Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Société

Cinquante ans d’histoire de l’association des veuves civiles de l’Isère

Note de l’éditeur

Communication inédite présentée à grenoble le 18 mai 1996, pour les cinquante ans de l’association des veuves civiles de l’Isère.

Texte intégral

1Retracer l’histoire de l’association des veuves civiles de l’Isère c’est se lancer dans l’analyse du développement du plus grand mouvement de femmes de France. Certes aujourd’hui nous ne commémorons pas le cinquantenaire du mouvement national qui s’appelle la FAVEC (Fédération des associations de veuves civiles) et qui compte quelque 60 000 membres, mais celui d’une association départementale, qui par son dynamisme en a été à l’origine. Aussi allons-nous essayer ici de brosser à grands traits cette histoire locale, mais qui a des accents nationaux, en nous basant sur les archives conservées au siège de l’association de la rue Palanka à Grenoble, dans des caves poussiéreuses, et sur les témoignages oraux que quelques-unes d’entre vous ont bien voulu me confier.

2Quelles raisons peuvent expliquer l’émergence d’un tel mouvement ? j’avais eu l’occasion de vous dire lors de votre congrès de Saint-Etienne en 1993 que les veuves, oubliées de l’histoire, n’avaient jamais constitué jusque-là un groupe organisé. Même les veuves de la guerre de 1914 qui se comptaient par plusieurs centaines de mille, qui étaient jeunes et avaient des enfants à élever, ne s’étaient jamais regroupées pour défendre leurs droits, si ce n’est dans les associations d’anciens combattants où elles restaient sous la « protection » des hommes. Certes, il y avait dans les paroisses des sections de l’association des veuves de guerre catholiques qui distribuaient vestiaires, secours et organisaient retraites et messes, bref des groupes d’entraide par la prière et par l’action. L’œuvre de sainte Françoise romaine regroupait dans les années trente toutes les veuves « désireuses de se sanctifier en se donnant à l’église par la consécration de leur veuvage ». Les seuls mouvements de veuves n’existaient donc, avant la seconde guerre mondiale, qu’au sein de l’église catholique.

La création de l’association : les personnes et les réseaux

  • 1 Le Dauphiné libéré du 11 juin 1946.

3L’association de l’Isère, suivie avec sympathie par les pouvoirs publics dès son origine, est née de deux impulsions : le mouvement familial qui, au lendemain de la Libération, se sent appelé à des tâches urgentes, dans le contexte difficile de la Reconstruction et de l’association des veuves de guerre qui vient de se constituer. En 1945 l’Union féminine civique et sociale (UFCS) organise une grande enquête sur tout le territoire français pour dresser un tableau de la situation des familles en France. L’enquête fait apparaître que les foyers les plus déshérités sont les foyers des veuves. Reprise auprès des maires de l’Isère, l’enquête départementale aboutit aux mêmes conclusions. Avec l’Union départementale des associations familiales une grande réunion est organisée le 15 juin 1946 sous la présidence du directeur départemental de la Population. C’est une veuve de la Résistance, Mme Raymond Bank qui annonce dans la presse locale la réunion du 15 juin1.

4Les veuves de guerre sont présentes à cette réunion. Leur association créée à Grenoble, par Mme Voisin, veuve d’un officer tué à Dunkerque, et mère de trois jeunes enfants, a pour présidente d’honneur la générale Champon, dont le mari, était mort en captivité en novembre 1940. Mme Voisin encourage vivement les veuves civiles à se constituer à leur tour en association. Elle trouve l’appui de Mme Marmissole, jeune veuve de vingt-six ans (depuis octobre 1944), qui est aussi la fille de la présidente d’honneur des veuves de guerre. Les liens entre les deux associations sont d’autant plus étroits qu’ils s’opèrent au sein des mêmes familles.

  • 2 Coupure de presse, septembre 1971.

5Mais il faut évoquer ici celle qui sera l’élément fort de cette association dont Mme Marmissolle vous a déjà parlé, Mme L’Huillier. Elle était proche de Témoignage chrétien. Elle appartenait à l’Union féminine civique et sociale de Grenoble et à l’Union départementale des familles. C’est elle qui accepte la présidence provisoire de l’association à naître et dépose les statuts à la préfecture le 18 septembre 1946. Née à Lyon en 1892, elle a donc 54 ans à la fondation de l’association de l’Isère. Elle avait été une des rares jeunes filles de sa génération à avoir suivi des études secondaires, ce qui lui permit après son veuvage – son mari, ingénieur chez Neyrpic, décède lorsqu’elle a 50 ans – de donner des cours de français aux étudiants étrangers de l’université de Grenoble2.

