Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Société

Le centre social et l’utopie urbaine à Lyon : Ménival au début des années soixante

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Dominique Dessertine, Robert DUrand, Jacques Eloy, Mathias Gardet, Yannick Marec, Françoise Tetard (dir.), Les centres sociaux (1880-1980). Une résolution locale de la question sociale ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004, p. 172-183.

Texte intégral

  • 1 Faute de travaux sur les centres sociaux de la région lyonnaise, nécessité est de partir des quelqu (...)
  • 2 Toujours d’après ce même rapport.

1Dans l’agglomération lyonnaise, on peut admettre, en l’état actuel de la question1, que les centres sociaux émanent de deux filiations distinctes, toutes deux postérieures à la première guerre mondiale : d’une part les maisons du Comité commun pour l’hygiène de l’enfance, d’autre part la maison sociale Laennec, ouverte entre les deux guerres, dans le quartier lyonnais de Grange-Blanche, à l’est de la ville. Les premières sont issues du souci d’améliorer l’état sanitaire de la région au lendemain de l’hécatombe de 1914-1918 et de lutter contre la mortalité infantile. Ce sont les maisons du Comité commun pour l’hygiène de l’enfance, entièrement financées par les caisses de compensation jusqu’en 1947, puis par la caisse d’allocations familiales. Quatorze « maisons sociales » furent ainsi créées et se maintinrent jusqu’aux années 1960 (et peut-être au-delà), qui ne groupaient que des services médicaux de dépistage et de soins. La maison sociale Laennec, quant à elle, est installée dans un quartier en pleine expansion ; elle inspira, dit-on2, toutes celles qui suivront, qu’elles soient dues à l’initiative privée ou à celle d’organismes publics. Ouvriront ensuite la maison familiale des États-Unis, un quartier alors tout neuf, puis, sous l’Occupation, les maisons de Croix-Luizet et du quartier Cyprian, à Villeurbanne, et celle de Tassin-la-Demi-Lune. En 1948, la caisse d’allocations familiales, à la tête d’un immense budget social, et poussée par des administrateurs actifs dans les premiers centres, se lance à son tour dans la création ou l’appui de centres sociaux. Au début des années soixante, treize centres seraient en service à Lyon et dans sa banlieue. Ménival s’inscrit donc dans cette grande vague de créations de centres sociaux, observée tant à l’échelon local que national.

  • 3 Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, tome 5 : Marcel Roncayolo (dir), La ville aujou (...)
  • 4 Les archives du centre social de Ménival, sauvegardées par Marie-Jeannette Rat-Patron, déléguée de (...)

2Ménival : sept cent huit logements, douze barres d’habitations, trois mille huit cents habitants, est un des premiers grands ensembles construits dans l’Ouest lyonnais à la fin des années cinquante. Plus que d’une simple réalisation urbaine de la reconstruction3, destinée à lutter contre les taudis et à combler le retard du pays en matière de logements, la réalisation de Ménival, lancée par des milieux catholiques, vise à créer, sinon une ville, du moins un quartier autonome dont les habitants, tous modestes mais propriétaires, constitueront une communauté. Projet immobilier novateur, projet social familialiste : parler d’utopie urbaine en plein XXe siècle est sans doute excessif. Il n’empêche que cette réalisation exceptionnelle qui bénéficie de l’appui moral de l’Église est également encouragée par les pouvoirs publics locaux. Quant à la vie de ce nouveau quartier, elle doit trouver forces et réalités dans la mise en place d’une association familiale et populaire, qui se rattache quelques années plus tard à la Fédération nationale des centres sociaux. Le centre social est ainsi investi d’une fonction ambitieuse, devenir l’âme, le cœur d’une ville nouvelle. Dans quelle mesure le centre social de Ménival, implanté au sein d’une population qui n’est pas des plus défavorisées, mais appartient aux classes moyennes en plein essor au cours des Trente Glorieuses, est-il représentatif d’une nouvelle génération de centres sociaux ? Sans pouvoir apporter de réponses définitives, faute d’éléments de comparaison, nous voudrions seulement montrer ici par quels cheminements est passée cette expérience4.

Un projet immobilier novateur

  • 5 En particulier les deux revues issues des milieux lyonnais, la Chronique sociale de France et Écono (...)

3Ménival est un quartier dont le nom est connu de tous les Lyonnais, même si beaucoup peinent à le situer sur les hauteurs de l’Ouest, aux confins de la ville et des communes limitrophes de Tassin et de Francheville, à quelque cinq kilomètres de la presqu’île. En revanche peu en connaissent l’origine. La bibliographie, y compris dans les revues spécialisées du catholicisme social5, est d’une étonnante discrétion sur ce sujet. Pourtant, y ont participé des notables catholiques appuyés par leurs institutions, ou sachant faire appel à elles ; en particulier les réseaux de l’hôpital Saint-Luc et de la Caisse d’épargne de Lyon.

Une initiative de notables catholiques

  • 6 Crahss, archives de la Cafal, procès-verbal du conseil d’administration (30 juin 1956).
  • 7 Entretien de l’auteur avec le docteur François-Yves Guillin (2 mars 2001). Le docteur Guillin est l (...)
  • 8 Il est en particulier, depuis 1950, secrétaire général du Sauvetage de l’enfance (voir Dominique De (...)
  • 9 Entretien avec le docteur Guillin, 2 mars 2001.

4L’idée initiale du quartier de Ménival revient à François Emery, sous-chef de service à la caisse d’allocations familiales de l’arrondissement de Lyon (Cafal), chargé spécialement des questions immobilières sociales6. Petit-fils du médecin fondateur de l’hôpital Saint-Luc, hôpital privé ouvert dans les années 1860 sur la rive gauche du Rhône, il est aussi le frère de Joseph Emery, président du conseil d’administration de ce même hôpital. Il est à la poursuite d’un vieux rêve, celui de construire un village, comme l’aurait fait un de ses ancêtres7. Il contacte Léon Rigot-Muller, directeur de la Caisse d’épargne de Lyon et membre très actif de plusieurs œuvres sociales8, qui donne son accord9. Outre Léon Rigot-Muller, le conseil d’administration de la société coopérative immobilière qui prend en charge la construction du quartier, comprend d’autres personnes, toutes bénévoles, dont Tholot, qui en est le président, Genin, directeur du Crédit foncier de France et le docteur François-Yves Guillin, jeune rhumatologue à l’hôpital Saint-Luc .

