Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Santé

Le sanatorium du département du Rhône à Saint-Hilaire-du-Touvet (des origines à 1940)

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Cahiers d’Histoire, 1984, n° 2-3, p. 167-190. Cette étude a été faite au Centre Pierre Léon dans le cadre d’une des enquêtes « Politiques sociales » du Commissariat au Plan, « Les articulations du sanitaire et du social : la lutte contre la tuberculose dans la région lyonnaise (1918-1975) ».

Texte intégral

1Le sanatorium du département du Rhône à Saint-Hilaire-du-Touvet ouvre ses portes le 16 janvier 1933. C’est alors un des plus grands sanatoriums publics de France, construit dans le cadre de la loi Honnorat (votée en 1919) : il peut accueillir 646 malades (325 hommes et 321 femmes). Le préfet du Rhône en annonce la création à ses collègues des autres départements par un texte qui insiste avant tout sur la qualité du site :

  • 1 Circulaire du 4 janvier 1933. Le préfet Villey, qui le signe, l’a fait rédiger par le directeur du (...)

Le Plateau des Petites Roches (1 150 mètres) sur lequel est construit le sanatorium est situé sur le Massif de la Grande Chartreuse, il domine la riche vallée du Grésivaudan et le point de vue merveilleux qu’on y découvre en fait un coin d’excursion classique du Dauphiné.
Le plateau orienté vers le Sud-Est est protégé des vents du Nord et Nord-Ouest par la dent de Crolles (2 066 mètres), véritable muraille verticale dominant de 900 m le sanatorium. Entre le sanatorium et la dent de Crolle, une forêt de pins permet d’établir des promenades pour les malades. Par son orientation, le plateau est très ensoleillé. L’air y est très pur et le brouillard rare. Si les nuits sont parfois un peu fraîches, les journées sont plutôt douces et il n’est pas rare d’avoir en plein hiver une température diurne de 15 à 20 degrés1.

2La longue élaboration du sanatorium mérite que l’on s’y arrête. C’est l’objet de la première partie de cette étude. Dans la seconde partie, nous verrons les problèmes posés par la gestion du sanatorium.

La longue élaboration du sanatorium des Petites Roches

Une initiative des Hospices civils de Lyon

3Tout commence avec la demande de l’Union hospitalière du Sud-Est, association créée pour l’établissement de sanatoriums d’altitude, fondée en 1918, reconnue d’utilité publique en 1921, et à laquelle adhèrent les Hospices civils de Lyon. Le 18 mai 1920, elle demande au Préfet du Rhône de lui accorder une subvention pour réaliser une étude sur l’implantation d’un sanatorium. Le conseil général estime alors n’avoir pas à intervenir et il l’adresse au comité départemental de lutte contre la tuberculose.

4L’année suivante, l’Union hospitalière renouvelle sa demande, alléguant que d’autres départements de la région (les Hautes-Alpes, la Saône-et-Loire et la Savoie) lui ont déjà alloué des crédits. Le 4 mai 1921, le conseil général du Rhône accorde 500 F de subvention à cette recherche. C’est la première contribution du département à la réalisation d’un projet qui s’élèvera à plusieurs millions. Il ne s’agissait alors que de mener une étude « dans la région montagneuse du Sud-Est ».

  • 2 Projet de sanatorium public des Petites Roches à Saint-Hilaire-du-Touvet, Lyon, imprimeur Audin, 19 (...)
  • 3 L. Guinard, La pratique des sanatoriums, d’après les vingt premières années d’exercice des sanatori (...)

5Cette étude paraît deux ans plus tard2, sous la plume de Jean Lépine, doyen de la faculté de médecine de Lyon et André Gouachon, secrétaire général des Hospices civils de Lyon : une brochure de 13 pages, une carte, 6 photos pour expliquer le choix du plateau de Saint-Hilaire-du-Touvet. Elle se veut le reflet de la pensée médicale de pointe en matière de lutte antituberculeuse et remet en cause les sanatoriums créés jusqu’alors. « Le sanatorium de plaine n’a pas donné les résultats que certains mal renseignés peut-être attendaient de lui. Il a été infiniment utile : il a sauvé des existences, diminué la contagion, il n’a pu réaliser ce que des conditions climatiques spéciales pouvaient seules obtenir ». Le sanatorium d’altitude est donc la seule solution à adopter car « le traitement de la tuberculose consiste essentiellement dans le renforcement des défenses de l’organisme à l’égard du microbe. Celui-ci est pratiquement inaccessible à nos médications. Ce que l’on peut espérer de mieux, c’est que l’organisme humain soit assez solide pour détruire de lui-même le bacille dont il est infecté ». Rappelons que cette foi en l’altitude n’est pas celle de tout le corps médical de l’époque. Citons le cas du docteur Guinard, directeur des sanatoriums de Bligny, dans la région parisienne, qui fait paraître l’année suivante une étude très documentée des maisons de plaine qu’il dirige3 et dont il glorifie les résultats ; pour lui, la seule condition concernant le site, c’est que « les sanatoriums doivent toujours être situés en pleine campagne, dans une région permettant de faire des cures toute l’année, sans interruption saisonnière ». Certes « toutes les fois qu’on le pourra, on recherchera l’altitude » précise-t-il, mais il n’y a pas là une condition indispensable. Pour lui, le sanatorium de plaine a bien joué son rôle même « s’il reconnaît qu’il n’est pas fait pour les grands malades et les phtisiques » (sic).

6Les Hospices civils, eux, veulent se montrer pionniers et reconnaissent qu’ils n’auraient pas « entrepris une œuvre difficile, longue et onéreuse comme celle d’un sanatorium d’altitude sans y être poussé par des nécessités impérieuses et sans avis médicaux autorisés et formels ». Ils se réfèrent donc aux conclusions de Léon Bernard, du docteur Mouisset, médecin honoraire des hôpitaux de Lyon, et du professeur Pic, professeur de thérapeutique et de climatologie à la faculté de médecine de Lyon, mais aussi à d’autres universitaires, comme le professeur de géologie de la faculté de Grenoble, Kilian, qui assure que le plateau de Saint-Hilaire-du-Touvet « bien abrité des courants froids est une sorte d’oasis privilégiée dans le climat général de la région ».

7Les Hospices civils ont un projet précis, un sanatorium de 400 lits, un projet particulièrement ambitieux puisqu’il s’agit de faire en sorte que

la première station d’altitude française consacrée au traitement de la tuberculose soit au moins l’égale des stations suisses dont la juste célébrité est faite tout autant du groupement de leurs établissements, de l’émulation scientifique qui en découle et de la valeur de leurs médecins que des séductions de leurs sites ou des avantages de leur climat.

