Version classiqueVersion mobile

Les « Matériaux Boulard » trente ans après. Des chiffres et des cartes...

 | 
Christian Sorrel

De l’espace en histoire religieuse contemporaine

Un cadre impensé, un objet à explorer

Nicolas Champ

Texte intégral

  • 1 Ce travail doit beaucoup aux synthèses antérieures proposées par Michel Lagrée, « La monographie di (...)
  • 2 Gabriel Le Bras, « Un programme : la géographie religieuse », Annales dhistoire sociale, 1945, p.  (...)
  • 3 Gabriel Le Bras, LÉglise et le village, Paris, Flammarion, 1976, 289 p.
  • 4 Reproduite notamment dans François Lebrun, dir., Histoire des catholiques en France, Toulouse, Priv (...)
  • 5 Gabriel Le Bras, art. cit., p. 89.
  • 6 Philippe Martin, Espaces et chemins du sacré. La géographie religieuse dans le Toulois et le Sainto (...)
  • 7 Joseph Avril, « La paroisse médiévale. Bilan et perspective d’après quelques travaux récents », Rev (...)
  • 8 Éric Rebillard, Religion et sépulture. LÉglise, les vivants et les morts dans lAntiquité tardive, (...)
  • 9 Dominique Iogna-Prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de lÉglise au Moyen Âge, Paris, Le (...)
  • 10 Mathieu Lours, Lautre temps des cathédrales. Du concile de Trente à la Révolution française, Paris (...)
  • 11 Jean Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans lOccident dautrefois, Paris, F (...)
  • 12 Bernard Dompnier, dir., Les Cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, Clermont-Ferrand, P (...)

1L’idée de réaliser une enquête historique sur la géographie religieuse est ancienne1 : elle est au cœur de l’article programmatique de Gabriel Le Bras publié en 19452, tout comme de sa synthèse posthume sur la paroisse3. Les différents volumes des Matériaux pour lhistoire religieuse du peuple français complètent, affinent et prolongent la fameuse carte que Fernand Boulard avait établie au milieu du XXe siècle et qui proposait une typologie devenue classique de la géographie des comportements religieux : régions de pratique majoritaire, de pratique minoritaire et à minorité détachée du catholicisme4. Pour autant, la géographie religieuse telle que la proposait Gabriel Le Bras ne se bornait pas à dresser cette carte de la pratique religieuse : il proposait de saisir les modalités de l’enracinement du fait religieux dans l’espace, « depuis les plus matériels jusqu’aux plus spirituels, envisageant tour à tour l’occupation du sol, la puissance ecclésiastique, l’activité religieuse, la vie de l’esprit5 ». Ce programme ambitieux a été suivi par les historiens de l’Antiquité, du Moyen Âge et de l’époque moderne. En introduction à sa thèse, Philippe Martin notait que « l’espace est un des rares sujets qui permettent de travailler sur l’ensemble du monde chrétien, qu’il s’agisse des laïcs ou des clercs6 ». La mise en place du réseau paroissial7 et la naissance des cimetières chrétiens ont été scrutées par les historiens de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge8. La place de l’édifice cultuel dans l’Église médiévale a fait l’objet d’une synthèse de Dominique Iogna-Prat9, alors que Matthieu Lours a consacré sa thèse à Lautre temps des cathédrales10. Les expressions spatiales des « cérémonies de la foi » propres à la piété baroque et post-tridentine sont des aspects connus depuis les travaux de Jean Delumeau11 jusqu’à ceux plus récents coordonnés par exemple par Bernard Dompnier12.

  • 13 Michel Lagrée, Françoise Monfrin, « Histoire religieuse et sciences humaines », Revue dhistoire de (...)
  • 14 Paul Claval, « Le thème de la religion dans les études géographiques », Géographie et cultures, n°  (...)

2Cette invitation à l’analyse de l’empreinte spatiale des Églises a-t-elle été suivie par les historiens du fait religieux à l’époque contemporaine ? En 2000, dans l’étude qu’ils avaient réalisée sur les relations entre histoire religieuse et sciences humaines, Michel Lagrée et Françoise Monfrin s’inquiétaient encore de l’influence – ou plus exactement de la faible influence – sur les historiens de la « nouvelle géographie ou géographie sociale, celle qui met en jeu non pas les structures pesantes de naguère, mais les dynamiques – flux, mouvements, etc13 ». De manière symétrique, l’investissement des géographes en ce terrain est resté très discret. La discipline géographique, pourtant largement renouvelée dans ses curiosités, néglige encore la marque religieuse dans les territoires. Paul Claval expliquait ce phénomène par le fait que « l’observateur qui travaille dans sa propre aire culturelle reste souvent insensible aux marques, nombreuses pourtant, que la religion quotidienne imprime dans le paysage ; elles sont souvent relativement discrètes et lui sont trop familières14 ».

3Ce travail se veut être une exploration, historiographique et non exhaustive, des usages de l’espace dans l’historiographie religieuse de la France contemporaine. Comment est-on passé d’un simple « donné », sous-entendu à l’enquête historique, à un « construit ». Hors du champ national, quels sont les espaces envisagés par l’historiographie du catholicisme ? Comment sont-ils appréhendés, pensés ? Comment l’inscription spatiale et territoriale des minorités peut-elle faire l’objet d’études ?

Quelle échelle envisager en histoire du catholicisme ?

  • 15 Cité par Gérard Cholvy, « L’histoire régionale chez les contemporanéistes français (1950-2000) », R (...)

4« [Pour] approfondir un problème d’histoire sociale, il faut brasser en masse des archives de séries et de provenances diverses, et il faut bien connaître les lieux et les gens ; or, pour remplir ces deux conditions, un chercheur unique ne peut couvrir qu’un espace restreint15. » Ces remarques faites jadis par Maurice Agulhon demeurent valables et peuvent s’appliquer au champ de l’histoire religieuse. De manière plus ou moins consciente, l’enquête historique amène nécessairement à se borner, à la fois dans la durée de l’enquête et dans l’ampleur du champ considéré. Le choix de l’échelle est déterminant.

L’échelle diocésaine, un cadre dépassé ?

  • 16 Voir les démonstrations récentes de Vincent Petit, Catholiques et Comtois. Liturgie diocésaine et i (...)
  • 17 Christiane Marcilhacy, Le Diocèse dOrléans sous lépiscopat de Mgr Dupanloup, 1849-1878. Sociologi (...)
  • 18 Jacques Rougerie, « Faut-il départementaliser l’histoire de France ? », Annales Économie, Sociétés, (...)
  • 19 Julien Cahon, Les Gauches dans la Somme, du Front populaire au Programme commun (années 1930-années (...)

5Avec le cadre paroissial, le cadre diocésain a été longtemps le cadre par excellence de l’érudition ecclésiastique du XIXe siècle et de la Troisième République, parfois avec de claires visées apologétiques16. Il ne commence à être investi par les historiens universitaires qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Les premiers travaux doctoraux adoptant clairement ce cadre sont ceux, pionniers, de Christiane Marcilhacy17. Les reproches faits à cette échelle sont contemporains de son expansion dans le champ scientifique. Dès 1966, Jacques Rougerie se montrait sarcastique sur le choix du terrain départemental pour analyser les évolutions sociales, économiques et politiques de la France. Il craignait que celui-ci, conduisant à un cloisonnement de la recherche, se révèle finalement infécond, si c’était le seul cadre privilégié18. Ces critiques précoces n’empêchèrent nullement de voir ce cadre encore choisi pour de récents travaux d’histoire politique contemporaine19.

  • 20 Jean-Marie Mayeur (dir.), LHistoire religieuse de la France 19e-20e siècle. Problèmes et méthodes, (...)
  • 21 Michel Lagrée, « La monographie… », art. cit., p. 29.
  • 22 Catherine Maurer, « Espaces sacrés, espaces territoriaux du sacré : l’espace du fait religieux cont (...)
  • 23 Bernard Delpal, Entre paroisse et commune. Les catholiques de la Drôme au milieu du XIXe siècle, Va (...)
  • 24 Christian Sorrel, Les Catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry 1890- 1940, Les Marche (...)

6En histoire religieuse, Claude Langlois et Jean Baubérot ont indiqué au milieu des années 1970 l’une des principales critiques. Cette approche conduirait à surévaluer le cadre administratif et institutionnel de la religion et ramènerait tout au seul diocèse20. Dressant le bilan de la tradition française de l’étude diocésaine, Michel Lagrée résume ces griefs : « La monographie diocésaine se définit par un espace, et un espace limité. C’est donc autour de l’espace que portent les critiques qui lui sont faites. Les unes mettent en cause la représentativité des échantillons de société ainsi délimités, du fait de la répartition géographique des études disponibles. Les autres, plus fondamentalement, touchent à la validité de l’échelle diocésaine pour l’approche des phénomènes religieux21. » Comme le nota Catherine Maurer22, une inflexion s’est observée depuis les années 1980 dans les stratégies discursives ouvrant les travaux d’histoire religieuse choisissant une approche diocésaine ou départementale. Alors que Bernard Delpal ne justifie nullement le choix de l’échelle de son travail sur les catholiques drômois23, ce n’est pas le cas de travaux historiques plus récents24.

  • 25 Christian Sorrel, « Échelles… », art. cit., p. 229.
  • 26 Cité par Jean-Claude Caron, La Nation, lÉtat et la démocratie en France de 1789 à 1914, Paris, A. (...)
  • 27 Guy Di Méo, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 1998, p. 27-35 ; Pascal Buléon, Guy D(...)
  • 28 Pierre George, dir., Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF, 1993, p. 457.

7Qu’en est-il de la validité de l’échelle diocésaine pour l’approche des phénomènes religieux ? Sur le plan du droit canonique, le diocèse forme une Église particulière s’identifiant à son évêque qui est garant de la communion avec l’Église universelle. Pour le clergé et pour les fidèles, il est un espace de référence mental conditionnant comportements et solidarités25. Sur un plan scientifique, cette échelle intermédiaire permet d’analyser les espaces religieux en tant que tels. L’échelle diocésaine permet de repérer l’articulation et la différenciation des trois espaces dans lesquels vivent les individus, les espaces vécu, perçu et organisé (Xavier de Planhol26). Le premier se place à l’échelle de l’individu ; c’est l’espace de la quotidienneté, celui dans lequel la personne s’investit physiquement. Le second met en œuvre les représentations mentales et les connaissances dont les acteurs disposent sur leur environnement. Enfin, le dernier qu’il serait possible d’assimiler à l’espace social entendu par Guy Di Méo et Pascal Buléon « au sens d’une stricte production, tant matérielle que symbolique, idéologique ou idéelle, des sociétés27 » englobe, dépasse les deux premiers et conduit à l’affirmation d’un territoire social compris comme un espace disposant d’une appartenance juridique ou d’une spécificité culturelle qui se caractérise par l’existence de limites, de frontières28.

