Version classiqueVersion mobile

Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

 | 
Christian Sorrel

L’abbé Glasberg et la Résistance dans le Tarn-et-Garonne (1943-1944)

Norbert Sabatié

Texte intégral

Glasberg dans le diocèse de Montauban

1Au début de l’année 1943, l’abbé Glasberg, obligé de quitter Lyon, se réfugie dans le diocèse de Montauban dont l’évêque, Mgr Théas, le nomme, sous le nom d’abbé Corvin, à la cure de Léribosc, une paroisse de la commune de L’Honor-de-Cos, dans le département du Tarn-et-Garonne qui avait vu naître René Bousquet. Parmi les divers récits que nous avons compulsés, d’ordre biographique ou relevant du témoignage, il en est peu, et c’est alors de façon très laconique, qui relatent le séjour de l’abbé Glasberg, que ce soit sous son nom de curé Corvin, pour l’évêché, ou sous son pseudonyme d’Élie, pour la Résistance.

  • 1 Philippe Boegner (éd.), Carnets du pasteur Boegner 1940-1945, Paris, Fayard, 1992, 365 p.
  • 2 Il s’agit de Jean Malavelle, nommé en 1936 à Espanel et qui a servi sa paroisse pendant pl (...)
  • 3 Sylvaine Guinle-Lorinet, Pierre-Marie Théas. Un évêque à la rencontre du XXe siècle, Tarbe (...)
  • 4 Elle est décédée le 28 août 2010, âgée de quatre-vingt-dix-neuf ans. Son attitude courageu (...)

2Avant l’arrivée du prêtre, le département avait reçu plusieurs fois la visite du pasteur Boegner, sous le patronage duquel l’Amitié chrétienne avait été fondée. Dans ses carnets de notes1, Marc Boegner relate en ces termes sa visite à Espanel le 1er septembre 1942, au lendemain de la lettre pastorale de Mgr Théas, datée du 26 août 1942 : « Visite du curé que j’avais manqué dimanche. Un simple mais dévoué curé de campagne2. Il m’a communiqué le texte de la courageuse lettre pastorale sur les Juifs livrés à l’Allemagne que Mgr Théas, évêque de Montauban3, a fait lire dimanche dans toutes les églises de son diocèse » grâce aux copies véhiculées par Marie-Rose Gineste sur sa bicyclette devenue légendaire et exposée, de son vivant, au mémorial de Yad Vashem4. En date du mercredi 2 septembre, Boegner mentionne l’attitude de Glasberg : « Passé la journée à Montauban. Accueilli Madeleine Barot à l’arrivée du train de Vichy […]. Elle m’a raconté ensuite ce dont elle a été témoin à Lyon, en particulier au camp de Vénissieux. L’abbé Glasberg et le Père Chaillet ont lutté avec elle jour et nuit. » Et encore, datées du 9 septembre, ces notes de Vichy : « Hier soir, Madeleine Barot, me téléphonant de Nîmes, m’a appris qu’alerté par Manon, l’abbé Glasberg avait pu faire descendre les cinq Aryens du convoi qui passait à Lyon ».

3Ce n’est donc pas par hasard que l’abbé Glasberg cherche refuge dans le diocèse de Montauban, ni sans doute de sa propre initiative, mais par suite de la relation directe entre Mgr Théas et le cardinal Gerlier. Ce dernier avait été évêque de Lourdes de 1929 à 1937 et l’évêque de Montauban, nommé sur son siège en 1940, l’avait invité le 8 octobre 1942 à l’inauguration solennelle, en présence de douze mille fidèles, du facsimilé de la grotte de Lourdes construit dans le parc de l’évêché. Mais la documentation manque pour établir le fait. Quoi qu’il en soit des voies et des médiations (Ninon Haït ?) empruntées par l’abbé Glasberg, il arrive à L’Honor-de-Cos en février 1943. D’emblée, c’est son allure négligée qui a pu surprendre les paroissiens. Une soutane qui, à dire vrai, n’est jamais d’une grande netteté, enveloppe un corps d’aspect colossal, reposant sur de grosses chaussures poussiéreuses, tandis que deux verres très épais émergent d’un visage recouvert d’un chapeau de paille ou d’une barrette, ce bonnet noir à cornes typique des ecclésiastiques. Si la voix à l’accent prononcé traduit une origine étrangère, l’attitude est plutôt avenante, mais l’abbé en impose et ne s’en laisse pas conter.

