet au Second Empire en passant par la Seconde République, reconnue dès le 27 février 1848, il entend défendre la liberté religieuse et les prérogatives épiscopales, ce qui lui vaut par exemple une condamnation comme d’abus en 1845 pour avoir critiqué le Manuel du droit public ecclésiastique français de Dupin, d’orientation gallicane. Dans le même temps, de part et d’autre des événements de 1848, il ne cesse de dénoncer les abus du capitalisme libéral et déplore l’identification de l’homme à la machine. Mais il condamne aussi les solutions socialistes et défend en priorité une action patronale de type paternaliste pour réaliser un objectif de justice, en particulier dans le domaine du salaire16. Question économique, la question sociale reste d’abord une question morale et cette dimension n’est pas étrangère à la restructuration pastorale du territoire lyonnais opérée à partir de 1839.

Territoires

  • 17 Adolphe Vachet, Les Paroisses du diocèse de Lyon. Archives et antiquités, Abbaye de Lérins, Imp. Be (...)
  • 18 Pierre-Yves Saunier, « L’Eglise catholique et l’espace de la grande ville au XIXe siècle : Lyon en (...)

7Quand Mgr de Bonald rejoint la capitale des Gaules, les quatre communes appelées à fusionner en 1852 comptent dix-huit paroisses, créées en 1803 (seize) puis 1826 (deux) et toutes situées sur la rive droite de la Saône ou entre la Saône et le Rhône, à l’exception de Notre-Dame – Saint-Louis et de Saint-Pothin, établies sur la rive gauche du Rhône. Fin 1861, la ville unifiée en compte trente17. Cette augmentation est une réponse immédiate à la croissance urbaine, que l’Église catholique a su gérer mieux que l’historiographie ne l’a longtemps affirmé18.

  • 19 Lettre du cardinal de Bonald au préfet Vaïsse, 16 novembre 1855, citée par Pierre-Yves Saunier, Lyo (...)
  • 20 Lettre du préfet Vaïsse au cardinal de Bonald, novembre 1854, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit(...)
  • 21 Lettre de l’abbé Coudour, premier desservant de l’Immaculée Conception, au préfet Vaïsse, citée ibi (...)

8Le réaménagement est engagé dès 1841 (quatre paroisses créées de 1841 à 1846, huit de 1851 à 1861) et la rive gauche du Rhône monopolise la moitié des créations (Saint-André, Saint-Maurice, Immaculée Conception, Rédemption, Saint-Vincent-de-Paul, Sainte-Anne du Sacré-Cœur). Les pentes et le plateau de la Croix-Rousse bénéficient de quatre nouvelles paroisses (Saint-Bernard, Bon Pasteur, Saint-Eucher, Saint-Augustin), tandis que Vaise en obtient une (Annonciation) et le sud de la Presqu’île une autre près de la gare de Perrache (Sainte-Blandine). Au total, en vingt ans, la transformation du réseau paroissial est profonde avec la densification de la Presqu’île et de la rive droite de la Saône (vingt-deux paroisses au lieu de seize) et le quadrillage de la rive gauche (huit au lieu de deux), où la taille des circonscriptions laisse deviner des divisions ultérieures, même s’il faut attendre la décennie 1870 pour voir, dans le contexte favorable de l’Ordre moral, six nouvelles fondations, dont trois avaient été préparées par de Bonald avant sa mort, survenue le 25 février 1870. L’entreprise mobilise les efforts convergents du préfet, qui exerce de fait les fonctions de maire à partir de 1852, et de l’archevêque, également préoccupés d’obtenir de la « classe ouvrière […] l’exactitude de l’accomplissement des devoirs religieux19 » et de « défendre les intérêts de l’ordre public20 ». Elle rencontre tout autant l’assentiment des notables des quartiers en développement, convaincus que l’église constituera un foyer d’attraction pour des « habitants moins nomades et plus honorables » et contribuera à valoriser les terrains voisins où des « maisons moins précaires » seront édifiées21.