  • 29 Michel Lagrée, « La monographie… », art. cit., p. 41.
  • 30 Le corpus retenu comprend les thèses examinant une question historique au travers de l’étude d’un o (...)
  • 31 Louis Pérouas, Refus dune religion, religion dun refus en Limousin rural, Paris, Éd. de l’EHESS, (...)
  • 32 Philippe Vigier, La Seconde République dans la région alpine. Étude politique et sociale, Paris, PU (...)
  • 33 Pierre Barral, Le Département de lIsère sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, A. Colin, (...)
  • 34 Jean-François Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle. Léveil dune société civile, Bordeaux, Éd. Sud- (...)
  • 35 Christian Estève, À lombre du pouvoir. Le Cantal du milieu du XIXe siècle à 1914, Clermont-Ferrand (...)

8Qu’en est-il de l’autre reproche signalé par Michel Lagrée, celui de la représentativité des espaces ainsi déterminés ? La carte qu’il dressa des doctorats d’histoire contemporaine prenant un cadre diocésain en 199429 comme celle ici proposée, qui intègre les derniers travaux doctoraux, ainsi que certains plus anciens qui avaient échappé aux enquêtes antérieures30 sont extrêmement évocatrices. Au moins 87 thèses auraient pris un cadre diocésain : si la production connaît un indéniable reflux, on compte encore 18 thèses soutenues au cours de la dernière décennie (2001-2010). L’indicateur retenu ne révèle pas la totalité des curiosités des historiens du fait religieux contemporain. Il ne prend pas en compte les importants travaux de Louis Pérouas sur le Limousin31 ni la part importante consacrée à la religion dans nombre de monographies régionales – il suffit de songer, sans souci d’exhaustivité, aux Alpes de Philippe Vigier32, à l’Isère de Pierre Barral33, aux Pyrénées de Jean-François Soulet34 et le plus récent Cantal de Christian Estève35. De même, n’apparaît pas la production scientifique consacrée à la seule ville épiscopale ou une seule ville du diocèse.

  • 36 Albert-Jean Lavigne, Lourdes et le Saint-Siège. Les relations de la papauté et de la « Rome mariale (...)
  • 37 Jean-Philippe Bon, Le Diocèse de La Rochelle-Saintes sous lépiscopat de Mgr Eyssautier (1906-1923) (...)
  • 38 Mathilde Guilbaud, LÉglise catholique et la loi de séparation dans les diocèses de Meaux et de Ver (...)
  • 39 Dominique Belœil, La Réception du concile œcuménique Vatican II dans les médias. Lexemple du diocè (...)

9Cette géographie scientifique reflète autant l’importance des centres de recherche d’histoire investis dans ce type de recherche que les ferveurs religieuses des régions étudiées. L’histoire religieuse de l’Alsace, de la Bretagne et des contreforts méridionaux du Massif central est désormais bien balisée, au moins pour le XIXe siècle et pour la première moitié du xxe siècle. D’autres diocèses, qui apparaissent comme de « bons » diocèses dans la carte réalisée par Fernand Boulard, restent délaissés : c’est le cas des diocèses de Montauban, de Cahors – qui dispose néanmoins des multiples et anciens travaux du chanoine Eugène Sol – et, dans une moindre mesure, de Clermont pour lequel il existe une histoire diocésaine de qualité. Quant aux régions de faible pratique – voire de très faible pratique – de la partie centrale du territoire français, du diocèse d’Angoulême à celui de Bourges, elle demeure sous-étudiée. Néanmoins, par rapport à la situation analysée par Michel Lagrée, quelques béances géographiques se sont comblées. L’espace pyrénéen est désormais assez largement traité : à l’exception de Tarbes qui bénéficie de l’un des premiers volumes de la collection Histoire des diocèses et qui ne fut examiné que dans le cadre de la dévotion mariale à Lourdes36, de Perpignan à Bayonne, chaque diocèse fit l’objet d’une thèse. Le Poitou-Charentes dispose désormais de balises historiographiques non négligeables37. Les diocèses entourant Paris ont enfin fait l’objet d’une thèse, il est vrai dans un champ chronologique restreint38. Sur un plan chronologique, si le XIXe siècle est bien connu, que dire de l’entre-deux-guerres ou de l’après-Vatican II ? Les terres de chrétienté bretonne et savoyarde ont été observées39. Les thèses envisageant l’application des décisions conciliaires restent encore exceptionnelles.

D’autres échelles à interroger

  • 40 Samuel Gicquel, Prêtres de Bretagne au xixe siècle, Rennes, PUR, 2008, 310 p. ; Jean-François Gicqu (...)
  • 41 Vincent Petit, Querelle liturgique et identité régionale. Le cas du diocèse de Besançon, thèse, uni (...)
  • 42 Jean-Pierre Moisset, « Existe-t-il une Aquitaine religieuse de 1790 à nos jours ? », dans Josette p (...)

10Peu de chercheurs choisissent délibérément un cadre autre que le diocèse et qui ne soit pas le cadre national. L’échelle de la région est rarement analysée en tant que telle, sauf si elle a une forte identité spécifique. La Bretagne dispose de la thèse d’État de Michel Lagrée, de l’étude conjointe du clergé concordataire des diocèses briochin et vannetais menée par Samuel Gicquel ou de celle, à l’échelle bretonne, de Jean-François Gicquel40. Une seule autre périphérie dispose d’un tel engouement historiographique : l’Alsace. Les travaux menés par Vincent Petit sur le diocèse de Besançon et, dans une moindre mesure, celui de Saint-Claude, permettent de repérer les originalités de l’identité liturgique et religieuse franc-comtoise41. Autrement, l’espace régional est rarement envisagé en tant que tel. Il a pu être montré que l’Aquitaine religieuse à l’époque contemporaine n’existait pas et que le Sud-Ouest se partageait en deux aires d’influence, celle de Bordeaux au Nord, celle d’Auch ou de Toulouse au sud42.

  • 43 Philippe Martin, op. cit.
  • 44 Liliane Pinard, Les Mentalités religieuses du Morvan au XIXe siècle (1830-1914), Dijon, Editions un (...)
  • 45 Philippe Papet, Cléricaux et anticléricaux dans larrondissement de Senlis de 1870 à 1914, Compiègn (...)

11L’espace du « pays », notamment quand il traversait plusieurs départements et du fait de la dispersion des sources que cela implique, reste peu abordé. Dans cette perspective, se rattache l’approche de Philippe Martin dans sa thèse d’histoire moderne consacrée à la « géographie religieuse dans le Toulois et le Saintois » dans une longue durée courant jusqu’à la Troisième République43. En histoire contemporaine, il semblerait que seul le travail doctoral de Liliane Pinard ait envisagé comme un espace religieux l’un de ces pays historiques, le Morvan, éclaté entre Nièvre et Côte-d’Or44. Avec un champ géographique plus limité, arrondissementier, l’étude de Philippe Papet consacrée à l’arrondissement de Senlis, dans l’Oise, est également intéressante par son analyse conjointe, au ras-du-sol, du cléricalisme et de l’anticléricalisme45.

  • 46 Yves Lambert, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, Cerf, 198 (...)
  • 47 Il s’agit de la reprise d’une partie de sa thèse de 3e cycle, Yvon Tranvouez, Un curé davant-hier. (...)
  • 48 Natalie Malabre, Le Religieux dans la ville du premier vingtième siècle. La paroisse Notre-Dame-Sai (...)

12Si elle demeure un cadre opératif et exploratoire particulièrement précieux pour mener un mémoire de second cycle, la paroisse est exceptionnellement utilisée dans le troisième cycle. Elle est alors investie pour une histoire qui, au moment de l’écriture, est peu éloignée. En ce domaine, la monographie modèle demeure celle entreprise par le sociologue Yves Lambert à Limerzel46. Yvon Tranvouez, à partir de la figure du chanoine Chapalain et de la paroisse frontière de Lambézellec, proposa un tableau suggestif des bouleversements de la civilisation paroissiale au XXe siècle47. Le dernier travail en date adoptant ce cadre étudia une paroisse atypique, la paroisse lyonnaise Notre-Dame-Saint-Alban en s’attachant à resituer les initiatives pastorales et liturgiques et les acteurs paroissiaux dans les groupes et réseaux du catholicisme, lyonnais, national, voire international48, en empruntant une partie des outils à la micro-storia et à l’histoire urbaine.

13Ces deux approches, celles du pays ou de la « paroisse », restent difficiles à mettre en œuvre pour plusieurs raisons. Celle de l’accessibilité des archives et de leur inégale conservation n’est sans doute pas la moindre. Choisir cette échelle implique également de mener des recherches transversales à de nombreuses séries et dépôts archivistiques. Pour la question de la visibilité confessionnelle via le réseau scolaire, le découragement ne va pas tarder à atteindre le chercheur car, ne serait-ce que dans la presse, l’examen systématique de la Semaine religieuse diocésaine et du supplément régional de la Croix est indispensable, alors que les informations relatives à la région examinée y sont très rares.

Quel type d’espace privilégier ?

  • 49 Catherine Maurer, art. cit., p. 125-144.

14L’espace n’est pas seulement un cadre. Il peut être envisagé comme un véritable objet en histoire religieuse. La tradition française diffère sensiblement de celle observable outre-Rhin49. De surcroît, il convient de s’interroger en permanence, dans la construction de l’objet historique, sur les traces religieuses marquant l’espace qui peuvent être observées et mobilisées.

Espaces sécularisés, espaces confessionnalisés

  • 50 Yves-Marie Hilaire, La Vie religieuse des populations du diocèse dArras, 1840-1914, Lille, ANRT, 1 (...)
  • 51 La « christianitude bretonne » est d’abord perceptible par l’« empreinte du temps » sensible dans l (...)

15Un questionnement large est possible sur l’investissement spatial des religions, celui lié aux processus de christianisation et de sécularisation. Sous l’angle catholique, la christianisation des espaces a déjà été analysée à la marge d’études plus vastes : situé au cœur de sa thèse, Yves-Marie Hilaire consacre un chapitre à la « christianisation de l’espace50 », alors que Michel Lagrée l’inscrit dans les propos liminaires consacrés à la « christianitude51 ».

  • 52 Jacqueline Lalouette, La Libre Pensée en France 1848-1940, Paris, Albin Michel, 1997, p. 296-329.
  • 53 Le dernier exemple est celui de Joseph Ramonéda, La République concordataire et ses curés dans les (...)
  • 54 Philippe Boutry, « Le triomphe de la liberté de conscience et la formation du parti laïc », dans Ph (...)

