Version classiqueVersion mobile

Penser la mondialisation avec Jacques Maritain

 | 
Jean-Dominique Durand
, 
René Mougel

Organiser la communauté internationale

Éducation et développement solidaire en Afrique : l’apport de Jacques Maritain

Stanislas Baléké

Texte intégral

  • 1 À ce sujet, Jacques Maritain est parmi les philosophes qui ont contribué à donner aux Nati (...)

Aujourd’hui, la communauté internationale et les sociétés africaines connaissent des mutations qui invitent à une nouvelle réflexion, pour mieux entreprendre le tournant. C’est dans ce sens que nous avons voulu comprendre et présenter la question du développement, son évolution et les moyens d’accéder à un développement solidaire. Un tel processus ne peut se fonder que sur l’éducation, à savoir : la science à dispenser et la conscience à former. Cette tâche est complexe, délicate et difficile. Cependant, la responsabilité citoyenne est la voie de passage obligée pour toute volonté de développement à la paix et à la prospérité. En ce début du xxie siècle où l’Afrique se trouve engagée à l’école de la démocratie moderne, une éducation aux vertus de la citoyenneté et de la responsabilité, et la formation des enseignants se présentent comme une nécessité pour un développement authentiquement solidaire. Concernant la démocratie, nous estimons qu’elle n’est réalisable que si la population est suffisamment éduquée et conscientisée au sujet de ses droits et de ses devoirs. C’est à la lumière de la pensée philosophique, politique et éducative de Jacques Maritain que cette démarche a paru nécessaire, pour permettre d’envisager l’engagement social à adopter face à cette croisée des chemins à laquelle se trouve le monde et l’Afrique. Jacques Maritain, bien qu’il soit un théoricien incontesté de la philosophie, s’est engagé personnellement dans la recherche des solutions aux problèmes de son temps par des propositions concrètes1.

1Se mettre à l’école de ce grand maître est utile afin de tirer profit de son enseignement sur la promotion de la personne humaine à travers une éducation à la démocratie et au développement solidaire. Mais cette éducation devra se détacher des formes traditionnelles pour s’adapter aux mutations en cours, en vue de répondre aux nouvelles questions que pose l’Afrique dans un contexte mondialisé. Dans cette étude, nous allons montrer que le sous-développement est une étape incontournable dans l’évolution de chaque nation. Cette étape doit pourtant être dépassée à travers l’éducation des citoyens et la formation des acteurs, en vue d’une véritable révolution des mentalités. Il est souvent reproché à la philosophie d’être une science déconnectée de la réalité sur le terrain. Jacques Maritain a prouvé le contraire en ouvrant la voie à une philosophie engagée. Il a montré que la plume et le verbe du philosophe peuvent jouer un rôle déterminant dans la lutte contre les inégalités. Concernant le développement en Afrique, le retard peut être lié à trois causes : la marginalisation de l’éducation au détriment de l’économie, l’amateurisme des acteurs du développement et l’absence d’une politique rigoureuse de la formation des cadres pour la promotion de la personne et de la société. C’est ce qui nous a persuadé de mener cette étude, en l’orientant sur trois grands axes. Dans un premier temps, nous ferons une étude sur la notion du développement en Afrique et le rôle que peut jouer l’éducation dans la promotion humaine. Dans un deuxième temps, il sera question d’apporter une précision sur les buts et finalités de l’éducation chez Jacques Maritain. À la suite de cette démarche, nous aborderons la problématique de l’éducation à la liberté et à la démocratie comme source de tout développement authentique. L’objet de cette étude est de susciter une interrogation sur la question du développement, avec pour point de chute, le rôle que peut jouer l’éducation dans la construction d’une société juste. En abordant ce thème sous cet angle, nous sommes convaincu que le moment est venu de proposer une éducation qui donne à l’homme les moyens de faire face aux défis du monde de notre temps.

Quel développement pour l’Afrique à l’heure de la mondialisation ?

  • 2 S. Any-Gbayere, Politique éducative et développement en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2006, (...)

