Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines II

 | 
Franz Xaver Bischof
, 
Sylvio De Franceschi

Ce que Rome fait à la papauté

Héritages et ruptures dans le Traité politique des différens ecclésiastiques de Louis Machon (1653)

Frédéric Gabriel

Texte intégral

  • 1 Jean-Louis Quantin, « Baronius et les sources d’au-delà des monts : la contribution française aux A (...)
  • 2 Voir José L. de Orella y Unzue, Respuestas católicas a las centurias de Magdeburgo (1559-1588), Mad (...)
  • 3 Paris, BnF, ms. fr. 15725. Je me concentre sur cette rédaction, sans prendre en compte des brouillo (...)
  • 4 Sur Fouquet : Daniel Dessert, Fouquet, Paris, Fayard, 1987.
  • 5 Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Richelieu et la Lorraine, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 142, voir (...)

1L’historiographie catholique de la fin du XVIe et du XVIIe siècle est dominée par une œuvre qui, dès ses premiers volumes, s’impose comme le monument que l’on ne peut se permettre d’ignorer1. Adoptant un titre neutre au possible, les Annales ecclésiastiques de Baronius incarnent et fixent la vision pontificale de l’histoire, passée comme présente. Elle-même conçue comme une réponse à l’historiographie protestante, elle motive de nombreuses ripostes tout autant partisanes, qu’elles soient inter- ou intra-confessionnelles2. L’une d’elles – restée manuscrite – n’a pas attiré l’attention. En effet, l’œuvre du cardinal romain est bien l’un des fils rouges du Traité politique des differens ecclésiastiques arrivez depuis le commencement de la monarchie jusques a présent tant entre les papes, et les Rois de France que le clergé de leur Royaume, rédigé par Louis Machon3. En outre, même si l’ordre d’exposition n’a rien de chronologique, l’exemplarité historique y joue un rôle central. La version, datée de 1653 à Paris, porte une dédicace à Nicolas Fouquet4 qui cache le contexte d’élaboration et le véritable destinataire, Richelieu, dont la mort en décembre 1642 explique en partie que l’ouvrage ne soit pas publié et que son auteur, dont la position n’évolue pas avec la nouvelle configuration des forces en présence5, voit ses ambitions de carrière dans la République des Lettres réduites à néant. Loin de n’être qu’un ouvrage de commande, le Traité politique offre un témoignage de premier plan qui combine l’itinéraire personnel de l’auteur, impliqué au niveau local dans les desseins de Richelieu, et la portée délibérément générale et historiographique que tente d’imposer son traité.

  • 6 Raymond Céleste, Louis Machon, apologiste de Machiavel et de la politique de Richelieu. Nouvelles r (...)
  • 7 Jérôme Delatour, Les frères Dupuy (1582-1656), thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe (Pari (...)
  • 8 Benoît Picart, Histoire ecclésiastique et politique de la ville et du diocèse de Toul, Toul, Alexis (...)
  • 9 Eugène Martin, Histoire des diocèses de Toul, de Nancy et de Saint-Dié…, t. ii, Nancy, Crépin-Leblo (...)
  • 10 Christophe Blanquie, Un magistrat à l’âge baroque : Scipion Dupleix, 1569-1661, Paris, Publisud, 20 (...)
  • 11 Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Richelieu et la Lorraine, p. 136 : « Le pape, jusque-là, n’accor (...)
  • 12 Benoît Picart, Histoire ecclésiastique et politique de la ville et du diocèse de Toul, p. 697- 699.

2En effet, Louis Machon naît en 1603 à Toul, dans une famille attachée à la Lorraine, puisque son père, conseiller de l’évêché de Toul, fut anobli en 1628 par Charles IV de Lorraine. Son frère aîné fut conseiller d’État du même duc et lieutenant général au baillage de Nancy6. Dès 1624, Cardin Le Bret et Pierre Dupuy reçoivent – de la part de Richelieu – une commission d’enquête en Lorraine avec pour but de réunir toutes les pièces qui prouvent la souveraineté de la France sur ces terres, les Trois Évêchés (Metz, Toul, Verdun) étant déjà sous contrôle français depuis 15527, mais enclavés dans le duché de Lorraine et de Bar qui est indépendant et tourné vers l’Empire. En 1625, l’année même où Le Bret et Dupuy effectuent leurs recherches in situ, Nicolas François de Lorraine, frère cadet de Charles, après avoir dédié ses thèses à Urbain VIII, devient évêque de Toul8. Deux ans plus tard, il est fait cardinal, et à cette occasion, les jésuites du Collège Romain organisent une célébration de la famille de Lorraine en présence de Francesco Barberini9. En 1632, Gaston d’Orléans passe secrètement dans les terres du duc pour épouser Marguerite de Lorraine, sœur de Charles, ce qui rend furieux le roi, d’autant que le pape, loin de désavouer un tel mariage, se réfère, pour le justifier, à un précédent trouvé chez Scipion Dupleix, l’historiographe de la couronne10. Quand Nicolas François quitte les ordres en 1634 pour des raisons politiques, Louis XIII nomme aussitôt Charles Chrétien de Gournay en remplacement, et si le chapitre de Toul lui rappelle sa prérogative concernant l’élection, il choisit le même candidat pour plaire au roi. Cette entente va faire basculer l’équilibre précédent et participe d’une logique plus large de prise de possession des lieux par la France11. Mais Urbain VIII refuse de confirmer cette élection, arguant que la nomination lui revient. Louis XIII passe outre et fait procéder à l’installation de Gournay qui ne reçoit finalement ses bulles qu’en 1636. À la succession de Gournay, le pape refuse à nouveau d’envoyer les bulles12.

  • 13 Eugène Martin, Histoire des diocèses de Toul…, p. 207-208. Sur le concordat, voir Pierre Blet, « Le (...)
  • 14 Henry Bogdan, La Lorraine des ducs. Sept siècles d’histoire, Paris, Perrin, 2005, p. 169.
  • 15 Gustave Fagniez, recension d’Auguste Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison (...)
  • 16 Auguste Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche de 1631 à 1635, P (...)

3Ces conflits à répétition témoignent d’une réaction à la stratégie française qui veut appliquer à Toul le concordat de Léon X, alors que ce dernier ne l’avait accordé que pour les sièges déjà soumis en 151613. En outre, ils prennent place au sein d’un large désaccord romain avec la politique générale de Richelieu et de Louis XIII dans l’équilibre des forces catholiques européennes, politique qui est particulièrement à l’œuvre en Lorraine. En 1633-1634 cette dernière est occupée par la France, et Charles rejoint les forces de l’armée impériale pendant que les institutions françaises sont installées sur ses terres14. Gustave Fagniez date précisément de 1634 cette nouvelle rivalité15, et d’années en années, les rapports se dégradent entre le pape et la France16.

  • 17 Jean Orcibal cite Machon dans le cadre de la raison d’État pratiquée par Richelieu : Jean Orcibal, (...)
  • 18 Raymond Céleste, Louis Machon… Nouvelles recherches, p. 7-8.
  • 19 Traitté des droicts du Roy tant anciens que modernes sur les Estats du duc de Lorraine avec le desn (...)

4Louis Machon grandit dans ce contexte : après des études à Paris en 1625-1626, on le retrouve chanoine au chapitre de la cathédrale de Toul, et, même s’il n’est pas un acteur de premier plan, il devient un informateur précieux pour la politique de Richelieu. Entré en contact avec son entourage (Pierre Séguier et Mathieu Molé), il comprend peu à peu son intérêt, tout comme l’avenir politique de la région17, et se rallie au parti français, sans doute vers 1633-163418, d’autant que Louis XIII, dans ce nouveau rapport de force, a reconnu et validé le pouvoir de nomination du chapitre de Toul. Machon rédige lui aussi plusieurs mémoires relatifs auxdites affaires, dont un Traitté des droicts du Roy tant anciens que modernes sur les Estats du duc de Lorraine, ainsi que des pouillés de Toul, Metz et Verdun19. Il n’est pas improbable qu’il ait directement collaboré avec Dupuy et Godefroy ; son activité est au moins parallèle et pareillement orientée.

  • 20 Relatione della nuntiatura di Francia di Mons. Scotti vescovo del Borgo S. Donino…, publiée par Pie (...)
  • 21 Declaration du Roy Louys XIII pour la levée, & perception des droicts d’admortissement. Faite à sai (...)
  • 22 Voir Jean Tournyol du Clos, Les amortissements de la propriété ecclésiastique sous Louis XIII (1639 (...)
  • 23 Jean Tournyol du Clos, Les amortissements, p. 40.
  • 24 Pierre Blet, Le clergé de France et la monarchie. Étude sur les assemblées générales du clergé de 1 (...)
  • 25 Autre Declaration dudit Sieur Roy, portant revocation des admortissemens, moyennant les quatre mill (...)

5Outre cette série d’événements lorrains qui combinent la souveraineté territoriale (qui passe notamment par la police ecclésiastique), le rapport à l’Empire des Habsbourgs, et les alliances inter-confessionnelles de Richelieu qui déplaisent à Urbain VIII, un autre rapport de force n’a pu échapper à quelqu’un qui – comme Machon – s’intéresse aux différends entre le roi de France et son clergé. On peut d’ailleurs souligner leur importance respective puisqu’ils figurent tous les deux dans la Relatione que Ranuccio Scotti rédige en 1641 pour clôturer sa nonciature. Après un paragraphe sur Toul et la Lorraine, il mentionne l’affaire du droit d’amortissement20. Les guerres sont coûteuses et Louis XIII, dans une déclaration du 19 avril 1639, décidée de concert avec Richelieu et le surintendant Bullion, impose une levée sur les biens non amortis, qui concerne donc les « gens de main-morte » et au premier chef l’énorme patrimoine ecclésiastique. Le rédacteur se réfère aux lois fondamentales et à la conservation du Domaine, pour rappeler que cette « puissance d’amortir » est inséparable de la « dignité royale et souveraine »21. La règle d’amortissement stipulait que les gens de main-morte ne pouvaient posséder aucun immeuble à moins d’une permission expresse et de l’acquittement d’une taxe calculée par la Chambre des comptes, puisque ces biens échappaient au circuit temporel du commerce civil et de l’économie royale22. Mais cette règle n’est plus appliquée depuis la seconde moitié du xvie siècle, et quand Louis XIII fixe le droit d’amortissement au tiers de la valeur des biens, il se heurte à une résistance farouche du clergé (menée par Charles de Montchal, archevêque de Toulouse), qui n’a aucune envie de voir évaluer précisément son patrimoine, ni de payer de nouvelles charges écrasantes23. Ces mesures fiscales sont d’ailleurs condamnées en décembre 1640 par deux brefs d’Urbain VIII, que le nonce Scotti remet à Richelieu24. À grand-peine, les évêques réfractaires arrachent à ce dernier la réunion d’une assemblée générale du clergé qui se tient à Mantes en 1641, mais le cardinal manœuvre de telle manière qu’il contraint le clergé à verser une énorme somme forfaitaire25.

  • 26 Optati Galli de cavendo schismate. Ad Illustrissimos ac Reverendissimos Ecclesiae Gallicanae Primat (...)
  • 27 Sur l’Optatus, voir Jean Tournyol du Clos, Les amortissements, p. 193-202 ; et surtout Jean Orcibal(...)
  • 28 Pierre Blet (éd.), Correspondance du nonce en France Ranuccio Scotti, p. 275, 281, 283, 318, 327, 3 (...)
  • 29 De concordia Sacerdotii et Imperii seu de libertatibus Ecclesiae Gallicane. Dissertationum libri qu (...)
  • 30 Paris, BnF, ms. fr. 15725, par exemple f°42v°, 48v°, 52r°, 53r°, 54r°, 97v°, 110v°, 151r°.

61639-1640 : on note que ces affaires sont strictement contemporaines de la publication des deux volumes de traités et preuves des Libertez de l’Église gallicane par Pierre Dupuy, et de l’Optatus Gallus de Charles Hersent (chancelier de l’Église de Metz)26, la première publication étant indépendante de Richelieu, et la deuxième s’opposant farouchement à ses nombreux coups de force contre le clergé de France27. L’évolution du contexte éditorial est suivie très précisément par le nonce Scotti, qui est en relation avec Hersent, et il garde surtout un œil sur un livre en préparation, qu’il tente de stopper28 : le De concordia Sacerdotii et Imperii de Pierre de Marca, membre du Conseil ordinaire du roi, qui paraît toutefois en 1641, et qui peut se lire comme une réponse autorisée – l’ouvrage est dédié à Richelieu – à Dupuy et Hersent29. Nul doute que ce titre a inspiré Machon, qui cite le volume avec force éloges et y puise à pleines mains, même s’il compose une « discorde » plutôt qu’une concorde30.

  • 31 Voir encore Pierre de Marca, De concordia…, f°9v°, 13r°.

7C’est donc dans un réseau serré que s’inscrivent l’élaboration et la rédaction de Machon, et il n’est donc pas anodin que ce soit à un chanoine de Toul qui rédige un traité politique sur les différends ecclésiastiques, inscrivant le cas particulier dans une histoire longue, opération typique de l’écriture historiographique, même si contrairement à Baronius, notre auteur cite quasi exclusivement des imprimés. L’objectif de Machon n’est pas de définir la romanité, pourtant, on peut faire ressortir de son écrit des lignes directrices qui permettent de proposer une hypothèse de lecture : la mienne se concentre sur l’héritage, sur la transmission, sur leurs présupposés, leurs usages, et leurs effets sur ce qui est donné comme sur celui qui reçoit. Comme on vient de le voir, la question du patrimoine (foncier, mais pas uniquement) et des signes de souveraineté, est au cœur du débat31 ; autrement dit la question posée est celle du rapport à la propriété qui détermine la nature de l’institution. Cette nature est doublement en jeu en tant qu’elle veut normer les règles d’héritage, de transmission, et qu’elle peut être elle-même définie par cet héritage. Trois perspectives intéressent particulièrement l’héritage, et, partant, l’historiographie : tout d’abord l’origine, l’institution de la transmission, l’état premier du patrimoine, le lien ainsi créé avec cette origine et la légitimité qui en découle. L’examen de la lignée ininterrompue des papes retient Machon, précisément quand il s’agit de définir le moment du relais et de la mise en scène de la continuité, c’est-à-dire l’élection. Deuxième perspective, qui est comme l’envers de cette première, et qui lui donne d’autant plus de relief : la rupture de l’héritage, les accidents de l’Histoire, qui motivent bien évidemment le critique. Ce qui conduit à une troisième perspective : reconsidérer ledit héritage et ainsi se pencher sur les dimensions de la romanité, et les modalités par lesquelles elle s’impose à l’Église, la travaille, et modifie peut-être l’héritage et les règles qui le perpétuent.

Élire un pape : l’origine d’une institution pastorale et ministérielle

  • 32 Sur cet arrière-plan, voir Élection, Loi et communauté : de l’Alliance à la cité chrétienne, fascic (...)
  • 33 Paris, BnF, ms. fr. 15725 : Louis Machon, Traité politique des differens ecclésiastiques arrivez de (...)
  • 34 TP, f°4r°.

8Nommer le titulaire est un geste forcément symbolique, depuis le Tu es Petrus matthéen. Dans le nom se jouent non seulement le choix de l’individu, mais aussi celui de l’institution, de sa nature, de son architecture monumentale – quoique concentrée, dans l’épisode testamentaire, sur les possibilités infinies d’une Église intérieure. L’élection, avec ses résonances mosaïques et juridiques32, résume en partie la manière dont l’édifice est pensé, reçu, mais aussi établi, posé fermement pour mieux être conservé et transmis. Élire un pape revient à réaffirmer à chaque fois un héritage pétrinien qui témoigne lui-même du geste transcendant et fondateur. Le premier livre du manuscrit de Machon traite de « L’origine des papes » et lui permet de dresser le portrait de l’Église naissante, modèle commun de toute historiographie catholique, protestante ou orthodoxe. Il insiste sur l’établissement de la « loi de grâce » par le Christ, et la conservation de sa pureté par la division radicale des « deux puissances », division inaugurale d’une nouvelle institution33. Dès lors, la première communauté se caractérise par le don radical, don de ses biens mais plus encore de sa vie : « Trois siècles et plus se sont écoulés pendant lesquels les chefs, et les Pasteurs de l’Église ne songeaient qu’à donner leur sang pour l’amour du sauveur, et tous leurs biens pour soulager les pauvres »34.

  • 35 TP, f°7r°.
  • 36 TP, f°46v°.
  • 37 TP, f°46v°.
  • 38 TP, f°7v°.

9Pour preuve, Machon se réfère à deux faits rapportés par Baronius, qui avoue que « la plus belle marque du pontificat de st Pierre reluisait particulièrement dans la chaise de bois dont il se servait pour persuader la religion qu’il établissait ». Sautant du premier tome des Annales au septième, Machon se transporte en 436 quand Baronius rapporte que le pape Agapet était tellement pauvre qu’il devait « engager les calices de l’Église » pour faire un voyage à Constantinople, ce qui mène le cardinal à un axiome remarquable pour le chanoine de Toul : la majesté de l’Église romaine ne dépend pas des richesses mais de l’autorité apostolique35. Dans les deux anecdotes, la pauvreté n’est pas accidentelle mais bien consubstantielle à l’institution, à sa fondation pétrinienne romaine et à sa transmission dans l’emblème de la cathèdre. Les biens de l’Église romaine sont ceux incarnés par les vertus de la pauvreté, signe du don et du dévouement apostoliques. Le sacrifice gratuit prend sa source dans le don paradigmatique du Christ et scelle l’institution à cette origine, ainsi caractérisée par la sainteté, la pauvreté, les afflictions, les martyrs36. Voilà les traits distinctifs de la papauté pendant les cinq premiers siècles, et pour souligner la force du modèle et sa continuité, Machon propose une identification saisissante : « Les registres des anciens papes étaient les martyrologes que nous avons aujourd’hui »37. C’est ainsi que « les papes bâtirent le plan de leur grandeur »38.

  • 39 TP, f°5r°.
  • 40 TP, f°5r°.
  • 41 TP, f°5r°.
  • 42 TP, f°5v°, f°97v° citant l’édition de Gérard Vossius dédiée à Clément VIII : S. Bernardi Abbatis Cl (...)
  • 43 TP, f°5v°.
  • 44 Cf. TP, f°81r° citant Alcuin sur les fonctions de l’office spirituel : « servorum Dei vitam dispone (...)
  • 45 Sur les procédés d’imitation, je me permets de renvoyer à Frédéric Gabriel, « Collectionner les sai (...)