16La laïcisation opérée dans un temps bref a été également scrutée dans les espaces publics à l’échelle nationale52 et locale53. Toutefois, à la laïcisation, il est peut-être souhaitable de préférer le terme anglo-saxon de secular age et le concept de sécularisation. Fait de mentalité, se développant dans le temps long, la sécularisation se traduit par une différenciation progressive des espaces profanes et religieux, par le retrait du fait religieux de l’espace public. Elle inclut en son sein l’impact de mesures spécifiquement laïcisatrices et traduit le changement de place de la religion dans la société : la religion passe du statut de fait structurant de la société à une simple structure, parmi d’autres, de celle-ci54.

  • 55 Claude Langlois, « Incertaine actualité du système concordataire en France », Vingtième siècle. Rev (...)
  • 56 Pour une présentation en langue française du concept : Gérard Chaix, « La confessionnalisation. Not (...)
  • 57 Olaf Blaschke, dir., Konfessionen im Konflikt. Deutschland zwischen 1800 und 1970 : ein zweites kon (...)
  • 58 Peu de travaux ont été menés dans cette perspective : Gregory Hanlon, Confession and Community in S (...)
  • 59 Alfred Wahl, Petites haines ordinaires entre chrétiens dAlsace : les conflits catholiques – protes (...)
  • 60 Alfred Wahl, Confession et comportement dans les campagnes dAlsace et de Bade, 1871-1939. Catholiq (...)
  • 61 David Tournier, LÉglise, le temple et la fabrique. Relations sociales et interconfessionnelles à M (...)
  • 62 Nicolas Champ, Religion et territoire. Lespace public entre présence confessionnelle et sécularisa (...)

17La coexistence dans l’espace de « religions reconnues », la persistance du statut inégal des religions bien après la séparation des Églises et de l’État55, l’affirmation de la libre conscience conduisent à considérer comme insuffisante une approche dans les simples termes de la christianisation et de la sécularisation : il conviendrait d’y ajouter un troisième concept, une confessionnalisation sous le regard de l’État. Cet outil d’analyse est emprunté au monde allemand de l’époque moderne : dans cet espace, l’affirmation confessionnelle pousse à définir nettement les camps en matière de dogmes, d’organisations ecclésiales et de comportements socioreligieux56. L’élargissement de l’étude du phénomène à l’Allemagne des XIXe et XXe siècles57 n’alla pas sans vifs débats. Si la France de l’époque moderne échappa en grande partie à ce phénomène58, dans la France du XIXe siècle, les minorités religieuses combattent pour obtenir l’égalité des cultes et le système concordataire se fonde sur une reconnaissance de certains cultes, ce qui favorise implicitement l’émergence d’une confessionnalisation des structures publiques. Plus largement, au niveau des communautés d’habitants, celui si propice à l’éclosion de « petites haines ordinaires59 », une tendance analogue à des appropriations spatiales distinctes et concurrentes se fait alors jour. La confessionnalisation permet d’analyser la différenciation des stratégies confessionnelles et de mesurer l’impact des relations interconfessionnelles dans la structuration des paysages et des territoires religieux. Peu ou prou, cette coexistence inégalement pacifiée est au cœur de la démarche d’Alfred Wahl60 et de David Tournier61. Ce fut également l’approche tentée dans notre thèse62.

Morphologie spatiale et questionnement religieux

  • 63 Gérard Cholvy, Religion et société au xixe siècle. Le diocèse de Montpellier, Lille, ANRT, 1973, 16 (...)
  • 64 Yves-Marie Hilaire, op. cit.
  • 65 Hugh Mcleod, « The Urban/rural Dichotomy in European and North American Religious History from the (...)

18À la croisée des influences de Vidal de La Blache, d’André Siegfried et de Gabriel Le Bras, dresser une typologie des espaces religieux peut être l’une des finalités de l’enquête. Peu ou prou, cette démarche guide les cartes boulardiennes, tout comme celle observable dans certaines thèses des années 1970, telles que celles de Gérard Cholvy63 et Yves-Marie Hilaire64. Parallèlement à cette mise en forme des espaces inégalement investis à l’échelle d’un diocèse, des analyses plus approfondies furent offertes dans ces travaux à propos de la présence religieuse dans deux mondes souvent opposés, campagnes et villes65.

  • 66 Thomas Kselman, « The Varieties of Religious Experience in Urban France », dans Hugh Mcleod, dir., (...)
  • 67 Régis Bertrand, « De la toponymie à la statuaire : les formes de christianisation du paysage marsei (...)
  • 68 Philippe Boutry, André Encrevé, dir., La Religion dans la Ville, Bordeaux, Bière, 2003, 270 p. ; Ja (...)
  • 69 Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse du Second Empire, Paris, Cerf, 2001, 560 p.
  • 70 Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, lÉglise et la Révolution, 1788-1805, Paris, (...)
  • 71 Marc Agostino, Deux siècles de catholicisme à Bordeaux, Bordeaux, Mollat, 2001, 193 p.
  • 72 Maria Gravari-Barbas, « Déchristianisation, renouveau religieux et espace : les aventures de l’espa (...)
  • 73 Jean-Paul Jourdan, « L’Église et la mairie : projets urbains et transformations de la ville de Lour (...)
  • 74 Vincent Rogard, Les Catholiques et la question sociale. Morlaix, 1840-1914. Lavènement des militan (...)
  • 75 Pierre Baudelicque, Histoire religieuse dÉtaples des origines à lan 2000, thèse, université de Li (...)
  • 76 Philippe Loupès, « La dimension religieuse de la petite ville au XIXe siècle », dans Les Petites Vi (...)

19Désormais, la ville est de plus en plus présente dans les recherches en histoire religieuse contemporaine66. Si la christianisation matérielle de l’espace urbain a fait l’objet d’assez rares synthèses67, l’affirmation sociale et symbolique de la religion dans l’espace urbain a été examinée à nouveaux frais, au travers soit de colloques68, soit de monographies urbaines exemplaires abordant l’histoire religieuse de la très grande ville. Le mémoire d’habilitation de Jacques-Olivier Boudon met en lumière l’affirmation des fonctions de capitale religieuse sous le Second Empire69, tandis que les recherches de Paul Chopelin et Olivier Chatelan illustrent avec force l’originalité de l’histoire religieuse du siège du primat des Gaules70. La synthèse de Marc Agostino permet, quant à elle, de mieux appréhender les fonctions religieuses d’une ville mésestimée dans l’histoire religieuse nationale, Bordeaux71. De la sorte, l’espace religieux de la très grande ville dispose de solides balisages. Les villes de taille plus modeste sont moins étudiées : peu de villes épiscopales qui ne jouissent pas du titre préfectoral furent abordées ainsi72. Les villes de pèlerinage sont elles aussi peu examinées en tant qu’espace urbain et religieux73. D’autres cités sont envisagées, soit sous une problématisation forte, telle que les interférences entre engagements religieux et question sociale74, soit sous la forme d’une monographie religieuse plus classique75. Celui de la petite ville, malgré l’étude pionnière du moderniste Philippe Loupès76, dispose de rares recherches publiées.

La paroisse au cœur des espaces administratifs religieux

  • 77 Paul Mercator, La Fin des paroisses ? Recompositions des communautés, aménagement des espaces, Pari (...)
  • 78 Dorothée Elineau, Église, sociétés et territoires. Paroisses et paroissiens dans les Pays de la Loi (...)
  • 79 Jean-René Bertrand « Des églises très particulières. À propos de quelques diocèses du Massif centra (...)
  • 80 Jacques Palard, Pouvoir religieux et espace social. Le diocèse de Bordeaux comme organisation, Pari (...)

20La recomposition du tissu paroissial à l’époque très contemporaine a été longuement abordée par les géographes, mais le dialogue avec les historiens reste minime. Les travaux de Paul Mercator, pseudonyme sous lequel se retrouvent des géographes d’Angers, Nantes et Le Mans, sont emblématiques de la méconnaissance de l’histoire contemporaine du fait paroissial. S’il est proposé une lecture pertinente des évolutions postérieures à la Seconde Guerre mondiale du réseau paroissial, l’histoire sous-jacente qui y est dessinée est celle de la stabilité des paroisses à l’époque concordataire. Entre les suppressions des paroisses à l’époque révolutionnaire et les bouleversements suivant la séparation des Églises et de l’État, nul changement n’est noté77, et c’est là un trait fréquent de la spatialisation du fait religieux telle qu’elle est menée par les géographes78. L’historiographie des bouleversements de la géographie paroissiale des dernières décennies reflète l’inégale pratique religieuse des espaces observés : ce sont une nouvelle fois les anciennes terres de chrétienté qui ont fait l’objet des études les plus fouillées79, la principale exception étant l’étude de la structuration organisationnelle et territoriale du diocèse de Bordeaux menée par le politiste Jacques Palard80.

  • 81 Nicolas Champ, « La paroisse concordataire en France (1802-1905) », dans Bernard Merdrignac (dir.), (...)
  • 82 Philippe Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé dArs, Paris, Cerf, 1986, p. 17-116.
  • 83 Bernard Delpal, op. cit. ; Christian Estève, « Recherches sur la revendication paroissiale dans le (...)
  • 84 Michel Lagrée, Religion et cultures…, op. cit., p. 31-33.

21Pour le siècle concordataire, les scansions de la chronologie nationale du mouvement de créations paroissiales sont assez bien connues dans leurs grandes lignes81. La diversité de la dynamique paroissiale mise en relation avec les topographies et traditions régionales commença à être explorée surtout à partir des années 1980, à la suite des recherches de Philippe Boutry sur le diocèse de Belley, où il mit en évidence la modernité paroissiale propre au xixe siècle82. C’est dans ce sillage que se situent les études de Bernard Delpal, Christian Estève et, dans une moindre mesure, Michel Casta83. Le fonctionnement interne des paroisses, leur inégale territorialité constituent des chantiers inachevés. Malgré les appellations officielles de cures et de succursales pour désigner toutes les paroisses de France, il y a peu à voir entre la Bretagne aux immenses paroisses subdivisées en trèves et frairies intégrées de manière différenciée à l’organisation concordataire84, la Corse et la montagne cantalienne où de multiples hameaux disposent du titre paroissial et la Saintonge où, au contraire, il est fréquent qu’une paroisse englobe plusieurs communes. Appartenance religieuse et appartenance communautaire, symboles identitaires et marqueurs religieux de l’espace n’y jouent pas le même rôle.

  • 85 Marie-José Benedetti, Les Circonscriptions diocésaines en France au XIXe siècle. Contribution à la (...)
  • 86 Gérald Chaix, dir., op. cit. Les contributions de Claude Langlois et Gérard Cholvy sont éclairantes (...)

