Version classiqueVersion mobile

Protestantisme et éducation dans la France moderne

 | 
Yves Krumenacker
, 
Boris Noguès

L’académie de Sedan et son insertion dans les réseaux d’enseignement français et européen à travers la mobilité académique

Aurélien Behr

Texte intégral

Sedan au début du xviie siècle, d’après Châtillon, coll. BM de Sedan (EST GAU 3).

Sedan au début du xviie siècle, d’après Châtillon, coll. BM de Sedan (EST GAU 3).
  • 1 Une copie de l’original est conservée à la BM de Sedan, fonds Gourjault carton 7A.
  • 2 Jean-Paul Pittion : http://archives.ville-saumur.fr/am_saumur/app/03_archives_en_ligne/01_academie_ (...)
  • 3 Cette lettre est rapportée dans Société d’Histoire et d’Archéologie du Pays Sedanais, « Toussaint B (...)
  • 4 Paul Mellon, L’académie de Sedan centre d’influence française, Paris, Fischbacher, 1913, p. 51.
  • 5 Paulette Salmon, « Sedan, carrefour intellectuel européen au xviie siècle », dans Sedan, de l’Europ (...)
  • 6 BM de Sedan, Ms 42.1 et Ms 42.2, ordonnance datée du 10 septembre 1638, p. 700-708 ; dans cette ord (...)

1Sedan est reconnue souveraine à la fin des années 1540, élevée au rang de principauté dès 1584. D’abord dirigée par les La Marck à la faveur du versement tardif d’une dot en 1424, puis par les La Tour d’Auvergne suite au décès de Charlotte de La Marck, située entre deux mondes, royaume de France et Saint Empire romain germanique, Sedan jouit d’une position stratégique et bénéficie de la protection de ses puissants voisins français. Surtout, les terres sedanaises passent au protestantisme au tout début des années 1560 d’abord avec l’arrivée de réfugiés malmenés au sein du royaume de France, puis par la conversion des seigneurs des lieux à la fin de l’année 1562, et un enseignement primaire réformé est rapidement mis en place. Dès 1563 un maître d’école est recensé à Sedan, tandis que de nombreuses écoles, dont une maternelle, ouvrent leurs portes dans la plupart des vingt-deux villages composant la principauté. Bien qu’en projet dès ces années 1560, la création d’un collège calviniste à Sedan, étape indispensable pour mener à bien la création d’une académie, ne prend place qu’à la toute fin des années 1570. C’est Françoise de Bourbon, alors régente des terres souveraines qui, suite au décès de son mari, concrétise les vœux de ce dernier. Son fonctionnement est avéré à la fin de l’année 1577 et au début de l’année 15781. Cette création avait pour but de répondre aux besoins des bourgeois sedanais et à leurs enfants, mais aussi à l’ensemble de la population des terres souveraines à travers les intérêts économiques qui devaient en rejaillir. Inspiré des structures sedanaise et orthézienne, le collège de Saumur reprit ces arguments pour justifier son installation2. Dès 1573 des cours d’enseignement supérieur sont dispensés à Sedan sans pour autant former une académie. Ceux-ci sont assurés par des individus renommés comme Louis Cappel (oncle de son homonyme saumurois) en chronologie, Emmanuel Tremellius en hébreu, Mathieu Béroalde et Austrius Calabrinus en philosophie. Ajoutons aussi que Toussaint Berchet, premier principal du collège et instigateur de sa fondation, y enseigne l’éloquence et la rhétorique entre 1577 et 1605. Souhaitant ardemment une école de philosophie, la créatrice du collège exhorte son fils Guillaume-Robert de La Marck à en créer une. Ce dernier étant décédé prématurément, c’est finalement sa sœur qui assure les desseins de sa mère. Dès 1594, Robert de Vismes semble enseigner la philosophie, Julius Pacius le droit et peut être même la philosophie et Moïse Carré la physique. En outre, il est probable que Jacques Cappel Du Tilloy pratique l’hébreu dès 1597 et la théologie dès 1599 et que Didier Hérault enseigne le grec, au plus tôt en 1598. Pour autant, malgré l’existence de cours d’enseignement supérieur dispensés depuis 1573-1574, le fonctionnement de l’académie n’est avéré qu’en 1602. Son fondateur officiel est Henri de La Tour d’Auvergne prince de Sedan depuis 1591, dont la famille hérite de la principauté. Appuyé par son ami et compagnon d’armes Henri IV, il reste maître des lieux et repousse les entreprises de l’oncle de sa défunte épouse. Bien qu’ayant promis d’assurer la fondation d’une académie dès la mort de Charlotte, comme le marque l’insistance de Toussaint Berchet dans l’oraison funèbre de la princesse, appuyée par celle des bourgeois de la ville de Sedan, Henri de La Tour d’Auvergne est longuement entravé dans la réalisation de ce projet pluri-décennal. Empêchée par les guerres menées par le prince de Sedan et ses préoccupations diverses liées à sa position de chef du camp protestant, la création de l’académie n’est finalement officielle qu’en 1602. Ainsi, à Sedan la création de l’académie est le fait d’une famille princière, tandis qu’à Saumur la fondation est municipale, puisque menée par le gouverneur de la ville Philippe Duplessis-Mornay. Toussaint Berchet apporte des renseignements sur cette création dans une de ses lettres écrites à destination de son ami Pierre Ferry3. En outre les registres du conseil des modérateurs, témoins de l’existence de l’académie, débutent en mars 16024. L’académie n’est pas un bâtiment mais un ensemble de professeurs5, d’élèves et de cours dispensés dans des lieux variés, comme à l’Hôtel de ville, dans les salles du jeu de paume, directement chez les enseignants ou encore au collège. Au contraire de ce dernier et des structures saumuroise et montalbanaise, elle ne dispose donc pas de locaux qui lui sont propres6.

  • 7 Dom François Ganneron, Centuries du pays des Essuens : Annales, publié par Paul Laurent, Paris, A. (...)
  • 8 Michel Magnien, « Le cas de l’académie de Montauban (1598-1659) : une mobilité restreinte », dans L (...)

2Cette étude s’appuie sur les archives conservées à la bibliothèque municipale de Sedan, sur celles de la Société d’Histoire et d’Archéologie du Sedanais et sur les archives départementales des Ardennes. Certaines cotes conservées à la Société d’histoire du protestantisme français (SHPF), au CARAN ou encore à la BnF ont permis de compléter cette documentation. Certaines archives ayant disparu, comme la matricule de l’académie, les registres des modérateurs ou encore certaines ordonnances des seigneurs sedanais, les histoires anciennes de la ville ont été utilisées7, ainsi que la communication de Michel Magnien lors du colloque de Valence de 20028.

3À partir de cette documentation, nous étudierons le rayonnement de l’académie sedanaise à travers les mobilités professorales et étudiantes. Pour ce faire nous aborderons les réseaux dessinés par les carrières professorales avant de s’intéresser aux étudiants, en abordant notamment leurs origines et leur devenir.

Des réseaux déterminés par les carrières professorales

Les origines des professeurs

  • 9 La présence de Louis Dalancé à Sedan fut très temporaire, il fut, semble-t-il, professeur à l’acadé (...)

4Au total nous avons pu recenser soixante professeurs ayant enseigné à l’académie de Sedan et durant la période pendant laquelle elle se mettait en place. Nous avons pu retrouver les origines de cinquante-quatre d’entre eux, celles de Moïse Carré ou Quadratus, Richard Doussert ou Dousset, Jean de Brest, Grégoire Vouzy, Louis Dalancé9 et David Fornerod restent méconnues ou sujettes à discussion. En effet il n’est pas simple de suivre la trace des professeurs puisque ceux-ci ne portent pas toujours le même nom, celui-ci dépendant des espaces géographiques dans lesquels ils se trouvaient. Pour simplifier notre propos nous avons toujours utilisé la même écriture tout en plaçant les variantes en notes.

  • 10 Michel Nicolas, Histoire de l’ancienne académie protestante de Montauban (1598-1659) et de Puylaure (...)
  • 11 Marie-Claude Tucker, « Les professeurs écossais dans les académies protestantes françaises », Les o (...)
  • 12 Citons par exemple Marc Duncan à Saumur, Robert Boyd à Montauban-Puylaurens, Alexander Blair à Orth (...)

5Vingt des cinquante-quatre professeurs dont nous avons pu retrouver la provenance sont d’origine étrangère (les Français ne sont pas ici comptabilisés). Huit d’entre eux sont des Écossais10, ce qui n’est pas propre à Sedan11. En effet toutes les académies protestantes françaises ou situées immédiatement à proximité du royaume comptèrent des Écossais dans leurs rangs12. On en dénombre même une quinzaine à Saumur. Cette présence écossaise s’explique par les liens historiques tissés par la France et l’Écosse. En plus de se distinguer par leur nombre, les Écossais surent faire preuve de grandes qualités pédagogiques, résultat de leur solide formation le plus souvent débutée dans les académies d’Aberdeen, Saint-Andrews et Glasgow. Parmi les grandes figures protestantes écossaises passées par Sedan figurent John Cameron, maître de Moïse Amyraut, dont la pensée est parfois qualifiée de Cameronisme ; ou encore Andrew Melville, réputé pour avoir pratiqué dans une dizaine de structures différentes, en Écosse, en Angleterre, en Suisse ou encore en France. Les autres sont le poète et physicien Arthur Johnston et son frère William, le philosophe Walter Donaldson, le théologien Alexandre Colvill, le philosophe et physicien Adam Stuart et le philosophe Robert de Vismes.

  • 13 Comité des travaux historiques et scientifiques, actes du 95e congrès des sociétés savantes, sectio (...)
  • 14 Comité des travaux historiques et scientifiques, Histoire de l’enseignement, op. cit., p. 545. Bord (...)
  • 15 Également appelé Daubert. Il est natif d’Herborn dans la Hesse où son père fut professeur de philos (...)
  • 16 Également connu sous le nom de Johann Fabricius, ou Schmitz, Smetius ; John Smith est né à Aix-la-C (...)
  • 17 Alfred Dufour, « Un adepte italien de l’humanisme juridique à Genève. Jules Pacius de Bériga (1550- (...)
  • 18 Wilhelm Becker, Immanuel Tremellius : ein Proselytenleben im Zeitalter der Reformation, Leipzig, J. (...)
  • 19 Pierre Congar, Jacques Rousseau, Jean Lecaillon, Sedan et le Pays Sedanais, op. cit., p. 224.
  • 20 Il est originaire de Nimègue, Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 51. Il est parfois ap (...)
  • 21 Il est originaire de Dordrecht, Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 31 ; Comité des tra (...)
  • 22 Il est de Basse-Silésie, originaire de Breslau aujourd’hui Wroclaw, Ernest Henry, Notes biographiqu (...)
  • 23 Ou Burkhart, Bourcard, parfois prénommé Jean-Jacques. Il est né à Bâle, Ernest Henry, Notes biograp (...)
  • 24 Son nom s’écrit parfois Brazy. Il est né à Badonvillers dans le duché de Lorraine, Jean-Baptiste Jo (...)