4Ses anciens enfants de chœur peuvent en témoigner, à commencer par Roger Fauré. Ayant été informé qu’il avait suivi une scolarité à l’école libre – en fait, pendant deux ans à Saint-Jean Villenouvelle à Montauban –, l’abbé le fait appeler, lui demande s’il peut servir l’office et l’embauche dans la foulée. Cela n’a pas manqué de surprendre les habitués de la messe, puisque la famille Fauré ne fréquente pas vraiment l’église. Si bien que certains l’interrogent : « Cossí se fa que dises la messa ? [Comment se fait-il que tu serves la messe ?] ; – Lo curè me b’a demandat ! » est la réponse donnée tout naturellement. Charles Mounié, enfant de chœur lui aussi, se rappelle les hésitations de l’abbé célébrant la messe, qui allait jusqu’à abréger la fin des formules latines par des bredouillements peu audibles. À Aussac, habitait Charles Landou chez qui se rendait l’abbé, le jeudi, pour déjeuner et assurer un pseudo-catéchisme, dit-il, puisqu’en fait, il laissait œuvrer une paroissienne. Sa première venue à Aussac a été fracassante : il y avait une crèche animée avec un ange qui remerciait celui qui mettait une pièce dans la statuette. Corvin l’a vite brisée, car, assurait-il, « Jésus n’aimait pas l’argent ! ».

5À l’église de Léribosc, le chantre était le beau-père d’Irénée Bordaries, qui trouve que le nouveau curé ne sait rien faire et lui demande de se méfier – « Mon dieu, malfisa-te d’aquel curè ! Atencion a çò que dises ! » – et de faire attention, au cas où ils auraient eu affaire à un espion. Mais Bordaries va entretenir de bonnes relations avec Corvin, surtout après lui avoir montré une photo de Mongols faits prisonniers à Stalingrad. En fait, il avait, lors de ses classes, en 1940, été infirmier, conducteur de char, expédié près de Vienne, puis à Stalingrad d’où, atteint par le typhus, il était revenu, fin 1941 ou début 1942, à Lyon, avant de retrouver L’Honor-de-Cos. De plus, sa femme était jaciste, si bien que l’ambiance convenait à Corvin, qui venait souvent partager un verre ou échanger une cigarette. Il était d’ailleurs présent à leur mariage à L’Honor-de-Cos, le 29 janvier 1944, où se trouvaient également l’abbé Rapeau, qui était aumônier de la JAC, et l’abbé Vérines, professeur de mathématiques à Saint-Théodard, puis curé d’Ardus. Comme on le savait vichyste, il n’a pas été destinataire de la lettre pastorale de Mgr Théas. Le repas de noce n’a cependant été entaché d’aucune querelle partisane.

  • 5 Marcel Ruby, La Résistance chrétienne à Lyon, Lyon, CRDP, 1971, 152 p.

6Ainsi, en moins d’un an, l’abbé Corvin a su se faire adopter de la population, malgré des pratiques qui différaient des usages traditionnels, puisqu’à Lyon, d’après Marcel Ruby, l’abbé « avait commencé à pratiquer un “style d’avant-garde” dans la liturgie et la vie communautaire5 ». Il faut ajouter qu’il vivait chichement, circulant à pied, à bicyclette ou en sulky, avec le cheval de Roudil, un maquisard. L’abbé se laissait inviter d’autant plus aisément qu’il avait un péché mignon, la gourmandise. Ceux qui l’ont connu ont souligné sa gloutonnerie, parfois abusée par sa myopie, ce qui valait aux jeunes voisins de table de recevoir dans leur assiette quelques morceaux qui avaient été moins appréciés par l’abbé.

  • 6 À la fin du XVe siècle, Corvin fut roi de Hongrie sous le nom de Mathias Ier et son fils J (...)