22À une échelle plus ample, la question des limites et des transformations du maillage diocésain reste peu étudiée, si l’on excepte les réflexions suscitées par la mise en place du concordat de 1801, le concordat non appliqué de 1817 et la refonte de 1822. À cet égard, outre une recherche d’histoire du droit portant sur les transformations de la géographie administrative diocésaine à l’époque concordataire85, les principales contributions sur ce sujet s’inscrivent dans un colloque consacré à l’espace diocésain sur une échelle pluriséculaire86.

L’espace vécu

  • 87 André Julliard, « Cartes et paroles. Ethnologie et géographie sur le terrain de la religion », Anna (...)
  • 88 Bernard Plongeron, Robert Pannet, dir., Le Christianisme populaire. Les dossiers de lhistoire, Par (...)
  • 89 Philippe Boutry, Michel Cinquin, Deux pèlerinages au xixe siècle. Ars et Paray-le-Monial, Paris, Be (...)
  • 90 Paul d’Hollander, La Bannière et la rue. Les processions dans le Centre-Ouest au xixe siècle (1830- (...)

23La religion ne produit pas un simple territoire administratif, mais bel et bien un espace social qui lui est spécifique, production qui passe par de nombreuses pratiques religieuses qui disposent d’un volume spatial certain87. Il est possible de différencier, à la suite d’André Julliard, six indicateurs : les trajets qui conduisent aux lieux de dévotion ; les édifices qui marquent la dévotion dans le paysage ; le mobilier liturgique (statues, bannières) ; les façons de nommer l’espace empruntées au vocabulaire religieux (hagio-toponymes) ; le langage liturgique rythmant la pratique de dévotion à la fois spatialement et temporellement (début et fin du rituel) ; le langage gestuel animant la dévotion. C’est effectivement au travers de l’ensemble de ces pratiques que l’espace religieux devient un véritable espace de vie pour l’individu. Tous ces objets, l’historien du fait religieux les a redécouverts depuis les années 1970 lorsque plusieurs programmes de recherche ont été lancés par le CNRS autour de la « religion populaire88 ». Les formes extraordinaires de la dévotion ont prioritairement attiré les historiens : pèlerinages et couronnements des vierges de pèlerinage89 retinrent les curiosités historiennes. Actuellement, l’historien contempo-ranéiste du religieux s’intéresse à des formes plus discrètes et plus ordinaires. Paul d’Hollander a longuement travaillé sur les cérémonies extérieures du culte au xixe siècle, principalement dans le Limousin90.

  • 91 Yves-Marie Hilaire, « L’intérêt des registres historiques de paroisse », dans Le Temps retrouvé, Re (...)

24Si l’historien emprunte en ce domaine des outils à l’ethnologie, se pose un nouveau problème : le recueil de la documentation. Si les ethnologues et les ethnographes travaillent sur des sociétés bien vivantes, l’historien ne travaille que sur les « traces » que celles-ci ont laissées. Sur la question essentielle du parcours des processions qui sont une manière de sacraliser temporairement le territoire de la communauté, il est extrêmement difficile de rassembler une documentation à l’extérieur des villes. Pour celles-ci, il est possible de disposer des arrêtés municipaux qui règlent le parcours de la procession comme des comptes-rendus dans la presse qui décrivent soigneusement les reposoirs. Pour les communautés rurales, l’information est plus rare et fragmentaire : il faut disposer de l’aubaine d’un registre historique de paroisse dans lequel le curé notait soigneusement les usages de sa paroisse pour connaître le nombre de processions pratiquées et les variations de leurs parcours91.

  • 92 Jacqueline Lalouette, « L’anticléricalisme », dans Benoît Pellistrandi, dir., op. cit., p. 342-345.

25Les traces laissées par l’anticléricalisme, voire l’antireligion, mériteraient d’être examinées dans cette perspective de la religion vécue. Les études exemplaires menées par Louis Pérouas sur le Limousin pourraient être étendues à d’autres régions. L’historiographie régionale de l’anticléricalisme établie par Jacqueline Lalouette laisse apparaître de multiples béances et nombre de recherches sont demeurées sous la forme d’une « littérature grise » difficilement accessible92.

Des groupes minoritaires territorialisés peu étudiés : le cas protestant

  • 93 Michel Lagrée, « La monographie… », art. cit., p. 29.

26Les travaux de quelque ampleur menés sur les minorités religieuses reconnues par l’État – judaïsme, protestantisme réformé et luthérien – laissent peu de place à la dimension territoriale et spatiale de ces Églises et sont rarement menés dans une échelle autre que celle de la France dans son ensemble. En ce qui touche le protestantisme – et c’est valable pour le judaïsme –, Michel Lagrée estimait que « son poids statistique, sa dispersion, la faible épaisseur institutionnelle de ses cadres territoriaux conduisent à l’envisager dans son ensemble93 ». Dès lors, ce seraient des Églises sans spatialité ni territorialité.

Des terroirs se prêtant à une approche spatialisée

  • 94 Chiffres arrondis, empruntés à André Encrevé, Protestants français au milieu du xixe siècle. Les ré (...)
  • 95 Elle peut correspondre pratiquement à l’échelle urbaine. C’est le cas par exemple à Bordeaux.
  • 96 Philippe Braunstein, dir., LOratoire du Louvre et les protestants parisiens, Genève, Labor et Fide (...)

27Le premier critère, le poids statistique et la dispersion, mérite d’être repris. Pour les réformés, il suffit de penser à leur poids démographique au milieu du XIXe siècle pour se rendre compte que la critique peut tomber94. Le Gard, avec 129 000 âmes, l’Ardèche 47 000, la Drôme 40 000, ou le pôle poitevin (39 000 dans les Deux-Sèvres, 6000 dans la Vienne et 3500 en Vendée) constituent des « blocs » protestants, souvent géographiquement homogènes, qui peuvent susciter un traitement monographique. L’échelle de la paroisse, de l’Église95, fréquemment utilisée dans le cadre des articles publiés dans le Bulletin de la Société de lhistoire du protestantisme français, l’est plus rarement pour des études plus amples. Seule la paroisse de l’Oratoire bénéficie d’une récente publication collective96.

  • 97 La collection « Vie des huguenots » chez Honoré Champion en offre maints exemples.
  • 98 Corinne Nègre, Les Œuvres dans le protestantisme nîmois de 1561 à 1945, thèse, université de Montpe (...)
  • 99 Anne Bernheim-Nègre, Contribution à lhistoire du patrimoine. Le cimetière protestant de Nîmes, 177 (...)
  • 100 Madeleine Villard, Protestants à Marseille. Histoire dun groupe social, Marseille, La Thune, 1998, (...)
  • 101 Pierre-Marc Lachaud, dir., Présence protestante dans lhistoire de Limoges, Limoges, Pulim, 2010, 2 (...)
  • 102 Séverine Pacteau de Luze, Les Protestants de Bordeaux (1852-1877), thèse, université de Bordeaux 3, (...)
  • 103 Laura Maslow-Armand, Protestantism in La Rochelle 1755-1830. The consequences of bourgeois rule, th (...)
  • 104 Anthony J. Steinhoff, « Religion as Urban Culture : A View from Strasbourg, 1870- 1914 », Journal o (...)

28Si l’approche strictement monographique est fréquente dans l’étude du protestantisme français de l’époque moderne97, elle est plus rare pour l’époque contemporaine. La capitale protestante du Midi, Nîmes, a fait l’objet de deux études partielles : l’une consacrée aux œuvres charitables98, l’autre à son cimetière99. Comme leurs coreligionnaires parisiens, les protestants nîmois apparaissent largement dans les travaux d’envergure nationale de Daniel Robert, André Encrevé et Patrick Harismendy. Les autres communautés urbaines ont peu retenu l’attention. Le protestantisme marseillais a été examiné au travers d’une brève synthèse de Madeleine Villard100, tandis que le protestantisme limougeaud a fait l’objet d’un récent colloque101. Néanmoins, seules deux thèses consacrées à des communautés réformées urbaines auraient été soutenues. Les résultats de l’étude de l’Église réformée de Bordeaux menée par Sévérine Pacteau de Luze sont surtout connus à travers les articles et la synthèse qu’a publiés ultérieurement l’auteur102. En revanche, le travail pionnier de Laura Maslow-Armand sur la communauté protestante rochelaise de la fin de l’Ancien Régime à la monarchie de Juillet est demeuré totalement ignoré de l’historiographie nationale et régionale du protestantisme depuis sa soutenance en 1969103. Nourrie des problématiques les plus récentes, la dernière monographie en date est celle d’Anthony J. Steinhoff sur les rapports noués entre identité confessionnelle et modernisation sociale dans le Strasbourg du Reichsland104.

  • 105 Gérard Cholvy, « Les protestants de l’Hérault : essai d’évaluation numérique », Annales du Midi, t. (...)
  • 106 Marcel Launay, « Le protestantisme nantais au début de la Troisième République (1870-1914) », Enquê (...)
  • 107 Jean Faury, Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900), Toulouse, Service des public (...)

29Par ailleurs, les communautés protestantes figurent dans les thèses d’histoire régionale religieuse en tant que telles. Dans sa thèse sur le diocèse de Montpellier, Gérard Cholvy présente à plusieurs reprises les communautés héraultaises ; il en a tiré deux études autonomes105. Sans doute est-ce le même cheminement qui amène l’historien du catholicisme nantais qu’est Marcel Launay à étudier les protestants de cette cité106. Jean Faury les évoque encore plus largement dans sa thèse sur l’anticléricalisme et le cléricalisme dans le Tarn. Néanmoins, l’approche y est réductrice. J. Faury les classe parmi les « pionniers de l’anticléricalisme » aux côtés de la franc-maçonnerie107.

  • 108 Samuel Mours, Le Protestantisme en Vivarais et en Velay des origines à nos jours, Montpellier, Les (...)
  • 109 Jacques Marcadé, Les Protestants de Vendée, La Roche-sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiq (...)
  • 110 Pascal Rambeaud, Lîle de Ré, terre protestante, La Rochelle, La Découvrance éditions, 2009, 293 p.
  • 111 Christian Maillebouis, La Montagne protestante. Pratiques chrétiennes sociales dans la région du Ma (...)

30De fait, les terroirs protestants ruraux sont inégalement investis par la recherche académique. Le plus souvent, il faut se tourner vers des synthèses couvrant l’ensemble de l’histoire du protestantisme dans une région pour trouver des pages consacrées à la période postérieure à 1787 : sous la plume de Samuel Mours, l’étude ancienne du protestantisme du Vivarais et du Velay en offre un bel exemple108. Une démarche semblable est partagée par Jacques Marcadé à propos du protestantisme poitevin109. Le « pays » huguenot semble plus fréquemment étudié en tant que tel que son pendant catholique, sans que ce cadre géographique soit questionné. De cette approche relèvent partiellement les recherches de Samuel Mours, ainsi que plus récemment la synthèse qu’offre le moderniste Pascal Rambeaud sur le protestantisme rétais110 ou le suggestif travail de Christian Maillebouis sur La Montagne protestante111.

