Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Société

Les défilés catholiques dans la ville : Identités locales et revendications nationales (1919-1939)

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Ville et religion en Europe du XVIe au XXe siècle, Bruno Dumons et Bernard Hours (dir.), PUG, 2010, p. 167-181.

Texte intégral

  • 1 Philippe Martin, Les chemins du sacré : paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du XVIe au (...)
  • 2 Vincent Robert, Les chemins de la manifestation (1848-1914), Lyon, PUL, 1996, p. 212.
  • 3 Ibid.
  • 4 Archives municipales de Lyon (AML), 306 Wp.

1La visibilité de la religion dans la ville d’Ancien Régime n’est plus à démontrer. Églises, couvents, croix sur les places ou aux intersections des rues, statuettes de saints accrochés aux façades en témoignent. Les rues sont aussi le cadre d’une vie religieuse débordante1. Les processions en sont les manifestations les plus spectaculaires. Lyon – qui nous sert ici de terrain d’analyse privilégié – dont les processions avaient un brillant incomparable sous le Second Empire, bien supérieur à celui des processions parisiennes, perd de sa notoriété très précocement. En juin 1879, les processions y sont interdites par le préfet. « L’Église ne peut plus imposer à tous son calendrier, les dates où elle imprime sa marque sur l’espace public, par la construction de reposoirs sur les places ou aux carrefours, où elle prend possession en parcourant les rues et en bénissant les places, où elle donne à voir par le déroulement même de ses cortèges la conception hiérarchique et ordonnée qu’elle se fait de la société. Cette conception n’était plus à cette date celle de la majorité des Français2 ». On veut chasser Dieu de nos rues avait alors affirmé Joseph Rambaud3, fondateur du Nouvelliste et défenseur des positions catholiques. En 1896, le conseil municipal interdit à nouveau les processions dans la ville. Les sonneries de cloches ont été réglementées4. En moins de vingt ans, l’Église a perdu sa visibilité publique.

  • 5 Édouard Herriot, Jadis, Paris, Flammarion, t. 1 : Avant la première mondiale, 1948 ; t. 2 : D’une g (...)
  • 6 Le curé de Saint-Michel, en 1932, et le curé de Sainte-Blandine, en 1934. Le Comité de lutte contre (...)
  • 7 On sait que la position de la ville de Villeurbanne, elle, avait été plus souple. Dedieu jeune, (ma (...)

2Au moment de la Séparation des Églises et de l’État, les processions sont bien oubliées, ou en tout cas ne font plus l’objet de débats : Édouard Herriot n’en parle pas dans ses souvenirs5, publiés, il est vrai, au temps du tripartisme. Dès les lendemains de la première guerre, la question semble définitivement appartenir au passé. Seuls deux curés6 ont tenté de les réintroduire, mais ils ont été très vite désavoués par la mairie, saisie des plaintes de libres penseurs. Elle rappelle alors « l’arrêté municipal du 2 septembre 1896 qui interdit toute manifestation religieuse sur la voie publique et en dehors des édifices consacrés au culte dans l’étendue de la ville de Lyon7 ».

  • 8 Christophe DUBOIS, « Représenter, protester, expier. La fête du 8 décembre à Lyon (1870- 1914) », i (...)
  • 9 Cet article repose sur les demandes d’autorisations de manifestations adressées aux autorités de tu (...)

3A priori, les catholiques n’ont plus d’autres occasions de se manifester dans la rue que lors du 8 décembre, cette fête locale qui devient leur expression collective, faisant contrepoids au 14 juillet, mais où ils doivent s’abstenir de déployer bannières et drapeaux8. En fait ils vont démontrer la vitalité d’une Église debout et en marche, avec les défilés de leurs nombreuses sociétés de gymnastique catholiques. Ils affichent ainsi leur nombre, leur efficacité et leur emprise sur la jeunesse. La stratégie n’est pas ouvertement polémique, l’Église s’affiche comme une force tranquille. Cet article voudrait montrer la place occupée dans la ville par ces défilés, et repérer de quelle manière ils ont accompagné ou non la croissance urbaine au temps d’une Action catholique en plein essor, au lendemain de la première guerre mondiale9. La période retenue, celle de l’entre-deux-guerres, pour brève qu’elle soit, met en valeur des inflexions fortes.

Les défilés des sociétés de gymnastique : ville ou quartiers ?

  • 10 Gérard Cholvy dir., Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs. Sociabilité juvénile dans un cadre e (...)
  • 11 Plus loin, abrégée en Union lyonnaise.

4La prospérité des patronages et des sociétés de gymnastique catholiques n’est plus à démontrer10. La Fédération gymnique et sportive des patronages de France, fondée au début du siècle, bénéficie à Lyon depuis 1908 de l’apport de l’Union régionale lyonnaise des sociétés de gymnastique et de sports11, dont la Patriote de Saint-Denis (paroisse croix-roussienne du plateau), fondée en 1902, est un des plus anciens fleurons. L’assise de ces sociétés est la paroisse, auxquelles elles se réfèrent souvent par leur nom : L’Eveil du Saint-Nom-de-Jésus, par exemple, ou plus simplement les Gyms de Notre-Dame-de-Bellecombe, ou les sociétés de gymnastique d’Ainay ou du Sacré-Cœur. Par leurs défilés, les sociétés valorisent autant la paroisse, que la vigueur de leur jeunesse, et la capacité de mobilisation de l’Église sur la société civile.

  • 12 AML, 1136 Wp 2.
  • 13 27 mars cette année-là.

5Dans les années vingt, les sorties annuelles ou pluriannuelles sont la norme. Si l’on retient l’année 192112, bien documentée, on constate que du 30 janvier au 6 novembre, 15 dimanches voient défiler les gymnastes catholiques des paroisses lyonnaises, soit près d’un dimanche sur deux, avec une intensification en mai et en juin où ils se produisent chaque semaine. Aucune sortie toutefois n’a lieu pour les grandes fêtes religieuses : Pâques13 Pentecôte, et encore moins le jeudi de la Fête-Dieu. Les sorties ont toutes lieu le dimanche, soit à la fin de la matinée, après la messe, soit en tout début d’après-midi, à 13 h 30. La gymnastique peut remplacer les vêpres, elle ne peut se substituer au temps fort de la communion paroissiale.

