Version classiqueVersion mobile

Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

 | 
Christian Sorrel

Alexandre Glasberg fondateur associatif : une vie au service des internés et étrangers

Axelle Brodiez-Dolino

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, (...)

1Tous les témoignages, de même d’ailleurs que le manque de sources biographiques, soulignent combien l’abbé Glasberg n’était pas tant un homme de parole que d’action. De sa foi, il ne parlait pas ou peu ; il célébrait pourtant chaque matin la messe. Il ne palabrait pas non plus sur les problèmes sociaux ; mais il agissait. Son engagement associatif, comme fondateur, co-fondateur ou membre fidèle, en est, avec la Résistance, la traduction la plus éloquente. Il faudrait toutefois se garder de dissocier chez lui action et réflexion : les témoignages comme les entretiens conservés montrent un engagement motivé par de profondes convictions idéologiques, faites d’une grande lucidité sur les problèmes politiques et d’une farouche volonté d’œuvrer au service de la dignité humaine. L’autre fil rouge de son action associative est l’aide aux étrangers et internés : en tant que vicaire de la paroisse Notre-Dame Saint-Alban d’abord (1940-1942) ; puis fondateur du Service des étrangers ensuite (1944-1945), devenu Centre d’orientation sociale des étrangers (COSE, 1945-1960) puis simplement Centre d’orientation sociale (COS) ; comme co-fondateur en 1971 de France Terre d’asile (FTA) enfin. Mu par un double souci d’intégration des étrangers et de respect de leur dignité, il a été conduit, au fil des évolutions sociales, politiques et économiques, à multiplier les types d’action et les publics aidés : handicapés physiques, personnes âgées, demandeurs d’asile. Ce parcours foisonnant et fait « d’états successifs », qui peut de prime abord sembler non rectiligne, apparaît donc in fine, au delà des tentations de « donner du sens, de rendre raison, de dégager une logique à la fois rétrospective et prospective1 », d’une réelle cohérence. On aurait aimé entrer plus avant dans cet engagement et s’immerger dans les archives des associations créées. Mais pour être fondateur associatif, Glasberg – comme d’ailleurs ses collaborateurs – n’a malheureusement pas eu le souci d’en conserver les traces. Vestige de la Résistance, peut-être ; trait sans doute aussi de l’homme pris dans l’action, regardant l’avenir plus que le passé. Les archives du COS n’ont été conservées qu’à partir du début des années 1970 ; celles des débuts de FTA sont également manquantes. Il faut donc déplacer le propos et plutôt tenter de voir combien Alexandre Glasberg fut, par son engagement associatif, aussi atypique que profondément inséré dans son temps et représentatif d’une époque. D’autres grandes figures et d’autres associations lui font ainsi étonnamment écho, ainsi l’abbé Pierre ou la Cimade. Trois temps se distinguent : la Seconde Guerre mondiale et l’aide aux internés ; les « Trente Glorieuses » et l’aide sociale multiforme aux étrangers, puis progressivement également aux Français ; les années post-68 enfin et la création de FTA.

Glasberg et l’aide aux internés ou la Seconde Guerre mondiale matrice d’une nouvelle génération associative

  • 2 Bernard Violet, L’Abbé Pierre, Paris, Fayard, 2004, 450 p. ; Axelle Brodiez-Dolino, Emmaüs (...)

2Comme l’abbé Pierre2, de dix ans son cadet, Alexandre Glasberg naît dans une famille aisée ; les deux hommes sont marqués par la vie lyonnaise, sociale et religieuse, qu’ils quitteront finalement pour Paris. Ils sont ordonnés prêtres la même année, en 1938. Les deux négocient leur affectation : alors que l’abbé Pierre refuse Lyon, qu’il considère comme trop bourgeois, pour être vicaire à Grenoble, Glasberg demande à quitter Moulins pour Lyon et devient vicaire d’une paroisse très populaire, Notre-Dame Saint-Alban. Comme l’abbé Pierre, son entrée en Résistance est d’abord celle de la solidarité envers les persécutés du régime de Vichy : alors que le premier commence par ouvrir sa porte à des Juifs traqués en quête de chaussures, de cache et de filière d’évasion, le second découvre à Notre-Dame Saint-Alban le dénuement des demandeurs d’asile échappant aux régimes autoritaires (républicains espagnols persécutés par le franquisme, Italiens antifascistes, Allemands et Autrichiens fuyant le régime nazi), désormais déclarés « indésirables » par le gouvernement de Vichy et voués à être parqués dans des camps d’internement. Les deux hommes s’engagent dans la Résistance et la clandestinité en zone Sud (Grenoble, Vercors et Pyrénées ; Lyon et Tarn-et-Garonne), organisent la solidarité dans un cadre catholique (paroissial pour Glasberg, en coopération avec les réseaux syndicaux chrétiens et les sœurs de Notre-Dame de Sion pour l’abbé Pierre), cachent des persécutés du régime, fabriquent de faux papiers et finalement s’engagent dans les maquis. Les similitudes sont donc frappantes, pour partie dues au hasard et pour partie profondément révélatrices des mécanismes d’engagement, des centres de gravité et des priorités chrétiennes de l’époque.

  • 3 Sur l’histoire de la Cimade, voir la publication en cours des actes du colloque « La Cimad (...)
  • 4 Sur l’histoire du SSAE, voir Lucienne Chibrac, Les Pionnières du travail social auprès des (...)
  • 5 Le Comité de coordination des associations œuvrant en faveur des internés et réfugiés en F (...)

