Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines II

 | 
Franz Xaver Bischof
, 
Sylvio De Franceschi

La biographie impossible : Mgr Lacroix et la Vie de Mgr Landriot

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Manuscrits français 209. La Vie est conservée dans deux portefeuilles (I. 1816-1858, f° 1- (...)
  • 2 Bibliothèque nationale de France [BNF], Papiers Lacroix, Nouvelles acquisitions françaises (...)
  • 3 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 713, f° 569, notes de l’abbé Houtin sur Mgr Lacroix.
  • 4 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 712, f° 227, lettre de Mgr Lacroix à l’abbé Houtin, 28 août 19 (...)

1La bibliothèque de Fels de l’Institut catholique de Paris possède un manuscrit inédit de Mgr Lacroix, évêque de Tarentaise et directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, intitulé Vie de Mgr Landriot, archevêque de Reims1. Ce document lui a été confié au milieu des années 1920 par l’abbé Charles Urbain, chargé par le prélat, dont il fut le vicaire général, de procéder au tri de ses papiers après sa mort2. Préparé en 1904, il n’avait jamais été publié pour ne pas « s’exposer à une condamnation de l’Index », selon le témoignage de l’historien et pamphlétaire Albert Houtin, qui en est en fait le principal rédacteur3. Il est vrai que le parcours de son auteur officiel, promu évêque par la grâce de Waldeck-Rousseau et rapidement fragilisé par la Séparation des Églises et de l’État et la crise moderniste, pouvait jeter la suspicion a priori sur ses écrits. Il est vrai aussi que l’itinéraire de Mgr Landriot l’avait placé au centre des débats entre gallicans et ultramontains, libéraux et intransigeants, partisans et adversaires de la définition de l’infaillibilité pontificale. Un évêque historien en conflit avec le Saint-Siège, mais qui entendait rester évêque catholique, pouvait-il « [trouver] le moyen de dire la vérité, même dans le chapitre sur le concile, et cela sans froisser personne », comme il s’en faisait fort4 ? La décision de ne pas publier le manuscrit tend à prouver le contraire. Mais la lecture de l’ouvrage suggère aussi la difficulté des deux auteurs à rendre compte de certains choix de l’archevêque de Reims, et surtout de son ralliement à la majorité lors du vote de la constitution Pastor Aeternus. Histoire antiromaine en nombre de ses pages, la Vie de Mgr Landriot ne l’est pas jusqu’au bout dans la mesure où son héros – aveu impossible – a failli sur ce point.

Le projet biographique de Mgr Lacroix

  • 5 Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme. Mgr Lacroix (1855-1922). Enquête sur un suspe (...)

2L’intérêt de Lucien Lacroix (1855-1922) pour Jean-François Landriot (1816-1874) est ancien5. Élève du petit séminaire de Reims de 1866 à 1874, il croise l’archevêque à l’occasion de ses visites dans l’établissement et le voit officier pontificalement à la cathédrale. Devenu prêtre dans le tiers ordre enseignant de Saint-Dominique, il est sécularisé en 1884 et demande son incardination au diocèse de Reims, même s’il choisit de s’établir à Paris comme précepteur puis vicaire de paroisse pour préparer une thèse sur l’épiscopat du cardinal de Richelieu à Luçon. Reçu docteur ès lettres en 1891, nommé aumônier du lycée Michelet de Vanves, fondateur de la Revue du clergé français, il s’oriente alors vers la rédaction d’une biographie du prélat, figure du catholicisme libéral dont il fréquente les héritiers depuis son arrivée dans la capitale et dont il partage les valeurs autour d’une ambition de réconciliation de l’Église catholique et de la société moderne.

  • 6 Notices biographiques dans Catholicisme, t. 6, 1967, col. 1769-1770 ; Dictionnaire de spir (...)
  • 7 Daniel Moulinet, Les Classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Mgr Ga (...)
  • 8 Jean Maurain, La Politique ecclésiastique du Second Empire de 1852 à 1869, Paris, F. Alcan (...)
  • 9 Jean Maurain, op. cit., p. 546 et 789-794 ; Jacques-Olivier Boudon, op. cit., p. 473-479. (...)

3Cette ambition est en effet au cœur de la carrière de Mgr Landriot6. Originaire du diocèse d’Autun, condisciple du futur cardinal Pitra, professeur et supérieur du petit séminaire, vicaire général, il accède à la notoriété lors de la querelle des classiques païens. Avec l’évêque d’Orléans, Mgr Dupanloup, il défend leur place dans l’enseignement catholique contre les partisans de Mgr Gaume, qui stigmatise leur perversité morale et reçoit l’appui de de Louis Veuillot7. En 1856, il est nommé évêque de La Rochelle où il succède à l’ultramontain Villecourt, appelé à Rome. Il s’y affirme comme un modéré, fidèle au pouvoir impérial malgré les évolutions de la question romaine8. Il publie de nombreux livres, souvent desservis par la lourdeur des citations et la faiblesse du style, mais portés par le projet d’une religion ouverte à la raison et à la science. Il est en relations avec Montalembert, les frères Perraud, Gratry, Perreyve et surtout Foisset, dont il est proche. Il doit affronter à plusieurs reprises les attaques de L’Univers, qui relance le débat sur les auteurs païens, et ses relations avec Pie IX se dégradent fortement à partir de 1858. Ce n’est donc pas sans mal que Napoléon III obtient en 1867 son transfert sur le siège archiépiscopal de Reims où il remplace une fois encore un ultramontain, partisan de Mgr Gaume et infaillibiliste, le cardinal Gousset, dont le long épiscopat a façonné le clergé diocésain, ce qui ne facilite pas sa tâche à l’approche du concile du Vatican9. Il connaît ensuite la guerre et l’occupation prussienne avant de reprendre son ministère, bientôt interrompu par la maladie et la mort.