  • 10 Crahss, archives de la Cafal, procès-verbal du conseil d’administration, 9 septembre 1957.
  • 11 Commune limitrophe de Lyon, au nord-ouest, sur les pentes des monts d’Or, Saint-Rambert est aujourd (...)
  • 12 Crahss, archives de la Cafal, propos de Rochigneux au conseil d’administration, 4 juin 1956 ; voir (...)

5Ménival est la deuxième opération que lance la société immobilière. Inauguré en octobre 195710, le quartier des Trois-Gouttes, à Saint-Rambert11, fit office a posteriori de galop d’essai de Ménival. Plus modeste (deux cents logements environ), l’opération avait été lancée avec les mêmes hommes et avec les mêmes objectifs, au sein de la Société coopérative immobilière Saint-Cyr-Saint-Rambert. Son succès avait encouragé ses promoteurs à renouveler l’expérience. La Cafal estime que cette première réalisation avait été avant tout son œuvre, à elle12.

  • 13 L’Écho de Ménival, n° 3, 28 novembre 1959. MM. Rigot-Muller et Guillin donnent un autre nom de prop (...)
  • 14 Une ligne d’autobus est ouverte pour le desservir (n° 42), au terminus du funiculaire de Saint-Just

6Le terrain retenu, le domaine de Ménival, résidence d’été des archevêques de Lyon sous l’Ancien Régime, appartient à un métallurgiste de Vaise13. Il se présente sous la forme d’un immense amphithéâtre arboré, de six hectares, orienté au soleil couchant, en direction des monts du Lyonnais. Non seulement il est loin du centre14, mais il est situé dans une zone encore très peu habitée. Le site naturel relativement bien délimité et son isolement confèrent à cette expérience un petit air de laboratoire urbain clos.

  • 15 Qui débloque un prêt de 120 000 000 F (Crahss, archives de la Cafal), procès-verbal du conseil d’ad (...)
  • 16 Au moment de rembourser leur prêt de 80 000 000 F, engagés aux Trois-Gouttes, ils proposent à la Ca (...)
  • 17 Houel au conseil d’administration, 21 septembre 1956, Crahss, archives de la Cafal.
  • 18 Delagoutte au conseil d’administration, 12 novembre 1956, Crahss, archives de la Cafal.
  • 19 Houel au conseil d’administration, 21 septembre 1956, Crahss, archives de la Cafal.
  • 20 Conseil d’administration, 6 janvier 1958, Crahss, archives de la Cafal.
  • 21 « Les centres sociaux de la région lyonnaise », rapport cité.

7Les promoteurs du projet de Ménival obtiennent l’appui de la Caisse d’épargne de Lyon15, mais pas celui de la Cafal, contrairement à leur première réalisation immobilière16. Après plus d’un an de réflexion, celle-ci, en effet, fait part de son refus de participer au financement. Diverses raisons expliquent cette rupture. Des conflits idéologiques apparaissent au sujet de la définition de la politique immobilière que doit suivre la caisse d’allocations familiales. Les élus de gauche du conseil d’administration préfèrent que la Cafal investisse dans un projet locatif « qui permettrait de loger beaucoup plus d’allocataires17 ». Ils émettent « des réserves sur la politique d’accession à la propriété en raison des lourdes charges qui pèsent sur les futurs co-propriétaires18 » et préfèrent subventionner les organismes HLM. Nul doute que les tensions entre les élus CGT et ce projet « catholique » n’aient été pour beaucoup, en ces temps de MRP influent et de PCF combatif. Des causes plus conjoncturelles ont joué aussi. La Cafal déplore d’avoir été placée devant un fait accompli. Elle « n’a pas été appelée à connaître du choix du terrain, de la désignation des architectes, du versement au propriétaire d’un acompte19 ». Le départ à la retraite de François Emery, au début de l’année 1957, l’impossibilité d’avoir des devis fermes sur le coût du projet l’amènent donc à refuser sa collaboration en avril 1957, d’où des rapports désormais tendus entre elle et la société immobilière20. Cette rupture explique probablement que le centre social du quartier de Ménival soit toujours resté un centre privé. Alors que la Cafal s’était lancée depuis les lendemains de la guerre dans la reprise ou la construction de centres sociaux dans les quartiers populaires de Lyon, et qu’elle décide en 1956 de la création de celui de Saint-Rambert21, elle ne reprend pas le centre social de Ménival. Elle en finance cependant les activités, comme nous le verrons plus loin.

  • 22 L’Écho de Ménival, n° 3, 28 novembre 1959.
  • 23 Ibid.
  • 24 Entretien de l’auteur avec Mlle Potet, ancienne directrice de l’École de service social du Sud-Est (...)

8Les collectivités locales voient d’un bon œil la construction de ce groupe de logements et l’appuient clairement. La ville de Lyon s’engage dans la construction d’un groupe scolaire22, de l’autre côté de l’avenue. Le maire, Louis Pradel, se rend en visite dans la Cité le 5 décembre 195923. L’opération bénéficie également de l’appui de l’épouse du préfet de région Ricard, qui est désireuse, dans le cadre de ses « œuvres » d’aider au logement des policiers24.

  • 25 Ceder (Centre d’étude des équipements résidentiels), Lyon Ménival. Le quartier de Ménival à Lyon, É (...)

9La coloration catholique du projet, discrète, n’en est pas moins manifeste. Le 26 novembre 1960, le bureau de poste est inauguré par le préfet du Rhône, par le maire de Lyon et par le cardinal Gerlier25.

Une Cité radieuse26 à Lyon

  • 26 Ibid., p. 5.
  • 27 Michel Dirand, Eugène Gachon, Paul Guillot, Michel Marin, auxquels se joint Jean Zumbrunnen pour le (...)
  • 28 Charles Delfante, A. Dally-Martin, Cent ans d’urbanisme à Lyon, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et (...)
  • 29 Entretien de l’auteur avec M. Charles Delfante, 26 février 2001.

10Pour la réalisation des Trois-Gouttes, la société coopérative (loi de 1938) avait procédé à un concours en 1954, qui avait retenu cinq architectes27 dont M. Charles Delfante, qui est la figure la plus jeune. Appelé à un bel avenir – il devint l’urbaniste officiel de la ville de Lyon sous le maire Louis Pradel28 – il est alors un « jeune urbaniste plein d’illusions », selon ses propres termes29, qui a travaillé avec Le Corbusier et est « complètement imprégné de Tony Garnier ». Sous l’influence des hygiénistes de la Charte d’Athènes, il réalise ce qui est sans doute, selon lui, le premier plan de masse de la région lyonnaise ayant des règles précises d’ensoleillement et de protection au vent. Il s’inspire aussi de ce qui est la règle dans les pays scandinaves, la présence d’espaces verts que les propriétaires doivent entretenir collectivement.