Les paroisses de Lyon à la fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald

Les paroisses de Lyon à la fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald

1 Ordo divini officii…, op. cit., 1868. Un astérisque indique les cures de première classe, une croix les cures de seconde classe et un cercle les succursales.
2 Adolphe Vachet, Les Paroisses…, op. cit., p. 736-745.
3 Archives municipales de Lyon, 1 S 00007.
4 Voir note 1.
5 Voir note 1.

III. 1 : Les paroisses de Lyon à Ia fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald (AML, 1 S 00007) Carte réalisée par Christine Chadier

III. 1 : Les paroisses de Lyon à Ia fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald (AML, 1 S 00007) Carte réalisée par Christine Chadier

© LARHRA UMR 5190

  • 22 Archives municipales de Lyon, 1 S 00007 (carte réalisée en 1868, avec indication de la population f (...)
  • 23 Ordo divini officii ad usum Sanctae Lugdunensis Ecclesiae, Lyon, Jean-Baptiste Pelagaud, 1850, 1860 (...)

9Si le nombre moyen d’habitants par paroisse (10 215 en 1825, 9959 en 1866) évolue peu, il n’en est pas de même pour le différentiel entre la paroisse la moins peuplée et la paroisse la plus peuplée (18 335 et 21 75922). L’écart est tout aussi important, et même plus, si l’on se place dans le cadre des conférences ecclésiastiques, définies par l’autorité diocésaine. La conférence de la Guillotière, qui couvre toute la rive gauche du Rhône, abrite en effet près de 31 % de la population fixe recensée en 1866 dans ses huit paroisses, alors que les autres conférences en possèdent de 10 % (Saint-Jean-Baptiste, quatre paroisses) à 19 % (Saint-Nizier, cinq paroisses). Mais ces données n’ont qu’une valeur relative et la notion de charge pastorale semble plus significative. En partant des postes reconnus et donc financés par l’État (curés, desservants et vicaires), on arrive en 1868 à une moyenne de 1 prêtre pour 2644 habitants urbains. Une fois encore, les écarts sont marqués, de 1 pour 1976 dans la conférence Notre-Dame – Saint-Vincent à 1 pour 3060 dans la conférence de la Guillotière. Cette dernière, avantagée jusqu’en 1861 par la création des postes concordataires associés à la nouvelle carte paroissiale (12 sur 82 en 1850, 25 sur 105 en 1868), souffre ensuite de la stabilisation de la dotation étatique (30 sur 113 en 1860), alors que sa population ne cesse de progresser23. Il s’agit, en outre, surtout de postes de desservants, moins rémunérés que les curés de première et de seconde classe des anciennes paroisses.

  • 24 En ce sens, les conclusions de Pierre-Yves Saunier, qui n’analyse pas en détail la charge pastorale (...)

10Le handicap de la rive gauche semble toutefois relatif quand on compare son taux d’encadrement à celui de la conférence d’Ainay, au cœur de la Presqu’île (1 pour 2943). Mais pour avoir une idée plus juste de la situation, il faut tenir compte des prêtres assistants et habitués, qui n’émargent pas au budget des Cultes, auxquels s’ajoutent les enseignants des écoles cléricales créées à partir de 1850. Ils sont 15 en 1850, 43 en 1860 et 36 en 1868, en majorité à l’ouest de la ville. L’écart se creuse ainsi entre la Guillotière (1 pour 2782) et Saint-Nizier (1 pour 1555) ou Ainay (1 pour 1791). La conférence Saint-Jean-Baptiste, à cheval sur la Presqu’île et la rive droite de la Saône, fournit pourtant un contre-exemple (1 pour 2391). Mais il faut considérer dans ce cas la présence des chanoines du chapitre cathédral et des chapelains de Notre-Dame de Fourvière, même si leur rôle n’est pas paroissial. Et, plus généralement, la densité cléricale (aumôniers, professeurs, congréganistes) reste plus élevée sur la rive droite du Rhône. La création de paroisses, sans grand retard sur la croissance urbaine, n’a donc pas permis d’annuler, en termes d’encadrement, tous les déséquilibres qui pénalisent les quartiers moins intégrés sur le plan social et pastoral24, malgré le mouvement complémentaire de fondations religieuses sur la rive gauche dont témoigne l’arrivée des dominicains en 1856.

