Version classiqueVersion mobile

Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

 | 
Christian Sorrel

L’abbé Glasberg au secours des Juifs

Madeleine Comte

Texte intégral

  • 1 Patrick Cabanel, Histoire des Justes de France, Paris, Armand Colin, 2012, p. 12.

1« L’imprudence des acteurs fait le bonheur des historiens », écrit Patrick Cabanel1. Glasberg a été très prudent, il n’a pas laissé de papiers et, à la différence de nombre d’autres acteurs, il n’a pas écrit ses mémoires. Une autre difficulté du sujet est l’impossibilité d’isoler son action, car il n’a jamais travaillé seul. C’était par excellence un homme de réseaux. Nous connaissons son action surtout grâce au témoignage de ses collaborateurs. Mais les souvenirs de ces témoins, s’ils sont très évocateurs, ne permettent pas toujours une datation précise.

  • 2 Nina Gourfinkel, Aux prises avec mon temps, t. 2 L’Autre patrie, Paris, Seuil, 1953, p. 23 (...)
  • 3 Joseph Weill, Le Combat d’un juste, Paris, Éditions Cheminements, 2002, p. 45.

2Sa plus proche associée, Nina Gourfinkel, à la fois collaboratrice et secrétaire, évoque avec humour l’originalité du « Père Elie », son allure peu conventionnelle, sa gloutonnerie, son innocente kleptomanie2. De même, Joseph Weill se souvient avec chaleur de son « bon et vieil ami, feu Alexandre Glasberg, l’abbé original dont le regard explosait de malice, pétillait d’intelligence, madré quand il le fallait, pratiquant l’amour authentique du Père, parfois avec humilité, parfois avec orgueil, complotant, manœuvrant, faisant au besoin le coup de feu contre l’ennemi, foncièrement bon envers le faible, courageusement sévère envers les possédants égoïstes3 ». Pour Jean-Marie Soutou, qui a travaillé à ses côtés au sein de l’Amitié chrétienne, « l’abbé Glasberg était au centre de tout, indéracinable, inébranlable » :

  • 4 Jean-Marie Soutou, « L’abbé Glasberg », Esprit, mai 1981, p. 116.

Massif, ramassé sur lui-même, avançant toujours vers le but qu’il s’était fixé, ne renonçant jamais à rien, sachant tout ce qu’il fallait savoir sur le nazisme et son entreprise de perversion intellectuelle et morale, il était d’une efficacité pratique exceptionnelle. Ses entreprises les plus téméraires réussissaient. Il mettait à leur service calme, courage, esprit pratique, connaissance des hommes, de leur force comme de leurs faiblesses. Il faisait face à tout, trouvait de l’argent là où il semblait manquer, des complicités là où elles paraissaient impossibles4.

  • 5 Madeleine Comte, Sauvetages et baptêmes. Les religieuses de Notre-Dame de Sion face à la p (...)
  • 6 Hannah Shramm, Barbara Vormeier, Vivre à Gurs : un camp de concentration français 1940-194 (...)
  • 7 Frédéric Shimon Hammel, “Souviens- toi d’Amalek”. Témoignage sur la lutte des Juifs en Fra (...)

3Des questions sont incontournables compte tenu de la situation de Glasberg, Juif baptisé, prêtre de surcroît. Comment se situait-il par rapport au judaïsme ? Quelle était sa position concernant des conversions éventuelles ? Il est impensable pour un prêtre de cette époque de ne pas les souhaiter. Mais il s’est peu exprimé sur le sujet. Dans le journal de la maison de Notre-Dame de Sion à Lyon, on trouve une allusion à une conférence faite le 26 janvier 1942 par l’abbé Glasberg et le chanoine Viollet sur « l’attitude à avoir face aux demandes d’entrée dans l’Église5 » : elle aurait réuni cent cinquante à deux cents prêtres sous la présidence du cardinal Gerlier, mais il n’existe aucune trace de son contenu. On sait toutefois qu’en 1941, Glasberg a dit « Je n’accepte pas de conversion avant trois ans6 » et aussi « Tant que les Juifs sont menacés, ouvrons-leur les portes de notre cœur et fermons-leur les portes de l’Église7 ». C’était repousser les conversions de circonstance, se refuser à profiter de la situation pour faire de nouveaux catholiques.

4L’abbé Glasberg a-t-il suscité de la méfiance chez les Juifs ? Joseph Fischer a avoué la sienne en juillet 1942 :

  • 8 Anne Grynberg, Les Camps de la honte : les internés juifs des camps français 1939- 1944, P (...)

Tout en rendant hommage au bien qu’il fait, je lui ai déclaré que j’estime incompatible sa situation de juif converti avec le rôle qu’il prétend jouer parmi les Juifs. Il m’a répondu qu’il « se sent très juif », ce à quoi je lui ai répliqué qu’on ne peut être à la fois juif et chrétien et qu’il se met dans une situation fausse soit vis-à-vis de l’Église, soit vis-à-vis des Juifs8.

  • 9 Remise de la médaille des Justes des nations à l’abbé Alexandre Glasberg par l’Institut Ya (...)

On peut remarquer la concision de la réponse de l’abbé et regretter qu’il ne s’explique pas davantage. De son respect, voire de son attachement au judaïsme, est significatif cet épisode évoqué par un jeune homme qu’il a caché dans un de ses centres d’accueil : « Un vendredi soir, à la fin du dîner, l’abbé s’est assis à côté de moi – il savait que j’étais de famille orthodoxe – ; il m’a demandé “Chante-moi des zemirot”, c’est-à-dire des chants traditionnels du repas de shabbat. Ce que j’ai fait. Il est resté longtemps silencieux. Ce fut pour moi un moment de grande émotion et, je pense, pour lui également9. »

  • 10 Témoignage oral transcrit dans Xavier de Montclos, dir., Églises et chrétiens dans la Deux (...)

5Les pérégrinations de Glasberg à travers l’Europe l’ont sans doute très tôt sensibilisé au danger du nazisme. Plusieurs témoins juifs reconnaissent qu’il a pressenti avant eux le danger qui les menaçait, y compris les Juifs français assimilés. Un exemple ? Fin 1940, après avoir exposé au cardinal Gerlier la situation dans les camps, l’abbé Glasberg et le Père Chaillet lui demandent d’intervenir à Vichy en faveur des Juifs étrangers internés. Le cardinal leur oppose l’avis de son ami d’études Helbronner, président du Consistoire national, réfugié à Lyon, qui leur dit : « Vous avez tort, vous ne comprenez pas que, si vous soulevez cette question, demain on pourra prendre des mesures analogues à l’encontre des israélites français […]. Il ne faut pas que le cardinal intervienne en faveur d’étrangers, cela ne peut qu’aggraver la situation. » Glasberg commente : « Les bras m’en sont tombés10. » Finalement, Gerlier se laisse convaincre et mandate Mgr Guerry, secrétaire de l’Assemblée des cardinaux et archevêques, pour faire une démarche à Vichy, où on lui donne de bonnes paroles sans résultat. L’attitude d’Helbronner est celle de nombreux Juifs français qui ont sous-estimé le péril dans la confiance absolue qu’ils faisaient à la France de Vichy. Asher Cohen parle de « la myopie des dirigeants juifs » qui n’ont pas vu l’aspect européen de la politique raciale du nazisme, tandis que Joseph Weill rend hommage à la lucidité de Glasberg.

  • 11 C’est lui qui a créé le service, mettant en place des centres d’accueil pour des travaille (...)

