Version classiqueVersion mobile

Protestantisme et éducation dans la France moderne

 | 
Yves Krumenacker
, 
Boris Noguès

Les collèges protestants au xviie siècle

Yves Krumenacker

Texte intégral

  • 1 Paul de Félice, Les Protestants d’autrefois. Vie intérieure des Églises, mœurs et usages, t. 4, Édu (...)
  • 2 Michel Nicolas, « Des écoles primaires et des collèges chez les protestants français avant la révoc (...)
  • 3 Daniel Bourchenin, Étude sur les académies protestantes en France au xvie et au xviie siècle, Paris (...)
  • 4 Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les Collèges français 16e-18e siècles, Paris, éditions du (...)

1 La Réforme s’intéresse à tous les niveaux d’apprentissage. Après les petites écoles, les collèges sont un élément essentiel du dispositif éducatif ; mais leur étude est rendue difficile à cause d’une documentation très lacunaire. Il y a un peu plus d’un siècle, Paul de Félice, pour reconstituer l’éducation des « protestants d’autrefois », n’a guère trouvé de renseignements que sur Saumur et Die, c’est-à-dire des collèges très particuliers puisqu’ils étaient liés à une académie1. Pourtant une liste des collèges, incomplète, se trouvait dès 1856 dans le Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français2 et, en 1882, dans l’étude de Bourchenin sur les académies réformées3. Bien plus récemment, plusieurs monographies, le précieux index des collèges français établi par Compère et Julia4 ont permis d’aller plus loin, et l’exploitation des actes des synodes provinciaux des Églises réformées, en principe en charge des collèges, fournissent de précieux renseignements complémentaires. On peut ainsi dresser une carte des collèges réformés dans la France du xviie siècle, après la période des guerres de religion qui a été très troublée pour les écoles et les collèges, comme d’ailleurs pour toutes les institutions protestantes. Cela nous permettra d’apprécier la diversité des situations mais aussi un point commun, les difficultés financières, qui sont l’explication principale de l’échec du système éducatif réformé. Encore faudrait-il qu’il y ait eu une spécificité éducative protestante. Celle-ci est souvent postulée ; mais, faute de sources, on en sait peu sur les pratiques réelles, en dehors des grands établissements. Notre dernière partie tentera d’apporter quelques éclaircissements sur ce point.

Une carte des collèges

  • 5 Roger Grossi (éd.), Le Collège royal et l’Académie protestante de Nîmes, aux xvie et xviie siècles, (...)
  • 6 Jules Gaufrès, « L’enseignement protestant sous l’édit de Nantes », dans Troisième centenaire de l’ (...)
  • 7 Michel Reulos, « Enseignants, écoles et diffusion de la Réforme en France : approches, questions », (...)
  • 8 Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 213 ; Yves Guéneau, Protestants du Centre, 1598-1685, approches (...)
  • 9 Janine Garrisson, Les Protestants au xvie siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 114-115.

2Les premiers collèges considérés comme réformés ne sont pourtant pas nés avec le protestantisme. C’est une demande sociale d’éducation, liée aux besoins de l’administration royale au début de l’époque moderne, qui a donné naissance à des collèges d’humanités ; ceux-ci, à la suite du passage de villes et/ou d’humanistes pédagogues à la Réforme, ont pu, dans certains cas, devenir des collèges réformés. C’est notamment le cas de Nîmes, où le collège, organisé par Claude Baduel qui en devient recteur en 1540 et qu’on peut alors encore qualifier d’humaniste, va même devenir la première académie réformée en France en 15615. De même, le collège de Guyenne, à Bordeaux, est rénové en 1534, avec l’arrivée de nouveaux professeurs, dont plusieurs favorables aux idées réformatrices, comme Maturin Cordier, Claude Budin, Nicolas de Grouchy et Pierre Zébédé6. Il faudrait en effet distinguer les collèges municipaux où enseignent des régents réformés et qui peuvent, dans certains cas, se transformer en collèges réformés, des collèges conçus dès le départ au service de la Réforme, établis par des seigneurs protestants ou des municipalités totalement ou largement acquises à la Réforme7. L’exemple le plus connu est celui de Châtillon-sur-Loing, fondé en 1569 par l’amiral de Coligny8 ; à Orange, Orthez, Sedan, ce sont également les libéralités de hautes personnalités qui permettent la mise sur pied de collèges9.

  • 10 Gaufrès, op. cit., p. 65.
  • 11 Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 623.
  • 12 Boris Noguès, « Coexistence pédagogique et antagonismes confessionnels. Les collèges « mi-parti » d (...)

3Beaucoup de ces derniers naissent pendant les guerres de religion, avec une existence quelquefois éphémère, ce qui fait qu’il est impossible d’en avoir une liste exacte : dès le début des guerres, à Montargis (il disparaît en 1575), Orthez, Vendôme, Metz, puis à Châtillon-sur-Loing ; en 1570-1571, à La Rochelle et à Tours ; en 1573, à Orange et Sedan ; en 1574, à Castres, Montpellier, Die, Niort, Saumur ; en 1597, à Nérac, Loudun et Montauban10. Autre exemple, Saint-Lô a un collège protestant de 1561 à 1574, mais il disparaît avec la guerre et celui qui renaît en 1600 est catholique11. Dans certains cas, à Montpellier, Nîmes, Uzès, par exemple, les collèges connaissent une mixité confessionnelle12.

  • 13 Jean-Paul Pittion, « Instruire et édifier : les protestants et l’éducation en France sous l’édit de (...)
  • 14 Jean Flouret, Cinq siècles d’enseignement secondaire à La Rochelle : 1504-1972, historique du Lycée (...)

4Les catholiques sont sans doute en retard dans ce mouvement de fondation de collèges. Mais, à la fin du xvie siècle, une concurrence s’engage en ce domaine entre catholiques et protestants. En 1594 les jésuites comptent déjà treize collèges13, alors que bien des collèges réformés ont du mal à survivre, tel celui de La Rochelle qui aurait compté plus de régents que d’élèves14. Cela explique les interdictions récurrentes faites aux parents par les synodes nationaux comme provinciaux d’envoyer leurs enfants aux écoles catholiques.

Carte des collèges protestants au xviie siècle Carte réalisée par Christine Chadier

Carte des collèges protestants au xviie siècle Carte réalisée par Christine Chadier

© LARHRA UMR 5190

  • 15 Pittion, op. cit., p. 27.

5L’édit de Nantes, en 1598, accorde aux protestants le droit d’avoir des collèges, mais en précisant que leur droit d’établissement serait vérifié, et qu’ils ne pourraient exister que dans les villes et lieux d’exercice (article particulier xxxvii). L’enseignement secondaire devient ainsi un enjeu dans les premières décennies du xviie siècle. Les jésuites, rétablis en 1603, redoublent d’efforts pour convertir les élites. Le nombre de leurs collèges passe de treize à trente-six de 1603 à 161015. Les synodes ripostent en essayant de constituer un réseau de collèges réformés.

  • 16 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des églises réformées de France…, La Haye, chez Charles Delo (...)

6Le synode national de Saumur de 1596 avait demandé à chaque province de se pourvoir d’un collège, subventionné par elle. La décision ayant été sans doute peu ou pas exécutée, elle est réitérée cinq ans plus tard, au synode de Gergeau16. Le synode de Gap de 1603 renouvelle la demande, mais celui de Saint-Maixent (1609) remet à la « prudence des consistoires » les sanctions contre les parents qui envoient leurs enfants dans les collèges jésuites, signe que le réseau huguenot n’est pas encore au point. Beaucoup de collèges sont en effet trop petits pour être viables, et les Églises sont appauvries par la rébellion et les guerres. De fait, assez peu de collèges sont fondés dans les années qui suivent l’édit de Nantes, et certains ne fonctionnent pas très longtemps : en dehors de ceux qui sont liés aux académies de Saumur, Sedan, Montauban, Nîmes, Die, Orange et Orthez, on peut indiquer ceux de Bergerac (1598), La Rochefoucauld (1598), Pont-de-Veyle (1603), Privas (1605), etc. En 1605, il n’y a encore que vingt-deux collèges (pour seize provinces, mais certaines ont plusieurs collèges), certains étant liés aux académies. Cinq provinces synodales n’ont pas encore de collège : l’Île-de-France, la Normandie, la Bretagne, les Cévennes, la Provence.

