Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines II

 | 
Franz Xaver Bischof
, 
Sylvio De Franceschi

La romanité ecclésiale jugée par l’Histoire de l’Église de France (1847-1856) de René-François Guettée

Sylvio Hermann De Franceschi

Texte intégral

  • 1 Sur Guettée, voir en premier lieu Patric Ranson, « Guettée ou le retour à l’orthodoxie », (...)
  • 2 On se permet de renvoyer à Sylvio De Franceschi, « Antiromanisme historiographique et gall (...)

1Parmi les grands monuments historiographiques qui décrivent, aux âges romantique et libéral, l’évolution millénaire de la catholicité, l’Histoire de l’Église de France de René-François Guettée (1816-1892) se signale d’emblée par la virulence de ses propos et la vigueur de ses engagements antiromains1. Issu d’un milieu modeste, profondément marqué par la dévotion jansénisante de sa mère, Guettée a formé ses conceptions historiographiques à l’exigeante et érudite école des historiens Charles Rollin (1661-1741), Gabriel Daniel (1649-1728) et surtout Claude Fleury (1640- 1723), illustre disciple de Bossuet. Le premier volume de son Histoire de l’Église de France paraît en 1847 ; le douzième, et dernier, est publié en 1856. Œuvre maîtresse et très copieuse, l’Histoire de l’Église de France s’insère dans une production historiographique soutenue : en 1858 et en 1859 paraissent les trois tomes d’une Histoire des jésuites qui n’épargne aucun reproche aux disciples de saint Ignace de Loyola ; à partir de 1869 commence l’ample publication, inachevée à la mort de Guettée, d’une Histoire de l’Église depuis la naissance de Jésus-Christ jusqu’à nos jours ; en 1881, enfin, Guettée fait paraître le premier tome de ses Mémoires pour servir à l’histoire de l’Église de France pendant le xixe siècle, suite, également inachevée, de son Histoire de l’Église de France, qui s’arrêtait au concordat de 1801. On sait que dès la publication de ses premiers volumes, l’Histoire de l’Église de France a retenu l’attention des contemporains dans un contexte troublé où le gallicanisme brillait de ses derniers feux pour tenter d’enrayer l’essor apparemment irrésistible d’un ultramontanisme que favorisait le pontificat intransigeant du pape Pie IX2. Le 7 août 1851, Pierre-Louis Parisis (1795-1866), évêque de Langres, avertissait le cardinal Raffaelle Fornari (1787-1854), récemment nommé préfet de la Congrégation des Études, des positions doctrinales périlleuses adoptées par Guettée. La réaction de Rome a été rapide : par décret du 22 janvier 1852, l’Histoire de l’Église de France était mise à l’Index ; elle n’en était qu’à son septième volume. La rupture est irrémédiablement consommée entre le Saint-Siège et l’auteur : il est vrai qu’ordonné prêtre en 1839, Guettée ne donnait plus satisfaction depuis longtemps à sa hiérarchie en raison de ses engagements politiques républicains.

  • 3 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, t. iv, Paris, 1856, p. iv.
  • 4 Ibid., t. iv, éd. citée, p. iv.
  • 5 Ibid., t. iv, éd. citée, p. viii.

2Que le contenu de l’ouvrage incriminé dût s’attirer la vindicte de l’autorité romaine, le fait était largement évident. Conservée dans les archives de la Congrégation de l’Index, une relation sommaire – adressée à Pie IX – de la session au cours de laquelle l’Histoire de l’Église de France a été condamnée livre pêle-mêle de premiers motifs de mécontentement. L’attention du censeur a d’emblée été attirée par les pages que Guettée consacre à la période féodale au début du quatrième tome de son ouvrage. Très sévère à l’égard du système politique mis en place au Moyen Âge, Guettée n’hésite pas à le taxer d’arbitraire, décrivant l’instauration progressive d’un pouvoir personnel, insoucieux du droit et de la justice : « La volonté de l’homme n’étant point ainsi dominée par une loi juste, expression du bien ; la loi, au contraire, étant soumise au caprice de l’homme, il dut nécessairement y avoir, au fond de ce système social, un despotisme brutal et une immense douleur3. » Rien ne devait ici donner à lieu à désaccord de la part du magistère romain, d’autant que Guettée reconnaissait immédiatement à la puissance ecclésiale l’indéniable mérite de s’être opposée avec ardeur et conviction au général asservissement des fidèles par le pouvoir temporel : « Cette douleur eût été plus grande encore, le despotisme eût été plus brutal, si l’Église n’eût plané au-dessus de ce chaos politique. Plus on approfondit les annales du Moyen Âge, et plus on découvre clairement la main de la Providence qui conduisit l’Église à la souveraineté politique pour servir de contrepoids à la violence qui était devenue le seul droit4. » Lors de la transition de l’Empire romain aux monarchies barbares, note Guettée, l’Église a dirigé « le mouvement civilisateur » et imposé à chacun le déterminant ascendant de la science et de la supériorité morale et intellectuelle de son clergé. Il reste que les progrès de l’influence politique du Saint-Siège se sont accomplis alors même que les papes des xe et xie siècles « ne furent ni capables de se mettre à la tête du mouvement social, ni dignes d’occuper le siège apostolique »5. De l’empire carolingien à la théocratie pontificale, le chemin était direct et inévitable le glissement. Guettée décrit avec force une mécanique historique presque fatale et dont les conséquences ont été funestes pour l’Occident, peu à peu placé sous le joug impérieux d’une papauté avide de puissance :

  • 6 Ibid., t. iv, éd. citée, p. ix.

L’organisation politique de l’empire carolingien consacrait la supériorité, même dans l’ordre temporel, de la puissance ecclésiastique. Lorsque cette organisation se fut brisée en mille parcelles sous l’action dissolvante de l’antagonisme des nationalités et des luttes d’ineptes prétendants […], il ne resta entre elles qu’un lien d’union, la religion, dont l’action extérieure se concentrait dans la papauté. Le pouvoir de la papauté, par sa nature exceptionnelle, avait dominé les événements6.

3À l’empire de Charlemagne avait succédé l’empire de la papauté, qui, seul, avait permis la conservation de l’unité chrétienne des États d’Occident. Enhardi par ses premiers succès, le Saint-Siège avait ensuite voulu concentrer en lui l’ensemble des prérogatives de l’Église – il lui fallait dès lors s’attaquer aux conciles provinciaux, aux élections épiscopales et aux formes anciennes des jugements ecclésiastiques.

  • 7 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xiv.
  • 8 Relazione alla Santità di Nostro Signore Pio p. IX della Congregazione generale dell’Indic (...)

4Dans son entreprise pluriséculaire de suprématie sur le monde chrétien, la papauté avait rencontré à plusieurs reprises l’opposition de la France. À en croire Guettée, la monarchie française avait été la première à prendre conscience des dangers d’une évolution exagérément centralisatrice du Saint-Siège : « La France, quoique morcelée par la féodalité, avait une royauté plus fortement constituée que les autres peuples, et qui travailla sans relâche à centraliser autour d’elle toutes les provinces. L’Église de France s’unit à elle pour sauvegarder l’indépendance politique du royaume contre les essais d’empiètement du siège apostolique7. » Sur quoi le document rendu par les censeurs romains le 22 janvier 1852 relevait que Guettée accusait finalement le Saint-Siège d’avoir tenté d’usurper droits et prérogatives des Églises locales8. De fait, Guettée faisait aussitôt un vibrant éloge de la tradition gallicane :

  • 9 René-François Guettée, op. cit., t. iv, éd. citée, p. xv.

Dès le ixe siècle, et au moment où le siège apostolique commença à manifester sa tendance vers la centralisation, Agobard et ensuite Hincmar lui résistèrent avec science et énergie ; depuis eux jusqu’à Gerson, tous les grands hommes de l’Église de France marchèrent sur la même ligne et protestèrent contre ce qu’ils regardaient comme un empiètement illégal9.

  • 10 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xvi.

5Résistance pourtant vouée à l’échec – en 1516, le concordat de Bologne avait entériné la double mainmise de la royauté et de la papauté sur l’Église de France, désormais pleinement asservie : « Ce ne fut pas sans douleur que l’Église de France se vit ainsi placée par le chef même de l’Église dans les serres de l’absolutisme10. » À propos de quoi Guettée tenait à distinguer – et la distinction est chez lui fondamentale – entre le gallicanisme du Moyen Âge, qui œuvrait pour l’indépendance de l’Église, et le gallicanisme moderne, qui, au contraire, n’avait travaillé qu’à son douloureux asservissement :

  • 11 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xvii.

Le gallicanisme parlementaire […] tendait sans cesse à accroître l’action de l’autorité royale dans les choses purement spirituelles, au détriment de l’autorité ecclésiastique. Ce fut le concordat de 1516 qui donna ainsi indirectement naissance à ce gallicanisme servile qu’il ne faut pas confondre avec le gallicanisme que défendirent tous les hommes illustres de l’Église de France sous la période féodale11.

  • 12 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xviii-xix, n. 1.

6Une précieuse note de bas de page explicitait soigneusement les conceptions ecclésiologiques de Guettée. D’après lui, le gallicanisme moderne avait certes repris à son compte la lutte des gallicans médiévaux en faveur de la conservation des restes des usages de l’Église de France, mais le combat avait changé de sens : « Depuis le concordat de 1516, la royauté s’était fait de ces débris autant de moyens d’oppression pour l’Église de France ; de sorte que le gallicanisme, en luttant pour ces usages, combattait plutôt pour la servitude de l’Église que pour sa liberté12. » La démonstration de Guettée conduisait à une évidente critique des positions doctrinales adoptées par les gallicans de l’âge classique, mais l’auteur de l’Histoire de l’Église de France ne croyait pourtant pas que les tenants modernes de l’ultramontanisme fussent fondés à condamner le gallicanisme bossuétien :

  • 13 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xix, n. 1.