6Les appuis du « Jongleur de Notre-Dame » (Nina Gourfinkel) sont multiples. Le patronage du cardinal Gerlier lui donne des entrées dans des milieux variés. Dès 1940, du Comité d’aide aux réfugiés (CAR) aux Centres d’accueil qu’il crée ainsi qu’à l’Amitié chrétienne, c’est un véritable sésame, un « talisman » qui ouvre bien des portes. Le Cardinal n’a pas connu certaines modalités illégales de son action qui l’auraient sûrement effrayé. Il ne donne pas d’argent, mais soutient constamment ses initiatives. Glasberg pratique aussi le noyautage des administrations. Il les fréquente beaucoup, particulièrement le Service social des étrangers (SSE), service officiel dirigé à Vichy par le quaker Gilbert Lesage11. L’abbé est un familier des bureaux de la préfecture, et il ne craint pas d’aller à Vichy. Partout, il repère vite les sympathisants, sait jouer de sa soutane qui rassure les catholiques massivement vichystes. Quant aux anticléricaux, ils détectent les buts de l’abbé qui, malgré la soutane, leur sont sympathiques. Il convainc des attentistes qui, voulant préserver l’avenir, sont impressionnés par son audace et ne veulent pas risquer de déplaire au Cardinal. Il fait entrer dans l’administration plusieurs éclaireurs israélites. Il peut ainsi obtenir des documents officiels et être informé des projets : ce sera précieux au moment des rafles de 1942.

  • 12 Nina Gourfinkel, op. cit, p. 231 – 232.
  • 13 L’Œuvre de secours aux enfants, créée à Saint-Pétersbourg en 1912, transférée à Berlin en  (...)
  • 14 Frédéric Shimon Hammel, op. cit., p. 45.
  • 15 Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, p. 49-51.

7Glasberg choisit d’emblée de travailler avec les Juifs, dans des associations où il trouve ses plus proches collaborateurs. Il rencontre dans l’hiver 1940-1941 à la Fédération des sociétés juives de France, rue Sainte-Catherine, Nina Gourfinfel, intellectuelle russe, en France de longue date. Elle représente une œuvre suisse de secours aux persécutés, le Relico, et collabore avec Marc Jarblum, du Congrès juif mondial. Elle qui n’apprécie guère les soutanes, qu’elles soient juives ou catholiques, est frappée par ce curé qui demande une bicyclette, au scandale des bonnes âmes qui pensent que cet argent serait mieux employé à nourrir des malheureux12. Leur collaboration continuera après la guerre. Autre collaborateur de premier plan, rencontré au Comité de Nîmes, le docteur Joseph Weill, alsacien, est responsable en zone Sud de l’OSE13, cette ancienne et importante œuvre juive qui héberge les enfants secourus dans de nombreuses maisons. Plusieurs jeunes Juifs ont également partagé l’action du prêtre : Ninon Haït, David Donoff et d’autres, futurs membres de la 6e section de l’UGIF, la branche des Éclaireurs israélites engagée dans les sauvetages et d’autres actions de résistance. Frédéric Hammel se souvient : « Nina et l’abbé vont nous prendre sous leur aile protectrice et, jusqu’à l’invasion de la zone Sud, s’interposent très utilement entre les autorités et nous14. » Glasberg pratique un véritable « œcuménisme », car certains sont religieux comme le docteur Weill, d’autres détachés comme Nina Gourfinkel. Il sait inspirer confiance aux Juifs étrangers, parlant peu ou mal le français, qu’il rencontre dans leurs cafés habituels : s’ils peuvent être rebutés par sa soutane, ils sont en même temps rassurés par son allure peu conventionnelle et par le fait qu’il parle yiddish15. Ces rencontres sont pour lui l’occasion de connaître des gens à secourir. Enfin, la confiance qu’il inspire lui permet de recevoir l’aide du Joint (American Jewish Joint Distribution Committee), le grand organisme juif de financement des sauvetages.

8Pour plus de clarté, j’envisagerai successivement, bien qu’ils soient menés de façon concomitante, les deux engagements de Glasberg : le combat dans et contre les camps et le combat au sein de l’Amitié chrétienne.

Dans et contre les camps de la honte

  • 16 Lire l’ouvrage fondamental d’Anne Grynberg, op. cit.
  • 17 Alexandre Glasberg, À la recherche d’une patrie, Paris, Éditions Réalité, 1946.

9Les camps de la honte, ces lieux de grande misère, ne datent pas de Vichy16. En effet, c’est au cours de l’année 1938 qu’une série de lois et décrets a prévu l’assignation à résidence ou l’internement des étrangers qui, fuyant le nazisme comme Juifs ou opposants politiques, se sont réfugiés en France. Dès 1939, des camps ont accueilli des réfugiés espagnols. Puis y ont été parqués des communistes après le pacte germano-soviétique et la déclaration de guerre des Allemands. Enfin, la loi de Vichy du 4 octobre 1940 permet aux préfets d’interner les Juifs étrangers. En février 1941, il y a 47 000 internés, dont 40 000 Juifs, dans les camps de la zone libre, 14 000 pour le seul camp de Gurs. Ils ne seront plus que 15 000, dont 10 500 Juifs en février 1942, avant les grandes rafles. Pourquoi cette décrue des effectifs ? Les causes en sont variées : une mortalité élevée, mais aussi la sortie des enfants, la possibilité d’émigration ou d’assignation à résidence pour une minorité de privilégiés. Mais la cause essentielle est ailleurs. Vichy a créé en septembre 1940 les Groupements de travailleurs étrangers (GTE) rassemblant « les étrangers indésirables », hommes de dix-huit à cinquante-cinq ans, qu’on sépare de leur famille pour les vouer à des travaux pénibles. Leurs conditions de vie sont souvent pires que celles des camps, surtout dans les « compagnies palestiniennes » composées de Juifs. L’administration a un intérêt économique évident à transférer des hommes valides des camps vers les GTE. Glasberg évalue leur nombre à 50 000 au printemps 194217.

  • 18 L’histoire du Comité d’aide aux réfugiés reste confuse. Selon Renée Bédarida, le Père Chai (...)
  • 19 Young Men’s Christian Association, œuvre internationale protestante de jeunesse créée en 1 (...)
  • 20 Archives du Centre de documentation juive contemporaine [ACDJC], CDXXX 17, 18.

10L’abbé, quand il est nommé vicaire à Notre-Dame Saint-Alban à Lyon, remplace son curé, l’abbé Remillieux, comme délégué du Cardinal au Comité d’aide aux réfugiés18. Il collabore au Comité de Nîmes, une structure officielle créée fin 1940 sur la proposition de Donald Lowrie, de l’YMCA19, et approuvée par Vichy. S’y retrouve une vingtaine d’associations confessionnelles (juives, protestantes, catholiques) ou laïques. L’action essentielle est un travail humanitaire dans les camps : aide matérielle et morale grâce à la présence de résidents volontaires, création d’aumôneries. Glasberg est très présent au Comité, il y fait des propositions jusqu’à la dernière réunion dont nous avons le compte rendu, le 25 novembre 194220.

  • 21 Comité inter-mouvements de jeunesse auprès des évacués, créé en 1939. Cette œuvre protesta (...)
  • 22 Joseph Weill, Contribution à l’histoire des camps d’internement dans l’anti-France, Paris, (...)

