Version classiqueVersion mobile

Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

 | 
Christian Sorrel

Glasberg, la Palestine et Israël

Jérôme Bocquet

Texte intégral

  • 1 « De l’assistance à la résistance », texte dicté en octobre 1980 à Nina Gourfinkel pour le (...)
  • 2 Lettre de Louis Richard, Lyon, 3 mai 1949.
  • 3 Les archives du COS sont incomplètes. D’après son directeur général, les fonds sur la créa (...)

1La vie d’Alexandre Glasberg ressemble à une énigme. Seule une fidélité revendiquée à des valeurs explique une trajectoire parfois complexe, mais conforme à celle de nombreux chrétiens « engagés » de l’après-guerre. Une phrase de l’abbé Glasberg, peu avant sa mort, résume peut-être les engagements de toute une vie : « Cette recherche de bouc émissaire, ce n’est pas la première fois qu’elle apparaissait dans l’histoire. Jadis, c’étaient les Juifs puis tout ce qui est inhabituel, étrange, étranger. C’est de là même que vient la xénophobie1. » L’histoire personnelle d’Alexandre Glasberg commande ses actions, en premier lieu sans doute sa judéité. « Votre zèle dans la défense des israélites », lui lance un des directeurs du Séminaire universitaire de Lyon en mai 19492. N’occultons pas non plus le fait qu’une partie de sa famille est restée en Union soviétique et en Pologne devenue communiste. Sa vie est surtout marquée par l’héritage de la Résistance, qui inspire tous ses combats d’après-guerre. Il y mobilise ses réseaux en France, en Israël parmi ses anciens protégés du Comité d’aide aux réfugiés, dans l’Église catholique et les milieux politiques. Elle explique ses habitudes de la clandestinité, son souci d’aider les réfugiés ou les opprimés. Il en arrive ainsi à soutenir dans un premier temps le jeune État hébreu, « encerclé » par les États arabes, puis les réfugiés palestiniens, comme plus tard les victimes des régimes de Salazar ou de Pinochet, et à se faire champion de la paix. C’est enfin un homme de gauche aux convictions et aux amitiés socialistes durables. Il est ainsi tout à la fois un des pionniers de l’État d’Israël, un homme au secours de toutes les victimes des guerres, par exemple lors de la guerre d’Algérie. Reste la part d’inconnu pour l’historien impuissant face aux silences d’une vie partagée entre les mystères de l’action clandestine et les inconnus de l’intime3.

Le champion d’Israël

  • 4 Alexandre Glasberg, « La leçon sociale de l’affaire Exodus », Esprit, octobre 1947, p. 502
  • 5 Lettre de F. Hammel à l’abbé Glasberg, 2 février 1973.

2Alexandre Glasberg est profondément sioniste. « Dans ce désert moral [qu’est l’après-guerre], le message sioniste acquiert une résonance extraordinaire », écrit-il en 1947. « Seul, il apporte l’espoir. Il promet aux prisonniers l’exode vers la lointaine patrie où ils vivront libres et utiles4. » Il est l’homme d’Israël à au moins trois titres, comme Juif, comme intellectuel et comme homme d’action. S’il cherche à aider ses anciens coreligionnaires, c’est qu’il se présente d’abord comme un de leurs frères, en tant que juif converti, mais peut-être surtout en tant que sioniste convaincu. Secourir les israélites lui apparaît comme une nécessité d’homme et de prêtre. « Ce que vous avez fait pour nous [les Israéliens et l’État hébreu], vous l’avez fait en tant que Juif », lui écrit ainsi un de ses amis israéliens5.

  • 6 Il est déjà membre d’un groupe d’initiation à l’hébreu au Séminaire universitaire de Lyon.
  • 7 Alexandre Glasberg, « La leçon sociale… », loc. cit., p. 523.
  • 8 Le Saint-Siège est un des acteurs majeurs de la scène palestinienne, d’abord au titre de g (...)

3S’inscrivant dans la continuité de l’Amitié chrétienne, il utilise les réseaux catholiques de la Résistance. Il choisit tout naturellement d’aider les réfugiés, c’est-à-dire les survivants des camps, pour la plupart demeurés encore en Allemagne et victimes de l’antisémitisme, sinon de pogroms comme en Pologne ou en Roumanie entre 1946 et 1947. Il cherche d’autre part à établir un lien entre Israël, le sionisme et l’Église, autant par empathie pour le monde israélite que pour le sionisme.6 Il en arrive à rédiger en juillet 1947 une « Note sur la question palestinienne considérée du point de vue catholique » afin de plaider une attitude bienveillante à l’égard des Juifs palestiniens. Il se charge d’apporter ce rapport à Rome en compagnie d’un délégué de l’Agence juive, Moshe Sneh. En octobre 1947, il évoque même, après l’adoption à New York du plan de partage de la Palestine, l’idée d’une garantie conjointe de l’Église et de l’ONU en faveur d’un règlement juste de la question palestinienne7. Il est vrai que Glasberg est alors en marge des positions du Saint-Siège, partie prenante du conflit en Palestine8. Surnommé, d’après la légende, « le prêtre » par les agents israéliens, il apparaît en tout cas comme un des pionniers du rapprochement judéo-chrétien, luttant à la fois contre l’antijudaïsme ancien de l’Église et l’antisémitisme.

  • 9 Lettre de R. Sarraute, avocat à la Cour d’appel de Paris, 13 novembre 1947.
  • 10 Alexandre Glasberg, La Leçon sociale de l’affaire Exodus, Paris, Éditions Réalité, 1947, 6 (...)
  • 11 Lettre, Hauteville, 26 novembre 1947.

4Glasberg écrit dans la revue Esprit, tente d’alerter les pouvoirs publics et l’opinion. « L’indignation qui l’anime sera un réconfort pour tous ceux que l’atroce problème de l’émigration juive préoccupe », lui écrit un de ses lecteurs qu’il a côtoyé durant la guerre9. C’est tout particulièrement vrai avec l’affaire Exodus. Il publie ainsi en octobre 1947 La Leçon sociale de l’affaire Exodus10, plaidoyer en faveur du projet sioniste et brûlot contre la politique mandataire britannique, « courageuse action » selon les mots d’un curé normand ancien compagnon de Glasberg en 194211. « Votre étude représente une contribution importante à notre cause, écrit en mars 1948 le président de la commission de travail judéo-chrétien pour la lutte contre l’antisémitisme en Suisse. Nous avons l’espoir que maints hommes, impressionnés par la vérité qu’ils apprennent en lisant ce livret, se joindront à notre mouvement qui devrait unir tous ceux qui sont de bonne volonté. »

  • 12 Lettre de Robert Louisgrand, Lyon, 23 novembre 1947.
  • 13 David Lazar, « Louis Massignon, le sionisme et l’État d’Israël », dans Denis Charbit, dir. (...)
  • 14 Lettre de l’abbé Leclerc, Drancy, 18 décembre 1947.