7Si l’on se situe en 1615, année où le réseau des collèges semble avoir été le plus étendu, nous n’en trouvons que vingt-neuf dans une France huguenote large, incluant le Béarn, Orange et Sedan – sans compter les collèges bi-confessionnels comme celui de Montpellier. Orange constitue un cas particulier puisque, dans ce collège réformé, il semble qu’on ait accepté des régents catholiques. Toutes les provinces synodales ont au moins un collège, mais la situation est précaire pour certaines d’entre elles : la Provence n’a que le collège du Luc, dont l’existence effective, à partir de 1609, n’est même pas certaine ; la Bretagne ne dispose que du collège de Vitré, la Basse-Guyenne n’a que celui de Bergerac, le Poitou celui de Niort ; l’importante province d’Île-de-France n’a pu avoir qu’un seul collège, à Clermont-en-Beauvaisis, mais seulement à partir de 1609, et il sera fermé dès 1622 ou 1623. D’autres provinces sont, il est vrai, mieux pourvues : la Bourgogne, le bas et le haut Languedoc, le Vivarais. La carte qu’on peut dresser est assez curieuse, car elle ne rappelle que de loin le fameux « croissant protestant » : son côté occidental est assez faible, et il remonte bien haut vers l’Est ; il y a de plus autant de collèges dans le Nord et le Nord-Ouest que dans le Sud-Ouest. C’est sans doute que l’implantation des communautés réformées ne compte pas plus que leur richesse, ce qui conduit à fragiliser l’Ouest au détriment du Sud-Est et du Nord. Quinze ans plus tard, en 1630, la situation est déjà dramatique : il n’y a plus que dix-neuf collèges ; l’Île-de-France, la Bourgogne, la Basse-Guyenne, les Cévennes, le Vivarais, la Provence n’en ont plus ; le Poitou ne possède que le collège de Melle, qui n’est sans doute qu’une régence latine. À la mort de Louis XIII, en 1643, il n’en reste plus que onze (toujours sans les collèges mi-parti), en comptant Melle, Orange et Sedan. Il n’y a plus que huit provinces qui sont pourvues d’un collège. C’est donc bien avant le règne personnel de Louis XIV que le réseau des collèges est démantelé.

La diversité des situations

  • 17 Etienne Arnaud, Histoire des Protestants de Provence du Comtat Venaissin et de la principauté d’Ora (...)

8Les renseignements sur ces collèges sont très inégaux. Certains sont relativement bien documentés alors que pour d’autres on en connaît à peine l’existence. On peut mettre dans cette catégorie le collège du Luc, en Provence (actuellement dans le Var), qui a peut-être été en activité avant 1609 ; mais aucun compte n’est fourni aux synodes nationaux et le collège pourrait avoir disparu assez tôt, peut-être dès les années 1630 (ou même avant 1617 ?). Il y a en outre un collège à Orange, en dehors du royaume de France17.

  • 18 Jean-François Michel, « Un "collège" protestant à Metz », dans François-Yves Le Moigne et Gérard Mi (...)
  • 19 Jean-Yves Carluer, Les Protestants bretons xvie-xxe siècles, thèse, Rennes 2, 1991, p. 501 ; Compèr (...)
  • 20 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 335.
  • 21 Ibid., t. 1, p. 337 ; Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, Paris, Honoré Cham (...)
  • 22 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 376.

9Parmi les régions mal pourvues en collège, on peut compter la Lorraine, qui se tient à l’écart des institutions synodales et dont seule une partie devient française en 1648 : Metz a des classes latines, masquant en réalité un collège, mais sans classe de philosophie, de 1628 à 1635, après avoir eu un vrai collège de 1562 à 156618. En Bretagne, le collège de Vitré, établi en 1569, fermé puis rouvert en 1608, accueille des jeunes protestants jusqu’au milieu du siècle. Il est encore florissant en 1671, avec quatre régents, un principal et plus de quatre-vingts pensionnaires, mais il disparaît sans doute en même temps que le temple en 167119. En Saintonge, le collège de La Rochefoucauld, en activité depuis au moins 1582, est attribué à la province en 1617 et reçoit des subventions jusqu’en 1630. Il a notamment formé les pasteurs locaux20. Il existe également depuis longtemps un collège à La Rochelle, intégré dans le réseau protestant en 1570 avec des chaires de philosophie et de théologie fondées l’année suivante par Jeanne d’Albret. Le synode national lui verse 2 000 livres en 1607. Il semble peu prospère en 1612 et, s’il n’a pas disparu dès 1623, il meurt avec le siège de la ville, avant de renaître sous la direction des jésuites21. En Touraine, le collège de Loudun semble avoir eu un grand succès ; il n’en reste malheureusement presque aucune trace22.

  • 23 Ibid., t. 1, p. 496 ; Aymon, op. cit., t. 2, p. 288.
  • 24 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 436.

10En Poitou, le collège de Niort existe depuis 1574. Il est désigné collège de la province du Poitou et reçoit des subventions de 1614 à 1620. Il est alors supprimé par le roi ; il ne fonctionne plus en 1623, d’après le synode national23. Il est en partie remplacé par le collège de Melle, établi par testament d’un notable protestant, Joseph Desfontaines, du 12 mars 1623. Mais il s’agit plutôt d’une simple régence latine, avec un principal et un maître abécédaire. En 1643, l’évêque obtient que les régents soient catholiques24.

  • 25 Ibid., t. 1, p. 461-462.
  • 26 Ibid., t. 1, p. 490-494 ; Robert Sauzet, « Une expérience originale de cohabitation religieuse : le (...)
  • 27 Noguès, art. cit., p. 259-276.
  • 28 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 487.
  • 29 Ibid., t. 1, p. 511-512.

11En Bas-Languedoc, le collège de Montpellier devient biconfessionnel dès 1604 et entièrement catholique en 163025. Celui de Nîmes, bien connu pour le xvie siècle, est en butte aux attaques des jésuites dès 1582 et la mi-partition est imposée en 1633. Il tombe entièrement aux mains des jésuites en 166426. Ces collèges mi-partis étant assez bien connus par ailleurs, ils ne seront pas traités ici27. Nous ne nous attarderons pas non plus sur le Béarn, qui ne devient français qu’en 1620 : le collège de Nérac, établi en 1578, possède cinq régents vers 1600 ; mais il devient mixte en 1631 avant d’être donné aux doctrinaires en 163628. L’académie, comprenant un collège, réside alternativement à Lescar et à Orthez. Elle est supprimée en 162029.

  • 30 Odolant Desnos, Mémoires historiques sur la ville d’Alençon et sur ses seigneurs, à Alençon, chez M (...)
  • 31 Gaufrès, op. cit., p. 75. Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 538.

12La situation des collèges en Normandie est très mal connue. Il y en a un à Alençon, mais qui est donné aux jésuites en 162030, et il a peut-être été remplacé dès 1614 par celui de Quevilly, en fonction de 1614 à 165531. Il est quelquefois fait mention de collèges à Saint-Lô et à Caen, mais il probable que leur existence n’a pas dépassé le xvie siècle.

