Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Santé

Une population privilégiée ? : Les tuberculeux en sanatorium

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans « Morts d’inanition » : famine et exclusions en France sous l’Occupation, Isabelle von Bueltzingslœwen (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 163-179.

Texte intégral

1Les tuberculeux hospitalisés en sanatorium ont-ils vu se dégrader dramatiquement leurs conditions de vie sous l’Occupation ? Ont-ils souffert des restrictions et sont-ils morts de faim comme les aliénés ? En partant du constat du silence des médecins sur la question, j’analyserai le cas d’un sanatorium, celui des Petites Roches à Saint-Hilaire-du-Touvet, qui est, comme la maison de retraite d’Albigny et l’hôpital psychiatrique du Vinatier, propriété du département du Rhône. L’étude de cet établissement peut donc fournir des éléments de comparaison utiles à notre réflexion.

  • 1 D.-S. Barnes, « The rise or fall of tuberculosis in Belle-Epoque France : a reply to Allan Mitchell (...)

2En 1939, la tuberculose n’est plus à son apogée – elle a commencé à décliner dès la fin du XIXe siècle1 – mais elle reste la première cause de mortalité en France, et surtout, elle est à l’origine de la mise en place d’un immense réseau d’hospitalisation spécifique, qui compte quelque 17 000 lits, installés pour la plupart en région parisienne pour répondre aux besoins de la capitale. Il faut enfin préciser que, le sanatorium sélectionnant ses patients, l’immense majorité des tuberculeux est alors hospitalisée à l’hôpital général puisqu’il est admis que seuls quelques malades peuvent tirer profit de la cure d’air. La situation des tuberculeux hospitalisés en sanatorium ne représente donc pas, de beaucoup s’en faut, la condition de tous les tuberculeux hospitalisés.

Un silence général

  • 2 Roger Even, « Les tuberculeux et les restrictions », Revue de la tuberculose, 1941, n° 3-4, mars-av (...)

3Alors que la société médico-psychologique s’interroge, dès le printemps 1941, « sur les moyens propres à sauvegarder l’existence de nos malades », sur la sensibilité particulière des malades mentaux à l’avitaminose B1 et sur les états de carence observés dans les hôpitaux psychiatriques, les journaux médicaux généralistes n’abordent jamais la question des tuberculeux hospitalisés. Ni La Presse médicale, qui fait autorité dans le monde médical à la fois par ses articles et ses comptes rendus des réunions des sociétés savantes, ni le Bulletin de l’Académie de médecine n’évoquent de problèmes alimentaires dans les sanatoriums. La Revue de la tuberculose est tout aussi discrète. Elle n’aborde la question qu’une seule fois, en mars-avril 1941, avec un article sur « Les tuberculeux pulmonaires et les restrictions » à l’Assistance publique de Paris. Son auteur démontre que la ration quotidienne des tuberculeux a diminué de 8 % : alors qu’elle était de 2 600 à 2 800 calories avant les restrictions, elle est tombée entre 2 400 et 2 500 calories. « Cette réduction explique que le pourcentage des malades ayant pris du poids en trois mois a diminué de 7,6 % (…) C’est trop je l’accorde mais est-il possible de mieux faire ? Et alors que les causes essentielles sont connues de tous, n’est-il pas odieux de soupçonner l’honnêteté du personnel hospitalier local et injuste d’incriminer la négligence de l’administration centrale ? Je regrette autant que quiconque les restrictions et si j’ai un vœu à formuler c’est qu’elles disparaissent au plus tôt. Mais en attendant leur disparition, je serais heureux si tous les tuberculeux de France n’avaient connu jusqu’ici et ne connaissaient dans les mois à venir, d’autres restrictions que celles qui ont été imposées aux tuberculeux de l’Assistance publique de Paris2 ». L’auteur ne s’en alarme pas, concluant comme beaucoup d’autres, que le malheur doit être partagé

  • 3 Ch. Guernez-Rieux, A. Duthoit, H. Warembourg, Revue de la tuberculose, 1941, n° 5-6, mai-juin, p. 2 (...)
  • 4 Etienne Berthet, « Note sur la recrudescence de la tuberculose observée dans les dispensaires antit (...)
  • 5 Bulletin de l’Académie de médecine, séance du 5 janvier 1943, allocution de M. Georges Guillain, pr (...)
  • 6 Ibid, allocution de M. Balthazard, président pour l’année 1943.
  • 7 Bulletin de l’Académie de médecine, 20 avril 1943, p. 242-243.

4Cette discrétion est-elle le signe d’un maintien de bonnes conditions de vie dans les sanatoriums ou d’un silence coupable ? Quelles pourraient en être les raisons alors que par ailleurs la recrudescence de la tuberculose inquiète les médecins. En juin 1941, une équipe de Lille analyse « la recrudescence actuelle des tuberculoses ganglionnaires chez l’adulte et le vieillard3 » et compare la situation dénoncée à celle des Empires centraux et des régions envahies du Nord de la France lors de la première guerre mondiale. Un autre article signale que les dispensaires grenoblois ont enregistré une recrudescence de la tuberculose depuis 19404. En janvier 1943, le président sortant de l’Académie de médecine dénonce le nouveau régime alimentaire des Français qui « est un régime infra-vital de famine lente » dont les conséquences sont déjà visibles : « la mortalité du département de la Seine s’est élevée d’un tiers, la tuberculose est devenue plus fréquente avec des formes évolutives et graves5 ». Le nouveau président insiste : « La sous-alimentation… pousse nos vieillards vers la tombe, voue à la tuberculose nos adolescents et nos séniles précoces6 ». L’Académie de médecine vote à l’unanimité un vœu : elle appelle instamment et d’urgence l’attention des pouvoirs publics sur les dangers redoutables – en particulier celui de la tuberculose – qui menacent la population française et, avec elle, en raison de la contagion accrue et inévitable, les pays étrangers qui utilisent la main d’œuvre de notre nation. Ces dangers résultent de l’insuffisance excessive des apports en viande, en corps gras et en légumes secs7.

  • 8 Jusqu’en janvier 1943
  • 9 Lyon Médical, 1943, tome 1, p. 172-174.
  • 10 Lyon Médical, 1943, tome 1, p. 343-346.
  • 11 Lyon Médical, 1943, tome 2, p. 261-268.
  • 12 Lyon Médical, 1942, tome 2, p. 253, 274 et 295.
  • 13 Georges Gauthier, « À propos des restrictions alimentaires sur l’éclosion des dermatoses », L’Aveni (...)
  • 14 A.-C. Benitte, « Répercussions des restrictions alimentaires sur la santé publique », L’Avenir médi (...)
  • 15 A.-C. Benitte, « Le point de vue médical sur la réglementation des produits alimentaires nouveaux » (...)

