Version classiqueVersion mobile

Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

 | 
Christian Sorrel

Réflexions pour une relecture de l’itinéraire de l’abbé Glasberg

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 En témoigne le film de Julie Bertucelli, « Le mystère Glasberg », riche de nombreux témoig (...)
  • 2 Jean-Marie Soutou, « L’abbé Glasberg », Esprit, mai 1981, p. 115-117.
  • 3 Xavier de Montclos, dir., Lyon – Le Lyonnais – Le Beaujolais, Paris, Beauchesne, 1994, p.  (...)
  • 4 Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, 121 p.
  • 5 Il faut relier ces échanges aux polémiques suscitées par la revendication de sa judéité et (...)
  • 6 En dernier lieu, Patrick Cabanel, Histoire des Justes de France, Paris, Armand Colin, 2012 (...)
  • 7 Remise de la médaille des Justes des nations à l’abbé Alexandre Glasberg par l’Institut Ya (...)

1Mystère, énigme… Ces mots sont utilisés régulièrement pour qualifier l’itinéraire de l’abbé Alexandre Glasberg (1902- 1981) dont le nom, peu connu du grand public, est associé d’abord, avec raison, à l’aide apportée aux Juifs durant la Seconde Guerre mondiale qui lui a valu en 2003, à titre posthume, la médaille de Juste parmi les nations1. C’est cet aspect qui a été retenu en priorité par les articles nécrologiques2. C’est cet aspect encore qui est mis en relief dans les notices rédigées pour des dictionnaires spécialisés3. Dans le même temps, une seule biographie a vu le jour, celle de Lucien Lazare4. Expressive et chaleureuse, elle s’efforce de prendre en compte tout l’itinéraire de Glasberg dans un plan croisant approches chronologiques et regards thématiques en vue du couronnement que constitue le dernier chapitre, consacré à ses rapports avec l’État d’Israël. La vie de Glasberg apparaît ainsi surdéterminée par l’interprétation de ses options postérieures à 1945, d’autant que l’auteur avoue son malaise devant « l’ambiguïté de son état » de prêtre catholique né dans le judaïsme et tend à valoriser la permanence de l’identité juive au détriment de l’ancrage chrétien, comme le cardinal Decourtray le note avec tact, mais fermeté, dans la préface de l’ouvrage5. Il faut relever aussi les erreurs de détail et les imprécisions du texte qui s’expliquent à la fois par son caractère pionnier et par le défaut de sources, qu’il s’agisse de récits autobiographiques ou de documents d’archives. Or, depuis vingt ans, nombre d’auteurs qui ont évoqué la figure de l’abbé Glasberg se sont contentés de retenir le cadre posé par Lucien Lazare, tout en apportant des informations précieuses sur divers épisodes dont il a été l’acteur durant la guerre6. De plus, la remise de la médaille de Juste parmi les nations n’a pas suscité d’initiative de recherche, malgré les commémorations et les efforts du Centre d’orientation sociale pour faire connaître son fondateur, sous l’impulsion de son président d’honneur, Roger Millot7. C’est d’ailleurs ce dernier qui est à l’origine de la journée d’étude organisée à l’Université de Lyon le 24 mai 2012 par l’équipe Religions, Sociétés et Acculturation du Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes, avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

2Il apparaît en effet nécessaire, avant de rédiger la nouvelle biographie de l’abbé Glasberg que le COS appelle de ses vœux, de recenser les sources, dispersées, fragiles. Il faut tenter ensuite d’identifier les questions majeures d’une vie singulière déployée au cœur d’un siècle tragique, d’apprécier les motivations qui ont guidé des engagements multiples et d’évaluer les continuités et les ruptures dans un itinéraire considéré dans sa globalité, mais aussi ordonné autour de séquences de durée et d’intensité inégales.

  • 8 Nina Gourfinkel, Aux prises avec mon temps, t. 2 L’Autre Patrie, Paris, Seuil, 1953, p. 23 (...)

