Version classiqueVersion mobile

Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

 | 
Christian Sorrel

Alexandre Glasberg citoyen français

Les apports du dossier de naturalisation

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Archives nationales [AN], 19770888/196, dossier de naturalisation d’Alexandre Glasberg (4931/36), l (...)
  • 2 Note du Bureau du Sceau, 2 mai 1936 ; Archives départementales du Rhône, 3494 W 118, dossier Alexan (...)

1Le 5 novembre 1948, l’abbé Alexandre Glasberg, qui « désire se fixer définitivement en France », constitue un dossier de naturalisation auprès de la préfecture du Rhône1. Une première demande, déposée au printemps 1935, alors que l’intéressé était un inconnu, avait été ajournée « à trois ans », malgré les « bons renseignements obtenus », en raison de la courte durée de son séjour en France2. La notoriété acquise avec la guerre semble lui ouvrir une voie aisée vers la nationalité française. Mais les obstacles s’accumulent sur sa route et le décret de naturalisation, obtenu le 10 mars 1950, ne met pas fin aux difficultés. Il faut attendre en effet le début de l’année 1951 pour que la procédure soit définitivement validée, au terme de plusieurs enquêtes qui donnent un éclairage utile sur son parcours et sa perception par les autorités françaises.

  • 3 Lire la communication de Norbert Sabatié.
  • 4 Archives du Centre de documentation juive contemporaine, CCXVII-41a, « Rapport sur l’activité de la (...)
  • 5 Ordre de mission, 10 novembre 1944. Le 1er décembre 1944, l’abbé Glasberg se retire du Comité dépar (...)
  • 6 Note du ministère de la Santé publique et de la Population sur les activités du COSE, 27 février 19 (...)
  • 7 Ordre de mission, 29 mai 1945.

2Alors que la guerre n’est pas encore terminée, l’abbé Glasberg, mobilisé par les combats de la Libération dans le Tarn-et-Garonne et devenu aumônier des FFI3, reste fidèle à son engagement premier en se préoccupant de la situation des étrangers sur le sol national et de la restitution à la Direction des centres d’accueil des établissements créés à partir de 1941, deux d’entre eux seulement étant encore sous sa tutelle, à Cazaubon et Chansaye4. Il revient à Lyon en octobre 1944 et, le 10 novembre, le ministre de l’Intérieur du Gouvernement provisoire, le socialiste Adrien Tixier, lui confie une mission d’étude sur les étrangers en le chargeant de visiter les centres d’accueil5. Quelques jours plus tard, il fonde le Service des étrangers pour diriger les centres, analyser la condition des apatrides (« études xénologiques »), informer les pouvoirs publics et promouvoir des « réalisations sociales ». L’association, déclarée le 7 décembre 1944, installe son siège social à Paris sous la présidence d’un ingénieur agronome résidant dans la capitale, mais employé par une usine lyonnaise, Georges Louis Porchez, marié à une Russe. Celui-ci est assisté par un directeur d’usine parisien né en Russie, Boris Fisz, qui assure les fonctions de trésorier, un avocat lyonnais adjoint au maire, défenseur des militants de Combat et interné politique sous le régime de Vichy, Jean Fauconnet, et deux compagnes de lutte du prêtre, Ninon Haït-Weyl et Nina Gourfinkel. Le 3 février 1945, le Service des étrangers prend le nom de Centre d’orientation sociale des étrangers (COSE6), tandis que son directeur, l’abbé Glasberg, est confirmé dans le rôle d’interlocuteur des autorités, comme le montre la mission que lui confie en mai 1945 le ministre des Prisonniers de guerre, déportés et réfugiés, Henri Frenay, « sur la situation des enfants étrangers amenés en France des camps de concentration allemands7 ».

  • 8 Pierre Jacobsen, « L’œuvre de l’Organisation internationale pour les réfugiés », Population, n° 6, (...)
  • 9 L’abbé Glasberg l’a sans doute rencontrée dès cette période, notamment à l’occasion des réunions du (...)
  • 10 Note du ministère de la Santé publique et de la Population sur les activités du COSE, 27 février 19 (...)

3L’abbé Glasberg se consacre dès lors en priorité à l’essor du COSE qui oriente ses activités vers l’hébergement des vieillards (Dun-sur-Meuse, Hyères), la réadaptation des tuberculeux (Nanteau) et le reclassement professionnel (centre communautaire d’horlogerie dans la Drôme, centre d’apprentissage de la rue de Bourseul à Paris, foyer de jeunes filles à Mulhouse). Il distribue aussi des bourses d’apprentissage en plaçant des réfugiés dans les établissements publics et organise des cours du soir de français au siège parisien. Les activités sont financées au départ par l’American Jewish Joint Distribution Committee, fondé en 1914, et l’Organisation internationale pour les réfugiés (OIR), agence de l’ONU créée en 1946-19478. Mais l’État français intervient de plus en plus par le biais des lois d’assistance sociale et des crédits mis à la disposition du Service social d’aide aux émigrants (SSAE), dirigé par Marcelle Trillat, active dans les œuvres sociales de la zone Sud durant la guerre9, et Marie Bidault, sœur du président du CNR et ancienne responsable du service de l’assistance de l’OIR. Il prend définitivement le relais en 1950, le SSAE étant seul habilité désormais à distribuer des secours en argent, et conserve à l’abbé Glasberg le rôle qu’il lui avait reconnu dans la coordination des œuvres privées agréées par l’OIR : il co-préside un comité ad hoc avec Marcelle Trillat10.

