Version classiqueVersion mobile

Jésuites et sciences humaines (années 1960)

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Frédéric Gugelot

Le tournant des sciences humaines et la déprise institutionnelle : de l’éloignement à la rupture

Frédéric Gugelot

Texte intégral

  • 1 Jean Moussé, Mon chemin de foi 1949-1984, journal diffusé de façon privé, 19 août 1972, p. (...)
  • 2 Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation, socio-histoire de la polit (...)
  • 3 « On constate aussi un éclatement du milieu ecclésial avec de nombreux départs de prêtres, (...)
  • 4 Martine Sevegrand, Vers une Église sans prêtres. La crise du clergé séculier en France (19 (...)

1Dans son journal, le jésuite Jean Moussé, aumônier national du Mouvement des cadres chrétiens, écrit le 19 août 1972 : « Il est vrai que chez les jésuites, c’est la panique. Les gens font n’importe quoi : chauffeur de taxi, cadre à la CEGOS, psy, ingénieur. Rester dans ce capharnaüm est-ce sensé ? Beaucoup de prêtres abandonnent. C’est souvent par loyauté envers eux-mêmes »1. Ces départs qui n’épargnent ni les dominicains2 ni les franciscains3, ni le clergé séculier4 sont la deuxième vague d’abandon d’après-guerre. Une première a vu le changement de statut canonique dans la première moitié des années 1950 de prêtres et religieux qui ont alors quitté les ordres pour des raisons intellectuelles, à un moment où les départs de prêtres et religieux étaient fort peu nombreux. Si certains, « progressistes », refusent la rupture de l’Église sur le communisme ou la mission ouvrière, plusieurs constatent l’impossible conciliation de leurs recherches avec la doctrine antimoderniste de l’Église et son raidissement thomiste après Humani generis en 1950.

2Pour la seconde vague, la confrontation se fait avec les sciences humaines et leurs orientations dans les années 1960-1970 qui contestent la domination de la philosophie et de l’histoire par le décryptage de systèmes stables de signes à l’œuvre dans divers langages humains dans un contexte postconciliaire tout autre, et alors que les départs de clercs sont nombreux.

Examen

Un nouveau monde

  • 5 Jean-Luc Nancy en témoigne, évoquant « Georges Morel, un jésuite qui commentait Hegel dans (...)

3Ces jésuites font d’abord l’expérience d’un changement de monde. Le philosophe jésuite Georges Morel est le maître d’une génération, le penseur d’un christianisme confronté à la modernité. Il enseigne beaucoup et participe à de nombreux groupes en particulier de jeunes5. Il dévoile en 1968 le défi qui attend le christianisme :

  • 6 Georges Morel, Problèmes actuels de religion, Paris, Aubier, 1968, p. 94-95.
  • 7 Ibid., p. 83.

la rupture qui est en train de s’opérer est d’un tout autre style, car ce à quoi s’oppose chaque jour davantage ce siècle finissant, ce n’est pas seulement le xixe ou le xvie siècles, mais un monde vingt-cinq fois séculaire […] qu’il s’agisse de la culture hellénique ou de la culture romaine ou de la culture chrétienne, ces divers types de culture avec leurs milles variations sont englobés sous un même concept, le concept de culture traditionnelle. Or c’est par rapport à ce concept pris en sa globalité que prétend se différencier la culture moderne, qui met ainsi en cause […] cette tradition même […] “Modernité” exprime alors un mode d’être au monde caractérisé en particulier par une méfiance grandissante pour les dogmes, entendons par là des valeurs que les sociétés traditionnelles auraient tendance à présenter comme allant de soi, c’est-à-dire sans que, pour leur reconnaissance, la liberté humaine soit réellement engagée […] Or ces remarques nous aident à comprendre pourquoi aux yeux de certains, le christianisme apparaît comme la religion particulière de sociétés particulières, la religion spécifique des sociétés traditionnelles, dans la mesure […] où, depuis surtout le xviiie siècle, il a freiné ce mouvement de transformation de la tradition en modernité, continuant de concevoir la Nature et les lois naturelles comme trop immédiatement sacrées6.
Il ajoute que cette réduction s’appuie sur un changement culturel profond :
En admettant que dans le passé civilisation occidentale et civilisation chrétienne aient été à ce point liées qu’on ait fini parfois par les confondre, il n’en va plus de même aujourd’hui. […] de nos jours l’athéisme fait partie du langage courant. Ce phénomène souligne assez la distance considérable qui nous tient séparés des générations antérieures : Marx, Engels, Lénine, Nietzsche, Freud […] entre-temps sont passés par là, entraînant dans leur sillage toute une partie de l’Occident7.

Dépasser Vatican II

4Face à ces questionnements, ces jésuites ne trouvent pas de solutions au sein de l’institution alors même que le contexte a profondément changé. Pris entre les bouleversements de Vatican II et le moment 1968, un décalage générationnel limite les apports du Concile, reçu dans la mesure où il permet de légitimer et de poursuivre des entreprises réformatrices antérieures, mais sans ressourcer leurs engagements en son sein

5Les réponses de Vatican II s’inscrivent profondément dans les interrogations et les enjeux des années 1950, ils parviennent donc déjà datés quand se développent le structuralisme, la théologie de la mort de Dieu et le relativisme qui ébranle les fondements de la pensée humaniste. Marx, Nietzsche et Freud à travers ceux qui s’en réclament imposent alors de nouveaux défis à la constitution d’une pensée renouvelée au sein de la Compagnie comme le reconnaît Georges Morel :

  • 8 Ibid., p. 165-166.

Que des philosophes comme Marx, Freud et Nietzsche soient devenus avant tout […] des maîtres du soupçon, ce n’est pas sans motifs : ils cherchent à nous apprendre une extrême méfiance pour ces langages où nous croyons exprimer un désir de vérité, alors que nous y dissimulons pour une grande part vanité, orgueil, égoïsme8.