6Outre les Écossais d’autres étrangers vinrent enseigner à Sedan : quatre germaniques (Jean-Henri Bisterfeld13, Charles Bordelius14, Jean-Henri Dauber15, John Smith16) trois Italiens (Julius Pacius17, Emmanuel Tremellius18 et Austrius Calabrinus19), deux néerlandais (Jean Huttenius20 et Samuel Néran21), un Polonais (Daniel Tilenus22), un Suisse (Jacob Burkard23) et un Lorrain (Jean Brazi24). Parmi ces derniers, figurent des professeurs qui marquèrent leur temps, comme Daniel Tilenus, adepte de la dispute théologique.

  • 25 Roger Chartier, Dominique Julia, Marie-Madeleine Compère, L’éducation en France du xvie au xviiie s (...)

7Le cas des professeurs de l’académie de Sedan confirme les propos de Marie-Madeleine Compère : « les Universités protestantes sont internationales dans leurs professeurs comme dans leurs étudiants25 ». Notons qu’à Saumur la situation fut longtemps similaire (les enseignants étrangers y furent interdits d’enseigner dès 1670), tandis qu’à Montauban malgré la présence de quelques professeurs étrangers, écossais notamment (Cameron, De Vismes, Boyd of Trochredg, Guillaume Duncan), le recrutement fut surtout français.

Origine géographique des professeurs étrangers de l’académie de Sedan

Origine géographique des professeurs étrangers de l’académie de Sedan
  • 26 Tandis que certains seigneurs sedanais tissèrent une amitié certaine avec les rois de France (Rober (...)
  • 27 Il s’agit de Claude Pithoys né à Vitry-le-François, Augustin Caillet d’Épernay, Toussaint Berchet d (...)
  • 28 Jacques Du Rondel de La Fère, Samuel Desmarets (ou Des Marets, Des Marests) de Oisemont, Antoine du (...)
  • 29 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 87.
  • 30 Ibid., p. 27.
  • 31 Viviane Rosen-Prest, L’historiographie des huguenots en Prusse au temps des Lumières : entre mémoir (...)
  • 32 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 16.
  • 33 Ibid., p. 27. Son nom peut s’écrire Abadie.
  • 34 Il est régulièrement confondu (notamment chez Ernest Henry) avec le professeur de Die, Lausanne et (...)
  • 35 Concernant Pierre Bayle, Albert Cazes, Pierre Bayle : sa vie, ses idées, son influence, son œuvre, (...)
  • 36 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, C. Desplaces, 1857, 10e v (...)
  • 37 Lucien Rimbault, Pierre Du Moulin, 1568-1658, un pasteur classique à l’âge classique, Paris, J. Vri (...)
  • 38 Auteur de nombreux écrits étant parvenu jusqu’à nous, et outre le fait d’être connu en tant que thé (...)
  • 39 C’était « un homme exact et d’un esprit net, qui avait un talent extraordinaire pour pénétrer dans (...)
  • 40 Il est un des « plus savants jurisconsultes et des plus habiles critiques de son temps », Eugène et (...)

8Les relations particulières liant le royaume de France aux terres sedanaises26, tout comme la proximité géographique, expliquent que de nombreux pasteurs et professeurs français vinrent exercer sur les bords de la Meuse. Sur les soixante individus connus, vingt-trois au moins ont ces origines. Nous avons veillé à les classer par province. Il n’est pas étonnant de voir que la province française la plus représentée est la Champagne, de laquelle proviennent sept ou huit des vingt-trois professeurs français27. Cependant seul l’un d’entre eux est Ardennais, il s’agit de Jean de Vesle, originaire de Rouvroy. À ces Champenois s’ajoutent quatre Picards28 et quatre enseignants originaires du bassin parisien, dont la présence à Sedan peut elle aussi s’expliquer par la proximité géographique. Relevons parmi les sept derniers que l’un provient de Metz (Paul Joly29), tandis que les autres sont issus de provinces plus lointaines comme l’Orléanais (Pierre Jurieu, originaire de Mer dans l’arrondissement de Blois30), l’Anjou (Éléazar de La Primaudaye31), la Bretagne (Jacques Cappel du Tilloy né à Rennes32), le Béarn (Jacques Abbadie vient de Nay33), le Dauphiné (Jean Lefebvre de Grenoble34) et le Comté de Foix (Pierre Bayle est de Carla-le-Comte, aujourd’hui renommé Carla-Bayle35). Ainsi, il est évident que l’académie de Sedan sut attirer des professeurs des quatre coins de la France et de l’Europe, ce qui constitue la preuve de son rayonnement international et de son insertion dans les réseaux d’enseignement. Parmi ces individus figurent de grandes figures de l’époque, comme Samuel Desmarets36, Pierre Du Moulin37, Pierre Jurieu38, Louis Le Blanc de Beaulieu39, Didier Hérault40 ou encore Pierre Bayle.

Origine géographique des professeurs français de l’académie de Sedan

Origine géographique des professeurs français de l’académie de Sedan
  • 41 Étienne Brazi (ou Brazy), Joseph Pithoys, Abraham Du Han (ou Durand), Pierre Billot, Pierre Trouill (...)
  • 42 Il est présenté comme ayant disposé « d’une éloquence vive et animée, étincelante de beautés neuves (...)

9Le reste de la cohorte professorale est composé d’individus nés à Sedan. Nous avons pu recenser onze professeurs dans ce cas41. Certains ont pu faire leurs études dans l’académie de leur ville d’origine, comme Pierre Billot, Abraham Du Han, Pierre Trouillard, Josué Le Vasseur ou Abraham Rambour. Ils sont souvent fils de bourgeois ou d’artisan : François Rambour était arquebusier et bourgeois de Sedan, le père de Pierre Trouillard marchand-hôtelier, Jean Billot avocat et juge à Torcy, Paul Sacrelaire était marchand-droguiste. D’autres furent des enfants d’agents royaux comme Josué Le Vasseur, fils de Philippe, contrôleur pour le roi au bureau de Torcy, ou encore Aaron Blondel fils de Pierre sergent royal au baillage de Vermandois. Certains de ces professeurs acquirent une solide réputation comme Abraham Rambour42, plusieurs fois recteur et longtemps modérateur, ou encore Josué Le Vasseur dont la pompe funèbre fut décriée par les catholiques. Ce recrutement local témoigne de l’attachement que les princes sedanais purent avoir à recruter des « locaux », manière de mettre en avant la qualité de leurs sujets et donc leur propre valeur. En effet, pouvoir recruter dix ou onze professeurs dans une ville qui put compter 5500 à 6000 habitants, et dont l’ensemble des dépendances rassembla peut-être 10 000 âmes, est remarquable Ainsi, à leur échelle ces individus contribuent eux aussi à l’insertion de l’académie dans les réseaux d’enseignement, tant ils témoignent du fait que les terres sedanaises étaient en mesure de voir naître des professeurs renommés et en accord avec les principes du temps.

10Dès ses origines l’académie sedanaise apparaît donc comme s’étant insérée dans les réseaux d’enseignement français et européen par ses professeurs de qualité venus des quatre coins de l’Europe et de la France. Ceci est une preuve de la force originelle de la structure, tandis que celle de Saumur peina un peu à ses débuts dans le recrutement de ses enseignants. En effet les travaux de Jean-Paul Pittion montrent que les Saumurois échouèrent à attirer Joseph Scaliger, François Du Jon ou encore Isaac Casaubon sur les bords de la Loire. Pour autant, les premiers professeurs recrutés à Saumur furent l’éminent montalbanais Michel Béraud, les Écossais William Craig, Robert Boyd of Trochredg, Marc Duncan, puis les Néerlandais Franciscus Gomarus et Franco Burgersdijk, qui affirmèrent dès les origines ou presque le caractère international et cosmopolite de l’académie.

  • 43 Il put enseigner temporairement la philosophie au tout début des années 1600 ; Charles Peyran, Hist (...)
  • 44 Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profan (...)
  • 45 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 22 et p. 56.
  • 46 Ibid., p. 50.
  • 47 Ibid., p. 52. Abraham étant le fils d’Alexandre, il avait donc pour oncle Louis Le Blanc de Beaulie (...)
  • 48 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-67-Pierre-Bayle-a-Jacques ; lettre de Pierre (...)
  • 49 Son épouse Marie, semble avoir été la fille d’un des frères de Jacques et Louis Cappel ; http://bay (...)
  • 50 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-112-Pierre-Bayle-a-Jacob ; lettre de Pierre (...)

11Nous avons pu remarquer une certaine tendance à la reproduction sociale dans le corps professoral de l’académie, ceci contribuant à l’intégration dans les réseaux d’enseignement. De nombreux professeurs ont pu enseigner à Sedan alors qu’ils avaient d’étroites relations familiales avec d’autres enseignants. C’est notamment le cas de Pierre Berchet fils de Toussaint43 ; d’Arthur Johnston et de son petit frère William ; de Pierre Jurieu, petit-fils de Pierre Du Moulin ; mais aussi de Jacques Cappel, neveu de Louis44. En outre, nous avons pu relever que Jean-Henri Dauber et Abraham Du Han furent beaux-frères de Walter Donaldson45 ; Didier Hérault gendre posthume de Louis Cappel46 ; Alexandre Colvill beau-frère de Louis Le Blanc de Beaulieu, ce dernier ayant aussi eu pour neveu Abraham Colvill47 et pour grand-oncle Jacques Cappel48, tandis que Jacques Alpée de Saint-Maurice était le neveu de celui-ci49 ; Étienne Brazi était le fils de Jean, Joseph Pithoys, fils de Claude ; Abraham Colvill fils d’Alexandre ; Abraham Du Han fils de Jean, régent de la troisième classe. Relevons aussi que Claude Pithoys eut pour gendre Alexandre Brazi, fils d’Étienne50. Au total ce sont seize professeurs de l’académie de Sedan qui avaient au moins un lien de parenté avec l’un des autres enseignants.

