Version classiqueVersion mobile

Penser la mondialisation avec Jacques Maritain

 | 
Jean-Dominique Durand
, 
René Mougel

Repenser la démocratie

L’universalité des droits de l’homme et les exigences des particularités

L’apport de Jacques Maritain

Joseph Yacoub

Texte intégral

  • 1 L’Homme et l’État, ch. IV « Les droits de l’homme », Paris, PUF, 1953, p. 69 ; OC, IX, p. 567.
  • 2 Principes d’une politique humaniste, Paris, Hartmann, 1946, p. 38 ; OC, VIII, p. 208.

La diversité des êtres n’est pas le fait du hasard des causes cosmiques, mais bien une composante de l’univers, qui requiert cette diversité.
Thomas d’Aquin
Des hommes mutuellement opposés dans leurs conceptions théoriques peuvent arriver à un accord purement pratique sur une énumération des droits de l’homme.
Jacques Maritain1
La démocratie ne peut être arrachée de l’existence nationale.
Jacques Maritain2

Actualité de Jacques Maritain. Nécessité d’un éclaircissement socio-anthropologique et culturel des « droits de l’homme »

1La contribution de Jacques Maritain aux droits de l’homme peut être abordée sous l’angle de la philosophie politique, c’est-à-dire de la conjugaison des droits de l’homme en termes de vérité et de finalité pratique. Il s’agit d’un exemple d’analyse où l’on voit comment le philosophe engagé qu’il était s’insère dans la cité, donnant corps à sa philosophie humaniste dans un domaine qui revêt aujourd’hui une grande actualité. Il sera également question des rapports qu’il établit entre les exigences philosophiques et éthiques et les nécessités pratiques.

  • 3 J. Yacoub, Les droits de l’homme sont-ils exportables ? Géopolitique d’un universalisme, Paris, Ell (...)
  • 4 J. Yacoub, « La reconnaissance internationale des peuples autochtones est un acte historique », Le (...)
  • 5 J. Yacoub, « Les droits de l’homme, une œuvre collective de l’humanité », Cahiers de l’Institut des (...)

2Depuis 1940, la problématique des droits de l’homme ne cesse d’évoluer et leur champ de s’internationaliser au point que les droits de l’homme sont devenus un enjeu de grande importance. Le monde occidental propose, parfois impose à l’humanité sa conception de la démocratie et des droits de l’homme. Mais son approche ne fait pas l’unanimité et, encore moins, ne bénéficie pas d’un consensus général depuis la Déclaration de l’ONU, adoptée le 10 décembre 1948. En effet, depuis cette date, plusieurs Déclarations ont été adoptées dans différents continents et pays3. Et il est très probable que d’autres naîtront et de nouveaux droits surgiront dans les années à venir au fur et à mesure de l’éveil culturel des peuples et de l’évolution des sociétés. Exemples. Absents en 1948, les peuples autochtones font leur apparition sur la scène de l’histoire dans les années 1970. Ils voient leurs droits consacrés par une Déclaration adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU le 13 septembre 20074. Quant à l’écologie, elle devient à présent un droit prépondérant et une préoccupation permanente. Dès lors, se pose la question du statut et de la validité de l’universalité qui se trouve désormais confrontée aux particularités et à la nécessité de s’inculturer en fonction de l’espace, du temps, du moment et des besoins. Or, qui dit particularité dit variabilité5. Plus les peuples font leur entrée sur la scène de l’histoire, plus la problématique des droits de l’homme prend de l’ampleur, plus sa gestion devient multiple. Ne voulant pas être de simples consommateurs du discours dominant, les peuples ne viennent pas les mains vides dans le concert international. On est passé de 58 États en 1948 à 194 aujourd’hui. De nouveaux pays émergent et avec eux de nouveaux droits. Les langues, au nombre de 6700, se délient, les ethnies, au nombre de 7500, imposent leur présence, les religions et les croyances se montrent plus audacieuses à l’échelle de la planète. Les sociétés deviennent de plus en plus plurielles. Des droits font leur apparition qui n’étaient pas auparavant dans la conscience des hommes. Ne parle-t-on pas d’humanismes émergents et de nouveaux droits de l’homme ?

