Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Santé

Les écoles de plein air de l’agglomération lyonnaise

De l’innovation sanitaire à l’internat d’assistance (1907-1939)

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans L’école de plein air : une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle / Open-air schools : an educational and architectural venture in twentieth-century Europe, Anne-Marie Châtelet, Dominique Lerch et Jean-Noël Luc (dir.), Paris, Éd. Recherches, 2003, p. 357-366.

Texte intégral

1Avec la première école de plein air ouverte en France, en 1907, dans le château du Vernay, l’agglomération lyonnaise offre un bel exemple de l’engagement sanitaire des édiles en faveur de l’enfance. Après cette création, éphémère, l’expérience se poursuit à Lyon, ville radicale, par l’ouverture de l’école du Serverin (1919), et à Villeurbanne, ville socialiste, par celles de Poncin (1928) et de Chamagnieu (1931). Dans les années trente, l’agglomération, de plus de six cent mille habitants, dispose ainsi de trois établissements destinés aux écoliers dont la santé est déficiente. Ces écoles présentent des caractéristiques communes : elles sont issues de la volonté municipale, très engagée en faveur de l’enfance ; elles procèdent de l’intervention médicale dans le champ scolaire, autant que d’une volonté d’instruction publique ; leur installation et leur fonctionnement n’en font pas toujours des établissements modèles. Plusieurs « générations » d’écoles de plein air se succèdent et cœxistent. À côté de l’internat d’été, mis en place au début du siècle pour des enfants tuberculeux, apparaissent au lendemain de la première guerre des internats pour enfants « arriérés » ; d’autres deviennent des refuges pour les plus déshérités. Un glissement s’opère insensiblement dans leurs fonctions qui, de sanitaires, deviennent essentiellement sociales.

De la protection contre la tuberculose à l’accueil de toutes les déficiences

  • 1 Catherine Rollet, La politique à l’égard de la petite enfance sous la Troisième République, Paris, (...)
  • 2 Pierre Guillaume, Le rôle social du médecin depuis deux siècles 1880-1945, Paris, Association pour (...)
  • 3 Paul Vigne, Les écoles de plein air, Lyon, imprimerie Sézanne, 1918.

2L’école du Vernay, ouverte sur les bords de la Saône, à huit kilomètres au nord de Lyon, s’inscrit dans le mouvement national qui, au tournant des XIXe-XXe siècles, élargit le cercle des intervenants auprès de l’enfance. Au XIXe siècle la protection de l’enfance passait par la Justice ou par l’Assistance publique. La scolarité obligatoire, autant que l’investissement des hygiénistes et des médecins dans la vie de la nation1, introduit le corps médical dans le champ des responsabilités politiques, particulièrement municipales2. La création du Vernay répond à cet accord nouveau entre médecins et édiles. Si, en mars 1907 Édouard Herriot, maire de Lyon, plaide en faveur de l’ouverture d’une école de plein air, c’est parce qu’en tant que parlementaire, il a été sensible aux propos de Grancher à l’Académie de médecine, répercutés à la Chambre. Il inscrit ainsi son projet dans un mouvement national, parti de Paris et signe une de ses premières actions en faveur de l’hygiène et de l’enfance, qui sera une des marques de son action municipale, en collaboration avec les universitaires et élus municipaux (les Courmont, Chauveau, etc). Le directeur du bureau d’hygiène, le docteur Paul Vigne, devient le moteur de cette expérience, qui est bientôt une référence. En juillet 1907, l’école anglaise de Bostall vient visiter Le Vernay et, l’année suivante, la ville de Londres décide de créer trois nouvelles écoles3.

  • 4 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 112 Wp 7.
  • 5 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1897.
  • 6 Paul Vigne, « L’école municipale lyonnaise de plein air », in Ville de Lyon (éd.), Les nouvelles œu (...)