Ainsi autant que de la construction d’un sanatorium, il est question de la création de tout un complexe de soins, d’enseignement et de recherche. Le modèle suisse, comme trente ans auparavant à Hauteville – dont il n’est d’ailleurs pas question dans la brochure – reste la référence suprême.

8Les Hospices civils ont un plan financier. Il leur faut 12 millions pour ces 400 lits (30 000 F par lit), d’après l’estimation qu’ils ont demandée à Tony Garnier, grand prix de Rome, architecte de l’hôpital qui se construit alors à Grange-Blanche. Mais ils n’ont pas l’argent nécessaire pour réaliser leur projet (l’hôpital de Grange-Blanche est déjà financé par la ville de Lyon). Aussi la brochure de Lépine et Gouachon est-elle en fait et avant tout un appel aux souscripteurs, comme autrefois à Hauteville, pour la construction du sanatorium Mangini. Les œuvres qui souscriraient auraient la libre disposition des lits ainsi réservés, à charge pour elles de payer en plus le montant des prix de journée. Les Hospices civils doutent-ils du résultat de leur campagne pour drainer des fonds suffisants ? Toujours est-il qu’ils font appel en même temps au conseil général du Rhône.

L’intervention du conseil général

  • 4 Il est alors sous la présidence du radical-socialiste Emile Bender, maire d’Odenas et conseiller gé (...)

9C’est la demande de subvention des Hospices civils qui lance le débat au conseil général en août 19234. Celui-ci veut bien donner « en principe un avis favorable à la construction de ce sanatorium », car il reconnaît les problèmes auxquels il se heurte quand il veut placer ses tuberculeux en altitude et qu’il doit parfois recourir aux séjours à l’étranger.

10Mais il ne veut pas se sentir mis devant le fait accompli ; aussi le débat qui suit est-il très animé. Pour sa part, le préfet serait favorable à une association entre les Hospices civils et divers départements copropriétaires. Édouard Herriot estime, lui, que les Hospices se sont un peu vite engagés, vis-à-vis de l’Union hospitalière du Sud-Est et qu’ils veulent faire construire cet établissement en grande partie aux frais du département du Rhône et de la ville de Lyon. Mais, en parlementaire informé, il connaît les contraintes imposées par la loi Honnorat aux départements : il faut qu’avant dix ans le Rhône ait trouvé une solution à l’hospitalisation de ses tuberculeux.

11Le conseiller général Bonnevay qui résume l’attitude des Hospices par la formule suivante : « Donnez-nous 30 000 F par lit et cela vous donnera le droit de nous payer le prix de journée », rappelle que « nous n’avons pas toujours eu à nous louer de ce que j’appelle par euphémisme « l’économie de l’administration des HCL ». Le conseiller Marro appuie ces interventions. Lui aussi est d’accord sur le principe du sanatorium mais il se plaint de ce que « les Hospices civils de Lyon ont présenté encore une fois non seulement à notre département mais à d’autres départements sans doute, quelque chose d’arrêté, de déterminé, de fini : il n’y a plus qu’à voter ». Il se réjouit de ce qu’Édouard Herriot, en tant que maire de Lyon, ait été président des HCL sinon, dit-il « nous aurions encore été dupes ».

12Le département décide alors d’agir, mais seul. Ou presque. Car le choix que les Hospices civils avaient fait du plateau des Petites Roches n’était pas le leur, mais celui du Comité des Forges, avec lequel ils avaient, toujours selon le conseiller Marro, passé des traités. Puisque c’était le Comité des Forges qui avait acheté le terrain, qui avait fait construire le funiculaire permettant d’y accéder aisément et qui était déjà en train de construire son propre sanatorium.

13Reprenant le projet des Hospices, le département du Rhône allait ainsi devoir en dépit de sa volonté d’autonomie, composer avec le Comité des Forges.

À l’ombre du Comité des Forges

  • 5 Docteur Bruno Guirimand, Si les Petites Roches m’étaient contées, Grenoble, imprimerie Guirimand, 1 (...)

14En fait, la découverte, en 1923, du plateau des Petites Roches par le département, lui a été imposée par un long cheminement qui remonte au début du siècle. C’est en 1900, en effet, qu’un industriel grenoblois, Félix Jourdan, propriétaire de terrains à Saint-Hilaire-du-Touvet, crée la « Société Anonyme des sanatoriums des montagnes de la Grande Chartreuse », et propose à la commune, toute heureuse de sortir de son séculaire isolement, la construction d’un sanatorium de 100 lits. Ce premier projet, faute de crédits, avorte5.

15Seize ans plus tard, en 1916, ce projet est relancé par un autre industriel, ami de Jourdan, Henri Frédet qui suscite la bienveillante attention de Léon Bourgeois, lors d’une conférence que celui-ci fait devant les membres du Comité des Forges. Tous deux reçoivent, en outre, la caution scientifique du géologue Kilian et l’appui de tous les grands spécialistes de la tuberculose d’alors, Calmette, Besançon, etc. C’est ainsi que se crée, émanant du Comité des Forges, « l’Association métallurgique et minière contre la tuberculose » chargée d’implanter un sanatorium, le premier, sur la commune de Saint-Hilaire-du-Touvet. Ce sanatorium fut inauguré très solennellement, le 8 septembre 1929, par Louis Loucheur, ministre du Travail, de l’Hygiène et de l’Assistance publique.

16Les Hospices civils voyaient très favorablement cette collaboration avec le Comité des Forges. Lépine et Gouachon dans leur brochure de 1923 s’étaient réjoui de voir s’unir aux Petites Roches

une puissante association d’intérêts privés et une grande collectivité hospitalière. L’expérience pratique de l’une et les longues traditions de bienfaisance et les exceptionnelles ressources scientifiques de l’autre sont des conditions certaines de succès. Puisse cet exemple d’union dans l’assistance sociale être compris et soutenu.

  • 6 Lépine, Gouachon, Projet de sanatorium public..., op. cit., note 2.

17Le conseil général du Rhône doit donc passer par le Comité des Forges, au sens littéral d’ailleurs, celui-ci ayant fait construire par la caisse d’assurance mutuelle des Forges de France, la seule voie d’accès aisée au plateau des Petites Roches, un funiculaire, prouesse technique à l’époque (83 % de pente, sur une dénivellation de 700 m) inauguré le 19 juillet 1924. Ce funiculaire, qui avait coûté 4,5 millions était jugé indispensable aux malades « déjà fatigués par un long voyage6 » ; il était non moins indispensable aux divers entrepreneurs chargés de la construction et de l’aménagement des sanatoriums pour le transport de leurs ouvriers et de leurs matériaux. Il leur évitait 10 km de route étroite, sinueuse, et enneigée durant une longue période de l’année.