  • 9 Michel de Certeau, « La rupture instauratrice ou le christianisme dans la culture contempo (...)
  • 10 Hamon et Rotman, Génération, t. 2, Paris, Seuil, p. 665.
  • 11 Georges Morel, Problèmes actuels…, op. cit., p. 79.
  • 12 Bernard Brillant, Les clercs de 68, Paris, PUF, 2003, p. 567.
  • 13 « Interrogations à propos du sacerdoce dans la Compagnie de Jésus », dactylographie, p. 29

6Les compétences acquises par ces jésuites se retrouvent en confluence avec divers mouvements sociaux ou culturels et créent une vraie dynamique contestataire. Il y a peu de différences entre les combats contre l’autorité patriarcale à l’intérieur et la lutte contre l’exploitation des hommes et pour l’émancipation des peuples à l’extérieur. Le rejet de l’autorité est même perçu comme une valeur évangélique. Certeau définit par « rupture instauratrice » cette tentative de la prendre en compte9. Le changement est encore plus profond. « Le droit à la différence, le droit de dire “je” au sein d’une collectivité solidaire » est à préférer à « la négation de soi au sein d’une collectivité combattante »10. Morel l’explicite en 1968 : « C’est à chacun au sein de la société présente, de chercher la vérité au lieu de se la laisser imposer. Aucune institution profane ou sacrée ne peut prendre la place de notre liberté. Quel qu’il soit, le sens de la vie ne peut se réaliser qu’au prix d’une interrogation patiente, pudique et silencieuse. »11. Le début des années 1970 voit la multiplication des interrogations quant à la place de l’Église dans la société et donc à celle des clercs. Le discrédit du discours d’autorité dépasse l’Église et ses clercs, mais les entraîne12. « La Compagnie ne sent plus la société dans laquelle elle continue de vivre »13, écrivent vingt-trois scolastiques en juin 1974.

7Face à ce constat, l’Ordre compte sur les réflexions de Georges Morel et développe une réflexion sur la tradition jésuite qui est l’œuvre d’une génération cristallisée autour d’une revue, Christus.

Méditations

Le retour aux sources

  • 14 Philippe Lécrivain, « Les écrits du xvie siècle. Relecture historiographique », dans Chris (...)
  • 15 Étienne Fouilloux, « Naissance, enfance et adolescence de Christus », Christus, numéro du (...)
  • 16 François Roustang (S.J., Le P.), Jésuites de la Nouvelle-France, op. cit., 351 p. Une Init (...)

8Les jésuites redécouvrent les sources scripturaires de l’Ordre et tentent d’apporter des réponses à ce changement de paradigme14. Georges Morel publie sa thèse sur saint Jean de la Croix en 1960-1961. Christus se déploie en une collection de sources chez Desclée de Brouwer qui compte neuf titres entre 1959 et 196215. François Roustang y compile des textes des Jésuites de la Nouvelle-France16 en 1961 avant d’introduire à la lecture des Constitutions de la Compagnie de Jésus dans deux numéros de la revue en 1967. Michel de Certeau publie d’abord le Mémorial du Bienheureux Pierre Favre, en 1960, ensuite le Guide spirituel pour la perfection de Jean-Joseph Surin en 1963 et enfin La Correspondance de Jean-Joseph Surin en 1966. Il n’y a pas qu’un simple intérêt patrimonial tant ces parutions constituent un moyen de réflexion pour faire mûrir une conscience de soi plus claire. Roustang justifie ainsi la publication des Constitutions :

  • 17 François Roustang, « Introduction », Saint Ignace, Constitutions de la Compagnie de Jésus, (...)

Un autre facteur sans doute a dû jouer dans le projet d’une traduction : le courant qui pousse l’Église toute entière à revenir aux sources de sa tradition. À la multitude des éditions de la Bible et des premiers textes chrétiens correspond, dans les Ordres religieux, la publication des œuvres des fondateurs ou des représentants les plus marquants17.

9Il en déduit une leçon d’actualité pour la Compagnie :

  • 18 Ibid., p. 9.

Mais remarquer que les constitutions ne sont pas achevées n’est pas seulement à entendre comme une pure notation historique ; leur intelligence elle-même est ici en question. Elles ne sont pas, en effet, une lettre à reproduire de génération en génération ; elles traduisent plutôt un esprit qui doit se réaliser en se renouvelant sans cesse […] Si nous voulons nous mieux comprendre aujourd’hui, force est donc de passer par une confrontation de ce que nous pensons ou faisons avec notre premier passé. »18. La quête des sources dévoile une volonté de réforme. « Pour nous dire encore “jésuite”, ne faut-il pas regarder le présent avec les yeux d’une tradition, vibre dans le cadre d’institutions fixées, il y a quatre siècles, nous inspirer de la spiritualité qu’Ignace a inscrite dans l’histoire ? Cependant, parce que nous sommes du xxe siècle, comment ne pas regarder ce passé comme un monde étranger ?

  • 19 Michel de Certeau, « Le mythe des origines » dans La Faiblesse de croire, Paris, Seuil, 19 (...)

écrit Michel de Certeau en 196619. La jeune génération affirme que la tradition ignatienne émancipe. Il faut ensuite répondre aux défis des nouvelles idées. Si le besoin de réforme passe, comme toujours, par un retour aux sources, l’établissement scientifique des sources s’appuie sur les nouvelles exigences des sciences humaines.

Changer la formation ?

