Version classiqueVersion mobile

Protestantisme et éducation dans la France moderne

 | 
Yves Krumenacker
, 
Boris Noguès

De la chaire à la tribune, de l’éducation religieuse à l’éducation nationale : quel cheminement de pensée sur la formation de la jeunesse pour Rabaut Saint-Étienne ?

Céline Borello

Texte intégral

  • 1 Élie Marion, Les Prophètes protestants. Réimpression de l’ouvrage intitulé Le Théâtre sacré des Cév (...)

[J’ai] été élevé, comme on le peut, selon le malheur des temps ; forcé par les uns, dès mon enfance, à fréquenter la messe, et instruit autrement par mes père et mère, mais d’une manière peu efficace, vu l’espèce de nécessité où ils se trouvaient par la persécution de me donner eux-mêmes l’exemple de ce qu’ils désapprouvaient. Ma première jeunesse se passa donc ainsi, dans l’embarras de je ne sais quels doutes, incapables de démêler ces difficultés par mes propres réflexions, et contraint, en quelque manière, de m’accommoder au temps1.

1En 1707, Élie Marion (1678-1713), un des rares prophètes cévenols à avoir reçu une éducation supérieure, livre, alors qu’il est en exil à Londres, le récit de son expérience éducative en matière religieuse après la révocation de l’édit de Nantes. À travers ce témoignage, les limites du xviiie siècle huguenot à développer des structures réformées d’éducation à l’intérieur du royaume sont palpables et s’expliquent par le contexte d’exclusion protestante résultant de la législation royale de 1685. Toutefois, cela ne signifie pas que toute éducation en milieu protestant soit évacuée – cela se perçoit également à travers les lignes de Marion où la cellule familiale est prépondérante – ni même que toute réflexion autour de cette question soit absente. Elle affleure à plusieurs reprises dans le discours des pasteurs et pour en rendre compte, suivons l’un d’entre eux, Jean-Paul Rabaut dit Rabaut Saint-Étienne (1743-1793), qui eut une carrière pastorale et politique faisant de lui un des personnages importants du protestantisme français des années 1760-1790.

2Cette enquête se propose ainsi de visiter son œuvre, religieuse et politique, au prisme de la question éducative, à laquelle il fut attentif. Le croisement de diverses sources, traces de son cheminement intellectuel autour de cette thématique, permet de poser la question d’une continuité ou d’une rupture, dans ce domaine, entre le volet religieux et politique de sa carrière, ainsi que celle de possibles spécificités imputables à son appartenance au protestantisme. Plus généralement, à travers les idées de Rabaut Saint-Étienne, que pouvons-nous appréhender d’une pensée protestante en matière d’éducation dans la seconde moitié du siècle ?

3Pour y répondre, il convient de présenter les exigences et les finalités de l’éducation sous la plume de Rabaut. Autrement formulé, pourquoi faut-il éduquer les hommes pour le pasteur et le député ? Ensuite, une économie de l’éducation sera posée dans laquelle il s’agira de rendre compte des stratégies et des outils éducatifs auxquels Rabaut Saint-Étienne songe. Enfin, en reprenant ces éléments, pourront être envisagées les spécificités protestantes de sa pensée – s’il y en a – et abordés quelques paradoxes de ses discours autour de la question éducative.

Éduquer la jeunesse protestante : exigences et finalités

4À partir de 1762, Rabaut Saint-Étienne prend la parole en chaire, tout d’abord en tant qu’étudiant en théologie à Lausanne puis, à Nîmes, à compter de 1765 comme pasteur, aux côtés de son père Paul Rabaut. Son auditoire est alors constitué d’une des communautés du royaume les plus importantes numériquement, soit environ 12 000 personnes. Plusieurs de ses sermons clandestins (5 sur les 58 aujourd’hui conservés) ont une thématique spécifiquement tournée vers l’éducation :

Sermons à thématique éducative

  • 2 Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français (BPF), Paris, ms 717/1-17.
  • 3 BPF, ms 717/1 – 18.
  • 4 BPF, ms 717/1 – 20.
  • 5 BPF, ms 717/1 – 25.
  • 6 BPF, ms 717/2 – 46.

1767

Premier sermon sur l’éducation

« Je le connais & je sais qu’il commandera à ses enfants & à sa maison après lui de garder la voye de l’Eternel pour faire ce qui est juste & droit », Genèse
18,192.

1767

Second sermon sur l’éducation

Idem3.

1768

Discours sur la nécessité de l’Éducation religieuse

« Instruis le jeune enfant au commencement de sa carrière lors même qu’il sera devenu vieux, il ne s’en écartera point », Proverbes 22,64.

1771

Discours sur la nécessité d’étudier la divinité pendant la jeunesse

« Souviens toi de ton créateur dans les jours de ta jeunesse, avant que les mauvais jours viennent et que les années arrivent auxquelles tu dises je n’y prends point de plaisir », Ecclésiaste 12,15.

1780

Sermon sur les moyens de faire une bonne éducation

Péricope extraite du Siracide, barrée « Les enfants mal élevés font le déshonneur de leurs Pères »,
Ecclésiastique, 22,36.

  • 7 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale par J.P. Rabaut, député de l’Aube, du 21 décembr (...)
  • 8 Bronisław Baczko, Une éducation pour la démocratie : textes et projets de l’époque révolutionnaire, (...)
  • 9 Condorcet, Rapport et projet de décret sur l’organisation générale de l’Instruction publique présen (...)

5C’est essentiellement au début de son ministère que se retrouve une attention à l’éducation (1767 et 1768), avec des passages tirés de l’Ancien testament, dont un d’un livre apocryphe, l’Écclésiastique. Le champ lexical de ces péricopes est marqué par le commandement (usage de l’impératif), par la nécessité d’éduquer et par la jeunesse à laquelle la formation se trouve destinée. L’éducation est ainsi une obligation, une action catégorique à délivrer aux « enfants » et à laquelle le ministre s’attache dès les débuts de son pastorat. Cette attention se lit également au cours de son action publique, politique cette fois-ci, puisqu’en décembre 1792 il prend la parole pour présenter un plan d’éducation à la Convention nationale, alors qu’il est député de l’Aube. Le discours, Projet d’éducation nationale par J.P. Rabaut, fort apprécié par l’auditoire de l’Assemblée, est imprimé et distribué en six exemplaires à chacun des députés et suppléants7. Rabaut Saint-Étienne participe alors à ce que Bronisław Baczko qualifie de « prolifération de projets » éducatifs, qui s’arrête avec la loi Daunou (brumaire an IV)8. L’effervescence révolutionnaire autour de cette question remonte à la Législative qui remplace la Constituante le 30 septembre 1791 et décrète, le 14 octobre, la formation d’un « comité spécial de l’Instruction publique » composé de vingt-quatre membres ; c’est au nom de ce comité que Condorcet présente, devant l’Assemblée, les 20 et 21 avril 1792, son fameux Rapport et projet de décret sur l’organisation générale de l’Instruction publique9. Ce comité continue d’exister sous la Convention – qui se met en place en septembre 1792 – et est particulièrement actif. Rabaut Saint-Étienne y siège après avoir prononcé le discours du 21 décembre, il en reste membre jusqu’en mai 1793, date à laquelle il entre au comité des Douze.

