Version classiqueVersion mobile

Protestantisme et éducation dans la France moderne

 | 
Yves Krumenacker
, 
Boris Noguès

L’éducation de Jacques et Paul Couët du Vivier au xviie siècle

Julien Léonard

Texte intégral

  • 1 Willem Frijhoff, « Chrétienté, christianismes ou communautés chrétiennes ? Jalons pour la perceptio (...)
  • 2 Bibliothèque du Protestantisme français (BPF), ms 7622, dossier 4 et ms 7623, dossier 1 ; Roger Maz (...)
  • 3 BPF, ms 7622, dossier 5, pièce 3, 1646.
  • 4 Archives privées, fonds de Couët de Lorry ; Julien Léonard (éd.), « Un mémoire du Messin Paul Couët (...)

1L’étude d’un cas particulier d’éducation dans une famille réformée peut laisser apparaître certains décalages avec une norme qu’il est parfois difficile, pour les autorités ecclésiastiques, d’imposer. En effet, il existe un écart potentiel entre d’une part les décisions synodales ou consistoriales, allant dans le sens d’une « disciplinarisation » des comportements quotidiens, et principalement de l’éducation, et d’autre part les pratiques réelles des familles, souvent dictées par des impératifs pragmatiques, comme avoir un établissement scolaire proche, ou sociaux, comme la volonté d’assurer à ses enfants une éducation et une instruction leur permettant ensuite de s’insérer dans la haute société locale. Comme l’a fait récemment remarquer Willem Frijhoff, il peut être fructueux d’analyser dans leur contexte les expériences individuelles de ceux qui ne produisent pas les discours normatifs1, et de voir quelles sont les stratégies à l’épreuve des injonctions des institutions forgeant les cadres confessionnels, en insistant sur les pratiques quotidiennes. C’est ce qu’on se propose de faire ici, en présentant une étude de cas sur l’éducation dans une famille de réformés messins, les Couët du Vivier, en relation très étroite avec le monde pastoral, mais dont les modes d’éducation peuvent parfois surprendre et sortir des cadres attendus. Les sources sont moins nombreuses que pour les enfants d’un pasteur messin célèbre, Paul Ferry (1591-1669), dont la correspondance imposante donne une idée très précise de l’éducation des fils et des filles. Mais, dans ce cas, la pression normative est sans doute encore trop grande. Jacques Couët du Vivier (1634-1666) et son frère Paul (1646-1690) sont certes, par leur mère Suzanne Ferry, les petits-enfants de ce même pasteur, mais les choix éducatifs semblent nettement plus pragmatiques et dictés par des intérêts plus immédiats. Cela ne signifie d’ailleurs pas que l’identité réformée soit absente des préoccupations, surtout que Jacques, malgré sa cécité, devient pasteur en 1656. Mais les impératifs sociaux et financiers semblent primer, si l’on se penche sur quelques sources, comme la correspondance entre Jacques Couët du Vivier et son grand-père Ferry2, ou encore un écrit privé de Paul Couët du Vivier, rédigé en 1673 pour faire la liste des reproches à sa mère dans la gestion de ses biens et qui, contrairement à un document proche rédigé par son père3, contient de nombreux éléments sur la vie quotidienne de la famille, en particulier les préoccupations éducatives4. Dans une telle famille de notables, l’éducation est partiellement une affaire interne, mais une part importante de l’instruction est confiée à des institutions extérieures, et c’est là que le contexte messin peut gêner la mise en œuvre des préceptes synodaux et consistoriaux. Mais le but affiché de ces modes d’éducation est de trouver une situation, si possible à Metz : l’éducation n’est pas une fin en soi, mais une modalité pour perpétuer sa situation privilégiée.

Les Couët du Vivier à Metz

Une famille en vue

  • 5 Archives privées, fonds de Couët de Lorry ; voir également François-Jacques Poirier, Documents géné (...)
  • 6 Jacques Couët, La Conférence faite à Nancy entre un docteur Jésuite accompagné d’un capuchin et deu (...)
  • 7 Archives privées, fonds de Couët de Lorry.
  • 8 Ibid.
  • 9 Arch. dép. Moselle, B 3355, inventaire après décès des biens de Jacques Couët du Vivier, époux de S (...)
  • 10 Archives privées, fonds de Couët de Lorry.

2Les liens entre la famille Couët du Vivier et l’espace lorrain, en particulier le Pays messin sous protection française, sont anciens et remontent à Jacques Couët (1546-1608), le célèbre pasteur de Bâle et Paris5. Réputé noble et possédant de nombreuses seigneuries dans la région, ce ministre épouse Anne de Xonot, issue d’une famille lorraine. Il exerce aussi une certaine influence lorsque, à la demande de Catherine de Bourbon, alors duchesse de Bar, et de l’Église de Metz, il passe en 1599-1600 par Metz et par Nancy pour desservir l’Église de Madame et participer à une controverse contre des jésuites6. L’aîné de ses fils, lui aussi prénommé Jacques († 1635), s’installe définitivement à Metz et y fait souche : docteur de l’université de Montpellier en 16027, il exerce le métier de médecin et s’implique dans la vie de son Église. Il est seigneur de Lorry, Gravelotte et autres petits villages des alentours, ce qui lui donne un poids social considérable. Marié dès 1605 à une Messine d’une famille influente, Ève Le Goullon, il s’intègre dans les cercles dirigeants de la communauté réformée messine et c’est lui qui a l’initiative de la création, en 1607, d’une petite société de conversation érudite qui se réunit toutes les semaines, et qui compte notamment le pasteur Ferry, avec lequel il sympathise8. La famille Couët du Vivier reste donc proche des milieux pastoraux et tisse un réseau largement hérité de la carrière paternelle, comme en attestent par exemple les amitiés redoublées de liens familiaux avec les membres de la famille Durant, qui donne un pasteur de Charenton. De plus, les livres et documents relatifs à l’exercice du ministère restent en possession de la famille, preuve d’une très forte identité réformée9, que l’on observe également à travers le choix de la carrière pastorale de trois petits-fils du médecin, Jacques, Abraham et Auguste, issus de trois fils différents. La proximité de ce même médecin et du pasteur Ferry se concrétise par le mariage en 1633 de leurs enfants, le troisième Jacques Couët du Vivier (1605-1651), avocat, docteur en droits civil et canon en 163210, secrétaire interprète du roi et capitaine de la milice urbaine, et Suzanne Ferry (1616-1693). Ils ont quatre enfants survivants, pour lesquels nous avons donc quelques renseignements sur les modes d’éducation : Jacques, l’aîné, dont on se rend rapidement compte des problèmes de vue, puis deux filles, Suzanne (1636-1695) et Élisabeth (1639- ?), enfin Paul. La famille est profondément marquée par la disparition du père en août 1651, dans le cadre d’une opération de combat, mais l’éducation des enfants, confiée à Suzanne Ferry qui consulte régulièrement son père, reste un des soucis constants.