2Chaque mission de développement, lorsqu’elle est bien constituée, représente un véritable laboratoire d’intégration des sciences et des techniques. Si du point de vue macroéconomique, des statistiques donnent une indication exacte des structures et de leurs évolutions, l’approche reste encore rudimentaire du point de vue humain et sociologique. Dans le domaine de l’éducation, la notion du développement n’est pas suffisamment abordée, parce que le secteur éducatif est toujours classé comme une composante du volet de développement2. Or, c’est l’éducation qui devrait conduire au développement à travers la révolution qu’elle est appelée à opérer dans les mentalités qui constituent un frein au développement. L’économique fait ce qu’il peut pour prendre en compte l’épanouissement de l’homme. Mais sa limite repose sur le fait que la personne y est considérée uniquement dans sa dimension productive et à travers sa capacité à être « utile » à la réalisation des plans des objectifs précis. Ce n’est pas une mauvaise chose, mais cela ne cadre pas avec cette économie qui doit placer la personne humaine au cœur de ses préoccupations. C’est pourquoi, une éducation intégrale et intégrative doit être pensée et mise en place pour que les générations futures ne soient plus sacrifiées au bénéfice de celles d’aujourd’hui. Le système éducatif en cours en Afrique a besoin d’être revisité et réorganisé, afin de répondre aux préoccupations concrètes des hommes de notre temps.

Repenser le système éducatif en Afrique

  • 3 P. Fonkoua, Quels futurs pour l’éducation en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 109.
  • 4 F. Malley, Le Père Lebret. L’économie au service des hommes, Paris, Cerf, 1968, p. 208.
  • 5 Ibid.

3Partout dans le monde, les structures éducatives sont en train de se réorganiser pour répondre aux besoins de la société contemporaine. Jusqu’à présent en Afrique, on continue de suivre les programmes mis en place depuis les indépendances. Un voyage sur le terrain nous a permis d’évaluer les réformes qui ont été effectuées. Même si l’initiative reste louable, les modifications faites restent de façade et non de profondeur. Le système éducatif a besoin d’être revisité et réorganisé. Les travaux qui ont été réalisés jusqu’à présent dans ce domaine ont un caractère plus poétique que réformateur. Pourtant c’est ce deuxième aspect qu’il nous faut envisager aujourd’hui. Ce système a besoin d’être complété, rectifié, perfectionné et adapté. La question du développement en Afrique demeure complexe. Comme le souligne Pierre Fonkoua3, c’est pourtant là que réside le problème car l’accent est mis, soit sur l’utilisation de la personne humaine pour la production, soit sur une instruction scolaire qui répond aux besoins du pouvoir en place et non pour le développement humain et intégral de la personne. Même pour la santé le traitement n’est parfois disponible que pour les nantis. À la naissance de l’économie politique, Malley fait remarquer que l’objectif principal était que les richesses bénéficient à tous. Mais avec le temps, une évolution a semé la confusion et cette finalité a été abandonnée au profit d’un égoïsme aveugle. Pourtant, un effort doit être fait pour que le développement devienne l’une de valeurs essentielles de la civilisation contemporaine. « Une confusion s’est établie entre “développement économique” et “développement” tout court. Un effort considérable a été effectué pour préciser les moyens du développement économique sans qu’un effort correspondant ait été fait pour définir le développement comme valeur de civilisation »4. Le développement auquel aspire l’Afrique c’est un développement tout court et pas seulement un développement économique. En vérité, c’est du développement de toute la personne et de toutes les personnes qu’il doit être question. Ce qui vaut pour l’Afrique, c’est ce développement que le Père Lebret définissait comme : « la série de passages, d’une phase moins humaine à une phase plus humaine, au coût le moins élevé possible, compte tenu des solidarités entre les sous-populations et les populations »5. Cette définition a l’avantage d’englober tous les secteurs du développement, notamment : le développement économique, le développement biologique, le développement éducationnel, le développement politique et administratif. Son atout se trouve dans la personne humaine qui se situe au cœur même de la perspective.

  • 6 Ibid.