  • 32 Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Louis XIII de 1610 à 1621, Paris, Honoré Champion, (...)

13Les réformés parisiens et d’Île-de-France ne parviennent pas à établir un établissement scolaire stable. Un synode provincial tenu au printemps 1613 décide de la création d’un collège à Charenton. Les fonds sont réunis, un bâtiment commence à être construit, mais l’Université réussit à le faire interdire. Une nouvelle tentative a lieu en 1619, sans plus de succès. Finalement la province n’a qu’un collège, à Clermont-en-Beauvaisis, établi en mai 1609 à côté du temple, avec trois régents. Les élèves sont en pension chez les enseignants ou des particuliers32.

  • 33 Didier Boisson, Les protestants de l’ancien colloque du Berry de la révocation de l’édit de Nantes (...)
  • 34 Yves Guéneau, op. cit., p. 286-288 ; Aymon, op. cit., t. 1, p. 379 et 433.
  • 35 Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 213.
  • 36 Boisson, op. cit., p. 90.
  • 37 Bordier-Haag, t. 4, col. 228.

14Le Berry possédait deux collèges, à Châtillon-sur-Loing et à Sancerre, mais ce dernier disparaît en 1621 à la capitulation de la ville33. Des projets n’ont jamais abouti, comme celui de Jargeau, près d’Orléans, que voulait fonder Sully en 1609, en attendant la construction du collège d’Henrichemont, qui n’a non plus jamais eu lieu. La province doit alors rembourser les deniers versés par le synode national pour ce collège. Le collège de Châtillon-sur-Loire, envisagé en 1605, ne sera non plus jamais construit34. Celui de Châtillon-sur-Loing a été fondé en 1569 par Coligny ; il a connu des difficultés financières pendant tout le xviie siècle. De 1614 à 1631 il reçoit des subventions des synodes comme collège de la province ; il obtient des subventions extraordinaires en 1637 à la demande du maréchal de Châtillon. Il comprend au maximum quatre régents, principal compris, et son rayonnement ne semble guère aller au-delà de la ville35. Le principal est nommé par le synode, les régions par les anciens et les ministres de Châtillon-sur-Loing (avant 1669), puis par un jury composé du consistoire de la ville et de délégués de deux Églises voisines36. Le collège est légué par Gaspard de Châtillon († 1649) à l’Église réformée, afin qu’il reste aux mains des protestants ; mais il est supprimé le 6 mai 1681 et les bâtiments donnés aux Filles de l’Adoration du Saint-Sacrement37.

  • 38 Arch. Nat., TT 253, 9, synode provincial de Meyrueis, 1654.
  • 39 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 48.

15En Cévennes, le collège de la province est affecté en mai 1613 à Anduze par le synode de Saint-Jean-du-Gard et il est installé dans le temple. Il a quatre régents. Son existence est précaire, notamment en raison de la concurrence d’écoles municipales au Vigan et à Alès. Il reçoit des subventions des synodes de 1614 à 1626. Il disparaît sans doute ensuite, pour renaître, peut-être dans les années 1630, par ordre du maréchal de Schomberg38 : la province demande des secours aux synodes en 1637 et 166039.

  • 40 E. Laplace, Le Collège de Bergerac. Aperçu historique, Bergerac, Imprimerie générale du Sud-Ouest, (...)
  • 41 Bibliothèque du Protestantisme Français, Paris (BPF), ms 5601.

16On connaît mieux la situation dans d’autres provinces. En Basse-Guyenne, il est fait mention, dès 1476, d’écoles de la ville à Bergerac. L’établissement devient collège royal en 1564 et Henri de Navarre lui octroie une rente en 1576. D’autres rentes ou legs suivent, ce qui fait que le collège est prospère, avec de nombreux élèves, à la fin du xvie siècle. Devenu collège protestant au xviie, il continue à jouir de rentes, de dons (du maire, des consuls de Bergerac, du syndic de la bourse commune des marchands), de rentes constituées par les quartiers de la ville, de dons provenant du synode national. En 1610, il emploie un principal et professeur de philosophie, Jean Peter, un autre professeur de philosophie, huit régents. Mais il semble décliner après 1610 ; en 1612, les consuls demandent de l’argent au synode national, les revenus étant insuffisants. En 1623, le roi défend au synode national de Charenton de voter des fonds pour l’entretien du collège de Bergerac. En 1629, le terrain sur lequel est bâti le collège est donné aux Jésuites. L’enseignement continue sans doute, mais sous une forme très réduite, et une tentative de restauration du collège en 1630 échoue. À la mort de Richelieu, les consuls espèrent rétablir le collège protestant mais le gouverneur s’y oppose et le Parlement l’interdit définitivement par arrêt du 9 septembre 164840. Dans les synodes provinciaux de Basse-Guyenne (conservés à partir de 1665), il n’est plus jamais question de collège. En revanche, l’académie de Puylaurens est très souvent mentionnée ; il semble qu’elle fasse office de collège pour la province41.

  • 42 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 206-207.
  • 43 Frank Delteil, « Le collège protestant de Millau », dans Jean Boisset (dir.), La Réforme et l’éduca (...)
  • 44 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 446-448.

17En Haut-Languedoc, tous les collèges deviennent mi-partis au cours du xviie siècle. Il y a un collège à Castres dès 1574, avec le plus souvent un principal et quatre régents. La mi-partition est imposée en 1633 et le collège semble alors en grande difficulté. En 1664, il est donné aux jésuites42. On trouve aussi un collège à Millau depuis 1573. Il compte trois régents et un principal en 1601, et même quatre régents en 1619. Mais il devient mi-parti en 1632, puis entièrement catholique en 166343. À Montauban, le collège est fondé en 1580, et couronné d’une académie en 1598. Il devient lui aussi mi-parti en 1633 et l’ensemble du collège est donné aux jésuites en 166144.

  • 45 BPF, ms Auzière 537.
  • 46 Compère, Julia, op. cit., t. 1,, p. 72.
  • 47 Aymon, op. cit., t. 1, p. 435.
  • 48 Ibid., t. 2, p. 92.
  • 49 Ibid., t. 2, p. 207.
  • 50 Etienne Arnaud, Histoire des Protestants de Vivarais et du Velay Pays de Languedoc de la Réforme à (...)

18En Vivarais, le synode de Saint-Fortunat de juin 1596 prévoit la fondation d’un collège à Privas45 ; mais la décision est peut-être restée sans suite, car le synode d’Annonay, qui s’est tenu avant 1605, prend la même disposition, en précisant que ce serait aux frais des habitants de Privas. Le synode d’Aubenas décide ensuite le transfert du collège à Aubenas, où un collège avait été érigé en 1574, et était protestant jusqu’en 1587, puis de 1593 à 159746 – ce dont Privas fait appel au synode national de 1612. Il est alors décidé que le collège restera à Privas47, grâce à la subvention accordée comme aux autres collèges du royaume et aux 400 £ payés par Privas. Mais, le 12 avril 1613, le consistoire d’Aubenas, constatant que le collège ne fait « aucun fruit », décide de demander le transfert à Aubenas au prochain synode national. Le synode provincial de Vallon, du 1er avril 1615, supprime le collège de Privas et le remplace par deux collèges, à Annonay et Aubenas, soit en haut et bas Vivarais. Mais les catholiques d’Aubenas font valoir qu’il existe déjà un collège jésuite dans la ville et qu’il accueille des enfants des deux religions ; le collège réformé est donc interdit, ce qui ne l’empêche apparemment pas d’exister, puisqu’il y a des régents en 1616 et en 1621 et que les comptes de ce collège sont examinés au synode national de 1620. Privas fait appel au synode national de Vitré (1617), mais est débouté au profit d’Aubenas48. Mais l’existence de deux collèges est-elle trop coûteuse ? La province demande leur fermeture afin d’employer l’argent pour les petites écoles, ce qui lui est refusé par le synode national de 162049. Elle décide alors de fondre les deux collèges en un, situé à Privas, ce dont les églises d’Annonay et d’Aubenas font appel au synode de 1623, en vain. Le synode d’Annonay de 1627 veut rétablir le collège d’Aubenas, mais la guerre l’en empêche. Quant à celui de Privas, il est détruit en même temps que la ville, en 162950.

