Version classiqueVersion mobile

Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

 | 
Christian Sorrel

Les Glasberg, une famille juive ukrainienne

Roger Millot

Texte intégral

En Volhynie

  • 1 Arkady Joukovsky, Histoire de l’Ukraine, Paris, Éditions du Dauphin, 2005, 324 p.

1Alexandre Glasberg est né le 17 mars 1902 à Jitomir, capitale de la province ukrainienne de Volhynie depuis 1804. Toutefois, c’est seulement à la date du 25 avril qu’il est inscrit sous le n° 170 sur les registres d’état civil propres aux Juifs. L’Ukraine, annexée presque entièrement à l’Empire russe en 1793 après le partage de la Pologne, est alors soumise à une politique de russification forcée, qui s’étend au domaine religieux. L’intelligentsia locale supporte de moins en moins ces contraintes, d’autant qu’elle tient la culture ukrainienne pour plus ancienne et plus riche que la culture russe, et développe un sentiment national qui conduit à une revendication d’autonomie puis d’indépendance. Mais elle n’est pas unanime et une fraction des élites, par rejet des Polonais, prend appui sur les Russes, tout en espérant obtenir d’eux des concessions1.

2La Volhynie est une région de cultures et de forêts qui ne possède presque aucune industrie. Ses terres, fertiles, sont cultivées par une paysannerie pauvre. La propriété, précédemment entre les mains de la noblesse polonaise, est passée sous contrôle russe. La minorité juive y est importante (8 % de la population), en lien avec la politique de regroupement menée par le pouvoir tsariste. En 1900, Jitomir aurait compté quelque 35 000 Juifs, actifs surtout dans le commerce et la finance, soit la moitié de la population.

3C’est dans ce milieu qu’évolue la famille Glasberg, même si les parents d’Alexandre, sixième des huit enfants de Shevel (Saveli) Glasberg et Berta Moisseevna Numsonicz, ne semblent guère avoir été attirés par les traditions familiales et religieuses : la mère était non croyante, aux dires de sa fille Tatiana, et le père non pratiquant, ce qui n’empêche pas Alexandre d’être circoncis le 4 mai 1902, comme le registre d’état civil de la communauté l’atteste. Il semble, au témoignage de Tatiana et d’Alexandre lui-même, que l’héritage juif leur ait été transmis surtout par leur grand-mère maternelle.

La maison Glasberg à Novaia Chertoria

La maison Glasberg à Novaia Chertoria

Le moulin Glasberg à Novaia Chertoria

Le moulin Glasberg à Novaia Chertoria
  • 2 Les informations rassemblées ici complètent et corrigent les données de Lucien Lazare, L’Abbé Glasb (...)

La famille apparaît bien intégrée dans la société. En 1907, Saveli Glasberg figure sur une liste de marchands ayant acquis un « certificat de bourgeoisie ». La langue parlée à la maison est le russe et les prénoms donnés aux enfants, tout comme leurs surnoms, sont russes2.

  • 3 La « maison Glasberg » existe toujours et était habitée en 2008 par la fille d’une ancienne servant (...)
  • 4 Le bruit court dans le bourg que le directeur du moulin n’aurait pas été étranger au sinistre afin (...)
  • 5 L’acte est établi par le notaire Nikolay Nikolaievitch Piacetckyi au domicile familial de Novaia Ch (...)