D’après ces simples observations, on peut voir combien auraient tort ceux qui aujourd’hui se déclareraient en faveur du gallicanisme moderne. Nous n’en trouvons pas moins erronées les déclamations de certains soi-disant ultramontains qui, non contents d’exagérer d’une manière absurde le pouvoir politique de la papauté, se sont crus obligés de déverser l’outrage sur les hommes les plus illustres de l’Église de France, uniquement parce qu’ils se déclarèrent partisans du gallicanisme moderne13.

  • 14 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xix, n. 1.

7Le régime ecclésiologique fondé par le concordat de 1516 était parfaitement critiquable, il n’en demeurait pas moins que la papauté en avait été l’instauratrice conjointement avec la royauté et en dépit de la réaction hostile de l’Église de France : « On ne peut donc blâmer ceux qui vécurent sous ce régime d’en avoir adopté les conséquences, et, sans excuser leurs faiblesses, nous ne croyons pas qu’il soit permis à certains écrivains d’insulter à des hommes de génie14. » Il s’agissait là, pour Guettée, de marquer la distance qui le séparait du gallicanisme moderne sans pour autant donner à croire qu’il récusait le legs de Bossuet ; quant à supposer qu’il pouvait finalement s’accorder avec les ultramontains ses contemporains, il n’y fallait évidemment pas songer.

  • 15 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xxxix.
  • 16 Relazione alla Santità di Nostro Signore Pio p. IX della Congregazione generale dell’Indic (...)
  • 17 René-François Guettée, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 358.

8Assurément, les censeurs romains ont eu de quoi frémir à la lecture d’un ouvrage qui ne faisait pas mystère de son antiromanisme. À l’actif de Guettée doit être quand même compté le fait que ses positions doctrinales sont parfois commandées par des principes méthodologiques historiographiques. Ainsi de ses conclusions – d’ailleurs précisément relevées par le rapport du 22 janvier 1852 – sur la délicate question des exemptions jadis accordées aux communautés monastiques : « Des écrivains placés à distance, et oubliant qu’il ne faut jamais juger une époque reculée par le siècle où l’on vit, ont blâmé la papauté d’avoir accordé aux abbayes des exemptions de la juridiction épiscopale et aux moines des pouvoirs extraordinaires15. » Les censeurs romains ont évidemment sursauté lorsque Guettée note que les exemptions lui semblent désormais plus nuisibles qu’utiles dans la mesure où le clergé s’acquitte enfin correctement de son ministère, où la résidence de l’évêque dans son diocèse est un principe fermement établi et où la hiérarchie est pleinement respectée16. Si impartial et si soucieux d’éviter tout anachronisme qu’il prétendît être, Guettée n’a pourtant pu se prémunir complètement de jugements de valeur à travers quoi transparaissent ses convictions antiromaines. Au moment de traiter des ordres mendiants, au tome vi de l’Histoire de l’Église de France, Guettée revient sur le fait que Guillaume Durand (†1296), le célèbre évêque de Mende, avait en son temps plaidé pour qu’ils eussent d’autres moyens que la charité des fidèles pour subvenir à leurs besoins : « L’évêque de Mende avait raison de vouloir abolir la mendicité de ces religieux et la remplacer par le travail ou des revenus suffisants. La mendicité ne pouvait assurer à des ordres religieux une existence ni assez solide ni assez indépendante17. » Considération que les censeurs romains n’ont pas manqué de relever puisqu’elle mettait en cause la légitimité de l’organisation particulière d’ordres que le Saint-Siège avait favorisés de son appui parce qu’ils servaient ses desseins de suprématie sur la Chrétienté. Là encore, Guettée ne craignait pas de s’attaquer à l’un des plus efficaces outils dont la papauté avait bénéficié pour asseoir sa domination sur les royaumes chrétiens.

  • 18 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 30.
  • 19 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 30.
  • 20 Relazione alla Santità di Nostro Signore Pio p. IX della Congregazione generale dell’Indic (...)
  • 21 René-François Guettée, op. cit., t. vi, éd. citée, p. 96.
  • 22 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 96.

9Les engagements antiromains de l’auteur apparaissaient encore plus clairement lorsqu’il en venait à expliquer les raisons pour lesquelles l’Église avait longtemps interdit la lecture de la Bible en langue vulgaire. Une digression traitait du problème lorsqu’au tome vi de l’Histoire de l’Église de France, Guettée abordait l’époque de la lutte contre les Albigeois : « Les hérétiques lisaient l’Écriture sainte traduite en langue vulgaire et appuyaient plusieurs de leurs opinions sur certains passages qui les favorisaient18. » Or, précise Guettée, il convenait, dès lors que l’on traitait de l’hérésie cathare, de distinguer entre les erreurs dogmatiques et les « opinions que nous appellerions sociales » : si les premières étaient irrévocablement attestées, il fallait cependant reconnaître que les Albigeois pouvaient se réclamer de la Bible pour justifier les secondes. D’où l’hostilité des autorités ecclésiastiques à la diffusion des textes saints en langue vulgaire : « On ne peut pas dire, d’une manière absolue, que les saintes Écritures fussent suspectes aux chefs de l’Église ; les hérétiques en abusaient incontestablement et les évêques devaient prémunir les fidèles, généralement très ignorants, contre leurs fausses interprétations ; mais il est vrai cependant que les prélats devaient être embarrassés pour concilier leur mœurs trop mondaines et leur amour des richesses avec l’esprit de pauvreté et d’abnégation que recommande Jésus-Christ à toutes les pages de son Évangile19. » Sur quoi Guettée ajoutait que le pape et les évêques devaient naturellement désirer que les fidèles n’eussent connaissance de la Bible que par le truchement de gloses complaisantes. Partiale déformation historique, selon les censeurs romains, qui accusent Guettée de dissimuler soigneusement les véritables raisons pour lesquelles le Saint-Siège avait jugé bon d’interdire la lecture des Saintes Écritures en langue vulgaire au temps de la croisade contre les Albigeois comme à l’époque du concile de Trente20. Les consulteurs de l’Index n’ont bien sûr pas davantage été convaincus par les propos que Guettée a consacrés au problème de l’Inquisition. Au tome vi de l’Histoire de l’Église de France avaient été décrites les procédures du tribunal inquisitorial. Guettée prenait aussitôt de significatives précautions : « Ce sont là des faits incontestables et que nous exposons avec l’exactitude et la simplicité d’un historien impartial. Les mœurs du temps et l’état politique de l’Église à cette époque nous expliquent les règlements et les rigueurs de l’Inquisition21. » Abandonnant pour un instant l’impartialité historiographique à quoi il venait de déclarer qu’il entendait être indissolublement attaché, Guettée ne pouvait s’empêcher d’exprimer son indignation et ses sentiments de chrétien : « Si nous comprenons l’établissement et les procédures de ce tribunal, il nous semble démontré d’une manière aussi claire que tout y était contraire aux vrais principes du christianisme. On y agissait envers les hommes avec une intolérance qui n’est permise que contre les erreurs22. » On entend là comme un écho des imprécations de Voltaire, un auteur que Guettée a lu de près et qu’il ne cite d’ailleurs pas toujours avec l’hostilité requise dans l’Histoire de l’Église de France. La suite du propos ne laissait aucun doute quant aux positions de Guettée sur l’Inquisition :

  • 23 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 96.

On a dit avec raison que la vérité était nécessairement intolérante ; elle ne peut s’allier en effet avec l’erreur. La lumière peut-elle s’allier avec les ténèbres ? L’Église, possédant la vérité, doit éloigner d’elle sévèrement tout ce qui pourrait tant soit peu ternir le dépôt divin dont la garde lui est confiée, mais elle ne doit point sévir contre les hommes à cause des erreurs qu’ils peuvent admettre23.

10Aux autorités ecclésiales, Guettée reconnaît volontiers le droit de rejeter du sein de la communauté chrétienne, par l’excommunication, les fidèles qui refusent de se plier aux dogmes définis par le magistère, mais il leur refuse vigoureusement la possibilité de recourir à la persécution et aux tortures. La démonstration ne manquait pas de générosité, mais elle ne pouvait assurément complaire au Saint-Siège :

  • 24 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 96.

Intolérance contre les erreurs et charité pour ceux qui ont le malheur d’être séduits par elles, telle eût dû être la règle de conduite des chefs de l’Église, dans tous les temps. Mais leur puissance politique au Moyen Âge leur fit oublier qu’ils étaient avant tout pères et pasteurs d’une société purement spirituelle, qu’ils avaient reçu de Jésus-Christ la mission d’instruire les peuples […], mais non de les obliger, sous peine de mort, à se faire chrétiens24.

11Discours pétri d’un idéal de tolérance où se ressent l’influence des Lumières : Guettée est ouvertement et consciemment un homme de l’âge libéral alors même que la papauté est en train de consolider son installation en intransigeance.

  • 25 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 76.
  • 26 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 76.
  • 27 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 76-77.
  • 28 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 77.
  • 29 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 77.

