Version classiqueVersion mobile

Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

 | 
Christian Sorrel

Notes sur la conversion et la vocation sacerdotale d’Alexandre Glasberg

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Archives diocésaines de Moulins [ADM], 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre du Père Lebreton (...)
  • 2 Frédéric Gugelot, La Conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, Par (...)
  • 3 Je remercie ceux qui m’ont aidé à conduire une enquête, nécessairement incomplète, qu’il f (...)

1« Né dans le judaïsme, passé au luthéranisme, M. Glasberg s’est converti au catholicisme et aspire au sacerdoce. Il me paraît courageux et sincère1. » Le jésuite Jules Lebreton résume ainsi sobrement, en octobre 1933, l’itinéraire de celui qui est alors son dirigé et qui a choisi de ne pas laisser de récit de conversion, à la différence de bien d’autres convertis de sa génération, soucieux d’apologétique2. L’historien se doit de prendre acte de cette décision, qui a une signification profonde et qui n’est pas sans lien avec le refus ultérieur du prêtre, en de nombreuses circonstances, d’agir dans une optique confessionnelle. Il ne lui est cependant pas interdit d’approcher, avec respect, le mystère d’une vie pour appréhender les déterminations de l’homme public, même s’il doit se contenter de traces fragiles. Elles suggèrent le chevauchement d’une errance dans l’Europe bouleversée par la Grande Guerre et d’une quête spirituelle entre judaïsme et christianisme et permettent de jalonner un parcours, en dépit de lacunes qu’une enquête approfondie dans des fonds d’archives étrangers ou des découvertes documentaires fortuites permettront peut-être de combler à l’avenir3.

  • 4 S’agit-il de Tatiana, convertie en fait à l’orthodoxie ? S’agit-il d’Adela, restée en Polo (...)
  • 5 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre de Dom Chautard à Mgr Gonon, évêque de Moulins, 9 a (...)
  • 6 ADM, 2 H 5.3.8, fiche biographique de Victor Glasberg. L’abbé Cieslik (1894-1964) dessert (...)

2Où et quand Alexandre Glasberg est-il devenu membre de l’Église catholique ? Il faut le dire d’emblée, la question reste sans réponse, même s’il est possible de réduire partiellement les doutes. Une première certitude s’impose en effet, jamais relevée encore par les historiens : le futur prêtre catholique s’est fait d’abord luthérien, comme son frère Victor, né en 1907, dont l’itinéraire est désormais presque mieux connu que celui de son aîné. Le Père Lebreton l’atteste. L’abbé de Sept-Fons, Dom Chautard, le suggère aussi en évoquant la conversion de Victor qu’il attribue à l’influence de son frère et à celle, plus immédiate, de « sa sœur aînée », sans autre précision4 : « Il résista longtemps à son frère Alexandre5. » Or, Victor est devenu catholique au plus tard le 22 février 1930 – la lettre de dom Chautard évoque 1928 –, lorsqu’il est baptisé sous condition à Berlin-Wilmersdorf, dans l’église Sankt-Ludwig, dont l’abbé de Sept-Fons cite l’un des chapelains, Gerhard Cieslik, comme témoin de moralité du futur séminariste6. Ces notations semblent donc situer la conversion d’Alexandre au catholicisme au cours des années 1920.

  • 7 Lire la communication de Roger Millot. Le dossier de naturalisation déposé en 1935 indique (...)
  • 8 Archives nationales [AN], 19770888/196, dossier de naturalisation d’Alexandre Glasberg (49 (...)
  • 9 Ibid., rapport d’enquête des Renseignements généraux, 12 avril 1949.
  • 10 Evangelisches Landeskirchliches Archiv in Berlin.

