Version classiqueVersion mobile

Histoires antiromaines II

 | 
Franz Xaver Bischof
, 
Sylvio De Franceschi

Introduction

Sylvio De Franceschi

Texte intégral

  • 1 Parmi d’innombrables travaux, voir l’étude classique de Donald R. Kelley, Foundations of M (...)
  • 2 Histoires antiromaines. Antiromanisme et critique dans l’historiographie catholique (xvie-(...)

1L’antiromanisme catholique s’est tôt préoccupé de fonder historiquement ses revendications politiques et ecclésiologiques et de justifier les critiques qu’il pouvait adresser à l’autorité ecclésiale par l’élaboration d’une historiographie ecclésiastique qui correspondît à ses engagements1. Organisée à Lyon le 24 septembre 2010, une journée d’études avait commencé à explorer la question des rapports entre le catholicisme antiromain et la genèse de la tradition historiographique européenne2. Le présent ouvrage, qui regroupe les actes d’une seconde journée d’études, qui s’est déroulée à Munich le 13 septembre 2012, se place dans le prolongement de la précédente session – il était apparu que la question des sources méritait des investigations plus précises, ainsi que le problème du style et celui de l’exploitation des acquis méthodologiques de l’érudition moderne.

  • 3 Bibliographie catholique, vii/4, octobre 1847, p. 175.

2À l’âge libéral, le divorce est devenu de plus en plus visible entre une historiographie antiromaine soucieuse de méthode critique et sa concurrente romaniste mais, disait-on, méthodologiquement attardée. On peut se faire une idée des attentes du public français en consultant la Bibliographie catholique. En octobre 1847 y est justement recensé le deuxième volume de l’Histoire de l’Église de France de René-François Guettée – nul ne se doute évidemment que l’ouvrage est destiné à être mis à l’Index. Le recenseur complimente d’emblée Guettée pour un livre qui traite de la période mérovingienne, soit des temps trop négligés par les historiens : « On n’a pas encore pris suffisamment l’habitude d’étudier cette époque, longtemps condamnée au dédain public comme le reste du Moyen Âge, et qui est pourtant le commencement glorieux et la première explication de cette série de siècles où la foi domina et organisa la société3. » Le recenseur anonyme relève que l’ouvrage de Guettée est l’occasion de s’informer sur de hautes figures de l’histoire de l’Église de France, saint Rémi, saint Césaire, saint Grégoire de Tours, saint Ouen, saint Éloi, ou encore saint Radegonde, saint Benoît et saint Colomban. A visiblement plu l’usage que Guettée a fait de sa documentation, dont il cite régulièrement des bribes :

  • 4 Ibid., p. 175.

Ce volume est comme une série de légendes, mais de légendes choisies par une critique discrète, et un abrégé du droit canonique rangé par ordre d’idées. Dans ces reproductions nombreuses des récits originaux, on voit naître, grandir, agir les personnages influents ; on les voit surtout au milieu des habitudes, des mœurs, des vices ou des vertus de leur temps4.

3En l’occurrence, le critique a été séduit par le travail de contextualisation à quoi Guettée s’est attaché – et de quoi il se montrait d’ailleurs lui-même particulièrement fier. Comme de juste, la modernité historiographique passe par un effacement prétendument aussi complet que possible de l’historien, qui n’a de cesse qu’il n’ait disparu de la narration qu’il propose à ses lecteurs :

  • 5 Ibid., p. 175.

La méthode de M. l’abbé Guettée est bien simple, il s’efface lui-même, il laisse parler les faits et les pièces authentiques. Il ne recherche pas le mérite d’une ordonnance qui lui serait propre, il n’a d’autre ordre que la chronologie ; il ne court pas après un certain brillant de langage, une certaine importance d’appréciateur qui fausse quelquefois le sens réel des choses, il s’en remet aux écrivains, qu’il traduit ou abrège, du soin de se faire valoir eux-mêmes5. »

4La Bibliographie catholique tenait que l’Histoire de l’Église de France de Guettée correspondait apparemment aux critères de sérieux que l’on appliquait désormais à l’art d’écrire scientifiquement l’histoire.

5Combien décevante, au contraire, l’entreprise concurrente qui proposait aux fidèles, d’un point de vue ultramontain, une Histoire universelle de l’Église catholique. Œuvre de l’abbé René-François Rohrbacher (1789-1856) – un proche de Lamennais, mais qui a rompu avec son maître après la condamnation romaine formulée par l’Encyclique Singulari nos (1834) –, publiée de 1842 à 1849, avant de connaître les honneurs d’une seconde édition entre 1849 et 1853, l’Histoire universelle de l’Église catholique n’a pas précisément convaincu le recenseur de la Bibliographie catholique, qui lui décoche de venimeuses flèches en décembre 1847 après la publication des tomes XIX, XX et XXI :

  • 6 Ibid., vii/6, décembre 1847, p. 262.