4Le fait que cette approche place la personne humaine au centre de ses préoccupations, permet de donner à la discipline du développement le caractère humanisant dont il a été privé par les précédentes approches. Le développement ne devrait plus être cette petite occupation réservée à quelques agronomes, quelques vétérinaires ou quelques économistes, ni avoir d’autres fins que la personne elle-même. Prenons le cas des pygmées. On doit les aider, non parce qu’en les exposant à un festival, on gagne de l’argent, mais parce qu’ils sont des êtres humains qui ont le droit de s’épanouir comme tout le monde. Le développement est un droit et non un simple moyen d’accroître son économie. La question du développement solidaire implique tout le monde et toutes les sciences doivent y apporter leur participation. « Le problème du développement est un problème de civilisation, que l’application des sciences et des techniques doit contribuer à résoudre dans le respect aussi strict que possible de toutes les valeurs humaines »6.

  • 7 Cf. N. Stern, Mondialisation, développement et pauvreté. Bâtir une économie mondiale intég (...)
  • 8 P.-F. Lebret, Dynamique concrète du développement, Paris, Éditions Ouvrières, 1961, p. 29.

5La question du développement de l’Afrique doit être posée en termes de transformation des mentalités, pour accéder à une civilisation où l’être humain, le semblable et le prochain, sera considéré pour ce qu’il est et non pour ce qu’il a. Toute personne a droit à une vie décente7. Ce n’est pas une question de charité, mais un droit et tous les efforts doivent être conjugués pour que cet objectif soit atteint. Quel domaine plus que l’éducation permettrait à l’Afrique d’avoir en son sein, des personnes consciencieuses, responsables, courageuses, convaincues et convaincantes ? L’alphabétisation et l’instruction qui ouvrent à un univers mental nouveau ne peuvent pas ne pas influer sur le système des valeurs des émetteurs et des récepteurs. Pour rendre efficace l’action du développement, une harmonie doit être trouvée entre les différents acteurs. Quant aux techniciens autochtones, ils doivent être formés à la critique des antivaleurs d’importation, à la reconnaissance des valeurs locales authentiques qui ont besoin d’être protégées et purifiées. Ce qui pourra permettre d’accéder à ce développement conçu comme un ordre social dans lequel chacun trouve ses chances « d’avoir assez » et de « plus avoir ». Il n’est pas cette « élévation des chiffres globaux d’une production mal répartie ; il est l’harmonisation dynamique des valeurs nouvelles, des valeurs autochtones et des valeurs importées »8. Cet objectif doit être atteint à travers une éducation fondée sur la valorisation du spirituel, c’est-à-dire de ce qu’est l’homme dans son être même comme le souhaitait Jacques Maritain. La personne humaine sera considérée comme principe et fin de toute action éducative.

La vision de l’éducation chez Jacques Maritain

  • 9 J. Maritain, Pour une philosophie de l’éducation, 1969, p. 25, in OC, VII, p. 779.

6Jacques Maritain s’inscrit en faux contre toute forme d’éducation qui tenterait d’assimiler l’enfant à un animal où le dressage l’emporterait sur l’éveil. Il admet que ceux-ci ont certainement leur place dans le champ éducatif, mais ils ne sont pas spécifiquement humains car ces procédés sont plus efficaces pour les animaux. Il invite ainsi les éducateurs à avoir un très grand respect pour l’âme et pour le corps de l’enfant, mais aussi à être attentif à ses sens et à ses ressources intérieures. Ils doivent avoir à son égard « une sorte d’attention aimante et sacrée à son identité mystérieuse, qui est une chose cachée qu’aucune technique ne peut atteindre »9. C’est la raison pour laquelle, dans leur démarche éducative, les éducateurs ont le devoir de faire un appel constant à l’intelligence et à la volonté de l’enfant. L’homme trouve son ultime accomplissement dans le respect scrupuleux des valeurs et des règles morales à partir desquelles se développe toute communauté humaine. Ces valeurs sont : la liberté, l’amour du prochain, la solidarité, l’égalité, et la tolérance. La vie morale qui fonde le civisme exige une discipline à l’égard de soi et à l’égard de son prochain. Ceci au nom de la valeur suprême des intérêts de la nation, et au nom de l’appel intérieur invitant à l’obéissance, au respect de la vie, de la paix et de la joie d’exister. Parler de vie morale ne se confond pas avec une apologie d’un rigorisme infantilisant, mais c’est un appel à une conciliation d’efforts constants de transformation intérieure de la part du citoyen en résistant de toute sa force et de toute sa volonté aux appels du mal, de l’égoïsme, de l’intolérance, de l’agressivité, du tribalisme ou du racisme. Dans le domaine de l’action morale, c’est la reconnaissance de la dignité humaine et de la loi de l’amour du prochain qui doit être à la base du travail en commun. Dans le domaine intellectuel, c’est la reconnaissance de l’apport des autres et des points de vue aussi différents qui peut faciliter l’éclosion de nouvelles propositions de réponses aux questions que pose la société contemporaine. Jacques Maritain fixe ce que doivent être la finalité et le but de l’éducation.