6Le premier défilé, au cœur de l’hiver, est celui des Enfants du Sabre, dont le siège est montée Saint-Barthélemy, dans les quartiers Renaissance de la rive droite de la Saône. À partir du printemps, entrent en scène, la Mouette de Saint-Vincent, la plus dynamique avec trois défilés, les 24 avril, 22 mai et 6 novembre, l’Espérance, de l’Immaculée-Conception, qui défile les 5 et 26 juin, la société de gymnastique de Notre-Dame-de-Bellecombe, les 29 mai et 17 juillet, la Jeanne d’Arc de Vaise, les 24 juillet et 9 octobre. D’autres ne sortent qu’une seule fois.

  • 14 Georges Bertin, « Processions, fêtes rituelles et pèlerinages dans le bocage bas-normand », in Nico (...)
  • 15 Élément susceptible d’enrichir les travaux sur le quartier. Dominique DESSERTINE, Maurice Garden, « (...)

7Une cartographie précise de cette année 1921 (voir la carte) révèle qu’il y a deux types de déplacements. Ceux que la société de gymnastique organise dans son quartier ont pour fonction de circonscrire l’espace de la paroisse, qui révèle quant-à-soi et fierté d’appartenance, la forme circulaire étant, pour l’ethnologue, un facteur de l’adhésion collective14. Le défilé de la société de gymnastique est donc un élément révélateur de la vie de la paroisse, et plus largement du quartier15. Ce choix d’un périple limité s’effectue dans des paroisses très différentes les unes des autres. L’Avenir de Saint-Bernard se contente d’un tour de l’église, sur le rebord oriental du plateau de la Croix-Rousse. La société de gymnastique d’Ainay, au cœur du vieux quartier aristocratique et bourgeois de Lyon, se produit aussi dans un périmètre très limité le dimanche 12 juin, sans dépasser la rue Vaubecour à l’Ouest (elle ignore les quais de Saône) et la rue Sainte-Hélène au nord (Bellecour n’est pas dans son horizon). C’est une parade de fin d’après-midi (6 à 7 heures du soir), qui clôture peut-être une manifestation gymnique de l’après-midi réservée aux proches, même si participe aussi au défilé la société de gymnastique du Sacré-Cœur, qui l’a rejointe discrètement.

Ill. 6 : Les défilés des sociétés de gymnastique catholiques à Lyon en 1921.

Ill. 6 : Les défilés des sociétés de gymnastique catholiques à Lyon en 1921.
  • 16 Louis Jacquemin, Histoire des églises de Lyon, Villeurbanne…, Lyon, Elie Bellier, 1983.

Même quant-à-soi dans le quartier relativement neuf de Bellecombe. Ici on est aux franges orientales de la ville, à la limite de Villeurbanne et loin derrière la caserne de la Part-Dieu et la ligne de chemin de fer. L’église, qui n’appartient pas à la ville de Lyon, a été financée par les fidèles trente ans auparavant en pleine période d’affirmation de la république laïque et a mobilisé autour d’elle des catholiques convaincus16. Les deux sorties de la société de gymnastique Notre-Dame-de-Bellecombe restent centrées sur la rue d’Inkerman, où se trouve l’église et n’effectuent qu’une courte boucle, se limitant à une fraction très restreinte du cours Lafayette, le grand axe entre Lyon et Villeurbanne.

8On retrouve cette même affirmation d’une identité locale autour de l’église du Saint-Nom de Jésus, paroisse encore plus récente (1909), issue de la volonté missionnaire du prêtre Camille Rambaud dont la cité ouvrière était connue dans la ville entière. La société l’Eveil n’a qu’un parcours extrêmement limité le 6 mars 1921. Celui de l’Etoile du Grand Trou, dans un quartier structuré le long de la route de Vénissieux, est beaucoup plus long, mais s’opère aussi en boucle.

  • 17 Aujourd’hui avenue Lacassagne.

9D’autres sociétés ont, en revanche, la volonté de s’aventurer très loin de leur foyer d’origine. L’Espérance, de la paroisse de l’Immaculée Conception, dans le quartier de la préfecture, mêle ainsi « intimité » et « volonté conquérante ». Si le 5 juin, elle se contente d’un petit aller et retour dans les rues proches (sans même aller jusqu’à former une boucle), trois semaines plus tard, elle se lance dans un des plus grands déplacements de l’année. Par les plus grandes artères de la rive gauche, cours Gambetta, avenue Félix-Faure, mais aussi par la longue voie encore largement rurale du chemin des Pins17, elle gagne le quartier de Montchat, nouvellement loti par la famille Richard-Vitton, dans un des quartiers le plus neufs et les moins denses de l’Est lyonnais. Conduire ses gymnastes aussi loin révèle une volonté « missionnaire », bien que l’on ne sache pas si trompettes et clairons accompagnaient le défilé…

  • 18 Mais chantée par Louis Calaferte dans Requiem des innocents, Paris, Julliard, 1952.

10Les Enfants du Sabre, eux aussi, effectuent un long périple. Ils partent de leur siège, montée Saint-Barthélemy, dans les quartiers Renaissance de la rive droite de la Saône, défilent sur les bords de Saône jusqu’à Vaise, rive gauche à l’aller, et rive droite au retour jusqu’à Saint-Jean. Autre long défilé aussi que celui de la paroisse de Notre-Dame-des-Anges, dans le quartier déshérité de Gerland, au milieu de la « zone ». Les gymnastes, s’offrant une sortie à Décines, le dimanche 7 août, choisissent de défiler pour aller prendre le tramway, sur les quais du Rhône en plein centre ville, avec clairons et trompettes. Leur itinéraire ne fait pas moins de trois kilomètres, aller le matin et retour en fin d’après-midi. La « zone », à la réputation si douteuse18, exporte ainsi jusqu’au cœur élégant de la ville, ses représentants les plus honorables. La société de gymnastique catholique devient l’ambassadrice d’un quartier qui sera encore terre de mission, dix ans plus tard, pour le cardinal Gerlier.

  • 19 Le Nouvelliste du 23 mai 1921.

11Ces défilés ont probablement été influencés cette année-là par les grandes manifestations post-1918, en particulier par le spectacle des 80 sections de l’Union des mutilés et anciens combattants (UMAC), accompagnés de leurs fanions verts et rouges, contraints à défiler pour revendiquer soins médicaux et revalorisation des taux de pension19.