  • 11 Le dossier de naturalisation comporte de nombreux articles fournis par l’intéressé.
  • 12 Attestation du curé Laurent Remillieux, 5 novembre 1948.
  • 13 Celebret, 2 février 1948.
  • 14 Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne, dir., Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle, (...)
  • 15 Il « se rend en Palestine avec notre autorisation. Nous le recommandons au bon accueil des autorité (...)
  • 16 Angelo Giuseppe Roncalli, Journal de France, t. 1, Paris, Cerf, 2006, passim.
  • 17 Rapport complémentaire des Renseignements généraux, 12 avril 1949.

4Durant ces années, Alexandre Glasberg, dont la presse se fait l’écho des publications et des conférences consacrées aux étrangers et à la Palestine11, semble se déplacer souvent entre Lyon et Paris, même s’il réside en général à Paris. À Lyon, le presbytère de la paroisse Notre-Dame Saint-Alban lui procure son adresse officielle lors de sa demande de naturalisation12. À Paris, il habite rue des Acacias, chez sa sœur, Tatiana Lampert, arrivée au début des années 1930 et devenue infirmière. Prêtre, il continue à dépendre du diocèse de Moulins, dont l’évêque, Mgr Jacquin, renouvelle en 1948 le celebret indispensable à tout prêtre catholique13. À l’archevêché de Paris, il ne semble avoir de contact qu’avec Mgr Beaussart, ancien auxiliaire du cardinal Suhard, « épuré » et contraint à la démission en juillet 1945, mais toujours chargé de l’administration diocésaine des étrangers et du contrôle des prêtres qui les assistent14. C’est lui qui accorde l’imprimatur à Glasberg pour ses brochures sur la question palestinienne. C’est lui aussi qui lui délivre des lettres attestant sa situation régulière pour ses voyages en Palestine et en Iran15. C’est peut-être lui enfin qui l’introduit auprès du nonce apostolique Roncalli, dont il est le confesseur, afin de lui permettre d’exposer le problème palestinien16. Durant ses séjours parisiens, Glasberg célèbre la messe en l’église Saint-Ferdinand des Ternes, à laquelle il restera fidèle jusqu’à sa mort, sans y assurer d’autre service et en faisant don de ses honoraires à des œuvres17. Mais il est souvent absent en raison de ses voyages en France et à l’étranger pour lesquels il dispose d’une carte de séjour de résident privilégié (en tant que prêtre) et d’un passeport polonais établi le 31 décembre 1947 par l’ambassade de Pologne à Paris et valide jusqu’au 30 juin 1949 pour la France, la Belgique, la Suisse, la Palestine et l’Iran.

  • 18 Le colonel Buckmaster écrit : « [Il] a travaillé pour la Résistance jusqu’à la Libération. Il a fou (...)
  • 19 Avis du préfet du Rhône, signé par le secrétaire général de la préfecture, 22 décembre 1948.

5Tel est l’homme qui sollicite la nationalité française en 1948, sans mettre particulièrement en avant son titre de résistant, même s’il fournit un certificat établi à Londres le 28 février 1945 par le colonel Maurice J. Buckmaster, chef de la section F de la Direction des opérations spéciales britannique chargée de l’aide à la Résistance intérieure française, et mentionne l’attribution de la médaille de la Résistance le 25 avril 194618. À Lyon, l’instruction du dossier est rapide et le préfet donne un avis « très favorable » à la naturalisation d’une figure « bien connue » dans le département du Rhône et au-delà par son « activité sociale » : « Son loyalisme paraît assuré et son attitude politique est très correcte. La personnalité de l’abbé Glasberg me paraît au-dessus de toutes critiques19. »

  • 20 Notes du 11e bureau, cabinet C, 7 et 24 janvier 1949 ; lettre du ministre de la Santé publique et d (...)
  • 21 Lettre du 12 avril 1949.
  • 22 Il aurait vécu « maritalement » avec elle à son arrivée à Paris et l’assiste grâce aux subsides de (...)