  • 112 Catherine Sengel-Storne, Les Protestants dAlsace-Lorraine de 1919 à 1939, Strasbourg, Société sava (...)
  • 113 Élisabeth Berlioz, Écoles et protestantisme. Le Pays de Montbéliard, 1769-1833, Besançon, Presses u (...)
  • 114 Michèle Bouix, Vote à gauche et protestantisme sur le canton de Sainte-Foy-la-Grande de 1870 à 1986(...)
  • 115 James C. Deming, « Social Change, Religious Renewal and the Transformations of Protestant Politics (...)
  • 116 Yolande Fourchard-Gounelle, Religion et politique en France : le Gard (1881- 1914). Clivages idéolo (...)
  • 117 Jean-Paul Augier, Protestantisme, républicanisme, laïcité chez les protestants réformés de la Drôme (...)
  • 118 Hélène Lanusse-Cazalé, Protestants et protestantisme dans le Sud aquitain (1802- 1905). Espaces, ré (...)

31Le protestantisme luthérien bénéficie de deux thèses inscrites dans un strict cadre régional : celles de Catherine Sengel-Storne sur les protestants alsaciens-lorrains dans l’entre-deux-guerres112 et d’Élisabeth Berlioz sur l’attitude des protestants du pays de Montbéliard face à la question scolaire de la fin de l’Ancien Régime à la loi Guizot113. Les espaces marqués par la présence réformée ont été peu parcourus et souvent en reprenant la question des interactions entre protestantisme et politique. Ce fut l’optique adoptée par une thèse de science politique consacrée à l’un des isolats protestants du Sud-Ouest, le canton de Sainte-Foy-la-Grande114. Le Gard fut examiné à deux moments du XIXe siècle où l’influence protestante dans la sphère publique et politique était jugée grande, la monarchie censitaire115 et les décennies centrales de la Troisième République116. C’est également l’optique d’un travail consacré aux protestants drômois dans la première moitié du XXe siècle117. La vie religieuse d’une périphérie protestante – le Béarn – sous le régime des Articles organiques est l’objet d’une thèse tout juste achevée118.

  • 119 Jean-Yves Carluer, Les Protestants bretons XVIe-XXe siècles, thèse, université Rennes 2, 1992.
  • 120 Madeleine Souche, « Le Drapeau de lÉvangile ». Lévangélisation protestante dans le Midi de la Fra (...)

32L’échelle régionale est rarement fréquentée par la recherche académique. Le premier doctorat consacré à l’histoire spécifiquement religieuse et régionale des protestants de France a pris un champ d’étude original, la Bretagne, dans une très longue durée119. L’évangélisation protestante qui se déploie sous la Troisième République est minutieusement mise en valeur par Madeleine Souche pour un large Midi méditerranéen120. Dans les deux cas, sont longuement étudiés des mouvements, des œuvres et des hommes qui se situent en marge des tendances majoritaires du protestantisme français.

  • 121 Daniel Robert, « L’utilisation des archives protestantes (période contemporaine) », Revue dhistoir (...)

33Qu’a-t-il joué en défaveur de telles études localisées ? Tout d’abord, le fait que les problèmes signalés par Daniel Robert en 1964 n’ont rien perdu de leur actualité : « La documentation […] est difficile à rassembler parce qu’elle est, d’une part, extrêmement dispersée ; d’autre part, de nature extrêmement variée121. » Du fait de la structure même des Églises réformées, on rencontre ici les mêmes problèmes que lorsque l’on part à la recherche des archives paroissiales catholiques. Ces difficultés se sont même nettement accentuées du fait de la transformation de certains anciens terroirs huguenots en déserts humains. Beaucoup d’archives anciennes du XIXe siècle sont perdues par négligence. Les fusions et les remaniements des associations cultuelles entraînent, là aussi, des pertes fréquentes ou des passages dans des mains privées d’archives paroissiales. Les archives institutionnelles des Églises protestantes de la Charente-Inférieure, qui représentent une trentaine de « paroisses » protestantes et un peu moins de 20 000 âmes à la veille de la Séparation, sont dispersées en onze sites différents.

La faible épaisseur institutionnelle des cadres territoriaux

  • 122 Patrick Harismendy, « Église, temple et paroisse dans l’espace réformé », Annales de Bretagne et de (...)
  • 123 Edmond Hugues, éd., Synodes du Désert, Paris, Fischbacher, 1885-1886.

34À l’époque moderne, comme le rappela Patrick Harismendy, l’Église réformée n’envisageait dans ses textes réglementaires pas plus de spatialisation précise que de condition architecturale d’existence122. Cette tradition persiste dans les esprits des réformés de l’époque contemporaine. De plus, le statut minoritaire, la dispersion des huguenots dans le territoire national sont un autre facteur les différenciant des catholiques. Les bornes de chaque communauté réformée sont plus poreuses et variables que celles des paroisses catholiques qui, dans le cadre concordataire, se déterminent au travers du double prisme de la mémoire des entités abolies lors de la Révolution et de l’actualité des communes. Au contraire même, les persécutions que les protestants subirent depuis la Révocation de l’édit de Nantes font qu’ils n’héritent pas d’une tradition territoriale fermement constituée. Les structures, fragiles, et les découpages, fluctuants, des colloques du Désert123 qui correspondent encore moins à la géographie administrative contemporaine que la géographie ecclésiastique catholique, font que l’espace ecclésiastique protestant est à inventer au sein d’un nouveau système, celui de la reconnaissance des cultes.

  • 124 Voir l’interprétation proposée, à travers le cas aunisien et saintongeais, par Nicolas Champ, Relig (...)
  • 125 Patrick Harismendy, Le Parlement des Huguenots. Organisations et synodes réformés français au XIXe (...)

35Les premières décennies du XIXe siècle sont marquées, de ce point de vue, par un fonctionnement de type congrégationaliste124. Par un jeu de circulaires et de rationalisation de l’administration des Cultes, les impulsions de plus en plus impératives de l’État se font sentir. Celui-ci remodèle les Églises en leur donnant une assise spatiale. Cet espace se définit clairement en référence non à l’Église locale pourvue d’une assemblée délibérante, mais à la paroisse catholique définie par la présence d’un clerc spécialisé. À cette structuration externe et contrainte de l’espace réformé se greffe à partir de la monarchie de Juillet un autre problème : comment gérer une administration et un espace religieux communs, alors que la définition même du contenu du message religieux devient un objet de débats internes à la communauté protestante de plus en plus vifs ? La détermination des limites des espaces dominés par les conseils dirigeant les Églises comme des pouvoirs que ceux-ci peuvent exercer dans leur ressort devient un enjeu décisif. Les espaces de l’administration du culte réformé prennent désormais une couleur théologique marquée. L’aggravation des conflits internes provoque l’émergence d’un espace et de structures alternatives, officieuses, qui échappent à la tutelle des organisations générées par la législation concordataire et à l’emprise étatique. À ces phénomènes endogènes s’ajoute celui du désir d’évangélisation qui se déploie avec force par deux fois. Les fruits de celle-ci sont inégalement intégrés dans les espaces administratifs réformés. Une étude fine du fonctionnement de ceux-ci, sans doute très variable d’une région à l’autre, reste à mener125.

Les espaces vécus du protestantisme

  • 126 Jean-Luc Piveteau, « L’Ancien Testament a-t-il contribué à la territorialisation de la Suisse ? », (...)

36Isolé, un travail pionnier d’un géographe s’interrogeait sur la weltanschauung protestante, sur l’importance de la lecture de l’Ancien Testament dans la gestation de l’identité territoriale de la Suisse ; autrement dit, il tenta une lecture religieuse d’un phénomène a priori profane, ce qui constitue une inversion de la plupart des analyses portant sur la part du religieux dans les sociétés européennes126.

  • 127 Patrick Cabanel, « Qu’est-ce qu’un paysage protestant ? », dans Patrick Cabanel et al., éd., Montag (...)
  • 128 Pierre-Yves Kirschleger, « Les lieux de mémoire protestants », dans François Ars, Bruno Béthouart, (...)
  • 129 Philippe Chareyre, « Osse-en-Aspe. L’illusion d’une Cévenne pyrénéenne », dans Serge Brunet, Nicole (...)
  • 130 Sébastien Fath, « Protestantisme français et territoire », Pouvoirs locaux, 2006, n° 68, p. 66-70.

37La sacralisation mémorielle des territoires réformés constitue un terrain d’exploration de choix, à partir d’exemples, le plus souvent empruntés au croissant cévenol. Patrick Cabanel proposa une grille exploratoire des marqueurs territoriaux de l’identité de ce que pourrait être une « ville protestante » – temples structurant certains quartiers ou rues habités par les élites protestantes, sociabilités, voire « esprit de ville » – et « paysage protestant » – cimetières familiaux, plaques et monuments commémoratifs du Désert, lecture biblique et religieuse des espaces naturels et humains127. Les processus d’élaboration des lieux de la mémoire protestante furent mis en valeur par plusieurs recherches au cours de ces dernières années128. Toutefois, en dehors de l’espace cévenol, seule Osse-en-Aspe, dans les Pyrénées, fut étudiée dans cette optique129. Sébastien Fath, quant à lui, offre une brève synthèse dans laquelle il récapitule le rôle mémoriel des terroirs huguenots et où il souligne le passage des communautés d’une logique territoriale à celle des réseaux130.

  • 131 André Encrevé, « Traits généraux de l’implantation des lieux de culte protestants à Paris et dans s (...)
  • 132 Voir, en dernier lieu, Frédéric Dejean, Les Dimensions spatiales et sociales des Églises évangéliqu (...)
  • 133 Dominique Jarrassé, Une histoire des synagogues françaises : entre Occident et Orient, Arles, Actes (...)
  • 134 Nicolas Champ, « Une construction réformée atypique ? Variations autour du temple de Saint-Sulpice- (...)

38La matérialité des espaces occupés par les Églises protestantes demeure un vaste champ d’études encore à explorer : la question de l’implantation des lieux de culte, du style architectural choisi reflète le mode de visibilité du protestantisme dans l’espace public. Des jalons ont été posés à propos de la localisation des lieux de culte, tant par des historiens131 que des géographes132. Par contre, si la question du choix architectural comme mode d’intégration a déjà été examinée dans le cadre du judaïsme133, un questionnement analogue pourrait être posé pour les temples protestants. Pourquoi, à partir des années 1850-1860, s’inspirer de plus en plus massivement, dans le vocabulaire décoratif, de l’architecture romane et gothique ? Par quelles médiations ce goût du Moyen Âge s’est-il diffusé chez les réformés ? Une poignée de monographies et d’études régionales existe134, mais la synthèse manque.