3S’est-elle produite alors qu’il séjournait avec ses parents à Vienne – la famille Glasberg y arriva probablement en 1921 – et y étudiait dans une école supérieure de commerce ? Est-ce également dans la capitale autrichienne qu’il s’était converti au protestantisme ? Ou bien faut-il placer ces démarches – ou l’une d’entre elles – en Volhynie dans la décennie 1910, en Pologne, où la famille s’installe à une date qui reste incertaine de la décennie 19207, ou encore à Belgrade, où Alexandre travaille de 1929 à 1932 comme chef de bureau d’une maison de commerce et « chancelier de l’Union nationale des fermiers yougoslaves8 ». Berlin, où sa sœur Tatiana habite depuis 1923 et où Victor s’installe vers 1928, pourrait offrir une autre piste. L’employeur d’Alexandre à Belgrade serait en effet une entreprise de la capitale allemande au siège de laquelle il aurait travaillé dès 1920 si l’on en croit un rapport des Renseignements généraux français de 1949 qui s’appuie sur l’enquête menée en 1932 lors de sa demande de carte de séjour9. La date de 1920, qui n’est mentionnée nulle part ailleurs, paraît toutefois difficilement conciliable avec la présence assurée du futur prêtre en Autriche et en Pologne, dont il possède la nationalité. Elle est pour le moins trop précoce et rien ne prouve, en l’état de la documentation, un long séjour d’Alexandre dans la capitale allemande, même si son passage y est plus que probable pour y rendre visite à sa sœur et y rencontrer son employeur dans l’hypothèse où la firme pour laquelle il travaille à Belgrade est effectivement germanique. De plus, la base de données des convertis du judaïsme, établie par l’Église luthérienne de Berlin, ne recense aucun des frères Glasberg10.

  • 11 Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, p. 19-27.
  • 12 Dans le film de Julie Bertucelli, « Le mystère Glasberg », la dernière survivante de la fr (...)
  • 13 ADM, 2 H 5.3.8, fiche biographique d’Alexandre Glasberg.
  • 14 Je ne peux que mentionner ici le silence des responsables du séminaire et de la paroisse d (...)
  • 15 Le droit canonique invite pourtant à « ne pas procéder légèrement, sur le plus vague soupç (...)

4Malgré ces incertitudes, il est cependant possible d’écarter l’hypothèse qui avait la préférence du premier biographe de l’abbé Glasberg, Lucien Lazare, gêné par sa conversion et « l’ambiguïté » de son « état » de Juif et de prêtre catholique : un baptême décidé par ses parents dans l’enfance11. Rien dans le comportement du couple Glasberg, inséré sociologiquement dans le monde juif, mais indifférent sur le plan religieux12, ne peut justifier le choix du christianisme pour un ou deux de ses enfants. Et à supposer que la russification l’ait conduit dans cette voie, l’adhésion à l’orthodoxie aurait été plus logique que l’option pour le luthéranisme, peu connu en Volhynie. À l’heure de l’exil, Alexandre Glasberg apparaît donc pleinement responsable de ses choix successifs, quelles qu’en aient été les raisons, tout autant que sa sœur Tatiana, passée à l’orthodoxie vers 1914 sous l’influence de Nicolas Berdiaev, ou que sa sœur Anya, acquise à la mystique bolchevique. Il semble en tout cas assuré qu’il est devenu catholique au plus tard dans la seconde moitié de la décennie 1920, plusieurs années avant d’être baptisé sous condition, le 8 juin 1933, à la Solitude d’Issy13. La date, tardive, étonne et, faute de documents14, on ne peut qu’émettre des hypothèses. Les premiers biographes, qui ignoraient le baptême luthérien, justifiaient la démarche par le défaut de certificat attestant l’acte, ce qui n’est pas conforme aux règles canoniques. Le passage par le protestantisme la rend plus compréhensible et conduit à suggérer que les prêtres qui ont reçu initialement Alexandre Glasberg dans la communion catholique ont été moins réservés sur la validité du baptême luthérien que leurs confrères français, prompts à réitérer le sacrement sous condition, à l’instar de leurs confrères berlinois15.

  • 16 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre d’Alexandre Glasberg au supérieur du grand séminair (...)
  • 17 AN, 19770888/196, dossier de naturalisation d’Alexandre Glasberg, notice de renseignements (...)
  • 18 À moins que Tatiana ne rejoigne ses frères après leur installation à Paris.
  • 19 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettres de Dom Chautard à Mgr Gonon, évêque de Moulins, 9  (...)
  • 20 Ibid., lettre du Père Lebreton au supérieur du grand séminaire de Moulins, 16 octobre 1933 (...)

5Quoi qu’il en soit, la lumière commence alors à se faire autour de celui qui se décrit comme « un émigré russe, âgé de trente et un ans, ayant fait les études secondaires (baccalauréat) en Russie (avec latin) en 191716 ». Il arrive à Paris, venant de Belgrade, début avril 1932 et, après une brève absence au début du mois suivant, il s’y établit durablement le 11 mai17. Il y retrouve son frère Victor et sa sœur Tatiana, veuve depuis 1928, qui quitte Berlin avec ses deux fils18. Victor a résidé auparavant à Bruxelles et à Liège, où il a obtenu en 1931 ou 1932 un diplôme d’ingénieur commercial avant de tenter, « sans goût », une carrière commerciale à Paris19. En 1932, en tout cas, il y gagne sa vie en organisant des « cours commerciaux par correspondance » auxquels il associe son aîné. Mais l’entreprise s’arrête en 1933 et Alexandre reste sans ressource, alors qu’il désire entrer au grand séminaire comme son cadet20.

