Version classiqueVersion mobile

Protestantisme et éducation dans la France moderne

 | 
Yves Krumenacker
, 
Boris Noguès

Réforme et modèles pédagogiques au xvie siècle : Jean Sturm et le gymnase de Strasbourg

Simona Negruzzo

Texte intégral

  • 1 L’œuvre de Charles Schmidt, La Vie et les travaux de Jean Sturm, paru à Strasbourg en 1855 et Nieuw (...)
  • 2 Matthieu Arnold, Julien Collonges (dir.), Jean Sturm : quand l’humanisme fait école, Strasbourg, Bi (...)
  • 3 Jean Sturm, De literarum ludis recte aperiendis liber. De la bonne manière d’ouvrir des écoles de L (...)

1En 2007, à l’occasion du cinquième centenaire de la naissance de Jean Sturm (1507-1589), la ville de Strasbourg accueillit une série de manifestations pour redécouvrir la vie et l’œuvre copieuse de cet européen, prônant la tolérance et l’engagement éducatif1. Pour celui qui a largement marqué l’histoire strasbourgeoise, une exposition, un colloque scientifique, plusieurs rencontres et même une pièce théâtrale ont été mises en place afin de faire connaître l’humaniste protestant, le pédagogue et le diplomate qui, plongé dans les décennies troublées de la Réforme, a su répondre au besoin de formation des jeunes générations avec la création du Gymnase qui s’épanouira, ensuite, en académie et université2. Pour l’historien, la réalité n’est pas fragmentée ni à fragmenter, et interpréter la présence de Sturm en Alsace constitue encore un défi, surtout si on s’appuie sur l’analyse de son projet éducatif, De la bonne manière d’ouvrir des écoles de lettres, illustré aux scolarques de la Ville libre en mars 15383. C’est donc à travers une série d’actes interprétatifs du programme qui décrit et résume toute sa vie, qu’on peut évaluer son élan pédagogique toujours strictement lié à la région alsacienne et surtout à Strasbourg, modèle d’équilibre politique, au cœur des échanges économiques, culturels et religieux. Ces pages n’ont donc pas la prétention d’apporter des éléments fondamentalement nouveaux, au niveau de la documentation, sur le rôle de Sturm. Mon propos sera à la fois plus modeste et plus ambitieux : plutôt que de développer une réflexion systématique sur l’interprétation de Sturm, je voudrais en dégager l’esprit et la dynamique, son caractère unifié et cohérent.

  • 4 Miriam Usher Chrisman, Lay culture, learned culture : books and social change in Strasbourg, 1480-1 (...)

2Sturm appartient à ce groupe d’humanistes auxquels les fractures confessionnelles de plus en plus marquées ne font pas oublier l’idéal de concorde, vocation qu’il a poursuivie dans le domaine de l’éducation. Dans une première approche, il faut considérer l’Alsace comme berceau d’humanisme et de réforme4, horizon sur lequel on pourra décrire ensuite le portrait biographique de Jean Sturm. Il faudra, enfin, tenter d’articuler la principale œuvre qui jalonne son travail, montrer la continuité avec le passé et tenter de dégager une compréhension de fond de la pédagogie sturmienne.

L’Alsace, berceau d’humanisme et de réforme

  • 5 Fiorella De Michelis Pintacuda, Tra Erasmo e Lutero, Roma Edizioni di storia e letteratura, 2001.

3En 1514 les humanistes strasbourgeois accueillent avec solennité Érasme de Rotterdam. Cette visite lui permettait de retrouver un terrain déjà défriché par l’humanisme qui avait profité largement de l’activité des imprimeurs, voués à la diffusion soit des textes de l’Antiquité classique et de l’exégèse biblique, soit des nouveautés littéraires5.

  • 6 Francis Rapp, « Strasbourg à la veille de la Réformation : contexte intellectuel et religieux », da (...)

4En effet, une Sodalitas litteraria rhenana s’était constitué au début du xvie siècle, dont les membres faisaient partie de l’élite politique, culturelle et ecclésiastique strasbourgeoise (Jean Geiler de Kaysersberg, Jacques Wimpheling, Sébastien Brant, Beatus Rhenanus, Jacques Sturm…), tout en favorisant la propagation des conceptions récentes6. Mais la caractéristique de ce groupe d’humanistes, c’était qu’il ne se limitait pas au travail philologique : chacun se préoccupait aussi de l’état de la société et de l’Église, étant eux-mêmes, pour la plupart, des gens d’Église. C’est grâce à eux, à leur critique des mœurs et des abus, et à leur réflexion que l’idée de réformation prend place avec une énergie inattendue, en se propageant dans toute la ville et ses alentours.

5Parmi les remèdes qu’il préconisait, Wimpheling suggérait avant tout l’école et la pédagogie, deux outils indispensables pour former l’homme nouveau dont avaient besoin la société et l’Église. À l’image de celle, prestigieuse, de Sélestat, il s’engageait à créer à Strasbourg une école latine, un lieu bien connu par Érasme qui associe à son souci pédagogique, la critique des abus dans l’Église et la vision d’un christianisme rénové. Cependant, en suivant la philosophia Christi, Érasme essayait de revenir aux sources bibliques et patristiques, condamnait la méthode scolastique et souhaitait l’apprentissage des langues classiques afin de maîtriser les nuances des œuvres anciens.

6En quittant la cité rhénane, il s’adressa avec enthousiasme à Wimpheling :

J’ai vu [à Strasbourg] une monarchie sans tyrannie, une aristocratie sans caste, une démocratie sans désordre, une richesse sans luxe, un bonheur sans orgueil. Saurait-on imaginer félicité plus réelle que cette harmonie ?

7Dans ce milieu, où l’humanisme était déjà bien enraciné, l’héritage érasmien va se mêler aux propositions luthériennes qui gagnent bientôt Strasbourg. Au début, Luther et Érasme sont associés dans l’annonce du « vrai Évangile », mais, à côté des écrits, la grande masse de la population est surtout touchée par la prédication. Matthieu Zell, curé pléban de la cathédrale, prêche désormais à la luthérienne, il stigmatise la tyrannie de l’Église de Rome, proclame la liberté chrétienne et exhorte à une foi active dans l’amour. Deux hommes très ouverts vont le rejoindre en 1523 : Martin Bucer, ancien dominicain délié de ses vœux et marié, et Wolfgang Capiton, ancien conseiller du cardinal Albert de Mayence et prévôt du chapitre de Saint-Thomas. C’est aussi à la suite de leur engagement que le protestantisme va s’établir dans la durée, non sans connaître des divisions internes ou des confrontations avec divers mouvements radicaux.

  • 7 Il s’agit du célèbre De Corrigendis studiis severioribus praeceptiunculae breves, Othonis Brunnfels (...)

