Version classiqueVersion mobile

Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

 | 
Christian Sorrel

Annexe « Rapport sur l’activité de la Direction des centre d’acceuil (DCA) (1941-1944) »

Archives du Centre de documentation juive contemporaine, CCXVII-41a1

Abbé Glasberg

Texte intégral

  • 1 Le destinataire du rapport n’est pas mentionné, mais il s’agit peut-être de l’American Jew (...)

1Parmi les conséquences les plus tristes de l’avènement du régime de Vichy figure l’internement massif injustifié des réfugiés originaires des pays de l’Europe centrale et orientale qui avaient cherché asile en France, fuyant l’hitlérisme en raison de leurs convictions religieuses ou politiques ou de leur origine “non-aryenne”. Sous la pression des occupants, les internements s’accrurent encore en automne 1940, d’abord sous le prétexte économique, ensuite avec une brutalité qui ne s’embarrassait plus ni de prétextes, ni d’excuses.

2Les réfugiés qui parvenaient à se maintenir hors des camps étaient en butte aux chicanes administratives. Dans l’atmosphère de xénophobie et d’antisémitisme croissants, il était extrêmement difficile de leur éviter les difficultés dont les accablait une réglementation des étrangers toujours plus malveillante. On ne pouvait espérer réussir auprès des autorités qu’en intervenant dans les cas isolés, petitement, sans bruit, mettant à profit les rares bonnes volontés qui, secrètement, se maintenaient à la Préfecture, à la Sûreté, dans les Commissariats de police pour obtenir des allègements en apparence infimes : permis de séjour ou de travail, validation de papiers d’identité, sauf-conduits, choix de résidences forcées acceptables, levée de peines judiciaires pour les délits inévitables, toutes choses de peu d’importance, dirait-on, et qui pourtant décidaient du sort de dizaines de milliers d’êtres humains. Car la moindre infraction aboutissait à l’emprisonnement, à l’internement et, plus tard, à la déportation, de sorte qu’aplanir chacun de ces cas signifiait prolonger une sécurité provisoire, éviter le dispersement d’une famille, sauvegarder les dernières ressources des réfugiés et, souvent, tout simplement, sauver des vies humaines.

3Besogne difficile et ingrate, qui s’accomplissait loin de l’avant-scène de la bienfaisance, besogne dangereuse pour les comités d’assistance officiels, astreints à une légalité illusoire. Mais ce travail n’était pas trop humble pour M. l’Abbé Glasberg, délégué de S.E. le Cardinal Gerlier, Archevêque de Lyon, aux œuvres sociales en faveur des réfugiés étrangers. Pendant des mois et des mois, au Comité de la rue Sainte-Catherine et dans sa paroisse de banlieue, Saint-Alban, l’Abbé reçut des milliers de réfugiés, secondé dans cette tâche écrasante par son secrétaire, Hans Poukert, jeune catholique viennois, lui aussi sorti des camps.

4De plus en plus, dans son travail, l’Abbé se trouvait acculé au problème des camps de concentration. La situation s’aggrava encore en hiver 1940, avec la rigueur des mesures disciplinaires, les restrictions alimentaires qui, à la suite des abus de l’Administration des camps, dégénéraient en famine, et enfin le froid. Le 22 novembre 1940, un groupe de travailleurs sociaux de Lyon remettait au Cardinal Gerlier une note précisant les conditions d’internement et sollicitant son intervention auprès de Vichy. Aucune réforme de portée générale ne put être obtenue, et l’Abbé Glasberg résolut de s’attaquer au problème d’une manière partielle, plus modeste, mais plus efficace : il conçut l’idée des centres d’accueil, auxquels le Cardinal Gerlier accorda son patronage.

5La guerre continuant, le séjour dans les camps apparaissait comme illimité et ses conditions comme ne pouvant [qu’empirer]. Quant aux réfugiés en liberté, dépaysés, privés de toutes ressources et de tout droit au travail, ils tombaient à la charge des Comités, mais les secours accordés étaient de loin insuffisants. Derrière les barbelés comme dehors, c’était la déchéance, l’insécurité, la démoralisation.