  • 21 Archives de l’archevêché de Malines, papiers du cardinal Van Roey, II D 20 : lettres du Pè (...)
  • 22 Archives de l’Institut catholique de Paris ; ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre du Pèr (...)
  • 23 Archives diocésaines de Moulins, 2 H 6.5, dossier Glasberg : lettre d’Alexandre Glasberg a (...)

6Le séjour belge, pour Victor, et surtout le séjour parisien, pour les deux frères, permettent en effet aux Glasberg de conforter leur parcours spirituel en lien avec des émigrés russes, en premier lieu Georges Tzebrikow dont il est délicat de dire s’il fut plus qu’un intermédiaire. L’homme, né en 1900, diacre puis prêtre orthodoxe à Bruxelles à partir de 1925, se convertit en 1930 à Rome au catholicisme de rite oriental et entre en relation avec Jacques Maritain et certains de ses amis, notamment les Van der Meer de Walcheren. Il rentre à Bruxelles avant de s’établir à Paris, où il donne en 1932 un cours de liturgie russe à l’Institut catholique21. C’est lui qui confie la direction spirituelle d’Alexandre Glasberg au Père Lebreton, théologien et professeur à l’Institut catholique où le futur prêtre s’inscrit en janvier 1933 pour suivre un cursus de philosophie : « Je connais depuis un an M. Glasberg », écrit le Père Lebreton en octobre 193322. C’est sans doute aussi Tzebrikow qui l’oriente vers Mgr Chaptal, évêque auxiliaire du cardinal Verdier en charge des étrangers, fondateur de la Mission russe catholique, qui s’engage à régler, au nom du diocèse de Paris, sa pension au séminaire d’Issy-les-Moulineaux s’il y est reçu23.

  • 24 En 1949, les Renseignements généraux reprennent une information des années 1930 : « Il con (...)
  • 25 Le Park-Hôtel, 36, rue Desnouettes (15e arrondissement), ibid., notice de renseignements é (...)
  • 26 Françoise Jacquin, Jules Monchanin. Lettres à sa mère 1913-1957, Paris, Cerf, 1989, p. 216 (...)

7Le prêtre russe compte toutefois moins qu’Élisabeth Belenson, une Juive ukrainienne convertie au catholicisme, dont le parcours et le souci de rapprochement entre les juifs et les chrétiens sont a priori plus en phase avec le profil des deux frères que les préoccupations des convertis de l’orthodoxie, même si elle est également proche de Nicolas Berdiaev. Il est difficile de savoir comment les Glasberg sont entrés en relation avec elle. Mais c’est elle qui héberge Alexandre à son arrivée à Paris dans son domicile de la rue Bonaparte qu’il ne quitte qu’à la fin du mois de septembre 1933, peut-être pour prévenir les insinuations malveillantes24. Il séjourne alors dans un hôtel modeste du XVe arrondissement25. Mais il reste proche de sa bienfaitrice et la correspondance de l’abbé Jules Monchanin, qui doit aux Glasberg sa relation de confiance avec Élisabeth Belenson, séduite par l’originalité de la pensée du prêtre lyonnais auquel elle demande d’animer un groupe de réflexion judéo-chrétien, atteste de la solidité des liens tissés entre elle – « une seconde mère » – et les deux frères26.

  • 27 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg : lettre du Père Lebreton au supérieur du grand séminaire d (...)
  • 28 Archives de l’abbaye Notre-Dame de Sept-Fons, registre de l’hôtellerie. Glasberg séjourne (...)
  • 29 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre d’Alexandre Glasberg au supérieur du grand séminair (...)
  • 30 Ibid., lettre du Père Lebreton au supérieur du grand séminaire de Moulins, 16 octobre 1933
  • 31 Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne, dir., Dictionnaire des évêques de France au XX(...)
  • 32 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre du supérieur du grand séminaire de Moulins à Alexan (...)
  • 33 Ibid., lettres de Dom Chautard à Mgr Gonon, évêque de Moulins, 9 et 17 avril [1934]. L’abb (...)