  • 10 Sur les thématiques homilétiques de Rabaut Saint-Étienne voir Céline Borello, Du Désert au Royaume  (...)
  • 11 BPF, ms 717-1/18 fol.14.

6De cette brève présentation des sources découle un premier constat : l’éducation a été un sujet de réflexion et de prise de parole pour Rabaut Saint-Étienne, en tant que pasteur et homme politique, du début à la fin de son activité publique au sens large, religieuse et laïque. Elle est parmi d’autres10, une des thématiques qu’il considère comme importante à aborder en public et d’ailleurs, il la présente comme une des matières les plus nobles à traiter dans ses discours de chaire. Dans son Second sermon sur l’éducation, il précise ainsi : « si les objets dont nous vous entretenons ne vous paraissent pas intéressants, je ne sais point pour moi quels sujets il faudra porter dans la chaire chrétienne »11. Cette importance à parler d’éducation en chaire ou dans la tribune politique repose sur deux raisons essentielles.

  • 12 BPF, ms 717-1/17 fol.8.
  • 13 BPF, ms 717-1/17 fol.6.
  • 14 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 5.
  • 15 BPF, ms 717-1/17 fol.2.
  • 16 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 3.

7La première s’appuie sur les exigences que mobilise l’éducation et qui se déploient en trois domaines : religieux, moral et socio-politique. Ce triptyque ne se retrouve pas de la même façon et suivant la même importance en fonction du type de discours prononcé, religieux ou politique. En effet, pour le pasteur Rabaut Saint-Étienne, il y a dans l’éducation tout d’abord une exigence religieuse ; cette injonction est somme toute logique à entendre de la part d’un ministre protestant en chaire. L’éducation religieuse est, de fait, très fortement présente dans les sermons et inexistante dans son discours politique de 1792. Elle est ainsi le cœur de deux de ses sermons (1768 et 1771), même s’il l’évoque à chacun d’entre eux. C’est une exigence initiale car « les premiers devoirs de l’homme sur cette terre se rapportent à Dieu [d’où la nécessité de l’apprendre aux enfants]. Voilà le point où le sage instituteur doit instruire les enfans : il doit les mettre en état de connaître à bonne-heure leurs devoirs envers Dieu, afin qu’ils puissent les remplir toujours »12. Dans l’argumentaire de Rabaut Saint-Étienne, il y a ensuite dans l’éducation à donner une exigence morale qui fait lien avec la nécessaire éducation religieuse que les enfants doivent recevoir car, dit-il, « l’éducation essentielle […] est celle qui fait l’honnête homme, l’homme sage, & le vrai chrétien »13. Le goût du bien, le rejet du mal, l’initiation à la sagesse, la lutte contre les mauvaises mœurs, l’indifférentisme, l’apprentissage du respect dû aux parents, le rejet du luxe, l’attention à la politesse y compris dans le langage, doivent être au cœur d’une éducation morale aboutie. À cet égard, l’homme politique poursuit dans le même sens en souhaitant qu’« une leçon de morale aux citoyens assemblés [sera donnée et] prise dans des livres élémentaires approuvés par le corps législatif »14. Et, contrairement à la religion, la morale alimente également le discours politique. Une dernière exigence, socio-politique, se retrouve pareillement dans les deux types de discours prononcés. En effet, l’éducation telle que présentée par le pasteur Rabaut Saint-Étienne est au fondement de la politique : « rien ne contribue davantage à la prospérité d’un État que les bons principes d’éducation que l’on donne aux enfants qui doivent un jour la composer »15. En 1792, en tant que député, il explique en écho que l’« éducation nationale est la mère de tous les citoyens »16. Le message est donc invariable et la continuité manifeste quels que soient le temps et la fonction exercée par l’orateur.

8Une seconde explication à l’importance de parler de l’éducation réside dans les finalités de celle-ci. Dans cette optique, introduisons un autre terme, celui d’instruction. L’auteur différencie instruction et éducation, et la distinction, si elle est déjà présente dans les sermons, est clairement définie dans son Projet d’éducation nationale :

  • 17 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 3.

L’instruction publique éclaire & exerce l’esprit, l’éducation nationale doit former le cœur : la première doit donner des lumières, & la seconde des vertus ; la première sera le lustre de la société, la seconde en sera la consistance et la force17.

  • 18 « Je prétends revendiquer pour la nation une éducation qui ne dépende que de l’État, parce qu’elle (...)
  • 19 « Toute l’instruction publique tendra toujours au mensonge tant que ceux qui la dirigent trouveront (...)
  • 20 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir, op.cit., p. 43.
  • 21 « L’éducation chrétienne […] leur procurera l’estime des autres hommes, la paix de la conscience, l (...)
  • 22 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 4.

9Cette distinction n’est pas nouvelle. Ainsi le procureur rennais La Chalotais publie en 1763 un Essai d’éducation nationale, qu’il privilégie au nom d’une uniformisation de l’enseignement et d’un renforcement du sentiment national18. La même année, Rousseau utilise, quant à lui, le mot « instruction publique » pour désigner ce qui relève d’une formation extra-familiale19. Si les deux termes sont « également utilisés par les députés »20, le premier a la faveur de Rabaut Saint-Étienne. Il différencie les organes sollicités (esprit/cœur) et les notions mobilisées (lumières/vertus) mais, dans son propos politique, les finalités de l’une et de l’autre se rejoignent selon trois modalités. La première est de former l’homme – et la femme – c’est-à-dire apprendre, expliquer et exercer l’esprit humain. La deuxième finalité est d’assurer le bonheur de l’individu. Ce dernier point concerne aussi bien l’éducation délivrée aux enfants (comme il l’explique dans son Second sermon sur l’éducation21) que l’éducation nationale, telle qu’il la présente à la Convention, affirmant « dissiper ainsi [par l’éducation nationale] cette terreur sombre qui nous enveloppe, & ces nuages obscurs »22. Le bonheur des particuliers est fondamental à atteindre et l’éducation devient une des voies pour ce faire. Cette félicité est d’autant plus fondamentale que derrière un bonheur particulier réside le bonheur général, celui de l’État, celui de la société qui est à construire par l’éducation, comme il l’explique dans un de ses sermons :

  • 23 BPF, ms 717-1/18 fol.7.

Accoûtumons-nous en même tems à faire plus de cas, & des enfans, & de leur éducation. Considérons que ce sera une génération des vertus ou des vices de laquelle le bonheur de l’Etat peut dépendre, que nous avons en quelque façon entre nos mains le sort de la patrie, & que nous sommes les maîtres de la rendre heureuse, & respectable même aux siècles à venir23.

