Version classiqueVersion mobile

Jésuites et sciences humaines (années 1960)

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Frédéric Gugelot

La conversion de la Compagnie à Teilhard de Chardin dans les années 1960

Loïc Figoureux

Texte intégral

  • 1 Archives de la province jésuite de France (ASJF), Fonds Teilhard de Chardin, 6/4.2, censur (...)

Je crois pouvoir écrire, en pesant les mots, que la Compagnie n’aura pas eu d’homme aussi grand, du point de vue des idées, depuis Suarez. Tel recteur de facultés catholiques pense qu’il fut l’un des trois ou quatre génies du siècle. C’est probablement exagéré, mais il est certain que l’histoire doctrinale de l’Église fera encore une grande place au P. Teilhard, même après que de grands noms comme Franzelin, Billot, de la Taille, Lebreton, de Grandmaison seront tombés dans l’oubli1.

1Ainsi s’exprimait le Père Henri Rondet, s.j., chargé, un an après la mort de Pierre Teilhard de Chardin, de réviser le manuscrit que lui avait consacré l’un de ses confrères.

2Il est vrai que le projet de Teilhard pouvait paraître d’une grande portée apologétique. À l’homme qui, face à toutes les découvertes scientifiques, se sent perdu, tel un simple atome dans l’Univers croissant, Teilhard présente l’évolution comme un vaste mouvement dans lequel œuvre une loi de complexité-conscience, c’est-à-dire qu’émergent des formes de plus en plus complexes (de l’atome à la molécule, puis à la cellule, etc.) en même temps qu’un état de conscience toujours plus développé. Dans ce vaste mouvement de réflexion, qui est aussi mouvement de convergence, d’union, l’homme a une valeur unique, en flèche de la Vie. Le terme supérieur de cette unanimisation humaine est le point Oméga, qui est le Christ, déjà existant et opérant dans la masse pensante.

  • 2 Henri de Lubac, « L’Église salut de l’homme », Catho-Journal, 8, 1963, p. 37-42, p. 42.
  • 3 Pierre Teilhard de Chardin, Le Milieu divin, Seuil, 1957, p. 42.

3L’homme conscient de ce mouvement à l’œuvre ne peut alors se désintéresser du monde. Teilhard dit à ses contemporains qu’« un grand avenir collectif sur la terre même [les] attend », qu’ils n’ont pas « tort d’exalter la grandeur de l’homme, de chercher l’unité humaine, [que] Dieu est là pour [les] attirer, le Christ est là […] par qui, avec qui et en qui [ils doivent] être un jour rassemblés, "afin que Dieu soit tout en tous" »2, que « chacune de nos œuvres, par la répercussion plus ou moins lointaine et directe qu’elle a sur le Monde spirituel, concourt à parfaire le Christ dans sa totalité mystique »3.

4Pourtant, la Compagnie, qui avait déjà pris des mesures sévères à l’encontre du paléontologue de son vivant, ne modifia pas si rapidement son attitude, et c’est bien à une conversion de la Compagnie à Teilhard, même si cette conversion n’est pas totale, que l’on assiste dans les années 1960. C’est elle que nous voudrions retracer ici, en nous interrogeant à la fois sur ses motivations et sur son processus.

Le temps des tensions. Jésuites de France, Curie jésuite, Saint-Office, un billard à trois bandes.

Réactions immédiates

5En avril 1955, Pierre Teilhard de Chardin meurt aux États-Unis. Se pose très vite la question de la publication de ses œuvres inédites, qui circulaient déjà sous forme de papiers ronéotypés, et dont la publication avait été bloquée par la Curie généralice jésuite, du moins en ce qui concernait les écrits non scientifiques. Le Père Teilhard avait légué ses écrits à sa secrétaire, Mademoiselle Jeanne-Marie Mortier, ce qui devait permettre une publication beaucoup plus aisée que s’ils étaient restés propriété de la Compagnie.

  • 4 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, inédits, Centre d’Archives et d’Étude du Cardinal Henri (...)
  • 5 Lettre de Jean Villain à Marie-Jeanne Mortier, 10 mai 1955, M/Ly, 146/2, ASJF.
  • 6 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, CAECL, 8 mai 1955.

6Dès sa mort, plusieurs jésuites français souhaitaient que la Compagnie fasse connaître, avec des réserves éventuelles, une œuvre qui semblait d’une très grande portée. Henri de Lubac écrivait ainsi, quelques jours après la mort de son confrère : « Bien plus qu’on ne pourra le dire, bien plus qu’on ne le pense, qu’on ne le saura, de telles existences auront contribué à porter la Compagnie dans notre siècle difficile ; davantage, à faire franchir à l’Église entière un pas dangereux. Ni pour l’un ni pour l’autre, cela n’aura été sans sacrifices durs, jusqu’à la fin »4. Aussi Lubac chercha-t-il, en vain, à faire paraître dans Christus des extraits du Milieu divin de Teilhard. À un niveau supérieur de responsabilité, le P. André Ravier, Provincial de Lyon, et le P. Jean Villain, Supérieur de la maison des Études, dont dépendait canoniquement le P. Teilhard, s’adressèrent au Père Général pour publier, avec Mademoiselle Mortier, le Phénomène humain et le Milieu divin5. Si les initiatives françaises existent, les réponses romaines, venant de la Curie jésuite, ne témoignent pas du même empressement à lever l’interdit. De fait, quand le P. Provincial revient de Rome, il exprime le souhait que personne ne fasse mention de l’allocution qu’avait lue le P. René d’Ouince à l’issue de la messe célébrée pour le P. Teilhard, allocution qui, sans se lancer dans un panégyrique, se voulait reconnaissante et fraternelle6.Quant à la possibilité pour la Compagnie de s’associer à une publication, c’était non.

  • 7 F. Russo, « Actualités. Le Père Teilhard de Chardin », Études, mai 1955, p. 254-259.
  • 8 « Il pressentait chez l’homme d’aujourd’hui la survivance du sentiment religieux. Mais le (...)
  • 9 Ibid, p. 259.
  • 10 Cf. dactylographie d’une cassette enregistrée par le P. Russo en 1994, Fonds Russo, Boîte  (...)

7La Compagnie ne prônait pas pour autant le retrait, et était même loin de se désintéresser du cas Teilhard. Ainsi avaient paru dans les Études de mai 1955 quelques pages de François Russo7 sur celui qui avait été l’un de ses amis. Ces quelques pages étaient très favorables au Père Teilhard, à son désir apostolique de répondre aux conditions nouvelles posées par les découvertes scientifiques et le progrès technique8. Si le Père Russo ne taisait pas quelques insuffisances (l’insuffisante distinction de la nature et du surnaturel, un optimisme parfois jugé excessif), il concluait en estimant que « longtemps se prolongera le sillage de cette intelligence qui n’a rêvé que de montrer la vraie place du Christ dans l’univers qu’Il a sauvé »9. L’article valut au P. Russo une convocation par le Père Provincial de Paris, qui lui lut une lettre du Père Général. Son article était beaucoup trop favorable à Teilhard10.

  • 11 Bruno de Solages écrit ainsi au Père de Lubac, le 21 décembre 1955 : « Ce sont (d’après me (...)
  • 12 « Note du Père Jean Villain, directeur des Études, sur la publication des ouvrages du Père (...)
  • 13 Après une rencontre avec le cardinal Feltin, Jean Villain écrit ainsi : « À son dernier pa (...)

8En ce qui concernait la publication des œuvres, le P. Janssens, Père Général, souhaitait un embargo certes, mais ce devait être un embargo limité. Le P. Janssens souhaitait plutôt que fût publiée une biographie du Père, comportant une anthologie de ses œuvres, que le P. Villain se disait prêt à entreprendre en accord avec Mademoiselle Mortier. Des Pères des Études avaient même déjà été désignés en mai 1955 pour ce travail. Sans sous-estimer les hostilités de fond qui existaient chez une partie des Pères qui entouraient le Père Général11, l’intention de ce dernier était aussi d’éviter qu’une publication non contrôlée ne provoquât une condamnation de Teilhard « de la part d’une autorité supérieure à la sienne »12. L’enjeu était donc clairement une mise à l’Index13.

  • 14 Lettre de Jean Villain au Provincial de Lyon, 2 mai 1955, M/Ly, 146/2, ASJF.

9Toutefois, ces plans de la Curie généralice se heurtèrent au refus de Melle Mortier, qui n’entendait pas renoncer à la publication comme le montre le compte rendu par le P. Villain de sa rencontre avec elle : « Trop d’âmes se perdent, m’a-t-elle dit, parce qu’on ne leur présente pas la synthèse qui pourrait seule les satisfaire ; son devoir apostolique est donc de la leur faire connaître. Aucun argument ne peut l’ébranler, obéissance à l’Église, danger d’une mise à l’Index, respect de la mémoire du Père Teilhard ; elle ne veut retenir qu’une chose, c’est que, en envoyant le Père en Amérique et en lui défendant d’entrer au Collège de France, l’Église et la Compagnie ont commis de véritables attentats contre la personne humaine »14.

  • 15 Lettre de Jean Villain à Marie-Jeanne Mortier, 10 mai 1955, M/Ly, 146/2, ASJF.
  • 16 Sur cela, H. Serry, « La publication des œuvres de Pierre Teilhard de Chardin aux Éditions (...)
  • 17 Lettre de Jean Villain au Provincial de Lyon, 17 mai 1955, M/Ly, 146/2, ASJF.

10Le P. Villain avait beau lui écrire l’avertissement du P. Général, c’est-à-dire qu’en cas de publication sans imprimatur, ou même simplement sans accord de la Compagnie, elle s’exposerait à un désaveu formel et public de la part de la Compagnie, et très probablement à l’intervention du Saint-Office15, il se heurta à une fin de non-recevoir absolue. Aussi, et même si Jean Villain voulait « prévenir à nouveau l’éditeur pressenti (Le Seuil)16 du risque qu’il courait s’il acceptait cette publication »17, il fallait se rendre à l’évidence : la Compagnie n’avait pas les moyens de s’opposer au projet de Mademoiselle Mortier, dont le principal conseiller était Claude Cuénot.