12Le scandale des juridictions inquisitoriales est matière où éclate la contradiction entre les choix ecclésiologiques de Guettée et l’obligation d’impartialité que lui fait sa charge d’historien. Il en assume, du reste, explicitement les épineuses conséquences : « Tout en tenant compte des mœurs de l’époque, de l’état du clergé et des motifs qui ont inspiré ces règlements, on ne peut que déplorer de les voir faits par des évêques catholiques, agissant conformément aux intentions du chef de l’Église25. » Aussitôt, Guettée de se démarquer des historiens libéraux et antiromains qui profitent systématiquement des pages qu’ils consacrent au thème de l’Inquisition pour se livrer à des charges contre l’obscurantisme du clergé et le despotisme antichrétien du magistère pontifical : « Nous ne ferons point touchant l’Inquisition de ces déclamations que l’on rencontre à chaque page dans les écrits des adversaires de l’Église ; le rôle principal de l’historien est de raconter les faits sans passion et avec des détails propres à les faire comprendre d’une manière complète26. » Il reste que Guettée n’estime pas ici nécessaire de taire son opinion personnelle – il est des sujets sur lesquels l’historien, si impartial veuille-t-il être, ne peut se contenter de délivrer froidement une explication dénuée d’engagement et même de simple humanité, et Guettée n’entend franchement pas déroger à ses devoirs de conscience morale : « Si nous conservons notre calme d’historien en racontant des faits odieux, il ne faudrait pas certes en conclure que nous les approuvions. Nous avons expliqué plusieurs fois comment le clergé, par l’effet de la constitution de l’empire catholique, avait été amené à punir l’hérésie comme un crime politique ; mais expliquer n’est pas défendre27. » Davantage, son appartenance même à la catholicité impose à Guettée de fermement condamner les agissements de l’Inquisition – catholique et historien, les deux qualités convergent pour produire un discours dont la teneur est sans conteste antiromaine : « Il nous semblerait indigne d’un historien catholique de faire l’apologie d’actes cruels opposés au sentiment chrétien. Le clergé n’a pu s’y laisser entraîner que par l’effet d’une de ces vastes erreurs que l’on voit dominer toute une époque et s’imposer comme vérité à toute une génération28. » Que Guettée reste intimement tributaire du discours tenu par les Lumières à l’appui d’une conception des progrès irrésistibles de l’esprit humain se dépouillant peu à peu de ses superstitions, le passage qui suit le montre sans ambiguïté : « Aujourd’hui que ce nuage [de l’erreur] est dissipé et que nous ne voyons plus les choses à travers les illusions et les préjugés d’un autre âge, nous apercevons mieux le vice radical des tribunaux d’inquisition, et nous pouvons déplorer avec plus de liberté les exécutions sanglantes qu’ils ont provoquées29. » Guettée était du reste parfaitement conscient que ses opinions allaient à l’encontre des positions recommandées et même imposées par le magistère romain. Au début du tome vii de l’Histoire de l’Église de France, il justifie nombre de propos qui lui sont échappés dans les volumes précédents et revient, entre autres, sur les vives considérations qu’il a consacrées à l’Inquisition :

  • 30 Ibid., t. vii, Paris, 1856, p. x.

On a voulu voir dans ces paroles presque des hérésies, parce que nous regardons les règlements de l’Inquisition comme contraires aux vrais principes du christianisme […] ; on a voulu croire que l’autorité infaillible de l’Église était compromise et attaquée directement par nos paroles30.

  • 31 Relazione alla Santità di Nostro Signore Pio p. IX della Congregazione generale dell’Indic (...)
  • 32 René-François Guettée, op. cit., t. vii, éd. citée, p. xi.

13Or, à en croire Guettée, les autorités ecclésiales étaient bien davantage compromises par des partisans forcenés qui les faisaient responsables de la législation inquisitoriale que par les critiques qu’il avait pu lui-même formuler – ce dont les censeurs romains s’indignent dans leur rapport sur la mise à l’Index de l’Histoire de l’Église de France31. Pour Guettée, il était évident qu’en instituant l’Inquisition, les papes et les évêques avaient subi la trompeuse influence des préjugés du temps où ils vivaient – il ne fallait dès lors pas croire que l’infaillibilité du magistère fût engagée : « [Les papes] ne sont appelés à prononcer d’une manière infaillible que dans le cas où ils ont à confirmer la foi catholique de l’Église touchant tel ou tel fait dogmatique ou moral qui fait partie du dépôt sacré de la Révélation. Hors de là, il n’y a plus d’autorité infaillible32. » Antiromaine, la conclusion respectait rigoureusement les principes ecclésiologiques que le jansénisme avait défendus pendant presque deux siècles ; dans un contexte où le débat sur l’infaillibilité personnelle du pontife romain ratione fidei et morum faisait rage, Guettée restait prudent en proclamant qu’il ne pouvait être rangé du côté des anti-infaillibilistes :

  • 33 Ibid., t. vii, éd. citée, p. xi.

Si l’on veut bien se donner la peine de réfléchir sur cette simple observation et juger d’après elle nos considérations sur l’Inquisition, on verra que nous avons pu blâmer cette institution et employer les termes qui nous ont été reprochés sans manquer au respect que nous devons à l’autorité infaillible de l’Église33.

  • 34 Rapport du P. Kleutgen, acdf, Index, Protocolli 1852-1853, f°63r° : « Hæc igitur defensio (...)
  • 35 Ibid., f°63r° : « Præterea, etiamsi Ecclesia in generali disciplina infallibilis non esset (...)
  • 36 Ibid., f°63r° : « Tandem error ille quo Ecclesia seducta esse ab auctore dicitur, ut omnia (...)

14Le propos s’est inévitablement attiré les foudres du jésuite allemand Joseph Wilhelm Karl Kleutgen (1811-1883) – un spécialiste de philosophie scolastique nommé en 1843 professeur d’éloquence sacrée au Collegio Germanico – dans son rapport transmis à la Congrégation de l’Index. À suivre le P. Kleutgen, la justification de Guettée ne fait que davantage l’accuser, puisqu’elle revient à enseigner expressément que l’Église a été honteusement trompée pendant des siècles et qu’elle a pu s’écarter des principes le plus authentiques de la religion chrétienne34. Quand même, poursuit le jésuite, l’Église ne fût-elle pas infaillible en matière de discipline générale, il n’était certes licite à personne de la reprendre sur le ton de Guettée35. Enfin, ajoute le P. Kleutgen, l’erreur dans quoi, selon Guettée, sont tombées les autorités ecclésiales appartient en fait à la foi catholique, au même titre que les plus universels principes de la discipline ecclésiastique, puisqu’il s’agit de la créance selon quoi l’Église s’est vu conférer le pouvoir d’infliger des peines non seulement spirituelles, mais aussi corporelles36. Contre quoi Guettée s’inscrivait explicitement en faux lorsqu’il concluait au tome vii de l’Histoire de l’Église de France :

  • 37 René-François Guettée, op. cit., t. vii, éd. citée, p. xi.

À entendre certains catholiques, on ne peut mériter ce titre qu’en poussant jusqu’à ses dernières limites le principe de l’autorité spirituelle. Nous ne partageons pas cette opinion, et nous pensons que cette autorité n’en sera que plus respectée si elle ne sort jamais des bornes au-delà desquelles son droit pourrait être contestable37.

15Les convictions historiographiques selon lesquelles a été conçue l’Histoire de l’Église de France étaient inséparables des engagements ecclésiologiques anti-ultramontains de l’auteur.

16Les considérations méthodologiques ne sont pas absentes d’un ouvrage qui n’avait pourtant pas pour fin de contribuer au perfectionnement de la science historique. D’évidence, Guettée a beaucoup réfléchi à l’art d’écrire l’histoire. Inspiré par les historiens libéraux, et notamment par l’œuvre de François Guizot, Guettée a pris la peine d’exposer sa méthode au début du tome ier de l’Histoire de l’Église de France. Il note que sous l’influence croissante de l’historiographie libérale, les écrivains catholiques eux-mêmes ont entamé un énorme travail de mise à jour de l’histoire ecclésiastique :

  • 38 Ibid., t. ier, Paris, 1847, p. iii.

Aussi de nombreux préjugés ont-ils déjà disparu. On comprend maintenant qu’il faut se transporter aux siècles eux-mêmes pour en retracer l’histoire, et qu’on ne doit pas juger les mœurs et les institutions de tous les temps sur celles du temps où nous vivons. Ce principe aura des résultats prodigieux pour la vérité historique38.

17Première et indiscutable conséquence du changement opéré par les historiens dans leur manière d’étudier les temps révolus, la réhabilitation du Moyen Âge, naguère encore considéré comme une époque arriérée et obscurantiste :

  • 39 Ibid., t. ier, éd. citée, p. iii.

Les œuvres artistiques du Moyen Âge sont complètement réhabilitées. Les œuvres scientifiques et philosophiques auront leur tour. On commence à soupçonner qu’il doit y avoir quelque chose dans ces gros livres qui dorment depuis si longtemps au fond de nos bibliothèques39.

  • 40 Ibid., t. ier, éd. citée, p. iv-v.
  • 41 Karl Wilhelm Friedrich von Schlegel, Philosophie der Geschichte, Vienne, 1829, Philosophie (...)
  • 42 Ibid., t. ier, p. 2.

