Version classiqueVersion mobile

Protestantisme et éducation dans la France moderne

 | 
Yves Krumenacker
, 
Boris Noguès

Salut par la foi, salut par la lecture : les nouveaux abécédaires en français au xvie siècle

Marianne Carbonnier-Burkard

Texte intégral

  • 1 Arrêt édité par Nathanaël Weiss dans Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme françai (...)

1Le 1er juillet 1542, le Parlement de Paris inquiet des progrès de l’hérésie faisait publier « à son de trompe » diverses mesures pour renforcer le contrôle sur tous les nouveaux livres imprimés, interdisant entre autres des « alphabetz que l’on imprime pour les petitz enffans », truffés d’« aulcunes erreurs de la secte lutherienne ». L’arrêt succédait aux censures des théologiens de l’université de Paris sur trois abécédaires en français1. Si des docteurs en théologie avaient à l’œil ces petits livres d’enfant, c’est que les ABC, normalement en latin, avaient toujours pour support un memento catéchétique et des prières ; et que là pouvaient se glisser des « nouveautés » dangereuses, surtout quand elles étaient en français.

  • 2 Henri hauser, Etudes sur la Réforme française, Paris, A. Picard, 1909, p. 274-288.
  • 3 Rodolphe Peter, « L’abécédaire genevois ou catéchisme élémentaire de Calvin », Revue d’Histoire et (...)
  • 4 Ainsi Jean Hébrard, « La scolarisation des savoirs élémentaires à l’époque moderne », Histoire de l (...)
  • 5 En particulier : French Vernacular Books. Books Published in the French Language before 1601, éd. A (...)
  • 6 Ian Green, The Christian’s A, B, C, Catechisms and Catechizing in England, c. 1530-1740, Oxford, Cl (...)

2L’historien Henri Hauser a le premier, en 1909, attiré l’attention sur des abécédaires du xvie siècle en français, d’apparence inoffensifs, mais passeurs de propagande protestante, et pourchassés comme tels2. À partir des années 1970, les travaux bibliographiques sur la littérature « évangélique » de langue française – de Rodolphe Peter, Eugénie Droz, Francis Higman –, ont mis au jour d’autres éditions jusqu’alors inconnues3, et stimulé de solides études d’histoire culturelle mettant en rapport les manuels scolaires en français, entre autres les ABC, et la Réforme protestante4. Les nouveaux outils bibliographiques en ligne m’ont permis de dégager un corpus spécifique d’abécédaires en français du xvie siècle – plusieurs dizaines d’éditions - portant des stigmates d’« hérésie » protestante, déjà repérables par leur mise à l’Index de Paris, d’Anvers ou de Rome5. On peut d’emblée noter que ce corpus – incluant d’ailleurs nombre de disparus, est bien mince, comparé aux séries d’abécédaires et mini-catéchismes en langue vernaculaire produits en Angleterre ou en Allemagne dans le sillage de la Réforme6. Il est cependant suffisamment varié pour rendre pertinente une typologie des nouveaux abécédaires en français, tous de marque « réformatrice », sinon réformée. Après avoir identifié les principaux types du corpus, mis en contexte, je m’attacherai au modèle générique des nouveaux abécédaires, en recherchant l’articulation entre l’apprentissage de la lecture en français et la doctrine réformatrice, exprimant une nouvelle compréhension du salut.

Typologie des nouveaux abécédaires en français

  • 7 Voir Pierre Gasnault, « La Croix de par Dieu au xvie siècle », dans Aux origines du catéchisme en F (...)

3Jetons d’abord un coup d’œil sur un abécédaire traditionnel du début du xvie siècle, appelé aussi « Croix de par Dieu », en raison de la croix de Saint-André placée en tête, qui indique le geste du signe de croix à faire par l’enfant au début de la leçon de lecture7 (fig. 1).

Fig. 1. [Alphabet sans titre]- Genève, Gabriel Pomar, s.d. [v. 1520/1530],

Fig. 1. [Alphabet sans titre]- Genève, Gabriel Pomar, s.d. [v. 1520/1530],

http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-6973

4Imprimé à Genève, par Gabriel Pomard, vers 1520-1530, sans page de titre, au début d’un livre d’heures, il est composé de 8 feuillets, en caractères gothiques (« bâtardes »), avec une lettrine ornée, les autres lettrines et les rubriques en rouge. Tout en latin, il comporte trois parties :

  1. L’alphabet proprement dit, soit la suite des lettres (A a a b c d…), sur deux lignes.

  2. Pater, puis Salutatio angelica (ou Ave Maria), puis Duodecim articuli fidei (ou Credo) : soit les trois prières catéchétiques de base depuis le xiiie siècle. Dans d’autres « Croix de par Dieu », on trouve à la suite la traduction des trois prières et une série de listes en français : les Dix commandements de Dieu (en vers) et les cinq commandements de l’Église, les sept œuvres de miséricorde, les sept péchés capitaux, les sept sacrements… L’initiation aux lettres et aux mots – en latin- est ainsi solidaire de l’initiation catéchétique.

  3. Des oraisons extraites de l’office de la Vierge et de la messe, le bénédicité et les grâces. Cette partie toujours en latin, avec parfois l’indication des rubriques en français, fait le lien avec le livre d’heures (dans beaucoup d’abécédaires, elle est introduite par les psaumes de la pénitence). Il s’agit de textes plus complexes que les précédents, pour des élèves sachant déjà déchiffrer. L’abécédaire fait mémoriser les prières des heures et les réponds de la messe, en latin.

  • 8 Renvoi est fait à l’Annexe bibliographique, à la fin du présent article. Le cas particulier de l’ab (...)

5Dans ce même temps, des abécédaires tout en français ont été imprimés, sauf exception loin de Paris, à Genève, à Anvers, à Strasbourg : au moins soixante éditions attestées, entre 1533 à la fin du xvie siècle8. Un premier groupe d’éditions est constitué autour de deux prototypes des années 1530, repris et modifiés jusque vers 1550. Un second groupe naît dans le contexte nouveau des années 1550, celui de la consolidation de la réforme calvinienne à Genève, et de sa diffusion en France.

Les deux prototypes : les manuels de Genève et d’Anvers

6Les deux nouveaux abécédaires tout en français paraissent presque simultanément, en 1533-1534, dans des milieux différents, et connaissent dans les années suivantes quelques mutations liées à leur environnement respectif.

Genève : L’instruction des enfans d’Olivétan (1533, 1537)

  • 9 Voir Eugénie Droz, « Pierre de Vingle imprimeur », dans Aspects de la propagande religieuse, Genève (...)
  • 10 Reinhard Bodenmann a mis au jour le contexte socio-culturel vaudois : « Les vaudois et la productio (...)

7Imprimée anonymement à Genève en 1533, L’instruction des enfans : contenant la manière de prononcer et escrire en françoys, l’oraison de Jésu Christ, les articles de la foy, les Dix commandemens, la salutation angélicque…, est l’oeuvre de Pierre Robert dit Olivétan (c. 1506-1538) [Cf. Annexe, n° 1]9 (fig.2). Humaniste picard inquiété en 1528 pour ses idées évangéliques, celui-ci s’était réfugié à Neuchâtel où il était devenu maître d’école en 1531, avant d’être envoyé par Guillaume Farel à Genève, cité épiscopale alors agitée par les partisans de la Réforme bernoise (1532). De Genève, il avait dû se réfugier dans les vallées vaudoises du Piémont, travaillant à la traduction de la Bible en français, tout en enseignant le français aux « adolescens de son escole » ; en avril 1533 il était de retour à Genève, et à nouveau chassé. Dans son adresse au lecteur, l’Instruction des enfans révèle que l’initiative d’un abécédaire en français revient à Antoine Saunier, prédicateur du réseau de Farel, assurant le contact entre la Romandie et les vallées vaudoises : c’est d’abord pour les écoles des vaudois des vallées du Piémont et du Lubéron qu’Olivétan a fait imprimer à Genève, par Pierre de Vingle, l’imprimeur de Farel, son abécédaire en français10.

Fig. 2 [Olivétan] L’instruction des enfans… - Genève, [Pierre de Vingle] 1533.

Fig. 2 [Olivétan] L’instruction des enfans… - Genève, [Pierre de Vingle] 1533.

http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-6933

  • 11 « Tu ne te feras pas d’images taillées » est traditionnellement rattaché au premier commandement. I (...)

8Comparé aux abécédaires traditionnels, celui d’Olivétan se distingue d’emblée par le passage au français intégral (en caractères gothiques) et par le gonflement du volume (64 feuillets). L’alphabet en tête de l’abécédaire, sans croix, est pensé pour la lecture en français : lettres, consonnes, voyelles, diphtongues, tableau de syllabes, prononciation des lettres. Les exemples de mots sont des noms de personnages bibliques. Suivent les trois prières catéchétiques de base, entre lesquelles est inséré le Décalogue (fig. 3), nouveau venu parmi les textes de base, suivant le Petit catéchisme de Luther (1529). Chacun des textes est situé, introduit en quelques mots : ainsi les « Articles de nostre foy », « lesquels devons croire de coeur et confesser de bouche » ; les Dix commandements sont cités en référence à Exode 20 et présentés en deux tables, l’interdiction des images formant le deuxième commandement11; la salutation de l’ange Gabriel est le texte de l’Évangile de Luc, sans la finale traditionnelle de prière à la Vierge.

Fig. 3. [Olivétan] L’instruction des enfans… 1533.

Fig. 3. [Olivétan] L’instruction des enfans… 1533.

http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-6933

  • 12 Il se pourrait qu’Olivétan ait utilisé des florilèges bibliques déjà en usage chez les vaudois (R. (...)
  • 13 À la manière du recueil de prières de Brunfels, Prières et oraisons de la Bible, Anvers, 1529.