8Le défi de l’éducation et les écoles deviennent le terrain où les réformateurs et les humanistes pouvaient essayer de se rencontrer. Le grand souci de Wimpheling d’instruire la jeunesse et de mieux former les clercs avait croisé le mouvement évangélique jusqu’à soutenir en 1519 la publication par Otto Brunfels du traité pédagogique De Corrigendis studiis severioribus7. La voix la plus forte est celle de Luther qui, dans son Manifeste à la noblesse en 1520, reproche la place accordée à Aristote dans les universités et défend une place plus importante du latin, du grec et de l’hébreu, de l’histoire et des mathématiques, l’étude de la Bible avant celle des Sentences de Pierre Lombard.

  • 8 Parmi les intellectuels alsaciens s’impose la personnalité de Jacques Sturm : Thomas A. Brady, Prot (...)
  • 9 Bernard Vogler, « Johannes Sturm und der Magistrat von Strassburg », dans M. Arnold (dir.), op. cit (...)
  • 10 Lucien Febvre, « La France et Strasbourg au xvie siècle », dans La vie en Alsace, Strasbourg, Renai (...)

9Les réformateurs strasbourgeois se montrent sensibles à ses propositions en voulant renforcer la scolarisation et l’effort pédagogique. Dans les années 1520 montait sur scène Jacques Sturm, l’homme d’État le plus remarquable de la ville libre8. Après une formation chez Wimpheling, Sturm avait suivi les cours universitaires de Heidelberg et de Fribourg, pour revenir à Strasbourg et entreprendre sa carrière. Déjà en 1514, Érasme lui avait reconnu des qualités singulières (la droiture, la modestie et l’immense savoir) qui recommandaient son engagement dans la fonction publique. Malgré l’opposition de son ancien précepteur, Sturm adhère bientôt au courant réformateur et, à partir de 1524, il est membre des Conseils, collabore plusieurs fois avec le Magistrat comme Stettmeister et participe à de nombreuses négociations politiques ou religieuses comme ambassadeur itinérant de la République. Mais à côté de cette charge diplomatique, Sturm conçoit l’enseignement comme une vraie mission, afin de former des citoyens et des hommes pieux et savants, capables de défendre leur nouvelle foi9. À partir de 1526 il met en pratique ses convictions et préside résolument la commission de l’instruction publique, composée de trois conseillers, appelés scolarques, pour organiser le système éducatif. Des écoles primaires et latines ouvrent leurs portes, il distribue des bourses d’étude et couronne en 1538 ses efforts avec la création de la Haute École, l’établissement qui réunit l’enseignement secondaire et les cours supérieurs qui visent, selon Francis Rapp, « à développer en même temps la piété, l’éloquence et la connaissance ». Le choix de son homologue Jean Sturm pour la diriger témoigne absolument sa prévoyance, bien reconnue par Lucien Febvre : « L’on comprend que, pendant trente ans, grâce à Jacques Sturm, Strasbourg, la petite Strasbourg, a été dans l’Europe en armes et déchirée, une des plus hautes lumières de paix et de concorde du monde réformé10. »

Jean Sturm ou la réforme humaniste

  • 11 Lewis W. Spitz, Barbara Sher Tinsley, Johann Sturm on education : the reformation and humanist lear (...)
  • 12 Fondamental sur ce courant spirituel : Regnerus Richardus Post, The Modern Devotion : Confrontation (...)
  • 13 Sturm fait mémoire de ses études au collège de Louvain et évoque son travail sur le célèbre homme d (...)
  • 14 Kees Meerhoff, « Jean Sturm et l’introduction de l’humanisme du Nord à Paris (1529- 1531) », dans M (...)
  • 15 Robert Faerber, « Bucer et Jean Sturm », dans Christian Krieger, Marc Lienhard (dir.), Martin Bucer (...)

10C’est lui la figure clé de la réforme de l’éducation et le pivot de toute la révolution scolaire réalisée à Strasbourg au xvie siècle11. Sa biographie montre un chemin déjà tracé : né à Schleiden en 1507, de l’autre côté du Rhin, il avait été formé à Liège dans le Collège Saint-Jérôme dirigé par les Frères de la Vie commune et imprégné des principes de la Devotio moderna, où il assimilait les éléments fondamentaux de sa future pédagogie12. L’enfance de celui qu’on appellera le « Cicéron d’Allemagne » est marquée par la connaissance des auteurs classiques, parmi lesquels il s’imprègne de l’œuvre de Cicéron auquel il voue une admiration particulière : les tournures oratoires cicéroniennes qu’il mémorise alors marqueront profondément ses œuvres et son enseignement futur. Étudiant à l’université de Louvain, il logeait dans le Collège trilingue fondé par un disciple d’Érasme, d’où sa réflexion sur la didactique humaniste et sur le concept de methodus (la façon d’enseigner et d’apprendre)13. Son intérêt pour les textes classiques à l’usage des élèves l’amène à Paris en 1529. Séduit par les opinions des humanistes (Guillaume Budé en tête), il donne des cours libres sur Cicéron au Collège Royal et affine ses connaissances philologiques en développant sa première production rhétorique et dialectique14. À travers les œuvres de Martin Bucer et de Philippe Melanchthon mûrit son adhésion à la Réforme, et il se laisse inspirer par l’accès libre à l’évangile, rejette la logique médiévale et élabore une logique accessible à tous et utile dans la vie quotidienne15.

  • 16 Pour une analyse comparative et différentielle des systèmes éducatifs confessionnels : Simona Negru (...)

11Au cours de la période parisienne (1529-1536), Sturm fait preuve de curiosité et d’esprit critique et révise l’art oratoire sur la base des discours de Démosthène et de Cicéron. À Paris, il se rapproche du Collège de Montaigu, institution réformée par le néerlandais Johannes Standonck selon le style des Frères de la vie commune. C’est surtout à Montaigu qu’il s’imprègne des principes pédagogiques du modus Parisiensis (répartition des élèves dans les différentes classes, définition d’un cursus d’études progressifs, renouvellement de l’enseignement de la grammaire à partir des textes classiques et des humanistes italiens…), qui composera la trame de son projet et, plus tard, de la Ratio studiorum des Jésuites16. Il peut-être intéressant de souligner que Paris, à cette époque, accueille simultanément Sturm, Jean Calvin et Ignace de Loyola, trois personnages qui ont su mettre à profit, chacun à leur manière, la formation acquise dans la capitale française.