10Le De consideratione de saint Bernard est aussi, selon l’auteur, une source exempte de tout parti pris pour décrire le rôle du pape et plus largement celui de la papauté : « Un ministère chrétien, un office paternel, un soin rempli d’amour, et de charité, et un gouvernement entièrement détaché des intérêts du monde, et des intrigues de la terre39. » Bernard sert surtout à insister sur la division christique des deux puissances : « Vobis ministerium impositum est, non Dominium datum »40 ; et plus loin, la particularité de l’institution est inscrite à même le nom : « Episcopi nomen, non dominium, sed officium sonat »41. Machon prélève encore chez Bernard ce beau chiasme répété deux fois et qui synthétise et impose une antinomie traversant tout le manuscrit : « Dominatio interdicitur, indicitur ministratio42. » Pour Bernard, telle est la définition de la « forma apostolica », la citation ici choisie insistant sur l’héritage et la filiation apostoliques, sur ce qu’a donné Pierre aux papes : non pas la domination temporelle, qu’il ne possédait pas, mais le soin des églises et la nécessité d’être un modèle pour la communauté. L’héritage christique et apostolique impose des formes précises, conclut Machon après les citations bernardines : « Ce n’est pas assez d’être successeur de tant de martyrs, il faut encore en être l’Imitateur, cette place ne se tient qu’en usufruit. Les papes n’en sont point les propriétaires43. » Ainsi, le service ministériel définit à la fois la pratique gouvernementale et l’essence de l’héritage et de l’origine qu’il transmet, autrement dit une fonction aux plus extrêmes exigences doublée de l’absence de ce qui tient ordinairement lieu de récompense, de privilège ou de garantie. Être « successeur » – un élément au sein d’une longue chaîne – implique de mesurer la singularité de ladite succession : non pas une propriété, mais un modèle ascético-moral, non pas une domination mais un service, une « place » que l’on occupe temporairement, dont on gère l’usufruit pour transmettre une forme apostolique, une doctrine. Le modèle de la doctrine, ce que l’on reçoit et que l’on enseigne, à la fois contenu et mode de transmission, correspond parfaitement à la fonction pontificale décrite ici44. Comme l’imitation prônée par Machon à la suite des nombreux « miroirs de l’évêque », elle renvoie aux paroles premières qui dirigent Pierre, elle reflète la pureté fondatrice45 :

  • 46 TP, f°6v°.

Étant certain que dans les huit premiers siècles, et particulièrement dans la naissance du christianisme, les papes n’empruntaient ni les richesses, ni les noms pompeux et particuliers pour se distinguer du commun. Ils tiraient cet avantage de leur vertu, et de leur vie exemplaire sachant bien qu’il n’y a que l’humilité, la modestie et la charité qui les puissent rendre agréable à Dieu, et considérable parmi les hommes les plus religieux, et les plus remplis de probité, St Pierre qui a été le premier, et plus parfait de tous, tenant ses instructions de la bouche même du fils de Dieu, ne travaillait qu’à la conquête des âmes, et non pas à celle de tant de principautés terrestres46.

  • 47 TP, f°46v°.
  • 48 TP, f°97v°.

11Ces « instructions » reçues directement de la bouche du Christ constituent l’héritage le plus précieux, celui qui institue l’Église, son gouvernement, sa direction pétrinienne, son exemplarité. Elles supposent aussi, Machon y revient à plusieurs reprises, que Pierre et ses successeurs doivent « se contenter de mettre en exécution les commandements de la loi divine, naturelle et canonique »47. Le pape « est obligé de gouverner l’Église suivant la loi de Jésus-Christ notre souverain législateur »48. La suite du paragraphe insiste encore sur l’aspect ministériel singularisant la fonction pontificale : « Nous lisons dans saint Matthieu (cap. 23, vers. 11) que le fils de Dieu dit expressément que celui qui sera le plus grand d’entre eux, sera leur ministre, qui major est vestrum, erit minister vester, ce qui fait voir comme la qualité de plus grand en l’Église, n’empêche pas que celui-là même ne soit le ministre des autres », et Machon de rappeler le chiasme de saint Bernard.

  • 49 TP, f°13v°.
  • 50 TP, f°13v°.
  • 51 TP, f°14r°.

12Ce point de départ historiographique dont découlent, par comparaison, bien des découpages chronologiques, introduit de longues considérations sur l’élection pontificale, qui commencent par s’appuyer, d’après les propres mots de l’auteur, sur la « vérité commune à tous les historiens les moins suspects »49. Après la désignation de Clément par Pierre, Machon distingue une première période pendant laquelle les papes « ont été faits et créés par les suffrages » du clergé, du pape et des évêques des environs et de ceux qui étaient alors présents à Rome50. Elle s’interrompt en 369 lors du schisme de Damase et Ursin (ou Ursicin), chacun élu par un parti. C’est alors qu’entre en scène un acteur majeur de l’historiographie de Machon : l’empereur chrétien, qui vide les différends, désarme les partis pour restaurer la sécurité dans Rome, et valide le pape qu’il considère comme légitime51. Les conflits relatifs à l’élection se répétant, dès lors se met en place une coutume qui veut que celle-là soit confirmée par l’empereur. On remarque d’emblée que la périodisation « héroïque » de la papauté d’abord proposée dans les premières pages ne concorde pas avec cette deuxième périodisation qui montre une institution divisée. Dès lors, toute la question est de préciser les liens entre l’élection et les empereurs sur le long terme : droit impérial, ou emprise tyrannique comme le prétend l’historiographie curiale ? Machon n’a de cesse de recueillir les preuves de la confirmation impériale précédant la consécration du « Romanus Pontifex ».

  • 52 TP, f°14r°.
  • 53 Cf. TP, f°39 : « Platine qui était secrétaire des papes de son temps, et gardien de leurs chartes e (...)
  • 54 Stefan Bauer, The Censorship and Fortuna of Platina’s Livres of the Popes in the Sixteenth Century, (...)
  • 55 TP, f°14v°.
  • 56 TP, f°15v°. Sur Vigile, voir Claire Sotinel, « Autorité pontificale et pouvoir impérial sous le règ (...)
  • 57 TP, f°22r°. Authenticae, collatio IX, tit. VI, novella 123, dans : Codicis Iustiniani… notis Dionys (...)
  • 58 TP, f°22v° : « Ne sachant comment l’on peut justement appeler tyrannie les droits acquis à la couro (...)

13Après avoir pris ses premiers exemples relatifs aux troubles des ive-ve siècles dans l’opuscule De l’élection des papes de Jérôme Bignon, il introduit sa série de preuves par cette remarque, qui vaut autant déclaration d’intention que profession de foi historiographique : « Étant certain que les empereurs embrassant le christianisme ne se sont point déportés de ce droit d’élire et d’établir et de confirmer les papes, ou bien leurs propres écrits sont remplis d’imposture et les historiens les plus religieux et les plus véritables ne racontent que des fables et des mensonges52. » Après quoi il cite immédiatement Platina, notant son statut de bibliothécaire du Saint-Siège et de secrétaire des papes53, l’une des références principales qu’il oppose à Baronius. On se gardera pourtant d’oublier que le De vitis pontificum romanorum de Bartolomeo Sacchi (dit Platina, 1421-1481) a été en grande partie rédigé sous le pontificat de Paul II, lequel a durement traité son auteur qui avait les faveurs de son prédécesseur sur le trône de Pierre, sans compter les dénonciations issues de la Congrégation de l’Index étudiées par Stefan Bauer, et qui proviennent de l’oratorien Tommaso Bozio, proche de Baronius54. Mais l’autorité quasi-officielle que Machon attribue au De vitis de Platina, dont il utilise l’édition publiée à Louvain en 1572, est validée par le statut qui lui ont conféré son succès et sa diffusion. Il en tire l’exemple de Pélage II élu en 578, à propos duquel Platina rappelle cette règle de la confirmation impériale. À cela s’ajoute la glose de l’érudit augustin Onofrio Panvinio, lui aussi attaché à la Bibliothèque vaticane, qui rappelle la coutume (« mos »), instituée sous Justinien et le pape Vigile, de la confirmation par l’empereur de Constantinople de l’élection effectuée par le clergé et le peuple de Rome55. Autre point de ce décret de Vigile en 545 : pour obtenir ses lettres patentes, le pape doit d’ailleurs verser une certaine somme d’argent à l’empereur56. Plus loin, Machon convoque à nouveau Platina et Panvinio sur Pélage II pour prouver ce paiement, et met cette attestation en rapport avec ce qui pourrait être leur source : l’ordonnance impériale de Justinien Si quis autem episcoporum, qui fixe le prix pour l’ordination épiscopale, prix considéré comme une offrande (« oblatio »), et non pas comme un achat. Cette loi s’applique explicitement aux archevêques et aux patriarches de Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem57. Si Machon n’entre pas dans l’explicitation détaillée de cette novelle, il revient plus loin sur la redevance pour y voir une reconnaissance foncière du pape en tant que citoyen de l’Empire assujetti à la souveraineté temporelle de cet ordre politique58.

  • 59 Pour autant, le plan de l’ouvrage n’apparaît pas comme un modèle dialectique ou historique. Gageons (...)
  • 60 TP, f°22. Au f°24r°, plusieurs vies de Platina servent à prouver la même pratique.
  • 61 TP, f°30r°-31r°.

14Machon avance dans la chronologie en soutenant que « l’histoire de l’Église nous apprend que les empereurs ont joui bien plus longtemps de ce droit de confirmation du gré même et du consentement volontaire des papes ». Si l’ordre d’exposition des preuves n’est pas chronologique59 et que l’on ne peut mentionner tous les cas, avant les repères clefs, évoquons Grégoire le Grand dont Baronius rapporte la répugnance vis-à-vis de la redevance, et qui par là même en témoigne60, sans compter quelques exemptions exceptionnelles, ou le rôle joué par l’exarque de Ravenne tenant lieu de vicaire impérial61. Pour autant, c’est bien l’histoire d’une continuité qui est ici établie.

  • 62 Sur cet historien, voir Emmanuel Bury, « Le “Père de l’Histoire de France” : André Duchesne (1584-1 (...)
  • 63 TP, f°16r°. Un épisode similaire apparaît au f°38v°, quand Machon reprend des Annales de France de (...)
  • 64 TP, f°17v°, renvoyant au dixième tome des Annales, à l’année 963.
  • 65 TP, f°16. Machon utilise sans doute le Fasciculus temporum de Rolewinck.
  • 66 TP, f°38v°-39r°.
  • 67 TP, f°39r°.

15Au Xe siècle, Machon s’arrête sur Othon, en s’appuyant sur l’Histoire des papes et souverains chefs de l’Église (Paris, Nicolas Buon, 1616) d’André Du Chesne62. Si l’on peut penser à une continuité de l’Empire et des pratiques, il s’agit ici de rappeler la libération par Othon de la papauté, en butte aux attaques de Bérenger, et surtout le serment consécutif des Romains qui soumettent l’élection du pape à son consentement. C’est également Othon qui participe à la destitution de Jean XII, convaincu d’actes criminels par le synode romain de 963, puis à la confirmation de l’élection de Léon VIII63, fait appuyé par une citation de Baronius64. De même que dans l’Antiquité tardive, l’empereur apparaît comme un garant de l’ordre romain légitime, contre l’exacerbation des partis et les troubles civils afférents, au point que Machon allègue le chartreux et historiographe de Cologne Werner Rolewinck (1425-1502) selon lequel le pape Léon aurait octroyé à l’empereur – cas extrême – l’entière élection « pour obvier la malice des Romains qui introduisaient leurs parents dans le siège par force et par violence »65. Quand il utilise le traité de Bignon à ce sujet, il explique le transport de « toute l’autorité d’élire et de créer les papes en la personne du pape » à cause de « l’inconstance et fragilité du peuple », disposition qui aurait été observée jusqu’à Grégoire VII, qui rend son droit en 1073 « au clergé et au peuple romain »66. La vie de Grégoire dans Platina ajoute encore du crédit au fait que le droit de confirmation était bien « un usage, une coutume, et une cérémonie ordinaire »67.

  • 68 Voir déjà TP, f°15v°. Sur cette distinction, voir Jean Gaudemet, avec la collaboration de Jacques D(...)
  • 69 TP, f°18r°. C’est bien sûr Baronius qui est directement visé : voir notamment f°17r°, 18v°, 30v°.
  • 70 TP, f°18r°.
  • 71 TP, f°18.

16Dans le combat des grandes autorités, Machon ne joue pas seulement Platina contre Baronius, une grande partie du dossier de l’élection gravite autour de la soixante-troisième distinction du Décret de Gratien68. C’est pourquoi il veut « coter les propres termes de cette Bulle pour faire voir ce qui est de cette vérité, et de la possession légitime de ce droit impérial, que l’on veut faire passer pour injuste ou tyrannique »69. Cette constitution, validée par son insertion dans le Corpus Iuris et « plusieurs autres auteurs dignes de foi », serait l’expression spontanée et unanime de l’assemblée romaine de 963, et Machon cite intégralement ce vingt-troisième canon intitulé dans le Décret « Electio Romam Pontificis ad jus pertinet Imperatoris », où le pape confère à Othon, en toutes lettres, la faculté d’élire son successeur et de l’ordonner avec le titre de pontife70. À Baronius, qui prétend, sans en donner les raisons, que ce canon est une imposture, est opposé Gratien, « ce compilateur qui sert de règle à tous les juges de la terre »71.

  • 72 TP, f°19v° ; de même f°70r°.
  • 73 TP, f°20r°. En manchette : « Bellefortest, Annal. de France, liv. 2 chap. 7. Baron. Annal. tom. 9 a (...)
  • 74 Plus loin, Machon insiste pour opposer les deux plans : malgré toutes ces donations, Charlemagne co (...)
  • 75 TP, f°20. Les termes du canon sont d’ailleurs plus marqués que ce qu’en tire Machon. Jean Gaudemet (...)
  • 76 TP, f°20r° ; pour Platina, f°21v°. Sur Sigonio : William Mccuaig, Carlo Sigonio. The Changing World (...)
  • 77 TP, f°20v°.

17Continuant l’exposé de ses preuves, Machon ne suit pas la chronologie pour revenir sur Charlemagne, figure tutélaire et majeure pour lui, et synonyme de preuve fondamentale de sa lecture historique, d’autant que d’une part, elle montre qu’au sujet de l’élection « les reconnaissances en ont été libres et volontaires », et que d’autre part elle recueille l’unanimité des historiens72. Avec Belleforest, Baronius et Dupleix, Charlemagne, « souverain protecteur de l’Église et du christianisme » est décrit comme se rendant à Rome en 774 soit pour visiter les sépultures apostoliques, soit pour délivrer le pape Adrien Ier des persécutions lombardes73. Une fois la paix restaurée, la donation de son père Pépin réaffirmée et augmentée de nombreux autres avantages74, Adrien, pour lui prouver sa reconnaissance réunit un concile qui décide que « pour éviter les abus et remédier aux troubles qui arrivent d’ordinaire en l’élection des papes », ces dernières s’effectueront avec la permission et le consentement de Charlemagne. Si Baronius refuse d’accorder une réalité historique à cette décision, Machon objecte que l’acte est intégré comme vingt-deuxième canon à la distinction soixante-trois de Gratien75. Il ajoute que ce canon intitulé « Imperator jus habet eligendi Pontificem » est cité et confirmé par Platina et Carlo Sigonio dans son De Regno Italia, alors que cet auteur est « très favorable aux droits du Saint-Siège »76. Cette décision aurait d’ailleurs été mise en œuvre à la succession d’Adrien77.

  • 78 TP, f°31r°, de même f°120r°.
  • 79 TP, f°31v°, et 32r° : « Nos propres historiens qui sont toujours suspects aux Italiens même lorsqu’ (...)
  • 80 TP, f°32. Aujourd’hui, ce canon est considéré comme un faux probablement composé au xie siècle : J. (...)
  • 81 TP, f°34v°. Machon renvoie aux Antiquités françaises, liv. 8, chap. 8. Au f°34r°, il précise déjà : (...)
  • 82 TP, f°34v°, voir aussi f°46v°. Cf. f°123r° : « N’y ayant rien de si généralement confessé dans tout (...)

18L’unanimité des historiens fait par contre défaut pour savoir si ce droit a été transmis, reçu et accepté par le fils de Charlemagne, Louis le Débonnaire78. Le parti romain, mais aussi d’autres auteurs français prétendent qu’il y a renoncé et remis l’intégralité du processus au clergé et au peuple de Rome79. Machon leur oppose à nouveau la même distinction de Gratien, dont le trentième canon qui réitère les donations de Pépin et Charlemagne, sans mentionner aucune renonciation quant aux élections, mais précisant au contraire l’obligation d’envoyer en ce cas-là des légats auprès de lui et de ses successeurs80. Louis a d’ailleurs confirmé les papes élus de son temps, et Claude Fauchet, « qui pour être trop véritable historien a passé pour mauvais chrétien » précise que Grégoire IV ne fut pas sacré avant que les commissaires royaux n’aient examiné son élection (en 828)81. Fauchet établit d’ailleurs une filiation directe et significative, vis-à-vis de ce droit, des empereurs constantinopolitains aux carolingiens82. À cette occasion, remarquons un fait qui n’est pas thématisé par Machon, mais qui intéresse notre angle de lecture de son texte : on discute de la transmission du droit de confirmation (au sein d’une même dynastie, mais également d’un empire à l’autre), et d’un droit qui concerne lui-même la transmission du siège romain. Le cas est d’autant plus paradigmatique qu’on est face à une sorte de transmission au carré.

  • 83 TP, f°29v°.
  • 84 TP, f°39v°, thèse réaffirmée à la fin de ce second chapitre, f°43v°.
  • 85 Voir aussi TP, f°105r°, cf. 108v° : « les princes souverains et leurs officiers ont embrassé la loi (...)

19Concluant cet enchaînement de cas historiques, Machon peut défendre une chronologie à plusieurs étapes de son exposition. Tout d’abord, l’attente de la confirmation impériale, « secundum antiquam consuetudinem » est pratiquée pendant six cents ans, pendant vingt-trois papes de grande piété, doctrine et ferveur83. Mais quelques pages plus loin, les preuves sont validées et : « Si la vérité dépend du consentement des hommes et de la pluralité de leurs suffrages, il faut demeurer d’accord que les empereurs ont fait et confirmé les papes par l’espace de plus de douze cents ans »84. Qu’est-ce que cela signifie du point de vue historico-théologique ? Cultivant les vertus les plus parfaites, les papes d’alors ont trouvé ce moyen pour « maintenir la religion, appuyer l’Église et l’autoriser dedans sa conduite ». En effet, ce mode d’élection démontrerait leur humilité et leur fidélité à la nature de l’institution ecclésiale. Par cette obéissance envers les empereurs chrétiens protecteurs de l’Église85, les papes se seraient maintenus dans la « modestie de leur ministère » et par là auraient prouvé leur élévation, et dans le même mouvement leur légitimité et la particularité irréductible de ce pouvoir d’abord apostolique et ensuite romain.

  • 86 TP, f°4v°.

20Mais cette chronologie ne permet pas seulement d’offrir, selon Machon, un modèle d’ajustement de l’Église confrontée aux enjeux de pouvoir lors de la christianisation de l’Empire romain. Car dès les premiers paragraphes du manuscrit, l’auteur pointe un écart. S’il parle de la pureté de l’Église naissante, la critique contemporaine est immédiatement apparente et devient un repoussoir : si cette historiographie se réfère à l’histoire sainte, comptée au nombre des lieux théologiques chez Melchor Cano, c’est d’abord pour s’attaquer à la papauté de son temps. Ainsi, les « papes qui sont les chefs de l’Église et les successeurs des apôtres pour avoir soin de son administration ne sont pas entièrement exempts de cette maladie », qui mène l’homme à se tromper lui-même86. L’héritage est donc directement remis en cause, ou à tout le moins questionné par une historiographie qui ne peut faire abstraction des ruptures, des accidents.