11En effet, Glasberg connaît très bien la réalité des camps. Madeleine Barot, déléguée de la Cimade21 à Gurs, témoigne l’y avoir souvent rencontré : il a, dit-elle, contribué à changer son regard sur les priorités. La fréquentation des camps, Gurs notamment, est aussi l’occasion pour lui de rencontrer de jeunes Juifs comme Ninon Haït ou David Donoff (dit Dodo), résidents volontaires, avec qui se noue une étroite collaboration. Mais il ne se satisfait pas de ce travail d’assistance, si nécessaire et si important qu’il soit. Sur le Comité de Nîmes, il partage le point de vue de Nina Gourfinkel critiquant l’esprit de philanthropie assez paternaliste qui domine, marqué par un « ton de bonté et de pardon universel ». Alors que l’ensemble de ses membres préconise une attitude d’entraide qui respecte la légalité et ne remet pas en question l’existence de ces camps, Glasberg pense que tous les moyens sont bons pour faire sortir le plus possible les gens des camps, fût-ce en violant la légalité. Le docteur Joseph Weill reconnaît sa lucidité : « Dès qu’on collabore à une entreprise où la liberté et la dignité de l’homme sont sapées, on devient un tantinet complice […]. Travailler à l’amélioration des camps, c’est arriver peu à peu à admettre les camps comme condition de vie de certaines catégories d’hommes. Il fallait aider les internés à vivre, mais il aurait fallu surtout les libérer22. » Glasberg répète sans cesse : « Le fond du problème est ailleurs, le fond du problème, c’est de faire sortir les gens des camps. »

  • 23 Ibid., p. 158-163
  • 24 ACDJC, CCXVII-41a, « Rapport sur l’activité de la Direction des centres d’accueil (DCA) 19 (...)

12La DCA, Direction des centres d’accueil (on disait plaisamment « Défense contre Allemands »), initiative de Glasberg destinée à sortir les internés des camps, est l’application logique de sa conviction. Outre le livre de Nina Gourfinkel, deux rapports de Glasberg la présentent. Le premier (3 décembre 1941) présente son premier centre au Comité de Nîmes23. Le second, plus complet, date du 15 septembre 1944. Manifestement, il ne s’agit pas pour lui de rédiger ses mémoires, mais d’obtenir des nouvelles autorités administratives, au lendemain de la Libération, la prise en charge des survivants des centres24.

  • 25 Ibid.

13La direction de la DCA est assurée par l’abbé Glasberg, Nina Gourfinkel et le docteur Joseph Weill. Le siège est d’abord fixé à la paroisse Notre-Dame Saint-Alban puis au siège de l’Amitié chrétienne, rue de Constantine. Glasberg expose lui-même ainsi les objectifs de l’institution après avoir évoqué la situation des camps : « À cet état de choses, du moins pour un petit nombre, devaient remédier les centres d’accueil, sortes de maisons communautaires où des réfugiés extraits des camps auraient la possibilité de vivre jusqu’à la fin de la guerre dans des conditions compatibles avec la dignité humaine25. » Les premières démarches commencent début 1941, le projet reçoit l’appui du cardinal Gerlier et l’accord de l’administration est donné le 13 juin 1941.

14Comment choisir les hébergés et comment financer leur entretien ? Les deux questions sont liées, car Glasberg souhaite ne pas dépendre exclusivement des œuvres caritatives juives, même si le Joint participe au financement des centres. À la différence des actions menées par d’autres organisations qui privilégient essentiellement la sortie des personnes fragiles (enfants, vieillards, femmes enceintes), son choix qui lui valut, dit-il, « la réprobation des charitables » (vraisemblablement au sein de l’Amitié chrétienne) consiste à donner la préférence à des personnes « viables », c’est-à-dire valides, entre vingt et quarante-cinq ans, susceptibles de participer à la résistance et d’avoir une activité après la guerre. C’est ainsi, comme il l’a dit, que « l’assistance devenait résistance ». Les valides, en grande majorité des Juifs – mais pas uniquement, il y a aussi des aryens, ce sera important au moment des rafles –, constituent les deux tiers des effectifs, le tiers restant étant constitué de personnes âgées ou malades qui ont des moyens financiers, grâce souvent à leurs relations familiales en Suisse ou aux États-Unis. Ces derniers, en versant 2500 francs par mois, paient non seulement leur hébergement, mais celui de deux autres personnes.

  • 26 ACDJC, LXI 73, règlement du centre de La Roche d’Ajoux.

15Le choix des résidents est fait par des assistantes sociales ou des résidents volontaires familiers de Glasberg, Ninon Haït, David Donoff, Théo Bernheim pour le camp de Gurs. Les accueillis sont des « résidents hébergés », ils ne sont pas libres, ils sont dits « en congé non libérable » et ne doivent pas sortir d’un rayon de cinq kilomètres. À l’origine, les pensionnaires élisent leurs responsables. Le règlement intérieur26 est strict : chacun, dans la mesure de ses moyens physiques, devra participer aux travaux de la maison, car il n’y a pas de domestiques. Les activités sont sévèrement contrôlées conformément aux engagements pris par la direction auprès des « autorités supérieures » et le marché noir, en particulier, est sévèrement interdit.

  • 27 Ibid., lettre du 7 mars 1942.

16Les centres sont installés en général dans des hôtels désaffectés. Le premier est créé dans la région lyonnaise à Chansaye en Beaujolais, sur la commune de Poule. Inauguré le 27 novembre 1941 avec de grandes festivités, il héberge 59 personnes venant de Gurs. Mais ce n’est qu’une première réalisation, Glasberg ayant le projet d’en créer un par département. En mars 1942, il obtient l’accord pour deux nouveaux centres. Le Commissariat général aux questions juives, encore dirigé par Xavier Vallat, à qui le ministère de l’Intérieur a demandé son avis27, exprime des réserves :

  • 28 Ibid., CCXXXIX 81, lettre du 11 mars 1942. L’UGIF, créée par Vichy à la fin de 1941 sous l (...)

La réalisation de ce projet ne soulèverait de ma part aucune objection de principe si le geste de l’archevêque de Lyon ne risquait d’apparaître comme une façon détournée de protester contre les lois antijuives qui n’auraient pas reçu son approbation […]. Ces centres d’accueil devraient être laissés plutôt à l’initiative et à la direction de l’Union générale des israélites de France qui est spécialement habilitée pour s’occuper de toutes les œuvres d’assistance aux Juifs28.

  • 29 Serge Klarsfeld, Une tragédie juive à Rosans (Hautes-Alpes), Paris, Association des fils e (...)

17On devine que ces centres seront l’objet d’une surveillance attentive. Début mai 1942, à Pont de Manne (Drôme), sont accueillis 52 résidents arrivant de Gurs. Quelques mois plus tard, en août, au château du Bégué, à Cazaubon (Gers), est créé un centre dirigé par le frère d’Alexandre Glasberg. Il accueille des jeunes en situation irrégulière, souvent évadés des camps. Deux autres camps sont créés en lien avec l’OSE. Au Lastic à Rosans (Hautes-Alpes), arrivent en mai 1942 45 jeunes gens et 11 moniteurs sortis de Gurs. Ce centre est axé sur la formation professionnelle des jeunes29. Celui de Vic-sur-Cère (Cantal) reçoit l’été 1942 40 jeunes filles sorties de Gurs et Rivesaltes et ses effectifs doubleront par la suite ; il est dirigé par Ninon Haït, auparavant résidente volontaire à Gurs. Au total, selon les sources, entre 500 et 1000 personnes y ont séjourné.