  • 30 Article de Marc Dangas, « Ménival. La vie intérieure de Ménival, cité de demain », coupure de press (...)
  • 31 Entretien avec M. Delfante, cité supra.

11Le programme est réalisé en deux épisodes. Dans un premier temps (1959-1963) sont achevés les immeubles I (70 appartements), II et III (40 appartements), le IV, avec ses onze étages, « bâtiment gigantesque de près de 170 appartements30 » et quatre immeubles de trois à cinq étages. Plus tard sont construits encore 70 appartements dans le secteur de Préfonds, sur les hauteurs du domaine. Tous les appartements répondent aux normes HLM mais les architectes ont à cœur de faire mieux. Ils utilisent le béton de mâchefer, dont le cœfficient d’absorption thermique permet de limiter les dépenses de maintenance. Le chauffage par le sol est aussi une nouveauté31.

12Aujourd’hui, M. Charles Delfante reste modeste en évoquant cette opération, mais la presse locale des années soixante parlait, elle, de Ménival comme de la Cité radieuse, et toujours de la Cité, avec un C majuscule. Le terrain n’était d’ailleurs accessible que par une seule entrée au 10 de l’avenue de Ménival, qui informait visiteurs et passants d’une adresse unique, premier signe de ce qui se voulait être une communauté.

Une cité de familles propriétaires

  • 32 Ibid.

13Pour les promoteurs, il faut offrir aux pauvres le moyen de devenir propriétaire, d’où le slogan « Devenez propriétaire avec un mois de salaire32 », qui était déjà celui des Trois-Gouttes. Dans un univers urbain où la location est la norme, et où l’accès à la propriété n’est réservé qu’aux plus riches, leur position est originale, et minoritaire, probablement pas exempte d’arrière-pensées politiques. Les propriétaires sont des individus intégrés qui ne songent pas à la révolution.

  • 33 Entretien avec le docteur Guillin, cité supra.

14Pour avoir accès à ces logements, il fallait être marié, être français (au moins les enfants et un des parents) et travailler à Lyon. Comment a-t-on recruté les futurs occupants ? Comment a-t-on choisi des populations stables et solvables ? Nos informations à ce jour ne nous permettent pas de répondre. Nous savons seulement que fut pressenti le docteur François-Yves Guillin, pour effectuer bénévolement les visites médicales des candidats à la propriété de Ménival33. Il entra donc au conseil d’administration de la société coopérative.

  • 34 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit., p. 12-13.

15Les promoteurs du projet veulent venir en aide aux familles. Aussi les logements sont-ils destinés exclusivement aux familles, nombreuses si possible. Les logements ne sont pas prévus pour des célibataires. 442 logements sur 728 (61 %) comportent quatre à cinq pièces. Par conséquent les enfants sont nombreux à Ménival, plus nombreux que les adultes : 58 % de moins de dix-neuf ans, contre 32 % dans l’ensemble de la France. En outre, comme dans tous les grands ensembles qui se construisent alors, il n’y a pas de vieillards34.

  • 35 Henri Rollet, « Essai sur les travaux législatifs des catholiques sociaux », Chronique sociale de F (...)
  • 36 Francine MUEL-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, Paris, Seuil, 1996, 388 p., p. 123- 134.
  • 37 En 1948, par exemple, 38 % des femmes sont actives contre 52 % en 1931 (Sylvie Schweitzer, Les femm (...)
  • 38 En 1947, une mère de deux enfants, au foyer, reçoit l’équivalent d’un salaire entier d’ouvrier (Ibi (...)
  • 39 Appelons à l’inventaire… Redisons la nécessité de mieux connaître chacune de ces « mille histoires  (...)

16Les femmes doivent s’engager à rester à la maison, conformément à la « préoccupation déjà ancienne des catholiques sociaux ». Pour l’abbé Lemire, par exemple, « la mère au foyer était un facteur essentiel du repeuplement de la France35 ». On sait aussi combien le régime de Vichy avait œuvré pour faire rentrer les femmes à la maison36. Au lendemain de la Libération, le thème fait encore florès, et les années 1945-1965 restent celles où l’activité féminine bat des records de faiblesse37, l’allocation de salaire unique encourageant les jeunes mères à rester à la maison38. Ménival s’inscrit ainsi dans un contexte général d’encouragement à la maternité. Certes, si cette idée de quartier urbain reste originale – mais peut-être pas unique39– elle s’inscrit dans un mouvement profond de la société française. N’oublions pas que les politiques familiales trouvent alors leurs premières vastes applications et que la Cafal, même si elle n’a pas donné suite aux demandes de financement, a suivi de près le projet.

  • 40 L’Écho de Ménival, 7 novembre 1959.
  • 41 L’Écho de Ménival, n° 6, 29 février 1960.

17conformément au projet initial, la population appartient aux couches sociales modestes, mais stables. Parmi elle, se trouve une forte minorité d’employés de la fonction publique (25 %) et en particulier 10 % d’employés de police. Nous avons déjà dit que le logement de ces derniers avait été effectivement une des raisons de l’opération immobilière. Des ouvriers et employés de grandes entreprises y logent aussi, employés de l’Omnibus et tramways de Lyon (OTL), de la Rhodia (Rhône-Poulenc actuellement), par exemple40. Les habitants ne sont pas pour autant à l’abri des difficultés financières. Dès 1960, à la suite d’incidents sur lesquels nous n’avons pas d’informations, François Emery doit leur rappeler publiquement « qu’en vertu des statuts de notre société, ils seront considérés comme des locataires d’immeubles neufs pendant les cinq premières années, ce qui donne le droit en cas de retard de paiement ou tout autre faute, à l’expulsion41 ».

  • 42 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit., p. 12-13.
  • 43 Article de Marc Dangas, cité supra.

18La population se caractérise également par un taux élevé de pratique religieuse42. Bien que ne sachant pas de quelle manière s’est faite la sélection des futurs propriétaires, il nous faut bien constater qu’ils présentent un profil social et culturel qui ne peut déplaire aux initiateurs. Comme « il y a beaucoup de chrétiens à Ménival […] qui collaborent à leur place à l’œuvre commune et qui ont été fraternellement accueillis par le clergé », ils demandent assez vite à avoir une église43.