  • 3 Témoignage de Mme Marmissolle, le 9 mai 1995.

6L’association dispose dès sa naissance d’appuis précieux, celui de la mutualité, par l’intermédiaire de M. Frappat, cadre chez Merlin-Gerin, mutualiste actif (il est président de l’Union départementale des sociétés de secours mutuels de l’Isère et contribuera bientôt à la constructution de la clinique mutualiste). Elle a également le soutien de I’UDAF (Union départementale des Associations familiales) : son premier siège social est à l’adresse de cet organisme, 38 cours Jean-Jaurès, même si les permanences ont lieu alors au siège de I’UFCS3, 15 avenue Félix-Viallet. Elle ne s’installera 5 rue de Palanka qu’en décembre 1961. La caisse d’allocations familiales la voit aussi d’un bon œil puisque dès 1948 elle accorde pour la fête des mères des dons aux veuves allocataires ayant des enfants. En 1951 elle crée sur son budget d’action sociale un poste particulier de « secours aux veuves », prestations extra-légales versées tous les mois aux veuves ayant trois enfants et plus. Le poste de président du conseil d’administration de la Caisse d’allocations familiales était alors occupé par le président de I’UDAF.

  • 4 Nous avons également trouvé trace d’une association précoce, à Caen, sous la présidence d’une madam (...)
  • 5 Entretien avec Mme Pascal-Melot du 8 juin 1995.
  • 6 Qui devient président d’honneur de l’Association nationale jusqu’à sa mort en 1967, d’après Survivr (...)

7Un peu plus tard, à Paris, et sans qu’il y ait des relations entre les deux groupes se constituent une autre association de veuves4. Le cheminement est un peu le même : l’origine en vient de l’association catholique des familles de la paroisse des Batignolles vivement encouragée par le curé. Il soulève l’intérêt de Mme Pascal-Melot5 qui élève seule son fils depuis le décès de son mari en 1934 (elle est journaliste de mode). Dans le cadre de l’association générale des familles du XVIIe arrondissement, Mme Pascal-Melot constitue une commission féminine qui comprend entre autres une veuve de guerre. Comme à Grenoble c’est l’étude des budgets qui attire l’attention sur les veuves et pousse à créer une commission spéciale pour les veuves (automne 1948), d’une dizaine de femmes toutes très jeunes. Le président de l’association, René Méligne6, secrétaire de compagnie d’assurances, connaît bien les problèmes des veuves et approuve Mme Pascal-Melot qui souhaite alors constituer une association de veuves, qui les accueilleraient toutes sans distinction de religion et de classes sociales, ni d’opinion politique. Pour avoir plus d’audience face à des associations de femmes puissantes et très marquées politiquement, l’association parisienne se déclare en mai 1949 comme Association nationale des veuves civiles chefs de famille. Elle a entre-temps, toujours par l’intermédiaire des veuves de guerre appris l’existence des veuves civiles de Grenoble. C’est donc l’union entre ces deux associations qui formera le noyau initial de l’association nationale des veuves civiles, dont Mme Pascal-Melot sera la première présidente et Mme L’Huillier présidente adjointe. L’association se structure sur le modèle de celle des veuves de guerre. Il n’y a pas à l’origine, d’associations départementales mais des sections départementales de l’association nationale. L’association est reconnue d’utilité publique en 1959.