10Georges Morel enseigne la philosophie à Chantilly avec Joseph Gauvin, spécialiste de Hegel où il présente ce dernier comme un défenseur de la liberté, d’un système de pensée toujours ouvert. Derrière Hegel, c’est Marx qui l’intéresse :

  • 20 Georges Morel, Marx dans l’histoire et la pensée humaine, cours tapuscrit, 1955, p. 5. Dos (...)

C’est pourquoi l’hégélianisme et le marxisme ne nous intéressent qu’en tant qu’ils nous aident à formuler en langage contemporain l’éternel acte d’exister qui transcende toute formulation […] le langage actuel est et sera longtemps sous l’influence de l’hégélianisme et du marxisme20.

  • 21 Georges Morel, Le sens de l’existence selon saint Jean de la Croix, « Préface », t. 1, 196 (...)

11Au sein de la Compagnie, comme dans d’autres ordres religieux, un enseignement autour de Marx et du développement du socialisme se met en place. Morel en assure un à Chantilly dès 1955 et témoigne dans la préface de sa thèse que le « complexe hégéliano-marxiste (est un) bouillon de culture singulièrement vivace »21. L’introduction de son cours rappelle qu’il s’agit de répondre à d’autres ouvrages issus des rangs de l’institution et de contrer tout rapprochement avec le communisme :

  • 22 Georges Morel, Marx dans l’histoire..., op. cit., p. 4. Il s’agit de critiquer le livre Si (...)

le marxisme de par ses thèses mêmes est le courant le plus immédiatement influent […] Or entreprise de salut collectif […] le marxisme entre en confrontation immédiate et consciente avec le Christianisme […] Ceci explique – mais n’excuse pas- que tant de chrétiens et tant de prêtres aujourd’hui se laissent prendre aux illusions du marxisme22.

Pour lui, l’étude du marxisme a pour objet de mieux le combattre, position défendue aussi alors dans la Compagnie par le P. Calvez, un ami du P. Morel.

12L’acquisition d’un langage nouveau est devenu nécessaire en intégrant les apports de ces sciences humaines qui par ricochet mènent ces jésuites à s’interroger sur les formes de la formation cléricale. L’institution conventuelle est-elle un obstacle, à la fidélité aux volontés d’Ignace de Loyola, s’interrogent d’abord les jeunes jésuites de Fourvière ?

  • 23 « Interrogations à propos du sacerdoce dans la Compagnie de Jésus », dactylographie, p. 30 (...)

Incapacité de la formation à continuer de transmettre l’originalité et la spécificité de la tradition de la Compagnie, tout en s’adaptant à des exigences différentes de celles du passé, aux aspirations souvent encore imprécises mais qui se manifestent de moins en moins vaguement parmi les jeunes jésuites, et à d’autres formes d’enseignement, voir même de “formation”23.

  • 24 François Dosse, Michel de Certeau, Paris, La Découverte, 2002, p. 164-165.

13Ils aspirent à un décloisonnement des sources de formation en tenant compte de l’apport des sciences humaines. En 1968, une commission de quinze jésuites à l’initiative de Jean-Yves Calvez établit d’ailleurs un programme d’introduction des sciences humaines dans la formation jésuite24.

  • 25 Michel de Certeau, Jean-Marie Domenach, Le christianisme éclaté, Paris, Seuil, 1974, p. 32

14Ils participent alors d’une crise plus générale des savoirs institués où se mêlent inculturation de la réflexion théologique dans le monde profane et refus de l’« en soi » de l’Église. La remise en cause du savoir théologique et le primat de l’expérience subjective mènent à la construction d’un nouveau régime de légitimité religieuse. Dans cette nouvelle confrontation de la foi et de la science, ils veulent repenser les sciences cléricales à l’aune des vérités affirmées par les sciences humaines et de l’expérience du monde profane. Mais il ne s’agit pas de convertir les sciences humaines à la théologie par exemple mais de modifier le regard sur les objets de la foi à partir des sciences humaines. La quête de nouveaux savoirs se transforme en des spécialisations subversives même si le danger critique n’existe pas à leurs yeux : « Je crois que la critique est l’une des formes que prend le désir d’une plus grande véracité », affirme de Michel de Certeau25.

  • 26 « C’est comme si brusquement, ils s’étaient réveillés avec l’audace d’exister, d’avoir une (...)

15Cette frange perçue ultérieurement comme contestataire, est d’abord motivée par des aspirations spirituelles. Elle en déduit néanmoins des engagements immédiats. Le liminaire de Christus d’octobre 1966 en témoigne : « Il n’y a pas d’une part la foi, qui représenterait un monde de certitude et d’évidence, et d’autre part la politique, qui serait le domaine de l’incertain et du mouvant. Notre foi s’affirme et se développe au sein du processus de lutte qui commande toutes les relations humaines ». Le directeur de Christus, Roustang, appelle l’Église catholique à reconnaître d’urgence la conscience des fidèles qui vivent désormais leur foi sans le recours obligé aux directives de la hiérarchie. De la naissance d’un « troisième homme », qui rejette la réduction du christianisme à une pratique religieuse et morale26, il déduit :

  • 27 François Roustang, « Le troisième homme », Christus, n° 52, octobre 1966, p. 567.

Si l’on n’y prend garde et si l’on se refuse à voir l’évidence, le détachement à l’égard de l’Église, qui est largement commencé, ira en s’accentuant. Il ne revêtira pas alors, comme dans le passé, la forme d’une opposition ou celle d’un abandon, mais d’un désintérêt tranquille à l’égard […] de cette montagne d’efforts qui accouche inlassablement d’une souris27.

16Il estime donc nécessaire d’engager « une critique de notre langage religieux » pour dégager la vérité des formules désuètes. L’équipe pense logiquement que le combat doit être mené ailleurs. Dans une note de l’été 1966, Roustang écrit à sa hiérarchie :

  • 28 Dominique Avon et Philippe Rocher, les jésuites et la société française xixe-xxe siècles, (...)