4C’est sans doute pour des raisons pratiques que les Glasberg ont pris pied à Jitomir. Le 8 mars 1905, ils y achètent une maison, située Oulitsa Chernigovskaïa 14, qui leur est cédée par Nikolay Lukich Pustovojtov dans un acte établi par Érasme Stepanovitch Prshemenskiz, notaire dans la cité. Ils en disposaient peut-être déjà auparavant, puisque Saveli Glasberg l’indique comme son domicile le 14 février 1905, au moment de son inscription sur les listes électorales pour la future Douma. Mais le domicile familial principal est situé à Novaia Chertoria, gros bourg à quatre-vingts kilomètres à l’Ouest environ, où Saveli Glasberg avait acquis une maison en briques de plain-pied, spacieuse et confortable, constituée de deux corps de bâtiments attenants3. C’est là que se trouve le centre de son activité professionnelle. Il y avait en effet loué à la veuve d’un colonel de la gendarmerie tsariste, Natalya Ivanovna Orzhevskaya, un vieux moulin construit en bois. Il est en mesure de le racheter en 1905 puis, après un incendie4, de le reconstruire en dur. Le bâtiment, qui existe toujours et est classé comme architecture industrielle, se présente comme une robuste bâtisse d’aspect soigné de trois niveaux sur un rez-de-chaussée surélevé au bord d’un grand plan d’eau, avec un aspect novateur incontestable pour l’époque. Glasberg y employait trente et un ouvriers en 1905 et trente-six en 1910 ; il avait fait construire pour eux, en périphérie du bourg, une maison de vingt chambres. Minotier, Glasberg est aussi exploitant forestier et la famille vit dans une réelle aisance. Le père associe sa femme à ses affaires, comme l’atteste un pouvoir notarié qu’il lui donne le 2 janvier 1903 pour le représenter, en même temps qu’il rédige son testament. Il lui associe aussi son fils Lev, âgé alors de vingt et un ans, en lui demandant de reprendre si besoin ses affaires et de veiller sur sa famille5.

5On n’en sait guère plus sur ces affaires, sinon qu’elles semblent menées tambour battant et sans trop de considération pour les employés, comme le montre la grève qui se serait produite vers 1907-1908, dans le contexte des lendemains de la première révolution russe et de la répression tsariste. Connue par le récit de Tatiana, elle semble avoir été déclenchée par les aînés des enfants, touchés par les idées socialistes et en conflit avec leur père, qui organisent des réunions clandestines avec les ouvriers dans les bois : elle dure quatre jours. Les ouvriers obtiennent quelques satisfactions (augmentation des salaires, paiement des jours de maladie, congés des fêtes juives pour les ouvriers juifs, un quart des employés), mais ils ne parviennent pas à contraindre leur patron de ne plus les tutoyer : seul le contremaître du moulin se plie à la demande.

La jeunesse d’Alexandre Glasberg

  • 6 Glasberg parle aussi le yiddish auquel il a été initié sans doute par sa grand-mère.

6C’est sans doute à Novaia Chertoria qu’Alexandre Glasberg grandit jusqu’à son entrée au gymnase n° 2 de Jitomir où il effectue sa scolarité secondaire, en temps de guerre et de révolution, jusqu’en avril 1919. L’enseignement est classique, solide, sans prise en compte de la dimension juive, comme le confirme la lettre collective adressée par les parents des élèves juifs au directeur du gymnase le 21 septembre 1916 pour lui demander d’organiser un enseignement de l’histoire et de la religion juives dans toutes les classes et transmise par le rabbin de Jitomir S. G. Uger. Le jeune Glasberg semble en tout cas avoir été un élève brillant, doué notamment pour les sciences et les langues comme l’atteste son relevé de notes de fin d’études établi sur une échelle de 0 à 5 : langue et littérature ukrainiennes 3 ; langue et littérature russes 3 ; géographie 3 ; histoire générale 4 ; histoire ukrainienne 4 ; géographie ukrainienne 4 ; philosophie 4 ; latin 5 ; mathématiques 5 ; physique 5 ; sciences naturelles 5 ; allemand 5 ; français 56.

  • 7 Leo Motzkin, Les Pogromes en Ukraine sous les gouvernements ukrainiens 1917-1920, Coeuvres et Valse (...)

7La scolarité d’Alexandre Glasberg coïncide avec des événements de plus en plus tragiques pour l’Ukraine, immense champ de bataille entre les belligérants de la Grande Guerre, Austro-Hongrois, Allemands et Russes, puis entre les armées rouges et blanches dressées les unes contre les autres dans la guerre civile, avec, à l’arrière-plan, les tentatives de la Pologne pour récupérer des terres qui furent autrefois les siennes. La nation ukrainienne tente alors de parvenir à l’indépendance, mais le courant nationaliste est divisé et se brise finalement sur le mouvement bolchevique qui récupère un pays ruiné et livré à la famine. Dans le même temps, mais surtout en 1918 et 1919, une vague de pogroms frappe la population juive, spécialement en Volhynie, où les Juifs sont les plus nombreux. Polonnoïe, à une dizaine de kilomètres de Novaia Chertoria, est frappée dès 1917. Jitomir est atteinte à deux reprises, du 8 au 13 janvier 1919 et le 21 mars 1919. Nombre de familles s’enfuient alors précipitamment en abandonnant tous leurs biens7.