  • 51 Bibliothèque de Genève (BGE), ms fr 417, f° 116.
  • 52 BGE, ms fr 420, f° 62 v° - 63 ; AD 01, C-3-C, 1611, f° 5.
  • 53 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1618, f° 14.
  • 54 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 303.
  • 55 Sylvie Cadier-Sabatier, Les Protestants de Pont-de-Veyle et lieux circonvoisins au xviie siècle, éd (...)
  • 56 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1634, f° 6 v°
  • 57 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1654, f° 9.
  • 58 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1656, f° 12 v°
  • 59 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1658, p. 13.
  • 60 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1660, f° 11.
  • 61 BGE, ms fr 433, f° 84.

19La Bourgogne a deux collèges au début du siècle, à Paray-Le-Monial et à Pont-de-Veyle. Le synode de 1604 suggère de réduire à un seul le nombre de collèges de la province ; on en reste malgré tout à deux, mais l’idée d’un troisième collège est abandonnée et l’argent qui devait lui revenir est réparti entre les deux collèges existants51. D’autres projets sont envisagés, qui n’aboutiront pas, à Buxy, Is-sur-Tille, Couches et Bourg52. En 1618, les deux seuls collèges existants sont réunis en un seul, « suyvant lintention des sinodes nationnaux », à Pont-de-Veyle, Paray n’ayant plus qu’une école53. En plus du collège de la province, la Bourgogne possède un collège à Gex, de caractère communal, mais qui reçoit des subventions des synodes nationaux de 1614 à 163154. Le collège de Pont-de-Veyle est assez bien connu. C’est aussi le collège de la ville, où les protestants voulaient nommer un maître protestant en 1602. Le 19 janvier 1603 le consistoire exhorte les conseillers protestants de la ville de faire en sorte que les conseillers catholiques acceptent de payer le maître, et ils refont la même demande le 1er janvier 1604. En mars 1605, le synode de Pont-de-Veyle demande un régent pour seconder le recteur. Un collège proprement protestant est-il né des difficultés entre les conseillers des deux confessions ? C’est sans doute le cas, mais les choses ne sont pas très claires55. Les fonds pour l’entretien de ce collège proviennent des deniers royaux, jusqu’en 1626, ainsi que de la contribution des églises de Bourgogne ; mais le consistoire de Pont-de-Veyle doit compléter pour les dépenses supplémentaires. Toujours est-il qu’il existe en 1628 un collège catholique, qui devient alors mixte : le principal et le premier régent sont catholiques, le deuxième régent est protestant. Cela signifie sans doute que le collège protestant, à cette date, n’existe plus vraiment, d’où le transfert à Couches en 163456. On se plaignait d’ailleurs dès le synode provincial de 1627 de son mauvais état, que la jeunesse y était mal instruite, que les comptes n’étaient pas produits. Mais le collège de Couches n’existe plus depuis au moins 1642 puisque, cette année-là, le synode provincial parle de la nécessité de rétablir le collège. En 1654, le collège revient théoriquement à Pont-de-Veyle57. Mais en 1656 il est encore question de ramasser de l’argent pour son établissement, ce qui laisse supposer qu’il ne fonctionne toujours pas58 ; il semble qu’une démarche ait été faite par le consistoire de Pont-de-Veyle auprès du gouverneur en 1657 ou 1658 pour obtenir sa réouverture59, ce qui fait que le synode lui redonne le collège de la province en 166060. Il a, au plus, fonctionné de 1660 à 1662. Cette année-là, la suppression de l’édit de Nantes en Bresse et dans le pays de Gex supprime également le collège. En 1665, il est encore question de pourvoir la province d’un collège61, et le problème est repoussé de synode en synode jusqu’à la révocation.

  • 62 Béatrice Urien-Causse, Die, communauté réformée 1600-1685, thèse de 3e cycle, Université Paris-I, 1 (...)
  • 63 Aymon, op. cit., t. 1, p. 270, 282. Sur Die, outre Urien-Causse (note précédente), voir André Roux, (...)
  • 64 Roux, op. cit., p. 106.
  • 65 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 455-456.
  • 66 Etienne Arnaud, Histoire des Protestants du Dauphiné aux xvie, xviie et xviiie siècles, t. 2, Genèv (...)

20En Dauphiné, il y aurait eu des collèges à Montélimar et à Die (créé en 159662) avant l’édit de Nantes. Le synode provincial de Grenoble de juin 1602 décide de dresser un collège pour la province afin de former la jeunesse aux belles-lettres et à la piété, de manière à ce qu’il y ait davantage de régents réformés. Pour le choix du lieu, les députés se partagent entre Montélimar et Die ; une demande est alors faite au gouverneur, Lesdiguières. Celui-ci répond que le collège doit être dans la ville qui offrira la plus grande dotation, soit Montélimar, à charge pour elle de construire les bâtiments en un an et d’en assurer le revenu, faute de quoi le collège sera donné à Die (lettre du 12 juin 1602). Die propose alors 4 000 écus pour les bâtiments, 3 000 écus de fonds et 200 écus de pension annuelle et perpétuelle, et le synode décide de donner le collège à Die, sauf si Montélimar peut fournir le même effort. Une nouvelle lettre est envoyée à Lesdiguières pour lui demander de requérir des fonds de toutes les Églises pour l’entretien des régents, et d’obliger les nobles à contribuer. C’est finalement Montélimar qui l’emporte, d’où une protestation du pasteur de Die, Appais, au synode provincial de juillet 1603 à Embrun, arguant d’une lettre de Lesdiguières datée de juin 1603 qui demande qu’on établisse promptement le collège mais sans nommer de lieu. Le synode décide alors de rediscuter de l’emplacement le plus approprié, malgré l’opposition du pasteur de Montélimar, Archinard, et des colloques du Valentinois et des Baronnies qui expliquent qu’ils ont trop peu de députés présents pour pouvoir décider. C’est cette fois Die qui l’emporte, et Montélimar fait appel au synode national de Gap (octobre 1603), qui confirme la décision du synode d’Embrun et veille à ce que l’église de Montélimar paie bien sa cotisation63. Une dernière tentative de Montélimar pour obtenir le collège et l’académie a lieu en 1607, mais le roi tranche en faveur de Die64. Montélimar a néanmoins un collège, protestant jusqu’en 1674, date à laquelle il est donné aux cordeliers65. La province dispose en outre d’un collège à Embrun de 1623 à 162566.

Les difficultés des collèges

21Comme on l’a vu, il n’y a jamais eu au maximum que moins de trente collèges dans la France protestante du xviie siècle et, avant même le deuxième tiers du siècle, plusieurs provinces n’en ont plus aucun. La grande période des collèges protestants a été très courte, limitée aux deux ou trois premières décennies du siècle. La principale explication est financière.

  • 67 BPF, ms Auzière 5301.
  • 68 BPF, ms Auzière 5302, synode de Die, 1613.
  • 69 Jules Gaufrès, « Les Collèges protestants », BSHPF, 1873, p. 417-419.
  • 70 Urien-Causse, op. cit., p. 121-122 ; Roux, op. cit., p. 115-117.

