Version classiqueVersion mobile

Un passé recomposé

 | 
Jean-Marie Gueullette

Introduction

Jean-Marie Gueullette

Texte intégral

1 Ce volume paraît à l’occasion du 150e anniversaire de l’inauguration de l’église du Saint-Nom de Jésus à Lyon. Il publie la plupart des communications proposées lors d’une journée d’étude organisée conjointement par le Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190) et par le couvent et la paroisse du Saint-Nom de Jésus, le 15 novembre 2013. Historiens de l’art et de la vie religieuse, les intervenants ont accompli un travail original, fondé pour une part sur des documents inédits, et sur une exploitation systématique des archives de la fondation et de la construction conservées au couvent. Leurs contributions permettent de répondre à certaines questions longtemps laissées en suspens, comme celle des modalités de réalisation des vitraux, et de situer cette œuvre dans le contexte religieux et artistique de l’époque.

Les circonstances d’une fondation

  • 1 Sur cette relation entre C. Rambaud et L. Potton ainsi que sur les acteurs de la fondation, voir la (...)
  • 2 Sur le contexte religieux lyonnais voir la contribution de C. Sorrel, p. 15.

2Rappelons brièvement les circonstances et les acteurs de cette fondation dominicaine à Lyon. On peut la faire remonter, très en amont, à l’amitié qui liait Camille Rambaud et Louis Potton1 : deux jeunes Lyonnais qui sont nés respectivement en 1822 et 1824, dans les milieux de la soie. Ils sont élèves ensemble au lycée, où ils sont en particulier marqués par l’enseignement d’un homme assez exceptionnel, l’abbé Noirot qui avait été également le professeur de philosophie de Frédéric Ozanam2. Ils débutent leur vie professionnelle en travaillant ensemble dans le commerce de soierie de M. Potton père. En 1846, Camille Rambaud devient l’associé de M. Potton, et l’entreprise devient la maison Potton-Rambaud. Leur amitié, soudée dans un premier temps par un même goût pour la fête, est renforcée par le partage d’une même foi, et d’un même désir d’engagement chrétien. La révolution de 1848 leur ouvre les yeux sur les conditions de vie des pauvres, et sur la haine qui sépare les ouvriers des patrons. Ils participent à la fondation d’une société de secours mutuels des ouvriers et employés de la soie, sorte de syndicat mixte qui connaîtra un beau développement. En 1849, ils rejoignent les conférences de Saint-Vincent-de-Paul et commencent à visiter les familles en détresse.

  • 3 I. Body, Une admirable amitié, Camille Rambaud et Louis Potton, Lyon, Geneste, 1905, p. 94.

3En descendant un jour ensemble de Fourvière, ils font la connaissance de Jeanne Garnier ; entourée déjà de quelques compagnes, elle se dévouait auprès des femmes pauvres atteintes de cancer. Alors que Louis entre au noviciat dominicain de Flavigny en 1850, l’exemple et l’amitié de Jeanne Garnier encouragent Camille Rambaud dans sa volonté de se mettre au service des pauvres, en restant laïc. Il commence par louer un logement proche de Saint-Pothin, à l’angle Molière/Lafayette, où il réunit le dimanche matin des enfants des rues, qu’il conduit ensuite à la messe. Cette œuvre se développe peu à peu, ce qui n’est pas sans entraîner des réactions. Comme le dit pudiquement le P. Body, qui a raconté la vie de nos deux héros, « quatre-vingts enfants de la lie du peuple se rendant quatre ou cinq fois par semaine au cinquième étage d’une grande maison ne passaient point inaperçus pour les locataires de l’immeuble. Des plaintes commencèrent à se faire entendre contre la présence de ces voyous “qui se bousculent dans les escaliers, les descendent quatre à quatre, y poussent des cris de fauves et apportent la vermine avec eux”3. » Camille Rambaud loue alors aux hospices civils un terrain rue Bugeaud, au chevet de Saint-Pothin, et y construit une maison à ses frais. Pour qu’il ne soit pas trop seul dans ces activités épuisantes qui viennent en plus de son travail professionnel, le P. Potton conseille à son ami d’entrer dans le tiers ordre franciscain, en particulier à cause de la proximité des capucins qui sont en charge de la chapelle des Brotteaux, toute proche.