  • 20 Le Nouvelliste du 17 juin 1921.

12Quoi qu’il en soit, le plus spectaculaire de ces défilés de gymnastes reste celui du dimanche 12 juin 1921, organisée par la Jehanne d’Arc de Saint-Augustin (Croix-Rousse) pour commémorer ses noces d’argent20, par un festival gymnique et musical. À 13 h au clos Jouve, sur le plateau, elle vient accueillir cinq sociétés lyonnaises, les Gyms de Notre-Dame des Charpennes, l’Eveil du Saint-Nom de Jésus, la Jeanne d’Arc de Vaise, Les Enfants du sabre et l’Avenir de Saint-Bernard qui défilent ensuite pendant quatre heures dans les grandes artères de la Croix-Rousse. Et chacune est venue de sa paroisse d’origine en défilant également ce qui fait que ce dimanche-là, la plupart des Lyonnais du nord de la ville ont pu être témoins de l’ampleur des réalités gymniques catholiques.

13L’intention militante est évidente. La presse catholique, Le Nouvelliste, particulièrement, se réjouit de rapporter cette manifestation : « Le défilé parcourait plusieurs rues de la Croix-Rousse à la grande joie de certains et à l’ébahissement de beaucoup. À 3 h nos 350 gymnastes faisaient leur entrée dans la cour du cercle paroissial et venaient, drapeaux en tête, se ranger devant la tribune officielle sous les applaudissements frénétiques du public ». Toute l’élite qui appuie la gymnastique catholique est présente : Nambotin, représentant Brac de la Perrière, président de l’Union lyonnaise, Vignal, conseiller municipal du 6e arrondissement, l’abbé Farjat, un des fondateurs de la Jehanne d’Arc de Saint-Augustin, berceau de la Fédération, etc.

  • 21 Les citations de ce paragraphe proviennent de l’article du Nouvelliste du 4 juillet 1921.

14Les défilés révèlent donc une double référence à l’espace : un espace local et un espace plus conquérant en direction des franges. Ils mettent en place une nouvelle géographie que l’on pourrait appeler « catholico-sportive », qui intègre les vieux quartiers pratiquants de la rive droite de la Saône, traverse la place Bellecour, au cœur de l’aristocratie et s’aventure dans la « zone » en accédant au stade de Gerland. La fête du 3 juillet 1921 en est l’illustration. Elle concerne tout le département : 46 sociétés participent au concours gymnique organisé par l’Union lyonnaise. Si beaucoup sont venues de bourgs proches de l’agglomération (Millery, Saint-Genis) ou de petites villes plus lointaines (Pélussin, Tarare), les sociétés lyonnaises sont en majorité et, à elles toutes, elles constituent un immense défilé. « Un peu après 13 h, c’est un joyeux concert d’alertes sonneries, rythmées par les tambours et les caisses, qui se répercute aux échos des rues du centre principalement de Bellecour et sur les rives de la Saône... Impeccables de tenue, les 46 sociétés, drapeaux en tête, franchissent le pont Tilsit et viennent se masser sur la place Saint-Jean (devant la cathédrale) ; les drapeaux font la haie sur le parvis21 ». Comment ne pas percevoir l’appartenance religieuse de ces groupes ? « Les gymnastes, leurs aumôniers, le comité de la fédération, ayant à sa tête Monsieur de la Perrière, le docteur Berchoux, … sont venus attester leur foi ». « Le défilé est ouvert par l’excellente société de Notre-Dame de Bellecombe, gardienne du drapeau fédéral, et c’est l’abbé Bérardier, sous-directeur des œuvres qui règle l’allure, celle d’un aumônier du Front. On le salue ainsi que l’abbé Perrichon, tous deux chevaliers de la Légion d’Honneur, ainsi que les abbés directeurs, moniteurs et gyms (sic) médaillés militaires et titulaires de la Croix de guerre ». Pour se rendre au stade, les gymnastes empruntent le pont Tilsit sur la Saône, traversent la place Bellecour, gagnent la place Carnot et le cours de Verdun, par la rue Victor Hugo, puis traversent le Rhône par le pont du Midi et arrivent au stade par l’avenue Leclerc.

  • 22 Le Progrès du 5 juillet 1921.

15Ce même jour, le partage de l’espace lyonnais est éclatant : au sud la gymnastique catholique, masculine, et au nord, la Croix-Rousse en fête, avec le XVIIIe concours national et régional de gymnastique, organisé par l’Avant-garde, auquel participent les sections féminines de l’Eglantine et de la Libellule de Villefranche22. La concurrence s’amorce avec les mouvements laïques, que l’on retrouvera plus tard.

  • 23 Voir en particulier les pages 95-100 de Dominique Dessertine, Olivier Faure, Didier Nourrisson, La (...)

16Le nombre des participants aux défilés catholiques peut impressionner, la musique aussi, et la lumière. La mise en scène est très étudiée. L’ordre, qui doit révéler la force de la discipline imposée aux jeunes gymnastes, est accompagné des marques habituelles des défilés de l’époque23 : bannières et musiques. L’Avenir de Saint-Bernard se manifeste peu et sur un espace limité, mais il le fait « avec tambours, clairons, drapeaux tricolores avec inscription du nom de la société ». Le fanion des Enfants du sabre en revanche ne porte aucun « emblème ». Toutes n’ont pas de bannières ou de fanions mais la plupart font résonner leurs tambours et leurs clairons (Ainay, Sacré-Cœur, Enfants du sabre, Jeanne d’Arc de Vaise). Certaines mettent leur musiciens à disposition d’autres manifestations, étendant ainsi la visibilité dans la rue des sociétés catholiques. Le 9 octobre 1921, Louis Cabrol, de la société de gymnastique de la Jeanne d’Arc de Vaise organise « un petit défilé de quartier » qui comprend « le groupe des cheminots de Vaise accompagné par les clairons et tambours » de sa société.

  • 24 Le Nouvelliste la signale le 12 juin au Clos Jouve, ce qui n’apparaît pas dans les archives.