3En 1947, Jacques Maritain parlait déjà du « babélisme de la pensée moderne ». Dans son allocution à la première séance plénière de la deuxième session de la conférence générale de l’Unesco, à Mexico, le 6 novembre 1947, comme chef de la Délégation française, il déclarait :

  • 6 J. Maritain, Le philosophe dans la cité, ch. III « Les possibilités de coopération dans un monde di (...)

On a parlé non sans raison du babélisme de la pensée moderne. De fait, jamais les esprits n’ont été si cruellement divisés. À mesure que la pensée humaine se compartimente en secteurs de plus en plus spécialisés, il lui devient plus difficile de prendre conscience des philosophies implicites dans lesquelles chacun, quoi qu’il fasse, se trouve effectivement engagé. Les doctrines et les mystiques, les traditions spirituelles et les écoles de pensée se heurtent ainsi, sans même que l’une puisse entendre les signes dont les autres usent pour s’exprimer. La voix que chacune profère n’est que du bruit pour ses compagnons de route. Il n’y a plus de bases communes, si profond que l’on creuse, pour la pensée spéculative. Il n’y a plus pour elle de langage commun6.

4Que dirait-il aujourd’hui ?

5D’où la nécessité de rendre plus clair, d’un point de vue socio-anthropologique et culturel, la notion de « droits de l’homme ».

6Devant cette question cruciale qui se pose incessamment aujourd’hui, quel peut être l’apport de Jacques Maritain ?

  • 7 Parmi ces textes, Jacques Maritain cite particulièrement la Déclaration internationale des droits d (...)

7Sur les droits de l’homme, on observe qu’il existe une myriade de Déclarations avant et après 1948, inspirées pour la plus part d’idéologies différentes7. Et la liste ne fait que s’allonger. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, des hommes de bonne volonté, partagés entre un humanisme abstrait et un humanisme concret, cherchaient à faire adopter par la communauté internationale une déclaration des droits de l’homme susceptible d’être acceptée par toutes les nations. J. Maritain faisait partie de cette trempe d’hommes. Philosophe, moraliste et engagé dans la cité pour la paix et la justice, comment Maritain procédait-il et en quoi sa méthode se distinguait des autres penseurs dans ce domaine ?

8Lucide sur l’extrême complexité d’un monde divisé, défenseur de la coopération internationale et désireux d’une déclaration de droits de l’homme à valeur fonctionnelle, il fit preuve de raison pratique et non conceptuelle car, à ses yeux, inopérante. Face à la multiplicité des justifications rationnelles des droits de l’homme, souvent incompatibles entre elles, des bases pratiques de rencontre existent, affirmait-il.

Difficulté des justifications rationnelles des droits de l’homme

9Il établit d’abord un constat philosophique sur les difficultés à se mettre d’accord sur les fondements rationnels des droits de l’homme, constat qui paraît toujours d’actualité, faisant référence aux divergences idéologiques et spéculatives profondes entre les nations. Il relève des contrastes irréductibles qui n’admettent pas de conciliation sur le plan théorique. À cela s’ajoutent les conflits d’interprétation, qui sont nombreux. Il écrit :

  • 8 J. Maritain, Introduction aux textes réunis par l’Unesco, juillet-août 1948. Christianisme et démoc (...)

Dans l’ordre des interprétations et justifications rationnelles, dans l’ordre spéculatif ou théorique, la question des droits de l’homme met en jeu tout le système de certitudes morales et métaphysiques (ou anti-métaphysiques) auquel adhère chacun. Tant qu’il n’y a pas unité de foi ou unité de philosophie entre les esprits, les interprétations et justifications seront en conflit mutuel ». Il poursuit : « (…) Comment, demandais-je, un accord de pensée est-il concevable entre des hommes rassemblés pour une tâche d’ordre intellectuel à accomplir en commun, et qui viennent des quatre coins de l’horizon, et qui n’appartiennent pas seulement à des cultures et des civilisations différentes, mais à des familles spirituelles et des écoles de pensées antagonistes ?8.

10Pour Jacques Maritain deux écoles principalement s’affrontent, celle du droit naturel et celle du développement historique de la société :

  • 9 Ibid., p. 224 ; OC, IX, p. 1209.