18La littérature médiévale, note Guettée, a recouvré ses droits à l’admiration de la postérité, la liturgie est redevenue une science, tandis que les grandes communautés monastiques ont retrouvé le prestige qui était le leur aux temps anciens. Mouvement de chrétienne « régénération » dont la méthode historique adoptée par Guettée s’est fortement inspirée : « J’ai donc cherché dans cette histoire à faire revivre les siècles eux-mêmes, non pas seulement de cette vie extérieure qui se traduit en faits éclatants, mais de cette vie intime que nous révèlent ces mille détails, bien minimes en apparence, mais souvent plus utiles que les faits eux-mêmes pour donner à chaque époque son véritable caractère40. » Guettée a évidemment puisé aux historiens et chroniqueurs ses prédécesseurs, mais il a également consulté conciles et docteurs de l’Église, théologiens et philosophes, liturgistes et poètes. Sa méthode, comme il l’affirme lui-même, consiste à se fonder avec exactitude sur les faits – le propos n’a rien d’original, mais Guettée en appelle quand même à l’autorité du philosophe allemand Karl Wilhelm Friedrich von Schlegel (1772-1829), citant les recommandations préliminaires de sa Philosophie der Geschichte (1829), dont une traduction française avait été publiée en 1836 : « Il ne faut pas entendre sous le nom de philosophie de l’histoire une série d’observations ou d’idées sur cette matière exposée d’après un système arbitrairement conçu, d’après une hypothèse imposée aux faits eux-mêmes41. » D’après Guettée, l’historien n’a que faire d’une démonstration préconçue, il lui faut se fier aux événements, laisser parler les faits qu’il établit – les conceptions schlegéliennes étaient soigneusement rappelées sur quoi l’auteur de l’Histoire de l’Église de France avait apparemment fondé son approche historiographique : « L’histoire ne repose que sur des réalités, elle est inséparable des faits. C’est donc aussi de la vérification, de l’exposition lucide, de la vive caractéristique des faits, de la conception de leur enchaînement et de leur ensemble que doit jaillir la philosophie de l’histoire, esprit et corollaire de tout savoir historique42. » L’ambition était ici explicite de se placer dans le courant d’une historiographie romantique et libérale que Michelet et Guizot – dont Guettée citait opportunément l’Histoire de la civilisation en France (1830) – avaient récemment illustrée et qui prétendait s’en tenir à la soigneuse observation des faits en se gardant de généralisations hâtives au moyen d’une méthode prétendument scientifique. Guettée reconnaît pourtant aussitôt n’avoir pas été à la hauteur des prescriptions qu’il entendait respecter :

  • 43 René-François Guettée, op. cit., t. ier, éd. citée, p. vi-vii.

Il faut l’avouer, la nouvelle école historique est encore peu avancée dans cette voie [scientifique], et je la surprendrai souvent faisant de l’histoire avec des idées nébuleuses et purement systématiques, torturant les faits pour les forcer à entrer en des cadres façonnés a priori, tirant d’un seul mot une conclusion immense, et de faits clairs et nombreux n’extrayant qu’à grande peine une idée mesquine, dans la crainte d’ébranler ses systèmes43.

19Si opposé que fût, dans les faits, l’aspect de l’Histoire de l’Église de France aux principes méthodologiques de l’historiographie libérale, il n’en demeurait pas moins que, et là était la profonde originalité du projet de l’auteur, Guettée avait voulu produire un ouvrage d’histoire ecclésiastique qui réalisât dans le champ religieux l’équivalent de ce que Guizot et ses confrères avaient publié dans le domaine de l’histoire politique. Intention qui répondait au constat d’un vide bibliographique à combler :

  • 44 Ibid., t. ier, éd. citée, p. vii.

J’ai trouvé [la nouvelle école historique] peu favorable à l’Église, malgré le vernis parfois chrétien qu’elle a su donner à ses œuvres. Ses allures scientifiques n’ont pu me faire illusion sur l’extrême faiblesse de son érudition religieuse. Pour dire franchement ma pensée, nos écrivains modernes se sont trouvés en pays inconnu dans le domaine de l’Église44.

20De se réclamer des principes méthodologiques définis par Guizot et les historiens romantiques et libéraux ne devait assurément pas susciter la bienveillance du magistère romain, en dépit du projet d’offrir une histoire ecclésiastique respectueuse de son objet.

  • 45 Ibid., t. vii, éd. citée, p. i.

21L’ambition historiographique affichée ne pouvait bien sûr manquer de susciter des réactions hostiles au sein de l’Église. De quoi Guettée déclare, au début du tome vii de l’Histoire de l’Église de France, faire peu de cas : « S’il est difficile de trouver la vérité, il est plus difficile peut-être encore de la dire. L’historien qui veut secouer le joug des préjugés, ne relever que des documents certains et de sa conscience, se trouve exposé à toutes les colères des partis45. » L’avant-propos est daté du 1er juin 1851 : Guettée sait déjà qu’il va lui falloir affronter l’intrépide opposition des ultramontains. Sans esquiver le débat, il s’agit d’emblée d’en minimiser la portée doctrinale :

  • 46 Ibid., t. vii, éd. citée, p. i.

Ces petites fureurs ne prouvent qu’une chose à notre avis : la valeur historique et l’impartialité absolue de notre ouvrage. Nous plaignons les ennemis de la vérité ; nous déplorons les convulsions frénétiques qu’elle leur fait éprouver. Ce sentiment de pitié est toute la réponse que nous avons à leur faire46.

  • 47 Ibid., t. vii, éd. citée, p. xii.

22Guettée revient ensuite avec quelque détail sur les principales objections qui ont déjà été faites à son texte, notamment sur son supposé gallicanisme, sur son interprétation des institutions de l’Église primitive et sur son exposé des procédures de l’Inquisition. Il conclut enfin : « Nous terminerons ces réflexions en répétant ce que nous avons dit déjà plusieurs fois, que, dans l’Histoire de l’Église de France, nous ne subirions jamais d’autre influence que celle de la vérité ; les partis, les coteries ne pourront jamais nous faire dévier de cette route. Nous nous privons ainsi des réclames pompeuses du charlatanisme ; mais nous aurons, en revanche, l’estime et l’approbation de tous les hommes sages et indépendants, ce qui nous semble de beaucoup préférable47. » Attitude sans concession qui annonce la pertinacité avec quoi Guettée va refuser de se plier aux injonctions du magistère romain et aux pressions exercées par sa hiérarchie.

  • 48 Ibid., t. viii, Paris, 1856, p. xiv.
  • 49 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xiv.
  • 50 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xx.

23Sans surprise, donc, la régularité avec quoi le travail de rédaction et de publication de l’Histoire de l’Église de France se poursuit même après la condamnation par la Congrégation de l’Index des sept premiers volumes. Le tome viii débute par des extraits d’un mémoire justificatif adressé au cardinal Giacomo Luigi Brignole (1797-1853), préfet de l’Index, et où Guettée tente tant bien que mal de se défendre. La méthode historiographique est derechef vigoureusement justifiée au nom de la science, de l’honnêteté et de la vérité : « L’historien, comme tout autre homme, peut toujours craindre de se tromper lorsqu’il porte un jugement. Son devoir est de s’entourer, avant de le porter, de tous les renseignements qu’il lui est possible d’obtenir48. » En composant l’Histoire de l’Église de France, déclare hautement Guettée, il n’a négligé aucun document – il a précautionneusement mis de côté ses préjugés afin d’attendre à la restitution historique la plus fidèle et la plus véridique possible : « Lorsque j’ai cru, en conscience, connaître la vérité, j’ai parlé avec franchise ; lorsque j’ai conservé des doutes, j’ai offert à mes lecteurs les jugements contradictoires qui ont été portés, avec les principales preuves à l’appui49. » Guettée en venait ensuite aux différents points de discorde et maintenait courageusement la justesse de ses interprétations. Touchant ses propos consacrés au pouvoir temporel du Saint-Siège, il estimait qu’on lui faisait là un mauvais procès : « Je sais que des ultramontains exagérés regardent la puissance politique universelle comme une conséquence de la puissance spirituelle de la papauté et comme de droit divin. Mais on n’est pas obligé d’être ultramontain exagéré pour mériter le titre de catholique50. » De s’en tenir aux positions définies par le gallicanisme du Moyen Âge ne devait entraîner aucune censure, à moins de vouloir s’en prendre à une tradition canonique dont les plus illustres figures rayonnaient au firmament de la catholicité :

  • 51 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xx.

Il a toujours été permis d’avoir sur la puissance temporelle du pape les idées que l’on en a toujours eues en France, et de l’apprécier avec autant d’indépendance que tout autre fait historique. Je regarde comme la seule vraie l’opinion que j’ai émise dans mon livre, et j’ai cherché, sans résultats, la plus légère inconvenance de langage dans les pages que j’ai écrites sur ce sujet51.

  • 52 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxi.
  • 53 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxi.

24Davantage, Guettée croyait fermement avoir été favorable au pouvoir pontifical in rebus temporalibus dans la mesure où il avait montré de quel profit avait été au monde chrétien l’essor de l’influence politique du Saint-Siège aux temps médiévaux. D’où l’assurance avec laquelle il pouvait conclure sans crainte d’être démenti : « Je puis dire que la papauté n’a jamais été louée plus explicitement et plus sincèrement que dans mon livre, surtout en ce qui touche à ses démêlés avec les princes au Moyen Âge52. » Il n’est pas certain que le propos ait été de nature à solidement convaincre le cardinal Brignole, d’autant que les censeurs romains avaient été pour le moins effarouchés par la peinture assez vive avec quoi Guettée avait rendu les désordres des xive et xve siècles censés avoir conduit à la naissance du protestantisme. Sur quoi Guettée ajoutait sobrement : « J’en aurais dit beaucoup plus […] que je serais resté encore au-dessous de la réalité53. » À ses contradicteurs, Guettée se faisait fort de donner des leçons de pudeur historiographique :

  • 54 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxii.

Ceux qui connaissent à fond l’histoire des églises et des monastères de cette époque [la fin du Moyen Âge], et qui ont lu mon livre, me rendent ce témoignage : c’est qu’en disant franchement la vérité, j’ai évité d’entrer dans ces détails immondes dont les chroniques sont pleines, et qui eussent affligé profondément les cœurs chrétiens54.

  • 55 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxv.