  • 10 Lucien Lacroix, « Mgr Landriot, archevêque de Reims, pendant l’occupation allemande », Rev (...)
  • 11 Archives nationales, F19 2546, dossier Lacroix, lettres de Lucien Lacroix à Charles Dumay, (...)

4Tel est, brièvement résumé, le parcours de l’homme auquel l’abbé Lacroix s’intéresse à la fin des années 189010. Il collecte méthodiquement la documentation, sollicite l’aide du directeur des Cultes Charles Dumay, rend visite à l’ancien carme Hyacinthe Loyson dont il a retrouvé une lettre de félicitations à l’évêque de La Rochelle et demande au Père Lecanuet de servir d’intermédiaire avec la famille Montalembert pour obtenir la copie des lettres du prélat11. Mais en avril 1901, il est nommé évêque de Tarentaise sous la pression du cabinet Waldeck-Rousseau qui en fait un casus belli face aux réticences de la nonciature et de la secrétairerie d’État à l’égard d’un prêtre républicain, familier des intellectuels libéraux et des courants novateurs suspects, de l’américanisme à la démocratie chrétienne, comme la cérémonie du sacre le confirme. Le temps lui manque désormais pour poursuivre son enquête, d’autant qu’il est loin de Paris. Il ne veut pourtant pas renoncer et semble désireux de conforter sa réputation d’écrivain, quelque peu en friche, mais aussi de cultiver son originalité dans l’épiscopat, en publiant la biographie de Mgr Landriot.

  • 12 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 713, notes de l’abbé Houtin sur Mgr Lacroix. Peu de temps aprè (...)
  • 13 Albert Houtin, Une vie de prêtre. Mon expérience 1867-1912, Paris, F. Rieder, 1926, 449 p. (...)
  • 14 BNF, Papiers Lacroix, Naf 24 401, f° 429-430, lettre de Léon Lavedan à Mgr Lacroix, 7 nove (...)
  • 15 Un dernier gallican : Henri Bernier, chanoine d’Angers (1795-1859), Paris, É. Nourry, 1904 (...)
  • 16 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 712, f° 219-221, lettres de Mgr Lacroix à Albert Houtin, 5 et (...)

5Cette situation incite Mgr Lacroix à solliciter des collaborateurs qu’il choisit aux marges de l’institution ecclésiale. Il se tourne en premier lieu vers un prêtre d’Amiens, Henri Duhamel, qui avait quitté l’Église avant d’y revenir sous son influence et qu’il prend un temps pour secrétaire12. Mais le travail ne progresse guère et l’évêque s’adresse alors à Albert Houtin, un prêtre d’Angers en conflit avec son ordinaire sur l’origine apostolique des Églises de la Gaule et dont plusieurs livres sont mis à l’Index en 1903 et 190413. Il commence en effet à mesurer la difficulté de son entreprise depuis le refus de Léon Lavedan, directeur du Correspondant, de publier les lettres de Théophile Foisset à Jean-François Landriot en raison de la conjoncture politique : « On ne manquerait pas de m’accuser de réveiller les polémiques passées et les rancunes sommeillantes, et l’on ferait porter au Correspondant la responsabilité de troubler une union qui s’impose contre le bloc de nos adversaires14. » L’abbé Houtin, qui possède une bonne plume et connaît le contexte historique depuis la rédaction de la biographie d’un adversaire de dom Guéranger15, répond à l’appel du prélat et accepte de passer « dans le plus strict incognito » le mois de juillet 1904 dans sa résidence d’été de Pougues-les-Eaux (Nièvre) pour finaliser le manuscrit16.

  • 17 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 713, f° 568-569, notes de l’abbé Houtin sur Mgr Lacroix.
  • 18 BNF, Papiers Lacroix, Naf 24 401, f° 521-522, lettre du cardinal Merry del Val au Père Gen (...)
  • 19 Vie, 7/13 et 7/19 (le premier chiffre indique le numéro de chapitre, le second le numéro d (...)
  • 20 Vie, 7bis/8.
  • 21 Vie, 9/81.

6Le travail est en fait moins avancé que l’évêque ne l’avait dit et il faudra encore six mois à Albert Houtin pour l’achever17. De retour à Paris, il complète la documentation en dépouillant les comptes-rendus des séances du Conseil supérieur de l’Instruction publique dont Mgr Landriot était membre, tandis que Mgr Lacroix intervient à Rome et La Rochelle pour obtenir des documents sur la querelle des classiques et annote les parties rédigées18. Il suggère parfois des ajouts : « À atténuer et à préciser » ; « il faudrait quelque chose d’un peu piquant pour clore le chapitre19. » Il biffe des remarques comme celle-ci visant les relations de Mgr Landriot et de Mgr Dupanloup : « Il était trop indépendant et trop ennemi de l’esprit de parti pour se lier avec l’illustre évêque20. ». Il tente aussi de prévenir la polémique en justifiant la transcription de propos sévères : « Nous avons cru devoir reproduire cette lettre, d’abord par souci de la vérité historique et ensuite parce que la nature chevaleresque et fière de l’évêque de La Rochelle n’a jamais parlé plus noble langage21. » Mais au total, ses corrections sont limitées et l’on ne sait d’ailleurs pas ce qu’il serait advenu d’elles, puisque le manuscrit, délaissé dès 1905, n’a jamais été mis au propre et se présente sous forme de feuillets de taille variable, revêtus de diverses écritures et plus ou moins raturés.

  • 22 Vie, 15/19-20 et 44 : « Et alors, voilà les citations qui se succèdent, qui se multiplient (...)
  • 23 Vie, 6/38-45.