9Ces quatre textes précèdent ce qui constitue le corps principal du manuel : la « déclaration » (explication) de chacun des articles précédents, par des citations bibliques dûment référencées, groupées en grappes thématiques12. Pour ses citations, Olivétan a utilisé la traduction française de Lefèvre d’Etaples sur la Vulgate (Anvers, 1530), sauf pour le nom de Dieu, « Jehovah », qu’il explique et traduit déjà « l’Eternel », l’une des marques de sa traduction de la Bible, alors en chantier. Aucun commentaire n’est ajouté, mais le choix des passages de l’Écriture et leur ordre mettent en évidence l’enchaînement paulinien-luthérien de la Loi au Christ : ainsi les explications du Décalogue sont suivies du « Sommaire de la loi », puis d’une explication de la Salutation angélique, expression du « mystère de l’incarnation de nostre Seigneur ». Quelques exhortations pour des prières collectives à l’école ou à la maison, et de brèves oraisons, toutes tirées de l’Écriture, complètent le manuel13. D’un bout à l’autre, le manuel d’Olivétan est donc orienté par une finalité : la lecture de la bible en français. Tout à la fin, on note une nouveauté toute pratique, « économique », une initiation au calcul avec les noms des nombres et les chiffres.

  • 14 Mai 1536 : ouverture du collège de Rive, sous la direction d’Antoine Saunier. À partir de la fin 15 (...)
  • 15 Voir les nouveaux développements portant sur le baptême et la cène, les ministères dans l’Église, l (...)
  • 16 Ch. du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 232.

10Le 21 mai 1536, Genève passe à la Réforme et décrète d’un même souffle l’instruction obligatoire14. Olivétan revient comme enseignant au collège et remanie son manuel, en l’adaptant à la situation de l’Église réformée de Genève15. La nouvelle édition est imprimée en 1537 par Jean Girard, un vaudois appelé à Genève par Farel. Celui-ci utilise des caractères romains, plus lisibles, ainsi qu’une ponctuation et des accents modernisés. La partie concernant l’alphabet, plus développée que dans la première édition, est complétée par une réflexion sur la pédagogie de la lecture et de l’écriture en français [Annexe, n° 2]. Réédité à Genève en 1540 [Annexe, n° 3], le manuel d’Olivétan est l’un des petits livres visés par la censure des théologiens de Paris le 25 mai 1542 : « l’Instruction des enfans : plutôt Destruction des enfants ! »16. À partir de 1551, ses rééditions ne sont plus celles d’un abécédaire, mais d’un manuel d’instruction familiale.

Anvers : Introduction pour les enfans (v. 1534- 1542)

  • 17 Sur l’intérêt de cette édition, voir S. Baddeley, op. cit., p. 337-340.

11L’Introduction pour les enfans publiée vers 1534 à Anvers, chez Martin Lempereur, éditeur de la Bible française de Lefèvre d’Etaples, est un petit abécédaire de 8 feuillets en caractères gothiques [Annexe, n° 7]. En 1538, la veuve de Lempereur le ressort, augmenté de plusieurs textes [Annexe, n° 8]. Précédé du signe de croix traditionnel, l’alphabet se limite à la liste des lettres, sur deux lignes. Les textes catéchétiques de base sont quatre : les Dix commandements, la Salutation angélique (avec la prière finale à la Vierge), le symbole des Apôtres, et l’Oraison dominicale. Ces textes sont présentés sur une trame doctrinale, logique et pédagogique, qui rappelle le Petit catéchisme de Luther : l’enfant va de la connaissance de Dieu à la connaissance de l’homme pécheur, donc à la Loi, et de la loi au salut en Jésus Christ. À ce point, celui de « l’oraison que Jésus Christ enseigna à ses disciples », l’enfant se reconnaît « pécheur devant Dieu ». La confession des péchés devant Dieu peut être suivie, « quant le temps et necessité requiert », d’une confession au prêtre, quelque peu embarrassée. Les textes ajoutés en 1538, empruntés à la littérature « évangélique », consistent en des explications extraites du Livre de vraye et parfaicte oraison, publié par Lempereur en 1533, ainsi que des oraisons pour la journée, dont celles de Clément Marot pour la table, et des oraisons occasionnelles. Une autre édition de l’Introduction pour les enfans, plus nettement « évangélique », de l’entourage de Marguerite de Navarre, est donnée en 1540 par Antoine Des Goys, successeur de Lempereur, avec une réédition de la Briesve doctrine de Marot pour la modernisation de l’orthographe française (1533) [Annexe, n° 9]17.

  • 18 Cité par Eugénie Droz, « Le curé Landry et les frères Langelier », op. cit., p. 293.

12En 1539 ou 1540, le libraire parisien Arnoul L’Angelier publie une version allégée de l’abécédaire d’Anvers, à la demande du curé François Landry, prédicateur proche de Gérard Roussel, protégé de Marguerite reine de Navarre, et aumônier de l’orphelinat des Enfants rouges, fondation charitable de Marguerite. Parce qu’il avait distribué à « plusieurs petitz enffans » cet « alphabet en françoys », contenant des « choses malsonnantes contre la confession auriculaire », Landry eut des ennuis avec la Sorbonne18.

Fig. 4. Introduction pour les enfans, in : La Fontaine de vie..., Paris, Arnoul Langelier (impr. par E. Caveiller), 1542

Fig. 4. Introduction pour les enfans, in : La Fontaine de vie..., Paris, Arnoul Langelier (impr. par E. Caveiller), 1542

© Société de l’histoire du protestantisme français, Paris.

  • 19 Sur le contexte parisien et le texte de cette édition de 1542, voir Eugénie Droz, op. cit., p. 273- (...)
  • 20 Dans le cadre limité de cet article, laissons de côté l’Instruction et créance des chrestiens, impr (...)

13Deux ans plus tard, L’Angelier republie son abécédaire en prenant des précautions : il lui adjoint les prières de l’édition moins provocatrice de 1538, et le place en appendice à son édition de La Fontaine de vie, ouvrage de piété du fonds de Lempereur, sous forme d’une collection de citations scripturaires, traduites en français sur la Bible de Lefèvre19 [Annexe, n° 12] (fig. 4). Mais l’abécédaire de L’Angelier assume des ruptures avec les pratiques traditionnelles que n’osait pas l’édition de 1538. Ainsi la prière à la Vierge est supprimée et la réponse du prêtre confesseur à l’enfant est dépourvue d’ambiguïté : « puis que avez bon desir, ayez confidence [confiance] en Jesu Christ, et jugez probablement que voz pechez vous sont pardonnez : allez en paix et ne pechez plus » (manière de dire le salut par la foi seule). Le 25 mai 1542, la Sorbonne censure la Fontaine de vie à cause de l’Instruction pour les enfans, jugée « luthérienne ». Cependant, à distance du Parlement de Paris, cette Instruction des enfans issue du milieu évangélique, dorénavant intégrée dans la Fontaine de vie, est republiée à plusieurs reprises : à Lyon, entre 1542 et 1560, ainsi qu’à Orléans, chez Eloi Gibier, qui n’était pas encore, en 1559, le réformé militant qu’il allait devenir [Annexe, n° 13-18]20.

Deux types des années 1550 : les manuels de Lyon et de Genève

14L’édit de Châteaubriant (1551) – intensifiant le contrôle des livres, surtout à Paris, interdisant même l’entrée en France des livres de Genève – et localement la croissance d’une communauté « évangélique » ou « réformée » clandestine expliquent l’impression à Lyon d’un abécédaire nouveau, intitulé Alphabet ou instruction chrestienne, en plusieurs variantes. Parallèlement, Genève se muait en « ville école » de la Réforme francophone, produisant son propre abécédaire, l’ABC en françois, lequel, à partir de 1560, a forcé le passage vers les nouvelles Églises réformées de France.

L’Alphabet de Lyon (1548 - 1557) et ses suites

Fig. 5. Alphabet ou Instruction chrestienne pour les petis enfans. Nouvellement reveu & augmentée de plusieurs choses, Lyon, Pierre Estiard, 1555 [Annexe, n° 22]

Fig. 5. Alphabet ou Instruction chrestienne pour les petis enfans. Nouvellement reveu & augmentée de plusieurs choses, Lyon, Pierre Estiard, 1555 [Annexe, n° 22]

© Société de l’histoire du protestantisme français, Paris.

  • 21 Voir Jean-Marie Arnoult, « L’imprimeur Pierre Estiard… », dans Cinq siècles d’imprimerie genevoise, (...)

15Cet alphabet, dont la première édition remonte à 1548 a été réédité en 1555, à Lyon, par Pierre Estiart (†1564 ?), petit imprimeur-libraire spécialiste de livres clandestins et d’éditions pirates, en va et vient entre Genève, Strasbourg et Lyon21. Le calendrier des saints placé en tête, inhabituel dans les abécédaires en français mais usuel dans les livres d’heures, est là pour endormir la méfiance des censeurs, de même que les rubriques en rouge (fig. 5) Après l’alphabet – la suite des lettres et syllabes – sur deux pages, viennent les textes catéchétiques de base : l’Oraison dominicale, le Décalogue suivi du Sommaire de la Loi, et le Symbole des apôtres (pas de Salutation angélique). Ils sont insérés sur une trame doctrinale, justifiée pour guider l’enfant. À la suite, une série d’oraisons, la plupart de provenance genevoise : prières de Calvin et de Marot pour la journée, reprises du Catéchisme ou du psautier de Genève en cours de constitution ; et prières de la liturgie de l’Église de Genève (la Forme des prières ecclésiastiques), pour des cultes de maison (en changeant quelques mots : ainsi, l’oraison pour le jour de la « cène » est devenue « pour le jour qu’on va recevoir le sainct sacrement de l’eucharistie »). Plusieurs prières viennent de l’abécédaire d’Anvers (1538), et une « Oraison pour la paix de l’Église » d’Érasme (1532). Après ces séries d’oraisons, et les sept Psaumes pénitentiels dans la traduction d’Olivétan-Genève, l’abécédaire intègre un catéchisme par questions et réponses de Caspar Megander pour l’Église de Berne (1536), en traduction française. Tout à la fin, sur le modèle d’Olivétan, se trouve un « petit livret d’arithmétique ». C’est donc un ensemble éclectique que présente l’abécédaire d’Estiard, mêlant la Réforme suisse calvinisée (discrètement), et des bribes d’évangélisme fabriste.

