Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Enfance

Le Prado en son temps

Identité et adaptations

Note de l’éditeur

Communication, inédite, au colloque organisé par le Prado pour son 150e anniversaire, présentée le 7 octobre 2010. Les actes de ce colloque ont fait l’objet d’un DVD diffusé, sur demande, par le Prado.

Texte intégral

1Mon propos ne peut que commencer par le constat de ma position délicate aujourd’hui. En effet, nous voilà réunis pour commémorer les 150 ans du Prado, et l’historienne que je suis ne peut que s’en réjouir, mais il a bien été indiqué dans la présentation générale du colloque que « cette manifestation n’a pas pour but de revenir sur cette longue histoire » mais plutôt de réfléchir à une question actuelle « comment accompagner au mieux les enfants et les adolescents qui nous sont confiés ? ». Paradoxe et Trouble. Il est vrai par ailleurs que j’aurais quelque difficulté à présenter une histoire basée sur les archives du Prado. C’est M. Ambroise Charleroy qui mène actuellement ce travail, dans le cadre d’une thèse en sciences de l’éducation. Alors faut-il arrêter là mon propos ? Évidemment non ! Ne serait-ce que parce qu’Ambroise Charleroy m’a très cordialement communiqué une partie de ses notes – et je tiens à l’en remercier ici. Et qu’il y a des voies d’approche indirectes.

2Quand on se trouve face à une institution aussi pérenne, qui joue encore aujourd’hui un rôle très important dans la région lyonnaise, dont le fondateur a été béatifié et ne cesse d’inspirer des écrits de spiritualité, et des biographies, il n’est peut-être pas inutile de se tourner vers le passé, avec les interrogations d’aujourd’hui. La manière dont le Prado s’est posé cette même question peut contribuer à enrichir le débat d’aujourd’hui et la question que se pose ce colloque. Quant à mon approche, bien qu’en grande partie extérieure aux sources internes, elle est alimentée par la nombreuse littérature sur le Prado qui concerne d’ailleurs beaucoup plus la société des prêtres et ses deux fondateurs, le père Chevrier et, j’y reviendrai, le père Ancel, que l’association de rééducation qui nous réunit aujourd’hui. Le Prado, vous le savez, est, tel Janus, bifront. Il a deux branches la société des prêtres du Prado et l’association à but non lucratif, dite le Prado Rhône-Alpes depuis 1992.

  • 1 27 août 2010.
  • 2 Jacques Lancelot, Père Chevrier, passionné de Jésus-Christ, ami des pauvres, Paris, Parole et silen (...)

3Il n’est pas de mon propos de m’attarder sur la première. Seulement rappeler ici pour ceux qui peut-être ne le sauraient pas, que les prêtres du Prado bénéficient d’une belle aura. Il suffit pour le montrer de citer ces lignes récentes de La Croix1 : « Prenez, par exemple, le père Christian Delorme : en dehors d’un petit cercle d’initiés, qui sait que l’un des prêtres les plus médiatiques de l’Hexagone, prédicateur régulier des messes télévisées sur France 2 et engagé de longue date dans le dialogue islamo-chrétien, est membre de l’association des prêtres du Prado fondée par le père Chevrier le 10 décembre 1860 ? ». Je voudrais aussi redire que la spiritualité de ce fondateur est toujours aujourd’hui source d’inspiration pour les prêtres du Prado2, et que sa béatification par le pape en 1986, lors de sa visite lyonnaise, lui a conféré un statut exceptionnel au sein de l’Eglise. Je n’en dirai pas plus sur les prêtres du Prado : ils ont quitté l’association destinée aux jeunes en 1971.

4Je vais me contenter en reprenant la question de la présence auprès des jeunes, de voir comment elle a été posée au cours de ces 150 ans.

La question centrale pour le père Chevrier : christianiser les enfants pauvres

  • 3 Marius Alliod, Jacques Desigaux, Un fondateur d’action sociale, Antoine Chevrier, 1992, 264 p.
  • 4 Lestra, Un bon gone, le père Chevrier, Les Amis de Guignol, 1938, 40 p.