8Ses fondatrices ont un certain nombre de points communs, outre leur engagement dans la cause des veuves. Elles sont toutes issues d’un milieu social aisé, de propriétaires, où les familles sont insérées dans des réseaux nombreux. Leurs maris occupaient des postes importants et de responsabilité. Ils sont médecins, (comme le mari de Mme Simone Dubois secrétaire générale de l’association parisienne), ingénieurs (outre-mer souvent), cadres bancaires. Bien qu’ayant fondé une association non confessionnelle, elles appartiennent toutes à des milieux très catholiques, où l’on a le sens du service, comme dit Mme Marmissolle. Beaucoup appartiennent au « Groupement spirituel des veuves », mouvement catholique lancé par des veuves de guerre, devenu depuis « Espérance et vie ». Toutes les veuves de ce mouvement mettent un point d’honneur à adhérer à l’association des veuves civiles et constitue un de ses viviers le plus riche sinon le seul. Ce sont des femmes qui ont trouvé des appuis solides auprès de leur famille au moment de leur veuvage et qui vont se servir de cette chance relative pour défendre des compagnes moins favorisées. Ce sont aussi des femmes que leur veuvage a engagé dans une voie professionnelle, ce qui n’était pas envisagé dans leur formation initiale. Ce sont des femmes indépendantes. Leurs mères étaient des femmes au foyer, insérées dans un modèle traditionnel d’épouse et de mère, elles, elles sont salariées et l’association mobilise tout leur temps libre. Relevons enfin leur âge. Une seule a atteint la cinquantaine, Mme L’Huillier. Ce sont donc des veuves jeunes et même très jeunes souvent sans formation particulière sinon l’ouverture apporté par un milieu aisé et par l’éducation familiale.

  • 7 Le Dauphiné libéré, 14 octobre 1946.

9L’association de l’Isère rencontre très vite un grand écho. Dix ans après sa création, en 1956, elle compte 2 300 veuves et des groupes dans différentes villes du département, à Vienne (fondé non par une veuve mais par une femme mariée, orpheline de la guerre de 14), à Voiron, à Rives, à Saint-Marcellin, à Pont-de-Claix. C’est à Grenoble qu’a lieu le premier congrès national, les 13 et 14 octobre 1956 qui marque aussi le 10e anniversaire de l’association. Ce premier congrès compte 600 personnes et 16 départements y sont représentés (dont Alger)7. Il a lieu en présence du directeur départemental de la Population, représentant le secrétaire d’État à la Santé, du maire de Grenoble. Mme L’Huillier y reçoit la médaille du mérite social.

  • 8 Document interne : « Questionnaires d’identité 1994 – synthèse – ».

10L’association nationale ne cesse de grandir. 14 associations départementales se créent de 1946 à 1956, 19 encore de 1957 à 1967, 49 entre 1968 et 19788. Au début des années 1980 l’association est arrivée à son apogée, le territoire français est quasiment entièrement couvert. Elle se transforme en 1976 en Fédération des associations de veuves civiles chefs de famille.

Un groupe de pression

11Sans vouloir insister ici sur la structure nationale, nous ne pouvons éviter d’évoquer ici les modalités de son développement dans la mesure où elles permettent de comprendre comment une association modeste dans ses origines mais ambitieuse dans ses projets en est venue à intervenir sur la législation et à faire reconnaître des droits à une catégorie de population particulièrement démunie.

12Quels sont les problèmes les plus criants que les veuves ont à affronter en ces lendemains de guerre ? L’enquête effectuée pour le premier congrès de 1956 qui portait précisément sur la situation des veuves permet de situer l’ampleur des problèmes. Des problèmes de protection sociale, la Sécurité sociale naissante n’a pas prévu de protection particulière pour les femmes qui deviennent veuves et qui se retrouvent, un mois après la mort de leur mari, dépourvue de toute protection, pour elle et pour leurs enfants. L’allocation salaire unique était supprimé aux cinq ans de l’enfant. Quand elles ne travaillent pas, elles ne peuvent compter sur aucune ressource de la part de la collectivité. Si leur mari est décédé avant l’âge de 60 ans, elles n’ont droit à une pension de reversion qu’à l’âge de 65 ans. L’association va se battre sur plusieurs points mais essentiellement sur deux : l’attribution d’une allocation spécifique aux enfants orphelins, (réclamé régulièrement et inscrites aux motions finales des congrès de Nantes en 1961, Lyon en 1964, Lille en 1966), et l’assurance veuvage.

13Comment réaliser un tel programme ? Les veuves ont très vite compris que seul le nombre faisait la force. On raconte d’ailleurs volontiers dans l’Isère que Mme L’Huillier s’était fait courtoisement éconduire par les services préfectoraux qui lui avaient conseillé de revenir le jour où elle pourrait justifer de milliers d’adhérentes dans son association.