Si l’on ne peut trouver des hommes pour nous remplacer à Christus, nous proposons la suppression de la revue pour consacrer nos forces à la fondation d’un centre de réflexion et d’action dans le secteur des sciences humaines. […] Comment pourrait-on, à l’heure actuelle affronter la question de l’athéisme sans l’aborder là où elle se pose, sans se demander ce qu’est l’homme aujourd’hui28.

  • 29 Georges Morel, Questions d’homme, Aubier, vol. 2, 1977, p. 93.

17L’enjeu de départ est bien apostolique. La quête de valeurs pour le temps présent les mène plus loin. Morel aussi le note : « Un exemple singulièrement instructif à cet égard est le retard comme constitutif et structurel de l’intelligence chrétienne de la foi (théologie) par rapport au questionnement les plus sains de l’expérience humaine (philosophie, sciences naturelles et humaines etc.) »29. Le soupçon s’étend à la pertinence même du message chrétien.

Orientations

18La déconstruction de l’autorité des formes héritées entraîne la crise de l’institution sacerdotale et la délégitimation de la forme conventuelle. D’où l’accusation de déchirer la Compagnie et l’Église qui pèse sur Morel et de Certeau en proposant de substituer l’Évangile à la règle.

19L’évolution de leurs pensées les mène à exprimer publiquement des idées qu’ils savent hétérodoxes. Tous deux proposent l’invention d’un nouveau type de chrétien. Mais là où Certeau pratique une refondation de la condition jésuite, Morel se voit contraint à un désinvestissement de la forme conventuelle.

Défections déférentes

20Les différences de prise de distance viennent de la Compagnie elle-même, elles témoignent largement de défections déférentes, rarement de défections critiques. Michel de Certeau reste lui aux marges de la Compagnie. Son habitus aristocratique lui permet d’entretenir un rapport ironique avec l’institution. Sans cesser d’y appartenir, il veut prendre en compte cette interrogation quand il propose :

  • 30 Denis Pelletier, La crise catholique, Paris, Payot, 2002, p. 258.

Elle est d’abord inscrite dans cette tradition chrétienne, issue de l’incarnation de Jésus-Christ, qui permet encore qu’on ait “la faiblesse de croire” dans un monde sécularisé. Elle est aussi liée au déplacement du discours chrétien au-dehors de son domaine hérité, la théologie, pour entrer dans celui des sciences humaines et accepter de s’y confronter sans plus avoir le privilège d’être seul à dire le vrai30.

21Une conception mystique des sciences humaines rend possible le transfert. Un choix surgit entre une intensification où l’aspirant chercheur ne veut plus que le dogme et une mystique de sortie où celui qui s’éloigne ne veut plus du dogme.

  • 31 Michel de Certeau cité par Luce Giard, « Cherchant Dieu » dans La Faiblesse de croire, Par (...)

22En 1974, lors de la parution de l’entretien avec Jean-Marie Domenach, Le christianisme éclaté, Michel de Certeau insiste sur l’altérité du christianisme : « Le christianisme n’est que quelque chose de particulier dans l’ensemble de l’histoire des hommes »31. Il informe le provincial de Paris, Odilon de Varine de la sortie de l’ouvrage, mais ne demande aucun imprimatur. Il a conscience que ses positions heurtent dans la Compagnie.

  • 32 Propos de Michel de Certeau d’après les notes d’Odilon de Varine. Cité par François Dosse, (...)

Je ne voudrais pas faire de chantage, mais si tu juges préférable que je demande ma sortie de la Compagnie, je le ferai. Mais la Compagnie, c’est le lieu possible d’une expérience spirituelle pour moi […] Si d’autres jésuites se sentent agressés par ce livre, je ne veux pas que ce soient eux qui payent. Je dois payer le prix de mon interrogation32.

  • 33 En 1975, Certeau demande à Pierre Nora que ne figure pas le S.J. sur sa présentation d’aut (...)

23Il accepte l’idée de quitter les jésuites si l’Ordre le lui demande mais affirme sa préférence pour s’y maintenir33. De Certeau propose une nouvelle forme de désinstitutionalisation et recherche un style de vie alternatif au couvent. Pourtant il n’annonce pas la fin de l’expérience chrétienne :

  • 34 Michel de Certeau, Jean-Marie Domenach, op. cit., p. 74.

Quant à l’hypothèse d’un christianisme congédié par l’histoire, elle est ouverte. Il se peut que le christianisme ou, plus généralement, la religion soit seulement une figure historique des grands problèmes de l’homme en société et que d’autres lui succèdent aujourd’hui34.

  • 35 Ibid., p. 75.

24Il ajoute : « Il se trouve que malgré les analyses lucides et sérieuses qui, depuis trois siècles, annoncent le congédiement du christianisme, et aussi malgré la difficulté d’agir et de penser effectivement en chrétien, cette foi reste un risque pris par des hommes et des femmes qui ne peuvent pas se passer de ce que leur a dévoilé l’Évangile »35. Pour lui, le christianisme prend une autre forme.

25La Compagnie réagit mieux à ce positionnement car Certeau n’est pas un professeur à la différence de Morel. Cette position de formateur empêche ce dernier de conserver une position marginale au sein de la Compagnie, son charisme, l’attachement de ses étudiants en font une menace plus lourde et explique le choix d’une sortie en douceur.

L’éloignement de Georges Morel

26Morel s’éloigne sur un constat partagé de désaccord par fidélité à sa quête. Il explicite cette recherche en 1969 lors d’une commission pour les non-croyants :

  • 36 Tapuscrit de Georges Morel, Commission pour les non-croyants, réunion du 11 octobre 1969, (...)