18C’est à cause de l’existence du funiculaire que lors des négociations avec l’Association métallurgique et minière contre la tuberculose, cette dernière fait observer que

  • 7 Rapport du préfet présenté à la session extraordinaire du 20 décembre 1924 qui insiste. « Nous nous (...)

la construction dans le même temps de plusieurs sanatoriums appartenant à des collectivités différentes pourrait amener et amènerait certainement entre les entrepreneurs des difficultés graves au point de vue de l’utilisation du funiculaire, du recrutement et du taux de la main d’œuvre et qu’il était de toute nécessité d’y pourvoir si on ne voulait pas ajourner la construction des autres sanatoriums après l’achèvement de celui de l’AMM7.

19Le 20 décembre 1924, lors de la session extraordinaire qu’il tient, sur proposition du ministre de l’Intérieur, le conseil général décide définitivement de l’achat du terrain et des modalités de la construction. Il accepte « de faire exécuter les travaux qu’il effectuera à Saint-Hilaire par les entrepreneurs choisis par l’Association métallurgique et minière, à charge pour cette dernière d’imposer aux dits entrepreneurs des contrats offrant des avantages équivalents à ceux qu’elle aura obtenu pour son propre compte ».

20C’est ainsi que l’avant projet de l’architecte lyonnais Tony Garnier, présenté au conseil général en mai 1924 reste sans suite, que six mois plus tard sont retenus les plans de l’architecte parisien du sanatorium du Comité des Forges, et qu’on confie à l’entreprise centrale des travaux publics Quesnel dont le siège est à Paris, la charge du gros œuvre du sanatorium du Rhône.

  • 8 Séance du conseil général du 6 mai 1927. Rapport de Biron. On décide alors – et seulement – la créa (...)
  • 9 L’architecte répond : « Faites enlever la neige par vos employés » ; ce à quoi le médecin-directeur (...)
  • 10 Séance de la commission de surveillance du 8 juin 1936.

21Cette dépendance par rapport à l’Association métallurgique et minière entraîne aussitôt des problèmes graves. Notamment avec l’architecte qui, dans un premier temps, commet une erreur dans l’implantation des bâtiments « heureusement peu importante qui ne nuit en rien à la solidité des bâtiments et à la perspective de l’édifice8 ». Mais, en 1936, on constate de grosses infiltrations dans la toiture, car la neige s’accumule sur des toits dont la pente est mauvaise9, à tel point que le conseil départemental du contentieux de la préfecture est d’avis qu’une action soit engagée contre lui pour vice de conception, le préfet estimant que cette mesure servirait d’exemple aux architectes travaillant pour les collectivités publiques10. En 1939, l’instance suivait son cours...

22L’Association métallurgique et minière impose encore ses conditions au sein de la commission mixte des services communs créée en 1925 pour l’aménagement des routes, l’évacuation des eaux usées, l’installation des équipements collectifs, alors qu’avec le sanatorium des Etudiants, troisième établissement du plateau participant à ces travaux collectifs, les rapports paraissent avoir été plus paisibles.

23À cette dépendance, venait s’ajouter les problèmes du financement, pourtant théoriquement prévu par la loi Honnorat.

Un financement délicat

Des estimations constamment remaniées

24La longueur de réalisation du projet (8 ans) tient à deux causes, à la réactualisation constante du devis par suite des modifications apportées au projet initial et aux difficultés d’application de la loi Honnorat.

25Cinq devis et estimations sont présentés au conseil général entre 1923 et 1933, date d’ouverture du sanatorium. La première estimation est celle de la brochure Lépine et Gouachon de 1923, inévitablement imprécise. Il ne s’agit que d’une brochure de propagande. Comme nous l’avons déjà dit, elle prévoit une dépense de 12 millions pour un établissement de 400 lits, c’est-à-dire 30 000 F par lit. Ramené en francs constants 1914, cela fait 3,24 millions, ce qui est de l’ordre du coût du premier sanatorium populaire français, le sanatorium Félix Mangini ouvert à Hautevile en 1900 qui avait coûté 1,2 million pour 140 lits.

26Le premier devis sérieux, celui sur lequel s’engage le plan de financement et les premières dépenses, est adopté le 25 mai 1925 par le conseil général. Il se monte à 16,308 millions pour 524 malades et 148 personnes attachées à l’établissement. Compte tenu de l’augmentation du nombre de lits, il se révèle proche de celui de l’avant-projet de Tony Gamier. Notons que le prix du terrain, que l’Association métallurgique et minière a revendu à prix coûtant (1,50 F le m2) ne représente que le 1/100e de la somme globale, alors que les droits d’usage du funiculaire rachetés par le département pour 75 ans sont par contre très élevés, 10 fois plus que le terrain (un tiers de son coût, le dernier tiers devant être payé par le sanatorium de l’Union nationale des associations d’étudiants de France dont la première pierre avait été posée le 26 octobre 1924). Le projet comporte deux bâtiments distincts, l’un réservé aux hommes, l’autre aux femmes, relié entre eux par un bâtiment comportant les services généraux, la cuisine, l’économat, l’entrée des marchandises, etc.

  • 11 Rapport d’Édouard Herriot au conseil général le 8 septembre 1925.
  • 12 Idem.
  • 13 Le 30 novembre 1925.

27Ce premier devis est remis en cause six mois plus tard pour respecter les observations présentées par la Commission technique des sanatoriums, instance nationale, relevant l’insuffisante séparation des sexes, estimant surtout qu’il y a des inconvénients à construire les galeries de cures en avant des chambres. La rangée des lits placés contre le couloir intérieur « risque de recevoir une quantité insuffisante de lumière et d’air11 ». Le conseil général tenant à ce « qu’un établissement aussi important qui va nous coûter 16 millions soit irréprochable12 », demande l’aménagement de galeries de cure en dehors des façades des chambres et vote à la fin de l’année une dépense supplémentaire portant à 18 millions le devis initial13.

28Le réajustement suivant se fait trois ans plus tard, alors que les travaux vont bon train sur le plateau des Petites Roches. On passe alors de 18 à 27 millions, à cause de la hausse des salaires et du prix des matériaux, d’après le préfet, en fait à cause de multiples modifications de détail comme par exemple le remplacement des carreaux d’asphalte (bien peu esthétique à l’AMM) par des carreaux de grès, et surtout par l’aménagement des terrains environnants qui n’avait pas été prévu. 27 millions de francs en 1928 représentent 4,5 millions de francs 1914. Ce n’est donc pas l’inflation qui est en cause, contrairement à ce qu’estime le Préfet, mais une prévision peu précise. De 1925 à 1928, le franc n’a en effet perdu que 4 points.