Inflexions

  • 25 Adolphe Vachet, Lyon et ses œuvres, Lyon, Vitte, 1900, XII-322 p.
  • 26 Cité par Anne-Sophie Piquet, op. cit., p. 85-86.
  • 27 Gérard Cholvy, Frédéric Ozanam (1813-1853). L’engagement d’un intellectuel catholique au XIXe siècl (...)

11Les événements de 1848 et la conjoncture favorable de l’Empire autoritaire contribuent en effet à la densification du territoire des œuvres et à son renouvellement25. La Congrégation reste le principal soutien des réalisations et favorise leur inscription dans le cadre paroissial, sous la tutelle du clergé et des notables, comme le montre le développement de la Société de Saint-François-Régis, créée en 1837, qui se propose de régulariser la situation des couples illégitimes en faisant célébrer des mariages religieux, 537 pour la seule année 186326. Le succès de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, née à Paris en 1833 et implantée à Lyon à partir de 1836, s’affirme dans ce même cadre, une fois surmontée la rivalité classique entre les deux cités et la réserve de bien des notables face aux choix politiques et religieux de Frédéric Ozanam, Lyonnais devenu définitivement Parisien en 1841, malgré un éphémère retour et une vaine candidature républicaine lors du scrutin législatif d’avril 184827.

  • 28 Joseph Buche, La Vie et les œuvres sociales de l’abbé Camille Rambaud, Lyon, Cumin et Masson, 1907, (...)

12L’action paroissiale paraît toutefois insuffisante pour une partie des acteurs catholiques, à l’exemple des frères Louis et Ferdinand Potton, de Camille Rambaud et de Paul du Bourg, jeunes laïcs venus du monde des affaires, sensibilisés à la question sociale par les événements de 1848. Si les deux premiers intègrent vite des ordres religieux et s’éloignent de Lyon, il n’en est pas de même des deux autres, ordonnés prêtres diocésains en 1861 et 1864 après des années de consécration au service des pauvres à la Guillotière. Rambaud, rejoint un peu plus tard par du Bourg, s’intéresse dès 1850 à l’éducation des jeunes enfants puis fonde, après les graves inondations de 1856, la Cité de l’Enfant-Jésus, destinée aux ouvriers, pour laquelle il recrute comme aumônier Antoine Chevrier, vicaire de la paroisse Saint-André, qui s’est converti aux pauvres en vivant une expérience spirituelle exceptionnelle dans la nuit de Noël 1856. Mais leurs chemins divergent vite et, tandis que Rambaud transforme la Cité de l’Enfant-Jésus en asile de vieillards, Chevrier acquiert le bal public du Prado où il implante son œuvre catéchétique en hébergeant des jeunes de milieux populaires et en amorçant la constitution d’une société de prêtres et d’un groupe de sœurs28.

  • 29 Françoise Bayard, Pierre Cayez (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. 2, Le Coteau, (...)

13Le cardinal de Bonald, constant dans son enseignement social, ne manque pas de soutenir ces projets dans une conjoncture qui devient moins favorable à l’Église catholique à partir de 186029. Les tensions sont plus fréquentes avec le régime impérial en raison de son évolution libérale et de la « question romaine », même si l’archevêque reste en contact avec le pouvoir et tente de calmer les ardeurs ultramontaines d’une partie de ses fidèles, y compris de son neveu et secrétaire, le jésuite Joseph de Serres, sur lequel il s’appuie avec l’âge et les ennuis de santé, faute d’obtenir un coadjuteur. Dans le même temps, le parti républicain progresse dans le monde ouvrier et les couches nouvelles et, avec lui, un anticléricalisme que l’aile gauche liée à l’Internationale fait évoluer en antichristianisme et qui prépare l’assaut déclenché par la chute du régime impérial et dirigé spécialement contre les religieux, frères enseignants, jésuites de la rue Sala ou dominicains du Saint-Nom de Jésus.