17Cette mise en scène des gymnastes n’est pas générale. Quelques sociétés, y compris parmi les plus prestigieuses, ne s’y prêtent pas, peut-être parce qu’elles ont atteint une célébrité qui se suffit à elle-même et qui dépasse largement le cadre d’une paroisse ou d’un quartier. La Patriote de Saint-Denis, dont la section d’escrime s’illustre à l’échelon national, ne se retrouve jamais dans les rues. Ses démonstrations se font en salle, et souvent hors de Lyon, à Paris par exemple. La paroisse Sainte-Marie de la Guillotière, qui a pourtant deux sociétés de gymnastes, la Sainte-Marie et l’Edelweiss, ne sort pas non plus de ses locaux. La Vaillante de Saint-Pothin, pourtant la plus grande de toutes les sociétés de la ville ne se manifeste pas non plus, sinon, peut-être, à l’occasion d’importantes compétitions24.

  • 25 AML, 1110 Wp 008.

18Il faut encore noter qu’aucun des défilés de gymnastes catholiques ne s’aventure au cœur de la presqu’île, que de Bellecour aux Terreaux, c’est le vide. L’hôtel de ville où règne Édouard Herriot est évité, sauf quand il est difficile de le contourner. Le 12 juin, l’Eveil et les Gyms des Charpennes se rendant à la Croix-Rousse par le pont Morand, ne pouvaient guère ne pas le longer… En revanche, les patronages laïques, eux, investissent de manière collective l’espace central de la ville. Le 2 juillet 1933, la Fédération des patronages scolaires organise son défilé pour sa fête annuelle avec rassemblement à Bellecour, et passage par la rue de la République jusqu’à l’hôtel de ville, avant de franchir le Rhône sur le pont Morand pour gagner le parc de la Tête d’Or où ont lieu les réjouissances25.

19Le passage au centre ville apparaît cependant, avec les manifestations catholiques d’envergue nationale.

L’investissement du centre ville

  • 26 Le Nouvelliste, 6 août 1921.

20Les grandes manifestations gymniques catholiques nationales s’inscrivent dans un patriotisme qui engage peu à peu à s’affirmer au sein de la nation et aussi au cœur des villes. Lors de la rencontre de Strasbourg en 1921 qui regroupe quelque 15 000 gymnastes, leur défilé est d’autant plus impressionnant qu’il se déroule lors d’une retraite aux flambeaux. Les lumières dans la nuit du samedi soir ne peuvent que renforcer l’effet produit par cette masse de jeunes gymnastes défilant longuement en ordre et en musique. « Fractionnés en 4 cortèges, les gymnastes ont durant deux heures défilé au son d’entraînantes marches retraite. Les sociétés alsaciennes, très nombreuses, avaient adopté les mêmes sonneries alertes et leur allure martiale prouvait que l’adaptation était rapide et complète26 ». En outre à Strasbourg en 1921, une messe militaire se déroule à l’Esplanade en présence de tous les gymnastes et de plus de 45 000 spectateurs. Combien de manifestations pouvaient-elles alors regrouper autant de participants, strictement organisés ? « Des 30 000 poitrines présentes les cantiques Je suis chrétien, A l’étendard et le Credo de Dumont jaillissent accompagnés par l’harmonie de Châlons-sur-Marne. L’émotion s’empare de tous les cœurs et à l’Elévation toute la foule s’incline ». Le Nouvelliste ne se trompe pas sur le sens de ces manifestations de rues destinées à émouvoir en faveur du catholicisme et à démontrer sa participation pleine et entière à la construction de la France nouvelle. Il conclut : « La cité de Kléber a vu défiler dans ses rues la jeunesse ardente et patriote qui est une promesse pour l’avenir de notre pays ».

  • 27 Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française, (1914-1939), Paris, Presses de la F (...)

21Les sociétés catholiques de gymnastique s’affirment dans les grandes cérémonies nationales, démontrant ainsi la force de l’union sacrée cristallisée par la guerre. Lors du deuxième anniversaire de l’armistice, le 11 novembre 1920, qui a été choisi pour commémorer également la célébration du Cinquantenaire de la République, marqué par le transfert du cœur de Gambetta au Panthéon, elles sont parfaitement intégrées au cérémonial public. À Lyon, les cérémonies sont certes plus discrètes qu’à Paris, mais elles intègrent les gymnastes catholiques et les patronages paroissiaux. « Fête de la paix et de la délivrance », selon Antoine Prost27, la manifestation officielle, qui commence place Carnot, met à l’honneur les pupilles de la Nation, tous regroupés au pied de la statue de la République, au cœur de l’espace arboré. Ils sont encadrés par les autorités constituées. Plus loin, à leur gauche, se placent les pères et mères des soldats morts pour la patrie, les combattants de la Grande Guerre et les combattants de 1870. À leur droite, outre les « associations diverses », sont massées la « clique des sociétés de gymnastique et la fédération des sociétés de gymnastique », et « la clique des sociétés catholiques de gymnastique et l’Union des sociétés catholiques de gymnastique ». Les enfants victimes de la guerre sont ainsi entourés des enfants et des jeunes gens de France. Les organisations catholiques sont aussi bien représentées que les autres si l’on en juge par l’espace qui leur est réservé sur le plan d’organisation. Le défilé s’ébranle à 15 h et dure trois heures. « Près de 100 000 Lyonnais » le regardent passer, « entassés sur les trottoirs ». Il donne toute leur place aux catholiques : les orphelines Pupilles de la Nation qui défilent en tête, juste derrière un peloton de cavalerie, sont guidées par quatre religieuses Saint-Joseph, et « la longue cohorte des patronages catholiques », conduit par le chanoine Galland, directeur des œuvres, ferme la marche. « C’est au patronage de Saint-André qu’échoit l’honneur de clôturer le défilé devant le peloton d’escorte ». Le cortège gagne le parc de la Tête d’Or où se trouve le Monument aux Enfants du Rhône, édifié à la mémoire des soldats de la guerre de 1870, et emprunte un itinéraire inhabituel aux sociétés de gymnastique catholiques : il irrigue la presqu’île du sud au nord, de Perrache aux Cordeliers, puis franchit le Rhône pour gagner le parc par les quais de la rive gauche. L’hôtel de ville reste à l’écart, mais le soir, la retraite aux flambeaux effectue une boucle depuis la place des Terreaux, par la presqu’île et les grandes artères de la rive gauche.

  • 28 AML, 1140 Wp 1 et 2.

