Version classiqueVersion mobile

Protestantisme et éducation dans la France moderne

 | 
Yves Krumenacker
, 
Boris Noguès

Les catéchismes des pasteurs du Désert : l’exemple de Simon Lombard

Amélie Lecoq

Texte intégral

  • 1 Charles Dardier (éd.), La vie des étudiants au Désert d’après la correspondance de l’un d’eux, Simo (...)
  • 2 Voir notamment : Pauline Duley-Haour, « La circulation d’écrits clandestins au Désert », dans La Le (...)
  • 3 C. Dardier, op. cit., p. 16-17, au même, 26 novembre 1756, au Désert : « M. Lafon m’a donné une leç (...)

1 Tout comme la majorité des protestants au xviiie siècle, Simon Lombard (1739-1818) se voit délivrer les premiers préceptes religieux au sein d’un cercle familial ou amical qui palie la rareté des écoles primaires clandestines. Si les protestants manquent de guides malgré la réorganisation des églises entamée après la guerre des Camisards, leur mémoire et les ouvrages jalousement conservés ou achetés clandestinement leur permettent de faire naître dans les esprits des enfants une foi réformée solide en attendant de pouvoir les emmener aux assemblées du Désert. Jusqu’à ses dix ans, le jeune Simon Lombard est envoyé à l’école pour y apprendre les rudiments de lecture et d’écriture1, sans doute à la petite école catholique locale à laquelle les enfants huguenots étaient conduits sous peine d’être enlevés du foyer familial et envoyés dans des structures conventuelles ou pensionnats religieux. À l’issue de cette première scolarisation, en autodidacte, Simon Lombard a consulté des ouvrages, livre de piété et catéchismes2, pour approfondir ses connaissances, notamment en matière religieuse. Cet enseignement strictement livresque est la conséquence du manque de pasteurs en France, y compris dans le Bas-Languedoc au milieu du xviiie siècle. Le jeune homme ne dispose que de rudiments et n’a pas l’occasion de communier avant la fin de son adolescence3.

  • 4 Ibid., p. 9, lettre à son père du 20 septembre 1756, à Ners ; p. 13, lettres à son père du 18 octob (...)
  • 5 Ibid., p. 23-24, lettre à son père du 6 mai 1757, en Vaunage : l’étudiant écrit à son père pour le (...)
  • 6 Conscients de la nécessité de structures de formation des pasteurs, plusieurs écoles furent ouverte (...)
  • 7 C. Dardier, op. cit., p. 24-25, lettre à son père du 10 octobre 1757, à Caveirac.

2Lors de son entrée au Désert, en septembre 1756, Simon Lombard, aspirant au proposanat de 17 ans, expose à son père dans plusieurs lettres les conditions dans lesquelles son directeur, Paul-Auguste Lafon (dit Fontenelle ou Lafond), lui transmet selon un rythme saccadé les premiers éléments de philosophie et de théologie qui doivent faire de lui un bon apprenti au ministère et un bon pasteur. Ainsi, une première leçon de philosophie lui est dispensée trois semaines après son entrée au désert, une autre de théologie un mois plus tard4. Au printemps suivant, il fréquente pendant quelques mois l’école du Désert tenue par Puget5, autrement appelé « Séminaire de l’intérieur »6. Dès lors, il reçoit une instruction plus suivie pendant presque un an, où il étudie la géographie, la grammaire et la théologie7.

  • 8 Ibid., p. 45, lettre à son père du 2 septembre 1760, à Quissac : « Je trouve que j’avance peu. Tout (...)

3Pendant toute sa formation au Désert, les lettres de Simon Lombard témoignent d’une part de ses regrets quant à l’insuffisance des premiers enseignements prodigués, qu’ils soient théologiques, philosophiques ou moraux, d’autre part de la rigueur de son premier maître. Il assène à Lafon et à d’autres pasteurs, un reproche répété : « Il faut qu’un jeune homme dans mon état se forme de lui-même8 », c’est-à-dire par les livres qui lui sont confiés au gré de ses périples. Cette éducation dans les livres, comme par procuration, le laisse insatisfait, faute d’un médiateur de savoir présent et susceptible de répondre à ses questionnements, à ses interrogations.

  • 9 Sur ce sujet : Claude Lasserre, Le Séminaire de Lausanne (1726-1812), instrument de la restauration (...)
  • 10 Pour une approche biographique, voir notamment : Yves Krumenacker (dir.), Dictionnaire des pasteurs (...)

4Après cette expérience de formation mêlant lectures personnelles, leçons et premières prédications au Désert, l’apprenti au ministère Simon Lombard obtient de se rendre à Lausanne pour entamer son cursus au Séminaire français en juin 1763 et est inscrit sur les rôles de l’établissement9. Il y est consacré en novembre 1764 avant d’exercer ses fonctions en Bas-Languedoc dans les paroisses de Vallon, Uzès, Lussan, Garrigues ou dans les campagnes alentour10.

« Encourager les catéchumènes »11

  • 11 Avertissement du Catéchisme familier à l’usage des jeunes gens et particulièrement des catéchumènes (...)
  • 12 Jean Barral, op. cit., IIe partie, chapitre II.

5Consacré ministre, Simon Lombard a la charge de communautés, notamment de jeunes gens, et particulièrement d’aspirants au ministère avides de savoirs, tout comme lui l’était quelques années auparavant. Au fil des ans, il montre une volonté d’éduquer, de transmettre les savoirs qu’on lui a dispensés. Il rédige plusieurs catéchismes et cours à l’intention des jeunes gens, parfois d’adultes. Cette préparation d’un texte spécifique, cet intérêt pour la propagation de la foi réformée ne sont pas spécifiques à Simon Lombard. Jean Barral relève une lettre de Gal-Pomaret qui évoque le même projet de catéchisme12. À la même époque, Paul Rabaut envisage la rédaction d’un abrégé du catéchisme d’Ostervald, jugé trop complexe pour les communautés fragilisées du Désert. En décembre 1762, le pasteur de Nîmes et ses acolytes Pradel et Encontre mentionnent ce fait dans une lettre aux membres du synode du Poitou :

  • 13 Paul Rabaut, Charles Dardier (éd.), Lettres à divers, Paris, Grassart, 1892, T. I, p. 325-330, de R (...)