  • 18 « Note du Père Jean Villain, directeur des Études, sur la publication des ouvrages du Père (...)
  • 19 Ibid.

11La Compagnie ne pouvait alors qu’essayer de parer aux effets de ces publications, chacun cherchant à éviter une condamnation de l’autorité supérieure. Ainsi, à Rome, le Père Général souhaita-t-il que la Compagnie propose « son » Teilhard. Le Père Louis Barjon s.j. se vit confier, pour cela, en collaboration notamment avec François Russo, jésuite féru de sciences, le projet d’un ouvrage sur le paléontologue, mais cette fois sans anthologie à proprement parler. En France, des jésuites, le Provincial de Lyon et le Supérieur des Études en tête, cherchèrent, de leur côté, à éviter toute condamnation en montrant les dommages que causerait une telle décision. Ainsi Jean Villain craignait-il beaucoup qu’une mise à l’Index du Phénomène humain, premier ouvrage annoncé, n’entraînât une nouvelle affaire Galilée, et ne coupât les milieux scientifiques de l’Église. Recourir à la Curie généralice pour qu’elle agisse en faveur de Teilhard lui semblait illusoire18. Aussi chercha-t-il de l’aide auprès du cardinal Feltin. Celui-ci comprenait les enjeux, mais disait ne pouvoir engager « aucune démarche personnelle, certain, par avance, vu ses rapports difficiles avec le Saint-Office, qu’elle serait vouée à l’échec »19. Le cardinal conseillait toutefois au Père Villain de prendre contact avec le Père Philippe de la Trinité, o.c.d., consulteur du Saint-Office, qui devait passer par Paris, afin de savoir ce qu’il convenait de faire.

  • 20 On trouve cette lettre, datée du 9 octobre 1955, dans le fonds de la Province de Paris (A- (...)

12Celui-ci indiqua alors la démarche à entreprendre : obtenir un document d’un grand savant catholique qui exposerait les inconvénients d’une condamnation pour les milieux scientifiques. Le projet fut immédiatement mis à exécution, et le savant trouvé en la personne de M. Leprince Ringuet, membre de l’Académie des Sciences, professeur à l’École polytechnique, et grand admirateur de Teilhard par surcroît. Dans sa lettre, Leprince-Ringuet insistait sur les conséquences apostoliques particulièrement néfastes qu’aurait une condamnation de Teilhard : « les plus hostiles se réjouiront et clameront bien haut que l’Église est en fait hostile à la vitalité scientifique »20. On le voit, les jésuites français ne ménagent pas leur peine pour préserver leur confrère d’une éventuelle condamnation, ce qui empêche de parler d’une attitude hostile de la Compagnie en général, la réalité en est très éloignée.

Après la publication du Phénomène humain

  • 21 Le cardinal devait communiquer cette lettre à l’Assemblée des cardinaux et Archevêques. Un (...)
  • 22 « Note du Père Jean Villain, directeur des Études, sur la publication des ouvrages du Père (...)

13Ce jeu entre des initiatives françaises, la crainte du Saint-Office, et une curie généralice partagée entre une désapprobation sur le fond et la volonté de préserver un jésuite de la condamnation, se poursuivit après la publication, à la fin de l’année 1955, par les éditions du Seuil, du Phénomène humain. Jean Villain poursuivait le même but : éviter une nouvelle affaire Galilée. Ainsi, quand le cardinal Liénart reçut une lettre du Saint-Office qui s’élevait contre cette publication, et demandait que des mesures fussent prises pour éviter que ce livre jugé dangereux ne pénétrât dans les séminaires et dans les collèges21, Jean Villain, faisait parvenir au P. Assistant et au Père Philippe de la Trinité la liste du comité d’honneur qui patronnait la publication des œuvres du Père Teilhard, « pour faire comprendre le scandale que causerait la mise à l’Index d’un ouvrage publié sous le patronage des plus grands savants et de quelques personnages considérables (parmi lesquels l’ex reine d’Italie) »22. Le Saint-Office, de fait, n’alla pas jusqu’à la condamnation.

  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.

14La Curie généralice, elle, souhaita des mises au point. Rome avait fait savoir que, dès la publication du Phénomène humain, les Études devraient faire paraître une note brève prenant nettement position, et que, au cours des mois suivants, elles devraient publier une grande étude doctrinale sur ce livre. Ces deux documents devraient subir, avant de paraître, la censure du Père Général. Après avoir obtenu le remplacement de l’article doctrinal par la biographie que préparait le Père Barjon, le P. Villain s’attela à la note demandée, dans « un acte d’obéissance d’autant plus pénible qu’il était certain que cette note attirerait bien des critiques, avouées ou non, à l’égard de son auteur »23. Il la jugeait lui-même « assez sévère ». Révisée aux Études et par le P. Visiteur (le père Plaquet, belge), Rome exigea de la revoir également avant publication. L’accord fut donné, et le Père Général écrivit même au Père Visiteur qu’il aurait admis que le P. Villain soit un peu moins sévère24 ! Appréciation qui témoigne sans doute suffisamment combien, dans cette affaire, au-delà du jugement porté sur le fond de l’œuvre de Teilhard, chacun cherche à devancer les désirs souhaités de l’autorité supérieure, toujours dans le but d’éviter le pire.

15Dans une note personnelle, le Père de Lubac relevait d’ailleurs toute l’ironie de trouver, dans le même numéro des Études, une telle note venant d’un homme qui, quelques jours auparavant, se déclarait enthousiaste du Phénomène humain devant le P. d’Ouince, et ces lignes du P. Rouquette :

  • 25 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 1er décembre 1955, CAECL. Dans la note des Études (J. V(...)

Il faut bien s’attendre à ce que les jésuites n’agissent pas comme des pantins dont il suffit de tirer les ficelles pour leur faire faire des mouvements préfabriqués ; on s’accorde, en effet, à reconnaître que la formation jésuite, si elle insiste sur la vertu essentielle d’obéissance, développe en même temps le caractère25.

  • 26 M/Ly, 146/2, ASJF.
  • 27 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 10 novembre 1955, CAECL.

16En outre, le Père Général, Jean-Baptiste Janssens, envoya le 5 janvier 1956 à l’ensemble des Supérieurs l’ordre de ne pas introduire (ou de retirer le cas échéant) le Phénomène humain des bibliothèques auxquelles avaient accès les scolastiques ou les Pères qui n’avaient pas encore terminé leur troisième an. La même mesure touchait les manuscrits ronéotypés n’ayant pas obtenu d’autorisation26. D’après le P. Sommet, l’ordre venait du Saint-Office27.

Qu’est-il possible d’écrire sur Teilhard ?

17Après ces mesures de prudence immédiate, il restait possible, lorsque l’on était jésuite, d’écrire sur Teilhard, même si cela pouvait être difficile. Dans un premier temps, on observe des initiatives isolées, celles d’amis de Teilhard comme le Père Leroy, qui avait été très proche de lui en Chine, et qui publie dès 1958 un témoignage sur la personne de son confrère, dans Pierre Teilhard de Chardin tel que je l’ai connu (Plon). Il s’agit aussi d’initiatives venues de plus jeunes Pères, qui ont été marqués par la figure de Teilhard et par son projet scientifique et apostolique. N’apparaît pas de démarche d’ensemble concertée, pour encourager l’étude de l’œuvre de Teilhard, mais surgissent plutôt des initiatives locales, qui passent la censure parce qu’elles ne sont pas des approbations sans réserve.

  • 28 Curriculum vitae, Fonds Christian d’Armagnac, dossier Teilhard de Chardin, ASJF.

18Ainsi en va-t-il du père Christian d’Armagnac. Dans le curriculum vitae qu’il écrivit à la fin de sa vie, il évoque cet « appel qui mûrit en lui [durant sa formation] : le dialogue des sciences et de la théologie ». Après des études à la Grégorienne, et une thèse sur la cosmologie de Platon et d’Aristote, il rentre en France et fait « une rencontre marquante, celle du P. Teilhard : une grande porte qui s’ouvre… »28. Il se mit au travail après la publication du Phénomène humain. Il était alors professeur de cosmologie et de philosophie des sciences à Vals-près-Le Puy, maison qui était le centre d’une revue, les Archives de philosophie, que venait de relancer le Père Marcel Régnier, et à laquelle il a consacré toute sa vie.

19La revue souhaitait de fait publier un article sur l’œuvre scientifique du Père Teilhard, et, sur le conseil du P. Villain, elle l’avait demandé, non à un jésuite mais à un professeur de la faculté des sciences de Toulouse, M. Vandel. Le Père Régnier voulait toutefois obtenir, avant publication, l’approbation du P. Visiteur (le P. Plaquet), quant à cet article et quant au projet du P. Christian d’Armagnac qui avait proposé, pour la revue

  • 29 Lettre du P. Marcel Régnier au P. Visiteur, 4 janvier 1956. Fonds Régnier, 6/2 (Correspond (...)

une étude (très critique) sur la philosophie du Père Teilhard. Primitivement nous avions pensé ne parler dans la revue que de l’œuvre scientifique, et laisser de côté le reste, si discutable. Cependant, depuis la parution du Phénomène humain, nous nous demandons si une mise au point de la "philosophie" du P. Teilhard, telle du moins qu’elle apparaît dans les textes imprimés, ne serait pas opportune. Sur ce point aussi nous serions désireux de connaître votre manière de voir29.

  • 30 P. BOSIO, « Il fenomeno umano nell’ipotesi dell’evoluzione integrale », Civilità cattolica(...)
  • 31 Fonds Archives de philosophie, DSV 1200, compte-rendu de la réunion du comité tenue à Pari (...)

20On ne dispose pas de la réponse, mais un mois plus tard, la réunion du comité des Archives décidait de ne pas publier pour le moment les articles prévus (M. Vandel et P. d’Armagnac), estimant que « mieux va[lait] prendre le vent », d’autant que la Civiltà Cattolica30 avait fait paraître un article très sévère envers le Phénomène humain31. Le comité de la revue s’accordait à dire que mieux valait attendre la publication du livre préparé par le P. Barjon pour y voir plus clair.

21Ce livre devait passer par la révision romaine. Les révisions françaises, dues aux PP. Guillet, Rondet et Holstein, avaient été favorables, mais la révision du P. Holstein posait la question essentielle : que souhaitait-on avec ce livre ?