6Le premier examen effectué en janvier 1949 à Paris par les fonctionnaires du ministère de la Santé publique et de la Population, en charge des procédures de naturalisation, est tout aussi positif (« dévouement aux œuvres sociales », « très haute moralité », « loyalisme assuré »). Mais ces derniers jugent utile de demander l’avis du préfet de police en raison « des fonctions importantes exercées » par Glasberg au COSE20. Le 12 avril 1949, celui-ci exprime sa réserve suite à un long rapport critique des Renseignements généraux21. Après avoir retracé le parcours de l’abbé Glasberg depuis son entrée en France, non sans quelques ragots sur ses relations avec Élisabeth Belenson22, l’enquêteur évoque l’activité du COSE, le train de vie du prêtre jugé sans lien avec ses revenus officiels (« superbe voiture américaine de fabrication récente », chauffeur) et ses relations privilégiées avec les « diverses sphères israélites françaises et étrangères ». Tous les employés du COSE sont juifs, et en premier lieu Mme Moosmann, qui gère le service d’assistance administrative et juridique et accompagne la régularisation des étrangers entrés clandestinement, avec l’appui de son époux, fonctionnaire détaché au ministère de l’Intérieur, « communiste notoire ». Glasberg aurait d’ailleurs conservé « ses traditions religieuses d’origine » et il n’a cessé de plaider la cause de l’immigration juive en Palestine par l’aide apportée à l’Exodus, son voyage à Téhéran, sa participation à l’assemblée plénière du Congrès juif mondial à Montreux et ses conférences ou textes publiés en France. Dans le même temps, il affiche sa sympathie pour le communisme, se rend régulièrement en Pologne et entretient des contacts suivis avec l’ambassade de Pologne à Paris – ce qui le fait soupçonner d’être membre des services de renseignement du pays, sans que l’on puisse en apporter la preuve. Il participe aussi à des congrès de l’Organisation polonaise d’aide à la Patrie et est membre des Amitiés franco-polonaises et du Mouvement national contre le racisme, deux organisations où les sympathisants du PCF sont nombreux. La conclusion est évidente :

Tout […] tend à démontrer que ses sympathies, ses sentiments et ses devoirs sont attirés par des pays autres que le nôtre et par des conceptions spirituelles et sociales distinctes de celles que nous avons adoptées. Il passe, dans les milieux catholiques, et notamment auprès de l’archevêché, pour être un personnage extrêmement intelligent, mais très mystérieux. Sa foi, comme toute son activité, y sont mises en doute en raison d’une part du peu d’importance qu’il accorde au culte catholique et d’autre part de l’interprétation qu’il a donnée à ses impressions rapportées de l’étranger, notamment de Pologne et d’Iran. Enfin, on ne cache pas non plus l’opportunisme qu’il manifeste et l’autorité avec laquelle, à l’aide de ses multiples relations, il s’introduit au sein de diverses administrations françaises où sa présence et les démarches qu’il y effectue peuvent, dans certains cas, constituer un danger pour notre indépendance nationale.

  • 23 Note du 11e bureau, 20 avril et 2 mai 1949.

7La tonalité de ce rapport, « de nature à mettre en doute le loyalisme du postulant », incite les fonctionnaires du ministère de la Santé publique et de la Population à consulter la Direction générale de la Sûreté nationale au ministère de l’Intérieur et le ministère des Affaires étrangères, au moment où le ministre lui-même, le MRP Pierre Schneiter, s’intéresse au dossier23. En septembre 1949, le directeur de la Sûreté nationale juge les « griefs invoqués contre ce prêtre […] sans fondement », mais n’approuve pas pour autant la naturalisation :

  • 24 Lettre du directeur général de la Sûreté, 30 septembre 1949.

On doit considérer que l’activité récemment déployée par l’intéressé était orientée dans un sens qui dépassait le cadre des intérêts strictement nationaux. On peut donc redouter que, dans l’avenir, un concours de circonstances amène l’abbé Glasberg à se trouver engagé dans une voie contraire aux exigences du pays dont il sollicite la nationalité. En prévision de cette éventualité qui risquerait de placer l’abbé Glasberg lui-même dans une position délicate vis-à-vis de notre pays, j’estime qu’il serait plus opportun de ne pas intégrer le requérant dans la communauté nationale24.

  • 25 Copie d’une note sur André Moosmann, 20 juillet 1949. Une note complémentaire du 20 septembre 1950  (...)