Je ne peux pas séparer ces problèmes d’intellectuels et les problèmes d’homme […] actuellement, je suis frappé de la souffrance, de l’angoisse, de la détresse pour un certain nombre d’hommes, mais aussi […] d’une certaine recherche à laquelle je suis sensible […] Mais ces recherches me paraissent être au moins autant au-dehors que dans ce qui est officiellement d’Église, ce qui ne veut pas dire que ce ne sont pas quelque fois des gens d’Église qui font cette recherche36.

  • 37 Une volumineuse trilogie, Questions d’homme : Conflits de la modernité, L’Autre et Jésus d (...)
  • 38 Georges Morel, Questions d’homme, vol. 3, p. 139.
  • 39 Ibid., vol. 1, p. 270.
  • 40 Ibid., vol. 3, p. 192.
  • 41 Georges Morel, « L’instance moderne et l’Église », Incroyance et foi, n° 38, été 1986, p.  (...)

27Pour lui, la crise se cristallise autour des trois volumes de Questions d’homme37 où l’institution ecclésiale est définie comme « l’une des dernières grandes sociétés traditionnelles »38. L’émergence d’une « question de l’autonomie de chaque individu devant les forces religieuses, politiques, sociales ou psychiques, qui le mènent contre son gré et à son insu »39, conduit à ce « que chacun de nous, comme être à la fois indépendant et relationnel, puisse aller son propre chemin et devenir autant que possible un “maître” »40. Morel remet en cause l’institution : « D’un côté, un homme “libre”, destructeur de bornes, traceur de chemins qui n’existent pas encore, inventeur d’un Dieu ou d’une vérité sans calcul ; et, de l’autre, une Institution qui garde par-devers elle l’idée avaricieuse qu’elle est la Voie par laquelle il faut passer, se substituant ainsi à la fois aux hommes réels et au Dieu dont le souffle est pareil au vent dont on ne sait d’où il vient ni ou il va »41. La première étape est la remise en cause de l’institution chrétienne comme trahison de l’apport de Jésus :

  • 42 Georges Morel, Nietzsche à une première lecture, Aubier, 1985, p. 336. « Quant au mouvemen (...)

Dans son innocence Jésus n’a rien à voir avec ses disciples […] C’est par un abus inouï que ces formes décadentes et ces malformations qui s’appellent l’Église chrétienne, la foi chrétienne et la vie chrétienne se parent de ce nom sacré42.

  • 43 Georges Morel, Nietzsche..., op. cit, p. 348-349.

28L’institution est elle-même trahison : « Fondée sur l’intériorité, la religion selon Jésus tendait à abolir toute hiérarchie. Reprenant […] le judaïsme, le christianisme a rétabli et renforcé le sacerdoce, c’est-à-dire la distinction entre pseudo-maîtres et esclaves au niveau religieux. »43. Guy Petitdemange note dans un compte rendu du manuscrit pour ses supérieurs :

  • 44 Guy Petitdemange, « Le manuscrit du P. Morel », tapuscrit, p. 7, AFSJ.
  • 45 Ibid., p. 9, AFSJ.

Une inspiration guide tout ce travail : l’avènement de l’individu comme question nouvelle […] Elle ronge certains systèmes théoriques actuels de manière souvent explicite (Lévi-Strauss, Lacan…). »44. Mais « cette élaboration même entraîne la critique du christianisme, de son essence […], de son noyau théorique45.

  • 46 Georges Morel, Questions d’homme, op. cit., t. 3, p. 131.

La doctrine de l’Église « n’a plus rien à voir avec l’enseignement de Jésus »46, écrit en effet le P. Morel.

29Cette évolution est confirmée par le témoignage en octobre 1976 du P. Holstein qui connaît Georges Morel, son voisin de chambre à la maison des Études :

  • 47 Témoignage du P. Holstein établi à Paris le 9 octobre 1976 à la demande de A. Costes, dema (...)

Je sais qu’il éprouve des difficultés grandissantes par son état de prêtre et de religieux. Non pas, à proprement parler […] des difficultés à l’égard de la foi en Jésus-Christ - mais à l’égard de la théologie catholique, du dogme et de l’expression dogmatique, envers qui […] il a une véritable “allergie”47.

30Les raisons de la rupture sont donc à rechercher dans une évolution de sa pensée :

  • 48 Ibid.

Je ne crois pas que le Père Morel ait subi une influence extérieure très marquée : c’est davantage dans l’exigeante réflexion que se sont développés, au point de devenir insolubles, ses hésitations et ses doutes. […] D’une étude pénétrante de Hegel et de Marx, jamais interrompue, Georges Morel est passé à une fréquentation assidue de Nietzsche48.

  • 49 Tapuscrit de Georges Morel, op. cit, p. 4, AFSJ.
  • 50 Georges Morel, Nietzsche..., op. cit., p. VI-VII.

31Morel conscient des enjeux de la montée des conceptions du soupçon a d’abord tenté d’y répondre : « si le christianisme disparaît de la carte, ça fait quand même un sacré trou […] Je fais une étude sur Nietzsche, c’est vraiment pour cela que je le fais. Pas du tout par souci abstrait d’intellectuel. »49. L’évolution vers l’incroyance est due à un approfondissement de sa recherche : « L’Église est la première à battre sa coulpe, à confesser que sa pratique contredit parfois sa doctrine – laquelle reste indiscutable, indépassable. Or ce que fait Nietzsche, c’est tout autre chose : loin de signaler le décalage qui existerait entre la pratique et la théorie chrétiennes, il porte la suspicion sur la théorie elle-même et montre que les chrétiens sont en parfaite cohérence avec leur credo, quand ils manifestent leur peur de la liberté. »50.