5Glasberg, comme d’autres personnalités issues de la Résistance, chrétiennes et de gauche, se montre favorable à la constitution d’un État hébreu. Il inspire d’autres membres de l’Église catholique. Robert Louisgrand, jésuite de la procure des missions d’Orient à Lyon et ancien officier de liaison à Jérusalem auprès des Britanniques durant la guerre, qui croyait « être le seul prêtre catholique à [s’]intéresser activement au sionisme », lui témoigne ainsi en 1947 sa gratitude et son admiration12. Il n’en reste pas moins marginal, en premier lieu parmi les religieux présents au Moyen-Orient. En atteste l’attitude en 1947 de Louis Massignon, inquiet pour le sort des Arabes palestiniens et hostile depuis 1936 au retour d’Israël en Palestine13 : « Vous avez lu sans doute dans le dernier numéro de Témoignage chrétien les lignes de M. Massillon (sic) à propos du partage de la Palestine. On peut assez bien les accorder avec votre propre propos, mais ne fait-il pas une fois de plus la part belle à son cher islam ? Il n’estime pas assez, à mon avis, la force révolutionnaire des collectivités sionistes, ce que vous avez bien souligné, ni le fait que peu importe une minorité en face d’une masse, si c’est cette minorité qui a raison14. »

  • 15 Il publie en janvier 1946 À la recherche d’une patrie, Paris, Éditions Réalité, 1946.
  • 16 Lettre de Louis Richard, en date du 3 mai 1949.
  • 17 Lettre, signature illisible, Lyon, 29 décembre 1947.
  • 18 Lettre de Nicolas Jean, Dijon, grand séminaire, 7 janvier 1948.
  • 19 Shlomo Hillel, Vent d’est, Jérusalem, 1985, p. 178. De la même manière, Glasberg s’est inq (...)

6La lecture de la question palestinienne par l’abbé Glasberg et son engagement spirituel et politique ne sont pas partagés par tous. Comme le reconnaît Robert Louisgrand, converti à la cause du sionisme, « par formation, je ne suis qu’un arabisant et un modeste islamologue. Je n’ai point trahi l’islam et ne juge pas profond l’antagonisme judéo-arabe qui n’est que politique et superficiel ». Glasberg se livre donc d’abord à un travail d’influence dans l’affaire Exodus comme dans la question israélienne avant 194815. Sa correspondance éclaire ainsi l’importance des réseaux issus de la Résistance, politiques, religieux ou rencontrés au séminaire de Lyon. Ce sont ainsi Henri de Lubac, sj, qui le remercie très chaleureusement de lui avoir envoyé son manifeste sur l’Exodus, le cardinal Petit de Julleville, archevêque de Rouen, le sulpicien Louis Richard, le confortant dans son action en faveur des Juifs persécutés16, ou ce prêtre du Séminaire universitaire Notre-Dame de Lyon l’assurant d’une large diffusion de son article de la revue Esprit, « témoignage spirituel rendu par les colonies sionistes17 ». « Je vous félicite pour cette œuvre de lumière et de vraie charité qui est Force et Résistance », lui écrit un de ses amis du séminaire de Dijon où la brochure a été lue au réfectoire. « Je prie pour votre ministère si vaste, si délicat, si lourd. Que l’esprit vous guide et vous éclaire, véritable étoile des mages ! N’êtes-vous pas vous aussi un mage18 ? » Ses préoccupations s’inscrivent dans un souci plus large des minorités religieuses au Moyen-Orient, des juifs comme des chrétiens d’Orient. Ne publie-t-il pas, toujours dans Esprit, en 1949 « Les Assyro-chaldéens devant la conscience européenne » ? À Bagdad, où ses compagnons du Mossad lui font remarquer en 1951 que la vie des chrétiens d’Irak se révèle peut-être aussi difficile que celle des juifs, il n’hésite pas à répondre que « le pire est peut-être d’être l’un et l’autre19 ».

  • 20 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 502.
  • 21 Lettre de l’abbé Glasberg, Paris, 2 janvier 1973.
  • 22 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 520.

7Est-il pour autant un intellectuel, voire un idéologue ? Il est vrai qu’il n’a de cesse de défendre le modèle socialiste prôné par le sionisme. Il vante ainsi, dans Vers une nouvelle charte sociale. L’espoir palestinien, publié à Paris en mai 1948, « la réalisation d’un système inspiré des plus hauts principes d’un socialisme pratique et moral ». Il perçoit les kibboutzim qu’il a eu l’occasion de visiter durant son premier séjour en Palestine en 1948, à la veille de la naissance de l’État hébreu, comme à la fois un espoir et un « rêve » pour les Juifs rescapés, « des foyers de vie [qui] surgissent, les kibboutzim, les fermes-écoles, où l’on apprend l’hébreu et les travaux des champs, pour se préparer à la Palestine20 ». Dans une France en pleine reconstruction, le kibboutz lui apparaît comme un modèle qu’il tente par exemple de mettre en œuvre dans son projet de reprise de la Cité horlogère de Valence. Il y voit le moyen de réconcilier le capital et le travail, d’associer une communauté de travail et le développement économique, « un exemple socialiste pour le monde nouveau à construire21 ». Glasberg soutient donc l’État d’Israël aussi bien parce qu’il est Juif que parce qu’il est socialiste et ancien résistant, condamnant tout antisémitisme de gauche. Il ne peut qu’être mortifié par l’attitude d’Ernest Bevin, chef du Foreign Office, ministre travailliste proférant « les mêmes insanités » qu’Hitler. Il reprend les mots de Jean-Paul Sartre en décelant « dans cette hystérie […] les cheminements obscurs [de l’antisémitisme] dans l’âme même des individus22 ».

  • 23 Témoignage de Roger Millot, Paris, février 2012.
  • 24 Lettre de P. Singer, délégué pour l’Europe du ministère israélien de la Défense nationale, (...)
  • 25 Il est par ailleurs reconnu par l’Institut Yad Vashem comme Juste parmi les nations en oct (...)