4En 1854, Camille Rambaud, soutenu par les conseils de son ami dont il a fait son directeur spirituel avant même le sacerdoce, décide de tout quitter pour se mettre au service des enfants des rues. Il négocie avec difficulté son retrait de l’affaire dans laquelle il était associé avec M. Potton père. Celui-ci avait de quoi devenir nerveux, puisque ses deux fils étaient rentrés dans la vie religieuse, d’abord l’aîné, chez les dominicains, puis le second, qui avait quitté sa vie d’officier pour devenir capucin. Voilà que maintenant son associé, dont la présence et le travail acharné avaient apporté une rentabilité florissante au négoce de soie, le quittait lui aussi pour se donner à Dieu. Il fit traîner autant que possible et finit par accepter, moyennant une belle indemnité, la rupture du contrat d’association. Camille Rambaud quitte alors la proximité de Saint-Pothin pour aller s’installer à la Guillotière, où il entreprend de construire un ensemble plus vaste pour accueillir ses enfants et y vivre avec eux, la Cité de l’enfant Jésus. Au loin, vers les Brotteaux, il aperçoit au-delà du terrain vague qui les sépare l’immense Cité du Rhône, des logements ouvriers ; il rêve de construire, à l’angle de la rue Bugeaud et de la rue Tête d’or, une chapelle pour desservir cette population délaissée. Mais les inondations du Rhône, le 6 mai 1856, le détournent temporairement de ce projet, car il se consacre, avec son énergie coutumière, à recueillir des sinistrés et à organiser des secours. C’est quelques mois plus tard, le 3 août 1856, que durant la messe lui vient l’idée de proposer aux dominicains un terrain à l’endroit où il avait imaginé sa chapelle, pour qu’ensuite ils y établissent un vrai couvent. Son ami le P. Potton devant prêcher le panégyrique de S. Dominique le lendemain au collège d’Oullins, rattaché depuis peu à l’ordre dominicain, il va le rencontrer, lui sert la messe et lui fait part de son projet.

  • 4 Sur la place de la fondation du S. Nom dans les débats dominicains de l’époque au sujet de l’identi (...)
  • 5 Sur cette articulation entre la restauration dominicaine et les milieux artistiques, voir la contri (...)
  • 6 Mémoire G. Arlin, f°41. Inédit, archives du couvent du Saint-Nom de Jésus, Lyon.

5Une telle proposition intervient à une étape bien particulière de la renaissance dominicaine en France4. Celle-ci avait débuté par l’entrée dans l’Ordre du P. Lacordaire en 1839. Prédicateur déjà célèbre des conférences de Notre-Dame, son engagement dans la vie religieuse avait immédiatement attiré à sa suite des jeunes gens enthousiastes, parmi lesquels plusieurs artistes, comme le P. Besson et le P. Danzas5. Lacordaire était par excellence un prêcheur, un homme de la parole et de l’apostolat. Il avait compris, et largement mis en valeur dans son gouvernement de la nouvelle province de France, que dans la vie dominicaine, ce que l’on appelle les observances, c’est-à-dire les coutumes de type monastique, pratiques de pénitence, de prière, manière de vivre la pauvreté etc, sont subordonnées à la finalité propre de l’Ordre qui est la prédication. La Province étant dans ses premières années encore peu nombreuse, et portant la charge de nombreux frères en formation, les pères dominicains étaient engagés de toutes leurs forces dans la prédication, ce qui les tenait souvent loin du couvent et de ses usages. Cependant plusieurs, dont le P. Danzas qui a succédé à Lacordaire comme Provincial en 1854, souhaitaient que les Constitutions de l’Ordre soient mises en œuvre de manière plus stricte ; ils étaient encouragés en cela par le P. Jandel, un des premiers compagnons de Lacordaire, devenu maître de l’Ordre en 1852. Leur itinéraire personnel avait été marqué par la personnalité hors du commun de Lacordaire, une personnalité dont une fois dans l’Ordre, ils avaient compris que l’objectivité de la règle commune les protégerait. La solution qu’ils envisageaient était de fonder un couvent de stricte observance, où la mise en pratique des Constitutions serait le principal objectif. Un tel projet répugnait à Lacordaire qui y voyait un abandon du propos essentiel de l’Ordre, la vie apostolique. Mais Danzas était provincial, soutenu par le Maître de l’Ordre, il était en position de réaliser son projet. Il hésitait à établir un tel couvent à Bordeaux ou à Toulouse, lorsque la proposition de Camille Rambaud lui parvint. Il y vit un signe du ciel, séduit par la pauvreté des lieux, qu’il compare au fait que les Bordelais attendaient des prédicateurs de talent. Installer un couvent dans un quartier déshérité, c’était à ses yeux la garantie de pouvoir mener paisiblement l’expérience d’un couvent de stricte observance, loin du monde et de ses vanités. Un autre argument en faveur de la fondation de Lyon était la présence dans la jeune province de treize religieux originaires du diocèse, dont les familles parfois fortunées pourraient être un appui non négligeable pour la communauté. La réponse dominicaine à la demande de Camille Rambaud est donc assez clairement définie, au moins dans l’esprit des frères : en implantant un couvent au milieu des masures du quartier des Brotteaux, ils viennent apporter aux pauvres non pas tant la puissance de la parole, par la prédication, que la force de l’exemple, par leur mode de vie et leur prière publique dans une église vaste et belle. « La ferveur, les austérités, la pauvreté suscitaient l’admiration. On cria aux dominicains réformés6. »