  • 14 Le logement du personnel prévu pour 450 000 F se monte en fait à 1,800 millions (X 4) et la chauffe (...)

29La dernière évaluation faite en mai 1932, quelques mois avant l’ouverture définitive donne un chiffre de 38,5 millions. En quatre ans, le franc a pourtant repris 5 points, les dépenses n’en sont pas moins estimées à la moitié plus, c’est-à-dire à 8,5 millions de francs 1914. Cela tient pour une grande part au fait qu’on avait sous-estimé le coût du logement du personnel et de la chaufferie, dans une proportion considérable de 6 environ14. On s’engage alors à aménager deux nouveaux dortoirs, arrêtant ainsi à 646 la capacité du sanatorium. En 1933, on reviendra sur la décision de ne pas aménager de galeries de cure devant les chambres, le médecin-directeur indiquant que la question aurait un peu évoluée depuis 1925.

  • 15 Par la suite on aménagera encore deux pavillons d’appartements pour le personnel ; on estima que ch (...)

30On peut ainsi estimer à 9 millions de francs 1914 environ le coût de cet établissement à son ouverture15. Ce qui malgré tous les problèmes posés par l’éloignement reste un coût inférieur à celui de Grange Blanche, ouvert à la même période : 9 millions, 650 lits d’un côté, 50 millions, 1800 lits d’un autre. Mais peut-on comparer un grand hôpital urbain, pavillonnaire, moderne, bien équipé technologiquement à un établissement encore proche du XIXe siècle et qui n’est en fait qu’un asile gigantesque ?

31Toujours est-il que le département assume ces nouvelles charges financières aisément. Le Rhône est alors prospère et en 1928 le président du conseil général peut faire remarquer que « la situation financière, comparée avec celle de certains départements de France (nous) est nettement favorable et que les contribuables du Rhône sont moins chargés que ceux de la plupart des autres départements ». Il n’en reste pas moins que la dépense totale engagée équivalait à la moitié d’un budget annuel et que sans l’aide de la loi Honnorat, le projet n’aurait sans doute jamais pris corps. De quelle manière fut opéré le financement ?

Le financement

32La loi Honnorat, votée le 7 septembre 1919, prévoyait, dans son article 6, que l’État accorderait une subvention pouvant aller jusqu’à la moitié du devis, que le département constructeur pourrait solliciter de la Caisse des dépôts et consignations un prêt pouvant aller jusqu’à 35 % à taux bonifiés (2 %) et qu’il ne resterait donc, à la charge du département que 15 %.

33Le ministre du Travail approuve le plan de financement proposé le 25 août 1925 (on est parti de la base de 16 millions) mais annonce « que le chiffre élevé de la subvention (8 millions donc) ne permettra de l’accorder qu’en la répartissant sur plusieurs exercices budgétaires ». En 1926, l’État n’avait encore remis que 1,3 million (dont 100 000 F tiré du PMU) et annonçait 1,2 million pour l’année 1927. Il fallait donc compter au moins sept à huit ans pour recevoir la totalité de la subvention de 1’État.

  • 16 Rapport de Voillot au conseil général le 10 septembre1927.

34Le département sollicite, en 1927, auprès de la Caisse des dépôts et consignations, un prêt comprenant non seulement la partie des ressources à réaliser par voie d’emprunt, mais encore le montant total de la subvention de l’État, dont les versements étaient incertains et subordonnés aux disponibilités du budget de l’État. La Caisse des dépôts refuse de prêter, le 18 mai 1927, alléguant que « l’état des crédits dont elle dispose et qui sont à peine suffisants pour les demandes d’HBM (Habitations à Bon Marché), ne lui permettent pas actuellement, malgré l’intérêt de l’œuvre antituberculeuse projetée, d’attribuer un prêt de l’ordre de 13 500 000 F qui ne serait pas destiné à la construction d’HBM ». La commission d’attribution des prêts n’a-t-elle pas méconnu les termes impératifs de la loi du 7 juillet 1919 ? s’interroge le conseil général qui constate « que cette décision met en échec dans une certaine mesure », la loi Honnorat16 et qui envisage d’emprunter à cette même Caisse des dépôts et consignations non plus au taux privilégié de 2 % mais à 8,15 %.

35La loi du 13 juillet 1928, en renflouant la Caisse et en rappelant les termes de la loi Honnorat, débloque la situation et les augmentations de dépenses prévues ultérieurement sont toutes comblées par l’emprunt auprès de la Caisse des dépôts et consignations qui dispose alors d’importants capitaux et prête à 3,5 %. Le remboursement du prêt, amorti sur 40 ans, se fait chaque année à raison d’environ 650 000 F que paient les centimes additionnels.

36Le million de francs restant à la charge du département fut inscrit à son budget dès 1925, pour l’achat des terrains et du droit d’usage du funiculaire. En 1929, par exemple, il est prélevé 500 000 F. Les problèmes du financement furent donc résolus non sans peine, d’autant plus que le Rhône n’avait pas pu compter sur les départements voisins comme il l’avait espéré à l’origine du projet, en 1923.

37En effet, en août 1923, sur la lancée du programme de l’Union hospitalière du Sud-Est, il avait été décidé que le préfet contacterait ses collègues de la région Sud-Est pour mettre sur pied un projet collectif. Le 27 octobre, il annonce que sur les vingt-et-un départements contactés, douze n’ont pas répondu (dont l’Ain, les Basses-Alpes, les Hautes-Alpes, l’Ardèche, la Côte d’Or, le Jura, la Saône-et-Loire et les deux Savoies), deux sont indifférents ou hostiles (la Drôme, le Vaucluse), quatre autres, l’Allier, les Alpes-Maritimes, le Doubs, la Loire se sont déjà engagés à appliquer la loi Honnorat, seuls ou avec les départements voisins. Le silence des Basses-Alpes étonne d’autant plus qu’Honnorat était député de ce département. L’Isère, seule, est intéressée au projet et nomme des représentants à ce qui doit être une commission interdépartementale. Le 28 mai 1924, à l’Isère, se joint la Haute-Savoie qui reste finalement l’unique allié du département du Rhône tout en réduisant à 30 lits une copropriété d’abord annoncée à 60.

  • 17 Hommage du préfet, Ch. Valette, lors de la réunion constitutive de la commission de surveillance, a (...)