5La presse locale, dans la région lyonnaise, est tout aussi silencieuse sur la question de l’alimentation en sanatorium. Le Lyon Médical rend compte des réunions de la société médicale de Lyon, fondée par Jules Courmont et alors présidée par le professeur Mouriquand8, le spécialiste des vitamines, qui a attiré l’attention des pouvoirs publics sur les carences alimentaires. Elle se fait l’écho de la réunion des médecins-conseils qui, le 2 février 1942, réclament l’attribution de la carte T (350 g de pain quotidien) à tous les travailleurs. En 1943, le journal relate les réunions de cette société lors desquelles ont été abordées la surmortalité des malades débiles mentaux épileptiques du pavillon Saint-Lazare du Perron9, celle des malades de l’hôpital psychiatrique du Vinatier10 lors de la réunion du 16 juin 1942 et celle des détenus des prisons de Lyon le 23 février 194311. Mais là encore, rien sur les sanatoriums. Pourtant la tuberculose suscite un grand intérêt. Le docteur Jean Marinet, ex-assistant des sanatoriums Mangini, d’Hauteville et du Roc-des-Fiz, présente des « Vues essentielles sur le plan d’organisation antituberculeuse », en trois articles publiés en 194212, mais jamais il n’évoque la sous-alimentation en sanatorium. Il faut encore signaler l’absence de dénonciation des opposants au système officiel de lutte antituberculeuse. Ce dispositif, mis en place par les lois Bourgeois de 1916, qui instaure les dispensaires, et Honnorat de 1919, qui fait obligation aux départements de résoudre l’hospitalisation de leurs tuberculeux, ne fait pas l’unanimité. Beaucoup de médecins de ville choisissent de l’ignorer et soignent leurs malades à domicile plutôt que de les envoyer loin de chez eux. Il existe aussi une opposition plus fondamentale à ce système, qui repose sur une conception foncièrement opposée de la maladie, et qui a son plus illustre représentant à Lyon en la personne de Louis Lumière. Celui-ci se refuse à croire la tuberculose contagieuse et maintient l’idée d’une maladie héréditaire dont le traitement ne justifie pas l’éloignement du foyer. Il préfère traiter aux sels d’or – qu’il fabrique dans son usine de Lyon – les patients qui se présentent à sa clinique. Son statut (il n’est pas docteur en médecine) le discrédite aux yeux du corps médical et son journal L’Avenir médical ne fait preuve d’aucune complaisance envers la médecine officielle. Or, pendant les années de guerre, LAvenir médical ne mentionne jamais les éventuelles difficultés traversées par les sanatoriums y compris dans les articles consacrés aux restrictions parus en décembre 194213 ainsi qu’en mars-avril14 et en juin 194315.

  • 16 Allocution de Bernon, Revue de la tuberculose, 1944-45, n° 7-9.

6Au lendemain de la guerre, même silence. Lors de la séance de la société de lutte contre la tuberculose du 9 décembre 1944, le président se réjouit de « la France redevenue libre » et rappelle brièvement « tous les obstacles que nous rencontrions journellement pour renouveler notre matériel professionnel, trouver des lits en sanatoria pour nos malades et plus particulièrement en cure climatérique, maintenir dans nos établissements une alimentation suffisante et le chauffage indispensable16 ». Ces « obstacles » n’ont semble-t-il pas conduit à des drames. Quant à la première conférence internationale de la tuberculose d’après guerre, qui se tient en 1950, elle ne se penche pas du tout sur la période de la guerre. Pour clarifier la nature de ce silence, force est donc d’aller voir sur le terrain.

Les Petites Roches sous l’Occupation

  • 17 Dominique Dessertine, « Le sanatorium du département du Rhône à Saint-Hilaire-du-Touvet, des origin (...)
  • 18 Bruno Guirimand, Si Les Petites Roches m’étaient comptées, Grenoble, imprimerie Guirimand, 1970, p. (...)

7Le sanatorium des Petites Roches est situé sur le plateau est de la Chartreuse, face au massif de Belledonne. Plus grand sanatorium public de France avec ses 650 lits, il a été la grande œuvre du département du Rhône entre les deux guerres, son inauguration en 1933 concrétisant la politique de grandeur d’un département qui avait tenu à affirmer ses positions hygiéniques17. L’établissement n’est pas le seul sur le plateau de Saint-Hilaire. Il côtoie le sanatorium de l’Association métallurgique et minière, ouvert en 1929, qui compte 300 lits, et le sanatorium des étudiants de 150 lits. Plus d’un millier de malades sont ainsi présents sur le plateau au moment de la déclaration de guerre. La commune, qui est passée de 219 habitants en 1921 à 2 188 en 193618, doit tout à cette emprise hospitalière.

  • 19 En 1937.
  • 20 Archives départementales du Rhône (ADR), 3565 W 3, Conseil général, 6 mai 1940.

8Le sanatorium des Petites Roches est loin de faire l’unanimité. Les politiques sont très critiques sur sa fonction depuis qu’ils ont constaté que l’établissement ne se remplit pas et que ceux à qui il était destiné, les habitants du département du Rhône, ne représentent que le tiers des présents19. Ainsi le maire de Lyon Édouard Herriot, constatant que les médecins des Hospices civils – à l’origine du projet – étaient responsables d’une construction surdimensionnée redit, après bien d’autres, le 6 mai 1940, que ce sanatorium doit être transformé en sanatorium national, puisqu’il est inutile au département du Rhône20.

  • 21 Dominique Dessertine, « Le sanatorium du département du Rhône à Saint-Hilaire-du-Touvet, des origin (...)
  • 22 ADR, 3565 W1, Conseil départemental du Rhône.
  • 23 ADR, X 5104 ou 285, 12 septembre 1940.
  • 24 Le 29 septembre 1942 par exemple.
  • 25 ADR, X 5 137, dossier F.

9L’établissement fonctionne sous la tutelle d’une commission de surveillance instituée par la loi Honnorat et composée de neuf personnes, six nommées par le préfet et trois désignées par le conseil général. En 1939, elle est présidée, depuis sa mise en place en 193221, par Bender, ancien président du conseil général du Rhône, élu radical-socialiste du canton de Belleville. Voillot, conseiller général de Villeurbanne et sénateur depuis 1904, en est le vice-président. Elle comprend en outre le professeur Paul Courmont de l’Institut bactériologique, le professeur Lépine, doyen de la faculté de médecine de Lyon, et le docteur Augros, de l’Alliance démocratique, vice-président du conseil général. La mise en place (loi du 7 août 1942) du conseil départemental nommé en modifie la présidence22. Augros, qui représente le conseil départemental au comité départemental de lutte contre la tuberculose du Rhône, prend la place de Bender. Le sanatorium est dirigé par le docteur Demange, qui reste en poste pendant toute la guerre. Il n’y a pas de changement dans la composition de la commission de surveillance pendant la guerre, à l’exception de l’arrivée du président des caisses primaires d’assurances sociales23 et d’Eugène André, président de la mutualité du Rhône, alors représentant de la Fédération nationale de la mutualité française en zone sud. À certaines séances assistent aussi le professeur Rochaix et le secrétaire général des Hospices civils24. L’établissement est donc sous la tutelle de spécialistes de la tuberculose et de représentants des hôpitaux et de la protection sociale. Il abrite quelque 800 personnes, malades et personnel soignant, et en 1941, 6 médecins adjoints au médecin-chef25.