8C’est dans ce contexte parisien que le désir de sacerdoce des Glasberg prend forme ou, du moins, s’exprime. Alexandre espère rejoindre le séminaire d’Issy-les-Moulineaux dès la rentrée 1933, mais les directeurs exigent un délai d’observation d’une année : « Je comprends qu’on impose cette épreuve à un converti, mais j’ai peur [qu’elle] ne soit lourde à porter et, peut-être, plus pernicieuse que bienfaisante […]. Je ne sais encore comment il gagnera sa vie. Des conditions si précaires et la vie dans un petit hôtel sont peu favorables à la préparation qu’il poursuit », commente le Père Lebreton27. L’intéressé se tourne alors vers le grand séminaire de Moulins, tenu par les Pères Maristes. Il avait en effet croisé le supérieur à la trappe de Sept-Fons où il avait passé les vacances universitaires en aidant le père hôtelier et conquis l’appui de l’abbé, Dom Chautard, auteur à succès de L’Âme de tout apostolat28 : « Ne voulant pas perdre une année, je serais heureux d’entrer à votre séminaire et je vous serais bien reconnaissant si vous pouviez me donner quelques renseignements à ce sujet […]. Comme difficulté, j’envisage la question pécuniaire : n’ayant pas de moyens, il m’est absolument impossible de payer mes études29. » Le Père Lebreton appuie sa candidature : « Si vous pouvez l’accueillir, ce sera une grande grâce et une sécurité. J’espère qu’il fera effort pour être digne de cette grâce ; il pourra, beaucoup mieux qu’en restant à Paris, répondre à une vocation qui, je crois, est réelle, mais qui a besoin d’être mûrie30. » Mgr Gonon, confronté à une grave crise du recrutement sacerdotal31, donne rapidement son accord : « Vous serez reçu à titre gratuit si vous voulez bien prendre et signer l’engagement d’exercer le ministère sacerdotal dans ce diocèse quand vous parviendrez au sacerdoce32. » Alexandre Glasberg intègre l’établissement le 2 janvier 1934 et est rejoint le 1er mai suivant par Victor, recommandé à son tour par Dom Chautard quelques mois avant sa mort33.

  • 34 Ibid., lettre de Mgr Gonon, évêque de Moulins, au supérieur du grand séminaire, 21 septemb (...)
  • 35 ADM, 2 H 5.3.8, fiches biographiques d’Alexandre et Victor Glasberg.

9Dès l’automne 1934, les deux frères sont admis en théologie, avec obligation de suivre des cours supplémentaires pour combler leurs lacunes34. Leurs résultats sont honorables, surtout ceux d’Alexandre, jugé « intelligent », noté « bien » pour la piété, la conduite et le caractère, même s’il « pourrait mieux travailler » et apparaît « médiocre » dans le domaine des cérémonies : il obtient des moyennes de 7,13 et 6,26 aux examens semestriels. Victor apparaît plus fragile, aussi bien dans ses résultats scolaires, avec des moyennes de 5,73 et 5,53, que dans son caractère (« à étudier ») ou sa conduite (« trop de visites ») ; il est cependant présenté comme « intelligent » et sa piété mérite la mention « bien35 ».

  • 36 Pax, n° 53, 1er avril 1945 (bulletin du Séminaire universitaire publié à partir de 1936).
  • 37 Maurice Jourjon, « Richard Louis », dans Xavier de Montclos, dir., Lyon – Le Lyonnais – Le (...)
  • 38 Ils sont quarante-cinq à la rentrée 1937, auxquels s’ajoutent treize absents pour cause de (...)
  • 39 Ibid., n° 10, 1er décembre 1937.
  • 40 Ibid., n° 4, 20 février 1937. Victor Glasberg résume ainsi la critique du Père Ferrand : « (...)

10Ces réserves n’empêchent pas l’envoi des deux frères, à la rentrée 1935, au Séminaire universitaire de Lyon, sans doute plus adapté à leur âge et à leur expérience que le milieu très classique de Moulins. L’établissement, fondé à la fin du XIXe siècle comme « maison de famille des prêtres étudiants » des Facultés catholiques et transformé en 1933 en « séminaire interdiocésain de formation sacerdotale36 », leur offre en effet un cadre stimulant sous la direction des Sulpiciens, autour du supérieur Pierre Girard et de son adjoint Louis Richard, enseignant de talent et théologien novateur37. Les pensionnaires, originaires d’une vingtaine de diocèses38, suivent les cours des Facultés catholiques où enseigne notamment le jésuite Henri de Lubac. Ils participent à des temps forts comme en 1937 la Semaine sociale de Clermont-Ferrand, consacrée à la « personne humaine en péril » : les Glasberg suivent les leçons en campant aux portes de la ville avec sept de leurs condisciples39. Les étudiants entrent aussi en relation avec des figures du clergé lyonnais, à l’exemple de l’abbé Monchanin, vite familier des deux frères. Ils accueillent, lors de conférences, des personnalités du catholicisme lyonnais ou national qui leur ouvrent des horizons nouveaux, même si les sensibilités représentées sont diverses, comme en témoigne l’appréciation formulée par Victor dans le compte rendu d’une conférence du Père Ferrand, prêtre de Notre-Dame de Sion, critique à l’égard des convertis du judaïsme, aussi « admirables » soient-ils : « Certaines idées émises au sujet des juifs nous paraissent discutables. La réserve au sujet des juifs convertis se heurte aux exemples tels que le bienheureux Libermann, ou les frères Lehmann, ou encore le fondateur même de Notre-Dame de Sion, le Père Ratisbonne. Dans sa polémique – du reste assez timide – contre l’antisémitisme, le Père Ferrand enfonçait des portes ouvertes40. »