7Comment Glasberg était-il perçu par ses confrères ? L’abbé Étienne, décédé à quatre-vingt-dix ans en mai 2012, l’a rencontré dès son arrivée. Professeur de lettres au petit séminaire, il est sollicité par Mgr Théas pour rendre visite au curé Corvin, afin de l’aider à préparer les fêtes de Pâques. Sa première rencontre lui laisse le souvenir d’« une force de la nature, habillée à la noix », selon son expression, ou encore d’« un grand costaud du genre bohême, myope, mais doué d’une très bonne ouïe ». Après une rapide présentation qui consiste en un échange oral d’identités, l’abbé Étienne, prononçant à nouveau le nom de Corvin, signale que cela lui fait penser à un héros de la résistance hongroise contre les Turcs6 : « Il faut voir alors la tête qu’a fait Corvin ! » C’était, de manière fortuite, rappeler à l’abbé ses origines orientales et… ses activités ! Le service paroissial a été assuré pendant le triduum pascal de 1943, grâce à l’aide de l’abbé Étienne. La nuit, celui-ci, qui dormait sur place, s’est rendu compte que Corvin jurait beaucoup en langue étrangère (plus tard, il a compris que c’était du yiddish). Il est revenu à plusieurs reprises à Léribosc et, de retour à Montauban, il a pu renseigner l’évêque sur le bon déroulement des offices.

8À L’Honor-de-Cos, personne ne soupçonne que Corvin n’est pas la vraie identité de l’abbé, encore moins qu’il est recherché, bien que certaines rumeurs se soient développées. Ainsi a-t-il été dit que si quelqu’un d’étranger arrivait, l’abbé se retranchait dans la sacristie d’où il pouvait s’échapper, grâce aux barreaux amovibles d’une fenêtre, pour se réfugier dans un caveau vacant. D’autres ont supposé que ledit caveau pouvait cacher un poste-récepteur qui renseignait l’abbé sur les agissements de la Résistance. Mais de telles supputations ne semblent avoir pu être formulées que tardivement, car la population ne pouvait connaître l’implication, au sein du maquis, d’“Élie”. C’est lors de sa dernière messe à Léribosc, après la Libération, que l’abbé a affiché sa conviction en portant le brassard tricolore FFI, ce qui a surpris certaines paroissiennes : « Mon dieu, lo curè es maquisard ! »

Glasberg et le maquis de Saint-Amans

9Il n’y a rien de surprenant en fait à considérer que l’abbé Glasberg ait agi en Tarn-et-Garonne dans la continuité de son action passée dans le Rhône, comme l’attestent les éléments recueillis auprès des anciens combattants de la Résistance. Ainsi, Charles Couchet, un des responsables du maquis Louis Sabatié (maquis de Saint-Antonin), pouvait en témoigner, comme me l’avait indiqué de vive voix Marcel Maurières, ancien résistant : « L’abbé Glasberg nous a ravitaillés en mitraillettes. Je l’ai bien connu. Il était monté au maquis. Il nous en a donné pas mal. C’est l’Armée secrète qui lui avait demandé d’en garder dans son presbytère. C’est Roudil qui nous l’a fait connaître ; Roudil nous a aidés à la création du maquis pour le ravitaillement ; il a été un bon résistant ; il était chauffeur de l’abbé Glasberg. Un type sensationnel, cet abbé. Il parlait toutes les langues. Un jésuite ! Curé ou pas curé, c’était le bon Dieu. Il disait : “Il faut battre les Allemands ; la suite, on verra après.” »

10À L’Honor-de-Cos, la résistance semble s’organiser avec la venue de Gras, mutilé de 14-18, facteur de Montcuq, qui a été expulsé du Lot pour fait de résistance. Les résistants se rassemblent à l’auberge située près de l’église et tenue par Caroline, Mme Lamolinairie mère. Là vivent ses deux fils, Roger et Gaston, et, comme autres résistants, on trouve deux réfugiés espagnols, des communistes déterminés, répondant au nom de Fabregat pour l’un, et au prénom de Jean pour l’autre. Avec Roger Fauré, cela porte à sept le petit nombre d’actifs qui vont connaître plusieurs épisodes mouvementés. Celui de l’intrusion de miliciens dans l’auberge, provoquant la fuite des fils Lamolinairie, a été raconté par Irénée Bordaries qui, avec sa famille, depuis le champ de blé où il constitue des javelles, assiste à la poursuite. Gaston, grand et maigre, s’est caché sous le petit pont, en dessous de la mairie, tandis que son frère fuit le long du ruisseau, jusqu’à un noyer. « Encadre le noyer ! », crie un milicien, et la rafale blesse au mollet Roger, qui a toutefois pu se sauver. Les Bordaries se sont glissés, à travers les buissons, jusque chez eux et se sont tenus silencieux, craignant le pire.