8Alexandre Glasberg reste avant tout un homme d’action. C’est pour lui une doctrine qui remonte aux années de Résistance : entreprendre la lutte « au lieu de faire de la bienfaisance », explique-t-il encore en octobre 1980. Cela fait sans doute l’originalité du personnage, « assez vif dans ses réactions, même violent23 ». Ne se contentant pas de dénoncer, il agit. Marqué par les habitudes de la Résistance qui ne sont pas celles d’un clerc, il a probablement été recruté comme agent du Mossad, les services secrets israéliens, en France, en Pologne, où il a été au moins accompagné de plusieurs membres du Mossad en 1948, en Israël et au Moyen-Orient en Irak ou en Iran. Il a joué un rôle marquant dans la création de l’État d’Israël, avant et après la déclaration d’indépendance en avril 1948. Il est indéniablement un des pionniers de l’État hébreu aux temps héroïques entre 1947 et 1951. Il est un de ces rouages de l’effort de guerre du jeune État. Mais il a joué également un rôle actif dans la guerre d’indépendance et a concouru à l’émigration juive en Palestine à partir de 1945. Dès l’année 1949, le jeune gouvernement israélien loue d’ailleurs « l’infatigable activité que vous avez déployée depuis la Libération au service de la cause israélienne24 ». En témoigne encore l’invitation de Golda Meïr, alors ministre des Affaires étrangères, en mars 1961 pour l’inauguration du monument en l’honneur de la Haganah25.

  • 26 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 510. Débarqués à Haïfa, les passagers sont renvoyés s (...)
  • 27 Avant le départ vers l’Allemagne, les autorités françaises acceptent d’envoyer à bord plus (...)

9L’abbé Glasberg est ainsi associé aux grands mythes de l’histoire nationale de l’État hébreu, en premier lieu l’affaire Exodus. Il concourt au regroupement de plus de quatre mille Juifs de toute l’Europe. Chargé de mission dès mai 1945 par Henri Frenay, ministre chargé des prisonniers de guerre et des déportés, afin d’étudier la situation des enfants étrangers rapatriés en France des camps de concentration allemands, il se rend à plusieurs reprises en Pologne entre 1946 et 1948 pour connaître les conditions d’existence des Juifs. Il est impliqué dans l’émigration de près de mille Juifs polonais. C’est à cette occasion qu’il travaille à la logistique pour envoyer ces anciens déportés en train vers Sète, port d’embarquement du cargo rebaptisé Exodus 47. Glasberg est alors un de ceux qui ont contribué à faire connaître en France le sort des réfugiés issus du bateau refoulé par les Britanniques en juillet 1947. Ces derniers sont renvoyés vers la France avant de finir en Allemagne, « les errants de la mer26 ». Glasberg apporte ainsi son concours lors de leur escale à Port-de-Bouc. Obtenant un laissez-passer, il monte à bord des bateaux qui ramènent les rescapés de l’Exodus pour les convaincre d’accepter l’offre de la France. Celle-ci se proposait en effet de les accueillir. Avec d’autres et des organisations d’assistance juives comme l’American Jewish Joint Distribution Committee, il tente d’apporter aux passagers enfermés dans des conditions d’hygiène très difficiles un peu d’aide et de ravitaillement27.

  • 28 Arnold Krammer, « L’aide militaire tchèque à Israël », Revue de l’Est, 5, 1974, p. 153- 17 (...)
  • 29 Ibid., p. 175.

10Alexandre Glasberg aurait par ailleurs contribué à la vente d’armes tchécoslovaques à Israël, négociée en janvier 1948, ce qui semble en fait très peu probable28. Plus sûrement, il participe à la collecte des armes avec un agent du Mossad, Venya Hadari, avec lequel il avait déjà négocié en février 1948 le départ de Juifs de Pologne. Il en organise le transfert à partir de l’aéroport d’Ajaccio avec des hommes de la mafia corse. Il contribue ainsi à l’armement de la Haganah, la seule armée moderne de la région, avec la Légion arabe de Transjordanie, dans le but de compenser l’infériorité numérique face aux armées arabes : « Nous avons acheté des armes partout où nous avons pu en trouver », explique ainsi au New York Times en 1948 le ministère israélien des Affaires étrangères29. Glasberg joue ici un rôle d’intermédiaire à la demande du délégué en Europe du tout nouveau ministère israélien de la Défense. Les dirigeants du Yichuv, le conseil de l’Agence juive, puis de l’État hébreu ont en effet envoyé des agents de la Haganah dans toute l’Europe et mobilisé d’ailleurs tous leurs réseaux en Europe, auprès par exemple de Nina Gourfinkel et de Ninon Haït-Weyl, anciennes du camp de Gurs, cofondatrices du COSE avec Alexandre Glasberg.

  • 30 Joseph Weill, dans La Tribune juive du Bas-Rhin, avril 1981.
  • 31 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 512-513.

11L’abbé Glasberg participe à la guerre de 1948, aux lendemains de la déclaration d’indépendance prononcée par Ben Gourion. Il prend une part à la conquête de Jérusalem-ouest, en application du plan de partage, et aux combats décisifs menés contre la Légion arabe. Certains le soupçonnent même d’avoir combattu. « Après la guerre, il fut un partisan actif de la Haganah. Il aida de ses mains à frayer la route stratégique et libératrice vers Jérusalem », écrit en 1981 la Tribune juive du Bas-Rhin aux lendemains de sa mort30. Ce qui est certain, c’est que, bénéficiant d’un sauf-conduit de l’ambassade de France pour circuler en Palestine, il fait plusieurs séjours dans la ville de Jérusalem assiégée, et sous le feu de la Légion arabe en août 1948, et qu’il est utilisé comme émissaire auprès des responsables de l’Église catholique pour tenter de les rallier. Glasberg tient ici un discours ambigu à l’égard de la violence et de son utilisation légitime par les sionistes, en particulier avant avril 1948. Au sujet de « la résistance juive », il évoque celle « constructive » des immigrants et celle « destructive » des terroristes qu’il ne s’agit pas de défendre, car « toute violence est condamnable », écrit-il, mais de comprendre « en raison du déni de justice dont les Juifs se voyaient les victimes31 ».

  • 32 En 1951, un tiers de la population israélienne vient de l’émigration des pays arabes. Entr (...)
  • 33 Une loi autorise seulement en mars 1950 – et ce jusqu’en 1951 – l’émigration des Juifs, à (...)
  • 34 Shlomo Hillel, Le Souffle du Levant, Paris, Hatier, 1958.