  • 26 ADR, X 264, fiche 472, Commission de surveillance, 13 octobre 1939.

10La déclaration de guerre a des incidences directes sur la vie du sanatorium car elle modifie son recrutement. Dans un premier temps, elle tarit le nombre des entrées. 75 lits de femmes restent ainsi inoccupés. La commission du 13 octobre 1939, à laquelle assiste le préfet Bollaert, propose donc « d’envoyer le personnel devenu libre, dans d’autres établissements, peut-être même à l’hôpital du Vinatier qui regorge de malades. Il serait anormal que nous recrutions du personnel pour le Vinatier, alors que nous en avons en surnombre dans d’autres établissements ». Un mois plus tard, en novembre 1939, il y a 249 lits vacants au total. Édouard Herriot suggère alors d’accueillir des enfants, puisque les médecins, selon lui, privilégient désormais le traitement à la montagne, et non plus à la mer, et que l’hôpital de Giens (Var), qui appartient aux Hospices civils de Lyon, est déserté. Le 9 août 1940 arrivent six garçons et filles de 14 à 18 ans ; un autre convoi est attendu en septembre. Cette réorientation de l’établissement en direction des adolescents n’est pas poursuivie par la suite, le préfet la refusant du fait de la réquisition des lits militaires26.

  • 27 ADR, 5 X 5104 ou 285, 21 juillet 1942.
  • 28 Ibid.
  • 29 ADR, X 5134, Commission de surveillance, 29 janvier 1948.

11Aux malades civils s’ajoutent en effet des malades militaires. L’armée ayant réquisitionné 150 lits aux Petites Roches et 150 lits au sanatorium de l’Association métallurgique et minière, la commission de surveillance déclare préférer recevoir la totalité des 300 et confier à l’autre établissement les malades civils. Il ne fait aucun doute que cette modification dans le statut des malades enlève une épine du pied à la commission de surveillance qui, depuis les origines, peine à remplir cet immense établissement isolé. La convention du 17 juin 1940 confie donc à l’établissement l’accueil de 300 militaires tuberculeux27. La moitié de l’établissement change donc de fonction. Les malades militaires étant soignés par trois médecins militaires et vingt infirmières, le sanatorium remet à la disposition du ministère de la Santé trois médecins civils. Mais cet accueil de militaires se révèle plus limité que prévu. En juillet 1942, les soldats ne sont que 7228. Comme antérieurement, l’établissement, qui compte 646 lits, n’est jamais rempli sous l’Occupation. Le nombre des présents oscille entre 550 en 1939 et 600 au maximum en 194229.

  • 30 Conseil départemental, 14 mai 1943 - 27 octobre 1943.
  • 31 In memoriam, le docteur Albert Bonniot (1890-1965), Grenoble, Les Amis de l’université de Grenoble, (...)

12Le sanatorium continue cependant pendant toute la période sa politique d’aménagement. En 1941 et 1942, il entreprend et achève la construction et l’aménagement du bloc opératoire30 commun aux trois sanatoriums du plateau, confié au docteur Bonniot31, et reçoit l’aval des autorités sanitaires locales (le directeur régional de la santé) et nationale (le secrétaire d’État à la Santé) pour la création d’un poste d’assistant chirurgical. Se voulant toujours à la pointe du progrès thérapeutique, il est un des premiers à introduire la chirurgie dans ses murs.

  • 32 ADR, X 5134, Commission de surveillance, 13 avril 1945.
  • 33 Dr Bruno Guirimand, Si Les Petites Roches m’étaient comptées, op. cit., p. 249.

13L’établissement est cependant traversé par les tensions qui divisent la France de l’Occupation. Il souffre des conséquences de la politique antijuive de Vichy. Le dentiste juif est exclu, sur dénonciation, en novembre 1941 et remplacé par l’époux d’une femme médecin. Deux de ses médecins et un employé sont à la milice. L’un d’eux est exécuté en 1945. Un pharmacien et deux employés passent devant la commission d’épuration32. En revanche, le médecin-directeur, le docteur Demange, soigne les blessés de la Résistance. Bruno Guirimand écrit que le sanatorium du Rhône est devenu le point de convergence des réfractaires au STO et des résistants blessés ou malades33.

La faim, pas la famine

  • 34 ADR, X 264.
  • 35 15 tonnes d’aloyau, 10 tonnes de cuisses de bœuf (de bons morceaux donc, prélevés sur des animaux d (...)

14Les délibérations de la commission de surveillance ne laissent apparaître aucun problème alimentaire majeur. La situation est comparable à celle que traverse le reste de la France : restrictions et difficultés d’approvisionnement. Fin 1939, la femme d’un malade se plaint de la qualité de la nourriture. Le directeur répond que « seuls les menus ont été simplifiés pour les jours de fête et les dimanches mais (que) la qualité de la nourriture est restée la même. » En mai 1940, le préfet informe les autorités et le conseil général qu’il faudra réduire les consommations pour les nécessités de la défense nationale. « Il en est ainsi surtout pour les viandes de boucherie dont l’achat à la cheville devra être remplacé pour la plus grande partie par des acquisitions de viandes frigorifiées, même dans les établissements hospitaliers communaux34 ». À cette date il est donc question de qualité et non de quantité. Les adjudications des deux semestres de 1940 sont conformes à celle de 193935.

  • 36 Il doit vouloir dire 700 résidents (avec les soignants), ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveill (...)
  • 37 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 29 septembre 1942.
  • 38 Ibid., 3 février 1943.
  • 39 ADR, X 264, dossier 474, 6 août 1943.

15La première difficulté concerne l’alimentation en lait. En novembre 1940, le secrétaire général pour l’administration constate qu’il n’y a quotidiennement que 10 litres de lait pour 700 malades36, ce qui, bien sûr, est insuffisant. Trois plaintes arrivent à la connaissance de la commission. La première, en septembre 1942, émane du président de l’amicale des malades qui « expose que la nourriture des malades est bonne mais un peu insuffisante. Il voudrait des pâtes plutôt que des légumes qui sont un peu moins nourrissants37 ». Le grief est léger si l’on songe que, trois mois plus tôt, le Dr Requet a démontré à la société médicale des hôpitaux que les malades internés à l’hôpital du Vinatier vivent « depuis deux ans sous le signe de la pathologie de la sous-alimentation », qu’ils souffrent d’amaigrissement et d’anasarques géants. La seconde, qui date de l’hiver 1943, est le fait des malades militaires rapatriés d’Allemagne qui se plaignent d’une nourriture moins abondante qu’à l’hôpital militaire de La Tronche, ce qu’admet le directeur du sanatorium qui reconnaît qu’il reçoit pour eux des surplus mais qu’il les répartit entre tous les malades38. La troisième date de l’été 1943, où un groupe de pensionnaires rédigent une pétition « lue et approuvée par tous les malades » qui dénoncent une discipline trop sévère et demandent à « avoir un peu plus à manger, car les rations ne sont pas grosses et les plats d’épinards sont bien souvent sur la table (si on peut appeler cette verdure épinards)… Et surtout un règlement pour l’hygiène car vraiment pour un sanatorium c’est la chose principale39 ».