6À cet état de choses, du moins pour un petit nombre, devaient remédier les centres d’accueil, une sorte de maisons communautaires, où des réfugiés extraits des camps auraient la possibilité de vivre jusqu’à la fin de la guerre dans des conditions compatibles avec la dignité humaine.

7C’est ainsi qu’au début de 1941, l’Abbé Glasberg et Nina Gourkinkel fondaient la Direction des centres d’accueil. Mais de longs mois de démarches et d’efforts devaient s’écouler jusqu’à ce que celle-ci obtînt, d’abord l’accord de principe des autorités, puis la consécration officielle, sous forme d’une lettre du Ministère de l’Intérieur en date du 13 juin 1941, accordant le transfert d’internés dans les centres d’accueil, et se déchargeant sur la DCA de ses fonctions de garde-chiourme. Le Ministère soulignait que transfert ne signifiait pas libération : le droit de libre déplacement et de travail demeurait refusé aux transférés.

8Comme la place dans les centres était limitée, il s’agissait, dans l’idée des fondateurs, de sortir des camps les éléments les plus intéressants, c’est-à-dire des hommes et des femmes viables, et leur donner la possibilité d’attendre la fin de l’orage sans subir la déchéance imposée par l’internement afin que, le jour de la libération venue, ils pussent reprendre leur place dans la vie. Ce principe ne tarda pas à encourir la réprobation de certains milieux “charitables”, lesquels, à qui mieux mieux, recommandaient à la DCA des vieillards et des infirmes. Mais la DCA persista dans sa décision de choisir des gens valides, et en premier lieu ceux qui avaient jadis exercé une profession libérale ou mensuelle [sic, manuelle ?], à moins que, en raison de leur ancienne activité sociale, ils eussent des titres à la reconnaissance publique.

9Cependant, la DCA fut amenée à faire une exception, et cela pour des raisons d’ordre financier.

10En désaccord avec les Comités sur les méthodes d’assistance, plaçant au premier plan la dignité des assistés, la DCA se refusait à demander des subsides aux organisations existantes afin de garder toute liberté d’action. En particulier, bien que, malgré son caractère interconfessionnel, s’adressant, par la force des choses, à une clientèle en grande majorité juive, la DCA, prévoyant l’extension de la politique raciste, ne voulait en aucun cas compromettre l’efficacité de son action en acceptant des subsides juifs. Au contraire, elle servit souvent de paravent à ces organisations et en particulier à l’OSE, dont un des dirigeants, le Dr Joseph Weill, entra dans son Comité directeur.

11La DCA devait être d’autant plus prudente qu’outre le but humanitaire immédiat, elle s’en proposait un autre, moins apparent, mais non moins intéressant : ses méthodes de travail discret lui permettaient d’opérer une sorte de sondage grâce auquel elle distinguait amis et ennemis. Aussi infime que fut l’aide apportée par elle aux réfugiés en regard de leur nombre général, le mouvement suscité par la DCA n’en avait pas moins une portée politique permettant, dans la masse des fonctionnaires de Vichy, de déceler des sympathies secrètes, puis agissantes, témoignage du maintien de la haute tradition française.

12Cependant, les réfugiés que prenait en charge la DCA étaient justement les plus démunis. Et, comme en raison des lois en vigueur et du manque de matières premières, il était impossible de former des collectivités de travail, la DCA trouva la combinaison suivante : chaque centre hébergeant en moyenne cinquante personnes, un tiers de celles-ci était choisi parmi ceux des internés qui avaient gardé quelque fortune. Pratiquement, il s’avéra que ces “possédants” étaient, en grande majorité, d’âge avancé et – le sentiment familial juif aidant – soutenus par des parents habitant l’Amérique ou la Suisse. Ils furent assez lourdement imposés, puisqu’ils durent payer, chacun, une pension suffisante pour entretenir trois hébergés : le payant lui-même et deux indigents.

13Les payants ne jouissaient d’aucun faveur, au contraire toute velléité de se prévaloir d’avantages pécuniaires était rigoureusement réprimée. Tous les hébergés étaient tenus, à tour de rôle et selon leurs forces et aptitudes, de s’acquitter des travaux de la maison, à l’exclusion de toute domesticité. À la tête de la maison était placé un économe ravitailleur, accrédité auprès des autorités locales. Il collaborait avec la direction interne, élue par les hébergés dans leur propre milieu, et qui réglait toutes les questions résultant d’une vie en commun, en particulier le roulement de travail.