  • 24 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 4.

10Car, et c’est l’ultime visée éducative, elle permet de régénérer l’homme et, là encore, la société dans son ensemble. Cela affleure dans les sermons mais particulièrement – cela est prévisible avec l’utilisation d’un vocabulaire typiquement révolutionnaire – dans son Projet d’éducation nationale alors qu’il affirme : « il faut absolument renouveler la génération présente en formant en même temps la génération à venir. Il faut faire des Français un peuple nouveau24 ». Changer la société impose de « faire la révolution dans les têtes & dans les cœurs, comme elle s’est faite dans les conditions & dans le gouvernement », affirme le député Rabaut Saint-Étienne. Et cela passe par l’éducation.

11L’éducation religieuse et nationale ont chacune des impératifs parfois spécifiques, parfois communs ; elles ont pour tâche de former l’honnête homme, de le rendre heureux, de le changer et avec lui la société dans laquelle il vit. Comment parvenir à ces finalités ?

Les stratégies éducatives du pasteur et du député

12Sur quelles méthodes l’éducation et l’instruction reposent-elles ? Dans quel cadre doivent-elles se faire ? Ces questions apparaissent plus ou moins clairement dans les écrits du pasteur de Nîmes et du député de la Convention et plusieurs stratégies éducatives sont observables dans l’œuvre de Rabaut Saint-Étienne.

  • 25 BPF ms 717- 1/17 fol.4.

13Concernant l’éducation religieuse et morale, le premier élément à remarquer est que Rabaut Saint-Étienne a conscience du vaste champ auquel il s’attaque quand il utilise le terme d’éducation ou d’instruction dans ses discours en chaire. Il l’évoque, par prétérition, dans ses sermons et notamment dans son Premier sermon de 1767. L’éducation recouvre en effet plusieurs réalités, immenses. Tout d’abord, « le physique de l’éducation », c’est-à-dire les « soins que l’on doit se donner pour former un bon tempérament aux enfans & leur procurer ainsi la force & la santé du corps, qui contribuent puissamment à la force & à la santé de l’ame »25. Elle sous-entend également les

  • 26 Idem.

précautions qu’il faut prendre pour [la] faire réussir ; [le] choix des maîtres et des méthodes ; […] la manière dont il faut administrer les répréhensions, les punitions, les encouragements ; du soin avec lequel il faut veiller sur les compagnies que l’on donne aux enfants […] la vigilance avec laquelle on doit éviter les circonstances qui pourraient leur devenir préjudiciables26.

14Enfin, elle sollicite

  • 27 Ibid., fol.5.

des objets auxquels il est à propos d’appliquer la mémoire des enfans, leur sagacité, leur curiosité, & ces facultés heureuses que la nature ne leur prodigue pas sans doute en vain. Nous ne voulons pas vous parler des études d’utilité & de goût auxquelles serait avantageux de les appliquer, ne fut-ce que pour les éloigner de la dissipation & du libertinage27.

  • 28 Outre l’ouvrage de La Chalotais, au moment où le pasteur proclame son sermon (1767), il peut ici re (...)

15Et il explique qu’il ne dispose pas du temps nécessaire en chaire pour évoquer tout cela de manière détaillée mais que ces points ont été, dit-il à son auditoire, abordés dans des livres très doctes et complets sur ces aspects28. Il est amené toutefois à éclaircir certaines méthodes ou principes pédagogiques dans ses sermons.

  • 29 BPF, ms 717-1/17 fol.9.
  • 30 « Dans une éducation, il faut partir des circonstances où l’on se trouve, & non de circonstances pu (...)

16Le premier point sur lequel il insiste est que l’éducation doit commencer dès le plus jeune âge. La raison en est simple : il faut « dresser » les enfants, êtres faibles par excellence, et c’est tôt qu’il s’agit de leur donner de bonnes habitudes qu’ils sauront mobiliser toute leur vie. Il est cependant conscient de la difficulté à expliquer à des enfants certaines abstractions. L’éducation religieuse des plus jeunes est ce qui l’occupe le plus, ce qui est somme toute logique à la fois par la fonction qu’il exerce (pasteur) et par le type de sources mobilisées (sermons). Mais s’il faut commencer tôt, il pose également la nécessité d’attendre que les enfants aient atteint « l’âge de raison » pour leur apprendre plus précisément Dieu, sinon ils risquent de ne pas comprendre et de le considérer comme un « phantôme absurde »29. Il continue en exposant l’impératif de partir de circonstances idéales pour évoquer cette abstraction qu’est Dieu. La faiblesse ou la maladie d’un proche de l’enfant peut être une occasion favorable pour expliquer la finitude de la vie humaine et le rôle de Dieu. Le travail agricole devient de la même manière l’occasion de faire remarquer aux plus jeunes que « les saisons sont le fruit d’une main étrangère » et, par extension, tout travail est idéal pour montrer à son enfant que les ouvrages des hommes sont bien plus « vils » que celui de Dieu. Le pasteur prend la peine de décliner les différents types d’activité professionnelle pour que l’ensemble de son auditoire se sente concerné par sa parole, car les fidèles nîmois appartiennent tout autant au monde de la paysannerie qu’à celui de l’artisanat et de la marchandise. Il fonde donc sa pédagogie sur ce que la vie a de plus concret – la maladie, la mort, le travail –, et sur les occasions qu’offre celle-ci30. Il s’appuie sur un pragmatisme du développement progressif de l’enfant dans une perspective réaliste de son apprentissage.

  • 31 « Ce n’est pas l’éducation des maîtres que nous vous demandons, c’est l’éducation des Pères : ce so (...)

17Mobiliser son auditoire sur cette question est d’autant plus fondamental qu’il insiste sur le rôle des parents, des pères et des mères et de la famille en général, pour éduquer les plus jeunes31. Déjà dans les propos d’Élie Marion qui se situent dans un contexte post-révocatoire, les parents sont des acteurs essentiels de l’éduction religieuse de leurs enfants. Les sermons de Rabaut Saint-Étienne, beaucoup plus tardifs, maintiennent cet état de fait et débordent de cette injonction aux parents à prendre en charge l’éducation de leur progéniture. Cela concerne la formation religieuse mais surtout l’éducation morale : apprendre le respect, les vertus sociales, c’est-à-dire les devoirs que les plus jeunes ont à remplir envers les hommes, relève de la famille. Elle les prépare à tenir dignement leur place dans la société. La vie quotidienne et le foyer familial sont, de fait, les lieux privilégiés de cet apprentissage :

  • 32 Idem, fol.24.

C’est dans vos familles que nous devrions vous accompagner, c’est dans vos maisons que nous devrions faire retentir notre voix, là lorsque vous seriez prêts à commetre quelques fautes, nous vous arreterions pour vous dire, souvenez-vous de l’exemple que vous devez à vos enfants32.