12En 1533, au début de l’année universitaire, Sturm assiste au discours de Nicolas Cop, recteur de la Sorbonne, qui explique la doctrine protestante de la justification par la foi et montre la conjonction entre vocation éducative et témoignage chrétien. Grâce à la protection de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, il se met au service des frères Jean et Guillaume Du Bellay, défenseurs des opinions progressistes, humanistes et réformées. En tant que médiateur, entre 1534-1535, Jean Sturm travaille également au rapprochement de François Ier et des luthériens allemands et c’est en raison de son sens politique qu’il entre en relation avec les milieux protestants de l’Empire. Il développe des talents diplomatiques qu’il saura mettre au service de la ville qui l’accueillera pour travailler à l’enracinement de la Réforme en France ainsi qu’à la défense de ses coreligionnaires.

13Le tournant de son existence s’achève bientôt : en décembre 1536, il accepte l’invitation des gouvernants de Strasbourg pour enseigner dans cette ville où il arrive le 14 janvier 1537. Jean Sturm reconnait dans Jacques Sturm l’homme capable de réaliser une synthèse des expériences acquises par les humanistes de la région et lui confie le plan de bâtir une école-pilote : le rêve était de marquer l’éducation du sceau de la pensée d’Érasme. L’humaniste Jean Sturm, défenseur désormais illustre du mouvement évangélique, faisait la synthèse de l’influence libérale des Pays-Bas et du carrefour parisien, deux âmes greffées sur les rives du Rhin, un bagage intellectuel qui, par la suite, n’a fait que se consolider avec l’usage d’un latin élégant et la lecture passionnée de la littérature classique.

  • 17 L’histoire du gymnase et de sa suite demeure dans : Anton Schindling, Humanistiche Hochschule und f (...)

14Le Gymnase de Strasbourg fut érigé en 1538 dans le couvent des frères prêcheurs, comme résultat du regroupement des écoles latines existantes, et Sturm en fut son premier recteur17. Le bâtiment qui abritait le Gymnase avait en lui-même une valeur profondément symbolique, car il avait été la maison d’un ordre religieux voué à l’enseignement : ce lieu témoignait une continuation idéale entre une tradition scolaire et spéculative et une formation des élites urbaines désormais placée sous le signe de la culture classique (Aristote en primis) et chrétienne réformée.

15Soucieux de préserver l’unité de l’enseignement, Sturm incorporait ainsi les écoles latines de la ville dans un seul lieu, fusionnant de la sorte l’enseignement secondaire et les cours supérieurs. Il était persuadé qu’on obtiendrait les meilleurs résultats là où tous les enseignements étaient conçus et organisés de manière progressive, une intuition qui lui permettra d’accueillir tous les niveaux d’études, du primaire à l’université.

16Au centre de sa méthode, on trouve l’exigence d’utiliser du bon latin, au détriment des langues vulgaires, et la transmission sine glossa du savoir classique et biblique. Dans les procédures d’enseignement et d’apprentissage, il recommandait l’utilisation des loci communes, les schémas conceptuels destinés à être appris par cœur : cette technique didactique était valable à la fois pour l’enseignement primaire et secondaire et pour les cours supérieurs. Cette adaptation répondit à l’évolution du Gymnase, qui compta rapidement dix classes, comprenant l’enseignement des cours publics (lectiones publicae) portant sur la théologie et les studia humanitatis (les disciplines relevant de la philologie et de la philosophie) et, par la suite, sur le droit et la médecine. On venait de réaliser, d’une certaine manière, un établissement humaniste modèle, avec la combinaison d’une école latine et des cours supérieurs qui traduisaient la réception pédagogique de l’Antiquité en accordant la prééminence à l’étude des langues.

17Aux cours supérieurs s’attachèrent des lectiones de philosophie et de théologie et, après 1544, aussi de droit et de médecine : la route du Gymnase s’ouvrait ainsi vers l’université. L’école de Jean Sturm fut perçue de loin comme un exemple à reproduire et les empereurs ne manqueront pas de l’encourager : en 1566, après la paix d’Augsbourg (1555) qui avait confirmé la parité des droits entre les universités catholiques et protestantes, Maximilien II accorda au Gymnase le privilège de Haute École (semiuniversitas), avec l’autorisation de délivrer les diplômes de la Faculté des Arts (baccalaureus, magister). Il faudra attendre 1621 pour que Ferdinand II lui attribue le statut d’université, avec le droit de conférer des grades dans toutes les facultés : arts, médecine, droit et théologie.

Pour une pédagogie dévote

  • 18 Philippe Büttgen, « Rede und Lehre bei Johannes Sturm : Anmerjungen zum Traktat De amissa dicendi r (...)

18Les institutions éducatives laissent des traces bâties sur un projet pédagogique solide et homogène qui, dans notre cas, était établi par la methodus sturmiana. C’est en mars 1538 que Jean Sturm publia son traité De Literarum ludis recte aperiendis liber, afin d’expliquer l’ouverture à Strasbourg d’une institution scolaire unique. Depuis les grands classiques, il a tenté de développer dans cet ouvrage sa propre théorie de l’éloquence afin de l’appliquer à son programme éducatif. On retrouve la même tension pédagogique qui motivait Sturm dans la promotion des Progymnasmata, c’est à dire les exercices de rhétorique introduits dans les classes de grammaire et de rhétorique du curriculum à la fois protestant et catholique. L’adoption de cette technique dans la première moitié du xvie siècle a coïncidé avec l’émergence d’une nouvelle approche pédagogique qui mettait l’accent sur le « commentaire », un nouveau défi méthodologique qui engageait maîtres et élèves et que Sturm avait confié au traité De Amissa dicendi ratione18.

19On pourrait dire que Sturm a donné dès le début de son mandat une interprétation fondamentale de sa pédagogie. Ces pages montrent l’originalité du système sturmien en comparaison avec d’autres textes similaires du début du xvie siècle (par exemple, les écrits de Wimpheling, Guillaume Budé, Érasme, Mélanchthon et Otto Brunfels). Celui de Sturm prévoit l’articulation d’un programme d’enseignement spécifique et gradué avec une réflexion pédagogique de fond. Ces théories vont être reprises et remaniées à la lumière de plusieurs années d’application concrète, en 1565, dans la collection Classicae Epistolae.

20Quels sont ses fondements ? D’abord, le modus Parisiensis, qui avait laissé une profonde empreinte sur Sturm, puis le courant spirituel de la devotio moderna, la vocation éducative de la tradition chrétienne, les ruisseaux humanistes et érasmiens convoités dans la grande rivière du protestantisme.

  • 19 « Nous avons souhaité faire de la piété, fondée sur le savoir et l’éloquence, le but des études ».
  • 20 Très utile à ce propos, l’édition critique d’Angiolo Gambaro de Desiderio Erasmo da Rotterdam, Il c (...)