18Le premier enthousiasme passé, la vie dans les centres connaît bien des difficultés. Nina Gourfinkel, relatant la situation à Chansaye, souligne la déception des accueillis devant un hébergement qui, bien qu’incomparable à celui des camps, reste austère. Pour recevoir le plus grand nombre possible, on entasse les résidents dans les dortoirs et la promiscuité devient parfois explosive. Les hôtes payants rechignent à exécuter les travaux demandés et considéreraient volontiers les autres comme leurs domestiques. Telle vieille dame est horrifiée que sa fenêtre donne sur l’étable d’un cochon. Il faut toute l’autorité de Glasberg pour faire respecter le règlement. Et on doit vite revenir à une gestion plus autoritaire de la maison, avec un économe nommé.

19Nina Gourfinkel analyse avec beaucoup de recul la déception ressentie par les promoteurs de l’expérience face à une réalité si différente de la communauté dont ils avaient rêvée :

  • 30 Nina Gourfinkel, op. cit., p. 252.

Issue d’une privation de liberté arbitraire, il lui [la maison] manquait ce qui fait une communauté : l’union librement consentie de camarades animés d’un même esprit, ayant un même but. Nous nous imaginions, ô Seigneur !, qu’une cinquantaine de personnes ayant subi les mêmes épreuves et rendues à une existence sinon très confortable, du moins acceptable, feraient de leur mieux pour s’entendre entre elles, remplir les conditions minimum exigées et constituer le noyau d’une phalange prête à travailler pour un avenir meilleur. Or, il ne nous était permis de réaliser qu’un assemblage fortuit d’hommes et de femmes lourdement grevés par le mal des camps […]. Pour se remettre, il eût fallu à chacun de nos pensionnaires une cure de solitude30.

Pour les responsables (« ils », disent les résidents), le plus pénible était de se sentir assimilés aux autorités persécutrices dont ils devaient faire respecter les exigences.

  • 31 Archives du diocèse de Lyon [ADL], Fonds Gerlier, c 8 J, lettre du 16 mai 1942.
  • 32 Ibid., lettres du 18 mai et 22 juin 1942.

20Le comportement des résidents scandalise parfois à l’extérieur, d’où les dénonciations adressées au cardinal Gerlier. Le maire de Chênelette, commune du Beaujolais proche de Chansaye, évoque les « abus » auxquels se sont livrés les résidents (marché noir éhonté, non-respect des limites de déplacement) et qui ont choqué la population de la commune. Mais Glasberg s’est entremis pour que ces faits ne se reproduisent pas à l’avenir31. À propos du centre de Pont de Manne ouvert le 8 mai, le curé de Pont-de-Claix se plaint dès le 18 de la présence de « 58 Juifs cosmopolites » installés à l’hôtel de Manne à l’extrême limite de sa paroisse : « Cette colonie se réclame par trop ouvertement du patronage de votre Éminence », écrit-il. Il souligne les effets désastreux de cette présence, notamment la montée des prix des denrées, d’après les bruits qui courent. Un mois plus tard, il revient à la charge, poussé par le président de la Légion française des combattants de Pont-en-Royans32. Les réponses du cardinal ne sont pas connues, mais, dans ce cas, la dénonciation témoigne de l’hostilité a priori rencontrée localement par l’entreprise et des pressions exercées sur le prélat en feignant de croire erronées ou exagérées les informations diffusées sur son soutien.

  • 33 ACDJC, CCXXIX 81, lettre du 23 juin 1942.
  • 34 Ibid., lettres du 23 et 26 septembre 1942.

21Le Commissariat général aux questions juives était alerté dès mars 1942. Les suspicions concernant Glasberg s’étoffent au cours de l’été 1942. Ainsi, un responsable de la police aux questions juives de Marseille alerte son collègue de Lyon sur la population du centre du Lastic, manifestement des Juifs étrangers33. Par ailleurs, un rapport des services lyonnais du Commissariat fait état du même phénomène pour le centre de Chansaye et semble bien informé sur les activités de Glasberg. Une correspondance entre Vichy et Lyon révèle alors que l’abbé, Juif étranger non naturalisé, ne s’est pas fait recenser34. Il sera considéré comme suspect.

22Alors que d’autres centres sont en projet, surviennent les rafles de l’été 1942. Glasberg est prévenu grâce à Gilbert Lesage, du SSE. Avec son équipe, il joue habilement de la diversité de peuplement des centres, résidents juifs et non-juifs : il en aryanise certains grâce à des faux papiers, en déplace ou en fait évader d’autres. Grâce à ses complicités chez les résidents volontaires des camps, il fait supprimer certains dossiers. Dans la région lyonnaise, le nombre de Juifs étrangers pris a été très inférieur aux attentes des Allemands.

23Le nombre d’arrestations a été limité à Chansaye et à Vic-sur-Cère grâce à David Donoff : il avertit les résidents valides qui peuvent s’enfuir dans les bois. Mais d’autres centres ont payé un lourd tribut comme celui de Pont de Manne, dont le directeur ne semble pas avoir été à la hauteur de la situation, allant même jusqu’à livrer certains de ses pensionnaires. De même, celui du Lastic est victime de la haine du capitaine d’un groupe de travailleurs étrangers qui fait le siège du centre et expédie ses occupants au camp des Milles. Plus tard, après l’invasion de la zone Sud, le 16 août 1943, la Gestapo investit le camp du Bégué. Son directeur, Victor Glasberg, alias Victor Vermont, est probablement confondu avec son frère. Prévenu, il refuse de s’enfuir pour éviter des représailles contre ses hébergés. Pris, il mourra en déportation ; il a, par son sacrifice, sauvé la vie de ses pensionnaires qui ont pu fuir.

  • 35 ADL, 11/ II 210, 32.
  • 36 ACDJC, CCXVII-41a, rapport du 15 septembre 1944.

24À partir de 1943, la situation devient très confuse : Glasberg a dû quitter Lyon. Le centre du Lastic est remis aux quakers. Plusieurs centres sont gérés par l’Amitié chrétienne, car les subsides du Joint pour le financement des centres passent par son intermédiaire. Glasberg signe le 3 octobre 1944 un accord avec l’Amitié chrétienne : il garde la responsabilité de Chansaye et Cazaubon et lui remet celle du Lastic et de Vic-sur-Cère35. Il juge très sévèrement dans son rapport la gestion de l’Amitié chrétienne, dont il a quitté la direction depuis décembre 1942. Nina Gourfinkel et David Donoff s’efforcent de placer les pensionnaires de Chansaye soit chez les paysans des environs, soit, quand il s’agit de jeunes, dans divers internats36. David Donoff meurt héroïquement en juillet 1944 à vingt-quatre ans. Son dernier geste, à l’hôpital, est de convoquer l’aumônier pour lui demander de prévenir ses camarades menacés.

Avec l’Amitié chrétienne

  • 37 Xavier de Montclos, dir., op. cit., p. 162-164 et 169-170.
  • 38 Renée Bédarida, Témoignage chrétien 1941-1944, Paris, Éditions ouvrières, 1977, p. 128-133
  • 39 Pierre Chaillet, L’Autriche souffrante, Paris, Bloud et Gay, 1939, 128 p.