3Mais alors que l’abbé Pierre reste durant la guerre un électron libre et mouvant, l’action de Glasberg apparaît d’emblée plus organisée, via le recours à la forme associative. Il anime dès 1940 un Comité d’aide aux réfugiés et agit avec l’aval de son supérieur, le cardinal Gerlier. Dès lors quasi exclusivement occupé par ses activités extra-paroissiales, il y côtoie pour ses actions l’Œuvre de secours aux enfants (OSE, juive) et le Comité inter-mouvements auprès des évacués (Cimade, protestante3), très présentes sur le terrain, mais aussi la Fédération des sociétés juives de France, le Service social d’aide aux émigrants (SSAE4), le Secours suisse. Il participe aussi au Comité de Nîmes5, composé d’organisations chrétiennes, juives et laïques, françaises et étrangères, qui coordonnent l’assistance dans les camps.

  • 6 Lucienne Chibrac, op. cit., p. 111.
  • 7 Ibid., p. 146.
  • 8 Témoignage de Madeleine Barot dans Julie Bertuccelli, « Le mystère Glasberg », film docume (...)
  • 9 Alexandre Glasberg, intervention lors d’un colloque tenu à Brive en octobre 1980, citée da (...)

4Avec la défaite et l’occupation d’une partie de l’Europe, la détresse des réfugiés s’accroît, tandis que la législation envers les Juifs étrangers se durcit considérablement, les camps d’internement devenant l’un des piliers du système répressif vichyssois. Le dilemme pour les œuvres devient dès lors « d’accepter d’agir à partir d’une situation inacceptable6 ». Au printemps 1941, Glasberg fonde avec Nina Gourfinkel et le Dr Joseph Weill la Direction des centres d’accueil (DCA), toujours avec l’appui du cardinal dont il prend à nouveau le titre de « délégué ». Mais tandis que la plupart des œuvres du Comité de Nîmes s’attachent à améliorer les dramatiques conditions de vie des camps (apport de nourriture, vêtements, livres, soins) et à jouer de petits arrangements, « [contribuant] à leur corps défendant au maintien d’un système qui gardera jusqu’au bout son caractère mortifère et destructeur7 », Glasberg opte lui pour la lutte contre les camps eux-mêmes. Avec une idée audacieuse et stricto sensu révolutionnaire, celle de sortir le maximum d’internés pour les placer dans des centres aux conditions de vie moins éprouvantes. Et ce – à la grande surprise de la Cimade8 – avec l’autorisation gouvernementale, les internés, reconnus comme non dangereux, étant mis en « congé non libérable ». L’autre fondement de ces exfiltrations étant de privilégier non les plus faibles, à l’instar de la plupart des œuvres, mais les plus forts (adultes de vingt à quarante-cinq ans) et les plus utiles socialement ; d’où une « assistance devenue résistance9 ».

  • 10 La date diverge selon les sources.
  • 11 Id.
  • 12 Archives du Centre de documentation juive contemporaine, CCXVI-41a, « Rapport sur l’activi (...)
  • 13 Voir notamment Pierre Cames, Cazaubon. Chronique des années de guerre (1939-1945), Auch, I (...)
  • 14 Archives du Centre de documentation juive contemporaine, CCXVI-41a, « Rapport sur l’activi (...)

5Cinq bâtisses ou hôtels désaffectés servent alors de centres d’accueil : La Roche-d’Ajoux, à Chansaye-la-Poule (Rhône), ouverte le 25 ou le 2710 novembre 1941 pour 57 internés du camp de Gurs ; Pont de Manne (Drôme), ouverte en mars 1942, où 52 internés de Gurs arrivent le 8 mai ; Le Lastic à Rosans (Hautes-Alpes), « centre d’apprentissage rural », qui accueille en mai ou juin11 1942 45 jeunes garçons du camp de Gurs, dont la direction est assurée par Ninon Haït-Weyl et dont l’OSE assume les frais d’entretien12 ; le château du Bégué à Cazaubon13 (Gers), ouvert en juillet 1942, dirigé par le frère d’Alexandre, Vila Glasberg alias Victor Vermont, où arrivent en août des jeunes en situation irrégulière (évadés des camps, réfractaires au STO, fuyards de la zone occupée14) ; enfin, Vic-sur-Cère (Cantal), qui reçoit à l’été 1942 40 jeunes filles des camps de Gurs et Rivesaltes, sous la direction et avec les financements de l’OSE. À partir de 1942, les autorisations d’exfiltration sont abolies ; l’action de la DCA devient dès lors en partie caduque et l’enjeu est surtout de mettre les protégés en lieu sûr et de transformer l’identité des résidents en personnes « non déportables ».

  • 15 Témoignage de Madeleine Barot dans Julie Bertuccelli, « Le mystère Glasberg », film docume (...)

6En 1941, Glasberg participe aussi à la création de l’Amitié chrétienne, organisation œcuménique. Principalement animée par des militants de Témoignage chrétien (le Père Chaillet, Jean-Marie Soutou), de la Cimade (le pasteur Jacques Beaumont, Madeleine Barot) et de la Jeunesse étudiante chrétienne féminine (Germaine Ribière), l’organisation est placée sous le double et imparable patronage du cardinal Gerlier et du pasteur Boegner, président de la Fédération protestante de France. Elle ouvre son bureau rue de Constantine, où est alors transféré le siège de la DCA, jusqu’alors sis à la paroisse Notre-Dame Saint-Alban. C’est en tant que membre de l’Amitié chrétienne que Glasberg pourra participer aux commissions de criblage des camps ; l’association lui servira également de couverture pour une part de ses activités résistantes et se verra transférer la responsabilité des centres d’accueil à l’entrée en clandestinité de Glasberg fin 1942. Selon Madeleine Barot, qui l’a côtoyé tant dans les camps qu’à l’Amitié chrétienne, les premières prises de conscience de la Cimade de la nécessité de passer, à partir de 1942, de la légalité (action palliative dans les camps, jeu sur les exemptions pour échapper aux déportations) à l’illégalité (évacuation clandestine d’internés) lui doivent profondément15.