  • 41 Ibid., n° 8, 20 juin 1937 et n° 10, 1er décembre 1937.
  • 42 ADM, 2 H 5.3.8, fiche biographique de Victor Glasberg. Notons toutefois que le préfet du R (...)
  • 43 Archives de l’abbaye Notre-Dame de Sept-Fons, chronique du monastère ; Pax, n° 16, 20 juin (...)
  • 44 Pax, n° 21, 30 octobre 1938 et n° 22, 26 juin 1939.
  • 45 Françoise Jacquin, Jules Monchanin. Lettres…, op. cit., p. 269-270.
  • 46 Pax, n° 23, 11 septembre 1939 ; Françoise Jacquin, Jules Monchanin. Lettres…, op. cit., p. (...)
  • 47 Natalie Malabre, Le Religieux dans la ville du premier vingtième siècle. La paroisse Notre (...)
  • 48 Pax, n° 27, 25 janvier 1940.

11Le 4 juillet 1937, les frères Glasberg sont tonsurés à la trappe de Sept-Fons où ils deviennent ensuite acolytes à l’automne41. Mais c’est seul, l’année suivante, qu’Alexandre accède aux ordres majeurs après le renvoi du Séminaire universitaire de Victor, en février 1938, pour une affaire de mœurs, semble-t-il42. Ordonné sous-diacre le 3 juillet 1938 à l’abbaye de Sept-Fons et diacre le 31 juillet à l’abbaye bénédictine de Chantelle, il devient prêtre le 24 septembre 1938, de nouveau à Sept-Fons43. Selon un schéma de carrière classique, il est aussitôt affecté à Moulins comme surveillant à l’Institution du Sacré-Cœur où il « acquiert – qui s’en étonnerait – un ascendant sympathique sur ses subordonnés », tout en continuant à fréquenter ses condisciples du Séminaire universitaire44. En avril 1939, durant la Semaine sainte, il est à Paris où il retrouve son frère Victor, qui habite Strasbourg, pour dire au revoir à l’abbé Monchanin, autorisé à partir en Inde45. Quelques mois plus tard, les deux frères rejoignent leur sœur Adela en Pologne pour les vacances. Victor rentre précipitamment « par un dernier train le 24 août » pour s’engager dans l’armée française (troupes coloniales) dès la mobilisation, alors qu’Alexandre, « étant prêtre », s’attarde dans sa famille. Il ne peut regagner la France qu’au terme d’un long périple par la Lituanie, l’Estonie, la Finlande, la Suède et la Grande-Bretagne46. Il retourne à Moulins, mais Mgr Gonon accepte rapidement son détachement dans le diocèse de Lyon, qui lui manque sans doute. En août 1940, il devient vicaire à Notre-Dame Saint-Alban47, une paroisse pionnière en milieu populaire qu’il connaît déjà, au moins par l’abbé Monchanin, ami du curé Laurent Remillieux, tout en préparant la traduction d’un livre du théologien jésuite allemand Josef A. Jungmann48. Le temps de la formation est terminé. Vient l’heure de l’action pastorale puis, très rapidement, de l’engagement humanitaire et de la Résistance.

  • 49 Victor Glasberg, en garnison à Fréjus dans l’attente d’un départ en Indochine, s’associe à (...)
  • 50 Nina Gourkinkel, op. cit., p. 231-242.
  • 51 Alexandre Glasberg, La Leçon sociale de l’affaire « Exodus », Paris, Éditions Réalité, 194 (...)