14Pour accélérer les formalités de transfert, lentes et compliquées, il fut décidé de choisir les hébergés dans un seul camp, d’ailleurs le plus important : Gurs (Basses-Pyrénées). Là, sur place, le choix et les démarches étaient faits par l’Équipe d’entraide et de service social du Service social d’aide aux Émigrants, constituée par Ninon Haït, chef de l’Équipe, David Donoff et Théo Bernheim. À la suite de cette étroite collaboration, ces trois membres de l’Équipe entrèrent à la DCA.

15Les travaux préparatoires furent lents et difficiles, aussi bien en raison des lenteurs des démarches et des hésitations des fonctionnaires qu’effrayait le sens politique que cachait cette entreprise humanitaire qu’à la suite de difficultés de toutes sortes résultant du manque de matériel indispensable pour monter les maisons. Aussi, ce furent des hôtels momentanément non exploités que loua la DCA.

16Le Comité directeur de celle-ci se composait donc de l’Abbé Glasberg, du Dr Joseph Weill et de Nina Gourfinkel, avec, comme secrétaire général, David Donoff.

17Selon les principes sus énoncés, furent ouvertes cinq maisons pour adultes :

  1. – Centre d’accueil de La Roche d’Ajoux à Chansaye, Poule (Rhône), où le 2 novembre furent transférées de Gurs 57 personnes ; en mai 1942, Chansaye reçut un nouvel envoi de 20 personnes venant de Noé.
  2. – Centre d’accueil du Pont de Manne [à Saint-Thomas-en-Royans] (Drôme) où, le 8 mai 1942, furent transférées 52 personnes de Gurs.
  3. – Centre d’accueil du Bégué à Cazaubon (Gers), qui commença à fonctionner en août 1942 et accueillit moins de réfugiés légalement transférés que de fuyards de la zone occupée, d’évadés de camps et jeunes réfractaires français. En mai 1943, y arriva un transport légal de 11 personnes de Noé.
  4. – Centre d’accueil du Lastic à Rosans (Hautes-Alpes) où furent transférés, en mai 1942, 45 jeunes garçons entre 13 et 20 ans et 11 moniteurs de moins de 30 ans, les uns et les autres choisis parmi les internés de Gurs. Le site alpestre (950 m. d’altitude) convenait tout particulièrement au rétablissement de la santé des jeunes et un gros effort fut fait pour leur assurer une alimentation riche. L’OSE assura les frais d’entretien de ce centre, pendant que l’ORT y installait un excellent atelier de menuiserie. Des cours de travail de bois, de photographie, d’instruction générale et de langues y fonctionnaient. L’ensemble était organisé par Ninon Haït, le ravitaillement et l’économat étant assurés par Théo Bernheim.
  5. – En été 1942, avec la collaboration de l’OSE qui, cette fois, non seulement fournissait les moyens, mais assurait également la direction de la maison, fut fondé le Centre d’accueil de Vic-sur-Cère (Cantal), où furent placées 40 jeunes filles de 15 à 20 ans, transférées de Gurs et de Rivesaltes. Par la suite, leur nombre doubla presque.

18Grâce à l’aide du Dr Joseph Weill, des Quakers de Toulouse, du Unitarian Service de Marseille et du Colis Suisse, la DCA put, à diverses reprises, obtenir pour ses hébergés des denrées et des vêtements.

19Vu le succès de son entreprise et l’afflux incessant de demandes d’admission, vu surtout l’aggravation de la situation dans les camps où sévissaient la famine, la rénine, la dysenterie et l’œdème de la faim, des fonctionnaires de plus en plus nazifiés, la DCA se proposait de multiplier les centres, lorsque, en août-septembre 1942, commencèrent les déportations de juifs étrangers de la zone non-occupée. Avec la complicité tacite de la gendarmerie de Lasure (Rhône), David Donoff et Boris Bezborodko, ce dernier économe du centre de Chansaye, purent, dans cette maison, sauver 14 personnes sur les 29 désignées à la déportation. De même agit la direction de Vic-sur-Cère. Mais le malheur s’abattit sur le Lastic, où la maison entière des jeunes se trouvait visée par la réglementation de cette première déportation et où la situation fut aggravée par l’infamie du capitaine des T. E. Laurent, de Serres-sur-Buech, qui haïssait l’œuvre de la DCA [et] dirigea personnellement un véritable siège du centre, Théo Bernheim lui-même, quoique Français, fut obligé de fuir. Des Milles, où les jeunes furent d’abord transportés, plusieurs moniteurs et un garçon parvinrent à s’évader.