Une éducation familiale soignée

  • 11 Alain Joblin et Jacques Sys (éd.), Famille et spiritualité protestante, Arras, Artois Presses Unive (...)
  • 12 BPF, ms 775, livret familial de Paul Ferry, p. 25-26.

3La première éducation dans une famille du xviie siècle est souvent confiée aux parents et en particulier à la mère, même si c’est le père qui est responsable de certaines formes de culte familial qui tiennent lieu de catéchisation11. De ce fait, une part des activités éducatives, ainsi que des apprentissages, ont lieu directement au sein de la cellule familiale. C’est particulièrement vrai pour les deux filles de la famille Couët du Vivier, Suzanne et Élisabeth, qu’aucune source ne nous montre aller à l’école, alors même qu’il existe des structures, comme on le sait pour le cas de leur mère elle-même, qui est allée dans une petite école protestante dès l’âge de quatre ans : mais elle est fille de pasteur et sans doute la volonté d’instruction est-elle plus ostensiblement mise en scène12. Il n’est d’ailleurs pas impossible que les deux jeunes filles s’y soient elles aussi rendues avant la mort de leur père, mais leur frère Paul les présente, dans le mémoire qu’il rédige en 1673, comme ayant passé tout leur temps au logis, en tout cas après 1651 :

  • 13 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 534.

Mes sœurs demeurerent aussy chez ma mere pendant ce temps là et on les y instruisit en tout ce que des filles de leur condition et de leur aage qui estoit de douze et de quatorze ans lors de la mort de feu mon pere doivent sçavoir, comme de lire, escrire, chiffrer, joüer du luth, chanter, dancer, faire tapisserie, & c.13

4On remarque ici une première contradiction potentielle avec les préconisations disciplinaires réformées, car si jouer de la musique ou chanter peuvent être utiles pour des réformées, la danse est plus clairement dénoncée par les autorités : ainsi, l’article 27 du chapitre 14 de la discipline des Églises réformées de France précise que

  • 14 Isaac d’Huisseau (éd.), La Discipline des Églises Reformées de France, ou l’ordre par lequel elles (...)

Les danses seront reprimées, & ceux qui font estat de danser ou assister aux danses, après avoir esté admonestez plusieurs fois seront excommuniez quand il y aura pertinacité, & rebellion. Si sont chargez les Consistoires de bien pratiquer cet Article, en faire lecture publiquement au nom de Dieu, en l’authorité des Synodes. Et les Colloques exhortez de bien prendre garde aux Consistoires qui ne feront devoir de les censurer14.

  • 15 Bibl. mun. Épinal-Golbey, ms 239 ; voir sa note lapidaire sur les danseurs au fol. 53 r°.

5Cet article est très ancien, puisqu’il remonte à 1560, mais le grand-père des deux jeunes filles, pourtant pasteur, membre de droit du consistoire désigné pour le faire respecter et spécialiste de la jurisprudence disciplinaire qu’il compulse dans un recueil ad hoc15, ne semble pas s’opposer à cet apprentissage.

  • 16 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 533.

6Les filles du foyer ne sont pas les seules à bénéficier de formes domestiques d’éducation et d’instruction. Les deux garçons, pour des raisons diverses, peuvent également en profiter. Dans le mémoire de 1673, Paul Couët du Vivier rapporte qu’entre 1651 et 1656, il y a en permanence des pensionnaires et des professeurs qui passent au logis pour venir voir son frère Jacques : ce dernier, à cause de sa cécité, a besoin de lecteurs et de scribes, mais reçoit également comme une forme de compensation, pour se divertir, des cours de luth16. Malheureusement, ce mémoire ne nous dit rien de la façon dont il apprend les rudiments de la théologie réformée, puisqu’en 1656, sans jamais être sorti de Metz, il devient pasteur après avoir réussi ses examens, comme nous y reviendrons : l’hypothèse la plus probable est, évidemment, que le jeune homme a été placé sous la protection de son aïeul Paul Ferry. Pour l’autre garçon de la famille, Paul, les apprentissages dans le cadre domestique se font au contraire au service de son frère : à partir de 1656, et même lorsqu’il doit voyager pour cela, il sert très régulièrement de scribe et de lecteur à son aîné. Il reçoit alors des cours, mais qui lui sont inutiles selon lui :

  • 17 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 535.

mes sœurs demeurerent tousjours chez ma mere […] et moy j’estois presque tousjours aussy chez ma mere […] à l’exception des voyages que je faisois aussy souvent ou peu s’en faut à Courcelles que feu mon frere où j’estois envoyé plus pour luy tenir compagnie, l’escouter et luy escrire que pour autre usage, bien que je pusse ajouster que veritablement il n’a pas tenu à luy que je n’eusse sçeu diverses choses que je n’eusse point appris à l’eschole mais qui toutesfois m’estoient moins utiles en ce temps là que ce que j’eusse appris au college qui estoit bien plus allors de mon gibier que les matieres de Theologie ou d’autres choses relevées17.

7Les deux hommes ont donc reçu des éducations différentes.

Jacques et Paul, deux frères aux caractéristiques différentes

  • 18 Roger Mazauric, « La vie courte et remplie d’un jeune Messin du xviie siècle – Le pasteur Jacques C (...)
  • 19 Voir à ce sujet la correspondance entre le père du jeune homme et son beau-père Ferry : BPF, ms 762(...)
  • 20 Au moins quatre ont été retrouvées : Archives privées, fonds de Couët de Lorry ; BPF, ms 7623, doss (...)