  • 22 Voir Ch. du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 187, 277.
  • 23 Voir Rémi Jimenes, Les caractères de civilité. Typographie et calligraphie sous l’Ancien Régime, At (...)
  • 24 Voir aussi Marianne Carbonnier-Burkard, « Calvin dans des recueils de prières ‘nicodémites’ ? », da (...)
  • 25 D. Grosheide, « Twee protestantiserende werken door Plantin in 1558 gedrukt : ‘l’ABC ou instruction (...)

16L’Alphabet d’Estiard est republié à Lyon en 1558, sans le catéchisme de Megander, de même dans des contrefaçons parisiennes, toutes censurées [Annexe, n° 23, 25-28]22. Pourtant, en 1557 encore, l’Alphabet d’Estiard réussit à Lyon une sortie sans encombre, grâce au graveur-imprimeur Robert Granjon : en accointance avec le milieu réformé lyonnais, Granjon l’imprime, sous un titre remanié, avec des caractères qu’il venait tout juste de créer, les caractères dit de civilité, ou « lettres françoises d’art de main », inspirées de l’écriture cursive23 [Annexe, n° 24]. Fort du succès à la cour de ses caractères de civilité, Granjon republie l’Alphabet à Lyon en 1560, avec ces mêmes caractères, mais dans une version très retouchée, introduisant de multiples signes de conformité à la tradition catholique. Tandis qu’en 1562, à l’heure où Lyon est conquise par les réformés, Granjon revient aux textes d’Estiard [Annexe, n° 29-30]24. En relation avec Granjon, un imprimeur récemment installé à Anvers, Christophe Plantin, humaniste suspect d’hérésie, ressort en 1558 l’Alphabet, en utilisant aussi des caractères de civilité. De 1558 à 1567, plusieurs autres éditions de l’Alphabet sortent de ses presses, ou d’imprimeurs réformés de son réseau, toutes mises à l’Index d’Anvers en 1570 [Annexe, n° 31-36]25.

17Plus original, un autre manuel dans le sillage des alphabets lyonnais et de Granjon est sorti à Paris en 1559, signé de Pierre Habert (†1597) :

La Première instruction pour les enfans, par laquelle ils peuvent promptement et facilement aprendre à bien lire, prononcer et escrire. Ensemble la manière de prier Dieu en toutes necessitez, Paris, Philippe Danfrie et Richard Breton, 1559. [Annexe, n° 38]

  • 26 Le 5 septembre 1557, il avait été arrêté comme participant à l’assemblée de la rue St Jacques à Par (...)
  • 27 Voir R. Jimenes, op. cit., p. 18.
  • 28 Voir H. de La Fontaine Verwey, « Caractères de civilité et propagande religieuse », Bibliothèque d’ (...)

18Ce livre n’est pas à proprement parler un abécédaire, mais un manuel pour les enfants sachant déjà lire, pour « bien lire, prononcer et escrire » (l’apprentissage de l’écriture succédait en effet à celui de la lecture). Il est signé d’un professionnel, un maître écrivain, Pierre Habert, humaniste et réformé26, proche de la cour (il est le frère de François Habert, poète introduit à la cour de Henri II, ami de Ronsard). Pour imprimer son manuel, Habert s’est rapproché de deux coreligionnaires parisiens : le graveur Philippe Danfrie, qui copie les caractères de civilité de Granjon27 et son associé, l’imprimeur Richard Breton28.

  • 29 Voir Marianne Carbonnier-Burkard, « Le Trésor des prières du curé de Ferrières. Un manuel de piété (...)

19La Première instruction pour les enfans donne une place importante aux différentes polices de caractères, à l’alphabet, à la prononciation, à la ponctuation, aux accents (fig. 6). Les prières de base – Oraison dominicale, Salutation angélique, Symbole des apôtres, sont suivies d’un article sur Jésus Christ « seul médiateur », puis des Dix commandements, chacun développé par des versets bibliques appropriés. La moitié de l’abécédaire est occupée par « la manière de prier Dieu en toutes necessitez ». Il s’agit d’un ensemble de prières tirées du Livre de prières et oraisons, recueil composite imprimé à Genève depuis 155529, où l’on retrouve, comme dans l’Alphabet lyonnais de 1555, les prières de la journée de Calvin et Marot, et celles de la Forme des prières ecclésiastiques de Genève, avec de minimes retouches.

Fig. 6. Pierre Habert, La Premiere Instruction pour les Enfans, par Laquelle ils peuuent promptement et facilement aprendre à bien Lire, prononcer et escrire. Ensemble la maniere de prier Dieu en toutes necessitez, Paris, Philippe Danfrie et Richard Breton, 1559

Fig. 6. Pierre Habert, La Premiere Instruction pour les Enfans, par Laquelle ils peuuent promptement et facilement aprendre à bien Lire, prononcer et escrire. Ensemble la maniere de prier Dieu en toutes necessitez, Paris, Philippe Danfrie et Richard Breton, 1559

http://diglib.hab.de/​drucke/​lm-45-2/​start.htm

  • 30 Voir Albert Labarre, « La répression du livre hérétique dans la France du XVIe siècle », Revue fran (...)
  • 31 D’après l’inventaire après décès de Richard Breton, à Paris, en 1571, il restait au libraire un sto (...)
  • 32 Ch. Du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 277 s.
  • 33 Pierre Habert avait toute raison de se cacher, ayant déjà dû faire amende honorable après son arres (...)
  • 34 Datation retenue par R. Jimenes, op. cit., p. 30 (le catalogue de la BnF donne, à tort, la date de  (...)

20Le livre a obtenu un privilège royal, sans doute grâce à la dédicace à la jeune Marguerite de Valois en tête du livre (en date du 3 décembre 1558), mais a dû être dénoncé au Parlement, car dès le 27 fév. 1559 celui-ci envoie un de ses huissiers enquêter en l’hôtel de l’Etoile, à l’adresse de Danfrie30. Danfrie et Breton ont alors tenté de contourner la censure en changeant le début du titre et en recomposant le texte : Le Moyen de promptement et facilement apprendre en lettre francoyse, à bien lire, prononcer et escrire… [Annexe, n° 39] (ils réemploient aussi le texte, par pièces, dans La Civile honesteté pour les enfans de Claude Hours de Calviac, autre réformé [Annexe, n° 40])31. Peine perdue : la faculté de théologie de Paris examine l’abécédaire le 11 avril 1559, le censure copieusement, et demande son interdiction immédiate par l’autorité publique32. Danfrie est incarcéré et Breton, sommé à comparaître, ne s’en sort que par l’intervention d’un oncle chanoine. Habert, lui, disparaît pendant plusieurs années33. Après la mort de Breton (1571), Habert étant de retour en grâce auprès de Henri III, et Granjon redevenu parisien, le manuel en caractères de civilité est relancé, vers 1573 [Annexe, n° 41]34.

L’A B C de Genève (à partir de 1551)

21La première édition connue de l’ABC de Genève est celle de Jean Crespin, en 1551 : L’A B C françois, [Genève, Jean Crespin], 1551 [Annexe, n° 44].

22En tête de l’alphabet : « Notre aide soit au nom de Dieu… » : l’introït du prêche remplace le signe de croix traditionnel. Les lettres sont réparties dans un programme d’une semaine (fig. 7).

Fig. 7. L’ABC, ou l’instruction des chrestiens..., Genève, Jean Crespin, 1568

Fig. 7. L’ABC, ou l’instruction des chrestiens..., Genève, Jean Crespin, 1568

© Société de l’histoire du protestantisme français, Paris.

23Les trois textes de l’Oraison, du Symbole des apôtres et des Dix commandements, avec le Sommaire de la loi, forment un bloc, d’où est éliminée la Salutation angélique. Les prières de la journée – avant et après le repas, pour le matin et pour le soir, au matin avant l’école et « devant que de faire son œuvre » – sont celles du Catéchisme de Genève, celles de Calvin donc, avec celles de Marot dans le psautier de Genève. À la suite, on trouve un ensemble catéchétique à usage scolaire, comprenant un « petit traité » (résumé du catéchisme de Calvin), une série de citations scripturaires, en forme de sentences, de morale et de doctrine (élection, néant des œuvres, salut par grâce seule), des petites prières des écoliers de Maturin Cordier, et « La manière d’interroguer les enfans qu’on veut recevoir à la cène ». À la fin : les chiffres.

24D’une édition à l’autre, cette structure de l’ABC françois de Genève ne varie pas. Toutefois, à partir des années 1560, l’abécédaire tend à devenir un manuel complet pour la vie quotidienne de l’enfant, à l’école et dans sa famille. En effet, d’une part il se rapproche du psautier de Genève, devenu le livre des prières des réformés, avec « L’exercice du père de famille » au matin et au soir. D’autre part, il développe les éléments de pédagogie catéchétique et de morale à l’usage des enfants, tel « Le miroir de la jeunesse » de Maturin Cordier, version réformée de la « civilité » érasmienne [cf. Annexe, n° 49-61].

