Version classiqueVersion mobile

Penser la mondialisation avec Jacques Maritain

 | 
Jean-Dominique Durand
, 
René Mougel

Organiser la communauté internationale

La coopération dans un monde divisé, les droits de l’homme et la démocratie internationale

Pour une théorie maritainienne des relations internationales

Roberto Papini

Texte intégral

  • 1 P. Valadier, Maritain à contre-temps. Pour une démocratie vivante, Paris, Desclée de Brouwer, 2007.

La pensée politique de Jacques Maritain est la partie de sa philosophie la plus étudiée, que ce soit pour des raisons pratiques – beaucoup de partis démocrates chrétiens s’en sont inspirés – qu’à cause de l’originalité de son contenu, comme l’a écrit encore récemment un philosophe de taille, le Père Paul Valadier sj, directeur des Archives de philosophie, dans un petit livre intitulé Maritain à contre-temps. Pour une démocratie vivante1. Cependant la dimension internationaliste de cette pensée, quoique de grande actualité, a souvent été négligée. Mon propos est celui d’approfondir une telle dimension en essayant de conjuguer ensemble trois aspects fortement liés : celui de la coopération possible entre les peuples (bien que de religions, cultures et systèmes politiques divers), le respect des droits de l’homme et l’affirmation de la démocratie au niveau international en vue de la paix. Trois sujets en corrélation, sur lesquels Maritain retourne souvent pendant le Deuxième conflit mondial et après, que l’on peut définir comme les éléments fondamentaux de la conception maritainienne des relations internationales, son idée de démocratie à l’âge de la mondialisation.

  • 2 M. Adler, The Common Sense of Politics, New York, Rinehart and Winston, 1971, p. XI-XII. À Man and (...)

1L’année 2007 est justement l’anniversaire du célèbre discours d’ouverture de Maritain à la Deuxième Conférence Générale de l’Unesco à Mexico, le 6 novembre 1947, dont le titre exprime tout le programme de sa recherche : « La voie de la paix ». Il faut toutefois relire également son chef-d’œuvre politique Man and the State, que Mortimer Adler juge comme l’un des livres les plus importants de philosophie politique du xxe siècle2, dans lequel Maritain développe de manière achevée sa pensée sur l’État, la démocratie, les droits de l’homme et la coopération entre les peuples dans un monde de plus en plus interdépendant mais toujours en proie à la discorde.

2Je vais traiter le sujet que l’on m’a confié en trois parties : dans la première, en analysant son discours de 1947 sur la nécessité de la coopération dans un monde divisé comme condition fondamentale de paix ; dans une deuxième, en essayant de développer le respect des droits de l’homme également comme une des conditions essentielles pour la coopération et la paix et, enfin, en liant la question de la paix à l’affirmation d’une démocratie internationale.

La possibilité de coopération dans un monde divisé

  • 3 J. Maritain, « L’essence de l’internationalisation », La Croix, 26 décembre 1930, OC, IV, p. 1144-1 (...)
  • 4 Ibid., p. 1144.

3Maritain se penche tôt sur les problèmes internationaux, après sa rupture avec Maurras. Dans un article qu’il publie dans La Croix le 26 décembre 1930, il aborde déjà un sujet clef : « L’essence de l’internationalisation »3. Après avoir critiqué l’internationalisme communiste visant seulement l’unité du prolétariat4, il développe ce qu’il considère la tâche internationaliste des catholiques. Le catholique

  • 5 Ibid., p. 1144-1145.

sait que toutes les patries forment ensemble, de par la loi naturelle, une communauté où doivent régner des relations de justice, de solidarité morale et d’amitié : il sait que l’organisation juridique de cette communauté des peuples est une des tâches nécessaires du temps présent5.

4Et encore :

  • 6 Ibid., p. 1147.
  • 7 Ibid., p. 1148.

il appartient aux catholiques de témoigner de l’accord nécessaire entre le juste amour de la patrie et le juste amour du genre humain : il leur appartient de promouvoir un sage esprit d’internationalité en vue de la paix6. Il leur appartient (également) de collaborer aux organismes (internationaux) permanents… pour introduire peu à peu une coordination rationnelle et un esprit de coopération dans les relations politiques et économiques entre les nations7.

  • 8 J. Maritain, Qui est mon prochain ?, O C, VIII, p. 280.

5Il reprend encore ce thème, en particulier en 1939 dans un discours au ive Congrès Mondial des Croyants pour la défense de la personne humaine à la Sorbonne sur le thème « Qui est mon prochain ? ». Il y énonce la possibilité de coopérer en vue du bien commun terrestre parmi les hommes de foi religieuse différente et de diverses convictions politiques, à condition que l’on ne prétende pas trouver un commun dénominateur culturel. Il croit possible d’établir des « relations de bonne entente et de mutuelle compréhension… de compagnonnage, de fellowship » et ajoute : « ce problème… apparaît comme central pour le nouvel âge de civilisation qui s’ébauche dans le crépuscule où nous sommes »8.

  • 9 Ibid., p. 281.

Un tel rapprochement – poursuit-il – ne saurait évidemment être obtenu au prix d’un fléchissement de la fidélité, ou d’un manquement à l’intégrité dogmatique, ou d’une diminution de ce qui est dû à la vérité. Il ne s’agit aucunement ni de s’arrêter à je ne sais quel minimum commun de vérité, ni d’affecter la conviction de chacun d’une sorte d’indice dubitatif commun9.