Le centre social, une création patronnée

  • 44 Cité dans « Les centres sociaux de la région lyonnaise », note dactyl. du chef de service (?), 21 o (...)

19Dans le rapport Arnion-Mazé de 1952, il est écrit : « On entend par centre social une organisation qui, avec la collaboration des usagers, s’efforce de résoudre les problèmes propres à la population d’un quartier ou d’un secteur géographique, en mettant à sa libre disposition, dans un local approprié, un ensemble de services et de réalisations collectives de caractère éducatif, social ou sanitaire, animé par une assistante sociale responsable de la marche générale du Centre qui doit y assurer des permanences régulières et si possible y résider.44 » Dans quelle mesure Ménival s’inscrit-il dans cette description du centre social, sachant qu’à l’origine il est indépendant ?

La volonté des fondateurs

20La collaboration des usagers mise en exergue dans cette définition correspond bien à la volonté de ceux qui ont lancé le centre social de Ménival. Celui-ci est né effectivement de la volonté de la coopérative immobilière d’associer les habitants à la gestion de leurs problèmes de vie quotidienne. À la fin de 1959, l’épouse du préfet Ricard prend la tête d’une association qui s’appelle "Centre familial et social". Le rapport moral présenté au terme de sa première année d’existence, le 19 novembre 1960, rappelle les grands principes qui ont présidé à l’organisation de ce centre : le souci de ne pas parachuter une « organisation sociale préfabriquée ». Rien ne doit se faire « sans les habitants eux-mêmes ». Il faut « créer un esprit de collaboration fraternelle sans lequel il n’y a que villes sans âme, casernement et ennui, avec toutes les conséquences trop connues : inadaptation des adultes qui se sentent étrangers dans leur propre quartier, déséquilibre des adolescents et des enfants qui conduit trop souvent à des désordres graves ». La participation à la vie collective est donc le signe de l’intégration réussie.

  • 45 Archives du centre social, brochure : « Buts de l’association », dactyl., 6 p.
  • 46 Ceder, Lyon-Ménival…, op. cit., p. 27.

21Les statuts de l’Association familiale et sociale de Ménival – nouvelle appellation retenue en 1960 – portent « qu’elle a pour but d’assurer par la coopération des pères et mères de famille avec les membres de la société fondatrice les meilleures conditions de vie commune, d’aide morale et matérielle aux copropriétaires du domaine de Ménival, notamment par la création, l’organisation et la gestion de tout service social, culturel ou sportif, ou autres appropriés45 ». Cette association comprend en son sein des représentants de la société coopérative, MM. Guillin et Demoustier et Philomène Magnin, sur laquelle nous reviendrons plus loin. Ainsi les fondateurs restent présents et rappellent l’importance qu’ils accordent à la famille. L’association comprend d’autres membres de droit, la préfecture du Rhône, l’École de service social du Sud-Est, les associations familiales, les organismes qui accordent des subventions46.

Un château au cœur de la cité

  • 47 L’Écho de Ménival, n° 3, 28 novembre 1959.
  • 48 Article de Marc Dangas, cité.

22Le centre social dispose d’un lieu exceptionnel : le château de l’ancienne propriété autour duquel s’ordonnent les nouveaux bâtiments. Construit dans les années 1830, ce château de style néo-Renaissance avec ses deux tours et ses galeries rappelle les maisons des quartiers anciens de Lyon. Il jouxte une petite chapelle qui porte la date de 165347. Il est face à la grande porte du 10 avenue de Ménival et est donc accessible à tous les habitants. Tous s’accordent pour dire qu’il est « le cœur de la Cité ». « D’abord siège des entreprises qui construisent le grand ensemble », il accueille ensuite les réunions des délégués d’immeubles qui tranchent des problèmes de la copropriété48.

  • 49 Assemblée générale du 19 novembre 1960.
  • 50 Entretien avec Mlle Potet, cité.
  • 51 Pierre Merle, Marie-Noëlle Luc, « L’École de service social du Sud-Est (Lyon) », Vie sociale, n° 1- (...)
  • 52 Procès-verbal du conseil d’administration de l’École de service social du Sud-Est, 28 novembre 1959 (...)
  • 53 Ceder, Lyon Ménival, op. cit. p. 27.

23Il n’est devenu le local du centre social qu’après quelques tribulations, au cours desquelles il a peut-être frôlé la démolition. Il est dit, en effet en 1960, qu’il a pu être conservé grâce à l’intervention du ministre de la Construction49. Dans un premier temps, le conseil d’administration de la coopérative immobilière, qui en est propriétaire, paraît avoir été embarrassé de cet héritage (un projet resté sans suite, nous l’avons dit, avait même prévu d’y loger des familles de policiers dans ce qui serait devenu une sorte de caserne, à l’entrée du domaine50 !). Il semble aujourd’hui que ce soit de façon quelque peu fortuite que la société coopérative immobilière en ait proposé la vente en 1959 à l’École de service social du Sud-Est. Les archives de cette école, pas plus que celles du centre social, n’explicitent ce choix, même s’il reste clair qu’entre une école s’inscrivant dans le courant catholique social de Lyon51 et les promoteurs de Ménival les affinités ont été grandes. L’accord se fait sur une double base : d’une part les responsables de l’école pourront faciliter l’installation à Ménival de services sociaux nécessaires aux habitants ; d’autre part, le centre social n’utilisant pas tous les étages, ils pourront bénéficier de locaux supplémentaires, l’espace disponible pour leur école, rue Alphonse Fochier, devenant insuffisant. Le château devient de ce fait, pour la somme de trois millions de francs52, propriété de l’école qui le loue pour une modique somme à l’Association sociale et familiale du domaine de Ménival53.

La collaboration de l’École de service social du Sud-Est

  • 54 Entretien avec Mlle Potet, cité.
  • 55 Elle devient directrice de l’école en 1966-67, au départ à la retraite de Mlle Destruel.
  • 56 L’école est liée au mouvement catholique lyonnais de la Chronique sociale. Sa directrice, Mlle Dest (...)
  • 57 Ce qui peut lui conférer une image symbolique forte, rappelant le rôle social des châtelaines au xi (...)
  • 58 Entretien avec Mlle Potet, cité.