6Les choses ne traînent pas puisque quelques semaines plus tard, le P. Jandel lui-même vient à Lyon voir les lieux et trouve que le terrain choisi est trop petit (c’est actuellement le square en face de l’église). Il encourage Camille Rambaud à louer aux Hospices civils le « pré des marguerites blanches », sur lequel est bâtie une petite maison. Il est convenu que la maison sera mise en état pour accueillir une douzaine de religieux, et qu’une chapelle sera construite. Camille Rambaud construit cette chapelle en briques à l’emplacement du cloître actuel, à distance de la rue Bugeaud. Pour une chapelle provisoire, elle est déjà de bonne taille (200 m2) ; elle sera pourtant détruite lors de la mise en service de l’église actuelle, sept ans plus tard !

7Le 24 décembre 1856, le P. Danzas célèbre une première messe dans cette chapelle et inaugure la nouvelle communauté, d’emblée composée de onze religieux. Ce qui frappe immédiatement les visiteurs, c’est le silence et l’austérité dans lesquels vivent ces frères, qui ont renoncé pour un an à tout apostolat afin de faire une sorte de second noviciat centré sur les observances monastiques. Il y a dans le projet des frères qui fondent ce couvent une forme de prédication par l’exemple, par la pauvreté et l’austérité de la vie, dont il faut en effet souligner que l’une des principales limites est que les religieux en question, quelle que soit leur générosité, ne connaissaient et ne connaitraient jamais la précarité réelle des pauvres, du fait de leur appartenance à un Ordre qui les assurerait toujours de sa solidarité, et qu’ils ne savaient rien de la pauvreté culturelle, du manque d’éducation et de culture dont pouvaient souffrir les pauvres qui les entouraient.

  • 7 Sur l’économie du chantier, comparée à celle d’autres chantiers lyonnais contemporains, voir la con (...)
  • 8 Sur l’expulsion de 1870, voir la contribution de B. Carra de Vaux Saint-Cyr, p. 73.

8Ces religieux si pauvres, dont les chroniques nous disent qu’ils n’ont souvent rien dans la caisse pour préparer le prochain repas, s’engagent sans aucune hésitation dans la construction d’une église dont le projet, et le budget7, sont particulièrement ambitieux. L’objectif des dominicains, et du P. Danzas en particulier, est de construire une belle église, dont la présence dans ce quartier misérable sera un signe qui touchera les cœurs. Ils partageaient donc volontairement les souffrances et les privations des pauvres, mais n’ont, semble-t-il, pas eu beaucoup de difficultés à trouver des sommes considérables pour un tel projet. On a pu constater, lors de la Commune de 1870, que le couvent était l’objet d’attaques particulièrement virulentes de la part d’insurgés qui étaient persuadés d’y trouver de l’argent en quantité8, et qui furent fort dépités de découvrir que, malgré la belle apparence de leur église qui contrastait tant avec la misère du quartier, les religieux vivaient dans un grand dénuement.

9L’argent ne semble pas avoir manqué en effet, provenant d’une part, par l’intermédiaire d’un père jésuite de la rue Sainte-Hélène, des milieux bourgeois de Lyon, probablement de la Congrégation des Messieurs, une association d’inspiration ignatienne, qui jouera un rôle important dans le financement de Fourvière, et d’autre part par la Milice de Marie, un réseau national de prière du Rosaire. De plus, il ne faut pas oublier que plusieurs des frères fondateurs ayant de fortes attaches familiales dans les milieux de la bourgeoisie laborieuse de Lyon, les bénéfices du négoce de la soie ont dû également participer à la construction.

10L’autre source de financement est liée à la prédication des dominicains eux-mêmes. Le P. Marie-Augustin, dont le cœur a été placé dans le mur de droite de la chapelle du Rosaire, a entrepris très rapidement après la fondation de développer la dévotion au Rosaire. La récitation publique du Rosaire ayant attiré de nombreux fidèles, il a peu à peu organisé une récitation perpétuelle, impliquant des fidèles au-delà de Lyon, si bien qu’en trois ans, il avait réuni 60 000 associés, et qu’en 1874, lorsque les frères font appel à ce réseau pour financer la fin des travaux, ils font mention de 600 000 personnes dans toute la France. C’est en particulier à cause de l’affluence suscitée par la prière du Rosaire et par les réunions des Chevaliers de Marie que décision fut prise de bâtir une église plus vaste que la chapelle construite par Camille Rambaud. Ces associés de la prière mariale seront les principaux financeurs du projet, et l’église est présentée comme la leur, plus que comme celle de la communauté religieuse, dans la description qui leur en est proposée après l’inauguration :

  • 9 Compte rendu de l’inauguration dans la revue La couronne de Marie, reproduit intégralement en annex (...)