8Jacques Couët du Vivier est, des deux frères, le plus connu, tant par l’historiographie18, que par ses contemporains. En effet, très rapidement après sa naissance, ses parents se rendent compte de ses problèmes de vue, qui le rendent aveugle, sinon très malvoyant : en 1644, âgé de dix ans à peine, il passe plusieurs semaines à Paris avec son père pour être opéré, en vain19. L’amour profond que lui portent ses parents et la volonté de lui donner malgré tout les moyens de faire carrière semblent indéniables dans les sources, et il est tout aussi évident que Paul Ferry travaille lui aussi dans ce sens, surtout quand le jeune homme choisit la carrière pastorale, devenant le seul des descendants de Ferry à prendre cette voie. Dépendant des autres pour lire et écrire, il est probable qu’il ait été doué d’une grande mémoire et, quoi qu’il en soit, son destin est rapidement instrumentalisé, notamment lorsqu’il voyage dans plusieurs Églises d’Île-de-France et au synode national de Loudun en 1659. Ferry conserve dans ses papiers plusieurs exemplaires des Nouvelles Ordinaires de Londres de mars 1659, au moment où il prêche à Charenton20. Son instruction est vue comme un miracle :

  • 21 Ibid.

Il avoit été remply de tant de connoissance de la parole de Dieu, seullement par l’ouye d’icelle, qu’il étoit à croire que Dieu l’avoit mis pour un miracle a son Israël en nos jours, et à esperer qu’il s’en vouloit servir à quelque chose de grand & du tout extraordinaire, pour les excellans dons de l’Esprit de Dieu, qui reluisoient en luy21.

  • 22 BnF, NAF 22702, fol. 34 v°.

9Mais cette ambition et cette fierté à propos de l’éducation de Jacques se fait en partie au détriment de Paul, et il s’agit d’un des reproches récurrents du mémoire de 1673, comme nous y reviendrons. C’est pour permettre à l’aîné d’étudier dans les meilleures conditions que son cadet est mis à son service : dans un premier temps, jusqu’en 1659, le pasteur aveugle ne sort pas de Metz, comme le souligne son grand-père quand il lui impose les mains en juin 165622. Cela ne signifie pas que les choix éducatifs aient été simples.

Quelle instruction pour les élites réformées messines ?

Petites écoles, maîtres et précepteurs protetants

  • 23 Jean-François Michel, « Les écoles protestantes à Metz et en Pays messin, aux xvie et xviie siècles (...)
  • 24 Arch. dép. Moselle, D 9 ; Jean-Louis Claude Emmery (éd.), Recueil des Édits, Déclarations, Lettres- (...)
  • 25 Arch. dép. Moselle, D 11, Les Crimes Impunis de ceux de la Religion pretendue reformée de Metz.
  • 26 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 552.
  • 27 Ibid.
  • 28 Jean-François Michel, « Un "collège" protestant à Metz », dans François-Yves Le Moigne et Gérard Mi (...)

10Le réseau des petites écoles à Metz est déjà très ancien à l’époque de la jeunesse des deux frères Couët du Vivier, puisqu’il remonte au moins aux années 1560 et s’est maintenu, malgré des périodes plus ou moins longues de clandestinité23. Suite à un arrêt du Conseil de juillet 1635 qui interdit tout collège aux protestants, ces petites écoles sont les seules autorisées pour les réformés, et le texte de l’arrêt prévoit même que cet enseignement doit se faire en français et se limiter aux apprentissages fondamentaux de la lecture, de l’écriture et du calcul24. Ces écoles, bien que limitées au strict minimum, sont en réalité surveillées par les pasteurs et les enfants qui y suivent les cours sont emmenés par leurs maîtres au catéchisme qui leur est spécialement consacré le jeudi, ce qui inclut de facto une dimension religieuse à l’enseignement suivi, en complément du catéchisme destiné à tous les fidèles le dimanche après-midi. Même si la source est catholique et violemment polémique, un mémoire du jésuite Lescossois évalue à une vingtaine le nombre de ces petites écoles protestantes en 166225, ce qui est considérable et offre bien des possibilités pour les parents, sans compter les précepteurs éventuels. Dans les faits, et en tout cas de ce que l’on observe de la pratique des Couët du Vivier, cet enseignement chez des maîtres protestants est assez vivant et va certainement plus loin que les limites fixées par l’arrêt de 1635 : en effet, on sait que Jacques va chez le sieur Médard du vivant de son père et y apprend le latin jusqu’à la classe de première, tandis que Paul fréquente le cours du sieur d’Alençon jusqu’en 1656 et apprend des rudiments de latin chez Peltrement26. De plus, des précepteurs existent et peuvent compléter cet enseignement primaire « amélioré » sur bien des points, et même se substituer à des structures d’enseignement que nous qualifierions de « secondaires », comme lorsqu’en 1664 Paul Couët du Vivier va, « pour trois mois, ou quatre pistolles », chez Barthélemy Morel, juriste messin renommé, pour apprendre quelques éléments de jurisprudence avant d’aller prendre ses grades à Orléans27. Cela ne règle toutefois pas le problème de la poursuite des études après cette première instruction et, dans le cas des Couët du Vivier comme pour tous les parents réformés qui ont les moyens de faire entrer leurs enfants dans un collège, se pose la question du lieu. En effet, une sorte de crypto-collège, baptisé « classes latines » pour ne pas éveiller les soupçons, avait fonctionné chez les réformés à partir de 1628, mais avait été interdit par l’arrêt du Conseil de 163528. Il faut donc faire le choix entre suivre les cours de religieux catholiques ou partir de Metz.

Des alternatives catholiques acceptables à Metz ?

  • 29 BnF, Arsenal, ms 5419, p. 180-181, art. 4.

