Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Société

La franc-maçonnerie et le monde ouvrier (1840-1914)

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans L’ouvrier, l’Espagne, La Bourgogne et la vie provinciale. Parcours d’un historien. Mélanges offerts à Pierre Ponsot, Presses Universitaires de Lyon - Casa de Velázquez, Madrid, 1994, p. 29-39.

Texte intégral

  • 1 À l’exception de Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française, Paris, Fayard, 1984, (...)

1Le titre de cet article est sans doute bien ambitieux pour un projet qui reste modeste : nous voudrions ici présenter le discours tenu par une association philanthropique franc-maçonne sur les milieux ouvriers lyonnais de la monarchie de Juillet à la veille de la première guerre mondiale. La franc-maçonnerie au XIXe siècle n’a guère tenté les historiens1. Le secret qui entoure ses délibérations, la disparition de ses archives en font un objet difficile à saisir. Il existe toutefois des lieux qui ont pu conserver la parole de la franc-maçonnerie, les sièges des associations philanthropiques dont les archives ont échappé à la destruction.

  • 2 Pierre Chevallier, op. cit., tome 2, La franc-maçonnerie missionnaire du libéralisme (1800-1877), p (...)
  • 3 Une réalisation de la maçonnerie lyonnaise. La Société de Patronage pour les enfants pauvres de la (...)
  • 4 Société de Patronage des enfants pauvres de la ville de Lyon, (plus loin « P. »), Compte rendu de 1 (...)

2Société de pensée peu sensible à l’engagement charitable selon Pierre Chevallier2, la franc-maçonnerie française a pourtant été, à Lyon au moins, à l’origine d’une puissante société de protection de l’enfance, bien ancrée dans la ville et suffisamment solide pour s’être maintenue de 1840 à nos jours. À son apogée, dans les premières décennies de la Troisième République, la Société de Patronage des enfants pauvres de la ville de Lyon3 patronnait plus de trois cents enfants. Son système, original, consistait, en laissant l’enfant dans sa famille, à le parrainer de l’âge de quatre, cinq ans jusqu’à quatorze, quinze ans, de l’asile à la fin de l’apprentissage. Le « patron » suivait ainsi son « pupille » pendant une dizaine d’années, lui fournissant appui moral et social, avançant à sa famille, sur ses propres deniers, les sommes que lui attribuait l’association. La reconnaissance d’utilité publique, obtenue en 1850, lui permit de bénéficier de legs et de subventions de la ville de Lyon et du conseil général du Rhône. Plusieurs centaines de Lyonnais ont aussi alimenté très régulièrement son budget, à tel point que dès 1854 le préfet estimait que le Patronage était au premier rang des fondations charitables lyonnaises et qu’il se distinguait « par le nombre considérable de ses membres4 » (sept cents cette année-là).

  • 5 Jean-François Six, Un prêtre lyonnais, Antoine Chevrier (1826-1879) et sa fondation d’un groupe de (...)
  • 6 Pierre Chevallier, op. cit., tome 3, La maçonnerie, Église de la République (1877-1944), p. 12.

3Dans cet engagement philanthropique, les francs-maçons prennent position face aux problèmes sociaux. Dans l’univers de la protection de l’enfance largement assumée par les congrégations religieuses et par l’Église, visant à reconquérir un monde ouvrier déchristianisé5, comment s’est située une institution née des Lumières ? Face à la question sociale, à l’émergence de la « classe ouvrière », quelle position ont adopté les francs-maçons dont on connaît par ailleurs la réticence à attirer des ouvriers dans les loges par crainte de la baisse du niveau intellectuel6 ? Leurs propos, au cours des assemblées générales annuelles du patronage, apportent quelques éclaircissements.

L’émancipation des masses par l’éducation

  • 7 Une réalisation..., op. cit., p. 5.
  • 8 Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, publié sous la direction de, p (...)
  • 9 Mémoire en faveur d’un projet d’une société de patronage pour les jeunes enfants pauvres de la vill (...)
  • 10 Joseph Bergier a tenu son journal pendant plusieurs décennies. Justin Godart en a publié un bel ext (...)