8Cette réserve n’est probablement pas sans lien avec l’affaire Moosmann, qui trouve un dénouement au même moment, selon la copie d’un rapport joint au dossier Glasberg, mais qui semble n’avoir été communiquée au ministère de la Santé publique et de la Population par le Service de documentation extérieur et de contre-espionnage (SDECE) qu’en décembre 1950. Le 8 juin 1949, en effet, André Moosmann, époux de la collaboratrice du COSE mise en cause par les Renseignements généraux, fonctionnaire au ministère du Travail détaché à la direction de la Réglementation de la Sûreté nationale au ministère de l’Intérieur depuis janvier 1945, est renvoyé à son administration d’origine. Né en France, résistant, responsable des émissions de la Radiodiffusion française vers la Pologne et la Tchécoslovaquie, il est accusé d’avoir encouragé, lors de ses voyages en Pologne, des ressortisants à rejoindre la France et de les avoir accueillis chez lui, tel le « propagandiste communiste » Artur Sandauer, futur critique et universitaire. Avec son épouse, née polonaise et naturalisée par son mariage, il serait aussi intervenu en faveur d’un autre « agent de propagande communiste », Klara Kaplun-Nicholas, déchue de la nationalité française en 1936, et, plus généralement, de volontaires étrangers soutenus par le Centre d’action et de défense des immigrés dont le secrétaire était l’« agitateur communiste » Abraham Matline jusqu’à sa dissolution par le gouvernement en 1948. C’est dans ce contexte qu’Alexandre Glasberg, informé de l’existence d’une enquête de la Direction de la surveillance du territoire sur André Moosmann, aurait alerté le suspect, rendant ainsi possible une démarche de sa part auprès de la Sûreté nationale25.

  • 26 Lettre et bordereau d’envoi de documents du ministre des Affaires étrangères au sous-directeur des (...)
  • 27 Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, p. 102-103 et, ci-dessus, la communication de Jé (...)
  • 28 Sur le deuxième voyage, en 1948, lire le témoignage de Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vi (...)
  • 29 Lettre au ministre des Affaires étrangères, 1er juin 1949.

9Le Quai d’Orsay est tout aussi hostile à l’abbé Glasberg à l’issue de la consultation de ses représentants : « Les services politiques de mon département sont vivement opposés à une naturalisation éventuelle de cet ecclésiastique dont toute l’activité, en France comme à l’étranger, s’exerce en faveur d’organisations sionistes et qui milite, d’autre part, dans des groupements extrémistes26 . » Si le ministre de France à Tel Aviv ne peut fournir aucun renseignement sur la mission du prêtre en Palestine au moment de la création de l’État d’Israël27, il n’en est pas de même pour les ambassadeurs à Varsovie et Téhéran. Le premier évoque quatre voyages, deux en compagnie de « catholiques progressistes français » (Emmanuel Mounier, Stanislas Fumet28) et deux pour préparer l’émigration de groupes de Juifs, mais son jugement demeure pondéré29 :

Si certains membres du clergé de ce pays ont pu se trouver choqués de l’origine et des manières parfois rustiques et brusques de l’abbé Glasberg, ainsi que de ses tendances progressistes, cette ambassade, au contraire, n’a jamais eu qu’à se louer de la façon dont il s’est comporté dans ce pays et de la discrétion avec laquelle il a toujours su se tenir à l’écart de la politique ou des observations partisanes sur ce qu’il avait observé ici.

  • 30 Lettre au ministre des Affaires étrangères, 30 mai 1949.

10La tonalité est bien différente chez l’ambassadeur à Téhéran qui rend compte du séjour de l’abbé Glasberg en Iran, en compagnie de Ninon Haït-Weyl, en septembre 194830 :

M. l’abbé Glasberg, qui a été reçu par cette ambassade durant tout son séjour à Téhéran avec une franche cordialité, ne paraît pas y avoir répondu avec la même confiance. C’est ainsi qu’il a constamment laissé planer une équivoque, aussi bien sur sa nationalité que sur les motifs de son voyage. C’est par hasard que nous avons su qu’il utilisait un passeport polonais et, alors qu’il assurait être venu étudier la situation des ouvriers d’une part et des minorités chrétiennes d’autre part, tous les faits relevés après son passage ne laissent aucun doute sur le but du déplacement de l’abbé Glasberg qui a consisté presque exclusivement, ici, à organiser l’acheminement semi-clandestin, par l’Iran, d’Israélites irakiens.

11Pour appuyer ses affirmations, l’ambassadeur donne copie d’un rapport envoyé au Quai d’Orsay en novembre 1948 après les confidences faites à l’un de ses collaborateurs par deux évêques chaldéens. Ils venaient de découvrir que l’aide offerte par l’abbé Glasberg – une camionnette pour le ravitaillement des hameaux et les visites pastorales – aurait eu en fait pour objectif de faciliter le séjour provisoire dans les communautés chrétiennes des Juifs irakiens en transit vers Israël :

  • 31 Rapport au ministre des Affaires étrangères, 16 novembre 1948. L’abbé Glasberg profite toutefois de (...)

L’hébergement clandestin par des minorités chrétiennes iraniennes de minoritaires israélites irakiens destinés à rejoindre la Palestine ne pourrait que mettre les chaldéens […] dans un incontestable péril […]. Je n’ai pas besoin de dire les conséquences extrêmement fâcheuses qui en résulteraient tant pour ce poste que pour les minorités chrétiennes auxquelles sont ostensiblement allés ses soins31.