Accidents de l’histoire et dénaturation ecclésiale

  • 87 TP, f°53r°, qui fait découler la supériorité du concile du danger de confier toute l’Église à un se (...)
  • 88 TP, f°41v°-42r°.
  • 89 TP, f°46v°.
  • 90 TP, f°44r°.
  • 91 TP, f°43v°.
  • 92 TP, f°95, et 71v°.

21À plusieurs reprises, avec de lourds accents, notre texte utilise une critique classique de la faiblesse humaine et des défauts de sa psyché87. L’ambition est un « artifice pour se tromper soi-même, aussi les plus élevés dedans l’Église voyant qu’ils n’étaient pas les martyres de la plus belle dignité d’entre les hommes » se seraient réfugiés dans le faste et le prestige de la hiérarchie ecclésiastique88. Cette rupture est d’autant plus éclatante qu’elle passe d’un extrême à l’autre : « Pendant les quatre ou cinq premiers siècles, les papes bâtirent le plan de leur grandeur sur la sainteté, la pauvreté, les afflictions et les martyres afin d’avoir le ciel pour partage, puis l’ayant quitté pour s’attacher à la terre, ils se sont étudiés par toutes sortes de moyens pour parvenir à la grandeur extrême et terrible où nous les voyons aujourd’hui »89. Outre le tuilage des différentes chronologies que l’on remarque tout de suite, par rapport à celles proposées pour la pratique élective, l’histoire chrétienne est ici parcourue en quelques mots pour décrire un retournement théâtral, un basculement du spirituel au temporel. Pour Machon, qui s’attarde sur la « misérable condition » au sein de laquelle il n’y a plus « d’humilité sans superbe »90, il vaudrait mieux que ces prélats prennent « les mortifications et l’âpreté pour toute marque d’empire et de souveraineté »91. Mais sous prétexte de « puissance spirituelle », ils accroissent leur « autorité temporelle au préjudice de celle des rois »92.

  • 93 TP, f°104v°, et avant lui, dans un volume emblématique : De unitate Ecclesiae conservanda, et schis (...)
  • 94 TP, f°76r°. Avec Pierre d’Ailly, Jean Gerson et Jacques Almain, Jean Mair fait partie du quatuor de (...)
  • 95 Pour l’édition critique de ce texte, voir Robert W. Dyson (éd.), Quaestio de Potestate Papae (Rex P (...)
  • 96 TP, f°76v°.
  • 97 TP, f°76v°-77r° : « Jurisdictio autem temporalis totaliter fuit in Moise, et hoc patet ex nomine of (...)
  • 98 TP, f°77r° : « vocabat Moisem Dominum suum ». Voir aussi f°149r°, où Bellarmin, avant de parler de (...)

22Le fragile moment du relais dans l’héritage (que constitue notamment l’élection) met d’autant plus à nu les passions qui contredisent la radicale bipartition entre spirituel et temporel sur laquelle insistent inlassablement les opposants à Rome, en répétant la célèbre dualité gélasienne de 49493. Après s’être référé à l’avis des théologiens comme Jean Mair, selon lequel « Christus secundum humanitatem non est dominium omnium »94, sans compter que l’autorité du vicaire est inférieure à celle de son supérieur, Machon réinscrit l’impossibilité d’être un souverain universel « in temporalibus et spiritualibus » à même l’histoire sainte, qui une fois de plus oppose au présent une profondeur de champ maximale. Trois preuves sont apportées, reprises du De potestate papæ rédigé à l’occasion de la fameuse querelle de Philippe le Bel et Boniface VIII95 : « 1° ex ordinatione populi Israelitici. 2° ex humili responsione Christi. 3° ex sublimi perfectione status Apostolici »96. Dans la longue citation choisie, c’est le premier point qui est développé pour montrer la séparation des rôles. Le titre de « Dux » donné par l’Exode à Moïse lui attribue une puissance temporelle, c’est à lui que revient la juridiction, par exemple la division des biens lors des successions97, tandis qu’Aaron, « sacerdos primus, et Pontifex primus », est défini comme obéissant à Moïse98.

  • 99 TP, f°151r° : « puisque le fils de Dieu a disjoint le sacerdoce d’avec le royauté et qu’il a borné (...)
  • 100 Notamment TP, f°40r°. Contre la Chronologia de Génébrard, voir TP, f°37r°.
  • 101 TP, f°71v°.

23Si Machon insiste tant sur cette bipartition, sur ce clivage réaffirmé par le Christ99, c’est bien évidemment parce que tous les exemples romains contemporains témoignent, pour lui et les gallicans, du contraire. Notre auteur perçoit d’ailleurs la hargne et la fureur de Baronius et de Bellarmin contre la politique royale, comme les témoins d’un déni de sa pulsion temporelle100. Les injures portées contre l’historiographie ici défendue sont la preuve parfaite de la vérité de ce qui est rejeté par la Rome contemporaine. Frappée comme une maxime, une phrase résume : « Les armes prirent la place des reliques »101.

  • 102 TP, f°53v°. Voir aussi le « pape Honorius qui fomentait l’hérésie des monothélites, n’a pas enrichi (...)
  • 103 TP, f°42.
  • 104 TP, f°46v°. Voir Henri-Xavier Arquillière, Saint Grégoire VII : essai sur sa conception du pouvoir (...)
  • 105 TP, f°56r°, cf. f°128, où Machon remarque, après avoir décrit le couronnement du roi Charles à Rome (...)
  • 106 C’est plutôt le roi qui est à l’honneur, puisqu’il reçoit un « signum » de Dieu (f°56v°).
  • 107 TP, f°56v°-57r°.
  • 108 TP, f°57r°.
  • 109 Jean-Marie Moeglin, L’Empire et le Royaume. Entre indifférence et fascination, 1214- 1500, Villeneu (...)
  • 110 TP, f°57 = Lupoldi de Babenberg, De iuribus regni & imperij Romani, tractatus variarum rerum cognit (...)

24La chronologie fixée par Machon repère ainsi une série de ruptures qui motivent l’expression de doutes quant à la droite transmission de l’héritage. Parmi ses signes, mentionnons la classique liste des papes défaillants, qui commence avec Libère – souscrivant au concile arien de Sirmium au IVe siècle102 – continue avec l’excommunication prononcée en 1133 par Innocent II contre le peuple de Rome rebellé, et le transfert de l’élection aux seuls cardinaux103 ; et surtout le règne de l’un des papes les plus détestés des gallicans, Grégoire VII (1073-1085) qui « osa tout entreprendre »104. Mais plus que sur des épisodes, la chronologie des ruptures se focalise sur les changements de gouvernement et de paradigme, comme le passage de la confirmation impériale de l’élection pontificale, au sacre des rois par les papes, rituel qui indiquerait dans une nouvelle configuration, une nette supériorité de la papauté sur le temporel. Subvertissant l’intention des cérémonies, les papes les ont instrumentalisé politiquement et ont transformé ce qui était pour eux un honneur, en lien de sujétion pour ceux qu’ils sacrent105. Si Machon remonte aux origines vétérotestamentaires du rite avec l’ordre de Dieu donné à Samuel de sacrer Saül, sans que le prêtre ait un pouvoir propre106, il ne s’en fait pas un défenseur acharné, n’en voyant aucune trace dans le Nouveau Testament107. Rattaché à l’ancienne loi, le sacre est donc l’expression d’une « pureté de religion » et non pas une « règle d’État »108. À l’appui, on trouve des citations du De iuribus regni et Imperii Romani de Lupold von Bebenburg (v. 1297-1363)109. Cet évêque de Bamberg, après avoir rappelé l’absence de rôle pontifical dans l’élection du roi ou de l’empereur romain de son temps, s’appuie sur le canon Tibi Domino (canon 33) de la soixante-troisième distinction de Gratien, qui rapporte le serment qu’Othon Ier prononce devant le pape Jean XII, lors de son sacre comme empereur en 962, jurant d’exalter l’Église romaine et son chef. Lupold explique toutefois le rôle non temporel du pape dans cette cérémonie : le serment rapporté par Gratien n’est pas le « iuramentum fidelitatis » que prononce un vassal devant son maître, mais celui qui assure simplement au pape et à l’Église de Rome sa défense fidèle et une certaine autonomie110.

  • 111 TP, f°65v°.
  • 112 TP, f°40r°.
  • 113 TP, f°106r°.
  • 114 TP, f°112r°.
  • 115 TP, f°112v°.

25Autre rupture beaucoup plus prégnante, aux conséquences extrêmement néfastes, et liée aux supposées relations instaurées par le sacre : la prétention pontificale au pouvoir de déposer les princes temporels, une doctrine dont Baronius est l’un des défenseurs111. L’acte qui en découle – abusant du prestige du caractère (au sens sacramentel) de l’office pétrinien – défait tout lien politique, diplomatique, juridique, et en fin de compte religieux112. Machon y oppose le « temps le plus pur du christianisme »113, la « primitive Église » dans laquelle les papes étaient évidemment les sujets des empereurs, obéissance et soumission étant la règle114, d’autant que « le christianisme n’est point un affranchissement aux sujets ni une subversion de l’État politique »115.

  • 116 TP, f°58v°-59r°.
  • 117 TP, f°59r° ; et f°64v°, Machon donne de nombreux exemples de rois excommuniés à qui pourtant les pa (...)
  • 118 TP, f°59v° ; et f°43v° : « Voilà comme pendant les douze premiers siècles et davantage ceux qui se (...)
  • 119 TP, f°61v°.
  • 120 TP, f°64r° : « Ce qu’étant ainsi comme les historiens en font foi, et de choses plus étranges encor (...)
  • 121 TP, f°62r°.
  • 122 TP, f°40r°.
  • 123 TP, f°47r°. C’est aussi Grégoire VII qui réserve le titre de « pape » à l’évêque de Rome (f°6v°).
  • 124 TP, f°77v°.
  • 125 TP, f°64v°.

26Là encore, l’histoire sainte sert de référence, en l’occurrence la « doctrine » pétrinienne qui transmet les « leçons » et « préceptes » du Christ sur l’obéissance aux rois116. S’il existe des excommunications dans l’Église primitive, elles n’ont rien de commun avec celles des papes qui prétendent déposer les rois et accorder à leur acte un effet temporel et coactif, ce sont des « remontrances paternelles », et quand Ambroise condamna l’empereur Théodose, il ne s’agissait que d’une « excommunication mineure » qui ne le privait ni de la communion, ni de l’obéissance de ses sujets117. Priver les rois de leur couronne est donc un acte « directement contraire à la parole de Dieu et à l’usage ancien de l’Église ». Grégoire VII est à nouveau un repère majeur de la rupture avec son excommunication retentissante de l’empereur Henri IV en 1080118. Pour prouver, s’il était besoin, l’illégitimité et la nullité juridique et théologique d’un tel acte qui a pourtant fait école, l’unanimité des « bons historiens » est convoquée119, et elle aussi témoigne de la vérité testamentaire et apostolique120. À cette rupture, qui dénie la disjonction de compétence et de jugement121, Machon oppose la titulature de « servus servorum » qu’il amplifie en « pensionnaires du serviteur des serviteurs »122, ne manquant pas de rappeler les âpres discussions qui se sont tenues au sujet des appellations attribuées aux successeurs de Pierre. Autre signe de rupture, le fait que sous les Capétiens, « de simples patriarches d’Occident dont le pouvoir était limité et borné, [les papes] voulurent se faire reconnaître chef universel de toute l’Église chrétienne »123. Machon va jusqu’à se référer au titre du troisième chapitre du De Romano pontifice de Bellarmin, dont il reconnaît sur ce point la position modérée : « Papam non esse dominium totius orbis christiani »124. Ces divergences entre l’office et ces actes politiques conduisent à réfléchir sur un clivage possible entre le statut pontifical et l’homme qui l’occupe125.

  • 126 TP, f°4v°.
  • 127 TP, f°65r° : ni les papes ni les conciles ne doivent se mêler de la puissance temporelle, « autreme (...)
  • 128 TP, f°65r°.
  • 129 TP, f°106r°.
  • 130 TP, f°4v°.
  • 131 TP, f°7v°.
  • 132 TP, f°56r°.

27En effet, toutes ses ruptures se font « au préjudice de leur ministère et de leur institution »126. La séparation des sphères de compétences visait autant à sauvegarder le lien et l’ordre politiques que la véritable nature ecclésiale127. À ce sujet, pour Machon, « la tradition de l’Église est formelle »128 : ces pratiques ont donc une incidence directe sur la nature de l’Église, qui est principiellement spirituelle. Quand la position de Bellarmin sur la transmission du pouvoir est critiquée, sa conception d’un pouvoir temporel uniquement hérité ou acquis par « des voies humaines », contrairement à celui de la papauté, est directement rapportée à une altération du « principe » et de la « source » de l’établissement de l’institution129. Ainsi, « ce que l’Église dans sa naissance donnait aux plus saints et aux plus parfaits pour récompenser leurs mérites, lui sert aujourd’hui d’un moyen pour assouvir son avarice et contenter son ambition déréglée »130. Aux registres des papes des premiers siècles, qu’il lit comme des martyrologes, Machon oppose les registres « de la chambre Apostolique de maintenant, ne parlant plus de la vertu des saints, mais seulement des biens domaniaux »131. La série de ruptures met en doute la transmission de l’héritage, mais elle amène surtout à constater une véritable révolution interne. Un simple chanoine de Toul peut conclure : « les choses les plus saintes et les plus pures sont sujettes à corruption […] les institutions les plus parfaites et les plus religieuses se tournent en abus et en dérèglements »132. La romanité devient le nom d’une dénaturation de l’Église fondée par Pierre, ou même d’une Église en déshérence. Du XIe au XVIIe siècle, la papauté témoignerait majoritairement d’une Église qui a changé de nature et oublié son passé, il ne s’agit même plus de la reconnaître derrière les dommages du temps, elle s’est séparée de sa mémoire identitaire véritable, elle a pris les habits des souverains temporels et enfouit les restes de la pureté de ses origines. Cela oblige à reconsidérer l’héritage véritable dans lequel la papauté s’insère, cette « romanité » dont il faut détailler les acceptions, les usages et les effets sur les revendications ou les coutumes.

Rome, le nom de l’Empire

  • 133 Sur la succession apostolique, voir notamment Antonio Maria Javierre, « Le thème de la succession d (...)
  • 134 Sur l’historiographie, voir Hans Ulrich Gumbrecht, Ursula Link-Heer, Peter-Michael Spangenberg (dir (...)

28Il est donc nécessaire de revenir à Rome, et à sa plurivocité. La question du nom, du titre et des référents participe à sa manière à la définition du patrimoine et de l’héritage. Encore présente, la synecdoque indique deux directions : on entend soit la figure de l’Empire, soit celle de l’Église. Dans ce deuxième cas, « Rome » renvoie tout aussi fortement à la succession apostolique, la forme de l’héritage propre à l’Église, qui suppose la pérennité d’un dépôt dont on n’est pas propriétaire, et dont on ne peut donc pas changer la nature133. La succession apostolique ouvre d’ailleurs l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe et le père du genre la désigne comme la source de son écriture134. Pour déterminer cet héritage, Machon en vient à proposer une synthèse de l’histoire des territoires impériaux et italiens, qu’il introduit par une remarque réflexive sur son caractère inacceptable pour la papauté :

  • 135 TP, f°68r°.

Ce chapitre particulier qui est la pierre d’achoppement et celui qu’on ne pourra jamais souscrire à Rome, sera plus criminel que tous les autres parce qu’il réduit le temporel des papes dans ses bornes légitimes, et qu’il découvre une partie de leurs entreprises, et de la passion qu’ils ont d’agrandir leur domaine plutôt que la foi135.

  • 136 TP, f°68r°-69r°.
  • 137 TP, f°119v°.
  • 138 TP, f°83r°.
  • 139 TP, f°83r° = Cod. Théod., liv. 16, 2, 23, voir notamment Les lois religieuses des empereurs romains (...)
  • 140 TP, f°83v°.
  • 141 TP, f°82v°. Voir aussi f°85v°, où Machon, après avoir cité les Basiliques (I, lib. 3, tit. 1, num. (...)
  • 142 TP, f°84.
  • 143 TP, f°90r°. Voir f°92r° : les papes et les évêques n’ont « aucune juridiction temporelle, aucun ter (...)

29Pour autant, cette déclaration est suivie d’une protestation de modestie, l’auteur ne faisant que rapporter les plumes des « historiens les plus célèbres et les moins intéressés ». Le quatrième livre de l’histoire italienne de Guichardin lui fournit la trame de la fondation de la nouvelle Rome par Constantin, du transport du siège de l’Empire, de l’établissement des magistrats impériaux pour gouverner Rome et l’Italie, des invasions des Goths et des Vandales, puis de la reconquête impériale suivie de l’exarchat de Ravenne, les évêques de cette dernière et de Constantinople s’opposant au pape sur un pied d’égalité136. La configuration change avec l’invasion des Lombards, jusqu’à ce que la papauté soit libérée par Pépin. Tous les historiens s’accordent alors pour reconnaître les donations importantes qu’il effectue en faveur des papes, donations renouvelées par Charlemagne qui pourtant « avait la direction de l’Église de Rome » en ce qui concernait le temporel, note Machon en s’appuyant sur Baronius137. Ces évolutions sont essentielles pour savoir si la papauté a hérité des terres italiennes suite au délitement de l’Empire, si son indépendance progressive s’est traduite par une souveraineté temporelle, le critère déterminant étant celui de la juridiction contentieuse. Là encore, Baronius est pris comme exemple d’une lecture historique qui considère que les ecclésiastiques ont eu connaissance des causes, et capacité de jugement, consentant parfois à ce que les juges laïcs se prononcent sur des crimes commis par des religieux138. Machon a une tout autre lecture de la source de Baronius, une loi impériale de 376 sur la répartition des causes, intégrée au Code Théodosien139 : il y voit une restriction et une preuve du principe de séparation, sans compter que cette loi, qui se réserve la dernière instance, rapporte le jugement ecclésiastique à un synode canoniquement assemblé, et non pas à une personne seule, juge ecclésiastique, évêque ou pape140. Ainsi, même cette loi va dans le sens défendu par Machon : seuls les juges laïcs possèdent la justice coactive, les autorités ecclésiastiques jouent au mieux le rôle d’arbitre pour des résolutions à l’amiable, et ce à la demande des partis141. Quant aux historiens qui comme Baronius se réfèrent à la novelle 186 de Justinien, pour prouver que les évêques sont juges ordinaires, Machon retourne à la lettre du texte et n’y voit qu’une possibilité pour les ecclésiastiques d’interjeter appel de certains jugements laïcs142. S’il peut conclure de manière définitive que les ecclésiastiques « n’ont aucune juridiction absolue », c’est grâce à cet emblème de la romanité juridique et orientale, le Code de Justinien dont le quatrième titre du premier livre s’intitule De episcopali audientia, la glose précisant : « audientia episcopalis non est jurisdictio »143.