Pour les premiers, c’est en raison des exigences de son essence que l’homme possède certains droits fondamentaux et inaliénables antérieurs (en nature) et supérieurs à la société, et que la vie sociale elle-même avec les droits et les devoirs qu’elle implique prend naissance et se développe. Pour les seconds, c’est en raison du développement historique de la société que l’homme se voit pourvu de droits, eux-mêmes constamment variables et soumis au flux du devenir, qui résultent de la société elle-même à mesure qu’elle progresse avec le mouvement de l’histoire9.

11Devant cette diversité de justifications rationnelles, le philosophe Maritain voit un paradoxe. Elles sont indispensables et, cependant impuissantes. Indispensables

  • 10 Ibid., p. 219-220 ; OC, IX, p. 1205.

parce que chacun de nous croit intimement à la vérité, et ne veut donner son assentiment qu’à ce qu’il a reconnu vrai et fondé en raison ». Néanmoins, « elles sont impuissantes à faire l’accord des esprits parce qu’elles sont foncièrement différentes, voire opposées entre elles ; et comment en serions-nous surpris ? Les problèmes qu’elles soulèvent sont difficiles, et les traditions philosophiques auxquelles elles se réfèrent sont depuis longtemps contrastantes10.

Impossibilité de la synthèse philosophique

12En conséquence,

  • 11 Ibid., p. 222 ; OC, IX, p. 1207.

s’il s’agit d’une conciliation théorique et d’une synthèse proprement philosophique, celle-ci n’est concevable que comme le résultat d’un vaste travail d’approfondissement et de purification, qui exigerait des intuitions supérieures, une systématisation nouvelle et la critique décisive d’un certain nombre d’erreurs et d’idées confuses, – et qui par là même, et même si elle réussissait à exercer une action importante sur la culture, resterait une doctrine parmi les autres, acceptée par ceux-ci, rejetée par ceux-là, et ne pourrait prétendre à s’assurer de fait un domaine universel sur les esprits11.

Possibilité d’un accord pratique

13Vu le caractère insurmontable de ce paradoxe et l’impossibilité d’une synthèse, Maritain plaide alors pour un accord pratique plus ou moins efficace sur les droits que l’homme possède dans son existence individuelle et sociale, autour d’un certain nombre de « vérités pratiques » concernant la vie en commun et sur lesquelles les hommes pourraient s’accorder. Un accord pratique serait possible :

  • 12 Réponse à l’enquête de l’Unesco, juin 1947, ibid., p. 211-212 ; OC, IX, p. 1081-1082.

(…) Il serait tout à fait vain de chercher une commune justification rationnelle de ces conclusions pratiques et de ces droits. Si l’on s’engageait dans cette voie, on risquerait soit de vouloir imposer un dogmatisme arbitraire, soit de se trouver immédiatement arrêté par des divisions irrémédiables. S’il semble souverainement désirable de formuler une Déclaration universelle des Droits de l’Homme qui serait comme la préface d’une Charte morale du monde civilisé, il paraît clair qu’en ce qui concerne une telle Déclaration un accord pratique est possible, un accord théorique est impossible entre les esprits12.

Pour une finalité pratique

14C’est alors que Maritain cherche des perspectives pratiques, évacuant le domaine litigieux qui est celui des fondements et de la signification philosophique des droits de l’homme :

  • 13 Ibid., p. 222 ; OC, IX, p. 1207.

Dans le domaine des assertions pratiques, au contraire, un accord sur une déclaration commune est possible, moyennant une approche plus pragmatique que théorique et un travail collectif de confrontation, de refonte et de mise au point des formules, de manière à rendre celles-ci acceptables aux uns et aux autres, comme des points de convergence pratique, quelles que soient les oppositions entre perspectives théoriques13.

  • 14 Le Conseil exécutif de l’Unesco a rendu hommage en ces termes à Jacques Maritain le 9 mai 1982 pour (...)