Leurs carrières

  • 51 Il s’agit de Moïse Carré, Richard Doussert, Jean de Brest, Grégoire Vouzy, Louis Dalancé, Jean Lefe (...)

12Par un travail de reconstitution des parcours des différents professeurs ayant enseigné à Sedan, nous avons cherché à voir si l’académie de cette ville constituait un simple passage, un tremplin pour un enseignant du temps ou un aboutissement dans leur peregrinatio professionalis. De même, l’un des objectifs était de voir d’où venaient les professeurs qui s’installaient à Sedan et vers où ils partaient lorsqu’ils quittaient les lieux. Sur les soixante professeurs recensés, nous n’avons pu trouver des informations exploitables que pour huit d’entre eux51.

  • 52 Il s’agit de Jean-Henri Dauber qui rejoignit Breda où il devint professeur de droit (Ernest Henry, (...)
  • 53 Il ici question de deux Écossais, Alexandre Colvill qui partit enseigner la théologie à Saint-Andre (...)
  • 54 Il s’agit de Didier Hérault qui devint avocat au parlement de Paris (Eugène et Émile Haag, La Franc (...)
  • 55 Il ici question d’Aaron Blondel (Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 2e vol., p. (...)

13Treize professeurs débutèrent leur carrière à Sedan avant de partir. Le passage par la ville ardennaise semble avoir été pour eux un tremplin pour l’étranger, puisque onze d’entre eux quittèrent la ville pour une destination autre que le royaume de France. Cinq partirent pour les Provinces-Unies52, trois pour l’Allemagne, deux pour l’Écosse53 et un en Suède. Ajoutons que trois de ces dix professeurs rejoignirent leur pays d’origine, tandis que deux autres quittèrent l’académie, pour l’un après refus de prêter serment au roi suite au rattachement de la principauté à la France et pour l’autre suite à la fermeture de l’académie. Les deux derniers s’installèrent à Paris54 et à Imécourt55, à proximité de Vouziers, directement au sud de la principauté.

  • 56 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 50.
  • 57 Ibid., p. 29 ; Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 2e vol., p. 502.
  • 58 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 18 ; Jean-Baptiste Joseph Boulliot, Biographie arde (...)
  • 59 Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 7e vol., p. 57 ; Ernest Henry, Notes biograp (...)
  • 60 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 56 ; Jean-Baptiste Joseph Boulliot, Biographie arde (...)
  • 61 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 40.
  • 62 Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profan (...)
  • 63 Michel Magnien, « Le cas de l’académie de Montauban (1598-1659) : une mobilité restreinte », op. ci (...)

14Sept autres professeurs débutèrent leur carrière à l’académie mais la plupart la terminèrent sur place. Ils constituent donc une minorité. Parmi eux figurent les cinq Sedanais de naissance que sont Pierre Billot56, Étienne Brazi57, Abraham Rambour58, Josué Le Vasseur59 et Abraham Du Han60, ce qui peut expliquer cette longévité dans les anciennes terres souveraines. Les deux autres, Jean de Vesle61 et Louis Le Blanc de Beaulieu62, étaient de Champagne et du bassin parisien. Ainsi, rares sont ceux qui menèrent l’ensemble de leur carrière à Sedan, bien qu’attachés à leur terroir ou séduits par les lieux. Ceci différencie donc en partie l’académie promue par les La Tour d’Auvergne de celle de Montauban, où la mobilité des enseignants fut restreinte63, mais la rapproche de la saumuroise qui apparaît être dans une situation proche. À ces professeurs peut être ajouté le cas particulier de Pierre Berchet qui, en grande partie formé à Sedan auprès de son père, semble avoir quitté un temps Sedan entre 1604-1606, avant de revenir.

  • 64 Pierre Bayle, Mathieu Béroalde, Jean-Henri Bisterfeld, John Cameron, Samuel Desmarets, Walter Donal (...)

15Pour près d’un tiers des professeurs ayant enseigné à l’académie de Sedan, dix-neuf précisément64, cette ville ne fut qu’une étape au cours de leur carrière, mais de statut varié. En effet, pour certains d’entre eux elle put constituer un véritable tremplin, pour d’autres ce ne put être qu’un passage très temporaire, enfin plusieurs professeurs y connurent l’apogée de leur carrière. En effet, c’est à Sedan que Pierre Bayle s’affirma véritablement et y connu un marchepied pour une carrière resplendissante, tandis que Paul Joly n’y passa qu’environ trois années, dont deux mois en temps que professeur de théologie, avant de rejoindre sa ville natale. Jacques Alpée de Saint-Maurice y passa le plus clair de sa carrière et acquit une certaine renommée. Parmi ceux dont la mobilité est avérée, les plus nombreux des enseignants provenaient du royaume de France (douze d’entre eux), trois d’Allemagne, un de Suisse, un autre des Pays-Bas. Pour deux des professeurs, Robert de Vismes et Éléazar de La Primaudaye, de simple passage à Sedan, l’un à la fin du xvie siècle et l’autre à la fin du siècle suivant, nous ignorons leur lieu de provenance, excepté le fait qu’ils ne débutèrent pas leur carrière à Sedan.

  • 65 Mathieur Béroalde, Jean-Henri Bisterfeld, Jacob Burkard, John Cameron, Éléazar de La Primaudaye et (...)
  • 66 Dans cette situation nous retrouvons Arthur Johnston, Walter Donaldson ou encore Daniel Tilenus.

16Le temps de passage par Sedan put être très varié, et le départ volontaire ou forcé. En moyenne les professeurs de passage par l’académie sedanaise restèrent une huitaine d’années, leur période d’enseignement oscillant entre deux ans65 et une vingtaine d’années66. Bien que la plupart des professeurs quittèrent la ville de leur propre gré, certains en furent chassés par le prince ou contraints par la fermeture de l’académie. Dans le premier cas nous pouvons citer Daniel Tilenus ou Adam Stuart et dans le second on retrouve Pierre Bayle, Jacques Alpée de Saint-Maurice ou encore Jacques Du Rondel.

  • 67 Sept des dix-neuf professeurs quittèrent leur poste à Sedan pour une charge ailleurs en France : Ar (...)
  • 68 Dans ce cas se trouvèrent Pierre Bayle (Hubert Bost, Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006, 684 p.) et (...)
  • 69 Évoquons ici Jacob Burkard qui devint professeur de droit à l’académie d’Herborn en remplacement de (...)
  • 70 Adam Stuart rejoignit la capitale anglaise avant de poursuivre sa carrière aux Pays-Bas (René Desca (...)
  • 71 Paolo Rossi, Logic and the art of memory : the quest for a universal language, Londres, Continnum, (...)
  • 72 Roger Zuber, « Jacques Roussel diplomate, écrivain », BSHPF, Paris, 1973, 119e vol., p. 178 ; Ernes (...)

17Les destinations privilégiées après le passage par Sedan furent le royaume de France67, ou un départ pour les Pays-Bas68. Dans le premier cas, John Cameron partit enseigner à Bordeaux et Walter Donaldson devint ministre au temple de Charenton ; dans le second cas on retrouve Samuel Desmarets, qui rejoignit Maastricht, avant de poursuivre sa carrière à ‘sHertogenbosch, mais aussi John Smith, qui devint pasteur à Nimègue. Nous pouvons également relever que certains professeurs prirent le parti de rejoindre le Saint-Empire, comme Jacob Burkard69, d’autres Genève, comme Mathieu Béroalde, ou Londres, comme Adam Stuart70, ce qui témoigne de la forte attraction des espaces réformés européens sur les enseignants passés par Sedan. Terminons ici en évoquant les cas les plus exotiques que sont Jean-Henri Bisterfeld, qui prit la tête de l’académie d’Alba Iulia en Transylvanie71, mais aussi Jacob Roussel qui, au service de nombreux princes en tant qu’ambassadeur, parcourut l’Europe et trouva la mort à la Porte ottomane72.

  • 73 Steven J. Reid, Humanism and calvinism : Andrew Melville and the universities of Scotland, 1560-162 (...)
  • 74 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 15.
  • 75 Herman De Vries De Heekelingen, Genève : pépinière du calvinisme hollandais, Genève, Slatkine, 1980 (...)
  • 76 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 33.
  • 77 Lucien Rimbault, Pierre Du Moulin (1568-1658), op. cit. ; Jaques Courvoisier, De la Réforme au prot (...)
  • 78 Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 8e vol., p. 259-260 ; Jean-Baptiste Joseph B(...)
  • 79 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 55 ; Patrick Van Kerrebrouck, Christophe Burn, Chri (...)
  • 80 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 12.
  • 81 Lorsqu’il arriva à Sedan, Louis Cappel était en provenance de Leyde, Ernest Henry, Notes biographiq (...)
  • 82 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 60.
  • 83 Hartmut Kretzer, Calvinismus und Französisch Monarchie, op. cit., p. 84-91 ; Paul Mellon, Toussaint (...)
  • 84 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 16 et p. 74.

18Évoquons enfin ici les professeurs qui terminèrent leur carrière à Sedan. Les situations divergent pour les douze individus qui furent dans cette situation : certains y terminèrent leur carrière en passant à Sedan les quelques dernières années de leur vie, tandis que d’autres s’y installèrent pour y rester le plus clair de leur carrière. Dans la première situation nous recensons notamment Andrew Melville qui, après avoir largement exercé en Angleterre et en Écosse mais aussi à Genève, se réfugia à Sedan après avoir quitté la prison de La Tour de Londres73 ; mais aussi Charles Bordelius, qui enseigna essentiellement dans le Saint-Empire74, ou encore Emmanuel Tremellius, qui après avoir voyagé en France, en Angleterre et dans le Saint-Empire, passa les quatre dernières années de sa vie à Sedan, usé par les querelles qui opposaient luthériens et calvinistes à Heidelberg75. Dans la seconde situation nous retrouvons donc l’essentiel des professeurs, certains d’entre eux ayant passé une quarantaine d’années ou plus dans les anciennes terres souveraines. Ceci est le cas de Jean Brazi, d’abord ministre à Phalsbourg76, de Pierre Du Moulin qui, poursuivi au sein du royaume de France, se réfugia à Sedan où il resta malgré les multiples tentations extérieures77, mais aussi de Claude Pithoys qui, un temps ministre de la province de Champagne, passa près de la moitié de sa vie à Sedan78. Les six autres y passèrent eux aussi une bonne partie de leur vie : arrivé de Mer dans l’Orléanais, Henri Sacrelaire passa dix ans à Sedan79 ; en provenance d’Heidelberg, Augustin Caillet y resta douze ans80 ; Louis Cappel quatorze ans81 ; Antoine Du Lion dix-huit années82 ; Toussaint Berchet vingt-huit ans83 et Jacques Cappel une trentaine d’années84.