11Le plus simple, pour des parents réformés tout à la fois soucieux de favoriser l’insertion de leurs enfants dans la société messine et de limiter leurs dépenses serait de choisir de les placer dans des structures catholiques. La principale est le collège, ouvert depuis les années 1590, mais celui-ci a été confié aux jésuites en 1622, suite à une longue procédure. Bien qu’une demande formelle de la communauté réformée ait abouti, lors d’un passage du roi à Metz en 1657, à la création de deux postes de régents catholiques, mais laïcs, dans ce collège pour les jeunes protestants29, y placer ses enfants contrevient directement aux prescriptions consistoriales et à la discipline des Églises réformées de France. Cette dernière est particulièrement claire et a introduit un article à ce sujet dès le synode national de Sainte-Foy en 1578 :

  • 30 Isaac d’Huisseau (éd.), La Discipline…, op. cit., chap. 14, art. 14.

Les Peres & Meres, seront exhortez de prendre soigneusement garde à l’instruction de leurs enfans qui sont la semence & pepiniere de l’Église. Et ceux qui les envoyeront à l’Escole des Prestres, Moines, Jesuites, & Nonnains, seront poursuivis par toutes censures Ecclesiastiques30.

  • 31 Ibid., p. 424-426.
  • 32 Martin Meurisse, Histoire de la naissance, du progres et de la decadence de l’heresie dans la ville (...)
  • 33 Charles Ancillon, Discours sur la vie de feu Monsieur Ancillon et ses dernières heures, Bâle, Eman  (...)
  • 34 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 551.

12On comprend aisément que l’éducation des jeunes gens soit un souci permanent pour les autorités ecclésiastiques réformées, car c’est par là que passe une grande partie du travail d’acculturation. Pourtant, sur ce point comme sur d’autres, la tension entre textes normatifs et pratique est forte. Les actes des synodes, y compris nationaux, comprennent de nombreux cas de censures de parents envoyant leurs enfants chez des religieux et en particulier chez des jésuites, preuve que la proximité géographique et/ou les impératifs sociaux peuvent primer sur un enseignement conforme à l’identité confessionnelle réformée et preuve que l’article de la discipline est mal appliqué31. Cela ne fait toutefois pas de ces familles des « suspectes » : en effet, certains des principaux notables réformés messins n’hésitent pas à envoyer leurs enfants chez les jésuites, y compris lorsque fonctionnent les « classes latines » protestantes, puisqu’il y a alors une quinzaine de jeunes protestants chez les pères32. De futurs pasteurs y passent même, comme David Ancillon33, ou les deux cousins Abraham et Auguste Couët du Vivier34. Mais pour les deux frères Jacques et Paul, il ne s’agit pas d’une alternative possible, peut-être à cause de l’influence de leur grand-père pasteur, qui a envoyé ses propres fils Paul et Louis hors de Metz. Paul Couët du Vivier, en 1673, regrette d’ailleurs que sa famille ait préféré faire de lourdes dépenses, qui lui ont été décomptées à sa majorité, plutôt que de l’envoyer chez les jésuites :

  • 35 Ibid., p. 554.

si l’on m’eust laissé à Metz j’eusse continué mes classes chez le Sr. Peltrement sans qu’il en coustast que très peu de choses ; au sortir de chez luy, j’eusse peu faire ma rhetorique et philosophie chez les jesuistes, sans qu’il m’en coustast rien du tout ; […] estant mesme certain que j’en eusse bien plus profité, soit par une suite exacte de mes estudes, soit par l’emulation que j’y aurois eu, de sorte qu’il faut conclure que j’ay esté sacrifié au service de mon frere35.

13Comme la dernière phrase le laisse entendre, la déception du jeune homme est sans doute renforcée par le fait qu’on l’ait mis au service de son aîné lors de ses voyages en 1659-1661 et par l’étonnante exception que l’on a faite pour lui au cours de ses propres études, à cause de sa cécité :

  • 36 Ibid., p. 534.

on luy fist faire sa philosophie chez les Religieux de S. Arnoul qui l’enseignoient pour lors à Metz pendant quoy il eust tousjours un homme avec luy, tesmoin le cours de sadite philosophie que cet homme qui luy estoit donné escrivoit sous ses professeurs pour luy36.

  • 37 Bibl. mun. Épinal-Golbey, ms 239, fol. 74 v°.
  • 38 Roger Mazauric, « Metz. Le Temple de Crèvecœur. Comment les protestants obtenaient justice sous le (...)

14La famille Couët du Vivier, très certainement avec l’accord de Ferry, accepte donc une entorse aux prescriptions synodales, dont le pasteur n’ignore évidemment rien37, sans aller toutefois jusqu’à confier l’enfant aux jésuites, considérés comme des adversaires infréquentables, surtout depuis 1642 et la confiscation d’un ancien temple à leur profit38. La réputation de la famille et du pasteur est en jeu, ce qui explique que quasiment aucune source, à l’exception notable du mémoire de Paul Couët du Vivier en 1673, ne fait mention de ce passage du jeune Jacques chez les bénédictins de Saint-Arnould : on le cache le plus possible. Ce qui décide à envoyer le jeune homme dans une des quatre grandes abbayes masculines bénédictines de la cité, c’est son handicap, qui le force à rester sur place, alors même qu’il se destine au ministère pastoral. Sinon, en temps normal, comme le montrent les parcours des enfants de Ferry et de Paul Couët du Vivier, il faut partir de Metz.

Partir de Metz

  • 39 BPF, ms 773 ; Julien Léonard, « Les pasteurs et la réunion des Églises au xviie siècle : le cas de (...)
  • 40 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 539.
  • 41 Ibid., p. 537 ; Archives privées, fonds de Couët de Lorry, Memoire contenant la despence que le Sr (...)
  • 42 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 558 ; BPF, ms 7623, dossier 1, pièce 56, lettre (...)
  • 43 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 538.