  • 32 Note signée par le ministre de la Santé publique et de la Population, 10 octobre 1949.
  • 33 Lettre à Pierre Schneiter, 9 mai 1949.
  • 34 Lettre à Pierre Schneiter, 17 mai 1949.
  • 35 Lettre à Pierre Schneiter, 19 mai 1949.
  • 36 Lettre à Pierre Schneiter, 17 mai 1949.

12En fait, dès le 10 octobre 1949, avant même la fin de l’instruction du cas Glasberg, le ministre Schneiter avait décidé de donner un avis favorable à la naturalisation en raison de la fragilité du rapport des Renseignements généraux et surtout « des interventions multiples – et qualifiées – en faveur du candidat32 ». Seules les démarches écrites, qui valorisent l’action résistante, ont laissé une trace dans le dossier. Elles sont au nombre de six et datent toutes de mai 1949, au moment où le postulant, informé des obstacles, mobilise ses relations et transmet plusieurs documents à l’appui de sa requête. Quatre sont adressées directement au ministre. L’adjoint au maire de Lyon, Jean Fauconnet, administrateur du COSE, présente de manière assez générale le rôle de Glasberg à Lyon au début des années 194033. Le ministre MRP Georges Bidault, qui a rencontré le prêtre dans sa ville natale de Moulins, évoque « son rôle courageux pendant l’occupation et les services incalculables qu’il a rendus aux Juifs » et affirme le tenir « pour un homme qui fait honneur au pays dont il demande d’être citoyen34 ». André Philip, député SFIO du Rhône, s’exprime dans le même sens en rappelant que c’est Glasberg qui « le cacha à Lyon » lorsqu’il fut « menacé d’arrestation » et en insistant « tout particulièrement sur l’intérêt que présente » son cas et « l’urgence » de sa demande : « Il a rendu d’éminents services à la cause de la Résistance s’opposant notamment avec beaucoup de courage aux persécutions raciales […]. Je peux vous assurer que la France ne peut que s’honorer de prendre l’abbé Glasberg parmi les siens35. » L’abbé Pierre, député MRP, aborde plus directement les enjeux politiques en jouant sur le compagnonnage partisan avec Pierre Schneiter36 :

Je l’ai connu dans la région lyonnaise dès avant la guerre, au temps où il secourait, dans un splendide esprit de générosité chrétienne, les proscrits d’Allemagne ou d’Autriche. Puis durant toute la clandestinité. Je peux t’assurer que la France s’honorera de faire sien ce prêtre […]. Faut-il t’ajouter que, si certains tentent de lui nuire en cherchant à le présenter dans tes services comme communiste, de telles assertions sont absurdes ? La moindre enquête sérieuse l’établira. Merci de ce que tu peux faire pour que cette demande aboutisse. Ce sera une bonne action.

  • 37 Lettre à l’abbé Glasberg, 3 mai 1949. À son retour à Lyon, Louis Richard s’était expliqué dans le b (...)

13Les deux derniers témoignages, émanant eux aussi d’ecclésiastiques, extérieurs en revanche à la sphère politique, sont adressés directement à l’intéressé qui les fait parvenir au ministère. Le sulpicien Louis Richard, directeur au Séminaire universitaire de Lyon, résistant et déporté, se situe sur le terrain religieux37 :

Je suis peiné d’apprendre que vous sentez actuellement à votre égard des suspicions à cause de vos origines juives, de votre zèle dans la défense des Israélites, dans la Résistance, de votre activité sociale présente. Quand on s’engage, comme vous l’avez fait, il est bien difficile de ne pas s’exposer à des jugements malveillants, mais vous accepterez cette épreuve dans l’esprit de votre Maître et Sauveur, avec le témoignage de votre conscience de prêtre. Pour moi, qui vous ai suivi depuis le début, je vous rends ce témoignage qu’en défendant avec tant d’efficacité les Juifs persécutés, vous avez grandement servi en prêtre la cause de l’Église et, en même temps et à grands risques, la cause de la France que vous considérez comme votre patrie. Vous la servez encore aujourd’hui dans votre activité sociale pour les étrangers qui viennent en France et je sais que, comme prêtre de l’Église, vous refusez d’appartenir à aucune organisation politique. J’espère que je vous reverrai bientôt. Vous savez ma paternelle affection.

  • 38 Lettre à l’abbé Glasberg, 13 mai 1949.