  • 10 Ibid., p. 304.
  • 11 Ibid., p. 303. Il faut dire que Maritain voit bien les difficultés de la coopération intellectuelle (...)

6Dans l’ordre temporel l’« amitié civique » et l’« unité de la nature humaine » doivent guider les hommes même avec des convictions politiques différentes, à s’accorder sur des « principes d’action (communs)… correspondants aux inclinations premières de la nature humaine »10 pour le bien de la cité. Il est clair cependant que « le bon accord pratique des uns et des autres ne se fonde pas sur un minimum commun d’identité doctrinale »11.

  • 12 J. Maritain, La voie de la paix, publié dans Le philosophe dans la cité (Paris, Alsatia, 1960) avec (...)

7Maritain reprend en d’autres occasions les thèmes du discours de 1939, mais sa version plus complète est dans celui prononcé à la Deuxième Conférence Générale de l’Unesco à Mexico en novembre 194712.

  • 13 R. Seydoux, « Jacques Maritain à Mexico », Cahiers Jacques Maritain, 10/1984, p. 25. Il faut consta (...)
  • 14 Ibid., p. 25-26.

8À cette époque Maritain est malgré lui, comme on le sait, Ambassadeur de France près le Saint Siège et il a été hâtivement appelé à remplacer à cette Conférence Léon Blum, souffrant, qui avait été précédemment le chef de la délégation française à Londres en 1945 et à Paris en 1946. Comme l’écrit l’Ambassadeur Roger Seydoux : « pour Maritain la succession d’une telle personnalité était lourde »13. D’autre part, continue Seydoux, le philosophe « n’avait pas d’expérience, à ma connaissance, des conférences internationales. En 1947, c’était son premier contact avec l’Unesco… En outre il devait diriger une délégation hétérogène, nommée par le gouvernement tripartite de l’époque… (les délégués) s’appelaient Étienne Gilson, philosophe catholique, Henri Wallon, professeur au Collège de France et membre du Parti communiste, Paul Rivet, fondateur du Musée de l’Homme et socialiste militant, Pierre Auger, directeur de l’enseignement supérieur. S’entendre avec chacun d’eux n’était pas, au début, gagné d’avance »14.

  • 15 Ibid., p. 26. L’Ambassadeur Seydoux continue ainsi : « Si depuis la guerre la France n’a pas retrou (...)

9« Dès le début de la session – continue Seydoux – ce philosophe catholique, peu connu du monde politique, fut une des personnalités les plus en vue de la Conférence… Il s’imposa par le célèbre discours qu’il prononça à la séance inaugurale du 6 novembre »15, dont le titre était « La voie de la paix ». Il rappela la période tragique qu’on vivait, il souleva ensuite le problème central du moment :

  • 16 J. Maritain, La voie de la paix, cit. p. 150. À cette occasion, Maritain cite le travail du Groupe (...)

Les premières questions qui se posent à qui médite sérieusement sur les conditions d’une paix juste et durable sont évidemment celles qu’évoque l’idée d’une organisation supranationale des peuples… (mais) à l’heure présente une organisation réellement supranationale du monde est hors du domaine des possibilités16.

  • 17 Ibid., p. 152-156.

10Tout d’abord, selon Maritain, il faut poser trois problèmes cruciaux qui empoisonnent « l’atmosphère où respirent nos intelligences » : le premier est « le problème du machiavélisme et de la Realpolitik » qui « ne peuvent être vaincus que par le principe de la justice authentiquement politique » ; le deuxième concerne « la faute morale collective dans laquelle un peuple peut tomber et du relèvement moral collectif auquel il peut être tenu… si dans les profondeurs de la conscience allemande ne s’éveillent tout ensemble le repentir et l’espérance, un repentir viril et une droite espérance, le problème allemand restera chargé d’infortune, et pour le peuple allemand lui-même et pour la paix du monde » ; le troisième problème est celui « de l’usage de la science et de la technique. L’avènement de l’âge atomique a tout à coup dévoilé au monde la face terrible de ce problème », or « la science a pour objet propre les moyens, mais le domaine des fins relève… de la sagesse ». Science et sagesse doivent être réconciliées et « les applications de la science rigoureusement soumises au droit agir moral et aux vraies fins de la vie humaine »17.

11Ensuite le philosophe aborde la question de ce que devrait faire l’Unesco pour faciliter le développement des conditions spirituelles et culturelles pour la paix, ce qui est le but principal de l’Organisation, dans une situation historique très difficile. Il écrit :

  • 18 Ibid., p. 157-158.

On a parlé non sans raison du babélisme de la pensée moderne. De fait jamais les esprits n’ont été si profondément, si cruellement divisés… Il n’y a plus de bases communes, si loin que l’on creuse, pour la pensée spéculative, il n’y a plus pour elle de langage commun… Faudrait-il que (l’Unesco) s’efforce d’établir un conformisme artificiel des esprits et de définir un commun dénominateur doctrinal qui risquerait, à mesure qu’on en discute, de diminuer jusqu’au point d’évanescence ?18

12Comment sortir de cette impasse ? En s’inspirant de la distinction aristotélicienne entre raison théorique et raison pratique, Maritain cherche une voie possible dans une société de plus en plus pluraliste et affirme :

  • 19 Ibid., p. 158. On peut observer que la distinction maritainienne entre principes théoriques et prat (...)