12S’il n’est pas encore possible de reconstituer en détail l’itinéraire d’exil et le cheminement ecclésial d’Alexandre Glasberg jusqu’à son arrivée à Paris, du moins peut-on affirmer avec une certitude presque totale le caractère personnel de son option catholique. Ses motivations intimes restent sans doute inaccessibles et l’historien ne peut qu’enregistrer son silence sur ce sujet, comme sur bien d’autres, notamment la mort en camp de concentration de son frère Victor, dont le parcours est indissociable du sien de 1932 à 194349. N’est-il pas révélateur d’une fracture secrète, masquée par la solidité physique, la vitalité insolente, l’activité incessante, sinon l’activisme, de celui que Nina Gourkinkel, compagne de lutte au cœur de la guerre, présente comme « le jongleur de Notre-Dame50 » ? Et cette blessure n’est-elle pas liée avant tout au drame d’une famille qui a partagé le « destin de tous ceux à qui notre monde d’entre les guerres ne parvient pas à trouver une place au milieu des barrières et des barbelés dont il est hérissé51 » ? L’historien ne peut ignorer cette dimension, à laquelle le second conflit mondial confère une ampleur tragique, quand il tente de cerner la foi sacerdotale d’Alexandre Glasberg. Mais il doit aussi admettre qu’il ne pourra jamais la saisir parfaitement et mesurer sa place parmi les motivations profondes de celui qui restera jusqu’à sa mort l’abbé Glasberg, en dépit d’un lien distendu avec l’institution ecclésiale.

Notes

1 Archives diocésaines de Moulins [ADM], 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre du Père Lebreton au supérieur du grand séminaire de Moulins, 16 octobre 1933.

2 Frédéric Gugelot, La Conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, Paris, CNRS, 1998, 533 p.

3 Je remercie ceux qui m’ont aidé à conduire une enquête, nécessairement incomplète, qu’il faudrait déployer à l’échelle européenne : M. l’abbé Daniel Moulinet (Archives diocésaines de Moulins), M. l’abbé Philippe Ploix (Archives historiques de l’archevêché de Paris), M. Serge Sollogoub (Archives de l’Institut catholique de Paris), le Dr Gotthard Klein (Diözesanarchiv Berlin), le Dr Bert Buchholz (Evangelisches Landeskirchliches Archiv in Berlin), M. Gerrit Vanden Bosch (Archives de l’archevêché de Malines), Frère François (Abbaye Notre-Dame de Sept-Fons), M. Michel Fourcade (Université Montpellier III).

4 S’agit-il de Tatiana, convertie en fait à l’orthodoxie ? S’agit-il d’Adela, restée en Pologne, dont on ne sait rien des choix religieux ?

5 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre de Dom Chautard à Mgr Gonon, évêque de Moulins, 9 avril [1934].

6 ADM, 2 H 5.3.8, fiche biographique de Victor Glasberg. L’abbé Cieslik (1894-1964) dessert la paroisse Sankt-Ludwig de 1927 à 1932.

7 Lire la communication de Roger Millot. Le dossier de naturalisation déposé en 1935 indique la date de 1923 pour la réforme des obligations militaires en Pologne.

8 Archives nationales [AN], 19770888/196, dossier de naturalisation d’Alexandre Glasberg (4931/36), notice de renseignements établie par la préfecture de l’Allier, 18 octobre 1935. Je ne suis pas parvenu à identifier les institutions mentionnées par Glasberg qui affirme avoir passé en Yougoslavie « les trois dernières années » avant sa venue en France.

9 Ibid., rapport d’enquête des Renseignements généraux, 12 avril 1949.

10 Evangelisches Landeskirchliches Archiv in Berlin.

11 Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, p. 19-27.

12 Dans le film de Julie Bertucelli, « Le mystère Glasberg », la dernière survivante de la fratrie Glasberg, Adela Ukrainska, témoigne de ce fait.

13 ADM, 2 H 5.3.8, fiche biographique d’Alexandre Glasberg.

14 Je ne peux que mentionner ici le silence des responsables du séminaire et de la paroisse d’Issy-les-Moulineaux en réponse à ma demande de recherche de l’acte de baptême d’Alexandre Glasberg selon les indications du directeur des Archives historiques de l’archevêché de Paris.

15 Le droit canonique invite pourtant à « ne pas procéder légèrement, sur le plus vague soupçon, à la réitération conditionnelle du baptême […] reçu dans l’hérésie », Raoul Naz, dir., Dictionnaire de droit canonique, t. 2, Paris, Letouzey et Ané, 1937, p. 129- 130.