15En 1646, lorsqu’il rédige un mémoire sur la possibilité d’une adjonction de Metz, Église indépendante, aux structures synodales françaises, le pasteur Ferry met la liberté d’envoyer les jeunes étudier librement hors de Metz et même à l’étranger parmi la liste des avantages messins39. En effet, bien des familles de notables, sans doute encouragées en cela par l’exemple et par les exhortations des pasteurs, envoient leurs enfants en pension pour suivre les cours des collèges et des académies tenus par des réformés. Les possibilités sont assez nombreuses, mais les plus accessibles se trouvent à Sedan ou dans le Palatinat. Pour les frères Couët du Vivier, le départ de Metz a lieu à deux moments différents de leur formation. En ce qui concerne Jacques, comme nous l’avons vu, le séjour à Metz est permanent jusqu’en 1659. Il est alors pasteur de Courcelles, à peu de distance de Metz, depuis trois ans. Mais de 1659 à 1661, il fait un long voyage « en France » selon la formulation récurrente de ses papiers, en compagnie de son cadet qui l’accompagne comme scribe et lecteur. Ils connaissent alors l’un et l’autre des expériences formatrices. Pour Jacques, il s’agit d’un bref passage à l’académie de Saumur, sur lequel nous reviendrons, car il s’agit d’un cas assez intéressant de « formation continue » pour pasteur. En revanche, Paul est encore jeune et doit être instruit au cours de cette période. Il est contraint, la plupart du temps, de se contenter des leçons particulières que son aîné lui dispense en contrepartie de son aide, mais cela déçoit a posteriori le jeune homme qui pense n’avoir reçu qu’une « legere teinture de logique » après l’avoir accompagné dans ses voyages entre 1659 et 166140. À quelques reprises, Paul se retrouve même seul : lorsque c’est à Saumur, il peut aller au collège pour faire sa troisième41, comme il l’avait fait pour quelques jours à peine à Loudun lors de la tenue du synode national (1659-1660)42. On s’aperçoit d’ailleurs que son frère ne s’inquiète guère de ses études, puisqu’au cours des six mois qu’il passe à Saumur au premier semestre 1660, c’est lors des trois mois où il est seul que Paul peut aller au collège, alors que les trois premiers mois, aux côtés de son frère, sont consacrés à son travail de scribe et de lecteur. En revanche, la seconde longue séquence de solitude de Paul se situe entre juillet et octobre 1661, lorsque son frère aîné rentre à Metz et Courcelles tout en espérant revenir à Normanville, dans l’Église de fief qu’il dessert près d’Évreux : il y laisse le cadet, qui déclare n’y rien faire « du tout »43.

16Après cet épisode et ce long voyage, les études de Paul Couët du Vivier nécessitent un nouveau départ, puisque sa mère, sans doute conseillée par le pasteur Ferry, décide de l’envoyer faire sa philosophie à Heidelberg en décembre 1662, afin d’apprendre par la même occasion l’allemand, puisqu’il est prévu de le faire succéder à son défunt père dans la charge de secrétaire interprète du roi en langue germanique. Il n’y reste toutefois que neuf mois, regrettant les frais occasionnés, comme on l’a vu, mais regrettant aussi son impréparation qui a rendu ses études infructueuses :

  • 44 Ibid., p. 556 ; sur sa présence à Heidelberg, voir Archives privées, fonds de Couët de Lorry, témoi (...)

Et quant à la philosophie si je fusse demeuré à Metz au lieu de m’en aller comme je fis avec mon Frere en France, je m’y fusse rendu plus propre à m’applicquer à cette estude, dont je n’estois nullement capable quand l’on m’envoya à Heidelberg, n’ayant fait ny rhetorique ny logique qui sont pourtant deux parties surtout la derniere entierement necessaires à un homme que l’on destine à parler en publicq, de sorte que je passais très superficiellement sur cette estude pendant neuf mois sous divers maîtres et dans une grande confusion44.

17De plus, il doit rapidement aller loger chez un Chenevix, membre d’une famille parisienne et messine, chez qui tout le monde parle français : le fiasco est donc total. Son but est de revenir rapidement à Metz et de trouver une solution pour débuter une carrière, car c’est bien là le but des études, du moins pour la famille.

Entrer dans la vie professionnelle

Devenir pasteur : une formation continue pour Jacques Couët du Vivier ?

  • 45 BPF, ms 7652, pièces 58-60 ; Bibl. mun. Metz, ms 1085, sermon de Ferry pour l’imposition des mains (...)
  • 46 BPF, ms 7604, fol. 114, lettre de Drelincourt à Ferry, écrite de Paris le 18 septembre 1656 ; BPF, (...)
  • 47 Archives privées, fonds de Couët de Lorry, Memoire de divers textes exposez depuis le mois de fevri (...)
  • 48 Ibid.
  • 49 BPF, ms 7623, dossier 1, pièce 62, lettre de Jacques Couët du Vivier à Ferry, de Saumur le 3 mars 1 (...)
  • 50 Julien Léonard, Être pasteur au xviie siècle. Le ministère de Paul Ferry à Metz (1612- 1669), Renne (...)
  • 51 BPF, ms 7623, dossier 1, pièces 55-56, lettres de Jacques Couët du Vivier à Ferry, de Saumur les 24 (...)
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid., pièce 57, lettre du 4 février 1660.

18La formation « initiale » du jeune Jacques Couët du Vivier, avant son accession au ministère pastoral en 1656, est très mal connue. Nous savons qu’il a répondu avec succès aux exigences d’un examen assez particulier : en effet, en l’absence de colloque, car Courcelles est alors une Église ruinée, ce sont les pasteurs alors présents à Metz, pourtant théoriquement indépendante, qui lui font subir cet examen en juin 165645. Comment un jeune aveugle qui n’est jamais sorti de Metz peut-il maîtriser la théologie réformée et les langues sacrées ? Sans doute faut-il admettre que c’est son grand-père Ferry qui l’y a formé et aidé. Malgré les précautions sur le nombre de pasteurs présents à l’examen, il semble que certains ont contesté cette vocation : les correspondances de Charles Drelincourt et Jean Mestrezat avec Ferry s’en font l’écho, pour défendre le jeune homme46. Il est en tout cas certain que, malgré les nombreuses invitations en chaire qui lui sont faites lors de son voyage « en France », notamment en 1659, c’est davantage sa cécité que sa science qui attire47. C’est peut-être pour cette raison qu’entre janvier et mars 1660, après être parti du synode national de Loudun, il passe par Saumur et y prend des cours de théologie. Certes, il réside là en tant que pasteur : il est même invité à au moins trois reprises à s’exprimer en chaire48, et il assiste aux réunions du consistoire49. Mais il est aussi en quelque sorte un étudiant. Cela ne ravit pas forcément son aïeul qui, bien que n’ayant jamais pris officiellement part au débat entre amyraldiens et « orthodoxes », ne voit pas d’un bon œil tous les enseignements de l’académie de Saumur50 : son petit-fils le rassure à plusieurs reprises sur leur qualité51. Il suit la plupart des cours de l’académie, notamment en théologie, en hébreu et en philosophie, et toutes les propositions. Il sous-entend même dans sa correspondance avec son aïeul qu’il aimerait rester toute une année, et qu’il ne serait pas le premier pasteur à aller ainsi suivre des cours après avoir reçu l’imposition des mains52. Il semble notamment impressionné par les cours d’hébreu de Jacques-Louis Cappel, mais aussi par la vie sociale des étudiants, qui se réunissent pour converser après les cours et le souper53. Il montre qu’il a beaucoup d’ambition, puisqu’il révèle à son grand-père qu’il aimerait enseigner :