21Selon Sturm il était naturel et nécessaire de caractériser le but de l’enseignement en fonction des besoins de la communauté : « Propositum a nobis est, sapientem atque eloquentem pietatem, finem esse studiorum »19. Dans cette affirmation résonne l’union (le complexus) entre pietas et humanitas qu’Érasme avait déjà mis en œuvre dans son Dialogus ciceronianus, publié à Bâle en 1528 chez Jean Froben. Dans cet ouvrage, Érasme réagissait contre le culte idolâtre de Cicéron et l’aptitude à déguiser selon une allure classique et païenne les idées et les institutions chrétiennes20. En revanche, Érasme cherchait à ne pas décourager l’imitation cicéronienne des partisans de l’éloquence, et à montrer comment suivre Cicéron tout en combinant l’éloquence avec la piété chrétienne.

22Le défi de l’humanisme chrétien érasmien devient également le but de l’œuvre de Sturm : réconcilier la doctrine et les mœurs dans l’éducation des jeunes, harmoniser l’apprentissage du contenu des disciplines avec l’éthique de leur pratique ; tirer des conclusions méthodologiques à partir du principe que la vraie pédagogie fleurit sur la connaissance des langues anciennes (et non modernes) et sur une pietas litterata : l’éducation morale et religieuse devait intégrer l’enseignement purement intellectuel.

  • 21 Véronique Montagne, « Jean Sturm et Valentin Erythraeus : ou l’élaboration méthodique d’une topique (...)

23L’orientation donnée à l’institution d’enseignement de Strasbourg a été entièrement dominée par la personnalité sturmienne, dont la rhétorique était la science de base de toute méthodologie et Cicéron l’auteur qui a formé le modèle stylistique et inspiré le contexte éthico-politique. De même, Sturm vise à sensibiliser les étudiants par l’acquisition de la dignité, de la sagesse, de la piété et de la vigueur, toutes qualités annoncées par Cicéron lui-même. Parmi les idées sturmiennes, demeurent la recherche de l’équilibre entre les connaissances empiriques et les principes théoriques, la conquête d’une juste proportion entre les préoccupations concrètes et des objectifs intellectuels, l’acquisition d’une méthodologie et d’une progression dans le style, en attachant une grande importance à l’apprentissage par cœur et à l’eloquio élégant21.

  • 22 Alexandra Trachsel, « Johannes Sturm’s methods of translations : examples from the field of rhetori (...)
  • 23 Luc Bussière, Les Pédagogues protestants. 2 : Luther, Sturm, Calvin, Guebwiller, Collège Daniel, 19 (...)

24Le but ultime de l’éducation était de conduire à la foi (pietas), mais une foi qui savait joindre la sagesse et l’éloquence (ratio atque oratio), résultat d’un parfait équilibre de connaissances factuelles (rerum cognitio) et d’élégance du style des lettres et des sciences (orationis puritas et ornatus)22. Dans chaque niveau d’étude, selon des voies progressives, le souci pédagogique s’efforçait de combiner trois aspects : la piété, c’est-à-dire l’orientation morale et religieuse ; la sagesse, c’est-à-dire l’utilisation des connaissances démontrant le bon sens ; l’éloquence, c’est-à-dire la sensibilité d’expression qui pouvait atteindre un public plus large. Le but était de forger un citoyen vertueux, afin qu’il puisse prendre la parole dans un contexte politique et social donné et, à son tour, convaincre ses compatriotes, le tout au nom de l’humanisme. On entend ici l’écho conciliant de Bucer, tandis que le dogmatisme de Calvin ou l’intransigeance de Jean Marbach ou Jean Pappus sont très loin, jusqu’à oser établir une correspondance active avec les humanistes et les catholiques23. Sturm était pleinement homme de son temps, lié à la culture classique, un partisan de l’émulation, comme moyen qui garantissait l’ascension sociale des élèves d’origine modeste, et d’une pédagogie dévote, révélant la formation d’un homme ancré dans les valeurs classiques et religieuses.

25Dans son traité, Sturm se propose deux objectifs : présenter une méthode d’enseignement flexible, capable de conduire l’élève à maîtriser l’éloquence latine et à l’exercer dans les cours publics destinés à la formation professionnelle, théologique ou juridique ; développer un modèle d’organisation de l’enseignement et du personnel enseignant afin d’assurer un maximum d’efficacité ; assurer la continuité, la morale et la perfection intellectuelle des futurs dirigeants.

  • 24 Edouard Mehl, « Jean Sturm et l’enseignement des mathématiques à la Haute Ecole de Strasbourg », da (...)

26Pour ce qui concerne l’organisation de son Gymnase, Sturm a divisé son programme d’enseignement « secondaire » selon neuf classes (puis dix, parce qu’il a doublé la neuvième initiale), chacune dirigée par un seul magister, prévoyant, à partir de l’âge de six ou sept ans, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture jusqu’aux disciplines du quadrivium ; à ce premier cycle, s’ajoutait une section supérieure de cinq ans qui assurait des cours de lettres, de droit et de théologie jusqu’à dix-sept ans environ. En effet, en huit ans, de la dixième à la troisième classe, l’éducation formelle reposait principalement sur la grammaire, l’étude du style et du vocabulaire, la rhétorique et la dialectique. L’approche des disciplines spécialisées survenait plus tard, lorsqu’on ajoutait la poétique, les mathématiques, la théologie, la musique et le théâtre24.

27De la neuvième à troisième classe, on déchiffrait entièrement les Litterae selectae de Cicéron, tandis qu’à partir de la sixième tout le monde se plongeait dans la poésie grecque et latine d’une manière intégrale, accompagnée d’exercices pratiques tels que les versions, les thèmes et les commentaires avec une orientation édifiante. Dans les deux classes supérieures, les élèves attaquent les bases théoriques de l’éloquence avec une lecture intensive des auteurs classiques sine glossa. La finalité d’un apprentissage correct de la langue latine excluait l’usage du dialecte et de la langue vernaculaire dans la salle de classe, sous peine de sanctions : l’enseignement en allemand était réservé aux classes initiales.

28Quant à la gestion pratique, Sturm défendait la durée annuelle des cours, des examens de passage d’une classe à l’autre, l’allocation des enseignants à une seule classe, des chaires pour des cours spécialisées, sans oublier la formation des enseignants. Le théâtre et la musique étaient conçus comme des compléments formidables de la pédagogie magistrale et étaient pratiqués à côté du catéchisme, temps indispensable à la maturation complète des élèves. Le rôle du catéchisme était en effet central, car il contribuait aussi à la formation chrétienne des jeunes, mais on privilégiait les auteurs de la Bible et de l’histoire ancienne, afin de s’appuyer sur leurs préceptes et leurs exemples de vertu.