25Cette présentation des principaux types d’abécédaires en français du xvie siècle permet d’observer leurs traits communs. D’une part, tous conservent des abécédaires traditionnels le même petit format, la même double fonction d’apprentissage des lettres et de la religion, la même structure tripartite – alphabet / textes catéchétiques de base / oraisons de la journée, voire de l’office à l’église. D’autre part, tous innovent sur le plan de la langue, sur le plan de la typographie, et sur le plan des textes supports de la lecture. N’est-ce pas un nouveau modèle d’abécédaire qui s’est détaché du modèle traditionnel au xvie siècle ?

26Il est évident que le modèle n’est pas homogène. Le manuel d’Olivétan et les ABC de Genève affichent des ruptures : absence de signe de croix, place donnée à l’alphabet et aux chiffres, citations scripturaires référencées, tandis que l’abécédaire d’Anvers fait l’impasse sur la pédagogie de la lecture, est détaché des références scripturaires et entretient un certain flou doctrinal. Quant aux Alphabets lyonnais, ils empruntent à la fois à la pédagogie genevoise, à l’abécédaire d’Anvers et à des recueils de prières genevois, incluant discrètement Marot et Calvin. Ces variations, corrélées à des contextes politico-religieux précis, n’invalident pas pour autant l’identification d’un modèle de ces nouveaux abécédaires. Elles conduisent à considérer de plus près les milieux de production, dans l’attraction de la Réforme protestante, afin de saisir le modèle dans une dynamique.

Le modèle dans sa dynamique

27La période de la production et de la première diffusion des nouveaux abécédaires en français, entre 1533 et 1560, est celle de la percée évangélique réformatrice en pays francophones – à Genève, dans les vallées vaudoises, en France et aux Pays-Bas. Le programme réformateur dessiné dans ces manuels scolaires a été aussitôt pris dans le processus de construction confessionnelle opposant deux fronts, l’un catholique, l’autre réformé, en voie de stabilisation vers 1560 : un seul type des nouveaux abécédaires a survécu, adossé au pôle réformé de Genève.

Le programme réformateur

28Même s’ils sont anonymes, les abécédaires en français portent la trace d’auteurs et d’éditeurs dont les engagements ou les sympathies sont connus. Qu’ils soient maîtres d’école (Olivétan, Saunier, Cordier), « écrivain » (Habert), aumônier d’orphelinat (Landry), imprimeurs ou libraires, à Genève (Vingle, Crespin), à Anvers (L’Empereur, Des Goys, Christophe Plantin), à Paris (les frères L’Angelier, Danfrie et Breton), à Lyon (De Tournes, Dolet, Granjon), tous ces professionnels des lettres, de la Bible, du livre et de l’école sont des humanistes alliés sur des programmes de réforme touchant tout ensemble la pédagogie, la langue française, et la réforme religieuse lancée par Luther.

  • 35 Sur le français comme langue du peuple (des laïcs) en même temps que langue de distinction d’une él (...)
  • 36 Op. cit., spécialement chapitres V, VI, XI.

29Les pédagogues font partie des humanistes critiques à l’égard du latin d’Église, patriotes de la langue française, la langue du roi et de la nation. Attentifs au développement de l’enfant, ils misent sur l’apprentissage de la lecture par la compréhension des mots, ceux de la langue commune, « vulgaire »35. Cependant au xvie siècle, le choix d’enseigner à lire en français – sans passer par le latin – était discutable, car le français écrit, portant la trace de l’héritage latin, était hérissé de lettres muettes, autant d’obstacles à la lecture. C’est pourquoi autour de 1530 et plus tard, plusieurs de ces pédagogues humanistes militent pour une réforme de l’orthographe française, pour sa simplification, en rapprochant la graphie de la prononciation. Ils soutiennent les imprimeurs novateurs, promoteurs d’une typographie moderne : caractères « humanistiques », venus d’Italie (romains et italiques), substitués aux gothiques (germaniques) difficiles à lire, standardisation de la ponctuation et des accents. Enfin, comme l’a bien montré Susan Baddeley36, les pédagogues du français écrit et leurs imprimeurs appartiennent au réseau « évangélique » des années 1530-1540, les uns autour de Marguerite de Navarre, à Anvers et à Paris, les autres autour de Farel, à Genève. Dans les années 1550 encore, ils appartiennent au milieu réformé de Lyon, d’Anvers ou de Paris, en lien avec Genève, désormais polarisée par Calvin. Ces humanistes « évangéliques » ou réformés ont chargé les ABC de leur programme commun : une réforme de la lecture adossée à la réforme de la foi.

30Le programme d’aide à la lecture est non seulement dans le choix de la langue, mais aussi dans les choix typographiques du livre-abécédaire. Mis à part la première édition d’Olivétan (1533) et les premières éditions d’Anvers (1534-1540), tous les abécédaires suivants abandonnent les caractères gothiques traditionnels pour des caractères romains ; certains mêmes (ceux de Granjon et d’Habert) participent à la création des caractères de civilité. Plus significative encore est la place accordée à l’alphabet dans les abécédaires en français (mis à part le prototype d’Anvers). L’ABC de Genève, suivi par Habert, propose un plan hebdomadaire d’apprentissage. Olivétan, Estiard et Habert offrent même une véritable didactique de la lecture. Ainsi Olivétan, sur la prononciation des lettres pour les petits enfants, associe lettres et animaux familiers, par le son :

premièrement [les enfants] doivent apprendre à sonner les letres, que les nommer. J’appelle le son b, f, sans e ; le mot be, ef […] Comme quand tu voudras prononcer la lettre s, tu pourras ensuivir le son et [sifflement] du serpent ou oye, mais court et subit, sans queue. Pour r la voix du chien rechignant. Pour q la voix de l’anette ou canne. Pour z le son et bruit de la guespe…

  • 37 Analyse approfondie dans S. Baddeley, op. cit., ch. XI.

31La ponctuation et les accents font l’objet d’une rubrique spéciale dans la deuxième édition du manuel d’Olivétan (1537), et d’un développement plus important encore chez Habert, qui explique l’intérêt de ponctuer les phrases et de placer des accents sur certaines voyelles, pour résoudre les ambiguïtés des mots et découper des unités de sens dans la page37.

  • 38 Une traduction de l’ABC de Genève en basque, par le pasteur Jean de Liçarrague, a été publiée en 15 (...)
  • 39 L’abécédaire d’Anvers, discret sur l’Écriture, est couplé avec la Fontaine de vie, morceaux choisis (...)
  • 40 Ch. du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 232.

32Toutes ces techniques, comme aussi la modernisation de l’orthographe, sont autant d’aides à la lecture en tant qu’opération de compréhension par l’enfant du sens du texte. Le texte cible est la Bible, l’Écriture traduite en français38, dans la version de Lefèvre d’Etaples ou celle d’Olivétan39. La réforme de la lecture fait cause commune avec la promotion de la Bible pour les laïcs, comme l’indique la citation de l’Évangile de Jean mise en exergue dans l’ABC de Genève de 1568 : « Cherchez les Escritures » (Jn 5). En mai 1542, les théologiens de Paris ont bien pointé le caractère « pernicieux » de l’abécédaire (d’Olivétan), à cause de ses citations de l’Écriture sainte en guise d’autorité, de nature à « séduire la jeunesse »40. Si l’Écriture en français est le texte cible, les textes d’apprentissage de la lecture sont la triade du Petit catéchisme de Luther, où prend place le Décalogue, tandis que s’efface la Salutation angélique. Pour l’apprentissage de ces textes de base, les nouveaux abécédaires cassent la mécanique de la répétition, en les présentant dans une dynamique avec le sujet lecteur – l’enfant qui saisit ces paroles. Ils introduisent l’enfant dans le tableau.

33Ainsi, l’Alphabet d’Estiard de 1555 fait le lien entre les premiers mots prononcés par le petit enfant, dans la langue maternelle, et la première prière, le « notre Père », placé au début de l’abécédaire :

  • 41 Alphabet, Lyon, 1555, f. B1v-B2r.

Pour ce que l’une des premières voix articulées qu’aprent le jeune enfant en ce monde c’est Papa, qui signifie père : par laquelle il appele son père ayant son recours à luy et luy demandant ce, dequoy il se sent avoir besoing. Laquelle voix est plaine de douceur et amour et qui transperce le cœur du père, jusques à le contraindre par une douce violence et amoureuse affection, à luy donner ce qu’il voit luy estre bon […]. C’est bien raison […] que […] le jeune enfant soit aprins […] des le commencement à avoir recours et fiance en son vray Papa qui est Dieu le créateur. Pour ce, la première leçon qu’il apprendra sachant parler, sera l’Oraison dominicale qui s’ensuit [… ]41.

  • 42 Cette double question initiale de la catéchèse dans l’Introduction pour les enfans (Anvers 1538-L’A (...)

34Mais c’est l’enfant « parvenu à discrétion » auquel s’adressent principalement les abécédaires. Ainsi l’abécédaire d’Anvers, suivant Luther, repense toute la doctrine à partir du « sujet croyant », l’enfant. Il introduit le Décalogue en indiquant une progression dans la connaissance de l’enfant : « Qu’est-ce que Dieu ? », puis « Qu’est-ce que l’homme » ; l’homme, créé à l’image de Dieu, se reconnaît pécheur, au miroir de la Loi (Rom. 1 et 7)42.

Après [la Loi], luy fault apprendre comment il pourra parvenir a salut, a scavoir par croire de cueur et confesser de bouche.
Je crois en Dieu le Pere

35Le Symbole des apôtres est conclu par une déclaration d’appropriation personnelle du Symbole :

Je croy à tous ces articles, non pas seulement que ainsi est et a esté faict, mais aussi que pour moy il est ainsi, et que ainsi a esté faict pour mon salut.