38Le Rhône a donc mené seul à son terme ce qu’il appelait orgueilleusement « la première application en grand de la loi Honnorat17 ». Il lui a fallu huit ans pour réaliser son projet, mais il aura fallu plus de trente ans pour que Saint-Hilaire-du-Touvet arrive à la plénitude de ce qu’avait prévu, en 1900, un industriel de la région.

Les grands problèmes de la gestion d’un sanatorium dans les années 30

La commission de surveillance

39Les délibérations de la commission de surveillance, instituée dans le cadre de la loi Honnorat, permettent d’approcher les problèmes du sanatorium. Cette commission, qui se réunit pour la première fois le 21 mai 1932, est composée de neuf personnes

- Six sont nommées par le préfet :

  • 18 ConseilIer général de Villeurbanne depuis 1904.
  • 19 Les élections cantonales de 1931 amènent une majorité de républicains modérés au conseil général et (...)

Le professeur Paul Courmont, le docteur Mouisset, président du Comité départemental de lutte antituberculeuse, Voillot18, sénateur du Rhône depuis 1904, Rambaud, adjoint au maire de Lyon, le docteur Bonnier, conseiller général de Haute-Savoie qui représente son département pour les 30 lits que celui-ci s’est réservé. Le président de la commission est l’ancien président du conseil général du Rhône, Bender, élu radical-socialiste du canton de Belleville19.

- Trois sont désignées par le conseil général :

Le docteur Augros de l’« Alliance Démocratique », deux non médecins, Gras et le socialiste Jordery. Notons que cette commission qui était renouvelable par tiers chaque année ne fut jamais remaniée.

  • 20 Ancien médecin des dispensaires du Pas-de-Calais. Publiant en octobre 1941, aux Editions « Les Livr (...)

- De plus, on lui adjoint le doyen Lépine pour « sa science et les connaissances pratiques qu’il a acquises à la direction de conseils d’administration de sanatoriums », et deux autres personnes à titre consultatif : le médecin-directeur Louis Reumaux20 et le directeur administratif de l’établissement.

40Composée des principaux acteurs de la lutte antituberculeuse régionale et des conseillers généraux qui ont suivi les travaux préparatoires du sanatorium comme le sénateur Voillot, elle se réunit quatre fois par an environ et au complet. Seule la maladie explique les absences. Le docteur Mouisset meurt en 1938. Il est remplacé par l’inspecteur départemental d’hygiène Robin.

41Les délibérations de la commission font apparaître que l’immense majorité des problèmes qui se posent à elle sont des problèmes de gestion inextricablement liés les uns aux autres. Aussi n’est-ce que pour la clarté de la présentation que nous verrons d’abord le recrutement, ensuite les prix de journée, enfin les résultats thérapeutiques. Cet ordre correspond en gros à la place décroissante occupée par ces trois thèmes dans les comptes rendus de ses réunions. Ce ne sont pas les seuls. Mais nous les avons retenus ici parce que notre objet se limite ici à l’étude de la gestion de l’entreprise de santé qu’est le sanatorium.

Le difficile recrutement des malades

42Le 16 janvier 1933, trois ans et demi après le sanatorium de l’Association métallurgique et minière, le sanatorium du Rhône ouvre ses portes. Les hommes sont accueillis les premiers. La pavillon des femmes n’ouvre que le 29 avril suivant. Le recrutement ne se fait pas vite et le 3 mai 1933, le président du conseil général constatant qu’il y a encore 500 places vides déclare « il faudrait que le public sache et que la presse ait l’amabilité de lui faire savoir que le sanatorium des Petites Roches est ouvert ». Les mois d’été accentuent le nombre des arrivées et le 15 septembre 1933, 210 hommes et 115 femmes sont en traitement mais ceci signifie avant tout qu’après plus de six mois d’existence, l’établissement est encore à moitié vide.

43Les délibérations de la commission de surveillance ne fournissent qu’irrégulièrement des statistiques sur le taux d’occupation ; on ne peut donc apporter que quelques repères, tantôt flous, tantôt chiffrés. Le 19 décembre 1934, à la fin de la seconde année de fonctionnement, il y a encore « des lits vacants ». Un an après, le 1er janvier 1936, 584 lits sont occupés sur les 646, c’est-à-dire qu’un lit sur dix reste disponible. Certes, en 1937, la situation est un peu meilleure mais il est clair que ce lent démarrage était inattendu.

44Pourquoi cette lenteur dans l’arrivée des malades alors que pour le conseil général, le sanatorium d’altitude répond aux besoins de la lutte antituberculeuse ? Pourquoi, alors que l’on croyait, en 1924, que le département du Rhône remplirait probablement à lui seul, au moins 400 lits, faut-il recourir, après l’ouverture de l’établissement, à un recrutement géographique plus vaste ? En décembre 1932, les professeurs Mouisset et Lépine savaient déjà qu’il faudrait ouvrir le sanatorium à la France entière. C’est pourquoi, au début de janvier 1933, un peu avant l’ouverture de l’établissement, le préfet se lance dans une campagne de « propagande » – c’est le terme de l’époque – auprès de tous ses collègues des départements français en leur envoyant la circulaire dont un extrait commence cet article. Il leur propose une convention avec le Rhône pour retenir des lits pour leurs malades bénéficiaires de l’AMG (Assistance Médicale Gratuite). Les réponses n’arrivent pas vite, sept départements en 1933, huit en 1934, bien que le ministre ait fait savoir qu’à compter du 1er janvier 1934, l’État ne rembourserait plus les frais de séjour des malades envoyés par des départements qui n’auraient pas passé une convention. La commission de surveillance prend conscience, à la suite de protestations émises par certains départements, que le système qu’elle proposait jusqu’alors provoquait des refus. Elle avait en effet décidé de céder l’usage des lits aux départements demandeurs sous deux formes juridiques :

  • le lit de « propriété », réservé en permanence au département souscripteur qui devait régler le prix de journée, que le lit soit ou non occupé ;

  • le lit de « priorité » réservé seulement dans la limite des places disponibles.

Ill. 1 : Malades présents au sanatorium le 1er janvier 1937 (commission de surveillance du 7 juin 1937 - Archives départementales du Rhône, X 222), carte : M.-H. de Morangiès.

Ill. 1 : Malades présents au sanatorium le 1er janvier 1937 (commission de surveillance du 7 juin 1937 - Archives départementales du Rhône, X 222), carte : M.-H. de Morangiès.