4Le patronage est créé aux lendemains des révoltes des canuts de 1831 et 1834 par trois bourgeois francs-maçons. Ils sont républicains et non des moindres. César Bertholon, négociant en soieries, vénérable de la loge « Équerre et Compas7 », est le créateur du journal Le Censeur, le journal républicain de Lyon. Il délaisse d’ailleurs assez vite le patronage pour ses affaires et pour une vie politique active. Élu représentant du peuple dans l’Isère en 1848, il siège à l’extrême-gauche et met à profit son mandat pour obtenir la reconnaissance d’utilité publique du patronage. Opposant à l’Empire, il est exilé en Algérie puis en Angleterre et termine sa carrière politique comme député de la Loire8. Selon lui, en 1840, « il était temps (pour la franc-maçonnerie) de descendre des hauteurs de ses idées philosophiques pour en venir à l’application. Elle obtiendrait ainsi de la reconnaissance une confiance qu’elle n’a encore pu acquérir9. Les deux autres sont des personnalités plus discrètes. Joseph Bergier, beau-frère de Bertholon, négociant en vins, vénérable de la loge « Union et Confiance », conseiller municipal républicain de Lyon, est un candidat malchanceux aux élections de 184810, mais il suit de très près les destinées du patronage et lui laisse la quasi-totalité de ses biens à sa mort en 1878. Quant au troisième fondateur, Claude Vachez, notaire, successeur de Me Dugueyt, il est également membre de la loge « Union et Confiance ».

  • 11 P., Compte rendu de 1859, p. 22.

5Républicains convaincus, ces francs-maçons n’affichent pourtant jamais leur option politique au sein du patronage. L’arrivée de Napoléon III passe inaperçue dans les comptes rendus de leurs réunions, en dépit de l’exil d’un de leurs fondateurs. Dans la mesure où par la suite son régime est « si sympathique aux classes laborieuses11 » en les encourageant au mutuellisme, ils ne lui sont jamais ouvertement hostiles.

  • 12 Mémoire..., op. cit., cf. note 9.

6Sur le monde ouvrier, ils n’ont pas un discours spécifique et théorique, même si leur action les amène à le prendre en compte. Leur propos est beaucoup plus large. Ils veulent travailler à la sainte cause de l’humanité « et conscients de ses misères », œuvrer à « l’émancipation des masses12 », Celles-ci doivent parvenir à se prendre en charge et pour cela elles doivent être instruites. Le patronage fait de l’éducation le grand but de son action.

  • 13 Ibid.
  • 14 Pierre Chevallier, op. cit., tome 2, p. 179.

7Le projet des francs-maçons est donc avant tout un projet culturel qui concerne les exclus de l’instruction donc plus que les « ouvriers » stricto sensu, ce qui ne peut surprendre de la part d’hommes privilégiant le libre examen et la réflexion intellectuelle. Bertholon fait remarquer, lors de la fondation du patronage, que « jusqu’à présent on a prétexté, pour différer l’émancipation des masses, que cette ignorance et ces mœurs les empêchent de comprendre l’utilité des institutions qui leur sont ouvertes13 ». Ainsi, les francs-maçons sont-ils favorables à l’instruction gratuite pour tous les enfants. Ils sont parmi les premiers à encourager l’enseignement mutuel importé d’Angleterre. « Ce fut la loge du Parfait Silence de Lyon qui proposa la première la création d’une société d’instruction élémentaire14 » souligne P. Chevallier. Gastine, vice-président du patronage jusqu’à sa mort, en 1850, est aussi président de la société d’enseignement élémentaire du Rhône créée en 1816.

  • 15 P., Compte rendu de 1861, p. 12-13.

8Cette instruction émancipatrice doit commencer tôt dans la vie de l’enfant, si possible dès l’âge de quatre ans, par la fréquentation des salles d’asile. Elle doit ultérieurement se prolonger par l’apprentissage d’un métier car malheur à ceux qui « restent dans un état d’ignorance absolu, (qui) finissent par ne point avoir d’état classé et vont grossir cette catégorie d’ouvriers ou d’ouvrières, sans nom, vivant au jour le jour et incapables de se créer la position fixe et durable qui donne à l’ouvrier honnête, laborieux et intelligent, un des nombreux états manuels utile à notre organisation sociale15 ». La formation professionnelle tout autant que l’instruction primaire mobilise les efforts du patronage qui poursuit en même temps une œuvre d’insertion sociale et d’émancipation intellectuelle et politique.

