Version classiqueVersion mobile

Penser la mondialisation avec Jacques Maritain

 | 
Jean-Dominique Durand
, 
René Mougel

Introduction

Michel Bressolette

Texte intégral

Notre première préoccupation est de « parler librement d’un homme libre, ce qui est le plus convenable hommage qu’il soit possible de rendre à Jacques Maritain » selon la formule d’Étienne Borne. La diversité des auteurs, qui ne sont pas tous thomistes, en est le témoignage. Formulons le vœu que d’autres colloques sur la pensée de Maritain puissent être organisés non pas seulement en des lieux catholiques mais aussi dans nos universités d’État afin que cessent l’ostracisme et l’ignorance dans lesquels est tenue l’œuvre de Maritain par certains de nos milieux intellectuels universitaires.

1Deuxième préoccupation. Ne pas chercher à saisir sur le long cours le travail d’une oeuvre dans ses méandres et en fonction de son histoire, de sa généalogie et de son influence. Il ne s’agit pas de rendre hommage à Maritain en évoquant le passé. Nous voulons nous interroger sur la pertinence d’une pensée aujourd’hui et demain par rapport aux problèmes contemporains. Mais il ne s’agit pas d’une approche conjoncturelle, trop rivée sur l’événement, qui sous-estimerait la philosophie politique d’un penseur pour qui le travail de la pensée n’est pas structuré par le seul critère de l’événement. Sans doute, Maritain n’a pas utilisé le mot de « mondialisation » mais on peut se rappeler que, dans L’homme et l’État, sur le problème de l’unification politique du monde, Maritain écrit qu’il « considère le problème de l’autorité mondiale du point de vue de la philosophie politique, non de l’activité pratique immédiate ».

2Maritain s’est voulu philosophe dans la cité et à ce titre il est source d’inspiration et d’engagement, ce qui justifie les trois grandes directions que nous souhaitons tracer ici.

3D’abord « Repenser la démocratie ». La sagesse de Maritain nous met en garde contre ce risque d’épuisement de l’idée de démocratie qui se constate chez certains penseurs contemporains. Nous voici invités à réfléchir avec Paul Valadier à l’avenir de la Cité en partant de l’inspiration évangélique pour instaurer une démocratie vivante, une démocratie qui ne se réduit pas à une formule ou à une procédure mais qui promeut certaines valeurs. Joseph Yacoub rappelle comment les réflexions de Maritain peuvent indiquer des pistes et des solutions dans le débat très formel qui s’est engagé aujourd’hui sur l’universalité des droits de l’homme. Jan de Volder désire insister sur l’intuition de Maritain qui souligne le lien très fort entre démocratie et inspiration évangélique. La démocratie selon Maritain, comme le montre Guy Avanzini, met l’éducation au centre de ses préoccupations pour permettre la nécessaire articulation des droits universels et du respect des particularités.

4Ensuite, la seconde direction, « Organiser la communauté internationale », permet d’envisager la cité s’ouvrant à la communauté internationale. Cette dimension internationale de la pensée de Maritain est rarement soulignée. Roberto Papini répare cet oubli. Vittorio Possenti se propose de confronter la pensée maritainienne aux philosophies des Lumières, notamment celle de Kant dans son projet de paix perpétuelle. La pensée de Maritain a-t-elle influencé les fondateurs de l’Europe, en particulier Robert Schuman ? C’est sur cette question difficile que se prononce Philippe Chenaux. Florian Michel réfléchit sur l’expérience de la démocratie américaine et son influence sur la pensée de notre philosophe. Stanislas Baleke dit ce qui de l’œuvre de Maritain peut être reçu en Afrique.

5Enfin, troisième et dernière direction : « Le religieux et ses frontières ». Maritain, philosophe engagé dans la cité a été profondément attaché à la foi chrétienne et il est donc tout à fait nécessaire que l’on aborde dans ce colloque la question du religieux, des racines de l’Occident, du rapport de l’Église et des sociétés et de la place des religions entre la guerre et la paix. René Mougel, refusant l’équation Église-Occident ou Église-grécoromanité rappelle que la distinction du spirituel et du temporel ne signifie pas séparation ni dualisme, mais implique une subordination du temporel à la fin ultime et éternelle de l’homme et insiste sur l’intuition de Maritain concernant les frontières de l’Église. Jean-Dominique Durand, méditant sur la rencontre d’Assise, invite les croyants à honorer leur responsabilité majeure qui est de favoriser le dialogue entre religions et cultures, un des facteurs importants pour favoriser la paix. Michel Fourcade s’interroge sur le sens de l’Histoire à travers la confrontation entre Jacques Maritain et le père Gaston Fessard. Enfin Louis Chamming’s, confrontant la philosophie de l’histoire de Hegel et celle de Maritain, veut discerner comment l’œuvre de Maritain aide à pressentir et à caractériser les lignes de forces de ce nouvel âge de civilisation qui s’annonce.

  • 1 Les références à l’édition des Œuvres complètes de Jacques et Raïssa Maritain (Academic Pr (...)

6Que les auteurs rassemblés ici soient chaleureusement remerciés pour faire connaître les profondes et larges perspectives qu’ouvre l’œuvre si importante de Jacques Maritain1. Je veux remercier aussi les institutions qui se sont réunies pour organiser le Colloque qui a abouti à ce livre, le Cercle d’Études Jacques et Raïssa Maritain de Kolbsheim, l’Observatoire des Cultures religieuses de Lyon-Fourvière, le laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes CNRS, Universités Lyon 2 et Lyon 3 (Équipe RESEA), et celles qui l’ont soutenu, le Département du Rhône, le Centre National du Livre, la Fondation Robert Schuman (Paris), l’Institut International Jacques Maritain (Rome), le Crédit Industriel Alsace Lorraine (CIAL).

Notes

1 Les références à l’édition des Œuvres complètes de Jacques et Raïssa Maritain (Academic Press, Fribourg, et Saint-Paul Editions Religieuses, Paris : 17 volumes, 1982-2000) sont données sous la forme abrégée : OC suivi du numéro du volume en chiffre romain.

Auteur

(1939-2008) a été Professeur de lettres modernes à l’université de Toulouse-Le Mirail, vice-président de son université de 1994 à 1998. Spécialiste de l’époque contemporaine avec une thèse sur la revue La Table Ronde, il a travaillé sur Tocqueville et a consacré de nombreux travaux à Jacques Maritain : en particulier, publication de ses correspondances avec Jean Cocteau et Maurice Sachs (Cahiers de la NRF, 1993 et 2003) et avec Claudel et Mauriac (Cahiers Jacques Maritain, 2006 et 2008).

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search