15Engagé dans le travail de l’Unesco14 dont la finalité est d’ordre pratique,

  • 15 J. Maritain, Christianisme et démocratie, suivi de Les droits de l’homme, op. cit., p. 220 ; OC, IX (...)
  • 16 Ibid., p. 220 ; OC, IX, p. 1205.
  • 17 Ibid., p. 220 ; OC, IX, p. 1206.

l’accord des esprits peut s’y faire spontanément, écrit-il, non pas sur une commune pensée spéculative, mais sur une commune pensée pratique, non pas sur l’affirmation d’une même conception du monde, de l’homme et de la connaissance, mais sur l’affirmation d’un même ensemble de convictions concernant l’action »15. Et Maritain d’ajouter : « Cela est peu sans doute, cela est le dernier réduit de l’accord des esprits »16. Cependant, « c’est assez pour entreprendre une grande œuvre, et ce serait beaucoup de prendre conscience de cet ensemble de communes convictions pratiques17.

Proposition d’élargissement des droits de l’homme

16Vu sous l’angle pratique, rien n’empêche donc, constate Maritain, évitant tout impérialisme culturel,

  • 18 Ibid., p. 222 ; OC, IX, p. 1207.

de parvenir ainsi à l’élaboration d’une Déclaration nouvelle et élargie des droits de l’homme qui marquerait une étape notable dans le procès d’unification du monde, et où en particulier la conception exclusivement prévalente dans l’individualisme classique, des droits et libertés de l’être humain comme appliqué à l’œuvre de son destin personnel et la conception, exclusivement prévalente dans les perspectives marxistes, des droits et libertés de l’être humain comme engagé dans l’œuvre historique des communautés dont il fait partie, arriveraient à se compléter et se coordonner, – je dis en un sens tout pragmatique, et seulement quant à la promulgation d’un certain nombre de principes d’action et de règles de comportement. Il n’est pas raisonnablement possible d’espérer plus que cette convergence pratique sur une énumération d’articles formulés en commun18.

  • 19 J. Maritain, Les droits de l’homme et la loi naturelle, in Christianisme et démocratie, suivi de Le (...)

17Ainsi Maritain sera-t-il amené à énumérer et formuler des droits de l’homme. Concevant ces droits dans leur indivisibilité et leur interdépendance, il demande à ce qu’on ajoute les droits économiques, culturels et sociaux aux droits civiques et politiques, dans le cadre d’une société d’hommes libres, qui a ces quatre caractéristiques : personnaliste, communautaire, pluraliste et théiste ou chrétienne19. Il parle, en 1942, des droits de la personne sociale, plus particulièrement de la considération des droits de la personne ouvrière :

  • 20 J. Maritain, Les droits de l’homme et la loi naturelle (1942), OC, VII, p. 678.
  • 21 Ibid., p. 678.

Ce sont les droits de l’être humain dans ses fonctions sociales, économiques et culturelles, – droits des producteurs et des consommateurs, droits des techniciens, droits de ceux qui s’adonnent aux oeuvres de l’esprit, – qu’un nouvel âge de civilisation aura à reconnaître et à définir »20. Et « c’est au sujet des droits de l’être humain comme engagé dans la fonction du travail que se posent les problèmes les plus urgents21.

  • 22 Ibid., p. 690-691.

18La même année, il donne une liste sommaire des droits, dans laquelle il distingue les droits de la personne humaine comme telle, les droits de la personne civique et les droits de la personne sociale, et plus particulièrement de la personne ouvrière22.

19D’autre part, il établit des liens organiques entre droits et devoirs :

  • 23 J. Maritain, Christianisme et démocratie, suivi de Les droits de l’homme, op. cit., p. 217 ; OC, IX (...)

S’il est vrai que les droits de l’homme ont leurs fondements dans la loi naturelle, laquelle est à la fois source de devoirs et de droits, – ces deux notions étant du reste corrélatives – il apparaît qu’une déclaration des droits devrait normalement se compléter par une déclaration des obligations et responsabilités de l’homme envers les communautés dont il fait partie, notamment envers la société familiale, la société civile et la communauté internationale23.