29Les cours commençaient à six ou sept ans environ pour s’achever vers les dix-sept ans, mais il n’était pas obligatoire de rester une année complète dans une seule classe : grâce à des promotions semestrielles, les professeurs permettaient aux plus diligents de progresser. Les classes étaient divisées en groupes de huit à dix élèves avec un décurion qui supervisait la répétition des cours et des tâches, le contrôle du comportement de ses compagnons, dénonçant les erreurs au professeur. Les cours ne duraient pas plus de cinq heures par jour et alternaient avec des exercices physiques, avec la conviction que l’éducation devrait affiner le corps ainsi que l’esprit. Afin de stimuler le zèle des élèves on propose l’émulation, en exhortant chacun à faire des progrès vers un prix bien mérité.

30Les classes étaient nombreuses, de trente à quarante élèves, bien gouvernées par des règles basées sur la sélection et le travail personnel. Deux internats, le Collegium Wilhelmitanum et le collège des prédicateurs, garantissaient à l’établissement un succès remarquable, jusqu’atteindre une moyenne annuelle de plus de quatre cents étudiants, formant une communauté spécifiquement destinée à former les cadres du territoire.

31Sturm élaborait sa méthode à partir d’une conception pessimiste de la nature humaine, selon laquelle la gravité des enseignants, sans tomber dans la cruauté, assurait un plus grand engagement et un meilleur résultat. Dans cet esprit, chaque enseignant pouvait bien connaître ses élèves en conservant son poste pendant dix, vingt ans. L’institution admettait des avancements de carrière : le maître ou le professeur pouvait évoluer vers les classes supérieures et accéder ainsi à une prébende plus importante, sans oublier que sa vocation primaire était celle de servir l’Église et la ville. Grâce au catéchisme et à l’apprentissage des chants, les enseignants accompagnaient les enfants pour devenir des vrais croyants et des fidèles engagés : chacun devait être d’abord Schuldiener (serviteur de l’école), des fonctionnaires au service de la ville et du magistrat, mais payés par le Chapitre de Saint-Thomas, le seul en ville qui était devenu entièrement protestant. Dans cette perspective, les professeurs s’engageaient à révérer le caractère politique et ecclésiastique de la ville, en assistant aux offices religieux et à la communion selon le rituel de la Confession d’Augsbourg.

32Chapeautant tout cela, un recteur veille sur l’orthodoxie des disciplines et la conduite régulière des cours : Sturm lui-même exerça rigoureusement cette charge de 1538 à 1581 presque sans interruption, présence continue qui favorisa l’application de son projet pédagogique, à côté d’un règlement concernant dès 1539 les mœurs, la conduite et la tenue des élèves.

In officina Sturmi

33L’aventure éducative de Jean Sturm ne se déployait pas de manière solitaire, tout comme sa quête scientifique : pour répondre aux attentes de ses contemporains, il réussit à mettre en place un réseau d’échanges à l’échelle européenne, une sorte de sodalitas litterarum, outil de diffusion de sa pensée. Grâce à ses relations diplomatiques et culturelles et à sa renommée, le Gymnase devint l’une des écoles municipales les plus importantes de l’époque, grâce à des enseignants de valeur, y compris des réfugiés italiens et français, comme les avocats François Hotman, Charles Dumoulin, François Baudouin et Denis Godefroy, le médecin Gonthier d’Andernach (Winther Johann von Andernach), l’humaniste Peter Martyr Vermigli et Jérôme Zanchi (tous les deux impliqués dans le débat autour des doctrines réformées de la Cène et de la prédestination du Seigneur), le Juif Emmanuel Tremellius, les Suisses Petrus Hansefuss dit Dasypodius, Jean Calvin et Théodore de Bèze, les Espagnols Francisco Enzinas (Dryande) et Cassiodore de Reina, traducteurs de la Bible en espagnol, l’Anglais Philipp Sydney.

34La pédagogie sturmienne semblait taillée sur mesure pour la noblesse européenne soucieuse de se libérer de la profession des armes, de s’ouvrir à une culture solide et d’administrer ses affaires dans un climat de paix tant désirée. Pour cette classe sociale, le format des humanae litterae devint à son tour la manifestation et le promoteur de l’humanisme. Partisan enthousiaste de cet idéal, Sturm réfléchissait longuement à la nature de cette « aristocratie littéraire » qui, souvent incorporée à la noblesse de robe, gérait l’administration et la vie politique des villes et des principautés. L’attraction exercée par Sturm et son institution était si extraordinaire que, dans la seconde moitié du xvie siècle et les premières décennies du xviie siècle, Strasbourg accueillait un afflux de nobles d’Europe centrale, de la Styrie et de la Carinthie autrichienne, de Haute et Basse-Autriche : initialement les étudiants était originaires des villes alliées (Constance, Lindau, Ulm et Memmingen), mais le rayonnement comprendra bientôt toute l’Europe.

  • 25 Anton Schindling, « Scholae Lauinganae. Johannes Sturm, das Gymnasium in Lauingen und die Jesuiten (...)
  • 26 Zdzislaw Pietrzyk, « Johannes Sturms Studenten aus der polnisch-litauischen Republik », dans M. Arn (...)

35Avec Sturm l’humanisme fait vraiment école : il organisa personnellement les gymnases dans les principautés palatines de Zweibrücken et de Neuburg, à Hornbach dans le Palatinat occidental et à Lauingen sur le Danube25. Dans la région lituano-polonaise, des écoles protestantes se réclamèrent du modèle strasbourgeois, appliqué aussi en Westphalie dans l’école réformée de Burgsteinfurt, et de nombreuses créations dans l’espace suisse (Lausanne, Genève) et français (Nîmes) se sont inspirées de ses statuts26.

36S’il est impossible de nier le rôle joué par Jean Sturm dans la construction de la pensée pédagogique protestante, il faut souligner que le Gymnase strasbourgeois fut un vrai laboratoire éducatif pour l’ensemble de l’espace germanique : la formation, la culture et l’idéal contribuaient, par conséquent, à unifier les écoles beaucoup plus que les modèles de gouvernement et d’organisation.

37À Strasbourg, les pasteurs de la communauté calviniste, engagés pleinement dans la prédication et la défense de leurs petits groupes menacés par l’église luthérienne, se montraient extrêmement sensibles aux problèmes de l’éducation. Beaucoup d’entre eux firent leur chemin vers les écoles étrangères, en établissant une nouvelle forme de peregrinatio academica en direction de l’Académie de Genève (fondée par Calvin et Théodore de Bèze), des universités de Bâle, Heidelberg, Leyde et, plus rarement, Oxford, alors que les académies françaises comme Nîmes, Orange, Saumur, Montauban et Sedan perdent progressivement leur pouvoir d’attraction, jusqu’à disparaitre pendant le xviie siècle, à la suite de la répression des huguenots français.