25On parle beaucoup de l’Amitié chrétienne, ce qui ne veut pas dire qu’elle soit bien connue. Depuis la grande intervention de François Delpech au colloque de Grenoble de 1976, faute d’archives, la recherche n’a guère avancé sur le sujet37. Cette association a eu le mérite de structurer une nébuleuse d’initiatives existantes d’aide chrétienne aux Juifs et de leur fournir un « paravent » officiel pour des activités souvent clandestines, paravent qui s’est révélé efficace. Elle a constitué une des premières actions œcuméniques. Sa création est due à l’initiative de deux laïcs d’origine protestante, Gilbert Beaujolin, homme d’affaires lyonnais, et Olivier de Pierrebourg, étudiant proche d’André Philip, et au retour à Lyon, à la fin de 1940, du Père Chaillet, que Glasberg sollicite38. Jusqu’à la fin de 1942, l’association est incarnée par Glasberg et Chaillet. Le jésuite, professeur de théologie connaissant bien le nazisme, auteur d’un ouvrage sur l’Autriche39 et fondateur de Témoignage chrétien clandestin en 1941, et l’homme de terrain dynamique, très différents, mais associant tous deux réflexion et action et menant le même combat contre l’antisémitisme, ont pratiqué une collaboration exemplaire.

  • 40 ADL, Fonds Gerlier, C 8, carton J.

26Les fondateurs donnent à l’association des statuts inattaquables40 :

L’Amitié chrétienne a été fondée à Lyon, en mai 1941, sous le haut patronage de S. E. le Cardinal Gerlier, de Monsieur le Pasteur Boegner et du Maire de Lyon ; œuvre interconfessionnelle de secours aux réfugiés et indigents français, apatrides, étrangers ou de nationalité incertaine, elle est une association établie en conformité des prescriptions de la loi du 1er juillet 1901.
Cette association s’inspire avant tout des principes chrétiens ; elle fonctionne non seulement sous le haut patronage d’autorités civiles et religieuses de l’État français, mais encore sous le contrôle moral effectif d’un Comité d’honneur constitué par des personnalités civiles et religieuses de Lyon et de la France entière, choisies en principe en dehors des membres de l’association à raison de leur autorité, de leur compétence et aussi de l’intérêt qu’elles portent à l’œuvre.
L’Amitié chrétienne a pour but
1. De venir en aide par tous les moyens à toutes les misères morales et matérielles des sujets français, étrangers, apatrides ou de nationalité incertaine, placés par les circonstances dans la situation de réfugiés ou indigents, et en général de toute personne placée par les événements, non seulement dans la misère, mais encore dans la gêne, et qui, malgré son bon vouloir, ne peut travailler ou ne trouve pas à s’employer ;
2. De créer au besoin des refuges individuels ou collectifs pour ces mêmes personnes et leur assurer des distributions de repas par réfectoires et restaurants, de leur distribuer des vêtements, etc. ;
3. D’apporter à ces mêmes assistés tout secours moral par la recherche de leur famille, de leurs biens et, au besoin, de les aider dans la défense de leurs droits ;
4. Enfin de contribuer positivement à la recherche des solutions nécessaires du problème de l’immigration et de l’émigration des étrangers apatrides, ou de nationalité incertaine, et au reclassement social des Français, étrangers indigents.
L’Association développe son activité dans la France entière. Elle a son siège social à Lyon 12, rue de Constantine […]. Le bureau pourra créer des centres d’activité secondaires dans les principales villes de France.

27Suit la composition du comité d’honneur. Présidé par le doyen de la Faculté de droit et conseiller municipal Pierre Garraud, assisté du pasteur Roland de Pury, il compte onze notables lyonnais (membres de la municipalité, dirigeants du monde économique et intellectuel, responsables professionnels) et cinq personnalités nationales repliées à Lyon : deux ambassadeurs, dont Wladimir d’Ormesson, l’ancien ministre Georges Pernot et les deux intellectuels catholiques Emmanuel Mounier et Stanislas Fumet, directeurs respectifs de la revue Esprit et de l’hebdomadaire Temps nouveau, édités à Lyon. L’assemblée générale constitutive du 15 septembre 1941 a désigné son bureau, présidé par Gilbert Beaujolin, avec Olivier de Pierrebourg comme secrétaire général, une trésorière et deux membres, le Père Chaillet, « délégué de S. E. le cardinal Gerlier », et le pasteur de Pury.

28Alors que l’activité de l’association est centrée sur le sauvetage des Juifs, par prudence, le mot ne figure pas dans ses statuts. Au bureau ne siègent pas des personnes qui sont parmi les plus actives dans l’association : l’abbé Glasberg, Germaine Ribière, responsable de la JECF, véritable permanente du sauvetage. D’autres y viendront plus tard : Jean-Marie Soutou en sera le secrétaire général de 1942 à 1943 et il amènera son ami Joseph Rovan. Sont absents aussi, pour des raisons de prudence, les Juifs qui y jouent un rôle important : André Weil, qui assure le lien avec le Consistoire central, Yves Lyon et Samy Lattès. André Weil a une place décisive pour le financement, apporté essentiellement par le Joint. Sont aussi en lien étroit avec l’association le docteur Joseph Weill et l’avocat Charles Lederman, de l’OSE.

  • 41 Renée Bédarida, op. cit., p. 132-133
  • 42 Madeleine Comte, op.cit., p. 113-116.

29Il est sûr que les notables de l’Amitié chrétienne, restés légalistes jusqu’en août 1942, n’ont pas toujours été d’accord avec les méthodes parfois peu orthodoxes de l’abbé. Œuvre d’assistance, l’association doit, outre les aides de première urgence aux malheureux, mettre en sécurité les personnes menacées. Il faut d’abord leur fournir des faux papiers pour les aryaniser. Jean Stetten-Bernard, dessinateur parisien, a créé à Lyon montée Saint-Laurent un véritable laboratoire pour le 2e Bureau de l’armée d’armistice41. Germaine Ribière le persuade de travailler aussi pour l’Amitié chrétienne. En 1943, le laboratoire devient une véritable PME, installée pour des raisons de sécurité au château de Vourles. Travaillant notamment pour les Mouvements unis de résistance, il produit des milliers de documents variés (cartes d’identité, cartes d’alimentation, etc), écoulés par un réseau de distributeurs. Il faut ensuite déplacer ces personnes et les cacher, soit dans des familles, soit dans des collectivités, ou les mener dans le refuge suisse. Glasberg, qui se présente comme le directeur du Service des étrangers de l’Amitié chrétienne, utilise tout l’éventail des possibilités. Bien placé pour s’adresser aux communautés religieuses, il vient, par exemple, à Notre-Dame de Sion à la recherche de bonnes volontés parmi les étudiantes pensionnaires dès janvier 1941 et il y revient en 1942 pour placer quatre jeunes Juives sorties d’un centre d’accueil. Fin août 1942, le journal de la maison, allusif par prudence, note que la maison est remplie par de nouveaux pensionnaires42. Il semble évident qu’il s’agit d’enfants sortis de Vénissieux.

  • 43 Remise de la médaille…, op. cit., p. 14-20.

30Deux sauvetages de Juifs opérés personnellement par Glasberg et récemment rappelés par les bénéficiaires43 illustrent les méthodes de l’abbé. Ady Steg et sa sœur, adolescents, ont pu échapper à la rafle du Vel’ d’Hiv et se réfugier en zone libre. Arrêtés, emprisonnés puis libérés, arrivés à Lyon désemparés, on leur conseille de s’adresser à l’abbé Glasberg. Celui-ci les accueille chaleureusement, les prend en charge, les munit de faux papiers et les envoie dans les centres qu’il a créés, le jeune homme au château du Bégué dont s’occupe son frère et la jeune fille dans le centre de Vic-sur-Cère. Il continue ensuite à s’occuper d’eux, veillant à ce qu’Ady puisse poursuivre ses études. C’est ce dernier qui a raconté l’épisode des chants du shabbat. Sophie Weiser et son mari ont fui la Pologne, ils vivent misérablement à Lyon jusqu’au jour où ils se savent directement menacés. Par hasard, elle voit rue de Constantine le nom de l’Amitié chrétienne. Elle s’y rend. L’abbé reçoit le couple, lui fournit dès le lendemain des faux papiers et des billets pour se rendre dans le Jura où il lui a trouvé un emploi. Non seulement il a trouvé dans chaque cas une solution, mais celle-ci est personnalisée. Les deux adolescents sont envoyés dans des centres adaptés à leur âge et leur séparation est une mesure de sécurité. Quant au jeune couple, il prend soin de ne pas le séparer et de ne pas lui imposer un cadre collectif contraignant. Enfin, pour des jeunes, il assure le suivi. Ces témoins insistent aussi sur la cordialité de son accueil.