22Grâce aux synodes provinciaux et nationaux, on suit assez bien la situation du collège de Die, couplé à l’académie. Le synode provincial de 1604 prévoit d’établir un fonds suffisant pour l’entretien des professeurs et des régents du collège, soit 66 000 £, ce qui correspond à un revenu de 4 000 £ annuels, à condition que Die fournisse les bâtiments et un fonds supplémentaire de 21 000 £ qui rapporterait 1 400 £ par an, le reste étant à la charge des autres Églises de la province. On demandera pour cela les arrérages des deniers octroyés aux Églises de France, on sollicitera la noblesse et on demandera au synode national d’octroyer la même somme que celle qui a été donnée aux collèges de Saumur, de Montauban et du Languedoc. Des vérificateurs seront nommés afin de s’assurer de l’emploi de l’argent67. Le fonds promis par la ville n’ayant pas été constitué, celle-ci prélève les 1400 £ promis sur une taxe sur le poids des farines. Mais les catholiques de la ville protestent contre ce versement payé grâce aux impôts et ne servant qu’aux protestants. Ils obtiennent satisfaction et la somme de 1 400 £ est réduite à 300 dès 1606, avant qu’en 1629 le roi n’interdise tout paiement du collège par la ville ; l’Église de Die ne donne alors plus que 30 £ pour le collège. Quant aux autres Églises, elles ne paient qu’irrégulièrement. En 1613, le synode de Die remercie le synode national du don de mille écus pour le collège de la province68. Les synodes nationaux font des dons intermittents : 1 000 £ en 1612, 3 000 en 1614, 3 000 en 1631. Des dons sont aussi faits par le synode provincial : 5 282 £ en 1630, 4 510 en 1649. Mais cela ne suffit pas, et les professeurs ne sont payés que très irrégulièrement. En 1637, le synode d’Alençon admet l’académie de Die au partage des deniers affectés aux autres académies du royaume (le « quint denier », 20 % de toutes les charités, employés à l’entretien des académies et collèges). Mais les Églises ne paient pas, ou mal69. L’établissement jouit également de pensions provenant des Diois, des réformés d’autres Églises du Dauphiné, des Églises d’autres provinces comme la Bourgogne, dont de nombreux futurs ministres étudient à l’académie. Mais les fonds diminuent peu à peu ; en 1646, le synode de Guillestre attribue à chaque professeur et régent une ou plusieurs Églises pour qu’elles soient responsables de leur traitement. Cela ne suffit pas ; à partir de 1669, on trouve rarement les sommes suffisantes pour l’entretien de l’Académie70.

23La rivalité entre Die et Montélimar pour obtenir le collège et l’Académie montre que les Églises cherchent à en tirer un prestige, mais aussi sans doute des revenus, la présence d’enseignants et surtout d’étudiants dans la ville accroissant la consommation. Le sort de Die prouve que le choix ne se révèle pas financièrement judicieux : très vite, l’argent manque pour faire fonctionner correctement les institutions éducatives.

  • 71 Aymon, op. cit., t. 1, p. 435.
  • 72 Ibid., t. 2, p. 289.
  • 73 Ibid., t. 2, p. 516-517.
  • 74 Ibid., t. 2, p. 289.
  • 75 Gaufrès, « Les Collèges protestants », op. cit., p. 417.
  • 76 Aymon, op. cit., t. 2, p. 519-520.

24De manière plus générale, le financement des collèges est prévu au synode national de 1612 à Privas : des fonds prélevés sur le « don gratuit du roi » doivent servir à entretenir un collège par province, les autres collèges étant aux frais des provinces71 ; en 1617, le don gratuit n’arrivant pas, le synode national de Vitré décide d’affecter au paiement le « quint denier de toutes les charités », mode de financement qui va devenir permanent. En 1623, les provinces de Saintonge, du Vivarais, du Bas Languedoc et de Cévennes se plaignent de ne pas toucher d’argent du synode national pour leur collège72. Ces retards ou absences de paiement deviennent fréquents : en 1631, la plupart des provinces disent n’avoir rien touché depuis le dernier synode national, en 162673. S’ajoutent des mesures ponctuelles, comme la limitation puis l’interdiction, vue plus haut, faite à Die de financer le collège, ou l’interdiction en 1622 de donner de l’argent des deniers de l’octroi au collège de Bergerac74. Des villes lèvent des taxes pour financer les collèges : ainsi Nîmes et Montpellier utilisent pour leur collège une taxe sur le sel ; mais ce ne sont que des expédients temporaires, contestés par les catholiques75. En fait, les revenus des Églises protestantes sont insuffisants pour couvrir les frais des collèges, dès lors que le versement annuel de la monarchie, prévu par l’édit de Nantes, n’est plus versé : il se montait à 45 000 écus, soit 135 000 £. Mais ce versement arrive souvent en retard, il devient irrégulier dans les années 1620 et il est supprimé en 1629. Exceptionnellement, un versement de 60 000 £, pour les universités, collèges et pasteurs, a encore lieu en 163176. Mais c’est le dernier.

25Ces problèmes financiers sont sans doute la principale explication à la forte baisse du nombre des collèges, dès les années 1620. Les provinces, qui doivent également couvrir les frais de quelques écoliers promis au ministère, dont elles vérifient la conduite et l’avancement des études, ne peuvent plus financer au maximum qu’un collège et un ou deux écoliers. Certaines, on l’a vu, n’ont même plus de collège. Il y a pourtant des familles très riches dans un certain nombre de communautés urbaines. Mais elles apparaissent peu généreuses lorsqu’il s’agit de financer des collèges, ce qui pose, au passage, la question de l’efficacité de la prédication.

  • 77 Élie Benoist, Histoire de l’édit de Nantes…, à Delft, chez Adrien Beman, 1693-1695, vol. 3, part. 1 (...)

26D’autres mesures, ponctuelles, compromettent également le fonctionnement des collèges. À Melle, en Poitou, un collège est ouvert en 1626 à la suite d’un legs réformé, mais les catholiques obtiennent qu’il soit géré par deux régents, un catholique et un protestant ; en 1647, l’évêque de Poitiers impose que les deux régents soient catholiques. En 1635, le collège de Loudun est réquisitionné pendant l’affaire des possédées du couvent des Ursulines, et il est vendu en 1650. En 1648, la réouverture d’un collège à Bergerac sur des fonds prélevés par les consuls municipaux est interdite77. La campagne contre les collèges s’aggrave sous Louis XIV. L’objectif est de supprimer les « partages » imposés par la déclaration de 1631 sur les collèges mi-partis. Ainsi à Montauban, le collège était réformé jusqu’en 1631, puis mi-parti, jusqu’à un incident en 1661 qui en exclut les réformés, tandis que l’Académie est transférée à Puylaurens. À Nîmes, le collège est mi-parti depuis 1633. Les réformés veulent construire un bâtiment pour eux seuls en 1652, d’où un procès ; ils doivent finalement le céder et en 1664 les régents réformés passent sous le contrôle d’un principal jésuite. Puis les suppressions de culte entraînent automatiquement les suppressions des collèges. À la veille de la Révocation ne restent plus en exercice que le collège de Châtillon-sur-Loing et les académies de Die, Saumur et Puylaurens. En définitive, les attaques contre le culte, si efficaces pour supprimer les lieux d’exercice et amener les huguenots à abjurer, ont eu peu d’effets sur les collèges : ceux-ci avaient pour la plupart disparu bien plus tôt, victimes de leurs difficultés économiques, causées par la suppression du soutien financier de la monarchie et par l’incapacité des Églises de les entretenir.

Une éducation particulière ?

  • 78 Delteil, op. cit., p. 27-31 ; Cadier-Sabatier, op. cit., p. 56-57.
  • 79 Roux, op. cit., p. 115.
  • 80 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 335. Sur les enseignants écossais, voir Marie-Claude Tucker, « L (...)