  • 16 P., Compte rendu de 1843, p. 9.

9Faire de l’enfant patronné un bon ouvrier s’inscrit dans une visée cohérente qui l’entraîne donc à définir sa vision du monde du travail. S’il n’exalte pas la classe ouvrière en tant que telle, il fait du travail une valeur extrêmement forte. Pour les francs-maçons, le travail est « de source divine », qu’il soit « intellectuel ou physique » parce que « dans tous les cas son utilité est profitable à l’humanité ». Certes, il y a une hiérarchie dans les tâches : « le travail intellectuel invente, le travail physique exécute... à lui enfin de mourir glorieusement pour la patrie et la liberté16 » reconnaît presque cyniquement Vachez, mais le rôle de l’éducation est d’obtenir de chacun qu’il se développe au mieux de ses possibilités. Certains enfants particulièrement doués sont encouragés par le patronage à mettre en valeur leurs talents artistiques. Tel ce garçon, évoqué en 1868, qui « dès l’école primaire montra du goût pour le dessin », qui se destina d’abord au dessin de fabrique, puis « artiste naissant cherchant sa voie » finit par « se livrer définitivement à l’art ressuscité de la peinture sur verre » et qui par la suite patronna à son tour un jeune garçon de la famille qui l’avait élevé et eut le plaisir de voir ce dernier devenir premier ténor au théâtre de Metz.

10L’ouvrier que veut former le patronage évoque plus l’artisan, l’homme de métier, détenteur d’un savoir-faire technique que l’employé non qualifié de la grande industrie, il est vrai peu représentée à Lyon-même avant la fin du XIXe siècle. On retrouve là les origines opératives de la franc-maçonnerie. Les francs-maçons du patronage accueillent favorablement tout ce qui peut favoriser l’enseignement professionnel. À l’assemblée générale de 1850, ils écoutent avec attention le maire de Lyon, Réveil, se prononcer en faveur de la création d’une école des arts et métiers. Ils approuvent la loi du 22 février 1851 sur l’apprentissage dont le vote coïncide avec l’arrivée de leurs premiers pupilles à l’âge de la formation professionnelle.

  • 17 P., Compte rendu de 1876, p. 12.
  • 18 Par exemple, P., Compte rendu de 1890, p. 13.

11Avec la Troisième République qui offre à tous l’enseignement primaire gratuitement (enseignement laïque qui ne peut leur déplaire, puisque depuis 1877 le Grand Orient de France a supprimé toute référence au Grand Architecte de l’Univers), les francs-maçons du patronage concentrent leurs efforts sur l’enseignement technique. Ils multiplient le nombre des protégés qu’ils envoient à l’école de la Martinière. À partir de 1880, décision symbolique, et jusqu’en 1909, le patronage tient son assemblée générale annuelle dans la grande cour de cet établissement, décorée au mieux pour accueillir préfet du Rhône, président de Cour d’Appel, députés et élus locaux, autorités académiques. Les liens sont aussi très forts avec la Société d’enseignement professionnel du Rhône, d’origine saint-simonienne, qui ouvre gratuitement ses cours aux pupilles du patronage. Cette prédilection pour l’enseignement technique, il faut le souligner, n’est pas exclusive. Certains pupilles se voient offrir, dès les origines du patronage, un enseignement long. L’une des toute premières fillettes « adoptées » devient institutrice communale sous le Second Empire17. Sous la République, le patronage a un nombre croissant d’élèves au lycée ou à l’École Normale18, affirmant une politique éducative rarement pratiquée par les autres institutions charitables.

12Pour les francs-maçons, l’essentiel étant l’activité de l’esprit, le statut d’ouvrier acquiert toute sa dignité s’il s’accompagne d’une curiosité toujours en éveil. Le président du patronage résume très bien cette position en 1876 quand il rapporte avec admiration les propos de cet autre franc-maçon, Jules Simon, devant la Société d’enseignement professionnel du Rhône. Celui-ci a fait un discours

  • 19 P., Compte rendu de 1875, p. 2.

aussi remarquable, dit-il, par l’élévation de la pensée que par la beauté du style... il a fait ressortir la différence entre l’ouvrier qui se sert seulement de ses mains et de sa force physique et l’ouvrier qui ayant cultivé son esprit est non seulement capable de juger les procédés qu’il emploie mais de se mettre en état de les perfectionner19.