  • 44 Valérie Perthuis-Portheret, Août 1942. Lyon contre Vichy. Le sauvetage de tous les enfants (...)

31Le sauvetage de Vénissieux constitue sans aucun doute l’épisode le plus célèbre de la résistance civile à Lyon. Sans en reprendre ici le récit44, on rappellera ce qu’a été l’action, au nom de l’Amitié chrétienne, du tandem Glasberg-Soutou. On parle souvent de la « nuit de Vénissieux ». En fait, l’action aura duré trois jours et trois nuits, du 26 au 29 août 1942. On s’est surtout focalisé sur le sauvetage des enfants (une centaine, dont Valérie Perthuis a retrouvé 89). Action remarquable certes, mais il ne faut pas oublier que plusieurs centaines d’adultes ont aussi pu être sauvés.

32Lorsqu’on apprend qu’un millier de Juifs raflés dans la région ou amenés du Midi sont parqués dans une caserne désaffectée, une réunion de crise avec l’OSE et la Cimade se tient au matin du 26 août au siège de l’Amitié chrétienne en vue de préparer une action. L’Amitié chrétienne sera le « référent » pour les autorités de Vichy et c’est sous son patronage de « service social chrétien » que se proposent des volontaires pour les opérations de criblage, mot atroce qui désigne le classement des personnes en catégories, déportables ou non. Outre Glasberg et Soutou (Amitié chrétienne), y participent activement des membres de l’OSE (Lederman, Garel), des Éclaireurs israélites, des membres de la Cimade (Madeleine Barot) et du SSE (Lesage), le docteur Adam, etc.

  • 45 Jean-Marie Soutou, Un diplomate engagé. Mémoires 1939-1979, Paris, Éditions de Fallois, 20 (...)
  • 46 Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale de la question (...)

33Les mémoires de Jean-Marie Soutou éclairent de façon plus précise l’exploit célèbre de l’interception d’un document officiel concernant notamment la déportation des enfants45. Deux textes officiels se sont succédés : la circulaire secrète du 5 août de Vichy aux préfets énumérant onze catégories d’exemptés de la déportation dont « les enfants de moins de dix-huit ans non accompagnés », puis, par peur que les convois ne soient pas remplis, le télégramme secret aux préfets du 18 août qui ramène à six les catégories d’exemptés et précise « Faculté de laisser enfants de moins de dix-huit ans en zone libre supprimée46 ». Soutou a subtilisé un moment la serviette du représentant du préfet et pris des notes à la hâte. L’équipe des sauveteurs exploite alors sa connaissance des différentes catégories d’exemptions, impressionnant une administration que Soutou décrit plus « courtelinesque » et dépassée que farouchement antisémite. L’action est alors rapidement menée. Elle consiste, pour sauver les enfants, à demander aux parents déportables de les abandonner pour en faire des « enfants de moins de dix-huit ans non accompagnés ». Ils cèdent leurs droits de paternité à l’Amitié chrétienne en la personne de Jean-Marie Soutou, son secrétaire général, moyennant l’engagement que celle-ci n’en profitera pas pour les baptiser. Le Père Chaillet était, comme Glasberg, hostile aux conversions de circonstance, il le rappellera plus tard :

  • 47 Renée Bédarida, Pierre Chaillet, témoin de la résistance spirituelle, Paris, Fayard, 1988, (...)

C’est pour [donner] cette assurance qu’André Weil et moi avons pris contact avec le cardinal Gerlier, afin de soumettre ce problème à l’autorité catholique, car c’est souvent dans les couvents que les enfants trouvaient refuge. Il fallait écarter toute tentation de prosélytisme contraire au respect de la volonté des parents. Nous avons obtenu du cardinal Gerlier que les enfants ainsi cachés ne subiraient aucune pression. S’il y eut quelques incidents regrettables, ce fut contre la volonté de ceux qui, dans l’Amitié chrétienne, avaient pris l’engagement qu’on ne profiterait pas de cette occasion pour faire des conversions. Avec Germaine Ribière, qui fut l’agent inlassable de cette action de sauvetages d’enfants juifs, j’ai le sentiment que ce double devoir de solidarité et de respect fut fidèlement rempli47.

34Glasberg, parlant le yiddish, a été particulièrement efficace, comme l’évoque Soutou :

  • 48 Archives Soutou, hommage rendu par Jean-Marie Soutou en avril 1981 après la mort de l’abbé

[Il] était partout, forçait les décisions, posait sa main sur une épaule, disait quelques mots dans des langues et des dialectes germaniques ou slaves puis partait vers une autre famille repliée sur son chalit, épaule contre épaule, les bras noués. Une seule refusa de se séparer de son jeune garçon. Les enfants furent emportés par trois gazogènes que l’abbé parvint à se procurer grâce à des relations dont il ne disait rien48.

  • 49 Laurent Joly, Vichy dans la solution finale. Histoire du Commissariat général aux question (...)

35L’intéressé lui-même raconte : « Le préfet [plus vraisemblablement son représentant], entendant les cris des femmes qu’on séparait de leurs enfants, me dit “C’est abominable, ce que nous faisons !”. Je lui ai répondu “Et pourtant vous le faites”. Alors il me répondit “Il faut obéir au Maréchal49.” » Les enfants sont emmenés au local des Éclaireurs israélites, dans un ancien couvent occupé par les organisations de jeunesse. Quand la police vient les chercher, la maison est vide. Les enfants ont déjà été exfiltrés et emmenés dans des couvents et des refuges de l’OSE. Pour les adultes, dans une atmosphère fébrile, en s’appuyant sur les exemptions, en utilisant des faux papiers et avec l’aide du médecin, le docteur Adam, on arrache des gens à la mort. Détail cocasse mais efficace, Glasberg avait emprunté à un industriel une traction à roues jaunes identique à celle du préfet que les gardes saluent comme une voiture officielle à chaque entrée ou sortie. Elle permet à Glasberg et Soutou de circuler librement, non sans emmener en fraude des internés déportables.

  • 50 Jean-Marie Soutou, op. cit., p. 25-36. Grâce à Xavier Fontoynont, Jean-Marie Soutou a retr (...)

36Le bilan est insuffisant pour Vichy. Sur 1016 personnes, 545 ont été déportées, 89 enfants et 382 adultes ont été sauvés. On imagine la fureur de l’administration, qui avait prévu la prise et la déportation d’environ 2000 Juifs étrangers dans la région de Lyon. Scène ignorée jusqu’en 2011 : le 30 août, l’intendant de police se présente à l’Amitié chrétienne pour récupérer les enfants50. Le Père Chaillet assume la responsabilité du refus, après avoir dit à Glasberg : « J’ai les épaules plus large que vous. » La réponse est très ferme. Il explique que, pour les sauveteurs, collaborer au criblage a posé un grave problème de conscience. Accepter que soit remis en question le respect des cas d’exemption, ce serait trahir les engagements pris auprès des parents et aggraver le sort des enfants. Il conclut : « Nous refusons de vous les livrer. » Le policier s’est bien gardé de raconter cet épisode peu glorieux.