3Est également ouverte à Lyon la même année 1907, à l’initiative de l’inspecteur d’académie, une « classe de plein air » à l’école de la Part-Dieu4. L’expérience se poursuit jusqu’en 1914. Une cinquantaine d’enfants, parmi les plus jeunes, suit les cours en plein air et reçoit à quatre heures une tartine. Les résultants sont probants, la fréquentation scolaire se maintient en juillet, les enfants résistent mieux aux troubles intestinaux de l’été5. Le docteur Vigne constate une « régression très nette des volumineux paquets ganglionnaires cervicaux chez la plupart d’entre eux et notamment chez ceux du groupe soumis au traitement antiscorbutique6 ».

  • 7 Bulletin municipal de la ville de Villeurbanne, juin 1930.

4La deuxième vague de création d’écoles de plein air est l’œuvre de la ville de Villeurbanne, à la fin des années vingt. On y retrouve les mêmes finalités sanitaires qu’à Lyon, mais réorientées. L’arrivée du docteur Lazare Goujon à la tête d’une ville en pleine expansion, qui met en place une expérience de socialisme municipal et développe la vie associative populaire, l’engage dans une politique de protection de l’enfance. La ville ouvre, pour les garçons d’abord, en 1928, à Poncin dans l’Ain, à soixante-dix kilomètres de la ville, une « école de perfectionnement avec internat » (ill. — 1) — et, en 1931, un « internat primaire pour fillettes et école de plein air » à Chamagnieu, dans l’Isère. La SFIO suit de près cette réalisation7. Il n’est pas question de prévenir la tuberculose, mais de mettre en place un internat pour les filles « arriérées, anormales et malingres » et de répondre à la loi de 1909 sur les classes de perfectionnement. Villeurbanne n’utilise, pour qualifier ces internats, le terme de « plein air » qu’en seconde position et dans les publications officielles uniquement ; le terme a perdu de son pouvoir de référence même s’il conserve une aura positive.

Ill. 1 : Poncin, école de plein air de Villeurbanne pour les garçons

Ill. 1 : Poncin, école de plein air de Villeurbanne pour les garçons
  • 8 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 112 Wp 7.
  • 9 Idem.
  • 10 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 218 Wp.

5Une troisième démarche est à l’origine de la naissance d’écoles de plein air de l’agglomération : la transformation, en établissements permanents, de colonies de vacances, créées dans un but sanitaire au début du siècle. Ainsi, la ville de Lyon, ayant dû « hospitaliser » pendant la guerre, dans sa colonie du Serverin ouverte en 1895, « 50 enfants en situation d’orphelins8 », décide, en 1919, de la transformer en école de plein air. Pendant longtemps prévaut l’expression de « colonie municipale scolaire9 ». En revanche, elle sera appelée jusqu’aux années 1960 « l’école de plein air du Serverin », alors que dans les faits, comme le note l’administration municipale, « il ne s’agit pas d’un établissement à caractère sanitaire » mais de « l’internat municipal du Serverin10 ».

  • 11 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1927.

6Apparaissent, à travers ces problèmes de vocabulaire, deux éléments fondamentaux : les liens étroits qui unissent écoles de plein air et colonies de vacances, et l’évolution qui affecte leurs finalités. Au Vernay, le séjour des enfants n’est envisagé que pendant les mois d’été. L’école n’ouvre que du 30 avril à la fin juillet ; il s’agit d’une cure. Les liens sont nets aussi à Villeurbanne : en 1923 est tentée une expérience d’école de plein air de trois mois dans les locaux de la colonie de Dolomieu et les deux écoles de plein air de Poncin et de Chamagnieu accueillent l’été les colonies de vacances de l’Œuvre des enfants à la montagne. Au Serverin, pendant quelques années, l’établissement reçoit aussi des enfants de la Caisse des écoles en colonie l’été11.

  • 12 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 218 Wp 6.
  • 13 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 534 Wp 11.
  • 14 Archives de Poncin (dans l’établissement) : 24 registres matricules des élèves (octobre 1928 à octo (...)