À la vue de ce nouveau sanctuaire dont la grandeur et la beauté sont si fort au-dessus du premier, qui ne sent son cœur se dilater ? qui ne voit un symbole des progrès admirables de l’Œuvre a faits en ces derniers temps ? qui ne se réjouit de l’honneur plus grand, du culte plus digne rendu à notre auguste Reine ? Dans cette nouvelle enceinte, nos Associés peuvent se réunir plus nombreux, sans être gênés par l’exiguïté d’un local trop restreint ; la prière s’élance en quelque sorte plus haut ; les chants sacrés résonnent avec plus d’harmonie ; les cérémonies saintes peuvent se déployer avec plus de pompe et de recueillement. Si Marie s’est montrée si bonne, si douce, si miséricordieuse, si puissante dans son premier sanctuaire, n’en doutons pas, elle se montrera telle et meilleure encore si c’est possible dans le second. Elle aussi dilatera son cœur de mère pour répandre sur ses enfants du Rosaire de plus abondantes bénédictions9.

11Le P. Danzas trace le plan d’une nouvelle église, dans un style proche de celui du XIIIe siècle, ce qui participe du désir des fondateurs d’un retour à l’origine de l’Ordre. M. Bresson, architecte proche de Bossan, prend en charge la maîtrise d’œuvre, sous la maîtrise d’ouvrage attentive du P. Danzas. Celui-ci, ayant terminé sa charge de provincial, est en effet revenu à Lyon en 1858 et en a immédiatement été élu prieur. En un délai très rapide, en comparaison avec d’autres constructions de l’époque, en six ans, l’église est suffisamment aboutie pour que puisse être célébrée la bénédiction par le cardinal de Bonald, archevêque de Lyon, le 16 août 1863. On voit ses armoiries sur la première des clefs de voûte de la nef.

  • 10 Sur l’atelier des vitraux, voir la communication d’Isabelle Parizet, p. 49.

12La grande originalité de cette église est son programme iconographique, puisque l’intégralité des vitraux a été dessinée par la main du P. Danzas et qu’environ la moitié en a été réalisée sur place, par des frères convers10. Même la statuaire, confiée en grande partie à Fabisch, a fait l’objet d’un cahier des charges très précis de la part du P. Danzas. On a donc sous les yeux aujourd’hui un ensemble architectural, église et bâtiment conventuel, qui sont marqués, non seulement dans leur conception générale, mais dans les détails de leur décoration par le projet et l’état d’esprit des fondateurs. Cela justifiait tout particulièrement une approche interdisciplinaire du processus de fondation et de construction, afin d’approcher au plus près les interactions multiples entre l’expression iconographique et architecturale et les choix d’ordre institutionnels et spirituels qui ont présidé à la fondation.

Notes

1 Sur cette relation entre C. Rambaud et L. Potton ainsi que sur les acteurs de la fondation, voir la contribution de T. Cavalin et N. Viet-Depaule, p. 29.

2 Sur le contexte religieux lyonnais voir la contribution de C. Sorrel, p. 15.

3 I. Body, Une admirable amitié, Camille Rambaud et Louis Potton, Lyon, Geneste, 1905, p. 94.

4 Sur la place de la fondation du S. Nom dans les débats dominicains de l’époque au sujet de l’identité dominicaine, voir la contribution de J.M. Gueullette, p. 127.

5 Sur cette articulation entre la restauration dominicaine et les milieux artistiques, voir la contribution de C. Guillot, p. 99.

6 Mémoire G. Arlin, f°41. Inédit, archives du couvent du Saint-Nom de Jésus, Lyon.

7 Sur l’économie du chantier, comparée à celle d’autres chantiers lyonnais contemporains, voir la contribution de P. Dufieux, p. 81.

8 Sur l’expulsion de 1870, voir la contribution de B. Carra de Vaux Saint-Cyr, p. 73.

9 Compte rendu de l’inauguration dans la revue La couronne de Marie, reproduit intégralement en annexe, p. 145.

10 Sur l’atelier des vitraux, voir la communication d’Isabelle Parizet, p. 49.

© LARHRA, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search