  • 51 Xavier de Montclos, dir., op. cit., p. 204-205 ; Lucien Lazare, op.cit., p. 16-17.
  • 52 Jean-Marie Soutou, op.cit, p. 22-24 (et Cahiers de l’UIA, n° 210, 1970, p. 13).

37Le lendemain, le préfet Angeli demande au Cardinal les adresses des refuges des enfants. On a beaucoup écrit sur le comportement de Gerlier. Glasberg et Soutou refusent de lui donner les adresses. D’après le témoignage de Glasberg, Soutou aurait dit : « Je n’ai aucune confiance en Gerlier51. » Soutou a précisé à la fin de sa vie ses positions : « On m’a fait dire dans plusieurs colloques que j’avais refusé de donner les adresses des enfants au cardinal Gerlier parce que je me méfiais de lui ; je m’inscris en faux contre cela. Nous ne lui avions pas donné les adresses, mais je n’ai jamais pensé un seul instant que, si nous les lui donnions, il trahirait. Mais j’avais peur de sa naïveté. Il était capable de se laisser embobiner par un fonctionnaire et comme il faisait cette distinction, qui est grave, entre une promesse allemande, qu’il n’accepte pas, et une promesse du gouvernement de Vichy, qu’il serait prêt à accepter, je n’avais pas du tout envie de lui donner ces adresses52. » En fait, le cardinal a opposé un ferme refus à la demande du préfet, ce que commente François Delpech en une boutade : « Il a fallu le pousser, mais il a eu le mérite de se laisser pousser. »

38Après l’été 1942, l’action de sauvetage, devenue désormais extrêmement dangereuse, doit se réfugier davantage dans la clandestinité. Les responsables de l’Amitié chrétienne sont repérés et menacés. Ainsi, le journal collaborationniste Au Pilori écrit le 21 octobre 1942 :

L’abbé Glasberg, venu des ghettos de Pologne […], voila que s’ourdit la grande conspiration : faciliter par tous les moyens l’évasion des Juifs étrangers des camps surveillés […] et grâce aux généreuses distributions de fausses cartes d’identité faites par le complaisant abbé, la loi est bafouée sous l’œil complaisant du Cardinal.

Ce dernier est traité par ailleurs par le même journal de « nouveau Cauchon, […] cardinal indigne […] dont il faut […] abattre l’arrogance, […] ennemi public n° 1 de la France, du Maréchal et de la Révolution ». Chaillet, pour avoir couvert l’opération auprès des autorités, est envoyé quelques mois en résidence surveillée à Privas. Il faut bien donner une satisfaction à l’amour-propre du préfet Angeli ! Glasberg, qui se sait menacé, quitte la région à la fin de l’année. C’est le doyen Garraud qui assure la direction de l’association à partir de novembre 1942.

  • 53 Jacques Duquesne, Les Catholiques français sous l’occupation, Paris, Grasset, 1986, p. 261 (...)

39Après l’invasion de la zone libre le 11 novembre, les mouvements juifs avec lesquels Glasberg collabore passent à la clandestinité. L’OSE, qui garde une façade officielle, va progressivement vider ses maisons d’enfants et le réseau Garel s’active à les cacher. Glasberg le met en relation, par l’intermédiaire de Ninon Haït, avec Mgr Théas à Montauban, bon exemple du rôle d’« entremetteur » qu’il n’a cessé de jouer entre les organisations juives et les institutions chrétiennes. Lui-même quitte Lyon autour de Noël. Dernier pied de nez à l’occupant, si l’on en croit Jacques Duquesne : passant par Vichy, il aurait rencontré Bousquet et lui aurait présenté une liste de 32 personnes à faire sortir du camp de Gurs. Bousquet lui aurait dit « Vous êtes fou » et, après avoir signé, « Disparaissez53 ». Un rapport du 8 mai 1943 du SEC, le service de police du Commissariat aux questions juives, affirme : « Il semble neutralisé », ce qui était pour le moins exagéré.

  • 54 Joseph Rovan, Mémoires d’un Français qui se souvient d’avoir été allemand, Paris, Seuil, 1 (...)
  • 55 Ibid., p. 168-189.

40Le 27 janvier 1943, l’Amitié chrétienne est victime d’une descente de la Gestapo de Barbie, épisode héroïque de la résistance chrétienne54. Chaillet et Soutou sont pris ; Chaillet est libéré, mais Soutou est emprisonné. Interrogé par Barbie au sujet de Glasberg, il s’en tire en jouant les idiots. Libéré grâce à l’intervention du Cardinal, il rejoint la Suisse. Extérieurement, l’association entre en sommeil. Chaillet se réfugie en Isère, encore sous occupation italienne jusqu’en septembre 1943, mais il reste « le patron ». L’action clandestine continue, avec Germaine Ribière pour le sauvetage des enfants et Joseph Rovan pour les faux papiers55. Tous deux ont beaucoup travaillé avec les maisons de Notre-Dame de Sion de Grenoble et de Lyon et ce dernier est arrêté en février 1944 et déporté à Dachau.

  • 56 Lucien Lazare, La Résistance juive en France, Paris, Stock, 1987, p. 109.
  • 57 Xavier de Montclos, dir., op.cit., p. 204.

41Malgré des imprécisions regrettables, on peut mesurer l’ubiquité de l’action de Glasberg, menée en équipe soit avec ses amis juifs, soit au sein de l’Amitié chrétienne. Pour lui, comme pour Chaillet, le sauvetage des Juifs devait être une des actions prioritaires de la Résistance chrétienne. D’autre part, Lucien Lazare a pu écrire que « le rôle joué par Glasberg dans l’action de sauvetage des Juifs fait de lui un des promoteurs de la résistance juive56 ». Son activité multiforme à Lyon a utilisé au maximum toutes les possibilités offertes par la légalité et bien d’autres, en acteur « peu regardant sur les moyens quand il s’agissait de sauver des vies ». Le « paratonnerre » de la protection du cardinal Gerlier a été efficace. Sans lui, plusieurs de ses initiatives eussent été impensables et les sbires de Vichy auraient hésité moins longtemps à sévir contre lui. Lui-même le reconnaît : « Je crois qu’il avait de la sympathie pour moi, car il me laissait passer des choses que moi, à sa place et avec ses convictions, je n’aurai pas laissé passer57. » Question inévitable : combien de personnes a-t-il sauvées ? Ceux qui ont travaillé sur ce genre d’activité illégale, comme j’ai eu à le faire à propos des religieuses de Sion, savent combien il est difficile de chiffrer les résultats, faute des listes que les exigences de sécurité interdisaient de dresser. Il est difficile d’autre part de personnaliser les mérites quand c’est toute une chaîne de complicités qui a été engagée. Rappelons simplement que, pour l’Amitié chrétienne, on a avancé le chiffre de 500 à 1000 personnes sauvées.

Notes

1 Patrick Cabanel, Histoire des Justes de France, Paris, Armand Colin, 2012, p. 12.

2 Nina Gourfinkel, Aux prises avec mon temps, t. 2 L’Autre patrie, Paris, Seuil, 1953, p. 231-232.

3 Joseph Weill, Le Combat d’un juste, Paris, Éditions Cheminements, 2002, p. 45.

4 Jean-Marie Soutou, « L’abbé Glasberg », Esprit, mai 1981, p. 116.

5 Madeleine Comte, Sauvetages et baptêmes. Les religieuses de Notre-Dame de Sion face à la persécution des Juifs en France (1940-1944), Paris, L’Harmattan, 1999, p. 109.