11Jean Vignoboul, ancien résistant, a connaissance d’une relation existant entre Glasberg et Robert Pélissier, plus connu sous le nom de Ricou, diminutif occitan pour Henri, qui était le commandant des maquis FTP Saint-Antonin, Verdun et Lauzerte. Voici ce qu’il dit :

Glasberg avait des contacts avec Ricou : ils se retrouvaient sur la route, du côté de L’Honor-de-Cos. Des renseignements étaient ainsi fournis au maquis sur des caches d’armes, consistant essentiellement en mitraillettes et plastic. C’était un des rares moyens de renseignements à la suite des parachutages opérés le plus discrètement qui soit.

Paul Saint-Martin, ancien boulanger de L’Honor-de-Cos, confirme que Corvin servait de liaison entre les maquisards de la région : c’est lui qui était au courant des parachutages et qui était chargé de prévenir ceux qui devaient les réceptionner. Pour l’un des parachutages, il en avait reçu la nouvelle par téléphone, une nuit, alors qu’il était invité à une noce ; il s’était aussitôt rendu à Mirabel, s’excusant auprès de ses hôtes.

12Roger Fauré a d’autres souvenirs présents à l’esprit. Une fois, le groupe est allé assister à un parachutage à Montaigu-de-Quercy, avec la camionnette de Lamolinairie, pour aider à charrier et camoufler des caisses d’armes et des munitions, principalement. Sur le chemin du retour, une panne est survenue qui a obligé Roger, le plus jeune, à courir à travers bois pour aller jusqu’à Lauzerte chercher une bobine qui a pu les dépanner. Une autre fois, à la demande de Glasberg, Roger a dû enfourcher un vélo pour porter un message au maquis de Montaigu-de-Quercy, commandé par Vincent. En cas de problème, un pistolet à six balles lui avait été remis : cinq pour les Allemands et une pour lui ! Ayant eu connaissance d’un souterrain qui partait des bois de la propriété où habitaient les Fauré, Glasberg voulait l’utiliser comme cache d’armes, ce dont l’avait dissuadé Roger qui avait déjà ses deux frères en Allemagne, le plus jeune ayant cru bon d’aller « relever » l’aîné, et qui ne voulait pas attirer d’autres ennuis à la famille. Bien lui en a pris, puisqu’un jour, deux officiers allemands sont venus vérifier l’intérieur du dit souterrain qui, présentant un éboulement interne, les a empêchés d’aller au-delà, jusqu’au château de Piquecos, où le conduit était supposé déboucher, comme indiqué sur le plan cadastral. L’ancien propriétaire du château, François de Nerciat, affirme que l’abbé Glasberg était un habitué et qu’il y a logé, rassuré par l’existence d’une cachette, un renfoncement avec caisson, au-dessus du lit, dans la chambre du roi. Son père, le baron de Nerciat, diplomate en congé sans solde à partir de 1942, a organisé avec Glasberg un réseau de passeurs pour l’Espagne. Après la Libération, Gaston Palewski, chef de cabinet du général de Gaulle à Londres, a été reçu à Piquecos.

13Signalons également la venue à L’Honor-de-Cos de Georges Bidault, successeur de Jean Moulin à la tête du CNR. Il aurait déjeuné, peut-être chez l’aubergiste Caroline, avec Glasberg et Jean Bayrou. Glasberg était aussi en étroite relation avec cet instituteur de Puycornet. Sous son pseudonyme de Labeur, il assurait le lien avec la Résistance. Parmi les souvenirs, un épisode cocasse est celui de juin 1944 au cours duquel Bayrou est déguisé en curé pour se rendre, comme Glasberg et avec lui, au Grand Hôtel de Toulouse qui était un haut-lieu de l’Occupation. Ils ont pris un verre, tout naturellement, tandis que les majors de l’armée allemande discutaient sur les cheminements possibles de leur repli : autant d’informations que Glasberg, polyglotte, a pu saisir et communiquer.

  • 7 Archives départementales de Tarn-et-Garonne, 1188 W 7.