  • 135 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 228.

39Du fait des connexions académiques anciennes entre histoire et géographie en France, les travaux d’histoire religieuse ne pouvaient être que marqués du sceau de l’espace. Établir des cartes, mettre au jour des typologies spatiales furent une étape longtemps incontournable de toute thèse. L’empreinte du modèle siegfriedien explique aussi le rôle prêté aux identités territoriales pour comprendre les comportements religieux. De même, les traditions tant universitaires qu’érudites de se pencher sur des objets historiques localisés facilitèrent une approche diocésaine de l’histoire du catholicisme contemporain : si un reflux récent est à noter, cette échelle n’est pas encore abandonnée, du fait de sa pertinence méthodologique et scientifique. Les échelles plus fines sont, en revanche, marginalement utilisées. L’investissement spatial des Églises, la territorialité institutionnelle de celles-ci ne sont devenus, pour les historiens contemporanéistes, un objet d’études surtout qu’après les années 1980. Naguère, Maurice Halbwachs avait pourtant souligné l’importance de cette matérialité physique des Églises : « Un groupe religieux, plus que tout autre, a besoin de s’appuyer sur un objet, sur quelque partie de la réalité qui dure parce qu’il prétend lui-même ne point changer135. » Malgré cette invitation ancienne, le dialogue avec les autres sciences sociales reste minime, sauf dans le cadre d’études portant sur les transformations les plus récentes des institutions religieuses. Plus largement, la dimension territoriale des Églises, la traduction spatiale des croyances religieuses sont un terrain propice à l’observation des transformations de la place du religieux dans la vie publique française et, à ce titre, restent des objets d’étude toujours d’actualité.

Notes

1 Ce travail doit beaucoup aux synthèses antérieures proposées par Michel Lagrée, « La monographie diocésaine et les acquis de l’historiographie religieuse française », dans Études dhistoire religieuse, t. 61, 1995, p. 9-41 et par Christian Sorrel, « Échelles et espaces : le diocèse. Réflexions sur l’historiographie française contemporaine », dans Benoît Pellistrandi, éd., LHistoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, 2004, p. 225-247. Au cours de l’étude seront surtout mobilisés les travaux portant sur le XIXe siècle, période qui m’est la plus familière.

2 Gabriel Le Bras, « Un programme : la géographie religieuse », Annales dhistoire sociale, 1945, p. 87-112.

3 Gabriel Le Bras, LÉglise et le village, Paris, Flammarion, 1976, 289 p.

4 Reproduite notamment dans François Lebrun, dir., Histoire des catholiques en France, Toulouse, Privat, 1980, p. 441. La démarche est semblable dans François-André Isambert, Atlas de la pratique religieuse des catholiques en France, Paris, Presses de la FNSP, 1980, 187 p. Ce travail part des matériaux réunis par Fernand Boulard pour la période la plus récente.

5 Gabriel Le Bras, art. cit., p. 89.

6 Philippe Martin, Espaces et chemins du sacré. La géographie religieuse dans le Toulois et le Saintois (vers 1580-vers 1880), thèse, université Nancy II, 1993, p. 5.

7 Joseph Avril, « La paroisse médiévale. Bilan et perspective d’après quelques travaux récents », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 74, 1988, p. 91-113.

8 Éric Rebillard, Religion et sépulture. LÉglise, les vivants et les morts dans lAntiquité tardive, Paris, Éd. de l’EHESS, 2003, 243 p. ; Michel Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans lOccident médiéval, Paris, Aubier, 2005, 393 p.

9 Dominique Iogna-Prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de lÉglise au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 2006, 683 p.

10 Mathieu Lours, Lautre temps des cathédrales. Du concile de Trente à la Révolution française, Paris, Picard, 2010, 327 p.

11 Jean Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans lOccident dautrefois, Paris, Fayard, 1989, 667 p.

12 Bernard Dompnier, dir., Les Cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2009, 604 p. ; Cécile Davy-Rigaux, Bernard Dompnier, Daniel-Odon Hurel, dir., Les Cérémoniaux catholiques en France à lépoque moderne. Une littérature de codification des rites liturgiques, Turnhout, Brepols, 2009, 560 p.

13 Michel Lagrée, Françoise Monfrin, « Histoire religieuse et sciences humaines », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 86, 2000, p. 529.

14 Paul Claval, « Le thème de la religion dans les études géographiques », Géographie et cultures, n° 2, 1992, p. 86-87.

15 Cité par Gérard Cholvy, « L’histoire régionale chez les contemporanéistes français (1950-2000) », Revue dAlsace, t. 133, 2007, p. 37-48.

16 Voir les démonstrations récentes de Vincent Petit, Catholiques et Comtois. Liturgie diocésaine et identité régionale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 2011, 708 p.

17 Christiane Marcilhacy, Le Diocèse dOrléans sous lépiscopat de Mgr Dupanloup, 1849-1878. Sociologie religieuse et mentalités collectives, Paris, Plon, 1962, xxx-593 p. et Le Diocèse dOrléans au milieu du XIXe siècle. Les hommes et leurs mentalités, Paris, Sirey, 1964, xvi-503 p.

18 Jacques Rougerie, « Faut-il départementaliser l’histoire de France ? », Annales Économie, Sociétés, Civilisations, t. 21, n° 1, 1966, p. 178-193.

19 Julien Cahon, Les Gauches dans la Somme, du Front populaire au Programme commun (années 1930-années 1970), thèse, université d’Amiens, 2011.

20 Jean-Marie Mayeur (dir.), LHistoire religieuse de la France 19e-20e siècle. Problèmes et méthodes, Paris, Beauchesne, 1975, p. 204.

21 Michel Lagrée, « La monographie… », art. cit., p. 29.

22 Catherine Maurer, « Espaces sacrés, espaces territoriaux du sacré : l’espace du fait religieux contemporain dans les historiographies française et allemande depuis la fin des années 80 », dans Jean-Claude Waquet, Odile Goerg, Rebecca Rogers (dir.), Les Espaces de lhistorien, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. 131- 132.

23 Bernard Delpal, Entre paroisse et commune. Les catholiques de la Drôme au milieu du XIXe siècle, Valence, Peuple Libre – Centre André Latreille, 1989, 297-xxx p.

24 Christian Sorrel, Les Catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry 1890- 1940, Les Marches, La Fontaine de Siloé, 1995, p. 9 ; Nicolas Champ, La Religion dans lespace public. Catholiques, protestants et anticléricaux en Charente-Inférieure au XIXe siècle, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2010, p. 19-20.

25 Christian Sorrel, « Échelles… », art. cit., p. 229.

26 Cité par Jean-Claude Caron, La Nation, lÉtat et la démocratie en France de 1789 à 1914, Paris, A. Colin, 1995, p. 128.

27 Guy Di Méo, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 1998, p. 27-35 ; Pascal Buléon, Guy Di Méo, dir., LEspace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, A. Colin, 2005, p. 25.

28 Pierre George, dir., Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF, 1993, p. 457.

29 Michel Lagrée, « La monographie… », art. cit., p. 41.

30 Le corpus retenu comprend les thèses examinant une question historique au travers de l’étude d’un ou au maximum deux diocèses. Les disciplines envisagées sont l’histoire contemporaine, l’histoire de l’art contemporain et l’histoire du droit. Les quatre dernières thèses ayant adopté ce cadre datent de 2010.

31 Louis Pérouas, Refus dune religion, religion dun refus en Limousin rural, Paris, Éd. de l’EHESS, 1985, 245 p. ; Culte des saints et anticléricalisme. Entre statistique et culture populaire, Paris-Ussel, Musée du Pays d’Ussel-Rencontre des historiens du Limousin, 2002, xxxiv-504 p.

32 Philippe Vigier, La Seconde République dans la région alpine. Étude politique et sociale, Paris, PUF, 1963, 333 et 526 p.

33 Pierre Barral, Le Département de lIsère sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, A. Colin, 1962, 599 p.

34 Jean-François Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle. Léveil dune société civile, Bordeaux, Éd. Sud-Ouest, 2004, 725 p. (1ère éd. 1987).

35 Christian Estève, À lombre du pouvoir. Le Cantal du milieu du XIXe siècle à 1914, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2002, 559 p.

36 Albert-Jean Lavigne, Lourdes et le Saint-Siège. Les relations de la papauté et de la « Rome mariale », 1900-1958, thèse, université de Pau, 1998.

37 Jean-Philippe Bon, Le Diocèse de La Rochelle-Saintes sous lépiscopat de Mgr Eyssautier (1906-1923). Réorganisation et orientations pastorales au lendemain de la Séparation des Églises et de lÉtat, thèse, université de Strasbourg 3, 1999 ; Jacques Bouquet, Clercs et laïcs dans les nouvelles organisations catholiques du diocèse de Poitiers (1905-1939), thèse, université de Strasbourg 3, 1999.

38 Mathilde Guilbaud, LÉglise catholique et la loi de séparation dans les diocèses de Meaux et de Versailles, 1905-1914, thèse, université de Lille 3, 2009 (résumé dans « L’impact de la Séparation dans la réalité diocésaine française », Lusitania sacra, 2e série, t. XXIV, 2011, p. 13-24).

39 Dominique Belœil, La Réception du concile œcuménique Vatican II dans les médias. Lexemple du diocèse de Nantes (1959-1965), thèse, université de Nantes, 1998 ; Esther Deloche, Le Diocèse dAnnecy de la Séparation à Vatican II (1905-1962), thèse, université Lyon 2, 2009.

40 Samuel Gicquel, Prêtres de Bretagne au xixe siècle, Rennes, PUR, 2008, 310 p. ; Jean-François Gicquel, Le Concordat en Bretagne (1801-1879). Clergé et administration, thèse (droit), université de Rennes 1, 2000.

41 Vincent Petit, Querelle liturgique et identité régionale. Le cas du diocèse de Besançon, thèse, université Paris 1 et université de Fribourg, 2008, publiée sous le titre Catholiques et Comtois…, op. cit.

42 Jean-Pierre Moisset, « Existe-t-il une Aquitaine religieuse de 1790 à nos jours ? », dans Josette pontet et al., éd., À la recherche de lAquitaine, Pessac, Centre aquitain d’histoire moderne et contemporaine (université Bordeaux 3), 2002, p. 19-28.