12Alexandre Glasberg concourt enfin à l’installation en Israël des Juifs du monde arabe. C’est un des acteurs de l’opération Nezra et Nehemia, l’exil des Juifs d’Irak, la plus grande vague d’immigration du Moyen-Orient initiée vers la Palestine. Un pont aérien est conduit dans le plus grand secret sous la direction du Mossad juste après la première guerre israélo-arabe32. Glasberg est ainsi envoyé dès le mois de septembre 1948 à Téhéran avec Shlomo Hillel, ordonnateur de l’opération et futur dignitaire de l’État hébreu. Ce dernier utilise son réseau de complicité auprès des Assyro-chaldéens en Iran et en Irak sous couvert d’aider les chrétiens d’Orient, la législation irakienne interdisant aux Juifs, dont la situation s’est particulièrement dégradée en Irak depuis 1941 puis la défaite arabe en 1948, d’émigrer33. Glasberg initie l’opération dont le pont aérien commence en réalité plus tard, à compter du mois de mai 1951. Il serait ainsi impliqué dans le départ de douze mille déplacés sur un total de plus de cent vingt mille Juifs irakiens transportés jusqu’en 195234.

Un homme de paix

  • 35 Lettre de Georges Bathide (?), grand séminaire de Marseille, 29 novembre 1947.
  • 36 Esprit, octobre 1956, p. 583-589.
  • 37 Inscription sur la plaque commémorative, bosquet planté par le FNJ en 1991.

13Lié à des personnalités chrétiennes engagées comme Georges Hourdin ou Maurice Montuclard, il garde des liens avec le communisme et l’URSS. On ne lui trouve cependant pas de signe d’appartenance au mouvement des chrétiens progressistes. Il n’adhère pas au Mouvement de la paix et n’a pas participé au Congrès mondial des intellectuels pour la paix de Wroclaw en août 1948 où intervient André Mandouze. Il ne semble pas signataire de l’Appel de Stockholm. Il a en revanche gardé de la guerre des amitiés communistes. Lors de l’affaire de l’Exodus, un ami séminariste, ancien compagnon des années de la Résistance, lui propose même d’utiliser leurs anciennes relations communistes « si l’avenir devait exiger de nous un engagement plus total » en faveur des réfugiés israélites35. On ne peut passer ici sous silence l’épisode survenu en 1948, lorsqu’au cours d’un de ses premiers séjours en Pologne après la guerre, il intercède auprès du gouvernement communiste de Boleslaw Bierut en faveur de son neveu Yuri. Communiste, héros de la guerre et général de l’armée polonaise, ce dernier est exécuté peu après. Tout au long de sa vie, Alexandre Glasberg se montre préoccupé du sort de ses anciens coreligionnaires résidant de l’autre côté du rideau de fer. C’est ainsi qu’il confie à la revue Esprit un article intitulé « Le problème juif en URSS36 ». L’État hébreu lui reconnaît d’ailleurs, après sa mort, un rôle dans « la lutte pour la cause des Juifs de l’URSS » venus immigrer en Israël37.

  • 38 Par l’intermédiaire de France Terre d’asile, Glasberg accueille à partir de 1975 des réfug (...)
  • 39 Lucien Lazare, op. cit., p. 76.

14Glasberg est donc avant tout un homme de réseaux qui lui ouvrent de nouveaux horizons, facilitent ses combats, mais révèlent également des clivages au temps de la décolonisation et de la guerre froide38. Il est lié à une constellation de chrétiens de gauche et de pacifistes, de cette nouvelle gauche avec Joseph Rovan ou Pierre Mendès France, comme ceux appelés à devenir les tiers-mondistes. Proches de personnalités « engagées » lors de la guerre d’Algérie, des conflits de la décolonisation comme de la guerre du Vietnam, il est lié à des hommes aussi différents qu’André Philip, Claude Bourdet, le Père Chaillet, Robert Davezies, Jacques Roze, Louis Terrenoire, le pasteur Boegner de la Fédération protestante de France ou Gérold de Wangen. Il rencontre Henri Curiel, peut-être après la guerre d’Algérie, mais avec lequel il aurait rompu après le Printemps de Prague en 1968 en ne lui pardonnant pas son soutien inconditionnel à Moscou39. Ses amitiés se retrouvent essentiellement à gauche, mais s’ouvrent également au centre et au MRP.

  • 40 Citons par exemple René Cassin ou Léon Blum.
  • 41 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 17 janvier 1972.
  • 42 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 2 janvier 1973.

15Il est dépeint enfin comme le « curé des camps », homme à la fois d’indignation et de dialogue. Suivant l’exemple d’autres « pionniers », il se montre critique envers l’évolution d’Israël40. Fidèle aux valeurs de la Résistance, il défend la nécessité de la désobéissance. Rappelant le temps de l’occupation, il justifie son refus de suivre les autorités israéliennes41. Il critique moins l’État d’Israël que son évolution après les années héroïques : « Je regrette le tournant pris par Israël, devenu un État non seulement comme les autres, mais s’américanisant de plus en plus sur le plan économique aussi bien que sur le plan social. Je vais même plus loin. Je considère cette situation comme une trahison du sionisme tel que nous l’avons connu avant et pendant la création de l’État. Je n’oublie pas qu’alors le sionisme était d’inspiration socialiste dans le meilleur sens de ce terme. Nous espérions même qu’Israël serait un État pionnier, un exemple sioniste pour le monde nouveau à construire42. »

  • 43 Plusieurs généraux israéliens assistent aux cérémonies en souvenir de l’abbé Glasberg en I (...)
  • 44 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 2 janvier 1973.

16L’abbé Glasberg est pourtant un homme qui a ses entrées en Israël, comme tous les anciens de la Haganah et du Mossad43. C’est l’exemple de Shlomo Hillel, devenu en 1984 président de la Knesset après une longue carrière politique en Israël, député, puis ambassadeur en Afrique dans les années 1960, ministre de la Police et de l’Intérieur entre 1969 et 1977 jusqu’à l’arrivée au pouvoir du Likoud. Alexandre Glasberg n’hésite d’ailleurs pas à s’appuyer sur ces contacts installés en Israël grâce à lui. Il regrette en définitive le déclin du modèle sioniste, celui du kibboutz et du socialisme des pères fondateurs de l’État hébreu. Il refuse l’évolution de l’État hébreu avec la normalisation de la société israélienne et la militarisation croissante, la montée des ultra-religieux : « Une des causes, et non des moindres, de cette trahison a été l’existence du courant religieux qui, aidé par l’influence américaine, a transformé Israël en une société théocratique, d’où la naissance de l’ultra-nationalisme, du racisme, et l’anéantissement de l’idéal socialiste. Tout cela lié à un mensonge, puisque la population reste à 80 % incroyante44. »

  • 45 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 7 janvier 1968.
  • 46 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 508.