  • 40 Il faudrait évidemment, pour affiner ces données, recourir aux registres d’entrées de l’établisseme (...)
  • 41 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 24 novembre 1941.
  • 42 Ibid., 21 juillet 1942
  • 43 ADR X 5134, Propos du docteur D. à la commission de surveillance du 6 mai 1943.
  • 44 ADR, 3565 W 2, Conseil départemental du Rhône .

16Il y a donc bien eu des restrictions alimentaires, qui ont conduit à un amaigrissement des malades, constaté en septembre 1942. Mais elles n’ont pas été majeures comme dans les autres établissements gérés par le département. Les statistiques de décès plaident aussi en faveur d’une situation aggravée mais dans des proportions sans commune mesure avec ce qui se passe alors à l’hôpital du Vinatier. Certes, il faut remarquer que les données fournies au cours des délibérations de la commission de surveillance sont fluctuantes40. En novembre 1941, elles indiquent que le nombre habituel de décès est de 20 et que s’il s’est montée à 30 « cette année » (1940 ou 1941 ?) c’est par suite de l’hospitalisation au sana au compte de l’autorité militaire de grands malades rapatriés d’Allemagne41 ». En 1941, on compte 60 décès chez les hommes (21 civils et 39 militaires) et 23 chez les femmes42. En chiffres absolus cela représenterait un doublement par rapport à une année normale. Mais la situation se serait améliorée en 1942, avec 48 décès (39 hommes et 9 femmes) pour un nombre supérieur de malades « en dépit de l’accroissement de la gravité moyenne de l’état des malades, rendant plus complexes les soins nécessaires43 ». À la Libération, les statistiques fournies par la commission de surveillance font état de 39 décès en 1942 (semblant donc omettre les femmes), 31 en 1943 et 32 en 1944. La commission indique un taux de mortalité de 7 % pour 1944 sans qu’on sache comment il a été calculé. On ne connaît pas non plus le nombre des entrées et des sorties et le mouvement des patients n’est jamais commenté. Je me suis néanmoins risquée à une comparaison avec l’hôpital du Vinatier. En 1942, l’année où la mortalité est la plus élevée au Vinatier, le taux de mortalité – calculé à partir du nombre moyen de malades internés – est de 38,1 %. Aux Petites Roches, si l’on part de 48 décès pour 1942 et d’un nombre moyen de malades de 600, on arrive à un taux de 8 %. Ce taux est certes élevé puisque les tuberculeux envoyés en sanatorium sont théoriquement des malades susceptibles de guérir mais reste toutefois très éloigné des taux du Vinatier. Quoi qu’il en soit personne ne dénonce une mortalité dramatique. Au conseil départemental, alors que le préfet délégué déclare froidement, le 26 octobre 1943, que « si la diminution de l’effectif des aliénés continue, la question se posera de savoir si nous devons conserver l’Argentière44 », aucun discours de ce genre ne concerne le sanatorium des Petites Roches.

  • 45 Dominique Dessertine, « Le sanatorium du département du Rhône à Saint-Hilaire-du-Touvet, des origin (...)
  • 46 ADR, 3565 W1, Conseil départemental du Rhône, p. 224.
  • 47 ADR X 264, fiche 472, lettre du préfet au ministre de la Santé publique au sujet d’une reprise en c (...)
  • 48 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 5 novembre 1942.

17Il n’est pas possible de connaître le régime alimentaire effectif des malades et de calculer par exemple son apport quotidien en calories. D’après les prix de journée, la situation des tuberculeux serait relativement privilégiée. Le prix de journée aux Petites Roches est, avant la guerre, supérieur de 40 % environ à celui des hôpitaux45 et sous l’Occupation il reste de beaucoup supérieur à celui du Vinatier par exemple. En 1943, il est fixé à 65 francs46 alors qu’il est de 38 francs au Vinatier pour les malades hospitalisés au compte des collectivités et de 41,80 francs pour les autres. Les indications fournies par la commission de surveillance sont partielles. Le règlement de l’établissement, établi avant la guerre, portait que les malades avaient droit à 500 grammes de pain par jour, comme au Vinatier. À Albigny, où le pain était à discrétion, les consommations étaient du même ordre avant la guerre (475 grammes en 1936, 526 en 1937, 483 en 1938)47. En décembre 1942, le directeur indique que les rationnaires ont droit à 15 centilitres de vin au lieu des 40 qu’ils consommaient avant la guerre et que ces 15 centilitres reviennent plus cher du fait de l’augmentation des coûts. En novembre 1942, le sanatorium acquiert 8.520 kilos de potage de Hongrie en poudre par un marché avec la société d’échange et de répartition alimentaire, installée à Vichy48.

  • 49 Dominique veillon, Vivre et survivre en France (1939-1947), Paris, Payot et Rivages, 1995, p. 272.
  • 50 Archives des Petites Roches, à Saint-Hilaire, non classées, Comité inter sanatorial de ravitailleme (...)

18La situation s’aggrave au printemps 1944, qui est pour la France entière une période de sévère pénurie, ainsi que l’a démontré Dominique Veillon49. En mars 1944, il est fait pour la première fois état de « disette de vivres et de linges ». En juillet 1944, les autorités d’occupation gênent le ravitaillement en provenance de Grenoble de peur qu’il serve au maquis50. L’année suivante, le sanatorium refuse des malades, non à cause de l’insuffisance de la nourriture mais faute de toiles à matelas. Le conseil général du Rhône constatera, le 7 mai 1947, que de 1939 à 1943 celui-ci n’a bénéficié d’aucune attribution de linges, draps, taies d’oreiller ou articles de lingerie. Les années qui suivent la guerre sont difficiles. Quant à la période de guerre, elle a été rude mais n’a pas entraîné la même catastrophe qu’à l’hôpital psychiatrique.

Pourquoi cette « normalité » relative ?

  • 51 Ibid., lettre du directeur Demange au directeur régional du ravitaillement de Lyon, 2 mars 1944.
  • 52 Circulaire V 712204 RP /DI adressée le 1er décembre 1941 au directeur régional du ravitaillement gé (...)
  • 53 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 29 septembre 1942.
  • 54 Circulaire reproduite dans la Revue des établissements des œuvres de bienfaisance, août 1943.