38Si la proposition pédagogique sturmienne a évidemment influencé certaines institutions protestantes, elle s’est aussi révélée un foyer de médiation confessionnelle : il suffira de penser à son influence dans l’élaboration de la méthode d’enseignement jésuite, la Ratio studiorum, et aussi dans la fondation ou la rénovation de certains collèges de la Compagnie de Jésus dans l’Empire, notamment celui de Cologne, le Collegiun Tricoronatum, par le père Johann Rethius. Sturm, dans un passage des Classicae Epistolae, reconnaît d’ailleurs la validité de la proposition jésuite (« ils nous aident à cultiver les sciences, nous poussent à des efforts majeurs »), ce qui ne l’empêche pas de souligner les différences et d’entamer un processus d’émulation entre les deux systèmes. Et on reconnaît-là la posture très moderne de Sturm.

39Le modèle humaniste a constitué l’archétype des écoles protestantes et catholiques, mais chaque confession chrétienne a su élaborer ses parcours d’apprentissage et ses institutions éducatives. Toutefois, on pourra avoir une meilleure compréhension de l’héritage du principe sturmien, selon lequel éducation et instruction sont inséparables, en retraçant son influence spécialement dans le milieu réformateur et surtout dans l’œuvre de Comenius, père de la pédagogie moderne, pour qui le but de l’éducation réside dans une formation spirituelle et civile, car « éduquer c’est vivre ».

  • 27 Simona Negruzzo, L’umanesimo riformatore di Juan Luis Vives e di Johannes Sturm, dans Ugo Baldini, (...)
  • 28 Armand Wagelser, « Jean Sturm à Nordheim : simples notes de lecture », Kronthal et Mossig annuaire (...)

40Sturm est également un interprète de l’humanisme, à travers le corpus de ses publications destinées à faire passer ses idées dans la vie. En somme, on trouve ici la tension entre l’idéal et sa réalisation. De plus, la méthode analytique mise en œuvre dans l’élaboration de sa production risque également de faire perdre de vue l’unité dynamique de son style et de son esprit, en le ramenant à autant de questions particulières. S’il me fallait prolonger cette étude, il faudrait examiner encore à fond les réflexions qu’il élabore dans ses œuvres, à la lumière d’une comparaison plus large qu’à présent avec d’autres auteurs (Juan Luis Vives, par exemple)27. Il faudrait en effet revisiter tout son corpus, car non seulement on trouve dans les interstices une invitation à retrouver l’esprit de l’humanisme chrétien qui tentait de s’exprimer à travers ces intuitions, mais ses textes reconnectent les réformes mises en avant avec le renouveau appelé par la Réforme. Cette saisie de son cheminement pédagogique comme expérience de renouvellement des pratiques de formation conduit à penser Sturm comme une personnalité de renouveau. C’est ce que le polonais Jean Ostrorog souligna dès 1581, à l’occasion de la destitution de Sturm de la charge de recteur du Gymnase, après la controverse avec le luthérien Jean Pappus, prélude de sa retraite à Nordheim28 :

  • 29 9 mars 1581 : discours public de Jean Ostrorog (1565-1622), dans : Stanisław Kot, « Le rayonnement (...)

C’est l’homme que la France contemple, que l’Italie admire, que l’Angleterre, l’Écosse, le Danemark, la Hongrie, la Bohème, entourent de respect et d’affection ; c’est lui, dis-je, que tant de royaumes réclament, que l’Europe entière se dispute. Demandez aux jeunes gens laborieux des nations étrangères pourquoi ils ont entrepris les fatigues d’un long voyage, auquel jamais ils n’auraient songé ? Ils diront que c’est pour voir Sturm et pour suivre ses leçons. Demandez-leur qui les a attirés ? C’est Sturm, oui, c’est Sturm, répondront-ils tous29.

  • 30 Hugues Daussy, « Jean Sturm et la France », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 339-353.

41Dans ce portrait on peut entendre l’écho de la personnalité polyédrique de Sturm, et aussi de ses aptitudes au dialogue dans tous les domaines de la vie active. Sa réputation influençait certainement le choix de nombreux étudiants, un lien prouvé par sa correspondance qui compte plus d’un millier de lettres adressées à plus de quatre-cents correspondants disséminés dans toute l’Europe. Ce corpus épistolaire montre aussi l’inclinaison politique de Jean Sturm, souvent engagé dans des missions diplomatiques fondamentales pour l’Europe de l’époque, une pratique qui l’a amené à établir des relations directement avec les chefs d’État, comme les princes allemands ou la reine Elizabeth d’Angleterre, à travers la personne de son ministre des affaires étrangères Francis Walsingham (dans la perspective d’une grande alliance de tous les protestants sur le continent contre les Habsbourg et la papauté) et de son ancien précepteur, Roger Ascham. En raison de ses services, Sturm obtient une rente du roi de France, des récompenses du prince de Hesse, électeur de Saxe, du roi de Danemark et d’Elizabeth Ière Tudor30.

42L’engagement commun dans le domaine de l’éducation était perçu comme d’égale importance et comme une condition préalable à une tentative de réconciliation entre les protestants et l’Église de Rome, lorsqu’en 1550 Sturm correspondait avec trois cardinaux : Antoine Perrenot de Granvelle, Jean du Bellay et Jean de Lorraine. Mais c’est en 1561 qu’il aurait pu jouer un rôle de médiateur en première ligne, au moment où le nonce à Augsbourg, Zaccaria Delfino, contactait Sturm et le théologien italien Zanchi, considérés comme des hommes de dialogue, afin de les inviter à la dernière session du Concile de Trente. Mais les conditions posées par Sturm, Zanchi, Vermigli et d’autres protestants, jointes à l’avis négatif du cardinal-neveu Carlo Borromeo, faisaient avorter cette initiative et ouvraient vers l’irrévocable séparation confessionnelle.

  • 31 Comme guide pour défricher le chemin et le charisme sturmien : Marc Lienhard, « Rückblick und Ausbl (...)

43Mettre au jour l’interprétation de l’héritage de Jean Sturm, humaniste convaincu, pédagogue, diplomate et théologien, demande enfin que l’on s’interroge sur la période visée par cette enquête31. On serait tenté de la limiter aux années de sa biographie, mais l’héritage de Sturm à l’Alsace et à l’Europe demande un regard qui s’étale sur la longue durée.