20Dans sa problématique des droits de l’homme, Jacques Maritain intègre aussi l’organisation politique du monde, le droit des gens ainsi que le droit du peuple à déterminer la forme politique de son choix. Il aborde longuement les notions de nation, de peuple, d’État et de souveraineté. En traitant de l’ordre international et de la nécessité d’une autorité politique pour le bien commun mondial, à forme fédérative, qu’il appelle de ses vœux, il identifie quelques droits à faire valoir, qu’il considère des plus importants :

  • 24 À ce propos, aujourd’hui on se réfère aux deux principes : pacta sunt servanda et jus cogens.
  • 25 J. Maritain, Les droits de l’homme et la loi naturelle, op. cit., p. 690.

le droit de chaque État grand ou petit à la liberté et au respect de son autonomie, le droit au respect de la foi jurée et de la sainteté des traités24, le droit à un développement pacifique (droit qui, étant valable pour tous, demande pour se déployer l’établissement d’une communauté internationale ayant pouvoir juridique et le développement de formes d’organisations fédératives)25.

  • 26 J. Maritain, L’Homme et l’État, ch. VII « Le problème de l’unification politique du monde », Paris, (...)
  • 27 Ibid., ch. VII.

21En outre, dans sa représentation d’une société mondiale supranationale, il critique la souveraineté absolue de l’État et ses justifications hégéliennes comme obstacle à l’éclosion d’une telle société26. Il participe aux débats autour des projets favorables à une Constitution mondiale et discute de son contenu en matière de droits, d’obligations et de ses composantes gouvernementales, ainsi que sur la période de transition vers un tel ordre international27.

Conclusion. Les droits de l’homme, une œuvre collective de l’humanité

22Jacques Maritain forme le vœu de voir aboutir une Déclaration des droits de l’homme qui puisse faire l’accord des nations, comme

  • 28 J. MARITAIN, Christianisme et démocratie, suivi de Les droits de l’homme, op. cit., p. 229-230 ; OC (...)
  • 29 Ibid., p. 213 ; OC, IX, p. 1084.

promesse pour les humiliés et les offensés de toute la terre » et amorcer « des changements dont le monde a besoin, première condition pré-requise à l’établissement futur d’une charte universelle de la vie civilisée »28. Ce faisant, il était conscient qu’« une déclaration des droits de l’homme ne sera jamais exhaustive et définitive. Elle sera toujours fonction de l’état de la conscience morale et de la civilisation à une époque donnée de l’histoire29.

23Cette phrase prononcée en juin 1947, en réponse à l’enquête de l’Unesco sur les droits de l’homme, garde aujourd’hui toute sa pertinence. Jacques Maritain nous apprend que les droits de l’homme ne sont pas un dogme. C’est un code renouvelable avec le temps.

  • 30 R. Cassin, « Vatican II et la protection de la personne », in Rencontre des cultures à l’Unesco, so (...)

24Le meilleur hommage rendu à l’approche maritainienne pragmatique des droits de l’homme, est celui de René Cassin qui déclare en 1966 : « La Déclaration universelle, rédigée suivant le souhait de Jacques Maritain, dans un esprit « d’idéalisme pratique » éloigné des controverses sans issue, a pu heureusement être adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1948 »30.

25Même si le nom de Maritain n’apparaît pas toujours parmi les Pères de la Déclaration universelle des droits de l’homme (10 décembre 1948), il n’en reste pas moins qu’il l’a fortement imprégnée de sa pensée.

Notes

1 L’Homme et l’État, ch. IV « Les droits de l’homme », Paris, PUF, 1953, p. 69 ; OC, IX, p. 567.

2 Principes d’une politique humaniste, Paris, Hartmann, 1946, p. 38 ; OC, VIII, p. 208.

3 J. Yacoub, Les droits de l’homme sont-ils exportables ? Géopolitique d’un universalisme, Paris, Ellipses, 2004.

4 J. Yacoub, « La reconnaissance internationale des peuples autochtones est un acte historique », Le Soir, 5 octobre 2007, Bruxelles.

5 J. Yacoub, « Les droits de l’homme, une œuvre collective de l’humanité », Cahiers de l’Institut des droits de l’homme, Vingt ans d’IDHL. Parcours et réflexions, Université catholique de Lyon, décembre 2006, p. 61-64.