22Derniers à défiler, les gymnastes catholiques ont le privilège de clore le cortège. Ils ont été heureux de participer à cette « belle manifestation d’union cordiale et de… pieuse reconnaissance ». Union toute relative d’ailleurs. L’Union des mutilés et Anciens combattants de la grande Guerre, prévenue trop tard et redoutant l’épreuve physique que représentait, pour ses adhérents, ce déplacement de près de cinq kilomètres à pied, a renoncé à sa participation. Tout comme les ouvriers qui se sont exclus d’eux-mêmes, en tant que corps représentés. Les syndicats ouvriers du Rhône ont en effet estimé que « la classe ouvrière a été trop durement meurtrie pour (pouvoir) songer à des réjouissances28 ».

  • 29 1120 Wp 16. Les deux sociétés de la Guillotière, La Sainte-Marie et l’Edelweiss y participent aussi (...)

23Pendant tout l’entre-deux guerres, les gymnastes catholiques accompagnent les célébrations du 11 novembre. En 1933, l’Union lyonnaise se tient aux côtés de la Fédération des sociétés d’anciens militaires et de l’Association des combattants de Lyon et de sa région, et de son président, le docteur Antoine Bidon, pour la création de l’Hymne aux morts de la Grande Guerre, qu’il vient d’écrire et de faire mettre en musique. Elle a mobilisé onze de ses sociétés les plus dynamiques pour participer à la cérémonie au monument aux morts, dont la Vaillante de Saint-Pothin et les Jeanne d’Arc de Vaise et de Saint-Augustin29.

  • 30 En 1928, encore, le préfet s’enquiert de savoir ce qui a été fait en 1927. Le maire répond que l’hô (...)

24L’intégration à la République par le culte des morts glorieux de la guerre n’empêche pas une volonté de valoriser des fêtes plus spécifiques, comme la fête de Jeanne d’Arc. Bien que décidée par le Sénat et la Chambre des députés le 10 juillet 1920 et devant être une fête du patriotisme, elle n’est pas assez valorisée30 aux yeux de catholiques lyonnais très sensibles à la récente canonisation. Le Comité lyonnais du monument et des fêtes de Jeanne d’Arc, bien antérieur à la guerre, proteste le 5 mai 1921 : « Aucun programme n’a été établi par les autorités civiles ou du moins n’a été rendu public » et pourtant cette « fête est nationale au même titre, et à d’autres encore, que la commémoration de la prise de la Bastille. On aurait voulu que le 8 mai fût à Lyon une grande manifestation d’Union sacrée ou simplement patriotique ». Or d’après Le Progrès, les patronages catholiques qui se sont rassemblés à 14 h place Saint-Jean, devant la cathédrale, ont défilé « devant un public parfaitement indifférent et d’ailleurs peu nombreux » pour se rendre à pied au monument des enfants du Rhône et y déposer une palme. La fête de Jeanne d’Arc ne séduit pas les Lyonnais et les défilés des patronages ne sont pas ceux des gymnastes.

  • 31 François Lebrun, Histoire des catholiques en France, Paris Hachette, Pluriel, 1985, p. 450.
  • 32 ADR, 4M 485.
  • 33 ADR, 4M 485.

25En revanche, dans cette ville radicale, s’affirment de plus en plus les militants des organisations nationales de l’action catholique, stimulées par l’alliance du nationalisme et du catholicisme, incarnée par le général de Castelnau31. Aucun de leur congrès ne fait l’économie de défilés. Mieux, la plupart d’entre eux comportent désormais deux branches, qui permettent de mieux drainer l’espace urbain, et dont la confluence renforce l’effet du nombre. En 1933, le défilé du Congrès national de l’ACJF (Action catholique de la jeunesse française), le dimanche 23 avril, est particulièrement remarquable car il s’achève par la fusion de deux cortèges à Bellecour, qui traversent ensuite la Saône, regroupés, jusqu’à la cathédrale. Le premier qui comprend 2 à 3 000 congressistes, « sans uniforme » mais « avec leurs drapeaux32 » part de la salle Rameau vers 10 h 15, et par la place des Terreaux et la rue de l’Hôtel-de-ville, rallie la place Bellecour. Il y est rejoint par un groupe de 6 à 800 adolescents partis du siège du Congrès, à la maison des étudiants catholiques, 4 rue Montesquieu, sur la rive gauche du Rhône. Celui-ci a « remonté » le quai Claude-Bernard (le quai des facultés, sur la rive gauche du Rhône), puis la rive droite jusqu’à la place Bellecour33.

  • 34 AML, 1110 Wp 008.

26L’habitude se prend donc peu à peu d’investir le centre ville. Le défilé de 1934 organisé par l’Union lyonnaise pour son concours annuel de gymnastique le montre bien. Il précède non pas les épreuves qui ont lieu au stade, mais la fête de nuit qui se déroule le samedi soir sur le cours de Verdun. Il ne se contente pas donc pas d’irriguer le sud de la presqu’île. Il comprend deux cortèges convergeant vers Perrache. Le premier part de la place des Terreaux vers 20 h 15, gagne le cours de Verdun par la rue de l’Hôtel-de-ville, la rue du Plat (facultés catholiques) et la rue Vaubecour. Le 2e cortège part de la place de l’Abondance, à la Guillotière et par le cours Gambetta, l’avenue Jean-Jaurès et l’avenue Berthelot, gagne à son tour le cours de Verdun34.

27La mairie ne s’est jamais opposée à ces manifestations catholiques au centre ville, en dépit du mécontentement exprimé par les libres penseurs, pas plus que la préfecture. Lors du grand Congrès marial de 1936, Édouard Herriot a autorisé le cortège, et une affiche a fait connaître les mesures de police prises pour assurer la sécurité. Pendant trois heures, de 14 h à 17 h, le dimanche 25 juin, la circulation a été interdite sur les quais des deux rives de la Saône, de la place Saint-Paul au pont d’Ainay. La Fédération de libre-pensée et d’action sociale a constaté avec « stupeur » que cette « grande procession « avait été autorisée, et n’a pu admettre « que des représentants (de par leur fonction), de l’idéal républicain et laïque permettent le retour de manifestations religieuses sur la voie publique, ce qui constituerait un reniement et une trahison du passé de la Démocratie si bien illustrée par l’action de Jules Ferry, Clemenceau, Combes, Jaurès ». Ce grand défilé n’en sera pas moins une des dernières grandes manifestations catholiques avant le déclenchement de la seconde guerre.