7Dans l’entre-deux-guerres, les écoles de plein air deviennent un refuge pour les enfants les plus déshérités, souffrant de problèmes sociaux. Plus tard, au lendemain de la seconde guerre l’établissement du Serverin sera même intégré « dans le cadre des internats municipaux d’aide sociale ; y sont admis des enfants de Lyon orphelins ou dont les parents sont de condition modeste, sont soit divorcés ou séparés, soit dans l’impossibilité de s’occuper d’eux de façon satisfaisante12 ». Pour les employés aussi le Serverin était un lieu d’hébergement précieux. Sur les dix femmes qui font partie du personnel en 1934, trois sont séparées ou divorcées et gardent auprès d’elles leurs enfants, élèves à l’école13. À Poncin les 54 premiers inscrits, au cours du premier trimestre de l’année scolaire 1928-1929 n’appartiennent pas aux milieux les plus défavorisés ; l’école de plein air semble attirer des familles à l’affût de nouveautés pédagogiques. Dix ans plus tard, la crise est là : quatre enfants, sur les 36 entrés entre le 11 novembre 1938 et le 17 juin 1939, ont un de leurs parents au chômage, 14 sont issus de ce que l’on appellerait aujourd’hui des familles monoparentales (39 %)14. L’école répond avant tout à une nécessité sociale.

  • 15 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 110 Wp 17.

8L’école de plein air du Vernay évolue de manière encore plus caractéristique : elle change d’affectation en 1919 et devient un internat municipal payant pour jeunes filles. Cet internat répond certes aux normes de l’hygiène : il est inauguré par le ministre de l’Hygiène et de la Prévoyance sociales le 24 avril 192415, mais il n’est pas un internat d’assistance, insiste le maire de Lyon, comme si désormais seule l’école de plein air relevait de ce régime. Après l’épisode du Vernay, la ville de Lyon n’ouvre d’ailleurs plus d’école de plein air pour les filles ; celle de Serverin est réservée aux garçons.

Des locaux à adapter

  • 16 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1897.
  • 17 Arch. Mun., Villeurbanne : M 133.
  • 18 Lazare Goujon, Villeurbanne, 1924-1934 : dix ans d’administration, Lyon, Assoc. typogr., 1934.
  • 19 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 534 Wp 11.

9Aucune des écoles de plein air de l’agglomération n’a été installée dans des locaux spécifiques, spécialement construits. Seul importe le site. Au Vernay, on apprécie les ombrages, les vastes pelouses. Au Serverin, on estime que « le lieu ne pouvait pas être mieux choisi » puisqu’il s’agissait d’un vaste domaine de 410 hectares « qui occupe tout le plateau de la montagne situé sur la rive gauche du Rhône, en face du pont de Lagnieu, à une altitude de 400 m16 ». Le site de Chamagnieu, d’après le directeur du bureau d’hygiène de Villeurbanne, « convient exactement au but que l’on se propose : améliorer la santé des enfants. Le château surélevé sur un roc ne présente aucune trace d’humidité et son exposition au sud, sud-ouest permet son ensoleillement presque toute la journée. Des bois de sapins l’entourent et contribuent encore à en assainir l’atmosphère17 ». L’internat de Poncin, à 300 m d’altitude, est situé « sur une des pentes d’un vaste cirque de pâturages et de forêts ». « De la grande terrasse qui s’étend à l’Est on jouit d’une belle vue reposante sur les chaînes du Bugey, dont l’altitude varie de 900 m à 1000 m18 ». L’éloignement des familles n’est jamais évoqué. Seul compte l’air pur. L’isolement pose néanmoins des problèmes de gestion ; le personnel ne s’y adapte pas toujours19.

  • 20 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre la tuberculose, Lyon, PUL, 1988.
  • 21 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 176 Wp 43
  • 22 Maurice Gauthier, Une étape dans la lutte sociale antituberculeuse. Les écoles de plein air, Trévou (...)
  • 23 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 938 Wp 53.