19Tous ces parcours témoignent du rayonnement de l’académie de Sedan qui sut attirer des professeurs de renom, les conserver et permettre leur enracinement. Au total, une petite vingtaine des professeurs passés par la ville y terminèrent leur carrière. S’installer à Sedan peut apparaître comme un aboutissement. Ceux qui quittèrent les lieux en cours de carrière participèrent à la réputation de l’académie et contribuèrent à son insertion dans les réseaux d’enseignement. Au total, à Sedan comme à Saumur, les professeurs furent très mobiles, ce qui fut beaucoup moins le cas à Montauban.

  • 85 Il s’agit de l’Écossais Robert de Vismes qui de passage par Sedan à la fin du xvie siècle (1594-97) (...)
  • 86 Axel Hilmar Swinne, John Cameron, op. cit.
  • 87 Andrew Pyle, Dictionary of Seventeenth-Century British philosophers, 2000, p. 770-772.

20En s’intéressant aux parcours des professeurs ayant un temps enseigné à Sedan, il est remarquable de voir que peu sont ceux qui enseignèrent dans cette académie et une autre structure française au cours de leur carrière. En effet dans cette situation se trouvent Robert de Vismes, Julius Pacius, John Cameron et Adam Stuart. Relevons qui plus est que seuls deux des quatre professeurs ici cités85 enseignèrent à Sedan, suite à la création officielle de l’académie, ce qui réduit plus encore le nombre d’enseignants qui quittèrent la ville pour une autre académie française alors que l’université était parfaitement installée. Seul l’Écossais John Cameron se trouve être dans ce cas. Effectivement, après avoir enseigné la philosophie et l’histoire à Sedan, John Cameron quitta les terres souveraines pour rejoindre Bordeaux, puis ensuite Saumur (1618-1620-21), Londres, Glasgow et Montauban (1624- 25)86. Dans les deux autres académies françaises fréquentées, le Glasgewien enseigna la théologie et laissa une trace durable dans la vallée de la Loire. Pour sa part, Adam Stuart pratiqua d’abord la philosophie à Saumur avant de l’enseigner à Sedan87.

21Le fait que peu de professeurs passés par Sedan aient rejoint une autre académie française ou en provenaient peut s’expliquer par l’appartenance de l’académie ardennaise à une mouvance spirituelle différente des autres structures d’enseignement réformées. L’orthodoxe sedanaise contrariait la libérale saumuroise. Les nombreuses querelles ayant émaillé leurs relations expliquent aussi cela. En outre la réputation inférieure des autres académies françaises ainsi que leur éloignement géographique peuvent expliquer le fait que les professeurs sedanais aient privilégié des départs vers l’étranger voisin, Provinces-Unies et Saint-Empire, ou préféré des postes prestigieux de ministre ou de régent comme à Charenton.

  • 88 Pour cette académie nous avons recensé qu’un seul professeur qui semble avoir enseigné dans une aut (...)
  • 89 Michel Béraud (Montauban), Robert Boyd of Trochredg (Montauban), Josué de La Place (Nîmes), Jean de (...)
  • 90 Il est ici question de Paul Charles (Montauban), Gilbert Burnat (Montauban), Pierre Viret (Nîmes) e (...)
  • 91 Les professeurs concernés sont : Michel Béraud (Saumur), Robert Boyd of Trochredg (Saumur), Daniel (...)
  • 92 Il s’agit de Josué de La Place (Saumur), Jean de Serres (Orange et Saumur), Daniel Chamier (Die et (...)
  • 93 Il est ici question de Jean de Serres (Nîmes et Saumur), David Derodon (Nîmes), Jean-Frédéric Guib (...)
  • 94 Philippe Codurc (Nîmes), Adam Abrénéthée (Nîmes), Anne Rulmann (Nîmes), Thomas Dempster (Nîmes), Cl (...)

22L’académie sedanaise apparaît comme un cas assez particulier sur ce point, puisqu’elle est celle où la mobilité vers les autres académies françaises fut l’une des plus restreintes, avec celle de Die88. Tandis qu’environ 3 % et 7 % des professeurs diois et sedanais enseignèrent dans une autre académie française, ils sont près de 12 % à Saumur89, 19 % à Orthez90, 24 % à Montauban91, 26 % à Nîmes92, 27 % à Orange93 et 40 % à Montpellier94. Ces chiffres sont susceptibles d’être révisés, si les listes des enseignants recensés dans chacune des académies venaient à être complétées. Par ces mouvements de professeurs, il apparaît que des liens particuliers ont pu être tissés entre certaines académies françaises, ce qui n’est pas le cas de Sedan. En effet on retrouve le fait que Montpellier était une annexe de Nîmes (c’est le cas depuis 1617), puisque cinq des six professeurs montpelliérains qui enseignèrent en une autre académie française le firent chez la voisine nîmoise. En outre, nous avons également pu relever que l’ensemble des professeurs orangeois qui pratiquèrent dans une autre académie réformée française le firent à Nîmes. Ici la proximité géographique explique ces échanges, puisque une petite soixantaine de kilomètres sépare les deux villes. Concernant Orthez la destination privilégiée des professeurs fut l’académie montalbanaise, qui était la plus proche. Enfin, relevons que la principale destination des Montalbanais était Saumur et vice et versa pour les Saumurois, et ce malgré la grande rivalité qui put un temps opposer les deux structures. Ces échanges peuvent s’expliquer par la réputation de ces deux académies de haut rang, mais aussi « la contiguïté spirituelle » qui favorise la circulation.

23Ajoutons que peu de professeurs ayant enseigné à l’académie de Sedan pratiquèrent dans une structure d’enseignement française autre que les académies. En effet seuls Louis Cappel, Walter Donaldson, Pierre Du Moulin, John Cameron et Arthur Johnston apparaissent comme étant dans ce cas.

24Pour autant l’académie de Sedan présente une proximité certaine avec les autres pays européens. Il est évident que la position géographique de Sedan explique ces liens. Ceux-ci sont perceptibles à travers la carrière des professeurs de passage par la ville ardennaise. En effet au moins dix professeurs de passage par Sedan enseignèrent aussi dans les Provinces-Unies, sept en Suisse et pour l’essentiel à Genève, sept dans le Saint-Empire et notamment au sein des académies d’Herbon et d’Heidelberg, cinq en Écosse, deux en Angleterre et un en Italie.

Le rôle joué par les étudiants

Une communauté cosmopolite

  • 95 Ce recueil dû à Jacques de Vaux porte le nom de Thesaurus disputationum. En outre il est possible d (...)

25Les origines des étudiants sont en partie connues grâce au recueil des thèses soutenues à Sedan entre 1608 et 1660 et publié à Genève en 166195. Les 93 noms recensés le sont avec l’indication de l’origine géographique des étudiants. À l’aide de listes de thèses recensées dans les travaux des frères Haag on peut retrouver 221 noms. C’est ainsi que nous apprenons que près des trois quarts (168 étudiants) apparaît être d’origine française ou sedanaise, puisque provenant principalement de Normandie (36), des terres souveraines (35), d’Île-de-France (21), de Champagne (17) ou encore de l’Orléanais (12). Les liens particuliers tissés avec la Normandie peuvent s’expliquer par le fait qu’au cours du xvie siècle les seigneurs sedanais furent aussi gouverneurs de Normandie.

26À ces Français s’ajoutent des étrangers, essentiellement des Germaniques, Suisses et Néerlandais, mais aussi des Écossais, Anglais, Gallois ou encore Polonais, dont l’installation à Sedan put être favorisée par la proximité géographique, mais aussi et surtout la réputation internationale de la structure. Les professeurs et les étudiants de l’académie de Sedan contribuèrent donc largement au caractère cosmopolite de la ville.

Origine des étudiants français venus se former à Sedan Carte réalisée par Christine Chadier

Origine des étudiants français venus se former à Sedan Carte réalisée par Christine Chadier

© LARHRA UMR 5190

  • 96 Michel Magnien, « Le cas de l’académie de Montauban (1598-1659) : une mobilité restreinte », op. ci (...)
  • 97 Ibid., 95 % des étudiants étaient originaires du grand sud-ouest.
  • 98 Jean-Paul Pittion : http://archives.ville-saumur.fr/am_saumur/app/03_archives_en_ligne/01_academie_ (...)
  • 99 Ibid.

27Sur ce point Sedan se distingue de Montauban où « le nombre des étudiants venus de l’étranger est infime96 », et où le recrutement fut très local97 ; mais sa situation est assimilable à celle de Saumur, cette académie ayant elle-aussi accueilli « de nombreux étudiants étrangers98. » En effet, des étudiants hollandais, allemands mais aussi et surtout écossais et anglais y furent recensés, la proximité des frontières maritimes jouant ici leur rôle. En outre, dès 1607, Duplessis Mornay n’hésita pas à dire que « les écoliers y affluent de toute part99 », malgré leur petit nombre.

Des destins variés

  • 100 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 1854, 1er vol., p. 24-25.
  • 101 Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 1er vol., p. 61-66 ; Louis-Gabriel Michaud, (...)
  • 102 Edward-Herbert Smith, Samuel Bochart, recherches sur la vie et les ouvrages de cet auteur illustre, (...)
  • 103 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 1813, 7e vol., p. 77-80.
  • 104 Louis Merle, Constant d’Aubigné : 1585-1647, le père de Madame de Maintenon, Paris, Beauchesne, 197 (...)
  • 105 David Bellhouse, Abraham de Moivre : setting the stage for classical probability and its applicatio (...)
  • 106 Eugène Arnaud, Notice sur David de Rodon, professeur de philosophie à Die, Orange, Nîmes et Genève, (...)
  • 107 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 11e vol., p. 300.
  • 108 Jean-Paul Barbier, Des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables, Châlons-en-Champagne, Éditions (...)
  • 109 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 29e vol., p. 330-331.
  • 110 Ibid., 1857, 23e vol., p. 586.
  • 111 Ibid., 1828, 51e vol., p. 538.
  • 112 Ibid., 1820, 26e vol., p. 99.
  • 113 Wiep Van Bunge, Henri A. Krop, Bart Leeuwenburgh, Dictionary of the seventeenth and eighteenth cent (...)
  • 114 Jean-Noël Paquot, Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-sept provinces des Pays-Bas, (...)
  • 115 Jacques Bernot, Les palatins : princes d’Europe, Paris, Nouvelles éditions latines, 2000, 309 p. ; (...)
  • 116 Pierre-Daniel Bourchenin, Études sur les académies protestantes en France, op. cit., p. 470.
  • 117 Guillaume Grivel, Éléonore-Marie Desbois De Rochefort, Jean-Nicolas Démeunier, Encyclopédie méthodi (...)
  • 118 Ryan Stark, Rhetoric, science and magic in seventeenth-century England, Washington D. C., Catholic (...)
  • 119 Pierre-Daniel Bourchenin, Études sur les académies protestantes en France, op. cit., p. 272.
  • 120 Axel Hilmar Swinne, John Cameron, philosoph und theologe (1579-1625) : bibliographisch-kritische An (...)