19Les sanatoriums ont bénéficié d’un régime alimentaire correct défini par l’arrêté du 11 décembre 1940 et les circulaires des 19 mars et 28 octobre 1942 prises par le secrétariat d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement. Aux dires même du directeur du sanatorium des Petites Roches, celles-ci « permettent d’assurer aux rationnaires une alimentation équilibrée et énergétiquement suffisante51 ». La circulaire du 1er décembre 194152 ajoute en effet aux rations ordinaires 600 grammes de confiture, 500 grammes de pâtes, 500 grammes de légumes secs et 6 kilos de pommes de terre par mois. La commission émet le vœu du renouvellement de ces attributions au directeur général régional du ravitaillement en lui demandant de transmettre au ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement53. L’établissement des Petites Roches a en outre reçu des rations supplémentaires à partir de la fin 1941 où la situation devient plus tendue alors que l’hiver 1940-41 avait été normal sur le plan alimentaire, sauf pour le lait. La circulaire du 19 mars 1942 a accordé aux tuberculeux en sana la carte T (travailleurs) et le régime de suralimentation leur permettant d’obtenir un supplément de 45 grammes de viande et de 15 grammes de graisses par jour. La circulaire du 28 octobre 1942 prévoit qu’à compter du 15 novembre 1942 les tuberculeux des sanatoriums se verront allouer de nouveaux suppléments qui portent leur ration en denrées rationnées aux chiffres suivants : 1/2 litre de lait par jour, 2 œufs par semaine, 3 kilos 750 de pommes de terre par semaine (dans la mesure où les approvisionnements locaux le permettent), 240 grammes de pâtes alimentaires par semaine, 150 grammes de légumes secs par semaine, 240 grammes de confiture par semaine auxquels s’ajoutent 10 kilos de conserves de légumes par rationnaire destinés à la constitution d’un stock de sécurité à l’entrée de l’hiver54. Il est donc certain que les tuberculeux ne sont pas négligés par Vichy. Dans le cas des Petites Roches, l’accueil des malades militaires a permis de recevoir des rations un peu plus importantes qui, nous l’avons vu, ont bénéficié à tous.

  • 55 ADR X 264. Par exemple, en décembre 1939, l’office départemental du charbon de l’Isère refuse d’ali (...)
  • 56 ADR, 273, fiche 524, Commission administrative du département du Rhône, 29 mai 1941.
  • 57 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 1er septembre 1941.
  • 58 ADR, X 5134, Commission de surveillance du 6 novembre 1943.
  • 59 Ibid., 19 avril 1945.

20En outre, le sanatorium a pu compter sur l’appui des autorités locales55. Le préfet suit de près la situation, prend des décisions importantes en sa faveur et demande des comptes au médecin-directeur au moment des plaintes. En novembre 1940, le secrétaire général pour l’administration, constatant l’insuffisance de l’approvisionnement quotidien en lait, mobilise une commission pour étudier l’achat éventuel de terres. Le président de la chambre d’agriculture, un propriétaire agraire, un ingénieur de l’Union des syndicats du sud-est et le directeur des services agricoles du Rhône sont mobilisés pour donner leur avis sur l’achat de terrains agricoles dont on souhaite qu’ils soient rentables en deux ans. La décision d’acheter une ferme à Lumbin, dans la plaine du Grésivaudan, est prise en mai 1941, le préfet estimant que l’acquisition de terrains est devenue « nécessaire en raison des difficultés actuelles de ravitaillement ». D’autres achats suivront en juin. Le directeur reconnaît alors que « l’établissement doit actuellement faire face à de grosses difficultés d’approvisionnement, notamment pour le lait, les volailles et les légumes56 ». Le département achète donc plusieurs hectares à Lumbin et à Crolles. Il embauche un chef de culture pour mettre en valeur neuf hectares de prés et entretenir six à huit vaches57. Cette décision a-t-elle été salvatrice ? Les avis sont partagés. En décembre 1942, le médecin estime que cet achat est sans intérêt car le domaine étant en friche depuis vingt ans il n’est pas rentable. En outre « 40 hectares dont la moitié seulement peut être cultivée ne sauraient constituer une ressource pour une agglomération de plus de 600 personnes ». En octobre 1943, le préfet délégué se rend à Saint-Hilaire accompagné d’une commission composée, entre autres, du directeur régional de la production agricole, du directeur des services agricoles de l’Isère, de l’architecte du sanatorium et du chef de division des finances à la préfecture. Il constate que la ferme comporte essentiellement des bâtiments démolis, qu’elle n’a pas d’écurie et qu’il a fallu acheter du foin. Catastrophique en 1942, la gestion s’améliore l’année suivante, la ferme permettant le ravitaillement en légumes frais58. En avril 1945, le directeur en demande toutefois la revente, la ferme « s’étant à l’usage révélée de peu d’intérêt pour le ravitaillement des malades59 ».

  • 60 ADR, X 264, dossier 474, 7 septembre 1943.
  • 61 ADR X 273, fiche 522, lettre du médecin-chef au préfet, 31 décembre 1942.

21Le préfet demande souvent des explications au directeur qui semble parfois mal à l’aise. En décembre 1942, il écrit que « certaines rations d’aliments de base ont été augmentées, comme le pain dont les malades ne mangeaient avant la guerre que 250 g par jour en moyenne, alors que la ration actuelle est de 350 grammes intégralement consommés. » Ce qui est faux : les malades, on l’a vu, avaient droit à une livre de pain par jour et la consommaient réellement. Le directeur est certes médecin mais il est aussi gestionnaire et se préoccupe des questions de trésorerie autant que des questions de santé et d’alimentation. Malgré ses interventions répétées auprès des services compétents, il déplore de ne pouvoir « faire améliorer un ordinaire dont je n’ai pas attendu les plaintes en question pour constater, le premier l’insuffisance. Mais le problème ne peut se résoudre d’un trait de plume et les difficultés rencontrées dans le domaine du ravitaillement ne paraissent pas, pour le moment, pouvoir être vaincues quelque que soit la ténacité des efforts déployés à cette fin60… D’autre part, pour compenser le manque d’aliments usuels, nous devons y suppléer par des produits de remplacement fort onéreux tels que les farines importées de Hongrie à 71 F le kg, des conserves pour pallier l’absence de légumes frais, du miel à 81 F le kg, des confitures qui remplacent les fruits introuvables, ce qui fait ressortir le prix de revient d’un dessert à plus de 2 F, tous achats indispensables dont l’influence sur le prix de revient alimentaire explique la majoration du crédit « vivres divers61 ». L’économe, qui semble avoir toléré le « gaspillage, le coulage et autres malversations », est vivement critiqué par le médecin-chef.

  • 62 ADR, X 264, dossier 474, 7 septembre 1943.
  • 63 D’après Anier, maire de Saint-Symphorien-sur-Coise, qui suit de près au conseil départemental les q (...)
  • 64 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 2 février 1942
  • 65 Ibid.