14Le secteur de L’Honor-de-Cos a connu une intense animation durant les dernières années de guerre. Un autre agent de liaison de l’Armée secrète est Simone Laplace (Sim de son pseudonyme), qui a dû se cacher chez Bayrou, lorsqu’elle a été découverte comme agent de la Résistance. Dactylographe, elle était comme lui, durant l’été 1944, au poste de commandement des FFI à Aussac (à la ferme Vidal), auprès du colonel Langeron (pseudonyme Larzac) et du capitaine Pruet. Pierre Pruet, dans son témoignage déposé aux Archives départementales7, révèle la succession d’événements qui ont conduit à la formation du maquis de Saint-Amans, au cœur de la région boisée située entre L’Honor-de-Cos, Mirabel et Molières, en 1944. En voici le détail :

Berthet, envoyé par la Région pour commander la région Nord-Garonne, donne l’ordre à l’état-major de l’Armée secrète de quitter Montauban et d’aller s’installer au nord de la ville ; le PC est transféré à Mirabel (en fait à Aussac) à partir du 16 août ; Berthet installe son PC le 15 août au château de Piquecos ; l’emplacement a été trouvé par l’abbé Corvin, “Élie” ; mais Berthet ne maintient son PC à Piquecos que pendant vingt-quatre heures. Le PC départemental AS est à Mirabel (Aussac) jusqu’au 19 août 1944. […] Le 17 juin 1944 a lieu la première réunion du CDL clandestin ; c’est la première fois qu’on emploie ce terme. Pruet est surpris par le grand nombre des assistants [parmi lesquels] l’abbé Corvin (Glasberg). Le but de la séance est la nomination d’un chef FFI. L’abbé Corvin intervient pour appuyer Langeron et pour ménager la susceptibilité de Duplan (Nil) […]. Le contact était pris depuis peu de temps avec les FTP par l’intermédiaire de Couchet. Par l’intermédiaire de l’abbé Corvin (qui avait sans doute des rapports avec les FTP par Roudil), les FTP demandent une partie des armes du maquis d’Ornano qui sont “planquées” et dont on ne se sert pas. Corvin “Élie” en parle à Pruet qui accepte de donner six mitraillettes.

  • 8 Ibid.

15Le vrai talent de négociateur de Glasberg apparaît encore une fois. Nous pouvons croiser ce témoignage avec celui rapporté par le colonel Langeron dans son mémoire8 :

C’est au début 1944 que furent créés les Corps francs de la Libération (CFL). Je recevais une lettre de Guiral, lettre apportée par Mme Rivière. Gustave Guiral me donnait rendez-vous à Léribosc, où le curé Glasberg, alias Élie, devait nous donner asile. Nous devions être sous protection de la 4e Compagnie jointe au maquis d’Ornano, planqué à Saint-Amans […]. Arrivé à Léribosc et contact pris avec Élie, je logeais chez Mme Lamolinairie, point de chute et boîte aux lettres, centre de ravitaillement en attendant Guiral qui, de Léribosc, était allé se camoufler à Bioule. Puis, tous deux, Guiral et moi, nous allâmes nous planquer au maquis de Saint-Amans, installé dans une ferme abandonnée, dans la combe boisée de Pauly […]. C’est dans ce même bois qu’eut lieu le 17 juin 44 la première réunion du CDL de Tarn-et-Garonne. Séance agitée, atmosphère chargée, discussion assez vive, et, finalement, sur l’intervention pacifique d’Élie (Glasberg), qui semblait avoir ramené la concorde, vote pour la désignation du chef FFI. À l’unanimité, moins les voix de Duplan et Lambert, Larzac est nommé […]. Guiral et moi restâmes au maquis de Saint-Amans et, le 19 juin au soir, le maquis de Saint-Amans leva le camp […] puis alla s’installer dans la région boisée de Saint-Marc, entre Léribosc et Lafrançaise. Le 24 juin, la milice fit une expédition sur Léribosc, fouillait la maison Lamolinairie, blessait un des fils, arrêtait Coffignal. […] Guiral s’en fut chez l’instituteur Jean Bayrou et moi chez M. Delpech à La Fargue (maire de Puycornet).

  • 9 Ibid.