28Parmi les élèves de passage par Sedan de nombreux menèrent ensuite une grande carrière. Nous pouvons ainsi évoquer quelques Français comme Jacques Abbadie, professeur de théologie à Sedan, puis ministre de l’Église française de Berlin et ministre de l’Église de Savoie de Londres100 ; Pierre Allix, pasteur en Champagne puis à Charenton, l’un des principaux centres religieux français de la religion réformée101 ; Samuel Bochart, érudit et pasteur, réputé pour avoir pratiqué dix-sept langues102 ; Louis Cappel dit le Jeune qui, en partie formé à Sedan, devint un hébraïsant réputé103 ; Constant d’Aubigné, fils d’Agrippa, gentilhomme de la Chambre du Roi et père de Madame de Maintenon104 ; Abraham De Moivre, célèbre mathématicien qui trancha les querelles entre Newton et Leibniz105 ; David Derodon, théologien et professeur de philosophie à Die, Orange, Nîmes et Genève106 ; Charles Drelincourt, Sedanais de naissance, qui fut ministre du temple de Charenton entre 1620 et sa mort en 1669107 ; Nicolas Perrot d’Ablancourt, célèbre traducteur d’œuvres grecques et latines, membre de l’académie française108 ; Étienne Morin, savant orientaliste, un temps professeur de langues orientales à Amsterdam109 ; Nicolas Le Fèvre où Nicasius Le Febure, Sedanais de naissance, chimiste et alchimiste de renom110 ; mais aussi quelques étrangers comme les Néerlandais Gilbert Ysendoorn, professeur de philosophie à Deventer et Harderwijk111 ; Jacques Maestertius, professeur de droit à Leyde112 et Samuel Néran, professeur à Sedan où il s’opposa à Daniel Tilenus, ce qui le contraint à quitter les terres souveraines en 1611113 ; les Allemands Franciscus de le Boë Sylvius, médecin, anatomiste, chimiste et physiologiste qui pratiqua à Hanau, Leyde et Amsterdam114 ; Frédéric V du Palatinat, neveu d’Henri de La Tour d’Auvergne, prince-électeur et comte palatin du Rhin (1610-1620) ainsi que roi de Bohême (1619-1620) jusqu’à sa mise au ban de l’Empire115 ; Joachim Sigismond de Brandebourg, fils de Jean III électeur de Brandebourg puis duc de Prusse116 et l’un des comtes d’Isembourg117 ; le Genevois Méric Casaubon, à la tête d’une importante production écrite118 ; le Gallois Christophore Jeankin, maître ès arts, fellow de l’Université d’Oxford119, ou encore l’Écossais John Cameron, entre autres professeur à Sedan et Saumur qui est à l’origine de la doctrine qualifiée de « améronienne »120. Parmi ces étudiants figuraient des enfants de grandes familles nobiliaires du temps : les La Tour, les Hohenzollern, les Wittelsbach, les Sainte-Maure, les Nassau, les Solms, ou encore les Isembourg, ainsi que de seigneurs locaux, comme les sieurs de la Hautonnerie ou de Jandun. Au regard de la présence de ces grandes familles et des bourses reçues par d’autres étudiants, il est évident que la mixité sociale était importante à l’académie. La publication des thèses contribua aussi au rayonnement et à l’insertion de l’académie sedanaise dans les réseaux d’enseignement français et européen.

29Bien que le but premier des académies protestantes était de former des ministres voués à la diffusion de la religion réformée, ces structures d’enseignement formèrent également toute une série de professeurs et de spécialistes dans des domaines aussi pointus que variés : droit, médecine, littérature, mathématiques, chimie, philosophie, théologie par exemple.

  • 121 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-128-Pierre-Bayle-a-Joseph ; lettre de Pierre (...)
  • 122 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-180-Pierre-Bayle-a-Jean;lettre de Pierre Bay (...)

30Ces grandes réussites de l’académie de Sedan ne doivent pas pour autant occulter que l’auditoire put être de qualité très hétérogène, à l’intérieur d’une même promotion ou suivant les différentes générations. Cet auditoire put être jeune, comme l’indique Pierre Bayle dans l’une de ses lettres datée de septembre 1676, ses élèves ayant « presque tous entre 16 et 18 ans121 » ; mais aussi de piètre qualité, puisque d’après ses dires ce n’était pas « des auditeurs de grande pénétration122 ». Ainsi tout comme pour les professeurs, les propos de Marie-Madeleine Compère cités plus haut se vérifient pour les étudiants.

31Conformément aux buts des académies, la plupart des étudiants qui y étaient formés devinrent pasteurs. Parmi les 221 étudiants, nous avons su retracer la carrière de 80 % d’entre eux. Un peu plus des trois quarts devint pasteur.

32Dix d’entre eux ont exercé à Sedan et aux environs immédiatement après leur consécration, il s’agit de Léonard Le Maire, Charles Deschamps et Samuel Desmarets à Sedan, Pierre Érondelle et Abraham Rambour à Francheval, Salomon Péricard à Raucourt, David Billot, Samuel Duvicquet et Josué Le Vasseur à Givonne, ce dernier et Joseph Pithoys à Saint-Menges. Ceux qui exercèrent leur ministère à l’étranger après leur formation forment aussi une minorité, puisqu’ils ne sont qu’une petite vingtaine. Parmi eux, près des deux tiers exercèrent dans les Provinces-Unies et en Suisse, tandis que les autres le firent en Saint-Empire, en Angleterre ou en Lorraine. Ajoutons cependant que nombreux sont ceux qui exercèrent tout de même à l’étranger au cours de leur carrière. La majeure partie exerça donc directement dans l’une des très nombreuses Églises du royaume de France, ce qui explique en partie pourquoi Henri IV et Louis XIII octroyèrent des deniers royaux à l’académie sedanaise. Une fois formé, près des deux tiers des étudiants regagnèrent leurs terres d’origine, et il n’est pas étonnant de relever que la Normandie fut la destination privilégiée des ministres issus de l’académie sedanaise (26), suivie de l’Île-de-France (15) et de la Champagne (11).

33En bref, par ses élèves devenus pasteurs, l’académie de Sedan essaima partout dans le royaume de France, puis après coup en Angleterre et en Hollande, ce qui contribua à l’insérer dans les réseaux d’enseignement français et européen. La formation sedanaise semble donc avoir été plébiscitée et reconnue puisque le rayonnement de l’académie via ses élèves ne se limita pas aux seules régions voisines.

Destinations des pasteurs venus se former à Sedan Carte réalisée par Christine Chadier

Destinations des pasteurs venus se former à Sedan Carte réalisée par Christine Chadier

© LARHRA UMR 5190

  • 123 L’académie de Sedan présentait l’ensemble des avantages qui manquèrent à Montauban pour permettre s (...)

34En définitive, les raisons qui expliquent la bonne insertion de l’académie de Sedan dans les réseaux d’enseignements français et surtout européen sont : sa position géographique au carrefour entre royaume de France, Provinces Unies et Saint Empire romain germanique, permettant l’attraction d’étudiants et de professeurs venus des quatre coins de l’Europe occidentale et le plus souvent des Pays-Bas et du Saint-Empire ; le sentiment de s’y sentir en sécurité, partagé par Saumur, la ville apparaissant comme une forteresse imprenable, défendue par un château d’ampleur unique et des fortifications sophistiquées, le tout sous protection des rois de France (suite au rattachement à la France, l’ensemble ne fut pas déclassé mais bien au contraire utilisé pour défendre la frontière Est mouvante du royaume de France) ; enfin, sa réputation de citadelle de l’orthodoxie, acquise à travers les nombreuses controverses qui agitèrent le monde protestant123. L’académie de Sedan appartenait donc à « l’Europe des professeurs et des étudiants ». D’après l’expression de Janine Garrisson, il est évident que l’académie sedanaise était partie prenante « d’une koinè calviniste », les échanges intellectuels ne tenant pas ou peu compte des frontières nationales.

35Malgré le rattachement de la principauté de Sedan à la France en 1642, la diminution progressive des financements (le roi de France ne verse plus de deniers à l’académie de Sedan à partir du synode de Charenton de 1631), la multiplication des politiques vexatoires mises en place par le roi à l’encontre des protestants et de leurs académies, la proximité des guerres de Hollande qui déchirèrent l’Europe au cours des années 1670, l’académie sut attirer des professeurs de renom jusqu’au terme de son existence : Pierre Jurieu et Pierre Bayle quittant les lieux au moment de sa fermeture en 1681 en sont les meilleurs exemples. En outre, leur exercice ailleurs fit perdurer le souvenir de l’académie sedanaise. Ainsi, la brève vie de l’académie sedanaise fut parfaitement internationale, sa réputation de puissante opposante à Saumur, une des capitales européennes du protestantisme au xviie siècle, y contribuant également.

  • 124 Ce qualificatif est notamment utilisé par Jean-Paul Pittion, http://archives.ville-saumur.fr/am_sau (...)

36Cantonnée au deuxième rang des académies françaises et voisines par Pierre-Daniel Bourchenin, on pourrait cependant qualifier Sedan de capitale bis du protestantisme français au xviie siècle, du fait de sa rivalité avérée avec Saumur. En effet, si l’étude des trajectoires des professeurs et des étudiants a été ici privilégiée, la place que tint Sedan en tant que pôle intellectuel et théologique concurrent de Saumur contribue largement au rayonnement de l’académie sedanaise. Quelles que soient les époques, que ce soit par l’intermédiaire de Daniel Tilenus, Pierre Du Moulin ou encore Pierre Jurieu, la structure sedanaise, particulièrement orthodoxe, s’opposa ainsi vivement à la doctrine libérale de Saumur notamment développée par Amyraut et Têtard. Comme la mobilité académique, ces disputes théologiques participèrent à faire de ces deux pôles des « capitales124 » de la controverse.