Cette foi dans le progrès technique, même appliqué à un échelon modeste, doit peut-être au saint-simonisme mais nous ne savons guère s’il y avait eu à Lyon des liens directs entre saint-simonisme et franc-maçonnerie. Il n’en reste pas moins que l’effort du patronage en faveur de la formation technique des jeunes gens qu’il patronnait était réel, puisque tous s’en voyaient offrir une. Rappelons que vers 1910 seulement 3,5 % des moins de dix-huit ans recevaient une formation professionnelle en école.

13Focalisés sur la promotion par l’instruction, les francs-maçons sont-ils naïfs au point d’y voir une panacée et de rester indifférents aux enthousiasmes révolutionnaires qui traversent le siècle ? Comment appréhendent-ils globalement les rapports entre riches et pauvres ? Comment se situent-ils face aux théories socialistes ?

De la fraternité au refus de la lutte des classes

14Les membres du patronage sont conscients des réalités qu’endurent les pauvres du monde du travail dont ils dénoncent les injustices. Mais ils sont convaincus que seule la fraternité entre les hommes résoudra les problèmes sociaux. Si ces hommes de 1848 croient en la République, les exactions des journées de juin les détournent définitivement de toute action violente et radicale pour changer le monde. Toute solution collective leur paraît en outre illusoire. Pour eux, seule est envisageable la promotion individuelle proposée et encouragée par ceux qui ont déjà atteint l’aisance. À la veille de la première guerre mondiale, ils adhèrent globalement au radicalisme et prônent le solidarisme.

  • 20 Acte de naissance, 16 août 1808, (Lyon).
  • 21 Ibid., 3 brumaire an IX (Lyon, mairie du Midi).
  • 22 P., Compte rendu de 1851, p. 11-12.
  • 23 P., Compte rendu de 1852, p. 9.
  • 24 P., Compte rendu de 1863, p. 20.

15Parce qu’ils sont issus de milieux modestes, les fondateurs du patronage ont une connaissance intime de la misère, soit parce qu’ils ont pu la connaître personnellement, soit, plus probablement, parce qu’ils l’ont côtoyée dans leur enfance. Claude Vachez est fils d’un boulanger de la rue du Bœuf20, Joseph Bergier, d’un épicier de la rue de l’Hospice. Son grand-père était gantier à Grenoble21. Bertholon aussi est issu du milieu de la boutique. Il faudrait connaître l’origine des autres membres du conseil d’administration et de leurs successeurs pour confirmer un recrutement social modeste de tous les francs-maçons du patronage, mais l’absence parmi eux des grands noms de la bourgeoisie lyonnaise ne remet pas en cause cette première approche. Les discours prononcés devant les assemblées générales reflètent cette proximité des modestes. Ils analysent avec sympathie les handicaps engendrés par la misère et soulignent les mécanismes économiques qui écrasent certains. Dès 1845 Bergier, s’appuyant sur des « études d’économistes » insiste sur « l’insuffisance des salaires de certaines professions ». Ils comprennent les problèmes qui se posent à l’ouvrier pour diriger convenablement sa famille du fait d’un travail qui envahit toute sa vie et ils savent que « dans une ville aussi importante que la nôtre, des ouvriers si nombreux travaillent avec ardeur pour élever leurs familles et tout entiers à ce travail absorbant ne peuvent prendre une heure pour veiller à l’instruction et à l’éducation de leurs enfants22 ». Ils perçoivent également le risque de marginalisation qu’entraîne la misère. « La famille placée dans une condition malaisée est condamnée par la nature de ses occupations et la gêne qu’elle éprouve à se tenir à distance. Trop de circonstances extérieures et matérielles signalant son infériorité la forcent à l’isolement qui lui fait des mœurs particulières. La tristesse de son réduit lui fait souvent négliger les moindres précautions hygiéniques de mille petits maux. Un mécontentement naît souvent dans l’âme des êtres souffrants23 ». Ce discours attentif aux réalités de la vie quotidienne est persistant. Sous le Second Empire, par exemple, l’avocat Lablatinière, membre du patronage, interroge : « Comment forcer un père, une mère dont le rude labeur maigrement rétribué doit subvenir aux dépenses du modeste ménage à distraire régulièrement matin et soir quelques moments à leurs occupations habituelles24 » pour se consacrer à leurs enfants ? La moralisation n’est pas exclue mais beaucoup moins prégnante que chez beaucoup d’observateurs sociaux contemporains.