Le partage de la rue

28Si les défilés dominicaux sont très visibles dans la ville des années 1920, ils perdent de leur importance relative au fil des années. Les gymnastes catholiques se trouvent dans les années trente en concurrence avec des groupes de plus en plus divers et de plus en plus nombreux, qui comme eux utilisent les rues pour se faire connaître. Les gymnastes et patronages catholiques sont certes concurrencés d’abord par leurs rivaux laïques, mais aussi de plus en plus fréquemment par des défilés extrêmement divers, et grande nouveauté des lendemains de la première guerre, par les manifestations commerciales.

  • 35 Une mention manuscrite marginale portée par le secrétaire général pour la police sur la demande d’a (...)

29L’essoufflement des sociétés de gymnastique catholique devient perceptible. Dans les années trente, leurs défilés se font plus rares. En 1935, par exemple, seuls défilent la Mouette, « en corps avec drapeau et batterie », le dimanche 26 mai entre 9 h 45 et 11 h 30, dans les rues les plus proches de l’église Saint-Vincent, et l’Edelweiss le dimanche 22 juin 1935, matin et après-midi, dans les rues de la Guillotière. Ces deux seules manifestations de 1935, très limitées aussi dans l’espace parcouru, ne signalent pas une année exceptionnelle. En 1936, seule la Patriote de Saint-Denis a fait une tentative35, de son siège, 77 grande Rue de la Croix-Rousse, à la place Saint-Denis, par la rue Pailleron et la rue du Mail. Les organisateurs accordent moins d’importance aux défilés, et sont prêts à les supprimer pour les besoins de l’ordre public. D’autant que ceux-ci ont été interdits dans le centre ville en 1934. La fête gymnique qui précède la clôture de la grande exposition catholique de 1936 au Palais de la Foire devait commencer par un « petit défilé qui devait partir du monument des Enfants du Rhône pour se rendre à la Foire » (un kilomètre environ au bord du Rhône, le long du Parc de la Tête d’Or) ». « Pour éviter tout encombrement », il est annulé par le président Vacher, de l’Union lyonnaise des sociétés de gymnastique catholiques. Ainsi, ces défilés disparaissent au moment où ils se trouvent en concurrence avec ceux des patronages laïques, qui ont pris à leur tour l’habitude de se faire voir dans les rues

  • 36 AML, 1110 Wp 008.
  • 37 ADR, 4M 485.

30Totalement absents des rues au début des années 1920, sinon lors de la fête annuelle de la Fédération des patronages scolaires laïques, ceux-ci rivalisent dans les années trente avec leurs adversaires, bien qu’aucun n’organise plus d’un défilé annuel, et qu’à eux tous ils soient loin d’occuper un espace aussi vaste que les catholiques dix ans auparavant. Le patronage laïque du 1er arrondissement multiplie les défilés « de propagande » pour son œuvre. Le dimanche 25 juin 1933, il organise un cortège de 200 pupilles environ, de la place Sathonay (mairie d’arrondissement), au bas des pentes, en serpentant jusqu’à la propriété municipale des Chartreux (lieu hautement symbolique !) où se tient sa fête annuelle, sur le plateau de la Croix-Rousse36. Le dimanche 28 avril 1935, il parcourt un trajet inverse, en descendant à 8 h 30, de la place de la Croix-Rousse à la place des Terreaux37. Le 7 juin de la même année, poursuivant une démarche lancée en 1926, le patronage scolaire Philippe de Lassalle dont le siège se situe dans le groupe scolaire de la place Camille Flammarion, organise une « grande démonstration laïque à travers les rues de la Croix-Rousse avec le concours des pupilles de plusieurs sociétés ». Le défilé, parti du boulevard de la Croix-Rousse, parcourt la Grande Rue, la rue du Chariot d’or, la place Commandant-Arnaud (siège d’un groupe scolaire primaire supérieur), la rue Hénon et s’achève place Camille Flammarion où a lieu la dislocation. Chacun de ces défilés témoigne de la vitalité d’un quartier. Qui peut être aussi vive dans ses manifestations catholiques que dans ses affirmations laïques, comme on le voit à la Croix-Rousse.

  • 38 AML, 1110 Wp 008.

31Par ailleurs, les activités physiques et sportives encouragées par le Front Populaire se développent en tant que telles et en dehors de toute étiquette confessionnelle ou laïque militante. Et elles occupent un espace de plus en plus visible dans les rues. Un exemple : en 1936, les tours pédestres sont à la mode : « tour pédestre » des Brotteaux, le dimanche 5 avril, avec le patronage de l’Union des commerçants, « grand tour pédestre » de la Guillotière, le dimanche 5 juillet, avec le concours de la musique des Anciens militaires, « épreuve pédestre » de la Ligue d’athlétisme du Lyonnais, sur la rive gauche du Rhône de la place Morand aux Brotteaux et à l’avenue Berthelot au cours duquel est remis le Grand Prix du Salut public38. Les marcheurs sont également concurrencés par les cyclistes, le Cyclotouriste, par exemple, société pour le développement et la pratique du tourisme à bicyclette.

  • 39 Notons que les archives n’ont gardé trace que d’une demande de défilé de fanfare communiste, à Mont (...)
  • 40 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Didier Nourrisson, La mutualité… op. cit.

32Les défilés ne sont plus la marque des seules manifestations catholiques ou laïques39. Désormais les grandes manifestations sociales ne se contentent plus de tenir congrès, mais le font savoir par un défilé. La Fête mutualiste organisée par l’UGMR (Union générale de la mutualité du Rhône) en 1933 est précédée d’un défilé qui part du cours de Verdun, à Perrache, traverse la place Bellecour, emprunte la rue de l’Hôtel-de-ville, la place des Terreaux, puis traverse le Rhône au pont Morand, et se rend à la Mutualité par l’avenue de Saxe et le cours Gambetta. Ainsi se perpétue dans une très grande ville les habitudes prises par la mutualité républicaine d’avant 1914 d’afficher sa force et sa respectabilité, en parcourant les rues des bourgs et des villes40.

  • 41 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre la tuberculose (1900-1940), Presses universitaires d (...)