Je crois que la solution est à chercher dans une autre voie : précisément parce que, comme je le rappelais au début, la finalité de l’Unesco est une finalité pratique, l’accord des esprits peut s’y faire spontanément non pas sur une commune pensée spéculative, mais sur une commune pensée pratique, non pas sur l’affirmation d’une même conception du monde, de l’homme et de la connaissance, mais sur l’affirmation d’un même ensemble de convictions dirigeant l’action19.

  • 20 Ibid., p. 159.
  • 21 Ibid., p. 160.

13Et il ajoute : « Je suis bien persuadé que ma manière de justifier la croyance en les droits de l’homme et l’idéal de liberté, d’égalité et de fraternité, est la seule qui soit solidement fondée en vérité »20. « Voilà pourquoi j’estime qu’une des tâches majeures entreprises par les Nations Unies est cette nouvelle déclaration des droits de l’homme à la rédaction de laquelle l’Unesco contribue »21.

14En terminant son discours, Maritain dessine ce qu’il développera davantage par la suite mais qui est déjà in nuce ici :

  • 22 Ibid., p. 164.

Si un état de paix qui mérite vraiment ce nom et qui soit solide doit être établi un jour entre les peuples, cela ne dépendra pas seulement des arrangements politiques, économiques et financiers conclus par les diplomates et les hommes d’État, cela ne dépendra pas seulement de l’édification juridique d’un organisme coordinateur véritablement supranational pourvu d’efficaces moyens d’action, cela dépendra aussi de l’adhésion profonde obtenue dans la conscience des hommes par des principes pratiques tels que ceux que je viens de rappeler22.

15Le discours de Maritain n’eut pas un grand succès seulement à la Conférence, mais la distinction entre principes théoriques et pratiques sur lesquels on pouvait s’accorder fut également utilisée dans des passages difficiles par la Commission, présidée par Eleanor Roosevelt, qui sur mandat du Conseil Économique et Social de l’ONU, dès le début de 1947, travaillait pour élaborer une Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Les droits de l’homme, condition essentielle pour la paix

16La synthèse de son discours à Mexico, Maritain l’avait déjà esquissée dans un texte (dont le titre est Sur la philosophie des droits de l’homme) qu’il avait précédemment remis à l’Unesco en réponse à un questionnaire que l’Organisation avait envoyé à des personnalités savantes du monde entier pour demander leurs avis sur la possibilité d’écrire une déclaration universelle des droits de l’homme, malgré les différences existantes entre les peuples (les précédentes déclarations comme le Bill of Rights anglais de 1689, la Déclaration d’Indépendance américaine de 1776 et la Déclaration de l’Homme et du Citoyen française de 1789, étaient en effet toutes limitées à un contexte national).

  • 23 Déjà dans Christianisme et démocratie (1943) et À travers la victoire (1945), Maritain admet une co (...)

17Il est intéressant de rappeler que le discours de Maritain à Mexico ne visait pas seulement la contingence historique – la guerre froide venait de commencer23 –, mais il entendait donner également une réponse alternative au Directeur Général de l’Unesco, le biologiste anglais Julian Huxley, qui avait écrit une brochure, L’Unesco, ses buts et sa philosophie, pour exposer son idée sur le fait que l’Organisation, pour agir efficacement devait avoir une philosophie à son fondement qu’il définissait comme « un humanisme scientifique universel, unifiant les différents aspects de la vie humaine et s’inspirant de l’évolution ». Or

  • 24 J. Larnaud, « En marge d’un anniversaire : Jacques Maritain et l’Unesco », Notes et Documents, n. 2 (...)

l’humanisme scientifique et évolutionniste qui était ainsi proposé comme philosophie de l’Unesco entraînait quelques conséquences pratiques. Tout en reconnaissant que la science et la culture devaient toujours avoir le caractère de moyens, Huxley estimait qu’elles étaient aussi des fins en soi, surtout il insistait sur la méthode scientifique, qui devait rejeter toute forme d’obscurantisme ou de dogmatisme religieux24.

  • 25 Maritain, en distinguant sans les séparer la religion et la culture, souhaite que le levain évangél (...)
  • 26 R. Mougel, « Avertissement » in Christianisme et démocratie suivi de Les droits de l’homme, Paris, (...)

18Ayant vu l’accord qui s’était réalisé sur la thèse de Maritain, Huxley cependant lui confia la tâche d’écrire l’introduction au livre intitulé Autour de la nouvelle Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Par ailleurs Maritain était déjà connu pour son livre Les droits de l’homme et la loi naturelle publié à New York en 194225 par les Éditions de la Maison française et bientôt traduit en anglais. Ce livre ne fut pas sans influence sur la détermination du gouvernement américain à appuyer la constitution de la Commission des Droits de l’homme au sein de l’ONU26.