  • 33 Ibid., fol.14-15.
  • 34 Ibid., fol.16.
  • 35 Ibid.

18Le pasteur détaille dans ses sermons les différents moyens pour une bonne éducation familiale : faire un juste usage de l’autorité parentale, ne rien ordonner qui soit injuste, montrer le bon exemple33 sont les stratégies éducatives idéales. Remarquons que ces méthodes pédagogiques de morale sont aussi un viatique pour moraliser et éduquer les parents qui sont alors tenus à un comportement exemplaire. Le pasteur n’hésite pas à livrer à son auditoire adulte quelques astuces pour y parvenir : le recours à des maximes est ainsi possible, comme l’antique règle d’or, « ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse », qui peut être bien utile pour leur apprendre que « tous les hommes sont égaux, que descendus tous du même Père ils ont le même droit à l’amour les uns les autres »34. Ce qui est certain, assène encore le pasteur, c’est que « c’est par l’instruction lente, mais sûre des actions que vous parviendrez à votre but »35. Il prône donc une pédagogie posée, répétitive et encore une fois fondée sur l’expérience et le bon sens commun.

  • 36 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 3.
  • 37 La référence aux modèles des républiques antiques et particulièrement spartiate est constante dans (...)
  • 38 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 4.

19Poursuit-il avec ces mêmes méthodes dans son discours sur l’éducation nationale à la Constituante ? Certains éléments sont communs entre discours de chaire et discours à la tribune. Ainsi en est-il de la dimension prospective de l’éducation. En tant que député, il répète l’impératif à commencer tôt l’éducation de la jeunesse, pour les mêmes raisons car « elle n’est pas une institution pour l’enfance, mais pour la vie toute entière36 ». Il évoque alors les modèles éducatifs comme celui des Crétois, des Grecs et surtout des Spartiates ; mais il les présente comme inapplicables à la situation actuelle car le peuple français est trop différent dans l’économie, dans la société, dans la conception des rapports sociaux37. Il est surtout « éclairé, appanage de l’être pensant »38 ce que n’étaient pas ces populations anciennes. Mais l’idée de prendre l’enfant tôt pour le former, dès sa plus tendre enfance, reste à imiter.

  • 39 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 2.

20Une autre constance entre la parole de chaire et la tribune politique se retrouve mais de manière plus subtile. Elle est également bien plus appréciable car elle marque un lien véritable entre son expérience pastorale et sa position sur le sujet de l’éducation à l’Assemblée. En effet, dans son Projet d’éducation, Rabaut Saint-Étienne se demande s’il existe « un moyen infaillible de communiquer incessamment, tout-à-l’heure, à tous les Français à-la-fois, des impressions uniformes & communes, dont l’effet soit de les rendre, tous ensemble, dignes de la révolution ; de la liberté […] ; de l’égalité […] ». L’objectif pour lui est de parvenir à une instantanéité et une uniformité de l’apprentissage, des savoirs, des sentiments et faire « qu’au même jour, au même instant, chez tous les citoyens, dans tous les âges & dans tous les lieux, tous recevaient les mêmes impressions ». Pour cela, toutes les « facultés » de l’homme doivent être mobilisées : « sens », « imagination », « mémoire », « raisonnement », ce qui, au final, constitue « cet enthousiasme que l’on pourroit appeller la magie de la raison »39. Le député poursuit en expliquant que cela est possible en sélectionnant les voies utilisées par certaines institutions. Et sa réponse à la question des modalités pour parvenir à cet idéal pédagogique fait appel à la religion ou plutôt mobilise des méthodes utilisées par l’Église catholique :

Ce secret [évoquant la méthode] a bien été connu des prêtres, qui, par leurs catéchismes, par leurs processions (car les énumérations sont encore nécessaires sur ce sujet, où ces législateurs habiles avoient tout cumulé) par leurs cérémonies, leurs sermons, leurs hymnes, leurs missions, leurs pèlerinages, leurs statues, leurs tableaux, & par tout ce que la nature et l’art mettoient à leur disposition, conduisoient infailliblement les hommes vers le but que les prêtres se proposoient.

21Cette partie purement énumérative des supports utilisés montre la prise en charge totale de l’Église catholique pour parvenir à ses fins en matière de formation de l’homme. La suite du discours poursuit dans cette perspective :

  • 40 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 2.

Ils s’emparaient de l’homme dès sa naissance ; ils s’en saisissoient dans le bas-âge, dans l’adolescence, dans l’âge mûr, à l’époque de son mariage, à la naissance de ses enfants, dans ses chagrins, dans ses fautes, dans sa fortune, dans sa misère, dans l’intérieur de sa conscience, dans tous ses actes civils, dans ses maladies & à sa mort. C’est ainsi qu’ils étoient parvenus à jeter dans un même moule, à donner une même opinion, à former aux mêmes usages, tant de nations différentes de mœurs, de langage, de lois, de couleur & de structure, malgré l’intervalle des monts & des mers40.

  • 41 Voir note 39.
  • 42 BPF ms 329 fol.71v°.

22Provenant d’un pasteur huguenot dont la famille a eu, comme d’autres de ses coreligionnaires, à subir l’obligation catholique, cet extrait doit également être lu comme un résumé des vexations protestantes durant la législation de l’édit de Fontainebleau. L’ambiguïté du propos est dès lors grande ici : le député semble louer l’action éducative de l’Église catholique à façonner l’individu mais le pasteur ne peut se départir d’un énoncé sec où pointe l’amertume. C’est sans doute dans cette équivoque que se situe la faiblesse de son argumentaire car dans ces méthodes de l’immédiateté prônées par Rabaut Saint-Étienne, il omet de signaler que les partisans de Rome ne sont pas les seuls à les avoir utilisées. Les réformés ont procédé de même, certes de manière moins apparente, ou moins totalisante et violente : ils ont sollicité, comme les catholiques, l’imagination, la mémoire, le raisonnement41. En effet, avec les mêmes mots, dans une Note sur les Camisards, le pasteur avait défini les facultés mobilisées lors du culte public protestant : « dans le culte protestant […] tout parle à la raison, à la mémoire & à l’imagination : ce ne sont pas les yeux qui sont occupés, ce sont toutes les facultés de l’esprit à la fois »42. Son expérience de prédicateur protestant et de huguenot est ainsi directement en lien avec ce qu’il explique dans la tribune de l’assemblée. Mais il ne le met pas en avant et considère que seuls les prêtres, la religion dominante largement remise en cause par la Révolution française, celle de « l’erreur & de l’esclavage », utilisaient ces méthodes de manière opérante. Subtil travestissement d’un passé et des méthodes religieuses qu’il connaît parfaitement pour les avoir subies comme protestant proscrit et utilisées en tant que pasteur réformé.