32L’origine de ses interrogations est à l’origine de cette recherche :

  • 51 Georges Morel, « Goût du réel », Lignes sans retour. Textes et fragments posthumes, Paris, (...)

Ceux par exemple qu’on appelle les maîtres du soupçon, Freud ou Marx ou Nietzsche. Sans oublier Hegel, qui dans une section de la Phénoménologie définissait la culture occidentale comme “l’esprit qui s’est aliéné soi-même” […] bien peu nombreux semblent ceux qui acceptent de se demander si les valeurs qu’on leur a inculqués, dont ils disent qu’elles orientent leur vie, tiennent vraiment ou ne sont pas plutôt en quelque mesure, le résultat du jeu de l’imaginaire51.

  • 52 Tapuscrit de Georges Morel, op. cit, p. 2, AFSJ.

33De cette réflexion philosophique, il est passé à une conception renouvelée du christianisme. En effet, dès 1969, il pose : « je ne suis pas certain du tout que le christianisme en tant que fait historique global puisse continuer ; ça ne va pas de soi, en tout cas pas de soi parce que c’est un problème de liberté humaine. »52.

Le départ de Georges Morel

  • 53 Étienne Fouilloux, « Naissance, enfance et adolescence de Christus », Christus, numéro du (...)

34Pourtant Morel ne quitte pas la Compagnie. Les premières alertes viennent du Vatican qui envoie à la Curie généralice de vives critiques sur le numéro de Christus du 21 octobre 1968 où les rédacteurs, dont Morel, sont jugés trop favorables à la contestation tant dans l’Église que dans la société53. La trilogie précipite la crise. Il avait soumis le manuscrit de son dernier ouvrage au supérieur provincial qui le rejette. Morel rencontre le père Calvez et le Préposé général Arrupe lors d’un voyage à Rome à l’automne 1975. Ils vont le convaincre de quitter la Compagnie où se multiplient les critiques envers ses idées bien que l’auteur ait pourtant proposé de ne pas publier son livre. André Costes, P. Provincial de France, rapporte leur discussion à son retour :

  • 54 Lettre de A. Costes, P. Provincial de France à l’Assistant à Rome, Rome 22/10/1975, AFSJ.

Il m’a dit que Calvez avait été très net pour lui dire qu’il fallait quitter ; un peu brusque même. Mais pour Georges il est une autorité de la Compagnie et son jugement est profondément accepté. Il m’a dit aussi que le P.G., après avoir évoqué une crise de la foi, l’avait écouté avec une attitude très juste. Georges en était content et tirait la conclusion qu’il fallait qu’il parte […] il ne veut pas de scandale54.

  • 55 Rapporté par Georges Morel à Eric de Rosny, Eric de Rosny, Quand l’œil écoute, supplément (...)
  • 56 Lettre d’A. Costes à Mme Francis Morel, mère de Georges le 26 avril 1978, AFSJ.

35Arrupe lui aurait dit : « Si ce sont bien vos idées que vous avez exprimées, vous devez, en conscience, leur être fidèles, mais ce ne sont pas les nôtres ! »55. C’est à la demande du Provincial qu’il obtient la réduction à l’état laïc. La raison première est bien que « Les Supérieurs de la Compagnie lui ont demandé de poursuivre sa recherche sans engager l’Église et la Compagnie […] il s’agit d’une fidélité à une recherche dans laquelle nous ne pouvions l’accompagner, mais qui est authentique et pour moi estimable et digne. », écrit André Costes à la mère de Georges Morel56. Il rend compte de ce départ au R.P. Général le 5 janvier 1977 :

  • 57 Lettre d’A. Costes au RP Général du 5 janvier 1977, AFSJ.

Je vous fais parvenir le dossier de demande de retour à l’état laïc de Georges Morel. Georges Morel a quitté sans bruit les Études, il y a trois mois environ. Je ne pense pas que l’annonce de sa réduction à l’état laïc perturbe les jésuites de France. Je dois reconnaître que Georges Morel a vraiment voulu donner à sa démarche le sens d’une soumission respectueuse à ce que les Supérieurs – et surtout vous-même – lui avaient fait comprendre de l’impossibilité de poursuivre sa vie d’intellectuel et d‘écrivain comme prêtre et religieux.57.

  • 58 Une note au P. Pierre Frison (1913-2002) un temps supérieur de la communauté de la rue Mon (...)

36Le départ soulève néanmoins quelques débats58. Eric de Rosny témoigne de la surprise des jésuites :

  • 59 Eric de Rosny, Quand l’œil écoute, supplément à Vie chrétienne, n° 531, 2007, p. 59.

Selon lui (Morel), ma génération s’interrogeait sur les capacités de l’Église à trouver un langage évangélique qui corresponde à l’homme d’aujourd’hui. Les générations qui nous ont succédé, fortement marquées par les événements de Mai 68, remettaient en cause la pertinence de la foi elle-même. À celles-là, il tentait d’apporter des réponses à des questions d’un autre ordre que les nôtres59.

Morel s’interroge sur le fait de croire aujourd’hui non plus seulement sur la teneur et les formes de la croyance. C’est bien pourquoi il lui est demandé de partir.

  • 60 Les jésuites en France sont 3160 en 1946 et 1156 en 1979. Dominique Avon et Philippe Roche (...)

37Une quête de nouvelles réponses chrétiennes à un monde changé a conduit non à un renouvellement de la pensée chrétienne mais à une prise de distance avec elle qui peut aller jusqu’au départ. Le tournant des sciences humaines dans la Compagnie de Jésus a remis en cause ses fondements philosophiques et théologiques. Ce moment a conduit nombre de jésuites à s’interroger sur leur propre cheminement et à poser la question de leur éloignement de la Compagnie, de l’Église et peut-être même de la foi, de les mener donc à une rupture de leurs premiers engagements. Des membres éminents et prometteurs quittent la Compagnie dans les quinze années de l’après-concile60. La litanie des noms de François Roustang, Georges Morel, Bruno Ribes, Philippe Julien, Jean-Claude Eslin, Guy Petitdemange et Jean-Louis Schlegel donne une idée de cette « fuite des cerveaux ».