  • 32 Fonds Teilhard de Chardin, 6/4.2, dossier « Livre du P. Barjon », révision de Henri Holste (...)

Du point de vue de ce qui est attendu par les Supérieurs de la Compagnie, je ne sais exactement ce qu’ils désirent. Et cette incertitude me gêne dans le jugement que je dois porter sur le livre du P. Barjon. Si une présentation très sympathique, encore que sans indulgence excessive et blâmable, est permise, il faut que le livre du P. Barjon paraisse sans tarder. Si, au contraire, on désire un livre sévère, une critique impitoyable de positions idéologiques jugées "regrettables", il faudrait alors un tout autre écrit, plus proche, par le ton et l’intention, de certains autres qu’une presse "intégriste" publie32.

  • 33 « Ce livre est le seul moyen, pour l’Église, de sortir de l’impasse où nous ont engagés le (...)
  • 34 Lettre du Père Général à Étienne Pillain, 18 octobre 1956, Fonds Teilhard, 6/4.3, ASJF.
  • 35 Ibid.

22Pourtant le Père Général refusa la publication d’un ouvrage qu’il avait lui-même suggéré, et en lequel le père Provincial de Lyon, le Père Ravier, fondait de grands espoirs33. Le Père Général estimait toutefois que Louis Barjon « qui n’est pas un théologien de métier, s’est laissé entraîner par son admiration pour le Père Teilhard sans mesurer les adulcorations (sic) qu’il apportait à la pensée foncière de celui-ci »34. Bref, l’ouvrage souffrait « d’une erreur générale d’appréciation »35, et ce travail d’un an devait se trouver remisé dans les archives de la Province, en n’étant consultable qu’avec l’autorisation expresse du Père Provincial…

  • 36 « Philosophie de la nature et méthode chez le Père Teilhard de Chardin », Archives de phil (...)
  • 37 Lettre de Christian d’Armagnac, 4 mars 1957, Fonds d’Armagnac, dossier correspondance (193 (...)

23Le livre ayant échoué, C. d’Armagnac fit paraître en 1957 dans les Archives de philosophie un premier article36. Il fut remarqué, puisque le P. Assistant, qui disait l’avoir apprécié, et estimait « qu’il est bien dans la ligne de ce que désire le P. Général »37 en demandait peu de temps après deux exemplaires à l’auteur, tout en lui indiquant que le P. Général avait l’intention de le lire. Dans son curriculum vitae, le P. d’Armagnac écrit d’ailleurs que cet article lui permit d’obtenir « le feu vert à Rome ».

  • 38 Il s’agit de « De Blondel à Teilhard : nature et intériorité », Archives de philosophie, a (...)

24Il est vrai que l’article du P. d’Armagnac se distinguait des notes des Études par exemple, en ce que son propos n’était ni de s’interroger sur ce qui faisait la portée de l’œuvre de Teilhard, ni de mettre en garde en relevant ses faiblesses. L’article était bien plus apaisé, et voulait s’en tenir, à froid, à une considération de méthode. La phénoménologie de Teilhard relève-t-elle vraiment de la science ? L’auteur s’interrogeait alors sur la possibilité qu’une synthèse des sciences soit faite par l’une d’elles (la biologie), et entendait montrer que la reconstruction teilhardienne ne postulait pas seulement des principes scientifiques, mais aussi, au moins implicitement, des principes philosophiques. Christian d’Armagnac poursuivit par deux nouveaux articles dans les Archives de philosophie, tout aussi apaisés, et passablement techniques, ne pouvant aucunement prétendre à quelque portée dans un large public38.

  • 39 Cf. É. Rideau, Teilhard oui ou non ?, Paris, Fayard, 1967 : « Comme il l’avait fait pour t (...)
  • 40 Il écrira dans son livre, La Pensée religieuse du Père Pierre Teilhard de Chardin, Paris, (...)

25Un autre Père de la Compagnie qui travaillait alors sur Teilhard en France était le Père Émile Rideau. Il avait fait la connaissance de Teilhard lors de l’un des voyages de ce dernier en France, en 1930. Il l’avait ensuite revu bien des fois et l’avait connu intimement. Teilhard avait une importance toute particulière pour lui, puisque si Rideau doutait de sa vocation en 1930, sa rencontre avec Teilhard l’avait réassuré de la justesse de son choix39. On ne trouve pas de trace toutefois d’un encouragement particulier de la Compagnie pour travailler sur Teilhard, il semble plutôt qu’on ait, à cette époque, des initiatives venant d’hommes qui avaient été marqués par sa pensée et sa personne. Il était bien plus difficile de publier lorsque le dessein était de défendre ouvertement Teilhard. C’est ce qu’a rapidement expérimenté Henri de Lubac, qui a mis une énergie toute particulière à la défense de son confrère. La fidélité à l’égard d’un homme qu’il avait bien connu joua sans aucun doute un rôle important. Le Père de Lubac estimait aussi que l’œuvre de Teilhard avait une portée apologétique de premier ordre40.

  • 41 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 3 juin 1958, CAECL.
  • 42 Ibid, 9 novembre 1958, CAECL.
  • 43 Ibid, 23 novembre 1958, CAECL.
  • 44 Ibid, 26 mai 1959, le Père de Lubac résume ici une lettre du P. Général au Père Provincial (...)

26Toutefois, la situation se compliquait ici des méfiances à l’égard du Père de Lubac. Ainsi, en juin 1958, son article sur le Milieu divin (qui avait paru en 1957), que lui avait demandé le P. Roger-Dalbert pour Vie chrétienne ne put paraître41. En novembre, le Père Guillet le proposa à Christus, mais « les Pères de la revue n’ont pas consenti à l’envoyer à la révision romaine »42. Lubac ne se découragea pas, cherchant à publier son étude sur le Milieu divin, mais il nota, lorsqu’il reçut les quatre censures provinciales de ce qu’il appelait sa Défense de Teilhard, que si « toutes concèdent qu’[il a] raison, toutes refusent la publication. Aucun, dans la Province, ne désire se brûler en laissant voir à Rome qu’il m’approuve »43. Rome estima à son tour, en avril 1959, la publication inopportune, « non seulement en raison des circonstances, mais parce que [son] interprétation bienveillante pourrait concourir à donner une impression favorable sur une pensée dont on a par ailleurs à se plaindre »44.

  • 45 Lettre du P. Durand-Viel au Père Plaquet, 6 septembre 1961, A-Pa 142, dossier Teilhard, AS (...)

27Les inquiétudes étaient toujours les mêmes pour la Curie généralice, qui en vint à demander la plus grande prudence dans la participation de Pères à des rencontres organisées par les diverses Associations Teilhard de Chardin. Ainsi, quand le Provincial de Paris, le P. Durand-Viel, interrogea en 1961 le P. Général sur la possibilité pour des Pères de participer à de telles journées, celui-ci interrogea la Secrétairerie d’État, qui répondit le 18 août qu’elle jugeait « préférable que la Compagnie se borne à une participation lato sensu qui n’engage en aucune manière et reste en dehors des travaux »45.

  • 46 Lettre du P. Général au P. Étienne Pillain, 1er novembre 1960, A-Pa 142, dossier Teilhard, (...)

28Une telle prudence était toujours motivée, pour le P. Général, par la double préoccupation du fond de la doctrine du P. Teilhard, et d’une possible condamnation : « Nous marchons sur un terrain qui se dérobe sous nos pas. Nous exaltons ou laissons exalter le P. Teilhard comme un témoin de la mentalité catholique authentique, nullement opposée au progrès. Or, un bon nombre de catholiques très éclairés et nullement rétrogrades désapprouvent sévèrement les ouvrages du P. Teilhard. Et qui sait si demain une intervention officielle et retentissante ne vient pas condamner un auteur que la censure ecclésiastique n’a jamais voulu approuver ? Il y aurait lieu, me semble-t-il, d’être notablement plus circonspects, et de nous laisser moins entraîner par l’opinion. Teilhard est souvent équivoque, et à un degré dangereux. Il en attirera beaucoup à quelque chose qui n’est pas le catholicisme authentique. Qu’arrivera-t-il le jour où nous serons obligés de corriger leurs conceptions puisées dans Teilhard, tel qu’ils étaient en droit de l’interpréter suivant ses publications ? J’ai peine à comprendre, je l’avoue, qu’un certain nombre des NN. [Nôtres] fassent si peu de cas des directives non seulement de la Compagnie, mais même de l’Autorité la plus haute dans l’Église. De mortuis sine bene, certes ; et nous devons discrètement couvrir le pauvre Père, dont les agissements ne s’excusent que parce que cet homme génial est resté toute sa vie un grand enfant. Mais il faut cependant nous souvenir de la vérité objective et ne pas nous associer sans plus à ses panégyristes »46.

  • 47 Lettre du P. Arminjon aux autres Provinciaux, 20 juillet 1961, M/Ly 146/2, ASJF.
  • 48 Projet de note commune des Provinciaux de France à l’adresse du P. Général, jointe à la le (...)

29Dans un tel contexte, on devine que les démarches répétées du Père de Lubac pour obtenir la publication de son texte ne connaissent aucun succès. Le Père de Lubac n’était toutefois pas seul. Ainsi le P. Arminjon, Provincial de Lyon, après une réunion des Provinciaux de France au cours de laquelle chacun s’était montré préoccupé de la question Teilhard47, souhaitait faire part au P. Général de ces préoccupations. Il estimait, en effet, dans un projet de note à son adresse, que « dans les milieux catholiques, partout on demande à être éclairé sur elle [l’œuvre de Teilhard], les demandes viennent de prêtres, de religieux, de religieuses, d’éducateurs et d’éducatrices, etc… Beaucoup sont déconcertés de nos refus, s’étonnent de notre silence […] Ils se demandent quelles peuvent être les raisons graves et cachées qui les motivent »48. Outre la défense de la mémoire du P. Teilhard, le P. Arminjon mettait en avant les conséquences apostoliques d’un tel silence :

  • 49 Ibid.