7Enfin, dernier engagement associatif prolongeant cette période, Glasberg conservera jusqu’à sa mort, de son action de Résistance à L’Honor-de-Cos, où il officie alors comme curé (1943-1944), la vice-présidence puis la présidence d’honneur de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR).

  • 16 Luc Dubrulle, Mgr Rodhain et le Secours catholique. Une figure sociale de la charité, Pari (...)
  • 17 Bernard Chevallier, op. cit., p. 174.

8L’Occupation apparaît donc bien comme une période de gestation d’une nouvelle génération associative chrétienne, que Glasberg incarne comme Madeleine Barot et Jacques Beaumont (fondateurs de la Cimade, 1939), Henri Grouès devenu en Résistance l’abbé Pierre (fondateur d’Emmaüs, 1949) ou encore Mgr Rodhain (fondateur du Secours catholique, 1945), lequel œuvre durant cette période, à la demande de sa hiérarchie, comme responsable de l’aumônerie des prisonniers de guerre16. Mais pour la Cimade comme pour l’abbé Pierre, qui ont durant la guerre franchi le pas de l’illégalité, si le rôle des chrétiens reste d’œuvrer au service du prochain, il convient si besoin de faire primer le droit sur la loi et la légitimité sur la légalité : « Ce n’est pas aux hommes à s’écraser devant la loi. C’est à la loi de, sans cesse, se changer pour répondre aux droits des hommes, en commençant par les plus petits17. » Cette position extrêmement forte ne sera pas officiellement revendiquée par Glasberg, qui a pourtant lui aussi plongé dans la Résistance et la clandestinité et s’attachera désormais plutôt à capter des fonds publics ; l’homme n’en témoigne pas moins désormais d’une réelle capacité à œuvrer aux marges de la légalité et à user d’accommodements au service de son action.

Glasberg au chevet de l’exclusion des « Trente Glorieuses » : réfugiés, personnes âgées et handicapés

9À la Libération, l’afflux de réfugiés, déportés et internés, ainsi que l’ampleur de la misère provoquée par les morts, les destructions et les pénuries engendrent une véritable floraison associative. La Cimade prolonge et infléchit ses actions en faveur des victimes du conflit, le Secours populaire français (re)naît en 1945, tandis que sont créés le Secours catholique (centrale généraliste) et les Petits Frères des pauvres (en faveur des personnes âgées). Dans le secteur plus spécifique de l’aide aux déportés, les organisations pullulent, issues ou non de la Résistance ou du judaïsme. La création par Glasberg du Service aux étrangers est au carrefour de ces mouvements.

  • 18 Ministère de la Santé publique et de la Population, Note sur les activités du COSE, 27 fév (...)
  • 19 Dzovinar Kevonian, « Organisations privées, acteurs internationaux et processus de légitim (...)
  • 20 Ministère de la Santé publique et de la Population, Note sur les activités du COSE, 27 fév (...)
  • 21 Ibid.

10En octobre 1944, l’abbé quitte le Tarn-et-Garonne et s’installe dans la capitale. Il œuvre alors, avec Nina Gourfinkel et Ninon Haït-Weyl, à la transformation de la DCA en association loi 1901, libre de tout patronage politique et religieux. Les statuts sont déposés en préfecture le 7 décembre 1944 et publiés au Journal officiel le 22. La nouvelle association, dont il est directeur et Ninon Haït-Weyl secrétaire, occupe d’abord le dernier étage d’un immeuble sis au 65 avenue des Champs-Élysées, avant d’installer définitivement son siège le 11 septembre 1947 au 52 rue de l’Arbre sec, dans le quartier des Halles. Une petite équipe, composée de l’abbé Glasberg, Nina Gourfinkel, Ninon Haït-Weyl, Henri Mayeux et Olga Meier, travaille dans un premier temps à aider les déportés de retour des camps (problèmes de santé, d’identité, administratifs, d’emploi). Puis avec la fin de la guerre et les déplacements massifs de population, l’action s’élargit, en termes de public comme d’action sociale, et l’association « [se consacre] essentiellement aux problèmes d’assistance par le travail et de réadaptation des étrangers à leur nouveau milieu18 ». Elle se compose alors de deux sections : l’une « d’aide administrative et juridique », l’autre « de reclassement et d’orientation professionnelle », cette dernière rapidement dominante. D’où le changement de nom de l’association, qui devient Centre d’orientation sociale des étrangers (COSE) puis, le 21 septembre 1960, Centre d’orientation sociale (COS) pour s’ouvrir sans exclusive aux Algériens alors Français. Cette action est alors – à nouveau – très proche de celle de la Cimade, qui se recentre elle aussi sur l’aide aux réfugiés en ouvrant des centres d’accueil et en proposant secours matériels, hébergement, placement professionnel et distribution d’allocations aux réfugiés statutaires, puis se réoriente plus spécifiquement à partir de 1949 sur le placement professionnel, l’aide à l’immigration et à la réinstallation19. À partir de 1946, le COSE propose également à son siège des cours du soir de français pour étrangers, avec en 1950 neuf professeurs et un millier d’élèves répartis en dix-neuf classes de niveau20 ; ainsi qu’une bibliothèque et une activité de recherche, que Glasberg appelle alors la « xénologie ». On sait aussi que l’abbé, en liaison avec la directrice du SSAE, Melle Trillat, assume alors personnellement le rôle de coordination des œuvres privées s’occupant des réfugiés agréées par l’Organisation internationale pour les réfugiés (OIR21).

  • 22 Lucien Lazare, op. cit.