  • 61 Sur l’importance de la lecture chrétienne de Lacan, dont le frère est jésuite, voir Franço (...)

38Les voies de dégagement sont nombreuses. Si la carrière bibliste permet de reconvertir l’étude des langues et des écritures, au sein de la Compagnie, le choix de la philosophie ou de la psychanalyse l’emporte61. Les exemples abondent d’une rupture déférente dont le choix est souvent entre les mains de la Compagnie.

Notes

1 Jean Moussé, Mon chemin de foi 1949-1984, journal diffusé de façon privé, 19 août 1972, p. 62. Je remercie Étienne Fouilloux pour me l’avoir communiqué.

2 Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation, socio-histoire de la politisation des dominicains de la Province de France (1950-1980), thèse Paris I Panthéon-Sorbonne, 2008.

3 « On constate aussi un éclatement du milieu ecclésial avec de nombreux départs de prêtres, de religieux et de religieuses. », écrit le frère Yves Guibert en 1963. Cité par Giuseppe Buffon, « Le début du renouveau conciliaire en France dans le milieu franciscain (1943-1979) », Revue d’histoire ecclésiastique, juillet-décembre 2010, p. 705.

4 Martine Sevegrand, Vers une Église sans prêtres. La crise du clergé séculier en France (1945-1978), Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 229-234.

5 Jean-Luc Nancy en témoigne, évoquant « Georges Morel, un jésuite qui commentait Hegel dans un cercle d’étudiants cathos ». Interview de Jean-Luc Nancy par Thierry Paquot, Revue Urbanisme, n° 342, mai-juin 2005.

6 Georges Morel, Problèmes actuels de religion, Paris, Aubier, 1968, p. 94-95.

7 Ibid., p. 83.

8 Ibid., p. 165-166.

9 Michel de Certeau, « La rupture instauratrice ou le christianisme dans la culture contemporaine » (Esprit, 1971), la faiblesse de croire, p. 187-226.

10 Hamon et Rotman, Génération, t. 2, Paris, Seuil, p. 665.

11 Georges Morel, Problèmes actuels…, op. cit., p. 79.

12 Bernard Brillant, Les clercs de 68, Paris, PUF, 2003, p. 567.

13 « Interrogations à propos du sacerdoce dans la Compagnie de Jésus », dactylographie, p. 29.

14 Philippe Lécrivain, « Les écrits du xvie siècle. Relecture historiographique », dans Christus, numéro du cinquantenaire, 2004, p. 94.

15 Étienne Fouilloux, « Naissance, enfance et adolescence de Christus », Christus, numéro du cinquantenaire, 2004, p. 38.

16 François Roustang (S.J., Le P.), Jésuites de la Nouvelle-France, op. cit., 351 p. Une Initiation à la vie spirituelle, Paris, Desclée, De Brouwer, 1963, 238 p. et Ignace de Loyola. Constitutions de la Compagnie de Jésus, Paris, Desclée, De Brouwer, 1967, 317 et 293 p.

17 François Roustang, « Introduction », Saint Ignace, Constitutions de la Compagnie de Jésus, Paris, Desclée, 1967, p. 7-8.

18 Ibid., p. 9.

19 Michel de Certeau, « Le mythe des origines » dans La Faiblesse de croire, Paris, Seuil, 1987, p. 53. À l’origine, l’article est paru dans le numéro de Christus « Se dire jésuite aujourd’hui » en 1966.

20 Georges Morel, Marx dans l’histoire et la pensée humaine, cours tapuscrit, 1955, p. 5. Dossier Georges Morel, Archives françaises de la Société de Jésus (AFSJ). Je remercie vivement le P. Bonfils pour son accueil et sa disponibilité.

21 Georges Morel, Le sens de l’existence selon saint Jean de la Croix, « Préface », t. 1, 1960- 1961, p. 29.

22 Georges Morel, Marx dans l’histoire..., op. cit., p. 4. Il s’agit de critiquer le livre Signification du marxisme du P. Henri Desroches aux Éditions ouvrières en 1949 et « L’Église et le mouvement ouvrier », du P. Maurice Montuclard, dans Les Événements et la Foi, douzième et dernier cahier du groupe Jeunesse de l’Église, publié aux Éditions du Seuil en 1951. Morel a assuré un cours sur Marx à Chantilly en 1964. Voir Archives Fessard, 44a.

23 « Interrogations à propos du sacerdoce dans la Compagnie de Jésus », dactylographie, p. 30, signés par 23 scolastiques en théologie à Fourvière (dont Revesz, Mellon et J. L. Schlegel), Fonds Ganne. Je remercie Étienne Fouilloux de m’avoir communiqué ce document.

24 François Dosse, Michel de Certeau, Paris, La Découverte, 2002, p. 164-165.

25 Michel de Certeau, Jean-Marie Domenach, Le christianisme éclaté, Paris, Seuil, 1974, p. 32.

26 « C’est comme si brusquement, ils s’étaient réveillés avec l’audace d’exister, d’avoir une existence personnelle. ». François Roustang, « Le troisième homme », Christus, n° 52, octobre 1966, p. 566

27 François Roustang, « Le troisième homme », Christus, n° 52, octobre 1966, p. 567.

28 Dominique Avon et Philippe Rocher, les jésuites et la société française xixe-xxe siècles, Toulouse, Privat, 2001, p. 217-218.