  • 54 Ibid., pièce 58, lettre du 7 février 1660.

Je croyois avoir oublié la maniere d’argumenter, mais on dit que je n’y reussis pas mal et je fais à present à l’esgard des lecons ce que je faisois à l’esgard des presches lorsque j’estois proposant : je me prepare sur les matieres qu’on doit traitter comme si j’avoy moi mesme à faire la leçon, car si mon inclination ne me trompe, je suis destiné à cest usage54.

  • 55 Ibid., pièce 59, lettre du 21 février 1660.

19Il décrit avec délectation ses journées qu’il passe « en escholier », à jouer du luth avant deux heures de lecture en théologie, puis une heure de cours de théologie, le repas, une heure d’hébreu et deux heures de théologie, avant de finir par trois heures d’exercices55. Malgré ses ambitions et malgré ses tentatives, il doit cependant rapidement retourner à Normanville, après une parenthèse qui semble l’avoir marqué.

Devenir avocat : Paul Couët du Vivier

  • 56 Archives privées, fonds de Couët de Lorry ; sur les grades, voir Boris Noguès, « Certificat, filtre (...)
  • 57 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 556 ; BPF, ms 7625, dossier 1, pièce 13, lettre (...)

20La fin du parcours de Paul Couët du Vivier pour devenir avocat est aussi surprenante que celle de son frère pour devenir pasteur. En effet, sans avoir fait d’autres études de droit que des cours particuliers chez un juriste messin, et après une courte période de formation pratique au service des intérêts de sa mère, il part en février et mars 1665 en voyage à Paris et Orléans. Dans cette dernière ville, il obtient assez rapidement, et malgré la faiblesse de ses études juridiques, des lettres de licence et de doctorat en droits civil et canon, dont il conserve toute sa vie une précieuse copie sur parchemin56, puis il part s’inscrire au grand conseil pour y être reçu comme avocat57. S’il reste deux mois loin de Metz, ce n’est que parce que son grand-père et son oncle, Louis Ferry, lui aussi avocat passé par les mêmes étapes, lui ont confié quelques affaires à traiter dans la capitale. Dans son mémoire de 1673, il regrette encore une fois le coût du voyage et du doctorat lui-même, mais aussi des formalités inutiles qui auraient pu être abrégées et simplifiées, surtout qu’il ne savait alors pas que ces dépenses lui seraient retenues sur son héritage :

  • 58 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 556.

Pour ce qui est du dernier voyage de France que j’y fis pour aller à Orleans si l’on m’eust dit avant que de partir de Metz que quand j’avois esté en France la premiere fois l’on me mettroit toutes mes despences en compte, […] je n’eusse point pris le degré de doctorat qui ne pouvoit que me demeurer innutil ; au lieu d’aller à Paris ou à Orleans, je me fusse contenté d’aller à Rheims ou ailleurs taschant d’eviter par là de la despence ; […] je n’eusse eu garde de me faire recevoir advocat au grand Conseil ce qui ne me servira jamais de rien et qui pourtant me cousta beaucoup58.

21Une fois reçu avocat, il rentre immédiatement à Metz et commence une carrière qui, sans être excessivement brillante, lui offre un statut social assez proche de celui de son père : car le but est bien celui-ci, il faut s’assurer d’une réputation et, surtout, revenir à Metz.

Revenir à Metz

  • 59 BPF, ms 7604, fol. 146, lettre écrite à Paul Ferry, de Toul le 16 avril 1642.

22Les Messins sont réputés relativement peu ouverts vis-à-vis de ceux qui viennent de l’extérieur, notamment dans les deux domaines choisis par les deux frères Couët du Vivier : ainsi, un conseiller au parlement de Metz, Charles de Lalouette, sieur du Bac, évoque en 1642 le « naturel de ce pais qui ne souffre que fort rarement que l’on parle bien dans Metz de ceux qui n’en sont point originaires »59. C’est à la fois une chance pour les Couët du Vivier, car être nés à Metz leur ouvre des possibilités, et un lourd fardeau quand les places sont limitées. Dans ces conditions, il est évident que le but, pour les Couët du Vivier, est de trouver une place à Metz, et c’est peut-être aussi cela qui détermine leurs choix éducatifs.

  • 60 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 544.

23Pour Paul, cela ne pose guère de problème : grâce au parlement créé en 1633, au bailliage installé en 1641, aux relations de ses parents, et à son statut de docteur en droit, malgré la faiblesse de sa formation, il peut assez aisément subvenir à ses besoins. Il reste cependant conscient de ses talents limités pour l’art oratoire, et c’est presque sur le mode de l’étonnement qu’il rapporte un jour le succès d’une de ses plaidoiries, dans un procès qui le touche directement, puisqu’il s’agit de son mariage60.

  • 61 BPF, ms 777, liasse 2.