14C’est sur le même terrain, mais en se limitant à l’expérience de la guerre, que se place l’ancien évêque de Montauban, désormais évêque de Tarbes et Lourdes, Mgr Théas, qui fut l’ordinaire de l’abbé Glasberg aux heures sombres de 1943-194438 :

Je suis très heureux de recevoir, aujourd’hui même, de vos nouvelles. Cela me donne l’occasion, que je saisis avec empressement, de vous redire, après quelques années de silence, mon attachement et ma très fervente reconnaissance pour le beau travail que vous avez accompli à Montauban où j’eus, en 1942, la grande joie de vous accueillir. Pendant les années difficiles, mais très intéressantes, de l’occupation, vous avez fait, dans le Tarn-et-Garonne, très belle œuvre, dont je garde le souvenir le plus ému. Curé de Léribosc, vous avez eu un contact personnel avec votre peuple et vous aviez une prédilection très marquée pour ceux qui étaient les moins assidus à l’église. Vous alliez, comme le divin Maître, à la poursuite des brebis égarées. Comme Lui aussi, vous ne ménagiez pas les Pharisiens. Dois-je vous rappeler que vous avez été – et à quels risques – l’âme de la Résistance et que, grâce à vous, il y a eu, dans le Tarn-et-Garonne, de nombreux citoyens qui n’ont pas accepté la situation de fait, qui ne se sont pas résignés. Je me souviens de la popularité de bon aloi qui vous entourait et qui était un hommage à vos qualités sacerdotales et humaines. Je sais qu’au moment de la Libération, alors que moi-même je me trouvais loin de mon diocèse, vous avez été en contact permanent avec l’évêché de Montauban et que vous avez apaisé l’opinion et limité bien des dégâts. Je suis heureux de me rappeler tous ces souvenirs, parce qu’ils me sont très chers et parce qu’ils me permettent de vous exprimer une fois encore et ma gratitude et mon attachement le plus dévoué. »

  • 39 Notes du 1er décembre 1949 et 23 février 1950.

15Le 1er décembre 1949, en dépit de la réponse du ministère des Affaires étrangères, mais conformément à la décision de Pierre Schneiter, les fonctionnaires de la Direction générale de la population et de l’entraide concluent la procédure sur instruction du directeur général et transmettent leurs directives à la préfecture de Lyon. L’abbé Glasberg acquitte les droits exigés le 14 février 1950, son dossier est envoyé au service du décret le 23 février et le décret de naturalisation, en date du 10 mars, est publié au Journal officiel le 1239.

  • 40 Dépêche du 6 décembre 1950 citée dans une note de la Direction générale de la population et de l’en (...)
  • 41 Pierre Picut, La Communauté Boimondau, modèle d’éducation permanente : une décennie d’expérimentati (...)

16Or, quelques mois plus tard, le ministre de l’Intérieur Henri Queuille demande le retrait de l’acte : « Des renseignements récents qui viennent de m’être communiqués il résulte que l’abbé Glasberg a facilité, en liaison avec des personnes françaises et étrangères éminemment suspectes, la mainmise du PCF sur un centre de formation horlogère patronné par l’OIR et destiné aux personnes déplacées pour des buts qui ne peuvent qu’être opposés aux intérêts de notre pays40. » Les études détaillées manquent pour saisir tous les rouages d’une affaire qui concerne l’intervention, début 1950, de l’abbé Glasberg, en quête de lieux de formation pour les réfugiés, dans la Cité horlogère créée dans la Drôme par Marcel Barbu, fondateur dissident de la Communauté Boimondau en 1941. Le conflit se focalise autour de l’école, reprise par son compagnon puis rival Marcel Mermoz, qui se présente comme communiste tout en ayant quitté le PCF et que le préfet de la Drôme cherche à éliminer. Les incidents se multiplient parmi les élèves, déchirés selon les appartenances nationales, la presse mène campagne contre l’établissement, présenté comme un foyer du Kominform, Glasberg tente de jouer les arbitres en favorisant la nomination d’un nouveau directeur, le sous-préfet Weyl, frère de Ninon Haït-Weyl, jusqu’au renoncement de l’OIR et à la liquidation de l’école en 195141.

  • 42 Note du 16 février 1951.
  • 43 Rapport du SDECE, 19 décembre 1950.

17L’affaire suffit en tout cas à relancer les soupçons contre Glasberg dont la demande de naturalisation n’aurait pas été recevable en application du code de la nationalité qui exige des postulants une « neutralité politique », conçue comme « l’un des éléments essentiels du loyalisme qu’implique l’assimilation42 ». Le 19 décembre 1950, le SDECE, saisi treize jours plus tôt par la présidence du Conseil, remet un long rapport sur la carrière de l’abbé Glasberg. Il reprend des informations citées l’année précédente et apporte des détails sur l’aide aux déportés politiques allemands en 1945 ou les contacts avec la princesse Galitzine-Tolstoï en 1947. Il revient sur le voyage de 1948 en Pologne, dont il aurait été l’organisateur et dont « le gouvernement polonais seul a pu retirer un avantage ». Il fait de même sur le séjour en Iran en insistant sur l’argent dont Glasberg disposait, le luxe de son hôtel, ses achats de tapis, son refus de contacts poussés avec les religieux européens de Téhéran et son intérêt pour les minorités arméniennes et chaldéennes, supposées toutes deux « communisantes ». Le rédacteur complète enfin le procès à charge en signalant ses « contacts presque officiels » avec les ambassades soviétique et polonaise à Paris avant de conclure : « [L’abbé Glasberg] est un homme très intelligent, très dynamique, aux activités multiples et souvent inquiétantes. Il dispose d’une grosse fortune, d’origine indéterminée et placée en presque totalité aux USA. Intrigant et orgueilleux, il a su se créer de hautes relations43. »

  • 44 « Résumé et conclusion de l’entretien qu’a eu M. le directeur général avec M. Schneiter le 2 mars 1 (...)