8Il ne semble pas que ce soit le cas de la famille Glasberg qui quitte la Volhynie en 1920 en emportant au moins une partie de son capital et sans rompre immédiatement tout lien. En avril 1921, elle séjourne peut-être à Kiev et le père s’y préoccupe encore d’aménagements de sa propriété de Jitomir. Puis elle gagne Vienne, où elle aurait été accueillie par un parent, avec ses plus jeunes enfants, Adela, Alexandre et Victor, la dernière-née, Marya, étant décédée jeune. Quant aux aînés, ils servent la révolution bolchevique, Irina, comédienne et professeur d’art dramatique, Lev, ingénieur, et Anya, médecin. Seule Tatiana, tentée avant la guerre par les idées bolcheviques, s’en est éloignée pour se convertir à l’orthodoxie : elle réside à Novaia Chertoria qu’elle quitte définitivement en 1923.

  • 8 Une photographie prise à Vienne en 1927 ne constitue pas un argument péremptoire.
  • 9 La tradition familiale affirme qu’il se serait remarié avant son veuvage en faisant croire aux auto (...)

9Le séjour viennois du couple Glasberg est mal connu et sa durée même est incertaine. Jusqu’en 1927, suggèrent certaines traditions familiales8. Bien moins longtemps si l’on retient la date de 1923 donnée par Alexandre dans sa demande de naturalisation de 1935 pour préciser son statut militaire : il est réformé cette année-là en Pologne en raison de ses problèmes de vue. Quoi qu’il en soit, la famille s’établit bien en Pologne, où elle acquiert une propriété agricole à Grudziadz, une cité au bord de la Vistule, à cent kilomètres au Sud de Gdansk, et ses membres possèdent la nationalité de ce pays. Mais la mère meurt en 1928, alors qu’elle est en visite à Berlin chez sa fille Tatiana, et le père – avant ce décès semble-t-il – part pour l’URSS, une décision qui ne manque pas d’étonner dans le contexte politique du temps. Il y trouve un emploi de directeur d’une meunerie coopérative et s’y remarie9. Sur place, Alexandre s’occupe un temps de la propriété puis laisse la place, au plus tard en 1929 et sans doute plus tôt, à Adela, qui a épousé un fermier, Olis Ukrainski. Elle sera la dernière survivante de la fratrie à la fin des années 1990.

Arbre généalogique et notes biographiques

  1. Shevel (Saveli) Glasberg (1861-1933). Né le 7 février 1861 à Dubno, il est issu d’une famille hassidique, mais ne pratique pas. Libéral, russophile, ouvert aux influences occidentales, il aurait soutenu le parti KD. Il quitte la Volhynie en 1920, séjourne peut-être quelques mois à Kiev avant de se rendre à Vienne puis en Pologne, à Grudziadz, d’où il repart vers l’URSS à une date inconnue. Il s’y remarie et y meurt en 1933.

  2. Berta Moisseevna Numsonicz (1864-1928). Née le 16 octobre 1864 à Ostropol, elle appartient à une famille aisée possédant des biens immobiliers importants, parmi lesquels des auberges de village et un moulin. Elle a un frère et une sœur. Sa mère est très attachée à la religion juive, alors qu’elle-même se déclare non-croyante. Son éducation est soignée et elle aurait même suivi des cours d’art en Suisse. Elle épouse le 9 février 1884 à Ostropol Saveli Glasberg, employé avec son père de la famille Numsonicz. Sa belle-mère voit en lui un rustre, mais elle reconnaît son sens des affaires et lui confie même la gestion de ses biens après la mort de son propre père. Berta suit son époux en Autriche puis en Pologne. Elle meurt en 1928 à Berlin à l’occasion d’une visite chez sa fille Tatiana.

  3. Irina Glasberg (?) semble avoir participé à la grève des ouvriers du moulin paternel de Novaia Chertoria vers 1907-1908. Elle adhère à la révolution bolchevique et s’établit à Moscou où elle épouse un médecin, Brodsky, dont elle se sépare rapidement. Elle est comédienne et professeur d’art dramatique et développe le théâtre pour enfants.