Buts et finalités de l’éducation

7Une action éducative ne peut avoir de sens que lorsqu’elle se fixe des objectifs à atteindre et qu’elle s’efforce de les atteindre effectivement. Sinon, elle serait comparable à n’importe quelle aventure.

Finalités de l’éducation

8Après avoir rappelé que l’éducation est un art particulièrement difficile appartenant au domaine de la morale et de la sagesse pratique, Jacques Maritain place celle-ci parmi les arts moraux. Il reproche à l’éducation contemporaine d’accorder la suprématie aux moyens plutôt qu’aux fins, ce qui précipite l’effondrement de toute finalité et de toute efficacité réelle et en constitue le grand danger. Tout en reconnaissant qu’ils sont généralement meilleurs que ceux de l’ancienne pédagogie, il leur est reproché la perte de vue des fins qui fait leur surprenante faiblesse. À ce sujet, il s’insurge contre les idées fausses véhiculées par les systèmes éducatifs qui ignorent la valeur fondamentale de le personne humaine. C’est ici qu’il montre l’importance de la philosophie de l’éducation en affirmant que

  • 10 Ibid., p. 20, in OC, VII, p. 772.

l’éducation ne peut échapper aux problèmes et aux difficultés de la philosophie, car elle suppose par sa nature même une philosophie de l’homme, et dès l’abord elle est obligée de répondre à la question : qu’est-ce que l’homme ?10

  • 11 Ibid., p. 29, in OC, VII, p. 784.
  • 12 Ibid., p. 30, in OC, VII, p. 785.

9Toute forme d’éducation dont la finalité ne serait pas l’homme à bâtir, est considérée comme un château de cartes, prêt à s’écrouler dès que le vent l’agite. L’éducation aura le souci du groupe social avec pour objectif de préparer l’enfant à y jouer un rôle plus tard. Ceci exige de « former l’homme à mener une vie normale, utile et dévouée dans la communauté… en éveillant et en affermissant le sens de sa liberté comme celui de ses obligations et de ses responsabilités »11. Même si cette finalité est noble, elle n’est pas la première. Jacques Maritain classe celle-ci en second lieu, car la fin première de l’éducation concerne la personne humaine dans sa vie personnelle et son progrès spirituel et non uniquement dans ses relations sociales. L’essence de l’éducation ne se limite pas au fait d’adapter l’enfant aux conditions et interactions de la vie sociale, mais d’abord et avant tout à en faire un homme et, dans le même sens, à en faire un citoyen. L’éducation de la personne implique nécessairement celle de la communauté : « en vérité l’éducation pour la communauté implique elle-même et requiert avant tout l’éducation pour la personne, car on ne forme un homme qu’au sein d’une vie de communauté »12. C’est ce qui justifie le reproche fait aux anciennes méthodes pédagogiques suite à leur individualisme abstrait et livresque. Avoir donné à l’éducation un sens plus profond de l’expérience et l’avoir rendue plus proche de la vie concrète est un progrès dont l’éducation moderne doit être fière. Mais pour atteindre pleinement ses objectifs, cette méthode devrait comprendre aussi que pour former un bon citoyen et un homme civilisé, ce qui importe le plus c’est l’intérieur du sujet, l’intérieur de la conscience personnelle où prennent naissance à la fois l’idéal et la générosité, le sens de la loi et le sens de l’amitié, le respect d’autrui et une indépendance à l’égard de l’opinion commune. Un système éducatif qui parvient à une telle efficacité est à féliciter. Ce qui ne le dérobe pas aux objectifs spécifiques qui doivent éclairer le quotidien de son action.