La plupart des catéchumènes n’apprennent qu’un petit nombre de sections du catéchisme de M. Ostervald, parce qu’il est trop étendu, et que ces jeunes gens n’ont ni assez de loisir, ni assez de mémoire pour l’apprendre en entier ; on proposera d’introduire l’usage d’un catéchisme plus bref, qui renferme en peu de sections tout ce que la religion enseigne de plus essentiel13.

  • 14 Edmond Hugues (éd.), Les Synodes du Désert, Actes et règlements des synodes nationaux et provinciau (...)
  • 15 Jean Barral, op. cit., IIe partie, chapitre II : Jean Barral indique que Lombard aurait commencé la (...)
  • 16 Une liste des pièces religieuses de Simon Lombard peut être consultée dans : Yves Krumenacker (dir. (...)

6À l’occasion du synode national de 1763, les pasteurs et anciens déplorent le degré insuffisant d’édification des fidèles, rétifs aux lectures personnelles et chargent un de leurs membres de « composer un nouveau catéchisme, adapté à l’état des églises de ce royaume14 ». À la manière des pasteurs du Désert réunis en synode, le pasteur d’Uzès envisage plutôt ses compositions comme des substituts, que des compléments aux catéchismes utilisés par certains jeunes gens tels que Le Catéchisme d’Ostervald dont paraît une version résumée en 1734, ou celui de Jacob Vernes, Catéchisme à l’usage des jeunes gens qui s’instruisent pour participer à la Sainte-Cène publié en 1776, et abrégé en 1779. Mais, Simon Lombard ne semble pas non plus se satisfaire du Précis du catéchisme d’Ostervald par Paul Rabaut, publié clandestinement en 1774 et largement distribué dans les communautés du Désert15. En pédagogue, il insiste sur la nécessité de fournir aux enfants des connaissances aisées à acquérir et à mémoriser sans l’aide d’un adulte. Il compose à l’intention de sa famille et de ses fidèles plusieurs écrits relevant du genre catéchétique : Catéchisme familier à l’usage des jeunes gens et particulièrement des catéchumènes qui ont le moins de mémoire (s.d.) ; Instruction chrétienne d’un pasteur à ses enfants pour les préparer à leur première communion, 1784 ; Catéchisme ou instruction du Père Simon à son fils sur l’importance de la religion et sur les devoirs naturels, positifs et sociaux qu’elle nous prescrit (s.d.)16. Au même titre que la prédication, l’enseignement auprès des enfants et des catéchumènes est perçu comme une obligation pastorale et familiale, un impératif de piété, par opposition à une éducation technique ou intellectuelle destinée à perpétuer la profession du père, ou le statut familial. Le phénomène est d’autant plus aigu que les maîtres d’écoles, poursuivis par les autorités, sont rares avant la toute fin du xviiie siècle.

La composition du cours analytique

  • 17 Musée du Désert, DL 200/1183.
  • 18 Samuel Secretan, La Théologie chrétienne, Lausanne, La Société typographique, 1774, tome I, p. IV-V

7On s’intéressera ici à un autre recueil de Simon Lombard, aujourd’hui conservé au Musée du Désert, intitulé Cours analytique de Religion et de Théologie17. Il s’agit mettre en lumière la nature des enseignements proposés aux jeunes gens, spécifiquement aux aspirants au ministère, ce que d’aucuns pourraient considérer comme un socle fondamental, en un siècle où la théologie fait figure de science négligée, ou combattue, « d’une science méprisée, rebutée, exposée aux sarcasmes perpétuels des beaux esprits du jour, & de cette troupe de gens à la mode qui s’érigent de tous côtés en précepteurs & en réformateur du genre humain, sous le modeste titre d’esprits forts & de philosophes18 » selon le professeur de Lombard au Séminaire de Lausanne. Cette source, rédigée pour correspondre à un « plan théologique », est divisée en « analises particulières » et proposée à plusieurs catégories de fidèles selon l’Avertissement :

  • 19 Musée du Désert, DL 200/1183, Avertissement.

Sur ces mêmes analises, on peut donner des instructions familières aux jeunes gens, et prêcher de méditation aux adultes. L’on peut aussi en tirer bon parti. Si l’on veut les remplir par la composition, et donner sur elles, des discours travaillés. Enfin, elles peuvent servir à former des étudiants pour le St Ministère. C’est particulièrement à cette fin que j’ai analisé les matières, et que j’ai distribué ces analises dans l’ordre d’un Plan Théologique19

  • 20 E. Hugues, op. cit., tome II, p. 490, synode du Bas Languedoc du 5 mai 1770, article XXII.
  • 21 Jeune proposant, Simon Lombard a déploré cette différenciation. Durant plus de deux ans, il a vécu (...)

8Pour autant, au-delà de l’intention, il a vraisemblablement élaboré ce recueil à l’intention d’un étudiant ou d’un proposant qui lui a été confié. Ainsi, Jean Julien lui fut adjoint par le synode du Bas-Languedoc de 1770 pour la desserte d’Uzès et de sa campagne20. Simon Lombard insiste sur cette utilisation par un étudiant en théologie selon le sous-titre général « à l’usage d’un étudiant pour le St Ministère ». Il convient ici de rappeler la différence fondamentale entre les étudiants et les proposants, les premiers étant engagés dans la carrière du ministère sans être autorisés à prêcher en public, tandis que les seconds ont obtenu après un examen devant un synode ou un colloque de réciter des sermons d’autres pasteurs ou de leur main21.