Portrait peint par Tobias Stimmer et gravé en 1617 par Jacques von der Heyden,

Portrait peint par Tobias Stimmer et gravé en 1617 par Jacques von der Heyden,

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Strasbourg, étudiant, mœurs : Ensemble documentaire BNUStr003, pl. 23, JacoB van der Heyden, 1618

Strasbourg, étudiant, mœurs : Ensemble documentaire BNUStr003, pl. 23, JacoB van der Heyden, 1618

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, NIM32693 http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b10218691q

De amissa dicendi ratione : ad Franciscum Frossium iurisconsultum libri II, Johann Sturm, 1542

De amissa dicendi ratione : ad Franciscum Frossium iurisconsultum libri II, Johann Sturm, 1542

http://books.google.fr/​books?id=vOc7AAAAcAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

De literarum ludis recte aperiendis liber, Johann Sturm apud Vuendelinum Richelium, 1539

De literarum ludis recte aperiendis liber, Johann Sturm apud Vuendelinum Richelium, 1539

http://books.google.fr/​books?id=o2U8AAAAcAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

Notes

1 L’œuvre de Charles Schmidt, La Vie et les travaux de Jean Sturm, paru à Strasbourg en 1855 et Nieuwkoop, B. De Graaf, 1970, reste la pierre de touche et le point de départ de toutes recherches. Les anniversaires concernant Jean Sturm et son gymnase ont toujours permis de faire avancer les investigations documentaires et les approfondissements : Bernard Heyberger, « Le Gymnase de Strasbourg à travers ses commémorations : quatre siècles et demi sur une frontière politique et culturelle (1538-1988) », Histoire de l’éducation, 2003, n 97, p. 3-36.

2 Matthieu Arnold, Julien Collonges (dir.), Jean Sturm : quand l’humanisme fait école, Strasbourg, Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg, 2007 ; Jean Sturm (1507- 1589) : réformateur de l’enseignement public à Strasbourg, Strasbourg, Médiathèque protestante, 2007. Les actes du colloque se présentent comme une vraie mise à jour interdisciplinaire : Matthieu Arnold (dir.), Johannes Sturm (1507-1589). Rhetor, Pädagoge und Diplomat, Tübingen, Mohr Siebeck, 2009.

3 Jean Sturm, De literarum ludis recte aperiendis liber. De la bonne manière d’ouvrir des écoles de Lettres, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2007. À partir de cette nouvelle traduction en français : Matthieu Arnold, « Le projet pédagogique de Jean Sturm, 1507-1589 : originalité et actualité », Revue d’histoire et de philosophie religieuses, 2007, n 4, p. 385-413. En Allemagne : Bernd Schröder (dir.), Johannes Sturm (1507-1589). Pädagoge der Reformation. Zwei Schulschriften aus Anlass seines 500, Jena, IKS-Verlag, 2009. Dans ce livre, Ernst Eckel et Hans-Christoph Schröter traduisent les deux textes programmatiques de Sturm : le De literarum ludis, du 1538, et le Scholae Lauinganae de 1565. Le pédagogue rhénan composait le premier au début de son magistère strasbourgeois, tandis qu’il réalisait le deuxième presque à la fin de son parcours académique où le Gymnase se montre comme un modèle à imiter surtout à l’étranger.

4 Miriam Usher Chrisman, Lay culture, learned culture : books and social change in Strasbourg, 1480-1599, New Haven – London, Yale University Press, 1982.

5 Fiorella De Michelis Pintacuda, Tra Erasmo e Lutero, Roma Edizioni di storia e letteratura, 2001.

6 Francis Rapp, « Strasbourg à la veille de la Réformation : contexte intellectuel et religieux », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 11-19. L’admiration envers l’humaniste de Sélestat l’amène à réaliser sa biographie : Robert Walter, « Jean Sturm biographe de Beatus Rhenanus », Annuaire - Société des amis de la Bibliothèque de Sélestat, 1996, n° 46, p. 73-80 ; Robert Walter, « L’Art de Jean Sturm dans sa “Vie de Beatus Rhenanus” », Annuaire - Société des amis de la Bibliothèque de Sélestat, 1997, n° 47, p. 25-30 ; Irena Backus, « Sturm’s life of Beatus Rhenanus between laudatio and history », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 61-76 ; James Hirstein, « Johannes Sturm’s biography of Beatus Rhenanus : to explain a distorted image », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 77-105.

7 Il s’agit du célèbre De Corrigendis studiis severioribus praeceptiunculae breves, Othonis Brunnfelsii Moguntini, carthusiani, Strasbourg, apud Johann Schott, 1519. William R. Estep, Renaissance and Reformation, Grand Rapids - Mich., William B. Eerdmans Publishing Company, 1986, p. 51-52.

8 Parmi les intellectuels alsaciens s’impose la personnalité de Jacques Sturm : Thomas A. Brady, Protestant politics : Jacob Sturm (1489-1553) and the German Reformation, Atlantic Highland (N.J.), Humanities press, 1995 ; Thomas A. Brady Jr., The politics of the Reformation in Germany : Jacob Sturm (1489-1553) of Strasbourg, Atlantic Highlands (N. J.), Humanities press, 1997 ; Thomas A. Brady Jr., « Political loyalty and religious vision in Reformation Strasbourg : Claus Kniebis, Jacob Sturm, Johannes Sturm, Johannes Sleidanus », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 21-35.

9 Bernard Vogler, « Johannes Sturm und der Magistrat von Strassburg », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 37-45.

10 Lucien Febvre, « La France et Strasbourg au xvie siècle », dans La vie en Alsace, Strasbourg, Renaissance alsacienne, 1926.

11 Lewis W. Spitz, Barbara Sher Tinsley, Johann Sturm on education : the reformation and humanist learning, St. Louis (Mo.), Concordia Pub. House, 1995 ; Loïc Chalmel, « Jean Sturm », dans Jean Houssaye (dir.), Premiers pédagogues : de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, ESF, 2002, p. 296-325 ; Loïc Chalmel, « Jean Sturm : Renaissance et utopie pédagogique », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 181-194.

12 Fondamental sur ce courant spirituel : Regnerus Richardus Post, The Modern Devotion : Confrontation with Reformation and Humanism, Leiden, E.J. Brill, 1968 ; Ilario Tolomio, « La filosofia spirituale della “Devotio moderna” », Medioevo, 1982, n° 8, p. 205-228.

13 Sturm fait mémoire de ses études au collège de Louvain et évoque son travail sur le célèbre homme d’État et orateur romain dans une lettre publiée en tête de : Cicéron, Epistolarum volumen primum [ad familiares] [...] Cum praefatione Joan. Sturmii..., Vol. II, Strasbourg, Rihel, 1541.

14 Kees Meerhoff, « Jean Sturm et l’introduction de l’humanisme du Nord à Paris (1529- 1531) », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 109-129.

