Version classiqueVersion mobile

Les « Matériaux Boulard » trente ans après. Des chiffres et des cartes...

 | 
Christian Sorrel

Le chanoine Boulard, un inconnu célèbre

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 François-André Isambert, « In memoriam : Fernand Boulard (1898-1977) », Archives de scienc (...)
  • 2 Le Centre national des Archives de l’Église de France [CNAEF] conserve la majorité des pap (...)

1« Carte Boulard », « Matériaux Boulard »… Celui que l’on désigne habituellement sous son titre de chanoine honoraire, le seul qu’il ait jamais reçu, est identifié à quelques entreprises qui assurent sa notoriété, du moins auprès des spécialistes. Sinon, Fernand Boulard (1898-1977) est un inconnu et les notices biographiques qui lui ont été consacrées sont sommaires sur sa carrière ecclésiastique1. Or, il est indispensable de découvrir le prêtre pour comprendre ses écrits, conçus dans une optique d’abord pastorale. S’il est prématuré d’envisager une synthèse, qui supposerait d’amples recherches, la consultation des papiers Boulard et des documents du Secrétariat général de l’épiscopat français2 permet du moins de dessiner quelques lignes de force du parcours de celui qui écrivait dans son testament :

  • 3 CNAEF, 7 CE 108, copie du testament du chanoine Boulard, 15 septembre 1966.

Je veux surtout rendre grâces pour l’extraordinaire élargissement que le Seigneur a donné à ma vie apostolique. Je n’ai jamais eu qu’un choix personnel dans ma vie sacerdotale, celui de devenir curé de campagne […]. Pour tout le reste, qui me confond encore, je n’ai fait que répondre aux appels, n’ayant jamais rien cherché. Grâces soient rendues à Celui qui a voulu se servir de moi au-delà de toute prévision3.

De la paroisse rurale à la sociologie pastorale

  • 4 Évangélisation 1947. Congrès de Bordeaux, Paris, Union des œuvres catholiques de France, 1 (...)
  • 5 Son frère Gabriel (1896-1966) est ordonné prêtre le même jour que lui ; tous deux avaient (...)
  • 6 Archives historiques du diocèse de Versailles [AHDV], fiche biographique ; CNAEF, 14 pp 29 (...)

2« M. le chanoine Boulard est un citadin devenu rural, moi je suis un rural devenu citadin », faisait remarquer Georges Michonneau en 19474. Fernand Boulard est né à Paris le 28 décembre 1898. Ordonné prêtre pour le diocèse de Paris le 23 décembre 1922 après des études au séminaire de Saint-Sulpice et à l’Université de Fribourg5, il est d’abord vicaire coopérateur dans la banlieue. En juillet 1926, il passe dans le diocèse de Versailles, pour raison de santé, et est nommé curé d’Ablis, une paroisse rurale d’un millier d’habitants où il reste jusqu’en septembre 1930. Après trois années comme directeur spirituel au grand séminaire des vocations tardives de Montmagny, il retrouve en juillet 1933 une cure, dans la modeste commune de Saint-Sulpice-de-Favières, à laquelle il ajoute en août 1937 l’aumônerie diocésaine des mouvements ruraux. Il quitte sa paroisse en septembre 1940 avec le titre d’aumônier diocésain des Œuvres rurales et, en juin 1942, il devient aumônier national adjoint de la Jeunesse agricole catholique (JAC), fonction qu’il occupe jusqu’en 19556.

Fernand Boulard peu après son ordination sacerdotale (coll. AHAP).

Fernand Boulard peu après son ordination sacerdotale (coll. AHAP).
  • 7 LArt dêtre curé de campagne, Paris, Imp. centrale de Paris, 1941, 24 p. (coll. Semailles (...)
  • 8 Paysannerie et humanisme. Essai dun manuel de culture paysanne, sl, SEDAP imp., 1945, 453 (...)
  • 9 Problèmes missionnaires de la France rurale, 2 vol., Paris, Cerf, 1945, 192 et 308 p. Boul (...)

3C’est dans ce contexte qu’il commence à se faire connaître en diffusant en 1941 une mince brochure intitulée LArt dêtre curé de campagne, où il anticipe les fameuses zones A, B et C en adressant des conseils à ses confrères des « paroisses qui ne sont plus guère chrétiennes », sans considérer « le cas de la paroisse complètement pratiquante » ni celui de la « commune païenne7 ». En 1943, il prend la direction des Cahiers du clergé rural, un organe destiné en particulier aux aumôniers jacistes, mais visant un public plus large de desservants, et, en 1945, il édite un manuel « de culture paysanne » pour les dirigeants des sections jacistes, Paysannerie et humanisme8. Mais c’est avec les deux volumes des Problèmes missionnaires de la France rurale9, publiés au printemps 1945, qu’il atteint la notoriété, à l’heure où le thème de la mission s’impose dans l’Église de France.

  • 10 Henri Godin, Yvan Daniel, La France, pays de mission ?, Lyon, Éd. de l’Abeille, 1943, 215  (...)
  • 11 Gabriel Le Bras, « Pour un examen détaillé et pour une explication historique de l’état du (...)
  • 12 Témoignage cité par Pierre Toulat, Ange Bougeard, Joseph Templier, Les Chrétiens dans le m (...)
  • 13 Problèmes…, op. cit., t. 2, p. 111-118.

4En rédigeant cet ouvrage avec l’aide de deux aumôniers de la JACF, les Pères Achard et Émerard, Fernand Boulard entend donner un pendant rural au rapport retentissant des abbés Godin et Daniel sur la situation religieuse de la banlieue ouvrière, tandis que Georges Michonneau s’interroge sur la « paroisse missionnaire » urbaine10. C’est d’ailleurs à la demande de Godin, qui lui avait communiqué son manuscrit avant de le remettre au cardinal Suhard, archevêque de Paris, qu’il se lance dans ce projet qui ne saurait se limiter à un « témoignage personnel », comme le livre de référence, en raison de la diversité de la France rurale. Il envoie un questionnaire détaillé à cent vingt curés de « régions-types » et obtient une soixantaine de réponses. Dans le même temps, préoccupé par les polémiques suscitées par les chiffres de Godin et Daniel, il sollicite Gabriel Le Bras dont il connaît l’ambition statistique exposée dès 1931 dans la Revue dhistoire de lÉglise de France11 et qu’il avait rencontré une seule fois auparavant, à Saint-Sulpice-de-Favières : l’universitaire, qui a travaillé bien seul jusque-là, lui ouvre ses dossiers et lui promet son soutien en cas d’attaque12. Boulard peut ainsi décrire la situation du monde rural, en ne se limitant pas à la « pratique religieuse », mais en prenant en compte la « morale naturelle » et « l’esprit chrétien », pour préciser l’identité des trois zones entrevues dès 1941. Il en évalue ensuite les causes externes et internes, en insistant sur le « manque d’évangélisation », et formule enfin « quelques suggestions pour une action missionnaire », « appoint » nécessaire, mais appoint seulement dans la mesure où la France rurale dans son ensemble ne constitue pas un « pays de mission », malgré les « signes inquiétants de déchristianisation ». « La paroisse et le pasteur » doivent y demeurer « au premier plan », tout en se pénétrant « d’esprit missionnaire », grâce à des « prêtres spécialisés » et au « laïcat d’action catholique », pour faire advenir « une communauté de vrais chrétiens13 ».

  • 14 Cahiers du clergé rural, n° 74, novembre-décembre 1945, p. 35-39.
  • 15 Ibid., n° 75, janvier-février 1946, p. 40-43.
  • 16 Ibid., n° 94, janvier 1948, p. 1-2.

5L’écho du livre est immédiat dans une France encore largement rurale dont la guerre a démontré le rôle capital et les restrictions de papier ne permettent pas de satisfaire la demande du clergé, encouragée par nombre d’évêques qui le font lire pendant les retraites ecclésiastiques. Le deuxième tirage (6500 exemplaires en septembre 1945) est très insuffisant au regard des 16 000 commandes parvenues aux bureaux de la JAC ou chez l’éditeur et un tour prioritaire est accordé pour le troisième tirage aux doyennés qui n’ont encore aucun volume à leur disposition14. Dès l’été 1945, les Cahiers du clergé rural ouvrent une chronique consacrée au livre en publiant des lettres, en apportant des précisions sur la situation des diocèses et en reprenant le débat sur la distinction entre les méthodes missionnaires et les méthodes pastorales pénétrées d’esprit apostolique15. De conjoncturelle, celle-ci devient permanente à la fin de 1946, sous le titre « Notre route », et les contributions de Boulard autour des thèmes traités dans les deux volumes se multiplient dans la revue, invitée à mener le « combat missionnaire » et à « préparer le clergé qui donnera à l’Église dans le monde rural l’Action catholique qui le sauvera ». « Impossible de faire lever une Action catholique authentique sur le terrain d’une action pastorale routinière et non repensée », conclut le chanoine qui plaide pour une « action convergente de tout le clergé16 ».

  • 17 « Le curé en face du problème de l’évangélisation », dans Évangélisation 1947…, op. cit., (...)
  • 18 Cahiers du clergé rural, n° 92, novembre 1947, p. 403-414.
  • 19 Ibid., 1er janvier 1952.
  • 20 Essor ou déclin du clergé français ?, Paris, Cerf, 1950, 480 p.
  • 21 Premiers itinéraires en sociologie religieuse, Paris, Éd. ouvrières, 1954, 157 p.

6Au cours de ces années, inégalement documentées pour l’heure, Boulard poursuit sa mission d’aumônier national qui favorise ses contacts avec les diocèses. En 1947, il intervient au congrès de l’Union des œuvres de Bordeaux, consacré à l’évangélisation17. En 1949, il collabore à l’édition d’un Missel biblique des dimanches. Mais il ne perd pas de vue la collecte des données de la pratique religieuse, en lien avec Gabriel Le Bras, dont le projet élaboré quinze ans plus tôt progresse ainsi de façon décisive. Fin 1947, fort de son statut de prêtre, de ses relais locaux et des nouvelles préoccupations de l’Église de France, il publie la première version de la « Carte religieuse de la France rurale », fondée sur les acquis antérieurs et sur de nouveaux questionnaires diffusés à partir de l’été 194518. Début 1952, il procure une seconde version, affinée19. Entre-temps, en 1950, il se penche plus particulièrement sur le clergé, son interlocuteur prioritaire, dont il n’a cessé d’affirmer la part de responsabilité dans le bilan religieux, positif ou négatif20. Enfin, en 1954, il propose une synthèse des enquêtes en commentant la carte de 195221.

  • 22 Paul Virton, Enquêtes de sociologie paroissiale, Paris, Éd. Spes, 1953, 156 p.
  • 23 Études de sociologie religieuse, 2 vol., Paris, PUF, 1955, xx-820 p.
  • 24 « La sociologie dans ses incidences pastorales en France », Note du Secrétariat pastoral d (...)
  • 25 Émile Poulat, « Aux origines du “Groupe de sociologie des religions” et de ses Archives », (...)

7Cette démarche ouvre la voie22 et, en quelques années, la sociologie religieuse connaît un essor remarquable dont le doyen Le Bras établit le premier bilan en 195523. Le milieu de la décennie constitue un moment de cristallisation avec les initiatives de l’Action populaire, d’Économie et Humanisme, de la Mission de France, du Centre pastoral des missions à l’intérieur (CPMI), fondé en 1951, des Instituts catholiques (Paris, Lyon) et des bureaux diocésains (Lille), créés dans la dynamique des enquêtes de pratique qui se multiplient. En 1954, un comité national destiné à relayer les travaux de la Conférence internationale de sociologie religieuse (CISR), née en 1948, est fondé sous la présidence de Gabriel Le Bras, avec comme vice-présidents le chanoine Boulard et le Père Lebret, dont les conceptions divergent, en particulier sur la finalité pastorale. Il prend le nom de Centre catholique de sociologie puis, en 1956, de Centre catholique de sociologie religieuse (CCSR) après la désignation d’un membre de la Commission épiscopale de pastorale et liturgie pour la représenter auprès de lui. Conçu comme un instrument de coordination, de formation et de recherche, il se limite en fait à une « table ronde entre universitaires et pasteurs24 ». Dans le même temps émerge le Groupe de sociologie des religions (GSR), formé en 1954 dans le cadre de la VIe section de l’École pratique des hautes études sous les auspices de Gabriel Le Bras, mais sans sa tutelle, avec pour principe directeur le « refus du contrôle théologique » sur les opérations scientifiques25.