  • 144 TP, f°108v°-109r°. Voir de même Balsamon, cité f°111r°.
  • 145 TP, f°110v°. Voir par exemple le cas repris chez Eusèbe (Hist. eccl., lib. 7, cap. 24) : TP, f°112r (...)
  • 146 TP, f°108v°. Cf. f°112r° : « Tant que les papes ont été sujets des empereurs, comme ils étaient ded (...)
  • 147 TP, f°123r°.
  • 148 TP, f°125v°. Voir également f°85r° : « Les empereurs romains en quittant la ville de Rome aux papes (...)

30Ainsi, sous Justinien, toute affaire est jugée par ses officiers, s’il a concédé la connaissance de certaines causes aux ecclésiastiques (apostasie, hérésie, sacrilège par exemple), à l’origine tout dépend de la juridiction séculière et indique donc sans ambiguïté la source du droit144. La novelle 123, que Machon allègue à partir du De concordia de Pierre de Marca, le prouve en spécifiant que l’appel est toujours porté devant la juridiction impériale145. Autre pratique de poids : dans les premiers siècles, les empereurs chrétiens étaient les « juges souverains des papes » qu’ils pouvaient déposer et faire instruire leur procès146. La « ville de Rome et presque toute l’Italie » appartient à l’empereur et relève de sa souveraineté, et de même que les empereurs grecs, les Français « en ont toujours conservé la possession »147. Si Constantin a donné d’une quelconque manière la capitale à l’Église, il s’en réserve la souveraineté et la juridiction, et la souveraineté sur Rome n’est bien sûr en rien inhérente à la papauté148.

  • 149 Herbert Butterfield (The Origins of History, New York, Basic Books, 1981, p. 188) retient d’ailleur (...)
  • 150 Sur ces pères fondateurs l’historiographie ecclésiastique, voir Theresa Urbainczyk, Socrates of Con (...)
  • 151 TP, f°131r°-132r°, 133v°-134v°. Sur le sujet, voir Domenico Maffei, La Donazione di Costantino nei (...)
  • 152 TP, notamment f°46v°, 70r°, 113r°.
  • 153 TP, f°145v°.
  • 154 TP, notamment f°128v°, et f°130v° : « tous les historiens sont généralement d’accord que cette dona (...)
  • 155 TP, f°113r°.
  • 156 TP, f°130r°, 131r°.
  • 157 TP, f°130r° : « De plus c’est une maxime certaine que les rois se réservent toujours la souverainet (...)

31Inévitablement, Machon se doit de rappeler la fameuse « donation » liée à cet empereur crucial dans le devenir de la notion de romanité. Le vocable même conforte ma lecture en termes d’héritage et de succession, et elle peut opérer ici comme l’une des clefs du discours critique et de la configuration historique censée donner toute légitimité à la politique de Richelieu et Louis XIII. La critique philologique rejoint alors la critique historique et politique149. Il est aisé à Machon de rappeler que ni Eusèbe, ni Socrate, ni Théodoret, ni Sozomène150 n’évoquent cette donation, et que les recherches de Nicolas de Cues puis de Lorenzo Valla ont confirmé que ce faux du VIIIe siècle n’a jamais empêché Constantin de jouir de Rome et de l’Italie151. Par contraste, Machon insiste sur deux points. Tout d’abord, la légitimité que suppose la translatio imperii, de Rome à Constantinople, et des Grecs à Charlemagne152, qui hérite donc d’un certain type de romanité, puisqu’il exerce le même pouvoir temporel sur Rome et l’Italie que les anciens empereurs153. Ensuite, il y a bien eu donation, mais on la doit à Pépin, Charlemagne et Louis le Débonnaire ; et dans cet empire d’Occident remarque Machon154, les papes se « rendirent plus puissants que jamais, et presque au point où nous les voyons aujourd’hui »155. Ils ont d’ailleurs forgé la prétendue donation de Constantin pour faire croire que l’on ne faisait que leur rendre ce qui leur appartenait déjà156. Pourtant, le modèle de la véritable donation utilisée par les Carolingiens est particulier puisque l’empereur conserve le « domaine direct », et donc la souveraineté157.

  • 158 TP, f°7r°.
  • 159 TP, f°134r°.
  • 160 TP, f°95v°.

32On est bien au cœur d’une querelle d’héritage, et à trois reprises, Machon attaque la captation romaine avec une phrase forte dont il prend le modèle dans le De consideratione de saint Bernard, et qui indique une rupture généalogique décisive. Il est dit, à propos de ces papes qui s’arrogent un pouvoir temporel : « In his successisti non Petro, sed Constantino »158, puis dans la version du traité de Valla sur la fausse donation : « Papa tantum vicarius Christi sit, et non etiam Caesaris »159 ; ou encore : « on ne les a plus considérés comme les successeurs de st Pierre […] mais seulement comme des autres Césars »160.

33Le terme de « politique » compris dans le titre de Machon prend ici tout son sens : il ne désigne pas seulement l’intérêt de l’auteur et la finalité de son action historiographique, il dénote aussi le processus à l’œuvre dans une romanité qui se pose en héritière souveraine et temporelle d’une grandeur impériale, qu’elle soit constantinienne ou carolingienne. Comme on s’en est aperçu, la partie orientale de l’Empire avait déjà été souvent évoquée, ce chapitre installe définitivement au centre ce tropisme avec lequel, j’en fais le postulat, on pénètre véritablement dans la profondeur de champ de la romanité.

  • 161 TP, f°143r°.
  • 162 TP, f°143v°. Sur Justinien, voir f°146v° : « Justinien d’heureuse mémoire zélé par-dessus tout à la (...)
  • 163 TP, f°144v°-145r°.
  • 164 TP, f°144r°, 147r°, 155r°, 159v°-160r°.
  • 165 TP, f°45v°, f°53, 96r°, 157v°.
  • 166 TP, f°153r°.
  • 167 TP, f°153r°-154v°, 160v°.
  • 168 TP, f°158r°.
  • 169 TP, respectivement f°157v°, 155r°, 157v°.

34L’Orient entre en ligne de compte pour pousser encore plus loin l’examen du rôle législatif de l’empereur chrétien, qui non seulement se réserve la souveraineté sur les terres de l’Église, mais légifère aussi sur les matières ecclésiastiques161. La novelle 137 de Justinien est la première preuve citée, avant Eusèbe sur Constantin comme évêque du dehors, puis la filiation suggérée entre les Codes de Théodose et de Justinien et les « capitulaires de Charlemagne et de Louis son fils », ainsi que les ordonnances des rois qui leur succèdent162. Cette législation est d’autant plus légitime que nombre d’actes en ont été intégrés dans le droit canon, et partant approuvés par les papes163. Mieux encore, tous les conciles de l’Antiquité témoignent que les empereurs convoquent, arbitrent et confirment ces rassemblements164 qui représentent l’Église dans son universalité et correspondent pleinement aux conditions énoncées par le Christ sur sa présence dans l’assemblée165 : « ce qui est si véritable que la créance de l’Église naissante était qu’un concile ne pouvait être dit œcuménique s’il n’était assemblé par l’empereur, comme rapporte Cedrenus en la vie de Justinien »166. Machon apporte quantité d’exemples concernant les pratiques de convocation, réunion, publication et promulgation des grands conciles orientaux de Nicée à Constantinople, dont les suscriptions indiquent clairement le rôle cardinal de l’empereur qui seul a le pouvoir de faire appliquer à tous les décisions canoniques167. Si l’approbation pontificale relève du « consentement fraternel », la confirmation impériale est indispensable en tant qu’elle seule possède l’autorité souveraine168. Les décrets des conciles de Constance et Bâle ainsi que « la doctrine de la Sorbonne et de l’Église de Paris » seraient les héritiers de cette conception conciliaire d’une Église des premiers temps, « plus pure, plus sainte et plus immaculée » que l’actuelle « monarchie infaillible et souveraine du pape »169.

  • 170 Adriano Garuti, Il papa patriarca d’Occidente ? Studio storico dottrinale, Bologna, Edizioni France (...)
  • 171 TP, f°47v°.
  • 172 TP, f°48v° = Authenticae, collatio VIII, tit. IX, novella 109, dans : Codicis Iustiniani… notis Dio (...)
  • 173 TP, f°49r°.
  • 174 TP, f°49v°.
  • 175 TP, f°50r°.
  • 176 Epistres choisies de saint Gregoire le Grand, Paris, Veuve de Jean Dupuis, 1676, voir notamment f°3 (...)
  • 177 La papauté moderne condamnée par le pape saint Grégoire le Grand. Extraits des ouvrages de saint Gr (...)

35À nouveau, ce conciliarisme fondateur désigne clairement la romanité orientale comme modèle ecclésial, lequel renvoie aussi à une structure patriarcale déjà évoquée170. Pour Machon, la pentarchie est légitimée par les canons de Nicée, Chalcédoine et Constantinople171, et c’est pour lui l’occasion de citer Pierre de Marca sur le pape comme « patriarche », en se référant à la novelle 109 de Justinien, datée de 541172. La question de la titulature est d’ailleurs explicitement mise en rapport avec une attaque contre l’égalité pentarchique explicitée dans cette novelle. En 578, Jean, évêque de Constantinople, s’attribue le titre de patriarche « universel », pour refléter notamment le rang de la ville impériale, mais Pélage II et son successeur Grégoire le Grand s’y opposent farouchement173. La querelle se poursuivant pendant tout le règne de Grégoire, elle donna lieu à un dossier épistolaire où Machon veut voir la preuve qu’une telle autorité donne des arguments qui rendent impossible à quiconque l’utilisation d’un tel titre. Grégoire, qui s’adresse à Jean comme « coepiscopus meus », fait notamment remarquer que Pierre lui-même ne s’est jamais appelé évêque universel174, et que ce titre équivaut à un démembrement du corps de l’Église175. Si ce dossier épistolaire a été rassemblé en 1676 dans un sens pro-romain, et soi-disant publié pour finir de convaincre un protestant dans son processus de conversion176, le même corpus est traduit en 1861 par Wladimir Guetté sous le titre explicite La papauté moderne condamnée par le pape saint Grégoire le Grand177. Pour sa part, Machon conclut avec la glose de Panvinio sur cette affaire, qui rappelle une titulature pontificale où l’on pourrait voir le mot de la fin : « Episcopus servus servorum Dei, vel catholica Ecclesia episcopus ».

  • 178 Averil Cameron, « Old and New Rome : Roman Studies in Sixth-Century », Transformations of Late Anti (...)
  • 179 Voir à ce sujet le livre très riche d’Hervé Inglebert, Les romains chrétiens face à l’histoire de R (...)
  • 180 Luigi Salerno, Roma communis patria, Bologna, Cappelli, 1968 (avec la mise au point de Didier Bodar (...)
  • 181 Michele Maccarrone, « Ubi est papa, ibi est Roma », Aus Kirche und Reich, Studien zu Theologie, Pol (...)
  • 182 Ibid., p. 1154, déjà cité par Ernst Kantorowicz, Les Deux corps du roi : essai sur la théologie pol (...)

36On remarquera que le discours critique contre la papauté se fait au nom de l’Église, à tout le moins d’une certaine idée de son état primitif qui rallie tout un chacun, sans que l’on arrive à s’entendre sur la portée exacte du rôle de Pierre, un rôle qui est quasi-systématiquement ramené à l’Église de Rome, à son statut, à sa place au sein des autres Églises et des autres fondations apostoliques. Un lien est donc toujours effectué entre sa personne et ce lieu prédéterminé qu’est Rome, comme si la désignation matthéenne était indéniablement liée à la romanité. Ce premier lien établi, qui est déjà un héritage supposé, se complique avec l’autre héritage de la ville en elle-même, et la synecdoque qu’elle constitue par rapport à l’Empire, figure d’autant plus significative, mais problématique, quand cet Empire est chrétien et s’appuie sur une nouvelle Rome, qui elle-même joue son identité sur l’héritage de l’ancienne178. C’est avec cette figure que l’Église de Rome pense pleinement son essence (qui combine et unifie apostolicité, primauté et universalité), sa structure géographico-gouvernementale, et son développement historique : un réseau de plus en plus organisé, fluide et précis qui se réalise grâce à un centre qui incarne véritablement le tout. Ces éléments, qui sont mentionnés par Machon, mais sans être mis en rapport, travaillés ou dialectisés, sont précieux, j’en fais l’hypothèse, pour penser la romanité. Postulons que la romanité est un autre nom de cette synecdoque agissante, ce procédé d’inclusion étant d’autant plus naturel qu’il est pensé ou ressenti comme l’aboutissement de l’inclusion de l’Église en Pierre (son nom même étant figure de fondation) lors de la prononciation du Tu es Petrus, et de l’inclusion de l’Empire en son centre romain, alors même que toute différence entre « christianitas » et « romanitas » a disparu179. La combinaison de la fondation apostolique (la désignation du Christ étant subsumée dans la fondation romaine) et de la romanité civile, suite logique de la christianisation de l’Empire, se conclut dans la désignation évidente du centre qui d’espèce devient le lieu où se réalise le genre. Par ce jeu de connexions et d’inclusions, le pape peut prétendre concentrer en lui-même l’héritage de cette romanité, tout à la fois mémorielle, symbolique, et bien réelle au plan gouvernemental, comme en témoignent différents adages qui portent sur l’héritage. Sans s’étendre sur « Roma communis nostra patria est », phrase de Modestin particulièrement adaptable à une papauté qui se veut universelle180, mentionnons surtout « Ubi est papa, ibi est Roma ». La formule est issue de la « visitatio liminum apostolorum » que doivent effectuer une fois par an les évêques suffragants, elle permet de vénérer Pierre et Paul et le siège qu’occupe le pape. Au XIIe siècle, la visite se concentre sur la reverentia due au pape et devient de plus en plus administrative, comme en témoignent les décrétistes Rufin et Étienne de Tournai. La conception de la visite se détache alors du lieu physique pour être identifiée à la curie romaine, et quand Innocent IV commente les décrétales entre 1246 et 1251, les limina apostolorum sont entièrement rapportées au pape, et au lieu où il se trouve, le lieu originel est devenu abstraction juridique181. Citant Innocent IV, Balde a d’ailleurs réuni les deux adages : « Dicit Innocentius quod ubi est papa, ibi est Roma, Hierusalem et mons Sion, ibi et est communis patria182. » C’est précisément ce genre d’Église, où la tête aspire toute représentation et toute substance du corps, et devient le principe de la hiérarchie, que les critiques de la romanité refusent.

Conclusion

37La plurivocité du nom « Rome » permet de penser l’histoire chrétienne de manière critique. La logique des écarts que décèlent ceux qui s’attaquent à la papauté des xvie-xviie siècles (eux-mêmes héritiers d’auteurs comme Jean de Paris, Nicolas de Cuse ou Durand le Jeune), souligne des changements de sens qui sont des changements de nature. La romanité, qu’elle soit impériale, apostolique, constantinienne ou justinienne, est surtout une question d’héritage passant par la succession et le rapport à l’origine qui véhicule une mémoire et une grandeur certaine : grandeur de la première ville comme centre, grandeur de l’Église pétrinienne naissante. Mais pour les critiques de la papauté, il n’y a et ne devrait y avoir aucune homothétie entre ces deux grandeurs, sinon un parallélisme harmonique. Être héritier de Constantin plutôt que de Pierre, voilà la source des maux fustigée, au mieux un oubli suspect, au pire un héritage illégitime, usurpé par volonté de puissance.

  • 183 Sur ce terme, voir Mogens H. Hansen, Polis et cité-État. Un concept antique et son équivalent moder (...)
  • 184 Sur la théorie d’une papauté souveraine, voir Michael J. Wilks, The Problem of Sovereignty in the L (...)

38Si l’adjectif « politique » du titre de Machon renvoie spontanément à son optique choisie pour considérer l’histoire et sélectionner les événements, mais tout aussi bien à son propre parti pris royal, je propose d’y voir aussi la marque d’une attention à la « polis »183, à la cité dont Rome est la figure par excellence, une cité dont l’Église de Pierre hérite et dont la romanité impose au christianisme une modalité – précisément politique – qui l’oblige à intégrer un écart par rapport à son origine, comme si cet héritage impérial rejaillissait forcément au sein d’une institution qui développait pourtant un gouvernement à l’exact opposé de l’Empire. L’Église de Rome a troqué la romanité patriarcale pour la romanité impériale, elle s’est arrogé un pouvoir exogène et a reconstruit à cette aune la mémoire qu’elle garde d’elle-même. La koinonia si particulière de la chrétienté serait donc inconciliable avec une papauté souveraine, comme si les deux héritages s’excluaient l’un l’autre184. C’est donc bien une critique de l’identité ecclésiale, et de la notion même d’identité dans laquelle s’engage l’historiographie opposée à Rome, en réfléchissant sur la manière dont le temps habite les institutions, notamment sous l’espèce de l’héritage, avec les nécessités et les attentes qu’il induit.

39Évoquant dans un contexte post-tridentin le processus de réception de la juridiction pontificale, Machon fait remonter sa légitimité à une vérification de sa concordance avec l’héritage du régime particulier institué par le Christ et supposé être transmis par l’Église :

  • 185 TP, f°52v°.

les décrets des papes ne s’exécutent pas souverainement et sans connaissance de cause, et […] ils sont sans effet quand ils choquent la police ordinaire, l’ancien ordre de l’Église, le droit des biens, et les règles que nous tenons du fils de Dieu et de ses apôtres185.

  • 186 Rodolfo Ambrosino, « In iure cessio hereditatis. Spunti per la valutazione della hereditas », Studi (...)

40La question de l’héritage est donc centrale dans ces restrictions que l’on pourrait qualifier de « constitutionnelles ». « Rome » n’est pas seulement un nom, c’est aussi et surtout une catégorie. Catégorie historique, catégorie de gouvernement tout autant que catégorie d’héritage, le droit romain identifiant le bien hérité par rapport à son titulaire pensé comme maître souverain, l’héritier est un « dominus »186. Héritage et pouvoir se déterminent l’un l’autre, et l’Église romaine médiévale se réfère aux donations des héritiers carolingiens de l’Empire romain d’Orient pour prétendre valider l’héritage direct d’une souveraineté temporelle provenant de Constantin lui-même, et investir dès lors le patriarcat d’Occident d’une compétence universelle. Par contraste, la romanité ecclésiale d’Orient peut apparaître comme le lieu de la véritable conservation du régime chrétien à une époque où l’Église pétrinienne antique a disparu. À l’Église occidentalo-centrée, à ses ambitions impérialistes, et à la transmission de ses caractères acquis à partir de Grégoire VII, les critiques opposent une romanité plus ancienne, une romanité composée (entre la papauté et les héritiers de l’Empire), équilibrée (entre les patriarcats), et surtout clivée (entre spirituel et temporel) pour éviter les conflits d’héritage, puisque dans la communauté chrétienne, le régime est forcément lié au doctrinal.

Annexes

***

Annexe : la bibliographie de travail de Louis Machon

Dans le ms. fr. 15726 de la BnF (provenant de la bibliothèque de Séguier) on trouve des matériaux et brouillons du Traité politique de Louis Machon, et parmi
ceux-ci une bibliographie (p. 1587-1601, absente des autres manuscrits) des ouvrages (classés par format) utilisés par l’auteur pour cette version. Quand cela est nécessaire pour une identification plus rapide, nous indiquons entre crochets
les informations utiles.