Les buts de l’éducation

  • 13 Ibid., p. 32, in OC, VII, p. 788.

10Concernant les buts assignés à l’éducation, Jacques Maritain s’oppose à cette conception de l’éducation qui fait d’elle-même une expérience constamment renouvelée. Ce pragmatisme pédagogique a ses mérites en ce qui concerne la nécessité d’adapter les méthodes pédagogiques aux intérêts de l’enfant. Mais il ne dispose pas de critères pour juger les buts et les valeurs qui se succèdent dans l’esprit de l’éduqué. Une véritable éducation devra d’abord avoir un but pour son propre compte, et s’il lui manque ce but elle devient un art sans objet, comparable à une architecture qui n’aurait aucune idée de ce qu’il faut bâtir et qui « tendrait à faire grandir sa construction dans n’importe quelle direction »13. Il ressort de cela que la théorie pragmatiste ne peut que dépouiller l’éducation de ses valeurs propres pour la subordonner aux tendances qui se développent au sein de la société. Cette théorie mérite les foudres de tout éducateur honnête étant donné que

  • 14 Ibid.

le but final de l’éducation qu’est l’accomplissement de l’homme en tant que personne humaine est infiniment plus élevé et plus large que le but de l’art architectural, ou même de l’art médical, car il a trait à la liberté même de l’esprit14.

11Bref, la spontanéité vitale de l’éduqué comme le constant élargissement de son expérience, jouent un rôle capital dans le progrès vers le but final. Tout compte fait, le besoin d’une adaptation qui doit être tous les jours renouvelée à travers les méthodes, les moyens et les voies d’approche devient beaucoup plus pressant encore dans l’art de l’éducation que dans aucun autre art qui se limiterait seulement à sculpter certaines oeuvres matérielles qu’il faut rendre performantes, présentables ou agréables. Notons enfin que l’éducation ne se mesure que par le but qu’elle s’assigne et la finalité qu’elle se propose d’atteindre. Pour l’Afrique d’aujourd’hui, un domaine éducatif s’avère indispensable, c’est l’éducation à la liberté et à la démocratie. Pour accéder à une société juste, la voie la plus indiquée, est celle qui donne à la population la possibilité de prendre en main son propre destin. Au sujet de l’Afrique actuelle, nous avons encore besoin de donner à cette population des moyens humains et intellectuels pour que le choix de ses dirigeants ne soit pas fondé sur le tribalisme mais sur un projet social justifié.

L’éducation à la liberté et à la démocratie

12L’éducation à la liberté et à la démocratie est une forme d’éducation qui touche le principe humaniste. En effet, c’est

  • 15 J. Maritain, Pour une philosophie de l’éducation, p. 145, in OC, VII, p. 926.

une éducation orientée vers la sagesse, visant à développer dans les esprits la capacité de penser avec rectitude et à jouir de la vérité et de la beauté. Tout être humain a droit à recevoir une telle éducation, proprement humaine et humaniste15.

  • 16 G. Pallante et allii, Une éducation libérale pour la démocratie. Jacques Maritain pour une (...)
  • 17 Ibid.