36En reprenant la distinction luthérienne entre la foi « historique » (un savoir) et la foi « vive » ou foi-confiance, l’abécédaire d’Anvers exprime discrètement le thème du salut par la foi seule. Il poursuit le parcours catéchétique en faisant transition avec l’Oraison dominicale :

  • 43 Introduction pour les enfans…, 1538, f. A2-C2.

Et pour avoir grace de ce faire [i.e déclarer sa foi], fault que il [i.e l’enfant] la demande par l’oraison que Jesus Christ enseigna à ses disciples, delaquelle pour speciale ayde, congnoissant sa necessité, et soy confiant en l’habondante misericorde de Dieu, doibt ainsi prier : Notre pere qui es aux cieux43

  • 44 A comparer avec la sentence finale d’un abécédaire traditionnel, La doctrine et instruction des chr (...)
  • 45 Ch. Du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 277.

37Autrement dit, ce n’est pas la répétition des textes, des mots écrits dans l’alphabet, qui sauve, mais la foi-confiance dans la promesse de vie44. Tous les nouveaux abécédaires en français sont sur cette ligne. Épluchant le manuel de Habert, les théologiens censeurs ont d’ailleurs eux-mêmes remarqué ce changement de paradigme théologique, pour s’en inquiéter. Ils censurent un passage de l’épître aux lecteurs où l’auteur affirme le salut par la seule connaissance de Dieu dans l’Écriture, traduite en français « pour le profit de chacun desirant y comprendre ». En effet, expliquent-ils, cette proposition revient à « exclure la pratique des préceptes de l’Église, les bonnes œuvres, l’intercession des saints, la vertu et l’efficace des sacremens »45. Le « profit de chacun désirant comprendre » la parole de Dieu, la promesse de salut, c’est ce qu’offrent les alphabets en français avec l’outillage pour lire l’Écriture.

38Lire en vulgaire, croire en vulgaire, prier aussi en vulgaire : un nouveau mode de prier, avec l’intelligence et le cœur. À l’arrière-fond, la critique de Luther, et d’Érasme, aux prières multipliées marmottées dans une langue morte étrangère ; et l’exaltation par Luther d’une prière toute simple, celle de la foi-confiance, dite dans les mots de la Bible en langue de tous les jours. La langue vulgaire pour la prière abolit les frontières entre l’Église, l’école et la maison. Après la première prière, le Notre Père, les nouveaux alphabets présentent des prières en français, qui se substituent aux oraisons traditionnelles en latin. Ces prières à lire ou à réciter devaient rythmer la vie quotidienne de l’enfant à l’école ou à la maison. On y trouve invariablement, dès l’abécédaire d’Anvers de 1538, les prières de Marot (anonymes) avant et après le repas. Celles de Calvin (anonymes aussi) sont dès 1546 dans l’abécédaire de Strasbourg, puis dans les Alphabets lyonnais ou de Habert et dans les ABC de Genève : prières pour le matin au lever, pour le soir avant de se coucher, « pour dire devant qu’estudier sa leçon à l’eschole », cette dernière, recréée par Calvin à partir du psaume 119 :

  • 46 Voir les abécédaires n° 20, 22, 30, les manuels de Habert et les ABC de Genève.

Ouvre mes yeux / Et je considereray les merveilles de ta Loy. /Donne moy entendement et je garderay ta Loy/ Et la garderay en tout mon cœur46.

39Cette prière, qui associe les yeux, l’entendement et le cœur de l’écolier, concentre le double programme réformateur des pédagogues humanistes – réforme de la lecture et de la foi, tout en étant reçue, déjà, comme un élément de la construction confessionnelle genevoise.

La confessionnalisation

  • 47 Voir Francis Higman, Censorship and the Sorbonne... (1520-1551), Genève, Droz, 1979, et André Labar (...)
  • 48 Voir N. Weiss (BSHPF, 1916, p. 211, 224), H. Hauser (op. cit., p. 286-287), A. Labarre (op. cit., p (...)

40En France, comme aussi aux Pays-Bas, les théologiens censeurs, appuyés par le Parlement, le roi et la machine judiciaire, ont dès 1542 fait barrage aux nouveaux abécédaires, et ce jusqu’en 1559 au moins. Après la mise à l’Index d’un livre à Paris, nul ne pouvait plus dans le royaume ni le vendre ni le détenir ni le réimprimer, sous de lourdes peines47. Si les frères L’Angelier, Breton, Danfrie, Habert, Granjon ont échappé au pire, grâce à leurs protections ou leur rétractation, bien des libraires, colporteurs et régents ont alimenté l’Histoire des martyrs de Crespin48.

  • 49 Voir Francis Higman, Censorship and the Sorbonne, op. cit., p. 52-53.

41Pour écouler leur marchandise à risque, les imprimeurs d’Anvers, de Paris et de Lyon ont dû prendre des précautions, en recourant à des silences, des formulations ambiguës, ou des leurres de forme (croix de Saint-André, calendrier des saints)49. Si les Alphabets lyonnais et le manuel de Habert intègrent les prières de Calvin, ils les retouchent ça et là et prennent soin de les disséminer dans un ensemble composite, certes venu aussi de Genève, mais moins identifiable. Dans l’Introduction pour les enfans (édition d’Anvers 1538, et la plupart des éditions à la suite de la Fontaine de vie), ainsi que dans l’Alphabet de Granjon 1560, on peut même noter la coexistence de la doctrine réformatrice avec la reproduction de lignes de la doctrine traditionnelle, officiellement fixée en 1543 par les théologiens de Paris, puis par les décrets du Concile de Trente (confession au prêtre, prière à la Vierge, listes des péchés et des sacrements). Il se peut que ces flottements et ces agrégats doctrinaux correspondent – chez les auteurs, les imprimeurs et leur clientèle – à une sensibilité « évangélique » pré-confessionnelle, refusant le schisme ecclésial, mais les variations d’une édition à l’autre indiquent en tout cas la pression de la censure.

Fig. 8. Heures de nostre dame à lusage de Rome, Troyes, Jean du Ruau, v. 1584

Fig. 8. Heures de nostre dame à lusage de Rome, Troyes, Jean du Ruau, v. 1584

Médiathèque de Troyes

  • 50 Le Concile de Trente avait confirmé le latin comme la langue des « livres sacrés » (IVe session, 15 (...)

42Tactiques ou de bonne foi, ces hésitations restent cependant à l’intérieur d’un modèle qui tranche avec le modèle traditionnel, en vigueur en France jusqu’au xviiie siècle, sur la base du latin50. Il n’est que de mettre en regard un abécédaire d’Anvers ou de Granjon et un abécédaire standard, tel celui intitulé « Instruction des chrestiens », imprimé en 8 feuillets en tête des Heures de nostre dame à lusage de Rome, à Troyes, vers 1584 : ici, avec de minimes concessions à la langue vulgaire, le modèle de la Croix de par Dieu est inchangé, solidaire du latin, la langue de l’Église (fig. 8). Une exception à signaler : « le ABC des chrestiens », placé en tête des Heures de Nostre-Dame à l’usage de Rome, en françois, revues par René Benoist (Paris, 1585). Cet ABC est une traduction en français de la Croix de par Dieu (fig. 9), dans une perspective de reconquête sur l’hérésie protestante par le livre. Mais Benoist n’a pas fait école.

Fig. 9. Hevres De Nostre Dame A L’Vsage De Rome : En Latin Et François, René Benoist, Paris, édition de 1596.

Fig. 9. Hevres De Nostre Dame A L’Vsage De Rome : En Latin Et François, René Benoist, Paris, édition de 1596.

http://www.mdz-nbn-resolving.de/​urn/​resolver.pl?urn=urn:nbn:de:bvb:12-bsb10207226-7

  • 51 Les gages d’orthodoxie catholique donnés aux censeurs en France étaient autant de chiffons rouges à (...)
  • 52 Voir Karin Maag, op. cit., p. 106-109.

43Les abécédaires en français du type d’Anvers et ceux de Lyon disparaissent après 1560, quand les réformés font leur coming out en France (seul celui de Habert, porté par les caractères de civilité, reparaît encore autour de 1573). À ce moment, ces abécédaires aux formulations en partie ambiguës sont remplacés dans les petites Églises réformées françaises par l’ABC de Genève, réformé de bout en bout51. Destiné en priorité aux enfants des petites écoles genevoises, cet ABC en plusieurs variantes est réimprimé, non seulement à Genève, mais aussi dans les villes où s’implantent les Églises réformées, à Dieppe, Metz, La Rochelle, et à l’étranger. Progressivement lesté de nouveaux textes, l’ABC de Genève est devenu un manuel complet pour les écoliers et leurs familles, le premier livre de prières et de catéchisme, proposant un préapprentissage au Psautier de Genève52. Couplé avec le Miroir de la jeunesse de Maturin Cordier, l’ABC de Genève est le premier livre de morale scolaire. Il est devenu l’outil majeur d’un programme, non seulement d’alphabétisation massive, en français, mais aussi de catéchèse et de discipline confessionnelle.

***

44De la typographie et de l’alphabet aux textes catéchétiques, aux extraits bibliques et aux modèles de prière, familiale et cultuelle, tout en français, les différentes pièces composant les nouveaux abécédaires du xvie siècle se soutiennent réciproquement. La cohérence est complète entre l’apprentissage de la lecture en vulgaire, l’Écriture ouverte aux laïcs par la traduction, et le nouveau modèle de croire mis au jour par Luther. Si le salut est par la foi, il passe par la lecture en français. Les éditions successives des abécédaires en français montrent que le programme réformateur dont ils étaient porteurs est devenu un modèle confessionnel.