14L’association va donc devoir faire nombre et elle y réussit. La puissance de la FAVEC peut se lire non seulement dans le nombre de ses adhérentes mais aussi dans celui des participantes à ses congrès. Le Congrès de Grenoble avait réuni 600 personnes en 1956, les congrès suivants ne cessent de gonfler et sans citer ici toutes les données, donnons-en quelques-unes : 1 000 veuves présentes à Paris en 1969 – dont 30 venues du seul département de l’Isère –, trois fois plus à Nice en 1985 (3 000). Le nombre des participantes triple tous les 13-15 ans !

  • 9 Témoignage de Mme Marmissolle, le 9 mai 1995.
  • 10 Compte rendu d’activités de 1979 (AG de l’Isère, 1980).

15Le nombre a joué mais aussi les appuis parlementaires. Grâce au fils de la présidente de l’association grenobloise, qui est avocat, le mouvement des veuves est introduit auprès des milieux du MRP9. Le gouvernement s’intéresse au mouvement. Des ministres viennent assister aux congrès à partir du précédent créé par la présence de Jean-Marcel Jeanneney, ministre des Affaires sociales, au congrès de Lille en 1966. À Paris en 1969, on relève parmi eux Joseph Fontanet. Il faut signaler aussi le rôle de Marie Madeleine Dienesch, mais nous ne nous attarderons pas ici sur les rôles de toutes les personnalités ayant appuyé le mouvement des veuves. Notons seulement que cette attention apportée par le pouvoir politique culmine au congrès de Bordeaux, en 1979 où le président Giscard d’Estaing lui-même est présent « marquant ainsi sa reconnaissance de notre mouvement comme représentatif des 3 millions de veuves réparties dans toute la France sans distinction de milieu, de religion ou d’appartenance politique10 ».

  • 11 Mme Beaudreau, par exemple représente le PC.

16La mobilisation de l’opinion publique et des pouvoirs politiques porte ses fruits. Un groupe parlementaire se crée au Sénat d’abord sous la présidence de Jean Cluzel (Union centriste) en 1976, à la suite du congrès de Strasbourg, groupe qui rassemble quelque 120 sénateurs de toutes couleurs politiques11 puis à la Chambre. En 1983 ce dernier comportait 86 députés sous la présidence du RPR Emmanuel Aubert.

  • 12 Jean Cluzel, Les pouvoirs publics et les veuves, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprud (...)

17La FAVEC est devenu un groupe de pression, au bon sens du terme, ainsi que le reconnaît le sénateur Cluzel qui écrit au sujet de son groupe parlementaire : « c’est une structure parlementaire directement en prise sur une association qui a lancé la machine exécutive et qui permit ainsi d’améliorer le statut d’une catégorie sociale déterminée12 ». Il reconnaît ainsi le sérieux du travail entrepris par la FAVEC dont chaque congrès est préparé par un questionnaire adressé aux veuves, et paraissant dans le journal national « Survivre » publié depuis 1957.

18Les résultats sont à la mesure des actions entreprises même si la patience des veuves a pu être soumise à longue épreuve. Je résume ici les principales modifications législatives obtenues en faveur des veuves. En 1950 les allocations familiales sont servies à la mère, en dépit du décès du père, même si elle ne travaille pas. En 1962 la couverture maladie est obtenue pour six mois (mais il a fallu seize ans de négociations pour y parvenir !), puis en 1967 pour 1 an. En 1973 est acquis le droit à reversion à 55 ans

19Deux grandes victoires sont à signaler :

  • celle de l’attribution de l’allocation orphelin, annoncé par Chaban-Delmas à la présidente Mme Pascal-Melot, à la veille du congrès de Paris en 1969, que le président présente comme un cadeau pour les vingt ans de l’association. Pour Mme L’Huillier, la présidente de l’association grenobloise, ce fut un peu le couronnement de toute l’action qu’elle avait entreprise en faveur des veuves. Elle mourut peu de temps après avoir vu s’effectuer les premiers versements aux ayants droit.

  • celle de l’assurance veuvage en 1981, même si les conditions de cotisation et d’attribution laissent un goût amer à bien des adhérentes.

20Je n’insiste pas sur les revendications actuelles. Vous les connaissez mieux que moi. La revalorisation de la pension de reversion (52 % depuis 1982) est à l’ordre du jour ainsi que le relèvement du plafond de cumul autorisé entre droits à pension personnels et droits de reversion (inférieur au SMIC actuellement).