45Sur les lits de propriété était, en outre, prélevé annuellement 8 à 10 % pour assurer l’entretien et l’amélioration de l’établissement. Pour faciliter les accords, la commission supprime cette distinction à compter du 1er janvier 1935, ce qui a pour effet de faire monter à seize le nombre des départements signataires cette année-là et à trente-et-un le nombre total des départements liés au sanatorium du Rhône. Compte tenu du fait que bien des départements ont construit ou racheté leur propre sanatorium, que d’autres ont opté pour d’autres stations comme Hauteville, le département du Rhône a réussi à drainer jusqu’à lui un maximum de malades : le tiers des départements français a passé un traité avec lui. Ce chiffre s’est sans doute très légèrement accru ultérieurement puisque nous savons qu’en 1937 les malades venaient de 40 autres départements que le Rhône (cf. carte) mais nous n’avons pas d’indication précise, au sujet des conventions ultérieures à 1935.

46La politique d’ouverture a réussi et l’établissement accueille toujours dès lors une grande proportion « d’étrangers ». Le 6 mars 1933, deux mois après l’ouverture, sur 61 malades, on n’en compte que 35 originaires du Rhône. Deux ans plus tard, en mars 1935, un quart seulement vient du Rhône. Aussi, en juin 1937, le préfet peut-il déclarer à la commission de surveillance « le sanatorium du Rhône est connu de toute la France et le nombre des assistés des départements étrangers s’est accru dans des proportions suffisantes pour que son ralentissement, s’il venait à se produire ne soit plus inquiétant pour l’avenir de l’établissement ». Le plein était presque fait mais il avait fallu plus de quatre ans pour arriver à cette relative sérénité.

47Le recrutement départemental est, lui, beaucoup plus difficile et les tensions sont parfois vives entre les différents organismes antituberculeux représentés au sein de la commission de surveillance. Particulièrement en 1937 où le préfet se fait remettre un rapport circonstancié sur les causes du recrutement médiocre dans le Rhône qui n’envoie alors qu’un malade sur trois. Le rapport établi par les professeurs Courmont, Lépine, Rochaix, Mouriquand, les docteurs Crémieux, Vagnon, Chalut et Féret, discuté le 7 juin 1937, met en cause :

  • des faiblesses particulières locales comme :

    1. le manque de lien entre les dispensaires et le sanatorium ;

    2. le système administratif qui impose des délais trop longs lors d’une admission (plus de 2 mois après la signature du directeur du Perron et l’arrivée aux Petites Roches) ;

    3. par la voix de Courmont, les milieux médicaux, car il a constaté qu’aucun malade des Petites Roches n’y a été envoyé par son médecin traitant. Il faut donc faire un effort sérieux de propagande auprès des médecins. Jusque-là, elle était inexistante ;

    4. le médecin-directeur Feret, lui, met en cause les Hospices civils de Lyon qui n’envoient que des malades très gravement atteints. Il pense particulièrement à l’hôpital Sainte-Eugénie.

  • des raisons générales

    1. « la régression de la tuberculose, qui d’après les statistiques établies par le professeur Courmont est beaucoup plus sensible qu’on ne le croit » ;

    2. la désertion des sanatoriums par les grands pensionnés de guerre à qui la législation en vigueur n’alloue, en effet, l’indemnité réglementaire de 10 000 F qu’à la condition qu’ils soient soignés dans leur famille ;

    3. les prestations accordées, au titre de la loi sur les assurances sociales, aux tuberculeux assurés sociaux et qui fournissent à ceux-ci la possibilité de se soigner à domicile ;

    4. la construction, presque en surnombre, de sanatoriums depuis quelques années et parfois dans le même département.

  • 21 En novembre 1939, il y avait 249 lits vacants (cf. Herriot à la séance du conseil municipal de Lyon (...)

48La crise du recrutement local est telle que pour la première fois est envisagée une reconversion ou une adaptation partielle du sanatorium à une nouvelle population, celle des enfants, à la suite d’une proposition du professeur Mouriquand. En 1939, Édouard Herriot revient sur cette idée, préoccupé par le fait que Giens est à moitié vide, au lendemain du jour où on y construit un nouveau pavillon, parce que les prescriptions médicales commencent à privilégier, pour les enfants, la montagne à la mer. Le maire insiste à nouveau, début 1940, appuyé par le préfet et les Hospices civils ; le médecin-directeur accepte, en avril 1940, de recevoir des enfants. C’est ainsi que le 9 août 1940, six garçons et filles, de 14 à 18 ans, arrivent à Saint-Hilaire-du-Touvet et que le 11 septembre 1940 un autre « convoi » est attendu. Mais cette orientation vers l’accueil des enfants et d’adolescents se situait en pleine guerre et posait trop de problèmes à un moment bien difficile21. Ce ne fut qu’une amorce d’une possible reconversion.

L’établissement du prix de journée

49Parce qu’il influence le recrutement, le prix de journée est au cœur des problèmes de gestion et il est presque toujours l’objet de tension avec le ministère. L’article 25 du décret d’application (10 août 1920) de la loi Honnorat a accordé leur autonomie fmancière aux sanatoriums. Ils établissent eux-mêmes leur prix de journée, mais celui-ci ne devient effectif qu’après son approbation par un arrêté du ministère. L’enjeu est particulièrement important puisqu’il a été prévu par la loi (article 3) que pour les malades à la charge de l’Assistance médicale gratuite, le remboursement des frais serait assuré par les collectivités requises par la loi de 1893 sur la base du prix de journée à l’hôpital de rattachement. La dépense supplémentaire serait à la charge exclusive de l’État. Pour prendre un exemple précis, retenons celui qui est fourni lors d’une séance du conseil général, d’un malade du village de Pommiers. Hospitalisé à l’hôpital de rattachement, celui d’Anse, il coûterait 24,80 F par jour ; au sanatorium des Petites Roches, si le prix de journée est de 35 F en 1933, il coûte 10,20 F de plus : ces 10,20 F aux termes de la loi Honnorat, sont payés par l’État. On comprend dès lors que ce dernier ait tenu à limiter le prix de journée.

50Dès la première année, en 1932, un heurt se produit avec le ministère : en juillet, la commission de surveillance évalue à 35 F le prix de journée de la première année de fonctionnement. En novembre, le ministre proteste car

c’est le tarif le plus élevé qui ait été approuvé jusqu’ici. Sans doute, précise-t-il, il faut tenir compte de la situation spéciale de ce sanatorium et des difficultés de ravitaillement qui en résultent mais je dois constater que le sanatorium d’altitude de Passy-Praz-Coutant (Haute-Savoie), installé dans des conditions absolument identiques, se contente d’un prix de journée de 30 F bien que le nombre de ses lits soit très inférieur à celui de Saint-Hilaire-du-Touvet, ce qui entraîne une augmentation du prix de revient. D’ailleurs, le sanatorium de l’Association métallurgique et minière contre la tuberculose situé également à Saint-Hilaire-du-Touvet, ne demande, semble-t-il, qu’un prix de journée de 30 F pour les malades de l’AMG.