10Les bâtiments sont divers : maison bourgeoise (Le Vernay), château (Chamagnieu), ancien pensionnat congréganiste du début du XIXe siècle (Poncin), ferme cossue (Le Serverin). Elles sont parfois des lieux prestigieux, même si leur installation relève d’opportunités locales. La propriété du Vernay est un petit manoir fin XVIIIe ; celle de Chamagnieu, le château du comte de Jonage. Sa reconversion en école de plein air, antérieure aux châteaux de la Sécurité sociale des années 1946-47, s’inscrit dans les processus observés d’aménagement des sanatoriums et préventoriums de l’entre-deux guerres20. À la fin du XIXe siècle, la gestion de ce patrimoine pose problème aux propriétaires tant publics que privés. Les maires de Lyon ne savaient que faire de la propriété du Vernay21. La maison comportant deux immenses salons, avec des boiseries Louis XVI22 de chaque côté d’une vaste entrée, l’installation est vite faite : à gauche la salle à manger, à droite la salle de classe en cas de mauvais temps. Au deuxième étage, un dortoir de 34 m sur 8, sous 6 m de plafond, répond aux exigences sanitaires. Quant au mobilier, l’époque – la Séparation – est précieuse : les lits et les tables de la salle à manger viennent du grand séminaire. La propriété du Serverin, proposée à la location à la ville de Lyon en 1895, comprend un corps de ferme à trois niveaux qui demandera de multiples aménagements mais, de 1919 à 1931, les conditions d’hébergement sont plus que précaires. L’immeuble est impossible à chauffer l’hiver par peur de l’incendie23.

  • 24 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 938 Wp 53.

11Tôt ou tard, les municipalités se lancent dans de gros travaux. Tard à Lyon, où ceux-ci n’interviennent qu’au terme d’une décennie d’utilisation précaire. Mais il s’agit alors d’une restructuration presque complète, qui se traduit par un coût de près d’un million de francs pour la construction de deux corps de bâtiments achevés en 193224. Le premier abrite les six classes de l’école, le second le parloir, le logement du directeur, la lingerie et l’infirmerie. Le bâtiment le plus ancien est réservé au réfectoire, prévu pour deux cents enfants, et à la salle à manger du personnel. La ville de Lyon fait installer le chauffage central. L’architecte municipal ne semble pas avoir appliqué des normes différentes de celles des autres écoles publiques.

Ill. 2 : Chamagnieu, école de plein air de Villeurbanne pour les filles

Ill. 2 : Chamagnieu, école de plein air de Villeurbanne pour les filles
  • 25 Conseil mun. Villeurbanne, 18 février 1929.
  • 26 Guy Avanzini (dir.), Éducation et pédagogie à Lyon, de l’Antiquité à nos jours, Centre lyonnais d’é (...)
  • 27 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.

À Chamagnieu (ill.2), des travaux sont prévus dès le rachat de la propriété par la ville de Villeurbanne en 1929, pour un montant de 1,5 million de francs. Si la « plus grande partie des pièces du château est conservée avec son utilisation actuelle et aménagée le plus économiquement possible » (bibliothèque, logement de la directrice…), le nouveau bâtiment, qui regroupe les services scolaires, absorbe la plupart des crédits25. Il comprend, au rez-de-chaussée, le réfectoire et deux classes de 25 élèves, au 1er étage, un dortoir et trois classes de 25 élèves. Le chauffage central est assuré ainsi que l’éclairage électrique. Sont prévus des wc, des lavabos et des vestiaires. La propriété de Ménestruel de Poncin, qui appartenait jusqu’en 1926 à la congrégation des frères de la Croix de Jésus, avait été aménagé dans les années 183026. Elle est toutefois adaptée aux normes contemporaines pour accueillir quelque cent vingt enfants en 193327.

Un nouveau monde scolaire ?

12En l’absence d’archives de l’Académie sur ces écoles, il est difficile de s’étendre sur leurs programmes et sur leurs enseignants. Toutefois, quelques caractéristiques les distinguent nettement des autres écoles primaires.

  • 28 Idem.