16Toutefois, pour aussi compatissants qu’ils soient, ces propos ne s’engagent jamais très loin dans l’analyse économique. On y rechercherait en vain la trace des crises qui affectent l’économie lyonnaise. Le déclin de la fin des années 1870 passe inaperçu. Certes une œuvre philanthropique n’est pas un lieu d’études, il n’empêche que le monde économique environnant paraît lointain et tout particulièrement la Fabrique avec laquelle le patronage ne semble pas entretenir de liens privilégiés.

17Si l’instruction est le moyen d’émancipation des masses, le moteur doit en être la fraternité entre riches et pauvres, structurée par un lien d’homme à homme fortement personnalisé. Bergier le déclare :

  • 25 P., Compte rendu de 1851, p. 12.

Messieurs, le jour où chaque famille riche ou aisée prendra sous sa protection une famille indigente, s’identifiera avec elle, lui apportera des consolations, des secours, des encouragements, l’aidera à élever ses enfants..., ce jour-là, Messieurs, bien d’injustes et réciproques défiances se seront évanouies25 ».

Société fraternelle, la franc-maçonnerie rêve de l’extension de ses solidarités à la société civile. Elle plaide en faveur d’un rapprochement entre tous les hommes quelle que soit leur aisance, convaincue que les riches ont autant y gagner que les déshérités. « Ne sentez-vous pas », s’écrie Bertholon en créant son Patronage,

  • 26 Mémoire..., op. cit., cf. note 9.

tout ce qu’il y a de moral et de fécond pour l’avenir dans ce lien unissant deux hommes de conditions opposées, l’un par le service qu’il rend et l’autre par la reconnaissance. Le protecteur s’attache au protégé ; des hommes entre lesquels nos préjugés et nos mœurs semblaient avoir posé une barrière infranchissable apprennent à s’apprécier ; les distances s’effacent, le riche apprend ce qu’il faut de résignation et de courage à l’ouvrier pour rester vertueux, le pauvre emprunte dans la société de son bienfaiteur un langage plus distingué, un goût plus sûr, des habitudes plus polies. Chacun aura gagné dans ce rapprochement, tous les deux seront forcés de s’estimer26.

  • 27 P., Compte rendu de 1847-48, p. 10-11.

18Ce grand rêve de fraternisation et d’acculturation réciproque s’émerveille de l’arrivée de la République en 1848, que les membres du patronage accueillent comme des mystiques chrétiens. « Grâce â Dieu », dit Vachez, « nous sommes dans un régime où, nous l’espérons, les droits et les intérêts de tous ne seront pas sacrifiés au bien-être de quelques-uns ». La fraternité va s’étendre. « Les hommes unis par les liens d’une sincère affection n’auront pas seulement sur les lèvres mais dans le cœur les paroles sublimes du Christ : “Aimez-vous les uns les autres”27 ».

  • 28 Lettre de Vachez à Bergier, 29 juin 1848. Publiée par Justin Godart, op. cit.
  • 29 Lettre de Gastine à Bergier, 30 août 1848. Publiée par Justin Godart, op. cit.

19Les journées de juin sont pour eux un choc terrible. Bergier écrit alors : « Pour moi qui ai eu pour rêve de toute ma vie la république fraternelle selon l’Évangile... j’ai eu honte pour la Civilisation moderne au récit des saturnales sanglantes dans lesquelles viennent de se vautrer avec une ardeur féroce ces prétendus républicains qui sont les véritables ennemis de la République28 » et Gastine qui, selon ses propres dires, n’est pas un « républicain rouge », estime qu’une « politique de pardon, de mansuétude, de concorde est la seule qui puisse... donner à l’impulsion républicaine cette force et cette unité29 ».