24Pour Jacques en revanche, revenir à Metz est beaucoup plus difficile : certes, depuis 1598, aucun pasteur n’est choisi s’il n’est pas natif de la ville61, et certains « étrangers » peuvent d’ailleurs s’en plaindre ou le regretter, comme le pasteur d’origine écossaise David Home en 1614 qui précise dans une lettre écrite à Ferry que

  • 62 BPF, ms 3352, fol. 253.

les impossibilités qui naissent de vos coustumes tres bonnes en ce qui est de la police : mais mauvaises en ce qui est de l’Église en qui ceux qui sont rendus enfans d’une mesme famille, et parens par une saincte consanguinité qui tire son extraction du sang du fils de Dieu ne doibvent s’estimer estrangers les uns aux autres ni vivre avec ces distinctions des bourgeoisies du monde que les combourgeois des saincts n’observent pas62.

  • 63 BPF, ms 7604, fol. 131, lettre à Ferry, écrite de Paris le 2 avril 1661.
  • 64 Plusieurs lettres à ce propos dans BPF, ms 7623, dossier 1.

25Mais malgré cette mise à l’écart des étrangers à Metz, il n’y a que quatre postes de pasteurs ordinaires et les places sont très convoitées, par des personnes très talentueuses : dans ce contexte, la cécité de Jacques Couët du Vivier est un obstacle insurmontable à son recrutement. Il est certes en poste à Courcelles, mais c’est une Église peu prestigieuse, même si elle lui permet de continuer à résider à Metz. Mais un recrutement en ville est impensable, car ce serait s’exposer au « ridicule » pour reprendre le mot d’une lettre de Charles Drelincourt63. Il n’est pas impossible que son manque de formation solide en théologie ait également joué contre lui. Alors que son grand-père élabore au début des années 1660 une stratégie pour que son poste de Courcelles se transforme en supplétif de Metz64, le plan échoue lorsqu’il décide d’épouser sa servante, ce qui le pousse en 1664 à partir s’installer à Mannheim, où il meurt de la peste en 1666.

Conclusion

26L’éducation et l’instruction des enfants Couët du Vivier, et en particulier des deux fils Jacques et Paul, posent de nombreuses questions et suivent divers impératifs qui s’imbriquent : les parents sont en effet soumis à une certaine obligation de suivre la plupart des préceptes disciplinaires réformés, car il en va de la réputation du grand-père Paul Ferry. Pourtant, discrètement, il est possible de s’en affranchir, pour des raisons pragmatiques, comme lorsque Jacques, pour cause de cécité, n’est pas envoyé faire son collège hors de Metz, mais est placé chez des bénédictins, solution préférée au remous qu’aurait sans doute provoqué une scolarisation chez les jésuites honnis. La formation intellectuelle du cadet, bien que davantage conforme à cette jurisprudence disciplinaire, puisqu’il suit des cours dans des collèges réformés à Loudun, Saumur et Heidelberg lors de courtes périodes, n’en est pas moins pragmatique, voire sacrifiée aux intérêts de l’aîné, à qui il sert de scribe durant de nombreuses années. Entre volonté de se soumettre à l’acculturation réformée d’une part, et nécessité de donner aux deux jeunes gens les moyens de faire une carrière honorable, si possible à Metz, d’autre part, l’attitude de la famille Couët du Vivier est donc marquée par une relative souplesse, qui rappelle, si besoin en était, à quel point l’étude de cas particuliers, notamment à l’aide d’écrits du for privé, est utile à l’historien, pour confronter normes sociales et pratiques du quotidien.

Notes

1 Willem Frijhoff, « Chrétienté, christianismes ou communautés chrétiennes ? Jalons pour la perception de l’expérience d’unité, de division et d’identité de l’Europe chrétienne à l’époque moderne », dans Bertrand Forclaz (dir.), L’expérience de la différence religieuse dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Neuchâtel, Éditions Alphil – Presses Universitaires de Suisse, 2013, p. 17-43.

2 Bibliothèque du Protestantisme français (BPF), ms 7622, dossier 4 et ms 7623, dossier 1 ; Roger Mazauric (éd.), « Lettres de Jacques Couët-du-Vivier à Paul Ferry », BSHPF, t. 120-124, 1974-1978.

3 BPF, ms 7622, dossier 5, pièce 3, 1646.

4 Archives privées, fonds de Couët de Lorry ; Julien Léonard (éd.), « Un mémoire du Messin Paul Couët du Vivier sur sa jeunesse et la succession de son père (1673) », BSHPF, t. 159-3, 2013, p. 529-561.

5 Archives privées, fonds de Couët de Lorry ; voir également François-Jacques Poirier, Documents généalogiques de Metz. Armée, noblesse, magistrature, haute bourgeoisie, d’après les registres des paroisses. 1561-1792, Paris, Lamulle et Poisson, 1899, p. 158-161 ; Henri Bordier (éd.), La France protestante, Paris, Fischbacher, 1884, t. 4, col. 763-775.

6 Jacques Couët, La Conférence faite à Nancy entre un docteur Jésuite accompagné d’un capuchin et deux ministres de la Parole de Dieu, Bâle, s.n., 1600, in-8° ; Othon Cuvier et Francis Waddington (éd.), « Madame Catherine, duchesse de Bar, sœur de Henri IV. Chronique de l’Église recueillie en sa maison. 1599-1604 », BSHPF, t. 5, 1857, p. 148-160 et p. 283-292.

7 Archives privées, fonds de Couët de Lorry.

8 Ibid.

9 Arch. dép. Moselle, B 3355, inventaire après décès des biens de Jacques Couët du Vivier, époux de Suzanne Ferry, 1652 ; Philip Benedict, « Bibliothèques protestantes et catholiques à Metz au xviie siècle », Annales ESC, n° 2, 1985, p. 343-370.

10 Archives privées, fonds de Couët de Lorry.

11 Alain Joblin et Jacques Sys (éd.), Famille et spiritualité protestante, Arras, Artois Presses Université, 2006.

12 BPF, ms 775, livret familial de Paul Ferry, p. 25-26.

13 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 534.

14 Isaac d’Huisseau (éd.), La Discipline des Églises Reformées de France, ou l’ordre par lequel elles sont conduites & gouvernées, Genève – Saumur, Desbordes, 1667, in-4°, p. 443 ; Marianne Ruel, Les chrétiens et la danse dans la France moderne, xvie-xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2006.

15 Bibl. mun. Épinal-Golbey, ms 239 ; voir sa note lapidaire sur les danseurs au fol. 53 r°.

16 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 533.