24Plus que pour des raisons purement financières, l’École de service social du Sud-Est joue un rôle important à Ménival, Elle a déjà l’expérience de la maison sociale du quartier Cyprian54, à Villeurbanne. Mlle Potet, qui dirige alors la formation des assistantes sociales55 devient la conseillère sociale de Ménival. Elle explique aujourd’hui combien cette idée de travailler « communautairement » avec la population était celle de l’école56. Elle propose d’organiser à Ménival une permanence, qu’elle effectue elle-même – elle loge pendant un temps au château57 – avant l’arrivée d’une assistante sociale, issue de l’école, Mlle Meaudre, dont elle a proposé les services. Elle est aussi à l’origine des consultations de nourrissons, que reprend la mairie un peu plus tard. Elle recherche une monitrice pour la halte-garderie. Ce travail répond au souhait de toujours lier pratique de terrain et formation, d’autant plus que l’école est alors en train d’ouvrir une section de formation des jardinières d’enfants58.

Des appuis précieux

  • 59 Assemblée générale, 11 novembre 1960.

25En dépit de la non-participation de la Cafal au projet immobilier, le centre social de Ménival bénéficie de l’aide des plus hautes autorités de la ville « qui se sont penchées avec une particulière bienveillance sur le berceau de Ménival balbutiant, le préfet du Rhône et Mme Ricard, le maire et ses conseillers dont Mlle Magnin et M. Bertrand, le président du conseil général et deux de ses membres, MM. Vianat et Colomb, le directeur de la Santé et de la Population, Arnion, Bouvatier et Bart, directeur et inspecteur de la Jeunesse et des Sports, le président de la Caisse d’épargne, le directeur de la Cafal, le directeur et les chefs de service d’EDF et de GDF59 ».

  • 60 « Hommage à Philomène Magnin au conseil général », Le Progrès, 19 septembre 1996.

26Le soutien de la ville de Lyon par l’intermédiaire de Philomène Magnin, toujours présente aux assemblées générales du centre social, ne se dément pas. Celle-ci, qui a adhéré à la CFTC en 1919, à l’âge de quatorze ans, est une des premières militantes syndicales de la région. Résistante, membre du MRP, elle est conseillère municipale de Lyon en 1945, puis une des premières femmes élues au conseil général du Rhône. « Elle avait une vision de terrain éclairée par ses convictions religieuses » déclare le président du conseil général à son décès60. Mlle Potet est en lien avec elle pour tout ce qui concerne les problèmes sociaux de Ménival.

Un centre social original ?

  • 61 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit., p. 21.
  • 62 Ibid., p. 29.

27Quartier neuf et relativement homogène socialement, Ménival va-t-il faire naître une vie associative originale ? Certes le centre social reste marqué par « cette image primitive d’instrument mis en place par la société61 », dont les premiers membres sont choisis par les fondateurs de l’association. Même si des élections ont lieu début 1961, quand l’ensemble des premiers immeubles construits est occupé, l’épouse du préfet Ricard, non résidente, reste présidente du centre social jusqu’en 1965, ce qui fait de celui-ci un centre quelque peu en contradiction avec les principes mêmes – affichés par ses promoteurs – d’organisation effectuée par et pour les habitants. Toutefois, au sein des commissions, très vite, il y a plus d’habitants que de membres représentants la société62. La greffe semble avoir pris et donné naissance à un milieu actif.

Des moyens pour convaincre

  • 63 Ibid., p. 14.
  • 64 Ibid., p. 15.

28Des militants actifs, et particulièrement nombreux, prennent en charge le centre social – et d’autres associations de quartier – ce qui frappe les observateurs extérieurs habitués à analyser les grands ensembles. Les rédacteurs de la brochure du Ceder constatent qu’il y a ici « comme cela se fait dans certains quartiers de vieille ville, un esprit particulier63 » qui passe par « des associations peu nombreuses mais vivantes et dynamiques64 ».

  • 65 Ibid., p. 17.
  • 66 Article de Marc Dangas, cité.

29Les militants du centre social sont effectivement particulièrement dynamiques. Il faudrait mieux les connaître. Les plus impliqués se trouvent parmi les premiers habitants, arrivés dès 1959, considérés comme des pionniers65, ceux du premier immeuble occupé, Ménival I, tel Marc Dangas, secrétaire général du centre social, qui se répand dans la presse locale pour faire connaître « La vie intérieure de Ménival… cité de demain66 ».

  • 67 Assemblée générale, 19 novembre 1960.

30Les responsables savent innover et répondre aux besoins spécifiques d’une population nouvellement arrivée en terre inconnue, dont ils espèrent qu’elle constituera un milieu humain vivant. La première tâche que se donnent ces militants de la cause communautaire est d’organiser des réunions de bienvenue pour les futurs occupants avant même leur emménagement pour qu’ils se trouvent à leur arrivée en pays de connaissance, et évitent le dépaysement et l’inadaptation67.

  • 68 L’Écho de Ménival, 7 novembre 1959.

31Leur seconde tâche est de publier un journal, L’Écho de Ménival, bulletin ronéoté dont le premier numéro paraît en octobre 1959. Il se propose « d’être un lien amical entre tous les "citoyens" de Ménival ». Il s’adresse aux attributaires pour des questions de gestion collective des appartements, pour les éduquer à la lutte contre le bruit, intérieur (toilettes et salles d’eau…) et extérieur (mobylettes…). Il rend compte aussi des activités du centre social. Comme un bulletin paroissial ou municipal, il donne, dans un premier temps, les noms des enfants qui viennent de naître et publie la liste des décès68.

32Le centre social est une réussite. Nombreux sont les habitants qui choisissent d’y adhérer : en 1964 on compte 167 inscrits sur les 558 foyers que compte Ménival I (soit 30 %). Le centre social est un lieu vivant, qui accueille de vingt à vingt-cinq réunions mensuelles, témoignant ainsi des services qu’il rend à la population.

D’une volonté fédératrice à une spécialisation sur la famille

33À l’origine, le centre social se veut fédérateur, « ce qui est une originalité de Ménival ». Est alors regroupée dans une même association générale

  • 69 Assemblée générale, 19 novembre 1960.

Toute une série d’activités dont certaines ont une originalité propre et leur personnalité juridique distincte :
les services familiaux, halte-garderie ; le cabinet du docteur Goineau, médecin libéral, installé au château contribue à renforcer le dispositif ; le comité de la culture, de la jeunesse et des sports, qui comprend lui-même le groupe des enfants de six à quatorze ans pour la gymnastique et la chorale, la maison des jeunes et de la culture, l’Union sportive de Ménival (club omnisport) ;
le comité des fêtes69.