  • 26 Premiers itinéraires…, op. cit., p. 7-10.
  • 27 Ibid., p. 82-91.

8La question est d’importance à l’heure où l’essor de la sociologie pastorale suscite des réserves dans une partie de l’Église catholique, qui redoute la réduction de la foi à des déterminismes sociogéographiques, en dépit de l’encouragement prudent donné par Pie XII en janvier 1953 devant les cardinaux français. Et ce n’est pas un hasard si le catholique Le Bras, dans sa préface aux Premiers Itinéraires, exclut de son champ d’exploration les « mystères chrétiens […], dictée de Dieu à l’homme qui se borne à traduire en son langage », et réserve à la seule hiérarchie l’évaluation des propositions pastorales de Boulard26. Il apporte ainsi une caution scientifique au chanoine qui s’emploie à définir la sociologie comme une « science auxiliaire de la pastorale » : elle ne nie pas « l’action toute-puissante de la grâce divine », mais procure une meilleure « connaissance des milieux humains et des influences qu’ils exercent sur le comportement des individus », sans exclure les responsabilités majeures du clergé et des fidèles eux-mêmes27.

Église de France et pastorale d’ensemble

  • 28 CNAEF, 7 CE 108, note de Mgr Villot, secrétaire général de l’épiscopat français, après une (...)
  • 29 Ibid., note adressée à Mgr Villot, 22 février 1955. La « zone humaine » est l’objet de l’a (...)

9C’est dans ce contexte que de nouvelles tâches se dessinent pour Fernand Boulard, qui décide fin 1954 de quitter l’aumônerie de la JAC un an plus tard28. Il imagine la création d’un « centre de pastorale communautaire (ou quelque nom semblable), centre d’étude en vue de l’action, analogue au Centre de pastorale liturgique », qui serait rattaché au Secrétariat général de l’épiscopat et dont il pourrait prendre la tête. Il « aurait pour mission d’étudier la pastorale des ensembles et d’en chercher les moyens de réalisation actuels » avec « quelques hommes qui puissent, à l’appel des évêques, aider l’administration diocésaine et le clergé à réfléchir (à partir d’une enquête adaptée) au dispositif efficace de pastoration pour un diocèse donné ». Ses observations l’ont en effet convaincu que la tâche d’évangélisation dépasse « les possibilités des paroisses, et même des doyennés », tandis que le diocèse est « trop divers en ses parties composantes et trop éloigné des problèmes immédiats de la vie quotidienne » pour être « une base de départ ». La conclusion s’impose : « C’est au niveau de la ville (de moyenne importance) ou de la zone humaine que l’Église commence à se trouver efficacement en face des problèmes précis et complexes de la vie sociale à christianiser », ce qui exige une révision des structures en vue d’« une présence coordonnée » entre les prêtres puis avec les laïcs29.

  • 30 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 20 octobre 1954.
  • 31 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 22 octobre 1954.
  • 32 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 28 octobre 1954.
  • 33 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 21 janvier 1955.
  • 34 Ibid., lettre de Mgr Villot au chanoine Boulard, 27 janvier 1955.

10Fin 1954, Boulard soumet son plan à quelques évêques qui ne manquent pas de souligner les difficultés. Mgr de Bazelaire (Chambéry) redoute que « l’épiscopat dans son ensemble ne soit pas suffisamment alerté sur ces problèmes » et s’interroge sur le mode de création de l’organisme envisagé, dont il propose le rattachement initial à l’Action populaire ou aux Secrétariats sociaux, dans la mesure où l’Assemblée des cardinaux et archevêques (ACA) n’est « qu’un organe de consultation30 ». De son côté, le coadjuteur de Toulouse, Mgr Garrone, juge insuffisante la place faite au CPMI dans « le déclenchement de l’élan diocésain et la mise en mouvement des pièces grippées » et insiste sur la précarité de l’organisation nationale de l’épiscopat, aux « organes en nombre insuffisant et incoordonnés ». En conséquence, il invite son interlocuteur à « commencer modestement, conquérir peu à peu des droits, consentir d’avance aux épreuves et aux sacrifices31 ». Quant à Mgr Puech (Carcassonne), il craint que le cardinal Feltin « n’attache pas suffisamment d’importance » au projet et donne une « réponse évasive32 », ce qui est le cas : « [Vos pages] posent un problème grave pour l’Église de France qui devra sans tarder s’en préoccuper », se contente de dire l’archevêque de Paris33. Il n’est donc pas surprenant que la Commission permanente de l’ACA ne prenne aucune décision en janvier 1955, tout en exprimant sa gratitude au chanoine Boulard qu’elle oriente vers l’enseignement dans le cadre de l’Institut catéchétique de l’Institut catholique de Paris : « Il lui semble qu’il y aurait là pour vous […] une possibilité de travail fécond et d’influence sur des prêtres ou des laïcs qui assumeront ensuite d’importantes responsabilités dans le domaine de la pastorale », explique le secrétaire général de l’épiscopat, Mgr Villot34.

  • 35 Le chanoine Boulard quitte alors sa résidence de Sèvres pour s’installer au presbytère de (...)
  • 36 Fernand Boulard, « La présence de l’Église à la vie sociale », Note du Secrétariat général (...)
  • 37 Ibid., lettre du chanoine Boulard à Mgr Villot, 18 octobre 1955, et circulaire aux évêques (...)
  • 38 CNAEF, 14 pp 279, « Cadrage historique du “Groupe de recherche sur la pastorale diocésaine (...)

11Cette nouvelle mission, effective à l’automne 195535, n’empêche pas la poursuite du dessein initial avec l’appui prudent de Mgr Villot, qui diffuse dès avril 1955 une note de Boulard sur la pastorale d’ensemble36, et le concours d’évêques désireux d’infléchir les choix de l’Église de France. L’expérience de la pastorale d’ensemble a débuté en fait en juin 1954 à Carcassonne et une dizaine de diocèses entrent dans le mouvement en 1955 à la suite de sessions animées par le chanoine (Bayonne, Bourges, Saint-Flour, Tulle, Coutances, Séez, Saint-Brieuc, Versailles, Viviers37). Ce succès incite Boulard à organiser une première rencontre de travail avec les évêques et les vicaires généraux impliqués « à la faveur du paravent » qu’offre le congrès de l’Union des Œuvres, réuni à Versailles en avril 1956 sur le thème « Pastorale, œuvre commune ». La seconde se déroule à Saint-Brieuc en juillet 1957 et voit la naissance d’une modeste équipe de théologiens qui s’étoffe un peu en juin 1958, lors de la troisième rencontre à Brive : le Groupe de recherche de pastorale d’ensemble (GRPE) prend forme officieusement38.

  • 39 CNAEF, 7 CE 108, lettre du chanoine Boulard à Mgr Villot, 5 septembre 1956.
  • 40 « La présence de l’Église à la vie sociale (2e note) », Note du Secrétariat général de l’é (...)
  • 41 CNAEF, 7 CE 108, lettre au chanoine Boulard, 11 octobre 1956.
  • 42 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 13 novembre 1956.

12La naissance d’une structure officielle, qui rendrait possible un secrétariat et un budget pour faire face aux demandes croissantes des diocèses, prises en charge surtout par Fernand Boulard et Jean Labbens, responsable de l’Institut de sociologie de Lyon39, continue en effet à se heurter à des obstacles. L’ACA reste réticente, même pour un modeste bureau d’études plutôt qu’une équipe, malgré le soutien de Mgr Villot qui demande à Boulard un bilan de la pastorale d’ensemble en novembre 195640, tout en refusant d’ouvrir le débat sur la restructuration des petites paroisses comme il le proposait41 : « [L’ACA] a estimé […] qu’elle n’avait pas à engager directement son autorité dans ce domaine, mais elle s’est montrée intéressée par ma communication [sur le bureau d’études] et disposée à encourager les efforts qui tendent à une meilleure utilisation des ressources offertes par la sociologie religieuse », explique le secrétaire général de l’épiscopat42.

  • 43 Ibid., lettre de Mgr Villot au chanoine Boulard, 4 décembre 1956.
  • 44 Ibid., lettre à Mgr [Villot], 22 août 1956.
  • 45 CNAEF, 14 pp 277, lettre au chanoine Boulard, 18 novembre 1957.

13Cette réserve tient peut-être pour partie aux initiatives du jésuite Henri Bernard-Maître qui crée au même moment à l’Institut catholique de Paris un Institut d’ethnologie et de sociologie religieuses et semble proposer ses services aux évêques43 : « Il est vrai qu’aucun homme ne s’impose et n’est même pleinement adéquat à cette tâche. Une équipe – si elle pouvait être loyale et indépendante des influences de congrégations religieuses, n’ayant de comptes à rendre qu’aux évêques – serait, plus qu’un homme seul, complète et efficace », commente Boulard44. La prudence de l’épiscopat tient sans doute aussi aux interrogations romaines dont le chanoine est informé fin 1957 par Mgr Audrain (Auch). Celui-ci avait été alerté lors de sa visite ad limina par Pierre Veuillot, en poste à la section française de la Secrétairerie d’État, qui lui confie « que l’on suivait de très près à Rome tout ce qui concernait la sociologie religieuse, avec bienveillance, mais aussi avec une certaine appréhension » : « On n’a pas dit que l’on avait relevé quoi que ce soit de précis, mais on a l’œil ouvert45. »

  • 46 Ibid., lettre à Mgr Guyot, évêque de Coutances, 15 septembre 1957.
  • 47 Ibid., lettre au Père Paul Philippe, 20 janvier 1958.
  • 48 Ibid., lettre à Mgr Ferretto, 4 mars 1958.

14Boulard, qui avait rencontré dès 1955 des responsables de la Congrégation consistoriale, n’est pas surpris : « Rome est-elle toujours d’accord en ce moment où, mieux qu’au début, nous voyons jusqu’où mène la logique interne des expériences commencées ? », se demande-t-il en écho à la crise du catéchisme46. Il organise aussitôt, avec l’aide de Veuillot et en lien avec le Père Motte (CPMI), un voyage romain en février 1958. Au Père Philippe, commissaire du Saint-Office, il propose de « contrôler la valeur théologique » des solutions qui « paraissent satisfaisantes du point de vue sociologique47 ». Devant Mgr Ferretto, assesseur de la Congrégation consistoriale, il défend la liberté de « recherche » des évêques pour prévenir toute institutionnalisation restrictive du nouveau dispositif pastoral48. Il est enfin reçu par Mgr Dell’Acqua, substitut de la Secrétairerie d’État, qui sollicite une note pour le pape.

  • 49 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 9 mars 1958.

15Boulard prépare le document avec l’aide de Veuillot qui lui conseille de « multiplier les brefs sous-titres et les phrases soulignées » et de bien rappeler que « l’action pastorale d’ensemble ne dispensera évidemment jamais des efforts traditionnels du ministère pour appliquer aux individus les ressources nécessaires de la grâce49 ». Il l’envoie le 18 mars 1958 et adresse en même temps une copie à Mgr Samore, secrétaire de la Congrégation pour les Affaires ecclésiastiques extraordinaires, toujours sur la suggestion de Veuillot :

  • 50 Ibid., note envoyée à Mgr Dell’Acqua.

Il ne s’agit pas de déterminisme au sens absolu du terme. On est en mesure de le démontrer, puisque, dans tous les milieux, un pourcentage de pratiquants, si faible soit-il, prouve la liberté de l’homme. Il s’agit d’influences collectives, si réelles et efficaces qu’elles nivellent les moyennes de pratique religieuse, influences qui réclament une action pastorale […] coordonnée sur de vastes zones […], une action ayant la préoccupation spécifique des grands milieux sociaux50.