La plus grave conséquence est la suivante. Il y a quelques années encore, des intellectuels du communisme athée déclaraient volontiers : "Teilhard est notre plus grand adversaire". Maintenant qu’ils ont constaté l’hostilité de quelques cercles bien placés dans l’Église et le silence systématique des jésuites, ils ont inauguré une tactique nouvelle : exploiter l’œuvre du P. Teilhard en la présentant comme pouvant ménager le passage du christianisme au communisme. Ils sont heureux de citer des pamphlets tels que ceux du P. Bosio s.j. et du P. Guérard des Lauriers o.p. Depuis plus d’un an, ils multiplient dans ce sens livres, articles, conférences, meetings, cercles d’études, conférences, spécialement dans les villes universitaires, et dans des groupes scolaires ou de recherche scientifique. La confusion des esprits, notamment en France, et la faiblesse actuelle de la pensée chrétienne, sont telles, que le péril est infiniment grave49.

  • 50 Ibid. Le pamphlet du P. Bosio est l’article de la Civiltà dont il a été question plus haut

30Aussi la note estimait-elle qu’il était « urgent que soit rompu un silence qui est interprété de tout côté défavorablement »50.

  • 51 Lettre du P. Arminjon aux autres Provinciaux, 20 juillet 1961, M/Ly 146/2, ASJF. Dès mai 1 (...)
  • 52 Cahiers de l’affaire de Fourvière, 8 mai 1961.
  • 53 Lettre d’Étienne Pillain au P. Blaise Arminjon, 25 juillet 1961, M/Ly, 146/2, ASJF. Étienn (...)

31Le P. Arminjon avait-il déjà chargé à cette date le P. de Lubac de rédiger une étude sur Teilhard, et, en un mois, celui-ci avait l’équivalent d’un ouvrage de 300 pages51. Lubac ne se faisait toutefois pas beaucoup d’illusions sur l’avenir de ce travail, dont il disait encore en mai 1961 que c’était un « manuscrit de plus à serrer dans [s]on placard »52. Il faut dire que les autres Provinciaux pouvaient être plus circonspects sur les possibilités d’aboutir de cette façon. C’est en tout cas le cas du P. Étienne Pillain, Provincial de Champagne, qui pointait la difficulté de faire admettre une étude sur Teilhard par de Lubac, ce qui semblait constituer un double défi : « Il faut avouer que vouloir remettre en selle le P. de Lubac et à propos du P. Teilhard, ça ce serait un coup de maître ! »53. En outre, le P. Pillain mettait en avant les arguments de fond de l’attitude du P. Général, au vu des échanges qu’il avait eus avec lui :

  • 54 Ibid.

Au fond, le grand argument du P. Général, c’est le souci d’éviter le pire, c.a.d. une condamnation qui, à le lire, et l’an dernier, n’était pas encore exclue. Évidemment, vous devinez bien que je ne me suis pas gêné pour lui dire que la peur était toujours mauvaise conseillère et que notre règle d’action devait plutôt s’inspirer de la vérité et de la confiance en Dieu concernant les suites données à cette fidélité. Je n’y suis pas allé de main morte. Mais cela ne l’ébranla pas pour autant, du moins sur les principes de prudence (mais qu’entend-il par cela ?) car finalement, il ne condamna personne et accepta que les NN. bien choisis défendissent le P. Teilhard54.

  • 55 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 5 février 1962 : « Le manuscrit de mon Teilhard a été a (...)

32L’initiative fut donc bien locale, et soumise ensuite à Rome, qui ne s’y associa pas d’emblée. En effet, c’est avec surprise que le Père de Lubac apprit en février 1962 que son manuscrit était approuvé par les autorités jésuites de Rome55. Un revirement a donc existé et il convient de l’expliquer.

Le contexte du concile, un danger et une chance pour Teilhard

Un contexte dangereux pour Teilhard

  • 56 Henri de Lubac, Carnets du concile, I, 27 septembre 1961, p. 44. Pour les textes, cf. fond (...)
  • 57 Carnets, I, 19 et 20 septembre 1961, p. 33. Le mémoire est consultable au CAECL ou aux ASV (...)
  • 58 « Res vero profanae ad regnum Dei, ad gratiae gloriaeque vitam, non per se et immediate or (...)

33Il est tentant de rapprocher le revirement romain de la préparation du concile Vatican II, et, plus précisément, des débats qui agitaient la commission théologique préparatoire. En effet, Teilhard était visé par des textes de la commission, de façon explicite parfois56. Les attaques avaient débuté dès la deuxième réunion plénière de la commission, en février 1961, mais elles se concentrèrent principalement lors de la troisième, en septembre. Celles-ci étaient d’importance et concernaient deux textes : le De ordine morali et le De deposito fidei. Dans le premier texte, figuraient deux références explicites à Teilhard de Chardin, compris à contresens selon Henri de Lubac qui avait fait parvenir « un bref mémoire polycopié […] mettant plus d’une chose au point »57, dès mars 1961, à la commission théologique préparatoire. Le schéma mettait en cause le jésuite quant à son fameux optimisme, qui relativiserait la nécessité de la grâce. Le schéma reprochait à Teilhard, et notamment au Milieu divin, mentionné en note, une exaltation indue de l’activité humaine, qu’il présenterait comme trop automatiquement ordonnée au Royaume de Dieu58. Le Père de Lubac citait, lui, de nombreux passages de l’ouvrage incriminé, afin de montrer que Teilhard ne pensait pas que l’action humaine pouvait se suffire à elle-même mais devait être convertie.

  • 59 Cf. Fonds Philips, n° 337. Les deux références à Teilhard sont maintenues aux notes 12 et  (...)
  • 60 Louis-Bertrand Gillon, o.p. français. Recteur de l’Angélique jusqu’en 1961, puis doyen de (...)
  • 61 Lettre à Henri de Lubac du 25 août 1961. CAECL.
  • 62 De fait, H. Schauf qui a, pour le P. Tromp, rassemblé les remarques des membres et consult (...)

34Malgré tout, le Père de Lubac dut constater, en lisant le nouveau projet de constitution imprimé De ordine morali, que, si le texte avait été révisé, les mentions de Teilhard de Chardin, elles, avaient été maintenues59. Une lettre du 25 août 1961 du P. Gillon, o.p.60, qui était le rédacteur de cette partie, nous apprend que les arguments du Père de Lubac avaient certes été pris en compte par le rédacteur mais qu’ils ne l’avaient pas convaincu. Si le Père Gillon acceptait bien volontiers de retirer les mentions des œuvres de Teilhard de Chardin, à l’occasion de la prochaine réunion plénière de la commission théologique préparatoire de septembre, ce n’était pas pour des raisons de fond mais simplement de forme, « puisque l’Église nous demande de préparer non des condamnations personnelles ou des définitions, mais un large exposé dogmatique »61. Le texte demeurait, mais les notes faisant référence au jésuite disparaissaient, à la suite des remarques du P. de Lubac62.

  • 63 « Tertia sententia falsa de creatione et evolutione [...] proposita est a P. Teilhard de C (...)
  • 64 « Quibus a sententiis non satis distat alius error qui corrumpit conceptum creationis, cum (...)
  • 65 Phénomène humain, op. cit., p. 261-265.
  • 66 Teilhard écrivait ainsi : « Le rien-être coïncide, se confond avec une pluralité complètem (...)

35Restait toutefois le De deposito qui comportait un passage visant à condamner Teilhard au sujet de la création, dans un chapitre rédigé par le P. Édouard Dhanis, jésuite belge et bête noire du Père de Lubac, qui l’estimait responsable, par le rapport qu’il fit alors qu’il était visiteur de Fourvière, des ennuis qu’il avait connus en 1950. Le chapitre consacré au Dieu créateur et à l’évolution du monde, présentait trois erreurs à ce sujet, la troisième visant Teilhard. Certes, il n’était pas explicitement cité dans le projet de schéma, mais l’explication du chapitre donnée par le Père Dhanis était on ne peut plus claire, puisqu’il attribuait explicitement cette erreur à Teilhard63. Celle-ci revenait à affirmer que la création consiste en une action divine unissant toujours davantage une multiplicité première, existant avant toute action divine, et le néant originel, et que Dieu dirige l’évolution des choses vers une unité croissante, en rassemblant en lui-même ce monde, en s’y incorporant64. Nous retrouvons ici deux difficultés récurrentes posées par la pensée du Père Teilhard. Le panthéisme d’une part, qui assimile le monde et Dieu, et cette montée vers le point Oméga, foyer d’union. Toutefois, si Teilhard lui-même parle de panthéisme, c’est pour dire qu’il ne retient qu’une forme supérieure de panthéisme, différent du panthéisme commun en ce qu’Oméga ne fusionne pas les éléments qu’il rassemble, mais réalise une union personnalisante65. D’autre part, le Père Teilhard se voyait reprocher une mauvaise compréhension de la création, à la fois sur la question de la création ex nihilo, et le Père Dhanis citait des extraits dans lesquels le jésuite auvergnat se montrait lui-même conscient des difficultés que présentait sa pensée66.

  • 67 Cf. le compte-rendu par le P. Tromp des réunions du 13 au 16 février 1961, 16 février 1961 (...)
  • 68 Carnets, I, 26 septembre 1961, pp. 41-42. Les « papiers ronéotypés » visent ici directemen (...)
  • 69 Le paragraphe 14 du chapitre 3 stipule en effet : « Conceptum creationis ne solvant sibi f (...)
  • 70 « Non quantum scio, auctor ille, statuens principium pro evolutione ex aliqua multiplicita (...)

36La sous-commission était toutefois divisée : fallait-il supprimer le texte ? le conserver ? simplement mettre en garde les fidèles contre des doctrines qui corrompent la notion de création ?67 La sous-commission n’avait pas réellement conclu, et, en septembre 1961, le Père de Lubac ne pouvait que déplorer ce qu’il constatait, à savoir que la commission avalisait « tout un paragraphe condamnant une doctrine erronée de la création "telle qu’elle se trouve dans des papiers ronéotypés" »68. Le passage fut donc maintenu, avec des modifications de forme, après le passage en sous-commission, et ce malgré les remarques du Père de Lubac. Il faisait donc toujours partie du projet de constitution De deposito fidei quand celle-ci fut présentée à la commission centrale le 20 janvier 196269, commission dont était membre le P. Général. Or, les débats montrèrent, à ce niveau aussi, des divergences de vue. Si le cardinal Döpfner demandait la suppression du paragraphe, estimant que l’on ne pouvait savoir si Teilhard prônait effectivement une telle thèse70, le cardinal Ottaviani, président de la commission théologique, lui, tenait bon car, s’il admettait que toutes ses œuvres n’étaient pas publiées, il estimait que Le Phénomène humain et les nombreux manuscrits dactylographiés permettaient de connaître les idées du Père Teilhard de Chardin, qu’il jugeait nuisibles.