  • 30 Lettre de Kauffman à Bergier, 22 septembre 1848. Publiée par Justin Godart t, op. cit.

20Plus qu’auparavant, aux lendemains de ces temps de barricades, les francs-maçons du patronage vont se méfier de toute idéologie révolutionnaire et de toute violence interrompant brutalement l’évolution paisible de la société. Au cours de l’automne 1849, l’homme de lettres Kauffman dit « ne pas vouloir tromper le peuple en lui jetant des expériences folles mais vouloir l’éclairer afin qu’il marche pacifiquement à un état meilleur30 ». Ils refusent les utopies socialistes. Vachez déclare en 1851 :

  • 31 P., Compte rendu de 1850, p. 14-15.

Nous ne sommes point de hardis novateurs, d’enthousiastes sectaires, de spirituels rêveurs voulant renier le passé de nos pères, enfanter de nouveaux systèmes et régénérer le vieux monde. Nous sommes et nous serons tout simplement les continuateurs et les imitateurs de ceux que l’esprit d’humanité dirige, qui cherchent à restituer cet esprit à la société d’où les préjugés et les passions l’ont banni, qui voudraient apprendre aux hommes à n’être pas toujours armés et en défiance les uns contre les autres et au contraire à s’aimer, à s’entraider, à se soutenir dans les périlleuses circonstances de la vie31.

  • 32 Ducarre (1819-1883), conseiller municipal de Lyon en 1848, démissionne après le coup d’état, refusa (...)

21Ils adoptent désormais cette attitude sociale réformiste, convaincus de sa supériorité pour un changement pacifique, profond et durable. Sans vouloir abuser des citations, relevons encore une prise de position, celle du négociant Ducarre32, défendant le patronage contre les « impatients » qui déclarent :

  • 33 P., Compte rendu de 1869, p. 16.

Tout cela est certainement louable et bon mais sans portée, sans proportion avec les exigences d’une situation qui veut de grands remèdes et non de minimes efforts ». « Nous répondons », dit-il, « refondre et réformer de toute pièce une organisation séculaire est un beau rêve mais c’est un rêve. Longtemps on a cru que les grands reliefs du monde étaient le produit de convulsions violentes et instantanées ; la science y a regardé de plus près, elle a trouvé les preuves du contraire... Laissons donc les rêves de transformation instantanée et poursuivons33.

Ainsi, si la République qui fait de tous les hommes des hommes égaux est le régime privilégié par les francs-maçons, la philanthropie qui l’aménage au mieux et favorise les ascensions individuelles est le seul moyen à mettre en œuvre pour obtenir l’épanouissement de chacun.

  • 34 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, Paris, Le Seuil, 1990, (Collection « Points (...)

22L’espoir en une ascension sociale est concrètement entretenu. Réaliste jusqu’au milieu du XIXe siècle – Gérard Noiriel ayant bien montré que « le monde patronal est encore un milieu relativement ouvert et que les exemples d’ouvriers ayant réussi ne sont pas rares34 » –, cette volonté ne se dément jamais ultérieurement au sein du patronage. Les fondateurs appartiennent certes à cette génération qui a mûri dans les premières décennies du siècle et qui a réussi à faire fortune (Bergier laisse quelque 250 000 F à sa mort). Là encore il faudrait savoir si tous les responsables de l’association avaient connu le même parcours et s’étaient élevés à partir d’une condition familiale modeste. Toujours est-il que le patronage diffuse l’idée qu’avec du travail et une formation chacun échappera à la misère et devra à son tour participer à l’œuvre d’amélioration sociale. Au sein de l’association philanthropique les positions que les « patrons » occupent ne sont pas des chasses gardées. L’idéal est qu’une fois tiré d’affaire le jeune ouvrier prenne à son tour un enfant en charge. C’est pourquoi l’exemple de la jeune Lucie Marmottant est souvent rappelé. Elevée sous la « tutelle » de l’épouse de l’imprimeur Léon Boitel, à partir de 1841, une fois devenue ouvrière en lingerie, elle a accepté de veiller sur la petite Marie Véricel, âgée de deux ans. À travers cette pratique est prôné tout un engrenage social où peu à peu, au fil des générations, la noria de l’éducation alimentée par la solidarité tire chaque individu de la misère et le fait accéder à la dignité.