33Les animateurs de la lutte antituberculeuse, qui ont su très vite utiliser les ressources des moyens modernes de communication41 pour recueillir des fonds et pour sensibiliser l’opinion, s’adaptent aussi à la rue. Le Timbre antituberculeux organise un grand défilé le samedi 24 novembre 1934, qui part de son bureau de distribution, rue de Créqui, sur la rive gauche, jusqu’à la place Tolozan, puis se divise en deux groupes. Le premier fait le tour de la place des Terreaux, irrigue la presqu’île, jusqu’à Bellecour, puis revient au siège par la Guillotière. Le second longe les quais du Rhône, au nord d’où il gagne Caluire et la Croix-Rousse par la montée des Soldats, puis Vaise, traverse le Vieux Lyon, et regagne la presqu’île par le pont du palais de justice et la rue de Créqui, en franchissant le Rhône par le pont Wilson. L’itinéraire est long, très long, mais le déplacement se fait en voiture automobile, autre signe du changement.

  • 42 Marie-Emmanuelle Chessel, La publicité. Naissance d’une profession, Paris, CNRS Editions, 1998.
  • 43 Le Nouvelliste, 7 mars 1921.
  • 44 Bateaux-lavoirs.
  • 45 ADR, 4M 485.

34Les défilés catholiques s’effacent aussi au profit des manifestations commerciales. Ce sont elles, qui, une fois passées les retrouvailles nationales autour du souvenir de la Grande Guerre, prennent le pas, littéralement, sur les manifestations traditionnelles inspirées plus ou moins du modèle de la procession et du défilé militaire. Le commerce devient offensif : la publicité naît au lendemain de la guerre42. La Foire de Lyon est le symbole le plus vivant de ce nouveau monde qui s’affirme dans la rue. Dès 192143, s’inspirant des cavalcades de publicité des foires de Leipzig, qui sont, pour les exposants à Lyon, « une forme ingénieuse de réclame », ses organisateurs mettent en place un immense défilé qui, parti du Parc (à proximité de la Foire), se rend jusqu’à l’avenue de Noailles, par la presqu’île et la préfecture et fait le plaisir de quelque 100 000 badauds qui attendent son passage pendant plusieurs heures. À sa tête caracolent les archers à cheval, et les arbalétriers en cotte de maille, le capitaine de Pierre-Scize, précédé de ses hérauts d’armes, des porte-étendards, des échevins en toge, etc. Ce défilé folklorique intègre aussi des blanchisseuses de plattes44 et un char de Bressanes avec leur coiffe traditionnelle. Histoire et spécificités locales. Une quarantaine de maisons de commerce prennent place dans le cortège de publicité. « et de ces chars réclames des échantillons et des prospectus étaient lancés à la foule ». Comme dans les défilés des gymnastes, « des sociétés de trompettes, des fifres, des fanfares figuraient dans le cortège ». Elles semblent devenir la référence suprême. « Devant le grand succès remporté par les fêtes de la quinzaine commerciale, qui ont fait justice de la soi-disant apathie des Lyonnais, les organisations qui mettent sur pied de grandes fêtes se doivent de leur donner un éclat qui pour le public attentif soit une suite normale des efforts précédents45 ». Le maire reconnaît d’ailleurs que les défilés les plus importants sont ceux des anciens combattants (mais ceux-là restent limités à la période du 11 novembre), et des commerçants dont il doit limiter une foule de petites démonstrations sur la voie publique (lâchers de ballons, etc).

  • 46 Joseph Folliet, Le père Remillieux, curé de Notre-Dame de Saint-Alban, le petit prêtre qui avait va (...)

35Ce modèle de défilé, avec chars, devient le signe de la modernité, qu’incarne si bien la nouvelle paroisse Saint-Alban, érigée en 1924, et héritière du Sillon, symbole même du renouveau dans le paysage des paroisses lyonnaises46. Au souci de renouveler la liturgie, de développer un catholicisme intégral, de former une jeunesse militante, celle-ci crée aussi de la « modernité » dans la rue. Pour faire connaître la kermesse qu’elle organise le 14 juin 1936, elle demande l’autorisation de faire un défilé avec « voitures et camions travestis, garnis d’hommes et de femmes également travestis, accompagnés de musique et de chants ». « Le but est avant tout publicitaire », déclare le représentant du comité de kermesse et « vise à la réalisation d’une ambiance favorable à la réussite de notre fête. Outre les camions et voitures (six en tout, approximativement), il y aura quelques cyclistes et un ou deux cavaliers ». L’innovation est d’autant plus forte que les cavaliers ne se retrouvent dans aucun autre défilé. Du fait de l’abandon de la marche à pied, le défilé, même s’il ne dure qu’une heure et demie, en début d’après-midi, permet de baliser une zone de deux kilomètres de côté.

  • 47 Marcel Gauchet, La religion dans la démocratie. Parcours de la laïcité, Paris, Gallimard, 1998.

36En dépit du dynamisme dont font preuve les patronages paroissiaux et les sociétés de gymnastique catholique au cours de l’entre-deux-guerres, ils peinent à maintenir une présence régulière et cyclique dans les rues de la ville, comme le faisaient autrefois les processions. Une fois émoussée l’émotion de l’Union sacrée, les défilés catholiques ne s’organisent plus que pour les très grandes occasions. Ils ne révèlent plus à l’homme de la rue la présence catholique dans les quartiers. La ville peu à peu est parcourue de flux non seulement plus rapides, parce que motorisés, mais parfaitement neutres, et qui désormais mettent en valeur le corps et l’objet, et non plus l’appartenance religieuse. À travers l’animation de ses rues, la ville révèle un des signes forts de sortie de la religion47, l’investissement de l’espace public par des acteurs multiples, révélateur de la complexité des sociétés urbaines et démocratiques du XXe siècle.

Notes

1 Philippe Martin, Les chemins du sacré : paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du XVIe au XIXe siècle, Metz, Serpenoise, 1995. Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Fayard, 1990.

2 Vincent Robert, Les chemins de la manifestation (1848-1914), Lyon, PUL, 1996, p. 212.

3 Ibid.

4 Archives municipales de Lyon (AML), 306 Wp.

5 Édouard Herriot, Jadis, Paris, Flammarion, t. 1 : Avant la première mondiale, 1948 ; t. 2 : D’une guerre à l’autre, 1952.