7En l’état, la Vie de Mgr Landriot s’ordonne selon le plan classique de la biographie épiscopale et conduit le lecteur, au long de seize chapitres, de l’enfance de l’évêque à sa mort en privilégiant quelques entrées thématiques sur la querelle des classiques païens, les relations avec la Cour de Rome et le concile. La documentation est riche et fait une grande place aux correspondances privées, souvent reproduites in extenso au point de réduire bien des passages à un entrelacs de citations, ce qui accélère la préparation du manuscrit, mais permet aussi de marteler un thème. La sympathie pour le prélat est nette sans verser dans la louange systématique, comme le montrent les réserves sur ses qualités d’écrivain22 et les interrogations sur ses « illusions » devant le régime impérial et la mission de Napoléon III23. Elle s’étend à ses amis et aux convictions qu’ils défendent. À l’évidence, Mgr Lacroix et l’abbé Houtin ne sont pas neutres dans le grand affrontement qui a déchiré l’Église de France au milieu du xixe siècle et qui constitue la toile de fond sur laquelle ils dessinent l’image de Mgr Landriot, à distance critique des intransigeants français et de leurs relais romains.

Un libéral contre le pape

  • 24 Vie, 8/2-5.

8Le chapitre 8, consacré aux polémiques de 1858 avec L’Univers sur les classiques païens, s’ouvre, à mi-parcours du livre, sur deux portraits de groupe, les « libéraux » et les « autoritaires », symbolisés par deux hommes, l’évêque d’Orléans Dupanloup et l’évêque de Poitiers Pie24. Les premiers « rêvent pour chacun plus d’initiative et d’autonomie, une plus large compréhension de la liberté individuelle » et souhaiteraient « que l’autorité s’exerçât le moins possible dans les affaires privées ». Les seconds, « par amour de l’ordre et de la hiérarchie, voudraient que tout s’inclinât uniformément sous une autorité souveraine ». Mgr Landriot se situe bien sûr du côté des « libéraux » :

Ami sincère de la paix, il cherchait en tout à établir la conciliation chaque fois qu’elle était possible et, au lieu de mettre son bonheur comme d’autres à découvrir une tare, un soupçon d’erreur dans les âmes les plus droites et les plus pures, il l’eût mis plutôt à découvrir une parcelle de vérité dans un amas d’erreurs pour en rendre gloire à Dieu et y trouver un principe de salut pour les hommes.

  • 25 Vie, 2/10-12. Mgr Lacroix en profite pour dénoncer ses collègues qui agissent encore « com (...)
  • 26 Vie, 15/57-58.

9Le ton est donné et tout le manuscrit s’emploie à montrer la modération et l’ouverture de l’évêque. Supérieur du petit séminaire d’Autun, il favorise l’enseignement des sciences et des langues vivantes et insiste sur « l’accord […] possible entre la raison et la foi25 ». Évêque de La Rochelle, il reprend ce thème dans son enseignement pastoral et dans ses livres26 :

[Il] soutient hardiment, au risque d’être impopulaire, que la raison vient du Verbe, comme la foi, que tout n’était point vice et crime chez les païens, que la profession de christianisme ne dispense pas d’être aussi et avant tout un honnête homme, qu’il vaut mieux éclairer son siècle que passer son temps à le maudire, que, pour le gagner à Dieu, il faut commencer par l’aimer et reconnaître ce qu’il a de bon, qu’il faut, en particulier, se donner garde de l’effaroucher et de le rebuter par des paradoxes injustifiés.

  • 27 Vie, 5/2-4. La décennie 1850 est marquée par une relance de la controverse antiprotestante (...)
  • 28 Vie, 8/20-23. Bien des correspondants, longuement cités, vont dans le même sens : Foisset, (...)

10Il se présente dès lors partout avec des « paroles de paix et de douceur » et n’hésite pas à saluer « [ses] frères séparés » dans son discours de prise de possession en rompant avec le « ton uniforme de polémique » qui avait aliéné à son prédécesseur « la sympathie de beaucoup de laïcs27 ». Les deux auteurs accusent dès lors fortement le contraste avec le parti de L’Univers, jugé durement par Mgr Landriot et ses correspondants qu’ils citent avec délectation en songeant à leur propre époque et à leur propre situation, comme ce passage d’une lettre de l’évêque à dom Pitra, l’ami qui s’éloigne depuis son entrée à l’abbaye de Solesmes de dom Guéranger28 :

Ce mot d’ultramontanisme est devenu un manteau pour couvrir toutes les absurdités intellectuelles et souvent toutes les petitesses de l’amour-propre. Soyons ultramontains, rien de mieux ; mais soyons graves, sages, éclairés, charitables : voilà le véritable ultramontanisme […]. Vous ne savez pas du fond de votre cloître, et au milieu de la poussière de vos vieux livres, le mal que font certains catholiques, l’irritation qu’ils excitent dans les rangs du monde et la réaction formidable (je sais que vous allez rire, mais je maintiens la vérité de mon expression) qui se prépare contre nous […]. On retranche presque de la communion catholique tous ceux qui n’adoptent pas tel ou tel sens donné par une coterie et l’on établit parmi les évêques et parmi les prêtres une vraie loi des suspects.

  • 29 Vie, 9/71-77. En fait, « Mgr Landriot éprouvait une pénible surprise à voir […] l’évêque d (...)
  • 30 Vie, 9/1-5.
  • 31 Vie, 10/78.