3La première s’étend sur près de quarante ans et conduit Alexandre Glasberg de sa cité natale de Jitomir, dans la Volhynie des tsars, à Lyon, du judaïsme hérité de sa famille au catholicisme. Son itinéraire, géographique et spirituel, dans l’Europe orientale bouleversée par la Grande Guerre et la révolution bolchevique reste mal connu et le demeurera sans doute. Mais il laisse deviner le poids des épreuves – les conflits familiaux, l’exil, la pauvreté – qui nourrissent son attention pour tous les exclus et persécutés et donnent sans doute la clé d’une vitalité extraordinaire, jusqu’à l’excès même8. Avec la fin de la décennie 1930, il atteint toutefois des rivages moins tourmentés, dans un nouveau pays d’adoption, la France, dont il obtiendra avec difficulté la nationalité en 1950, et dans l’Église catholique, dont il devient le prêtre en 1938.

  • 9 Jean-Marie Soutou, loc. cit., p. 116.

4L’apaisement est bref : l’Europe bascule à nouveau dans la guerre et la violence contre les populations civiles. Débute alors une décennie d’intense activité, durant laquelle Alexandre Glasberg n’est plus un anonyme ballotté par les événements. Maître de son destin depuis son arrivée en France, quelles qu’aient été les contraintes qui ont pesé sur ses choix, il devient un acteur de l’histoire des peuples, « massif, ramassé sur lui-même, avançant toujours vers le but qu’il s’était fixé9 ». Il agit sans se ménager et sait mobiliser des collaborateurs à Lyon et dans le Sud-Est jusqu’à l’automne 1942 puis, quand le danger l’oblige à fuir sous une identité d’emprunt, dans le Tarn-et-Garonne. Il invente des structures pour aider les victimes, il tempête contre les prudences des notables chargés des œuvres caritatives, il sauve des vies. À l’audace humanitaire, qui est déjà une résistance pour lui, il associe une action directe, spirituelle par la participation à la diffusion des Cahiers du témoignage chrétien, militaire par le rôle joué au sein de réseaux et de maquis, cette dernière dimension prenant beaucoup plus de place pendant son séjour dans le Sud-Ouest.

  • 10 Dans l’été 1944, Glasberg est membre du CDL de Tarn-et-Garonne et aumônier départemental d (...)
  • 11 Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier (1880-1965). Itinéraire d’un laïc, d’un prêtre puis (...)
  • 12 Il définit la xénologie comme une « étude objective, sans haine et sans passion, des tenan (...)
  • 13 « Ce dont l’homme de l’ère des camps de concentration a besoin pour revivre n’est pas uniq (...)
  • 14 Sur les premiers voyages en Pologne, lire le témoignage de Stanislas Fumet, Histoire de Di (...)
  • 15 Angelo Giuseppe Roncalli, Journal de France, t. 1, Paris, Cerf, 2006, passim.

5Ces aspects de l’œuvre de l’abbé Glasberg sont sans doute les mieux documentés par les études publiées depuis les années 1970. Mais celles-ci laissent place à des interrogations, notamment sur la période de la Libération10, et demandent à être relues au prisme des débats récents sur l’attitude des catholiques français, et plus particulièrement de la hiérarchie, face à la persécution des Juifs11. De plus, l’engagement de guerre ne peut être séparé, comme cela est presque toujours le cas, des activités de l’immédiat après-guerre, de la transformation de la Direction des centres d’accueil en Service des étrangers (1944) puis en Centre d’orientation sociale des étrangers (1945) à l’aide apportée à l’immigration juive en Palestine et à la naissance de l’État d’Israël. L’objectif premier, que l’abbé Glasberg essaie de théoriser dans une science appelée xénologie12, reste le même à l’heure où des millions de « personnes déplacées », avec au premier rang les survivants de la « solution finale », errent sur le continent européen : soulager, sauver, réhabiliter13. Le théâtre s’élargit : crise de l’Exodus, voyages en Pologne, missions en Palestine et en Iran14. La méthode ne change guère, avec une indéniable prise de risque, une incroyable audace, même si la notoriété acquise dans les rangs de la Résistance protège le prêtre et lui ouvre des portes, comme celles de la nonciature de Paris où il plaide la cause juive auprès de Mgr Roncalli en 1947-194815. Il a des contacts avec des personnalités politiques et agit en lien avec des représentants de services secrets. Mais l’historien se heurte ici au manque de documents d’archives accessibles, aux déclarations orientées des témoins, à la construction d’une légende, et il faudra sans doute encore du temps pour faire la lumière sur ces années agitées qui s’inscrivent dans la continuité directe de la guerre.