Annexes

Annexe bibliographique

Annexe

* OLIVETAN- L’instruction des enfans – Genève

1. [Olivetan, Pierre-Robert]

Linstruction des enfans, contenant la maniere de prononcer et escrire en françoys. Loraison de Jesu Christ. Les articles de la foy. Les Dix commandemens. La salutation angelicque. Avec la declaration diceux, faicte en maniere de recueil des seulles sentences de lescripture saincte. Item les figures des chiphres, et leurs valeurs. - Genève, [Pierre de Vingle] 1533. Petit in-16, [64] ff. — Bibliothèque de Genève (ci-après Genève BGE)

2. - Genève, Jean Girard, 1537. 8°, 149 [-3] p. — Genève BGE

3. - [Genève, Jean Girard] 1540. 8°, 149 [-11] p. – Halle Universitärs und Landesbibliothek

4. [Olivetan, Pierre-Robert]

Instruction des enfans, ou Recueil de plusieurs passages de la saincte Escriture accordans à L’oraison dominicale, Les articles de la foy, Les Dix commandemens de la Loy. Et aussi d’autres passages notables, extraitz de la saincte Escriture. - S.l., 1551. 8°, 117 f. n. ch., sig. A8-P6 – La Haye Koninklijke Bibliotheek

(avec les chiffres, mais sans alphabet)

5. Instruction des chrestiens ou recueil de plusieurs passages de la saincte escriture, accordans à l’oraison dominicale, aux articles de la foy, et aux Dix commandemens de la loy : avec quelques autres traitez...- Genève, François Jaquy pour Guillaume Fournet, 1562. In-16, 285 [-3] p. - Genève BGE (avec les chiffres, mais sans alphabet)

Autre émission : Genève, François Jaquy, 1562. In-16, 285 [-3] p. - Strasbourg Médiathèque protestante

6. Familière instruction chrestienne. Contenant un recueil de divers passages de la Bible servans d’exposition sur l’Oraison dominicale, le Symbole, le Decalogue, les Sacremens, et offices ou devoir d’un chacun fidele. Le tout reveu, et les passages remis en ordre… - [Genève], Jean Crespin, 1564. In- 16, 398 [-2] p. – Urbana (Illinois) University Library

Autres émissions : [Genève] Jean Crespin, 1565. In-16, 398 [-2] p. – Universitaire Bibliotheken Leiden (ci-après Leiden UB)

[Genève] Eustache Vignon, 1581. In-16, 398 p. - Staats- und Universitätsbibliothek Dresden

* Introduction pour les enfans – Anvers

7. Introduction pour les enfans.- [Anvers, Martin Lempereur], [1534 ?]. 8°, [8] ff., sig. A-B4. – British Library (ci-après London BL)

8. Introduction pour les enfans, recogneue et corrigée à Louvain.- Anvers, Veuve Martin Lempereur, 1538. 8°, [32] ff., sig. A-D8. – Château de Chantilly Musée Condé, Universiteitsbibliotheek Vrije Universiteit Amsterdam (ci-après Amsterdam VU)

9. Introduction pour les enfans, recongneue et corrigée à Louvain l’an 1538. Où sont adjoustees de nouveau une tresutile maniere de scavoir bien lire et orthographier, par ALDe. Et la doctrine pour bien et deuement escripre selon la proprieté du langage francois, par Clément Marot. - Anvers, Antoine Des Goys, 1540. 8°, [64] ff., sig. A-H8. – Universiteitsbibliotheek van Amsterdam

10. Instruction pour les chrestiens. – S.l.n.d. [1540 ?]. In-16, [16] ff. – Cambridge University Library

11. [ABC = Introduction pour les enfans]. [Paris, Langelier, c. 1539-1540]. – Pas d’ex. conservé..

12. La Fontaine de vie de laquelle resourdent très doulces consolations, singulierement necessaires aux cueurs affligez. Plus y est adjouste linstruction pour les enfans. - Paris, Etienne Caveiller, pour Arnoul Langelier, 1542. In-16, [72] ff. – Paris Bibliothèque du protestantisme français [ci-après BPF]

13. La Fontaine de vieIntroduction pour les enfans. - Lyon, Etienne Dolet, 1542 (Cf. censure Univ. Paris 25 mai 1542 : Index Paris, 1544).- Pas d’ex. conservé.

14. An Instruction for chyldren/ Linstruction des enfans. - London, John Roux, 1543. 8°, [16] ff., sig. A-B8, car. goth. – St Mary’s Church, Finedon

15. La Fontaine de vie de laquelle ressourdent très doulces consolations, singulierement necessaires aux cueurs affligez… - Lyon, Jean de Tournes, 1543. In- 16.- Pas d’ex. conservé.

16. La Fontaine de vie… : De laquelle distillent tresdoulces consolations, singulierement necessaires aux cueurs affligez. Plus y est adjoustée l’instruction pour les enfans : le tout reveu et augmenté tout de nouveau. - Lyon, Jacques Berjon, 1549. 8°, [60] ff., sig. A-G8-H4. – Bayerische Staatsbibliothek (ci-après München BSB)

17. La Fontaine de vie, de laquelle sortent plusieurs consolations nécessaires aux coeurs affligés. Plus y est adioustée l’instruction pour les enfans...- [Orléans, Eloi Gibier] 1559. In-16, sig. A-G8-*8 – Médiathèque d’Orléans

18. La Fontaine de vie et de vertu, extraite de toute la sainte Escriture, de laquelle sortent trèsdouces consolations salutaires : fort utiles & necessaires aux cœurs affligés. Avec la somme et fin de l’Escriture sainte. Ensemble linstruction des enfans pour bien et vertueusement vivre. - Lyon, Jean Saugrain, 1560. In-16, 128 p. – Paris BnF (ex. disparu)

* Instruction et créance des chrestiens – Strasbourg

19. L’Instruction et creance des chrestiens… [v. 1540-1542] (Cf. Index Paris, 1544).

- Pas d’ex. conservé.

20. L’Instruction et creance des chrestiens : contenant l’oraison de Jesus Christ, les articles de la foy, les Dix commandemens, et plusieurs bonnes doctrines et oraisons extraictes de la saincte escripture. - [Strasbourg, Rémy Guédon] 1546. In-16, [40] ff.- Universitäts- und Staatsbibliothek Erfurt/Gotha

* Alphabet ou Instruction chrestienne – Lyon

21. Alphabet ou Instruction chrestienne pour les petis enfans. – Lyon ? 1548. - Pas d’ex. conservé.

22. Alphabet ou Instruction chrestienne pour les petis enfans. Nouvellement reveu & augmentée de plusieurs choses. - Lyon, Pierre Estiard, 1555. In-16, [94] ff., sig. A8- M6.- Paris BPF

23. Alphabet ou Instruction Chrestienne, avec le Calendrier Romain auquel ont esté adioustees maintes histoires, tant anciennes, que modernes, de plusieurs Empereurs, Rois, princes grands seigneurs advenues selon tous les jours et annees, depuis la creation du monde, jusques présent. - Paris, Charles L’Angelier [1556]. – Lucca Biblioteca statale

Autre émission ? - Paris, Guillaume Thibout, 1558 ? (cf infra, n° 27) (censure Univ. Paris, 26 mai 1558). - Pas d’ex. conservé.

24. Instruction chrestienne pour la jeunesse de France en forme d’alphabet, propre pour apprendre les enfans tant a lire escripre, et lier ses lettres, que congnoistre Dieu et le prier. - Lyon, Robert Granjon, 1557. 8°. (Cf. Baudrier, Bibliographie lyonnaise, II, 56).- Pas d’ex. conservé.

25. Instruction familière & chrétienne pour les petits enfans. – Paris [Guillaume Le Noir] 1558 (Censure Univ. Paris, 11 mai 1558). - Pas d’ex. conservé.

26. Alphabet ou Instruction chrestienne pour les petis enfans. Nouvellement reveuë & augmentée de plusieurs choses.- Lyon, Pierre Estiard, 1558. In-16, [64] ff., sig. A-H8.- Paris BnF, – München BSB

27. Alphabet ou Instruction chrestienne pour les petis enfans. revûé, corrigée & augmentée de nouveau depuis les dernières impressions, par venerables docteurs en theologie de Paris - Paris, Jean Caveiller, impr. par Guillaume Thibout, 1558 ? (Censure Univ. Paris, 26 mai 1558). - Pas d’ex. conservé.

28. Alphabet… - Toulouse, 1558 ? (cf. Hauser, Etudes sur la Réforme française, p. 283). - Pas d’ex. conservé.

29. Alphabet ou Instruction Chrestienne pour les petis enfans. Aveq plusieurs prieres, & sentences extraictes de la sainte Escriture, pour l’instruction des enfans. – Lyon, Robert Granjon, 1560. 8°, 68 p.. - Paris BnF

30. Instruction chrestienne pour la jeunesse de France en forme d’alphabet propre pour apprendre les enfans tant a lire escrire, a lier ses lettres, que congnoistre Dieu et le prier. -[Lyon, Robert Granjon] 1562. 8°, [76] ff., sig. a-i8 k4. – Bibliothèque municipale de Lyon, London BL

* A B C ou instruction chrestienne - Anvers

31. L’A B C ou Instruction Chrestienne pour les petis enfans. Revueuë par venerables docteurs en theologie. -Anvers, Christophe Plantin, 1558. 8°, 88 ff., sig. A-L8. – Anvers Museum Plantin-Moretus (ci-après Anvers MPM)

32. L’A B C ou Instruction Chrestienne pour les petis enfans. Revueuë par venerables docteurs en theologie. Avec l’Instruction chrestienne de Frère I. Pierre de Ravillan [= Jean Taffin ?]. -Anvers, Christophe Plantin, 1558. In-12, 96 ff., sig. AM8. – Anvers MPM, Amsterdam VU, Staats-und Stadtbibliothek Augsburg

33. Autre éd. : - Anvers, Willem Sylvius, 1562. 8°, 88 ff., sig. A-L8. - Anvers MPM, Amsterdam VU

34. L’A B C ou Instruction pour les petis enfans. Après laquelle s’ensuit la Civilité puérile, à laquelle avons adjousté la Discipline et institution des enfans, traduictz par Jehan Louveau. - Anvers, Christophe Plantin, 1564. 8°, 44 ff. – Leiden UB

35. À B C et le petit catéchisme. – Anvers, Christophe Plantin et Cornelius van Bomberghens, 1567. - Pas d’ex. conservé.