  • 51 Ibid., lettre de Mgr Dell’Acqua au chanoine Boulard, 24 avril 1958. Une lettre publique de (...)

Le 25 avril 1958, Mgr Dell’Acqua informe Boulard de la réaction de Pie XII : « Sa Sainteté a apprécié la précision et la prudence de votre analyse et Elle s’est réjouie des conclusions réconfortantes que vous croyez pouvoir déjà en tirer pour l’avenir51. »

16Une crise hypothétique est ainsi désamorcée et l’ACA peut aller de l’avant. Elle y est poussée en fait par les évêques engagés dans les expériences – seize en 1958, vingt-quatre en 1959 –, comme Mgr Guyot (Coutances) l’explique à Boulard après une réunion à Bayonne :

  • 52 CNAEF, 7 CE 108, lettre au chanoine Boulard, sans date [été 1958].

La crainte a alors été exprimée que, dans l’état actuel des choses, notre travail de pastorale d’ensemble, se structurant sur un plan national, n’apparaisse à nos collègues comme se situant en marge de l’organisation de l’Église de France […]. Aussi les évêques présents ont-ils demandé que l’ACA soit informée du travail en cours par Mgr l’archevêque de Bourges, afin que tout se fasse en accord avec elle52.

  • 53 Ibid., lettre de Mgr Villot au chanoine Boulard, 12 décembre 1958 ; circulaire du GRPE, 23 (...)
  • 54 La dénomination fluctue (Secrétariat d’information pour une pastorale diocésaine, Secrétar (...)
  • 55 CNAEF, 14 pp 279, « Cadrage historique… » (note de Fernand Boulard, 16 novembre 1973).
  • 56 Assemblée plénière de lépiscopat français. Institut catholique de Paris 25, 26 et 27 avri (...)
  • 57 Jacques Sutter, « Analyse organigrammatique de l’Église de France », Archives de sociologi (...)

De fait, l’assemblée de l’automne 1958 charge Mgr Brault (Saint-Dié) de suivre le GRPE au nom de la Commission épiscopale de pastorale et liturgie et de préparer son officialisation53. Celle-ci est effective lors de la rencontre du 26 novembre 1959 à Montmartre, en présence de vingt-six évêques. Elle décide une régionalisation des activités, compte tenu des progrès attendus, et prépare la transformation du GRPE en Secrétariat interdiocésain d’information pour une pastorale d’ensemble (SIPE54), structure privée reconnue par l’ACA à laquelle les diocèses se rattachent librement55. Cette dernière donne son approbation en mars 1960, à la veille de la quatrième assemblée plénière de l’épiscopat, qui confirme l’option missionnaire de l’Église de France et souligne la portée de « l’unanimité et de l’unité pastorales56 ». Elle prévoit dans le même temps la création de régions apostoliques et la mise en place de nouveaux organismes centraux, notamment un Secrétariat pastoral, confié au chanoine Etchegaray, déjà associé au GRPE, qui devient dès lors le principal interlocuteur et le soutien fidèle du chanoine Boulard, secrétaire du SIPE57.

  • 58 CNAEF, 14 pp 291, lettre à l’abbé Geck, 26 janvier 1961 ; 7 CE 108, circulaire du SIPE, 5  (...)
  • 59 CNAEF, 14 pp 279, « Cadrage historique… » (note de Fernand Boulard, 16 novembre 1973) et « (...)
  • 60 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 12 février 1964.
  • 61 Ibid., lettre à Mgr Etchegaray, 7 avril 1964.

17Dès 1962, quarante-cinq diocèses sont associés au SIPE, sans avoir tous amorcé la pastorale d’ensemble, quand d’autres avancent seuls comme Rennes ou Chambéry58. Aux rencontres régionales, dont le travail progresse dans un cadre vite ajusté aux régions apostoliques, s’ajoutent deux fois par an des rencontres nationales, les « Montmartre », chargées de réviser les structures et de réfléchir aux questions de fond59. Parallèlement, Boulard parcourt la France pour aider les diocèses. En 1964 par exemple, il se réjouit de la « collaboration franche » de Mgr Dubois, archevêque de Besançon, qui « intervient peu » cependant à Montbéliard où il découvre des « résistances sourdes » à ses propositions et pointe du doigt des « attitudes ouvriéristes durcies », qu’il semble lier aux récollections du Père Féret60. La même année, à Soissons, où il redoutait « le manque d’homogénéité à la tête », il salue l’attitude de Mgr Bannwarth, qui avance « patiemment et intelligemment61 ». Ces tâches ne représentent toutefois plus qu’une partie des activités du prêtre dont l’expertise est désormais largement reconnue au-delà des frontières.

Le temps de l’expertise internationale

  • 62 Voir l’annexe 1.
  • 63 CNAEF, 14 pp 291, lettre au chanoine Boulard, 15 janvier 1952.
  • 64 Ibid., correspondance Boulard-Bissonnette, 28 avril-6 juin 1963.

18Dès la fin des années 1940, les publications du chanoine Boulard commencent à être traduites ou adaptées en Espagne et en Italie, puis dans les pays anglo-saxons62. Très tôt aussi, il est sollicité par des chercheurs. En 1952, un élève de l’Athénée du Latran, Mario Fornassari, le consulte en vue d’une étude sur les séminaires italiens après la lecture de son livre sur le clergé qui circule parmi les étudiants et les professeurs63. En 1963, il dissuade le Québécois Jean-Guy Bissonnette de préparer une thèse sur la pastorale d’ensemble en France, au nom du SIPE qui redoute les jugements portés sur « une expérience in vivo », dont chaque évêque concerné est « propriétaire », avec le « risque de diviser l’opinion face à des points mouvants et de jeter le trouble chez ceux qui sont au travail pastoral64 ».

  • 65 Revue française de sociologie, 1-2, 1960, p. 222-223.
  • 66 « La sociologie dans ses incidences… » ; CNAEF, 7 CE 108, lettre de Mgr Etchegaray, 17 aoû (...)
  • 67 AHAP, 4 A1 24, « Le Centrum orientationis et cooperationis pastoralis » (note du chanoine (...)
  • 68 Sa communication est aussitôt publiée en France avant d’être reprise dans les actes du col (...)
  • 69 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 19 juillet 1963.

19Dans le même temps, il est en contact avec des centres de recherche étrangers (Louvain, Turin) et participe aux travaux de la CISR, mais il est absent, comme le doyen Le Bras, de la session de Milan en 1959 qui accentue l’orientation vers une conceptualisation greffée sur la sociologie générale et un désengagement pastoral65. Il contribue en revanche à maintenir le dialogue entre pasteurs et spécialistes de diverses sciences dans son antenne française, la CCSR, toujours présidée par Le Bras, avec l’aide de Mgr Etchegaray, favorable à un « soutien plus efficace » des évêques66. En 1961, enfin, il est associé comme Mgr Etchegaray à la mise en place du Centre d’orientation et de coopération pastorales, issu d’une initiative milanaise de 1953 et rattaché à la Congrégation du Concile par son promoteur, Mgr Ceriani, qui veut occuper le terrain dans le contexte conciliaire. Mais il le fait à regrets en raison de la dépendance à l’égard de la curie romaine, de la prépondérance italienne, de la tendance à promouvoir des initiatives précipitées et de la crainte de voir la pastorale d’ensemble réduite à une spécialisation parmi d’autres67. Il participe néanmoins en octobre 1961 au premier congrès international de théologie pastorale à Fribourg, où il présente ses convictions68, puis au symposium d’avril 1963, convoqué dans la même ville, qu’il juge inefficace, en dépit des rencontres qui confortent ses contacts internationaux69.

  • 70 CNAEF, 14 pp 327, circulaires du chanoine Boulard aux religieuses contemplatives, 1955-197 (...)
  • 71 En 1964, il évalue ainsi son voyage : « Au Chili, très bon travail “au sommet” : le cardin (...)

20Depuis le milieu de la décennie 1950, Boulard est en effet appelé à œuvrer dans de nombreux pays70. En Europe, il intervient dans les diocèses francophones suisses (Fribourg, Bâle et Sion, 1959), en Italie (Trévise, 1962 et 1963) et en Espagne. En Afrique et au Proche-Orient, il travaille à Dakar (1960), au Liban et en Syrie (1965). En Amérique du Nord, il donne des cours à l’Institut pastoral d’Ottawa et à l’Université de Québec (1959). Mais c’est surtout l’Amérique latine qui fait appel à lui, à l’initiative des évêques, pour animer des sessions de formation. Il s’y rend pour la première fois en 1958, en Colombie, avec le Père Motte, pour assister au congrès national de pastorale. Il y retourne ensuite chaque année pour des tournées de deux à trois mois au Chili, au Pérou, en Uruguay, en Équateur, en Argentine, au Vénézuéla, au Costa Rica ou au Mexique. Il parcourt ainsi des centaines de kilomètres et exerce apparemment une réelle influence71.

  • 72 Massimo Faggioli, Il vescovo e il Concilio. Modello episcopale e aggiornamento al Vaticano (...)
  • 73 AHAP, 4 A1 24, mémoires adressés au secrétaire de la commission Gawlina, 5 octobre 1962.
  • 74 AHAP, 1 D 16 23, lettre à Mgr Veuillot, 23 janvier 1961.
  • 75 AHAP, 4 A1 24, lettre à Mgr Bertoli, nonce apostolique en France, 16 janvier 1961 ; « Note (...)
  • 76 Ibid., lettre à Mgr Gawlina, 11 juillet 1961.

21L’audience accrue du chanoine Boulard n’est pas sans lien avec son rôle durant le Concile Vatican II, rôle officiel dès la phase préparatoire puis au long des quatre sessions, rôle d’animation en dehors de l’aula et des commissions. Il est nommé en effet en septembre 1960 expert (peritus) de la commission préparatoire des évêques et du gouvernement des diocèses. Il s’y révèle très actif, en lien avec trois des quatre membres français, Mgr Guerry (Cambrai), Mgr Villot, désormais coadjuteur de Lyon, et surtout Mgr Veuillot, promu à la même fonction à Paris72. Dès les premières semaines, il se préoccupe de la méthode de travail, pour prévenir la mise à l’écart des non-Romains, et des thèmes abordés, qui lui semblent restrictifs73. À l’issue de la réunion plénière de novembre 1960, il propose la création de sous-commissions pour faciliter la réflexion lors des rencontres suivantes74. Et après une entrevue avec Mgr Veuillot, Mgr Guerry et Mgr Suenens, auxiliaire de Malines, il soulève la question de la langue des débats pour déplorer l’usage du latin, incapable de « serrer la complexité du monde réel » et ramenant « la pensée – par le poids propre d’une langue morte – vers les formes du passé75 ». Enfin, en juillet 1961, il proteste contre l’annulation de la convocation de la commission par son président, le cardinal Marella, ce qui apparaît comme une manœuvre curiale76.

  • 77 AHAP, 4 A1 24, « Praecipuae de animarum cura quaestiones », 15 novembre 1960. On trouve au (...)
  • 78 Ibid., lettre de Mgr Suenens au chanoine Boulard, 30 mars 1961.
  • 79 Ibid., « De episcopis senescentibus », 24 mai 1961.
  • 80 Ibid., lettre de Mgr Guerry au chanoine Boulard, 16 octobre 1961.
  • 81 Ibid., « Episcopi et sacrae curiae romanae congregationes », 25 février 1961 ; « De episco (...)