22L’appui des autorités est plus déterminant pour ouvrir les circuits du ravitaillement. La situation d’isolement dans laquelle se trouve le sanatorium sur ce plateau inaccessible l’hiver complique la livraison des provisions. L’établissement souffre de ne pouvoir se procurer ce qui lui est officiellement accordé. En septembre 1942, le médecin-chef signale qu’en tant que commune rurale Saint-Hilaire-du-Touvet n’a droit ni aux pâtes ni aux pommes de terre. Aussi les bons d’attribution exigés par les services du ravitaillement, que l’établissement a reçus au titre des rations supplémentaires qui lui ont été accordées par la circulaire de décembre, « n’ont pu être honorés par les commerçants faute de marchandises. » Le médecin-directeur se plaint régulièrement de ne pouvoir « donner aux pensionnaires que ce qu’il reçoit du Ravitaillement général de l’Isère62 ». Ces difficultés sont cependant atténuées par l’intégration du sanatorium dans un ensemble d’établissements habitués à régler ensemble un certain nombre de problèmes communs. En 1927, le Comité des Forges avait créé une « Association pour la création et le contrôle des services généraux communs aux sanatoriums de Saint-Hilaire-du-Touvet ». Son action s’étendait, selon l’article 2 de ses statuts, « à toutes les questions de voirie, d’eau, de force motrice, buanderie, assainissement, égouts, transports, ravitaillement et en général à tous aménagements, travaux et aménagements nécessaires au fonctionnement des sanatoriums ». L’habitude de travailler ensemble allait être une des chances de survie des établissements pendant la guerre. Certes le conseil d’administration de cette assemblée reste plusieurs années sans se réunir63 mais les liens entre les sanatoriums se maintiennent ainsi que le montre l’aménagement d’un service chirurgical commun. Au début de 1942, les trois sanatoriums échangent sur la question de la constitution d’un groupement d’achat en se référant aux expériences antérieures des sanatoriums du plateau d’Assy et d’Hauteville64. Leur idée est de rémunérer un acheteur commun, payé à la commission, qui irait à Grenoble et pourrait ainsi « mettre la main sur tous les arrivages de fruits et légumes ». Il pourrait aussi aller acheter dans le Vaucluse et redistribuer ensuite aux trois établissements65. En septembre 1942, cette tentative reçoit l’appui de l’intendant directeur du ravitaillement de l’Isère. Un comité intersanatorial est mis en place, dont les dépenses sont prises en charge au prorata du nombre de malades de chaque établissement. Ce comité est chargé d’approvisionner les établissements en fruits et légumes. Les services du ravitaillement lui attribuent l’exclusivité des achats dans une zone de ramassage qui comprend les trois communes du plateau et, dans la vallée de Grésivaudan, Crolles et Lumbin. Ce comité intersanatorial loue également une porcherie. Sans doute le sanatorium a-t-il pu bénéficier plus ou moins directement de l’influence de l’Association métallurgique et minière, émanation du puissant Comité des Forges. En 1938, le sanatorium de l’AMM a pour président Charles Laurent, ambassadeur de France. En juillet 1941, celui-ci déclare : « La question la plus importante à l’heure actuelle est celle du ravitaillement lequel est parfois extrêmement difficile. Mais grâce à l’autorité qu’a su acquérir notre médecin directeur, le docteur Foix, à l’intelligente activité de notre régisseur et à l’ingéniosité toujours en éveil des religieuses chargées de la préparation des repas, nos malades n’ont pas eu d’une façon générale à souffrir de trop de restrictions d’ordre alimentaire ».

  • 66 Frédéric dumarest, « Hauteville-Lompnes en Bugey, station climatique d’altitude », Visages de l’Ain(...)
  • 67 Archives des Petites Roches à Saint-Hilaire, Comité intersanatorial de ravitaillement, lettre du se (...)

23Cet effort collectif n’est pas propre à Saint-Hilaire-du-Touvet. Dès novembre 1941, le docteur Frédéric Dumarest66 avait tiré la sonnette d’alarme en faveur des 6 000 malades soignés en sanatorium dans les départements de l’Isère, du Jura, de la Savoie et de la Haute-Savoie qui avaient épuisé leurs stocks alimentaires au cours de l’hiver précédent. Il avait alors saisi le secrétaire d’État au Ravitaillement67. Plus tard, il expliqua qu’à Hauteville la constitution « en 1941 d’un groupement intersanatorial à la tête duquel fut placé un gestionnaire d’une activité et d’un dévouement au-dessus de tout éloge, M. Cornillet », aida à résoudre le dramatique problème du ravitaillement. « Nos 2 000 malades, conclut-il, furent correctement ravitaillés et les établissements chauffés pendant toute la durée de la guerre ». Selon lui, les pouvoirs publics puis les chefs de la Résistance à partir de 1944 ont tout fait pour améliorer la situation et la Kommandantur n’a pas multiplié les obstacles.

  • 68 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre la tuberculose, Lyon, PUL, 1988, p. 80-86.
  • 69 Roger Even, « Les tuberculeux et les restrictions », art. cit.

24Dans le contexte des pénuries, la puissance d’expression des malades constitue une forme de contre-pouvoir. Car les tuberculeux hospitalisés sont des individus jeunes qui puisent des forces dans la vie collective. La période de l’entre-deux-guerres, qui a vu se développer le monde sanatorial, est aussi celle de l’émergence d’une culture nationale de la revendication avec la naissance du parti communiste. Les premières associations de malades émergent dans la région lyonnaise en 192768. Rien de tel évidemment dans les hôpitaux psychiatriques de l’époque. Ces groupes de pression mobilisent l’opinion. C’est du moins ce que reconnaît Roger Even, auteur de la seule étude publiée sur les restrictions en sanatorium69. Il aborde les restrictions à Champcueil sachant qu’elles sont « identiques dans les différents sanatoriums de l’Assistance publique de Paris ». Pourquoi le fait-il ? Pour répondre à « une récente campagne de presse (qui) a alarmé malades et familles et peut-être quelques médecins ». Il dénonce les méthodes employées : « Un malade ou un groupe de malades mécontents adresse une lettre à un journal. Tantôt le journal le publie sans contrôle, tantôt il dépêche un envoyé sur place. Ce dernier, dans l’entrebâillement d’une porte ou dans un coin retiré du parc, à l’abri des oreilles et des regards indiscrets, écoute les doléances de son ou de ses correspondants et se retire satisfait ».

  • 70 André Bocquet, « Réflexions sur la discipline dans les sanatoriums publics », Revue de la tuberculo (...)