18Ce texte caricatural, qui en dit plus long sur les obsessions des services secrets que sur Glasberg, ne suffit pas à convaincre Pierre Schneiter de donner suite à la proposition de retrait de la nationalité française d’Henri Queuille. Le 2 mars 1951, lors d’un entretien avec le directeur général de la population et de l’entraide, il constate que « les faits essentiels reprochés à l’intéressé sont antérieurs à la naturalisation et étaient connus au moment où la décision est intervenue » et que les « seuls faits nouveaux », qui concernent la Drôme, « ne sont pas nettement établis ». Mais, plus que « le point de vue juridique », il met en avant le « plan de l’opportunité » : « Il paraît délicat de rapporter le décret de naturalisation de l’abbé Glasberg en raison de la confiance qui lui était témoignée par l’OIR et qui lui est maintenue par la commission interministérielle chargée de l’assistance aux réfugiés. Il exerce, en effet, des fonctions importantes dans ce domaine et l’organisation repose en grande partie sur lui44. » À presque cinquante ans, Alexandre Glasberg est définitivement citoyen français.

19L’intérêt du dossier de naturalisation de l’abbé Glasberg est évident. Il apporte des informations de première main, données par l’intéressé ou réunies par les enquêteurs des différents services de l’État, même si les préjugés des fonctionnaires semblent désarmer trop souvent leur esprit critique. Sans aider à résoudre toutes les énigmes du parcours du prêtre, il éclaire des moments décisifs de l’immédiat après-guerre et laisse entrevoir l’apport possible de documents similaires pour mieux appréhender les engagements ultérieurs de l’abbé Glasberg, mêlé à bien des démarches qui n’ont pas manqué de susciter l’attention des services de renseignement français et israéliens.

Notes

1 Archives nationales [AN], 19770888/196, dossier de naturalisation d’Alexandre Glasberg (4931/36), lettre de l’abbé Glasberg, 5 novembre 1948, et notice de renseignements établie par le commissaire central Queyroux, 22 décembre 1948. Désormais, sauf indication contraire, tous les documents cités proviennent de cet épais dossier.

2 Note du Bureau du Sceau, 2 mai 1936 ; Archives départementales du Rhône, 3494 W 118, dossier Alexandre Glasberg.

3 Lire la communication de Norbert Sabatié.

4 Archives du Centre de documentation juive contemporaine, CCXVII-41a, « Rapport sur l’activité de la Direction des centres d’accueil (DCA) 1941-1944 », 15 septembre 1944.

5 Ordre de mission, 10 novembre 1944. Le 1er décembre 1944, l’abbé Glasberg se retire du Comité départemental de Libération de Tarn-et-Garonne dont il était membre depuis sa création le 17 juin 1944.

6 Note du ministère de la Santé publique et de la Population sur les activités du COSE, 27 février 1951 ; statuts de l’association, 7 décembre 1944 ; procès-verbal de l’assemblée générale du 3 février 1945. Le 20 décembre 1946, le Journal officiel enregistre le changement d’adresse de l’association, du 65, avenue des Champs-Élysées au 52, rue de l’Arbre sec (siège jusqu’en 2012).

7 Ordre de mission, 29 mai 1945.

8 Pierre Jacobsen, « L’œuvre de l’Organisation internationale pour les réfugiés », Population, n° 6, 1951, p. 27-40. L’OIR a succédé à l’United Nations Relief and Rehabilitation Administration (UNRRA).

9 L’abbé Glasberg l’a sans doute rencontrée dès cette période, notamment à l’occasion des réunions du Comité de Nîmes.

10 Note du ministère de la Santé publique et de la Population sur les activités du COSE, 27 février 1951.

11 Le dossier de naturalisation comporte de nombreux articles fournis par l’intéressé.

12 Attestation du curé Laurent Remillieux, 5 novembre 1948.

13 Celebret, 2 février 1948.

14 Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne, dir., Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle, Paris, Cerf, 2010, p. 60-61.

15 Il « se rend en Palestine avec notre autorisation. Nous le recommandons au bon accueil des autorités ecclésiastiques […] auxquelles il aura l’occasion de se présenter » (17 mars 1948) ; il est « autorisé à se rendre en Iran pour le service des communautés religieuses établies en ce pays » (16 août 1948).