Un revirement de la Compagnie.

  • 71 Lettre du 27 août 1962, fonds de Lubac, dossier 29, ASJF.

37Ainsi, face à la menace d’une possible condamnation par un concile oecuménique, d’autant moins chimérique que la commission comptait de nombreux membres du Saint-Office, la Compagnie a pu souhaiter voir la pensée du Père Teilhard de Chardin explicitée, par un homme comme Lubac, loin des gloses qui la dénaturaient parfois. En outre, le Père Janssens se démarqua peu à peu des positions du Saint-Office, et les débats tenus lors de la phase préparatoire, s’ils n’avaient aucunement l’éclat du coup de théâtre de la première session conciliaire, peuvent y avoir contribué. Il est ainsi pour le moins significatif que, évoquant la situation romaine, le Père Général écrive au Père de Lubac, à l’été 1962 : « Beaucoup ici et ailleurs espèrent un changement »71.

  • 72 L’allusion est claire, Henri de Lubac est ici concerné au premier chef.
  • 73 R. d’Ouince, Un prophète en procès : Teilhard de Chardin dans l’Église de son temps, Paris (...)

38Ce revirement du Père Général est en tout cas analysé ainsi par le Père d’Ouince, quelques années plus tard : « Le revirement se produit dans les derniers mois de 1961. Le Supérieur général de la Compagnie de Jésus est alors membre de la Commission centrale préparatoire aux travaux du Concile. Il est témoin de l’affrontement des écoles théologiques et des manoeuvres qui se déploient en marge des réunions officielles. Il voit le Souverain Pontife manifester hautement sa confiance à des théologiens jusqu’alors tenus en suspicion par des congrégations romaines. Parmi eux se trouvent des jésuites qu’il a lui-même sévèrement traités…72 Regrette-t-il ses rigueurs passées ? Je ne le sais […] Toujours est-il qu’à cette époque le T.R.P. Janssens révise un certain nombre de ses directives : résolument attaché à servir les desseins du Saint-Père, il commence à prendre ses distances à l’égard de certaines congrégations romaines, et spécialement du Saint-Office. Teilhard est le premier bénéficiaire de cette nouvelle attitude : l’interdit qui pesait sur sa mémoire est levé.»73. De fait, le Père Général révise alors certains de ses jugements, qu’il s’agisse de Lubac pour lequel il n’a pas de marques de sympathie assez fortes, ou de Teilhard. Non que toutes les réserves de fond tombent, mais une plus grande liberté semble possible et même souhaitable.

  • 74 Le Père de Lubac admet ainsi que Teilhard, au sujet de la création, n’a pas réussi à donne (...)

39Le livre de Lubac, La pensée religieuse du Père Pierre Teilhard de Chardin, fut publié en mars 1962, chez Aubier. L’ouvrage témoignait, par l’abondance et la diversité des citations, d’une connaissance approfondie de l’œuvre de Teilhard. Si le Père de Lubac ne se privait pas de quelques remarques critiques, sur des insuffisances, des approfondissements nécessaires, sur une trop grande systématisation de la pensée dans des écrits tardifs, sur des néologismes parfois agaçants ou déroutants, ou même sur des problèmes posés par le contenu de certains écrits74, son ouvrage n’en constituait pas moins une défense de l’orthodoxie de son confrère, et un témoignage de la fécondité de sa pensée. Sans entrer dans le détail de chaque chapitre, nous pouvons néanmoins noter que le Père de Lubac réfutait l’idée d’un optimisme teilhardien, à moins de le considérer comme un pessimisme surmonté par une victoire de la foi ; il montrait que Teilhard ne niait en aucune façon la liberté humaine, et n’était pas un adepte du panthéisme, tel que communément compris. Il n’absorbait pas non plus le surnaturel dans la nature et donnait toute sa place à la grâce. Bref, on le voit, les points débattus lors de la phase préparatoire (panthéisme, création, place de la grâce) étaient amplement développés dans l’ouvrage, et, sur tous ces points, le Père de Lubac cherchait à établir l’orthodoxie de son confrère.

  • 75 La mise à l’Index du livre du Père de Lubac sur la pensée du Père Teilhard.
  • 76 Henri de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, rééd (...)

40S’il fallait une preuve supplémentaire du changement d’attitude au sommet de la Compagnie, elle serait à trouver dans sa réaction aux suites qu’entraîna l’ouvrage de Henri de Lubac. En effet, si le retentissement de cet ouvrage fut grand, les résistances ne furent pas moins fortes. Non pas au sommet de la Compagnie, puisque le livre avait été approuvé par plusieurs censures, dont deux romaines, qui furent toutes favorables à ce qu’il avait écrit, mais plutôt du côté du Saint-Office, qui semblait moins enclin à abandonner des velléités de condamnations. Les témoignages du P. de Lubac et du P. d’Ouince sont sur ce point concordants : « D’après une indication que m’a fournie par un voyageur le Père Lamalle, archiviste de notre curie généralice, Mgr Parente aurait demandé sa mise à l’Index75. Quelques consulteurs du Saint-Office s’étant trouvé d’avis contraire, l’affaire aurait été portée devant Jean XXIII qui aurait dit non, d’où les mesures plus bénignes qui furent adoptées »76.

  • 77 Cité par R. d’Ouince, Un prophète..., op. cit., p. 220. Voir aussi AAS, 54 (1962), p. 526.
  • 78 « Le "Commentaire" du document du Saint-Office n’est en réalité qu’un commentaire privé, d (...)
  • 79 Cité par R. d’Ouince, Un prophète..., op. cit., p. 221.

41La mesure bénigne dont il est question est un Monitum du Saint-Office, daté du 30 juin 1962, qui avertissait des dangers possibles de l’œuvre du Père Teilhard de Chardin, estimant qu’« en matière de philosophie et de théologie il apparaît clairement que les oeuvres ci-dessus rappelées renferment de telles ambiguïtés et même des erreurs si graves qu’elles offensent la doctrine catholique »77. Le Saint-Office exhortait, par conséquent, tous les Ordinaires et Supérieurs d’Instituts religieux, mais aussi les Recteurs de Séminaires et les Présidents d’universités à défendre les esprits, particulièrement ceux des jeunes, contre les dangers des ouvrages du P. Teilhard de Chardin et de ses disciples. À suivre la lettre de ce Monitum, rien qui ne puisse viser directement le P. de Lubac ou son livre ; on ne peut en effet l’assimiler à un disciple du P. Teilhard. Néanmoins, la concordance des dates, entre la publication de La pensée religieuse du Père Pierre Teilhard de Chardin et celle du Monitum, incite à penser à une relation de cause à effet, ce dont Lubac ne disconvenait pas. Du reste, L’Osservatore romano, qui publiait le Monitum, publiait également à cette occasion un long article, anonyme, mais qui était dû au P. Philippe de la Trinité78, et qui explicitait les ambiguïtés et erreurs dont il était question dans le Monitum. L’article mentionnait aussi le livre de Henri de Lubac, qu’il qualifiait d’« étude la plus importante publiée jusqu’à présent sur la pensée religieuse de Teilhard de Chardin », tout en ajoutant : « Quant à nous, franchement et loyalement, nous devons déclarer que nous ne sommes pas d’accord avec le jugement substantiellement favorable donné par le P. de Lubac »79.

  • 80 Interdiction qui ne put rester secrète, malgré le souhait du Saint-Office, comme s’en expl (...)
  • 81 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 28 juin 1962, CAECL.
  • 82 On trouvera ces remarques, pour le moins détaillées, dans le Mémoire sur l’occasion de mes (...)
  • 83 Lettre du 27 août 1962. Fonds de Lubac, dossier 29, ASJF.

42Or, malgré cet avertissement sérieux, la Compagnie ne modifia pas sa ligne de conduite. Certes, le P. Provincial avait transmis, deux jours avant la publication officielle du Monitum, une lettre du P. Général prévenant le P. de Lubac de l’interdiction, venue du Saint-Office, de toute réédition ou de toute traduction de son livre80, alors même que plusieurs contrats avaient déjà été passés avec des éditeurs étrangers. Mais, malgré cette mesure, la Compagnie assura le Père de Lubac de toute sa confiance. D’une part, parce que le P. Général se démarquait de la mesure du Saint-Office, en la transmettant au P. Provincial sous double enveloppe, ce que ce dernier et le P. de Lubac analysaient comme une volonté de « marque[r] son rôle de pur intermédiaire »81. D’autre part, parce que le Père Général, répondant à une lettre du jésuite français qui critiquait les positions de l’article anonyme82, écrivait : « Je n’ai pas de peine à comprendre que cet article vous ait été douloureux ; mais pour le moment une intervention de ma part auprès du Saint-Office me paraît inopportune. En ce moment, la cause de la vérité sera mieux servie par notre souffrance silencieuse que par des mises au point intempestives. D’ici quelque temps – quelques mois ? – nous pourrons voir. Beaucoup ici et ailleurs espèrent un changement. Je suis pleinement d’accord avec vous : votre livre constitue une première élucidation fort importante de l’ouvrage du Père Teilhard »83. Cette lettre, et le fait que le Père Janssens prenne le parti du Père de Lubac par un révélateur « notre souffrance », sont un signe supplémentaire du changement des mentalités à la Curie généralice, moins soumise au Saint-Office, dont il apparaissait de plus en plus nettement que la doctrine, pour légitime qu’elle soit, n’était pas partagée par tous, y compris à Rome.

  • 84 Lettre de Yves Thélot à Émile Rideau, 4 décembre 1963. Fonds Émile Rideau, Boîte 6, ASJF.