16Le recoupement peut s’effectuer aussi avec le journal de Cabrit, adjoint de Guiral9 :

Nous quittons Saint-Amans et arrivons à Puycornet où mon ami Bayrou, instituteur, nous accueille avec joie. Cette nouvelle résidence a pour moi l’avantage de nous rapprocher de Léribosc où se trouvent toujours Dupont et Rémi. […] Mardi 13 juin – Nos amis de Léribosc ne nous oublient pas : Roger et Gaston Lamolinairie, Saint-Martin et l’abbé Corvin se dévouent sans compter. Je fais connaissance avec d’autres maquisards : Charly, Juif allemand de seize ans, Fabregat dit Cabalièro, un ancien de la guerre d’Espagne, Guy, montalbanais, déserteur du GMR du Quercy et Pierre Monfraix [cheminot de Résistance Fer]. […] Samedi 17 juin 44 – 16h le CDL se réunit […]. Départ le mercredi 21 juin 44 pour Cabertat et Saint-Antonin ([chez] Bayrou père).

  • 10 Ibid.

17À la date du 31 juillet 1944, Cabrit écrit encore : « Le curé Élie est très diplomate et persuasif. » À nouveau, la présence de l’abbé devient une constante, montrant bien sa grande implication dans le réseau de résistance local, grâce à ses relations avec l’extérieur, mais aussi dans la préparation et la mise en œuvre de la Libération sur une plus grande échelle. C’est ce que souligne le professeur Albert Ressigeac, dit Rémi, chef départemental du NAP et secrétaire de la Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de Tarn-et-Garonne, le 13 octobre 195110 :

Arrivé en Tarn-et-Garonne vers février 1943, [Glasberg] est nommé curé paroissial de Léribosc sous le nom d’abbé Corvin. Dès cette même année, prend contact et coopère avec organismes et groupes de la Résistance du département qui vont former les MUR et les FFI, avec Témoignage chrétien, avec le NAP, etc. Dès son arrivée, il prospecte afin de trouver des “planques”. En juillet 44, il entre en contact avec le colonel Berthet, chef FFI de la zone Nord-Garonne et recherche des terrains de parachutage. Il organise et met sur pied une équipe pour la 4e Compagnie qui opèrera avec la 8e Compagnie sur le terrain Manioc : deux parachutages en mai et juin 44. Il assure le transport et le camouflage des armes pour la 4e Compagnie. Il recueille et “planque” dans sa paroisse et lieux voisins une fraction du maquis d’Ornano dispersé après l’attaque du 21 mars 44 sur le plateau de la Garrigue, puis du maquis Bir-Hakeim après l’attaque du 2 mai 44. Il entretient une liaison constante dans son presbytère avec les chefs de l’Armée secrète et l’Organisation de résistance de l’armée. Il assiste le 17 juin, dans le bois de Saint-Amans, à la réunion clandestine du CDL. Après l’attaque de Léribosc par la milice armée le 24 juin, il remplace le capitaine Rivière, disparu. Lors de la Libération, il organise à Montauban le maintien de l’ordre avec le capitaine Didier, chef du 2e Bureau FFI. Il a été nommé aumônier des maquis avec grade de capitaine. En résumé, par son activité, et bien que se sachant condamné à mort et recherché par la Gestapo, il a créé à Léribosc (commune de L’Honor-de-Cos) un centre résistant et un des principaux foyers de convergence de la Résistance en Tarn-et-Garonne. Voilà les faits qui ont motivé l’octroi de la croix de guerre au village de L’Honor-de-Cos.

  • 11 Catherine Lewertowski, Morts ou Juifs. La Maison de Moissac 1939-1945, Paris, Flammarion, (...)
  • 12 Annie Latour, La Résistance juive en France 1940-1944, Paris, Stock, 1970, 303 p.
  • 13 Arkheia, n° 2-3, février-juillet 2000.