  • 70 Ibid.
  • 71 L’Écho de Ménival, 17 octobre 1959.

34Mais très vite, ce souci de prendre en compte la totalité des activités humaines va se spécialiser dans l’assistance à la famille, aux mères et aux enfants, en accord avec les buts premiers du centre et en fonction des moyens dont il se dote. Celui-ci engage une permanente, nous l’avons vu. Elle se rattache, implicitement, à la tradition des settlements. Assistante sociale, elle est là non seulement pour mettre en place des activités mais surtout pour coordonner, donner, tenter de faire l’unité, d’harmoniser les grands groupes d’activités. La secrétaire tient une permanence de la Sécurité sociale. Se met en place une halte-garderie, utile pendant l’emménagement des parents, qui double ensuite les services de l’école maternelle. S’ouvrent aussi des cours d’enseignement ménager pour les jeunes filles les jeudis70, puis pour toutes les femmes : cuisine, coupe, couture. Le centre social permet en outre d’accéder à des machines à laver et à des machines à tricoter71. Le centre médico-social de protection maternelle et infantile (PMI) ouvre en décembre 1963 et bénéficie des crédits de la Cafal, de la caisse primaire de Sécurité sociale et du ministère de la Santé. Il effectue des consultations et des séances de vaccination.

35Les activités proposées aux enfants constituent un volet important ; elles répondent à un besoin manifeste, avec un club d’enfants permettant de mettre à leur disposition des activités encore peu répandues dans les milieux populaires (danse classique, philatélie) et des activités du jeudi, plus classiques, mais qui connaissent un afflux considérable, avec une chanterie À cœur joie et un ciné-club.

  • 72 « Le centre social de Ménival », Bulletin trimestriel de la Fédération des centres sociaux de Franc (...)

36Fonctionnent encore des commissions chargées des activités culturelles. Elles ne rencontrent manifestement pas un écho aussi vif que celles qui concernent les activités dites « sociales ». La bibliothèque n’attire que des lecteurs de romans policiers, le comité des fêtes se concentre sur l’organisation de la fête annuelle, la commission culturelle se heurte au peu d’attrait des « Ménivaliens » pour les conférences. Même réduites, elles sont une offre de culture en direction des adultes. En 1962, ces activités sont regroupées dans une Maison des jeunes et de la culture (loi 1901), chapeautée par une des quatre commissions du centre social72, montrant combien les structures peuvent être imbriquées encore au début des années 1960.

37Ainsi il ne fait aucun doute que le centre de Ménival contribue non seulement au développement d’une culture de participation, mais aussi au développement d’une culture générale et diversifiée, principalement en direction des jeunes générations.

Les difficultés

  • 73 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit. Ce dernier paragraphe utilise essentiellement cette brochure comme s (...)

38À travers les difficultés traversées par le centre social et avouées dès 196373, se pose un certain nombre de questions. Nous ne pouvons ici que les lister faute de disposer d’éléments plus concrets. Elles peuvent cependant se regrouper en trois séries, celles qui tiennent aux moyens, celles qui relèvent de l’identité profonde du centre et celles qui révèlent un enthousiasme qui s’émousse, une forme d’usure du militantisme initial.

39Les premières difficultés sont liées au succès même des activités mises en place. La halte-garderie devient vite insuffisante. Accueillant vingt-cinq enfants de moins de six ans, dans une cité qui en compte plus de six cents, elle s’avère insuffisante, faute de place et faute d’argent pour trouver des solutions. Le club d’enfants, par manque de moyens, se borne souvent à des garderies peu éducatives. Se pose ici la spécificité des activités du centre et leur double emploi éventuel. Signalons que, pour Mlle Potet, directrice de l’École de service social du Sud-Est, il n’y a aucun inconvénient à voir sortir d’un centre social des activités, quand elles sont reprises par des collectivités publiques. Pour elle, le centre social n’est là que comme palliatif et n’a qu’une fonction incitatrice de service.

  • 74 Ibid., p. 29.

40Les contraintes financières sont telles qu’elles ne permettent pas de répondre aux demandes en expansion. Le centre ne vit que de subventions. En 1963, par exemple, la Cafal est le premier bailleur (26 500 F), le conseil général le deuxième (10 000 F), la Caisse d’épargne, le troisième (1 000 F) pour un total de 37 500 F. Les familles, elles, ne fournissent que 9 023 F et le comité des fêtes 900 F, sommes dérisoires74. L’essentiel des dépenses vient des dépenses de fonctionnement et des salaires. En janvier 1965, il est question de susciter de nouvelles subventions et de s’adresser en particulier à la municipalité. Mais, en 1966, le déficit atteint seize millions d’anciens francs (160 000 F).

  • 75 Dessertine Dominique, Maradan Bernard, L’âge d’or des patronages (1919-1939). La socialisation de l (...)

41Les tensions liées à l’identité du centre se lisent d’abord dans les relations de celui-ci avec les autres structures associatives, périscolaires notamment. L’amicale laïque notamment reste en dehors du centre social, peut-être pour des raisons qui tiennent aux origines idéologiques différentes de ces deux structures. Le directeur de l’école de garçons travaille en faveur de son patronage organisé avec la ville de Lyon, qui comporte du cinéma éducatif et supporte mal la concurrence du centre social. On retrouve là les rivalités anciennes entre structures laïques, appuyées par la Fédération des œuvres laïques et la municipalité lyonnaise, et les patronages paroissiaux75. Il serait probablement excessif de lire dans les activités périscolaires des centres sociaux le maintien des anciens patronages catholiques (qui disparaissent précisément dans ces années-là) mais la question des filiations reste posée. Celle des concurrences est, en revanche, manifeste.

  • 76 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit, p. 36.

42Un problème surgit assez vite, celui des populations auxquelles s’adresse le centre social. Son origine, la spécificité de cette population de propriétaires, rendent difficile l’ouverture du centre aux autres habitants du quartier. Certes, il ne prétend pas s’enfermer sur le 10 avenue de Ménival, mais il a de la peine à séduire les locataires des HLM, construites à proximité par la ville de Lyon. La commission d’accueil des habitants de Ménival, qui fait de gros efforts pour faire connaître le centre social à l’aide de dépliants et de réunions, « rencontre plus d’indifférence de la part de ceux-ci peu habitués à ce genre d’initiatives76 ». Le débat s’est posé ultérieurement, posant la question de l’adéquation d’un centre privé, même subventionné par des crédits publics, aux besoins des populations locales.