9Le manuscrit est dans un état inachevé. Pour autant, il ne peut pas être considéré comme une ébauche car il forme une première leçon cohérente de théorétique centrée sur l’existence, la nature et les attributs de Dieu. Ces thématiques correspondent aussi à la première leçon reçue par Lombard alors qu’il n’était qu’étudiant. Véritable extrait d’un catéchisme, il aborde la question de l’existence de Dieu comme pivot de la foi et de la religion. Nous disposons dans cette source de plusieurs parties : un avertissement, un préliminaire reprenant la définition de la religion, une addition théologique sur les religions, une observation sur la pertinence de la théologie et des théologiens, le plan général du catéchisme et le début du cours. Par ailleurs, il annonce dans le plan de ce recueil d’autres volumes traitant de théologie pratique, séparant ainsi les enseignements de théologie et de morale.

  • 22 Samuel Secretan, op. cit.

10Dans l’avertissement, Simon Lombard détermine les conditions de travail des étudiants, expliquant l’exigence de cet apprentissage théorique qui ne constitue qu’une première étape, une initiation dans le cadre d’un long cheminement avant la nomination comme proposant, et bien avant la consécration. Afin de fournir aux étudiants une leçon utile, Simon Lombard annonce reprendre les cours de théologie qu’il a suivis durant son séjour lausannois, dont nous disposons de différentes versions, la plus aboutie étant l’édition préparée à l’intention des séminaristes français afin de leur éviter de longues heures de copie22.

  • 23 Musée du Désert, DL 200/1183, Avertissement.
  • 24 A. Lecoq, « Ecrire sa vie », article cité, p. 168.
  • 25 Musée du Désert, DL 200/1183, Avertissement.

11Le pasteur est conscient des difficultés de cet apprentissage et exhorte ses élèves à la patience, au travail assidu, à des lectures régulières faute de pouvoir lui-même faire des leçons plus avancées23. Ce parcours nécessite de la part des étudiants une motivation considérable dont Simon Lombard avait déjà connu les aléas. La correspondance du jeune Simon Lombard, que nous avons précédemment citée, révèle les vacillements de sa vocation durant les moments rigoureux qu’il a traversés au Désert24. En outre, il précise que chacune de ses leçons doit être pour l’étudiant une occasion de « graver dans son esprit » les éléments théoriques, mais aussi de « méditer », afin de joindre à cet apprentissage une pratique religieuse, un geste de piété25. Il s’agit là de former les esprits des jeunes étudiants voués à propager la foi réformée, à prêcher devant des foules ébranlées par des années de disette religieuse. Le discours diffère donc sensiblement des catéchismes écrits dans les pays réformés. Il faut convaincre, instruire et soutenir une pratique religieuse irrégulière. Le temps de l’examen critique est en un sens passé, révolu.

12Le cours a été rédigé selon une apparence mixte. Des textes introductifs sont élaborés sous la forme de simples affirmations, auxquelles il associe des moments de dialogue fictifs entre le maître et son élève, modèle typique des catéchismes à l’époque moderne. Pour que l’étudiant assimile et retienne avec aisance ces connaissances, Lombard a systématiquement intégré un court préambule rimé en complément d’un exorde tiré des Écritures :

  • 26 Ibid., p. 18-21.

[à propos de la toute-puissance de Dieu]
Eh ! qui méconnaîtrait sa puissance adorable
‘dans ces êtres divers, dans ce tout admirable !
Rien n’est impossible à Dieu. Luc I. 37.’
[ou Sur la bonté divine]
Et combien sa bonté par ces fins merveilleuses
Ne verse-t-elle pas des faveurs précieuses
Célébres l’Eternel car il est bon. Ps. Cxviii. 126.

  • 27 J. Barral, op. cit., IIe partie, chapitre III.

13Jean Barral souligne cette inclination de Lombard pour les formules rimées, associant ici vers sacrés et versets bibliques. On retrouve cette forme dans ses autres textes à vocation religieuse ou catéchétique, notamment dans un autre recueil, plus général, intitulé Pensées diverses, daté de 178527. J. Barral leur prête même un rôle précis dans la pédagogie, une fonction mnémotechnique qui laisse transparaître la volonté de faciliter l’acquisition des connaissances chez les enfants ayant reçu une éducation limitée.

« Un plan théologique »28

  • 28 Musée du Désert, DL 200/1183, Avertissement.
  • 29 C. Lasserre, op. cit., p. 261 : Samuel Secretan devient professeur l’année même où Simon Lombard en (...)
  • 30 S. Secretan, op. cit., p. 2. Simon Lombard résume ainsi les propos de son maître : « Partie specula (...)
  • 31 C. Lasserre, op. cit., p. 261.

14Simon Lombard envisage deux parties : l’une « spéculative », ou dogmatique, l’autre « pratique » ou morale. Cette partition reprend le plan de nombreux catéchismes depuis le début du xviiie siècle. Mais, il faut surtout insister sur la proximité, avouée par l’auteur, du projet avec l’ouvrage de Samuel Secretan, publié en 1774 et dont Simon Lombard a suivi les enseignements29. Il s’agit de séparer les domaines de la théologie spéculative ou dogmatique, qui enseigne les dogmes et vérités à connaître d’une part, et d’autre part la théologie pratique, ou « morale » qui permet d’« expliquer les devoirs religieux que les hommes sont dans l’obligation de pratiquer pour se rendre agréables à Dieu30 ». Lombard précise ses intentions : la théologie pratique doit être considérée notamment grâce à la Morale traduite depuis Ostervald et publiée en 1740, ainsi que grâce à l’ouvrage de Chauffepié, Tableau des vertus chrétiennes de 1760. Simon Lombard ne prétend donc pas faire appel aux enseignements de morale du Séminaire de Lausanne, alors dispensés par François-Jacques Durand, lecteur de logique et de morale31.