51La commission répond au ministre « qu’il y a lieu de tenir compte qu’à l’AMM la main d’œuvre est moins chère, cet établissement étant servi par des religieuses » ; quant au sanatorium de Passy-Praz-Coutant, il est un de « ces sanatoriums privés qui bénéficient de dons importants ». Au sanatorium du Rhône, on ne peut baisser le prix de 35 F tant que l’établissement ne sera pas plein. Le ministre finit par se ranger à ces arguments et le prix de 35 F est accepté par un arrêté du 13 décembre.

52Les chiffres des budgets n’apparaissant qu’occasionnellement dans les délibérations de la commission de surveillance, on ne dispose que de jalons. Pour la première année, les dépenses se montent à 2 966 000 F, rapportées à 89 318 journées ; le prix de journée s’établit donc à 33,218 F. Aussi, grâce à cette gestion équilibrée, peut-on régulièrement l’abaisser à 34,25 F en 1934, 30 F en 1935 et même 29,75 F en 1936. Le prix est alors des plus bas, d’après le médecin-directeur, par « comparaison avec des établissements similaires ». Les sanatoriums de plaine, eux, ont des prix de journée de 25 F.

  • 22 Maurice Garden, Histoire économique d’une grande entreprise de santé. Le budget des Hospices civils (...)

53Ainsi, malgré un recrutement difficile jusqu’en 1936, l’abaissement régulier du prix de journée a favorisé l’essor du sanatorium. À partir de 1937, budget et prix de journée s’emballent. Les nouvelles charges sociales de personnel en sont, en partie, la cause. Sur un budget d’environ 9 millions, elles se montent à 3,5 millions, c’est-à-dire à 38,8 % du total des dépenses (quinze ans plus tard, en 1952, le total des frais de personnel des HCL représente 45 %), la nourriture étant encore, comme dans l’hôpital traditionnel, le poste principal (49,4 %) alors qu’aux HCL, depuis 1921, elle ne comptait que pour moins de 20 %22.

54Pour faire face aux dépenses, deux prix de journée sont même fixés pour l’année 1937, 34,50 F puis 37 F, à partir du 1er avril. Le prix de revient étant de 41,6 F, la commission propose pour 1938, 49,90 F afin d’éponger le déficit de l’année précédente mais le ministre, lui, ne veut pas dépasser 44 F, puis il consent enfin à 45 F, prix insuffisant pour combler le déficit prévu de l’ordre de 1 million. La discussion se durcit. Le préfet décide de se rendre à Paris pour essayer de faire cesser la dictature du « contrôleur des dépenses ». Le déficit qu’enregistre le sanatorium – c’est le département qui doit l’éponger – est comblé en partie par une majoration de 10 % demandée aux malades extérieurs. Une réduction des dépenses de fonctionnement est également réalisée.

55Difficultés de recrutement, difficultés financières, ne cachent-elles pas un problème de fond quant à l’efficacité du sanatorium ? Si le sanatorium n’est pas perçu de façon plus attractive, est-ce uniquement un problème de propagande ? Quels éléments avons-nous pour juger des résultats thérapeutiques de la cure sanatoriale à Saint-Hilaire-du-Touvet ?

Quels résultats médicaux ?

  • 23 Commission de surveillance, 1er octobre 1937.

56Je ne m’appuierai que sur ceux qui sont présentés par le médecin-directeur lui-même. Le premier point sur lequel je voudrais insister est que, pour le médecin-directeur, au moins quand il commente des statistiques, peuvent être considérées comme guéris ceux qui n’ont « plus de bacilles de Koch dans les expectorations » et qui « par conséquent ne présentent plus aucun danger pour leur entourage23 ». Le sanatorium assure donc, semble-t-il, et avant tout, un rôle de protection sociale.

  • 24 Commission de surveillance, réunions des 8 Juin 1936, 1er octobre 1937 et 7 octobre 1938.

57C’est sur ce critère que reposent les statistiques des années 1935, 1936 et 193724 : statistiques qui font, par ailleurs, ressortir un taux de guérison supérieur chez les femmes (41,8 % contre 30,2 % en 1935 ; 34,6 % contre 24,03 % en 1937). Le médecin estime que « cela tend à démontrer, et ceci est déjà connu, que les femmes se soignent de manière plus précoce que les hommes et surtout se conforment mieux aux conseils des médecins et arrivent ainsi à de meilleurs résultats ».

1935

1936

1937

Nombre de malades

688

962

910

sortis guéris

231 33,5 %

257 26,7 %

253 27,8 %

58Quant au taux de guérison, le docteur Féret ne fait aucun commentaire sur son niveau. Il se contente d’expliquer la baisse enregistrée en 1936 par le fait que « voulant fonctionner à plein » il leur a fallu admettre plus facilement tous les malades et « qu’ainsi ces malades étant plus atteints ont donné une statistique moins bonne ». L’année suivante, il regrette une fois de plus que « malades et médecins n’aient pas encore compris l’intérêt qu’il y a à diriger sur les sanatoriums et en particulier sur les sanatoriums d’altitude les malades atteints de tuberculose pulmonaire au début qui guériraient certainement dans une plus grande proportion par un séjour de 6 à 8 mois ».

59Cette notion de sélection parmi les malades s’est imposée peu à peu au corps médical. La cure d’altitude qui semblait la panacée (cf. la brochure Lépine-Gouachon) quinze ans plus tôt est de plus en plus remise en question. On tient à n’accueillir que des malades légèrement atteints, seuls susceptibles de profiter de leur séjour et de ne pas être à l’origine de statistiques alarmistes, remettant en cause la fonction même du sanatorium. Lors de la réunion houleuse du 7 juin 1937, Paul Courmont déclare que « sur dix malades envoyés aux Petites Roches, trois reviennent en état d’aggravation, ce qui ne se serait peut-être pas produit si nous avions pu les envoyer ailleurs ». D’où la réaction très vive du préfet pour traduire « le dépit que peut éprouver le département d’avoir fait construire sur les suggestions des médecins, un établissement qui se révèle d’un tiers trop important » et la riposte de Paul Courmont : « Je n’ai jamais été consulté à ce moment ».