23D’autres méthodes ou outils pédagogiques sont en revanche spécifiques du discours politique révolutionnaire et reposent sur la mise en place de fêtes publiques et sur des validations d’acquis de bon citoyen, publiques elles aussi. Pour cela, des édifices doivent être érigés, un Sénat doit être composé, avec autant d’hommes que de femmes, pour réprimander ou louer tel ou tel enfant ; « des exercices du corps » pour augmenter la force et la santé doivent être mis en place ; des leçons de morale données ; la lecture de la déclaration des droits et des devoirs devra être régulièrement faite le dimanche, jour réservé à cela. Tout un programme d’éducation nationale se décline en fonction des âges (10, 15 et 21 ans). Toutefois, enfants, vieillards, hommes, femmes… personne n’est oublié dans ce Projet qui offre à l’État un contrôle total de l’éducation nationale qui prime alors sur tout, y compris l’instruction publique :

  • 43 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 3

L’instruction publique demande des lycées, des collèges, des académies, des livres ; elle s’enferme dans des murs. L’éducation nationale demande des cirques, des gymnases, des armes, des jeux publics, des têtes nationales ; le concours fraternel de tous les âges et de tous les sexes, et le spectacle imposant et doux de la société humaine rassemblée ; elle veut un grand espace, le spectacle des champs et de la nature. L’éducation nationale est l’aliment nécessaire à tous, l’instruction publique est le partage de quelques-uns : elles sont sœurs, mais l’éducation nationale est l’aînée43.

  • 44 « Je sais, mf, que vous pouvez nous dire à ce égard, je sais que des pères illétrés & peu instruits (...)
  • 45 « Ce grand devoir de l’éducation est très négligé parmi nous. Par une tendresse outrée, malantendue (...)
  • 46 « Vous avez détruit mais vous n’avez rien édifié. Je ne vois plus entre les mains des enfans aucun (...)
  • 47 Cet empêchement est encore relevé à la veille de la Révolution, et certaines Églises, à l’exemple d (...)

24Le programme éducatif, religieux, moral, national voulu par Rabaut Saint-Étienne rencontre des entraves pour exister. Dans le discours du 21 décembre 1792, rien des obstacles ne ressort, ce qui est logique puisqu’il s’agit d’un discours politique volontariste qui a pour mission de résonner dans une réflexion générale d’élaboration d’une loi qui, le député l’évoque lui-même, demande à être corrigée pour être perfectionnée. C’est plus particulièrement dans les sermons que les difficultés éducatives sont clairement établies par le pasteur. Le premier obstacle est l’illettrisme des parents qui rend leur implication dans l’éducation de leurs enfants difficiles44. Vient ensuite l’indulgence des parents – et surtout des mères – pour leur progéniture qui provoque trop souvent laxisme et désordre45. Ce sont aussi les dangers du temps, les corruptions du monde qui peuvent éloigner les enfants, et surtout les adolescents, des impératifs moraux qu’impose une éducation aboutie46. Enfin, dernières difficultés et non des moindres : le manque d’encadrement et l’absence de droit à l’éducation, refusé pour les protestants47. À plusieurs reprises, le pasteur rappelle ce temps de proscription éducative qui rend l’encadrement pédagogique de la jeunesse huguenote plus délicate que pour les catholiques du même âge.

25Ce dernier point renvoie vers l’appréhension de ce qui pourrait relever d’une pensée « protestante » en manière éducative de la part du pasteur et du député Rabaut Saint-Étienne.

Une pensée protestante discordante en matière éducative ?

  • 48 Rousseau, Émile ou de l’éducation (1762) ; Diderot, Plan d’une éducation russe (1775) ; Bernardin d (...)
  • 49 À titre d’exemple, il est possible de citer comme discours : Gilbert Romme, Rapport sur l’instructi (...)

26Des exigences et finalités éducatives, peut-on déduire des spécificités protestantes à sa réflexion ? Clairement non. L’argumentaire et le vocabulaire répondent plutôt à une logique empruntée à celle des hommes du second xviiie siècle et à celle des Lumières. Des pensées de Rousseau, d’Holbach, Diderot, Bernardin de Saint-Pierre, ou Helvétius, qui ont écrit sur l’éducation, percent dans les discours du pasteur, sensibilisé depuis sa formation au Séminaire de Lausanne par les idées philosophiques48. C’est dans cette littérature du xviiie siècle qu’il puise son inspiration plus que dans une culture purement religieuse. Il n’y a donc rien de spécifiquement protestant dans sa manière de penser l’éducation, en tout cas dans ses finalités et ses exigences. Et bien plus encore, son discours du 21 décembre 1792 s’inscrit dans le travail de l’assemblée qui tourne autour de la question du monopole de la formation de la jeunesse par les pouvoirs publics. Tous les discours portent sur un système général incluant écoles, enseignement, « fêtes publiques » avec leurs effets éducatifs49. Le député Rabaut Saint-Étienne est donc strictement à resituer, à l’occasion de cette dernière prise de parole, dans une perspective révolutionnaire d’instruction et d’éducation qui sont des enjeux importants pour le pouvoir politique en marche de restructuration. Mais il le fait suivant une optique qui n’est pas majoritaire, nous y reviendrons.

  • 50 « Je sais que par une suite de funestes circonstances où nous sommes rencontrés, les bonnes instruc (...)

27Y a-t-il alors une spécificité protestante des méthodes éducatives qu’il prône ? La réponse est positive cette fois-ci, bien que nuancée, et c’est dans la difficulté à instruire du fait de l’exclusion législative huguenote qu’il faut voir un particularisme huguenot des paroles prononcées. Le droit à l’éducation, refusé par le roi, rend les choses plus délicates et imposent d’être davantage vigilant sur la formation des plus jeunes. Une autre spécificité réside dans l’importance des pères et des mères comme vecteurs d’éducation religieuse, poids résultant d’ailleurs de l’interdit éducatif50. Mais ce sont à peu près les seuls éléments identifiables en ce sens. Car les méthodes d’éducation prônées sont celles que l’on retrouverait sous la plume d’un prêtre (pour ce qui relève de l’éducation religieuse et morale), ou d’un homme éclairé (pour ce qui regarde l’éducation nationale).

28Cette empreinte peu protestante de la plume de Rabaut Saint-Étienne signifie-t-elle pour autant que son écriture soit sans discordance lorsqu’il prend la parole à la Convention par rapport à ce qu’il expliquait dans ses sermons ? Il s’agit du même homme en chaire et dans la tribune, il est légitime d’envisager que, quel que soit le contexte de diction, il reste ferme sur ces idées en matière éducative. Mais les contextes de prise de parole de ces discours sont radicalement différents et méritent d’envisager des ruptures éventuelles : dans un cas (sermons), il s’agit d’une parole religieuse clandestine, dans un autre (celui du discours de 1792), nous avons affaire à un texte prononcé au sein de l’Assemblée de la part d’un représentant de la nation. Un second élément qui impose cette question du changement réside dans l’écart entre le premier sermon (1767) et le discours à la Convention (1792) : en vingt-cinq ans, soit la moitié de son existence – et la période de sa vie où il a été le plus actif – il a pu évoluer sur certains points en se fondant sur des lectures nouvelles et sur une expérience diversifiée.