  4. Lev Glasberg (?). Associé lui aussi à la grève de 1907-1908, il est musicien et fait des études d’ingénieur. Communiste convaincu, il aurait été fait prisonnier et fusillé par les Allemands à Kiev sans que l’on puisse préciser durant quelle guerre (la première peut-être dans la mesure où Alexandre Glasberg ne le cite pas parmi ses frères et sœurs dans son dossier de naturalisation de 1935).

  5. Tatiana Glasberg (1891-1985). Née le 6 septembre 1891 à Novaia Chertoria, elle est la mieux connue de la fratrie Glasberg grâce au témoignage qu’elle a donné à son petit-fils Nick Lampert. Après ses études secondaires, terminées à seize ans, elle réussit à s’inscrire à l’Université de Saint-Pétersbourg, malgré une absence de mention à son examen de fin d’études et le numerus clausus visant la communauté juive. Elle rejoint aussitôt les rangs des bolcheviks et fomente avec ses aînés la grève des ouvriers du moulin paternel. Mais elle s’en éloigne vite sous l’influence de Nicolas Berdiaev et se fait baptiser dans l’Église orthodoxe à l’âge de vingt-cinq ans (elle fera également baptiser ses fils sans informer son mari). À Saint-Pétersbourg, elle entretient une idylle avec un cousin de son père, Naum Borisovitch Glasberg, plus âgé et marié, puis elle rencontre en 1910, lors d’un séjour de vacances à Ems avec sa mère, Ilya Lampert, avocat spécialisé en droit social, déjà marié avec une catholique, dont il a une fille Ida. Elle l’épouse secrètement et s’installe avec lui à Varsovie, qui ne lui plaît pas, puis à Saint-Pétersbourg après la naissance d’Alexei.
    Ils rejoignent ensuite Munich où naît son second fils, Evgueni (Genya), juste après le début de la Grande Guerre. Ilya Lampert est interné puis libéré. Il rentre en Russie et est mobilisé. Tatiana rejoint à son tour la Russie en 1915 ou 1916, au terme d’un périple par la Suède, la Grande-Bretagne et la France. Elle s’installe à Novaia Chertoria avec ses deux fils et y retrouve Irina, avec son fils, Lev et Anya, avec ses deux enfants. Ilya Lampert, qui se sent menacé par les bolcheviks, repart en Allemagne, à Berlin, où il crée une entreprise d’import-export. Tatiana le rejoint en 1923, après un bref séjour dans le Caucase, malgré les tensions dans le couple, liées aux motifs religieux et à l’existence d’Ida. Ilya Lampert meurt en 1928.
    Au début des années 1930, Tatiana quitte Berlin pour Paris, où elle travaille comme infirmière. Après la Seconde Guerre au moins, elle habite 17, rue des acacias et héberge son frère Alexandre. Puis vers 1950, elle part rejoindre à Oxford son fils cadet et veille au confort des étudiants qui louent une chambre dans la maison dont elle occupe le rez-de-chaussée.

  6. Anya Glasberg (1894 ?-1945 ?). Elle se marie à dix-sept ans (épouse Guterman) et vit à Moscou où elle se remarie deux fois. Médecin, elle se spécialise en pneumologie. Communiste convaincue, elle a deux enfants de son premier mariage et rompt tout contact avec sa famille après 1930.

  7. Adela Glasberg (1899- ?). Elle suit ses parents en Autriche puis en Pologne où elle épouse un fermier, Olis Ukrainski. Elle reçoit plusieurs fois la visite de son frère Alexandre avant comme après la Seconde Guerre mondiale. Après 1945, elle adhère au Parti communiste, suit une formation agricole et prend la direction d’une ferme d’État. Elle meurt, presque centenaire, à la fin de la décennie 1990.

  8. Alexandre Glasberg (1902-1981).

  9. Victor Glasberg (1907- ?). Né le 29 novembre 1907 à Novaia Chertoria, Victor Glasberg suit ses parents à Vienne et peut-être en Pologne puis rejoint sa sœur Tatiana à Berlin. Il gagne ensuite la Belgique puis la France et son itinéraire est dès lors inséparable de celui de son frère Alexandre. Pour plus de renseignements, voir la communication de Christian Sorrel.