11À partir de 1950, où le problème des réfugiés s’estompe avec l’étiolement des migrations et la fermeture progressive des camps, l’essentiel de l’action consiste en gestion de centres, grâce aux fonds publics (ministères, lois d’assistance, OIR), semi-publics (SSAE) et privés (American Jewish Joint Distribution Commitee), qui permettent peu à peu de nouvelles embauches de salariés. Dès la fin 1944, l’Amitié chrétienne lui retransfère la responsabilité de deux des centres de la DCA, La Roche-d’Ajoux et Cazaubon. Y restent des personnes âgées soustraites à la déportation, ainsi que des protégés de la DCA revenus après avoir été évacués dans des couvents ou chez des paysans22. De nouveaux centres s’ajoutent rapidement, principalement destinés aux réfugiés âgés : dès 1945 à Dun-sur-Meuse, pour une cinquantaine de vieillards étrangers réfugiés isolés, inaptes au travail, soustraits à la déportation et restant dans les centres d’accueil ; en 1950 la maison de retraite de Beauséjour (Hyères, Var) pour 115 réfugiés de nationalités diverses dont les vieillards de Dun-sur-Meuse, acquise grâce aux fonds de l’United Nations Relief and Rehabilitation Administration (UNRRA) ; en 1964 la maison de retraite de Marvejols (Lozère) pour 80 personnes âgées, proposant à chacun un maximum d’autonomie via un véritable chez-soi et des services communautaires ; en 1968 le centre de Divio (Dijon), centre médical de réadaptation pour personnes âgées.

12Cette préoccupation pour les vieillards provient du constat pragmatique du vieillissement des réfugiés et des problèmes consécutifs d’autonomie et de maintien de l’intégration. Alors que les maisons de retraite restent encore souvent des hospices aux allures de mouroirs, et que les mentalités ne commencent qu’à timidement changer (ainsi sous l’impulsion du rapport Laroque de 1962 préconisant le développement du maintien à domicile et encourageant à l’autonomie de la personne âgée), Glasberg fait figure de précurseur. Plus, au-delà de la volonté de maintenir l’autonomie des personnes âgées, il cherche aussi à la restaurer en développant la réadaptation fonctionnelle et la remise au travail, dans un triple souci de santé, d’autonomie financière et d’utilité sociale. D’où le caractère novateur du centre de Divio, d’ailleurs reconnu comme tel et cofinancé par le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) et le ministère des Affaires sociales, sous condition de mixité de l’accueil (Français et étrangers). Enfin, l’attachement à l’autonomie et au respect de la dignité des personnes âgées accueillies conduit à créer des maisons de retraite à l’architecture novatrice, à l’époque considérées comme somptuaires par leurs équipements (services communautaires, petits appartements privatifs avec kitchenette, toilettes et salle de bain), accueillant des couples et pratiquant le vouvoiement.

13Ce tournant de la réadaptation fonctionnelle conduit parallèlement à développer l’action en faveur des étrangers handicapés. Ainsi la création, en 1951, de l’établissement de Nanteau-sur-Lunain (Seine-et-Marne), vaste centre de rééducation professionnelle de 120 lits pour handicapés physiques, comprenant notamment une section de post-cure pour anciens tuberculeux et de multiples ateliers (tournage-fraisage, ajustage électrique, horlogerie, dessin industriel, etc.). L’idée étant de remobiliser la personne suffisamment tôt pour qu’elle parvienne à se reconstruire physiquement et professionnellement. Avec la quasi-disparition de la tuberculose, le centre est reconverti au tournant des années 1960-1970 au bénéfice de victimes de traumatismes (accidents de la voie publique, de la route ou du travail ; pathologies organiques invalidantes). Il accueille également quelques Français.

  • 23 Henri-Jacques Sticker, « De l’infirmité au handicap : un basculement sémantique », dans Ca (...)
  • 24 Jean-François Montès, « Des mutilés de guerre aux infirmes civils : les associations duran (...)
  • 25 Patrick Guyot, « Le rôle des grandes associations de personnes handicapées dans l’élaborat (...)
  • 26 Ibid.

14Cette action de rééducation professionnelle des handicapés physiques apparaît elle moins novatrice. Timidement posée depuis la loi de 1898 sur les accidents du travail, elle s’est en effet développée suite à la Grande Guerre, avec le retour d’un million d’invalides et d’un million et demi de mutilés ; aux pensions militaires s’ajoutent alors des mesures de reclassement professionnel23. Les écoles et associations de rééducation et de reclassement professionnel se multiplient dans l’entre-deux-guerres, s’élargissant peu à peu aux handicapés civils24 : Fédération nationale des mutilés et invalides du travail (1921), Ligue pour l’adaptation du diminué physique au travail (1929), Association des paralysés de France (1933), multiples associations de tuberculeux. En 1944 est créée la Fédération des associations gestionnaires et des établissements de réadaptation pour handicapés. Après 1945, ce mouvement de réadaptation connaît, avec l’appui de la Sécurité sociale, un nouvel essor, ce qui permet de multiplier en France les ouvertures de centres25. Pour autant, les étrangers restent alors des laissés-pour-compte, que Glasberg entend ici, comme dans l’ensemble de son œuvre, considérer comme des citoyens à part entière. Ce n’est toutefois qu’en 1975 que la France votera enfin, sous pression de grandes associations26, une loi en faveur du handicap, reconnaissant les droits sociaux des handicapés, prônant la généralisation des mesures de rééducation et de réadaptation et faisant de leur intégration (sociale, professionnelle, culturelle) une « obligation nationale ».

15Un troisième type de centres enfin concerne les réfugiés politiques hors conditions d’âge ou d’invalidité, ainsi celui de Cachan, créé en 1954 avec 25 places, alors consacré aux personnes isolées ; il est transféré en 1967 à Montreuil pour être agrandi (52 places). Il évoluera dans les années 1980, avec la crise économique et sociale, vers une fonction de centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour personnes démunies.