27L’éducation dans les collèges protestants est-elle très différente de celle qu’on peut trouver dans les collèges catholiques ? On sait que les origines sont communes, remontant à la devotio moderna et aux principes pédagogiques humanistes, appliqués aussi bien au Gymnase de Strasbourg ou au collège de Genève que dans les collèges jésuites. Dans les deux cas, le modèle est le modus parisiensis. Mais est-il vraiment respecté partout ? Pour être plus précis, il faudrait disposer de monographies plus nombreuses, et notamment de règlements de collèges. Il faut d’autre part renoncer à une vision idyllique des collèges protestants, qui reposerait sur la volonté affichée d’instruire la jeunesse. Dans les faits, à cause des nombreuses difficultés mentionnées plus haut, beaucoup de collèges fonctionnent mal. Il n’y a pas toujours de locaux fixes. Les tracasseries exercées par les catholiques peuvent aboutir à des interruptions de cours. Les actes des synodes provinciaux font état des difficultés récurrentes à trouver des régents, notamment à cause du traitement insuffisant qui leur est offert. C’est par exemple le cas à Millau ou à Pont-de-Veyle, où on constate que les régents restent très peu de temps78. L’académie de Die a le plus grand mal à recruter des professeurs79 ; elle doit faire appel à des enseignants étrangers, notamment d’Écosse qui fuient l’imposition du système anglican ; mais c’est le cas de bien d’autres établissements : le collège de La Rochefoucauld recrute les Écossais Thomas Hog en 1608 et Robertson en 163080.

  • 81 Bourchenin, op. cit., p. 366.
  • 82 Cadier-Sabatier, op. cit., p. 55-59 ; Gaufrès, « Le collège de Pont-de-Veyle », op. cit., p. 241-25 (...)
  • 83 BGE, ms fr 417, f°116.

28Les collèges ne disposent en principe pas d’internat, sauf à Metz et à Orthez, même si dans les faits il semble que des élèves soient logés dans certains établissements, surveillés par des régents célibataires ou des pédagogues (jeunes maîtres). Le principal pouvait avoir des élèves chez lui, souvent de familles riches81. Pour le collège de Pont-de-Veyle les sources, relativement abondantes, nous apprennent que le recteur est logé dans l’école et payé par le consistoire ; il touche aussi une pension des écoliers étrangers à Pont-de-Veyle, qu’il loge, et des droits d’écolage de chaque élève. Il doit loger, nourrir et blanchir les régents qui lui paient pension82. Il en est d’ailleurs de même à Paray, le recteur doit nourrir le régent qui touche des gages de la province83. Le collège de Pont-de-Veyle n’a pas de local fixe ; il semble avoir d’abord fonctionné dans des maisons particulières, puis avoir été abrité de 1618 à 1626 dans le château de La Coste, châtelain du duc de Lesdiguières (à qui appartient la seigneurie de Pont-de-Veyle).

29Les textes de Jean-Paul Pittion et de Didier Boisson, qu’on trouvera plus loin, donnent des éclairages précieux sur la vie au collège de Saumur. On connaît assez bien également le fonctionnement du collège de Die. Les autorités académiques cherchent à y faire respecter la discipline auprès des élèves et ne manquent pas de rappeler les familles à leurs obligations. Mais souvent les parents intercèdent pour leurs fils, trouvant les sénateurs trop sévères. Certains viennent quereller les professeurs quand leurs enfants ont eu des amendes ou des châtiments corporels. D’autres se plaignent de l’échec de leurs enfants aux examens (dont des pasteurs !). Généralement les régents admonestent eux-mêmes leurs élèves, mais dans des cas graves ils peuvent informer le Sénat académique. Mais certains régents sont accusés d’indulgence excessive. Il faut dire que règne une certaine familiarité, surtout quand régents et professeurs logent chez eux des pensionnaires pour augmenter leurs revenus. L’élève se retrouve ainsi au sein d’une communauté familiale, se mêlant aux enfants de ménage. Se forment ainsi des « clientèles » autour de chaque professeur, qui peuvent aller jusqu’à s’affronter verbalement ou physiquement.

  • 84 Urien-Causse, op. cit., p. 519-550.
  • 85 BPF, ms Auzière 5303, synode d’Embrun, 1618.

30Les congés sont rares : un règlement de 1660 fixe des vacances de vendange, après la première semaine de septembre jusqu’au début octobre, huit jours à Noël, à Pâques et à la Pentecôte. En réalité, les régents obtiennent beaucoup d’autorisations d’absence supplémentaires. Les étudiants obtiennent aussi des congés lors des foires, pour les fêtes de famille. Ils ont cours du lundi au samedi, avec le matin récitation des leçons, puis cours de 8 h à 10 h, une nouvelle leçon de 12 h à 13 h, puis les élèves font leurs devoirs ; ils ont à nouveau cours de 14 h à 16 h (sauf le samedi après-midi qui reste libre). Le jeudi, les exercices scolaires sont remplacés par la vie religieuse : prêche le matin, catéchisme l’après-midi84. La discipline peut être rude : le collège de Die dispose d’une « prison », dans laquelle les écoliers se livrant à des « desportements scandaleux » peuvent être enfermés85.

31Le collège de Die n’est sans doute pas représentatif de la majorité des collèges protestants du xviie siècle car le lien avec l’Académie lui assure une certaine continuité et un appui constant de la province du Dauphiné comme des autres provinces voisines. La Bourgogne, par exemple, envoie régulièrement de l’argent pour soutenir le collège et l’Académie. Il connaît pourtant des difficultés. On peut en dire de même du collège de Saumur. Que dire alors des autres collèges, pour lesquels les archives sont malheureusement très lacunaires ?

32L’objectif des collèges n’est pas purement scolaire. Il s’agit, comme dans les collèges catholiques d’ailleurs, de former de véritables chrétiens, conscients de leurs devoirs, et surtout d’engager les meilleurs éléments vers le service de Dieu, en l’occurrence le ministère pastoral – ce qui n’est pas forcément le but des familles, qui peuvent vouloir d’abord une instruction permettant d’exercer certains métiers, certaines charges, ou d’entrer à l’université, d’où leur attirance pour les meilleurs collèges catholiques au détriment de collèges réformés au fonctionnement incertain. Mais l’objectif affiché conduit-il à des formes d’enseignement particulières ?

  • 86 Garrisson, op. cit., p. 118.
  • 87 Robert Muchembled, « L’enseignement protestant au xvie siècle », L’Information historique, septembr (...)

33Le français est utilisé dans les classes inférieures, puis les cours ont lieu en latin, ce que l’importance du nombre de maîtres recrutés à l’étranger rend nécessaire ; mais c’est aussi conforme aux usages de l’époque ; tout au plus y a-t-il peut-être une plus grande variété d’auteurs étudiés : on lit Terence et Catulle à Orthez, alors qu’ils sont bannis des collèges jésuites86. L’intérêt porté au grec est en revanche plus original, puisqu’il est en principe appris en seconde et en première. Mais tous les collèges sont-ils vraiment en mesure d’offrir un enseignement de cette langue ? Il est probable qu’il n’existait que dans les collèges liés à une Académie. Les meilleurs collèges pouvaient aussi offrir des leçons d’histoire, et des cours publics de mathématiques ; c’est ce que prévoyait le règlement du collège de Nîmes en 158287. De ce fait, ils se rapprochaient de plus en plus des collèges catholiques.

  • 88 Maurice Gravier, « La tragédie silésienne au xviie siècle (Gryphius – Lohenstein) », Baroque [En li (...)
  • 89 William Jeynes, David W. Robinson (ed.), International Handbook of Protestant Education, Dordrecht, (...)
  • 90 Ernest Gaullieur, « Une page de l’histoire du collège de Guyenne au xvie siècle », BSHPF, t. 22, 18 (...)
  • 91 Aymon, op. cit., t. 1, p. 119.
  • 92 Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France xvie-xxie siècle, Paris, Fayard, 2012, p. 447-4 (...)