60Il y aurait aussi beaucoup à dire sur la vie des malades qui n’apparaissent guère dans cette présentation du sanatorium, sinon sous une forme statistique et encore bien sommaire, sur l’organisation de la vie quotidienne, sur les problèmes de structuration du monde des employés, de celui des malades, sur les thérapeutiques (chirurgie, radiologie, sels d’or), etc.

61Je voudrais en guise de conclusion insister sur quelques points :

  • Le décalage chronologique entre un tel équipement et la situation à laquelle il prétend répondre. Le sanatorium est une réponse thérapeutique ancienne, conçue à la fin du XIXe siècle, à une époque où l’obsession de la tuberculose est partout. Ravivée par la première guerre mondiale qui multiplie le nombre des blessés du poumon, il a toujours sa raison d’être en 1920. L’a-t-il encore quinze ans plus tard ? La commission de surveillance sait bien, dès 1937, que la régression de la tuberculose est amorcée.

  • La rapidité avec laquelle la décision d’un tel projet a été prise par le conseil général du Rhône : un an et demi de réflexion seulement pour un engagement flou (on ne sait même pas combien d’hectares il faudra racheter au Comité des Forges), dont il ne maîtrise pas toutes les données (accord sur l’AMM).

  • L’absence de références précises concernant les besoins. En 1926, le Comité national de lutte contre la tuberculose estimait insuffisants les
    10 000 lits alors existants. Se basant sur les études d’Hermann Biggs (Mission Rockefeller) qui voulaient que chaque pays possédât « un nombre de lits de sanatorium égal à la moitié du chiffre des décès annuels par tuberculose », il en prévoyait 100 000 pour la France. Le ministre du Travail, lui, à la même époque, n’en souhaitait que 40 000. Cette confusion est très vite perçue. Le sénateur Voillot la déplore amèrement en déclarant « les statistiques fournies au moment où fut envisagée la création du sanatorium n’étaient pas exactes », sinon il n’y aurait pas une telle vacance des établissements.

  • L’absence d’un plan national qui conduit très vite à une multiplication des sanatoriums, chaque département – ou presque – ayant à cœur d’avoir « son » établissement, alors que les organismes privés gèrent toujours les leurs et continuent également à construire.

  • le manque d’unanimité du corps médical face à la cure sanatoriale. Rares sont les médecins de ville qui la prescrivent à leurs patients. Ignorance, hostilité ? Contentons-nous ici de souligner le clivage des praticiens sur cette question.

Notes

1 Circulaire du 4 janvier 1933. Le préfet Villey, qui le signe, l’a fait rédiger par le directeur du sanatorium, le docteur Reumaux (Achives départementales du Rhône [A.D.R.], X 221).

2 Projet de sanatorium public des Petites Roches à Saint-Hilaire-du-Touvet, Lyon, imprimeur Audin, 1923.

3 L. Guinard, La pratique des sanatoriums, d’après les vingt premières années d’exercice des sanatoriums de Bligny, Lyon, A. Rey, 1925, 446 p.

4 Il est alors sous la présidence du radical-socialiste Emile Bender, maire d’Odenas et conseiller général du canton de Belleville depuis 1905.

5 Docteur Bruno Guirimand, Si les Petites Roches m’étaient contées, Grenoble, imprimerie Guirimand, 1970, 341 p.

6 Lépine, Gouachon, Projet de sanatorium public..., op. cit., note 2.

7 Rapport du préfet présenté à la session extraordinaire du 20 décembre 1924 qui insiste. « Nous nous sommes trouvés en face de la volonté formelle de l’AMM qui a entendu lier les unes aux autres les collectivités susceptibles d’entreprendre des constructions simultanées ».

8 Séance du conseil général du 6 mai 1927. Rapport de Biron. On décide alors – et seulement – la création d’un poste d’agent voyer qui, sur place, contrôlera la régularité des travaux.

9 L’architecte répond : « Faites enlever la neige par vos employés » ; ce à quoi le médecin-directeur s’oppose car cela relève de « l’acrobatie ».

10 Séance de la commission de surveillance du 8 juin 1936.

11 Rapport d’Édouard Herriot au conseil général le 8 septembre 1925.

12 Idem.

13 Le 30 novembre 1925.

14 Le logement du personnel prévu pour 450 000 F se monte en fait à 1,800 millions (X 4) et la chaufferie prévue pour 600 000 F atteint 5 millions (X 8). Rapport Leschelier au conseil général le 19 mai 1932.

15 Par la suite on aménagera encore deux pavillons d’appartements pour le personnel ; on estima que chaque pièce reviendrait au prix d’un lit de sanatorium et que le total se monterait à 10 millions, soit 1,76 millions de francs 1914 (réunion de la commission de surveillance du 6 mars 1937) et on équipa blocs chirurgical et radiologique.

16 Rapport de Voillot au conseil général le 10 septembre1927.

17 Hommage du préfet, Ch. Valette, lors de la réunion constitutive de la commission de surveillance, au conseil général, le 21 mai 1932, (ADR X 222).

18 ConseilIer général de Villeurbanne depuis 1904.

19 Les élections cantonales de 1931 amènent une majorité de républicains modérés au conseil général et Bender est remplacé par Bonnevay.

20 Ancien médecin des dispensaires du Pas-de-Calais. Publiant en octobre 1941, aux Editions « Les Livres Nouveaux », un ouvrage de 107 pages, achevé le 16 décembre 1940, Comment guérir de la tuberculose pulmonaire ou le livre du malade, où il se réjouit de la fin du traitement par suralimentation : « Les derniers événements malheureux de la guerre et le rationnement alimentaire qui en a découlé nous ont permis de réaliser expérimentalement les affirmations que nous n’avons cessé de vous donner dans ce livre... », p. 105. Faisant état d’un malade : « l’amélioration ne se dessina seulement que lorsque les restrictions alimentaires furent appliquées, c’est-à-dire en septembre 1940 », p. 108. Lui succédera, en avril 1934, le docteur Féret, toujours présent en septembre 1940.

21 En novembre 1939, il y avait 249 lits vacants (cf. Herriot à la séance du conseil municipal de Lyon le 12 novembre) et encore 68 le 31 août 1940.

22 Maurice Garden, Histoire économique d’une grande entreprise de santé. Le budget des Hospices civils de Lyon (1800-1976), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1980, 148 p.

23 Commission de surveillance, 1er octobre 1937.

24 Commission de surveillance, réunions des 8 Juin 1936, 1er octobre 1937 et 7 octobre 1938.

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Malades présents au sanatorium le 1er janvier 1937 (commission de surveillance du 7 juin 1937 - Archives départementales du Rhône, X 222), carte : M.-H. de Morangiès.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/2638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search