  • 30 Bruno Dumons, « Jésuites lyonnais et catholicisme intransigeant (1880-1950) », dans Etienne Fouillo (...)
  • 31 Gersende Le Jariel, Lucien Brun ou le légitimisme absolu 1828-1898, thèse, Université Lyon 3, 2001, (...)

14Ce climat favorise l’affirmation d’une intransigeance religieuse et politique qui prolonge et renouvelle l’engagement contre-révolutionnaire porté par la Congrégation à l’aube du XIXe siècle. Les élites du quartier d’Ainay sont au cœur de cette stratégie avec l’aide des jésuites qui ont formé une partie d’entre elles dans leur exil fribourgeois entre 1827 et 1847 avant de poursuivre leur mission à Lyon même, au collège de Mongré, fondé en 1854 sous le régime de la loi Falloux30. Légitimisme et ultramontanisme sont au cœur de la démarche de personnalités comme Prosper Dugas, Joannès Blanchon et Lucien Brun. Le premier, négociant et banquier, est le créateur en 1845 de La Gazette de Lyon, supprimée fin 1860 par le régime impérial, et le premier président en 1868 du Cercle de Lyon ou Cercle du Syllabus, au nom révélateur. Le second est le secrétaire de la Commission de Fourvière, mise en place par Mgr de Bonald à partir de 1853 pour étudier l’agrandissement de l’ancienne chapelle mariale, et le fondateur en 1863 de L’Echo de Fourvière, chantre de Pie IX. Quant au dernier, avocat originaire de l’Ain, il est l’un des conseillers du comte de Chambord à partir de 1860 et il s’imposera après 1870 comme l’un des inspirateurs de la défense religieuse face à la République laïque31.

  • 32 Bruno Dumons, « Lyon, “Rome de France” ? Une “utopie” intransigeante (XIXe-XXe siècles) », dans Bru (...)

15À la fin de la décennie 1860, des sensibilités diverses continuent sans doute à coexister dans le monde catholique lyonnais, comme en témoigne la permanence d’une tradition libérale dans plusieurs établissements scolaires (Chartreux, Oullins). Mais il est incontestable que l’intransigeance a le vent en poupe, malgré l’attitude modérée du cardinal de Bonald, pourtant acquis depuis longtemps à la thèse de l’infaillibilité pontificale et plus sensible avec les années au « parfum de Rome » cher à Louis Veuillot. La transaction romano-lyonnaise qu’il réussit à obtenir en 1864 du pape Pie IX dans la très vive querelle liturgique entre les partisans du rite romain, déjà hégémonique en France, et les tenants du rite lyonnais, nombreux parmi les curés de la ville, amplifie le processus de romanisation du catholicisme lyonnais et facilite une alliance privilégiée entre la Rome pontificale et la primatie des Gaules, dans la logique du titre que la première a confirmé à la seconde en 185132.

  • 33 Claude LAnglois, loc. cit. ; Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse sous le Second Empir (...)
  • 34 Philippe Dufieux, op. cit.
  • 35 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences fra (...)

16Les années centrales du XIXe siècle, qui coïncident avec l’épiscopat du cardinal de Bonald, sont marquées par un dynamisme religieux certain de la cité lyonnaise, devenue l’une des capitales du catholicisme français dans le prolongement de l’élan créatif du premier tiers du siècle. Son rôle moteur semble toutefois s’affaiblir face à la place nouvelle acquise par Paris et devant l’affirmation des blocs ruraux de l’Ouest et du Massif central33. Elle n’en contribue pas moins à la montée en puissance de l’intransigeance qui nourrit la défense religieuse face aux défis de l’incroyance et du militantisme républicain et renouvelle son lien avec la romanité consacrée par le concile du Vatican en 1870. La basilique érigée entre 1872 et 1896 à côté de l’antique chapelle de Fourvière, en exécution du vœu de 1870 qui donne corps à un projet déjà ancien, en est le symbole34. Si elle exprime la promesse du triomphe de la foi face au mal contemporain, comme la statue dressée sur le clocher, elle est d’abord le lieu du combat d’une Église qui a le sentiment de revivre l’épreuve révolutionnaire et puise sa force de résistance dans la culture intransigeante susceptible, pour un temps, d’unir les catholiques avant d’éclater en voies divergentes dès la fin du xixe siècle35.