6Une troisième et dernière séquence s’ouvre avec la décennie 1950. Elle n’est pas moins riche que la précédente pour l’abbé Glasberg. Mais le rythme se ralentit et la prise de risque est moindre. L’action sociale en France est désormais au premier plan avec la consolidation et le développement du Centre d’orientation sociale des étrangers qui abandonne en 1960 sa qualification finale pour agir auprès des Algériens. C’est le temps de l’innovation, celui aussi de l’institutionnalisation. Glasberg ne renonce pas pour autant à une action plus politique – toujours aussi mal documentée – qui fait de lui un homme de gauche. Il s’intéresse à l’URSS. Il s’inquiète de l’évolution d’Israël et du conflit avec les Palestiniens. Il prend parti pour les mouvements de libération nationale à la suite d’Henri Curiel avant de rompre avec lui. Il se préoccupe des nouveaux réfugiés politiques et participe en 1971 à la fondation de France Terre d’asile aux côtés du pasteur Beaumont, ancien secrétaire général de la Cimade, et du docteur de Wangen, militant communiste et membre du réseau Curiel. Mais il n’y joue pas le premier rôle, tout en soutenant ses activités.

  • 16 On peut cependant citer sa contribution au VIe colloque d’Aubazine « De l’assistance à la (...)

7L’abbé Glasberg apparaît ainsi tourné vers l’avenir jusqu’à sa mort, survenue à Meaux le 22 mars 1981. Avec l’âge, il ne semble pas avoir été tenté, comme d’autres, par les confidences et il est resté fidèle au silence qu’il avait gardé jusque-là16. L’historien, qui n’ignore pas les pièges du discours autobiographique, miroir déformant, en sait aussi les richesses et ne peut que regretter ce choix qui le prive d’un point de vue irremplaçable sur son parcours et ses motivations. Il ne peut manquer aussi de s’interroger sur l’écart qu’il pressent entre le tempérament bouillonnant de l’homme tel que le décrivent ses amis et le contrôle strict de la parole privée. Là réside sans doute une part du « mystère » Glasberg.

  • 17 « Peuple juif – Peuple témoin. Cela signifie que l’histoire de l’humanité n’acquiert pour (...)
  • 18 « L’apparition du soldat juif est une conséquence directe du travail accompli par le pionn (...)
  • 19 Pax, n° 56, 21 novembre 1945.
  • 20 « Le social [est], de nos jours, l’expression la plus tangible du moral. La malheureuse in (...)
  • 21 L’abbé Glasberg n’a jamais été incardiné dans le diocèse de Paris où il vit pendant trente (...)

8Dans quelles circonstances Alexandre Glasberg est-il devenu chrétien, luthérien puis catholique, qui plus est prêtre catholique ? Comment a-t-il vécu cette identité après la guerre qui renouvelle sa conscience de la tradition juive qu’il ne sépare pas, dans ses rares écrits, de l’héritage chrétien17 ? Comment l’accorde-t-il avec la mystique de la régénération dont les kibboutzim sont le creuset à ses yeux18 ? La réponse de Lucien Lazare qui tend à faire prévaloir l’identité juive n’emporte pas l’adhésion, dans la mesure où elle se fonde trop exclusivement, comme le soulignait justement le cardinal Decourtray, sur des notations comportementales mesurées à l’aune de l’habitus clérical dominant, délicat à intérioriser au terme d’un parcours chaotique. Il n’empêche que la guerre marque un tournant dans la vie sacerdotale de Glasberg comme le suggère le compte rendu des retrouvailles des anciens du Séminaire universitaire de Lyon : son nom y est accompagné d’une mention vague (« œcuménique »), alors que tous ses confrères indiquent leur diocèse d’affectation19. L’intéressé, à l’évidence, ne veut pas se limiter au cadre diocésain et se place de lui-même sur la marge de l’institution pour s’engager dans un travail social qui s’impose à lui comme une nécessité urgente et exige à ses yeux la neutralité religieuse, et d’abord le refus du prosélytisme qu’il défendait déjà durant la guerre20. Le climat de la Libération et le prestige de la Résistance permettent cette position ambiguë, tolérée par une hiérarchie fragilisée par une trop longue proximité avec le maréchal Pétain21.