25Touchant la question de l’Inquisition et de la punition temporelle des hérétiques, Guettée ne comprenait pas en quoi ses convictions dussent heurter les susceptibilités doctrinales de l’Index – il avait constamment pris la saine précaution de replacer les choses dans leur contexte historique : « J’ai toujours eu soin de rappeler la situation de l’Église lorsque j’ai parlé de cette punition. Mais, en principe, devais-je l’approuver ou la blâmer ? Je sais que des catholiques l’approuvent, mais je sais aussi qu’il est permis de la blâmer sans pour cela cesser d’être catholique ; c’est là une opinion qui rentre dans le domaine des opinions libres, et les appréciations contradictoires sont permises55. » Sans frémir, Guettée rappelait les censeurs du Saint-Siège à leurs devoirs impartiaux de juges gardiens d’une orthodoxie catholique dont il ne leur appartenait certainement pas de faire varier les contours selon leur bon vouloir.

26Si ses engagements ecclésiologiques antiromains étaient en définitive assez clairs, encore qu’il les soutînt conformes à la règle de foi, Guettée se défendait vertement d’avoir eu aucune visée politique en rédigeant l’Histoire de l’Église de France :

  • 56 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxix.

Je n’ai point fait de politique dans mon ouvrage […] ; encore moins y ai-je fait de politique anarchique. J’ai blâmé énergiquement les abus de l’autorité comme ceux de la liberté ; car une autorité qui abuse de ses prérogatives s’appelle despotisme, et la liberté immodérée est la licence. Or tout homme raisonnable doit détester la licence et le despotisme56.

27Ici, peut-être, l’expression de sentiments politiques qui ont sans doute conduit aux choix républicains de Guettée en 1848. Quoi qu’il en dît, l’auteur de l’Histoire de l’Église de France avait composé une œuvre discrètement engagée en politique, même s’il ne s’agit certes pas de le présenter en quarante-huitard forcené :

  • 57 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxix-xxx.

Il en est, je le sais, qui […] prétendent qu’il faut sans cesse exalter le principe d’autorité et attaquer le principe de liberté. Moi, je pense que, si la liberté a eu ses abus, l’autorité a eu les siens ; que le despotisme est, dans la société, un principe de désordre aussi grand et aussi fécond que la licence ; qu’un historien impartial, par conséquent, peut et même doit stigmatiser le despotisme aussi énergiquement que la licence57.

28Quand il avait dû évoquer les figures de princes, de prélats, de potentats ou de magistrats qui avaient scrupuleusement et consciencieusement rempli leurs devoirs et occupé leurs fonctions, Guettée en avait fait l’éloge. Au contraire n’avait-il rien dissimulé des turpitudes de souverains tyranniques et en avait-il dénoncé les errements :

  • 58 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxx-xxxi.

Je l’aurais fait avec plus de rigueur, que personne n’aurait le droit de m’en blâmer ; car personne ne doit prendre parti pour le crime, quand bien même le criminel serait pape ou roi ; et plus le criminel est élevé en dignité, plus l’historien doit être sévère à son égard, dans l’intérêt même de l’autorité dont il abuse58.

29Guettée mettait au défi ses censeurs de trouver dans l’Histoire de l’Église de France des réflexions politiques qui fussent de nature à entraîner condamnation de son ouvrage, mais, le cas échéant, il se déclarait prêt à faire les modifications nécessaires. Il reste que ses plus intimes convictions étaient une nouvelle fois affirmées :

  • 59 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxxi.

J’aime la liberté et je respecte l’autorité ; je ne veux sacrifier ni l’une ni l’autre de ces deux bases de toute société d’êtres intelligents ; voilà, en deux mots, ma politique. Je n’ai jamais écrit un seul mot qui soit contraire à cette théorie, aussi claire que simple et raisonnable59.

30Exaspéré par les récents événements français, et aussi européens, le magistère romain ne devait pas méconnaître le républicanisme à peine dissimulé que recelaient des considérations où Guettée faisait la part belle à la liberté des peuples, à qui il reconnaissait en définitive le privilège d’être juge en dernier ressort dans les conflits qui pouvaient les opposer aux souverains.

31La délicate question de l’infaillibilité pontificale revêtait dès lors une cruciale importance, dans un contexte de gestation avancée du dogme finalement défini en 1870, après plusieurs siècles de discussions acharnées. Dans son mémoire justificatif adressé au cardinal Brignole, Guettée soutient qu’il n’a jamais entendu participer au débat en cours entre les partisans du gallicanisme et les tenants du moderne ultramontanisme :

  • 60 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxxi-xxxii.

J’ai dit ailleurs que je ne me préoccupais pas, dans mon ouvrage, des luttes des gallicans et des ultramontains […]. Je me préoccupe encore moins des idées que de prétendus gallicans ou ultramontains modernes jettent chaque jour au vent de la presse, parce que ces idées m’ont affermi dans la conviction […] que ceux qui les publient ne comprennent rien à la question sur laquelle ils prétendent instruire les autres60.

  • 61 Ibid., t. vii, éd. citée, p. 266, n. 1.
  • 62 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxxii-xxxiii.

32Il n’en demeure pas moins que l’on a pu reprocher à Guettée de mettre en cause jusqu’à l’indéfectibilité même du siège romain La discussion s’était concentrée sur une note essentielle au bas de la page 266 du tome vii de l’Histoire de l’Église de France. Guettée y affirmait très orthodoxement que le concile général représentait l’Église universelle, et il ajoutait : « L’Église étant infaillible, le concile général doit l’être. Il en est de même du pape, prononçant ex cathedra sur un point de foi admis par l’Église entière, et sans que la majorité des évêques réclame contre sa décision. C’est en ce sens que la foi de Pierre est indéfectible61. » Contre quoi il n’y avait assurément rien à dire, et Guettée ne se faisait pas faute de le souligner dans son mémoire au cardinal Brignole : il reconnaissait de fait l’autorité nécessaire à la décision du souverain pontife lorsqu’il parlait solennellement au nom de l’Église. Au préfet de l’Index, Guettée demande du coup « si un catholique est obligé d’admettre, sur la doctrine de l’infaillibilité ou de l’indéfectibilité, plus que je n’admets moi-même, dans la note ci-dessus »62. Aux yeux des ultramontains, la principale difficulté venait de la suite de la fameuse note de la page 266 du tome vii de l’Histoire de l’Église de France, où Guettée écrivait :

  • 63 Ibid., t. vii, éd. citée, p. 266, n. 1.

Il faut se souvenir que l’infaillibilité de l’Église ne porte que sur les principes dogmatiques ou moraux de la Révélation. L’Église ne peut imposer ni dogmes nouveaux, ni nouveaux principes de morale ; elle ne peut que prononcer sur un fait, c’est-à-dire si tel dogme, tel principe fondamental de la morale a été révélé63.

  • 64 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxxiii.

33Dans son mémoire au cardinal Brignole, Guettée défiait ses censeurs de trouver quoi que ce fût de condamnable dans sa proposition – s’il se trouvait pourtant quelqu’un qui fût en désaccord avec elle, « il serait obligé de me prouver que l’Église peut perfectionner la révélation de Jésus-Christ » : « Ce serait, je crois, une entreprise difficile64. » Guettée reprenait ici littéralement à son compte des positions caractéristiques du jansénisme de l’âge classique qui avaient ensuite irrigué l’ecclésiologie catholique antiromaine pendant plus d’un siècle.

34Il est un fait digne de remarque, et qui pourtant n’a pas été suffisamment souligné dans les quelques trop rares travaux consacrés à Guettée et à son Histoire de l’Église de France – jamais le philojansénisme de l’ouvrage et de l’auteur n’a été directement attaqué. Il était néanmoins difficile aux adversaires ultramontains de Guettée et aux censeurs romains de ne pas se rendre à l’évidence. Dans le long Coup d’œil général sur la période moderne qui ouvre le tome viii de l’Histoire de l’Église de France, Guettée a inséré d’expressifs et significatifs passages touchant la querelle janséniste. D’emblée, le trait dominant est un antijésuitisme particulièrement virulent :

  • 65 Ibid., t. viii, éd. citée, Coup d’œil général sur la période moderne, p. xxxi.

Pour se rendre dignes de la position qu’ils s’attribuaient, les jésuites cultivaient les sciences religieuses. Leurs constitutions, il est vrai, compriment l’essor de l’intelligence, mais elles sont propres à former une armée disciplinée qui gagne par le nombre ce que d’autres obtiennent par les heureuses imprudences du génie65.

  • 66 Ibid., t. viii, éd. citée, loc. cit., p. xxxi-xxxii.

35Sans aucune originalité, Guettée reconduisait un discours antijésuite que les xviie et xviiie siècles avaient constamment perfectionné. Les disciples d’Ignace de Loyola étaient notamment accusés d’avoir dénaturé les règles évangéliques pour les accommoder aux mœurs légères de leur temps : « De là naquit une société semi-chrétienne, qui, sous la direction des jésuites, alliait les habitudes les plus mondaines avec les pratiques extérieures de la religion66. » Une opportune note de bas de page soulignait délibérément le caractère polémique du propos :

  • 67 Ibid., t. viii, éd. citée, loc. cit., p. xxxii, n. 1.

Nos lecteurs connaissent notre franchise. Nous ne savons pas dissimuler la vérité. S’ils étaient choqués de la manière dont nous parlons des jésuites, nous les prierions de réfléchir aux sentiments que les hommes les plus religieux en France leur ont voués pendant trois siècles […]. Nous avons donc le droit de parler des jésuites selon notre conscience67.

  • 68 Ibid., t. viii, éd. citée, loc. cit., p. xxxv.