23Avec la Troisième République, qu’à Lyon comme ailleurs les francs-maçons soutiennent avec passion, les membres du patronage sont évidemment les supports du radicalisme. La première génération s’éteint peu à peu et elle est remplacée par des hommes neufs et de premier plan, et qui sont tout aussi hostiles aux théories révolutionnaires. Le nouveau président, à partir de 1896, est le docteur Paul Cazeneuve, président du conseil général du Rhône, député radical de Lyon et qui tient des propos clairs et définitifs. En 1906, lors d’une assemblée générale, il se dit proche des classes aisées, ce qui a une connotation bien différente, en cette fin de siècle qui voit se tenir les premiers grands congrès syndicaux et ouvriers, qu’une cinquantaine d’années auparavant.

  • 35 P., Compte rendu de 1905-1906, p. 14.

[Il] remercie, à côté de notre corps enseignant, les nombreuses personnes de la bourgeoisie qui nous sont aussi dévouées. Elles savent les liens affectueux qu’elles se sont créées parmi nous en s’associant ainsi à nos efforts. Elles démontrent, par la tâche qu’elles acceptent que la lutte des classes est l’étiquette fantaisiste d’une théorie sociale qui restera sans écho35.

  • 36 P., Compte rendu de 1904-1905, p. 10-11.

24Cette position fait le succès du patronage auprès des élites républicaines. Pour le procureur Loubat, « profane et indigne », le patronage accomplit « ce miracle de la fusion des classes par un rapprochement touchant entre des hommes que tout paraissait éloigner et qu’un lien solide va réunir ». Certes, concède-t-il, « notre état social est loin d’être parfait ; il y a place pour plus d’égalité et d’humanité36 ».

  • 37 Léon Bourgeois, Solidarité, Paris, A. Colin, 1897, 156 p. et Essai d’une philosophie de la solidari (...)
  • 38 P., Compte rendu de 1903-1904, p. 10.

25Désormais, selon le professeur Beauvisage qui préside l’assemblée générale de 1904, c’est à « la solidarité sociale, cette formule relativement récente » – le solidarisme défini par Léon Bourgeois37, également franc-maçon – d’adoucir les inégalités et les injustices, même si « certains osent la rallier, parce qu’ils ne comprennent pas la fraternité républicaine et ne peuvent concevoir qu’on puisse aimer son prochain autrement que pour l’amour de Dieu et pour mériter les vagues récompenses futures qu’ils attendent dans une autre vie, au moment de la grande distribution des prix du jugement dernier38 ».

  • 39 Cf. note 36.

26Républicains et laïques, les francs-maçons se tiennent à égale distance des socialistes et des croyants. On savait déjà qu’ils avaient été « l’Église de la République » : au Patronage de Lyon on les voit refuser autant l’attente du Grand Soir que l’espoir du Paradis céleste. La « problématique » des classes, comme on ne disait pas encore avant 1914, ne leur est pas inconnue. Ils la jugent inadéquate et en fait elle est étrangère à leur démarche intellectuelle qui privilégie le développement personnel et l’ascension individuelle puisqu’en ces temps d’égalité... l’homme n’a que le sort qu’il se fait39.

27Si les ouvriers sont présents dans leurs discours comme ils le sont dans la ville, ils n’en sont pas le centre et ils ne sont pas considérés comme un moteur de l’Histoire. Les francs-maçons privilégient les concepts liés à l’exercice du pouvoir politique et ne s’attardent guère à une lecture socioéconomique de leur environnement. Mais il faut bien rappeler que nous n’avons pas écouté ici la franc-maçonnerie, mais seulement des maçons philanthropes animateurs d’une importante fondation charitable.

Notes

1 À l’exception de Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française, Paris, Fayard, 1984, 3 tomes ; Daniel Ligou (dir.), Dictionnaire universel de la franc-maçonnerie (hommes illustres, pays, rites, symboles), éditions du prisme, 1974, 1398 p. + planches ; Daniel Ligou (dir.), Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, P.U.F., 1987, 1301 p. ; Gérard Gayot (présentée par), La franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Gallimard, Julliard, 1981, 252 p. (Collection « Archives »).