13L’histoire montre que cette forme d’éducation était strictement réservée aux classes supérieures de la société. Pourtant, l’Afrique a besoin d’une sorte de révolution de mentalité. Il est indispensable de reconnaître que le concept d’éducation libérale et démocratique n’a pas pour but de faire de l’éduqué un savant, mais de l’aider à comprendre « la signification et saisir la vérité fondamentale des disciplines variées auxquelles s’intéresse la connaissance universelle »16. Ce qui signifie que l’éducation libérale et démocratique vise une certaine compréhension de la vérité contenue dans les sciences et les arts, patrimoines qui ne cessent d’enrichir l’héritage culturel plutôt que l’acquisition des connaissances. Il s’agit de saisir le sens, de comprendre l’objet, la nature, la portée, et l’espèce de vérité que ces sciences nous font découvrir. Mais l’objectif principal de l’éducation pour la liberté est de veiller à ce que les éduqués saisissent le sens de la vérité et de la beauté démocratique « par les pouvoirs et les dons naturels de leur esprit, et par l’énergie intuitive naturelle de leur raison soutenue par tout leur dynamisme sensible, imaginatif et émotionnel »17. Une éducation qui met en valeur la liberté, et qui trouve son fondement dans l’énergie naturelle et spontanée de l’esprit estudiantin s’élargit afin de répondre aux exigences de la pensée moderne impliquant à la fois les sciences naturelles, les sciences physiques et les sciences humaines. Il ne s’agit pas de remplir l’esprit de l’étudiant des chiffres, mais d’insister sur la qualité en développant chez eux une authentique compréhension et une active participation à la gestion du bien commun.

14Par conséquent, l’éducation à la liberté et à la démocratie n’a pas pour mission de s’occuper des étudiants comme de futurs spécialistes en toutes les branches du savoir et tous les arts libéraux enseignés au programme. C’est par l’éducation à la liberté et à la démocratie que le citoyen cultivera la vertu de garder ses droits et devoirs dans la mémoire. À la base de cette connaissance, se trouve la prise de conscience par le citoyen, de l’obligation morale de se découvrir comme un responsable qui doit défendre la bonne gestion du développement intellectuel, moral, social, culturel et économique de la société. C’est pour cela que Jacques Maritain soutient que le but de l’éducation libérale pour la démocratie,

n’est pas d’abord d’assurer le succès technique et industriel futur, mais de donner une formation qui prépare et amène les jeunes gens à la sagesse afin de se préparer au travail et aux loisirs humains.

15Abordant la question démocratique, il estime que celle-ci a un rôle important à jouer dans la restructuration de la société en vue d’un développement solidaire.

  • 18 Pour une philosophie de l’éducation. p. 34, in OC, VII, p. 791.

C’est la conception démocratique de la vie qui exige de façon primordiale une éducation libérale pour tous et un développement humaniste général dans l’ensemble de la société18.

16Une démocratie sans une conscience morale équilibrée est comparable à de la perversité. C’est pourquoi, il faut reconnaître à l’éducation à la liberté et à la démocratie, cette place privilégiée accordée au loisir. Cette démarche est comme un renversement que propose Jacques Maritain contre tous ces systèmes fondés sur la mise à l’écart des loisirs, les estimant non appropriés à l’éducation des enfants.

Conclusion

  • 19 Manière pour Jacques Maritain de désigner la prédominance de l’argent sur toute autre vale (...)
  • 20 C. Assaba, L’éducation dans la société africaine, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 98.

17On ne peut prétendre militer pour les Droits humains et réduire la personne humaine au rang de l’animal parce que « la bête qui piétine le monde démocratique »19 a pris la place de l’idole. Face à toutes ces tendances démocratiques qui valorisent l’avoir sur l’être, l’Afrique a besoin de s’aligner sur une philosophie démocratique qui met en valeur les Droits humains et condamne toute forme d’injustice. Pour atteindre cet objectif et participer efficacement à la bataille du développement, les éducateurs devraient œuvrer de façon à favoriser la participation active de tous, à la discipline et à la gestion des affaires publiques. Cette participation doit être considérée comme un devoir pour tout citoyen. C’est dans cette perspective seulement que le projet d’un développement intégral de l’homme est possible. Le développement pour lequel nous plaidons en faveur de l’Afrique, c’est un développement solidaire et intégral. Un développement non seulement matériel mais à la fois économique, politique, social, intellectuel et spirituel20. Le développement de l’Afrique doit être centré sur l’homme. Il doit aussi viser sa promotion et son émancipation, puisqu’il s’agit d’un homme vivant, dans un contexte social et historique précis, ayant ses propres aspirations. Le vrai développement est celui qui intègre le matériel et le spirituel, qui met l’harmonie entre tradition et modernité en sélectionnant les valeurs susceptibles de conduire au bien-être social de tous.