16 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre d’Alexandre Glasberg au supérieur du grand séminaire de Moulins, 12 octobre 1933. Glasberg, pourtant de nationalité polonaise, se présente ici comme « russe », sans doute en raison des liens noués avec les catholiques russes à son arrivée à Paris.

17 AN, 19770888/196, dossier de naturalisation d’Alexandre Glasberg, notice de renseignements établie par la préfecture de l’Allier, 18 octobre 1935.

18 À moins que Tatiana ne rejoigne ses frères après leur installation à Paris.

19 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettres de Dom Chautard à Mgr Gonon, évêque de Moulins, 9 et 17 avril [1934].

20 Ibid., lettre du Père Lebreton au supérieur du grand séminaire de Moulins, 16 octobre 1933. Dans sa demande de naturalisation de 1935, Glasberg affirme être venu en France dans le but d’étudier la théologie.

21 Archives de l’archevêché de Malines, papiers du cardinal Van Roey, II D 20 : lettres du Père Tzebrikow à l’abbé Dessain, secrétaire du cardinal Van Roey, et au cardinal Van Roey, 5 et 18 mars 1930. Sur ce curieux personnage, voir Pierre Van der Meer, Dieu et les hommes, Paris, DDB, 1957, p. 336-341 (l’auteur, qui l’avait hébergé à Paris, est fasciné par celui qu’il nomme « le Père Basile ») et Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie. Souvenirs choisis, Paris, Cerf, 2002, p. 510-512 (l’auteur l’accuse de l’avoir livré à la Gestapo).

22 Archives de l’Institut catholique de Paris ; ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre du Père Lebreton au supérieur du grand séminaire de Moulins, 16 octobre 1933.

23 Archives diocésaines de Moulins, 2 H 6.5, dossier Glasberg : lettre d’Alexandre Glasberg au supérieur du grand séminaire de Moulins, 12 octobre 1933.

24 En 1949, les Renseignements généraux reprennent une information des années 1930 : « Il convient de noter que, pendant ce premier séjour dans la capitale, [Glasberg] a vécu maritalement avec Mme Schwarzwald Élisabeth, divorcée Belenson, […] réfugiée russe, femme de lettres », AN, 19770888/196, dossier de naturalisation d’Alexandre Glasberg, rapport d’enquête des Renseignements généraux, 12 avril 1949.

25 Le Park-Hôtel, 36, rue Desnouettes (15e arrondissement), ibid., notice de renseignements établie par la préfecture de l’Allier, 18 octobre 1935.

26 Françoise Jacquin, Jules Monchanin. Lettres à sa mère 1913-1957, Paris, Cerf, 1989, p. 216-217 et 269-270 et Jules Monchanin prêtre 1895-1957, Paris, Cerf, 1996, p. 116 et 132. En 1936-1937, des personnalités comme Edmond Fleg, Louis Massignon ou André Chouraqui fréquentent le groupe judéo-chrétien.

27 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg : lettre du Père Lebreton au supérieur du grand séminaire de Moulins, 16 octobre 1933.

28 Archives de l’abbaye Notre-Dame de Sept-Fons, registre de l’hôtellerie. Glasberg séjourne à Sept-Fons du 21 juillet au 22 septembre 1933 pour des raisons pratiques, faute de revenu, et non par attrait pour la vie contemplative comme le suggère Lucien Lazare, op. cit., p. 32.

29 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre d’Alexandre Glasberg au supérieur du grand séminaire de Moulins, 12 octobre 1933.

30 Ibid., lettre du Père Lebreton au supérieur du grand séminaire de Moulins, 16 octobre 1933.

31 Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne, dir., Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle, Paris, Cerf, 2010, p. 305-306.

32 ADM, 2 H 6.5, dossier Glasberg, lettre du supérieur du grand séminaire de Moulins à Alexandre Glasberg, 25 octobre 1933.

33 Ibid., lettres de Dom Chautard à Mgr Gonon, évêque de Moulins, 9 et 17 avril [1934]. L’abbé de Sept-Fons s’interroge cependant sur l’aptitude de Victor au vœu de chasteté avec, à l’arrière-plan, un antijudaïsme caractéristique de sa génération : « J’admirais, en Irlande, à quel point la grande majorité des Celtes de cette race gardait facilement la chasteté. Je sais par contre que, pour ceux de la race à laquelle appartient Victor, il en est tout autrement, de l’aveu même de grands convertis. »

34 Ibid., lettre de Mgr Gonon, évêque de Moulins, au supérieur du grand séminaire, 21 septembre 1934.

35 ADM, 2 H 5.3.8, fiches biographiques d’Alexandre et Victor Glasberg.

36 Pax, n° 53, 1er avril 1945 (bulletin du Séminaire universitaire publié à partir de 1936).

37 Maurice Jourjon, « Richard Louis », dans Xavier de Montclos, dir., Lyon – Le Lyonnais – Le Beaujolais, Paris, Beauchesne, 1994, p. 366-367 (Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 6).