16 Angelo Giuseppe Roncalli, Journal de France, t. 1, Paris, Cerf, 2006, passim.

17 Rapport complémentaire des Renseignements généraux, 12 avril 1949.

18 Le colonel Buckmaster écrit : « [Il] a travaillé pour la Résistance jusqu’à la Libération. Il a fourni les moyens de contact et des maisons sûres à un moment où des livraisons de matériel s’effectuaient par des personnes interposées. Par son courage et son dévouement exemplaires, il a rendu de grands services à la cause alliée. »

19 Avis du préfet du Rhône, signé par le secrétaire général de la préfecture, 22 décembre 1948.

20 Notes du 11e bureau, cabinet C, 7 et 24 janvier 1949 ; lettre du ministre de la Santé publique et de la Population au préfet de police, 29 janvier 1949.

21 Lettre du 12 avril 1949.

22 Il aurait vécu « maritalement » avec elle à son arrivée à Paris et l’assiste grâce aux subsides de l’OIR et du COSE.

23 Note du 11e bureau, 20 avril et 2 mai 1949.

24 Lettre du directeur général de la Sûreté, 30 septembre 1949.

25 Copie d’une note sur André Moosmann, 20 juillet 1949. Une note complémentaire du 20 septembre 1950 précise la carrière de l’intéressé (études, action résistante), ses cautions politiques (André Philip, Philippe Serre, Léo Hamon, Géraud Jouve, Jacques Destrée) et sa vie privée (liaison avec une réfugiée polonaise munie d’un faux état civil et recrutée par la police politique de son pays d’origine qui fait pression sur elle à travers son mari emprisonné, mais ne l’utilise pas).

26 Lettre et bordereau d’envoi de documents du ministre des Affaires étrangères au sous-directeur des naturalisations, 26 novembre 1949.

27 Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, p. 102-103 et, ci-dessus, la communication de Jérôme Bocquet.

28 Sur le deuxième voyage, en 1948, lire le témoignage de Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie. Souvenirs choisis, Paris, Cerf, 2002, p. 554-557.

29 Lettre au ministre des Affaires étrangères, 1er juin 1949.

30 Lettre au ministre des Affaires étrangères, 30 mai 1949.

31 Rapport au ministre des Affaires étrangères, 16 novembre 1948. L’abbé Glasberg profite toutefois de ce voyage pour attirer l’attention des Européens sur le destin des chrétiens d’Orient qu’il a visités : « Les Assyro-Chaldéens devant la conscience européenne », Esprit, février 1949, p. 256-274.

32 Note signée par le ministre de la Santé publique et de la Population, 10 octobre 1949.

33 Lettre à Pierre Schneiter, 9 mai 1949.

34 Lettre à Pierre Schneiter, 17 mai 1949.

35 Lettre à Pierre Schneiter, 19 mai 1949.

36 Lettre à Pierre Schneiter, 17 mai 1949.

37 Lettre à l’abbé Glasberg, 3 mai 1949. À son retour à Lyon, Louis Richard s’était expliqué dans le bulletin du Séminaire universitaire (Pax, n° 54, 3 juin 1945) : « J’ai été accusé de collaborer aux Cahiers du Témoignage chrétien, ce qui était faux, mais j’ai reconnu que je les recevais et les distribuais à des amis et, bien entendu, j’ai refusé de dire qui me les passait et à qui je les communiquais. Mes relations avec l’abbé Glasberg, défenseur des Juifs, connues par celui qui me dénonçait et avec qui j’ai été confronté à Fresnes, ont été retenues aussi. C’est tout de même pour la liberté du Témoignage chrétien que j’ai été arrêté, emprisonné et déporté. » Selon Stanislas Fumet, arrêté en même temps que Louis Richard, leur dénonciateur était le Père Tzebrikow, venu s’enquérir à Lyon des frères Glasberg, avec qui il avait été en contact à leur arrivée en France. Voir Histoire de Dieu dans ma vie..., op. cit., p. 510-513 et, ci-dessus, ma communication sur la vocation sacerdotale d’Alexandre Glasberg.

38 Lettre à l’abbé Glasberg, 13 mai 1949.

39 Notes du 1er décembre 1949 et 23 février 1950.

40 Dépêche du 6 décembre 1950 citée dans une note de la Direction générale de la population et de l’entraide, 16 février 1951 (elle mentionne aussi une lettre du 23 juin 1950 dont le texte n’est pas reproduit).

41 Pierre Picut, La Communauté Boimondau, modèle d’éducation permanente : une décennie d’expérimentation (1941-1951), thèse, Université Lyon 2, 1991, 535 et 513 p. ; Marcel Mermoz, L’Autogestion c’est pas de la tarte, Paris, Seuil, 1978, 237 p. ; Michel Chaudy, Faire des hommes libres. Boimondau et les communautés de travail à Valence 1941-1982, Valence, Éditions Repas, 2008, 170 p.

42 Note du 16 février 1951.

43 Rapport du SDECE, 19 décembre 1950.

44 « Résumé et conclusion de l’entretien qu’a eu M. le directeur général avec M. Schneiter le 2 mars 1951 au sujet du retrait de la naturalisation de l’abbé Glasberg », 8 mars 1951.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search