29 Georges Morel, Questions d’homme, Aubier, vol. 2, 1977, p. 93.

30 Denis Pelletier, La crise catholique, Paris, Payot, 2002, p. 258.

31 Michel de Certeau cité par Luce Giard, « Cherchant Dieu » dans La Faiblesse de croire, Paris, Seuil, 1987, p. XIII.

32 Propos de Michel de Certeau d’après les notes d’Odilon de Varine. Cité par François Dosse, p. 200-201.

33 En 1975, Certeau demande à Pierre Nora que ne figure pas le S.J. sur sa présentation d’auteur : « Je ne cache ni mes travaux ni mes intérêts ou l’objet de mes recherches, mais “jésuite” est l’indice d’un engagement personnel et non d’une identité sociale ». Lettre de Michel de Certeau à Pierre Nora du 4 mars 1975, cité par François Dosse, op. cit., p. 264.

34 Michel de Certeau, Jean-Marie Domenach, op. cit., p. 74.

35 Ibid., p. 75.

36 Tapuscrit de Georges Morel, Commission pour les non-croyants, réunion du 11 octobre 1969, p. 1-2. AFSJ.

37 Une volumineuse trilogie, Questions d’homme : Conflits de la modernité, L’Autre et Jésus dans la théorie chrétienne.

38 Georges Morel, Questions d’homme, vol. 3, p. 139.

39 Ibid., vol. 1, p. 270.

40 Ibid., vol. 3, p. 192.

41 Georges Morel, « L’instance moderne et l’Église », Incroyance et foi, n° 38, été 1986, p. 30.

42 Georges Morel, Nietzsche à une première lecture, Aubier, 1985, p. 336. « Quant au mouvement fondamental que représente le Christ en tant qu’être historique, [...] avec le sens qu’il lui donne, pour moi ça me paraît en effet difficilement discutable parce que précisément ce n’est pas de l’ordre théorique [...] quand on la dénude de certaine interprétations qu’on en donne, et j’ajouterais de certaines interprétations même dites révélées, j’entends par là certains textes de Saint Paul avec lesquels je me sens en profond désaccord, [...] ça pour moi, ça reste fondamental. Mais il reste aussi comment aider les hommes et nous aider nous-mêmes à incarner ça dans l’univers social et politique ». Tapuscrit de Georges Morel, Commission pour les non-croyants, réunion du 11 octobre 1969, p. 4. AFSJ. Le troisième tome de Questions d’homme est ainsi défini par Guy Petitdemange du 4 avril 1976 : « “Jésus de passage” est un parcours des Évangiles destiné à repérer les interrogations qui peuvent aujourd’hui nous provoquer encore, destiné donc à mesurer la portée éventuelle pour nous, hors des structurations chrétiennes dogmatiques, de ce personnage de l’histoire, Jésus ». Guy Petitdemange, « Le manuscrit du P. Morel », tapuscrit, p. 3, AFSJ.

43 Georges Morel, Nietzsche..., op. cit, p. 348-349.

44 Guy Petitdemange, « Le manuscrit du P. Morel », tapuscrit, p. 7, AFSJ.

45 Ibid., p. 9, AFSJ.

46 Georges Morel, Questions d’homme, op. cit., t. 3, p. 131.

47 Témoignage du P. Holstein établi à Paris le 9 octobre 1976 à la demande de A. Costes, demande faite le 8 octobre 1976 en vue de la réduction à l’état laïc de Georges Morel. AFSJ.

48 Ibid.

49 Tapuscrit de Georges Morel, op. cit, p. 4, AFSJ.

50 Georges Morel, Nietzsche..., op. cit., p. VI-VII.

51 Georges Morel, « Goût du réel », Lignes sans retour. Textes et fragments posthumes, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 200-201.

52 Tapuscrit de Georges Morel, op. cit, p. 2, AFSJ.

53 Étienne Fouilloux, « Naissance, enfance et adolescence de Christus », Christus, numéro du cinquantenaire, 2004, p. 49.

54 Lettre de A. Costes, P. Provincial de France à l’Assistant à Rome, Rome 22/10/1975, AFSJ.

55 Rapporté par Georges Morel à Eric de Rosny, Eric de Rosny, Quand l’œil écoute, supplément à Vie chrétienne, n° 531, 2007, p. 58.

56 Lettre d’A. Costes à Mme Francis Morel, mère de Georges le 26 avril 1978, AFSJ.

57 Lettre d’A. Costes au RP Général du 5 janvier 1977, AFSJ.

58 Une note au P. Pierre Frison (1913-2002) un temps supérieur de la communauté de la rue Monsieur, sans date ni auteur figure dans le dossier des AFSJ. « Dans le cas douloureux du P. Georges Morel, je crois devoir insister sur le caractère anormal, et donc injuste, de la procédure. J’ai l’impression d’une décision préfabriquée, et que la visite à Rome a permis aux autorités de notifier à l’intéressé […] Des cas analogues (par ex. Tyrrell, en 1905) ont toujours eu comme justification juridique des textes publiés, et jugés incompatibles, si pas rétractés (ce à quoi Tyrrell s’est refusé), avec la permanence dans la Compagnie. ».

59 Eric de Rosny, Quand l’œil écoute, supplément à Vie chrétienne, n° 531, 2007, p. 59.

60 Les jésuites en France sont 3160 en 1946 et 1156 en 1979. Dominique Avon et Philippe Rocher, op. cit., p. 243.

61 Sur l’importance de la lecture chrétienne de Lacan, dont le frère est jésuite, voir François Dosse, Histoire du structuralisme, t. 1, Paris, La Découverte, 1992, p. 291 ; Elisabeth Roudinesco, Histoire de la psychanalyse en France, t. 2 1925-1985, Paris, Fayard, 1994, p. 218 et l’article d’Agnès Desmazières.

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search