43La Compagnie ne s’était certes pas convertie aveuglément à Teilhard, et les amis du Père étaient d’ailleurs les premiers à admettre qu’il faille faire le départ dans son œuvre entre ce qui semblait valable et ce qui pouvait être contesté. Des mesures de prudence demeuraient. Ainsi, quand le Père Émile Rideau soumit un ouvrage sur Teilhard à la censure provinciale, le Père Provincial, en décembre 1963, demanda que l’auteur modifie son texte, en évitant de citer certains inédits de Teilhard, notamment sa « Note sur quelques représentations historiques possibles du péché originel » (1924) qui avait circulé en 1924-1925 et qui avait privé Teilhard de sa chaire de géologie à l’Institut catholique de Paris en 1925. De même, il semblait préférable de ne pas citer « L’Évolution de la chasteté », « qui serait spécialement propre à attirer actuellement une condamnation ou une mise à l’Index, et qui scandaliserait spécialement les lecteurs par son ignorance, dans les premières pages, de la théologie spirituelle existante sur la question qu’elle traite »84.

44La réhabilitation était toutefois en marche, et le changement d’attitude au sommet de la Compagnie fut rendu public par la conférence de presse du nouveau Père Général, le P. Arrupe, le 14 juin 1965. Questionné sur la faveur que connaissait Teilhard malgré les avertissements du Monitum, le Père Général répondit en indiquant que la pensée de Teilhard nécessitait des réserves, d’autant qu’il estimait difficile d’atteindre la pensée exacte et définitive du Père Teilhard, celui-ci ayant beaucoup écrit et étant souvent revenu sur ses propres idées pour les corriger. Il ajoutait toutefois que,

  • 85 A-Pa 142, dossier Teilhard (1963-1966 et plus), ASJF.

dans l’œuvre du Père Teilhard, les éléments positifs sont de beaucoup plus nombreux que les éléments négatifs, ou que les éléments qui prêtent à discussion. Sa vision du monde exerce une influence très bénéfique dans les milieux scientifiques, chrétiens et non chrétiens. Le Père Teilhard est un des grands maîtres de la pensée du monde contemporain, et les succès qu’il rencontre ne doivent pas étonner. Il a, en fait, accompli une grande tentative de réconciliation du monde de la science avec le monde de la foi […] Ainsi on ne peut pas ne pas reconnaître la richesse que représente le message du Père Teilhard pour notre temps […] Ses efforts se situent exactement dans la ligne de l’apostolat de la Compagnie de Jésus : montrer comment toutes les valeurs créées trouvent dans le Christ une synthèse totale, et collaborent à la gloire de Dieu85.

  • 86 Cahiers de l’affaire de Fourvière, 21 juin 1965, CAECL.
  • 87 Ibid.
  • 88 Lettre du 1er octobre 1965. Fonds de Lubac, dossier 29, ASJF.
  • 89 Mes relations avec les papes, dossier X, CAECL.

45L’enfant terrible devenait un modèle de jésuite ! Même des jésuites farouchement opposés à Teilhard étaient désormais amenés à plus de mesure. Ainsi, le P. Charles Boyer en personne avait-il demandé au P. de Lubac s’il acceptait une communication sur… Teilhard de Chardin ! Et ce à l’occasion du Congrès thomiste qui devait se tenir à Rome en septembre 1965. Il précisait même qu’il s’agissait de parler de son confrère « avec sympathie »86. Le P. de Lubac, qui précisait dans ses cahiers que le P. Boyer lui adressa cette demande au sortir d’une audience avec Paul VI87, y vit par conséquent une demande du pape. Son ancien Provincial, le P. Ravier, mesurait les changements qui avaient eu lieu : « Je suis, en tout cas, ravi de savoir que c’est à la demande du Saint Père lui-même que vous avez fait votre conférence sur Teilhard de Chardin… Qui eût pensé cela il y a dix ans ?? »88. De fait, selon des écrits postérieurs du P. de Lubac, « c’était lui [le P. Boyer] encore qui avait dicté au P. Général, sur un ton impératif – j’en ai vu le texte, le refus de laisser Teilhard accepter la chaire qui lui était offerte au Collège de France »89.

46Ainsi le renversement d’attitude de la Compagnie était patent. Sans que celle-ci se soit convertie sans réserves à Teilhard et à une œuvre qui pouvait être discutée comme n’importe quelle œuvre, il est clair que le concile, le changement d’atmosphère qui lui était lié, et la valeur apologétique de l’œuvre de Teilhard avaient permis de sortir des prudences extrêmes et des sanctions parfois brutales. L’œuvre de Teilhard semblait pleine de promesses, elle semblait pouvoir réconcilier l’homme et le monde en montrant au chrétien qu’il n’a pas à fuir le monde pour être plus chrétien, mais que c’est en s’incarnant pleinement qu’il contribue à l’œuvre d’unification qu’opère déjà le Christ, qui doit en être le terme. Au fond, et même si l’engouement pour Teilhard fut en réalité passager, il semblait pouvoir contribuer pleinement à l’œuvre que se proposait la constitution pastorale Gaudium et Spes. Et des commentateurs avisés ne manquèrent pas de voir en Teilhard l’un des inspirateurs de passages du texte.

Notes

1 Archives de la province jésuite de France (ASJF), Fonds Teilhard de Chardin, 6/4.2, censure d’un manuscrit du P. Louis Barjon, Le Père Teilhard de Chardin, par Henri Rondet, le 10 mai 1956.

2 Henri de Lubac, « L’Église salut de l’homme », Catho-Journal, 8, 1963, p. 37-42, p. 42.

3 Pierre Teilhard de Chardin, Le Milieu divin, Seuil, 1957, p. 42.

4 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, inédits, Centre d’Archives et d’Étude du Cardinal Henri de Lubac (CAECL), Namur, 13 avril 1955. L’autre jésuite auquel fait ici référence le père de Lubac est le père Auguste Valensin.

5 Lettre de Jean Villain à Marie-Jeanne Mortier, 10 mai 1955, M/Ly, 146/2, ASJF.

6 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, CAECL, 8 mai 1955.

7 F. Russo, « Actualités. Le Père Teilhard de Chardin », Études, mai 1955, p. 254-259.

8 « Il pressentait chez l’homme d’aujourd’hui la survivance du sentiment religieux. Mais le besoin d’adoration s’est dévié ; c’est vers le progrès que se tourne spontanément, estimait-il, la religion contemporaine. La Christianisme ne pouvait donc pas ignorer ou bouder ce progrès, il devait l’assumer et en prendre la tête. D’où le respect et presque la vénération que professait le Père Teilhard pour tout effort humain authentique et sincère ; sa préoccupation très chère était de sanctifier l’activité de l’homme, sans l’appauvrir ni l’aliéner ». Ibid, p. 257.

9 Ibid, p. 259.

10 Cf. dactylographie d’une cassette enregistrée par le P. Russo en 1994, Fonds Russo, Boîte 3, dossier Teilhard de Chardin, ASJF.

11 Bruno de Solages écrit ainsi au Père de Lubac, le 21 décembre 1955 : « Ce sont (d’après mes informations) quelques Pères de la Curie généralice qui sont le plus déchaînés » contre Teilhard, Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 23 décembre 1955, CAECL. Le Père Bottereau, de la Curie, écrivait quant à lui que Teilhard, « sans le vouloir assurément, a donné naissance à une secte analogue à celles qui pullulent en marge de l’Église actuellement : la beauté simpliste de sa vision, le charme de sa langue de prophète égarent et troublent, et lui-même était tellement persuadé d’avoir la vérité totale et unique qu’il lui a subordonné, en toute bonne foi, je le crois sincèrement, des obligations sacerdotales et religieuses certaines et graves [...] Ceci est mon opinion personnelle, fondée sur mon information ; ce n’est pas l’opinion de "Rome", ni de "la Curie". J’espère que la publication de l’ensemble des écrits permettra à la fois de rendre justice aux intentions et à la vie du P. Teilhard et de montrer la part, assez restreinte à mon humble avis, de considérations valables en matière religieuse qui sont contenues dans son œuvre », lettre de Georges Bottereau, 10 décembre 1958, M/Ly, 146/2, ASJF.

12 « Note du Père Jean Villain, directeur des Études, sur la publication des ouvrages du Père Teilhard de Chardin », 11 décembre 1960, M/Ly, 146/2, ASJF.

13 Après une rencontre avec le cardinal Feltin, Jean Villain écrit ainsi : « À son dernier passage à Rome (en mai 55), il a recueilli des témoignages qui montrent à quel point on est là-bas hostile au P. Teilhard… et même à tout ce qui paraît s’inspirer de sa pensée », Lettre de Jean Villain au Provincial de Paris, A-Pa, 142, dossier Teilhard, 30 août 1955.

14 Lettre de Jean Villain au Provincial de Lyon, 2 mai 1955, M/Ly, 146/2, ASJF.

15 Lettre de Jean Villain à Marie-Jeanne Mortier, 10 mai 1955, M/Ly, 146/2, ASJF.

16 Sur cela, H. Serry, « La publication des œuvres de Pierre Teilhard de Chardin aux Éditions du Seuil », in É. Fouilloux et F. Gugelot (dir), Jésuites et littérature (xixe-xxe siècles), Chrétiens et sociétés, Documents et Mémoires n° 13, pp. 155-174.

17 Lettre de Jean Villain au Provincial de Lyon, 17 mai 1955, M/Ly, 146/2, ASJF.

18 « Note du Père Jean Villain, directeur des Études, sur la publication des ouvrages du Père Teilhard de Chardin », 11 décembre 1960, M/Ly, 146/2, ASJF.

19 Ibid.

20 On trouve cette lettre, datée du 9 octobre 1955, dans le fonds de la Province de Paris (A-Pa 142, dossier Teilhard), ASJF.