  • 22 Les brochures publiées après la guerre sur la question palestinienne portent l’imprimatur (...)
  • 23 Nina Gourfinkel, op. cit., p. 240. Sur l’auteur, voir Ruth Schatzman, « Nina Gourfinkel (1 (...)
  • 24 Thierry Keck, Jeunesse de l’Église 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en Fran (...)
  • 25 L’abbé Glasberg meurt au terme d’une des « “retraites” de réflexion sur l’Église, les chré (...)

9Faut-il aller au-delà et questionner la foi de l’abbé Glasberg, qui aurait pu ne conserver la soutane que pour l’efficacité qu’elle procurait parfois, comme la guerre l’avait démontré22 ? Des témoins le suggèrent, démentis par une proche, Nina Gourfinkel, Juive russe elle aussi et non-croyante : « Déconcertés, beaucoup s’interrogeaient sur sa manière d’être chrétien. Jamais il n’en parlait, et pourtant sa foi était certaine. Peut-être n’avait-elle rien de canonique, rien de mystique non plus. Je pense qu’il aimait, très directement, le Christ, en dehors de dévotions stériles, de servitudes convenues, de charité anémique. Il l’aimait fraternellement, socialement si j’ose dire. C’était l’apport judéo-slave de son âme23. » Les liens de Glasberg avec des religieux progressistes, comme le dominicain Maurice Montuclard, dont l’amitié lui est chère24, et sa participation dans les années 1970 au groupe de réflexion Concertation, modérément critique25, confirment à la fois son ancrage dans le monde catholique et sa réserve à l’égard de l’institution, même si les enjeux ecclésiaux ne semblent pas avoir été la préoccupation principale de ce prêtre sans charge pastorale pendant trente-cinq ans. Le silence de l’abbé Glasberg sur son parcours et ses motivations interdit d’aller plus avant sur ce terrain de l’intime que l’historien ne peut cependant pas mettre totalement entre parenthèses quand il s’efforce d’analyser l’engagement d’un homme qui se présente, dans sa posture publique, comme chrétien et comme prêtre. C’est l’un des défis relevés par les contributions de ce recueil qui ont pour seul but d’aider à relire un parcours à la fois singulier et exemplaire, sans prétendre à une exhaustivité impossible en l’état de la documentation.

Notes

1 En témoigne le film de Julie Bertucelli, « Le mystère Glasberg », riche de nombreux témoignages (2008).

2 Jean-Marie Soutou, « L’abbé Glasberg », Esprit, mai 1981, p. 115-117.

3 Xavier de Montclos, dir., Lyon – Le Lyonnais – Le Beaujolais, Paris, Beauchesne, 1994, p. 207-209 (Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 6) ; Claude Pennetier, dir., Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, t. 6, Paris, Éditions de l’Atelier, 2010, p. 83-84.

4 Lucien Lazare, L’Abbé Glasberg, Paris, Cerf, 1990, 121 p.

5 Il faut relier ces échanges aux polémiques suscitées par la revendication de sa judéité et de sa double appartenance par le cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, avec, à l’arrière-plan, le discours juif séculaire hostile à la conversion. Voir Frédéric Gugelot, « De Ratisbonne à Lustiger. Les convertis à l’époque contemporaine », Archives juives, n° 35, 2002, p. 8-26.

6 En dernier lieu, Patrick Cabanel, Histoire des Justes de France, Paris, Armand Colin, 2012, p. 136-138 et 153-158.

7 Remise de la médaille des Justes des nations à l’abbé Alexandre Glasberg par l’Institut Yad Vashem – Lyon – mercredi 5 mai 2004, Paris, COS, 2005, 36 p. ; Alexandre Glasberg anticonformiste, résistant, innovateur social 1902-1981, Paris, COS, 2008, 56 p. ; Hommage à Alexandre Glasberg, curé de Léribosc et résistant – 17 mai 2009 – L’Honor de Cos, [sl], 2010, 53 p.

8 Nina Gourfinkel, Aux prises avec mon temps, t. 2 L’Autre Patrie, Paris, Seuil, 1953, p. 231-242.

9 Jean-Marie Soutou, loc. cit., p. 116.

10 Dans l’été 1944, Glasberg est membre du CDL de Tarn-et-Garonne et aumônier départemental des FFI avec le grade de capitaine.