36Face aux jésuites, les jansénistes ont consciencieusement œuvré pour une restauration de l’austère discipline primitive du christianisme, luttant sans cesse contre les dévotions nouvelles dont la Compagnie de Jésus favorisait le scandaleux développement. Craignant la défaite, les jésuites ont alors conduit l’affrontement sur le terrain doctrinal en accusant les disciples de Jansénius de renouveler l’erreur prédestinatienne : « Leur imagination féconde créa un parti monstrueux qui ne s’attaquait à rien moins qu’à la Révélation elle-même ; qui voulait établir le déisme, et peut-être même l’athéisme, sur les ruines de l’Église68. » Par leur habileté et leur duplicité, les jésuites l’avaient finalement emporté en cour de Rome, obtenant du Saint-Siège la condamnation du jansénisme alors même qu’il était facile de prouver qu’ils ressuscitaient les erreurs des pélagiens. Guettée sait que ses propos ne peuvent manquer de lui attirer la critique des ultramontains – aussi prend-il vite la précaution de se défendre par anticipation :

  • 69 Ibid., t. viii, éd. citée, loc. cit., p. xxxvii.

Nous ne sommes point janséniste, et nous détestons la doctrine contenu dans les cinq fameuses Propositions. Nous admirons les solitaires de Port-Royal, ce qui ne nous a pas empêché […] et ne nous empêchera pas […] de blâmer l’esprit de parti qui a fait quelquefois dévier ces nobles intelligences. Quant aux jésuites, nous saurons leur rendre justice à l’occasion69.

37Déjà utilisée par Pascal au temps de la campagne des Provinciales (1656-1657), la protestation de n’être pas janséniste ne devait abuser personne. Aussitôt, d’ailleurs, Guettée de dénoncer la coupable emprise exercée par la Compagnie de Jésus sur les historiens catholiques, qui ont trop souvent confondu la cause d’un ordre sournois et cupide avec celle de l’Église. Du reste, le philojansénisme de Guettée éclatait en pleine lumière au tome xi de l’Histoire de l’Église de France lorsqu’il traitait de la Bulle Vnigenitus :

  • 70 Ibid., t. xi, Paris, 1857, p. 278-279.

Clément XI eut-il vraiment l’intention de condamner, dans cette bulle, la doctrine de saint Paul et de saint Augustin sur la grâce ? Non, assurément. L’Église romaine a toujours déclaré, avant comme après cette bulle, que saint Augustin est le Docteur de la Grâce et que sa doctrine est celle de l’Église romaine […]. On ne peut avoir une autre opinion sans accuser Clément XI d’avoir prévariqué et abandonné la doctrine de toute la tradition catholique70.

38La conclusion était conforme à la ligne de défense adoptée par les jansénistes dès le début des contestations qui avaient suivi la promulgation de la censure clémentine.

  • 71 Ibid., t. viii, éd. citée, Coup d’œil général sur la période moderne, p. xl.
  • 72 Voir le document en annexe ci-dessous.
  • 73 René-François Guettée, op. cit., t. xii, Paris, 1856, p. 404.

39Il y a quelque injustice à avoir laissé sombrer dans l’oubli le plus complet une œuvre qui, assurément, ne le méritait pas. Un siècle et demi après sa publication, l’Histoire de l’Église de France de René-François Guettée reste le monument littéraire le plus imposant que le xixe siècle ait consacré à l’histoire ecclésiastique de la nation. Les engagements ecclésiologiques de l’auteur le conduisent certes à des interprétations très discutables, mais, alors que l’historiographie ultramontaine restait inexorablement tributaire d’une tradition et d’un style qui avaient été élaborés dès le second xviiie siècle, il est revenu à Guettée de produire une histoire qui, en s’appropriant évidemment le legs imposant de l’érudition gallicane de l’âge classique – par où Guettée se place naturellement dans la prestigieuse filiation d’Étienne Pasquier, de Jacques-Auguste de Thou ou encore de Claude Fleury –, a su tirer le meilleur profit des récents acquis livrés par les historiens romantiques et libéraux comme Michelet ou Guizot. Pour un prêtre jansénisant, même antiromain, Guettée sait faire preuve d’une compréhension très singulière à l’égard du « philosophisme » des Lumières – en témoignent les lignes étonnantes du Coup d’œil général sur la période moderne au début du tome viii de l’Histoire de l’Église de France : « L’histoire ne présente pas de tableau plus saisissant que celui de la naissance et des développements du philosophisme […]. En le retraçant, nous éviterons les exagérations commises par ceux qui prirent à la lutte une part active. Aujourd’hui, les adversaires commencent à se comprendre, à se rapprocher ; le temps est venu de rendre justice à chacun. Le nom de Voltaire ne nous fera pas plus tressaillir que celui de Calvin71. » Que le texte de Guettée ait correspondu à ses convictions intimes l’atteste l’obstination avec quoi il a refusé de se plier aux injonctions de la Congrégation de l’Index, ne consentant qu’à de minces corrections transmises au cardinal Girolamo D’Andrea (1812-1868) – qui a succédé au cardinal Brignole à la préfecture de l’Index – en décembre 1853 : les concessions n’étaient pratiquement que de pure forme72. Au moment de prendre congé de son lecteur aux dernières lignes du tome xii de l’Histoire de l’Église de France, Guettée pardonnait à ses persécuteurs et livrait la signification ultime de son entreprise : « En terminant un ouvrage qui nous a coûté tant de recherches et de peines, notre devoir est de déclarer que, depuis la première ligne jusqu’à la dernière, nous n’y avons été guidé que par l’amour de la vérité. Intimement persuadé que la vérité tout entière ne peut nuire à l’Église […], nous avons jugé indigne de l’Église et de nous d’avoir recours à des récits tronqués, dissimulés, hypocrites, pour donner de l’histoire un tableau mensonger73. » Si imparfaite qu’elle puisse sembler, l’Histoire de l’Église de France de Guettée doit retrouver la place qui lui est due dans la tradition érudite antiromaine de l’historiographie française.

Annexes

Annexe Corrections proposées par M. l’abbé Guettée, auteur de l’Histoire de l’Église de France, à la Sacrée Congrégation de l’Index, 15 décembre 1853, ACDF, Index, Protocolli 1852-1853.