11Or, la légitimité des ultramontains, c’est l’appui que leur donne le Saint-Siège, mis en accusation au prisme des affaires nationales. « Nous avons eu depuis dix ans, dans l’Église de France, une expédition de Garibaldiens à l’intérieur. Qu’a fait la Cour de Rome ? Elle les a encouragés par tous les moyens possibles », affirme en 1860 Mgr Landriot en réponse aux remarques de Montalembert qui lui avait reproché sa « froideur » dans la défense du pape face aux « violences révolutionnaires » et l’avait invité à suivre l’exemple de Mgr Dupanloup et à « donner des gages d’un dévouement à toute épreuve » à la papauté pour être en situation, dans un avenir proche, de « dire toute la vérité sur la secte odieuse qui […] abêtit et asservit le clergé français29 ». Il est vrai que l’évêque de La Rochelle ne manque pas de griefs à l’encontre de Pie IX lui-même qui l’avait prié « assez durement » en 1858 de cesser sa controverse avec L’Univers et ne lui avait pas accordé la réhabilitation symbolique espérée lors de son voyage romain de l’automne 186030. Il se replie dès lors sur son diocèse et exclut jusqu’en 1867 de reprendre la route de Rome comme Théophile Foisset et Jean-Baptiste Pitra, promu cardinal, l’y encouragent : « J’espère avoir toujours pour le Saint-Siège le respect et la soumission qui lui sont dus. Mais pour les hommes et le parti humain de l’Église, j’en ai fait une assez triste expérience et je remercie Dieu de m’avoir, nonobstant toutes ces misères, conservé une grande paix et une sérénité d’âme qui sont, avec la grâce de Dieu, mes plus précieux trésors », confie-t-il au nouveau prince de l’Église en 186531.

  • 32 Vie, 9/1-2. « Du moment qu’il attaquait L’Univers, il [fut] représenté à la Cour de Rome c (...)
  • 33 Mgr Joseph-Alfred Foulon, Histoire de la vie et des œuvres de Mgr Darboy, archevêque de Pa (...)
  • 34 Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme…, op. cit., p. 197-200.
  • 35 Vie, 7/13. L’abbé Houtin avait simplement écrit : « Mgr Landriot ne voulut jamais forcer l (...)

12Le tandem Lacroix-Houtin analyse en détail les relations entre Mgr Landriot et Pie IX, en citant force documents, et donne raison au prélat, même s’il s’attarde peu sur le pape, figure floue, livrée au jeu des influences de la curie romaine et des partis français32. Il se sépare ainsi nettement de ses devanciers qui ne pouvaient éviter de parler des heurts entre Pie IX et les évêques français sous l’Empire, mais qui le faisaient rapidement, sans citer les documents les plus tranchants et en valorisant les apaisements ultérieurs, tel Mgr Foulon, archevêque de Lyon et biographe de Mgr Darboy, tancé lui aussi par le pape33. La distance critique des auteurs face à l’exaltation de la romanité est évidente et Mgr Lacroix, rappelé à l’ordre par le Sain-Siège plusieurs fois depuis le début de son épiscopat34, développe une remarque en ce sens de l’abbé Houtin à propos des réserves du clergé rochelais pour les déclarations « froides et incolores » de son évêque sur le pouvoir temporel35 :

Malgré les suspicions dont il se savait entouré, [il] n’était pas homme à faire grand étalage de dévouement au pape en vue de soigner sa popularité. Homme de bon sens et de mesure, il avait horreur de tout ce qui était tapage […] dans l’expression des sentiments même les plus légitimes. Il aimait le pape, il lui était fidèle. Cela lui suffisait pour la satisfaction de sa conscience.

  • 36 Dans une brochure de 1904, mise à l’Index en 1905, le juriste Paul Viollet, héritier des c (...)
  • 37 Vie, 10/64-67.

13Enfin, les deux auteurs n’hésitent pas à censurer l’encyclique Quanta Cura et le Syllabus, à l’heure où celui-ci suscite toujours des controverses dans l’Église catholique36, en commentant les propos de Mgr Landriot, certain que l’on « peut rester l’enfant soumis de l’Église romaine sans vouloir bouleverser la constitution de son pays, sans damner les hommes qui seraient involontairement dans l’erreur37 » :

Quelques évêques, heureux de retrouver dans le Syllabus la plupart des doctrines qu’ils professaient, y adhéraient avec une sorte de férocité joyeuse et aux anathèmes pontificaux ils en ajoutaient d’autres pour les journaux qui se permettaient de critiquer le document pontifical. D’autres, s’inspirant de leur respect pour tout acte du Saint-Siège plutôt que de leurs idées personnelles sur les questions soulevées, protestaient avec véhémence, soit en écrivant au ministre, soit en lisant eux-mêmes du haut de la chaire la bulle incriminée. Les plus profondément atteints sans nul doute, parce qu’ils avaient une plus exacte intelligence de leur temps et un désir ardent de travailler à l’union, étaient les prélats modérés […]. L’encyclique donnait raison aux exaltés ; c’était la guerre formellement déclarée à la civilisation moderne.

14De tels propos laissent déjà entrevoir les options défendues dans le chapitre 12 réservé à l’étude du concile du Vatican, véritable épreuve de vérité pour les historiens de l’archevêque de Reims.

Le concile, épreuve de vérité

  • 38 Henri Boissonnot, Le Cardinal Meignan, Paris, Victor Lecoffre, 1899, p. 269.
  • 39 Mgr Joseph-Alfred Foulon, op. cit., p. iii-iv.
  • 40 François Lagrange, Vie de Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, membre de l’Académie française, (...)

15Le choix des membres de la minorité dans le débat autour de la définition dogmatique de l’infaillibilité du pontife romain constitue en effet une pierre d’achoppement pour les biographes : « [Ils] ont cru devoir prendre, en cette question encore brûlante, une attitude embarrassée, presque fuyante », note l’abbé Boissonnot, auteur en 1899 d’une Vie du cardinal Meignan dont il fut le secrétaire38. Plusieurs affirment pourtant ne rien vouloir cacher en invoquant avec Mgr Foulon « la calme impartialité de l’historien qui se doit tout entier à la vérité39 ». « Nous entendons ne l’humilier ni par des réticences intéressées, ni par l’attitude déprimée du récit », précise l’abbé Lagrange à propos de l’évêque d’Orléans, sans pouvoir éviter les polémiques à la parution de l’ouvrage40.

  • 41 Mgr Joseph-Alfred Foulon, op. cit., p. 465-467.
  • 42 Mgr Louis Besson, Vie de Son Éminence Mgr le cardinal Mathieu, archevêque de Besançon, t. (...)
  • 43 François Lagrange, op. cit., p. 185-186.
  • 44 Henri Boissonnot, op. cit., p. 290-291.