16Ces trois pôles d’activités et de publics étrangers et réfugiés (personnes âgées, handicapées et démunies) sont toujours au cœur de l’activité du COS, avec aujourd’hui une vingtaine d’établissements dans la filiation des créations de Glasberg : pour les personnes âgées, onze établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, un service de soins de suite et de réadaptation, une unité de soins longue durée, des accueils de jour ; pour les handicapés, trois centres de rééducation fonctionnelle, un centre de médecine physique et de réadaptation, deux maisons d’accueil spécialisées, un service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés, ainsi que le centre de Nanteau, devenu centre de réadaptation professionnelle et de formation ; pour les étrangers démunis, un CHRS, deux centres d’accueil pour demandeurs d’asile, un centre provisoire d’hébergement pour réfugiés accompagnant l’accès au logement et à l’emploi ainsi qu’une maison d’enfants à caractère social pour mineurs étrangers isolés.

  • 27 Voir notamment à ce sujet Denis Pelletier, Économie et Humanisme. De l’utopie communautair (...)
  • 28 Ministère de la Santé publique et de la Population, Note sur les activités du COSE, 27 fév (...)
  • 29 Lucien Lazare, op. cit.

17Un dernier type d’action du COSE, moins durable, relève de la formation professionnelle stricto sensu. Séduit par l’expérience israélienne des kibboutzim et porté par un courant utopiste communautaire alors ambiant chez les catholiques27, Glasberg entreprend en effet dans les années 1947-1952 la création de quatre centres de formation en autogestion : à Toulouse, l’école des Chemisières, ouverte de 1947 à 1951 ; à Paris, l’école Meublutil (coopérative de travail par la menuiserie, 1947-1950) et l’école de transformation des matières plastiques, cofinancées par le SSAE ; à Valence, l’école d’horlogerie (1950-1951), rachetée à Marcel Barbu grâce aux fonds de l’OIR, mais qui ne survivra pas aux conflits politiques et aux difficultés financières structurelles. La disparition de ces centres est ensuite compensée par le recours à des bourses d’apprentissage, le COSE optant plutôt pour le placement de réfugiés, jeunes ou adultes, dans des centres d’apprentissage publics, avec à nouveau le cofinancement du SSAE28 et de l’OIR29.

  • 30 Le terme est consacré dans l’ouvrage du secrétaire d’État à l’Action sociale d’alors : Ren (...)
  • 31 Jacques-Guy Petit, « Pauvreté et marginalité : exclusion et intégration sociale dans l’his (...)

18L’action de Glasberg au Service des étrangers/COSE/COS reste donc bien mue par une volonté farouche de protéger les étrangers : jeunes et adultes, en les accompagnant pas à pas jusqu’à leur réinsertion sociale et professionnelle et leur naturalisation ; âgés, en leur procurant un cocon leur permettant de finir leur vie dans la sécurité et la dignité. Mais elle évolue, d’une part par adaptation aux mutations du profil des réfugiés et étrangers entre la Libération et les années 1960, d’autre part par souci de mieux répondre aux problèmes spécifiques posés par sous-catégories, que ces étrangers soient jeunes ou adultes isolés nécessitant hébergement et accompagnement professionnel, personnes âgées ou encore handicapées. Tout en restant centré sur les besoins des réfugiés et étrangers, Glasberg se positionne dès lors au carrefour d’autres exclusions (grand âge, handicap) ; en ce sens, il apparaît profondément inséré dans les problématiques des « Trente Glorieuses », où les préoccupations ne sont plus tant en faveur des « pauvres » que, pour reprendre les terminologies d’alors, des « exclus30 », « marginaux » et « inadaptés ». Aux conceptions verticales (classes sociales, opposition entre richesse et pauvreté) se substitue dans ces années une volonté de repenser la société plus horizontalement, à partir de ses marges31.

  • 32 Nina Gourfinkel, Aux prises avec mon temps, t. 2 L’Autre patrie, Paris, Seuil, 1953, p. 22 (...)

19Le COS s’ouvre aussi progressivement, en tentant de capter des financements de l’OIR mais aussi des ministères, aux nationaux. Un autre trait de l’action associative de Glasberg est en effet le rapide glissement vers la création et la gestion de centres, d’où consécutivement le nécessaire recours aux subventions, positionnant l’association au carrefour de l’action privée et de l’action semi-publique. En ce sens, le COS apparaît très différent d’organisations chrétiennes comme la Cimade, le Secours catholique ou Emmaüs, dont le financement repose alors avant tout sur les dons privés. Car, pour Glasberg, la problématique ne se pose pas en dépendance ou indépendance des pouvoirs publics, mais en substrat idéologique de l’action, entre bénévolat et travail social, entre charité et justice sociale : « Nous essayons de lutter contre la bienfaisance. Ce n’est plus une notion de notre temps et elle constitue en fait une entrave à tout travail social. Le travail social est fait au nom de la justice. Tandis que la bienfaisance s’inspire de la pitié. Cette pitié qu’elle baptise charité. Le nom change, mais pas la chose32. »

Glasberg co-fondateur de France Terre d’asile : entre retour aux sources et adaptation aux problématiques contemporaines

20Le profil des réfugiés évolue à nouveau fortement à partir du milieu des années 1960, avec l’internationalisation des flux migratoires et l’arrivée des victimes des dictatures et des décolonisations : exilés grecs sous la Junte des colonels (1967-1974), Portugais fuyant les guerres coloniales (Angola, Mozambique) et le régime autoritaire de Salazar qui se prolonge jusqu’à la révolution des œillets (1974), réfugiés latino-américains dans un contexte de prolifération des dictatures (Brésil, Bolivie, Chili, Paraguay, Argentine) où le coup d’État de Pinochet joue, en 1973, un rôle détonateur dans la mobilisation et la solidarité occidentales.