Texte Corrections proposées
T. 1er, Coup d’œil général, p. XXXIV (note). Selon M. de Maistre (De l’Église gallicane, liv. 2, c. 6), l’Église est une monarchie ou n’est rien. Nous ne croyons pas l’Église une monarchie et nous la croyons quelque chose : beaucoup d’autres seront de notre avis. Selon Monsieur de Maistre (De l’Église gallicane, liv. 2, c. 6), l’Église est une monarchie ou n’est rien. Nous ne croyons pas l’Église une monarchie, dans le sens qu’attache à ce mot Monsieur de Maistre.
Ce philosophe (voir son livre Du Pape) n’entend en effet par ce mot que le despotisme, et il ose confondre avec cet abus du pouvoir l’autorité confiée par Jésus Christ à son vicaire. Il soutient même que l’infaillibilité n’est autre que « le décret du pouvoir souverain qui tient lieu de raison et a force de loi, bon ou mauvais » (liv. 1). Admettre une pareille théorie, ce serait introduire le scepticisme dans l’Église.
t. 1er, p. 266, 3e alinéa. Hilaire avait voulu traiter la chose sans intrigues, avec franchise et simplicité. C’est là malheureusement le moyen de ne réussir jamais. Les hommes élevés au pouvoir et entourés d’intrigants se laissent presque toujours influencer et la raison seule a sur eux bien peu d’empire. Hilaire avait voulu traiter la chose sans intrigues, avec franchise et simplicité. Ce n’est pas toujours là malheureusement le plus sûr moyen de réussir. Les hommes élevés au pouvoir et entourés souvent de gens qui ont intérêt à leur cacher la vérité se laissent parfois influencer par eux ; de là vient que la franchise abandonnée a elle-même sur eux trop peu d’empire.
t. 1er, p. 270. 1er alinea. Le pape se trompait évidemment sur le motif de sa fuite (d’Hilaire) ; ce n’était pas pour éviter d’assister au jugement, qu’il avait quitté Rome, mais bien parce qu’il désespérait d’y faire triompher la vérité, Si nous en croyons Honorat de Marseille, saint Hilaire serait parti de Rome parce qu’il aurait désespéré d’y faire triompher la verité. Saint Léon, dans sa lettre, lui prête un tout autre motif. Quoi qu’il en soit, il n’en est pas moins certain que le
comme le dit Honorat de Marseille. On peut croire que le pape se doutait de ce motif d’Hilaire et qu’il n’en était que plus irrité contre lui. Une chose certaine, c’est que le quatrième article de la lettre de saint Léon est empreint contre le saint évêque d’Arles d’un sentiment d’aigreur qu’on ne peut excuser. Du reste toute la lettre du pape est remplie de traits acerbes et peu conformes à la charité, comme quand il dit à propos de l’évêque Projectus qu’Hilaire a plutôt eu la pensée de le tuer que d’ordonner un autre évêque à sa place, ainsi encore dans le cinquième article... ces paroles sont évidemment injustes. Les hommes les plus grands... Saint Léon, malgré son génie, s’était laissé prendre à des dénonciations outrées et à des intrigues. Il revint.... pape se montra d’une sévérité qu’on ne peut expliquer que par les fausses relations que lui avaient adressées les ennemis du saint évêque d’Arles. Il dit, par exemple, à propos de l’évêque Projectus qu’Hilaire a plutôt eu la pensée de le tuer que d’ordonner un autre évêque à sa place ; dans le cinquième article... ces paroles sont évidemment exagérées. Les hommes les plus grands... Saint Léon, malgré son génie, s’était laissé tromper par des dénonciations injustes. Il revint...
t. V, p. 177, 4e alinéa. On pourrait même croire que ces ennemis (d’Abailard) n’avaient pas peu contribué à influencer saint Bernard par le moyen de son ami Guillaume de Saint-Thierry, qui habitait Reims. Saint Bernard était, sans le vouloir, l’instrument de quelques médiocrités jalouses qui exploitaient son amour pour la saine doctrine, cherchaient à voiler sous son autorité leurs basses rancunes et abusaient de quelques propositions obscures ou systématiques pour faire un hérétique d’un professeur qui avait le tort de les avoir vaincus et de ne pas partager leurs opinions. Pour juger de la doctrine... On pourrait même croire que ces ennemis (d’Abailard) n’avaient pas peu contribué à influencer saint Bernard par le moyen de Guillaume de Saint-Thierry, qui habitait Reims. Ils mirent tout en œuvre pour cacher leurs rancunes sous l’autorité du saint et illustre abbé qui n’avait en vue que le bien de l’Église. Il était facile de trouver dans les écrits d’Abailard des propositions hardies et même hétérodoxes, prises isolément ; mais pour juger de la doctrine...
T. V, p. 178, 2e alinéa. Il (saint Bernard) écrivit au pape Innocent, aux cardinaux, aux personnages influents un grand nombre de lettres dans lesquelles on Il (saint Bernard) écrivit...
... des lettres fort vives.
remarque beaucoup de passion.
t. V, p. 180, 3e alinéa. Bernard n’épargne à son adversaire ni les expressions dures ni les critiques mordantes... On lui voudrait plus de cette charité dont il avait si souvent donné des preuves... Bernard n’épargne à son adversaire ni les expressions sévères ni les critiques mordantes... On lui voudrait plus de cette douceur dont il avait...
t. V, p. 232 ad finem. On ne peut trop déplorer que le clergé ait oublié la doctrine évangélique au point de sévir d’une manière aussi violente contre les hérétiques. On peut expliquer comment il avait été amené à dévier ainsi de sa mission toute de charité ; mais il n’en est pas moins vrai que les belles annales de l’Église sont souillées de cette tache de sang. Nous avons expliqué ailleurs (t. IV, p. 146) comment, par une conséquence nécessaire de l’union de l’Église avec l’État, les délits religieux, comme l’hérésie, étaient devenus crimes politiques. Dans leur répression, les évêques agissaient autant à titre de seigneurs qu’à titre d’évêques. Seulement, dans les jugements sur la doctrine, ils avaient la plus grande autorité parce qu’en effet, c’était principalement à eux de donner leur avis dans ces matières.
t. VI, p. 15, 1er alinéa. Depuis plusieurs siècles, les belles institutions ecclésiastiques de l’Église primitive disparaissaient peu à peu. Leur caractère était trop démocratique pour qu’elles puissent subsister pendant la féodalité qui n’était en elle-même que l’absolutisme élevé à sa plus haute puissance. Les élections telles qu’elles avaient été organisées par les premiers législateurs de l’Église, devaient donc, par un suite nécessaire de la constitution des pouvoirs au Moyen Âge disparaître successivement et être remplacées par le choix arbitraire des possesseurs absolus de la puissance. C’est ce qui arriva au xvie siècle, par le concordat conclu entre Léon X et François Ier ; mais il fallut au despotisme une lutte de plusieurs siècles Depuis plusieurs siècles les belles institutions ecclésiastiques des premiers siècles disparaissaient peu à peu. Elles n’étaient plus en harmonie avec l’organisation sociale du Moyen Âge, dans laquelle le clergé s’était trouvé inféodé au pouvoir politique par suite de circonstances impérieuses. Les élections telles qu’elles avaient été établies par les premiers législateurs de l’Église, devaient donc, par une conséquence nécessaire de la constitution des pouvoirs au Moyen Âge, disparaître successivement. Les élections furent complètement abolies par le concordat de Léon X et de François Ier. Le choix des évêques par les chapitres fut le point de transition entre l’élection proprement dite et le choix des dépositaires de l’autorité. Dès le xiie
pour réussir à s’attribuer le choix exclusif des évêques et autres grands bénéficiers. Le choix par les chapitres fut le point de transition entre l’élection proprement dite et le choix arbitraire. Dès le xiie siècle, nous voyons la papauté imposer, en certains cas, sa volonté aux chapitres eux-mêmes. Les rois essayèrent parfois d’agir de même, mais toujours il y eut, surtout dans l’Église de France, une réaction énergique contre le despotisme, en faveur de la vieille législation ecclésiastique ; c’était là le vrai gallicanisme, qu’il ne faut pas confondre avec le gallicanisme moderne qui n’avait pour but que l’asservissement de l’Église. Un abîme les sépare l’un de l’autre, puisque le premier combattait pour les institutions libérales, tandis que le second déifiait le despotisme et étendait son domaine jusque sur les consciences. siècle, nous voyons des papes imposer, en certains cas, leur volonté aux chapitres. Les rois essayèrent parfois d’agir de même ; mais toujours il y eut, surtout en France, une forte réaction en faveur de la vieille législation électorale et ce fut là le principal caractère du gallicanisme jusqu’au xviie siècle. Il ne faut pas confondre cette réaction du clergé de France avec le gallicanisme parlementaire, lequel n’eut pour but que l’asservissement de l’Église. Le clergé en effet combattait pour les belles institutions de l’Église primitive, tandis que le gallicanisme parlementaire déifiait le pouvoir temporel dont il étendait le domaine jusque sur les consciences.
t. VI, p. 76-77. Tout en tenant compte des mœurs de l’époque, de l’état du cergé, et des motifs qui ont inspiré ces règlements (de l’Inquisition), on ne peut que déplorer de les voir faits par des évêques catholiques agissant conformément aux intentions du chef de l’Église... Mais si nous conservons notre calme d’historien en racontant des faits odieux, il ne faudrait pas certes en conclure que nous les approuvions. Nous avons expliqué plusieurs fois comment le clergé, par l’effet de la constitution de l’Empire catholique, avait été amené à punir l’hérésie comme un crime politique, mais expliquer n’est pas défendre. Il nous semblerait indigne d’un historien catholique de faire l’apologie d’actes Tout en tenant compte des mœurs de l’époque, de l’état du clergé et des motifs qui ont inspiré ces règlements (de l’Inquisition), on doit déplorer de les voir faits par des évêques sous le sceau de leur autorité épiscopale... Mais si nous conservons notre calme d’historien en exposant ces règlements, il ne faudrait pas en conclure que nous les approuvions. Nous avons expliqué plusieurs fois comment, par l’effet de la fusion des deux puissances, on avait été amené à punir l’hérésie comme un crime politique. S’il y eut des abus sous ce rapport, il ne faut pas les attribuer à l’Église, mais au clergé qui, comme corps politique surtout, a subi nécessairement l’influence des préjugés et de ces vastes
cruels opposés au sentiment chrétien. Le clergé n’a pu s’y laisser entraîner que par l’effet d’une de ces vastes erreurs que l’on voit dominer toute une époque et s’imposer comme vérité à toute une génération. erreurs sociales que l’on voit dominer toute une époque et s’imposer comme vérité à toute une génération.
t. VI, p. 96, 2e alinéa. Mais si nous comprenons l’établissement et les procédures de ce tribunal (de l’Inquisition), il nous semble démontré d’une manière aussi claire que tout y était contraire aux vrais principes du christianisme. On y agissait envers les hommes....
3e alinéa... pères et pasteurs d’une société purement spirituelle.
Mais si nous comprenons l’établissement et les procédures de ce tribunal, nous n’en dirons pas moins que nous préférons aux idées du clergé du xiiie siècle sur ce point, celles de saint Martin disant à Maxime au sujet des hérétiques Ithaciens : « Ne répandez pas le sang de ces malheureux. C’est assez de les avoir chassés des Églises après le jugement des évêques qui les ont déclarés hérétiques. Il est inoui et criminel qu’un juge séculier s’interpose dans une cause ecclésiastique. » (Sulpit. Sev. Hist. Sac. liv. 2 § 50). Les tribunaux d’Inquisition agissaient envers les hommes...
3e alinéa... Pères et pasteurs d’une société religieuse.
t. VI. p. 292. 5e alinéa. Et en celle, il avoit moitié barbe au visage et l’autre moitié au cul, dont c’estoit contraire chose. Effacer ce membre de phrase.
t. VII, p. 266 (note). Cette opinion (de Pierre d’Ailly) est fausse... Chaque évêque y est le témoin de la foi de son église particulière. L’Église étant infaillible, le concile général doit l’être. Il en est de même du pape prononçant ex cathedra ur un point de foi admis par l’Église entière et sans que la majorité des évêques réclame contre sa décision. C’est en ce sens que la foi de Pierre est indéfectible. Mais il faut se souvenir que l’infaillibilité de l’Église ne porte que sur Cette opinion est fausse... chaque évêque y est le témoin de la foi de son église particulière et y juge de la doctrine. L’Église étant infaillible, le concile général doit l’être. Mais il faut se souvenir que l’infaillibilité de l’Église ne porte que sur les articles dogmatiques ou moraux qui forment le dépôt de la Révélation. L’Église ne peut imposer ni dogmes nouveaux ni nouveaux principes de morale. Elle a reçu de Jésus Christ le pouvoir de faire des lois, mais pour que
les principes dogmatique ou moraux de la Révélation. L’Église ne peut imposer ni dogmes nouveaux ni nouveaux principes de morales, elle ne peut que prononcer sur un fait, c’est-à-dire si tel dogme, tel principe fondamental de la morale a été révélé. le corps des pasteurs jouisse de l’infaillibilité en les portant, c’est-à-dire pour qu’il ne soit pas exposé à y blesser le dogme ou la morale révélés, il est nécessaire qu’il ne sorte pas de sa sphère spirituelle. Ainsi les évêques faisant des lois mixtes en vertu de l’autorité mixte qu’ils possédaient au Moyen Âge ne pouvaient revendiquer le privilège de l’infaillibilité en les portant ou en établissant les institutions mixtes qu’ils jugeaient utiles à la société chrétienne, selon les circonstances. C’est peut-être en ce sens que Pierre d’Ailli disait que le concile général n’était pas infaillible.
T. VII, p. 375, 2e alinéa. « Le Pape est le chef ministériel de l’Église... » Je propose cette note sous le mot chef ministériel : « Quelques hérétiques ont abusé de ce mot du concile de Bâle pour contester au pape la primauté d’honneur et de juridiction qui est une prérogative inaliénable de son siège. Mais il est facile de voir que le concile de Bâle ne l’emploie que par opposition au titre de chef absolu que réclamaient pour le pape certains théologiens. »
t. VIII p. VI du Coup d’œil général, 3e alinéa. « Prétentions de la papauté qui exagérait ses droits. » Mettre à ces mots une note ainsi conçue : « Quand nous parlons des prétentions de la cour de Rome ou quand nous disons qu’elle exagéra ses droits, il faut soigneusement observer que nous n’avons point en vue les droits incontestés des souverains pontifes, et que nous ne faisons allusion qu’à certaines prérogatives sur lesquelles les Écoles théologiques ne sont pas d’accord.
Si on ne faisait pas cette distinction, on nous attribuerait une doctrine hétérodoxe qui n’a jamais été la nôtre. Du reste, les lecteurs attentifs n’auraient pas eu besoin
de cette note pour nous comprendre parfaitement. »
t. 8, p. XXVIII du Coup d’œil général, 2e alinéa. Le retour à la doctrine des premiers siècles... comme le retour pur et simple à la doctrine primitive eût dégagé... Le retour aux institutions des premiers siècles... comme l’exposition pure et simple de la doctrine catholique eût dégagé...
t. 8, p. 148, 6e alinéa. On ne contestait pas à l’autorité compétente le droit de changer la loi des élections, mais on demandait qu’elle était cette autorité compétente, et s’il était avantageux... On ne contestait pas à l’autorité compétente le droit de changer la loi des élections, mais le clergé de France prétendait que le pape ne devait pas régler un point aussi important sans le concours de l’épiscopat et qu’il n’était pas avantageux...