13D’une part, elles n’accueillent que des élèves en difficulté. Il revient aux directeurs des écoles d’opérer une première sélection des enfants, en fonction de la situation sociale de leurs familles, et aux directeurs des bureaux d’hygiène de ne retenir que les plus faibles physiquement. Les médecins des bureaux d’hygiène jouent donc un rôle déterminant qu’ils assumaient déjà pour les colonies de vacances municipales. Pour l’école du Vernay, le docteur Vigne choisit les « prétuberculeux de Grancher » : 35 petits garçons, entre neuf et treize ans, forment le premier contingent. Chaque année, le médecin poursuit sa sélection, élargie à cinquante, puis à cent enfants en 1910, et aux fillettes à partir de 1912. À Chamagnieu, même démarche : « l’internat est destiné particulièrement aux enfants chétives, mais non malades, ni contagieuses. Une visite médicale très sévère précède leur admission28 ».

  • 29 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1910.
  • 30 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1909.
  • 31 Paul Vigne, « L’école municipale lyonnaise », op. cit.
  • 32 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 747 Wp 81.

14Le programme initial est celui qui a été défini par Grancher pour les écoles de plein air : « double ration de nourriture, double ration d’air, demi-ration de travail29 ». La cure s’appuie, au Vernay, sur une « alimentation copieuse, substantielle et scientifiquement réglée30 ». Les enfants ont droit à de la viande chaque jour (150 à 200 g), à 25 cl de vin, 50 g de pâtes ou de riz, 400 g de pain et 600 g de lait, fourni sur place par les trois vaches, moitié au petit-déjeuner, moitié au goûter31. Le souci de la qualité de l’alimentation est constant. Au Serverin, dans les années 1920, le pain que livre le boulanger local doit être de première qualité de même que la viande (bœuf, veau et mouton) plus souvent à rôtir qu’à bouillir, qui ne doit pas comprendre plus d’un cinquième d’os et de déchets32.

Ill. 3 : Poncin, école de plein air de Villeurbanne pour les garçons, le réfectoire

Ill. 3 : Poncin, école de plein air de Villeurbanne pour les garçons, le réfectoire
  • 33 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit., p. 365.
  • 34 Idem, p. 358.
  • 35 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 938 Wp 53.

À Poncin, comme à Chamagnieu, est servie une « nourriture saine et abondante », avec un plat de viande à midi et du vin coupé d’eau33. Une grande attention est aussi portée à l’installation des salles à manger : petites tables de huit à Chamagnieu et à Poncin (ill.3), équipées de nappes en toiles cirées à carreaux vifs qui « selon la saison s’ornent de branchages et de fleurs cueillis dans le parc34 ». Une grande partie de l’alimentation provient des fermes des domaines où se trouvent les écoles. À Chamagnieu, la ferme, louée, fournit « tous les produits nécessaires à l’alimentation des enfants », selon les vœux du conseil municipal en février 1929. Au Serverin, elle dispose d’une dizaine de vaches laitières et ses terres produisent quelque 15 tonnes de blé en 194535. On retrouve le rêve de l’autarcie propre à beaucoup d’établissements pour enfants.

  • 36 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1909.
  • 37 Guy Avanzini (dir.), Éducation et pédagogie à Lyon, op. cit.
  • 38 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.
  • 39 Dominique Dessertine, Bernard Maradan, L’âge d’or des patronages. La socialisation de l’enfance par (...)

15La culture physique est pratiquée de façon systématique, ce qui était loin d’être le cas dans les écoles primaires, en dépit des programmes. Intervient au Vernay un professeur du lycée Ampère36, Eugène Fortunet, spécialiste de la gymnastique, co-auteur d’une méthode d’éducation physique37. Dans les internats villeurbannais, au lendemain de la guerre, les mêmes pratiques sont banalisées : « chaque matin, avant la rentrée des classes, exercices respiratoires en plein, air et chaque jour, à 9 h 30 et à 14 h 30, trente minutes d’exercices physiques38 ». Les écoles de plein air jouent dans le développement de la culture physique en milieu scolaire un rôle majeur, lorsqu’au lendemain de la première guerre, celle-ci tend à être intégrée dans le cadre des patronages39.