43 Philippe Martin, op. cit.

44 Liliane Pinard, Les Mentalités religieuses du Morvan au XIXe siècle (1830-1914), Dijon, Editions universitaires de Dijon, 1997, 627 p.

45 Philippe Papet, Cléricaux et anticléricaux dans larrondissement de Senlis de 1870 à 1914, Compiègne, Société d’histoire moderne et contemporaine de Compiègne, 1995, 598-xxxiii p.

46 Yves Lambert, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, Cerf, 1985, 415 p.

47 Il s’agit de la reprise d’une partie de sa thèse de 3e cycle, Yvon Tranvouez, Un curé davant-hier. Le chanoine Chapalain à Lambézellec, Paris, Éd. de la Cité, 1989, 228 p.

48 Natalie Malabre, Le Religieux dans la ville du premier vingtième siècle. La paroisse Notre-Dame-Saint-Alban dune guerre à lautre, thèse, université Lyon 2, 2006.

49 Catherine Maurer, art. cit., p. 125-144.

50 Yves-Marie Hilaire, La Vie religieuse des populations du diocèse dArras, 1840-1914, Lille, ANRT, 1976, t. 2, p. 749-769.

51 La « christianitude bretonne » est d’abord perceptible par l’« empreinte du temps » sensible dans le découpage territorial des diocèses et des paroisses, Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne 1850-1950, Paris, Fayard, 1992, p. 23-37.

52 Jacqueline Lalouette, La Libre Pensée en France 1848-1940, Paris, Albin Michel, 1997, p. 296-329.

53 Le dernier exemple est celui de Joseph Ramonéda, La République concordataire et ses curés dans les Pyrénées-Orientales (1870-1905), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2011, 167 p.

54 Philippe Boutry, « Le triomphe de la liberté de conscience et la formation du parti laïc », dans Philippe Joutard, dir., Histoire de la France religieuse, rééd., t. 3, Paris, Seuil, 2001, p. 145-148.

55 Claude Langlois, « Incertaine actualité du système concordataire en France », Vingtième siècle. Revue dhistoire, n° 66, 2000, p. 107-117.

56 Pour une présentation en langue française du concept : Gérard Chaix, « La confessionnalisation. Note critique », Bulletin de la Société de lhistoire du protestantisme français, t. 148, n° 4, 2002, p. 851-865 ; Jean-Marie Valentin, Patrice Veit, dir., « La confessionnalisation dans le Saint-Empire XVIe-XVIIIe siècles », Études germaniques, n° 3, 2002. Pour un exemple de monographie consacrée à l’aire germanique dans ce cadre conceptuel : Christophe Duhamelle, La Frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Éd. de l’EHESS, 2010, 324 p.

57 Olaf Blaschke, dir., Konfessionen im Konflikt. Deutschland zwischen 1800 und 1970 : ein zweites konfessionelles Zeitalter, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2002, 356 p.

58 Peu de travaux ont été menés dans cette perspective : Gregory Hanlon, Confession and Community in Seventeenth-Century France : Catholic and Protestant Coexistence in Aquitaine, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993, vii-312 p. ; Philip Benedict, « Confessionalization in France ? Critical reflections and new evidence », dans Raymond A. Mentzer, Andrew Spicer, dir., Society and Culture in the huguenot world 1559-1685, Cambridge, 2002, p. 44-61 ; Michel Plénet, Catholiques et protestants en Vivarais aux XVIIe et XVIIIe siècles : modes de vie, modes de croire, thèse, université Lyon 2, 2007 ; Didier Boisson, Yves Krumenacker, dir., La Coexistence confessionnelle à lépreuve. Études sur les relations entre protestants et catholiques dans la France moderne, Lyon, RESEA-LARHRA, 2009, 261 p. ; Valérie Leclerc-Lafage, Montpellier au temps des troubles de Religion. Pratiques testamentaires et confessionnalisation (1554-1622), Paris, Honoré Champion, 2010, 512 p.

59 Alfred Wahl, Petites haines ordinaires entre chrétiens dAlsace : les conflits catholiques – protestants dans lespace public alsacien, 1860-1940, Strasbourg, La Nuée bleue, 2004, 283 p.

60 Alfred Wahl, Confession et comportement dans les campagnes dAlsace et de Bade, 1871-1939. Catholiques, protestants et juifs. Démographie, dynamisme économique et social, relations et attitude politique, thèse, université de Metz, 1980.

61 David Tournier, LÉglise, le temple et la fabrique. Relations sociales et interconfessionnelles à Mulhouse au xixe siècle, thèse, université Paris 4, 2007.

62 Nicolas Champ, Religion et territoire. Lespace public entre présence confessionnelle et sécularisation dans la France du xixe siècle. Le cas de la Charente-Inférieure (1801- 1914), thèse, université de Bordeaux 3, 2009.

63 Gérard Cholvy, Religion et société au xixe siècle. Le diocèse de Montpellier, Lille, ANRT, 1973, 1691-xii p.

64 Yves-Marie Hilaire, op. cit.

65 Hugh Mcleod, « The Urban/rural Dichotomy in European and North American Religious History from the Eigteenth Century to the Twentieth », Social Compass, t. 45, n° 1, 1998, p. 7-19.

66 Thomas Kselman, « The Varieties of Religious Experience in Urban France », dans Hugh Mcleod, dir., European Religion in the Age of Great Cities, Londres, Routledge, 1995, p. 165-190.

67 Régis Bertrand, « De la toponymie à la statuaire : les formes de christianisation du paysage marseillais depuis le xviiie siècle », Annales du Midi, n° 173, 1986, p. 95-120.

68 Philippe Boutry, André Encrevé, dir., La Religion dans la Ville, Bordeaux, Bière, 2003, 270 p. ; Jacques-Olivier Boudon, Françoise Thelamon, dir., Les Chrétiens dans la ville, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2006, 354 p.

69 Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse du Second Empire, Paris, Cerf, 2001, 560 p.

70 Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, lÉglise et la Révolution, 1788-1805, Paris, Letouzey et Ané, 2010, 463 p. ; Olivier Chatelan, Les Catholiques et la croissance urbaine dans lagglomération lyonnaise pendant les Trente Glorieuses (1945- 1975), thèse, université Lyon 2, 2009.

71 Marc Agostino, Deux siècles de catholicisme à Bordeaux, Bordeaux, Mollat, 2001, 193 p.

72 Maria Gravari-Barbas, « Déchristianisation, renouveau religieux et espace : les aventures de l’espace dans une ville diocésaine, Belley, 1750-1850 », Géographie et cultures, n° 23, 1997, p. 51-76.

73 Jean-Paul Jourdan, « L’Église et la mairie : projets urbains et transformations de la ville de Lourdes 1858-1914 », dans Jean-Paul Charrié (dir.), Villes en projet(s), Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996, p. 249-261. L’inscription spatiale du pèlerinage demeure à la marge des dernières études consacrées à Lourdes : Albert-Jean Lavigne, op. cit. ; Ruth Harris, Lourdes. La grande histoire des apparitions, des pèlerinages et des guérisons, Paris, JC Lattès, 2001, 595 p.

74 Vincent Rogard, Les Catholiques et la question sociale. Morlaix, 1840-1914. Lavènement des militants, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, 488 p.

75 Pierre Baudelicque, Histoire religieuse dÉtaples des origines à lan 2000, thèse, université de Lille 3, 2000.

76 Philippe Loupès, « La dimension religieuse de la petite ville au XIXe siècle », dans Les Petites Villes du Moyen Âge à nos jours, Paris, CNRS, 1987, p. 353-370.

77 Paul Mercator, La Fin des paroisses ? Recompositions des communautés, aménagement des espaces, Paris, DDB, 1997, p. 16-25.

78 Dorothée Elineau, Église, sociétés et territoires. Paroisses et paroissiens dans les Pays de la Loire, thèse (géographie), université du Maine, 2000 ; Louisa Plouchart, « Le maillage religieux de l’espace. Questions sur les territoires vécus par les fidèles catholiques », Annales de Bretagne et des Pays de lOuest, t. 116, n° 3, 2009, p. 141-160.

79 Jean-René Bertrand « Des églises très particulières. À propos de quelques diocèses du Massif central », dans Gérald Chaix, dir., Le Diocèse. Espaces, représentations, pouvoirs. France XVe-XXe siècle, Paris, Cerf, 2002, p. 279-306 ; Hervé Queinnec, « La restructuration des paroisses dans les diocèses bretons », dans Yvon Tranvouez, dir., Requiem pour le catholicisme breton ?, Brest, CRBC, 2011, p. 243-267.

80 Jacques Palard, Pouvoir religieux et espace social. Le diocèse de Bordeaux comme organisation, Paris, Éd. du Cerf, 1985, p. 117-204.

81 Nicolas Champ, « La paroisse concordataire en France (1802-1905) », dans Bernard Merdrignac (dir.), La Paroisse. Communauté et territoire, Rennes, PUR [sous presse].

82 Philippe Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé dArs, Paris, Cerf, 1986, p. 17-116.

83 Bernard Delpal, op. cit. ; Christian Estève, « Recherches sur la revendication paroissiale dans le Cantal de la première moitié du XIXe siècle », Revue de la Haute-Auvergne, t. 59, n° 1, 1997, p. 47-104 ; Michel Casta, Le Prêtre corse au XIXe siècle, thèse, université d’Amiens, 1997.

84 Michel Lagrée, Religion et cultures…, op. cit., p. 31-33.

85 Marie-José Benedetti, Les Circonscriptions diocésaines en France au XIXe siècle. Contribution à la géographie administrative ecclésiastique contemporaine (1789-1905), thèse (droit), université de Nice, 2009.

86 Gérald Chaix, dir., op. cit. Les contributions de Claude Langlois et Gérard Cholvy sont éclairantes pour le premier XIXe siècle, tandis que celles de Philippe Castermans et Christian Sorrel offrent des exemples de transformations du XXe siècle.

87 André Julliard, « Cartes et paroles. Ethnologie et géographie sur le terrain de la religion », Annales de géographie, t. 105, n° 588, 1996, p. 164-183.

88 Bernard Plongeron, Robert Pannet, dir., Le Christianisme populaire. Les dossiers de lhistoire, Paris, Le Centurion, 1976, 315 p. ; Bernard Plongeron (dir.), La Religion populaire dans lOccident chrétien. Approches historiques, Paris, Beauchesne, 1976, 237 p. ; La Religion populaire, Paris, Éditions du CNRS, 1979, 449 p. ; « La religion populaire », Annales de lEst, n° 2, 1987, p. 83-151.