  • 32 S. Secretan, op. cit., p. 2.

15Cette partition de la théologie passe sous silence les autres dimensions de cette science : naturelle, « celle que l’on peut acquérir par le seul usage de la raison » ; révélée, « celle que Dieu a daigné donner aux hommes dans sa parole » ; positive, « celle qui se borne à exposer les preuves des vérités de la religion » ; controversiste, « celle qui défend ces mêmes vérités contre ceux qui les combattent » ; casuistique, « celle qui s’applique à résoudre les cas de conscience, […] lever les difficultés qui peuvent survenir dans la pratique des devoirs de la religion » et même éventuellement mystique32. Si ce choix est cohérent par rapport au but simplificateur de son traité pour les théologies positives, controversistes ou casuistiques, il pourrait paraître étonnant de voir que les théologies naturelles et révélées soient évacuées. Lombard a pris soin dans l’Addition théologique de différencier rapidement les religions naturelle et révélée, sans en tirer les conséquences pour la science théologique :

  • 33 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 2-3, souligné par l’auteur.

On demande combien il y a de religions divines en général. – On repond qu’il y en a deux, la naturelle et la revelée, laquelle comprend la judaïque et la chrétienne, comme celle-ci comprend tout la perfection des deux autres, dans le fond il n’y a qu’une seule religion divine dont la naturelle a été pour ainsi dire l’aurore, la judaïque le soleil levant, et la chrétienne le midi33.

16Dans la suite, il les considère ensemble, ou alternativement. Le pasteur choisit d’évacuer les considérations théologiques complexes, peu adaptées au Désert.

17Dans la suite du plan théologique, parmi les quatre sections envisagées (à savoir 1- Dieu et ses œuvres dans la nature ; 2- la révélation divine ; 3- l’alliance de grâce ; 4- l’Église), seul le début du premier chapitre du 1er livre a été composé, soit 3 des 4 sections correspondant à Dieu : son existence, ses attributs en général, ses attributs en particulier. Le recueil se termine avant de traiter la question de la Trinité, question sensible s’il en est.

  • 34 S. Secretan, op. cit., p. 29. La numérotation indiquée correspond à l’ordre choisi par Secretan et (...)

18Simon Lombard annonce suivre le plan de Samuel Secretan, et avoir repris ses analyses tout en les simplifiant. Néanmoins, à plus d’un titre il déroge au système proposé par le professeur du Séminaire de Lausanne. La partition en 4 livres ne correspond pas aux huit livres habituellement développés au Séminaire. On peut ainsi différencier les livres importants dans le plan théologique de Lombard : 1° existence et attributs de Dieu, 2° la révélation en général, 5° conditions de l’alliance de grâce et des avantages présents, 6° de l’Église ; et les thématiques apparemment moins essentielles, qui ne doivent pas être immédiatement connues des étudiants : 3° vérités de l’Ancien Testament, 4° vérités du Nouveau Testament, 7° des secours au salut, 8° de l’état à venir34. Les différences sont intéressantes : tout ce qui intéresse les Écritures a été concentré dans un seul livre consacré à la Révélation, ramassant le sujet. Simon Lombard fait le choix d’aborder les caractères des Écritures, sans en traiter le contenu. Ce travail des étudiants sur les Ancien et Nouveau Testaments reposerait sur une lecture quotidienne de la Bible, non guidée par ce catéchisme. De même, les notions de secours et d’état à venir sont éludées. Pourtant, l’étude de la sotériologie appartient pleinement à la théologie et touche les fidèles dans le cœur de leur croyance. C’est aussi un point de discorde fondamental avec les catholiques, dont les jeunes réformés connaissent les principes par les leçons des petites écoles. Cette thématique est surtout propre à être développée dans le cours de théologie « pratique » annoncé, ou de morale, c’est-à-dire des préceptes que le chrétien doit poursuivre dans sa vie terrestre, afin de rattacher les obligations terrestres et les espérances des hommes.

19Le pasteur s’est donc évertué à constituer un autre plan séparant les différentes notions de la théologie afin de les rendre plus accessibles aux étudiants. D’un point de vue formel, le cours analytique est considéré comme une préparation à des études plus avancées.

  • 35 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 6.

20Dans les articles proposés par Simon Lombard à ses étudiants, des différences plus subtiles se font jour. Un chapitre consacré à l’« établissement de l’Église » a été ajouté par rapport aux volumes de Secretan, concernant : « 1° l’envoi du St Esprit ; 2° la prédication, les miracles et les vertus des apôtres ; 3° la sainteté des premiers chrétiens ; 4° la ruine des juifs incredules ; 5° la vocation des gentils »35. Il s’agit d’éléments évoqués dans le livre sur le Nouveau Testament par Secretan.

21De même, à propos des attributs divins, l’ordre varie sans que la modification ne semble révélatrice d’un dessein autre que pédagogique. Toutefois, trois attributs divins sont quant à eux passés sous silence : la miséricorde, la véracité et la fidélité. Il écrit par ailleurs :

  • 36 Ibid., p. 15.

L’amour, la haine, la misericorde, la vengeance, la debonnaireté, la colere & c que l’Écriture attribue à Dieu ne sont que des façons de parler figurés pour faire mieux sentir aux hommes la bonté, ou la justice de Dieu à leur égard36.

22Pour Lombard, il semble que certains des attributs ne soient que des raffinements linguistiques qui s’ajoutent aux attributs divins, raffinements qu’il souhaite dépasser. La formulation est laconique. Ce processus s’explique aussi par le regard que Simon Lombard porte sur les théologiens de son temps :

  • 37 Ibid., p. 3.