38 Ils sont quarante-cinq à la rentrée 1937, auxquels s’ajoutent treize absents pour cause de service militaire, Pax, n° 9, 1er novembre 1937.

39 Ibid., n° 10, 1er décembre 1937.

40 Ibid., n° 4, 20 février 1937. Victor Glasberg résume ainsi la critique du Père Ferrand : « D’après lui, les juifs, même convertis, restent plutôt attachés au concept d’un Dieu justicier. Ils se font plus difficilement à la charité et à la miséricorde divine. Ils restent plutôt violents et toujours très rigoristes. »

41 Ibid., n° 8, 20 juin 1937 et n° 10, 1er décembre 1937.

42 ADM, 2 H 5.3.8, fiche biographique de Victor Glasberg. Notons toutefois que le préfet du Rhône, en réponse à une demande d’information du préfet du Bas-Rhin, indique que Victor Glasberg a quitté Lyon pour se rendre au Séminaire universitaire de Strasbourg et suivre les cours de la Faculté de théologie, Archives départementales du Rhône, 3494 W 118, dossier Alexandre Glasberg, lettre du 7 avril 1938 et 3494 W 205, dossier Victor Glasberg, rapport du chef de la Sûreté du Rhône, 23 mars 1939, à propos d’une demande de naturalisation. Dans ses mémoires, Nina Gourfinkel, qui a connu Victor pendant la guerre, le décrit ainsi : « [Il était le] type même de l’inquiet, doué d’une âme scrupuleuse, exigeante, insatisfaite, mais qui, en l’absence d’une intelligence lucide, croyait s’humilier davantage en succombant pour se complaire ensuite aux mortifications. D’origine slave, il était intoxiqué de “dostoïevskisme” et tirait même une certaine vanité de ce que lui-même définissait comme son “côté Karamazov” […]. Arrivé enfant en Occident, Victor y avait acquis le besoin d’une forme qui lui eût permis de réaliser les vagues élans dont il faisait ses tourments et ses délices. Après avoir successivement tâté de plusieurs grandes écoles, il avait cru trouver une charpente dans le catholicisme. Mais il lui fallait tout ou rien : il entra au séminaire. Trop imbu de littérature, ses délectations moroses s’accommodaient mal des rigueurs théologiques », Aux prises avec mon temps, t. 2 L’Autre Patrie, Paris, Seuil, 1953, p. 289.

43 Archives de l’abbaye Notre-Dame de Sept-Fons, chronique du monastère ; Pax, n° 16, 20 juin 1938 et n° 17, 30 octobre 1938.

44 Pax, n° 21, 30 octobre 1938 et n° 22, 26 juin 1939.

45 Françoise Jacquin, Jules Monchanin. Lettres…, op. cit., p. 269-270.

46 Pax, n° 23, 11 septembre 1939 ; Françoise Jacquin, Jules Monchanin. Lettres…, op. cit., p. 314-323.

47 Natalie Malabre, Le Religieux dans la ville du premier vingtième siècle. La paroisse Notre-Dame Saint-Alban d’une guerre à l’autre, thèse, Université Lyon 2, 2006, 864 p.

48 Pax, n° 27, 25 janvier 1940.

49 Victor Glasberg, en garnison à Fréjus dans l’attente d’un départ en Indochine, s’associe à partir de 1941 aux activités de son frère sous le nom de Victor Vermont. Il prend en 1942 la direction du centre d’accueil du château du Bégué à Cazaubon dans le Gers. Il y est arrêté le 16 août 1943 par la Gestapo – elle espérait sans doute s’emparer d’Alexandre – après avoir refusé de fuir pour éviter des représailles contre les pensionnaires. Transféré à Fresnes puis à Drancy, il est déporté le 7 mars 1944 (convoi n° 69) vers Auschwitz où il disparaît à une date inconnue. Il a été honoré comme Juste parmi les nations en même temps que son aîné (2003).

50 Nina Gourkinkel, op. cit., p. 231-242.

51 Alexandre Glasberg, La Leçon sociale de l’affaire « Exodus », Paris, Éditions Réalité, 1947, p. 6.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search