89 Philippe Boutry, Michel Cinquin, Deux pèlerinages au xixe siècle. Ars et Paray-le-Monial, Paris, Beauchesne, 1980, 309 p. ; Philippe Boutry, « Un sanctuaire et son saint : Jean-Marie-Baptiste Vianney, curé d’Ars », Annales Économie, Sociétés, Civilisations, t. 35, n° 2, 1980, p. 353-379 ; Philippe Boutry, Dominique Julia, dir., Reine au Mont Auxois. Le culte et le pèlerinage de Sainte Reine des origines à nos jours, Paris-Dijon, Cerf-Ville de Dijon, 1997, 446 p. ; Christian Sorrel, « Les sanctuaires contemporains entre ancrage régional et enjeux nationaux. Les mutations du pèlerinage dans les diocèses de Savoie », MÉFRIM, t. 117, n° 2, 2005, p. 565-600 ; Paul d’Hollander, Claude Langlois, dir., Foules catholiques et régulation romaine. Les couronnements des vierges de pèlerinage à lépoque contemporaine (xixe et xxe siècles), Limoges, Pulim, 2011, 269 p.

90 Paul d’Hollander, La Bannière et la rue. Les processions dans le Centre-Ouest au xixe siècle (1830-1914), Limoges, Pulim, 2003, 305 p.

91 Yves-Marie Hilaire, « L’intérêt des registres historiques de paroisse », dans Le Temps retrouvé, Revue du Nord, hors-série, 1998, n° 14, p. 47-58.

92 Jacqueline Lalouette, « L’anticléricalisme », dans Benoît Pellistrandi, dir., op. cit., p. 342-345.

93 Michel Lagrée, « La monographie… », art. cit., p. 29.

94 Chiffres arrondis, empruntés à André Encrevé, Protestants français au milieu du xixe siècle. Les réformés de 1848 à 1870, Genève, Labor et Fides, 1986, 1121 p.

95 Elle peut correspondre pratiquement à l’échelle urbaine. C’est le cas par exemple à Bordeaux.

96 Philippe Braunstein, dir., LOratoire du Louvre et les protestants parisiens, Genève, Labor et Fides, 2011, 349 p.

97 La collection « Vie des huguenots » chez Honoré Champion en offre maints exemples.

98 Corinne Nègre, Les Œuvres dans le protestantisme nîmois de 1561 à 1945, thèse, université de Montpellier 3, 1988.

99 Anne Bernheim-Nègre, Contribution à lhistoire du patrimoine. Le cimetière protestant de Nîmes, 1778-1910, thèse (droit), université de Poitiers, 2000.

100 Madeleine Villard, Protestants à Marseille. Histoire dun groupe social, Marseille, La Thune, 1998, 127 p.

101 Pierre-Marc Lachaud, dir., Présence protestante dans lhistoire de Limoges, Limoges, Pulim, 2010, 255 p.

102 Séverine Pacteau de Luze, Les Protestants de Bordeaux (1852-1877), thèse, université de Bordeaux 3, 1975 ; « Les protestants de Bordeaux 1850-1880 », Bulletin de la Société de lhistoire du protestantisme français, t. 122, 1976, n° 2, p. 200-245 ; « L’Église réformée de Bordeaux et la séparation des Églises et de l’État », Annales du Midi. Anthologie du centenaire 1889/1989, Toulouse, Privat, 1989, t. 2 ; Les Protestants et Bordeaux, Bordeaux, Mollat, 1999, 283 p.

103 Laura Maslow-Armand, Protestantism in La Rochelle 1755-1830. The consequences of bourgeois rule, thèse (Ph. D), université de Harvard, 1969.

104 Anthony J. Steinhoff, « Religion as Urban Culture : A View from Strasbourg, 1870- 1914 », Journal of Urban History, t. 30, 2004, n° 2, p. 152-188 ; The Gods of the City. Protestantism and religious culture in Strasbourg, 1870-1914, Boston-Leiden, Brill, 2008, xviii-516 p.

105 Gérard Cholvy, « Les protestants de l’Hérault : essai d’évaluation numérique », Annales du Midi, t. 77, n° 73, 1965, p. 319-335 et « Une minorité religieuse dans le Midi au xixe siècle : les Protestants de l’Hérault », Bulletin de la Société de lhistoire du protestantisme français, t. 121, n° 1, 1975, p. 26-51.

106 Marcel Launay, « Le protestantisme nantais au début de la Troisième République (1870-1914) », Enquêtes et documents, n° 10, 1985, p. 101-122.

107 Jean Faury, Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900), Toulouse, Service des publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1980, p. 357-367.

108 Samuel Mours, Le Protestantisme en Vivarais et en Velay des origines à nos jours, Montpellier, Les Presses du Languedoc-Patrimoine huguenot de l’Ardèche, 2001, 549 p. (1ère éd. : 1949).

109 Jacques Marcadé, Les Protestants de Vendée, La Roche-sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiques, 2009, 122 p. et Les Protestants de la Vienne de Calvin à nos jours, La Crèche, Geste éditions, 2009, 198 p.

110 Pascal Rambeaud, Lîle de Ré, terre protestante, La Rochelle, La Découvrance éditions, 2009, 293 p.

111 Christian Maillebouis, La Montagne protestante. Pratiques chrétiennes sociales dans la région du Mazet-Saint-Voy, 1920-1940, Lyon, éd. Olivétan, 2005, 204 p.

112 Catherine Sengel-Storne, Les Protestants dAlsace-Lorraine de 1919 à 1939, Strasbourg, Société savante d’Alsace, 2003, 371 p.

113 Élisabeth Berlioz, Écoles et protestantisme. Le Pays de Montbéliard, 1769-1833, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009, 402 p.

114 Michèle Bouix, Vote à gauche et protestantisme sur le canton de Sainte-Foy-la-Grande de 1870 à 1986, thèse (sociologie), université Bordeaux 2, 1988.

115 James C. Deming, « Social Change, Religious Renewal and the Transformations of Protestant Politics in the Department of the Gard, 1830-1852 », French Historical Studies, t. 18, n° 3, 1994, p. 700-721 ; Religion and identity in Modern France : the modernization of the Protestant community in Languedoc, 1815-1848, Lanham, University Press of America, 1999, xxi-237 p.

116 Yolande Fourchard-Gounelle, Religion et politique en France : le Gard (1881- 1914). Clivages idéologiques et conflits sociaux, thèse, université de Montpellier 3, 1997.

117 Jean-Paul Augier, Protestantisme, républicanisme, laïcité chez les protestants réformés de la Drôme du début de lAffaire Dreyfus à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, thèse, EPHE, 2009.

118 Hélène Lanusse-Cazalé, Protestants et protestantisme dans le Sud aquitain (1802- 1905). Espaces, réseaux et pouvoirs, thèse, université de Pau, 2012.

119 Jean-Yves Carluer, Les Protestants bretons XVIe-XXe siècles, thèse, université Rennes 2, 1992.

120 Madeleine Souche, « Le Drapeau de lÉvangile ». Lévangélisation protestante dans le Midi de la France, évangélisation et réveil (1870-1914), thèse, université de Toulouse 2, 2009.

121 Daniel Robert, « L’utilisation des archives protestantes (période contemporaine) », Revue dhistoire moderne et contemporaine, t. 11, n° 4, 1964, p. 299 et 301.

122 Patrick Harismendy, « Église, temple et paroisse dans l’espace réformé », Annales de Bretagne et des Pays de lOuest, t. 110, n° 4, 2003, p. 142.

123 Edmond Hugues, éd., Synodes du Désert, Paris, Fischbacher, 1885-1886.

124 Voir l’interprétation proposée, à travers le cas aunisien et saintongeais, par Nicolas Champ, Religion et Territoire…, op. cit., t. 1, p. 162-208.

125 Patrick Harismendy, Le Parlement des Huguenots. Organisations et synodes réformés français au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2005, p. 353-361.

126 Jean-Luc Piveteau, « L’Ancien Testament a-t-il contribué à la territorialisation de la Suisse ? », Social Compass, t. 40, 1993, n° 2, p. 159-177.

127 Patrick Cabanel, « Qu’est-ce qu’un paysage protestant ? », dans Patrick Cabanel et al., éd., Montagnes, Méditerranée, mémoire. Mélanges offerts à Philippe Joutard, Aix-Grenoble, Publications de l’Université de Provence-Musée dauphinois, 2002, p. 89-102 ; « Qu’est-ce qu’une ville protestante ? L’exemple des “Genèves” du Midi », dans Bruno Dumons, Bernard Hours, dir., Ville et religion en Europe du XVIe au XXe siècle. La cité réenchantée, Grenoble, PUG, 2010, p. 377-387.

128 Pierre-Yves Kirschleger, « Les lieux de mémoire protestants », dans François Ars, Bruno Béthouart, dir., Christianisme et lieux de mémoire, Les Cahiers du Littoral 2, n° 6, 2008, p. 81-98 ; Patrick Cabanel, « Impensable pèlerinage protestant ? L’Assemblée annuelle du Musée du Désert », Archives de sciences sociales des religions, n° 155, 2011, p. 148-164 ; Patrick Cabanel, Marianne Carbonnier-Burkard, dir., « Les musées du protestantisme », Bulletin de la Société de lhistoire du protestantisme français, t. 157, n° 4, 2011, p. 467-631.

129 Philippe Chareyre, « Osse-en-Aspe. L’illusion d’une Cévenne pyrénéenne », dans Serge Brunet, Nicole Lemaître, dir., Clergés, communautés et familles des montagnes dEurope, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 381-395.

130 Sébastien Fath, « Protestantisme français et territoire », Pouvoirs locaux, 2006, n° 68, p. 66-70.

131 André Encrevé, « Traits généraux de l’implantation des lieux de culte protestants à Paris et dans sa banlieue (1802-1960) », Cahiers danthropologie religieuse, n° 2, 1993, p. 37-68 ; « Sur l’implantation du protestantisme en banlieue parisienne à l’époque contemporaine », dans Philippe Boutry, André Encrevé, dir., op. cit., p. 37-62.

132 Voir, en dernier lieu, Frédéric Dejean, Les Dimensions spatiales et sociales des Églises évangéliques et pentecôtistes en banlieue parisienne et sur lîle de Montréal, thèse (géographie), université Paris 10 et université du Québec, 2010.

133 Dominique Jarrassé, Une histoire des synagogues françaises : entre Occident et Orient, Arles, Actes Sud, 1997, 410 p.

134 Nicolas Champ, « Une construction réformée atypique ? Variations autour du temple de Saint-Sulpice-de-Royan », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, t. XXXIII, 2007, p. 97- 143 ; Hélène Lanusse-Cazalé, « Autour de la reconstruction des temples : l’identité territoriale de la minorité réformée au XIXe siècle. L’exemple du Sud aquitain », Annales du Midi, t. 123, n° 275, 2011, p. 369-389.

135 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997, p. 228.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search