Une solidarité féminine

21Redescendons des sommets parlementaires et gouvernementaux pour nous intéresser à la réalité quotidienne de la vie d’une association. La FAVEC n’est pas seulement le premier grand mouvement de femmes de France, qui a su s’organiser à l’échelon national, nous venons de le voir, mais aussi un mouvement à forte emprise locale. Il est né de la base et non du sommet.

  • 13 Pourquoi cette exclusion des étrangères qui a disparu des statuts de 1976 ?

22Revenons à Grenoble et voyons comment concrètement s’est organisé ce mouvement de femmes qui n’est pas qu’un mouvement revendicatif mais aussi un mouvement de soutien. Les statuts déposés en 1946 donnent pour fonction à l’association avant même "la représentation des veuves auprès des pouvoirs publics – (b) de l’article 3 – de « grouper les femmes de nationalité française13, veuves, pour créer entre elles un esprit d’entraide mutuelle en dehors de toute considération politique ou religieuse ».

23Nous nous poserons plusieurs questions sur cette solidarité. Quelles sont les femmes qui ont adhéré à l’association des veuves ? Quel type d’action a-t-il été mené en leur faveur ? Qu’en ont-elles retiré ?

  • 14 Propos de Mme Pascal-Melot.

24La FAVEC d’aujourd’hui n’est pas un mouvement féministe, et ne prétend pas l’être, sauf peut-être dans l’acception que donne à ce mot une de ses anciennes présidentes, qui dit n’être pas féministe si ce n’est « comme une femme qui n’a pas eu besoin d’un homme pour vivre14 ». Mais elle est la plus grosse association de femmes de France et il nous faut donc maintenant brosser un portrait de ses adhérentes. Jusque là nous nous sommes placés du côté de l’équipe animatrice mais il est intéressant de voir quelles ont été les femmes qui ont trouvé aide et réconfort auprès de la FAVEC. Quelques chiffres d’abord. Leur nombre oscille, dans l’Isère, autour de 2 300 dans les années 1950 (1956) et il décline depuis le début des années 1980 ; 1981 : 1 700 ; 1987 : 1 300 ; 1993 : 1 056 ; En 1986 pour son quarantième anniversaire l’association de l’Isère regroupe 3 % des veuves de l’Isère (1 400 environ sur 46 000)

  • 15 En ne retenant que les dossiers dont le nom (d’épouse, et non de jeune fille) commençait par la let (...)
  • 16 1931 pour le plus ancien.
  • 17 Rapport de Mme de Bagneux au congrès de Grenoble, en 195.

25Le portrait des adhérentes de base est un peu différent de celui des responsables. Nous avons effectué deux sondages dans les dossiers d’adhésions15. Premier sondage, sur les premières veuves ayant adhéré à l’association, jusqu’en 1949, donc au cours des quatre premières années de l’association mais dont le veuvage pouvait remonter à plusieurs années16. Les deux tiers avaient entre 5 et 19 ans de mariage. L’association ne comptait donc que très peu de très jeunes veuves, mais très peu aussi de veuves ayant connu de longues années de mariage, 14 % seulement ont plus de 30 ans de mariage. Sur le plan national, l’enquête de 1956 fournit les mêmes données : la majorité des adhérentes se situe entre 25 et 55 ans17. Démographiquement donc elles ressemblent aux femmes qui ont crée l’association, des femmes encore jeunes. Le plus grand nombre d’entre elles a eu deux enfants, les mères sans enfants ou d’enfants uniques étant plus nombreuses que les mères de trois enfants et plus. Socialement elles appartiennent à tous les milieux. Ont adhéré à l’association la veuve d’un magistrat, d’un directeur d’usine électrique, d’un professeur à l’institut électrotechnique, plusieurs veuves d’ingénieur ou d’industriels. Il y a aussi des veuves de fonctionnaires, de gros commerçants ou d’artisans mais aussi de mécaniciens, de manœuvres, bref une palette assez variée où dominent toutefois le monde des cadres et des professions libérales, surreprésenté par rapport à la pyramide sociale française, comme si l’utilité d’appartenir à l’association était plus "naturelle" aux femmes d’un certain milieu qu’aux autres mal informées, trop démunies ou trop timides. Le rapport présenté par Mme L’Huillier au congrès de Paris en 1969, qui reposait sur la réponse de 1256 veuves à un questionnaire adressé par l’association laisse apparaître la même surreprésentation des catégories supérieures de la société (24 % de veuves de professions libérales et d’industriels, 20 % seulement de veuves d’agriculteurs). Notons que les veuves qui adhèrent à l’association de l’Isère au cours de ses premières années sont réparties dans le département. L’association a largement essaimé dès ses premières années sur l’ensemble du département de l’Isère. Les Grenobloises ne représentent qu’à peine plus de la moitié des adhérentes.