16L’ambiguïté est en fait bien présente dans ces travaux. Elle est nette chez Mgr Foulon qui clôt le chapitre consacré au concile sur une profession de foi infaillibiliste de l’archevêque de Paris rapportée par Mme Ramsay et installe la confusion sur sa participation au vote du 18 juillet 1870 en notant seulement : « Mgr Darboy quitta Rome le 19 juillet, le lendemain du jour où le dogme […] fut proclamé41. » De son côté, Mgr Besson, évêque de Nîmes, minimise le rôle du cardinal Mathieu, archevêque de Besançon, hôte de la minorité au palais Salviati, « entraîné par son groupe plutôt qu’il ne le dominait » : « S’il n’eût consulté que son cœur et ses sentiments, nul doute qu’il n’eût reconnu la nécessité de la définition42. » L’abbé Lagrange ne peut en dire autant de Mgr Dupanloup. Mais il achève son étude en suggérant que le départ des évêques de la minorité avant le 18 juillet tendait de facto à réaliser « l’unanimité morale » nécessaire au dogme : « Ne serait-ce pas précisément parce qu’ils le voyaient, et voyaient aussi la définition désormais inévitable, qu’ils ne voulurent pas poser une cause de trouble pour l’avenir […] ? Si donc il y a eu faute, disons-le : Heureuse faute ! » Et de conclure en célébrant la noblesse de la « soumission catholique » face aux tenants de « l’infaillibilité de la raison43 ». Sans aller jusque-là, le biographe du cardinal Meignan, alors évêque de Châlons-sur-Marne, insiste lui aussi sur le ralliement de son héros, qui « semble avoir beaucoup souffert, lui l’ennemi de toute discorde, de se voir poussé dans l’assemblée du palais Salviati », où « les convictions et les affections de toute sa vie le retenaient auprès du cardinal Mathieu, des grands évêques ses amis, les Darboy, les Dupanloup44 ».

  • 45 Vie, 12/1-12.

17Mgr Lacroix et l’abbé Houtin, qui connaissent ces ouvrages et y font parfois allusion, se placent dans une perspective opposée de défense de la minorité qui les conduit à ouvrir leur chapitre par de longues considérations générales défavorables à Pie IX et aux ultramontains, tout en se défendant de vouloir « entrer en quoi que ce soit dans la discussion théologique d’une thèse irrévocablement définie45 » :

Il était manifeste que la catholicité entière acceptait l’infaillibilité, que c’était l’aboutissement fatal, inéluctable, de la marche des esprits vers une unité de plus en plus étroite, vers une monarchie de plus en plus personnelle et indépendante. Seuls protestaient quelques évêques, parce qu’ils voyaient l’absorption de leur autorité propre dans l’autorité universelle de Rome, et quelques théologiens, parce qu’ils examinaient en logiciens indépendants les objections de principe […]. Pie IX évita, dans la bulle d’indiction, dans les programmes remis aux commissions, de soumettre au concile la question de l’infaillibilité pontificale, non point, comme on a voulu le faire croire, par modestie, par discrétion […]. Réclamer un jugement de l’épiscopat, c’eût été mettre en doute ce qui, à ses yeux, était un dogme et un fait ; il pouvait accepter qu’on acclamât son infaillibilité ou même, à la rigueur, qu’on l’établît suivant les usages théologiques ; il ne pouvait lui venir à l’esprit de se découronner lui-même un moment pour recevoir à nouveau la couronne de la main des évêques. Aussi bien, au-dehors, ne s’imposait-il aucune réserve. Il profite de toutes les occasions, audiences publiques, réponses à des adresses, brefs à des corporations ou à des particuliers, pour affirmer catégoriquement son infaillibilité […]. On ne saurait accuser Pie IX de manquer de franchise ; en un sens même, il ne manque pas d’impartialité, car, dit-il, il prie pour tous ; mais il a bien soin d’indiquer nettement à l’Esprit Saint le sens dans lequel il doit agir […]. L’école ultramontaine, ainsi encouragée, ne se faisait pas faute de rehausser, d’exalter la suprématie pontificale et, au lieu de fortifier dans la même proportion l’autorité de l’épiscopat, elle prenait plaisir, au contraire, à diminuer d’autant le prestige des évêques.

  • 46 Vie, 12/13.

18Dans ce contexte, le choix de Mgr Landriot ne surprend pas ses biographes qui soulignent la cohérence de son parcours46 :

Étant donné ses idées sur l’autorité des évêques, ses anciens griefs contre la Cour de Rome, étant donné enfin l’exagération et le zèle idolâtrique de grand nombre de catholiques, il était fatal qu’il se rangeât du côté de ceux qui voulaient jouer le rôle de modérateur, soit que leur croyance en l’infaillibilité personnelle du pape ne fût pas absolument établie, soit qu’ils jugeassent inopportun d’en faire un dogme de foi.

  • 47 Vie, 12/15-18.
  • 48 Vie, 19-21. Le pape n’invite pas les princes : « C’était consacrer, en fait, la séparation (...)
  • 49 Vie, 12/34-48.
  • 50 Vie, 12/38.