6 J. Maritain, Le philosophe dans la cité, ch. III « Les possibilités de coopération dans un monde divisé » (1947), Paris, Alsatia, 1960, p. 52 ; OC, IX, p. 156.

7 Parmi ces textes, Jacques Maritain cite particulièrement la Déclaration internationale des droits de l’homme, de l’Institut de Droit international, adoptée à New York le 12 octobre 1929.

8 J. Maritain, Introduction aux textes réunis par l’Unesco, juillet-août 1948. Christianisme et démocratie, suivi de Les droits de l’homme, préface de Michel Fourcade, avertissements de René Mougel, Paris, DDB, nouvelle édition, 2005, p. 220-222 ; OC, IX, p. 1205-1207.

9 Ibid., p. 224 ; OC, IX, p. 1209.

10 Ibid., p. 219-220 ; OC, IX, p. 1205.

11 Ibid., p. 222 ; OC, IX, p. 1207.

12 Réponse à l’enquête de l’Unesco, juin 1947, ibid., p. 211-212 ; OC, IX, p. 1081-1082.

13 Ibid., p. 222 ; OC, IX, p. 1207.

14 Le Conseil exécutif de l’Unesco a rendu hommage en ces termes à Jacques Maritain le 9 mai 1982 pour le centenaire de sa naissance : « L’œuvre philosophique de Jacques Maritain porte sur les principaux domaines de l’activité humaine depuis les principes premiers de la connaissance jusqu’à la philosophie de l’art, la philosophie morale et politique et celle de l’éducation… Par son activité publique, Jacques Maritain a apporté une contribution précieuse au développement de l’idée démocratique ainsi qu’au renforcement de l’entente entre les nations… ». Voir Célébration du centenaire de la naissance de Jacques Maritain 1882-1973, Paris, Unesco, 1982, avant-propos de Amadou Mahtar M’Bow, Directeur général de l’Unesco, p. 6.

15 J. Maritain, Christianisme et démocratie, suivi de Les droits de l’homme, op. cit., p. 220 ; OC, IX, p. 1205.

16 Ibid., p. 220 ; OC, IX, p. 1205.

17 Ibid., p. 220 ; OC, IX, p. 1206.

18 Ibid., p. 222 ; OC, IX, p. 1207.

19 J. Maritain, Les droits de l’homme et la loi naturelle, in Christianisme et démocratie, suivi de Les droits de l’homme, op. cit., p. 143-144 ; OC, VII, p. 631-633.

20 J. Maritain, Les droits de l’homme et la loi naturelle (1942), OC, VII, p. 678.

21 Ibid., p. 678.

22 Ibid., p. 690-691.

23 J. Maritain, Christianisme et démocratie, suivi de Les droits de l’homme, op. cit., p. 217 ; OC, IX, p. 1088.

24 À ce propos, aujourd’hui on se réfère aux deux principes : pacta sunt servanda et jus cogens.

25 J. Maritain, Les droits de l’homme et la loi naturelle, op. cit., p. 690.

26 J. Maritain, L’Homme et l’État, ch. VII « Le problème de l’unification politique du monde », Paris, PUF, 1953, p. 176-202 ; OC, IX, p. 703-736.

27 Ibid., ch. VII.

28 J. MARITAIN, Christianisme et démocratie, suivi de Les droits de l’homme, op. cit., p. 229-230 ; OC, IX, p. 1215.

29 Ibid., p. 213 ; OC, IX, p. 1084.

30 R. Cassin, « Vatican II et la protection de la personne », in Rencontre des cultures à l’Unesco, sous le signe du Concile œcuménique Vatican II, Paris, Mame, 1966, p. 33.

Auteur

Professeur honoraire de Sciences politiques à l’Université catholique de Lyon, spécialiste des droits de l’homme, des minorités dans le monde, des peuples autochtones et des chrétiens d’Orient. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Fièvre démocratique et ferveur fondamentaliste. Dominantes du xxie siècle, Paris, Cerf, 2008 ; Au nom de Dieu ! Les guerres de religions d’aujourd’hui et de demain, Paris, Lattès, 2002 ; Les droits de l’homme sont-ils exportables ? Géopolitique d’un universalisme, Paris, Ellipses, 2005.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search