  • 27 Cette idée est déjà plus ou moins présente dans Raïssa Maritain, « Histoire d’Abraham ou la saintet (...)
  • 28 J. Maritain, Sur la philosophie des droits de l’homme. Réponse à l’enquête de l’Unesco, in R. Mouge (...)
  • 29 J.-Y. Calvez sj relève que dans Les droits de l’homme et la loi naturelle (non pas dans L’Homme et (...)
  • 30 G.-M. Cottier explique ainsi l’importance de la dimension historique de l’affirmation des droits au (...)
  • 31 Ce n’est point ici le contexte pour ouvrir le débat sur l’accord ou le désaccord sur le fondement d (...)

19Dans son travail sur les droits de l’homme, Maritain tout en reconnaissant que ces droits ont comme fondement la loi naturelle, affirme que l’homme peut les connaître dans la mesure où sa conscience morale se développe27 ; il y a donc une sorte de procès herméneutique à réaliser, il y a progrès et relativité en relation à la prise de conscience de cette loi de la part de l’homme, selon le contexte social et l’âge historique. Et il écrit, lucidement : « Ici apparaît le rôle immense du conditionnement économique et social ». Sa conclusion est qu’« ainsi une déclaration des droits de l’homme ne sera jamais exhaustive et définitive. Elle sera toujours fonction de l’état de la conscience morale et de la civilisation à une époque donnée de l’histoire »28. Cette approche, en établissant un lien entre la loi naturelle et le développement de la conscience morale, s’ouvre à la sensibilité historique de la modernité29. Dans les droits de l’homme, Maritain identifie les bases communes (les « principes pratiques ») sur lesquelles une société démocratique peut être édifiée30. En syntonie, par ailleurs, avec d’autres auteurs contemporains, il croit que sans un accord minimal toute communauté est menacée de désagrégation et de conflit. L’accord sur les droits de l’homme et leur respect sont donc pour Maritain la voie royale de la paix, à savoir la réalisation du bien commun tant dans un contexte national qu’international31.

La démocratie internationale et la paix

20Maritain reprend et développe les thèmes précédemment énoncés dans les conférences qu’il donna à l’Université de Chicago en 1949, publiés ensuite dans Man and the State en 1951.

  • 32 J. Maritain, L’Homme et l’État, Paris, PUF, 1953, in O C, IX, p. 711. Cf. Vittorio Possenti, L’azio (...)
  • 33 J. Maritain, Christianisme et démocratie, New York, Éditions de la Maison Française, 1943, in O C, (...)
  • 34 Ibid., p. 716.
  • 35 Ibid., p. 740.

21Pour affirmer la possibilité d’une pleine démocratie, au niveau national et international – thème qu’il développe relativement peu jusqu’aux années de la guerre (même dans Humanisme intégral, il parle plus de pluralisme que de démocratie) –, dans L’Homme et l’État Maritain nie que l’État soit souverain, il le considère seulement comme « partie » du corps politique, comme l’« organe instrumental » à travers lequel ce dernier agit au niveau institutionnel32. Dans Christianisme et Démocratie de 1943, écrit aux États-Unis (et partiellement déjà dans Le crépuscule de la civilisation de 1939), sa vision de la démocratie n’est plus celle, teintée de méfiance, de ses ouvrages européens dans lesquels la démocratie est perçue dans le contexte du libéralisme individualiste. Elle assume en effet toute sa signification dans ses oeuvres américaines où devient central le rôle du peuple et des valeurs (une démocratie seulement procédurale n’a pas de place dans la pensée de Maritain) et il considère important l’apport de l’inspiration évangélique (le déplacement de sa perspective de Rousseau à Locke est évident)33. Le problème, écrit-il, « n’est pas de trouver un nouveau nom pour la démocratie, mais de découvrir sa véritable essence et de la réaliser : de passer de la démocratie bourgeoise, desséchée par ses hypocrisies et par manque de sève évangélique, à une démocratie intégralement humaine : de la démocratie manquée à la démocratie réelle »34. Il arrive à affirmer que l’« idéal démocratique est le nom profane de la chrétienté »35.

  • 36 R. Papini, Problemi politici dell’ordine internazionale, in L. Bonanate e R. Papini (dir.), La demo (...)

22Ainsi « à travers une philosophie d’inspiration personnaliste-communautaire » Maritain dessine « … les fondements d’une organisation sociale sur le plan intérieur et sur le plan international, fondée sur le pluralisme et sur le respect des droits « naturels » de la personne, capable de promouvoir une paix durable »36.

  • 37 J. Maritain, L’Homme et l’État, O C, IX, p. 712-719.
  • 38 Ibid., p. 725.

23Le refus du « mythe » de la souveraineté des États permet à Maritain d’organiser un ordre international axé sur une « Autorité Mondiale » démocratique, ce qui ne signifie pas automatiquement un gouvernement mondial mais concerne plutôt « l’instauration d’une société politique mondiale »37. Cette autorité supranationale pour Maritain ne devrait pas être réalisée par les États qui ont leurs intérêts souvent concurrentiels, ce qui donnerait lieu à une « théorie purement gouvernementale » des relations internationales mais par des corps politiques nationaux, ce qu’il appelle « une théorie purement politique » (son approche est politique avant que juridique) ; donc une organisation à réaliser à travers une coopération entre les peuples en vue de la paix – affirmation extraordinaire car auparavant (depuis le « système de Westphalie ») on avait toujours visé à des accords entre États. Et il ajoute une remarque de grande importance : à la différence du passé « c’est avec les moyens de la liberté que les peuples de la terre seront portés à une commune volonté de vivre ensemble »38, mais il avoue qu’il y a un long chemin à faire.