17 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 535.

18 Roger Mazauric, « La vie courte et remplie d’un jeune Messin du xviie siècle – Le pasteur Jacques Couet du Vivier, aveugle de naissance », BSHPF, t. 104-4, 1958, p. 208-230 ; Nicolas Schapira, « Carrières de pasteur, carrières d’écrivain au xviie siècle : le cas de Jacques Couët-du-Vivier », BSHPF, t. 150-2, 2004, p. 257-281.

19 Voir à ce sujet la correspondance entre le père du jeune homme et son beau-père Ferry : BPF, ms 7622, dossier 3, pièces 39-54.

20 Au moins quatre ont été retrouvées : Archives privées, fonds de Couët de Lorry ; BPF, ms 7623, dossier 1, fol. 103 ; BPF, ms 7654, dossier 1 ; BnF, NAF 6725, fol. 60.

21 Ibid.

22 BnF, NAF 22702, fol. 34 v°.

23 Jean-François Michel, « Les écoles protestantes à Metz et en Pays messin, aux xvie et xviie siècles », Annales de l’Est, n° 3, 1969, p. 212-241.

24 Arch. dép. Moselle, D 9 ; Jean-Louis Claude Emmery (éd.), Recueil des Édits, Déclarations, Lettres-Patentes, et Arrêts du Conseil enregistrés au Parlement de Metz, Metz, Pierre Marchal, t. 1, 1774, p. 293-295.

25 Arch. dép. Moselle, D 11, Les Crimes Impunis de ceux de la Religion pretendue reformée de Metz.

26 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 552.

27 Ibid.

28 Jean-François Michel, « Un "collège" protestant à Metz », dans François-Yves Le Moigne et Gérard Michaux (éd.), Protestants messins et mosellans (xvie-xxe siècles), Metz, Éditions Serpenoise – SHAL, 1988, p. 71-78.

29 BnF, Arsenal, ms 5419, p. 180-181, art. 4.

30 Isaac d’Huisseau (éd.), La Discipline…, op. cit., chap. 14, art. 14.

31 Ibid., p. 424-426.

32 Martin Meurisse, Histoire de la naissance, du progres et de la decadence de l’heresie dans la ville de Metz & dans le pays Messin, Metz, Jean Antoine, 1642, in-4°, p. 541.

33 Charles Ancillon, Discours sur la vie de feu Monsieur Ancillon et ses dernières heures, Bâle, Eman & König, 1698, in-12, p. 8-13. Voir également la contribution de Boris Noguès dans ce volume.

34 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 551.

35 Ibid., p. 554.

36 Ibid., p. 534.

37 Bibl. mun. Épinal-Golbey, ms 239, fol. 74 v°.

38 Roger Mazauric, « Metz. Le Temple de Crèvecœur. Comment les protestants obtenaient justice sous le régime de l’Édit de Nantes », BSHPF, t. 88-1, 1939, p. 5-21.

39 BPF, ms 773 ; Julien Léonard, « Les pasteurs et la réunion des Églises au xviie siècle : le cas de Paul Ferry », BSHPF, t. 156-1, 2010, p. 81-106.

40 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 539.

41 Ibid., p. 537 ; Archives privées, fonds de Couët de Lorry, Memoire contenant la despence que le Sr du Vivier ministre a fait pour son frere pendant qu’il a esté avec luy en France.

42 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 558 ; BPF, ms 7623, dossier 1, pièce 56, lettre de Jacques Couët du Vivier à Paul Ferry, de Saumur, le 28 janvier 1660.

43 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 538.

44 Ibid., p. 556 ; sur sa présence à Heidelberg, voir Archives privées, fonds de Couët de Lorry, témoignage du consistoire de Metz (décembre 1662) et BPF, ms 7625, dossier 1, pièces 3-7, correspondance familiale.

45 BPF, ms 7652, pièces 58-60 ; Bibl. mun. Metz, ms 1085, sermon de Ferry pour l’imposition des mains de Couët du Vivier (25 juin 1656, mis au net dans BnF, NAF 22702, fol. 23-37).

46 BPF, ms 7604, fol. 114, lettre de Drelincourt à Ferry, écrite de Paris le 18 septembre 1656 ; BPF, ms 7606, fol. 263, lettre de Mestrezat à Ferry, écrite de Paris le 3 novembre 1656.

47 Archives privées, fonds de Couët de Lorry, Memoire de divers textes exposez depuis le mois de fevrier 59.

48 Ibid.

49 BPF, ms 7623, dossier 1, pièce 62, lettre de Jacques Couët du Vivier à Ferry, de Saumur le 3 mars 1660.

50 Julien Léonard, Être pasteur au xviie siècle. Le ministère de Paul Ferry à Metz (1612- 1669), Rennes, PUR, 2015, p. 247-251.

51 BPF, ms 7623, dossier 1, pièces 55-56, lettres de Jacques Couët du Vivier à Ferry, de Saumur les 24 et 28 janvier 1660.

52 Ibid.

53 Ibid., pièce 57, lettre du 4 février 1660.

54 Ibid., pièce 58, lettre du 7 février 1660.

55 Ibid., pièce 59, lettre du 21 février 1660.

56 Archives privées, fonds de Couët de Lorry ; sur les grades, voir Boris Noguès, « Certificat, filtre ou titre ? La fonction sociale des degrés universitaires (xvie-xviiie siècle) », dans Lucien Bély (dir.), Les universités en Europe (1450-1814), Paris, PUPS, 2013, p. 117-152.

57 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 556 ; BPF, ms 7625, dossier 1, pièce 13, lettre de Paul Couët du Vivier à Ferry, de Paris le 27 février 1665.

58 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 556.

59 BPF, ms 7604, fol. 146, lettre écrite à Paul Ferry, de Toul le 16 avril 1642.

60 Julien Léonard (éd.), « Un mémoire… », op. cit., p. 544.

61 BPF, ms 777, liasse 2.

62 BPF, ms 3352, fol. 253.

63 BPF, ms 7604, fol. 131, lettre à Ferry, écrite de Paris le 2 avril 1661.

64 Plusieurs lettres à ce propos dans BPF, ms 7623, dossier 1.

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search