19Ils présentent en conséquence la lettre pastorale qu’il adresse à ses diocésains avant son départ pour Rome en s’appuyant sur la déclaration des évêques allemands réunis à Fulda, un texte « dirigé contre les prétentions des catholiques qui eussent voulu voir le concile rompre solennellement en visière avec la société moderne et donner une consécration définitive du Syllabus si fameux, mais dont l’action en somme avait été nulle47 ». Ils signalent son intervention auprès de Napoléon III en faveur de l’envoi d’une ambassade48. Ils s’intéressent aux réunions du palais Salviati et aux entretiens spirituels que Mgr Landriot, habitué de l’exercice, donne aux dames chez la marquise Spinola. Ils résument ses interventions dans l’aula, celle du 8 janvier 1870, qui le classe dans la minorité, celle du 9 juin, sur la notion de « plena potestas » référée au concile de Florence, et celle du 23 juin, où il exprime ses « anxiétés non pas substantiellement quant à la doctrine elle-même, mais quant à la formule de la doctrine », faute de tradition unanime et sûre49. Ils saluent ainsi son action au sein de la « portion la moins nombreuse, mais la plus savante et la plus distinguée de l’épiscopat », tout en remarquant son attitude « modérée » dès les premiers jours et sa « prudence » accrue à partir d’avril, après les attaques des journaux intransigeants : « Ces prélats […] firent preuve d’une sagesse, d’une vertu, d’une dignité qu’on n’a point assez reconnue jusqu’à présent. Il y avait dans la marche du concile assez de points obscurs, assez de vices d’organisation, assez d’arbitraire pour qu’un avocat retors y pût chercher des motifs de cassation50. »

  • 51 Les 4 et 5 mai, Mgr Landriot n’adhère pas aux protestations de la minorité contre les viol (...)
  • 52 Vie, 12/84.
  • 53 Les auteurs, en l’état du manuscrit, commettent cependant une erreur en citant la modifica (...)
  • 54 Vie, 12/84.
  • 55 Il est vrai que Mgr Landriot avait été reçu par le pape dès son arrivée à Rome et que celu (...)

20Mgr Lacroix et l’abbé Houtin, sans pouvoir le dire, laissent dès lors deviner leur déception devant le ralliement final à la majorité de Mgr Landriot51, eux qui auraient préféré que les opposants, « obéissant à des motifs honorables », se décident, « sans forfanterie comme sans crainte » à voter non placet plutôt que de s’abstenir de participer à la congrégation du 18 juillet52. Ils se réfugient, sans trop insister, derrière les explications des « familiers » du prélat. La première invoque les modifications introduites dans la définition et ne manque sans doute pas de pertinence au regard de l’intervention du 23 juin, même si d’autres facteurs peuvent être pris en compte, comme l’option infaillibiliste du clergé rémois53. La seconde met en avant une rencontre entre Pie IX et Mgr Landriot le 15 juillet sur la route de Frascati : « Le pape s’y montra extrêmement aimable pour l’archevêque qui garda un très doux souvenir de son entretien54. » L’argument paraît léger, d’autant que l’évolution du prélat est antérieure55, et assez inattendu pour un homme qui n’est jamais décrit comme un dévot du pape, même si ses lettres révèlent aussi une blessure et une attente de réparation de sa part. Cet aveu paradoxal de la force de séduction de Rome au terme d’un chapitre dont la tonalité est antiromaine suggère en tout cas les limites de l’entreprise de Mgr Lacroix et de son porte-plume qui se heurtent, comme leurs devanciers, mais à front renversé, à la pierre d’achoppement conciliaire.

  • 56 Michel Lagrée, « Biographie d’évêques et histoire religieuse en France », dans Marta Dvora (...)
  • 57 Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme…, op. cit., p. 277-291.

21La Vie de Mgr Landriot, signée par Mgr Lacroix et rédigée en partie par l’abbé Houtin, tranche par son orientation et son ton sur la majorité des biographies épiscopales contemporaines et cela suffit à expliquer l’autocensure de son initiateur qui a préféré ne pas prendre le risque d’une publication56. Comment un évêque, lui-même suspect aux yeux du pape Pie X et de nombre de catholiques français, aurait-il pu célébrer publiquement ses prédécesseurs en conflit avec le Saint-Siège et légitimer l’action de la minorité conciliaire à l’heure de la Séparation des Églises et de l’État et de l’antimodernisme ? Le manuscrit, tel qu’il a été rédigé en 1904, est en effet susceptible de deux niveaux de lecture. Il parle bien sûr en premier lieu de Mgr Landriot et des combats des années 1840-1860 et, à ce titre, il reste d’un grand intérêt, en raison notamment de la documentation rassemblée. Il parle aussi en filigrane de Mgr Lacroix et des luttes des années 1890-1900. Attitude de l’Église face au monde moderne, réception de la science dans le catholicisme, centralisation romaine, affrontements des partis, affirmation de l’intransigeance… autant de thèmes qui courent d’une période à l’autre et qui habitent les propos publics ou la parole privée de l’évêque de Tarentaise comme ceux de l’archevêque de Reims57. Portrait ? Autoportrait, fût-ce par procuration ? La question mérite d’être posée au terme de la lecture de la Vie de Mgr Landriot.

Notes

1 Manuscrits français 209. La Vie est conservée dans deux portefeuilles (I. 1816-1858, f° 1- 179, chap. 1-8 ; II. 1858-1874, f° 180-324, chap. 9-16). Quatre portefeuilles regroupent les « pièces justificatives » (III, 157 f°), les « documents relatifs à la vie de Mgr Landriot annotés par Mgr Lacroix » (IV, 128 f°), les « extraits de journaux » (V, 73 f°) et la copie de lettres écrites ou reçues par Mgr Landriot (VI, 83 f°). La bibliothèque de Fels conserve aussi un recueil de sermons et de conférences de Mgr Lacroix et ses cours sur l’histoire religieuse de la Révolution professés à l’École pratique des hautes études (manuscrits français 205 et 210).

2 Bibliothèque nationale de France [BNF], Papiers Lacroix, Nouvelles acquisitions françaises [Naf] 24 406, f° 713, lettre de l’abbé Urbain, 15 mars 1922. Sur C. Urbain, voir Christian Sorrel, « Une vie pour l’érudition : Charles Urbain (1852-1931) », Revue Bossuet [à paraître].

3 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 713, f° 569, notes de l’abbé Houtin sur Mgr Lacroix.

4 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 712, f° 227, lettre de Mgr Lacroix à l’abbé Houtin, 28 août 1904.