21 Le cardinal devait communiquer cette lettre à l’Assemblée des cardinaux et Archevêques. Un double avait été envoyé au cardinal Feltin (Paris) en tant qu’Ordinaire de la maison d’édition. Le Saint-Office, qui s’étonnait « de voir une maison d’édition qui se veut catholique comme les Éditions du Seuil publier un tel livre contre la volonté de l’Ordinaire » priait d’ailleurs le cardinal Feltin de bien vouloir communiquer au Seuil ce grave reproche de la Suprême (Lettre de Jean Villain à André Ravier, 11 octobre 1955, M/Ly, 146/2. Jean Villain rapporte ici sa conversation avec le cardinal Feltin qui l’avait fait appeler après avoir reçu cette lettre). Blâme que le cardinal chargeait le P. Villain de communiquer à la maison d’édition. Celui-ci rencontra l’un des gérants, Jean Bardet, son ancien compagnon de captivité, et son associé Flament qui « tous deux se montrèrent très ennuyés de cet avertissement du Saint-Office » (Note du Père Jean Villain, directeur des Études, sur la publication des ouvrages du Père Teilhard de Chardin, 11 décembre 1960, M/Ly, 146/2, ASJF), tout en faisant remarquer que le Saint-Office se trompait en faisant du Seuil une maison catholique, les éditions du Seuil étant une maison d’édition non confessionnelle dont les gérants sont catholiques. Leur résolution de publier le Phénomène humain n’était toutefois pas entamée.

22 « Note du Père Jean Villain, directeur des Études, sur la publication des ouvrages du Père Teilhard de Chardin », 11 décembre 1960, M/Ly, 146/2, ASJF.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 1er décembre 1955, CAECL. Dans la note des Études (J. Villain, « Actualités. Le Phénomène humain du Père Teilhard de Chardin », Études, décembre 1955, pp. 401-403), le P. Villain soulignait certes les qualités de son confrère mais ajoutait que « sur certains points très importants, il est difficile d’accorder la pensée du P. Teilhard avec l’enseignement formel de l’Église. Il est très regrettable qu’en présence des problèmes délicats soulevés dans son livre, le Père Teilhard n’ait pas cru devoir préciser davantage le rapport de sa pensée originale et des exigences dogmatiques [...] Sur plusieurs points essentiels cependant, demeurent de sérieuses équivoques que l’éminent savant n’a pas assez pris soin de dissiper » (p. 402). Le P. Villain concluait ainsi : « D’une part ce livre contribuera très largement, et de la manière la plus heureuse, à libérer les milieux scientifiques de l’emprise marxiste, en leur présentant, sous la caution d’un savant incontestable, une conception de l’évolution et de l’avenir de l’Univers profondément spiritualiste. Mais par ailleurs, il ne manquera pas d’étonner, et même d’égarer, des croyants qui, séduits par son charme pénétrant et ses conceptions grandioses, ne sauront pas se défendre contre ses présupposés philosophiques et théologiques, bien souvent contestables » (p. 403).

26 M/Ly, 146/2, ASJF.

27 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 10 novembre 1955, CAECL.

28 Curriculum vitae, Fonds Christian d’Armagnac, dossier Teilhard de Chardin, ASJF.

29 Lettre du P. Marcel Régnier au P. Visiteur, 4 janvier 1956. Fonds Régnier, 6/2 (Correspondance avec Provinciaux), ASJF.

30 P. BOSIO, « Il fenomeno umano nell’ipotesi dell’evoluzione integrale », Civilità cattolica, 7 décembre 1955, et Documentation catholique, 22 janvier 1956. L’article estimait qu’il aurait été désirable que de telles controverses fussent définitivement ensevelies après la mort de Teilhard.

31 Fonds Archives de philosophie, DSV 1200, compte-rendu de la réunion du comité tenue à Paris, rue de Sèvres, le 13 février 1956, ASJF.

32 Fonds Teilhard de Chardin, 6/4.2, dossier « Livre du P. Barjon », révision de Henri Holstein, s.j. du 14 mai 1956. Holstein estimait que « l’histoire laissera tomber sans doute beaucoup de ces vues "prophétiques", elle conservera le souvenir d’un grand jésuite ». Henri Rondet était plus enthousiaste, tout en précisant que Teilhard devait être critiqué sur plusieurs points. Il estimait que les théologiens avaient certes retrouvé la centralité du Christ « pour mettre le christ tellement au centre du plan divin qu’il est vraiment pour nous ce qu’il était pour saint Jean, l’Alpha et l’Oméga. Or là où nous ne pouvons qu’énoncer des "Thèses", si fécondes soient-elles pour la spiritualité et l’apostolat, le P. Teilhard a proposé toute une vision du monde dont le Christ occupe le centre. Or, c’est cela qu’attendaient des âmes par milliers [...] Cette synthèse existe, elle répond à l’attente de nombreux incroyants qui veulent échapper à la séduction du communisme, et de beaucoup de croyants qui souffrent d’une théologie étriquée [...] Si la Compagnie avait disposé des manuscrits du Père Teilhard, on aurait probablement reculé devant leur publication, car je suis moralement sûr que nous serions allés au devant d’une nouvelle affaire Galilée, même si le Père Teilhard ne doit pas laisser dans l’histoire des sciences une trace comparable à celle de Galilée. Je regrette que le Père, en grand enfant qu’il était, ait laissé la propriété de ses œuvres à une personne étrangère à la Compagnie, mais cela nous met en face d’un fait accompli que le Saint-Esprit a permis. Cela étant, je pense que la meilleure attitude pour nous, et la plus conforme à la vérité, est à la fois de reconnaître la grandeur de l’homme et de l’œuvre, et d’en dire les limites, mais en situant la critique à l’intérieur d’une reconnaissance sincère de l’apport positif de cette œuvre », révision du 10 mai 1956, Fonds Teilhard, 6/4.2, ASJF.

33 « Ce livre est le seul moyen, pour l’Église, de sortir de l’impasse où nous ont engagés les circonstances, le seul espoir qu’une rupture profonde ne se produise entre Rome et le milieu scientifique international. Ce disant, je ne majore pas l’importance de l’œuvre du P. Teilhard, je suis sensible aux critiques qui lui sont adressées soit du côté des théologiens, soit du côté des savants ; je n’ignore pas que pour beaucoup de jeunes, le teilhardisme représente plus une étape historique de pensée qu’une synthèse de valeur actuelle, mais il n’en reste pas moins que le Religieux a, par sa personne et par les lignes de force de sa pensée, exercé et exerce encore une influence spirituelle considérable et de très haute qualité. Le refus d’imprimer qui serait infligé au livre du P. Louis Barjon entraînerait des conséquences dont il importe de mesurer les risques et la gravité ». Lettre d’André Ravier au P. Villain, 12 mai 1956, Fonds Teilhard, 6/4.2, ASJF.

34 Lettre du Père Général à Étienne Pillain, 18 octobre 1956, Fonds Teilhard, 6/4.3, ASJF.

35 Ibid.

36 « Philosophie de la nature et méthode chez le Père Teilhard de Chardin », Archives de philosophie, janvier-mars 1957, tome 20, p. 3-41.

37 Lettre de Christian d’Armagnac, 4 mars 1957, Fonds d’Armagnac, dossier correspondance (1935-1965), ASJF.

38 Il s’agit de « De Blondel à Teilhard : nature et intériorité », Archives de philosophie, avril-juin 1958, et bien moins directement centré sur Teilhard, « Épistémologie et philosophie de l’évolution », Archives de philosophie, janvier-mars 1960.

39 Cf. É. Rideau, Teilhard oui ou non ?, Paris, Fayard, 1967 : « Comme il l’avait fait pour tant d’autres, il m’écouta avec bonté, me fit comprendre la possibilité d’être tout ensemble pleinement homme et totalement chrétien, de servir à la fois Dieu et le monde, de s’épanouir dans le sacrifice. Je survécus et repris courage », p. 16.

40 Il écrira dans son livre, La Pensée religieuse du Père Pierre Teilhard de Chardin, Paris, Aubier, 1962 que Teilhard, par son effort pour résoudre le conflit « entre la vérité surnaturelle du salut conservée par l’Église et ce corps grandissant de vérités humaines qui sort de l’Humanité en travail » (p. 331), parlait au cœur de ses contemporains qui n’entendaient pas faire cas du christianisme s’ils devaient, pour cela, ignorer toute la pensée contemporaine. « Il ne se résigne pas à ce que jamais "personne puisse dire que s’il s’éloigne de Dieu, c’est afin de devenir plus sincèrement humain" » (p. 335).

41 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 3 juin 1958, CAECL.

42 Ibid, 9 novembre 1958, CAECL.

43 Ibid, 23 novembre 1958, CAECL.

44 Ibid, 26 mai 1959, le Père de Lubac résume ici une lettre du P. Général au Père Provincial, CAECL.

45 Lettre du P. Durand-Viel au Père Plaquet, 6 septembre 1961, A-Pa 142, dossier Teilhard, ASJF.

46 Lettre du P. Général au P. Étienne Pillain, 1er novembre 1960, A-Pa 142, dossier Teilhard, ASJF. Cette lettre est à replacer dans le contexte des rencontres de Vézelay de 1960, organisées par l’Association Teilhard de Chardin, et auxquelles participèrent les PP. Leroy, Russo et Troisfontaines, suscitant la désapprobation du P. Général.

47 Lettre du P. Arminjon aux autres Provinciaux, 20 juillet 1961, M/Ly 146/2, ASJF.

48 Projet de note commune des Provinciaux de France à l’adresse du P. Général, jointe à la lettre précédente, M/Ly, 146/2, ASJF.

49 Ibid.

50 Ibid. Le pamphlet du P. Bosio est l’article de la Civiltà dont il a été question plus haut.

51 Lettre du P. Arminjon aux autres Provinciaux, 20 juillet 1961, M/Ly 146/2, ASJF. Dès mai 1961, Lubac écrivait au Père Fessard : « J’aurais très vite fait de mettre sur pied un petit livre, quasi fait déjà, de 200 pages environ, avec des inédits, - dont le succès serait assuré d’avance », Lettre à Gaston Fessard, 6 mai 1961, CAECL.

52 Cahiers de l’affaire de Fourvière, 8 mai 1961.

53 Lettre d’Étienne Pillain au P. Blaise Arminjon, 25 juillet 1961, M/Ly, 146/2, ASJF. Étienne Pillain terminait toutefois ainsi : « Je suis d’accord avec vous sur le fond, mais je suis tellement désireux d’aboutir que je mettrais volontiers plus de chances de mon côté ».

54 Ibid.

55 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 5 février 1962 : « Le manuscrit de mon Teilhard a été approuvé par Rome, contre toute attente. On n’exige aucun changement », CAECL.