Auteurs lus pour composer le présent traité.

Les grandes annales et histoire générale de France par François de Belleforest, à Paris, 1579, folio, 2 vols.

Mémoires des Gaules, par Scipion Duplex, Paris, 1634, folio, 1 vol.

Histoire générale de France, par Scipion Dupleix, à Paris, 1638, folio, 5 vol.

Les annales du cardinal Baronius, imprimées à Rome, folio, 12 vol.

Les mêmes annales ecclésiastiques, du même Baronius, traduits en françois par Durant de la Planche et Arthus Thomas, imprimées à Paris, 1616, folio, 4 vol.

Les annales de Bzovius, continuateurs […] de Baronius, imprimées à Cologne, ann. 1616, folio, 6 vol.

Les Libertés de l’Eglise Gallicane, imprimés 1639, fol, 2 vol. [éditées par Pierre et Jacques Dupuy].

Concilia generalia, et provincialia, opera Bini, imprimés à Paris, 1636, fol., 10 vol. [Severinus Binius].

Concilia antiqua Galliae, opera P. Jacobi Sirmondi, imprimés à Paris, 1629, fol., 3 vol.

Annalium Baronii continuatio, par Sponde, imprimés à Paris, 1641, fol., 3 vol.

Histoire des grandes guerres d’Italie, depuis l’an 1492 jusques à l’an 1532, sous les règnes de Charles 8, Louis 12, et François 2, par François Guicciardin, florentin, traduit en français par Nic. Chomedey, imprim. À Paris, 1612, fol., 1 vol. [traducteur : Jérôme Chomedey].

Les lettres du cardinal d’Ossat, depuis l’an 1594 jusques à l’an 1604, à Paris, 1641, fol., 1 vol.

Monarchia, Sacri Romani Imperii Goldastum, Hanovia et Francofordia anno 1611. 1613 et 1614, fol. 3 vol. [auteur de cette compilation et des trois suivantes : Melchior Goldast].

Goldasti, Collectiones constitutionum imperialia, & c., Francofurti & c., 1615, 1643, & Offenbachi, 1620, fol., 3 vol.

Politica imperialia, & a. Goldasti, Francofurti, 1614, fol, 1 vol.

Alamannicarum rerum scriptoris vetusti, a Goldasto collecti, Francofurti, 1606, fol. 2 vols.

Les œuvres de Mons. [Cardin] Le Bret, à Paris, 1635, fol., 1 vol.

Recueil des rois de France, leur couronne, et maison, & c. par Jean du Tillet, Paris, 1586, fol., 1 vol.

Croniques d’Engerran de Monstrelet, depuis l’an 1400 jusques à l’an 1467. À Paris, 1572, fol., 3 vol.

Histoire et cronique de Jean Froissard, depuis l’an 1324 jusques à l’an 1400. A Paris, 1575, fol., 2 vol.

Annales de France par Nicolas Gilles et continuées par Denis Sauvage […] et Savaron, A Paris, 1621, fol., 1 vol.

Les Recherches de la France, par Etienne Pasquier, avocat général de la Chambre des comptes, A Paris, 1622, folio, 1 vol.

La République de Jean Bodin, à Paris, 1577, fol., 1 vol.

Histoire des Francs par Paul AEmile, à Paris, 1581, fol., 1 vol.

Trois volumes et manuscrits des matières ecclésiastiques, fol., 3 vol.

Decreta Ecclesia gallicana, par Bochelus, à Paris, 1609, folio, 2 vol. [Laurent Bouchel].

Platina, de vitis pontificum Romanorum, ad ann. 1472. Et Onuphrius Eremita, suis continuator, ad ann. 1566. Lovanii, 1572. fol., 1 vol. [les Vies de Platina, avec la continuation d’Onofrio Panvinio].

L’histoire ecclésiastique de la Cour, ou les antiquités et recherches de la chapelle du Roy, par [Guillaume] du Peyrat, à Paris, 1645, fol., 1 vol.

La vraie histoire de l’Église, par Nicolas Vignier, & a., à Leyden, 1600. fol.

La vie et les gestes de Henry 4 par Baptiste le Grand, à Paris, 1614, fol.

Actes, titres et mémoires contenant les affaires du clergé de France, à Paris, 1646, fol., 2 vol.

Hincmari Remensis Archiepiscopi, opera, studio patris Jacob. Sirmundi, à Paris, 1645, fol., 2 vol.

Choppin, De la police Ecclésiastique et des Droits des religieux et monastères, A Paris, 1634, folio, 1 vol.

Choppin, Du Domaine de la Couronne de France, Paris, 1634, folio, 1 vol.

Histoire de la délivrance de l’Eglise, par l’Empereur Constantin, Et de la grandeur et souveraineté temporelle donnée à l’Eglise Romaine par les Rois de France, par le P. Morin, A Paris, 1630, fol., 1 vol.

Antonii Augustini, antiqua Decretalium collectionis, & c., A Paris, 1622, fol., 1 vol.

Codex legum antiquarum, Lindembrogi, Francofurti, 1613, fol., 1 vol. [Friedrich Lindenbrog].

Considérations historiques sur la généalogie de la maison de Lorraine, par Monsr. Le Febvre, A Paris, 1642, fol., 1 vol.

Histoire des evesques de l’Église de Metz, par le père [Martin] Meurisse, évêque de Madaure, A Metz, 1634, fol., 1 vol.

Les Basiliques, par monsr. Fabrot, à Paris, 1647, fol, 7 vol. [Charles-Annibal Fabrot (éd. du texte grec et trad. latine), Basilicon = corps de droit de l’empereur d’Orient Léon VI].

Livres in 4°.

Instructions et missives des Rois tres chrestiens, et de leurs Ambassadeurs, et autres pièces concernant le concile de Trente, 1613.

Codex Donationum piarum, & c., Aubert. Miraei, Bruxellis, 1624. [Aubert le Mire].

Le Rang des abbés dans la hiérarchie de l’Église par Gaspard Cordier, abbé de St Sauveur de Blaye, A Paris, 1645.

Francisci Florensis, tractatus 9 in Decretalis, Paris, 1641. [François Florent].

Histoire de Louis 11 & c. autrement dite la cronique scandaleuse, 1620.

De usu formula, Regnante Christo, Auth. Da. Blondellus, Amstelodami, 1646. [David Blondel].

St. Bernard, de consideratione ad Eugenium papam 3, cum commentis G. Vossii, Romae, 1594.

De ducibus et comitibus provincialibus galliae, auth. Haute-serre, Tolosae, 1643. [Antoine Dadine d’Auteserre].

Recueil de quelques discours politiques depuis 15 ans & ca, 1632.

L’académie des princes, où les Rois apprennent l’art de régner, par Ménard, Paris, 1646.

Sidonii Apollinaris, opera, cum commentis, Joan. Savaron, Paris, 1609.

Idem, cum commentis Joannis Baptista Pii, Basileae, 1542.

Originis Francicarum, Isaac Pontani, Hardervici, 1616. [Johannes Isaacus Pontanus].

Arnoldus Clapmarius, de Arcanis rerum publicarum, Brema, 1605.

Grotius, de Jure belli et pacis, Amsterdami, 1631.

Michaelis Rabardei, jesuita, Optatus gallus & a., Paris, 1641.

De l’obéissance des chrétiens, envers leurs magistrats, et princes souverains, par Phil. Codurc. A Paris, 1645.

Recueil de pièces servant à l’histoire, par Mons. Du Chastelet, A Paris, 1643.

Instructions pour le franc-alleu de la province de Languedoc, par Cassendume, à Toulouse, 1640.

Histoire générale des cardinaux, par Aubery, à Paris, 1645, in 4°, 3 vol.

Histoire du concile de Trente, en françois, par Paul Soan. [Paolo Sarpi]

La France guerrière, par [Jean] Douet, à Paris, 16[43] in 4°.

Jacobi Regis Anglia Declaratio, pro jur. Regio, Londoni [= Ser. Jacobi Magnae Britanniae Franciae et Hiberniae Regis, Declaratio pro jure regio sceptrorum que immunitate adversus card. Perronii Oratione, Londini, 1616].

[François de] Ferminau, Des droits de la monarchie, à Paris, 16[36], in 4°.

Histoire de Louis 12, par [Théodore] Godefroy, A Paris, in 4°.

Dagobertus novissimus, par [Jodocus] Coccius, Molshemi, 1623, 4°.

Histoire de Charles 6 Roy de France, depuis l’an 1380, jusques à l’an 1422 par Juvénal des Ursins, archevêque de Rheims, mis en lumière par Théodore Godefroy, A Paris, 1614, in 4°.

Les œuvres de [Claude] Fauchet, Paris, 1610, in-4°.

[Henning] Arnisaeus, et subjectione et exemptiones clericorum, de potestate temporali papa in principis et de translatione imperii, Francofurti, 1612, in 4°.

Idem, de Authoritate principum in populum, Francofurti, 1612, in 4°.

Les recherches des droits du Roy, et de la couronne de France, par Cassan, A Paris, 1632, in 4°.

Histoire pontificale par frère Jean Baptiste de Glen, prieur des Augustins de Lièges, A Liège, 1600.

Histoire des papes, par André du Chesne, A Paris, 1626, in 4°, 2 vol.

Papirius Massonus, de Episcopis urbis, qui Romanam Ecclesiam rexerunt, A Paris, 1586.

Responsio ad Apologiam Cardinalis Bellarmini, per Lud. Eliensum [pseud. de Lancelot Andrewes], à Londres, 1610, in-4°.

De la puissance du pape, et des libertés de l’Eglise gallicane, par Marc Vulson, conseiller au Parlement du Dauphiné, A Genève, 1635, in-4°.

De concordia sacerdotii et imperii, seu de libertatibus Ecclesia gallicana, Auth. Petro de Marca, A Paris, 1641, in-4°.

Historia pontificiae jurisdictionis, & c par Michel Roussel, A Paris, 1625, in 4°.

Epistolarum Decretalium quae vetustissimis pontificibus Romanis tribuuntur, examen adversus Isidori Mercatoris figmenta, par David Blondellus, A Genève, 1635.

Compendium historiae francicarum, par Ferrand de Bez, A Paris, 1577, in 4°. [= In omnium Regum Franconiae et Franco-galliae res gestas… compendium…].

Virdunensis Episcopatus, Nicolai Bocherii, ad Judicis Rotae, A Verdun, 1592, in 4°. [Nicolas Boucher, évêque de Verdun].

L’ordre, formalité, et instruction judiciaire & c. par Ayrault, A Lion, 1642, 4°.

Livres in 8°.

Caroli Magni, et Ludovici Pii, capitula, sive leges ecclesiasticae, & c., A Paris, 1640. [= Karoli Magni et Ludovicii Pii Christianiss. Regum et Impp. Francorum Capitula… ab Ansegiso Abbate & Benedicto Levita collectae libris septem… Edition altera auctior ac emendatior, ex Bibliotheca Pithoeana].

Ivonis Episcopi Carnotensis Epistola, et cronicon de Regibus francorum, cum observationibus Franc. Jureti, Paris, 1610. [Yves de Chartres, Epistolae, commentaire de François Juret].

Fulberti Carnotensis Episcopi, opera varia, Paris, 1608. [Fulbert de Chartres].

Le Mars françois, ou de la guerre de France, par Alexandre Patrice Armacan ; qui est Jansenius, Evêque d’Ypres, 1637.

Vindiciae secundum Libertatem Ecclesiae gallicanae et Regii status gallo-francorum, par Mons. Servin, advocat général, Augustae Turonum, 1590.

De la grandeur de nos Rois, et de leur souveraine puissance, par Theophile Dujay [pseud. de Jérôme Bignon], A Paris, 1615.

Cronologie des Estats generaux par Jean Savaron, Paris, 1615.

De la souveraineté du Roy à Metz, & c., par Hersent, A Paris, 1632.

Arrest du parlement de Paris donné à la requeste du procureur général, contre Charles 2 Duc de Lorraine, 1er août 1412. A Paris, 1634. [par Jean Ier Juvénal des Ursins].

Question historique si les provinces de l’ancien Roiaume de Lorraine doivent être appelées terre de l’Empire, par Monsr. Le Febvre, A Paris, 1644. [Louis Chantereau Le Febvre]

Les curieuses singularités de France, par Du Fousteau, A Vendosme, 1631.

De sacrarum electionum jure, auth. Genebrardo, Paris, 1593. [Gilbert Genebrart].

Examen concordia anglicana, de primatu Ecclesia Regio, auth. Becano, Moguntiae, 1613. [Martin Becan].

Conseil sur le fait du concile de Trente, par Du Moulin, à Lyon, 1564.

Plusieurs autres discours d’Estat sur ce mesme concile, ramassés en un volume.

Moyens d’abus, entreprises, et nullités, de la bulle du pape Sixte 5 contre Henry 4, et le Prince de Condé, A Cologne, 1586.

Apologie catholique contre les libelles des Ligueurs, & a 1585.

L’origine des princes électeurs, & a par Jean Paul duc de Windech, a Lille, 1632.

Histoire de l’élection et couronnement du Roy des Romains, ou discours sur la bulle Dorée de l’Empereur Charles 4 par Canini, Paris, 1613.

Le Mercure d’Etat, ou recueil des divers discours d’Etat, A Genève, 1613.

Notilia Episcopatuum orbis christiani, Auberti Miraei, Antverpia, 1613.

De potestate episcoporum, abbatum, et abbatissimarum, auth. P. Steph. d’Alui, Paris, 1607. [Étienne d’Alvin].

In Carolum Molinaeum, pro pontificu maximo, & c. auth. Remundo Rufo [peut-être le pseudonyme de Pierre Grégoire], Paris, 1553.

Francisci Florenti, Dissertationes juris canonici, Paris, 1632.

Historia gallorum veterum, auth. Antonio Gosselino, Cadomi, 1636. [Antoine Gosselin]

Bibliothèque [des auteurs] qui ont écrit l’histoire et topographie de la France, par André du Chesne, Paris, 1627, in 8°.

Gregorii Turonensis, Historia francorum, libri decem, Basileae, 1568.

Adonis, Viennensis archiepiscopi, Cronicon, ab origine mundi ad sua tempora 1353, Basileae, 1568. [Se trouve dans le volume de Grégoire de Tours mentionné précédemment]

Annalium et historia Francorum […] ab ann. 708 ad 990. Ex Biblioth. P. Pithoei, Paris, 1588.

Les vies des papes, par Jean Bale anglais, A Genève, 1561, in 8°.

Ecclesiae gallicanae in schismate status, ex actis publicis, A Paris, 1594, in 8° [actes édités par Pierre Pithou]

Traité des diverses jurisdictions de France, par Charles Chappuzeau, A Paris, 1620, 8°.

Recueil de l’histoire des Francs, contenant les divers succès des armées de nos Rois, par Lamy, A Paris, 1646.

Le Thresor des historiens de France, par Gilles Corrozet, A Paris, 1603.

Theodorus Reinkingk, de Regimine ecclesiastico et saeculari, & c., Basileae, 1623.

La défence des puissances de la terre, par Antoine Le Clerc, A Paris, 1610.

De l’Etat et gouvernement de l’Eglise, & a, par Simon Vigor, A Trois, 1621.

Opus laudabilis et aureum, Viri Contii Cigauld, Lugduni, 1516. [Vincent Cigauld].

Facultatis, & bullae diversorum legatorum, 8°, 1 vol.

Traité sommaire de l’élection des papes, par monsieur Bignon, A Paris, 1605.

Lupoldus de Babenberg, et jure Regni, & imperii Romani, Basileae. [Lupold von Bebenburg].

Laurentius Valla, de falso nullita et emendita Constantini Donatione. Basileae.

La vie du pape Jules 2 grand ennemi de Louis 12 & c. 1615.

Discours politiques de l’Estat de Rome, anno 1626.

De la puissance ecclésiastique et politique, & a 1612. [Auteur : Edmond Richer].

De Ecclesiastica et politica potestate, auth. Andrea du Val, Paris, 1612.

Acta inter Bonifacium 8, Benedictum 11 et Clemente 5 et Philippum Pulchrum Regem, & c., 1614. [édités par Simon Vigor].

Marculfi monachi, Formulae, et authoris incerti, cum notis Hieron. Bignonii, Paris, 1623. [Marculfe édité par Jérôme Bignon].

Appendix Codicis Theodosiani, & a opera et studio Jacobi Sirmondi. Paris, 1631.

Ordre des Estats tenus à Tours, sous le Roy Charles 8 durant sa minorité, A Paris, 1614.

Joannis Corvini, Jurisprudentiae Romana, Amsterodami, 1644.

De Sacri Romani imperii circulis, auth. Joan. Angelio Werdonhagae, Amstelodami, 1636. [Johann Angelius von Werdenhagen].