Pour formuler en deux mots notre jugement, il suffirait de dire : mêmes recherches, même intérêt, même fidélité à défendre le Saint-Siège. Mais, d’un autre côté, mêmes digressions inutiles et systématiques, mêmes exagérations, mêmes idées politiques, même caractère de style ; c’est toujours le même homme, toujours le même savant, mais aussi toujours le partisan invincible des mêmes illusions, des mêmes préjugés6. »

6Le recenseur le dit pourtant : il n’entend pas reprocher à Rohrbacher ses attachements ultramontains. Pas davantage souhaite-t-il jeter l’opprobre sur un ouvrage dont les pages les plus nombreuses sont parfaitement recommandables au public catholique. Il n’en demeure pas moins – et le fait est très significatif – que la forme et le style mêmes adoptés par Rohrbacher donnent à son entreprise historiographique un caractère d’emblée démodé aux yeux de l’acerbe recenseur de la Bibliographie catholique :

  • 7 Ibid., p. 262-263.

Nous nous plaisons à répéter encore ici la juste estime que nous faisons du talent et des études de l’auteur. Mais, nous en appelons au lecteur impartial, pouvons-nous recommander aux littérateurs, comme exemples de goût, ces éternels hors-d’œuvre, ces lourdes et pesantes dissertations, ces traités théologiques insérés pêle-mêle dans une histoire dont rien ne devrait interrompre le cours7 ?

7Aussitôt, le recenseur de mentionner, à titre d’exemple parmi d’autres, les vingt pages pesantes sur « la constitution divine de la Chrétienté » qui ouvrent le livre LXXVII du tome XIX de l’Histoire universelle de l’Église catholique. Non content de truffer son œuvre de passages lourdement édifiants, Rohrbacher avait aussi jugé utile de l’agrémenter de réflexions moralisantes sans intérêt – ainsi lorsqu’il écrivait :

  • 8 R.-Fr. Rohrbacher, Histoire universelle de l’Église catholique, t. xix, Paris, 1845, l. lx (...)

Le dix-neuvième siècle est plus d’accord […] qu’il ne pense avec le treizième ; car lui aussi reconnaît un pouvoir spirituel pour déposer les rois et les dynasties ; ce pouvoir, il l’appelle opinion publique, la reine du monde. Seulement les organes de ce pouvoir ne sont point les pontifes romains, mais les journalistes, c’est-à-dire bien souvent des écoliers faisant des amplifications sur la politique et ayant pour exécuteurs des gamins. Chacun son goût. Le monde, à force de vieillir, peut retomber en enfance8.

  • 9 Ibid., t. xx, Paris, 1845, l. lxxix, p. 282-283.
  • 10 Bibliographie catholique, loc. cit., p. 264.

8Au tome XX de son ouvrage, Rohrbacher prenait occasion d’un passage consacré à l’invasion des légistes dans les structures de gouvernement des États de la Chrétienté au XIVe siècle pour entamer une diatribe sur la liberté d’enseignement9. Le style même de Rohrbacher n’était pas irréprochable. À la recherche de quelques morceaux d’éloquence, le recenseur de la Bibliothèque catholique a été déçu : « On est fâché de voir [l’auteur], quand il se livre à son propre esprit, tomber dans une phraséologie qui contraste singulièrement avec le style ordinairement grave et sérieux de son histoire10. » Non sans cruauté, le recenseur citait complaisamment un tableau particulièrement lyrique de la péninsule italienne au XIVe siècle – il était évident que le propos détonait dans une entreprise d’érudition :

  • 11 R.-Fr. Rohrbacher, op. cit., t. xx, l. lxxix, p. 202.

On le voit, l’Italie était un paradis terrestre dont le ciel paraissait sillonné de nuages et d’éclairs en tous sens, mais dont le sol produisait les plus belles fleurs, les plus beaux fruits, et pour le temps et pour l’éternité. Il y a des voyageurs d’histoire qui n’aperçoivent et ne signalent que ces éclairs et ces nuages. Autant vaudrait-il dire que le printemps est la triste saison où les hannetons bourdonnent, où les grenouilles croassent, où les chenilles rongent les arbres, où la vermine foisonne partout11.

9Assurément, le passage semblait désormais complètement déplacé dans un ouvrage historiographique qui prétendait répondre au cahier des charges de la méthode érudite moderne.

  • 12 Ibid., p. 503-526.

10Davantage, les lecteurs, si acquis qu’ils fussent à la cause ultramontaine, pouvaient se scandaliser de voir que dans une Réponse de l’auteur à une attaque contre les trois premiers volumes de cette histoire insérée à la fin du tome XX, Rohrbacher persistait dans ses premiers errements mennaisiens12. Le recenseur de la Bibliographie catholique s’en agaçait vivement :

  • 13 Bibliographie catholique, loc. cit., p. 265.