5 Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme. Mgr Lacroix (1855-1922). Enquête sur un suspect, Paris, Cerf, 2003, 541 p. (résumé dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 29, fasc. 172, 2007, col. 1260-1266).

6 Notices biographiques dans Catholicisme, t. 6, 1967, col. 1769-1770 ; Dictionnaire de spiritualité, t. 9, 1976, col. 191-192 ; Dictionnaire du Second Empire (dir. Jean Tulard), Paris, Fayard, 1995, p. 706 ; Dictionnaire d’histoire et de géographies ecclésiastiques, fasc. 174-175a, 2008, col. 286-287. Voir également Daniel Moulinet, « Un catholique libéral face aux intransigeants : J.-F. Landriot (1816-1874) », dans Homo religiosus. Autour de Jean Delumeau, Paris, Fayard, 1997, p. 491-500.

7 Daniel Moulinet, Les Classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Mgr Gaume, Paris, Cerf, 1995, 485 p.

8 Jean Maurain, La Politique ecclésiastique du Second Empire de 1852 à 1869, Paris, F. Alcan, 1930, p. 112 ; Jacques-Olivier Boudon, L’Épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905). Origines, formation, nomination, Paris, Cerf, 1996, p. 256.

9 Jean Maurain, op. cit., p. 546 et 789-794 ; Jacques-Olivier Boudon, op. cit., p. 473-479. Début 1870, le Saint-Siège refuse le transfert de Mgr Landriot à Lyon.

10 Lucien Lacroix, « Mgr Landriot, archevêque de Reims, pendant l’occupation allemande », Revue du clergé français, n° 70, 15 octobre 1897, p. 306-321 et n° 72, 15 novembre 1897, p. 491-505.

11 Archives nationales, F19 2546, dossier Lacroix, lettres de Lucien Lacroix à Charles Dumay, 7 et 13 novembre 1899 ; BNF, Papiers Lacroix, Naf 24 401, f° 137-138, lettre du Père Lecanuet à l’abbé Lacroix, 26 juin 1900 et Naf 24 406, f° 490-522, compte-rendu des entretiens des 19 juin et 3 juillet 1900.

12 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 713, notes de l’abbé Houtin sur Mgr Lacroix. Peu de temps après, Henri Duhamel rompt à nouveau avec l’Église puis se lance dans l’aventure des cultuelles schismatiques et se marie.

13 Albert Houtin, Une vie de prêtre. Mon expérience 1867-1912, Paris, F. Rieder, 1926, 449 p. Notices biographiques dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, fasc. 143, 1993, col. 1284-1287 et Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 9, Paris, Beauchesne, 2001, p. 130-132.

14 BNF, Papiers Lacroix, Naf 24 401, f° 429-430, lettre de Léon Lavedan à Mgr Lacroix, 7 novembre 1903. Le Correspondant est fidèle à l’héritage catholique libéral.

15 Un dernier gallican : Henri Bernier, chanoine d’Angers (1795-1859), Paris, É. Nourry, 1904, 482 p.

16 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 712, f° 219-221, lettres de Mgr Lacroix à Albert Houtin, 5 et 13 juin 1904.

17 BNF, Papiers Houtin, Naf 15 713, f° 568-569, notes de l’abbé Houtin sur Mgr Lacroix.

18 BNF, Papiers Lacroix, Naf 24 401, f° 521-522, lettre du cardinal Merry del Val au Père Genocchi, 12 octobre 1904 et lettre de Mgr Le Camus à Mgr Lacroix, 31 octobre 1904 ; Papiers Houtin, Naf 15 712, f° 230-242, lettres de Mgr Lacroix à l’abbé Houtin, 13 septembre-31 octobre 1904.

19 Vie, 7/13 et 7/19 (le premier chiffre indique le numéro de chapitre, le second le numéro du feuillet, plusieurs feuillets étant fixés au recto et au verso des feuilles regroupées dans les portefeuilles I et II).

20 Vie, 7bis/8.

21 Vie, 9/81.

22 Vie, 15/19-20 et 44 : « Et alors, voilà les citations qui se succèdent, qui se multiplient, qui s’allongent indéfiniment ; voilà même des textes qui ne se rattachent qu’à peu près à la question. Le lecteur se fatigue, l’esprit se perd […]. À dire vrai, [Mgr Landriot] n’a jamais cherché à être personnel, ni original. Il s’est donné la tâche d’être un écho fidèle de la Tradition, de discuter chaque sujet de controverse d’après l’enseignement des docteurs et des Pères de l’Église. Il y a certes merveilleusement réussi, mais c’est aux dépens de l’intérêt de son œuvre […]. Ce qui achève de rendre quelque peu fatigante et difficile la lecture de ses livres, c’est la négligence et le peu de relief du style […]. Les négligences abondent dans sa phrase, ainsi que les termes vagues et les métaphores usées. »

23 Vie, 6/38-45.

24 Vie, 8/2-5.

25 Vie, 2/10-12. Mgr Lacroix en profite pour dénoncer ses collègues qui agissent encore « comme si l’ignorance […] était une garantie pour la foi et la vertu des jeunes clercs ».

26 Vie, 15/57-58.

27 Vie, 5/2-4. La décennie 1850 est marquée par une relance de la controverse antiprotestante. Voir Michèle Sacquin, Entre Bossuet et Maurras. L’antiprotestantisme en France de 1814 à 1870, Paris, École des chartes, 1998, 526 p.

28 Vie, 8/20-23. Bien des correspondants, longuement cités, vont dans le même sens : Foisset, Montalembert, Rivet (évêque de Dijon), Bourret (secrétaire de l’archevêque de Tours), Valroger (oratorien), Cochin, Perreyve, etc. Sur l’affrontement des camps, voir Jacques Gadille, La Pensée et l’action politiques des évêques français au début de la IIIe République 1870-1883, 2 vol., Paris, Hachette, 1967, 352 et 336 p. ; Les Catholiques libéraux au xixe siècle, Grenoble, PUG, 1974, 595 p. ; Austin Gough, Paris et Rome. Les catholiques français et le pape au xixe siècle, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1996, 320 p.