  10. Marya Glasberg (?). Elle meurt jeune.

  11. Yuri Brodsky (?). Fils unique d’Irina, il émigre en Pologne au début des années 1920 et rejoint le Parti communiste. Il participe à la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale et est promu général. Mais, accusé de corruption par le gouvernement Bierut, il est condamné à mort en 1948 et exécuté, malgré une intervention d’Alexandre Glasberg, fort de ses liens avec le pouvoir polonais.

  12. Fille non identifiée de Lev Glasberg. Elle épouse un officier de marine et vit à Leningrad.

  13. Fille non identifiée de Lev Glasberg. Elle épouse un responsable du parti communiste de Kiev.

  14. Alexei Lampert. Fils de Tatiana, né en 1912. Il a deux fils.

  15. Evgueni Lampert. Fils de Tatiana, né en 1914 et mort en 2004, il étudie la théologie à l’Université de Strasbourg puis à l’Institut Saint-Serge à Paris où il subit l’influence de Serge Boulgakov et Nicolas Berdiaev avant de redécouvrir la tradition révolutionnaire russe. En 1939, il s’installe en Grande-Bretagne où il épouse en 1942 Catherine Ridley, rencontrée lors d’une conférence œcuménique. Il est employé dans plusieurs collèges d’Oxford et publie de nombreux ouvrages sur les penseurs radicaux non-marxistes, notamment Alexandre Herzen dont il se sent proche. En 1965, il est appelé à l’Université de Keele pour créer un département d’études russes dont le rayonnement est grand. Il se retire à Londres en 1976 puis en Grèce en 2000 et poursuit ses travaux, tout en défendant, paradoxalement, la Russie de Brejnev contre les attaques occidentales par attachement pour son pays d’origine. Il a deux fils, Nick et Alexander.

  16. Mura Guterman. Fille d’Anya, établie à Rostov.

  17. Tolya Guterman. Fils d’Anya, chirurgien installé à Leningrad. Il a une fille, Marina.

  18. Irina Ukrainska. Fille d’Adela, deux fois mariée. Elle a deux enfants, Christoph et Ola.

  19. Yura Ukrainski. Fils d’Adela. Adolescent, il a lutté dans les rangs de la Résistance russe. Il devient officier après une formation dans les académies militaires de la RDA et de l’URSS. Il a trois enfants de deux mariages.

Notes

1 Arkady Joukovsky, Histoire de l’Ukraine, Paris, Éditions du Dauphin, 2005, 324 p.

2 Les informations rassemblées ici complètent et corrigent les données de Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, 121 p. Elles proviennent d’une enquête biographique effectuée par un petit-neveu de l’abbé Glasberg, Nick Lampert (Connecting with family history. Ukraine 24 may – 1st june 2008. A diary in words and images, 2010, 72 p.), de documents d’archives transmis en 2010 par Schlomo Wilhelm, rabbin de Jitomir, et de précisions figurant dans le dossier de naturalisation de l’abbé Glasberg, étudié par Christian Sorrel.

3 La « maison Glasberg » existe toujours et était habitée en 2008 par la fille d’une ancienne servante de la famille. Au début du XXe siècle, Novaia Chertoria comptait un nombre important de familles juives qui y disposaient d’un lieu de prière.

4 Le bruit court dans le bourg que le directeur du moulin n’aurait pas été étranger au sinistre afin de pouvoir construire un moulin moderne !

5 L’acte est établi par le notaire Nikolay Nikolaievitch Piacetckyi au domicile familial de Novaia Chertoria.

6 Glasberg parle aussi le yiddish auquel il a été initié sans doute par sa grand-mère.

7 Leo Motzkin, Les Pogromes en Ukraine sous les gouvernements ukrainiens 1917-1920, Coeuvres et Valsery, Resouvenances, 2010, 99-143 p. [1ère éd., 1927].

8 Une photographie prise à Vienne en 1927 ne constitue pas un argument péremptoire.

9 La tradition familiale affirme qu’il se serait remarié avant son veuvage en faisant croire aux autorités soviétiques qu’il était divorcé.

Table des illustrations

Titre La maison Glasberg à Novaia Chertoria
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Le moulin Glasberg à Novaia Chertoria
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

Centre d’orientation sociale

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search