17Glasberg condamne avec virulence l’américanisation de la politique et de la société israéliennes : « Le fait d’être le défenseur des intérêts américains n’est pas très honorable », écrit-il dès 196845. Il se montre d’ailleurs très tôt hostile aux puissances anglo-saxonnes, en premier lieu à la Grande-Bretagne en raison de sa domination coloniale et de sa politique au Moyen-Orient, dénonçant des « hauts fonctionnaires coloniaux, ces hommes qui ont du monde une vision déformée » ou cette « haute bureaucratie anglaise dont une grande partie sort d’écoles aristocratiques fermées, nantie d’une vaste culture sportive et d’un vernis de connaissances superficiel, confinée dans sa morgue de caste et dans son mépris des races inférieures46 ».

18Serait-il pour autant un prophète ? Il publie en 1951, à la suite d’une nouvelle visite, un petit opuscule assez prémonitoire, Israël à la croisée des chemins. Il se montre convaincu de la fin du « rêve sioniste », alors même que l’alliance française reste privilégiée à Tel Aviv jusqu’en 1956, sinon 1967, que les kibboutzim gardent tout leur attrait en Europe et que le rôle des États-Unis reste encore discret. Ce qui semble donc remarquable dans la trajectoire de Glasberg, c’est sa précocité, à la différence de nombreuses personnalités françaises dont la conversion est postérieure à la guerre des Six Jours.

  • 47 Élie Gueva, l’officier qui a refusé d’entrer avec son régiment à Beyrouth lors du siège de (...)
  • 48 Lettre de Joseph Weill à Nina Gourfinkel, Besançon, le 4 juin 1981.
  • 49 Gauche française mendésiste ou internationaliste, Juifs français, liens avec H. Curiel.
  • 50 Lettre de Joseph Weill à Nina Gourfinkel, 19 avril 1982.
  • 51 Lettre de Nina Gourfinkel à Joseph Weill lui demandant d’user de son droit de rectificatio (...)

19Glasberg se montre rapidement favorable à un rapprochement avec les Palestiniens. Il noue en effet des premiers contacts avec plusieurs pacifistes israéliens47, est « soupçonné » de vouloir reconnaître l’OLP avant même 1967, voire de revendiquer « une approbation sans réserve pour la nation palestinienne48 ». Il est un des pionniers du dialogue israélo-palestinien49. Lié au mouvement « La Paix maintenant », initié après 1978 par un groupe de soldats et officiers réservistes, il n’a jamais caché ses sympathies pour la gauche israélienne, écrivant même qu’« il fallait chasser les religieux du gouvernement et mettre à leur place les gens de Chalom Archav50 ». Il semble impliqué dans les années 1970 dans les premières négociations secrètes conduites par Pierre Mendès France avec qui il organise, entre 1976 et 1977, des rencontres de personnalités, dont Issam Sartaoui, membre de l’OLP. Pourtant, comme l’assure après sa mort Nina Gourfinkel, qui ignorait peut-être ces contacts plus ou moins clandestins, mais qui était néanmoins très proche de lui, « jamais il n’a rencontré les gens de l’OLP. Il avait horreur de tout terrorisme. […] Il militait pour le dialogue et une cohabitation pacifique entre Arabes et Israéliens51 ».

  • 52 Joseph Weill, dans La Tribune juive du Bas Rhin, avril 1981.
  • 53 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 2 janvier 1973.
  • 54 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 7 janvier 1968.

20La trajectoire de l’abbé Glasberg est commune à d’autres militants chrétiens comme le pasteur Georges Casalis, une des figures du christianisme social. La guerre des Six Jours est « l’élément nouveau », écrit-il en janvier 1968. « Après la guerre de 67, son cœur le conduisit vers les vaincus. Il devint un partisan inconditionnel de l’OLP », avance même un de ses anciens amis israéliens52. Alexandre Glasberg en arrive presque à approuver la phrase du général de Gaulle lors de sa conférence de presse du 27 novembre 1967 sur ce « peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur53 ». Comme beaucoup de ses compatriotes, il ressent un choc face à l’occupation de toute la Palestine, la mise en œuvre du projet d’Eretz Israël avec le début de la colonisation de la Cisjordanie et l’installation de Gush Emounim. Il dénonce alors « la transformation en une société théocratique, anéantissant l’idéal socialiste et lui substituant l’ultra-nationalisme et le racisme » : « Les plus grands antisémites – la droite et les anciens vichystes – acclament Israël, par exemple Tixier-Vignancour. Ceux qui critiquent Israël ne sont pas tous antisémites, se défend-il aux lendemains de la guerre, mais gardant leur sympathie pour les Juifs, ils trouvent la politique actuelle des gouvernants israéliens néfaste pour Israël même. C’est là l’élément nouveau54. »

  • 55 Lettre de l’abbé Glasberg, Paris, 21 janvier 1973.
  • 56 Lettre de F. Hammel à l’abbé Glasberg, Ein Hanatsiv, 2 février 1973.
  • 57 Lettre de F. Hammel à Nina Gourfinkel, Ein Hanatsiv, 20 février 1972.

21Cette liberté de penser quand il dénonce « la trahison du socialisme55 » lui coûte néanmoins le prix de la réprobation de ses anciens amis ou des rescapés de la guerre qu’il a contribué à faire venir en Israël. On en vient à lui reprocher à la fois sa volonté de faire la paix, ses critiques envers le gouvernement travailliste et peut-être également la fidélité à ses idées socialistes. « Si les Russes ne soutenaient pas les régimes de colonels de nos voisins [Égypte et Syrie], lui fait-on remarquer, nous pourrions nous dispenser de ce luxe […] de militariser56 ». User de la même véhémence qu’à défendre l’État hébreu à ses débuts lui vaut de solides inimitiés parmi ses anciennes relations en Israël. Ne lui reproche-ton pas « un ton tellement hargneux57 ». Le discrédit, « l’impression désagréable » laissée à ses anciens compagnons de la Résistance, sinon l’oubli dont souffre Glasberg en Israël, sont dus également à la discrétion du personnage comme au secret nécessaire dans les opérations de l’ombre, notamment celles décisives conduites par la Haganah et exigeant le silence pour contourner l’embargo sur les armes imposé par la Grande-Bretagne. « Nous nous doutons que certaines personnes ignorant le véritable sens de votre activité auraient tendance à méconnaître votre générosité », écrit en juillet 1949 le ministère israélien de la Défense.