22Dans le même temps, Boulard s’efforce d’infléchir l’orientation des schémas préparatoires par ses vota. En novembre 1960, il présente « la charge pastorale en son aspect missionnaire » en insistant sur « la coordination entre les diverses forces apostoliques et sur l’ampleur du territoire où doit se réaliser cette coordination » par suite de la « prise de conscience des aspects collectifs de la déchristianisation et de la matérialisation » (zones humaines avec des responsables). Cela implique de « restaurer […] la conception pastorale de la mission de l’évêque », le « pastoral n’apparaissant pas comme une de ses fonctions, mais comme la fonction source de toutes les autres77 ». Dans cette perspective, l’âge des évêques constitue un enjeu important, en raison de la longévité accrue, de l’évolution rapide des sociétés et de l’élargissement prévisible de la potestas episcopi. Boulard, encouragé par Suenens78, devient dès lors l’un des premiers promoteurs d’une réforme majeure du Concile, la limitation dans le temps de la charge épiscopale. En mai 1961, après des échanges avec quelques évêques, il suggère une démission spontanée à soixante-dix ans, acceptée ou non par le pape, et un retrait imposé cinq ans plus tard, assorti d’une interdiction de résidence dans l’ancien diocèse79. La proposition ne va pas sans remous et, en octobre 1961, Mgr Guerry doit prendre la parole en séance plénière de la commission pour aider le chanoine en situation délicate, notamment face aux critiques des Orientaux80. Mais elle débouche sur une transaction lors de la session de février 1962, qui entérine finalement la thèse d’une démission à soixante-quinze ans, sans autre contrainte. Parallèlement, Boulard défend la création d’instances de coordination de l’épiscopat – en soulevant la question de la juridiction – dans lesquelles il voit un instrument pour restituer aux évêques un pouvoir confisqué par les congrégations romaines, mais aussi établir entre eux un « contrôle social » favorable à l’unité d’action et à l’audience auprès de l’opinion publique81.

  • 82 Il réside chez les Ursulines de Bergame (viale di Trastevere, 251) et tient un compte scru (...)
  • 83 AHAP, 4 A 1 24, lettre à Mgr Veuillot, 20 décembre 1963.
  • 84 Mémoire du 10 octobre 1964, cité par Massimo Faggioli, op. cit., p. 364-365.
  • 85 AHAP, 4 A 1 24, « Quelques impressions du haut de ma tribune », 15 novembre 1962. Voir l’a (...)
  • 86 Massimo Faggioli, « Quelques thèmes de réflexion sur le modèle d’évêque postconciliaire », (...)

23En septembre 1962, le chanoine est reconduit comme expert de la commission conciliaire des évêques et du gouvernement des diocèses et il poursuit, d’une session à l’autre du Concile, son travail auprès des Pères82. Fin 1963, il approuve la fusion des schémas De episcopis ac dioecesum regimine et De cura animarum et influence le plan et le titre du nouveau texte De pastorali episcoporum munere in Ecclesia, dont la rédaction est confiée au canoniste belge Onclin et à Mgr Veuillot83. En 1964, il se préoccupe des relations entre les évêques et les nonces apostoliques en invoquant son expérience latino-américaine pour juger un aggiornamento indispensable84. Mais le Concile lui apparaît d’abord comme une occasion exceptionnelle de contacts et il affirme dès novembre 1962 que son « résultat […] le plus profond ne sera peut-être pas dans les textes conciliaires, mais obtenu “par la bande85” ». Fort de ses relations dans plusieurs pays, il prend l’initiative d’échanges entre des évêques impliqués dans la pastorale d’ensemble et soucieux de renouveler le sens de leur mission. Il donne ainsi naissance à l’un des groupes de travail extra aulam, « L’Évêque de Vatican II », dont il est le secrétaire et le véritable animateur sous la présidence de Mgr Muñoz Duque (Nueva Pamplona, Colombie) et Mgr de Courrèges (Montauban), puis en 1965 de ce dernier seul86.

La dernière rencontre du groupe « LÉvêque de Vatican II » le 3 décembre 1965 : le chanoine Boulard est au dernier rang, le troisième à gauche, près du tableau (coll. AHAP).

La dernière rencontre du groupe « L’Évêque de Vatican II » le 3 décembre 1965 : le chanoine Boulard est au dernier rang, le troisième à gauche, près du tableau (coll. AHAP).
  • 87 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 12 novembre 1962 et AHAP, 4 A 1 24, circulaire d (...)
  • 88 AHAP, 4 A1 24, circulaire signée par 9 évêques de 7 pays, sans date.
  • 89 Ibid., « Quelques thèmes de réflexion », sans date (fin décembre 1962). Les six thèmes ret (...)
  • 90 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 21 janvier 1963.
  • 91 Ibid., compte-rendu de la réunion du 17 octobre 1963.

24Les deux premières rencontres ont lieu en novembre 1962 à Saint-Louis des Français, entre Français et Latino-Américains le 18, entre Français et Européens le 2287. Elles suscitent le désir d’aller plus loin et le 30, une dizaine de participants élaborent une circulaire invitant les évêques intéressés à réfléchir durant l’intersession proche à leur « rôle actuel » par-delà les « fonctions » définies par la théologie et à envoyer leurs conclusions avant le 1er juillet 1963 pour prévoir un « séminaire international de recherche préparant quelques interventions au Concile88 ». Après son retour en France, Boulard propose six thèmes pour situer la mission de l’évêque dans un « monde plus socialisé » et « plus spécialisé », unifier sa « mission sacerdotale » et sa « mission pastorale, complexe et agrandie », prendre en compte la diversité des vocations et la montée en puissance d’une « culture personnaliste » dans l’Église, souvent placée en situation de minorité, adapter la « pastoration », le gouvernement et le style de vie89. Des évêques réagissent avec réserve, à l’exemple de dom Helder Camara, auxiliaire de Rio de Janeiro, qui regrette un « questionnaire presque absolument européen », insuffisant sur la pauvreté, le « scandale du siècle », et le déficit en prêtres du Tiers Monde90. Mais d’autres créent des ateliers de travail, comme le Français Vial (Nevers, coadjuteur), le Québécois Coderre (Saint-Jean) et les Chiliens Pinera (Temuco) et Alvear (Talca, auxiliaire91).

  • 92 Ibid., listes et tableaux récapitulatifs (avec des ratures qui ne facilitent pas les bilan (...)
  • 93 Denis Pelletier, « Une marginalité engagée : le groupe “Jésus, l’Église et les pauvres” », (...)

25Le groupe prend véritablement forme et s’élargit au cours de la deuxième session, en suivant les discussions conciliaires sur l’épiscopat, mais sans s’y restreindre. Il tient quatre réunions en 1963, cinq en 1964 et six en 1965. Le nombre d’évêques présents, auxquels se joignent quelques experts comme Mgr Etchegaray, varie de 15 à 30, avec une régularité accrue en 1965, lorsque les rencontres sont placées en soirée et associées à un repas en commun au restaurant. En 1964, 36 évêques participent au groupe ou déclarent leur intérêt pour lui, avec deux ensembles principaux induits par les activités de Boulard, l’Amérique latine (13) et la France (8). En 1965, ils sont 50, avec un renforcement des pôles d’élection (18 et 9). L’Asie (1 et 3) et l’Amérique du Nord (2 et 2) sont peu représentées. L’Afrique et le Proche-Orient (3 et 7) progressent un peu, tout comme les pays européens, latins en majorité (9 et 11). Mais la dimension internationale est incontestable (24 nations en 1965) et l’attrait du groupe est réel sur des évêques récemment nommés, par-delà la diversité des situations pastorales, comme le Polonais Wojtyla (Cracovie), l’Italien Bettazzi (Bologne, auxiliaire), le Panaméen McGrath (Caeciri), les Français Vilnet (Saint-Dié), Maziers et Matagrin (Lyon, auxiliaires92). Des points de contact existent aussi avec des groupes voisins, en particulier « Jésus, l’Église et les pauvres », que fréquentent le Belge Himmer (Tournai) et les Français Leuliet (Amiens) et Riobé (Orléans93).

  • 94 AHAP, 4 A 1 24, compte-rendu de la réunion du 5 novembre 1963.

26En 1963, les participants se préoccupent des « modifications substantielles à apporter [au De cura] pour mieux dessiner la figure de l’évêque de l’après-Concile » : Boulard prépare le travail en consultant des experts (Colombo, Liégé, Houtart, Frisque) et en interrogeant des laïcs, notamment des auditeurs, sur leurs attentes à l’égard des évêques94. L’année suivante, dès le début de la session, il attire l’attention sur les manques du De pastorali episcoporum munere et suggère, compte tenu de l’urgence, de se limiter au départ « à un atelier presque uniquement français » avant d’internationaliser la démarche pour répondre aux demandes américaines :

  • 95 Ibid., lettre à NN. SS. de Courrèges et Maziers, 12 septembre 1964.

Les n° 12-18, résidus de ce qui aurait voulu être un “miroir” de “L’Évêque de Vatican II”, m’ont laissé profondément déçu. Mais les numéros du De cura qu’on a ainsi – trop juridiquement – résumés étaient déjà fort pauvres. Puisque le Concile va commencer par le chapitre VII du De Ecclesia, il y aurait encore le temps de préparer un débat sérieux sur ces n° 12-18 qui n’ont jamais été discutés in aula. Débat dont la finalité serait double : améliorer les textes [et] surtout provoquer une prise de conscience de l’épiscopat universel (le Concile dépend du “type” d’évêque qui le mettra en application95.) »

  • 96 Ibid., lettres de convocation et comptes-rendus, 1964.

27La première réunion, le 17 septembre, revêt en fait le visage habituel et les réunions suivantes s’orientent vers des échanges d’expériences entre les membres et des remarques sur les moyens de communication des évêques comme les lettres pastorales96.

  • 97 Ibid., lettres de convocation, comptes-rendus et documents de travail, 1965 ; CNAEF, 7 CE  (...)
  • 98 AHAP, 4 A 1 24, compte-rendu de la réunion du 17 octobre 1963.
  • 99 Ibid., « Nos deux dernières réunions », sans date.

28La dernière session du Concile, en 1965, dans un contexte d’application de ses décisions et de tensions internes aux Églises nationales, est l’occasion d’un élargissement de la réflexion par la mise en œuvre de questionnaires préparatoires et de rapports introductifs des membres du groupe. Sont évoqués le style de vie des évêques au regard des « conventions sociales antérieures » (Vilnet), le malaise et les aspirations du clergé, les difficultés pour concilier la promotion du changement et la solidarité entre les évêques d’une même région, notamment à propos de la liturgie, du costume ecclésiastique et des relations avec les prêtres (Himmer), les objectifs de la pastorale diocésaine selon les types de pays (Maziers, Dammert) et les modalités du gouvernement épiscopal97. Il en ressort l’image d’un évêque humble, attentif aux mutations du monde et à la dimension internationale, en dialogue avec la société et les membres de l’Église, reconnus dans leur rôle spécifique, conformément aux intuitions initiales du chanoine Boulard : « L’évêque de Vatican II sera sans doute aussi différent de l’évêque de la Réforme tridentine que celui-ci l’était de l’évêque seigneur temporel qui l’avait précédé98. » La dernière réunion du groupe, le 3 décembre 1965, la plus nombreuse avec 40 participants, envisage aussi le maintien des contacts après le Concile lors de congrès ou de pèlerinages internationaux, mais surtout par des questionnaires et des échanges d’informations99.

  • 100 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 23 décembre 1966.
  • 101 CNAEF, 14 pp 276, circulaires et correspondances, 1966-1971.
  • 102 Ibid., circulaire du 16 novembre 1970.
  • 103 Ibid., lettres de Mgr Guyot, 20 novembre 1970, et de Mgr Coderre, 30 novembre 1970.

29Boulard, reconduit en février 1966 dans ses fonctions d’expert comme consulteur de la commission post-conciliaire De episcopis et de dioecesum regimine, assume une fois encore la tâche d’animation face au « vide » que laisse la fin du Concile100. Il envoie des circulaires et des documents et lance des questionnaires sur les conseils diocésains (1967) puis le sacerdoce (1968101). Les premières réponses sont nombreuses (39 sur 47 correspondants en 1967), mais le courant s’épuise et, en novembre 1970, Boulard décide de dissoudre le groupe : « Nos entretiens de vive voix […] sont maintenant trop éloignés dans le temps pour pouvoir soutenir l’intérêt de chacun à des colloques purement épistolaires […]. D’autres moyens, plus organiques, existent […] pour nouer des relations entre conférences épiscopales102. » En réponse, nombre de membres le remercient pour les « liens d’amitié fraternelle » noués et le « bien » accompli103, ce qui met un peu de baume au cœur du chanoine dont l’influence décline, sans disparaître, avec l’âge et les mutations de l’Église et de la société.