18En définitive, une vision englobante de la personne humaine est nécessaire dans cette démarche. La voie démocratique paraît aujourd’hui comme nécessaire pour parvenir au développement. Nous concevons par là une démocratie qui vise l’épanouissement de la personne par une éducation pluraliste basée sur la reconnaissance des Droits et Devoirs de chacun. Pour les éducateurs africains, il est urgent de repenser les systèmes éducatifs en cours, et proposer une forme éducative qui vise d’abord la formation des personnes libres et autonomes. Cette formation qui passera par une saine conquête de la vérité, doit contribuer à la construction d’une nouvelle société et à la mise en place des valeurs morales démocratiques et humaines, valeurs sur lesquelles il faudra s’appuyer dans la mise en place d’une nouvelle vision du développement social fondée sur le respect, la justice, la paix et la solidarité.

Notes

1 À ce sujet, Jacques Maritain est parmi les philosophes qui ont contribué à donner aux Nations Unies leur quintessence. Il a été plus actif dans la mise en place de la philosophie qui devrait guider la jeune Organisation des nations unies pour l’Éducation et la Culture (Unesco). Son discours inaugural de la session de Mexico en 1947 reste d’une actualité surprenante. C’est dans cette perspective où la pensée de Maritain est considérée comme un ferment pour un monde nouveau que Roberto Papini déclarait : « La pensée de Maritain est non seulement valable pour réfuter les erreurs modernes, mais avant tout, pour apporter des propositions vraies et vitales dans divers domaines du savoir et de la pratique : c’est là que se révèle la vigueur de sa pensée », in Célébration du centenaire de Jacques Maritain. 1882-1973, Paris, Unesco, p. 18.

2 S. Any-Gbayere, Politique éducative et développement en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 84.

3 P. Fonkoua, Quels futurs pour l’éducation en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 109.

4 F. Malley, Le Père Lebret. L’économie au service des hommes, Paris, Cerf, 1968, p. 208.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Cf. N. Stern, Mondialisation, développement et pauvreté. Bâtir une économie mondiale intégrée, Paris, Eska, 2002, p. 73.

8 P.-F. Lebret, Dynamique concrète du développement, Paris, Éditions Ouvrières, 1961, p. 29.

9 J. Maritain, Pour une philosophie de l’éducation, 1969, p. 25, in OC, VII, p. 779.

10 Ibid., p. 20, in OC, VII, p. 772.

11 Ibid., p. 29, in OC, VII, p. 784.

12 Ibid., p. 30, in OC, VII, p. 785.

13 Ibid., p. 32, in OC, VII, p. 788.

14 Ibid.

15 J. Maritain, Pour une philosophie de l’éducation, p. 145, in OC, VII, p. 926.

16 G. Pallante et allii, Une éducation libérale pour la démocratie. Jacques Maritain pour une philosophie de l’éducation, Yaoundé, PUCAC, 2001, p. 48.

17 Ibid.

18 Pour une philosophie de l’éducation. p. 34, in OC, VII, p. 791.

19 Manière pour Jacques Maritain de désigner la prédominance de l’argent sur toute autre valeur.

20 C. Assaba, L’éducation dans la société africaine, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 98.

Auteur

enseigne à l’Institut des Sciences de la Vie et de la Terre – ISVT au Puy, en Haute-Loire. Il est aussi Expert en Management des Projets, Programmes éducatifs et Ingénierie de la Formation auprès de l’Organisation Internationale pour les Migrations OIM – Bruxelles. Docteur en Sciences de l’Éducation et de la Formation de l’Université Lyon 2, et Docteur en Philosophie de l’Université Jean Moulin Lyon 3. Membre du laboratoire « Éducation et Politiques » de l’Université Lumière Lyon 2, ses recherches portent sur la problématique de l’éducation au développement et à la bonne gouvernance.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search