  • 39 D. Held, Democracy and the Global Order. From Modern State to Cosmopolitan Democracy, Cambridge, Po (...)
  • 40 Cette thèse est en partie tributaire de celle de Kant sur la paix perpétuelle quoique ici l’approch (...)

24Seulement aujourd’hui s’est développée une littérature politologique qui propose cette théorie de la démocratie (définie comme cosmopolite) fondée sur le développement de la société civile (Maritain dirait de la société politique) – il suffit de citer le nom de David Held39 – ainsi qu’un courant qui établit un rapport étroit entre démocratie internationale et paix. Il y a la paix surtout là où se développent des États démocratiques : la véritable paix dépend de la réalisation d’une démocratie internationale40.

  • 41 J. Maritain, L’Homme et l’État, O C, IX, p. 706.
  • 42 Une position relativement proche à celle de Maritain sur la mondialisation est celle de W.V.D. Donk(...)

25On relève en outre que la mondialisation (Maritain utilise déjà ce mot), poussée par une interdépendance croissante, rend encore plus nécessaire l’organisation d’une société politique mondiale avec des institutions adéquates à son gouvernement (aujourd’hui on dirait « governance » et il me semble qu’elle représente mieux l’idée de Maritain) car une « interdépendance essentiellement économique ne peut qu’exaspérer les besoins rivaux et l’orgueil des nations »41. L’expérience que nous avons de la mondialisation me semble donner raison à Maritain42 ; ce n’est pas l’idée des penseurs des Lumières pour lesquels l’esprit mercantile ne peut que contribuer à la paix.

  • 43 J. Maritain, L’Homme et l’État, O C, IX, p. 718.

26Il faut remarquer enfin que Maritain dans L’Homme et l’État parle peu de fédéralisme et de réforme de l’ONU. Pour la deuxième question la réponse est claire : elle n’était point d’actualité dans ces années-là même si « les organismes internationaux limités et précaires qui sont, pour l’instant, les seuls moyens politiques existants dont les hommes puissent disposer pour prolonger la trêve entre les nations »43, enregistrent les décisions des États plus puissants. Pour la première question il faut considérer que les débats très vifs pendant la guerre et tout de suite après sur le fédéralisme, en Europe comme aux États-Unis, en 1949 s’étaient affaiblis à cause de la situation politique mondiale tendue et Maritain en était évidemment conscient. Il préfère parler d’« unité pluraliste » au niveau de la société politique mondiale

  • 44 Maritain affirme que la société politique mondiale « ne serait même pas une unité fédérale, mais di (...)

qui ne va se réaliser que par ou à travers la permanente diversité des corps politiques particuliers, et qui entretiendrait et favoriserait cette diversité. Il reste que lorsque nous disons que la communauté des nations doit former un corps politique, même en tenant compte des restrictions auxquelles une telle unité serait soumise, nous disons que la communauté des peuples doit former un peuple, même en tenant compte des restrictions auxquelles une telle unité pluraliste serait soumise44.

Il ne spécifie pas davantage la forme de gouvernement, mais il est clair que son recours au pluralisme veut mettre l’accent sur les différences et les caractéristiques de chaque peuple, quoiqu’ils choisissent de « vivre ensemble ».

  • 45 Sur les interventions de Maritain sur le fédéralisme, G. Galeazzi, L’idea europea nella cultura fed (...)
  • 46 En 1951 seulement, Maritain signe avec d’autres intellectuels catholiques français une Déclaration (...)
  • 47 J. Maritain, L’Homme et l’État, O C, IX, p. 717. Sur le Groupe de Chicago, cf. en particulier l’ouv (...)
  • 48 R. Fornasier, « Maritain, il gruppo di Chicago e l’idea di un World Government », Notes et Document (...)

27Après moins d’une douzaine d’interventions concernant une Europe fédérale (surtout à partir de 1939) et même une fédération atlantique dans les années quarante45, à ma connaissance Maritain, étrangement, ne soufflera pas un mot sur l’Europe communautaire, sauf dans une occasion particulière46, ce qui me semble à approfondir. Désormais il voit la question de la paix au niveau mondial. Pour cette raison il se réfère plusieurs fois au travail du Groupe de Chicago engagés à promouvoir une constitution mondiale. Il écrit à ce propos : « il me semble être le meilleur des nombreux plans d’organisation internationale qui s’élaborent à ce jour »47. Il y a cependant une différence entre le travail de Maritain et celui du Groupe de Chicago : tandis que celui-ci visait surtout l’immédiat, comme d’ailleurs la majorité groupes fédéralistes préoccupés par la possibilité d’une guerre atomique, Maritain avance sa proposition sur le plan normatif de la philosophie politique, sur le long terme48.

Conclusion

  • 49 J. Maritain, Les conditions spirituelles du progrès et de la paix, in Approches sans entraves, Pari (...)