Annexe : extraits du Traité politique (BnF, ms. fr. 15725)

F. 4 v°-5 v° : « […] ce que l’Église dans sa naissance donnait aux plus saints et aux plus parfaits pour récompenser leurs mérites, lui sert aujourd’hui d’un moyen pour assouvir son avarice et contenter son ambition déréglée. […] Les Papes qui sont les chefs de l’Église et les successeurs des Apôtres pour avoir soin de son administration ne sont pas entièrement exempts de cette maladie, pour au préjudice de leur ministère et de leur Institution s’être attaché beaucoup plus qu’ils ne devaient aux choses de la terre, et aux grandeurs de ce monde. Ils ne sont pas faits pour élever leur temporel en laissant diminuer la Religion au lieu de l’établir, et de la conserver. Leur autorité ne s’étend point sur les biens des chrétiens, mais sur leurs consciences seulement, et les premiers ne se mêlaient pas de gourmander les Rois ni de disposer de leurs États, mais bien de les admonester fraternellement, et de leur faire connaître leurs fautes, et leurs péchés sans songer à l’usurpation de leurs Royaumes, ni à faire rebeller leurs sujets pour contenter leurs passions. St Bernard qui ne peut être suspect dedans ses remontrances, non plus que dans ses sentiments écrivant au Pape Eugène 3, sur ce sujet, dit avec autant de vérité que de liberté, que sa dignité ne lui donne aucune emprise sur les hommes, mais un ministère chrétien, un office paternel, un soin rempli d’amour, et de charité, et un Gouvernement entièrement détaché des intérêts du monde, et des intrigues de la terre ; Et en lui faisant connaître la fin, et le but de son établissement, et quel doit être son ministère parmi les hommes, il dit avec un Esprit désintéressé ; Vobis ministerium impositum est, non Dominium datum.187 Et un peu après. Disce exemplo Prophetico praesidere, non tam ad imperitandum, quam ad factitandum quod tempus requirit ; disce sarculo tibi opus esse non sceptro, ut opus facias Propheta, et quidem ille non regnaturus ascendit, sed extirpaturus, Episcopi nomen, non Dominium, sed officium sonat ; Esto ut alia quacunque ratione haec tibi vindices, sed non Apostolico jure ; nec enim ille tibi dare potuit, quod non habuit. Quod habuit, hac dedit, solicitudinem ut dixi super Ecclesias, nunquid, et Dominationem. Audi ipsum non dominantes, ait, in clero, sed forma facti Gregis. Et ne dictum sola humilitate putes, et non veritate, Vox Domini est in Evangelio188 ; Reges gentium dominantur eorum189, et qui potestatem habent super eos Benefici vocantur, Vos autem non sic. »

F. 6 : « Les Écrits des Pères nous font voir comme le mot Pape se donnait indifféremment non pas seulement à tous les Évêques, mais aussi aux Prêtres, et aux clercs mêmes. […] Et si Grégoire 7 qui vivait environ l’an 1073 ne se l’eût réservé, et aux évêques de Rome ses successeurs à l’exclusion de tous les autres Ecclésiastiques, il serait encore commun dedans l’Église comme les fonctions qui sont restées à ceux qui n’ont perdu qu’un nom vain qui semble n’être plus destiné qu’au faste, et à l’ambition. […] Étant certain que dans les huit premiers siècles, et particulièrement dans la naissance du Christianisme, les Papes n’empruntaient ni les richesses, ni les noms pompeux et particuliers pour se faire distinguer du commun ; Ils tiraient cet avantage de leur vertu, et de leur vie exemplaire sachant bien qu’il n’y a que l’humilité, la modestie, et la charité qui lui puissent rendre agréables à Dieu, et considérables parmi les hommes les plus Religieux, et les plus remplis de probité, St Pierre qui a été le premier, et le plus parfait de tous, tenant ses instructions de la bouche même du fils de Dieu, ne travaillait qu’à la conquête des âmes, et non pas à celle de tant de Principautés terrestres. »

F. 15 : « Le Président Fauchet qui sans flatterie est reconnu pour un des historiens de France le plus exact et le plus approuvé et qui sans injustice ne peut passer pour ennemi de l’Église Romaine comme ses envieux tâchent de le persuader, pour détruire ses écrits et blâmer sa mémoire […] dit que St Jean Chrysostome soutient que personne ne peut être exempt de l’obéissance et sujétion que l’on doit aux puissances souveraines de la Terre, pas mêmes les papes étant certain que tous ceux qui ont été faits avant Nicolas I qui vivait en l’an 858 n’acceptaient point le papat sans le congé des Empereurs ou de leurs Commissaires, que s’ils l’avoient fait il s’en excusaient envers eux même depuis la renonciation qu’ils disent avoir été faite par Louis le Débonnaire, et laquelle ils n’ont oublié de mettre dans leur droit canon, distinct. 63 Cano. Ego Ludovicus quoi qu’on la puisse débattre de fausseté par cinq ou six exemples de nos propres Annales. »

F. 21 v°-22 r° : « Baronius qui ne peut souffrir toutes les choses qui semblent diminuer l’autorité indépendante et souveraine qu’il veut donner aux papes, après avoir invectivé contre ceux qui allèguent et qui rapportent ce canon [Gratien, dist. 63, c. 22] (annal tom. 9 anno 774), ex istis, dit-il, unus fuit Gratianus nimis credulus, qui improvide nimis Sigeberti imposturam suo libro decretorum inseruit ; puis venant à donner sur le pauvre moine Sigebert qui écrivait il y a plus de 450 ans, dit après l’avoir appelé imposteur, qu’étant hérétique et schismatique il a controuvé cette fable, et ce mensonge qui ne se peut pas soutenir, encore que Platine (Platina in Adriano 2) duquel il ne dit mot rapporte cette même chose, comme Sigebert et Gratian, sans spécifier non plus qu’eux que ce soit avec les Ambassadeurs de Louis le Débonnaire que ce différend arriva.

M’étonnant comme ce grand homme qui semble avoir eu la connaissance de tous les meilleurs historiens et des auteurs les plus rares et les plus célèbres qui soient dedans les Bibliothèques les plus recherchées ose entreprendre de ruiner une vérité si puissamment établie et si généralement reconnue, voulant absolument nier ce que les plus artificieux auraient peine de déguiser seulement, puisque les Papes mêmes s’étaient soumis de payer une somme notable de deniers aux Empereurs, lorsqu’ils se faisaient confirmer par eux, de quoi ils se sont tous acquittés ponctuellement tant qu’elle leur a été remise gratuitement et volontairement. Nous avons une ordonnance impériale de cela dans le droit écrit (authent. De sanctiss. Episcop. 55 si quis autem. Colatio 9 cap. 3), qui fait voir comme le pape donnait vingt livres d’or à l’Empereur lorsqu’ils faisaient confirmer son élection, et Onuphre dans ses notes sur Platine en la vie de Pélage 2 parlant de la confirmation que ce Pape prit de l’Empereur, atteste la même chose ».

F. 22 : « Baronius tout au commencement du 8. tome190 de ses Annales, dit qu’il est vrai qu’il ne monta pas sur la chaire Apostolique aussitôt qu’il fut élu Pape cela n’étant permis à cause que les Empereurs voulaient confirmer ce qui avait été usurpé par les Rois Ariens des Goths, savoir qu’auparavant de se mettre en possession ils étaient obligés de ce faire confirmer par l’Empereur, ou de lui payer une somme d’Argent pour ce droit, ce que ce grand saint déplore en ses commentaires sur le quatrième psaume pénitencier où il baptise cette redevance du nom d’hérésie, de Simonie, ou de Tyrannie […]. Ne sachant comment l’on peut justement appeler tyrannie les droits acquis à la couronne, ou qui s’y trouvent attachés par le consentement volontaire de ceux qui n’ont jamais fait aucune difficulté de les payer, pour s’y être soumis d’eux-mêmes sans aucune force ni contrainte. Quelle violence a un Pape qui se dit le serviteur des serviteurs, de reconnaître le premier Monarque du monde, ou de lui payer quelque petite redevance temporelle il ne lui donne pas pour acheter la Papauté mais seulement pour faire voir qu’étant citoyen de l’Empire, ou que jouissant de quantité de terres ou de seigneuries qui en relèvent, il faut qu’il s’acquitte d’un devoir dont personne ne peut légitimement s’exempter, à moins que de partager la souveraineté ».

F. 34 : « Le Président Fauchet qui n’est pas moins bon catholique qu’historien excellent et très exact, dit sur ce sujet (des antiquitez francoises liv. 8 chap. 3) que ceux qui soutiennent que ce Roy se déporta des droits accordés à Charlemagne son père, sans autrement les éclaircir, devinent que ce fut de la seule élection, et que le contraire se voit aux suivantes qui se firent, de sorte qu’il faut que cette renonciation ait été pour quelque droit de domaine ou de justice, encor que je crois que nos Rois retinrent pareil droit que les Empereurs de Constantinople soulaient avoir, lesquels confirmaient les élections des papes comme il se voit en la vie du pape Grégoire premier, aussi la chronique de Cassin se contente de dire que Louis le Débonnaire à l’exemple de Pépin et de Charlemagne ses prédécesseurs donne une confirmation à saint Pierre et à Paschal premier son vicaire ; et pour montrer que l’autorité des Empereurs était en toutes choses respectées à Rome, les Papes mêmes cotaient les temps de leurs Bulles et autres lettres par les années de l’Empereur, disant, Imperante Domino nostro Carolo ou Ludovico & c. jusqu’à ce que Charles le Chauve eût renoncé à cette prérogative de confirmation d’élection. »

F. 81 r°-82 v° : « Alcuin précepteur du grand Charlemagne également bon politique, et bon religieux, dit en peu de mots écrivant au roi Edilredo, que, Episcoporum et Monasteria corrigere contre les exemptions prétendues des Moines, servorum Dei vitam disponere, Populum Dei verbum praedicare, et diligenter plebem erudire subjectam ; ce qui ressent encore quelque chose de la pureté, et de la perfection de la primitive Église, où les Évêchés n’étaient qu’un acheminement au martyr, et aux couronnes de gloire, et non pas à celles de la terre ; ce qui a fait dire à quelques Pères de l’Église expliquant ces paroles de st Paul ; qui Episcopatum desiderat, bonum opus desiderat, arduum opus, hoc est martyrium desiderat, susceptio enim tunc Episcopatus, erat prima ad extremum Agonem dispositio, martyrij praeparatio, et certa cruentae mortis expectatio (Du Saussay de mistic. Galliae scriptoribus f. 1081). […] l’histoire ecclésiastique et temporelle, les lois civiles et canoniques nous apprennent par une infinité de titres authentiques, et qui ne reçoivent aucun doute que les gens d’Église n’étaient qu’arbitres, et amiables compositeurs, volontairement choisis par les parties, et dont il y avait appel pardevant les juges laïcs ordinaires qui seuls avaient la justice coactive en main, voir même l’exécution des compromis, et des sentences arbitrales qui avaient été données par les prélats, ou autres ecclésiastiques. Le cardinal Baronius qui n’a rien oublié pour tâcher d’expliquer toutes sortes de choses en faveur des gens d’Église, et au détriment de l’autorité des princes temporels, n’a pu tellement déguiser ses raisons qu’il ne nous ait laissées dans les annales qu’il a fait imprimer à Rome (tom. I ann. 57 num. 38 et 40) qu’il est vrai que Duplici, ex causa contingebat Episcopos causas populi cognoscere ac judicare vel cum dissidentibus inter se partibus, Arbitri essent electi vel ut malè a saecularibus judicibus, judicata retractarent vel rescinderent ; extant de utroque exempla in Ambrosio, qui de causa ex consensu partium sibi delata haec ait (s. Ambros. Epist. 49 ad Maroel.), nam cum ipse arguerem quod adhuc inter vos maneret veternosum jurgium cognoscendi mihi necessitatem partes imposuerunt rursum vero Magistratuum prava Judicia imo et quae Imperatorum injusto essent firmata rescripto, se irritasse testatur lib. 2 officio cap. 29.

Voilà comment l’Annaliste des Papes demeure d’accord que les ecclésiastiques n’avaient anciennement aucune juridiction que la volontaire, et celle que la voie d’arbitres, et d’amiables compositeurs leur donnait m’étonnant qu’un si grand homme a qui la vérité doit être si chère nous veuille persuader sous le nom de st Ambroise que les évêques étaient si puissants de ce temps-là, et qu’ils avaient tant d’autorité, qu’ils pouvaient réformer les sentences et les jugements qui étaient données non seulement par les juges souverains mais encore par les empereurs mêmes, pensée qui n’entra jamais dedans l’esprit de ce grand Archevêque, comme on peut voir dans le lieu allégué de ses offices qui contient une grande exhortation pour l’appui et la protection que l’on doit aux veuves et aux orphelins (st Ambroise officio. lib. 2 cap. 29), Egregiè hino vestrum enistescit ministerium si suscepta impressio potentis quam vel vidua, vel orphani tolerare, nori queant, Ecclesiae subsidio cohibeatur ; si ostendatis plus apud vos mandatum Domini, quam Divitis valere gratiam, ministris ipsi quoties adversus Regales impetus pro viduarum, imo omnium depositis certamen subierimus. »

F. 95 : « le pape certainement n’a et ne doit avoir aucune puissance temporelle, que celle qu’il a comme seigneur particulier sur les terres et principautés que les Rois de France ont libéralement données et religieusement conservées à l’Église de Rome dont il est le chef. Nous savons qu’il y a trois sortes de puissances qui toutes sont légitimes, encore qu’elles procèdent de divers droits, et qu’elles soient absolument différentes. L’une est la primauté qui est de droit divin immuable, l’autre est de droit Ecclésiastique et canonique qui consiste au pouvoir et privilèges que les Conciles, les Pères, et la coutume immémoriale ont attribué aux successeurs de Saint Pierre, et comme cette puissance est établie par le seul consentement de ceux qui composent le corps universel de l’Église, aussi doit-elle être réglée et limitée par les canons Ecclésiastiques, autrement on en peut appeler au concile, qui est le souverain tribunal de l’Église supérieur du Pape, ou bien comme d’abus par-devant les Magistrats politiques exécuteurs et protecteurs des saints canons, de la Discipline, et Liberté Ecclésiastique. La troisième espèce de puissance est la civile laquelle lui appartient comme Prince spirituel et souverain dans les terres et le patrimoine de St Pierre, où il a le droit des gens comme les autres Princes. Que si quelques-uns sous prétexte de la puissance spirituelle ont voulu accroître leur autorité temporelle au préjudice de celle des Rois et des autres souverains s’arrogeant le pouvoir sur les personnes, et voulant disposer de leurs sceptres et de leurs couronnes, on ne les a plus considérés comme les successeurs de St Pierre qui jamais ne s’attribuent cette tyrannie, mais seulement comme des autres Césars qui pour se rendre plus vénérables, ont voulu joindre la qualité de grand Pontife à celle d’Empereur afin que leurs commandements fussent reçus comme procédant non seulement d’un pouvoir public, mais aussi d’une puissance Ecclésiastique pour obliger les consciences, aussi bien que les corps et les Esprits. C’est pourquoi on leur a résisté comme à des Princes temporels qui veulent envahir les Etats d’autrui, et qui veulent donner la loi à ceux qui ne leurs sont point sujets, au lieu de les obéir comme chefs de l’Eglise, Pères communs des Chrétiens, et Directeurs de la Religion et des choses qui la regardent. »

Notes

1 Jean-Louis Quantin, « Baronius et les sources d’au-delà des monts : la contribution française aux Annales », Baronio e le sue fonti, éd. Luigi Gulia, Sora, Centro di Studi Sorani « Vincenzo Patriarca », 2009, p. 53-101, notamment p. 100 : « La documentation des Annales mit, pendant tout le xviie siècle et au-delà, l’ouvrage hors de pair », et p. 101 : « On dirait volontiers […] que, pour les érudits gallicans, Baronius, malgré son ecclésiologie trop curiale et les insuffisances de sa critique, demeura toujours le père ».

2 Voir José L. de Orella y Unzue, Respuestas católicas a las centurias de Magdeburgo (1559-1588), Madrid, Fundación universitaria española, 1976. Sur Baronius : Cyriac K. Pullapilly, Caesar Baronius. Counter-Reformation Historian, Notre Dame (Ind.), Notre Dame University Press, 1975 ; Romeo di Maio, Luigi Gulia, Aldo Mazzacane (dir.), Baronio storico e la Controriforma, Sora, Centro di Studi Sorani « Vincenzo Patriarca », 1982 ; Stefano Zen, Baronio storico : controriforma e crisi del metodo umanistico, Napoli, Vivarium, 1994.

3 Paris, BnF, ms. fr. 15725. Je me concentre sur cette rédaction, sans prendre en compte des brouillons intermédiaires (ms. fr. 15720, daté de 1645 ; ms. fr. 15726, daté de 1645-1646), et l’autre version de 1647-1648 dédiée au chancelier Séguier (ms. fr. 17617) qui comporte les livres ii et iii concernant la monarchie française.

4 Sur Fouquet : Daniel Dessert, Fouquet, Paris, Fayard, 1987.

5 Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Richelieu et la Lorraine, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 142, voir aussi Richard Bonney, Political Change in France under Richelieu and Mazarin : 1624-1661, Oxford, Oxford University Press, 1978 ; Françoise Hildesheimer, La double mort du roi Louis XIII, Paris, Flammarion, 2007.

6 Raymond Céleste, Louis Machon, apologiste de Machiavel et de la politique de Richelieu. Nouvelles recherches sur sa vie et ses œuvres (1600-1672), Bordeaux, Gounouilhou, 1883, p. 5 et 7. Pour des compléments bibliographiques, voir Frédéric Gabriel, « Machon, Louis », Dictionary of Seventeenth-Century French Philosophers, dir. Luc Foisneau, Bristol, Thoemmes Press, London-New-York, Continuum, 2008, p. 782-784.

7 Jérôme Delatour, Les frères Dupuy (1582-1656), thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe (Paris, École nationale des chartes, 1996), t. ii, p. 301-302. René Taveneaux fait remarquer que ces Trois Évêchés sont des « vestiges des comtés ecclésiastiques du Saint-Empire », et que le terme d’évêché est à prendre au sens de l’ancien temporel ecclésiastique : René Taveneaux, Le jansénisme en Lorraine, 1640-1789, Paris, Vrin, 1960, p. 54. Dans les fonds de Pierre Dupuy comme de Théodore Godefroy (à la bibliothèque de l’Institut), de très nombreuses pièces témoignent de cet intérêt de longue haleine pour la Lorraine (par exemple BnF, ms. fr. 18897). Une partie des conclusions a été publiée dans un volume de Dupuy et Godefroy : Traitez touchant les droits du roy tres-chrestien sur plusieurs Estats et seigneuries possedées par divers princes voisins… Usurpations faites sur les Trois Eveschez Metz, Toul & Verdun…, Paris, Augustin Courbé, 1655. Voir aussi Le cardinal de Richelieu à la conquête de la Lorraine. Correspondance, 1633, textes établis, présentés et annotés par Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 12 : « Pour pallier la vulnérabilité des limites septentrionales et orientales du royaume, le cardinal de Richelieu, dès 1625, envisage des acquisitions dans les territoires de Metz, Toul et Verdun ».

8 Benoît Picart, Histoire ecclésiastique et politique de la ville et du diocèse de Toul, Toul, Alexis Laurent, 1707, p. 694-695.

9 Eugène Martin, Histoire des diocèses de Toul, de Nancy et de Saint-Dié…, t. ii, Nancy, Crépin-Leblond, 1901, p. 189.

10 Christophe Blanquie, Un magistrat à l’âge baroque : Scipion Dupleix, 1569-1661, Paris, Publisud, 2008, p. 93.

11 Marie-Catherine Vignal Souleyreau, Richelieu et la Lorraine, p. 136 : « Le pape, jusque-là, n’accordait en effet ses bulles de nomination à l’évêché de Toul que selon l’élection et le choix que lui soumettaient les chanoines, eux-mêmes n’agissant qu’après les vœux émis par le duc de Lorraine. Jusqu’en 1634, l’intérêt des chanoines est de soutenir la position d’Urbain VIII ».

12 Benoît Picart, Histoire ecclésiastique et politique de la ville et du diocèse de Toul, p. 697- 699.

13 Eugène Martin, Histoire des diocèses de Toul…, p. 207-208. Sur le concordat, voir Pierre Blet, « Le concordat de Bologne et la réforme tridentine », Gregorianum, t. 45/2, 1964, p. 241-279.

14 Henry Bogdan, La Lorraine des ducs. Sept siècles d’histoire, Paris, Perrin, 2005, p. 169.

15 Gustave Fagniez, recension d’Auguste Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche de 1631 à 1635, dans la Revue d’histoire de l’Église de France, vol. 6, n° 32, 1920, p. 350-358, ici p. 357.