6 Le curé de Saint-Michel, en 1932, et le curé de Sainte-Blandine, en 1934. Le Comité de lutte contre la guerre et le fascisme du 2e arrondissement menace d’organiser une contremanifestation si une procession devait se dérouler pour la Fête-Dieu, place de l’Hippodrome (Archives municipales de Lyon, 1110 Wp 007).

7 On sait que la position de la ville de Villeurbanne, elle, avait été plus souple. Dedieu jeune, (maire de Villeurbanne), La vérité sur la question des processions, impr. de P.-M. Perrellon, 1866.

8 Christophe DUBOIS, « Représenter, protester, expier. La fête du 8 décembre à Lyon (1870- 1914) », in Paul D’Hollander (dir.), L’Église dans la rue. Les cérémonies extérieures du culte en France au XIXe siècle, Limoges, PULIM, 2001.

9 Cet article repose sur les demandes d’autorisations de manifestations adressées aux autorités de tutelle et sur la presse. En vertu de l’article 97 de la loi du 5 avril 1884, c’est au maire d’accorder ou de refuser les autorisations de cortège qui lui sont adressées. Aux archives municipales de Lyon ces autorisations n’ont été conservées que pour les années 1920, 1921 et 1922 (1136 Wp 002). Mais quelques autres liasses ont fourni des compléments, en particulier la liasse 1110 Wp 008, fêtes et cérémonies (1921-1941) car si le décret-loi du 23 octobre 1935 a rendu le préfet seul responsable des autorisations, il y a dans les faits un partage des actes. Aux Archives départementales sont conservées aussi les autorisations des manifestations importantes des années 1930 (4 M 485). Le Nouvelliste, très sensible aux manifestations catholiques locales, accompagne souvent ses textes de photographies de défilés et de congrès (exemple : la photo du maréchal Foch remettant la Légion d’Honneur au docteur Michaux, président de la Fédération des patronages de France).

10 Gérard Cholvy dir., Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs. Sociabilité juvénile dans un cadre européen (1799-1968), Paris, Cerf, 1985 ; Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècles), Paris, Cerf, 1999 ; Dominique Dessertine, Bernard Maradan, L’âge d’or des patronages (1919-1939). La socialisation de l’enfance par les loisirs, Vaucresson, CNFE-PJJ, 2001 ; Bruno Dumons, Gilles Pollet, Muriel Berjat, Naissance du sport moderne, Lyon, La Manufacture, 1987.

11 Plus loin, abrégée en Union lyonnaise.

12 AML, 1136 Wp 2.

13 27 mars cette année-là.

14 Georges Bertin, « Processions, fêtes rituelles et pèlerinages dans le bocage bas-normand », in Nicole Belmont et Françoise Lautman (dir.), Ethnologie des faits religieux en Europe, Paris, Éd. du CTHS, 1993.

15 Élément susceptible d’enrichir les travaux sur le quartier. Dominique DESSERTINE, Maurice Garden, « Les quartiers urbains, définitions et limites, méthodes d’analyse », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1979, n° 1, p. 21-41 ; Dominique DESSERTINE, Martine DELASSISE, « Approche historique de la notion de quartier à Lyon », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1979, n° 1, p. 53-75.

16 Louis Jacquemin, Histoire des églises de Lyon, Villeurbanne…, Lyon, Elie Bellier, 1983.

17 Aujourd’hui avenue Lacassagne.

18 Mais chantée par Louis Calaferte dans Requiem des innocents, Paris, Julliard, 1952.

19 Le Nouvelliste du 23 mai 1921.

20 Le Nouvelliste du 17 juin 1921.

21 Les citations de ce paragraphe proviennent de l’article du Nouvelliste du 4 juillet 1921.

22 Le Progrès du 5 juillet 1921.

23 Voir en particulier les pages 95-100 de Dominique Dessertine, Olivier Faure, Didier Nourrisson, La Mutualité de la Loire face aux défis : enracinement local et enjeux nationaux (1850-1980), Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005.

24 Le Nouvelliste la signale le 12 juin au Clos Jouve, ce qui n’apparaît pas dans les archives.

25 AML, 1110 Wp 008.

26 Le Nouvelliste, 6 août 1921.

27 Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française, (1914-1939), Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977.

28 AML, 1140 Wp 1 et 2.

29 1120 Wp 16. Les deux sociétés de la Guillotière, La Sainte-Marie et l’Edelweiss y participent aussi, avec la Jeanne d’Arc de Saint-Michel, l’Eveil du Saint-Nom-de-Jésus, etc.

30 En 1928, encore, le préfet s’enquiert de savoir ce qui a été fait en 1927. Le maire répond que l’hôtel de ville était pavoisé « de manière réduite ».

31 François Lebrun, Histoire des catholiques en France, Paris Hachette, Pluriel, 1985, p. 450.

32 ADR, 4M 485.

33 ADR, 4M 485.

34 AML, 1110 Wp 008.

35 Une mention manuscrite marginale portée par le secrétaire général pour la police sur la demande d’autorisation indique « inutile de donner suite ».

36 AML, 1110 Wp 008.

37 ADR, 4M 485.

38 AML, 1110 Wp 008.

39 Notons que les archives n’ont gardé trace que d’une demande de défilé de fanfare communiste, à Montchat, en juin 1937, demande qui a embarrassé le maire, renvoyant la décision au préfet (AML, 1110 Wp 009).

40 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Didier Nourrisson, La mutualité… op. cit.

41 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre la tuberculose (1900-1940), Presses universitaires de Lyon, 1988.

42 Marie-Emmanuelle Chessel, La publicité. Naissance d’une profession, Paris, CNRS Editions, 1998.

43 Le Nouvelliste, 7 mars 1921.

44 Bateaux-lavoirs.

45 ADR, 4M 485.

46 Joseph Folliet, Le père Remillieux, curé de Notre-Dame de Saint-Alban, le petit prêtre qui avait vaincu l’argent, Lyon, Chronique sociale de France, 1962. Natalie Malabre, Le religieux dans la ville. La paroisse de Notre-Dame de Saint-Alban d’une guerre à l’autre, thèse, université Lumière-Lyon 2, 2006, 3 vol.

47 Marcel Gauchet, La religion dans la démocratie. Parcours de la laïcité, Paris, Gallimard, 1998.

Table des illustrations

Titre Ill. 6 : Les défilés des sociétés de gymnastique catholiques à Lyon en 1921.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search