29Certaines linéarités ont déjà été mentionnées, dans les méthodes et les finalités notamment, mais deux paradoxes de la pensée de Rabaut Saint-Étienne en matière d’éducation apparaissent aussi. La première discordance est qu’il refuse dans ces sermons l’idée de plan général d’éducation :

  • 51 BPF, ms 717-1/17 fol.3.

Nous pensons […] qu’il est impossible de donner dans un discours, & même dans un livre, un plan d’éducation qui puisse convenir à tous les Pères, à tous les maîtres, dans toutes les familles. Il est sans doute des principes que tous les Pères doivent connaître, mais aucun d’eux ne peut les appliquer de la même manière. Dans cette quantité de livres, de vues heureuses, de règles utiles, d’excellentes observations, on ne trouve point de système général : c’est qu’en effet il ne peut pas y avoir de plan général au milieu de tant de circonstances particulières ; c’est que l’éducation de chaque enfant demande un système à part qu’il faut laisser à la prudence de celui qui en est chargé. Tous doivent arriver au même but, mais tous ne peuvent pas suivre la même marche51.

30Or, en 1792, c’est exactement ce qu’il se propose de faire : un projet général d’éducation nationale qui uniformise cette formation en englobant tous les enfants et avec eux, tous les citoyens. L’action politique, l’élaboration d’une loi générale qui s’applique à tout le monde de la même manière l’a emporté sur la sagesse à considérer que les méthodes éducatives doivent tenir compte de l’enfant. Situé dans l’action politique, dans les événements de la Révolution française, il n’est plus dans la modération de vue qui lui est pourtant familière.

  • 52 Notons d’ailleurs que le seul autre pasteur-député à prendre la parole pendant ces débats éducatifs (...)

31Un second paradoxe apparaît lorsqu’il évoque dans ses discours de chaire les perpétuelles difficultés pour les huguenots à pouvoir librement éduquer leurs enfants et qu’il choisit, dans son discours politique, une éducation uniquement organisée par l’État. Dans ses sermons, il en appelle à la possibilité pour les parents d’instruire leurs enfants comme ils le désirent, revendiquant un droit à l’éducation qui leur est injustement refusé au nom de l’uniformisation religieuse voulue pas le roi. Et dans le texte de 1792, toute éducation doit dépendre exclusivement de l’État ; il se situe ici dans le droit fil de La Chalotais. Aucun rôle n’est pensé pour la famille, aucune particularité ou liberté individuelle n’est envisagée. Il est important pour comprendre le paradoxe évoqué de revenir sur le clivage révolutionnaire qui oppose d’un côté les partisans d’une éducation nationale qui doit modeler totalement le futur citoyen et les tenants d’une instruction publique qui laisse une part éducative aux parents. Rabaut, avec son discours de 1792, se situe dans la première lignée, tout comme Robespierre ou Le Pelletier. Les défenseurs d’un rôle limité de l’État dans la transmission des connaissances de base, avec notamment Condorcet, sont plus nombreux et plus modérés et l’emportent en 1793. Et étrangement, alors que Condorcet et Rabaut Saint-Étienne ont été maintes fois du même côté de la réflexion, ils s’opposent complètement sur la question de l’éducation et de l’instruction. Et d’autant plus paradoxalement que Rabaut Saint-Étienne prend le contrepied total de ce qui était envisageable compte tenu de son parcours : huguenot ayant souffert du joug de la monarchie, donc du pouvoir politique, ayant lui-même dû partir en Suisse pour suivre une éducation réformée et une formation pastorale, interdites l’une et l’autre en France, on aurait pu penser qu’il ne souhaite pas tout donner à l’État de la formation des citoyens et qu’il se situe dans la voie de la modération, laissant une part d’instruction et d’éducation à la famille. Or, ce n’est justement pas le cas. Une première explication à cette attitude pourrait être le changement de régime entre sa propre expérience et le moment où il présente son projet d’éducation nationale. Ce n’est plus la monarchie absolue mais la République qui est en place, et elle prône des valeurs d’égalité, de fraternité et de liberté qui conviennent absolument au député Rabaut. Son engagement en faveur d’une éducation nationale globalisante est alors à voir comme une preuve de son extrême confiance dans le pouvoir révolutionnaire en place à l’hiver 1792, comme un gage encore de ne pas voir l’Église catholique posséder un droit de regard sur la formation des citoyens. Une seconde explication résiderait dans l’idée de soumission aux autorités qui a fortement irrigué le protestantisme français depuis le xviie siècle et qui s’exprimerait chez lui par un don total du citoyen à la République. Car le but de l’éducation que prône Rabaut Saint-Étienne est de former des bons républicains et de renforcer le sentiment d’appartenance à la nation française qui fait que tous les citoyens se sentent frères et donc égaux. La rupture avec son passé protestant serait ici en apparence moins flagrante, car on retrouverait le combat autour de la reconnaissance à l’égalité pour les huguenots qui a occupé une partie des écrits et de l’action du pasteur. Rabaut Saint-Étienne exprimerait peut-être ainsi une ultime marque de sa recherche de liberté et de fraternité par l’éducation nationale qui serait la même pour tous. Mais le mode opératoire de cette éducation en exclut totalement la religion, le dimanche étant simplement destiné à la lecture de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ce qui reste une position franchement opposée à tout son argumentaire antérieur fondée sur une éducation religieuse primordiale52.

32En vingt-cinq années d’action publique, les discours religieux et politique de Rabaut Saint-Étienne permettent de suivre son parcours intellectuel autour de la question de l’éducation, soutenu par des invariants comme les finalités de celle-ci ou certaines méthodes d’apprentissage. Mais les circonstances de diction changeant, le député de la Convention n’hésite pas à rompre avec un passé pastoral pour évoquer une éducation nationale épurée de toute dimension religieuse et entièrement organisée par l’État et pour l’État. Même si, dans son Projet d’éducation nationale, les édifices destinés à recevoir « les assemblées des citoyens, les écoles publiques, les fêtes nationales & autres institutions communes que la nation jugera convenable d’établir » sont désignés par le nom de « Temple national », son discours de 1792 porte la marque d’une rupture forte dans sa pensée autour de l’éducation. Devenu avant tout homme de la Révolution, il oublie cette part de droit à la liberté éducative, cet impératif chrétien et civique de formation religieuse pour la jeunesse française qu’il souhaitait ardemment en tant que pasteur.