28Au soir de sa vie, le 21 avril 1966, Maritain est invité à donner une conférence à une réunion organisée par l’Unesco sur le thème « Une rencontre des cultures sous le signe de la coopération et de la paix : le Concile œcuménique Vatican II ». Il y développe le thème qui lui est cher et qui résume tous les discours précédents sur « Les conditions spirituelles du progrès et de la paix », à côté de René Cassin (israélite) qui le remercie publiquement pour sa contribution à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le Prof. Bencheikh (musulman) et Mgr André Scrima (orthodoxe). Maritain exprime le point de vue catholique. En se référant à la Constitution Gaudium et Spes, après avoir affirmé la primauté du spirituel pour l’inspiration, l’éducation et le renouvellement culturel des esprits, il commente le chapitre v de ce document conciliaire qui développe la préoccupation constante du philosophe, surtout à partir de la guerre : la sauvegarde de la paix et la construction de la communauté des nations. Après avoir affirmé la nécessité de dépasser la souveraineté des États pour rendre possible « la véritable organisation politique du monde fondée sur le libre agrément et la libre coopération des nations et des peuples » en vue du bien commun de l’humanité, il souhaite la constitution d’une « autorité politique supranationale ». Il est conscient cependant que « dans l’état présent du monde une telle idée apparaît comme une utopie. Cela est évident et le problème pour notre temps n’est nullement de réaliser une société politique mondiale, il est de travailler aux préparations lointaines de cette société… Il faut à tout prix sauver l’espoir des hommes en un idéal temporel, un idéal dynamique de paix sur terre »49.

Notes

1 P. Valadier, Maritain à contre-temps. Pour une démocratie vivante, Paris, Desclée de Brouwer, 2007.

2 M. Adler, The Common Sense of Politics, New York, Rinehart and Winston, 1971, p. XI-XII. À Man and the State, Adler ajoute les livres de B. Russell, Road to Freedom, Y. Simon, Philosophy of Democratic Government et J. Stracey, Challenge of Democracy.

3 J. Maritain, « L’essence de l’internationalisation », La Croix, 26 décembre 1930, OC, IV, p. 1144-1149.

4 Ibid., p. 1144.

5 Ibid., p. 1144-1145.

6 Ibid., p. 1147.

7 Ibid., p. 1148.

8 J. Maritain, Qui est mon prochain ?, O C, VIII, p. 280.

9 Ibid., p. 281.

10 Ibid., p. 304.

11 Ibid., p. 303. Il faut dire que Maritain voit bien les difficultés de la coopération intellectuelle. À ce propos, voir aussi son texte, Coopération philosophique et justice intellectuelle (chap. 3 de Raison et raisons, 1948 ; O C, IX, p. 271-300).

12 J. Maritain, La voie de la paix, publié dans Le philosophe dans la cité (Paris, Alsatia, 1960) avec le titre « La possibilité de coopération dans un monde divisé », O C, IX, p. 143-164.

13 R. Seydoux, « Jacques Maritain à Mexico », Cahiers Jacques Maritain, 10/1984, p. 25. Il faut constater que le chef de la délégation française à Mexico aurait pu être Étienne Gilson qui avait fait partie de la délégation de la France déjà à la Conférence de San Francisco en mai 1945 qui a projeté les Statuts des Nations Unies, et à cette occasion il eut « un rôle assez significatif ». Il fut aussi appelé à faire partie de la délégation française à la Conférence de Londres fin octobre de la même année pour rédiger la constitution de l’Unesco et l’année suivante il participa à nouveau à la première Conférence générale de l’Organisation où il eut également un rôle important. Laurence K. Shook, Étienne Gilson, Toronto, PIME, 1984. Trad. italienne, Maria Stefania Rossi, Milano, Jaca Book, 1991, p. 308-319.

14 Ibid., p. 25-26.

15 Ibid., p. 26. L’Ambassadeur Seydoux continue ainsi : « Si depuis la guerre la France n’a pas retrouvé son rang dans le domaine de la politique internationale, dans celui de la culture, à Mexico, grâce à Jacques Maritain, elle a tenu sa place. C’était une rentrée en force » (p. 27).

16 J. Maritain, La voie de la paix, cit. p. 150. À cette occasion, Maritain cite le travail du Groupe de Chicago « pour projeter une constitution du monde » (p. 152).

17 Ibid., p. 152-156.

18 Ibid., p. 157-158.

19 Ibid., p. 158. On peut observer que la distinction maritainienne entre principes théoriques et pratiques n’est pas toujours aussi simple à trancher et que même dans la hiérarchie des principes pratiques parfois on doit faire des références à des valeurs qui ne sont pas toujours les mêmes.

20 Ibid., p. 159.

21 Ibid., p. 160.

22 Ibid., p. 164.

23 Déjà dans Christianisme et démocratie (1943) et À travers la victoire (1945), Maritain admet une coopération pratique avec le communisme, tout en réaffirmant une autonomie idéologique complète des catholiques. Cette thèse influencera beaucoup de groupes de la gauche chrétienne après la guerre, aussi bien à l’intérieur des partis démocrates chrétiens, comme à l’extérieur, dans plusieurs pays européens et latino-américains.