36. À B C et 7 pseaumes. Anvers, Christophe Plantin et Cornelius van Bomberghens, 1567. - Pas d’ex. conservé.

37. À B C en françois. – Anvers, Jehan van Gheele, s.d. [1570 ?]. (Cf. Index Anvers, 1570). - Pas d’ex. conservé.

* HABERT – Paris

38. [Habert, Pierre]

La Première instruction pour les enfans, par laquelle ils peuvent promptement et facilement aprendre à bien lire, prononcer et escrire. Ensemble la manière de prier Dieu en toutes necessitez. - Paris, Philippe Danfrie et Richard Breton, 1559. 8°, 32 ff.

– Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel (ci-après Wolfenbüttel HAB)

39. Le Moyen de promptement et facilement apprendre en lettre francoyse, à bien lire, prononcer et escrire. Ensemble la manière de prier Dieu en toutes necessitez. - Paris, Philippe Danfrie et Richard Breton, 1559. 8°, 32 ff. - München BSB

40. [Habert, Pierre] La Civile honesteté pour les enfans [de Claude Hours de Calviac]. Avec la manière d’aprendre à bien lire, prononcer et escrire qu’avons mise au commencement. - Paris, Philippe Danfrie et Richard Breton, 1559. 8°, 32 ff. – Médiathèque d’Orléans

Autre émision : - Paris, Richard Breton, 1560. 8°, 32 ff. – Paris BnF

41. [Habert, Pierre]

Le Moyen de promptement et facilement apprendre en lettre françoise, à bien lire, prononcer et escrire. Ensemble la manière de prier Dieu en toutes necessitez. - Paris, Robert Granjon, s. d. [c. 1573]. 8˚, [28] ff. – Paris BnF

42. [Habert, Pierre]

Le Moyen de promptement et facilement apprendre en lettre françoise, à bien lire, prononcer et escrire. Ensemble la manière de prier Dieu en toutes necessitez. - Paris, Jehan Charron, 1574. 8°, [36] ff., sig. a-c8, d4. – Bibliothèque municipale de Douai

43. [Habert Pierre]

La civilité honneste pour l’instruction des enfans [de Claude Hours de Calviac]. En laquelle est mis au commencement la maniere d’apprendre à bien lire, prononcer, & escrire. - Paris, Léon Cavellat, 1583. 8°, 56 p. – Bibliothèque municipale de Vendôme

* L’A B C des Chrestiens- Genève

44. L’A B C françois. -[Genève, Jean Crespin] 1551. 8°, 39 [-1] p., sig. A-B8 C4. — London BL

45. L’A B C françois. - [Genève, Jean Crespin] 1553. 8°, 47 [-1] p., sig. A-C8. – Österreichische Nationalbibliothek

46. A B C des enfans et la maniere de les interroger. 1554 (Cf. Index Paris, 1556). - Pas d’ex. conservé.

47. – Autre éd. : 1555 (Cf. Index Paris, 1556). - Pas d’ex. conservé.

48. L’A B C des Chrestiens, contenant l’interrogation des enfans... et l’instruction...

- [Genève] Iean Bonnefoy et Michel Blanchier, 1549 (= 1559). 8°, 24 ff., sig. A-C8.

– Bibliothèque municipale de Grenoble

49. À B C, et chrestienne instruction bien utile. - Genève, Antoine Davodeau et Lucas de Mortière [1562]. In-16, 80 [+ ?] p. - Genève BGE (ex. incomplet)

50. L’A B C, ou Instruction des chrestiens. Recueilli de toutes les autres impressions par-cy devant faictes.- [S.l.] 1563. In-32, 270 [-2] p., [1] f. de pl., front. – Paris BnF

51. À B C, ou Instruction des chrestiens, avecque ung petit discours sur les commandemens de Dieu par Maturin Cordier et le Miroir de la jeunesse. - Dieppe, Estienne Martin, 1566. – Pas d’ex. conservé.

52. À B C en françois. - Metz, 1567. - Pas d’ex. conservé (cf. BHR, 2005, n° 3, p. 694)

53. L’A B C, ou l’instruction des chrestiens pour bien tost apprendre à lire & former les lettres, tant pour les grans que pour les petis : avec la figure & noms des lettres grecques à la fin. - [Genève, Jean Crespin], 1568. 8°, [16] ff., sig. A-B8. - Paris BPF 54. L’A B C, ou instruction des chrestiens. Avec l’exercice d’oraison et tout ce qui est requis pour un commencement. - Strasbourg, Nicolas Wyriot, 1568. – Pas d’ex. conservé.

55. [A B C…].- Genève, Etienne Anastaise, 1571. – (Interpellation du Conseil de Genève le 21 juin 1571 : A. E. G, R.C. 66, ff. 85, 87). Pas d’ex. conservé.

56. À B C, edo christinoen instructionea othoitz eguiteco formarequin. - La Rochelle, Pierre Haultin, 1571. In-16. 88 f – Paris Arsenal et Mazarine Traduction de l’ABC de Genève en basque, par Jean de Liçarrague.

57. L’A B C, ou instruction pour apprendre la jeunesse. - [Genève] Jacob Stoer. 1577. 8°. - Bad Berleburg Museum, Lincoln Cathedral

58. L’A B C des chrestiens. Avec le Miroir de la jeunesse. - Londres, Thomas Vautrollier, 1583. In-16 [32] ff., sig. A-D8. - Hardwick Hall, Derbyshire

59. À B C des chrestiens. - La Rochelle, Pierre Prunier [v. 1590]. [16] ff. – Wolfenbüttel HAB

60. À B C des chrestiens. - La Rochelle, Hierome Haultin, 1595. In-16. – London BL (p. de titre seule)

61. L’A B C, ou instruction des chrestiens : avec la manière d’interroguer les enfans qu’on veut recevoir à la S. Cène de nostre Seigneur Jésus Christ. - Spyer, Bernard d’Abin, 1598. 8°, [8] ff., sig. A8. - Amsterdam VU

Notes

1 Arrêt édité par Nathanaël Weiss dans Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français [ci-après BSHPF], 33, 1884, p. 15-16. – Censures de la Faculté de théologie, 25 mai 1542 : voir Charles du Plessis d’Argentré, Collectio judiciorum de novis erroribus…, t. II, 1728, I, p. 232.

2 Henri hauser, Etudes sur la Réforme française, Paris, A. Picard, 1909, p. 274-288.

3 Rodolphe Peter, « L’abécédaire genevois ou catéchisme élémentaire de Calvin », Revue d’Histoire et de Philosophie religieuses, 1965, 1, p. 11-45 ; Eugénie Droz, « Le curé Landry et les frères L’Angelier », Chemins de l’hérésie, I, Genève, Slatkine, 1970, p. 305-339 ; Francis Higman, « Theology for the layman in the French Reformation, 1520- 1550 » (1987) et « Genevan printing and French censorship, 1520-1551 » (1980), repris dans : Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme, Genève, Droz, 1998.

4 Ainsi Jean Hébrard, « La scolarisation des savoirs élémentaires à l’époque moderne », Histoire de l’éducation, 38, mai 1988, p. 7-57 ; Susan Baddeley, L’orthographe française au temps de la Réforme, Genève, Droz, 1993 ; Karin Maag, « Education and works of religious instruction in French », dans The Sixteenth-Century French Religious Book, ed. by A. Pettegree, P. Nelles and Ph. Corner, Aldershot, Ashgate, 2001, p. 96-109.

5 En particulier : French Vernacular Books. Books Published in the French Language before 1601, éd. Andrew Pettegree, Leiden, Brill, 2007 ; cf. Universal Short Title Catalogue, en ligne ; et la base de J.-F. Gilmont, GLN 15-16.

6 Ian Green, The Christian’s A, B, C, Catechisms and Catechizing in England, c. 1530-1740, Oxford, Clarendon Press, 1996 ; Gisela Teistler, Fibel-Findbuch. Deutschsprachige Fibeln von den Anfängen bis 1944. Eine bibliographie, Osnabrück, H. Th. Wenner, 2003 ; Heinz Schilling, Stefan Ehrenpreis, Stefan Moesch, Frühneuzeitliche Bildungsgeschichte der Reformierten in konfessionsvergleichender Perspektive. Schulwesen, Lesekultur und Wissenschaft, Duncker et Humblot, 2007.

7 Voir Pierre Gasnault, « La Croix de par Dieu au xvie siècle », dans Aux origines du catéchisme en France, éd. P. Colin, E. Germain, J. Joncheray, M. Venard, Paris, Desclée, 1989, p. 13-27.

8 Renvoi est fait à l’Annexe bibliographique, à la fin du présent article. Le cas particulier de l’abécédaire imprimé à Paris par l’humaniste Robert Estienne, entre 1535 et 1543, n’est pas pris en compte, car il s’agit d’un hybride sur le plan de la langue (latin, puis français), autant que de la structure et de la formulation des textes.

9 Voir Eugénie Droz, « Pierre de Vingle imprimeur », dans Aspects de la propagande religieuse, Genève, Droz, 1957, p. 66-67.

10 Reinhard Bodenmann a mis au jour le contexte socio-culturel vaudois : « Les vaudois et la production du livre évangélique français (1525 – 1550) », dans Libri, biblioteche e cultura nelle Valli valdesi in età moderna…, éd. par Marco Fratini, Turin, 2006, p. 45-52.