2 Pierre Chevallier, op. cit., tome 2, La franc-maçonnerie missionnaire du libéralisme (1800-1877), p. 230.

3 Une réalisation de la maçonnerie lyonnaise. La Société de Patronage pour les enfants pauvres de la ville de Lyon. La mémoire du cent-cinquantenaire (1840-1890), s. d. (1991), 155 p. (édité par la Société de patronage). Nous tenons à remercier tout particulièrement M. Jacques Filleul, président actuel du Patronage, pour l’accueil chaleureux qu’il nous a réservé et les facilités qu’il nous a accordées pour la consultation de ses archives.

4 Société de Patronage des enfants pauvres de la ville de Lyon, (plus loin « P. »), Compte rendu de 1854, p. 5.

5 Jean-François Six, Un prêtre lyonnais, Antoine Chevrier (1826-1879) et sa fondation d’un groupe de prêtres pauvres pour les pauvres : le Prado, Paris, le Seuil, 1965, 539 p.

6 Pierre Chevallier, op. cit., tome 3, La maçonnerie, Église de la République (1877-1944), p. 12.

7 Une réalisation..., op. cit., p. 5.

8 Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, publié sous la direction de, première partie (1789-1864), Paris, Editions ouvrières, 1972, tome 1, p. 210-211 ; Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny (dir.), Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Paris, Bourloton, 1891, tome 1, p. 292.

9 Mémoire en faveur d’un projet d’une société de patronage pour les jeunes enfants pauvres de la ville de Lyon et de ses faubourgs, aux frères composant le conseil général de la maçonnerie lyonnaise, par le frère César Bertholon, 1840.

10 Joseph Bergier a tenu son journal pendant plusieurs décennies. Justin Godart en a publié un bel extrait en 1924, Journal d’un bourgeois de Lyon en 1848, Paris, PUF, 179 p.

11 P., Compte rendu de 1859, p. 22.

12 Mémoire..., op. cit., cf. note 9.

13 Ibid.

14 Pierre Chevallier, op. cit., tome 2, p. 179.

15 P., Compte rendu de 1861, p. 12-13.

16 P., Compte rendu de 1843, p. 9.

17 P., Compte rendu de 1876, p. 12.

18 Par exemple, P., Compte rendu de 1890, p. 13.

19 P., Compte rendu de 1875, p. 2.

20 Acte de naissance, 16 août 1808, (Lyon).

21 Ibid., 3 brumaire an IX (Lyon, mairie du Midi).

22 P., Compte rendu de 1851, p. 11-12.

23 P., Compte rendu de 1852, p. 9.

24 P., Compte rendu de 1863, p. 20.

25 P., Compte rendu de 1851, p. 12.

26 Mémoire..., op. cit., cf. note 9.

27 P., Compte rendu de 1847-48, p. 10-11.

28 Lettre de Vachez à Bergier, 29 juin 1848. Publiée par Justin Godart, op. cit.

29 Lettre de Gastine à Bergier, 30 août 1848. Publiée par Justin Godart, op. cit.

30 Lettre de Kauffman à Bergier, 22 septembre 1848. Publiée par Justin Godart t, op. cit.

31 P., Compte rendu de 1850, p. 14-15.

32 Ducarre (1819-1883), conseiller municipal de Lyon en 1848, démissionne après le coup d’état, refusant l’Empire comme Bertholon. Élu représentant du peuple en 1871, sur les rangs de la gauche républicaine, il « prononça lors de la discussion de la loi sur l’internationale un discours d’une modération remarquée » (Dictionnaire des parlementaires (1789-1889), op. cit., tome 2, p. 436). Il est l’exécuteur testamentaire de Bergier.

33 P., Compte rendu de 1869, p. 16.

34 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, Paris, Le Seuil, 1990, (Collection « Points »).

35 P., Compte rendu de 1905-1906, p. 14.

36 P., Compte rendu de 1904-1905, p. 10-11.

37 Léon Bourgeois, Solidarité, Paris, A. Colin, 1897, 156 p. et Essai d’une philosophie de la solidarité, Alcan, 1902, 288 p.

38 P., Compte rendu de 1903-1904, p. 10.

39 Cf. note 36.

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search