Une fin de carrière toujours active

  • 104 CNAEF, 7 CE 108, lettres à Philippe Lacoudre, communiquées à Mgr Etchegaray, 17 juin-17 oc (...)
  • 105 CNAEF, 14 pp 327, circulaires du chanoine Boulard aux religieuses contemplatives, 1955-197 (...)

30L’Amérique latine reste jusqu’à la fin de sa vie la terre d’élection de Boulard, qui s’y rend chaque année. En 1967, il visite sept pays en trois mois. En 1968, mêlant tourisme et pastorale, il entreprend un tour du monde, fruit des entretiens romains. À Mexico, il participe au travail de révision des huit zones pastorales puis rencontre trente-cinq évêques durant trois jours. Au Guatemala, il est associé à la préparation de la Semaine de pastorale nationale. En Argentine, il visite pour la cinquième fois le diocèse de Resistencia, le seul qui a adopté la pastorale d’ensemble, et prépare le démarrage des régions de Cordoba et Mendoza, malgré des « sessions un peu tendues » du fait de l’agitation du clergé. En Colombie, il est l’« invité spécial » du CELAM à la conférence générale de l’épiscopat latino-américain présidée par Paul VI. Puis il prend la route de l’Asie et de l’Océanie, où il assiste à une réunion des évêques du Laos et du Cambodge et lance une enquête pastorale à Papeete104. En 1969, il visite cinq pays dont la Bolivie et Cuba, où il revient en 1970, mais où il n’est pas autorisé à rentrer en 1972. Il séjourne alors plus longuement au Mexique et intervient aussi au Texas, comme déjà en 1970, à l’invitation de l’évêque de San Angelo, croisé à Rome, et de la Texas Catholic Conference. Il y retourne en 1973, 1974 et 1977, alors que le Mexique est sa dernière destination : « C’est le genre de travail pastoral qui m’intéresse le plus, écouter ce qui a été fait et aider à franchir quelques pas en avant », écrit-il en 1972105.

  • 106 Christian Sorrel, « La mission contre les missions ? Paroisse urbaine et missions paroissi (...)
  • 107 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 29 février 1968. En janvier 1967, Boulard a régu (...)
  • 108 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 24 mars 1967.
  • 109 CNAEF, 14 pp 279, « Cadrage historique… » (note de Fernand Boulard, 16 novembre 1973).

31Il doit admettre en revanche que l’Europe, à l’exception de l’Espagne, le sollicite de moins en moins, et d’abord son pays natal, marqué par la crise catholique et le rejet des pesanteurs liées aux projets pastoraux des années 1950-1960, dont l’objectif et l’efficacité sont contestés106. « Mes voyages en France diminuent beaucoup. Il reste seulement d’assez fréquentes consultations des évêques ou vicaires généraux par correspondance », constate-t-il à la veille de ses soixante-dix ans, en se demandant s’il ne devrait pas regagner le diocèse de Versailles107. Il est vrai qu’il s’apprête à quitter l’Institut catholique de Paris, atteint par la limite d’âge, et à perdre ses fonctions de secrétaire du SIPE, fort de l’adhésion de soixante-cinq diocèses. La création en 1964 de la Conférence épiscopale française (CEF) et les enjeux de la mise en œuvre du Concile dans une conjoncture dégradée incitent en effet les évêques à une intervention directe qui remet en cause le statut privé reconnu à l’institution en 1960. En 1966, le Secrétariat de l’épiscopat, assuré désormais par Mgr Etchegaray, demande de retarder le « Montmartre » prévu sur les « modes de participation active du clergé et du peuple chrétien à l’élaboration de la pastorale diocésaine » pour organiser un colloque officiel, le premier d’une série nommée « Éphrem ». Le processus d’intégration du SIPE aux instances officielles de la CEF est engagé et, dès 1967, Boulard ne convoque plus lui-même les réunions, tout en conservant ses fonctions108. Le 1er janvier 1970, le SIPE disparaît au profit du Groupe de recherche sur la pastorale diocésaine (GRPD), placé sous la tutelle du Secrétariat de l’épiscopat, qui garantit en principe sa liberté de recherche109.

  • 110 La Charge pastorale des évêques. Texte, traduction et commentaires, Paris, Cerf, 1969, 467 (...)
  • 111 AHAP, 4 A 1 24, lettre au chanoine Boulard, 10 avril 1969.
  • 112 CNAEF, 14 pp 279, 280 et 313, dossiers de travail. Six « Ephrem » sont convoqués jusqu’en  (...)
  • 113 Par exemple, dans les Documents Épiscopat, « Les conseils pastoraux » (n° 14, 1973), « La (...)

32Boulard, associé en 1969 au commentaire du décret conciliaire Christus Dominus sur la charge pastorale des évêques dans la collection « Unam sanctam110 » des Éditions du Cerf, n’en est pas moins toujours sollicité comme expert. En 1969, le cardinal Villot, préfet de la Congrégation pour le clergé, lui demande un votum sur le conseil presbytéral dans la perspective du synode des évêques111. Dans le même temps, il demeure membre du GRPD et de son équipe de réflexion théologique (jusqu’en 1976), prend part aux colloques d’Éphrem et aux rencontres des responsables pastoraux de grandes villes, inaugurées en 1969112. Il rédige aussi des notes pour les revues de l’épiscopat113, ce qui ne l’empêche pas de poursuivre ses travaux personnels de sociologie religieuse et de réfléchir à l’exploitation des matériaux accumulés depuis un quart de siècle.

  • 114 Premiers itinéraires en sociologie religieuse, 2e éd., Paris, Éd. ouvrières – Économie et (...)
  • 115 Pratique religieuse urbaine et régions culturelles, Paris, Éd. Économie et humanisme – Éd. (...)
  • 116 Émile Poulat, « Catholicisme urbain et pratique religieuse », Archives de sociologie des r (...)

33En 1966, il actualise ses Premiers itinéraires en sociologie religieuse et donne la version définitive de la carte religieuse de la France rurale114. Deux ans plus tard, avec le sociologue de l’Université catholique de Louvain Jean Rémy, il défend la thèse de l’inscription des villes dans leur environnement régional pour expliquer en dernière instance les dénivellations de la pratique religieuse115. Émile Poulat, membre du GRS, porte la contradiction dans la revue Archives de sociologie des religions qui publie également la réponse des auteurs. À l’arrière-plan de ce débat scientifique, ferme, mais courtois, se profile la tension présente depuis la décennie 1950 entre la sociologie pastorale, peu à peu acclimatée dans l’Église catholique, et la sociologie universitaire, en quête d’indépendance face aux autorités ecclésiastiques. Poulat met en cause l’ambiguïté d’une sociologie religieuse dont l’explication ultime est religieuse et déplore « le refus d’acculturer l’Église elle-même à un type de démarche intellectuelle étranger aux modes de pensée théologique et pastorale » pour envisager seulement « d’acculturer dans l’Église une sociologie religieuse sagement contenue ». Boulard et Rémy répondent en citant le pape Paul VI qui avait stigmatisé le 3 décembre 1969 la prétention de la recherche sociologique à vouloir transformer « le fait collectif en normes de conduite », alors qu’elle « est toujours utile en tant qu’analyse d’une situation particulière », et plaident pour une « connaissance du dedans » et une collaboration, dans l’autonomie, entre les sociologues et les responsables de la pastorale116.

  • 117 CNAEF, 7 CE 108, correspondance Boulard-Etchegaray, 29 mai-3 juillet 1967.
  • 118 François-André Isambert, Jean-Paul Terrenoire, Atlas de la pratique religieuse des catholi (...)
  • 119 Jean-Paul Terrenoire, « Cartographie et analyse écologique quantitative de la pratique rel (...)

34Cette controverse s’inscrit dans le cadre du travail scientifique engagé par le GSR pour exploiter les statistiques rassemblées par Boulard. En 1967, Jacques Maître, en lien avec Henri Mendras et François-André Isambert et avec l’appui de Gabriel le Bras et François Goguel, avait proposé la mise en place d’une « Recherche coopérative sur programme » (RCP), afin d’assurer un financement. Mgr Etchegaray donne l’accord du Secrétariat de l’épiscopat et un contrat est conclu pour les années 1968- 1971. Boulard en attend notamment « une recherche théorique et vérificatrice sur les zones humaines117 ». La démarche débouche sur la publication en 1980 d’un Atlas de la pratique religieuse118, qui ne constituait pas le but premier du travail, mais qui a été voulu par la Fondation nationale des sciences politiques. Pour les responsables de la RCP, Maître et Isambert, il s’agissait surtout de rompre avec le « géographisme », c’est-à-dire la cartographie descriptive qui avait guidé la proposition lebrasienne et largement inspiré la synthèse boulardienne, pour construire une réflexion fondée sur des procédures mathématiques rigoureuses et la recherche de corrélations (votes, catégories socioprofessionnelles) en sélectionnant un millier de cantons ruraux dotés de données statistiques sûres119.

  • 120 Claude Langlois, « Le chanoine Boulard et ses héritiers », Revue dhistoire de lÉglise de (...)
  • 121 Gérard Cholvy, Géographie religieuse de lHérault contemporain, Paris, PUF, 1968, 513 p. ; (...)
  • 122 CNAEF, 14 pp 291, lettre à Émile Poulat, 6 avril 1973.
  • 123 « La “déchristianisation” de Paris. L’évolution historique du non-conformisme », Archives (...)
  • 124 « Sociologie et histoire religieuses de la France aux XIXe et XXe siècles : introduction g (...)
  • 125 Fernand Boulard, « Autour du catholicisme populaire, à propos de l’ouvrage de Robert Panne (...)

35Si Boulard suit les travaux, il n’est sans doute pas pleinement satisfait des conclusions qui remettent en cause ses thèses et ce n’est pas un hasard s’il répond aux demandes des pionniers de la nouvelle histoire religieuse universitaire, attentifs aux comportements des fidèles et engagés dans les débats autour de la déchristianisation et de la religion populaire120. Le Montpelliérain Gérard Cholvy, qui a consacré sa thèse de troisième cycle au recensement diocésain de 1962 dans l’Hérault et attiré l’attention sur l’apport de la sociologie religieuse à l’histoire, invite le premier le chanoine à mettre ses dossiers à la disposition des chercheurs pour poursuivre une démarche de collecte régressive des données des XIXe et XXe siècles afin d’éclairer les résultats contemporains121. Le Lyonnais Jacques Gadille prend le relais et encourage à son tour Boulard, qui écrit en 1973 : « À la demande de Jacques Gadille, je suis – à mes moments libres – à mettre en forme les dépouillements de visites pastorales […]. Je pense publier des ensembles régionaux […] pour enfin, on espère, reprendre le tout en un volume de travail122. » Ainsi naît le projet des « Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français » qui restitue toute son importance à la dimension spatiale, avec une accentuation sur les contrastes régionaux à l’intérieur des diocèses. Boulard en fournit des éléments dans des articles qui annoncent le premier volume123, en voie d’achèvement à sa mort et dont l’introduction, co-signée avec Jacques Gadille, souligne les enjeux majeurs (signification d’une histoire de la pratique, évolution générale, rythmes et inflexions depuis la Révolution, distinctions entre les sexes124). Dans le même temps, il prend part au débat sur la religion populaire en mettant en avant son expérience latino-américaine pour inviter les protagonistes à évaluer les données sociologiques et historiques et à entreprendre une recherche pastorale. C’est ainsi qu’il organise avec Bernard Plongeron la rencontre de 1975 qui rend possible le colloque universitaire d’octobre 1977 dont il suit toutes les séances, après un voyage au Mexique et aux États-Unis, en dépit de la maladie qui l’emporte peu après, le 17 novembre 1977125.