34On oppose souvent la pratique du théâtre dans les collèges jésuites à sa condamnation chez les protestants. C’est oublier que le théâtre existait au Gymnase de Strasbourg du temps de Sturm, que Théodore de Bèze a écrit des pièces pour ses élèves, que des tragédies étaient jouées dans les collèges luthériens allemands88, ou que les collèges protestants fondés au xviiie siècle en Amérique incluaient le théâtre dans les pratiques éducatives89. En France, on sait que les régents protestants donnaient des représentations théâtrales au collège de Guyenne, à Bordeaux, au xvie siècle90. Le synode national de Nîmes, en 1572, interdit aux fidèles d’assister à des pièces de théâtre, mais ajoute : « si le Collège juge convenable pour exercer la jeunesse de représenter des histoires qui ne soient pas contenuës dans la Sainte Écriture […] pourvû que cela se fasse rarement, & par l’avis du Colloque, qui en fournira le sujet, ces representations seront tolerées »91. En 1597, un professeur du collège de Montauban fait jouer une tragédie biblique de Buchanan92. Qu’en est-il au xviie ? Un raidissement s’est-il produit, bannissant le théâtre des collèges ? Il ne semble pas y avoir de trace de telles représentations ; mais les sources manquent malheureusement sur trop de collèges pour être affirmatif.

  • 93 Urien-Causse, Die, communauté réformée 1600-1685, p. 559.
  • 94 Nicolas Schapira, « La communauté réformée au xviie siècle et ses écrivains », dans Alain Joblin, J (...)
  • 95 Moreil, op. cit., p. 79.
  • 96 Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 213.

35Finalement, les réalisations protestantes n’ont pas été à la hauteur des ambitions. Un auteur a même pu écrire que la Réforme « resta en deçà des meilleures réalisations catholiques faute de s’être donné les moyens de promouvoir des projets audacieux : il lui manqua assurément l’aisance financière et l’appui des pouvoirs civils réformés. De plus, les familles ne s’étaient pas dépouillées de leur autorité. »93 En dehors de ce dernier point, générateur de bien des conflits entre familles et enseignants, l’explication ultime réside sans doute dans la faiblesse du protestantisme français : incapable de financer des collèges en nombre, de recruter suffisamment d’enseignants, il ne peut avoir suffisamment de collèges sans l’aide de la monarchie. Dès que celle-ci retire son appui financier et, pire, quand elle attaque les institutions réformées, le réseau scolaire se réduit, puis s’effondre. Il existe aussi, au moins à Paris, des pensions privées, comme celle tenue par Samuel Chappuzeau en 1661-166294. Pendant une grande partie du xviie siècle, beaucoup de réformés ont dû sans doute avoir recours aux collèges catholiques, faute de collège protestant, ou ont préféré le faire, ce dont témoignent les plaintes incessantes des consistoires, des colloques et des synodes. Même le collège de Nîmes, pourtant joint à une Académie, jouit d’une mauvaise réputation au début du xviie siècle, au point que bien des parents envoient leurs enfants dans les collèges jésuites des environs95. Inversement cependant, certains collèges huguenots, comme celui de Châtillon-sur-Loing, ont pu accueillir les enfants des notables catholiques96. Finalement, si les jeunes protestants ont pu recevoir une bonne instruction, ce fut en partie grâce aux collèges jésuites, sans doute bien autant que grâce aux collèges protestants ; mais ils n’ont pas eu, ce ce fait, ce qui aurait dû constituer l’essentiel, l’éducation dans la piété réformée – d’où l’importance de l’éducation familiale et de l’assistance au culte.

Notes

1 Paul de Félice, Les Protestants d’autrefois. Vie intérieure des Églises, mœurs et usages, t. 4, Éducation – Instruction, Paris, Fischbacher, 1902.

2 Michel Nicolas, « Des écoles primaires et des collèges chez les protestants français avant la révocation de l’édit de Nantes 1538-1685 », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français [désormais BSHPF], t. 4, 1856, p. 497-511, 582-595.

3 Daniel Bourchenin, Étude sur les académies protestantes en France au xvie et au xviie siècle, Paris, Grassart, 1882, p. 54-85.

4 Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, Les Collèges français 16e-18e siècles, Paris, éditions du CNRS, 2 t., 1984 et 1988.

5 Roger Grossi (éd.), Le Collège royal et l’Académie protestante de Nîmes, aux xvie et xviie siècles, Actes du colloque de Nîmes, 31 janvier 1998, Nîmes, Atelier Occitan, 1998 ; Françoise Moreil, Anne-Marie Duport, Religion et éducation : les Vicissitudes du collège et de l’Académie réformée de Nîmes xvie et xviie siècles, Nîmes, Archives du Gard, 1996 ; Theodore W. Casteel, The University and College of Arts of Nîmes : An Experiment in Humanistic Education in the Age of the Reform, Ph. D. Thesis, Stanford University, 1973.

6 Jules Gaufrès, « L’enseignement protestant sous l’édit de Nantes », dans Troisième centenaire de l’édit de Nantes, Paris-Nancy, Berger-Levrault et Cie, 1899, p. 59-60 ; Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 141-144.

7 Michel Reulos, « Enseignants, écoles et diffusion de la Réforme en France : approches, questions », dans Bernard Chevalier et Robert Sauzet, Les Réformes. Enracinement socio-culturel, p. 269.

8 Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 213 ; Yves Guéneau, Protestants du Centre, 1598-1685, approches d’une minorité, thèse de 3e cycle, Université de Tours, 1977, p. 288.

9 Janine Garrisson, Les Protestants au xvie siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 114-115.

10 Gaufrès, op. cit., p. 65.

11 Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 623.

12 Boris Noguès, « Coexistence pédagogique et antagonismes confessionnels. Les collèges « mi-parti » dans le Sud-est de la France au xviie siècle (1604-1664) », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 99, 2013, p. 261.

13 Jean-Paul Pittion, « Instruire et édifier : les protestants et l’éducation en France sous l’édit de Nantes », dans Geraldine Sheridan et Viviane Prest, (éd.), Les Huguenots éducateurs dans l’espace européen à l’époque moderne. Paris, Honoré Champion, 2011, p. 22.

14 Jean Flouret, Cinq siècles d’enseignement secondaire à La Rochelle : 1504-1972, historique du Lycée Fromentin. Contribution à l’histoire de l’enseignement en France, La Rochelle, Quartier latin, 1973.

15 Pittion, op. cit., p. 27.

16 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des églises réformées de France…, La Haye, chez Charles Delo, 1710, t. 1, p. 197, 251.

17 Etienne Arnaud, Histoire des Protestants de Provence du Comtat Venaissin et de la principauté d’Orange, t. 1, Genève, Slatkine, 1979 (1ère éd. Paris, Grassart, 1884), p. 385-387.

18 Jean-François Michel, « Un "collège" protestant à Metz », dans François-Yves Le Moigne et Gérard Michaux (éd.), Protestants messins et mosellans (xviexxe siècles), Metz, Éditions Serpenoise – SHAL, 1988, p. 71-78.

19 Jean-Yves Carluer, Les Protestants bretons xvie-xxe siècles, thèse, Rennes 2, 1991, p. 501 ; Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 703.

20 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 335.

21 Ibid., t. 1, p. 337 ; Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, Paris, Honoré Champion, 1911, p. 528-529 ; Aymon, op. cit., t. 1, passim.

22 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 376.

23 Ibid., t. 1, p. 496 ; Aymon, op. cit., t. 2, p. 288.

24 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 436.