25Certains médecins sanatoriaux s’inquiètent de ces mouvements revendicatifs et durcissent leur position devant ce qui représente pour eux une remise en cause de leur pouvoir. La vie des sanatoriums en était perturbée, les malades « obéissant à des mots d’ordre donnés par des associations extérieures, revendicatifs sur toutes choses et dans tous domaines, la nourriture objet de réclamations plus facilement admis par l’ensemble étant un de leurs plus constants soucis70 ». Leur slogan, véhiculé dans les feuilles de propagande répandues à profusion par une des associations, était « Ni charité, ni pitié, notre droit ». Les médecins, pourtant appuyés par des circulaires ne tolérant aucune assimilation « entre association de tuberculeux et syndicats, avaient toutefois des pouvoirs limités en matière d’exclusion. » La circulaire ministérielle du 22 décembre 1937 les obligeait en effet dans les cas de renvoi disciplinaire « à entrer dans des considérations telles que ceux-ci devenaient pratiquement impossibles ». Seul le docteur Guinard, directeur du sanatorium de Bligny en Seine-et-Oise (545 lits), avait réussi à faire régner l’ordre « en faisant lui-même les admissions » Ces malades ont fait l’objet d’une tentative de mise au pas de la part des grands dirigeants de la cause antituberculeuse. Le docteur André Bocquet, ancien médecin-directeur intérimaire des Cottages sanitaires de Saint-Gobain et médecin-chef de pavillon aux sanatoriums de Calmette à Villiers-sur-Marne (Aisne), se réjouit ainsi que le nouveau régime essaie d’imposer ordre et discipline. Il souhaite même la création de sanatoriums disciplinaires. Rist constate, lui aussi avec satisfaction, que l’époque est révolue « où cette agitation était favorisée par les pouvoirs publics et leurs représentants aux divers échelons ». Le danger d’indiscipline venant aussi de la taille des établissements, les médecins déplorent le gigantisme d’établissements de 700 à 800 personnes alors qu’il en faudrait 100 ou 150. Même si elle n’a laissé que peu de traces, la force de cette expression des malades a certainement joué aussi dans l’immense sanatorium des Petites Roches.

  • 71 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre la tuberculose, op. cit., p. 156-157.
  • 72 Publié à Sainte-Foy-lès-Lyon.
  • 73 Archives des Petites Roches à Saint-Hilaire, Comité intersanatorial de ravitaillement, coupure de p (...)

26Les tuberculeux hospitalisés en sanatorium n’ont donc pas connu le sort tragique des malades mentaux. Ils ont été victimes des restrictions certes mais relativement protégés. Sans doute faut-il voir dans cette situation une des expressions de la priorité accordée par Vichy à la jeunesse. Les tuberculeux hospitalisés en sanatorium sont des êtres jeunes71 et par définition susceptibles de guérir. Ce ne sont pas des non-valeurs, comme certains médecins le disaient parfois à propos des grands malades. Leur protection s’intègre donc plus ou moins dans la politique de la jeunesse que le régime veut promouvoir. Cette attention à la jeunesse a d’ailleurs été très largement amorcée au cours de l’entre-deux guerres, en réaction à l’hécatombe de la première guerre mondiale. Les jeunes tuberculeux des sanatoriums en ont bénéficié. Un journal catholique de la région lyonnaise, Monde ouvrier, hebdomadaire de la famille et du travail72 n’écrivait-il pas : « au moment où pour la première fois en France nous avons une politique de la jeunesse et une politique de la famille n’est-il pas absolument nécessaire de consacrer tous nos efforts aussi bien à la jeunesse saine qu’à celle qui récupérera demain cette santé et deviendra un facteur de renouveau français73 » ?

  • 74 Idem, lettre du sous-secrétaire d’État au ravitaillement au directeur régional du ravitaillement de (...)
  • 75 Idem, lettre du 6 juin 1942.

27Il ne faut pas oublier non plus l’impact que l’idée de contagion peut avoir sur les autorités. À la différence des aliénés internés, les tuberculeux ne sont pas assignés à résidence et la sous-alimentation dans les sanatoriums risque de les inciter à fuir et à propager la maladie. Les autorités en ont conscience dès la fin 1941. « Certains établissements risquent de fermer, certains malades risquent de rentrer dans leur famille pour pouvoir y bénéficier de ressources alimentaires plus facilement obtenues par l’ingéniosité individuelle. Or, dans l’un et l’autre cas, des tuberculeux bacillifères replacés dans leur cadre familial contamineront leurs parents : il est donc du plus grand intérêt de retenir les tuberculeux dans les sanatoriums où ils sont soignés et où ils ne constituent pas un danger pour la collectivité74 ». Le médecin-directeur des Petites Roches fait aussi valoir cet argument au secrétaire d’État à l’Agriculture et au Ravitaillement en juin 1942 : « Ces difficultés de ravitaillement incitent les malades à retourner dans leurs foyers, c’est un grave danger de contamination pour les parents proches75 ».

  • 76 Journal Officiel, 29 avril 1944.

28Le sanatorium, espace clos où s’exerce en théorie un pouvoir médical avide de régenter les conduites des patients, n’est pas sans analogie avec la société autoritaire et corporatiste qu’impose le régime à la France défaite. Le médecin-directeur, qui cumule les fonctions médicale et administrative, est ainsi à la tête d’une petite société aisément contrôlable, mini-laboratoire de ce que pourrait être la grande. On n’abandonne pas ces microsociétés sanitaires, on les contrôle, on les hiérarchise et la bureaucratie les gère au mieux. D’autant que le régime de Vichy a le souci de la technicisation des soins et des prises en charge. La lutte antituberculeuse, relativement récente dans ses codifications (une vingtaine d’années), parfois empirique et anarchique, lui offre un beau champ d’intervention. Deux lois sont d’ailleurs promulguées en décembre 1942 et février 1943 qui portent sur les préventoria et colonies scolaires et sur la réorganisation des dispensaires antituberculeux. Un décret d’avril 1944 crée des médecins régionaux de phtisiologie, censés rationaliser la répartition des malades en établissements76. Le sanatorium constitue un champ privilégié de contrôle sanitaire et social.

29Pour toutes ces raisons, plus ou moins explicites, les malades des sanatoriums sont restés à l’écart d’une terrible hécatombe.

Notes

1 D.-S. Barnes, « The rise or fall of tuberculosis in Belle-Epoque France : a reply to Allan Mitchell », Social History of Medicine, vol. 5, n° 2, août 1992, p. 279-290.

2 Roger Even, « Les tuberculeux et les restrictions », Revue de la tuberculose, 1941, n° 3-4, mars-avril, p. 215-219.

3 Ch. Guernez-Rieux, A. Duthoit, H. Warembourg, Revue de la tuberculose, 1941, n° 5-6, mai-juin, p. 295-301.

4 Etienne Berthet, « Note sur la recrudescence de la tuberculose observée dans les dispensaires antituberculeux depuis quelques mois », Revue de la tuberculose, 1941, n° 7-8, juillet-octobre, p. 58-70.

5 Bulletin de l’Académie de médecine, séance du 5 janvier 1943, allocution de M. Georges Guillain, président sortant.

6 Ibid, allocution de M. Balthazard, président pour l’année 1943.

7 Bulletin de l’Académie de médecine, 20 avril 1943, p. 242-243.

8 Jusqu’en janvier 1943

9 Lyon Médical, 1943, tome 1, p. 172-174.

10 Lyon Médical, 1943, tome 1, p. 343-346.

11 Lyon Médical, 1943, tome 2, p. 261-268.

12 Lyon Médical, 1942, tome 2, p. 253, 274 et 295.

13 Georges Gauthier, « À propos des restrictions alimentaires sur l’éclosion des dermatoses », L’Avenir médical, décembre 1942.