Il aurait été à souhaiter pour le bonheur de l’Église qu’il n’y eut jamais eu ni de théologien, ni de théologie, mais seulement des pasteurs comme Timothée, d’un côté bien instruits dans les saintes lettres et de l’autre bien pieux et plein de zele. Mais on veut encore que les candidats au St Ministere soient instruits dans la théologie, où l’on s’est plut à démultiplier les objections pour avoir le plaisir de les combatre ; et où l’on enseigne l’art malheureux des philosophes et de se faire une croyance de pur raisonnement qui n’est autre chose qu’une simple opinion, et non la Foi véritable. Celle-ci est la foi du cœur, et son fondement c’est la Parole de Dieu37.

23Homme d’action, de foi et pasteur, Simon Lombard valorise la parole divine et l’acte de piété, plus que la construction dogmatique. La « foi du cœur » repose sur la conscience humaine et la croyance en l’existence de Dieu. Homme avide de savoirs, Lombard montre néanmoins une forme de rejet pour l’éloquence, et globalement pour les raisonnements philosophiques, théologico-philosophiques qu’il assimile à des frivolités intellectuelles et linguistiques. Le choix de Timothée est d’ailleurs révélateur de cet élan d’une foi enracinée dans le cœur, d’un disciple fidèle et témoin.

24Finalement, plus qu’un remaniement intégral de l’ouvrage du théologien lausannois, le pasteur du Bas-Languedoc a procédé à une simplification et à une recomposition de l’ouvrage afin de simplifier le parcours des étudiants avant qu’ils n’étudient plus largement l’ensemble de ces leçons au Désert ou en Suisse. Quels sont les enseignements qui découlent de la foi du cœur ?

Une théologie du cœur

25Simon Lombard développe une vision apologétique de la religion dans ce cours analytique. Conformément à l’idée d’une spiritualité du cœur qui pourrait se passer de ses théologiens et des débats philosophiques, il consacre les préliminaires du cours à la définition de la religion comme étant

  • 38 Ibid., p. 1, barré par l’auteur.

le plus parfait de tous les liens est sans doute celui qui nous unit à Dieu. La source du bonheur qui nous attache et nous interresse les uns aux autres. – Or ce lien le plus parfait de tous c’est la religion, que nous devons porter dans notre esprit, dans notre cœur et dans notre conduite38.

26Cette défense de la religion repose sur l’idée de son excellence et de son rôle dans la vie des hommes :

  • 39 Ibid., p. 2.

Dans le but qu’elle [la religion] se propose ; c’est la gloire de Dieu – notre bonheur present et notre bonheur à venir. […] elle fait 1° le bonheur de la societé, 2° celui des familles, 3° celui des particuliers à l’égard de la santé, de la reputation, de la fortune, surtout à l’égard de l’esprit qu’elle éclaire et du cœur qu’elle sanctifie et console etc39.

  • 40 Céline Borello, « Du devoir de chrétien à l’impératif du citoyen : les œuvres dans l’homilétique du (...)

27Le pasteur construit un argumentaire fondé d’une sur la gloire divine, rhétorique classique, et d’autre part sur la nécessité immédiate de la religion pour les communautés d’habitants, pour le bonheur individuel et collectif. Au xviiie siècle, la foi et la pratique religieuse qui en découle sont en outre considérées comme des instruments de régulation civile et sociale, particulièrement en raison de l’inflation de la morale dans le discours religieux, ce qui implique que la vie de chrétien sincère apporterait une récompense, une reconnaissance réciproque des autres fidèles, ou citoyens, pouvant mener à une harmonie sociale40. Ce discours interroge le statut des communautés réformées dans le dernier tiers du xviie siècle alors que les poursuites contre les protestants tendent à s’estomper en termes de récurrence et de violence. Lombard insiste sur le bonheur des individus et des familles à vivre comme des êtres pieux. Le statut consolateur et sanctifiant de la religion – on pourrait aussi préciser édifiant – n’est pas sans rappeler les difficultés endurées durant la période de persécution.

28Simon Lombard expose dans la suite de son cours analytique un des lieux communs théologiques fondamentaux : l’existence d’un Dieu, évidemment Dieu unique :

  • 41 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 7.

Dieu existe. C’est la première vérité et le fondement de la religion. Dieu existe, on ne peut alleguer aucune preuve contre cette vérité. Mais seulement 1° une difficulté de la concevoir tel l’athée stupide. 2° un doute amené par des difficultés qu’on n’a pu resoudre tel celui des athées de speculation. 3° un fond de corruption qui écarte l’idée de Dieu, qui fait desirer qu’y en eut point, tels les athées de pratique41.

  • 42 S. Secretan, op. cit., p. 52.
  • 43 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 8.
  • 44 Ibid., p. 8 : « Nota. On pourra voir dans les théologies comment sont refutés le systeme de ceux qu (...)
  • 45 Ibid., p. 8.
  • 46 Ibid., p. 8.
  • 47 Jean-Frédéric Ostervald, Catéchisme ou instruction dans le religion chrétienne, Amsterdam, Thomas L (...)
  • 48 Jacob Vernes, Catéchisme à l’usage des jeunes gens qui s’instruisent pour participer à la Sainte-Cè (...)