16 Auguste Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la Maison d’Autriche de 1631 à 1635, Paris-Lille, Champion-Giard, 1919 ; Jean Orcibal, Les Origines du jansénisme, III : Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran et son temps (1581-1638), appendices, bibliographie et tables, Paris, Vrin, 1948, p. 112-113 ; et, plus succinct : Françoise Hildesheimer, Richelieu, Paris, Flammarion, 2004, p. 440. Voir aussi Jean Tournyol du Clos, Les amortissements de la propriété ecclésiastique sous Louis XIII (1639-1640), Paris, Giard & Brière 1912, p. 193 : « On connaît les démêlés de Richelieu avec le Saint-Siège. Le principal (mais non le seul) motif en était absolument personnel au cardinal. Celui-ci, hanté par la crainte d’une disgrâce, s’était vu refuser par Urbain VIII les dignités sur lesquelles il comptait pour se prémunir contre un tel accident. Il avait jeté les yeux sur l’électorat de Trèves comme sur un refuge souverain contre tous les revers de la fortune ; il n’en put obtenir la coadjutorerie. »

17 Jean Orcibal cite Machon dans le cadre de la raison d’État pratiquée par Richelieu : Jean Orcibal, Les Origines du jansénisme, II : Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran et son temps (1581-1638), Paris, Vrin, 1947, p. 490, n. 6. Machon a en effet rédigé une Apologie pour Machiavel dont nous ne traitons pas ici, puisqu’elle a été parfaitement étudiée par Jean-Pierre Cavaillé, Louis Machon, une apologie pour Machiavel, Badia Fiesolana, San Domenico, European University Institute (Florence), 1998 ; Id., Dis/simulations : Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto. Religion, morale et politique au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2002 ; Id., « Autopsie d’une non-publication : Louis Machon (1603-après 1672) », Christian Jouhaud et Alain Viala (éd.), De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Albin Michel, 2002, p. 93-109. Voir dernièrement Fabio Martelli, Estetica del colpo di Stato. Teologia e politica nella Francia di Richelieu, Milano, Mimesis, 2008, chap. ii.

18 Raymond Céleste, Louis Machon… Nouvelles recherches, p. 7-8.

19 Traitté des droicts du Roy tant anciens que modernes sur les Estats du duc de Lorraine avec le desnombrement des villes, chasteaux, villages et aultres lieux et raretés du pays ; mentionné dans [Melchisedeck Thévenot], Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de defunt Mgr le chancelier Séguier, Paris, 1686, p. 76. Voir Céleste Raymond, Louis Machon, apologiste de Machiavel et de la politique du cardinal de Richelieu. Recherches sur sa vie et ses œuvres (1600-1672), Bordeaux, Gounouilhou, 1882, p. 8-11 ; Raymond Céleste, Louis Machon… Nouvelles recherches, p. 8. Sur Séguier, voir René Kerviler, Le chancelier Pierre Séguier, second protecteur de l’Académie française, Paris, Didier et Cie, 1875.

20 Relatione della nuntiatura di Francia di Mons. Scotti vescovo del Borgo S. Donino…, publiée par Pierre Blet, Correspondance du nonce en France Ranuccio Scotti (1639-1641), Rome-Paris, Presses de l’université Grégorienne-E. de Boccard, (Acta nuntiaturae Gallicae 5), 1965, p. 590.

21 Declaration du Roy Louys XIII pour la levée, & perception des droicts d’admortissement. Faite à sainct Germain en Laye, le 19 avril 1639, dans : Les Edicts et ordonnances des tres-chrestiens Roys : François I, Henry II, François II, Charles IX, Henry III, Henry IV, Louis XIII et Louis XIV… par Mes Pierre Neron et Estienne Girard, Advocats en Parlement, Paris, André Soubron, 1656, second livre, p. 573-576, ici p. 573. Sur Bullion, voir Orest Ranum, Les Créatures de Richelieu. Secrétaires d’État et Surintendants des Finances 1635-1642, trad. de l’anglais par Simonne Guenée, Paris, E. Pedone, Bibliothèque de la Revue d’histoire diplomatique, 1966.

22 Voir Jean Tournyol du Clos, Les amortissements de la propriété ecclésiastique sous Louis XIII (1639-1640), Paris, Giard & Brière 1912 ; Claude Michaud, L’Église et l’argent sous l’ancien régime. Les receveurs généraux du clergé de France aux xvie et xviie siècles, Paris, Fayard, 1991, p. 244-253 ; et sur le contexte économique : Richard Bonney, The King’s Debts. Finance and Politics in France 1589-1661, Oxford, Clarendon Press, 1981, chap. iv.

23 Jean Tournyol du Clos, Les amortissements, p. 40.

24 Pierre Blet, Le clergé de France et la monarchie. Étude sur les assemblées générales du clergé de 1614 à 1666, t. i, Rome, Librairie éditrice de l’université grégorienne (« Analecta Gregoriana »), 1959, p. 491, et plus largement P. Blet, Richelieu et l’Église, Versailles, Via Romana, 2007.

25 Autre Declaration dudit Sieur Roy, portant revocation des admortissemens, moyennant les quatre millions cinq cens mil livres, accordez au Roy par le Clergé de France. Faite à Rheims le 24 juillet 1641, dans : Les Edicts et ordonnances des tres-chrestiens Roys, p. 608- 609. Sur l’assemblée : Jean Tournyol du Clos, Les amortissements, p. 7 : « À grand peine Richelieu permit enfin la réunion d’une assemblée générale du clergé. Celle-ci se tint à Mantes en 1641 ; fait unique dans l’histoire de France, elle fut violentée par l’expulsion des principaux opposants, deux archevêques et quatre évêques. ». Voir aussi Pierre Blet, Le clergé de France et la monarchie, p. 478-491, repris par Roland Mousnier, L’homme rouge ou la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, Robert Laffont, 1992, p. 725-729.

26 Optati Galli de cavendo schismate. Ad Illustrissimos ac Reverendissimos Ecclesiae Gallicanae Primates, Archiepiscopos, Episcopos, liber paraeneticus, s. l., s. n., 1640, plaquette de 40 p.

27 Sur l’Optatus, voir Jean Tournyol du Clos, Les amortissements, p. 193-202 ; et surtout Jean Orcibal, Les Origines du jansénisme, III : Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran et son temps (1581-1638), appendices, bibliographie et tables, Paris, Vrin, 1948, appendice iv.

28 Pierre Blet (éd.), Correspondance du nonce en France Ranuccio Scotti, p. 275, 281, 283, 318, 327, 341, 470, 489.

29 De concordia Sacerdotii et Imperii seu de libertatibus Ecclesiae Gallicane. Dissertationum libri quatuor. Auctore Petro de Marca, Ordinario Consistorij sacri Consiliario, & in supremo Navarrae Senatu Praeside, tomus primus, Parisiis, Sumptibus Viduae Joannes Camusat, 1641, p. 2-3. Le volume est mis à l’Index par un décret du 7 avril 1642.

30 Paris, BnF, ms. fr. 15725, par exemple f°42v°, 48v°, 52r°, 53r°, 54r°, 97v°, 110v°, 151r°.

31 Voir encore Pierre de Marca, De concordia…, f°9v°, 13r°.

32 Sur cet arrière-plan, voir Élection, Loi et communauté : de l’Alliance à la cité chrétienne, fascicule 2 de la Revue de l’Histoire des Religions, avril-juin 2012.

33 Paris, BnF, ms. fr. 15725 : Louis Machon, Traité politique des differens ecclésiastiques arrivez depuis le commencement de la monarchie jusques a présent tant entre les papes, et les Rois de France que le clergé de leur Royaume, f°3v°. Désormais abrégé TP. Devant les nombreuses variantes notamment orthographiques du manuscrit, j’ai pris le parti d’une transcription modernisée.

34 TP, f°4r°.

35 TP, f°7r°.

36 TP, f°46v°.

37 TP, f°46v°.

38 TP, f°7v°.

39 TP, f°5r°.

40 TP, f°5r°.

41 TP, f°5r°.

42 TP, f°5v°, f°97v° citant l’édition de Gérard Vossius dédiée à Clément VIII : S. Bernardi Abbatis Claraevallis, De consideratione ad Eugenium papam tertium… diligentia R. D. Doct. Gerardi Vossii…, Romae, Ex typographia Gugliemi Faciotti, 1594, liv. ii, chap. 5, p. 49 : « Forma apostolica haec est : dominatio interdicitur : indicitur ministratio. » Les critiques de Rome ne manquent jamais de rappeler cette maxime. Voir par exemple Anthony N. S. Lane, John Calvin Student of Church Fathers, Edinburgh, T & T Clark, 1999, p. 109. D’une manière générale, le De consideratione est très couramment utilisé dans les discussions des xve-xviie siècles au sujet de la papauté.

43 TP, f°5v°.

44 Cf. TP, f°81r° citant Alcuin sur les fonctions de l’office spirituel : « servorum Dei vitam disponere, populum Dei verbum praedicare, et diligenter plebem erudire subjectam », Machon ajoutant : « ce qui ressent encore quelque chose de la pureté, et de la perfection de la primitive Église ».

45 Sur les procédés d’imitation, je me permets de renvoyer à Frédéric Gabriel, « Collectionner les saints : hagiographie, identité et compilation dans les collections non-bollandistes (XVIe-XVIIe s.) », French Studies, vol. lxv, n° 3, édité par Wendy Ayres-Bennett et Catherine Volpilhac-Auger, 2011, p. 327-336.

46 TP, f°6v°.

47 TP, f°46v°.

48 TP, f°97v°.

49 TP, f°13v°.

50 TP, f°13v°.

51 TP, f°14r°.

52 TP, f°14r°.

53 Cf. TP, f°39 : « Platine qui était secrétaire des papes de son temps, et gardien de leurs chartes et de leurs cartulaires les plus importants, n’est pas moins croyable que ceux qui croient l’avoir assez réfuté pour dire seulement qu’ils ne sont pas de son avis, comme si un particulier mal instruit et mal informé pouvait acquérir plus de créance ».

54 Stefan Bauer, The Censorship and Fortuna of Platina’s Livres of the Popes in the Sixteenth Century, Turnhout, Brepols, 2006 ; Alain Tallon, « L’histoire ‘officielle’ de la papauté du XVe au XVIIe siècle, les Vitae pontificum romanorum de Platina, Panvinio, Ciaconius : critique et apologétique », dans François Bougard, Michel Sot (éd.), Liber, Gesta, histoire. Écrire l’histoire des évêques et des papes, de l’Antiquité au xxie siècle, Turnhout, Brepols, 2009, p. 199-213.

55 TP, f°14v°.

56 TP, f°15v°. Sur Vigile, voir Claire Sotinel, « Autorité pontificale et pouvoir impérial sous le règne de Justinien : le pape Vigile », Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, t. 104, n° 1, 1992, p. 439-463.

57 TP, f°22r°. Authenticae, collatio IX, tit. VI, novella 123, dans : Codicis Iustiniani… notis Dionysii Gothofredi… additis etiam Authenticis seu novellis…, t. ii, Lutetiae Parisiorum, Ex Typographia Antonij Vitray, 1628, partie II, col. 485.

58 TP, f°22v° : « Ne sachant comment l’on peut justement appeler tyrannie les droits acquis à la couronne, ou qui s’y trouvent attachés par le consentement volontaire de ceux qui n’ont jamais fait aucune difficulté de les payer, pour s’y être soumis d’eux-mêmes sans aucune force ni contrainte. Quelle violence a un pape qui se dit le serviteur des serviteurs, de reconnaître le premier monarque du monde, ou de lui payer quelque petite redevance temporelle, il ne lui donne pas pour acheter la papauté mais seulement pour faire quoi qu’étant citoyen de l’Empire, ou que jouissant de quantité de terres ou de seigneuries qui en relèvent, il faut qu’il s’acquitte d’un devoir dont personne ne peut légitimement s’exempter, à moins que de partager la souveraineté. »

59 Pour autant, le plan de l’ouvrage n’apparaît pas comme un modèle dialectique ou historique. Gageons que sa construction inchoative n’est peut-être pas non plus pour rien dans sa non publication.

60 TP, f°22. Au f°24r°, plusieurs vies de Platina servent à prouver la même pratique.

61 TP, f°30r°-31r°.

62 Sur cet historien, voir Emmanuel Bury, « Le “Père de l’Histoire de France” : André Duchesne (1584-1640) », Littératures classiques, n° 30 : « L’Histoire au xviie siècle », dirigé par Suzanne Guellouz, printemps 1997, p. 121-131.

63 TP, f°16r°. Un épisode similaire apparaît au f°38v°, quand Machon reprend des Annales de France de Belleforest (liv. 3, chap. 7) la libération par Henri III de Rome divisée par trois antipapes : « il fit jurer aux Romains de ne plus entreprendre l’élection d’aucun pape sans le consentement de l’empereur, ce qu’ils observèrent si religieusement que ce pape étant mort en l’an mille quarante huit, ils lui subrogèrent Damase second qui ne tient le siège que vingt-trois jours, or comme ils n’osaient en élire un autre sans la permission de l’empereur, il leur envoya l’évêque de Toul, Allemand de nation, lequel fut appelé Léon IX. »

64 TP, f°17v°, renvoyant au dixième tome des Annales, à l’année 963.

65 TP, f°16. Machon utilise sans doute le Fasciculus temporum de Rolewinck.

66 TP, f°38v°-39r°.

67 TP, f°39r°.

68 Voir déjà TP, f°15v°. Sur cette distinction, voir Jean Gaudemet, avec la collaboration de Jacques Dubois, André Duval, Jacques Champagne, Les Élections dans l’Église latine des origines au xvie siècle, Paris, Éditions Fernand Lanore, 1979.

69 TP, f°18r°. C’est bien sûr Baronius qui est directement visé : voir notamment f°17r°, 18v°, 30v°.

70 TP, f°18r°.

71 TP, f°18.

72 TP, f°19v° ; de même f°70r°.

73 TP, f°20r°. En manchette : « Bellefortest, Annal. de France, liv. 2 chap. 7. Baron. Annal. tom. 9 ann. 772, 773 & 77. Dupleix hist. de France tom. I en la vie de Charlemagne ».

74 Plus loin, Machon insiste pour opposer les deux plans : malgré toutes ces donations, Charlemagne conserve le droit de confirmer les élections pontificales (TP, f°70r°).

75 TP, f°20. Les termes du canon sont d’ailleurs plus marqués que ce qu’en tire Machon. Jean Gaudemet signale que « ce texte provient du continuateur de la chronique de Sigebert de Gembloux » composée au milieu du xiie siècle (Jean Gaudemet et alii, Les Élections…, p. 144, n. 103). Machon évoque la chronique de Sigebert en lui attribuant directement la narration de cet épisode.

76 TP, f°20r° ; pour Platina, f°21v°. Sur Sigonio : William Mccuaig, Carlo Sigonio. The Changing World of the Renaissance, Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1989 ; Paolo Prodi, « Vecchi appunti e nuove riflessioni su Carlo Sigonio », in Massimo Firpo (dir.), « Nunc alia tempora, alii mores » : Storici e storia in età postridentina, Firenze, Leo S. Olschki, 2005, p. 291-310.

77 TP, f°20v°.

78 TP, f°31r°, de même f°120r°.

79 TP, f°31v°, et 32r° : « Nos propres historiens qui sont toujours suspects aux Italiens même lorsqu’ils les flattent, leurs en donnent ici davantage qu’ils ne doivent et qu’il n’en est, ne pouvant m’imaginer quel motif a fait dire à Belleforest (annales de France, livre 2 chap. 7) que Louis le Débonnaire consciencieusement et certes en homme de bien rendit ce droit au clergé. » Les mêmes conflits historiographiques réapparaissent avec le fils de Louis, Clothaire qui, selon Baronius, ne jouit pas de ce droit : TP, f°37v°.

80 TP, f°32. Aujourd’hui, ce canon est considéré comme un faux probablement composé au xie siècle : J. Gaudemet et alii, Les Élections…, p. 148, n. 118.

81 TP, f°34v°. Machon renvoie aux Antiquités françaises, liv. 8, chap. 8. Au f°34r°, il précise déjà : « Le Président Fauchet qui n’est pas moins bon catholique qu’historien excellent et très exact ». Fauchet a notamment été attaqué par Scipion Dupleix, Histoire générale de France avec l’état de l’Église et de l’Empire, t. i, Paris, Claude Sonnius, 1634, f°4v° : « Mais ce qui est le plus à blasmer en lui, c’est la passion dereglée qu’il tesmoigne à tous propos & sans propos à l’encontre du saint-Siege & toute sorte d’Ecclesiastiques : dont il est si aveuglé qu’il tombe souvent aux mesmes erreurs que les heretiques & schismatiques pour s’estre servi de leurs maximes & memoires. » Sur la succession de Charlemagne, voir également TP, f°120r° : « on voit clairement comme l’empereur n’avait pas seulement droit sur l’élection des papes, mais aussi sur la police de la ville de Rome ».

82 TP, f°34v°, voir aussi f°46v°. Cf. f°123r° : « N’y ayant rien de si généralement confessé dans toute l’histoire, sinon que la ville de Rome et presque toute l’Italie appartient à l’empereur et relève de sa souveraineté et de son Empire, ce que nous avons assez pleinement justifié ci-dessus faisant voir que les empereurs français après les empereurs grecs, en ont toujours conservé la possession ».

83 TP, f°29v°.

84 TP, f°39v°, thèse réaffirmée à la fin de ce second chapitre, f°43v°.

85 Voir aussi TP, f°105r°, cf. 108v° : « les princes souverains et leurs officiers ont embrassé la loi évangélique », et f°135r° sur Charlemagne comme protecteur de l’Église.

86 TP, f°4v°.

87 TP, f°53r°, qui fait découler la supériorité du concile du danger de confier toute l’Église à un seul homme.

88 TP, f°41v°-42r°.

89 TP, f°46v°.

90 TP, f°44r°.

91 TP, f°43v°.

92 TP, f°95, et 71v°.

93 TP, f°104v°, et avant lui, dans un volume emblématique : De unitate Ecclesiae conservanda, et schismate, quod fuit inter Henricum IV Imp. Rom. & Gregorium VII Pont. Maxim., dans : Sylloge historico-politico-ecclesiastica, Hoc est : variorum auctorum, superioribus seculis aliquot qui vixerunt, de discrimine potestatis imperialis et ecclesiasticae, imperialisque praeeminenti Iurisdictione & auctoritate : de Imperij Romani ad Germanos translatione : de Iuribus regni & Imperij ; de Commentitia Constantini donatione, & c. Tractatus aliquot : quorum catalogum cum temporis, quo singuli scripti sunt, adnotatione, pagina aversa monstrat, collecti & coniunctim editi : à Simone Chardio…, Argentorati, Sumptibus Haeredum Latzari Zetzneri, 1618, p. 28 : « Sicut scribit Gelasius papa : Duo sunt quibus principaliter mundus hic regitur : authoritas sacrata pontificum, & regalis potestas ».

94 TP, f°76r°. Avec Pierre d’Ailly, Jean Gerson et Jacques Almain, Jean Mair fait partie du quatuor des grands théologiens de Sorbonne considérés comme tutélaires par les gallicans des xvie-xviiie siècles.

95 Pour l’édition critique de ce texte, voir Robert W. Dyson (éd.), Quaestio de Potestate Papae (Rex Pacificus), Lewiston-Queenston-Lampeter, The Edwin Mellen Press, 1999. Sur cette querelle, outre les travaux classiques de Jean Rivière, Le problème de l’Église et de l’État au temps de Philippe le Bel : étude de théologie positive, Louvain-Paris, Spicilegium Sacrum Lovaniense-Honoré Champion, 1926 ; et de Victor Martin, Les origines du gallicanisme, 2 vols., Paris, Bloud & Gay, 1939 ; voir Fabien Pasquet, Un exemple historique au service du gallicanisme : la lutte entre Philippe le Bel et Boniface VIII, mémoire de maîtrise soutenu sous la direction de Gérald Chaix, Université de Tours-CESR, 1999 ; Gianluca Briguglia, Claudio Fiocchi, Stefano Simonetta, Filippo il Bello e Bonifacio VIII : scritti politici di una disputa, Bergamo, Lubrina, 2002 ; Gianluca Briguglia, La questione del potere. Teologia e teoria politica nella disputa tra Bonifacio VIII e Filippo il Bello, Milano, Franco Angeli, 2010.