  • 18 Le sondage porte cette fois sur 129 veuves.

26Second sondage, vingt ans plus tard, parmi les veuves ayant adhéré au cours de la décennie 1960-196918. Elles ont vieilli, au moins si l’on en juge par la durée de leur mariage. 45 % désormais (contre 14 auparavant) ont plus de 30 ans de mariage. Concernant la dimension des familles on retrouve un mode à deux enfants, 46 % de femmes sans enfants ou à enfant unique contre moins d’un tiers de familles de trois enfants et plus. Les familles nombreuses sont encore plus rares qu’au cours des premières années.

  • 19 Elles sont au nombre de 48.

27Derniers portraits, ceux qui correspondent aux veuves qui ont bien voulu retourner le questionnaire que je leur avais adressé lors de l’assemblée générale du printemps dernier19. 60 % d’entre elles ont plus de 70 ans. 6 % seulement moins de 56 ans, c’est-à-dire sont nées depuis 1940. Le vieillissement ne fait plus de doute. La structure familliale reste la même, le mode, à deux enfants, mais la taille des familles est un peu plus importante. 46 % ayant eu trois enfants et plus.

28L’association a apporté une aide juridique à ses veuves défendant leurs droits auprès de différents organismes, ce qui se traduit par un important travail de conseil et de secrétariat. En 1954 par exemple sont envoyées quelque 2 640 lettres et la permanence qui se tient 3 jours par semaine reçoit 2 552 visites. En 1980, l’association qui compte 1 550 personnes envoie 4 800 enveloppes et traite 25 dossiers de reversion ou de retraite personnelles. C’est dire l’ampleur du travail pour une association de bénévoles qui doit vite benéficier de l’apport d’une permanente salariée.

  • 20 Compte rendu de l’année 1954.

29L’association a aussi apporté une aide en argent ou en nature, sur le modèle de la charité traditionnelle, qui permet encore aux lendemains de la guerre d’adoucir les situations les plus dures. Pour Noël elle remet colis et bons de charbons aux plus nécessiteuses. Elle achète laine et tissus et fait confectionner chandails, chaussettes, tabliers. Par l’intermédiaire de la campagne de l’enfance ou de la campagne des vieillards elle fait attribuer quelques dons à des veuves de l’association. Elle organise des visites à l’hôpital et des groupes de quartier ou de rue, chaque veuve responsable étant chargée de trois ou quatre veuves de son secteur20.

  • 21 Idem.
  • 22 Exemple du compte rendu fianncier de l’année 1971 : sur un total des « entrées de 39 744, 21 350 vi (...)

30Au sein de l’association, la première forme de solidarité d’envergure va être celle de l’organisation de la vente annuelle de charité, qui se tient à l’origine lors de la kermesse des veuves de guerre, où elle tient un comptoir de lingerie et d’alimentation21. Pour certaines cette participation s’inscrit dans leur pratique habituelle des ventes paroissiales. C’est parfois par ce biais qu’elles rentrent dans l’association, en s’inscrivant pour tenir un stand. Cette vente, appelée plus tard « petite foire aux cadeaux », s’émancipa de la cohabitation d’avec les veuves de guerres et s’étoffa – elle comprit aussi un stand de papeterie. Elle n’a été supprimée qu’en 1992. Elle a eu une efficacité bien tangible. Elle fournissait plus de la moitié des ressources annuelles22 et a permis pendant de longues années de payer le salaire d’une secrétaire.

  • 23 D’après le cahier de la mutuelle aimablement remis en consultation par Mme Martel.