5Ce prêtre né en 1826, issu du monde artisanal de la fabrique de bas de soie, et dont le père était employé de l’octroi, fait très vite vœu de pauvreté. Il est fils unique, ce qui fait dire à Marius Alliod3 qu’il était surinvesti par sa mère. Un de ses biographes écrivait, dans le style familier et lyonnais, d’une conférence devant les Amis de Guignol, que sa mère « l’enquiquinait tout le temps en trouvant qu’il en faisait trop », trop dans la recherche de l’ascétisme et trop de dons aux pauvres. Son idéal, la pauvreté évangélique, est une recherche personnelle qu’il mène jusqu’à la mort, relativement précoce, à 53 ans, puisque selon certains il serait mort de faim. En faisait-il trop ? Ce n’est pas à nous de trancher, mais il est certain que cette recherche de la pauvreté a fait de lui un personnage très aimé du peuple, que l’on pouvait qualifier en 1938 de « bon gone4 ». Il aurait en outre sauvé beaucoup de ses paroissiens de Saint-André lors des inondations de 1856 à La Guillotière. Mais il faut faire la part des biographies hagiographiques qu’il a suscitées… Sa nomination comme vicaire de la paroisse Saint-André, alors en voie d’urbanisation, lui fait découvrir l’extrême pauvreté de ces quartiers de la rive gauche, récemment, annexés à Lyon et surtout leur déchristianisation. Son projet prend corps, il formera des prêtres pauvres pour convertir les pauvres.

  • 5 Jean-François Antoine SIX, Un prêtrelyonnais : Antoine Chevrier, fondateur du Prado (1826-1875) et (...)

6Il crée le Prado dans une ancienne salle de bal, qui portait ce nom, et son but est alors de préparer à la première communion les enfants pauvres et âgés qui ne peuvent le faire dans les paroisses. Il les forme en cinq mois en leur offrant hébergement et couvert. Il a eu l’espoir que ces très déshérités seraient la pépinière des nouveaux prêtres qu’il veut former pour évangéliser. Il dut renoncer à son projet initial. Il ne put jamais faire des prêtres de ces enfants qui avaient échappé à toute scolarisation normale. Mais il ne renonça pas à former des prêtres à partir d’un vivier modeste et parallèlement il conserva son oeuvre de la première communion. Son objectif, c’est l’oeuvre d’évangélisation. Tous ses biographes insistent sur ce point. Antoine Lestra le dit, pour expliquer sa brouille avec Joseph Rambaud : ce dernier voulait faire des logements, tandis que le père Chevrier voulait surtout convertir les âmes. Jean-François Six n’écrit pas autre chose, dans sa thèse parue en 19655, qui reste la grande référence, et qui suit de très près son itinéraire spirituel et l’influence qu’il a eu en son temps, celui du Second Empire, celui de la naissance du dogme de l’Immaculée Conception, etc.

  • 6 Intervention de Dominique Dessertine le 17 novembre 2006 à Vienne, au collège Ponsard, pour cet ann (...)
  • 7 Eric Baratay, Le père Joseph Rey, serviteur de l’enfance défavorisée. Une expérience d’insertion au (...)

7On comprend mieux la spécificité de son entreprise en jetant un coup d’oeil aux institutions destinées à la jeunesse pauvre et marginale dans la région lyonnaise, qui sont anciennes et tout aussi innovantes. Je n’insiste pas sur les Infirmes et incurables d’Ainay, œuvre très ancienne, fondée en 1819 et qui existe encore sous le nom de centre Adélaïde Perrin, puisque son but est d’offrir secours spirituel et assistance à des jeunes certes, mais invalides. Je n’insiste pas non plus sur les nombreux orphelinats, souvent très anciens comme celui de l’association de l’œuvre de Saint-Joseph de Vienne, création d’un curé de paroisse en 1856 – elle a commémoré son cent cinquantième anniversaire il y a quatre ans – qui est responsable aujourd’hui de plusieurs services éducatifs et lieux d’hébergement6. Je n’insiste pas non plus sur les multiples providences qui recueillaient des petites filles pauvres ou abandonnées et les faisaient travailler aux métiers à tisser. Le père Chevrier s’est toujours refusé à mettre des enfants au travail. En revanche l’œuvre de l’abbé Joseph Rey7 fondé à Oullins en 1835, si elle se proposait, elle aussi, de rechristianiser la société, au lendemain de la crise révolutionnaire, n’envisageait de le faire que par la mise au travail de jeunes vagabonds ou condamnés. L’abbé Joseph Rey crée à cet effet une société de frères, la société des frères de Saint-Joseph, la fait reconnaître par Rome, et ne cesse d’élargir son champ d’intervention en reprenant en 1847 la colonie de Cîteaux. Précocité donc et grande envergure de cette œuvre – dont hérita d’une certaine manière, cinquante ans plus tard, le Sauvetage de l’enfance, future SLEA (Société lyonnaise pour l’enfance et l’adolescence).