24 J. Larnaud, « En marge d’un anniversaire : Jacques Maritain et l’Unesco », Notes et Documents, n. 28/1982, p. 2. Larnaud continue (p. 3) : « De nombreux délégués réagissent aux thèses de Julian Huxley… mais il reçut une réponse adéquate par la bouche du philosophe catholique Jacques Maritain ». Dans cet article on rappelle en particulier la célébration à l’Unesco du 100e anniversaire de la naissance du philosophe et le fait qu’un projet de résolution en sa faveur fut présenté (et approuvé à l’unanimité) par le délégué français, M. Valery qui « signala que M. Ota (Japon) avait demandé à en faire partie (du projet de résolution) en raison du très grand rayonnement des idées de Maritain au Japon » (p. 1).

25 Maritain, en distinguant sans les séparer la religion et la culture, souhaite que le levain évangélique et les principes de la Révolution française puissent animer la société et garantir à tous les principes fondamentaux de la personne. Il souligne ainsi la tâche transcendante et universelle de l’Église même à garantie de la laïcité de l’État dans le respect de la liberté de conscience.

26 R. Mougel, « Avertissement » in Christianisme et démocratie suivi de Les droits de l’homme, Paris, Desclée de Brouwer, 2005, p. 205.

27 Cette idée est déjà plus ou moins présente dans Raïssa Maritain, « Histoire d’Abraham ou la sainteté dans l’état de nature », Nova et Vetera, n. 3, X, 1935 ; O C, XIV, p. 567- 617.

28 J. Maritain, Sur la philosophie des droits de l’homme. Réponse à l’enquête de l’Unesco, in R. Mougel, « Avertissement », cit., O C, IX, p. 1084.

29 J.-Y. Calvez sj relève que dans Les droits de l’homme et la loi naturelle (non pas dans L’Homme et l’État), dans la « dialectique de la personne et de la société, (il y a) une approche phénoménologique, en somme peu fréquente certes chez Maritain ». Les droits de l’homme selon Maritain, in V. Aucante et R. Papini, Jacques Maritain, philosophe dans la cité, Paris, Parole et Silence, 2007, p. 103. Il est à relever combien pendant longtemps le langage des droits de l’homme, surtout les droits politiques, a été absent dans le monde catholique, au moins jusqu’à l’encyclique Pacem in terris (1963) et ensuite le Concile. É. Poulat, La lente reconnaissance des droits de l’homme et le pluralisme de leur interprétation, in R. Papini (dir.), Droits des peuples. Droits de l’homme, Paris, Centurion, 1984, p. 21-38. Selon D. Hollenbach, le Concile avait compris la nécessité de trouver un consensus normatif minimal sur lequel construire une société juste et pacifique sans supprimer cultures et systèmes sociaux différents et on avait visé aux droits humains comme fondement. Justice, Peace and the Human Rights. American Social Ethics in a Pluralistic World, New York, Crossroad, 1988, p. 88. Maritain n’avait pas fait mention auparavant de droits humains (pas un mot dans Humanisme intégral). C’est aux États-Unis qu’il se familiarise avec ce langage.

30 G.-M. Cottier explique ainsi l’importance de la dimension historique de l’affirmation des droits aussi fondés sur la nature humaine : le fait que « l’énumération des droits ne procède pas, pour ce qui concerne leur contenu, selon l’évidence d’une déduction analytique mais est tributaire de l’expérience historique… ne doit pas nous conduire à jeter le discrédit sur de telles déclarations. Il permet au contraire de souligner le rôle de l’expérience historique ». Nova et Vetera, n. 1, janvier-mars 1989, p. 201.

31 Ce n’est point ici le contexte pour ouvrir le débat sur l’accord ou le désaccord sur le fondement des droits de l’homme. Je me bornerai à citer la position de Otfried Höffe qui, tout en affirmant l’origine contractuelle de ces droits, écrit tout de même que si « la détermination précise du contenu des droits humains est absolument controversée, ce n’est pas de même pour son noyau ». Demokratie im Zeitalter der Globalisierung, München, C.H. Beck, 1999, trad. it. La democrazia nell’era della globalizzazione, Bologna, Il Mulino, 2007, p. 49.

32 J. Maritain, L’Homme et l’État, Paris, PUF, 1953, in O C, IX, p. 711. Cf. Vittorio Possenti, L’azione umana. Morale, politica e Stato in Jacques Maritain, Roma, Città Nuova, 2003.

33 J. Maritain, Christianisme et démocratie, New York, Éditions de la Maison Française, 1943, in O C, VII, p. 699-762.

34 Ibid., p. 716.

35 Ibid., p. 740.

36 R. Papini, Problemi politici dell’ordine internazionale, in L. Bonanate e R. Papini (dir.), La democrazia internazionale. Un’introduzione al pensiero politico di Jacques Maritain, Bologna, Il Mulino, 2006, p. 80-81.

37 J. Maritain, L’Homme et l’État, O C, IX, p. 712-719.

38 Ibid., p. 725.

39 D. Held, Democracy and the Global Order. From Modern State to Cosmopolitan Democracy, Cambridge, Polity Press, 1995. Proche des positions de la démocratie cosmopolite est celle des partisans du « nouvel institutionnalisme » qui, bien que considérant le rôle des États nationaux, donne beaucoup d’espace aux organisations (même privées) et aux règlements internationaux. R.O. Keohane, International Institutions and State Power. Essays in International Relations Theory, Boulder, Westview Press, 1989.