Notes

1 Élie Marion, Les Prophètes protestants. Réimpression de l’ouvrage intitulé Le Théâtre sacré des Cévennes ou Récit des diverses merveilles nouvellement opérées dans cette partie de la province du Languedoc (Londres, 1707), Paris, Delay, 1847, p. 54-55 (cité dans Natalia Muchnik, « Prêcher dans le secret des foules. La parole religieuse des minorités dans les villes européennes xvie-xviiie siècles », Histoire urbaine, n° 34, 2012, p. 77).

2 Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français (BPF), Paris, ms 717/1-17.

3 BPF, ms 717/1 – 18.

4 BPF, ms 717/1 – 20.

5 BPF, ms 717/1 – 25.

6 BPF, ms 717/2 – 46.

7 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale par J.P. Rabaut, député de l’Aube, du 21 décembre 1792, Paris, Imprimerie nationale, 1792.

8 Bronisław Baczko, Une éducation pour la démocratie : textes et projets de l’époque révolutionnaire, Genève, Droz, 2000, p. 22. Dominique Julia note un « foisonnement des projets présentés » (D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir, Paris, Belin, 1981, p. 7). Le discours de Rabaut Saint-Étienne figure parmi les seize textes édités par Bronisław Baczko (p. 295-301). Notre note 49 renvoie à quelques discours importants des années 1792-1793.
Sur la question de l’éducation voir parmi les publications les plus récentes : Caroline Fayolle, Jean-Charles Buttier (dir.), Pédagogies, utopies et révolutions (1789-1848), La Révolution française. Cahier de l’Institut d’histoire de la Révolution française, n° 4, 2013, http://lrf.revues.org/791.

9 Condorcet, Rapport et projet de décret sur l’organisation générale de l’Instruction publique présentés à l’Assemblée nationale, au nom du comité d’instruction publique, Paris, Imprimerie nationale, 1792.

10 Sur les thématiques homilétiques de Rabaut Saint-Étienne voir Céline Borello, Du Désert au Royaume : parole publique et écriture protestante (1765-1788) - Édition critique du Vieux Cévenol et de sermons de Rabaut Saint-Étienne, Paris, Honoré Champion, 2013, p. 46.

11 BPF, ms 717-1/18 fol.14.

12 BPF, ms 717-1/17 fol.8.

13 BPF, ms 717-1/17 fol.6.

14 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 5.

15 BPF, ms 717-1/17 fol.2.

16 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 3.

17 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 3.

18 « Je prétends revendiquer pour la nation une éducation qui ne dépende que de l’État, parce qu’elle lui appartient essentiellement ; parce que toute nation a un droit inaliénable et imprescriptible d’instruire ses membres ; parce qu’enfin les enfants de l’État doivent être élevés par des membres de l’État », Pierre-Eugène Muller, « De l’instruction publique à l’éducation nationale », Mots, décembre 1999, n° 61, p. 150.

19 « Toute l’instruction publique tendra toujours au mensonge tant que ceux qui la dirigent trouveront leur intérêt à mentir », Lettre à Christophe de Beaumont dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1969, tome 4, p. 967, cité par Pierre-Eugène Muller, art. cit., p. 150-151. Pierre-Eugène Muller relève qu’il existe aussi le terme d’« éducation publique » utilisé par Rousseau dans l’Encyclopédie (article « Discours sur l’économie politique », 1755) : « L’éducation publique sous des règles prescrites par le gouvernement, et sous des magistrats établis par le souverain, est donc une des maximes fondamentales du gouvernement populaire ou légitime ».

20 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir, op.cit., p. 43.

21 « L’éducation chrétienne […] leur procurera l’estime des autres hommes, la paix de la conscience, la patience dans les peines, & la modération dans les plaisirs. Ce sont là, m.f. [mes frères], quatre sources de bonheur », BPF, ms 717-1/18 fol.13.

22 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 4.

23 BPF, ms 717-1/18 fol.7.

24 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 4.

25 BPF ms 717- 1/17 fol.4.

26 Idem.

27 Ibid., fol.5.

28 Outre l’ouvrage de La Chalotais, au moment où le pasteur proclame son sermon (1767), il peut ici renvoyer à celui de Rousseau, Émile ou De l’éducation (1762) ou Helvétius, De l’Esprit (1758), pour ce dernier notamment sur la question de la globalisation de l’apprentissage : « L’art de l’éducation n’est autre chose que la connaissance des moyens propres à former des corps robustes et plus forts, des esprits plus éclairés et des âmes plus vertueuses » (Discours quatrième, cité par Dominique Julia, op. cit., p. 18).

29 BPF, ms 717-1/17 fol.9.

30 « Dans une éducation, il faut partir des circonstances où l’on se trouve, & non de circonstances purement imaginaires », Idem.

31 « Ce n’est pas l’éducation des maîtres que nous vous demandons, c’est l’éducation des Pères : ce sont ces leçons instructives & touchantes que l’artisan le plus occupé peut donner de tems en tems à ses enfans, ce sont ces exhortations à la vertu que l’homme le plus ignorant peut leur répéter, parce qu’il n’y a point d’homme qui ne sache que notre devoir ici-bas c’est d’être sage vertueux et juste », BPF ms 717-1/18 fol.3.

32 Idem, fol.24.

33 Ibid., fol.14-15.

34 Ibid., fol.16.

35 Ibid.

36 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 3.

37 La référence aux modèles des républiques antiques et particulièrement spartiate est constante dans les projets souhaitant voir une uniformisation de l’éducation depuis Rousseau, en passant par La Chalotais ou, bien plus proche de Rabaut Saint-Étienne, l’abbé Halma (De l’éducation, 1791) : « Dans l’éducation des Anciens tout se rapportait au bonheur de l’État, c’est-à-dire à celui de tous ses membres. Les enfants n’y étaient occupés que d’objets d’utilité publique, leurs instructions ne roulaient que sur les vertus morales et civiles, sur les intérêts politiques de la patrie et de ses voisins, sur les lois et la constitution, sur ses dangers et ses ressources. Leurs jeux même et leurs exercices les préparaient à ce qu’ils devaient être un jour des citoyens tout prêts, en sortant de l’enfance, à aider leurs concitoyens », cité par D. Julia, op.cit., p. 23.

38 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 4.

39 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 2.

40 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 2.

41 Voir note 39.

42 BPF ms 329 fol.71v°.

43 Rabaut Saint-Étienne, Projet d’éducation nationale, p. 3

44 « Je sais, mf, que vous pouvez nous dire à ce égard, je sais que des pères illétrés & peu instruits ne peuvent pas enseigner à leurs enfans ce qu’ils ignorent eux-mêmes », BPF ms 717-1/18 fol.2.
Il évoque même la mauvaise éducation des parents, en particulier chez les plus pauvres d’entre ses paroissiens : « La mauvaise éducation que les Pères eux-mêmes ont reçue est déjà un obstacle à ce qu’ils puissent en donner une bonne. Leur ignorance sur les objets qu’ils doivent présenter à leur jeune famille, sur les principes qu’ils doivent lui inculquer, sur les bonnes habitudes qu’ils doivent lui faire prendre, les met hors d’état de faire un choix, & les réduit à un triste & honteux silence. Que si, dans cette classe même, il se trouve des hommes assez sensés ( & ses hommes ne sont pas aussi rares qu’on le croirait) pour connaître le prix d’une bonne éducation, & pour songer à la donner eux-mêmes à leurs enfants, il leur est presque impossible de réussir », BPF ms 717-2/46 fol.2.