15 Robert Faerber, « Bucer et Jean Sturm », dans Christian Krieger, Marc Lienhard (dir.), Martin Bucer and Sixteenth Century Europe. Actes du Colloque de Strasbourg (28-31 août 1991), Leiden, Brill, 1993, p. 329-341 ; Sachiko Kusukawa, « Vinculum Concordiae : Lutheran method by Philip Melanchthon », dans Daniel A. Di Liscia, Eckhard Kessler, Charlotte Methuen (dir.) Method and order in Renaissance philosophy of nature : the Aristotle commentary tradition, Aldershot, Ashgate, 1997, p. 337-354 ; Martin Greschat, Philippe Melanchthon : théologien, pédagogue et humaniste (1497-1560), Paris, PUF, 2011.

16 Pour une analyse comparative et différentielle des systèmes éducatifs confessionnels : Simona Negruzzo, L’armonia contesa. Identità ed educazione nell’Alsazia moderna, Bologna, Il Mulino, 2005, p. 119-128.

17 L’histoire du gymnase et de sa suite demeure dans : Anton Schindling, Humanistiche Hochschule und freie Reichsstadt Gymnasium und Akademie in Strassburg 1538-1621, Wiesbaden, F. Steiner, 1977.

18 Philippe Büttgen, « Rede und Lehre bei Johannes Sturm : Anmerjungen zum Traktat De amissa dicendi ratione (1538) », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 162-177.

19 « Nous avons souhaité faire de la piété, fondée sur le savoir et l’éloquence, le but des études ».

20 Très utile à ce propos, l’édition critique d’Angiolo Gambaro de Desiderio Erasmo da Rotterdam, Il ciceroniano o dello stile migliore, Brescia, La Scuola, 1965. C’est à partir du Ciceronianus érasmien que le débat s’envenime vraiment et franchit aussi les Alpes. À Strasbourg, fief protestant, Jean Sturm, par contre, préconise l’étude de Cicéron en particulier dans le collège : Mireille Marie Louise Azibert, L’influence d’Horace et de Cicéron sur les arts de rhétorique première et seconde sur les arts poétiques du seizième siècle en France, Pau, Marrimpouey, 1972, p. 25. Pour Sturm, Horace constituait un modèle de versification et d’intimité : Olivier Millet, « La poétique de Jean Sturm d’après son commentaire de l’art poétique d’Horace », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 147-159.

21 Véronique Montagne, « Jean Sturm et Valentin Erythraeus : ou l’élaboration méthodique d’une topique dialectique », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, 2001, n° 63/3, p. 477-509 ; Véronique Montagne, « Le “De suavi dicendi forma” de Jean Sturm : notes sur la douceur du style à la Renaissance », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 2004, n° 66/3, p. 541-563.

22 Alexandra Trachsel, « Johannes Sturm’s methods of translations : examples from the field of rhetoric », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 131-145.

23 Luc Bussière, Les Pédagogues protestants. 2 : Luther, Sturm, Calvin, Guebwiller, Collège Daniel, 1994 ; Martin Greschat, Martin Bucer (1491-1551), Un réformateur et son temps, Paris, PUF, 2002 ; Stephen E. Buckwalter, « Johannes Sturm und Martin Bucer », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 47-59. Sur le séjour de Calvin à Stasbourg : Anton Schindling, « Jean Calvin et l’Ecole de Jean Sturm », dans Matthieu Arnold (dir.), Jean Calvin : les années strasbourgeoises (1538-1541) : Actes du colloque de Strasbourg (8-9 octobre 2009) à l’occasion du 500e anniversaire de la naissance du Réformateur, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2010, p. 79-92.

24 Edouard Mehl, « Jean Sturm et l’enseignement des mathématiques à la Haute Ecole de Strasbourg », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 195-213 ; Robert Weeda, « Une pédagogie de l’art du chant », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 216-238.

25 Anton Schindling, « Scholae Lauinganae. Johannes Sturm, das Gymnasium in Lauingen und die Jesuiten in Dillingen » dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 261-292 ; Martin Holy, « Johannes Sturm, das Strassburger Gymnasium (Akademie) und die Böhmischen Länder in der zweiten Hälfte des 16. Jahrhunderts », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 303-319.

26 Zdzislaw Pietrzyk, « Johannes Sturms Studenten aus der polnisch-litauischen Republik », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 293-302 ; Martin Klörer, « Sturm in Riga : Einflüsse Johannes Sturms auf das altlivländische Bildungswesen », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 331-336.

27 Simona Negruzzo, L’umanesimo riformatore di Juan Luis Vives e di Johannes Sturm, dans Ugo Baldini, Gian Paolo Brizzi (dir.), Amicitiae pignus. Studi storici per Piero Del Negro, Milano, Unicopli, 2013, p. 265-276.

28 Armand Wagelser, « Jean Sturm à Nordheim : simples notes de lecture », Kronthal et Mossig annuaire du Cercle d’histoire de Marlenheim et environs, 2007, n 11, p. 21-24.

29 9 mars 1581 : discours public de Jean Ostrorog (1565-1622), dans : Stanisław Kot, « Le rayonnement de Strasbourg en Pologne à l’époque de l’Humanisme », Revue des études slaves, 1951, 27/1, p. 184-200 (spécialement p. 193-195).

30 Hugues Daussy, « Jean Sturm et la France », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 339-353.

31 Comme guide pour défricher le chemin et le charisme sturmien : Marc Lienhard, « Rückblick und Ausblick : Am Schnittpunkt zwischen Humanismus und Reformation : der Weg und die Ausstrahlung des Johannes Sturm », dans M. Arnold (dir.), op. cit., p. 407-421. La renommée de Sturm va bientôt s’amplifier aussi grâce au travail encyclopédique de : Melchior Adamus, Vitae Germanorum Philosophorum qui saeculo superiori, et quod excurrit, philosophicis ac humanioribus literis clari floruerunt, Haidelbergae, Impensis Jonae Rosae Librarij Francof. Typis Johannis Lacelloti, Acad Typograph., 1615, p. 342-347.

Table des illustrations

Titre Portrait peint par Tobias Stimmer et gravé en 1617 par Jacques von der Heyden,
Crédits Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Strasbourg, étudiant, mœurs : Ensemble documentaire BNUStr003, pl. 23, JacoB van der Heyden, 1618
Crédits Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, NIM32693 http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b10218691q
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre De amissa dicendi ratione : ad Franciscum Frossium iurisconsultum libri II, Johann Sturm, 1542
Crédits http://books.google.fr/​books?id=vOc7AAAAcAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre De literarum ludis recte aperiendis liber, Johann Sturm apud Vuendelinum Richelium, 1539
Crédits http://books.google.fr/​books?id=o2U8AAAAcAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3627/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search