20La déportation éprouva durement le Pont de Manne, dont le directeur, le capitaine Henri Zagdoun, révéla à cette occasion sa lâcheté ; non seulement il n’aida à fuir personne des 31 hébergés désignés, mais, craignant que la Préfecture ne le rendît responsable des évasions, il livra aux gendarmes trois hébergés qui étaient parvenus à se cacher, ainsi que deux jeunes T. E. qui se trouvaient au centre par hasard et n’étaient nullement portés sur les listes. Du centre de triage de Vénissieux, on parvint à en sortir trois, et David Donoff en fit évader un quatrième. Malheureusement, les difficultés de l’heure empêchèrent le renvoi immédiat de Zagdoun qui, pourtant, s’imposait.

21Le développement de la DCA fut arrêté net par les rigueurs policières toujours croissantes et la méfiance des autorités. L’extension de l’occupation allemande à la zone sud rendit son existence officielle impossible. Déclaré par la Gestapo “ennemi public n° 1”, l’Abbé n’en essaya pas moins, malgré le danger, de continuer son activité, mais à Noël 1942, sur les instances de plusieurs fonctionnaires de la police lyonnaise, il se décida à disparaître. Mais il refusa de quitter la France et demeura camouflé dans le sud-ouest, prenant une part active à l’organisation de la résistance de sa région ; avec la libération, il devint aumônier départemental des FFI.

22Mais l’équipe de l’Abbé continuait le travail. Les vides créés dans les centres par la déportation se comblaient aussitôt, bien des gens sans sous ni gîte ayant recours à nous. Le Lastic vide fut transmis aux Quakers qui y placèrent des enfants espagnols. La maison de Vic-sur-Cère passa à l’Amitié chrétienne. Mais les trois autres maisons, Chansaye, Pont de Manne et le Bégué, étaient toujours desservies par l’Équipe, qui demeurait en contact avec l’Abbé. Victor Vermont restait au Bégué, Boris Bezborodko à Chansaye, Zagdoun à Pont de Manne ; D. Donoff assurait la liaison et Nina Gourfinkel la direction générale. Ainsi continuait le travail effectif, depuis l’occupation totale financé par l’American Jewish Joint Distribution Committee, étant donné l’impossibilité pour les hébergés payants de recevoir désormais de l’argent de l’étranger. Cette subvention du Joint ne pouvait être reçue que secrètement, afin de ne pas compromettre l’œuvre. Or, en automne 1942, s’était formée à Lyon une organisation de couverture qui, tout en travaillant avec l’argent d’assistance juif, assurait la représentation “aryenne” de cette assistance vis-à-vis des autorités. C’est à cette organisation, l’Amitié chrétienne, qu’avant de se retirer, l’Abbé avait demandé de se charger de représenter la DCA. Malheureusement, le 27 janvier 1943, le directeur de l’Amitié chrétienne, Jean-Marie Soutou, qui avait parfaitement compris son rôle, fut arrêté par la Gestapo. Relâché, il s’enfuit en Suisse.

23On entrait dans l’ère des camouflages. Les arrestations, déportations et exécutions se généralisant, notre équipe ne pouvait plus espérer sauver les gens que nous avions pris en charge qu’en les disséminant, sous de fausses identités. Or, le nombre de nos protégés ne cessait de croître, car la population des centres se reformait sans cesse, d’autres réfugiés s’installaient dans les parages et s’adressaient à nous, et aux hébergés venaient se joindre les évadés et les cachés. Tous ceux qui étaient capables de travailler étaient placés par nos soins, de préférence chez des paysans, dans de petits trous ; disons tout de suite que dans ces milieux, nous avons trouvé beaucoup de compréhension et de bienveillance. Les paysans étaient, de façon générale, très contents de nos gens, bien que peu entraînés aux durs travaux des champs, mais la bonne volonté de part et d’autre aplanissait les choses.

