Version classiqueVersion mobile

Penser la mondialisation avec Jacques Maritain

 | 
Jean-Dominique Durand
, 
René Mougel

Conclusion

Penser la mondialisation avec Jacques Maritain

Jean-Dominique Durand

Texte intégral

Nous voici parvenus à la fin d’un parcours avec Jacques Maritain, qui a réuni des chercheurs de disciplines très différentes : histoire, philosophie, théologie, sciences de l’éducation, science politique, et même la création cinématographique avec la présentation du beau film de Jean-Yves Fischbach, Jacques Maritain Le philosophe amoureux, qui est bien plus qu’un documentaire.

1Avec Maritain, et non sur Maritain. Car l’objectif n’était pas de revenir sur l’œuvre du philosophe français, mais à partir de Maritain, d’aller au-delà de Maritain, de scruter notre temps à partir d’une pensée dont l’actualité, une fois de plus a pu être soulignée. Une pensée qui n’a guère vieilli, qui n’a guère pris de rides, alors que les problématiques auxquelles nous sommes confrontés ne sont évidemment plus les mêmes que celles de son temps. Lui, a été confronté au monde des totalitarismes, de la négation radicale de la personne humaine, de la Shoah. Il a vécu le temps des grandes mutations des années 1950-1960, y compris l’aggiornamento de l’Église avec le concile de Vatican II. Confronté à tant d’événements souvent dramatiques, il les a abordés en plaçant toujours la personne humaine au cœur de sa réflexion. C’est cette réflexion sur la personne humaine et sa place au cœur de la société, qui nous permet de reprendre, pour notre temps, ce que dit Jacques Maritain. Dans la société d’aujourd’hui, face aux mutations et aux angoisses de nos contemporains, certains ont des réactions populistes ou prônent le repli sur soi, sur une identité exacerbée. La pensée de Maritain se trouve à l’opposé. Elle parle de l’ouverture aux autres, de l’accueil de l’altérité, de la démocratie. C’est un corpus de pensée qui permet d’affronter sans peur le monde d’aujourd’hui. Face aux nouvelles barbaries qui ont en commun avec les anciennes de récuser la personne, réaffirmer avec Maritain la centralité de cette dernière est un objectif majeur pour un idéal de civilisation. Étienne Borne disait avec justesse que « la philosophie politique de Jacques Maritain est un humanisme ». Le pape Jean-Paul II a souligné l’importance de son œuvre philosophique :

  • 1 Message de Jean Paul II au professeur Lazzati pour le Congrès « Jacques Maritain aujourd’hui » orga (...)

Pour lui, il ne s’agissait pas de répéter des formules, mais avec la lumière d’une pensée si élevée qu’elle échappe aux contingences et à l’usure du temps, de faire en pionnier, et en toute loyauté, une œuvre novatrice, apportant une contribution véritablement originale dans la réflexion philosophique mais aussi théologique, en beaucoup de domaines comme la métaphysique, l’anthropologie, la morale, la philosophie de l’art, l’épistémologie, la philosophie de la nature, la philosophie politique et de l’histoire, la philosophie de la culture et la pédagogie, la liturgie et la contemplation1.

2On a entendu au cours de ce colloque, comment on trouve des réponses aux questions les plus préoccupantes chez Maritain, comment celui-ci a anticipé sur bien des problèmes qui sont les nôtres aujourd’hui. On a pu voir comment l’Afrique pourrait trouver dans un retour à Maritain, notamment sur le plan de l’éducation, si ce n’est des solutions à ses difficultés, du moins l’indication de voies à emprunter. On a vu comment il a pu être un précurseur sur la difficile question des droits de l’homme, sur le dialogue entre les cultures et les religions, sur les relations entre les nations, dans le vaste champ de l’engagement dans la société, sur le fonctionnement de la démocratie dans un contexte de crise de confiance générale.

3Les trois thèmes retenus, « Repenser la démocratie », « Organiser la communauté internationale », « Le religieux et ses frontières », ont ainsi permis de confronter cette pensée complexe, riche, qui a connu des évolutions, avec la modernité contemporaine, et de souligner l’importance de l’inspiration philosophique pour une présence active dans la Cité.

4Mais qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui, ce philosophe longtemps méconnu en France, peut être un point de référence, voire une « étoile polaire » comme le disait Giorgio La Pira ? Six thèmes émergent des diverses interventions et des débats, qui illustrent l’actualité de la pensée maritainienne et sa fécondité pour « penser la mondialisation ».

  • L’exigence démocratique, mais pas n’importe quelle démocratie : une démocratie fondée sur une éthique forte et une certaine vision de la personne, une démocratie qui traduit dans les institutions l’anthropologie chrétienne, qui ne se réduit pas à un fonctionnement plus ou moins efficace, à des règles du jeu, à des procédures, mais qui porte en elle un idéal humain et moral. Maritain apporte aussi au monde globalisé une réflexion sur la démocratie internationale et sur la paix fondée sur le droit et le bien commun entre les nations.