  • 40 Julia Csergo, Liberté, égalité, propreté. La morale de l’hygiène au XIXe siècle, Paris, Albin Miche (...)
  • 41 Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance. Face en l’enfance en dif (...)
  • 42 Arch. Mun., Villeurbanne : M 133.

16La toilette fait l’objet de pratiques encore inhabituelles pour la plupart des Français40. Au Vernay, les enfants prennent, une fois par semaine, une douche chaude et un bain froid dans un bassin d’agrément au milieu de la pelouse. Ils sont initiés à l’usage de la brosse à dents qui ne se popularisera dans d’autres collectivités d’enfants qu’au lendemain de la seconde guerre mondiale41. À Chamagnieu (ill. 4), les douches se prennent deux fois par semaine. Le directeur du bureau d’hygiène a conseillé en 1929 l’usage de bidets : « Il faut donner aux fillettes l’habitude de procéder le plus souvent possible à une toilette minutieuse surtout à certains moments où les douches sont contre indiquées42 ».

Ill. 4 : Chamagnieu, école de plein air de Villeurbanne pour les filles, la toilette

Ill. 4 : Chamagnieu, école de plein air de Villeurbanne pour les filles, la toilette
  • 43 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 218 Wp 6.
  • 44 Idem : 534 Wp 11.
  • 45 Arch. Mun., Villeurbanne : R2.

17Il n’y a pas de cabinet médical dans ces écoles mais chacune dispose des services d’un médecin du bureau d’hygiène ou d’un médecin de ville. Le docteur Vigne se déplace chaque semaine au Vernay pour peser les enfants. Au Serverin, le docteur Ruyssen se rend en visite jusqu’en 1937 chaque fois que nécessaire, puis chaque semaine. Âgé de 81 ans lors de sa retraite en 1953, il écrit : « Je me suis efforcé de donner aux enfants par ma bienveillance l’impression que s’ils étaient souvent des déshérités, la douceur familiale n’était pas pour eux entièrement supprimée43 ». L’établissement échappe à toute épidémie. Au lendemain de la première guerre, les infirmières se mettent peu à peu en place. La première, en poste au Serverin, effectuait aussi des travaux de lingerie et, en 1924, son salaire était inférieur à celui du surveillant. En 1926, arrive une ancienne stagiaire des hôpitaux d’enfants de Paris, dont le salaire, primes comprises, atteint 253 F par mois : la revalorisation de la fonction est engagée44. Ce n’est qu’à partir de 1932-33 qu’à Chamagnieu et à Poncin se trouvent aussi attachée une infirmière45. Pour les fondateurs, sa fonction n’était pas définie, mais rappelons que le diplôme officiel ne date que de 1921.

  • 46 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.
  • 47 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 938 Wp 53.
  • 48 Idem : 938 Wp 53.

18Les archives ne permettent pas de dire dans quelle mesure les choix scolaires ont été négociés entre le corps enseignant et les médecins. Nous ne pouvons que prendre en compte les présentations officielles des institutions, qui font part d’un enseignement spécifique, lié aux difficultés des enfants. La durée de l’enseignement est partout plus limitée que dans les écoles primaires. Au Vernay, elle se limite à deux heures et demie par jour, à Poncin à trois heures jusqu’au cours élémentaire, et trois heures et demie ensuite. Au début du siècle au Vernay, l’enseignement n’étant dispensé que l’été, il se fait en plein air. Dans les écoles de l’entre-deux-guerres qui fonctionnent en permanence, les classes n’ont pas toujours lieu dehors. À Poncin, elles se tiennent parfois en plein air, mais sans table, ou sont « des classes promenades toutes les fois que le temps le permet46 ». Au Serverin, ces pratiques semblent inconnues et l’école a trop de difficultés pendant les années vingt pour se lancer dans des innovations pédagogiques. Trois classes sont mises en place, mais l’inspecteur d’académie et le directeur dénoncent « l’insuffisance des locaux scolaires et l’accès dangereux pour certains d’entre eux47 ». La quatrième classe, prévue pour octobre 1929, est improvisée dans des locaux provisoires. L’instituteur n’a pas de logement et le directeur de l’école explique que « le matériel envoyé au début de la guerre est très ancien ; les tables sont en effet d’un modèle ancien, défectueux, abandonné depuis longtemps48 ».