Pierre Jurieu et Pierre Du Moulin, coll. BM de Sedan (EST GAU 3).

Pierre Jurieu et Pierre Du Moulin, coll. BM de Sedan (EST GAU 3).

Notes

1 Une copie de l’original est conservée à la BM de Sedan, fonds Gourjault carton 7A.

2 Jean-Paul Pittion : http://archives.ville-saumur.fr/am_saumur/app/03_archives_en_ligne/01_academie_protestante/presentation_academie.pdf

3 Cette lettre est rapportée dans Société d’Histoire et d’Archéologie du Pays Sedanais, « Toussaint Berchet : lettre sur l’académie », Annales Sedanaises, Sedan, Société d’Histoire et d’Archéologie du Sedanais, juillet 1963, n° 49, p. 66-67.

4 Paul Mellon, L’académie de Sedan centre d’influence française, Paris, Fischbacher, 1913, p. 51.

5 Paulette Salmon, « Sedan, carrefour intellectuel européen au xviie siècle », dans Sedan, de l’Europe des principautés à l’Europe des Nations, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1995, p. 128. À Saumur aux origines les cours furent dispensés au château.

6 BM de Sedan, Ms 42.1 et Ms 42.2, ordonnance datée du 10 septembre 1638, p. 700-708 ; dans cette ordonnance il est dit que les exercices de l’académie et du consistoire se faisaient dans des salles et chambres de la maison de la ville.

7 Dom François Ganneron, Centuries du pays des Essuens : Annales, publié par Paul Laurent, Paris, A. Picard, 1894, 617 p. ; BM de Sedan, Ms 1 : Claude Colin Norbert, Histoire chronologique de la ville et principauté de Sedan, Raucourt et Saint-Menges, 1778, 725 p. ; Jacques Peyran, Histoire de l’ancienne Principauté de Sedan jusque la fin du xviiie siècle, Paris, Servier, 1826, 2 vol., 666 p. ; Jean-Baptiste Prégnon, Histoire du pays et de la ville de Sedan depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Charleville, A. Pouillard, 1856, 3 vol., 1510 p. ; Pierre Congar, Jacques Rousseau, Jean Lecaillon, Sedan et le Pays Sedanais, vingt siècles d’histoire, Paris, F.E.R.N., 1969, 578 p.

8 Michel Magnien, « Le cas de l’académie de Montauban (1598-1659) : une mobilité restreinte », dans Les échanges entre les Universités européennes à la Renaissance, Genève, Droz, 2003, p. 281-299.

9 La présence de Louis Dalancé à Sedan fut très temporaire, il fut, semble-t-il, professeur à l’académie de la ville en 1675, cf. Eugène et Émile Haag, La France protestante, Paris, Fischbacher, 2e édition, 1886, t. 5, p. 46.

10 Michel Nicolas, Histoire de l’ancienne académie protestante de Montauban (1598-1659) et de Puylaurens (1660-1685), Whitefish, Kessinger Publishing, 2010 (1885), p. 276, Robert de Vismes est connu sous le nom de Robertus Vimeus Scotus ; Ernest Henry, Notes biographiques sur les membres de l’Académie protestante, Sedan, E. Henry, 1896, p. 32, p. 35, p. 52 et p. 53 ainsi que Francisque Michel, Les Écossais en France, les Français en Écosse, Paris, Hérold, 1862, 2 vol. Il est parfois considéré à tort que Marc Duncan pratiqua à Sedan. Ajoutons qu’Abraham Colvill, fils d’Alexandre, est certes né à Sedan mais est bien sûr d’origine écossaise par son ascendance.

11 Marie-Claude Tucker, « Les professeurs écossais dans les académies protestantes françaises », Les outils de la connaissance : enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006, p. 273-286 ; Francisque Michel, Les Écossais en France, op. cit.

12 Citons par exemple Marc Duncan à Saumur, Robert Boyd à Montauban-Puylaurens, Alexander Blair à Orthez, Thomas Dempster à Nîmes, Robert Hill à Montpellier, John Sharp à Die ou encore le franco-écossais Alexandre Morus à Orange. La liste proposée par Bourchenin doit être en partie corrigée et complétée, Pierre-Daniel Bourchenin, Études sur les académies protestantes en France au xvie et au xviie siècle, Paris, Grasset, 1882, p. 403 ; par exemple l’académie d’Orthez eut au moins deux professeurs écossais le second étant Gilbert Burnet, tandis que pour Sedan il faut rajouter Robert de Vismes et John Cameron.

13 Comité des travaux historiques et scientifiques, actes du 95e congrès des sociétés savantes, section histoire moderne et contemporaine, vol. 1 : histoire de l’enseignement de 1610 à nos jours, Paris, Bibliothèque nationale, 1970, p. 545. Bisterfeld est un rhénan, il semble être originaire de Siegen, en Westphalie. Il porte parfois comme prénom Philippe ou Jean-Henri (Johann Heinrich).

14 Comité des travaux historiques et scientifiques, Histoire de l’enseignement, op. cit., p. 545. Bordelius venait de Juliers.

15 Également appelé Daubert. Il est natif d’Herborn dans la Hesse où son père fut professeur de philosophie à l’académie. Il fut docteur en droit de l’université d’Orléans. Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 22 ; Hartmut Kretzer, Calvinismus und Französisch Monarchie im 17. Jahrhundert : die politische Lehre der Akademien Sedan und Saumur, Berlin, Duncker und Humblot, 1975, p. 69.

16 Également connu sous le nom de Johann Fabricius, ou Schmitz, Smetius ; John Smith est né à Aix-la-Chapelle en 1590, Suzanne Stelling-Michaud, Le livre du recteur de l’Académie de Genève, Genève, Droz, 1972, 3e vol., p. 262, référence 2065.

17 Alfred Dufour, « Un adepte italien de l’humanisme juridique à Genève. Jules Pacius de Bériga (1550-1635) et son « de juris methodo » (1597) », Genève et l’Italie, Genève, Droz, 1969, p. 113-148.

18 Wilhelm Becker, Immanuel Tremellius : ein Proselytenleben im Zeitalter der Reformation, Leipzig, J. C. Hinrichs, 1890 (1887), 60 p.

19 Pierre Congar, Jacques Rousseau, Jean Lecaillon, Sedan et le Pays Sedanais, op. cit., p. 224.

20 Il est originaire de Nimègue, Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 51. Il est parfois appelé Jean, Albert ou Jean-Albert, de son nom Hutten, Huttenius ou Van Hutten.

21 Il est originaire de Dordrecht, Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 31 ; Comité des travaux historiques et scientifiques, Histoire de l’enseignement, op. cit., p. 545. Il peut être également trouvé sous le nom de Naeranus.

22 Il est de Basse-Silésie, originaire de Breslau aujourd’hui Wroclaw, Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 12.

23 Ou Burkhart, Bourcard, parfois prénommé Jean-Jacques. Il est né à Bâle, Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 49.

24 Son nom s’écrit parfois Brazy. Il est né à Badonvillers dans le duché de Lorraine, Jean-Baptiste Joseph Boulliot, Biographie ardennaise ou histoire des Ardennais, op. cit., 1er vol., p. 136-140.

25 Roger Chartier, Dominique Julia, Marie-Madeleine Compère, L’éducation en France du xvie au xviiie siècles, Paris, SEDES, 1976, p. 268 ; rapporté dans Michel Magnien, « Le cas de l’académie de Montauban (1598-1659) : une mobilité restreinte », op. cit., p. 294.

26 Tandis que certains seigneurs sedanais tissèrent une amitié certaine avec les rois de France (Robert III de La Marck et François Ier, Robert IV de La Marck et Henri II, Henri de La Tour d’Auvergne et Henri IV), les terres sedanaises jouirent d’un statut de « protectorat » des rois de France.

27 Il s’agit de Claude Pithoys né à Vitry-le-François, Augustin Caillet d’Épernay, Toussaint Berchet de Langres, Jacques Alpée de Saint-Maurice de Saint Mars près de Troyes, Didier Hérault simplement précisé comme étant champenois et Jean de Vesle de Rouvroy dans les Ardennes, Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 12, p. 25, p. 31, p. 40 et p. 57 ; Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., t. 5, p. 505. Jacob Roussel semble être originaire de Châlons-en-Champagne, cf. Revue d’Ardenne et d’Argonne, 1900, 7e vol., p. 196. Un doute subsiste concernant Pierre Berchet fils de Toussaint, qui semble-t-il serait né à Langres, ville natale de son père.

28 Jacques Du Rondel de La Fère, Samuel Desmarets (ou Des Marets, Des Marests) de Oisemont, Antoine du Lion (ou Lion) d’Hirson et Charles Deschamps simplement présenté Picard. Pour ce dernier : Suzanne Stelling-Michaud Le livre du recteur, op. cit., 3e vol., 1972, p. 89. Pour les autres : Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 35, p. 53 et p. 60.

29 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 87.

30 Ibid., p. 27.

31 Viviane Rosen-Prest, L’historiographie des huguenots en Prusse au temps des Lumières : entre mémoire et légende : J. P. Erman et P. C. F. Reclam, mémoires pour servir à l’histoire des réfugiés françois dans les États du Roi (1782-1799), Paris, Honoré Champion, 2002, 831 p. Il y est mentionné qu’Éléazar de La Primaudaye est originaire d’une famille de la Touraine et de l’Anjou.

32 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 16.

33 Ibid., p. 27. Son nom peut s’écrire Abadie.

34 Il est régulièrement confondu (notamment chez Ernest Henry) avec le professeur de Die, Lausanne et Genève, Jean-Rodolphe Le Fèvre, pourtant décédé en 1643.

35 Concernant Pierre Bayle, Albert Cazes, Pierre Bayle : sa vie, ses idées, son influence, son œuvre, Paris, Dujarric et Cie, 1905, 264 p. ; Hubert Bost, Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006, 684 p. ; Gianluca Mori, Bayle philosophe, Paris, H. Champion, 1999, 416 p.

36 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, C. Desplaces, 1857, 10e vol., p. 520.

37 Lucien Rimbault, Pierre Du Moulin, 1568-1658, un pasteur classique à l’âge classique, Paris, J. Vrin, 2002 (1966), 255 p. ; Brian Armstrong, « The changing face of French protestantism : the influence of Pierre Du Moulin », Calviniana : ideas and influence of Jean Calvin. Sixteenth-century studies, Kirksville, Sixteenth Century Journal Publishers, 1988, p. 131-49 ; Michel Mousseaux, « Pierre Du Moulin », BSHPF, t. 109-3, 1963, p. 160-179.