  • 58 Joseph Weill, dans La Tribune juive du Bas-Rhin, avril 1981.
  • 59 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 504-508.

22Le prêtre n’en reste pas moins, « malgré la voix discordante de sa vie, un Ohev Israël, un amoureux d’Israël incorruptible58 ». Il y a sans doute un désamour réciproque entre Israël et Glasberg qui ne renie pas ses origines, mais rappelle aux Israéliens leur éthique et leur offre une lecture des premières années de l’État hébreu. Sa lecture de la question palestinienne a évolué. En 1947, il voit dans la réussite du Yichuv le « miracle palestinien » et « la transformation du Juif du ghetto en un cultivateur hardi qui brave tous les obstacles ». Pour lui, le conflit judéo-arabe n’est « ni national, ni racial, ni confessionnel », mais social. Niant tout nationalisme palestinien, qu’il qualifie de « conception politico-esthétique » au service de la politique impériale britannique, il ne perçoit que « des fellahs misérables » et « réduits au servage » par des seigneurs propriétaires terriens qui s’opposent à la modernité apportée par les émigrés juifs. Ce discours reste marqué par la colonisation, celle de la mission civilisatrice apportée aux Arabes qu’Alexandre Glasberg compare aux Natives des Indes : puits, routes, « centres médicaux et sanitaires qui couvrent le pays d’un réseau de plus en plus dense », irrigation et cultures modernes apprises « au voisinage des colonies juives », des tracteurs, des foreuses, des instructeurs, des « salaires autres que de famine », bref, « un standard de vie largement amélioré ». « Dans le voisinage des colonies juives, les Arabes ont adopté des méthodes de culture modernes, réappris l’irrigation et l’amélioration des espèces animales, et les Bédouins eux-mêmes viennent demander aux colons des œufs de poule sélectionnés ou des plants. »« Un monde insoupçonné s’ouvrait à l’Arabe démuni », écrit-il même en 1947, entretenant l’espoir d’une « émancipation du travailleur arabe », partageant la lecture de la société arabe palestinienne défendue par le Yichuv, celle d’« un véritable esclavage féodal »59.

  • 60 Ibid., p. 523.
  • 61 Lettre de Mgr Petit de Julleville, archevêque de Rouen, 2 décembre 1947.
  • 62 Lettre de Joseph Weill, Strasbourg, novembre 1947.
  • 63 Lettre de Nina Gourfinkel à Joseph Weill, Paris, 2 juin 1981.

23Au début des années 1950, sa vision a déjà changé. Le quiproquo existe sans doute, Glasberg ne s’est jamais montré un jusqu’au-boutiste, même dans son soutien à Israël. En 1947, avant d’en être finalement convaincu en 1948, il n’appelait pas à la création, du moins immédiate, d’un État juif en Palestine, mais à une solution intérimaire qui préserverait les intérêts des immigrants juifs comme de la population arabe60. L’archevêque de Rouen vantait ainsi son sens de la mesure et « le ton modéré, […] la meilleure méthode pour être compris61 ». Cela lui vaut des reproches des plus sincères des sionistes. « La partie terminale est un peu faible, parce que, à un sens, ni assez détaillée ni assez précise », lui répond Joseph Weill62. S’il rompt avec certains de ses anciens amis, Alexandre Glasberg n’a pour autant jamais renié l’État hébreu, même après l’arrivée au pouvoir en 1977 du Likoud envers lequel il se montre hostile63. Invité officiellement par Golda Meïr en 1961, puis en mars 1970, il est encore reçu à l’ambassade d’Israël à Paris en 1979.

L’heure des « déplacés et des déclassés »

24Le combat d’une vie le conduit de la guerre d’Algérie à France Terre d’asile (FTA). Une motivation est essentielle pour comprendre l’action multiple d’Alexandre Glasberg et son histoire personnelle. Glasberg reste constamment motivé par un idéal de justice sociale. Celui-ci passe par la défense de tous les « opprimés », réfugiés, immigrés. Il en vient ainsi à aider les immigrés algériens en métropole pendant la guerre entre 1954 et 1962. On pense alors à ses liens avec la Cimade noués pendant la guerre. Glasberg, au nom du COS comme à titre individuel, s’est en effet engagé dans la guerre d’Algérie. Il accueille des Algériens issus essentiellement de la métropole en butte à la répression politique ou à la misère économique. C’est sous la contrainte qu’il propose le changement de nom, le 21 septembre 1960, du COSE au COS pour répondre aux critiques de la police et justifier une aide à des Algériens qui ne peuvent pas être considérés comme étrangers depuis la départementalisation de l’Algérie française. Il est donc contraint par les autorités de changer le nom de son organisation. Il use en fait d’un tour de passe-passe pour contourner les remontrances du ministère de l’Intérieur. L’historien ne peut que soupçonner un rôle lié à ses anciennes habitudes de la clandestinité. Lié à cette constellation de chrétiens engagés contre la guerre comme Joseph Rovan ou André Philip, il est proche de Gérold de Wangen, ancien animateur de réseaux, ou du pasteur Beaumont, secrétaire général de la Cimade, qu’on retrouve en 1971 dans la création de FTA. Après 1962, il entre dans les réseaux Solidarité créés par Henri Curiel. Durant ces années, il soutient des militants exilés et leur propose une aide matérielle.

  • 64 Il accueille des Portugais dans les centres de Cachan et Montreuil comme il avait accueill (...)

25Reste donc une double chronologie, avant ou après 1962. Pendant la guerre, il est aux côtés des Algériens de France, même si les archives du COSE gardent tout leur silence. Après l’indépendance de l’Algérie, il tente de soigner les séquelles de la guerre en aidant à la fois les rapatriés, les harkis et les immigrés algériens. On note en particulier l’accueil d’Algériens dans les maisons du COS, mais également de Maghrébins venus du Maroc et de Tunisie, au Foyer des Sureaux et au centre de Nanteau ; il se poursuit dans les années 1970. Il est enfin le cofondateur de FTA en 1971 avec Gérold de Wangen et le pasteur Jacques Beaumont dans une même volonté d’indignation et d’action. Après le coup d’État de Pinochet, il s’agissait d’abord d’aider les Chiliens puis les Portugais de la dictature de Salazar. Lui-même est d’ailleurs déclaré persona non grata par la police de Salazar64.