  • 33 Lucien Lazare, op. cit.
  • 34 Voir ci-dessous l’article de Jérôme Bocquet.
  • 35 Denis Pelletier, « 1985-1987 : une crise d’identité du tiers-mondisme catholique ? », Le M (...)
  • 36 Luc Dubrulle, op. cit., chap. 3.

21Alors que le COS évolue vers une fonction gestionnaire, on sait combien l’abbé Glasberg poursuit parallèlement ses engagements plus politiques, ainsi en faveur des Juifs et d’Israël33, ou des Algériens durant et après la guerre d’Algérie34. Au moment où nombre d’associations chrétiennes se politisent très fortement et se gauchisent, ainsi, chez les protestants, la Cimade et la Mission populaire ou, chez les catholiques, le CCFD et Emmaüs35, le COS semble rester en retrait – sans commune mesure certes avec le Secours catholique, qui opère alors, sous l’impulsion de Mgr Rodhain, un véritable « raidissement intransigeant36 ». En se rapprochant dès le début des années 1960 d’Henri Curiel, militant anticolonialiste et antifasciste convaincu, et de son organisation clandestine qui deviendra Solidarité, l’abbé Glasberg semble dès lors pour partie faire bifurquer ses engagements de ceux du COS, où il reste néanmoins parallèlement investi.

  • 37 Témoignage de Gérold de Wangen, dans Julie Bertuccelli, « Le mystère Glasberg », film docu (...)
  • 38 Lucien Lazare, op. cit.

22La création en 1971 de FTA scelle en effet une dernière étape de son engagement associatif. Comme l’abbé Pierre épaulant dans les années 1990 Droit au Logement (DAL) et renouant par là avec ses débuts associatifs (militance en faveur du logement des plus démunis, squats et actions coup de poing, parole très politique), Glasberg y cherche vraisemblablement un nouvel élan idéologique et un lieu moins institutionnalisé d’engagement. Les bases germent vers 1968, avec l’idée, lancée par l’abbé Glasberg, de créer un comité de vigilance et de proposition sur les problèmes des réfugiés et du droit d’asile. Elles sont ensuite principalement concrétisées par le Dr Gérold de Wangen37. S’y retrouvent ses amis et compagnons de route : Jacques Beaumont, des années noires et du compagnonnage avec la Cimade, qui trouve le titre de l’association ; le docteur de Wangen, ancien animateur de réseaux durant la guerre d’Algérie, qui devient en 1974 directeur de l’association en se déchargeant d’une partie de ses activités médicales ; Jacques Debû-Bridel, fidèle ami depuis la Résistance, président de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR), dont Glasberg est alors vice-président et qui prend également la présidence de FTA. L’abbé sera lui trésorier de 1973 à sa mort. L’objectif est alors d’aider et de défendre sans exclusive tous les réfugiés cherchant asile en France, quels que soient leur origine et le motif de leur arrivée. Il semble que dans cette période des débuts, les liens étroits de confiance noués entre Glasberg et Henriette Taviani, déléguée du HCR, aient considérablement aidé l’association ; elle deviendra d’ailleurs en 1984, après sa retraite, présidente de FTA38.

  • 39 Marie-Christine Volovitch-Tavarès, « La Cimade et les réfugiés latino-américains des année (...)
  • 40 « L’action de France Terre d’asile : 1) 1971-1980, la mise en place de l’action de France (...)

23L’activité de l’association s’intensifie fortement dès la fin 1973, avec l’arrivée des premiers réfugiés chiliens. FTA prend alors l’initiative d’un comité de coordination pour l’accueil des réfugiés du Chili qui rassemblera plus de vingt-cinq associations. L’organisation apparaît également pionnière dans la mise en place d’un dispositif national d’accueil en « centres provisoires d’hébergement », basé sur la prise en charge durant six mois par la DDASS (pour l’hébergement) et le Fonds d’action sociale (pour l’aide à l’emploi) et visant à faciliter l’insertion dans la société française. Dans cet accueil des réfugiés chiliens, elle travaille en étroite coopération avec le SSAE, le Secours catholique et la Cimade, cette dernière semblant plutôt dotée d’un rôle de coordination financière et administrative et FTA de la gestion plus spécifique de la trentaine de foyers mis en place39. Si les Chiliens dominent, on compte également nombre de nationalités accueillies dans le Chili d’Allende (Argentins, Péruviens, Brésiliens, Uruguayens, Haïtiens, Boliviens, Dominicains, Nicaraguayens), ainsi que des migrants isolés en provenance des pays de l’Est, d’Afrique noire, du Moyen-Orient et de l’Extrême-Orient40. FTA, comme le COS dans les années 1940-1950 et la Cimade tout au long de son histoire, œuvrent alors fortement, outre à l’accueil, à l’insertion de ces migrants : apprentissage du français, aide au travail et au logement.

  • 41 Hugues Tertrait, « La Cimade, l’Indochine révolutionnaire et ses réfugiés (1975- 1979) », (...)

24La seconde grande mobilisation est, à la suite, en faveur des réfugiés du Vietnam. Alors que la Cimade y travaille depuis la fin des années 196041, la mobilisation humanitaire connaît en effet un tournant en avril 1975, avec la fin de la guerre, le changement de régime et le début d’un nouvel afflux de réfugiés. FTA est alors parmi les six organisations missionnées, avec la Cimade, le Comité national d’entraide, la Croix-Rouge française, le Secours catholique et le SSAE, pour l’organisation de l’accueil des réfugiés. Son expérience des deux années précédentes conduit le gouvernement à l’affecter plus spécifiquement à la gestion des centres de transit, préludes à l’orientation vers un centre provisoire d’hébergement.