36Le parcours de Fernand Boulard apparaît plus complexe que ne le suggère l’image classique associée à un homme simple, à la fois discret et très présent dans le catholicisme européen et latino-américain des années 1940 aux années 1970. Prêtre avant tout, il veut favoriser l’évolution des méthodes pastorales et les statistiques auxquelles son nom est attaché ne sont qu’un instrument dans cette perspective. Pionnier, il avance avec détermination, mais aussi prudence, préoccupé de la reconnaissance de l’autorité, dont dépend la mise en œuvre de ses propositions. En ce sens, il apparaît comme une figure institutionnelle, sinon comme un homme de pouvoir. Mais il s’efforce dans le même temps, en France et à Rome, dans ses contacts avec les scientifiques ou la hiérarchie, de préserver un espace d’initiative. Enfin, il déploie ses activités à l’échelle internationale, en réponse à des invitations et par choix, une situation exceptionnelle pour un prêtre séculier. Des travaux restent nécessaires pour mieux connaître sa pensée et analyser ses modes d’action : l’achèvement des « Matériaux Boulard » peut être l’occasion de restituer sa vraie place au chanoine Boulard.

Annexes

Annexe n° 1 – Bibliographie du chanoine Boulard126 (établie par Claude Langlois et Christian Sorrel)

1933

Saint Gilles : sa vie, sa survie, Rambouillet, Pierre Leroy éd, [1933], x-120 p.

1941

LArt dêtre curé de campagne, Paris, Imp. Laboureur, 1941, 16 p. [plusieurs rééditions].

1945

Paysannerie et humanisme. Essai dun manuel de culture paysanne, sl, SEDAP imp., 1945, 453 p.

Problèmes missionnaires de la France rurale, Paris, Cerf, 1945, 2 vol., 192 et 308 p. [avec la collaboration de A. Achard et H.-J. Emerard].

1947

« Le curé en face du problème de l’évangélisation », dans Évangélisation 1947. Congrès de Bordeaux, Paris, Union des œuvres catholiques de France, 1947, p. 30-43.

1948

Nelle parrochie di campagna, Brescia, Morcelliana, 1948 [traduction abrégée de Problèmes missionnaires…].

1950

Essor ou déclin du clergé français ? Paris, Cerf, 1950, 480 p.

El arte de ser cura rural, Barcelona, 1950, coll. « Ediciones Rurales », 30 p. [avec Rogeli Duocastella].

1952

Carte religieuse de la France rurale, Centre de documentation cartographique de l’IGP, Paris, Cahiers du clergé rural, 1er janvier 1952 [avec Gabriel Le Bras].

1954

Premiers itinéraires en sociologie religieuse, Paris, Éd. ouvrières, 1954, 157 p.

1955

Voir, agir : compte rendu des enquêtes et des sessions de sociologie religieuse, octobre 1954, évêché de Saint-Brieuc, Saint-Brieuc, Impr. Les Presses bretonnes, 1955, 36 p. [avec le P. Quinton et Armand Coupel].

Primi risultati della sociologia religiosa, Milano, Società Editrice Vita e Pensiero, 1955, 240 p.

Primeros pasos en sociologia religiosa, Barcelona, Surge, 1955, 154 p.

1958

Sociologie et religion, Paris, Arthème Fayard, 1958, 208 p. [en collaboration].

Paroisses urbaines, paroisses rurales : 5e conférence internationale de sociologie religieuse, Tournai, Casterman, 1958, 222 p. [collaboration].

« Sociologie religieuse et pastorale », Recherches et débats, n° 25, décembre 1958, p. 45-55.

1959

Cours de sociologie religieuse (résumé) donnés à lUniversité Laval par M. le chanoine Fernand Boulard (février 1959), Québec, Centre de recherches en sociologie religieuse, 1959, 23 p.

« Le problème des trop petites paroisses », La Maison-Dieu, n° 57, 1959, p. 9-23. 1960

Comment réaliser un recensement dassistance à la messe dominicale, Paris, Éd. Fleurus, sd., 127 p.

Les Thèmes spirituels du missel romain, Bourges, Éd. Tardy, 1960, 127 p.

Regards sur la Picardie, Amiens, Totum Singulis, 1960, 29 p. [direction].

An Introduction to Religious Sociology. Pioneer Work in France, London, Darton, Longman & Todd, 1960, XVIII+166 p.

Wegweiser in die Pastoralsoziologie, München, Manz, 1960, 192 p. [avec Rosa Schnabel et Raimund Ritter].

« La pastorale du curé d’Ars », dans Le Curé dArs devant les problèmes daujourdhui, Journées sacerdotales du centenaire 22-24 septembre 1959, Paris, Fleurus, 1960, p. 69-120.

1961

Sociología religiosa y pastoral, Bogotá, Centro de Investigaciones Sociales, 1961, 64 p.

Hacia una pastoral de conjunto : temas de la semana nacional de pastoral organizada por el episcopado chileno en Junio de 1960, Santiago de Chile, Ediciones Paulinas, 1961, 166 p. [avec Jean-François Motte].

Préface à Gaetano Bonicelli, Rivoluzione e restaurazione a Bergamo : aspetti sociali e religiosi della vita bergamasca alle soglie delletà contemporanea (1775-1825) con documenti inediti, Bergamo, Ed. Monumenta Bergomensia, 1961, 237 p.

1962

Joseph Cerezo (dir.), Aspects religieux du diocèse de Valence, Valence, La Visitation, 1962, vi-169 p. [contribution].

« Projets et réalisations de la pastorale d’ensemble », Masses ouvrières, n° 182, février 1962.

1963

Pastorale daujourdhui : bilan et perspectives, Bruxelles, Éd. du CEP, 1963, 265 p. [contribution, actes du colloque de Fribourg].

1965

Problemas misioneros del mundo rural, Barcelona, Instituto Católico de Estudios Sociales, 1965, 399 p.

LAppartenance religieuse. Conférence internationale de sociologie religieuse, Königstein, 1962, Bruxelles, Éd. du CEP, 1965, 228 p. [collaboration].

1966

Premiers itinéraires en sociologie religieuse, 2e éd., Paris, Éd. ouvrières – Économie et humanisme, 1966, 160 p.

Mundo rural y compromiso cristiano, Barcelona, Ediciones Rurales de A.C. – Instituto Católico de Estudios Sociales, 1966, 90 p.

Mon rural i engatjament dels cristians, Barcelona, Edic. Rurals d’A.C. – Institut Catolic d’Estudis Socials, 1966, 94 p.

Migración y pastoral, Madrid, Atenas, 1966, 204 p. [avec Javier Pérez San Román].

1967

La Iglesia y la ciudad : 4 estudios sobre pastoral urbana y sociología parroquial, Barcelona, Instituto Católico de Estudios Sociales, 1967, 166 p. [avec R. d’Izarny, É. Pin et F. Gironella].

Préface à Rose-Marie de Casabianca, Enfants sans air : étude sociologique des enfants dun quartier urbain, Paris, Éd. Fleurus, 1967, 370 p.

1968

Pratique religieuse urbaine et régions culturelles, Paris, Éd. Économie et humanisme – Éd. ouvrières, 1968, 215 p. [avec Jean Rémy et la collaboration de Michel Decreuse].

1969

La Charge pastorale des évêques. Texte, traduction et commentaires, Paris, Cerf, 1969, 467 p. [collaboration, coll. « Unam sanctam »].

La renovación de la diócesis según el Vaticano II, Valencia, Comercial Editora de Publicaciones, 1969, 286 p. [avec Juan Eduardo Schenk et Eduardo Margarit].

1970

« Villes et régions culturelles. Acquis et débats », Archives de sociologie des religions, 29, 1970, p. 117-140 [avec Jean Rémy].

« Une destinée exceptionnelle [Gabriel Le Bras] », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 56, n° 156, 1970, p. xiii-xvii.

1971

« La “déchristianisation” de Paris. L’évolution historique du non-conformisme », Archives de sociologie des religions, 31, 1971, p. 69-98.

Charlas a los Sacerdotes y religiosos con cargo pastoral : Granada 22 al 24 de noviembre de 1971, Granada, 1972, 48 p.

1973

« Aspects de la pratique religieuse en France de 1802 à 1939 », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 59, n° 163, 1973, p. 269-311.

1975

« Autour du catholicisme populaire, à propos de l’ouvrage de Robert Pannet », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 61, n° 167, 1975, p. 257-260.

1976

« La religion populaire dans le débat de la pastorale contemporaine », dans Bernard Plongeron, dir., La Religion populaire. Approches historiques, Paris, Beauchesne, 1976, p. 27-49.

« Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français. Aspects de la pratique religieuse en France 1802-1939 : l’exemple des Pays de Loire », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, t. 31, n° 4, 1976, p. 761-801.

« Qui êtes-vous ? Jeunes ou adultes des centres ou groupes de formation. Quelques résultats d’une enquête nationale auprès des séminaristes », Vocation dans des mondes nouveaux, n° 273, janvier 1976, p. 39-82.

1977

Missel du peuple de Dieu : un guide pour la prière personnelle et en groupe, pour la célébration eucharistique, pour la lecture de la parole de Dieu, pour la méditation du message chrétien, Paris, Éd. Tardy, 1977, 1247 p. [en collaboration].

1982

Atlas de la pratique religieuse des catholiques en France, Paris, Presses de la FNSP, 1980, 187 p. [avec François-André Isambert, Jean-Paul Terrenoire, Gwen Terrenoire, Jacqueline Rousselet].

Matériaux pour lhistoire religieuse du peuple français XIXe-XXe siècles, t. 1 Région de Paris, Haute-Normandie, Pays de Loire, Centre, Paris, EHESS – Presses de la FNSP – CNRS, 1982, 635 p. [en collaboration].

Annexe n° 2 – Le chanoine Boulard et le Concile Vatican II

« Quelques impressions du haut de ma tribune », 15 novembre 1962 (AHAP, 4 A 1 24).

1. Régularité. Tous les matins de Congrégation générale (5 fois par semaine), à 9 heures précises, les 2200 Pères sont là (très peu de retardataires), ce qui est une performance. Beaucoup habitent très loin dans Rome. La qualité de la messe progresse : de moins en moins de bréviaires pendant (quand on songe où en étaient tant de pays il y a un mois…) ; le 14 novembre, le chant du Credo pendant l’intronisation de l’Évangile était impressionnant.