  • 65 La Tribune juive du Bas-Rhin, avril 1981.
  • 66 Il est resté ainsi jusqu’à la fin de sa vie un membre actif puis le président d’honneur de (...)
  • 67 Lettre en date du 28 octobre 1947, Conseil de la République, signature illisible.

26« Quand on s’engage, il est bien difficile de ne pas s’exposer à des jugements malveillants », écrit l’un de ses professeurs du Séminaire universitaire de Lyon en mai 1949. Il s’agit en effet de tenir compte de la réputation du personnage, suspecté d’être aussi bien un agent du Mossad qu’un espion soviétique ou un faux prêtre. Le personnage se révèle en définitive aussi intéressant par son parcours au Moyen-Orient que par l’image qu’il véhicule en France comme en Israël. Il est certes difficile d’éclairer les silences de l’homme d’action et la part de secret des engagements de l’abbé Glasberg. La clandestinité d’une partie de son action nourrit elle-même sa légende. « Je le soupçonnais d’avoir fait le coup de feu. Il opposa à mes questions un silence équivoque », écrit un de ses anciens amis65. La question du financement demeure tout aussi obscure. On ne trouve pas trace de comptabilité dans les archives du COSE. Il se montre pourtant capable de financer des actions plus ou moins ponctuelles, sauve aussi bien de la faillite l’horlogerie de Boimondeau, en arrivant en 1950 avec une valise de billets de banque, qu’il peut payer l’accueil de travailleurs algériens pendant la guerre d’Algérie. N’est-il pas aussi lui-même trésorier de FTA à partir de 1973 ? À côté de sources de financement pérennes en provenance de gouvernements ou d’institutions internationales comme l’United Nations Relief and Rehabilitation Administration (UNRRA), l’agence de l’ONU pour les réfugiés en Europe, Glasberg sollicite pour ses opérations l’aide de l’État. Il obtient ainsi des fonds de plusieurs ministères pour le rapatriement de rescapés des camps puis de ceux de l’Exodus, comme d’institutions françaises, religieuses ou internationales, par exemple le Haut Commissariat aux réfugiés avec Henriette Taviani, déléguée française de 1959 à 1981, sinon des particuliers. Cela demeure pour lui un souci permanent et il n’a de cesse de mobiliser ses amitiés et ses relations de la guerre66. « À la recherche d’attraper les deux cent mille dollars, il faut unir nos efforts », lui écrit ainsi en octobre 1947 un ancien compagnon d’armes devenu sénateur au sujet du sort des réfugiés de l’Exodus67.

  • 68 André Mandouze, Mémoires d’outre-siècle, t. 1 D’une résistance à l’autre, Paris, Viviane H (...)
  • 69 Il est chargé en 1970, par le HCR, d’une mission de bons offices au Cameroun.
  • 70 Le COS a néanmoins accueilli des réfugiés fuyant l’URSS.

27Alexandre Glasberg représente sans doute la figure d’un « catho de gauche », comme celle de Marcel Barbu ou Georges Hourdin. Est-il pour autant représentatif d’une génération de catholiques issue de la Résistance ? Glasberg demeure à la fois marginal dans l’Église, à gauche, en Israël. C’est un homme peu connu dont le rôle est ignoré, même en Israël, comme parmi les chrétiens engagés aux côtés des Arabes, alors qu’il a été un homme d’influence. Cette question de la marginalité renvoie à la citation d’André Mandouze : « Français minoritaire par rapport à Paris, chrétien minoritaire par rapport à Rome, progressiste minoritaire par rapport à Moscou, Européen minoritaire par rapport à Alger68 . » Alexandre Glasberg a fait en définitive le choix de demeurer dans l’Église à la différence de nombre de ses compagnons. Il a su garder des relations avec la hiérarchie catholique comme il a entretenu des liens avec les chrétiens d’Orient. Il a obtenu l’imprimatur pour ses brochures en faveur des sionistes ou d’Israël, alors que la politique du Saint-Siège dans la question palestinienne en était éloignée, comme il est resté prêtre jusqu’au bout, malgré les interrogations de nombre de ses paroissiens durant la guerre ou à la fin de sa vie à la paroisse Saint-Ferdinand des Ternes à Paris. Il était un homme de son temps, tourné davantage vers les combats du tiers-monde émergent69 que vers les dissidences du monde communiste, malgré son itinéraire personnel70. Ce n’était pas un révolutionnaire. Fidèle aux valeurs de l’action, il ne prône pas la révolution. Adepte de l’autogestion, il collabora à la prise en charge des réfugiés par l’État. Il n’en posa pas moins le problème de la lutte armée, non seulement de sa justification, mais de son utilisation, lui-même comme intermédiaire dans le maquis ou dans le conflit israélo-arabe plutôt que comme combattant qu’il n’a sans doute pas été les armes à la main.

Notes

1 « De l’assistance à la résistance », texte dicté en octobre 1980 à Nina Gourfinkel pour le VIe colloque d’Aubazine.

2 Lettre de Louis Richard, Lyon, 3 mai 1949.

3 Les archives du COS sont incomplètes. D’après son directeur général, les fonds sur la création de France Terre d’asile auraient ainsi été détruits. La seule biographie existante reste insuffisante : Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, 121 p.

4 Alexandre Glasberg, « La leçon sociale de l’affaire Exodus », Esprit, octobre 1947, p. 502.

5 Lettre de F. Hammel à l’abbé Glasberg, 2 février 1973.

6 Il est déjà membre d’un groupe d’initiation à l’hébreu au Séminaire universitaire de Lyon.

7 Alexandre Glasberg, « La leçon sociale… », loc. cit., p. 523.

8 Le Saint-Siège est un des acteurs majeurs de la scène palestinienne, d’abord au titre de grand propriétaire, au travers des réseaux des institutions, des congrégations missionnaires ou du patriarcat latin. Son influence pèse avec les communautés catholiques et les clientèles qui leur sont liées. Il se montre enfin très attaché à garder à Jérusalem un statut particulier en raison des Lieux saints.