  • 49 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.
  • 50 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1937.
  • 51 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1929.
  • 52 Arch. Mun., Villeurbanne : M 133, FI (Fonds iconographique).

19La méthode pédagogique, dans les écoles villeurbannaises de l’entre-deux guerres, est celle de « l’observation directe ». Les effectifs sont limités à 20 (Poncin) ou 25 élèves (Chamagnieu) pour que le maître puisse « manier facilement son effectif en route, en station ou en classe et s’intéresser plus particulièrement à certains enfants moins doués ou plus attardés49 ». Sur une photo de cette brochure, les bureaux des élèves, individuels, sont disposés en arc de cercle autour de l’estrade. Peut-être le signe d’une « école nouvelle » ? Au Serverin, les garçons ont « l’esprit d’observation éveillé et retenu par la multiplicité des faits relatifs à la ferme, à la culture, à la chasse50 ». Pédagogie nouvelle ou tout simplement préparation à leur placement futur dans l’agriculture ? En 1929 « les orphelins qui ont été placés par l’administration ont donné toute satisfaction à leur patron et quelques-uns sont devenus de bons agriculteurs51 ». Toujours est-il que l’on n’observe pas ici la démarche souvent reprochée aux instituteurs, qui conduit à une rupture avec le monde rural. Pour les filles, un programme d’enseignement ménager est prévu par le médecin du bureau d’hygiène de Villeurbanne dans l’entre-deux guerres, afin qu’elles soient aptes « à remplir le rôle social auquel elles sont destinées ». Ce programme lui semble révolutionnaire en ce sens qu’il tend à bouleverser les foyers petits bourgeois et populaires, jusque-là ignorants des règles d’hygiène et de la bonne cuisine52. Cette démarche, qui nous semble sexiste, était perçue comme la marque d’un progrès qu’elle annonçait effectivement.

  • 53 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1907.
  • 54 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.
  • 55 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 112 Wp 7.
  • 56 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1907.

20Nous ne dresserons pas ici d’autres bilans des écoles de plein air que ceux qu’en donnaient les médecins, les seuls que nous ayons à notre disposition. Leur référence étant le poids (et non la taille des élèves), ils ont des raisons de se sentir satisfaits des expériences. Le docteur Vigne constate que ces petits « miséreux » ont augmenté en moyenne de 2,8 kg et que « l’école de plein air paraît avoir pleinement confirmé les prévisions scientifiques des hygiénistes éminents, qui la représentent comme l’institution idéale en matière de préservation de la jeunesse scolaire nécessiteuse contre la tuberculose. Elle contribue au sauvetage d’existences humaines toujours précieuses et plus encore dans un pays où elles deviennent plus rares chaque jour53 ». À Poncin, en deux mois, en 1928 « plusieurs ont accusé une augmentation de poids notable 1,5 à 2 kg. La moyenne a été de 700 g54 ». Au Serverin on se félicite que l’internat ait échappé à toute maladie grave. Il n’y a plus eu d’épidémie de teigne comme celle qui avait frappé la colonie en 1917 et nécessité le transfert des enfants dans des hôpitaux lyonnais. Les punaises qui infestaient la colonie dans les années 1900 semblent avoir disparu55. Les observateurs sont aussi sensibles au progrès observé dans les comportements. « Chez ce groupe d’enfants à éducation tout à fait négligée, les habitudes vicieuses se sont notablement amendées, les manières se sont affinées, les études se sont poursuivies avec une progression régulière56 ». Dès le début le social s’inscrivait dans les pratiques.