29Simon Lombard ne construit pas un discours éloigné du texte original de Secretan où l’athéisme est dépeint comme « la plus dangereuse, la plus absurde & la plus criminelle de toutes les erreurs42 ». Il cherche à retourner les arguments des athées qui nient « la première vérité et le fondement de la religion ». Cette proximité du texte de Secretan n’étonne guère puisque l’auteur s’est donné le but d’en utiliser et ramasser les analyses. Il revient sur la cause première du monde, puis la beauté du monde dont Dieu a été le créateur, « l’ouvrier » préexistant au monde43, balaie les suppositions des philosophes assimilées à des « folies » de l’entendement humain44. Lombard engage ses jeunes étudiants à ressentir une existence divine considérée comme une nécessité tirée de la vie des hommes et de la beauté du monde. Il ajoute par ailleurs l’idée d’un consentement général à croire en l’existence d’un « etre au dessus des hommes »45. Ce point se distingue des autres preuves métaphysiques, physiques ou morales. Un tel « consentement antique, universel et constant » ne peut être le « fruit de l’éducation »46. L’argument d’autorité est défendu dans plusieurs catéchismes au xviiie siècle. Ostervald évoque une « croyance […] générale et commune à tous les peuples, […] aussi ancienne que le monde »47, formule très atténuée. Jacob Vernes mentionne un « consentement général » sans s’étendre sur ce principe48. Cet attachement à la croyance générale et ancienne en un Dieu dans le cours de Simon Lombard participe ici de l’unité des communautés huguenotes autour de leur foi et malgré les persécutions qui ont ébranlé les fidèles.

30La suite du cours sur les attributs divins reprend à maints égards les développements de son maître Samuel Secretan. Ainsi, Simon Lombard montre que si chacun des attributs divins est compréhensible pour les hommes, il n’appartient pas à la nature de l’homme d’en disposer pleinement :

31Releguée dans une portion de matière et toute environnée d’êtres matériels,

  • 49 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 12.

notre ame ne s’occupe guère que des choses sensibles & c. Mais qu’elle sente sa noblesse et sa grandeur naturelle, qu’elle sente qu’elle n’appartient point au monde des corps, mais au monde des esprits ; et qu’elle s’éleve, qu’elle s’attache à la contemplation de l’etre souverainement intelligent de qui elle est emanée, de celui qui est le père des esprits, le père de toute la famille spirituelle49.

32L’homme est une créature divine parfaite dans son achèvement, mais limitée par sa nature même, discours calviniste assez typique, qui frappe au xviiie siècle par un optimisme anthropologique relatif, moins affirmé que dans les propos de son ancien professeur. Le cours analytique constitue une réduction du traité de son maître de Lausanne, avec une simplification particulièrement poussée qui laisse rarement émerger la pensée de Lombard. Le texte se limite à un simple catéchisme rarement assorti de citations bibliques, ou de mentions d’auteurs païens christianisés qui constituent habituellement des arguments irrévocables. Les définitions sont laconiques :

  • 50 Ibid., p. 12.

Par la spiritualité de Dieu, nous entendons deux choses, l’une que Dieu est un etre intelligent et libre comme notre ame, et l’autre qu’il n’est pas comme notre ame, uni à un corps, mais un esprit pur et degagé de toute matière50.

  • 51 E. Hugues (dir.), op. cit., Tome I, p. 190, synode national tenu dans le Bas-Languedoc 1744, articl (...)

33Chacun de ces motifs est ensuite plus amplement développé, mais en contractant les arguments par rapport à la version originale. Ainsi, il y mêle théologie naturelle et révélée. L’auteur a conservé les objections faites à ces idées, pour introduire l’idée de discussion et surtout de réfutation d’arguments non valables sur le plan doctrinal, cédant finalement à la tentation des discussions philosophiques et contredisant ses propres préceptes pédagogiques. En cette fin du xviiie siècle, la réfutation est pourtant plus destinée à lutter contre les philosophes et les athées, non les catholiques avec lesquels les protestants vivent quotidiennement51, philosophes vilipendés par Simon Lombard.

34Finalement, le pasteur Lombard rédige une défense apologétique de la religion, non de la théologie qui complique le rapport des hommes à Dieu, au lieu de magnifier le lien qu’il considère comme sincère, fidèle. Il défend une foi du cœur auprès de jeunes gens, une foi reposant sur la confiance. Il n’exprime pas de volonté combative, ni de lutte contre l’Église catholique, préférant une affirmation de soi comme chrétien, comme croyant, ni de lutte contre les inspirés qui ont troublé l’unité des communautés dans le premier tiers du xviie siècle. C’est une religion de pratique, non de combativité qui doit être transmise aux apprentis au ministère. La permanence des communautés malgré les persécutions semble révéler dans ses yeux la force collective et la puissance du désir d’adhésion à la foi.

35Dans ses textes à vocation pédagogique, Simon Lombard succombe à la tentation d’écourter les leçons pour rendre des savoirs religieux plus susceptibles d’être compris et retenus par des jeunes gens peu instruits, mais disposant déjà d’un substrat d’instruction : les lettres et des connaissances religieuses minimales acquises à la maison ou lors des assemblées clandestines, à savoir les oraisons et psaumes, la Bible lue en famille ou à l’occasion du prône dominical. L’enseignement qu’il professe ici n’a pas de visée pratique. Il les met en état de recevoir des savoirs théologiques complémentaires et moraux supplémentaires. Cette configuration du projet pose le problème de la réussite du cours analytique, non par rapport à l’idée d’un plan théologique, mais pour permettre à de jeunes étudiants d’assimiler les connaissances nécessaires à la réussite de l’examen de proposant. Le savoir y est fragmentaire, simplifié, engageant l’esprit de l’étudiant sur les prémisses du chemin du savoir et l’exigence des études menant au ministère. Même à la fin du xviiie siècle, alors que les protestants ne subissent plus de persécutions récurrentes et que le réseau pastoral s’est considérablement renforcé, les écrits catéchétiques de Simon Lombard révèlent que l’aspirant au ministère ne peut toujours pas se passer d’un savoir essentiellement livresque, d’une éducation par procuration même sur les points doctrinaux fondamentaux.

Notes

1 Charles Dardier (éd.), La vie des étudiants au Désert d’après la correspondance de l’un d’eux, Simon Lombard (1756-1763), Genève, Schira, 1893, p. 19, lettre à son père, au Désert, 12 décembre 1756 : « qu’ayant pris une fluxion sur les yeux à l’âge de dix ans, laquelle m’avait contraint à quitter l’école, je n’avais plus eu de maître depuis ce tems-là, et que cependant ma principale occupation était de lire, malgré le mauvais état de ma vue ».