56 Henri de Lubac, Carnets du concile, I, 27 septembre 1961, p. 44. Pour les textes, cf. fonds Philips (Leuven), n° 286 et 337.

57 Carnets, I, 19 et 20 septembre 1961, p. 33. Le mémoire est consultable au CAECL ou aux ASV, 737, 82.

58 « Res vero profanae ad regnum Dei, ad gratiae gloriaeque vitam, non per se et immediate ordinantur, etsi per hominis intentionem ad illa referri possunt » (Cependant, les choses profanes ne sont pas ordonnées immédiatement et par elles-mêmes vers le règne de Dieu, vers la vie de la grâce et de la gloire, bien qu’elles puissent, par l’intention de l’homme, s’y rapporter), n° 19. Fonds Philips, n° 330 pour le texte latin.

59 Cf. Fonds Philips, n° 337. Les deux références à Teilhard sont maintenues aux notes 12 et 14 de la page 20. Le texte du De Ordine morali avait été achevé le 27 mai 1961 (cf. S. Tromp, Konzilstagebuch mit erläuterungen und Akten aus der Arbeit der Theologischen Kommission, édité par A. von Teuffenbach, Rome, Editrice Pontificia Università Gregoriana, 2006, pp. 225 et 689), et imprimé le 28 juillet 1961 (cf. ibid, p. 251).

60 Louis-Bertrand Gillon, o.p. français. Recteur de l’Angélique jusqu’en 1961, puis doyen de la faculté de théologie à partir de 1963. Membre de la commission théologique préparatoire, puis nommé expert au Concile

61 Lettre à Henri de Lubac du 25 août 1961. CAECL.

62 De fait, H. Schauf qui a, pour le P. Tromp, rassemblé les remarques des membres et consulteurs de la commission et y a répondu, écrivait que le P. de Lubac avait, sur les numéros en question, défendu son confrère et, tout en se demandant ce qu’enseignait vraiment Teilhard, il proposait la suppression des notes, tout en maintenant le texte, ASV 744, 168.

63 « Tertia sententia falsa de creatione et evolutione [...] proposita est a P. Teilhard de Chardin, latenter tantum in operibus quae edita sunt, aperte autem in scriptis non editis, quae tamen aliquomodo sparguntur » (« La troisième affirmation fausse au sujet de la création et de l’évolution a été proposée par le P. Teilhard de Chardin, de façon latente seulement dans les œuvres qui ont été éditées, mais ouvertement dans des écrits non édités, qui cependant ont été répandus assez largement »). Fonds Philips, n° 286, p. 12. Il s’agit d’un projet de schéma avec des remarques du P. Dhanis notamment.

64 « Quibus a sententiis non satis distat alius error qui corrumpit conceptum creationis, cum asserat eam consistere in divina actione magis magisque uniendi multiplicitatem primordialem, numquam causatam solamque genuinum nihilum ; qui insuper nec subsistentiam mundi in seipso, nec omnimodam simplicitatem Dei debite servat, cum declaret Deum evolutionem rerum dirigere in crescentem unitatem versus, quatenus mundum ita in se colligat sibique velut incorporet, ut eius compositionis ipse particeps fiat » (« Assez proche de ces affirmations [à savoir l’évolutionnisme panthéiste, dont il a été question précédemment] existe une autre erreur qui corrompt le concept de la création : elle affirme que la création consiste en une action divine unissant toujours davantage la multiplicité primordiale, jamais causée seule, et le néant originel. De plus, cette erreur ne préserve, à tort, ni la substance du monde en lui-même, ni la simplicité de Dieu, lorsqu’elle déclare que Dieu dirige l’évolution des choses vers une unité croissante, pour autant qu’il rassemble en lui-même ce monde en s’y incorporant de sorte qu’il participe à sa composition »).

65 Phénomène humain, op. cit., p. 261-265.

66 Teilhard écrivait ainsi : « Le rien-être coïncide, se confond avec une pluralité complètement réalisée. Le Néant pur est un concept complètement vide, une pseudo-idée. Le vrai Néant, le Néant physique, celui qui est au vestibule de l’être, celui où viennent converger par leur base tous les mondes possibles, c’est le Multiple pur, c’est la Multitude » (La lutte contre la Multitude, 1917) et « Je ne me dissimule pas que cette conception d’une sorte de Néant positif, sujet de la création, soulève des objections graves. Si bandée sur le non-être qu’on la suppose, la Chose dissociée par nature, requise pour l’action de l’union créatrice, signifie que le Créateur a trouvé hors de lui un point d’appui ou au moins une réaction. Elle insinue ainsi que la création n’a pas été absolument gratuite, mais représente une Oeuvre d’intérêt quasiabsolu » (L’union créatrice, 1917). Fonds Philips, n° 286, p. 13. Notons toutefois, dans les mêmes extraits cités par le Père Dhanis, ce passage : « À l’origine, donc, il y avait, aux deux pôles de l’être Dieu et la Multitude. Et Dieu cependant était bien seul, puisque la Multitude, souverainement dissociée, n’existait pas ».

67 Cf. le compte-rendu par le P. Tromp des réunions du 13 au 16 février 1961, 16 février 1961, ASV, 738, 88. Voir également la relation du P. Ciappi, président de la sous-commission, ASV, 738, 89.

68 Carnets, I, 26 septembre 1961, pp. 41-42. Les « papiers ronéotypés » visent ici directement Teilhard. Nous avons dit en effet que ses écrits théologiques n’avaient pu être publiés de son vivant. Néanmoins, des manuscrits polycopiés circulaient, répandant ses idées, avec ou sans son aval.

69 Le paragraphe 14 du chapitre 3 stipule en effet : « Conceptum creationis ne solvant sibi fingentes, hanc in ea consistere quod Deus magis magisque in unitatem redigat multiplicitatem quamdam primordialem, iam praesentem ante omnem divinam actionem. Substentiam mundi in seipso et simplicitatem perfectionemque omnimodam Dei ne labefactent, arbitrari audentes Deum ita evolutionem mundi dirigere, ut universitatem rerum gradatim in seipsum colligat, eam sibi veluti incorporet, ipseque mundanae compositionis quadantenus particeps fiat » Acta et Documenta, II, II, 2, p. 306.

70 « Non quantum scio, auctor ille, statuens principium pro evolutione ex aliqua multiplicitate praeexistenti, noluit negare ipsam hanc multiplicitatem a Deo in initio causatam fuisse. Insuper scripta eius nondum sunt omnia publicata [...]. Unde paragraphus omittatur, ne forsitan damnemus sententiam sic a nemine propagatam (« Pour autant que je sache, cet auteur, établissant l’origine de l’évolution à partir de la multiplicité des choses préexistantes, n’a pas voulu nier que cette multiplicité elle-même fût provoquée au départ par Dieu. De plus ses écrits ne sont pas encore tous publiés [...] Donc que ce paragraphe soit supprimé, pour que nous ne condamnions peut-être pas une pensée qui n’est soutenue par personne »), Acta et Documenta, II, II, 2, p. 314.

71 Lettre du 27 août 1962, fonds de Lubac, dossier 29, ASJF.

72 L’allusion est claire, Henri de Lubac est ici concerné au premier chef.

73 R. d’Ouince, Un prophète en procès : Teilhard de Chardin dans l’Église de son temps, Paris, Aubier, 1970, tome 1, p. 213-214.

74 Le Père de Lubac admet ainsi que Teilhard, au sujet de la création, n’a pas réussi à donner une expression tout à fait claire et cohérente de sa pensée (p. 288). Plus loin (p. 305-306), il estime que le Père Teilhard n’a pas toujours suffisamment vu que la pensée, même si elle naît et s’accroît dans le temps, le domine également, dans le sens où elle est enracinée dans l’éternité.

75 La mise à l’Index du livre du Père de Lubac sur la pensée du Père Teilhard.

76 Henri de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989, réédition Oeuvres Complètes, Cerf, 2006, p. 105.

77 Cité par R. d’Ouince, Un prophète..., op. cit., p. 220. Voir aussi AAS, 54 (1962), p. 526.

78 « Le "Commentaire" du document du Saint-Office n’est en réalité qu’un commentaire privé, dû, comme il me l’a lui-même expliqué, au P. Philippe de la Trinité, qui n’a pas eu le courage de le signer », lettre de Henri de Lubac à François Russo, 26 mai 1981, Fonds Teilhard, dossier 15, ASJF.

79 Cité par R. d’Ouince, Un prophète..., op. cit., p. 221.

80 Interdiction qui ne put rester secrète, malgré le souhait du Saint-Office, comme s’en explique Henri de Lubac à Gaston Fessard dans une lettre du 31 juillet 1962 : « Pour moi, c’est toujours l’affaire Teilhard, et je suis au centre du cyclone. Le Saint-Office a prétendu m’imposer son secret, mais j’étais obligé ou de refuser d’obéir ou de livrer le secret. Comment, par exemple, rompre six contrats déjà passés avec six éditeurs étrangers, et faire croire que c’était par pure fantaisie personnelle ? J’ai reçu des tas de lettres, beaucoup de gens m’ont cru bien plus ému que je ne le suis (c’est qu’ils ne se doutent absolument pas de ce qu’on m’a fait subir pendant sept ou huit ans de suite, à côté de quoi cela, aujourd’hui, n’est même pas une bagatelle) ».

81 Cahiers de l’Affaire de Fourvière, 28 juin 1962, CAECL.

82 On trouvera ces remarques, pour le moins détaillées, dans le Mémoire sur l’occasion de mes écrits, op. cit., p. 327-335.

83 Lettre du 27 août 1962. Fonds de Lubac, dossier 29, ASJF.

84 Lettre de Yves Thélot à Émile Rideau, 4 décembre 1963. Fonds Émile Rideau, Boîte 6, ASJF.

85 A-Pa 142, dossier Teilhard (1963-1966 et plus), ASJF.

86 Cahiers de l’affaire de Fourvière, 21 juin 1965, CAECL.

87 Ibid.

88 Lettre du 1er octobre 1965. Fonds de Lubac, dossier 29, ASJF.

89 Mes relations avec les papes, dossier X, CAECL.

© LARHRA, 2014

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search