96 TP, f°76v°.

97 TP, f°76v°-77r° : « Jurisdictio autem temporalis totaliter fuit in Moise, et hoc patet ex nomine officij sui Dux enim secundum Isidorum, est officium saeculare. […] Idem etiam patet ex commissione facta ipsi Moisi ; Dominus enim sibi commisit divisionem hereditatum, et possessionum inter filios Israel, divisio autem haereditatum pertinet ad jurisdictionem temporalem ». Cf. f°82v° : « Baronius produit l’arrêt de sa condamnation, quand pour favoriser son parti il rapporte tout au long l’autorité du nouveau chrétien Synésius (epistol. 47 contra Andronicum) qui parlant nettement de toutes ces choses les distingue de la sorte, priscum saeculum eosdem tulit sacerdotes, et judices nam et Aegyptij, et Hebreorum gens multo tempore sacerdotes greges habuerunt ; Deinde cum divinum opus humano modo perageretur, seiunxit Deus vitae conditiones et alius sacerdos, alius Dux effectus est ».

98 TP, f°77r° : « vocabat Moisem Dominum suum ». Voir aussi f°149r°, où Bellarmin, avant de parler de Moïse dans l’Exode « avoue […] que la prêtrise était attachée à la royauté, et non la royauté à la prêtrise » ; version de la fameuse phrase d’Optat de Milève (Contra Parmenianum, iii, 3, 5) citée juste après, f°150v° : « l’Église est dans l’État et non pas l’État dans l’Église ». Le latin parle de « respublica », et f°151r° on lit que le pape et les évêques sont « membres et sujets de la République ».

99 TP, f°151r° : « puisque le fils de Dieu a disjoint le sacerdoce d’avec le royauté et qu’il a borné les fonctions des uns et des autres, tant par ses propres ordonnances, que par celles de son Église légitimement assemblée, il faut que chacun s’en tienne aux termes de son devoir, et qu’il pratique ce qui lui est proposé par des Bouches qui ne leurs peuvent être suspectes et qui portent la vérité dans leurs paroles aussi bien que la nécessité de les croire et d’y référer. »

100 Notamment TP, f°40r°. Contre la Chronologia de Génébrard, voir TP, f°37r°.

101 TP, f°71v°.

102 TP, f°53v°. Voir aussi le « pape Honorius qui fomentait l’hérésie des monothélites, n’a pas enrichi l’Église apostolique des Traditions apostoliques, au contraire » (f°53v°-54r°).

103 TP, f°42.

104 TP, f°46v°. Voir Henri-Xavier Arquillière, Saint Grégoire VII : essai sur sa conception du pouvoir pontifical, Paris, Vrin, 1934 ; John Gilchrist, « The Reception of Pope Gregory VII into the Canon Law (1073-1141) », Id., Canon Law in the Age of Reform, 11th-12th centuries, Aldershot, Variorum, 1993, chap. 8-9.

105 TP, f°56r°, cf. f°128, où Machon remarque, après avoir décrit le couronnement du roi Charles à Rome en décembre 875, que les papes « s’approprièrent le droit de pouvoir donner le titre d’Auguste, de faire compter à Rome les ans du jour qu’ils avaient couronné les empereurs ».

106 C’est plutôt le roi qui est à l’honneur, puisqu’il reçoit un « signum » de Dieu (f°56v°).

107 TP, f°56v°-57r°.

108 TP, f°57r°.

109 Jean-Marie Moeglin, L’Empire et le Royaume. Entre indifférence et fascination, 1214- 1500, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011, p. 291 : « Au milieu du xive siècle, Lupold von Bebenburg écrit un traité dans le but est de montrer que le roi allemand élu par les princes à Aix-la-Chapelle reçoit ipso facto l’intégralité des droits souverains dans les territoires réellement soumis à ses prédécesseurs : il est princeps in suis regnis comme n’importe quel autre souverain. Il n’a nul besoin pour cela de l’approbation pontificale. S’il accède à l’empire, cela ne lui apportera guère plus qu’un nom. » Sur cet auteur, voir surtout la publication exemplaire : Politische Schriften des Lupold von Bebenburg, Herausgegeben von Jürgen Miethke und Christoph Flüeler, Hannover, Hahnsche Buchhandlung, Monumenta Germaniae Historica, 2004.

110 TP, f°57 = Lupoldi de Babenberg, De iuribus regni & imperij Romani, tractatus variarum rerum cognitione refertus…, Basileae, Per Petrum Pernam, s. d. [xvie s.], cap. 9, p. 106.

111 TP, f°65v°.

112 TP, f°40r°.

113 TP, f°106r°.

114 TP, f°112r°.

115 TP, f°112v°.

116 TP, f°58v°-59r°.

117 TP, f°59r° ; et f°64v°, Machon donne de nombreux exemples de rois excommuniés à qui pourtant les papes obéissent, lui reconnaissant le statut de « vrai et légitime empereur ».

118 TP, f°59v° ; et f°43v° : « Voilà comme pendant les douze premiers siècles et davantage ceux qui se disaient les serviteurs des serviteurs de Dieu et qui prenaient leurs confirmations du premier prince des chrétiens veulent aujourd’hui les mettre sous leurs pieds, en faire leurs sujets ».

119 TP, f°61v°.

120 TP, f°64r° : « Ce qu’étant ainsi comme les historiens en font foi, et de choses plus étranges encore mille fois, quelque apparence de pouvoir soutenir avec raison et justice que telles excommunications et semblables privations puissent procéder du pouvoir et de l’autorité légitime que Dieu a donné à saint Pierre, n’y ayant aucun prétexte valable qui puisse donner la moindre couleur à toutes violences qui étaient inconnues non seulement dans la naissance, mais encore dans la splendeur, et l’accroissement de l’Église. »

121 TP, f°62r°.

122 TP, f°40r°.

123 TP, f°47r°. C’est aussi Grégoire VII qui réserve le titre de « pape » à l’évêque de Rome (f°6v°).

124 TP, f°77v°.

125 TP, f°64v°.

126 TP, f°4v°.

127 TP, f°65r° : ni les papes ni les conciles ne doivent se mêler de la puissance temporelle, « autrement l’Église ôterait à César ce qui est à César, ce qui ne lui est non plus permis qu’aux laïques de vouloir faire des sacrifices, d’administrer les sacrements, de mettre les mains sur l’Arche, ou d’entrer dans le sanctuaire. »

128 TP, f°65r°.

129 TP, f°106r°.

130 TP, f°4v°.

131 TP, f°7v°.

132 TP, f°56r°.

133 Sur la succession apostolique, voir notamment Antonio Maria Javierre, « Le thème de la succession des apôtres dans la littérature chrétienne primitive », L’épiscopat et l’Église universelle, dir. Yves Congar et Bernard-Dominique Dupuy, Paris, Cerf, 1962, p. 171-221 ; Antonio Maria Javierre, El tema literario de la sucesión en el judaismo, helenismo y cristianismo primitivo : prolegómenos para el estudio de la sucesión apostólica, Zurich, Pas Verlag, 1963 ; Josef Fellermayr, Tradition und Sukzession im Lichte des römisch-antiken Erbdenkens, München, Minerva-Publikation, 1979.

134 Sur l’historiographie, voir Hans Ulrich Gumbrecht, Ursula Link-Heer, Peter-Michael Spangenberg (dir.), La littérature historiographique des origines à 1500, 3 t., Heidelberg, Carl Winter Universitätverlag (« Grundriss der Romanischen Litteraturen des Mittelalters »), 1986-1987 ; et plus précisément : Bernard Pouderon et Yves-Marie Duval (dir.), L’historiographie de l’Église des premiers siècles, Paris, Beauchesne, 2001 ; Glenn F. Chesnut, The First Christian Histories : Eusebius, Socrates, Sozomen, Theodoret and Evagrius, Macon (Ga.)-Louvain, Mercer University Press-Peeters, 1986 ; Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, commentaire, t. i, études d’introduction, sous la direction de Sébastien Morlet, Lorenzo Perrone, Paris, Les Belles Lettres-Éditions du Cerf, 2012 ; et pour une vue synoptique : John Goulter Dowling, An Introduction to the Critical Study of Ecclesiastical History, London, J. G. & F. Rivington, 1838.

135 TP, f°68r°.

136 TP, f°68r°-69r°.

137 TP, f°119v°.

138 TP, f°83r°.

139 TP, f°83r° = Cod. Théod., liv. 16, 2, 23, voir notamment Les lois religieuses des empereurs romains de Constantin à Théodose II (312-438), vol. 1 : Code Théodosien, livre XVI, trad. Jean Rougé, notes de Roland Delmaire, Paris, Cerf (SC 497), p. 166-167.

140 TP, f°83v°.

141 TP, f°82v°. Voir aussi f°85v°, où Machon, après avoir cité les Basiliques (I, lib. 3, tit. 1, num. 33) constate : « Cette constitution qui est tirée mot pour mot d’une des novelles de Justinien (Authent. collat. 9, tit. 6, novell. 123, cap. 21) fait voir clairement que les évêques n’avaient qu’une juridiction arbitrale et volontaire, vu même que l’exécution de leur jugement était réservée aux juges laïques qui connaissaient l’appel que les clients interjetaient, pour en juger souverainement ».

142 TP, f°84.

143 TP, f°90r°. Voir f°92r° : les papes et les évêques n’ont « aucune juridiction temporelle, aucun territoire, aucun fisc, ni aucune justice coactive en leur puissance ». Sur l’audientia episcopalis, voir notamment Giulio Vismara, Episcopalis audientia : l’attività giurisdizionale del vescovo per la risoluzione delle controversie private tra laici nel diritto romano e nella storia del diritto italiano fino al secolo nono, Milano, Vita e Pensiero, 1937 ; Piet F. Fransen, « Some Aspects of the Dogmatization of Office », Concilium, n° 80, 1972, p. 97-106 ; repris dans Hermeneutics of the Councils and Other Studies, Leuven, Leuven University Press (« Bibliotheca Ephemerium Theologicarum Lovaniensium », lxix), p. 382-389, ici p. 385 ; et en dernier lieu Claudia Rapp, Holy Bishops in Late Antiquity. The Nature of Christian Leadership in an Age of Transition, Berkeley-Los Angeles-London, University of California Press, 2005, p. 242-252.

144 TP, f°108v°-109r°. Voir de même Balsamon, cité f°111r°.

145 TP, f°110v°. Voir par exemple le cas repris chez Eusèbe (Hist. eccl., lib. 7, cap. 24) : TP, f°112r°.

146 TP, f°108v°. Cf. f°112r° : « Tant que les papes ont été sujets des empereurs, comme ils étaient dedans la primitive Église, ils se sont volontiers soumis à leur juridiction ».

147 TP, f°123r°.

148 TP, f°125v°. Voir également f°85r° : « Les empereurs romains en quittant la ville de Rome aux papes pour se retirer dans l’Orient n’ont pas donné la justice pour cela aux gens d’Église ».

149 Herbert Butterfield (The Origins of History, New York, Basic Books, 1981, p. 188) retient d’ailleurs de cette grande affaire : « When Laurentius Valla exposed this forgery, he happened to be secretary to an Aragonese King who was in conflict with the Papacy – his treatise was avowedly part of a publicistic campaign against the Pope. » Sur la critique, voir Honoré de Sainte-Marie, Réflexions sur les règles et sur l’usage de la critique…, Paris, Claude Jombert, 1713, p. 2 : « la Critique est l’art de juger », et p. 27 sur Baronius. Pour son histoire : Jean Jehasse, La Renaissance de la critique : l’essor de l’humanisme érudit de 1560 à 1614, 2e éd., Paris, Honoré Champion, 2002 ; sur le lien avec l’histoire : Anthony Grafton, What was History ? The Art of History in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

150 Sur ces pères fondateurs l’historiographie ecclésiastique, voir Theresa Urbainczyk, Socrates of Constantinople. Historian of Church and State, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1997 ; Peter Van Nuffelen, Un héritage de paix et de piété : étude sur les histoires ecclésiastiques de Socrate et Sozomène, Leuven, Peeters, 2004.

151 TP, f°131r°-132r°, 133v°-134v°. Sur le sujet, voir Domenico Maffei, La Donazione di Costantino nei giuristi medievali, Milano, Giuffrè, 1980 ; et plus récemment Johannes Fried, Donation of Constantine and Constitutum Constantini : the misinterpretation of a fiction and its original meaning, Berlin, Walter de Gruyter, 2007 ; Friedrich Schornstein, Lorenzo Valla oder “Der wahre Kaiser” ist der Papst : Anatomie eines mittelalterlichen Kriminalfalles, Aachen, Karin Fischer, 2010.

152 TP, notamment f°46v°, 70r°, 113r°.

153 TP, f°145v°.

154 TP, notamment f°128v°, et f°130v° : « tous les historiens sont généralement d’accord que cette donation fut faite par Pépin, Charlemagne, et Louis le Débonnaire ».

155 TP, f°113r°.

156 TP, f°130r°, 131r°.

157 TP, f°130r° : « De plus c’est une maxime certaine que les rois se réservent toujours la souveraineté des terres par eux données de même qu’on tient que lors qu’un fief est créé, et transporté par titre de donation, il est présumé que celui qui le cède se retient devers soi le domaine direct, et n’en donne et transporte que l’utile […] disons donc que ceux qui donnent une seigneurie ne se privent point des droits de souveraineté mais les retiennent toujours par devers eux. »

158 TP, f°7r°.

159 TP, f°134r°.

160 TP, f°95v°.

161 TP, f°143r°.

162 TP, f°143v°. Sur Justinien, voir f°146v° : « Justinien d’heureuse mémoire zélé par-dessus tout à la vraie religion catholique duquel la foi droite et entière a été tant agréable à Dieu, pour sa seine confession, qu’il a exalté la République chrétienne et la souvenance qu’on a de lui réputer d’un chacun, digne d’une religieuse recommandation, et la sincérité de la foi louée par tout le monde, pour les belles ordonnances qu’il a faites. »

163 TP, f°144v°-145r°.

164 TP, f°144r°, 147r°, 155r°, 159v°-160r°.

165 TP, f°45v°, f°53, 96r°, 157v°.

166 TP, f°153r°.

167 TP, f°153r°-154v°, 160v°.

168 TP, f°158r°.

169 TP, respectivement f°157v°, 155r°, 157v°.

170 Adriano Garuti, Il papa patriarca d’Occidente ? Studio storico dottrinale, Bologna, Edizioni Francescane, 1990, p. 22-23, mentionne la caractéristique orientale du patriarcat.

171 TP, f°47v°.

172 TP, f°48v° = Authenticae, collatio VIII, tit. IX, novella 109, dans : Codicis Iustiniani… notis Dionysii Gothofredi… additis etiam Authenticis seu novellis…, t. ii, Lutetiae Parisiorum, Ex Typographia Antonij Vitray, 1628, partie II, col. 421. Plus largement, sur cette question, voir Yves Congar, « Le pape, patriarche d’Occident », Istina, t. 28, 1983, p. 374-390, repris dans Id., Église et papauté : regards historiques, Paris, Cerf, 2002, p. 11- 30.

173 TP, f°49r°.

174 TP, f°49v°.

175 TP, f°50r°.

176 Epistres choisies de saint Gregoire le Grand, Paris, Veuve de Jean Dupuis, 1676, voir notamment f°3r°, 5v°, et p. 16 et 69-70 pour les extraits cités par Machon.

177 La papauté moderne condamnée par le pape saint Grégoire le Grand. Extraits des ouvrages de saint Grégoire le Grand traduits et commentés par l’abbé Guettée, Paris, Dentu, 1861.

178 Averil Cameron, « Old and New Rome : Roman Studies in Sixth-Century », Transformations of Late Antiquity. Essays for Peter Brown, éd. Philip Rousseau, Manolis Papoutsakis, Farnham-Burlington, Ashgate, 2009, p. 15-26, notamment p. 17.

179 Voir à ce sujet le livre très riche d’Hervé Inglebert, Les romains chrétiens face à l’histoire de Rome. Histoire, christianisme et romanités en Occident dans l’Antiquité tardive (iiie-ve siècles), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1996.

180 Luigi Salerno, Roma communis patria, Bologna, Cappelli, 1968 (avec la mise au point de Didier Bodart dans sa recension parue dans la Revue belge de philologie et d’histoire, n° 47/2, 1969, p. 551-555) ; Andrea Pellizzari, « Roma communis nostra patria est. Costanti e variabili del patriottismo romano nei secoli dell’imperio », Atti della Accademia delle science di Torino, t. 133-134, 1999-2000, p. 3-41 ; et surtout Laurent Mayali, « Romanitas and Medieval Jurisprudence », in Michael Hoeflich (éd.), Lex et Romanitas : Essays for Alan Watson, Berkeley, The Robbins Collection, 2000, p. 121-138.

181 Michele Maccarrone, « Ubi est papa, ibi est Roma », Aus Kirche und Reich, Studien zu Theologie, Politik und Recht in Mittelalter. Festschrift für Friedrich Kempf, H. Mordek (éd.), Sigmaringen, 1983, p. 371-382, repris dans Id., Romana Ecclesia, Cathedra Petri, Piero Zerbi, Raffaello Volpini, Alessandro Galuzzi (éd.), 2 vols., Rome, Herder (Italia Sacra, 47-48), 1991, vol. ii, p. 1137-1156.

182 Ibid., p. 1154, déjà cité par Ernst Kantorowicz, Les Deux corps du roi : essai sur la théologie politique au Moyen Âge, trad. Jean-Philippe Genet et Nicole Genet, Paris, Gallimard, 1989, p. 454, n. 35.

183 Sur ce terme, voir Mogens H. Hansen, Polis et cité-État. Un concept antique et son équivalent moderne, traduit de l’anglais par Alexandre Hasnaoui, Paris, Les Belles Lettres, 2001 ; Giuseppe Cambiano, Polis. Histoire d’un modèle politique, traduit de l’italien par Sophie Fermigier, Paris, Aubier, 2003.

184 Sur la théorie d’une papauté souveraine, voir Michael J. Wilks, The Problem of Sovereignty in the Later Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 1963, sans oublier les réserves essentielles de William D. Mccready, « The Papal Sovereign in the Ecclesiology of Augustinus Triumphus », Mediaeval Studies, 30, 1977, p. 177-205.

185 TP, f°52v°.

186 Rodolfo Ambrosino, « In iure cessio hereditatis. Spunti per la valutazione della hereditas », Studia et documenta historiae et iuris, 10, fasc. 1, 1944, p. 1-100, particulièrement p. 95-97.

187 [Marginalia : ] St Bernard de Considerat. Ad Eugen 3. Papa. Lib.2 cap.4.

188 [Marginalia : ] St Pierre Epist. I, cap.5

189 [Marginalia : ] St Luc cap. 22

190 [Marginalia : ] Baron annal tom 8 ann. 590.

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search