2 Voir notamment : Pauline Duley-Haour, « La circulation d’écrits clandestins au Désert », dans La Lettre clandestine, 2005, n° 13, p. 103-118. Pauline Duley-Haour recense quelques-uns des ouvrages envoyés et échangés au Désert afin de faciliter la transmission des préceptes de foi dans les familles.

3 C. Dardier, op. cit., p. 16-17, au même, 26 novembre 1756, au Désert : « M. Lafon m’a donné une leçon sur l’existence de Dieu, à la suite de laquelle il m’a demandé si j’avais fait ma première communion. Je lui ai répondu, pour m’excuser, que j’avais appris le catéchisme ; que j’étais en chemin pour recevoir des instructions préparatoires à la communion ; que M. Saussine, pasteur de Vauvert, étant chargé d’une vaste église et d’ailleurs exposé au milieu des troupes qui inondaient le pays, il ne pouvait guère endoctriner la jeunesse ; que je n’avais que dix-sept ans, et que beaucoup d’autres, plus âgés que moi, n’avaient pas encore participé à la table eucharistique. Il n’a pas laissé de me témoigner beaucoup de surprise, et m’a fort recommandé de m’instruire et de me mettre en état de communier, ce que je fais aussi, mais sans autre secours que celui des livres ».

4 Ibid., p. 9, lettre à son père du 20 septembre 1756, à Ners ; p. 13, lettres à son père du 18 octobre, à Lascours : « Il [mon directeur, M. Lafon] m’a donné une leçon de philosophie, et c’est la seule encore que j’aie reçue au Désert. Peut-être viendra-t-il un tems où l’on me donnera quelques leçons de religion et de théologie. En attendant, je m’occupe tant que je puis et j’apprends toujours quelque chose […] ».

5 Ibid., p. 23-24, lettre à son père du 6 mai 1757, en Vaunage : l’étudiant écrit à son père pour le prévenir de son entrée au Séminaire de l’intérieur avant même que sa fondation ne soit actée par le synode. Lombard déplore sa fermeture un an plus tard (p. 25-26, lettre à son père du 5 mai 1758, du lieu du synode). Voir aussi : Edmond Hugues (éd.), Les Synodes du Désert, actes et règlements des synodes nationaux et provinciaux, Paris, Fischbacher, Tome II, p. 112-113, synode du 18 au 20 mai 175, articles XV à XVIII.

6 Conscients de la nécessité de structures de formation des pasteurs, plusieurs écoles furent ouvertes au Désert, voir notamment : Ferdinant Teissier (éd.), « Le Séminaire du Désert, nouvelles lettres de Pierre Corteiz », BSHPF, t. 37, 1888, p. 307-316.

7 C. Dardier, op. cit., p. 24-25, lettre à son père du 10 octobre 1757, à Caveirac.

8 Ibid., p. 45, lettre à son père du 2 septembre 1760, à Quissac : « Je trouve que j’avance peu. Tout bien compté, depuis que je suis entré dans la carrière du Désert, je n’ai reçu que dix ou douze leçons sur les matières de religion. Il faut qu’un jeune homme dans mon état se forme de lui-même ».

9 Sur ce sujet : Claude Lasserre, Le Séminaire de Lausanne (1726-1812), instrument de la restauration du protestantisme français, Lausanne, Bibliothèque Historique Vaudoise, n° 112, 1997 : Près de cinq cents jeunes gens se rendent au Séminaire français entre 1726 et 1812 afin de devenir ministre en France. Ils forment l’essentiel du contingent de pasteurs qui participent à la réorganisation du culte après la Révocation.

10 Pour une approche biographique, voir notamment : Yves Krumenacker (dir.), Dictionnaire des pasteurs dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 247-249 ; Jean Barral, Du Désert au Réveil, Simon Lombard pasteur du Désert (1739-1818), Dieulefit, Nouvelle Société d’Edition de Toulouse, 1938.

11 Avertissement du Catéchisme familier à l’usage des jeunes gens et particulièrement des catéchumènes qui ont le moins de mémoire, cité dans Jean Barral, Du « Désert »… op. cit, 1938, IIe partie, chapitre II. Ouvrage mis en ligne en 2002, consulté en septembre 2013. URL : http://www.regard.eu.org/Livres.4/Du.desert.au.reveil/00Table.php

12 Jean Barral, op. cit., IIe partie, chapitre II.

13 Paul Rabaut, Charles Dardier (éd.), Lettres à divers, Paris, Grassart, 1892, T. I, p. 325-330, de Rabaut modérateur, Pradel modérateur adjoint et Encontre secrétaire « A messieurs les pasteurs et anciens qui composent les synodes des Églises du Poitou », 27 décembre 1762.

14 Edmond Hugues (éd.), Les Synodes du Désert, Actes et règlements des synodes nationaux et provinciaux tenus au Désert de France de l’an 1715 à l’an 1793, p. 306-309, synode national du 1er au 10 juin 1763 en Bas-Languedoc, articles VI et XIII.