40 Cette thèse est en partie tributaire de celle de Kant sur la paix perpétuelle quoique ici l’approche n’est pas par le droit mais par la politique. Z. Maôz et B.M. Russet, « Normative and Structural Causes of Democratic Peace 1946-1986 », American Political Science Review, 87, p. 629-638 ; T. Dunne, Liberalism, in J. Baylis and S. Smith (eds), The Globalisation of World Politics : An Introduction to International Relations, Oxford, Oxford University Press, 2001 ; L. Bonanate, Democrazia tra le nazioni, Milano, Mondadori, 2001. Ceux qui soutiennent l’étroit rapport entre paix et démocratie (ce qui renvoie également au respect des droits humains) affirment qu’au cours du XXe siècle, il n’y a pas eu de guerres entre États démocratiques, avec la conclusion que « si tous les États du monde étaient démocratiques, alors la guerre deviendrait impossible » (L. Bonanate, Pace, diritti umani e democrazia, in G. Cipollone (dir.), La Chiesa e l’ordine internazionale, Roma, Gangemi, 2004, p. 103). Naturellement Bonanate lui-même avoue que cette thèse a aussi des opposants, de Thucydide à Hans Morghentau, qui insistent surtout sur la question de la sécurité.

41 J. Maritain, L’Homme et l’État, O C, IX, p. 706.

42 Une position relativement proche à celle de Maritain sur la mondialisation est celle de W.V.D. Donk, R. Steenvoorde, S.Waanders (eds.), Globalisation and Human Dignity, Source and Challenges in Catholic Social Tought, Unght, Damon, 2004. Dans leur Introduction, ces auteurs citent Man and the State et sa position sur les droits de l’homme concernant la nécessité de mettre temporairement entre parenthèses les raisons différentes avec lesquelles sont justifiées les positions sur les droits (le « pourquoi »), mais sur ce point ils écrivent : « If there is a short message of (the) book, this message would be : we cannot skip the “why” any longer, especially in a age where globalisation is not just a concept, but a reality » (p. 10).

43 J. Maritain, L’Homme et l’État, O C, IX, p. 718.

44 Maritain affirme que la société politique mondiale « ne serait même pas une unité fédérale, mais disons ainsi, une unité pluraliste ». L’Homme et l’État, O C, IX, p. 728.

45 Sur les interventions de Maritain sur le fédéralisme, G. Galeazzi, L’idea europea nella cultura federalista. Il contributo di Jacques Maritain, in R. Papini (dir.), L’apporto del personalismo alla costruzione dell’Europa, Milano, Massimo, 1981, p. 49-78 ; Ph. Chenaux, De la chrétienté à l’Europe. Les catholiques et l’idée européenne au XXe siècle, Tours, CLD Éditions, 2007, p. 66-74 ; J. Maritain, L’Europe et l’idée fédérale, Paris, Mame, 1993, p. 15-47 ; O C, XVI, p. 973s.

46 En 1951 seulement, Maritain signe avec d’autres intellectuels catholiques français une Déclaration (Forcer l’impossible) en insistant sur l’union entre les peuples et sur la mission de la France pour une Europe fédérale ; O C, IX, p. 1168-1184.

47 J. Maritain, L’Homme et l’État, O C, IX, p. 717. Sur le Groupe de Chicago, cf. en particulier l’ouvrage de son secrétaire, A. Borgese, Foundations of the World Republic, Chicago, Chicago University Press, 1953 et Notes et Documents, 35/1982, consacré à The Chicago School and the Problem of World Government.

48 R. Fornasier, « Maritain, il gruppo di Chicago e l’idea di un World Government », Notes et Documents, n. 9/2007. Il faut dire que Maritain n’avait pas seulement des amis à l’Université de Chicago mais aussi des difficultés avec les philosophes de cette Université. F. Michel, « Le Thomisme, un New Deal philosophique ? J. Maritain et la bataille de Chicago (1930-1960) », Recherches philosophiques, III (2007), p. 33-56.

49 J. Maritain, Les conditions spirituelles du progrès et de la paix, in Approches sans entraves, Paris, Fayard, 1973 ; O C, XIII, p. 755-764. Voir aussi P. Viotto, Jacques Maritain. Dizionario delle opere, Roma, Città Nuova, 2003, p. 41. À la fin de L’Homme et l’État, Maritain pense à un Conseil consultatif supranational qui pourrait avoir une autorité morale pour parler au monde entier et ainsi faciliter la constitution d’une société politique mondiale.

Auteur

 

 

Secrétaire général de l’Institut International Jacques Maritain, professeur de Sciences politiques à l’Université LUMSA de Rome. Parmi ses derniers ouvrages : Le courage de la démocratie. Sturzo et l’Internationale populaire entre les deux guerres, Paris, DDB, 2003 ; Jacques Maritain : la politica della saggezza (en coll. avec Vincent Aucante), Soveria Mannelli, Rubbettino, 2005 ; La democrazia internazionale. Un’introduzione al pensiero politico di Jacques Maritain (en coll. avec Luigi Bonanate), Bologna, Il Mulino, 2006 ; Dialogo Interculturale e Diritti umani (en coll. avec Luigi Bonanate), Bologna, Il Mulino, 2008.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search