Notes

1 Claude Langlois, « Mariophanies et mariologies au XIXe siècle. Méthode et histoire », dans Jean COMBY (éd.), Théologie, histoire et piété mariale, Lyon, Profac, 1997, p. 19-36 ; ID., « Mariophanies sculpturales et modèle provençal sous le Second Empire », dans Mélanges Michel Vovelle. Sociétés, mentalités, cultures France (XVe-XXe siècles), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1997, p. 297-315.

2 Claude LAnglois, « Une France duelle ? L’espace religieux contemporain », dans Jacques LE Goff, René Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse, t. 3, Paris, Seuil, 1991, p. 308-329 ; Christian Sorrel, « Lille capitale religieuse ? Réflexions sur les dynamiques religieuses de la France contemporaine », Revue du Nord [sous presse].

3 Jacques Gadille (dir.), Lyon, Paris, Beauchesne, 1983, 350 p. (coll. « Histoire des diocèses de France ») ; Xavier de Montclos (dir.), Lyon – Le Lyonnais – Le Beaujolais, Paris, Beauchesne, 1994, 460 p. (coll. « Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine »).

4 Pierre-Yves Saunier, L’Esprit lyonnais XIXe-XXe siècles, Paris, CNRS Editions, 1995, 233 p. ; Bruno Benoit, L’Identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-1905), Paris, L’Harmattan, 1999, 239 p.

5 Philippe Boutry, « Une dynamique sacrificielle. Le catholicisme lyonnais du premier XIXe siècle », dans Michel Lagrée (dir.), Chocs et ruptures en histoire religieuse fin XVIIIe-XIXe siècles, Rennes, PUR, 1998, p. 151-166 ; Paul CHopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Eglise, la Révolution (1788-1805), Paris, Letouzey et Ané, 2010, 463 p. ; Id., « Le monument des Brotteaux à Lyon : construction et dilution d’une mémoire “blanche” de la Terreur », dans Bruno DUmons, Hilaire multon (dir.), “Blancs” et contre-révolutionnaires en Europe. Espaces, réseau, cultures et mémoires (fin XVIIIe-début XXe siècles), Rome, Ecole française de Rome, 2011, p. 177-196.

6 Jean-René Derré (dir.), Dossier de “La Ville des expiations” de Ballanche, Paris, Editions du CNRS, 1981, 135 p.

7 Joseph Buche, L’Ecole mystique de Lyon 1776-1847, Paris, Félix Alcan, 1935, XI-306 p. ; Louis Trenard, Lyon, de l’Encyclopédie au préromantisme, Paris, PUF, 1958, LXIV- 823 p. ; Maurice Gontard, « Un professeur de philosophie dans la première moitié du XIXe siècle : l’abbé Noirot, Socrate chrétien », Cahiers d’histoire, t. 19, 1974, p. 65-92 ; André Latreille, « André-Marie Ampère, l’homme, la pensée, l’influence », ibid., t. 20, 1975, p. 469-487.

8 532 en 1821-1830, 476 en 1831-1840, 465 en 1841-1850, 435 en 1851-1860, 552 en 1861- 1870, 620 en 1871-1880, Bernard Delpal (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français XIXe-XXe siècles, t. 4, Lyon, LARHRA-RESEA, 2011, p. 259.

9 Bernadette Truchet, « Renouveau ou continuité des congrégations ? L’exemple lyonnais 1794-1816 », dans Yves Krumenacker (dir.), Religieux et religieuses pendant la Révolution (1770-1820), t. 2, Lyon, profac, 1995, p. 235-249.