  • 77 La seconde tranche du projet, Ménival-Préfonds, sur le plateau, éloignée géographiquement, est beau (...)
  • 78 Assemblée générale, 14 février 1966.

43Au bout de quelques années, l’attraction du centre social tend à diminuer. Les données statistiques le révèlent. Le nombre de présents ou représentés diminue chaque année, alors que le quartier se peuple77. À l’assemblée de 1961, 208 présents ou représentés, en 1962, 145 membres, en 1963 près d’une centaine seulement. La présidente constate le manque de participation des administrateurs au conseil et le manque de participation des familles dans la marche des services78 et interroge : « Faut-il faire du porte-à-porte comme aux temps héroïques ? »

Au début de Ménival, il était considéré comme le devoir élémentaire de chaque habitant de s’inscrire au centre social, cela ne signifiait pas nécessairement qu’on y participerait, mais c’était un témoignage d’appartenance à la communauté. Le centre était d’ailleurs présenté par les responsables de la société immobilière aux nouveaux habitants. Actuellement l’adhésion ou le maintien au centre social, constitue un choix délibéré des habitants et a de ce fait une valeur plus grande ; elle correspond à un besoin personnellement ressenti.

Ces propos des observateurs dûment mandatés de 1964 résument l’évolution du centre : il a contribué à l’émergence du sentiment d’identité d’un quartier, que le seul fait d’être propriétaire n’aurait probablement pas suffi à étayer.

44Plutôt que de conclure, même provisoirement, sur cette expérience, nous voudrions apporter quelques pistes d’ordre méthodologique, qui pourraient être pertinentes, non seulement pour Ménival, mais pour l’approche historique d’autres centres sociaux.

45L’étude présentée ici repose sur les archives du centre social (au cours de ses premières années), sur celles de la caisse d’allocations familiales et sur quelques témoignages oraux. Il est évident qu’elle demanderait à être étayée par des sources écrites plus diversifiées, pour sortir de l’institution et voir de quels appuis elle a bénéficié (débats municipaux et du conseil général, archives de la direction de la Population et de la préfecture, et même EDF et GDF, etc.). Une telle démarche permettrait de situer le centre social dans le contexte politique et social. Il faudrait aussi recueillir les témoignages oraux des participants à l’expérience (membres du conseil d’administration et des diverses commissions), des simples usagers – sans oublier ceux d’entre eux qui n’habitent pas le quartier de Ménival, pour lequel le centre avait été prévu à l’origine. Il faudrait aussi prendre en compte les habitants du quartier qui ne fréquentaient pas le centre social. Usagers et non-usagers permettraient de mieux cerner la spécificité de ce centre social.

  • 79 Voir Maurice Garden, Dominique Dessertine, « Les quartiers urbains, définitions et limites, méthode (...)

46Enfin nous voudrions plaider ici aussi en faveur de l’apport très riche que peut apporter l’étude des « clientèles » des centres sociaux à la géographie urbaine. Permettant de repérer les limites de la zone de rayonnement des centres sociaux, elle enrichirait les définitions du quartier79 et affinerait celles du voisinage.

Notes

1 Faute de travaux sur les centres sociaux de la région lyonnaise, nécessité est de partir des quelques archives disponibles. Ce paragraphe est tiré d’un rapport dactyl., anonyme et non daté (vers 1956), intitulé « Les centres sociaux de la région lyonnaise », émanant de la caisse d’allocations familiales de l’arrondissement de Lyon (Cafal) et déposé au Centre régional d’archives historiques de la sécurité sociale (Crahss) à Vénissieux. Nous remercions M. Bruno Gourry, son conservateur, de l’amabilité de son accueil et de l’efficacité de son aide, pour le repérage d’archives jusqu’alors peu consultées.

2 Toujours d’après ce même rapport.

3 Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, tome 5 : Marcel Roncayolo (dir), La ville aujourd’hui, Paris, Seuil, 1985, 671 p., en particulier p. 75 sq.

4 Les archives du centre social de Ménival, sauvegardées par Marie-Jeannette Rat-Patron, déléguée de la Fédération départementale des centres sociaux du Rhône, seront prochainement déposées aux Archives départementales du Rhône.

5 En particulier les deux revues issues des milieux lyonnais, la Chronique sociale de France et Économie et humanisme.

6 Crahss, archives de la Cafal, procès-verbal du conseil d’administration (30 juin 1956).

7 Entretien de l’auteur avec le docteur François-Yves Guillin (2 mars 2001). Le docteur Guillin est l’auteur d’une thèse sur le général Delestraint, publiée sous le titre Le général Delestraint, premier chef de l’armée secrète, Paris, Plon, 1995, 408 p.

8 Il est en particulier, depuis 1950, secrétaire général du Sauvetage de l’enfance (voir Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance et de l’adolescence, Toulouse, Eres, 1990, 218 p.).

9 Entretien avec le docteur Guillin, 2 mars 2001.

10 Crahss, archives de la Cafal, procès-verbal du conseil d’administration, 9 septembre 1957.

11 Commune limitrophe de Lyon, au nord-ouest, sur les pentes des monts d’Or, Saint-Rambert est aujourd’hui rattachée à la ville de Lyon.

12 Crahss, archives de la Cafal, propos de Rochigneux au conseil d’administration, 4 juin 1956 ; voir aussi « Les centres sociaux de la région lyonnaise », rapport cité note 1.

13 L’Écho de Ménival, n° 3, 28 novembre 1959. MM. Rigot-Muller et Guillin donnent un autre nom de propriétaire, Cabot.

14 Une ligne d’autobus est ouverte pour le desservir (n° 42), au terminus du funiculaire de Saint-Just.

15 Qui débloque un prêt de 120 000 000 F (Crahss, archives de la Cafal), procès-verbal du conseil d’administration, 4 mars 1957).

16 Au moment de rembourser leur prêt de 80 000 000 F, engagés aux Trois-Gouttes, ils proposent à la Cafal de les réinvestir dans un nouveau projet (Crahss, archives de la Cafal, procès-verbal du conseil d’administration, 23 janvier 1956).