Disons donc avec franchise que nous déplorons ces pages qui sont un temps perdu pour l’auteur aussi bien que pour le lecteur, si même pour l’auteur et ceux qui le suivraient, on peut regarder le temps donné à répandre ou à sucer ses erreurs seulement comme un temps perdu13.

11Touchant la pensée politique qui sous-tendait les démonstrations de Rohrbacher, le recenseur de la Bibliographie catholique y voyait la persistance de traces damnables du libéralisme mennaisien. Pour Rohrbacher, à l’en croire, le monde était dominé par deux puissances suprêmes, la monarchie pontificale et la souveraineté du peuple – thèse qui s’insinuait plus ou moins discrètement dans les volumes de l’Histoire universelle de l’Église catholique :

  • 14 Ibid., p. 266.

[L’auteur] admettra à côté de cette souveraineté pontificale une souveraineté d’un autre genre, la souveraineté du peuple ; il accumulera, avec une complaisance qui montre trop sa pensée, les opinions de certains docteurs sur le pouvoir de la multitude par rapport à l’élection et au renversement des tyrans ; bien entendu toutefois que l’auteur, fidèle aux anciennes traces de L’Avenir, voudrait que, pour opérer ces grandes révolution, on se décidât non par le sentiment des journalistes et l’impulsion des gamins, mais par la consultation légale du Siège apostolique14.

12Le recenseur ne poursuivait pas plus loin son examen ; il s’abstenait même de livrer sa propre appréciation dans la mesure où le magistère romain avait déjà condamné semblable doctrine. Reprenant le fil de sa critique en mars 1848, à l’occasion de la publication des tomes XXII, XXIII et XXIV de l’Histoire universelle de l’Église catholique, le recenseur de la Bibliographie catholique devait constater que ses précédentes admonitions n’avaient eu aucun effet. Sur la forme, Rohrbacher ne s’était visiblement pas amélioré :

  • 15 Ibid., vii/9, mars 1848, p. 412.

Nous avions cru avec raison, ce semble, qu’il y avait une différence entre l’histoire et la dissertation ; que l’une se bornait à raconter les faits et que l’autre était destinée à les apprécier dans des traités distincts et séparés. Or M. l’abbé Rohrbacher n’a pas cessé de mêler à ses récits des hors-d’œuvre souvent aussi longs qu’inutiles15.

13Quant aux thèses caractéristiques du libéralisme mennaisien, le recenseur persistait à les trouver discrètement exprimées au fil du discours tenu par l’Histoire universelle de l’Église catholique. Visiblement, l’ouvrage n’était pas à recommander pour un public de fidèles catholiques qui devaient respecter les proscriptions romaines.

14Exemplaire, la discussion montre avec quelle difficulté l’histoire ecclésiastique, de tradition vénérable, s’est progressivement extraite d’un modèle apologétique pour se plier progressivement aux impératifs d’une méthodologie historiographique critique en voie de définitive consécration. Il semble que les historiens catholiques antiromains aient contribué plus que leurs concurrents respectueux du Saint-Siège, et avant eux, à éloigner l’histoire de l’Église des excès à quoi la conduisait le modèle d’une dissertation édifiante qui finissait par être entrave au récit scientifiquement établi de la geste chrétienne. Les exposés suivants ont souhaité éclairer un questionnement dont les alternatives épistémologiques ont sans nul doute contribué à façonner l’historiographie religieuse contemporaine.

Notes

1 Parmi d’innombrables travaux, voir l’étude classique de Donald R. Kelley, Foundations of Modern Historical Scholarship. Language, Law and History in the French Renaissance, New York-Londres, 1970.

2 Histoires antiromaines. Antiromanisme et critique dans l’historiographie catholique (xvie-xxe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (24 septembre 2010), éd. Sylvio De Franceschi, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, 15, Lyon, 2011.

3 Bibliographie catholique, vii/4, octobre 1847, p. 175.

4 Ibid., p. 175.

5 Ibid., p. 175.

6 Ibid., vii/6, décembre 1847, p. 262.

7 Ibid., p. 262-263.

8 R.-Fr. Rohrbacher, Histoire universelle de l’Église catholique, t. xix, Paris, 1845, l. lxxvi, p. 280-281.

9 Ibid., t. xx, Paris, 1845, l. lxxix, p. 282-283.

10 Bibliographie catholique, loc. cit., p. 264.

11 R.-Fr. Rohrbacher, op. cit., t. xx, l. lxxix, p. 202.

12 Ibid., p. 503-526.

13 Bibliographie catholique, loc. cit., p. 265.

14 Ibid., p. 266.

15 Ibid., vii/9, mars 1848, p. 412.

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search