31Dans le domaine de la protection sociale l’association de l’Isère va apporter sa pierre avec la création d’une mutuelle. Le 31 janvier 1953 se tient l’assemblée générale constitutive d’une mutuelle concernant les veuves civiles et les veuves de guerre, sous la présidence de Mme L’Huilier, pour les premières, Mme Voisin, pour les secondes et M. Frappat, président de l’Union départementale des sociétés de secours mutuels de l’Isère. Mme Martel est élue présidente. Grâce à M. Frappat cette mutuelle est rattachée La Mutuelle familiale de l’Isère qui fixe les barèmes. Les adhésions affluent, 44 en octobre 1953, 468 fin décembre, 769 un an plus tard23. Des sections s’ouvrent à Vienne dès 1953, à Voiron (1954), à St-Marcellin en mars 1955. Très vite poutant la mutuelle se plaint de son manque de ressources et des dépenses trop élevées qu’elle doit assurer. Six ans après sa création « le déficit est trop élevé ». Les veuves ne sont plus que 450 à adhérer en 1967 mais elle a permis pendant 14 ans d’assurer près de 2 000 femmes (1960).

32En 1973 quand la mutuelle familiale de l’Isère refuse de la prendre en assurance, la mutuelle des veuves se rattache alors à la Caisse chirurgicale mutualiste, qui prend depuis peu en charge le risque maladie. La mutuelle des veuves devient donc à partir du 1er janvier 1973 la déléguée de la Caisse chirurgicale mutuelle de l’Isère. Elle ne compte plus alors qu’une bonne centaine d’adhérentes. Elle s’est effritée du fait de la multiplicité des régimes offerts, qui concourent à une meilleure couverture globale des veuves. L’Isère a été pionnière puisque la Mutuelle nationale des veuves ne remonte qu’à 1980.

33Enfin au cours des deux dernières décennies s’est mise en place une commission loisirs qui organise sorties et voyages annuels. En 1981 un repas mensuel regroupe de 80 à 90 personnes, en 1983 un voyage de trois jours est organisé dans le Jura, un autre de 12 jours en Italie, etc. L’association enregistre comme le reste de la société française le développement du goût pour le voyage et l’enrichissement relatif des ménages français qui peuvent, désormais, les veuves comme les autrres, consacrer une part de leur budget en dépenses de divertissement et de culture.

34Je pourrais encore parler des sessions de formation organisées par l’association mais elles se font en accord avec la FAVEC et il est temps de dire quelques mots sur la façon dont l’association est perçue par les adhérentes.

35Grâce à tous les témoignages oraux que j’ai pu recueillir, – et je m’excuse de ne pas avoir pu aller écouter toutes celles qui avaient accepté de me rencontrer –, j’ai pu me rendre compte de la force des liens qui s’étaient créés au cœur de l’association.

36L’épreuve du veuvage renforce souvent les liens antérieurs qui unissent deux amies. La solidarité entre veuves est un mouvement spontané que certains témoignages nous ont révélé. Mme Garrel et une de ses amies devenues veuves au cours de la même année, et contraintes de déménager, ont choisi, au moment de s’installer, deux appartements différents mais dans le même immeuble. Elles ont pu ainsi conserver des liens déjà très forts, de l’ordre de ceux que l’on observe dans les familles.

37Mais la majorité des personnes qui ont donné un témoignage insistent sur le fait qu’elles ont trouvé un appui psychologique auprès de la FAVEC. Elles ont trouvé « un soutien amical » ; certaines disent avoir connu leurs meilleures amies à l’association. Le soutien amical est primordial, beaucoup de veuves disant même que c’est la seule chose que leur ait apportée l’association, mais ce n’est pas dans leur bouche, le moindre des compliments.

Conclusion : l’affaire d’une génération ?

38Si l’on réinsère l’histoire de l’association des veuves dans les changements majeurs qui ont traversé notre société au cours de ces cinquante ans, puisqu’il n’y a pas d’institution à l’écart de son siècle, que découvre-t-on ?