25 Ibid., t. 1, p. 461-462.

26 Ibid., t. 1, p. 490-494 ; Robert Sauzet, « Une expérience originale de cohabitation religieuse : le collège mi-parti de Nîmes au xviie siècle », dans Robert Sauzet (éd.), Les Frontières religieuses en Europe du xve au xviie siècle, Paris, Vrin, 1992, p. 283-290 ; Françoise Moreil, « Le Collège et l’Académie réformée de Nîmes », BSHPF, 1976, p. 77-86.

27 Noguès, art. cit., p. 259-276.

28 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 487.

29 Ibid., t. 1, p. 511-512.

30 Odolant Desnos, Mémoires historiques sur la ville d’Alençon et sur ses seigneurs, à Alençon, chez Malasses le Jeune, 1787, t. 1, p. 66-67 ; Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 19.

31 Gaufrès, op. cit., p. 75. Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 538.

32 Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Louis XIII de 1610 à 1621, Paris, Honoré Champion, 1922, p. 145-147, 491-494.

33 Didier Boisson, Les protestants de l’ancien colloque du Berry de la révocation de l’édit de Nantes à la fin de l’Ancien régime (1679-1789), ou l’inégale résistance de minorités religieuses, Paris, Champion, 2000, p. 90.

34 Yves Guéneau, op. cit., p. 286-288 ; Aymon, op. cit., t. 1, p. 379 et 433.

35 Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 213.

36 Boisson, op. cit., p. 90.

37 Bordier-Haag, t. 4, col. 228.

38 Arch. Nat., TT 253, 9, synode provincial de Meyrueis, 1654.

39 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 48.

40 E. Laplace, Le Collège de Bergerac. Aperçu historique, Bergerac, Imprimerie générale du Sud-Ouest, 1906 ; Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 128-129.

41 Bibliothèque du Protestantisme Français, Paris (BPF), ms 5601.

42 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 206-207.

43 Frank Delteil, « Le collège protestant de Millau », dans Jean Boisset (dir.), La Réforme et l’éducation, Toulouse, Privat, 1974, p. 19-34 ; Compère, Julia, Les Collèges français, t. 1, p. 441-442.

44 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 446-448.

45 BPF, ms Auzière 537.

46 Compère, Julia, op. cit., t. 1,, p. 72.

47 Aymon, op. cit., t. 1, p. 435.

48 Ibid., t. 2, p. 92.

49 Ibid., t. 2, p. 207.

50 Etienne Arnaud, Histoire des Protestants de Vivarais et du Velay Pays de Languedoc de la Réforme à la Révolution, t. 1, Genève, Slatkine, 1979 (1ère éd. Paris, Grassart, 1888), p. 579-584.

51 Bibliothèque de Genève (BGE), ms fr 417, f° 116.

52 BGE, ms fr 420, f° 62 v° - 63 ; AD 01, C-3-C, 1611, f° 5.

53 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1618, f° 14.

54 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 303.

55 Sylvie Cadier-Sabatier, Les Protestants de Pont-de-Veyle et lieux circonvoisins au xviie siècle, éditions de Trévoux, 1975, p. 55-59 ; Jules Gaufrès, « Le collège de Pont-de-Veyle », BSHPF, 1885, p. 241-257.

56 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1634, f° 6 v°

57 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1654, f° 9.

58 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1656, f° 12 v°

59 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1658, p. 13.

60 Arch. Dép. Ain, C-3-C, 1660, f° 11.

61 BGE, ms fr 433, f° 84.

62 Béatrice Urien-Causse, Die, communauté réformée 1600-1685, thèse de 3e cycle, Université Paris-I, 1979, p. 145.

63 Aymon, op. cit., t. 1, p. 270, 282. Sur Die, outre Urien-Causse (note précédente), voir André Roux, « L’académie de Die, en Dauphiné (1604-1684) », dans Boisset, op. cit., p. 101-123.

64 Roux, op. cit., p. 106.

65 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 455-456.

66 Etienne Arnaud, Histoire des Protestants du Dauphiné aux xvie, xviie et xviiie siècles, t. 2, Genève, Slatkine, 1970 (1ère éd. Paris, Grassart, 1875) ; Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 277

67 BPF, ms Auzière 5301.

68 BPF, ms Auzière 5302, synode de Die, 1613.

69 Jules Gaufrès, « Les Collèges protestants », BSHPF, 1873, p. 417-419.

70 Urien-Causse, op. cit., p. 121-122 ; Roux, op. cit., p. 115-117.

71 Aymon, op. cit., t. 1, p. 435.

72 Ibid., t. 2, p. 289.

73 Ibid., t. 2, p. 516-517.

74 Ibid., t. 2, p. 289.

75 Gaufrès, « Les Collèges protestants », op. cit., p. 417.

76 Aymon, op. cit., t. 2, p. 519-520.

77 Élie Benoist, Histoire de l’édit de Nantes…, à Delft, chez Adrien Beman, 1693-1695, vol. 3, part. 1, p. 79, 91, 145.

78 Delteil, op. cit., p. 27-31 ; Cadier-Sabatier, op. cit., p. 56-57.

79 Roux, op. cit., p. 115.

80 Compère, Julia, op. cit., t. 1, p. 335. Sur les enseignants écossais, voir Marie-Claude Tucker, « Les Professeurs écossais dans les académies protestantes françaises aux xvie et xviie siècles », dans Jean-Claude Colbus et Brigitte Hébert, Les Outils de la connaissance. Enseignement et formation intellectuelle en Europe entre 1453 et 1715, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2006, p. 271-286.

81 Bourchenin, op. cit., p. 366.

82 Cadier-Sabatier, op. cit., p. 55-59 ; Gaufrès, « Le collège de Pont-de-Veyle », op. cit., p. 241-257.

83 BGE, ms fr 417, f°116.

84 Urien-Causse, op. cit., p. 519-550.

85 BPF, ms Auzière 5303, synode d’Embrun, 1618.

86 Garrisson, op. cit., p. 118.

87 Robert Muchembled, « L’enseignement protestant au xvie siècle », L’Information historique, septembre-octobre 1970, p. 163 ; Françoise Moreil, « Le collège de Jean de Serres en 1582 », dans Henri Michel, Roland Andréani, Elie Pélaquier (dir.), Naissances, enfances, éducation dans la France méridionale du xve au xxe siècle, Montpellier, Publications de l’Université Paul Valéry, 1999, p. 419-426.

88 Maurice Gravier, « La tragédie silésienne au xviie siècle (Gryphius – Lohenstein) », Baroque [En ligne], 2 | 1967, mis en ligne le 24 mars 2012, consulté le 19 mars 2014. URL : http://baroque.revues.org/258

89 William Jeynes, David W. Robinson (ed.), International Handbook of Protestant Education, Dordrecht, Springer, 2012, p. 647.

90 Ernest Gaullieur, « Une page de l’histoire du collège de Guyenne au xvie siècle », BSHPF, t. 22, 1873, p. 4-18.

91 Aymon, op. cit., t. 1, p. 119.

92 Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France xvie-xxie siècle, Paris, Fayard, 2012, p. 447-448.

93 Urien-Causse, Die, communauté réformée 1600-1685, p. 559.

94 Nicolas Schapira, « La communauté réformée au xviie siècle et ses écrivains », dans Alain Joblin, Jacques Sys, Les Protestants et la création artistique et littéraire (des Réformateurs aux Romantiques), Arras, Artois Presses Université, 2008, p. 81-83.

95 Moreil, op. cit., p. 79.

96 Compère, Julia, op. cit., t. 2, p. 213.

Table des illustrations

Titre Carte des collèges protestants au xviie siècle Carte réalisée par Christine Chadier
Crédits © LARHRA UMR 5190
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search