38 Auteur de nombreux écrits étant parvenu jusqu’à nous, et outre le fait d’être connu en tant que théologien ou même écrivain, Pierre Jurieu est aussi célèbre pour ses nombreux pamphlets, C. E. Mégnin, Pierre Jurieu : notice sur sa vie et ses écrits, Strasbourg, Imprimerie Veuve Berger-Levrault, 1854, 43 p. Il fut « un apôtre violent et convaincu, un polémiste ardent, un adversaire opiniâtre de toute nouveauté ; mais comme il avait une imagination assez exaltée, il mêla parfois une sorte de mysticisme bizarre à son apprêté dogmatique », Pierre-Daniel Bourchenin, Études sur les académies protestantes en France, op. cit., p. 431.

39 C’était « un homme exact et d’un esprit net, qui avait un talent extraordinaire pour pénétrer dans le sentiment des auteurs, et pour en expliquer les différences jusqu’à la dernière précision », Charles Peyran, Histoire de l’ancienne académie réformée de Sedan, op. cit., p. 49. Il est souvent appelé Monsieur de Beaulieu.

40 Il est un des « plus savants jurisconsultes et des plus habiles critiques de son temps », Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 5e vol., p. 507.

41 Étienne Brazi (ou Brazy), Joseph Pithoys, Abraham Du Han (ou Durand), Pierre Billot, Pierre Trouillard, Josué Le Vasseur (ou Levasseur), Abraham Rambour, Henri Sacrelaire, Pierre Bosquillon, Aaron Blondel, Pierre Berchet et Abraham Colvill ; Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 18-19, p. 24-25, p. 28, p. 29, p. 50, p. 53, p. 55, p. 56, p. 57 et p. 71 ; Registres de la compagnie des pasteurs de Genève, Genève, Droz, tome XIII (1617- 1618), 2001, p. 257.

42 Il est présenté comme ayant disposé « d’une éloquence vive et animée, étincelante de beautés neuves, à laquelle son action extérieure prêtait de nouveaux charmes », Pierre-Daniel Bourchenin, Études sur les académies protestantes en France, op. cit., p. 432.

43 Il put enseigner temporairement la philosophie au tout début des années 1600 ; Charles Peyran, Histoire de l’ancienne académie réformée de Sedan, op. cit., p. 20.

44 Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, Amsterdam, Pierre Brunel, 1717, 1er vol., p. 46.

45 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 22 et p. 56.

46 Ibid., p. 50.

47 Ibid., p. 52. Abraham étant le fils d’Alexandre, il avait donc pour oncle Louis Le Blanc de Beaulieu.

48 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-67-Pierre-Bayle-a-Jacques ; lettre de Pierre Bayle à Jacques Basnage datée de novembre 1674 ; page consultée le 22 juin 2013.

49 Son épouse Marie, semble avoir été la fille d’un des frères de Jacques et Louis Cappel ; http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-114-Pierre-Bayle-a-Jacob ; lettre de Pierre Bayle à son frère Jacob datée de novembre 1675 ; page consultée le 22 juin 2013.

50 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-112-Pierre-Bayle-a-Jacob ; lettre de Pierre Bayle à son frère Jacob datée d’octobre 1675 ; page consultée le 22 juin 2013.

51 Il s’agit de Moïse Carré, Richard Doussert, Jean de Brest, Grégoire Vouzy, Louis Dalancé, Jean Lefebvre, Austrius Calabrinus et Pierre Bosquillon.

52 Il s’agit de Jean-Henri Dauber qui rejoignit Breda où il devint professeur de droit (Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 22), Jacques Du Rondel à Maastricht après la fermeture de l’académie enseignant les belles-lettres (Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit. 36e vol., p. 423), Samuel Néran à Leyde rejoignant ainsi son pays d’origine (Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 31), Joseph Pithoys qui, né à Sedan, devint ministre à Leeuwarden (Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 57) et Albertus Huttenus (Hutten ou Van Hutten) qui rejoignit Neerbosch, village près de Nimègue (Jean-Noël Paquot, Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-sept provinces des Pays-Bas, de la principauté de Liège et de quelques contrées voisines, Louvain, Imprimerie académique, 1765, p. 520 ; H. C. Rooge, Bibliothek der remonstrantische geschrifen, Amsterdam, J. H. Scheltema, 1863, p. 168).

53 Il ici question de deux Écossais, Alexandre Colvill qui partit enseigner la théologie à Saint-Andrews où il fut en partie formé (Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 22 et p. 52) et William Johnston qui devint professeur de mathématiques au Marishal College d’Aberdeen (William Kennedy, Annals of Aberdeen, from the reign of king William the Lion, to the end of the year 1818, with account of the city, cathedral and university of old Aberdeen, Londres, A. Brown and Co., 1818, p. 112).

54 Il s’agit de Didier Hérault qui devint avocat au parlement de Paris (Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 5e vol., p. 507).

55 Il ici question d’Aaron Blondel (Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 2e vol., p. 310 ; Louis Alexandre Bergounioux, L’esprit de polémique et les querelles savantes vers le milieu du xviie siècle : Marc Antoine Dominici (1605-1650) un controversiste quercynois ami de Pascal, Paris, Boivin, 1936, p. 480).

56 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 50.

57 Ibid., p. 29 ; Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 2e vol., p. 502.

58 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 18 ; Jean-Baptiste Joseph Boulliot, Biographie ardennaise ou histoire des Ardennais, op. cit., 2e vol., p. 323-327.

59 Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 7e vol., p. 57 ; Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 24 ; Jean-Baptiste Joseph Boulliot, Biographie ardennaise ou histoire des Ardennais, op. cit., 2e vol., p. 419-423.

60 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 56 ; Jean-Baptiste Joseph Boulliot, Biographie ardennaise ou histoire des Ardennais, op. cit., 1er vol., p. 391-392.

61 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 40.

62 Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, Bâle, Jean Brandmuller, 1731, p. 140 ; Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 24 ; Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 6e vol., p. 454.

63 Michel Magnien, « Le cas de l’académie de Montauban (1598-1659) : une mobilité restreinte », op. cit., p. 281-299.

64 Pierre Bayle, Mathieu Béroalde, Jean-Henri Bisterfeld, John Cameron, Samuel Desmarets, Walter Donaldson, Arthur Johnston, Paul Joly, Pierre Jurieu, Éléazar de La Primaudaye, Julius Pacius, Jacob Roussel, John Smith, Adam Stuart, Daniel Tilenus, Pierre Trouillard, Robert de Vismes, Jacques Alpée de Saint-Maurice.

65 Mathieur Béroalde, Jean-Henri Bisterfeld, Jacob Burkard, John Cameron, Éléazar de La Primaudaye et John Smith semblent être tous restés à Sedan environ deux années.

66 Dans cette situation nous retrouvons Arthur Johnston, Walter Donaldson ou encore Daniel Tilenus.

67 Sept des dix-neuf professeurs quittèrent leur poste à Sedan pour une charge ailleurs en France : Arthur Johnston et Daniel Tilenus rejoignirent Paris (James Bruce, Lives of eminent men of Aberdeen, Aberdeen, L. Smith, 1841, p. 172 ; Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 9e vol., p. 283), Paul Joly partit pour Metz (Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 87), Pierre Trouillard devint pasteur à Calais (Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 9e vol., p. 429), Julius Pacius s’installa à Nîmes où il exerça à l’académie et au collège (Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 8), John Cameron privilégia Bordeaux avant de multiplier les destinations (Saumur, Londres, Glasgow, Montauban) (Axel Hilmar Swine, John Cameron – Philosoph und theologe (1579-1625), Institüt für Wissenschlaftliche Irenik Frankfurt am Main, Marburg, N. G. Elwert Verlag, 1968) et Walter Donaldson devint pasteur au temple francilien de Charenton (Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 32).

68 Dans ce cas se trouvèrent Pierre Bayle (Hubert Bost, Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006, 684 p.) et Pierre Jurieu (Philippe De Lignerolles, Jean-Pierre Meynard, Histoire de la spiritualité chrétienne, 700 auteurs spirituels, Paris, Les éditions de l’Atelier, 1996, p. 206 ; Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 32) qui partirent enseigner à Rotterdam, Samuel Desmarets (Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 10e vol., p. 520) et Jacques Alpée de Saint-Maurice (lettre de C. Du Plessis à Jacques Du Rondel, écrite à Maastricht et datée de novembre 1683, cf. http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-236-C-Du-Plessis-a-Jacques ; page consultée le 8 juillet 2013) qui rejoignirent Maastricht et John Smith qui devint pasteur à Nimègue (Suzanne Stelling-Michaud, Le livre du recteur de l’académie de Genève, op. cit., 3e volume, p. 262).

69 Évoquons ici Jacob Burkard qui devint professeur de droit à l’académie d’Herborn en remplacement de Bœtius (Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 49) et Éléazar de La Primaudaye qui s’installa à Berlin (Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 58).

70 Adam Stuart rejoignit la capitale anglaise avant de poursuivre sa carrière aux Pays-Bas (René Descartes, Correspondance, publ. par Adam Charles et Gérard Milhaud, Paris, Presses Universitaires de France, 1960, 7e vol., p. 416).

71 Paolo Rossi, Logic and the art of memory : the quest for a universal language, Londres, Continnum, 2006, p. 142-144 ; Joseph Von Hammer-Purgstall, Histoire de l’empire ottoman depuis son origine jusqu’à nos jours, Paris, Bellizard, 1837, 9e vol., p. 62.

72 Roger Zuber, « Jacques Roussel diplomate, écrivain », BSHPF, Paris, 1973, 119e vol., p. 178 ; Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 58.

73 Steven J. Reid, Humanism and calvinism : Andrew Melville and the universities of Scotland, 1560-1625, Farnham, Ashgate Pub., 2011, 328 p. ; William Morison, Andrew Melville, Edimbourg, Oliphant, 1899, 156 p. ; Thomas Maccrie, Life of Andrew Melville, Londres, Murray, 1856, 508 p.

74 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 15.

75 Herman De Vries De Heekelingen, Genève : pépinière du calvinisme hollandais, Genève, Slatkine, 1980, p. 184 ; Guy Bédouelle, Bernard Roussel (dir.), Le temps des Réformes et la Bible, Paris, Beauchesne, 1989, p. 201 ; François Pétis De La Croix, Histoire du grand Genghizcan, premier empereur des Mongols, Paris, Veuve Jombert, 1710, p. 561.

76 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 33.