9 Lettre de R. Sarraute, avocat à la Cour d’appel de Paris, 13 novembre 1947.

10 Alexandre Glasberg, La Leçon sociale de l’affaire Exodus, Paris, Éditions Réalité, 1947, 62 p. (avec imprimatur). Reprise de l’article publié dans Esprit, octobre 1947, p. 500-523.

11 Lettre, Hauteville, 26 novembre 1947.

12 Lettre de Robert Louisgrand, Lyon, 23 novembre 1947.

13 David Lazar, « Louis Massignon, le sionisme et l’État d’Israël », dans Denis Charbit, dir., Les Intellectuels français et Israël, Paris, Éditions Éclat, 2009, p. 81.

14 Lettre de l’abbé Leclerc, Drancy, 18 décembre 1947.

15 Il publie en janvier 1946 À la recherche d’une patrie, Paris, Éditions Réalité, 1946.

16 Lettre de Louis Richard, en date du 3 mai 1949.

17 Lettre, signature illisible, Lyon, 29 décembre 1947.

18 Lettre de Nicolas Jean, Dijon, grand séminaire, 7 janvier 1948.

19 Shlomo Hillel, Vent d’est, Jérusalem, 1985, p. 178. De la même manière, Glasberg s’est inquiété du sort des Arméniens, victimes des massacres en Turquie.

20 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 502.

21 Lettre de l’abbé Glasberg, Paris, 2 janvier 1973.

22 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 520.

23 Témoignage de Roger Millot, Paris, février 2012.

24 Lettre de P. Singer, délégué pour l’Europe du ministère israélien de la Défense nationale, 27 juillet 1949.

25 Il est par ailleurs reconnu par l’Institut Yad Vashem comme Juste parmi les nations en octobre 2003 et une forêt avait été plantée en son honneur à la frontière israélo-égyptienne par le Fonds national juif en 1991.

26 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 510. Débarqués à Haïfa, les passagers sont renvoyés sur trois bateaux, non en direction de Chypre, mais de la France qui accepte de les accueillir. Ceux-ci, refusant de descendre ailleurs qu’en Palestine, sont acheminés par les Britanniques en Allemagne et débarqués de force à Hambourg, malgré une campagne de protestation internationale.

27 Avant le départ vers l’Allemagne, les autorités françaises acceptent d’envoyer à bord plusieurs délégués officiels ou membres d’organisations d’assistance comme l’Entraide française.

28 Arnold Krammer, « L’aide militaire tchèque à Israël », Revue de l’Est, 5, 1974, p. 153- 175. Le nom de Glasberg n’apparaît dans aucune source.

29 Ibid., p. 175.

30 Joseph Weill, dans La Tribune juive du Bas-Rhin, avril 1981.

31 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 512-513.

32 En 1951, un tiers de la population israélienne vient de l’émigration des pays arabes. Entre 1948 et 1951, des dizaines de milliers de Juifs sont arrivés par avion en provenance d’Irak et du Yémen.

33 Une loi autorise seulement en mars 1950 – et ce jusqu’en 1951 – l’émigration des Juifs, à la condition d’abandonner leur nationalité irakienne et de vendre leurs biens.

34 Shlomo Hillel, Le Souffle du Levant, Paris, Hatier, 1958.

35 Lettre de Georges Bathide (?), grand séminaire de Marseille, 29 novembre 1947.

36 Esprit, octobre 1956, p. 583-589.

37 Inscription sur la plaque commémorative, bosquet planté par le FNJ en 1991.

38 Par l’intermédiaire de France Terre d’asile, Glasberg accueille à partir de 1975 des réfugiés de la guerre du Vietnam.

39 Lucien Lazare, op. cit., p. 76.

40 Citons par exemple René Cassin ou Léon Blum.

41 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 17 janvier 1972.

42 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 2 janvier 1973.

43 Plusieurs généraux israéliens assistent aux cérémonies en souvenir de l’abbé Glasberg en Israël en 1991.

44 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 2 janvier 1973.

45 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 7 janvier 1968.

46 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 508.

47 Élie Gueva, l’officier qui a refusé d’entrer avec son régiment à Beyrouth lors du siège de la ville en 1982, assiste, selon Ninon Haït-Weyl, à la cérémonie en souvenir de l’abbé Glasberg au printemps 1991.

48 Lettre de Joseph Weill à Nina Gourfinkel, Besançon, le 4 juin 1981.

49 Gauche française mendésiste ou internationaliste, Juifs français, liens avec H. Curiel.

50 Lettre de Joseph Weill à Nina Gourfinkel, 19 avril 1982.

51 Lettre de Nina Gourfinkel à Joseph Weill lui demandant d’user de son droit de rectification, Paris, juin 1981.

52 Joseph Weill, dans La Tribune juive du Bas Rhin, avril 1981.

53 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 2 janvier 1973.

54 Lettre de l’abbé Glasberg à F. Hammel, Paris, 7 janvier 1968.

55 Lettre de l’abbé Glasberg, Paris, 21 janvier 1973.

56 Lettre de F. Hammel à l’abbé Glasberg, Ein Hanatsiv, 2 février 1973.

57 Lettre de F. Hammel à Nina Gourfinkel, Ein Hanatsiv, 20 février 1972.

58 Joseph Weill, dans La Tribune juive du Bas-Rhin, avril 1981.

59 « La leçon sociale… », loc. cit., p. 504-508.

60 Ibid., p. 523.

61 Lettre de Mgr Petit de Julleville, archevêque de Rouen, 2 décembre 1947.

62 Lettre de Joseph Weill, Strasbourg, novembre 1947.

63 Lettre de Nina Gourfinkel à Joseph Weill, Paris, 2 juin 1981.

64 Il accueille des Portugais dans les centres de Cachan et Montreuil comme il avait accueilli des Espagnols au lendemain de la guerre.

65 La Tribune juive du Bas-Rhin, avril 1981.

66 Il est resté ainsi jusqu’à la fin de sa vie un membre actif puis le président d’honneur de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR).

67 Lettre en date du 28 octobre 1947, Conseil de la République, signature illisible.

68 André Mandouze, Mémoires d’outre-siècle, t. 1 D’une résistance à l’autre, Paris, Viviane Hamy, 1998, p. 202.

69 Il est chargé en 1970, par le HCR, d’une mission de bons offices au Cameroun.

70 Le COS a néanmoins accueilli des réfugiés fuyant l’URSS.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search