  • L’attachement aux droits de l’homme fondés sur le message évangélique, mais qui ne devient jamais chez Maritain un dogme figé, qui offre plutôt des principes d’action et un code de comportement, des valeurs dont le fondement – l’unité du genre humain en Jésus Christ – est intangible, et qui exclut des dérives dépourvues de base morale mais rendues possibles par les recherches génétiques, ou par des positions fondées sur l’émotion (l’euthanasie) qui se retournent en fait contre l’homme.

  • La promotion de l’éducation, comme moyen premier pour garantir les droits humains, le bon fonctionnement de la démocratie, ou promouvoir le développement et le respect de l’autre à travers l’éducation sociale.

  • L’appel à l’engagement contre le pessimisme, contre le mal, pour croire en l’avenir et surtout se battre pour refuser ce qui paraît inéluctable : violence, guerre, choc des civilisations. Un appel à dire Non dans certains cas, notamment lorsque la dignité des personnes est bafouée, pour défendre tous ceux qui sont humiliés, ce que Maritain appelle aller « dans les profondeurs de l’humain lui-même, du séculier, du profane ».

  • L’attention à l’altérité : la globalisation n’est pas uniformisation. En fait à travers son vécu catholique et sa double expérience romaine et américaine, Maritain évite l’enfermement franco-français de tant d’intellectuels de sa génération, et transmet son attention à l’universel avec un message d’ouverture, d’accueil à l’Autre, de dialogue.

  • La distinction entre le temporel et le spirituel, l’agir en tant que chrétien et l’agir en chrétien, opposant la responsabilité sociale des chrétiens au cléricalisme. La mission temporelle des chrétiens au service de la Cité dans toute sa diversité fonde la place du laïcat au sein de l’Église, souligne l’impact de l’Évangile et conduit à porter un regard fraternel sur les non-chrétiens, à promouvoir toutes les occasions de rencontres et de dialogue, dans le respect mutuel.

  • 2 OC, IX, p. 725-726.

5Jacques Maritain avait, comme l’a dit Charles Blanchet, une « passion du temporel ». Il a constamment appelé, face aux douleurs de l’histoire, au prophétisme pour récuser des évolutions ou des choix qui seraient antihumains, pour promouvoir au contraire une société et un monde conformes le plus possible au message évangélique. Dans L’Homme et l’État2, il aborde l’une des questions les plus difficiles aujourd’hui : le vivre ensemble :

Vivre ensemble ne signifie pas occuper le même lieu dans l’espace. Cela ne signifie pas non plus être soumis aux mêmes conditions physiques ou extérieures, aux mêmes pressions, ou au même genre de vie […]. Vivre ensemble signifie participer comme des hommes, non comme un bétail, c’est-à-dire en vertu d’une libre acceptation fondamentale, à certaines souffrances communes et à une certaine tâche commune. […] Étant donné la condition humaine, le meilleur synonyme de vivre ensemble est souffrir ensemble. Quand les hommes forment une société politique, ils ne veulent pas participer à de communes souffrances par amour les uns des autres. Ils veulent accepter de communes souffrances par amour de la tâche commune et du bien commun. La volonté d’accomplir une tâche commune à l’échelle du monde doit donc être assez forte pour entraîner la volonté de participer à certaines souffrances communes rendues inévitables par cette tâche et par le bien commun d’une société à l’échelle du monde. Quelles souffrances en vérité ? Des souffrances dues à la solidarité.

Notes

1 Message de Jean Paul II au professeur Lazzati pour le Congrès « Jacques Maritain aujourd’hui » organisé par l’Université du Sacré-Cœur de Milan, du 20 au 23 octobre 1982, pour le centenaire de la naissance du philosophe. Vittorio Possenti (dir.), Jacques Maritain oggi, Milan, Vita e Pensiero, 1983.

2 OC, IX, p. 725-726.

Auteur

 

 

Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin-Lyon 3. Ancien conseiller culturel de l’Ambassade de France près le Saint-Siège et Directeur du Centre culturel Saint-Louis de France fondé par Jacques Maritain, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles (bibliographie sur son site www.jeandominiquedurand.fr), dont Un laboratoire pour la démocratie. L’Institut internatonal Jacques Martain (1974-2008), Paris, Éditions du Cerf, 2013. Membre du Conseil scientifique de l’Institut Paolo VI de Brescia, de l’Institut Luigi Sturzo de Rome, de la Fondation Bruno Kessler de Trente, de l’Editorial Board du Kadoc (Leuven), et du Conseil international de la Revue d’Histoire Ecclésiastique. Il est également vice-président de l’Institut International J. Maritain (Rome). Il est Consulteur du Conseil Pontifical de la Culture.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search