24Les jeunes étaient placés, les uns dans des internats et des collèges, d’autres cachés dans des couvents, des usines, des familles privées, etc. Il fallait maintenir la liaison avec chacun d’eux, leur fournir tous les mois des tickets, du tabac, de l’argent de poche, et surtout soutenir leur courage, leur faire sentir qu’ils étaient suivis et soutenus. Tel fut, pendant un an et demi, l’énorme travail accompli par David Donoff et, pour les réfugiés dépendant de Chansaye, par Boris Bezborodko.

25De son côté, le directeur du Bégué, Victor Vermont, avec l’aide inestimable de M. Sentou, Maire de Cazaubon, perfectionnait l’art du camouflage et créait une section de la Résistance, en entraînant une trentaine de jeunes de son centre.

26Sur ces entrefaites, en mai 1943, l’Amitié chrétienne, sous une nouvelle direction, exprimait la prétention de prendre effectivement en mains les centres, en y instaurant ses propres employés, sous prétexte qu’aucun des membres de notre Équipe ne pouvait agir officiellement. Or, les véritables dirigeants de l’Amitié chrétienne (son président, le doyen Garraud, ne pouvant guère entrer personnellement dans les détails) ignoraient tout des centres et des réfugiés. Leur conception formaliste, leur crainte de l’illégalité, leur acceptation des méthodes vichyssoises, qui se faisaient jour en dépit de la raison d’être de l’organisation, représentaient un grave danger pour nos protégés qui ne pouvaient espérer survivre qu’en marge de la législation de Vichy. Nous enlever l’initiative de l’action, en introduisant dans notre jeu dangereux et délicat, mais dont nous assumions la responsabilité et les risques, des personnes étrangères, non averties et timorées, signifiait compromettre tout notre travail. C’est ce que comprit le Joint, en la personne de MM. Jacques Jefroykin, Maurice Brennet et Joseph Fischer qui, malgré l’insistance de l’Amitié chrétienne, continuèrent à nous remettre directement les subsides mensuels pour les trois centres que nous gardions.

27Si l’Amitié chrétienne s’était acquittée de son rôle de représentation administrative et de contrôle financier sérieux, comme nous le lui demandions, nous aurions cédé sur le point de la remise des fonds, mais très vite les faits justifièrent notre [mot manquant]. Ainsi, lorsque le 12 juillet 1943, à la suite d’une descente de la Gestapo à Chansaye, Boris Bezborodko, personnellement visé, fut obligé de disparaître, l’Amitié chrétienne le remplaça par un directeur et un économe de son choix. La gestion désordonnée et intéressée de ces deux hommes fit beaucoup de mal au centre et nous ne parvînmes qu’avec grande peine à nous débarrasser de l’économe, mais le directeur, pourtant son complice, reste toujours à Chansaye. Heureusement, disposant du financement, nous avons pu confier toute la partie financière à un nouvel économe éprouvé, M. Eanaud.

28Au Pont de Manne, sûr de son impunité, Zagdoun veillait surtout à ses avantages personnels et brimait les hébergés. Nous insistâmes sur la liquidation de cette maison et demandâmes à l’Amitié chrétienne de contrôler celle-ci, l’attitude de Zagdoun étant trop menaçante pour que l’un de nous se risquât à vérifier sérieusement ses comptes. Mais l’Amitié chrétienne éluda elle aussi ce risque, et la liquidation, en mai 1943, se fit dans des conditions déplorables. Zagdoun ne livra rien de l’important stock des denrées et de bois et partit en laissant une série de dettes inattendues. Les hébergés du Pont de Manne se dispersèrent, et ceux qui n’avaient pas où aller furent transférés clandestinement, et sous de fausses identités, au Bégué, non sans que Zagdoun fit des difficultés.