Notes

1 Sur Guettée, voir en premier lieu Patric Ranson, « Guettée ou le retour à l’orthodoxie », dans Wladimir Guettée, De la papauté, éd. Patric Ranson, Lausanne, 1990, p. 7-32. Consulter ensuite Austin Gough, Paris and Rome. The Gallican Church and the Ultramontane Campaign, 1848-1853, Oxford, 1986, Paris et Rome. Les catholiques français et le pape au xixe siècle, trad. française, préf. Michel Lagrée, Paris, 1996, « Les condamnations de Lequeux et Guettée », p. 185-199, et, plus récemment, Thérèse Monthéard, « Le Père Guettée (1816-1892), témoin de Port-Royal », Port-Royal et la tradition chrétienne d’Orient, Chroniques de Port-Royal, 59, 2009, p. 307-320.

2 On se permet de renvoyer à Sylvio De Franceschi, « Antiromanisme historiographique et gallicanisme jansénisant. René-François Guettée et la mise à l’Index de son Histoire de l’Église de France (1852) », Histoires antiromaines. Antiromanisme et critique dans l’historiographie catholique (xvie-xxe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (24 septembre 2010), éd. Sylvio De Franceschi, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 15, Lyon, 2011, p. 115-149, dont le présent article est le prolongement.

3 René-François Guettée, Histoire de l’Église de France, t. iv, Paris, 1856, p. iv.

4 Ibid., t. iv, éd. citée, p. iv.

5 Ibid., t. iv, éd. citée, p. viii.

6 Ibid., t. iv, éd. citée, p. ix.

7 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xiv.

8 Relazione alla Santità di Nostro Signore Pio p. IX della Congregazione generale dell’Indice tenuta al Vaticano li 22 Gennaro 1852, acdf [Archivio della Congregazione per la dottrina della fede], Index, Protocolli 1852-1853, f°5r° : « Taccia [Guettée] d’usurpazione la Santa Sede intorno ai diritti delle Chiese di Francia e soggiunge che da Agobardo ed Hincmaro fino a Gersone i piú grand’uomini di quel Regno vi si opposero con pari scienza ed energia. »

9 René-François Guettée, op. cit., t. iv, éd. citée, p. xv.

10 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xvi.

11 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xvii.

12 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xviii-xix, n. 1.

13 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xix, n. 1.

14 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xix, n. 1.

15 Ibid., t. iv, éd. citée, p. xxxix.

16 Relazione alla Santità di Nostro Signore Pio p. IX della Congregazione generale dell’Indice tenuta al Vaticano li 22 Gennaro 1852, loc. cit., f°5r° : « Oggidí che i vescovi risiedono nelle loro diocesi mentre i Parrochi dissimpegnano le funzioni del ministero, essendo perciò piú stretti i vincoli della gerarchia, piú dannosa che util riesce l’esenzione dei regolari. »

17 René-François Guettée, op. cit., t. vi, Paris, 1856, p. 358.

18 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 30.

19 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 30.

20 Relazione alla Santità di Nostro Signore Pio p. IX della Congregazione generale dell’Indice tenuta al Vaticano li 22 Gennaro 1852, loc. cit., f°5r° : « Dissimulando le vere ragioni per cui all’epoca degli Albigesi e piú formalmente dal Tridentino fu proibita la lettura della Bibbia in lingua volgare, asserisce [Guettée] che ciò si fece dai prelati perché i fedeli non iscoprissero dalle massime evangeliche la deformitá de’ loro costumi che troppo le contrariavano. »

21 René-François Guettée, op. cit., t. vi, éd. citée, p. 96.

22 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 96.

23 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 96.

24 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 96.

25 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 76.

26 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 76.

27 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 76-77.

28 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 77.

29 Ibid., t. vi, éd. citée, p. 77.

30 Ibid., t. vii, Paris, 1856, p. x.

31 Relazione alla Santità di Nostro Signore Pio p. IX della Congregazione generale dell’Indice tenuta al Vaticano li 22 Gennaro 1852, loc. cit., f°5v° : « Parlando in ultimo dell’Inquisizione, afferma [Guettée] esserne la legislazione manifestamente ingiusta ed opposta alle massime del Vangelo. Aggiunge che i vescovi ed anche alcuni concilii, conformandosi alla mente de’ Romani Pontefici nell’ordinare i regolamenti di tale istituto, non fecero che subire le influenze del loro secolo, e infin conchiude venir la Chiesa molto piú compromessa nella sua autoritá dai partigiani dell’Inquisizione che dagli impugnatori della medesima. »

32 René-François Guettée, op. cit., t. vii, éd. citée, p. xi.

33 Ibid., t. vii, éd. citée, p. xi.

34 Rapport du P. Kleutgen, acdf, Index, Protocolli 1852-1853, f°63r° : « Hæc igitur defensio auctoris certe non est nisi noua sui ipsius accusatio : ex professo enim docet Ecclesiam in disciplina uniuersali per multa sæcula turpissime decipi et a principiis ueris religionis christianæ aberrare posse. »

35 Ibid., f°63r° : « Præterea, etiamsi Ecclesia in generali disciplina infallibilis non esset, num ideo liceret eius disciplinam, eo modo quo hic historicus fecit, reprehendere ? »

36 Ibid., f°63r° : « Tandem error ille quo Ecclesia seducta esse ab auctore dicitur, ut omnia uniuersaliora principia disciplinæ, profecto ad fidem ipsam pertinet. In eo enim, secundum auctorem, positus erat quod Ecclesia credit sibi datam esse potestatem non solum spirituales, sed etiam externas et corporales pœnas infligendi. »

37 René-François Guettée, op. cit., t. vii, éd. citée, p. xi.

38 Ibid., t. ier, Paris, 1847, p. iii.

39 Ibid., t. ier, éd. citée, p. iii.

40 Ibid., t. ier, éd. citée, p. iv-v.

41 Karl Wilhelm Friedrich von Schlegel, Philosophie der Geschichte, Vienne, 1829, Philosophie de l’histoire, trad. française, t. ier, Paris, 1836, p. 1-2.

42 Ibid., t. ier, p. 2.

43 René-François Guettée, op. cit., t. ier, éd. citée, p. vi-vii.

44 Ibid., t. ier, éd. citée, p. vii.

45 Ibid., t. vii, éd. citée, p. i.

46 Ibid., t. vii, éd. citée, p. i.

47 Ibid., t. vii, éd. citée, p. xii.

48 Ibid., t. viii, Paris, 1856, p. xiv.

49 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xiv.

50 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xx.

51 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xx.

52 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxi.

53 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxi.

54 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxii.

55 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxv.

56 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxix.

57 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxix-xxx.

58 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxx-xxxi.

59 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxxi.

60 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxxi-xxxii.

61 Ibid., t. vii, éd. citée, p. 266, n. 1.

62 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxxii-xxxiii.

63 Ibid., t. vii, éd. citée, p. 266, n. 1.

64 Ibid., t. viii, éd. citée, p. xxxiii.

65 Ibid., t. viii, éd. citée, Coup d’œil général sur la période moderne, p. xxxi.

66 Ibid., t. viii, éd. citée, loc. cit., p. xxxi-xxxii.

67 Ibid., t. viii, éd. citée, loc. cit., p. xxxii, n. 1.

68 Ibid., t. viii, éd. citée, loc. cit., p. xxxv.

69 Ibid., t. viii, éd. citée, loc. cit., p. xxxvii.

70 Ibid., t. xi, Paris, 1857, p. 278-279.

71 Ibid., t. viii, éd. citée, Coup d’œil général sur la période moderne, p. xl.

72 Voir le document en annexe ci-dessous.

73 René-François Guettée, op. cit., t. xii, Paris, 1856, p. 404.

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search