11 « Tu ne te feras pas d’images taillées » est traditionnellement rattaché au premier commandement. Il a été isolé comme commandement autonome par Leo Jud et Zwingli dès 1525, de là dans les catéchismes réformés, depuis celui de Zürich (Leo Jud, 1534). Olivétan justifie cette présentation dans son Adresse au lecteur (H6v).

12 Il se pourrait qu’Olivétan ait utilisé des florilèges bibliques déjà en usage chez les vaudois (R. Bodenmann, op. cit., p. 51).

13 À la manière du recueil de prières de Brunfels, Prières et oraisons de la Bible, Anvers, 1529.

14 Mai 1536 : ouverture du collège de Rive, sous la direction d’Antoine Saunier. À partir de la fin 1536, Maturin Cordier y enseigne le latin.

15 Voir les nouveaux développements portant sur le baptême et la cène, les ministères dans l’Église, l’excommunication, le Magistrat, le mariage, la famille.

16 Ch. du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 232.

17 Sur l’intérêt de cette édition, voir S. Baddeley, op. cit., p. 337-340.

18 Cité par Eugénie Droz, « Le curé Landry et les frères Langelier », op. cit., p. 293.

19 Sur le contexte parisien et le texte de cette édition de 1542, voir Eugénie Droz, op. cit., p. 273-308.

20 Dans le cadre limité de cet article, laissons de côté l’Instruction et créance des chrestiens, imprimé à Strasbourg en 1546 [Annexe, n° 20]. Sur ce manuel éclectique, empruntant à Olivétan, Robert Estienne, Marot, Calvin, et sans doute dû à Rémy Guédon, un réfugié lorrain, voir S. Baddeley, op. cit., p. 340-342.

21 Voir Jean-Marie Arnoult, « L’imprimeur Pierre Estiard… », dans Cinq siècles d’imprimerie genevoise, éd. J.-D. Candaux et B. Lescaze, Genève, Société d’histoire et d’archéologie, 1980, p. 152-153.

22 Voir Ch. du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 187, 277.

23 Voir Rémi Jimenes, Les caractères de civilité. Typographie et calligraphie sous l’Ancien Régime, Atelier Perrousseaux, 2011, p. 17 s.

24 Voir aussi Marianne Carbonnier-Burkard, « Calvin dans des recueils de prières ‘nicodémites’ ? », dans Jean Calvin et la France, sous la dir. de B. Cottret et O. Millet, BSHPF, janvier-mars 2009, p. 131-141.

25 D. Grosheide, « Twee protestantiserende werken door Plantin in 1558 gedrukt : ‘l’ABC ou instruction chrestienne’en ‘Instruction chrestienne par f. J. Pierre Ravillian’ », dans Liber amicorum Leon Voet. De gulden passer / Vereeniging der Antwerpsche Bibliophielen, Antwerpen - 61- 63 (1985), p. 77-95.

26 Le 5 septembre 1557, il avait été arrêté comme participant à l’assemblée de la rue St Jacques à Paris (voir N. Weiss, BSHPF, 1916, p. 203).

27 Voir R. Jimenes, op. cit., p. 18.

28 Voir H. de La Fontaine Verwey, « Caractères de civilité et propagande religieuse », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 1964, p. 11-22.

29 Voir Marianne Carbonnier-Burkard, « Le Trésor des prières du curé de Ferrières. Un manuel de piété transconfessionnel au temps des confessions ? », dans Actes du colloque Buchpraxis V : Livres, frontières et identités religieuses, Göttingen, 11-14 nov. 2010, (à paraître).

30 Voir Albert Labarre, « La répression du livre hérétique dans la France du XVIe siècle », Revue française d’histoire du livre, 2003, n° 118-121, p. 353-354.

31 D’après l’inventaire après décès de Richard Breton, à Paris, en 1571, il restait au libraire un stock important de son abécédaire de 1559 (838 exemplaires) et de sa Civile honesteté (1600 exemplaires), signe de la difficulté d’écoulement de l’édition interdite (voir Georges Wildenstein, « L’imprimeur libraire Richard Breton et son inventaire après décès, 1571 », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 1959, p. 371).

32 Ch. Du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 277 s.

33 Pierre Habert avait toute raison de se cacher, ayant déjà dû faire amende honorable après son arrestation en 1557.

34 Datation retenue par R. Jimenes, op. cit., p. 30 (le catalogue de la BnF donne, à tort, la date de 1558 : confusion à rectifier dans mon article cité ci-dessus note 24).

35 Sur le français comme langue du peuple (des laïcs) en même temps que langue de distinction d’une élite socio-culturelle, poussée par la Réforme, voir Jean-François Courouau, « La Réforme et les langues de France », BSHPF, 154 (oct.-déc. 2008), p. 509-529.

36 Op. cit., spécialement chapitres V, VI, XI.

37 Analyse approfondie dans S. Baddeley, op. cit., ch. XI.

38 Une traduction de l’ABC de Genève en basque, par le pasteur Jean de Liçarrague, a été publiée en 1573 à La Rochelle (Annexe, n° 56), en même temps qu’une traduction du Nouveau Testament par le même (voir J.-F. Courouau, op. cit., p. 516-528).

39 L’abécédaire d’Anvers, discret sur l’Écriture, est couplé avec la Fontaine de vie, morceaux choisis de l’Écriture en français.

40 Ch. du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 232.

41 Alphabet, Lyon, 1555, f. B1v-B2r.

42 Cette double question initiale de la catéchèse dans l’Introduction pour les enfans (Anvers 1538-L’Angelier 1542) est reprise dans les Alphabets lyonnais et ceux de Habert, aussi dans l’ABC de 1563 [Annexe, n° 50].

43 Introduction pour les enfans…, 1538, f. A2-C2.

44 A comparer avec la sentence finale d’un abécédaire traditionnel, La doctrine et instruction des chrestiens et chrestiennes..., Genève, W. Koeln [1532] : « Quicumque verba subscripta quotidie dixerit, subitanea morte non peribit ».

45 Ch. Du Plessis d’Argentré, op. cit., t. II, I, p. 277.

46 Voir les abécédaires n° 20, 22, 30, les manuels de Habert et les ABC de Genève.

47 Voir Francis Higman, Censorship and the Sorbonne... (1520-1551), Genève, Droz, 1979, et André Labarre, op. cit., p. 335-360.

48 Voir N. Weiss (BSHPF, 1916, p. 211, 224), H. Hauser (op. cit., p. 286-287), A. Labarre (op. cit., p. 345-354).

49 Voir Francis Higman, Censorship and the Sorbonne, op. cit., p. 52-53.

50 Le Concile de Trente avait confirmé le latin comme la langue des « livres sacrés » (IVe session, 1546) et de la liturgie (XXIIe session, 1562), et mis sous contrôle strict des évêques l’accès de laïcs à des traductions de la Bible en langue vulgaire (Règles tridentines, 1564). Sur l’usage des Croix de par Dieu (en latin) dans la France catholique, jusqu’au début du xixe siècle, voir Dominique Julia, « Livres de classe et usages pédagogiques », dans Henri-Jean Martin et Roger Chartier, Histoire de l’édition française, t. II, Le livre triomphant, 1660-1830, Paris, Promodis, 1984, p. 468-473.

51 Les gages d’orthodoxie catholique donnés aux censeurs en France étaient autant de chiffons rouges à Genève. En 1560, La Fontaine de vie, qu’un libraire français réfugié tentait de vendre à Genève, a été jugée pleine de « toute idolâtrie » et saisie par le Conseil de Genève (Paul Chaix, Recherches sur l’imprimerie à Genève de 1550 à 1564, Genève, Droz, 1954, p. 240).

52 Voir Karin Maag, op. cit., p. 106-109.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. [Alphabet sans titre]- Genève, Gabriel Pomar, s.d. [v. 1520/1530],
Crédits http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-6973
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 2 [Olivétan] L’instruction des enfans… - Genève, [Pierre de Vingle] 1533.
Crédits http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-6933
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3617/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 3. [Olivétan] L’instruction des enfans… 1533.
Crédits http://dx.doi.org/​10.3931/​e-rara-6933
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3617/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 4. Introduction pour les enfans, in : La Fontaine de vie..., Paris, Arnoul Langelier (impr. par E. Caveiller), 1542
Crédits © Société de l’histoire du protestantisme français, Paris.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3617/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 5. Alphabet ou Instruction chrestienne pour les petis enfans. Nouvellement reveu & augmentée de plusieurs choses, Lyon, Pierre Estiard, 1555 [Annexe, n° 22]
Crédits © Société de l’histoire du protestantisme français, Paris.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3617/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 6. Pierre Habert, La Premiere Instruction pour les Enfans, par Laquelle ils peuuent promptement et facilement aprendre à bien Lire, prononcer et escrire. Ensemble la maniere de prier Dieu en toutes necessitez, Paris, Philippe Danfrie et Richard Breton, 1559
Crédits http://diglib.hab.de/​drucke/​lm-45-2/​start.htm
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3617/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 7. L’ABC, ou l’instruction des chrestiens..., Genève, Jean Crespin, 1568
Crédits © Société de l’histoire du protestantisme français, Paris.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3617/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 8. Heures de nostre dame à lusage de Rome, Troyes, Jean du Ruau, v. 1584
Crédits Médiathèque de Troyes
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3617/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 9. Hevres De Nostre Dame A L’Vsage De Rome : En Latin Et François, René Benoist, Paris, édition de 1596.
Crédits http://www.mdz-nbn-resolving.de/​urn/​resolver.pl?urn=urn:nbn:de:bvb:12-bsb10207226-7
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/3617/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© LARHRA, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search