77 Lucien Rimbault, Pierre Du Moulin (1568-1658), op. cit. ; Jaques Courvoisier, De la Réforme au protestantisme : essai d’ecclésiologie réformée, Paris, Beauchesne, 1977, p. 101-107.

78 Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 8e vol., p. 259-260 ; Jean-Baptiste Joseph Boulliot, Biographie ardennaise ou histoire des Ardennais, op. cit., 2e vol., p. 308-311.

79 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 55 ; Patrick Van Kerrebrouck, Christophe Burn, Christian De Mérindol, Les Valois, Villeneuve d’Ascq, P. Van Kerrebrouck, p. 604 ; Élisabeth Labrousse et Antony Mckenna, Correspondance de Pierre Bayle, Oxford, Voltaire Foundation, 2004, 3e vol., p. 71.

80 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 12.

81 Lorsqu’il arriva à Sedan, Louis Cappel était en provenance de Leyde, Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 74.

82 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 60.

83 Hartmut Kretzer, Calvinismus und Französisch Monarchie, op. cit., p. 84-91 ; Paul Mellon, Toussaint Berchet, Paris, Fischbacher, 1911.

84 Ernest Henry, Notes biographiques, op. cit., p. 16 et p. 74.

85 Il s’agit de l’Écossais Robert de Vismes qui de passage par Sedan à la fin du xvie siècle (1594-97), enseigna ensuite à Genève, mais aussi et surtout Montauban où il fut professeur de grec (1606) ainsi que principal du collège (1603-33) (Pierre-Daniel Bourchenin, Études sur les académies protestantes en France, op. cit., p. 465 ; Michel Nicolas, Histoire de l’académie protestante de Montauban, op. cit., p. 276) et de l’Italien Julius Pacius qui pratiqua à Vicence, Genève et Heidelberg avant de se rendre à Sedan et qui ensuite se rendit à Nîmes, Montpellier, Valence ou encore Padoue (Jacques Berriat-Saint-Prix, Notice sur Julius Pacius A Beriga, Paris, P.-J. Langlois, p. 5-19 ; Pierre Taisand, Les vies des plus célèbres jurisconsultes de toutes les nations tant anciennes que modernes, savoir latin ou romain, françois, espagnols, italiens, allemans, anglois, hollandois, Paris, Prault Père, 1737, p. 712-714).

86 Axel Hilmar Swinne, John Cameron, op. cit.

87 Andrew Pyle, Dictionary of Seventeenth-Century British philosophers, 2000, p. 770-772.

88 Pour cette académie nous avons recensé qu’un seul professeur qui semble avoir enseigné dans une autre académie française, il s’agit de Daniel Chamier qui pratiqua également à Nîmes et à Montauban.

89 Michel Béraud (Montauban), Robert Boyd of Trochredg (Montauban), Josué de La Place (Nîmes), Jean de Serres (Nîmes et Orange), John Cameron (Sedan et Montauban) et Adam Stuart (Sedan) pratiquèrent dans plusieurs académies du royaume de France ou situées à proximité. Cela laisse également penser qu’enseigner à Saumur ne conduisait pas à vouloir enseigner dans une autre académie française.

90 Il est ici question de Paul Charles (Montauban), Gilbert Burnat (Montauban), Pierre Viret (Nîmes) et Claude de Lagrange (Montpellier).

91 Les professeurs concernés sont : Michel Béraud (Saumur), Robert Boyd of Trochredg (Saumur), Daniel Chamier (Nîmes et Die), Paul Charles (Orthez), Gilbert Burnat (Orthez), John Cameron (Sedan et Saumur), Robert de Vismes (Sedan).

92 Il s’agit de Josué de La Place (Saumur), Jean de Serres (Orange et Saumur), Daniel Chamier (Die et Montauban), Jean Claude (Montauban), Pierre Viret (Orthez), Philippe Codurc (Montpellier), Adam Abrénéthée (Montpellier), David Derodon (Orange), Anne Rulmann (Montpellier), Thomas Dempster (Montpellier), Jean-Frédéric Guib (Orange), Guillaume Barthélemy (Orange), Julius Pacius (Sedan et Montpellier).

93 Il est ici question de Jean de Serres (Nîmes et Saumur), David Derodon (Nîmes), Jean-Frédéric Guib (Nîmes) et Guillaume Barthélemy (Nîmes).

94 Philippe Codurc (Nîmes), Adam Abrénéthée (Nîmes), Anne Rulmann (Nîmes), Thomas Dempster (Nîmes), Claude de Lagrange (Orthez), Julius Pacius (Nîmes et Sedan).

95 Ce recueil dû à Jacques de Vaux porte le nom de Thesaurus disputationum. En outre il est possible de s’en remettre aux publications du livre du recteur de l’académie de Genève, Suzanne Stelling-Michaud, Le livre du recteur de l’Académie de Genève, Genève, E. Droz, 6 vol., 1959-1980.

96 Michel Magnien, « Le cas de l’académie de Montauban (1598-1659) : une mobilité restreinte », op. cit., p. 291.

97 Ibid., 95 % des étudiants étaient originaires du grand sud-ouest.

98 Jean-Paul Pittion : http://archives.ville-saumur.fr/am_saumur/app/03_archives_en_ligne/01_academie_protestante/presentation_academie.pdf;pageconsultéele15septembre2013.

99 Ibid.

100 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 1854, 1er vol., p. 24-25.

101 Eugène et Émile Haag, La France protestante, op. cit., 1er vol., p. 61-66 ; Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 1811, 1er vol., p. 596-597.

102 Edward-Herbert Smith, Samuel Bochart, recherches sur la vie et les ouvrages de cet auteur illustre, Caen, Imprimerie de Chalopin, 1833, 63 p. ; Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 4e vol., p. 627-628.

103 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 1813, 7e vol., p. 77-80.

104 Louis Merle, Constant d’Aubigné : 1585-1647, le père de Madame de Maintenon, Paris, Beauchesne, 1971, 190 p.

105 David Bellhouse, Abraham de Moivre : setting the stage for classical probability and its application, Londres, CRC Press, 2011, 266 p. ; Gilbert Maheut, « Abraham de Moivre », Mémoires de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François, Vitry-le-François, 1988, p. 93-134.

106 Eugène Arnaud, Notice sur David de Rodon, professeur de philosophie à Die, Orange, Nîmes et Genève, Nîmes, Imprimerie de Clavel-Ballivet, 1872, 27 p.

107 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 11e vol., p. 300.

108 Jean-Paul Barbier, Des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables, Châlons-en-Champagne, Éditions du Petit Catalaunien illustré, 2000 ; Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 1857, 32e vol., p. 543-544 ; Roger Zuber, Perrot d’Ablancourt et ses « Belles infidèles » : traduction critique de Balzac à Boileau, Paris, Presses du Palais royal, 1968, 501 p.

109 Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, op. cit., 29e vol., p. 330-331.

110 Ibid., 1857, 23e vol., p. 586.

111 Ibid., 1828, 51e vol., p. 538.

112 Ibid., 1820, 26e vol., p. 99.

113 Wiep Van Bunge, Henri A. Krop, Bart Leeuwenburgh, Dictionary of the seventeenth and eighteenth century Dutch philosophers, Bristol, Thoemmes Press, 2003, 1116 p.

114 Jean-Noël Paquot, Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-sept provinces des Pays-Bas, de la principauté de Liège, de quelques contrées voisines, Louvain, Imprimerie académique, 1763, p. 193-201 ; François-Victor Mérat De Vaumartoise, Dictionnaire des sciences médicales. Biographie médicale, Paris, C. L. F. Panckoucke, 1820, p. 302-307.

115 Jacques Bernot, Les palatins : princes d’Europe, Paris, Nouvelles éditions latines, 2000, 309 p. ; Brennan C. Pursell, The winter king : Frederick V of the Palatinate and the coming of Thirty Years’War, Aldershot, Ashgate, 2003, 320 p.

116 Pierre-Daniel Bourchenin, Études sur les académies protestantes en France, op. cit., p. 470.

117 Guillaume Grivel, Éléonore-Marie Desbois De Rochefort, Jean-Nicolas Démeunier, Encyclopédie méthodique. Économie, politique et diplomatique, Paris, Panckoucke, 1788, 3e vol., p. 80-81.

118 Ryan Stark, Rhetoric, science and magic in seventeenth-century England, Washington D. C., Catholic university of America press, 2009, p. 146-173 ; R. W. Serjeantson, « Casaubon, (Florence Estienne) Méric (1599-1671) », Oxford Dictionnary of National Biography, Oxford, Oxford University Press, 2004.

119 Pierre-Daniel Bourchenin, Études sur les académies protestantes en France, op. cit., p. 272.

120 Axel Hilmar Swinne, John Cameron, philosoph und theologe (1579-1625) : bibliographisch-kritische Analyse der Hand der Drucksriften, sowie der Cameron-literatur, Marburg, N. G. Elwert, 1968, 367 p.

121 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-128-Pierre-Bayle-a-Joseph ; lettre de Pierre Bayle à son frère Joseph, écrite à Sedan et datée de septembre 1676 ; page consultée le 24 juin 2013.

122 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/?Lettre-180-Pierre-Bayle-a-Jean;lettre de Pierre Bayle à son père Jean, écrite à Sedan et datée du 4 février 1680 ; page consultée le 27 juin 2013.

123 L’académie de Sedan présentait l’ensemble des avantages qui manquèrent à Montauban pour permettre son insertion dans les réseaux d’enseignement français et européen, Michel Magnien, « Le cas de l’académie de Montauban (1598-1659) : une mobilité restreinte », op. cit. Certaines de ses prérogatives furent aussi partagées par l’académie de Saumur.

124 Ce qualificatif est notamment utilisé par Jean-Paul Pittion, http://archives.ville-saumur.fr/am_saumur/app/03_archives_en_ligne/01_academie_protestante/presentation_aca demie.pdf ; page consultée le 14 septembre 2013.

Table des illustrations

Titre Sedan au début du xviie siècle, d’après Châtillon, coll. BM de Sedan (EST GAU 3).
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Origine géographique des professeurs étrangers de l’académie de Sedan
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Origine géographique des professeurs français de l’académie de Sedan
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Origine des étudiants français venus se former à Sedan Carte réalisée par Christine Chadier
Crédits © LARHRA UMR 5190
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Destinations des pasteurs venus se former à Sedan Carte réalisée par Christine Chadier
Crédits © LARHRA UMR 5190
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Pierre Jurieu et Pierre Du Moulin, coll. BM de Sedan (EST GAU 3).
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteur

Société d’Histoire et d’Archéologie de Sedan

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search