10 Antoine Lestra, Histoire secrète de la Congrégation de Lyon, Paris, Nouvelles Editions latines, 1967, 247 p. ; Jean-Claude Baumont, « Une association de laïques catholiques : la Congrégation de Lyon. Aspects et limites de son action lyonnaise (1817-1840) », dans Religion et politique. Les deux guerres mondiales. Histoire de Lyon et du Sud-Est. Mélanges offerts à M. le doyen Latreille, Lyon, Audin, 1972, p. 511-532.

11 Nicolas Sez, La Ville des aumônes. Tableau des œuvres de charité de la ville de Lyon, Lyon, Librairie chrétienne, 1840, 282 p.

12 Aucune biographie scientifique de Pauline Jaricot n’est disponible. Lire, à défaut, David Lathoud, Marie-Pauline Jaricot, Paris, Maison de la Bonne Presse, 1937, 242 et 271 p. Pour la dimension missionnaire, voir Richard Drevet, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle. L’Œuvre de la Propagation de la Foi, origines et développements lyonnais (1822-1922), thèse, Université Lyon 2, 2002, 626 p.

13 PAtrice Béghain et al., Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, Stéphane Bachès, 2009, 1503 p. ; Yves Lequin, Les Ouvriers de la région lyonnaise 1848-1914, PUL, 1977, VIII-573 et V-500 p.

14 Gabriel Mas, Maurice de Bonald (1787-1870), cardinal-archevêque de Lyon, et le monde du travail. Contribution à l’histoire du catholicisme social, Lyon, Editions Bellier, 2012, p. 61-87 (version abrégée d’une thèse soutenue à l’Université Lyon 2 en 2007).

15 Joannès Blanchon, Le Cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, sa vie et ses œuvres, Lyon, Bauchu, 1870, 116 p. ; Auguste Rivet, « Maurice de Bonald, évêque du Puy, et la politique (1823-1840) », dans Religion et politique…, op. cit., p. 547-556 ; Josette Muller, Les Charmes trompeurs du Second Empire. Mgr de Bonald et le gouvernement de Napoléon III (les relations de l’Eglise et de l’Etat dans le département du Rhône), thèse, Université Lyon 2, 1981, 419 et 123 p. ; Gabriel Mas, op. cit., p. 8-32.

16 Paul Droulers, « Le cardinal de Bonald et la question ouvrière avant 1848 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 4, 1957, p. 281-301 ; Daniel Moulinet, « Le catholicisme social à Lyon », dans Isabelle Chareire (dir.), Frédéric Ozanam, Paris, Bayard, 2001, p. 51-89 ; Gabriel Mas, op. cit., p. 149-170.

17 Adolphe Vachet, Les Paroisses du diocèse de Lyon. Archives et antiquités, Abbaye de Lérins, Imp. Bernard, 1899, p. 399-402.

18 Pierre-Yves Saunier, « L’Eglise catholique et l’espace de la grande ville au XIXe siècle : Lyon en ses paroisses », Revue historique, n° 584, 1992, p. 321-348 ; Id., Lyon au XIXe siècle : les espaces d’une cité, thèse, Université Lyon 2, 1992, 1209 p. ; Anne-Sophie Piquet, L’Activité paroissiale du cardinal de Bonald sur la rive gauche du Rhône, mémoire de maîtrise, Université Lyon 3, 2000, 143 p. ; Philippe Dufieux, Le Mythe de la Primatie des Gaules. Pierre Bossan (1814-1888) et l’architecture religieuse en Lyonnais au XIXe siècle, Lyon, PUL, 2004, p. 43.

19 Lettre du cardinal de Bonald au préfet Vaïsse, 16 novembre 1855, citée par Pierre-Yves Saunier, Lyon au XIXe, op. cit., t. 3, p. 648.

20 Lettre du préfet Vaïsse au cardinal de Bonald, novembre 1854, citée par Anne-Sophie Piquet, op. cit., p. 78.

21 Lettre de l’abbé Coudour, premier desservant de l’Immaculée Conception, au préfet Vaïsse, citée ibid., p. 48.

22 Archives municipales de Lyon, 1 S 00007 (carte réalisée en 1868, avec indication de la population fixe d’après le recensement de 1866) ; Archives départementales du Rhône, 2 V 19 (copie de 1873, avec une évaluation de 19 000 habitants pour la paroisse Notre-Dame – Saint-Louis).