2. L’opinion (en France, ailleurs ?) commence à se désintéresser, à cause de la longueur et du piétinement. Ici, où il ne s’agit pas de sauter un article de journal mais d’être présent et de subir, cela se traduit par de la lassitude et une tentation pour beaucoup de se faire dispenser pour la session suivante. Il convient sans doute d’être réaliste :

a) C’est une assemblée (unique dans l’histoire ?) de 2200 membres ayant droit de vote et habitués à commander seuls dans leur diocèse. C’était une assemblée sans précédent. Il semble que les auteurs du règlement aient été dominés par la préoccupation d’assurer la liberté totale d’expression (une bonne histoire circulait, dans les milieux espagnols m’a-t-on dit, avant le Concile : un canon serait immédiatement voté “Si quis aliquid dixerit, anathema sit”). Cette liberté s’est établie dès le premier jour et ne s’est jamais démentie : c’est un fait acquis, jusqu’à la lassitude et l’agressivité contenue contre les bavards qui prennent la parole sur chaque chapitre. Mais le secrétaire du Conseil œcuménique des Églises, à Genève, aurait reçu seize relations des diverses confessions ayant des observateurs, soulignant cette extraordinaire liberté dans l’Église catholique. Maintenant que la lassitude des Pères explose, on peut sans danger tenter d’endiguer. Mais il faut trouver la manière, sans pour autant empêcher la liberté d’expression. Des améliorations progressives se découvrent et sont mises en application. On peut cependant regretter que les auteurs du règlement n’aient pas consulté les experts du travail parlementaire ou des assemblées internationales : le problème était très différent en nature, en dimensions ; il eût peut-être été un peu éclairé.

b) Le schéma de liturgie a montré que la lenteur était payante. Le vote du 14 novembre (attendu avec anxiété : c’était le premier) a dégagé 46 refus de prendre comme base le schéma préparé contre 2162 pour. Si, comme il eût paru plus logique, le débat sur le fond avait eu lieu avant la discussion des articles, il y eût eu cassure en deux de l’assemblée, au lieu de cette unanimité qui donne tant de sécurité pour l’avenir réel des décisions prises. Le spectre d’une coupure est de nouveau apparu le 14, à propos du débat sur le fond du schéma dogmatique. Personne ne se consolerait qu’un parti eût triomphé contre un autre. (Et c’est cela qui justifie le secret – du reste bien diminué après un mois de fonctionnement – ; à mettre en vedette les leaders du pour ou ceux du contre, on durcit des oppositions : c’est peut-être attrayant pour la galerie, mais cela contrecarre sûrement l’œuvre du Concile.)

c) Il faut surtout réaliser qu’il s’agit d’une assemblée vraiment internationale, mondiale (seule la Chine n’est représentée que par Formose et des exilés). Et rien de comparable avec les assemblées internationales de l’ONU : ici, il s’agit non de routiers du domaine international, mais d’évêques dont l’écrasante majorité n’est jamais vraiment sortie de son univers culturel et, parfois, à peine de l’isolement de son diocèse. Il serait quelque peu naïf de croire que ce qui nous est naturel dans le domaine de l’apostolat ou de la théologie, ou des réformes à faire, l’est pour tous les hommes intelligents du monde entier. Et jusqu’à quel point notre vision n’est-elle pas elle-même “conditionnée” par des facteurs discutables ? Il faut donc accepter l’ascèse de nombreuses interventions éclairant le pour et le contre des divers aspects d’un problème pour que, insensiblement, une pensée commune se dégage et qu’on puisse arriver à l’unanimité morale si nécessaire.

3. C’est dire que le résultat le plus profond du Concile ne sera peut-être pas dans les textes conciliaires, mais obtenu “par la bande”. Songer qu’une information, d’une profondeur jamais atteinte, est en train de se faire chez tous les évêques (des conférences, au rythme de deux ou trois par semaine, sur la liturgie, la théologie, l’Écriture sainte, par des spécialistes de diverses nations sont organisées par de nombreux épiscopats nationaux, voire continentaux comme Amérique du Sud et Afrique de l’Algérie jusqu’à Madagascar, conférences où sont invités les représentants des autres épiscopats et qui sont souvent répétées par ces spécialistes dans les autres assemblées épiscopales). Songer que les épiscopats nationaux ou continentaux sont en train de se structurer et d’exister. Penser aussi aux multiples rencontres de petits groupes internationaux, soit au plan du repas en commun, soit au plan de contacts qui deviennent organiques. Le Cor unum et anima una se gagne lentement.

Ces vues pourront paraître un peu optimistes et il convient de les nuancer par l’évocation du péril grave qu’est la lassitude d’hommes d’action qui ne s’habituent pas à être assis et écouter des redites, avec en plus la difficulté du latin (qui allège quand même les débats). Il faudra donc trouver les moyens d’aller plus vite. Mais, après coup, on croira sans doute au bien-fondé d’une certaine lenteur.

Notes

1 François-André Isambert, « In memoriam : Fernand Boulard (1898-1977) », Archives de sciences sociales des religions, 44 (2), 1977, p. 303-305 ; « Boulard (Fernand) », Catholicisme, fasc. 75, 2004, col. 237-238.

2 Le Centre national des Archives de l’Église de France [CNAEF] conserve la majorité des papiers Boulard (14 pp) en deux ensembles (dossiers diocésains des enquêtes de pratique religieuse et dossiers de travail thématiques). Les Archives historiques de l’Archevêché de Paris [AHAP] possèdent un fonds concernant la participation du chanoine Boulard au concile Vatican II (4 A1 24). Mais d’autres documents, ou les mêmes, figurent dans le fonds précédent comme dans le fonds conciliaire de Mgr Veuillot, déposé lui aussi aux Archives historiques de l’Archevêché de Paris (Jean Robin, Anne-Marie Abel, Inventaire du fonds Pierre Veuillot, Paris, Institut catholique de Paris, 1998, 280 p.). Les dossiers du Secrétariat général de l’épiscopat français sont détenus par le Centre national des Archives de l’Église de France (7 CE 108 et 109).

3 CNAEF, 7 CE 108, copie du testament du chanoine Boulard, 15 septembre 1966.

4 Évangélisation 1947. Congrès de Bordeaux, Paris, Union des œuvres catholiques de France, 1947, p. 44.

5 Son frère Gabriel (1896-1966) est ordonné prêtre le même jour que lui ; tous deux avaient été élèves des Frères des écoles chrétiennes aux Francs-Bourgeois. Leur sœur Alice, épouse de Jean Barral, est la mère de l’historien Pierre Barral.

6 Archives historiques du diocèse de Versailles [AHDV], fiche biographique ; CNAEF, 14 pp 292 et AHAP, 4 A1 24, curriculum vitae.

7 LArt dêtre curé de campagne, Paris, Imp. centrale de Paris, 1941, 24 p. (coll. Semailles). En 1933, il avait publié un volume d’hagiographie très classique : Saint Gilles. Sa vie, sa survie, Rambouillet, Pierre Leroy éd., 1933, x-120 p.

8 Paysannerie et humanisme. Essai dun manuel de culture paysanne, sl, SEDAP imp., 1945, 453 p. (coll. Semailles). L’ouvrage, parfois attribué au Père Allo, aumônier général de la JAC, est revendiqué par le chanoine Boulard dans ses bibliographies imprimées ou manuscrites.

9 Problèmes missionnaires de la France rurale, 2 vol., Paris, Cerf, 1945, 192 et 308 p. Boulard signe la préface le 24 août 1944, « aux premières vêpres de la fête de saint Louis, roi de France, devant Paris en attente ».

10 Henri Godin, Yvan Daniel, La France, pays de mission ?, Lyon, Éd. de l’Abeille, 1943, 215 p. ; Georges Michonneau, Paroisse, communauté missionnaire. Conclusions de cinq ans dexpériences en milieu populaire, Paris, Cerf, 1946, 483 p.

11 Gabriel Le Bras, « Pour un examen détaillé et pour une explication historique de l’état du catholicisme dans les diverses régions de France », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 17, 1931, p. 425-449 ; Dominique Julia, « Un passeur de frontières. Gabriel Le Bras et l’enquête sur la pratique religieuse en France », ibid., t. 92, 2006, p. 381-413.

12 Témoignage cité par Pierre Toulat, Ange Bougeard, Joseph Templier, Les Chrétiens dans le monde rural, Paris, Seuil, 1962, p. 359.

13 Problèmes…, op. cit., t. 2, p. 111-118.

14 Cahiers du clergé rural, n° 74, novembre-décembre 1945, p. 35-39.

15 Ibid., n° 75, janvier-février 1946, p. 40-43.

16 Ibid., n° 94, janvier 1948, p. 1-2.

17 « Le curé en face du problème de l’évangélisation », dans Évangélisation 1947…, op. cit., p. 30-43.

18 Cahiers du clergé rural, n° 92, novembre 1947, p. 403-414.

19 Ibid., 1er janvier 1952.

20 Essor ou déclin du clergé français ?, Paris, Cerf, 1950, 480 p.

21 Premiers itinéraires en sociologie religieuse, Paris, Éd. ouvrières, 1954, 157 p.

22 Paul Virton, Enquêtes de sociologie paroissiale, Paris, Éd. Spes, 1953, 156 p.

23 Études de sociologie religieuse, 2 vol., Paris, PUF, 1955, xx-820 p.

24 « La sociologie dans ses incidences pastorales en France », Note du Secrétariat pastoral de l’épiscopat, n° 10/63, septembre 1963.

25 Émile Poulat, « Aux origines du “Groupe de sociologie des religions” et de ses Archives », Archives de sciences sociales des religions, 136, 2006, p. 25-37.

26 Premiers itinéraires…, op. cit., p. 7-10.

27 Ibid., p. 82-91.

28 CNAEF, 7 CE 108, note de Mgr Villot, secrétaire général de l’épiscopat français, après une entrevue avec le chanoine Boulard, 29 novembre 1954. En 1953, 1954 et 1955, Boulard passe le premier trimestre en Afrique du Nord pour aider l’Action catholique rurale (ibid., lettre à Mgr Villot, 27 janvier 1955).

29 Ibid., note adressée à Mgr Villot, 22 février 1955. La « zone humaine » est l’objet de l’appendice III de Premiers Itinéraires…, op. cit., p. 100-110.

30 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 20 octobre 1954.

31 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 22 octobre 1954.

32 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 28 octobre 1954.

33 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 21 janvier 1955.

34 Ibid., lettre de Mgr Villot au chanoine Boulard, 27 janvier 1955.

35 Le chanoine Boulard quitte alors sa résidence de Sèvres pour s’installer au presbytère de Saint-Sulpice.

36 Fernand Boulard, « La présence de l’Église à la vie sociale », Note du Secrétariat général de l’épiscopat, n° 18/55, 22 avril 1955. Mgr Villot évoque les « adoucissements » qu’il a, « çà et là, apportés au texte original » en fonction de ce qu’il croit « être la psychologie de NN. SS. les évêques » (CNAEF, 7 CE 108, lettre au chanoine Boulard, 26 avril 1955).

37 Ibid., lettre du chanoine Boulard à Mgr Villot, 18 octobre 1955, et circulaire aux évêques, 29 octobre 1955.

38 CNAEF, 14 pp 279, « Cadrage historique du “Groupe de recherche sur la pastorale diocésaine” » (note de Fernand Boulard, 16 novembre 1973).

39 CNAEF, 7 CE 108, lettre du chanoine Boulard à Mgr Villot, 5 septembre 1956.

40 « La présence de l’Église à la vie sociale (2e note) », Note du Secrétariat général de l’épiscopat français, n° 41/56, 30 novembre 1956.

41 CNAEF, 7 CE 108, lettre au chanoine Boulard, 11 octobre 1956.

42 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 13 novembre 1956.

43 Ibid., lettre de Mgr Villot au chanoine Boulard, 4 décembre 1956.

44 Ibid., lettre à Mgr [Villot], 22 août 1956.

45 CNAEF, 14 pp 277, lettre au chanoine Boulard, 18 novembre 1957.

46 Ibid., lettre à Mgr Guyot, évêque de Coutances, 15 septembre 1957.

47 Ibid., lettre au Père Paul Philippe, 20 janvier 1958.

48 Ibid., lettre à Mgr Ferretto, 4 mars 1958.

49 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 9 mars 1958.

50 Ibid., note envoyée à Mgr Dell’Acqua.

51 Ibid., lettre de Mgr Dell’Acqua au chanoine Boulard, 24 avril 1958. Une lettre publique de Pie XII avait déjà salué, le 30 mars 1956, le bien-fondé de la « coordination des ministères dans un cadre suffisamment large […] pour mieux correspondre à la complexité accrue des relations humaines et aux dimensions nouvelles des structures sociales de vie et de travail ».

52 CNAEF, 7 CE 108, lettre au chanoine Boulard, sans date [été 1958].

53 Ibid., lettre de Mgr Villot au chanoine Boulard, 12 décembre 1958 ; circulaire du GRPE, 23 décembre 1958.

54 La dénomination fluctue (Secrétariat d’information pour une pastorale diocésaine, Secrétariat interdiocésain de pastorale d’ensemble), mais le signe SIPE est généralement retenu pour les documents de travail.

55 CNAEF, 14 pp 279, « Cadrage historique… » (note de Fernand Boulard, 16 novembre 1973).

56 Assemblée plénière de lépiscopat français. Institut catholique de Paris 25, 26 et 27 avril 1960, Vanves, Imprimerie franciscaine missionnaire, 1960, p. 77-80.