11 Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier (1880-1965). Itinéraire d’un laïc, d’un prêtre puis d’un évêque catholique intégral au XXe siècle, thèse, Université Lyon 3, 2004, 758 p. ; Sylvie Bernay, L’Église de France et la persécution des Juifs 1940-1944, Paris, CNRS éditions, 2012, 527 p.

12 Il définit la xénologie comme une « étude objective, sans haine et sans passion, des tenants et aboutissants historiques, sociologiques et moraux des problèmes que la présence inéluctable d’étrangers dans les corps nationaux pose, d’une part aux organes de l’État, et d’autre part à la conscience civique et intellectuelle d’une nation », Fraternité, 25 janvier 1945, repris dans Pax, n° 56, 21 novembre 1945.

13 « Ce dont l’homme de l’ère des camps de concentration a besoin pour revivre n’est pas uniquement un simple recasement ; il lui faut une réhabilitation, terme anglais qui implique un renouveau psychique », Vers une nouvelle charte sociale. L’espoir palestinien, Paris, Éditions Réalité, 1948, p. 6.

14 Sur les premiers voyages en Pologne, lire le témoignage de Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie. Souvenirs choisis, Paris, Cerf, 2002, p. 554-557.

15 Angelo Giuseppe Roncalli, Journal de France, t. 1, Paris, Cerf, 2006, passim.

16 On peut cependant citer sa contribution au VIe colloque d’Aubazine « De l’assistance à la résistance » publiée, après sa mort, dans le volume Prémices et essor de la Résistance. Edmond Michelet, Paris, SOS, 1986, 235 p.

17 « Peuple juif – Peuple témoin. Cela signifie que l’histoire de l’humanité n’acquiert pour nous tout son sens que grâce à sa présence éternelle et au témoignage qu’il porte, présence et témoignage qui culminent dans ce double fait épuisant toute la philosophie de l’histoire : c’est le peuple juif qui été choisi aussi bien pour l’incarnation du Rédempteur que pour la rébellion contre Lui », La Leçon sociale de l’affaire “Exodus”, Paris, Éditions Réalité, 1947, p. 5-6.

18 « L’apparition du soldat juif est une conséquence directe du travail accompli par le pionnier juif. Mais cette croissance physique et morale n’était possible que dans ce pays [la Palestine], berceau de l’Ancien et du Nouveau Testament et de l’éthique judéo-chrétienne », Vers une nouvelle charte…, op. cit., p. 61-62.

19 Pax, n° 56, 21 novembre 1945.

20 « Le social [est], de nos jours, l’expression la plus tangible du moral. La malheureuse ingérence du politique fausse le social […]. C’est le politique qui envenime les rapports entre “déplacés” et “déplaçants” en transférant sur un terrain truffé d’explosifs les questions qui auraient dû être traitées à la lumière de la Charité. Non point d’un apitoiement sentimental et facile, mais de la Charité qui est Force, Compréhension et Résistance », La Leçon sociale…, op. cit., p. 6. Sur le refus du prosélytisme, voir Patrick Cabanel, op. cit., p. 129-130.

21 L’abbé Glasberg n’a jamais été incardiné dans le diocèse de Paris où il vit pendant trente-cinq ans. Il n’a pourtant guère de contacts avec le diocèse de Moulins pour lequel il a été ordonné prêtre.

22 Les brochures publiées après la guerre sur la question palestinienne portent l’imprimatur de Mgr Beaussart, ancien auxiliaire de Paris, l’un des rares prélats épurés à la Libération, qui continue à s’occuper de la pastorale des étrangers : l’abbé Glasberg, fidèle à lui-même, fait feu de tout bois !

23 Nina Gourfinkel, op. cit., p. 240. Sur l’auteur, voir Ruth Schatzman, « Nina Gourfinkel (1898-1984) », Revue des études slaves, 63/3, 1991, p. 705-723.

24 Thierry Keck, Jeunesse de l’Église 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France, Paris, Karthala, 2004, p. 139 et 170. Après la condamnation du mouvement Jeunesse de l’Église, l’abbé Glasberg embauche l’un de ses permanents, Jacques Roze, au COSE.

25 L’abbé Glasberg meurt au terme d’une des « “retraites” de réflexion sur l’Église, les chrétiens et les problèmes de notre temps organisées depuis plusieurs années par un groupe de ses amis les plus proches », Jean-Marie Soutou, loc. cit., p. 115.

© LARHRA, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search