15 Jean Barral, op. cit., IIe partie, chapitre II : Jean Barral indique que Lombard aurait commencé la préparation d’un catéchisme plus accessible aux enfants dès 1775, soit un an après la publication de celui de Paul Rabaut. Il précise dans son Avertissement du Catéchisme familier : « J’ai eu souvent occasion de remarquer, dit-il, qu’un catéchisme court, familier, bien à la portée des enfants, manquait à nos églises. Ceux dont elles ont fait ou continuent de faire usage sont excellents, mais ils fatiguent trop la mémoire. Aussi trouve-t-on peu d’enfants et même de catéchumènes qui en sachent un tout entier.
C’est ce qui m’engage à produire celui-ci que je n’avais destiné d’abord qu’à ma seule famille. Je me suis appliqué à le rendre complet autant que les autres et plus facile à retenir. La simplicité du style, la brièveté des réponses, un plan qu’on saisit au premier coup d’œil m’ont paru les meilleurs moyens de ne point rebuter les enfants et d’encourager les catéchumènes qui ont le moins de mémoire. Je souhaite que cet ouvrage soit utile : le désir de contribuer à la gloire de Dieu, à l’édification des adultes, et au salut de mes jeunes frères est le seul motif qui me détermine à le mettre au jour ».
Sur la fortune du texte de Paul Rabaut, voir notamment : André Encrevé, L’expérience et la foi, Pensée et vie religieuse des huguenots au xixe siècle, Genève, Labor et Fides, 2001, p. 315 et suiv.

16 Une liste des pièces religieuses de Simon Lombard peut être consultée dans : Yves Krumenacker (dir.), op. cit., p. 248-249.

17 Musée du Désert, DL 200/1183.

18 Samuel Secretan, La Théologie chrétienne, Lausanne, La Société typographique, 1774, tome I, p. IV-V.

19 Musée du Désert, DL 200/1183, Avertissement.

20 E. Hugues, op. cit., tome II, p. 490, synode du Bas Languedoc du 5 mai 1770, article XXII.

21 Jeune proposant, Simon Lombard a déploré cette différenciation. Durant plus de deux ans, il a vécu au Désert sans avoir le droit de prêcher aux communautés, voir : C. Dardier, op. cit., Lettre à son ami Perier proposant, Chauvieu, 15 août 1761 : « Au pays étranger, l’on est proposant aussitôt qu’on étudie en théologie et qu’on est exercé à rendre des propositions. Mais parmi nous on suit la marche des arts et métiers, où l’on commence par être apprenti, puis on devient successivement compagnon et maître. Qu’avons-nous été dans les deux ou trois ans que nous avons occupé la chaire tous les dimanches ? Des compagnons non compagnons, des proposans non proposans. Et maintenant que sommes-nous ? Des proposans à titre, mais encore au-dessous d’un savetier qu’on vient de recevoir ancien, et qui dès ce moment a dans le consistoire voix délibérative ».
Sur la jeunesse et la correspondance de Lombard, voir aussi notre article, « Écrire sa vie : Lettres et journaux de proposants au xviiie siècle », BSHPF, 2013/1, p. 161-180.

22 Samuel Secretan, op. cit.

23 Musée du Désert, DL 200/1183, Avertissement.

24 A. Lecoq, « Ecrire sa vie », article cité, p. 168.

25 Musée du Désert, DL 200/1183, Avertissement.

26 Ibid., p. 18-21.

27 J. Barral, op. cit., IIe partie, chapitre III.

28 Musée du Désert, DL 200/1183, Avertissement.

29 C. Lasserre, op. cit., p. 261 : Samuel Secretan devient professeur l’année même où Simon Lombard entre au Séminaire de Lausanne, en 1763.

30 S. Secretan, op. cit., p. 2. Simon Lombard résume ainsi les propos de son maître : « Partie speculative – partie pratique. La première traite des dogmes, la seconde des préceptes » (Musée du Désert, DL 200/1183, p. 3, souligné par l’auteur).

31 C. Lasserre, op. cit., p. 261.

32 S. Secretan, op. cit., p. 2.

33 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 2-3, souligné par l’auteur.

34 S. Secretan, op. cit., p. 29. La numérotation indiquée correspond à l’ordre choisi par Secretan et présenté au IIIe chapitre des Préliminaires son cours.

35 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 6.

36 Ibid., p. 15.

37 Ibid., p. 3.

38 Ibid., p. 1, barré par l’auteur.

39 Ibid., p. 2.

40 Céline Borello, « Du devoir de chrétien à l’impératif du citoyen : les œuvres dans l’homilétique du Désert (1741-1791) », dans Céline Borello (dir.), Les Œuvres protestantes en Europe, Rennes, PUR, 2013, p. 113-127, particulièrement p. 124-127.

41 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 7.

42 S. Secretan, op. cit., p. 52.

43 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 8.

44 Ibid., p. 8 : « Nota. On pourra voir dans les théologies comment sont refutés le systeme de ceux qui veulent que les premiers hommes soient nés de la terre comme des champignons, le système de Spinoza qui voulait que l’univers ne fut qu’une seule substance, une substance infinie et douée de toutes les perfections possibles ; le système de ceux qui font substance infinie et doute de toutes les perfections possibles ; le système de ceux qui font de ce monde un gros animal, composé d’un corps et d’un esprit qu’ils appelle ame universelle. Que de travers dans l’esprit humain ! que de folies auxquelles il faut s’arreter ! – On commence ordinairement les examens par cette matière, sur laquelle on insiste quelques fois beaucoup ainsi que sur celle des attributs de Dieu ».

45 Ibid., p. 8.

46 Ibid., p. 8.

47 Jean-Frédéric Ostervald, Catéchisme ou instruction dans le religion chrétienne, Amsterdam, Thomas Lombrail, 1704, p. 20-21.

48 Jacob Vernes, Catéchisme à l’usage des jeunes gens qui s’instruisent pour participer à la Sainte-Cène, Lausanne, Société Typographique, 1776 p. 35-36.

49 Musée du Désert, DL 200/1183, p. 12.

50 Ibid., p. 12.

51 E. Hugues (dir.), op. cit., Tome I, p. 190, synode national tenu dans le Bas-Languedoc 1744, articles VI et VIII : les pasteurs sont enjoints à éviter les sujets et sermons de controverse, et les fidèles les conversations sur ces thématiques « qui ne font qu’irriter les esprits ». Pour autant, les pasteurs ne manquent pas de défendre les positions réformées dans leurs sermons.

© LARHRA, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search