57 Jacques Sutter, « Analyse organigrammatique de l’Église de France », Archives de sociologie des religions, 31, 1971, p. 99-149 ; Christian Sorrel, « À l’heure du Concile. Les débuts de la Conférence épiscopale française (1964-1974) », dans Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel, dir., Les Évêques français de la Séparation au pontificat de Jean-Paul II, Paris, Cerf, 2013, p. 329-344.

58 CNAEF, 14 pp 291, lettre à l’abbé Geck, 26 janvier 1961 ; 7 CE 108, circulaire du SIPE, 5 mars 1962.

59 CNAEF, 14 pp 279, « Cadrage historique… » (note de Fernand Boulard, 16 novembre 1973) et « Succession des sessions “Montmartre” » (1974).

60 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 12 février 1964.

61 Ibid., lettre à Mgr Etchegaray, 7 avril 1964.

62 Voir l’annexe 1.

63 CNAEF, 14 pp 291, lettre au chanoine Boulard, 15 janvier 1952.

64 Ibid., correspondance Boulard-Bissonnette, 28 avril-6 juin 1963.

65 Revue française de sociologie, 1-2, 1960, p. 222-223.

66 « La sociologie dans ses incidences… » ; CNAEF, 7 CE 108, lettre de Mgr Etchegaray, 17 août 1963.

67 AHAP, 4 A1 24, « Le Centrum orientationis et cooperationis pastoralis » (note du chanoine Boulard, 1963) ; CNAEF, 7 CE 108, lettre du chanoine Boulard à Mgr Etchegaray, 17 septembre 1961.

68 Sa communication est aussitôt publiée en France avant d’être reprise dans les actes du colloque : « Projets et réalisations de la pastorale d’ensemble », Masses ouvrières, 182, février 1962, p. 27-47.

69 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 19 juillet 1963.

70 CNAEF, 14 pp 327, circulaires du chanoine Boulard aux religieuses contemplatives, 1955-1974 (il confie ses activités à leurs prières).

71 En 1964, il évalue ainsi son voyage : « Au Chili, très bon travail “au sommet” : le cardinal et ses vicaires généraux ; l’archevêque de Valparaiso et ses vicaires généraux […]. Au Pérou, troisième semaine nationale de pastorale […]. Une évolution, lente, du clergé hétéroclite se fait grâce à ces assises annuelles : on a touché quelque 250 à 300 prêtres, en ces trois ans, sur un total national de quelque 1600 » (CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 29 janvier 1964). En 1960, il prolonge son périple continental dans les Antilles françaises.

72 Massimo Faggioli, Il vescovo e il Concilio. Modello episcopale e aggiornamento al Vaticano II, Bologna, Il Mulino, 2005, 476 p. Le quatrième Français, Mgr Rupp, auxiliaire de Paris puis évêque de Monaco, ne semble guère en phase avec ses collègues.

73 AHAP, 4 A1 24, mémoires adressés au secrétaire de la commission Gawlina, 5 octobre 1962.

74 AHAP, 1 D 16 23, lettre à Mgr Veuillot, 23 janvier 1961.

75 AHAP, 4 A1 24, lettre à Mgr Bertoli, nonce apostolique en France, 16 janvier 1961 ; « Note concernant la langue à utiliser dans les commissions du Concile ».

76 Ibid., lettre à Mgr Gawlina, 11 juillet 1961.

77 AHAP, 4 A1 24, « Praecipuae de animarum cura quaestiones », 15 novembre 1960. On trouve aussi les vota de Boulard dans le fonds conciliaire de Mgr Veuillot (1 D 16, 22-46).

78 Ibid., lettre de Mgr Suenens au chanoine Boulard, 30 mars 1961.

79 Ibid., « De episcopis senescentibus », 24 mai 1961.

80 Ibid., lettre de Mgr Guerry au chanoine Boulard, 16 octobre 1961.

81 Ibid., « Episcopi et sacrae curiae romanae congregationes », 25 février 1961 ; « De episcoporum conferentia », 24 mai 1961.

82 Il réside chez les Ursulines de Bergame (viale di Trastevere, 251) et tient un compte scrupuleux de ses dépenses (CNAEF, 14 pp 277).

83 AHAP, 4 A 1 24, lettre à Mgr Veuillot, 20 décembre 1963.

84 Mémoire du 10 octobre 1964, cité par Massimo Faggioli, op. cit., p. 364-365.

85 AHAP, 4 A 1 24, « Quelques impressions du haut de ma tribune », 15 novembre 1962. Voir l’annexe n° 2.

86 Massimo Faggioli, « Quelques thèmes de réflexion sur le modèle d’évêque postconciliaire », Revue des sciences religieuses, 76/1, 2002, p. 78-102.

87 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 12 novembre 1962 et AHAP, 4 A 1 24, circulaire du chanoine Boulard, 18 décembre 1962. Une rencontre d’information pour l’Afrique a lieu le 23. En marge du groupe, Boulard organise des déjeuners, par exemple en 1963 avec des évêques orientaux et des nonces apostoliques (CNAEF, 14 pp 277, lettre à Mgr Bertoli, 13 novembre 1963).

88 AHAP, 4 A1 24, circulaire signée par 9 évêques de 7 pays, sans date.

89 Ibid., « Quelques thèmes de réflexion », sans date (fin décembre 1962). Les six thèmes retenus sont « Magister et doctor fidei », « Pontifex », « Pastor Ecclesiae particularis », « Pater et servus », « Sponsor Ecclesiae universalis », « quelques options pratiques ».

90 Ibid., lettre au chanoine Boulard, 21 janvier 1963.

91 Ibid., compte-rendu de la réunion du 17 octobre 1963.

92 Ibid., listes et tableaux récapitulatifs (avec des ratures qui ne facilitent pas les bilans statistiques).

93 Denis Pelletier, « Une marginalité engagée : le groupe “Jésus, l’Église et les pauvres” », dans Mathijs Lamberigts et al. (éd.), Les Commissions conciliaires à Vatican II, Leuven, Faculteit der Godgeleerdheid, 1996, p. 63-89 ; Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel, « Les évêques français et le concile Vatican II », Anuario de historia de la Iglesia, vol. 21, 2012, p. 185-205.

94 AHAP, 4 A 1 24, compte-rendu de la réunion du 5 novembre 1963.

95 Ibid., lettre à NN. SS. de Courrèges et Maziers, 12 septembre 1964.

96 Ibid., lettres de convocation et comptes-rendus, 1964.

97 Ibid., lettres de convocation, comptes-rendus et documents de travail, 1965 ; CNAEF, 7 CE 109, compte-rendu du questionnaire sur le clergé, 13 octobre 1965.

98 AHAP, 4 A 1 24, compte-rendu de la réunion du 17 octobre 1963.

99 Ibid., « Nos deux dernières réunions », sans date.

100 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 23 décembre 1966.

101 CNAEF, 14 pp 276, circulaires et correspondances, 1966-1971.

102 Ibid., circulaire du 16 novembre 1970.

103 Ibid., lettres de Mgr Guyot, 20 novembre 1970, et de Mgr Coderre, 30 novembre 1970.

104 CNAEF, 7 CE 108, lettres à Philippe Lacoudre, communiquées à Mgr Etchegaray, 17 juin-17 octobre 1968.

105 CNAEF, 14 pp 327, circulaires du chanoine Boulard aux religieuses contemplatives, 1955-1974.

106 Christian Sorrel, « La mission contre les missions ? Paroisse urbaine et missions paroissiales en France des années 1890 aux années 1960 » [à paraître].

107 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 29 février 1968. En janvier 1967, Boulard a régularisé sa situation canonique en demandant son incardination dans le diocèse de Versailles, où il était arrivé quarante ans plus tôt et qu’il avait quitté depuis vingt-cinq ans (AHDV, fiche biographique).

108 CNAEF, 7 CE 108, lettre à Mgr Etchegaray, 24 mars 1967.

109 CNAEF, 14 pp 279, « Cadrage historique… » (note de Fernand Boulard, 16 novembre 1973).

110 La Charge pastorale des évêques. Texte, traduction et commentaires, Paris, Cerf, 1969, 467 p.

111 AHAP, 4 A 1 24, lettre au chanoine Boulard, 10 avril 1969.

112 CNAEF, 14 pp 279, 280 et 313, dossiers de travail. Six « Ephrem » sont convoqués jusqu’en 1977.

113 Par exemple, dans les Documents Épiscopat, « Les conseils pastoraux » (n° 14, 1973), « La pastorale des grandes villes » (n° 5, 1975) et « Le conseil épiscopal » (n° 17, 1976).

114 Premiers itinéraires en sociologie religieuse, 2e éd., Paris, Éd. ouvrières – Économie et humanisme, 1966, 160 p. Les papiers Boulard conservent une version mise à jour en 1976.

115 Pratique religieuse urbaine et régions culturelles, Paris, Éd. Économie et humanisme – Éd. ouvrières, 1968, 215 p.

116 Émile Poulat, « Catholicisme urbain et pratique religieuse », Archives de sociologie des religions, t. 29, janvier-juin 1970, p. 97-116 ; Fernand Boulard, Jean Rémy, « Villes et régions culturelles. Acquis et débats », ibid., p. 117-140.

117 CNAEF, 7 CE 108, correspondance Boulard-Etchegaray, 29 mai-3 juillet 1967.

118 François-André Isambert, Jean-Paul Terrenoire, Atlas de la pratique religieuse des catholiques en France, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques – Éditions du CNRS, 1980, 187 p.

119 Jean-Paul Terrenoire, « Cartographie et analyse écologique quantitative de la pratique religieuse rurale et urbaine en France », Sociétés contemporaines, n° 49-50, 2003, p. 63-84.

120 Claude Langlois, « Le chanoine Boulard et ses héritiers », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 69, 1983, p. 289-280.

121 Gérard Cholvy, Géographie religieuse de lHérault contemporain, Paris, PUF, 1968, 513 p. ; « Sociologie religieuse et histoire. Des enquêtes sociographiques aux “essais de sociologie religieuse” », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 55, n° 154, 1969, p. 5- 28 ; « Réflexions sur l’apport de la sociologie à l’histoire religieuse », Cahiers dhistoire, t. 15, n° 2, 1970, p. 97-111.

122 CNAEF, 14 pp 291, lettre à Émile Poulat, 6 avril 1973.

123 « La “déchristianisation” de Paris. L’évolution historique du non-conformisme », Archives de sociologie des religions, 31, 1971, p. 69-98 ; « Aspects de la pratique religieuse en France de 1802 à 1939 », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 59, n° 163, 1973, p. 269-311 ; « Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français. Aspects de la pratique religieuse en France 1802-1939 : l’exemple des Pays de Loire », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, t. 31, n° 4, 1976, p. 761-801.

124 « Sociologie et histoire religieuses de la France aux XIXe et XXe siècles : introduction générale », dans Fernand Boulard, dir., Matériaux pour lhistoire religieuse du peuple français XIXe-XXe siècles, t. 1, Paris, EHESS – Presses de la FNSP – CNRS, 1982, p. 11- 38.

125 Fernand Boulard, « Autour du catholicisme populaire, à propos de l’ouvrage de Robert Pannet », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 61, n° 167, 1975, p. 257-260 et « La religion populaire dans le débat de la pastorale contemporaine », dans Bernard Plongeron, dir., La Religion populaire. Approches historiques, Paris, Beauchesne, 1976, p. 27-49 ; La Religion populaire, Paris, Éd. du CNRS, 1979, 449 p. ; Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 63, n° 171, 1977, p. 422-423 et t. 64, n° 173, 1978, p. 376.

126 Il s’agit d’un premier repérage, compte tenu de la dispersion des articles dans des revues pastorales et des traductions. Ne sont pas pris en compte les multiples notes des Cahiers du clergé rural et les textes, signés ou non, des publications internes du Secrétariat de l’épiscopat.

Table des illustrations

Titre Fernand Boulard peu après son ordination sacerdotale (coll. AHAP).
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre La dernière rencontre du groupe « LÉvêque de Vatican II » le 3 décembre 1965 : le chanoine Boulard est au dernier rang, le troisième à gauche, près du tableau (coll. AHAP).
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search