29Le 16 août 1943, l’Équipe fut sévèrement éprouvée. La Gestapo vint au Bégué chercher son directeur, Victor Vermont, dont l’activité dans la Résistance était aggravée du fait de ses origines et de sa parenté avec l’Abbé. Bien qu’averti à temps, Vermont, de propos délibéré, ne s’enfuit pas, craignant des représailles contre la maison, et attendit sur place qu’on vînt le prendre. En effet, Vermont emmené, la Gestapo ne s’inquiéta pas des hébergés ; après une incarcération de six mois au Cherche-Midi, Vermont fut déporté le 7 mars 1944.

30En décembre 1943, d’accord avec l’Amitié chrétienne, nous installions au Bégué un nouveau directeur, M. Georges Luino, ex-commissaire provincial des Compagnons de France. Cette maison, difficile et turbulente, nous intéressait particulièrement, autant en raison du nombre de ses habitants – 114 – que parce qu’un tiers environ étaient des jeunes qui s’entraînaient aussi bien au travail agricole qu’à la Résistance. M. Luino continua leur instruction militaire et partit avec eux au maquis le 7 juin 1944. La plupart furent versés par la suite au Bataillon d’Armagnac.

31Le 3 Juillet 1944, une colonne militaire allemande accompagnée de la Gestapo, faisait une perquisition au Bégué et emmenait 8 hommes. Mais à la faveur d’un engagement de cette colonne avec le maquis, à quelques kilomètres de Cazaubon, les 8 hébergés purent être libérés.

32Un autre coup atteignit l’Équipe : Boris Bezborodko, qui était passé au travail illégal, fut arrêté à Lyon et déporté le 3 février 1944.

33Le 27 juin 1944 à Lyon, David Donoff était assassiné dans la rue par la Milice et la Gestapo.

34De l’ancienne Équipe restait seule Nina Gourkinfel, obligée par surcroît à se cacher. Mais dès l’arrestation de Vermont, Ninon Haït était revenue au Bégué et, depuis, cumulant le travail des centres avec celui du Service social des Jeunes dont elle s’occupait (planquage [sic] et camouflage de jeunes), elle ne cessa de nous apporter son aide.

35Avec la libération, à la date du 15 septembre 1944, la situation des deux centres restant se présente comme suit :

36Au Bégué, tous les hommes jeunes ou capables de porter les armes se sont enrôlés aux FFI. Il reste dans la maison ou dans les environs, mais dépendants de la maison, 83 personnes, pour la plupart âgées, incapables de travailler et obligées d’attendre la fin de la guerre, souvent sans ressources et sans certitude de retrouver leurs proches. Une partie seulement pourra partir aussitôt après la cessation des hostilités.

37La situation est analogue à Chansaye où se trouvent 45 hébergés.

38Afin de réduire les frais et simplifier la gestion, nous nous proposons de liquider prochainement ce centre et de transférer au Bégué ceux des hébergés qui sont obligés d’attendre que leur sort se décide.

39Il va de soi qu’avec la rentrée de l’Abbé Glasberg, encore retenu par ses fonctions d’aumônier militaire, les centres devront être – également sur le plan officiel – rendus à la Direction des centres d’accueil. Ce n’est qu’en retrouvant son entière liberté d’action que celle-ci pourra mener à bien sa tâche. Cette tâche consiste à veiller à ses hébergés tant que dure la guerre et que ne peuvent être prises des dispositions définitives à l’égard des réfugiés étrangers. Actuellement, nous suivons 155 personnes, nombre qui pourra être réduit jusqu’à 125. Il faudra cependant munir d’un petit viatique chacun des partants démunis, afin de leur aplanir, dans toute la mesure de nos moyens, le retour à la vie normale. Quant au centre du Bégué, abritant les vieux et les inaptes au travail jusqu’à leur émigration ou une solution quelconque de leur sort, le besoin pourra s’en faire sentir encore pendant de longs mois. En conséquence, nous demandons au Joint de continuer à nous soutenir, afin de nous permettre de mener à bon port ceux qu’il nous a été donnés de préserver de la mort et de la déchéance.

40Lyon, le 15 septembre 1944

Notes

1 Le destinataire du rapport n’est pas mentionné, mais il s’agit peut-être de l’American Jewish Joint Distribution Committee si l’on se réfère à sa conclusion. La transcription donnée ici ne reproduit pas les fautes de frappe ou les particularités de la dactylographie (absence ou présence de majuscules pour le même mot, etc.).

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search