14 A.-C. Benitte, « Répercussions des restrictions alimentaires sur la santé publique », L’Avenir médical, mars-avril 1943.

15 A.-C. Benitte, « Le point de vue médical sur la réglementation des produits alimentaires nouveaux », L’Avenir médical, juin 1943.

16 Allocution de Bernon, Revue de la tuberculose, 1944-45, n° 7-9.

17 Dominique Dessertine, « Le sanatorium du département du Rhône à Saint-Hilaire-du-Touvet, des origines à 1939 », Cahiers d’Histoire, 1984, n° 2-3, p. 167-190. La Haute-Savoie avait acquis 30 lits en propriété.

18 Bruno Guirimand, Si Les Petites Roches m’étaient comptées, Grenoble, imprimerie Guirimand, 1970, p. 249.

19 En 1937.

20 Archives départementales du Rhône (ADR), 3565 W 3, Conseil général, 6 mai 1940.

21 Dominique Dessertine, « Le sanatorium du département du Rhône à Saint-Hilaire-du-Touvet, des origines à 1939 », op. cit., p. 179.

22 ADR, 3565 W1, Conseil départemental du Rhône.

23 ADR, X 5104 ou 285, 12 septembre 1940.

24 Le 29 septembre 1942 par exemple.

25 ADR, X 5 137, dossier F.

26 ADR, X 264, fiche 472, Commission de surveillance, 13 octobre 1939.

27 ADR, 5 X 5104 ou 285, 21 juillet 1942.

28 Ibid.

29 ADR, X 5134, Commission de surveillance, 29 janvier 1948.

30 Conseil départemental, 14 mai 1943 - 27 octobre 1943.

31 In memoriam, le docteur Albert Bonniot (1890-1965), Grenoble, Les Amis de l’université de Grenoble, 1967.

32 ADR, X 5134, Commission de surveillance, 13 avril 1945.

33 Dr Bruno Guirimand, Si Les Petites Roches m’étaient comptées, op. cit., p. 249.

34 ADR, X 264.

35 15 tonnes d’aloyau, 10 tonnes de cuisses de bœuf (de bons morceaux donc, prélevés sur des animaux de plus de 18 mois et de moins de cinq ans), 3 tonnes de mouton, 10 tonnes de veau très blanc et de première qualité, 5 à 6 hectolitres de vin rouge à 10°, 40 tonnes de pommes de terre, 1 tonne de café arabica, 500 kilos de robusta, 5 tonnes d’huile d’arachide.

36 Il doit vouloir dire 700 résidents (avec les soignants), ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 13 juin 1941.

37 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 29 septembre 1942.

38 Ibid., 3 février 1943.

39 ADR, X 264, dossier 474, 6 août 1943.

40 Il faudrait évidemment, pour affiner ces données, recourir aux registres d’entrées de l’établissement. Mais son changement de statut (il vient de quitter le giron du département du Rhône pour être intégré aux Hospices de Grenoble) et le fait que ses archives soient gérées par une société privée ont rendu difficile l’accès à ces documents.

41 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 24 novembre 1941.

42 Ibid., 21 juillet 1942

43 ADR X 5134, Propos du docteur D. à la commission de surveillance du 6 mai 1943.

44 ADR, 3565 W 2, Conseil départemental du Rhône .

45 Dominique Dessertine, « Le sanatorium du département du Rhône à Saint-Hilaire-du-Touvet, des origines à 1939 », op. cit.

46 ADR, 3565 W1, Conseil départemental du Rhône, p. 224.

47 ADR X 264, fiche 472, lettre du préfet au ministre de la Santé publique au sujet d’une reprise en charge par l’Office national du blé de 2/3 du prix de rations supplémentaires, 2 août 1939.

48 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 5 novembre 1942.

49 Dominique veillon, Vivre et survivre en France (1939-1947), Paris, Payot et Rivages, 1995, p. 272.

50 Archives des Petites Roches, à Saint-Hilaire, non classées, Comité inter sanatorial de ravitaillement, lettre du médecin directeur des Petites Roches au préfet du Rhône, 28 juillet 1944.

51 Ibid., lettre du directeur Demange au directeur régional du ravitaillement de Lyon, 2 mars 1944.

52 Circulaire V 712204 RP /DI adressée le 1er décembre 1941 au directeur régional du ravitaillement général de Lyon par le secrétaire d’État au ravitaillement.

53 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 29 septembre 1942.

54 Circulaire reproduite dans la Revue des établissements des œuvres de bienfaisance, août 1943.

55 ADR X 264. Par exemple, en décembre 1939, l’office départemental du charbon de l’Isère refuse d’alimenter le sanatorium parce qu’il relève du Rhône. Le 11 janvier 1940, le ministre des Travaux publics lui-même invite le préfet de l’Isère à faire le nécessaire.

56 ADR, 273, fiche 524, Commission administrative du département du Rhône, 29 mai 1941.

57 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 1er septembre 1941.

58 ADR, X 5134, Commission de surveillance du 6 novembre 1943.

59 Ibid., 19 avril 1945.

60 ADR, X 264, dossier 474, 7 septembre 1943.

61 ADR X 273, fiche 522, lettre du médecin-chef au préfet, 31 décembre 1942.

62 ADR, X 264, dossier 474, 7 septembre 1943.

63 D’après Anier, maire de Saint-Symphorien-sur-Coise, qui suit de près au conseil départemental les questions relatives au sanatorium du Rhône. ADR, 3565 W 2, Conseil départemental, séance du 26 octobre 1943.

64 ADR, X 5104 ou 285, Commission de surveillance, 2 février 1942

65 Ibid.

66 Frédéric dumarest, « Hauteville-Lompnes en Bugey, station climatique d’altitude », Visages de l’Ain, 1950, 2e trimestre, n° 10, p. 11.

67 Archives des Petites Roches à Saint-Hilaire, Comité intersanatorial de ravitaillement, lettre du secrétaire d’État au ravitaillement au directeur général du ravitaillement de Lyon, 21 novembre 1941.

68 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre la tuberculose, Lyon, PUL, 1988, p. 80-86.

69 Roger Even, « Les tuberculeux et les restrictions », art. cit.

70 André Bocquet, « Réflexions sur la discipline dans les sanatoriums publics », Revue de la tuberculose, 1941, p. 80-86.

71 Dominique Dessertine et Olivier Faure, Combattre la tuberculose, op. cit., p. 156-157.

72 Publié à Sainte-Foy-lès-Lyon.

73 Archives des Petites Roches à Saint-Hilaire, Comité intersanatorial de ravitaillement, coupure de presse du 6 juin 1942.

74 Idem, lettre du sous-secrétaire d’État au ravitaillement au directeur régional du ravitaillement de Lyon, 21 novembre 1941.

75 Idem, lettre du 6 juin 1942.

76 Journal Officiel, 29 avril 1944.

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search