21Au terme de ce survol, il faut insister sur le rôle de laboratoire éducatif qu’ont désiré jouer les écoles de plein air et sur l’importance des investissements consentis par les collectivités publiques pour leur bonne marche. Les politiques municipales trouvent là un nouveau terrain d’action, propre à concilier aux maires et aux conseillers un large électorat. Elles montrent aussi qu’elles peuvent stimuler les inspections académiques et le ministère de l’Instruction publique.

Notes

1 Catherine Rollet, La politique à l’égard de la petite enfance sous la Troisième République, Paris, INED, 1990.

2 Pierre Guillaume, Le rôle social du médecin depuis deux siècles 1880-1945, Paris, Association pour l’histoire de la Sécurité Sociale, 1996.

3 Paul Vigne, Les écoles de plein air, Lyon, imprimerie Sézanne, 1918.

4 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 112 Wp 7.

5 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1897.

6 Paul Vigne, « L’école municipale lyonnaise de plein air », in Ville de Lyon (éd.), Les nouvelles œuvres municipales de plein air, Lyon, imprimeries réunies, 1909, p. 3-34.

7 Bulletin municipal de la ville de Villeurbanne, juin 1930.

8 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 112 Wp 7.

9 Idem.

10 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 218 Wp.

11 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1927.

12 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 218 Wp 6.

13 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 534 Wp 11.

14 Archives de Poncin (dans l’établissement) : 24 registres matricules des élèves (octobre 1928 à octobre 1965).

15 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 110 Wp 17.

16 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1897.

17 Arch. Mun., Villeurbanne : M 133.

18 Lazare Goujon, Villeurbanne, 1924-1934 : dix ans d’administration, Lyon, Assoc. typogr., 1934.

19 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 534 Wp 11.

20 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre la tuberculose, Lyon, PUL, 1988.

21 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 176 Wp 43

22 Maurice Gauthier, Une étape dans la lutte sociale antituberculeuse. Les écoles de plein air, Trévoux, imprimerie Jeannin, 1911.

23 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 938 Wp 53.

24 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 938 Wp 53.

25 Conseil mun. Villeurbanne, 18 février 1929.

26 Guy Avanzini (dir.), Éducation et pédagogie à Lyon, de l’Antiquité à nos jours, Centre lyonnais d’études et de recherches en sciences de l’éducation, 1993.

27 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.

28 Idem.

29 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1910.

30 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1909.

31 Paul Vigne, « L’école municipale lyonnaise », op. cit.

32 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 747 Wp 81.

33 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit., p. 365.

34 Idem, p. 358.

35 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 938 Wp 53.

36 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1909.

37 Guy Avanzini (dir.), Éducation et pédagogie à Lyon, op. cit.

38 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.

39 Dominique Dessertine, Bernard Maradan, L’âge d’or des patronages. La socialisation de l’enfance par les loisirs, Vaucresson, CNFE-PJJ, 2001.

40 Julia Csergo, Liberté, égalité, propreté. La morale de l’hygiène au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1988.

41 Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance. Face en l’enfance en difficulté cent ans de pratique de l’internat et du placement familial, Toulouse, Erès, 1990.

42 Arch. Mun., Villeurbanne : M 133.

43 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 218 Wp 6.

44 Idem : 534 Wp 11.

45 Arch. Mun., Villeurbanne : R2.

46 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.

47 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 938 Wp 53.

48 Idem : 938 Wp 53.

49 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.

50 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1937.

51 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1929.

52 Arch. Mun., Villeurbanne : M 133, FI (Fonds iconographique).

53 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1907.

54 Lazare Goujon, Villeurbanne, op. cit.

55 Arch. Mun., Lyon, Serverin : 112 Wp 7.

56 Documents relatifs au projet de budget de…, Lyon, Imprimerie Delaroche, 1907.

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Poncin, école de plein air de Villeurbanne pour les garçons
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Ill. 2 : Chamagnieu, école de plein air de Villeurbanne pour les filles
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Ill. 3 : Poncin, école de plein air de Villeurbanne pour les garçons, le réfectoire
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2647/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Ill. 4 : Chamagnieu, école de plein air de Villeurbanne pour les filles, la toilette
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2647/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search