  • que l’association a en cinquante ans obtenu un certain nombre de garanties qui ne rendent plus aussi pertinente aujourd’hui la nécessité d’une action collective. Certaines sont d’ailleurs valables pour les veuves et les veufs ou pour toute personne seule. Certes, sur les marges, des améliorations sont toujours envisageables, comme la revalorisation de la pension de reversion, de 52 à 60 %, le relèvement du plafond de cumul autorisé qui reste inférieur au SMIC. Des menaces pèsent toujours comme la suppression de la demi-part accordé aux personnes seules ayant élevé un enfant. Mais la situation des veuves n’est plus aussi cruciale qu’il y a cinquante ans, et il ne fait aucun doute que la FAVEC y est pour beaucoup.

  • que démographiquement, avec l’accroissement de la durée de la vie et l’inégalité qui touche femmes et hommes face à la mort, les veuves sont massivement aujourd’hui des personnes agées, qui n’ont manifestement pas les mêmes problèmes que ceux qui ont été à l’origine de la FAVEC et qui peuvent trouver dans d’autres mouvements réponses à leurs besoins. Pour les loisirs, en particulier, la concurrence est forte.

  • que l’émancipation féminine qui a entraîné pour les filles un allongement de la durée des études et une formation professionnelle, les a rendu plus proches sur le plan professionnel de leurs maris et moins dépendantes financièrement de celui-ci. Le veuvage n’entraîne plus pour elles les mêmes traumatismes que pour leurs aînées. Il ne fait plus courir à la famille un risque total de naufrage (certes toutes ces conclusions restent générales et doivent s’entendre en comparaison avec ce qui était le lot de la majorité d’entre elles quelques décennies plus tôt).

  • que les femmes hésitent désormais à inscrire leurs chagrins privés sur la place publique. Le veuvage n’est plus assumé de manière glorieuse comme il a pu l’être par les générations précédentes. Dès la fin des années 1970, il était reconnu, par l’association elle-même, que les jeunes veuves désormais hésitaient à décliner leur situation familiale. Le deuil devient une affaire privée et moins sociale. En outre la recomposition des familles à laquelle on assiste, du fait des divorces et des séparations, semble bien affecter aussi le statut de la veuve qui est sans doute plus provisoire que précédemment. C’est un constat qui n’entraîne pas de jugement de valeur.

39Aussi est-ce par une question que je voudrais conclure. Le combat, efficace, nous pensons l’avoir démontré, de l’association des veuves, a-t-il été celui d’une génération de femmes, née au cours du premier quart de notre siècle, qui a su prendre en mains son destin et donner un sens à son deuil conjugal en créant une association puissante – et en ce sens a participé aussi du mouvement de libération des femmes – ? Est-il encore celui des veuves d’aujourd’hui et demain ?

Notes

1 Le Dauphiné libéré du 11 juin 1946.

2 Coupure de presse, septembre 1971.

3 Témoignage de Mme Marmissolle, le 9 mai 1995.

4 Nous avons également trouvé trace d’une association précoce, à Caen, sous la présidence d’une madame Letailleur. Tout renseignement serait précieux à ce sujet.

5 Entretien avec Mme Pascal-Melot du 8 juin 1995.

6 Qui devient président d’honneur de l’Association nationale jusqu’à sa mort en 1967, d’après Survivre.

7 Le Dauphiné libéré, 14 octobre 1946.

8 Document interne : « Questionnaires d’identité 1994 – synthèse – ».

9 Témoignage de Mme Marmissolle, le 9 mai 1995.

10 Compte rendu d’activités de 1979 (AG de l’Isère, 1980).

11 Mme Beaudreau, par exemple représente le PC.

12 Jean Cluzel, Les pouvoirs publics et les veuves, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1983, p. 41.

13 Pourquoi cette exclusion des étrangères qui a disparu des statuts de 1976 ?

14 Propos de Mme Pascal-Melot.

15 En ne retenant que les dossiers dont le nom (d’épouse, et non de jeune fille) commençait par la lettre B qu’un sondage nous a révélé être la lettre la mieux représentée (15 % environ du total).

16 1931 pour le plus ancien.

17 Rapport de Mme de Bagneux au congrès de Grenoble, en 195.

18 Le sondage porte cette fois sur 129 veuves.

19 Elles sont au nombre de 48.

20 Compte rendu de l’année 1954.

21 Idem.

22 Exemple du compte rendu fianncier de l’année 1971 : sur un total des « entrées de 39 744, 21 350 viennent de cette petite foire aux cadeaux ».

23 D’après le cahier de la mutuelle aimablement remis en consultation par Mme Martel.

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search