45 « Ce grand devoir de l’éducation est très négligé parmi nous. Par une tendresse outrée, malantendue & cruelle, des Pères & surtout des mères, faibles & indulgentes, laissent à leurs enfans un ascendant & un empire dangereux », BPF ms 717-1/17 fol.22.

46 « Vous avez détruit mais vous n’avez rien édifié. Je ne vois plus entre les mains des enfans aucun livre élémentaire dont l’objet divers soit de former à la vertu ; plus de sentences morales qui inspirent le goût du bien dès la tendre enfance ; plus de ces leçons simples, de ces précautions, de ces motifs qui leur inspirent l’horreur du mal ; plus d’écoles de mœurs où ils s’instruisent de bonne-heure à la modération & à la tempérance. Le riche élève son fils dans le monde, & le pauvre dans les rues & les places publiques ; c’est-à-dire qu’ils le donnent à former au hazard, & les abandonnent aux leçons fortuites du premier venu », BPF ms 717-2/46 fol.6.

47 Cet empêchement est encore relevé à la veille de la Révolution, et certaines Églises, à l’exemple de celle de Bordeaux, demandent à faire évoluer les choses : « I. L’église de Bordeaux ayant fait observer de quelle importance il serait pour le bien de l’Etat & pour celui des protestants que notre jeunesse pût recevoir dans le Royaume une éducation convenable, & M. Blachon, pasteur, ayant proposé quelques idées dont l’exécution pourrait être prochaine, on s’est déterminé à prier le consistoire de Bordeaux de demander aux différentes provinces du Royaume leurs lumières à cet égard & de les communiquer ensuite aux divers quartiers de la province, afin qu’au synode prochain, ou plus tôt, on puisse former un plan d’instruction & un établissement qui réponde aux vues de l’assemblée », 30 avril 1789, « Synode de Saintonge, Angoumois et Bordelais, Section II : Règlements concernant l’édit de novembre 1787 », Edmond Hugues, Les synodes du Désert. Actes et règlements des synodes nationaux et provinciaux tenus au Désert de France de l’An 1715 à l’an 1793, Paris, Fischbacher, 1886, t. 3, p. 592.

48 Rousseau, Émile ou de l’éducation (1762) ; Diderot, Plan d’une éducation russe (1775) ; Bernardin de Saint-Pierre, Discours sur l’éducation des femmes (1777), Études de la nature (xive étude, 1784), Vœu pour une éducation nationale (Vœux d’un solitaire, 1790) ; Helvétius, De l’homme, de ses facultés intellectuelles et de son éducation (1773).

49 À titre d’exemple, il est possible de citer comme discours : Gilbert Romme, Rapport sur l’instruction publique considérée dans son ensemble (décembre 1792) ; André Jeanbon Saint-André, Sur l’éducation nationale (décembre 1792) ; Jean-Henri Bancal Desissarts, Discours et projet sur l’éducation nationale (décembre 1792), Claude-Laurent Masuyer, Discours sur l’organisation de l’instruction publique et de l’éducation nationale (décembre 1792) ; Louis-Michel Le Pelletier de Saint-Fargeau, Plan d’éducation nationale (1792) ; Alexandre Deleyre, Idées sur l’éducation nationale (juin 1993) ; Pierre Daunou, Essai sur l’instruction publique (juillet 1793) ; Maximilien Robespierre, Plan d’éducation nationale (juillet 1793) ; Michel-Edmé Petit, Opinion sur l’éducation publique (octobre 1793) ; Antoine-Clair Thibaudeau, Opinion sur l’instruction publique (décembre 1793).

50 « Je sais que par une suite de funestes circonstances où nous sommes rencontrés, les bonnes instructions sont devenues rares parmi nous, & que depuis plus de quatre-vingts ans des Pères Xens [chrétiens] ont la douleur de ne pouvoir faire instruire leurs enfans dans les saintes lettres, et se sont vûs forcés de leur interdire même l’étude des sciences qui auraient formé leur esprit, dans la crainte d’exposer le salut de leur ame ; genre de malheur qui nous est particulier, et qui nous otant un privilège que l’on devrait plutôt nous engager à l’accepter, si nous étions assez malheureux pour n’en pas sentir les avantages, porte un coup funeste à la constitution même de l’état dans le sein duquel sont renfermés de pareils abus. Mais, en supposant, MF [mes frères], que vous vinssiez à jouïr à cet égard des avantages que la nature vous accorde, sans doute, que tous les autres peuples du monde possèdent, & qu’aucun droit humain ne peut vous refuser, en supposant que vous eûssiez au milieu de vous des maîtres éclairés qui pussent instruire vos enfans dans les sciences, & surtout dans la science du salut, croyez-vous qu’il y eût parmi nous un seul père qui fût dispensé d’enseigner la vertu à ses enfans, & de leur en donner l’exemple ? », BPF ms 717-1/18 fol. 2-3.

51 BPF, ms 717-1/17 fol.3.

52 Notons d’ailleurs que le seul autre pasteur-député à prendre la parole pendant ces débats éducatifs est André Jeanbon Saint-André, ancien pasteur de Castres et Montauban et qu’il se situe dans une perspective à peu près similaire à celle de son collègue : « L’instruction n’est pas l’éducation ; elle n’en est qu’une branche, et j’ajoute, la moins essentielle » (p. 1). Plus loin il explique « il ne doit y avoir qu’une seule éducation nationale, à laquelle tous participent, ou aient le droit de participer. […] Pourquoi tous ces degrés qu’on nous annonce ? Pourquoi cette diversité d’établissements ? Législateurs, vous ne pouvez les adopter sans manquer à vos principes » (p. 7). Et encore « j’aime à voir ces fêtes nationales consacrées à l’éducation, où tous les âges se réunissent, où, comme à Lacédémone, les vieillards, les hommes faits, & les enfans entonnent des hymnes à la louange de la patrie, & se rappellent avec plaisir qu’ils l’ont servie, ou jurent avec transport de la servir » (p. 12). Enfin, il note parmi les « vérités » touchant l’éducation : « pour quelle soit bonne, vous devez tout organiser, de manière qu’il ne reste aucune trace de l’ancien régime ; mais que tout rappelle au citoyen le culte sacré de la patrie, & la nécessité des vertus morales, sans lesquelles il n’y a point de liberté » (p. 13), Jeanbon Saint-André, Sur l’éducation nationale, op.cit.

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search