Version classiqueVersion mobile

Les « Matériaux Boulard » trente ans après. Des chiffres et des cartes...

 | 
Christian Sorrel

Avant-propos

Texte intégral

1982… Le premier volume des Matériaux pour lhistoire religieuse du peuple français XIXe-XXe siècles voit le jour sous la direction du chanoine Fernand Boulard, disparu cinq ans plus tôt. Il concerne la région parisienne, ses prolongements normands et ligériens et pousse des antennes jusqu’au Massif central. Dans un avant-propos chaleureux, François Furet écrit : « Ce livre bourré de graphiques et de tables n’apporte sous la précision des chiffres que des mystères. Derrière les évolutions chronologiques et les frontières territoriales qu’il trace, il ne pose que des questions nouvelles : sur l’origine historique des phénomènes décrits, sur leur répartition dans l’espace, enfin sur leur interprétation, c’est-à-dire leur rapport à d’autres niveaux de la vie sociale. Le chanoine Boulard a été un inventeur de problèmes, ce qui est la manière classique de faire avancer le savoir. »

12011… Le dernier volume est publié, couvrant un large Sud-Est, de la Bourgogne et de la Franche-Comté à la Provence, attentif aux minorités religieuses, franchissant la Méditerranée vers les diocèses algériens. Entre-temps, deux autres volumes ont été édités, l’un en 1987, tourné vers le Nord, l’Est et l’Ouest du pays, l’autre en 1992, orienté vers le Languedoc, une partie du Massif central et un grand Sud-Ouest.

2Compte tenu du retard pris pour achever l’entreprise, le volume final peut apparaître comme un objet singulier, décalé, dans un paysage historiographique qui a changé de paradigme depuis trente ans. L’heure ne semble plus aux enquêtes collectives de longue durée, aux séries statistiques, aux monographies diocésaines, encore que la pratique, si féconde aux origines de l’histoire religieuse universitaire, n’en ait jamais été totalement délaissée et que des thèses récentes suggèrent des renouvellements en ce sens. Il est vrai aussi que les trois premiers volumes ont été relativement peu utilisés par les historiens et que la collection pâtit, dans son ensemble, d’une conception datant de la décennie 1970 et d’une réalisation étalée dans un temps marqué par la révolution des supports informatiques, ce qui rend difficile la confrontation des statistiques et plus encore des cartes, conçues différemment d’un volume à l’autre.

  • 1 Claude Langlois, « Des Études dhistoire ecclésiastique locale à la sociologie religieuse historiqu (...)

3Fallait-il pour autant laisser s’achever dans le silence une entreprise qui a marqué au moins deux générations d’historiens du religieux et contribué à les faire connaître au-delà des frontières nationales ? Les responsables du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), au sein duquel le tome IV a été mis au point en 2010 par des membres de l’équipe « Religions, Sociétés et Acculturation » (RESEA), ne l’ont pas cru bon et ont programmé une journée d’étude quelques mois après sa publication. Il ne s’agissait ni de célébrer un triomphe, ni de cultiver la nostalgie, mais de porter des regards rétrospectifs et prospectifs sur les « Matériaux », régulièrement auscultés d’ailleurs1, et la place des chiffres et des cartes en histoire religieuse, sans prétendre à l’exhaustivité. Au terme des communications, une table ronde réunissant les directeurs des volumes II, III et IV (Yves-Marie Hilaire, Gérard Cholvy, Bernard Delpal) et l’ancien responsable du Gdr 1095 du CNRS en charge de l’achèvement du programme (Claude Langlois) a été l’occasion de fructueux échanges dont on trouvera l’écho dans ce volume.

  • 2 Voir, en dernier lieu, Jacques-Olivier Boudon, « L’histoire religieuse en France depuis le milieu d (...)

4Les « Matériaux », désormais scellés, ne constituent qu’une pierre dans l’édifice de l’histoire religieuse contemporaine. Ils n’en sont peut-être pas (plus ?) une pierre d’angle. Mais ils sont à la disposition des chercheurs. À eux de les exploiter, de les faire fructifier et de les dépasser pour que l’histoire religieuse contemporaine, fragilisée ces dernières années par un repli relatif de ses positions universitaires en dehors de quelques pôles, reste un champ majeur de l’historiographie de la France contemporaine2.

Notes

1 Claude Langlois, « Des Études dhistoire ecclésiastique locale à la sociologie religieuse historique. Réflexions sur un siècle de production historiographique », Revue dhistoire de lÉglise de France, t. 62, 1976, p. 329-347 ; LObservation quantitative du fait religieux, Lille, Université de Lille III, 1992, 129 p. ; « Un siècle d’histoire du christianisme en France. Bilan historiographique et perspectives », Revue dhistoire de l’Église de France, t. 86, n° 217, 2000, p. 319-705.

2 Voir, en dernier lieu, Jacques-Olivier Boudon, « L’histoire religieuse en France depuis le milieu des années 1970 », Histoire, économie et société, n° 2, 2012, p. 71-86 ; Jean-Dominique Durand, « L’histoire religieuse en France », dans Jean-Dominique Durand, dir., Le Monde de lhistoire religieuse. Essais dhistoriographie, Lyon, LARHRA – RESEA, coll. Chrétiens et sociétés – Documents et mémoires, n° 16, 2012, p. 139-160.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search