18Ces activités s’inscrivent en parallèle de l’action paroissiale, tout comme l’action menée pour le sauvetage des enfants juifs. Dans un livre consacré à la maison de Moissac11, si Glasberg n’est pas mentionné, cela ne signifie pas qu’il n’existait aucune relation. Glasberg connaissait bien Shatta et Bouli Simon qui, selon le témoignage de leur fils, le docteur Simon, ont toujours dit le plus grand bien de lui. D’ailleurs, Annie Latour signale que Corvin avait fourni une recommandation écrite à une délégation des responsables du groupe de Charry reçue par Mgr Théas12. L’évêque était parfaitement conscient des agissements de Corvin, puisqu’il lui fournissait le matériel destiné à la fabrication de faux-papiers, par l’intermédiaire de sa collaboratrice Ninon Haït, qui était aussi une dirigeante de la Sixième, consacrée au sauvetage des enfants juifs de quatorze à vingt ans. Cela est confirmé par un autre témoignage, celui de Marie-Rose Gineste13 : « Pour le maquis d’Ornano, replié à L’Honor-de-Cos, j’ai fait des liaisons entre l’état-major de l’Armée secrète et l’abbé Glasberg, alias Corvin, de la part du capitaine Maison ou du capitaine Didier (Pierre Pruet et René Andrieu). Pour l’abbé Glasberg et pour lui-même, le jeune Monfraix, de L’Honor-de-Cos, venait régulièrement chercher à mon bureau du Secrétariat social Témoignage chrétien clandestin. »

  • 14 Hommage à Alexandre Glasberg, curé de Léribosc et résistant – 17 mai 2009 – L’Honor de Cos(...)

19« M. Alexandre Glasberg, prêtre catholique », siège au Comité départemental de libération jusqu’au 1er décembre 1944, lorsque, « appelé par le Gouvernement provisoire à Paris, [il] quitte le Tarn-et-Garonne ». Il poursuit alors son œuvre sociale auprès des réfugiés. Il revient au moins deux fois dans le département en tant que vice-président de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR). À Caylus, le dimanche 16 mars 1975, il apporte des compléments d’information sur l’affaire du parachutage du Fau et du curé d’Ardus. À Montauban, le dimanche 23 mai 1971, il assiste au congrès départemental au cours duquel il propose que Mgr Théas soit nommé président d’honneur du Comité. La veille, comme ancien membre du CDL, il avait tenu une conférence de presse, dans un salon de l’Hôtel du Midi, en présence de responsables départementaux de la Résistance. Le jour même, à la fin du congrès, il rend visite à ses amis de L’Honor-de-Cos. En 1989, cette commune a voulu conserver son souvenir en donnant son nom à la place principale, près de l’église, sur proposition de l’ANACR. En 2009, elle lui a rendu un nouvel hommage en présence de l’évêque de Montauban et des autorités civiles et militaires14.

Notes

1 Philippe Boegner (éd.), Carnets du pasteur Boegner 1940-1945, Paris, Fayard, 1992, 365 p.

2 Il s’agit de Jean Malavelle, nommé en 1936 à Espanel et qui a servi sa paroisse pendant plus de quarante ans.

3 Sylvaine Guinle-Lorinet, Pierre-Marie Théas. Un évêque à la rencontre du XXe siècle, Tarbes-Toulouse, Archives des Hautes-Pyrénées-Université de Toulouse II, 1993, 540 p ; François Drouin, Philippe Joutard, dir., Mgr Théas, évêque de Montauban, les Juifs, les Justes, Toulouse, Privat, 2003, 199 p.

4 Elle est décédée le 28 août 2010, âgée de quatre-vingt-dix-neuf ans. Son attitude courageuse lui a valu d’être reconnue Juste parmi les nations. Précisons qu’elle avait reçu l’aide de deux amis, Mlle Puig et M. Bossu, pour procéder à la distribution de la lettre. Voir Jean-Claude Fau, dir., Ces Tarn-et-Garonnais qui ont aidé et sauvé des Juifs durant les années noires 1940-1944, Montauban, CDDP de Tarn-et-Garonne, 2006, 79 p.

5 Marcel Ruby, La Résistance chrétienne à Lyon, Lyon, CRDP, 1971, 152 p.

6 À la fin du XVe siècle, Corvin fut roi de Hongrie sous le nom de Mathias Ier et son fils Janos, dit Corvin, fut gouverneur de la Croatie et de la Dalmatie.

7 Archives départementales de Tarn-et-Garonne, 1188 W 7.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Catherine Lewertowski, Morts ou Juifs. La Maison de Moissac 1939-1945, Paris, Flammarion, 2003, 287 p.

12 Annie Latour, La Résistance juive en France 1940-1944, Paris, Stock, 1970, 303 p.

13 Arkheia, n° 2-3, février-juillet 2000.

14 Hommage à Alexandre Glasberg, curé de Léribosc et résistant – 17 mai 2009 – L’Honor de Cos, [sl], 2010, 53 p.

Auteur

Académie de Montauban

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search