25En 1980 enfin, l’organisation se voit confier par le gouvernement la gestion du tout nouveau « dispositif national d’accueil » et tient désormais le secrétariat de la Commission nationale d’admission, chargée de répartir les réfugiés des centres de transit vers les centres provisoires d’hébergement. En 2010, FTA compte quatre cent soixante-dix salariés et gère vingt-huit centres d’accueil pour demandeurs d’asile, héritiers des centres provisoires d’hébergement, dont deux pour mineurs isolés ; elle possède également une structure de formation et d’insertion professionnelle.

  • 42 Étienne Fouilloux, « Le devoir de charité », dans Jean-Marie Mayeur et al., dir., Histoire (...)
  • 43 Voir sa communication ci-dessous.
  • 44 Axelle Brodiez, Le Secours populaire français, 1945-2000 : du communisme à l’humanitaire, (...)
  • 45 Sylvie Toscer, Les Catholiques allemands à la conquête du développement, Paris, L’Harmatta (...)

26L’abbé Alexandre Glasberg décède le 22 mars 1981 d’une crise cardiaque. Sa disparition participe de la fin de toute une génération de grands fondateurs associatifs catholiques : décès de Gabriel Rosset (Foyer Notre-Dame des sans-abri) en 1974, de Mgr Rodhain (Secours catholique) en 1977, d’Armand Marquiset (Petits Frères des pauvres) en 1981 également, du père Joseph Wresinski (ATD-Quart-monde) en 1988. « On réussit lorsqu’on prend comme point de départ le respect de la personne humaine », aimait à répéter Glasberg. Le fait est sans doute également vrai pour toute cette grande génération, qui ne cherchait plus tant à faire pour qu’à faire avec les exclus et les plus démunis42 : l’abbé Pierre avec les chiffonniers et les familles sans-logis, l’abbé Wresinski avec celles des bidonvilles, Armand Marquiset avec les personnes âgées, Glasberg avec les réfugiés. De même, on l’a vu, Glasberg apparaît profondément représentatif de son époque : ainsi par ses proximités biographiques avec d’autres grands personnages comme l’abbé Pierre, ou par les fortes similarités du COSE avec la Cimade. Dès lors, en quoi Glasberg se démarque-t-il ? Il serait aussi vain que prétentieux de le considérer comme plus atypique qu’un autre : tous ces fondateurs et ces associations, en cherchant à répondre aux problèmes évolutifs de leur époque, ont leurs spécificités dans les publics visés, les modes d’action et les approches idéologiques, qu’elles soient religieuses ou politiques. Le monde associatif n’est pas tant fait de concurrences que de complémentarités. Mais, de tous, Glasberg est sans doute celui qui a eu le plus grand souci de séparer ses convictions personnelles de ses engagements associatifs : au plan religieux d’abord, comme le montre bien Luc Dubrulle43 ; au plan politique aussi, en faisant du COS une association neutre, adossée aux pouvoirs publics, tandis que l’homme naviguait parallèlement entre soutien aux Juifs d’Israël, aux Algériens en lutte pour leur indépendance et aux mouvements de libération nationale. Dans le même temps, le Secours populaire français, de matrice communiste, soutenait ouvertement ses organisations-sœurs44, de même que le Secours catholique45, tandis qu’Emmaüs ou les Petits Frères des pauvres affichaient encore leur matrice chrétienne et que la Cimade et le CCFD s’engageaient dans des combats très politiques. Là est sans doute le principal trait de Glasberg, pour partie précurseur et lié à sa soif de nationalité française : après avoir pourtant vécu les affres de l’Occupation, celui d’avoir su très tôt coopérer avec les pouvoirs publics, via le COS puis FTA, sans jamais avoir parallèlement renoncé à ses propres engagements et convictions.

Notes

1 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, juin 1986, p. 69-72.

2 Bernard Violet, L’Abbé Pierre, Paris, Fayard, 2004, 450 p. ; Axelle Brodiez-Dolino, Emmaüs et l’abbé Pierre, Paris, Presses de SciencesPo, 2008, 378 p. ; Bernard Chevallier, Bernard Chevallier interroge l’abbé Pierre : Emmaüs ou venger l’homme en aimant, Paris, Le Centurion, 1979, 284 p.

3 Sur l’histoire de la Cimade, voir la publication en cours des actes du colloque « La Cimade et les réfugiés : identités, répertoires d’action, politiques de l’asile, 1939-1994 » tenu le 7 octobre 2010 à la Cité nationale d’histoire de l’immigration et le 8 octobre 2010 à l’université Paris-Ouest Nanterre.

4 Sur l’histoire du SSAE, voir Lucienne Chibrac, Les Pionnières du travail social auprès des étrangers. Le Service social d’aide aux émigrants des origines à la Libération, Rennes, Éditions de l’École nationale de santé publique, 2005, 302 p.

5 Le Comité de coordination des associations œuvrant en faveur des internés et réfugiés en France regroupe toutes les associations alors impliquées : Unions chrétiennes de jeunes gens, quakers, Cimade, Croix-Rouge, œuvres israélites, Église catholique, Fédération protestante de France, SSAE, YMCA. Sa première réunion a lieu le 20 novembre 1940 à Nîmes, d’où le nom, plus simple, qui lui est resté, de Comité de Nîmes.

6 Lucienne Chibrac, op. cit., p. 111.

7 Ibid., p. 146.

8 Témoignage de Madeleine Barot dans Julie Bertuccelli, « Le mystère Glasberg », film documentaire des productions Blaq Out (2008).

9 Alexandre Glasberg, intervention lors d’un colloque tenu à Brive en octobre 1980, citée dans Alexandre Glasberg anti-conformiste, résistant, innovateur social 1902-1981, COS, 2008, p. 25.