6 Hannah Shramm, Barbara Vormeier, Vivre à Gurs : un camp de concentration français 1940-1941, Paris, Maspero, 1979, p. 150-154.

7 Frédéric Shimon Hammel, “Souviens- toi d’Amalek”. Témoignage sur la lutte des Juifs en France 1938-1944, Paris, CLKH, 1982, p. 68.

8 Anne Grynberg, Les Camps de la honte : les internés juifs des camps français 1939- 1944, Paris, La Découverte, 1999, p. 377. Responsable d’une association sioniste, la KKL, Fischer joue un rôle important dans le financement des œuvres juives.

9 Remise de la médaille des Justes des nations à l’abbé Alexandre Glasberg par l’Institut Yad Vashem – Lyon – mercredi 5 mai 2004, Paris, COS, 2005, p. 17 (témoignage d’Ady Steg).

10 Témoignage oral transcrit dans Xavier de Montclos, dir., Églises et chrétiens dans la Deuxième Guerre mondiale. La Région Rhône-Alpes, Lyon, PUL, 1978, p. 203.

11 C’est lui qui a créé le service, mettant en place des centres d’accueil pour des travailleurs étrangers malades et surtout pour les familles de ces travailleurs. Il sera très engagé dans les sauvetages.

12 Nina Gourfinkel, op. cit, p. 231 – 232.

13 L’Œuvre de secours aux enfants, créée à Saint-Pétersbourg en 1912, transférée à Berlin en 1923 puis à Paris en 1934, a créé de nombreuses maisons.

14 Frédéric Shimon Hammel, op. cit., p. 45.

15 Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, p. 49-51.

16 Lire l’ouvrage fondamental d’Anne Grynberg, op. cit.

17 Alexandre Glasberg, À la recherche d’une patrie, Paris, Éditions Réalité, 1946.

18 L’histoire du Comité d’aide aux réfugiés reste confuse. Selon Renée Bédarida, le Père Chaillet a créé dès 1938, avec les protestants, un Comité d’aide aux réfugiés chrétiens. Mobilisé en 1939, il aurait été remplacé par l’abbé Remillieux, curé de Notre-Dame Saint-Alban. En 1940, enfin, l’abbé Glasberg aurait pris le relais en élargissant le comité, d’où le nouveau nom de Comité d’aide aux réfugiés. D’autre part, un Comité d’aide aux réfugiés juif avait été fondé en 1936.

19 Young Men’s Christian Association, œuvre internationale protestante de jeunesse créée en 1855, dont les bureaux européens sont à Genève.

20 Archives du Centre de documentation juive contemporaine [ACDJC], CDXXX 17, 18.

21 Comité inter-mouvements de jeunesse auprès des évacués, créé en 1939. Cette œuvre protestante, présidée par le pasteur Boegner et dont Madeleine Barot est secrétaire générale, est très active dans les camps.

22 Joseph Weill, Contribution à l’histoire des camps d’internement dans l’anti-France, Paris, Éditions du Centre, 1946, p. 177- 178.

23 Ibid., p. 158-163

24 ACDJC, CCXVII-41a, « Rapport sur l’activité de la Direction des centres d’accueil (DCA) 1941-1944 », 15 septembre 1944, 8 p. Voir le texte complet, infra, p. 149-159.

25 Ibid.

26 ACDJC, LXI 73, règlement du centre de La Roche d’Ajoux.

27 Ibid., lettre du 7 mars 1942.

28 Ibid., CCXXXIX 81, lettre du 11 mars 1942. L’UGIF, créée par Vichy à la fin de 1941 sous la pression des autorités allemandes, rassemble toutes les organisations juives. Voir Renée Poznanski, Être Juif en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Hachette, 1994, p. 207-212

29 Serge Klarsfeld, Une tragédie juive à Rosans (Hautes-Alpes), Paris, Association des fils et filles des déportés juifs de France, 1999, 64 p.

30 Nina Gourfinkel, op. cit., p. 252.

31 Archives du diocèse de Lyon [ADL], Fonds Gerlier, c 8 J, lettre du 16 mai 1942.

32 Ibid., lettres du 18 mai et 22 juin 1942.

33 ACDJC, CCXXIX 81, lettre du 23 juin 1942.

34 Ibid., lettres du 23 et 26 septembre 1942.

35 ADL, 11/ II 210, 32.

36 ACDJC, CCXVII-41a, rapport du 15 septembre 1944.

37 Xavier de Montclos, dir., op. cit., p. 162-164 et 169-170.

38 Renée Bédarida, Témoignage chrétien 1941-1944, Paris, Éditions ouvrières, 1977, p. 128-133.

39 Pierre Chaillet, L’Autriche souffrante, Paris, Bloud et Gay, 1939, 128 p.

40 ADL, Fonds Gerlier, C 8, carton J.

41 Renée Bédarida, op. cit., p. 132-133

42 Madeleine Comte, op.cit., p. 113-116.

43 Remise de la médaille…, op. cit., p. 14-20.

44 Valérie Perthuis-Portheret, Août 1942. Lyon contre Vichy. Le sauvetage de tous les enfants juifs du camp de Vénissieux, Lyon, Editions lyonnaises d’art et d’histoire, 2012, 159 p.

45 Jean-Marie Soutou, Un diplomate engagé. Mémoires 1939-1979, Paris, Éditions de Fallois, 2011, p. 25-29.

46 Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. Le rôle de Vichy dans la solution finale de la question juive en France 1942, Paris, Fayard, 1983, p. 318-319 et 339.

47 Renée Bédarida, Pierre Chaillet, témoin de la résistance spirituelle, Paris, Fayard, 1988, p. 131.

48 Archives Soutou, hommage rendu par Jean-Marie Soutou en avril 1981 après la mort de l’abbé.

49 Laurent Joly, Vichy dans la solution finale. Histoire du Commissariat général aux questions juives, Paris, Grasset, 2006, p. 497.

50 Jean-Marie Soutou, op. cit., p. 25-36. Grâce à Xavier Fontoynont, Jean-Marie Soutou a retrouvé peu avant sa mort le rapport qu’il avait fait sur Vénissieux, à la fois pour Londres et pour le Cardinal.

51 Xavier de Montclos, dir., op. cit., p. 204-205 ; Lucien Lazare, op.cit., p. 16-17.

52 Jean-Marie Soutou, op.cit, p. 22-24 (et Cahiers de l’UIA, n° 210, 1970, p. 13).

53 Jacques Duquesne, Les Catholiques français sous l’occupation, Paris, Grasset, 1986, p. 261. Des historiens évoquent la condamnation à mort, par contumace, prononcée fin 1942 à l’encontre de l’abbé Glasberg par un tribunal allemand pour avoir participé à des sabotages avec des cheminots de Franc-Tireur en reprenant une information donnée sans référence par François Delpech, « La persécution des Juifs et l’Amitié chrétienne », dans Xavier de Montclos, op. cit., p. 178. En l’état de la recherche, aucun document ne confirme le fait et la question reste ouverte.

54 Joseph Rovan, Mémoires d’un Français qui se souvient d’avoir été allemand, Paris, Seuil, 1999, p. 173-176.

55 Ibid., p. 168-189.

56 Lucien Lazare, La Résistance juive en France, Paris, Stock, 1987, p. 109.

57 Xavier de Montclos, dir., op.cit., p. 204.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search