29 Vie, 9/71-77. En fait, « Mgr Landriot éprouvait une pénible surprise à voir […] l’évêque d’Orléans se livrer à de grandes manifestations en faveur du pouvoir temporel et célébrer comme des martyrs les morts de Castelfidardo. [Il] ne goûtait pas cette habileté » (Vie, 7bis/8).

30 Vie, 9/1-5.

31 Vie, 10/78.

32 Vie, 9/1-2. « Du moment qu’il attaquait L’Univers, il [fut] représenté à la Cour de Rome comme faisant une opposition dangereuse au parti pontifical. »

33 Mgr Joseph-Alfred Foulon, Histoire de la vie et des œuvres de Mgr Darboy, archevêque de Paris, Paris, Poussielgue, 1889, p. 382-392.

34 Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme…, op. cit., p. 197-200.

35 Vie, 7/13. L’abbé Houtin avait simplement écrit : « Mgr Landriot ne voulut jamais forcer l’expression de son dévouement au pape, même pour le profit de sa popularité. »

36 Dans une brochure de 1904, mise à l’Index en 1905, le juriste Paul Viollet, héritier des catholiques libéraux, s’interroge sur le lien entre Syllabus et magistère infaillible. Voir Christian Sorrel, « Conjoncture moderniste et infaillibilité pontificale au début du xxe siècle. Jalons pour une étude », dans Sylvio De Franceschi (éd.), Le Pontife et l’erreur. Anti-infaillibilisme catholique et romanité ecclésiale aux temps posttridentins (xviie-xxe siècles), Lyon, LARHRA – RESEA, 2010, p. 145-162.

37 Vie, 10/64-67.

38 Henri Boissonnot, Le Cardinal Meignan, Paris, Victor Lecoffre, 1899, p. 269.

39 Mgr Joseph-Alfred Foulon, op. cit., p. iii-iv.

40 François Lagrange, Vie de Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, membre de l’Académie française, t. 2, Paris, Poussielgue, 1884, p. iii. Sur le concile, voir Roger Aubert, Le Pontificat de Pie IX (1846-1878), Paris, Bloud et Gay, 1952, p. 311-367 ; Jean-Rémy Palanque, Catholiques libéraux et gallicans en France face au concile du Vatican 1867- 1870, Gap, Ophrys, 1962, 207 p. ; Jacques Gadille, Albert du Boÿs, ses « Souvenirs du concile du Vatican, 1869-1870 », l’intervention du gouvernement impérial à Vatican I, Louvain, Publications universitaires, 1968, 254 p. ; Paul Christophe, Le Concile Vatican I, Paris, Cerf, 2000, 166 p.

41 Mgr Joseph-Alfred Foulon, op. cit., p. 465-467.

42 Mgr Louis Besson, Vie de Son Éminence Mgr le cardinal Mathieu, archevêque de Besançon, t. 2, Paris, Bray et Retaux, 1882, p. 261-268.

43 François Lagrange, op. cit., p. 185-186.

44 Henri Boissonnot, op. cit., p. 290-291.

45 Vie, 12/1-12.

46 Vie, 12/13.

47 Vie, 12/15-18.

48 Vie, 19-21. Le pape n’invite pas les princes : « C’était consacrer, en fait, la séparation de l’Église et de l’État, reconnaître la laïcité des gouvernements modernes », commentent Mgr Lacroix et l’abbé Houtin, trop oublieux du Syllabus. Quant à l’acceptation par les princes de leur exclusion, ils se demandent s’il faut y « voir un reste de foi et de la largeur d’idée ou bien plutôt cette conviction dédaigneuse que les querelles théologiques désormais n’ont plus d’influence sur la marche du monde ».

49 Vie, 12/34-48.

50 Vie, 12/38.

51 Les 4 et 5 mai, Mgr Landriot n’adhère pas aux protestations de la minorité contre les violations du règlement. Le 9 juillet, il s’associe en revanche à une protestation contre l’omission de deux modi. Le 13 juillet, il vote placet juxta modum au scrutin d’ensemble sur la constitution Pastor Aeternus (25 Français votent non placet, 43 placet, 3 placet juxta modum). Le 18 juillet, lors du scrutin de promulgation, il vote placet avec 46 de ses compatriotes.

52 Vie, 12/84.

53 Les auteurs, en l’état du manuscrit, commettent cependant une erreur en citant la modification du 16 juillet, qui donne satisfaction en fait aux intransigeants obsédés par le danger gallican, alors qu’il n’est plus nécessaire de ménager une minorité intraitable (la formule non autem ex consensu Ecclesiae est ajoutée à la phrase Romani Pontificis definitiones esse ex sese irreformabiles). Il s’agirait plutôt des changements présentés le 11 juillet, mais jugés encore insuffisants par Mgr Landriot le 13 juillet. Voir Roger Aubert, op. cit., p. 356-359.

54 Vie, 12/84.

55 Il est vrai que Mgr Landriot avait été reçu par le pape dès son arrivée à Rome et que celui-ci s’était montré « d’une bonté parfaite et d’une amabilité exquise ». « On sait », commentent les deux auteurs, « que Pie IX était, quand il le voulait, le plus séduisant des hommes, et il semble bien qu’il voulut se mettre, pour Mgr Landriot, en frais de coquetterie. Celui-ci, il l’avoue, en fut touché et peut-être faut-il voir là une des raisons de son attitude si modérée » (Vie, 12/27-30).

56 Michel Lagrée, « Biographie d’évêques et histoire religieuse en France », dans Marta Dvorak (dir.), La Création biographique, Rennes, PUR, 1997, p. 253-260.

57 Christian Sorrel, Libéralisme et modernisme…, op. cit., p. 277-291.

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search