10 La date diverge selon les sources.

11 Id.

12 Archives du Centre de documentation juive contemporaine, CCXVI-41a, « Rapport sur l’activité de la Direction des centres d’accueil, 1941-1944 ».

13 Voir notamment Pierre Cames, Cazaubon. Chronique des années de guerre (1939-1945), Auch, Imprimerie du Prieuré, 2002, 172 p.

14 Archives du Centre de documentation juive contemporaine, CCXVI-41a, « Rapport sur l’activité de la Direction des centres d’accueil, 1941-1944 ».

15 Témoignage de Madeleine Barot dans Julie Bertuccelli, « Le mystère Glasberg », film documentaire cité. Sur l’action de la Cimade durant la guerre, voir Geneviève Dreyfus-Armand, « La Cimade dans les camps d’internement pendant la Seconde Guerre mondiale » et Anne Boitel, « Agir, témoigner, résister au sein d’un camp d’internement français : analyse de l’action de la Cimade à Rivesaltes entre 1941 et 1942 », dans les actes à paraître du colloque « La Cimade et les réfugiés », op. cit.

16 Luc Dubrulle, Mgr Rodhain et le Secours catholique. Une figure sociale de la charité, Paris, DDB, 2008, 633 p.

17 Bernard Chevallier, op. cit., p. 174.

18 Ministère de la Santé publique et de la Population, Note sur les activités du COSE, 27 février 1951 (document figurant dans le dossier de naturalisation de l’abbé Glasberg, communiqué par Christian Sorrel).

19 Dzovinar Kevonian, « Organisations privées, acteurs internationaux et processus de légitimation autour de la question des réfugiés (1945-1951) », dans les actes à paraître du colloque « La Cimade et les réfugiés », op. cit.

20 Ministère de la Santé publique et de la Population, Note sur les activités du COSE, 27 février 1951.

21 Ibid.

22 Lucien Lazare, op. cit.

23 Henri-Jacques Sticker, « De l’infirmité au handicap : un basculement sémantique », dans Catherine Barral, Florence Paterson, Henri-Jacques Sticker et Michel Chauvière, dir., L’Institution du handicap. Le rôle des associations, Rennes, PUR, 2000, p. 31-38.

24 Jean-François Montès, « Des mutilés de guerre aux infirmes civils : les associations durant l’entre-deux-guerres », dans ibid., p. 145-156.

25 Patrick Guyot, « Le rôle des grandes associations de personnes handicapées dans l’élaboration de la loi d’orientation de 1975 », dans ibid., p. 253-279.

26 Ibid.

27 Voir notamment à ce sujet Denis Pelletier, Économie et Humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde 1941-1966, Paris, Cerf, 1996, 529 p.

28 Ministère de la Santé publique et de la Population, Note sur les activités du COSE, 27 février 1951.

29 Lucien Lazare, op. cit.

30 Le terme est consacré dans l’ouvrage du secrétaire d’État à l’Action sociale d’alors : René Lenoir, Les Exclus. Un Français sur dix, Paris, Seuil, 1974, 171 p.

31 Jacques-Guy Petit, « Pauvreté et marginalité : exclusion et intégration sociale dans l’histoire », dans Jacques-Guy Petit, dir., Intégration et exclusion sociale d’hier à aujourd’hui, Paris, Anthropos, 1999, p. 1-16.

32 Nina Gourfinkel, Aux prises avec mon temps, t. 2 L’Autre patrie, Paris, Seuil, 1953, p. 226.

33 Lucien Lazare, op. cit.

34 Voir ci-dessous l’article de Jérôme Bocquet.

35 Denis Pelletier, « 1985-1987 : une crise d’identité du tiers-mondisme catholique ? », Le Mouvement social, n° 177, octobre-décembre 1996, p. 89-106. Nous nous permettons également de renvoyer à Axelle Brodiez-Dolino, « La Cimade entre religion et politique (1939-1995), ou les substrats idéologiques de l’humanitaire », dans les actes à paraître du colloque « La Cimade et les réfugiés », op. cit. et « Circulations et recompositions des espaces du politique dans les ONG : le cas d’Emmaüs », Politique et Sociétés, 28-1, 2009, p. 91-109.

36 Luc Dubrulle, op. cit., chap. 3.

37 Témoignage de Gérold de Wangen, dans Julie Bertuccelli, « Le mystère Glasberg », film documentaire cité.

38 Lucien Lazare, op. cit.

39 Marie-Christine Volovitch-Tavarès, « La Cimade et les réfugiés latino-américains des années 1960 aux années 1990 : étude générale et rôle du centre d’accueil de Massy », dans les actes à paraître du colloque « La Cimade et les réfugiés », op. cit.

40 « L’action de France Terre d’asile : 1) 1971-1980, la mise en place de l’action de France Terre d’asile et du dispositif national d’accueil », http://www.france-terre-asile.org/quisommes-nous/historique/laction-france-terre-dasile, consulté le 19 décembre 2012.

41 Hugues Tertrait, « La Cimade, l’Indochine révolutionnaire et ses réfugiés (1975- 1979) », dans les actes à paraître du colloque « La Cimade et les réfugiés », op. cit.

42 Étienne Fouilloux, « Le devoir de charité », dans Jean-Marie Mayeur et al., dir., Histoire du christianisme, t. 12, Paris, Desclée, p. 218-221.

43 Voir sa communication ci-dessous.

44 Axelle Brodiez, Le Secours populaire français, 1945-2000 : du communisme à l’humanitaire, Paris, Presses de SciencesPo, 2006, 365 p.

45 Sylvie Toscer, Les Catholiques allemands à la conquête du développement, Paris, L’Harmattan, 1997, 267 p.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search