17 Houel au conseil d’administration, 21 septembre 1956, Crahss, archives de la Cafal.

18 Delagoutte au conseil d’administration, 12 novembre 1956, Crahss, archives de la Cafal.

19 Houel au conseil d’administration, 21 septembre 1956, Crahss, archives de la Cafal.

20 Conseil d’administration, 6 janvier 1958, Crahss, archives de la Cafal.

21 « Les centres sociaux de la région lyonnaise », rapport cité.

22 L’Écho de Ménival, n° 3, 28 novembre 1959.

23 Ibid.

24 Entretien de l’auteur avec Mlle Potet, ancienne directrice de l’École de service social du Sud-Est (1er mars 2001). Mlle Potet suggère que Mme Ricard voulait donner des gages des efforts entrepris en faveur des forces de l’ordre, dans le contexte difficile pour elles, de la guerre d’Algérie.

25 Ceder (Centre d’étude des équipements résidentiels), Lyon Ménival. Le quartier de Ménival à Lyon, Études des équipements sanitaires et sociaux dans des ensembles résidentiels homogènes en vue de rechercher les structures et les conditions d’animation susceptibles de garantir l’efficacité optima de ces équipements, dactyl., décembre 1964, 57 p., p. 8. La Caisse nationale de Sécurité sociale et le ministère de la Santé et de la Population avaient confié au Ceder la réalisation d’études portant sur cent vingt grands ensembles dont celui de Ménival.

26 Ibid., p. 5.

27 Michel Dirand, Eugène Gachon, Paul Guillot, Michel Marin, auxquels se joint Jean Zumbrunnen pour le projet de Ménival, qui ne donna pas lieu à un nouveau concours (L’Écho de Ménival, n° 4, Noël 1959).

28 Charles Delfante, A. Dally-Martin, Cent ans d’urbanisme à Lyon, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1994, 240 p.

29 Entretien de l’auteur avec M. Charles Delfante, 26 février 2001.

30 Article de Marc Dangas, « Ménival. La vie intérieure de Ménival, cité de demain », coupure de presse conservée dans les archives du centre social (Le Progrès ? L’Écho-liberté ? printemps 1960).

31 Entretien avec M. Delfante, cité supra.

32 Ibid.

33 Entretien avec le docteur Guillin, cité supra.

34 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit., p. 12-13.

35 Henri Rollet, « Essai sur les travaux législatifs des catholiques sociaux », Chronique sociale de France, 1952, n° 2, p. 157.

36 Francine MUEL-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, Paris, Seuil, 1996, 388 p., p. 123- 134.

37 En 1948, par exemple, 38 % des femmes sont actives contre 52 % en 1931 (Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé, Paris, Odile Jacob, 2002).

38 En 1947, une mère de deux enfants, au foyer, reçoit l’équivalent d’un salaire entier d’ouvrier (Ibid.).

39 Appelons à l’inventaire… Redisons la nécessité de mieux connaître chacune de ces « mille histoires » de centres sociaux.

40 L’Écho de Ménival, 7 novembre 1959.

41 L’Écho de Ménival, n° 6, 29 février 1960.

42 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit., p. 12-13.

43 Article de Marc Dangas, cité supra.

44 Cité dans « Les centres sociaux de la région lyonnaise », note dactyl. du chef de service (?), 21 octobre 1958, Crahss, archives de la Cafal.

45 Archives du centre social, brochure : « Buts de l’association », dactyl., 6 p.

46 Ceder, Lyon-Ménival…, op. cit., p. 27.

47 L’Écho de Ménival, n° 3, 28 novembre 1959.

48 Article de Marc Dangas, cité.

49 Assemblée générale du 19 novembre 1960.

50 Entretien avec Mlle Potet, cité.

51 Pierre Merle, Marie-Noëlle Luc, « L’École de service social du Sud-Est (Lyon) », Vie sociale, n° 1-2, 1995, op. cit., p. 103-116.

52 Procès-verbal du conseil d’administration de l’École de service social du Sud-Est, 28 novembre 1959, 28 octobre 1960. Nous remercions l’école de nous avoir ouvert ses archives, hélas ! discrètes sur cette question.

53 Ceder, Lyon Ménival, op. cit. p. 27.

54 Entretien avec Mlle Potet, cité.

55 Elle devient directrice de l’école en 1966-67, au départ à la retraite de Mlle Destruel.

56 L’école est liée au mouvement catholique lyonnais de la Chronique sociale. Sa directrice, Mlle Destruel, faisait partie du conseil d’administration de la Chronique sociale (Christian Ponson, Les catholiques lyonnais et la Chronique sociale (1892-1914), Presses universitaires de Lyon, 1979, 380 p.

57 Ce qui peut lui conférer une image symbolique forte, rappelant le rôle social des châtelaines au xixe siècle.

58 Entretien avec Mlle Potet, cité.

59 Assemblée générale, 11 novembre 1960.

60 « Hommage à Philomène Magnin au conseil général », Le Progrès, 19 septembre 1996.

61 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit., p. 21.

62 Ibid., p. 29.

63 Ibid., p. 14.

64 Ibid., p. 15.

65 Ibid., p. 17.

66 Article de Marc Dangas, cité.

67 Assemblée générale, 19 novembre 1960.

68 L’Écho de Ménival, 7 novembre 1959.

69 Assemblée générale, 19 novembre 1960.

70 Ibid.

71 L’Écho de Ménival, 17 octobre 1959.

72 « Le centre social de Ménival », Bulletin trimestriel de la Fédération des centres sociaux de France, n° 65, septembre 1962.

73 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit. Ce dernier paragraphe utilise essentiellement cette brochure comme source.

74 Ibid., p. 29.

75 Dessertine Dominique, Maradan Bernard, L’âge d’or des patronages (1919-1939). La socialisation de l’enfance par les loisirs, Vaucresson, CNFE-PJJ, 2001, 238 p.

76 Ceder, Lyon Ménival…, op. cit, p. 36.

77 La seconde tranche du projet, Ménival-Préfonds, sur le plateau, éloignée géographiquement, est beaucoup moins impliquée dans la marche d’un centre difficile d’accès (raidillon non goudronné).

78 Assemblée générale, 14 février 1966.

79 Voir Maurice Garden, Dominique Dessertine, « Les quartiers urbains, définitions et limites, méthodes d’analyse », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1979, n° 1, p. 21-41 ; Maurice Garden, « La vie de quartier », Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1977, n° 3, p. 17-28.

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search