23 Ordo divini officii ad usum Sanctae Lugdunensis Ecclesiae, Lyon, Jean-Baptiste Pelagaud, 1850, 1860 et 1868.

24 En ce sens, les conclusions de Pierre-Yves Saunier, qui n’analyse pas en détail la charge pastorale dans ses travaux cités supra, sont trop optimistes.

25 Adolphe Vachet, Lyon et ses œuvres, Lyon, Vitte, 1900, XII-322 p.

26 Cité par Anne-Sophie Piquet, op. cit., p. 85-86.

27 Gérard Cholvy, Frédéric Ozanam (1813-1853). L’engagement d’un intellectuel catholique au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2003, 783 p. ; Bruno Dumons, « Elites catholiques et engagement social. Frédéric Ozanam et les premières conférences Saint-Vincent-de-Paul à Lyon (1836-1840) », dans Isabelle Chareire (dir.), op. cit., p. 25-50 ; Bruno Dumons, Catherine Pélissier, « La Congrégation des Messieurs et la Société de Saint-Vincent-de-Paul de Lyon sous la Troisième République. Sociologie comparée », Revue d’histoire de l’Eglise de France, t. 78, 1992, p. 35-56.

28 Joseph Buche, La Vie et les œuvres sociales de l’abbé Camille Rambaud, Lyon, Cumin et Masson, 1907, XXII-332 p. ; Jean-François Six, Un prêtre, Antoine Chevrier, fondateur du Prado, 1826-1879, Paris, Seuil, 1986, X-532 p. ; Gabriel Mas, op. cit., p. 126-136.

29 Françoise Bayard, Pierre Cayez (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. 2, Le Coteau, Horvath, 1990, 479 p.

30 Bruno Dumons, « Jésuites lyonnais et catholicisme intransigeant (1880-1950) », dans Etienne Fouilloux, Bernard Hours (dir.), Les Jésuites à Lyon (XVIe-XXe siècles), Paris, ENS Editions, 2005, p. 131-143 ; Id., « Ainay, le quartier “blanc” de Lyon », dans Bruno Dumons, Hilaire Multon (dir.), op. cit., p. 105-131 ; « Exils jésuites, réseaux romains et mémoires “blanches”. La naissance d’une fraternité politique au collège Saint-Michel de Fribourg (1827-1847) », Revue suisse d’histoire culturelle et religieuse, 2012, p. 51-64.

31 Gersende Le Jariel, Lucien Brun ou le légitimisme absolu 1828-1898, thèse, Université Lyon 3, 2001, 538 et 93 p.

32 Bruno Dumons, « Lyon, “Rome de France” ? Une “utopie” intransigeante (XIXe-XXe siècles) », dans Bruno Dumons, Bernard Hours (dir.), Ville et religion en Europe du XVIe au XXe siècle. La cité réenchantée, Grenoble, PUG, 2010, p. 345-366 ; Id., « “Romaniser” la liturgie lyonnaise au xixe siècle. Les conditions d’une alliance entre Lyon et Rome », Revue d’histoire ecclésiastique, vol. 106 (1), 2011, p. 168-187.

33 Claude LAnglois, loc. cit. ; Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001, 557 p.

34 Philippe Dufieux, op. cit.

35 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises, Paris, Cerf, 1986, 287 p.

Table des illustrations

Titre Les paroisses de Lyon à la fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 1 Ordo divini officii…, op. cit., 1868. Un astérisque indique les cures de première classe, une croix les cures de seconde classe et un cercle les succursales.2 Adolphe Vachet, Les Paroisses…, op. cit., p. 736-745.3 Archives municipales de Lyon, 1 S 00007.4 Voir note 1.5 Voir note 1.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre III. 1 : Les paroisses de Lyon à Ia fin de l’épiscopat du cardinal de Bonald (AML, 1 S 00007) Carte réalisée par Christine Chadier
Crédits © LARHRA UMR 5190
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© LARHRA, 2015

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search