8Le père Chevrier se distingue aussi de l’œuvre de Don Bosco, son contemporain de Turin, béatifié en 1929, canonisé en 1934. À partir de 1844, celui-ci multiplie foyer, cours du soir, cours professionnels et est convaincu que l’éducation religieuse mais aussi professionnelle permet de déjouer la délinquance. La société des frères de Saint-François-de-Sales, les salésiens, qu’il fonde, approuvée par le pape en 1869, se voue à cette tâche éducative et lui-même publie en 1876 un ouvrage au titre évocateur, Traité de la méthode préventive.

  • 8 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, Les Orphelins-Apprentis d’Auteuil. Histoire d’une œuvre, Paris, Beli (...)

9L’œuvre du père Chevrier enfin se distingue par sa modestie de la conquérante oeuvre des Orphelins Apprentis d’Auteuil, qui pourtant est elle aussi à ses origines, en 1866, une œuvre de première communion. Le père Chevrier l’a devancée de six ans (1860). Mais ce n’est pas lui qui sert de référence au père fondateur qui ignore l’oeuvre lyonnaise alors qu’il connaît et va visiter les œuvres du père Timon David8, à Marseille. Son œuvre se préoccupe dès les origines de trouver des débouchés professionnels à ses garçons, en créant, entre autres, une imprimerie qui diffuse une grande revue, La France illustrée pendant de l’Illustration, un des meilleurs hebdomadaires du temps.

  • 9 J.-F. Saffange, Le père Boisard et l’œuvre des Ateliers d’apprentissage de La Guillotière, Paris, E (...)

10Le père Chevrier, lui, ne tient pas à mettre les jeunes au travail, même sous la forme de l’apprentissage. En cela, il se différencie aussi du père Boisard9, qui appartient certes à la génération suivante (il crée son premier atelier à La Guillotière en 1882), mais qui, ingénieur de formation, devenu aumônier de patronage, a pour projet de former des ouvriers, que l’on appellerait aujourd’hui ouvriers qualifiés ou techniciens. Il est influencé par l’usine chrétienne de Léon Harmel, et ses ateliers de cordonnerie, d’ajustage, d’ébénisterie, fournirent un grand nombre d’églises et les meilleures familles catholiques de la région. Aujourd’hui, ils se pérennisent dans sept établissements, à Lyon mais aussi dans les départements limitrophes.

  • 10 Abbé C. Chambost, Le vénérable Antoine Chevrier (1826-1879), Lyon, Vitte, 1936 (8e édition).

11L’Œuvre de la première communion du père Chevrier obtient, grâce à la loi Falloux, de devenir une école primaire, bien que l’instruction générale soit réduite à rien, d’après l’avis même d’un de ses premiers biographes, qui introduit le procès en béatification10 : six catéchismes par jour, deux à la chapelle et quatre en classe. « Il faut ajouter l’explication de la messe et le chant des cantiques, tous les jours pendant le Saint Sacrifice. C’est donc, du matin au soir, un enseignement perpétuel de la religion ».

  • 11 Gérard Cholvy, dans Bruno Duriez, Etienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule, Les ca (...)
  • 12 Pierre Berthelon, Antoine Chevrier…, op. cit., p. 134.
  • 13 Phrase de conclusion de Jean-François SIX, Un prêtre…, op.cit. note 5.

12Peut-être, cette recherche éperdue de la pauvreté a-t-elle coupé le père Chevrier de cette pépinière de catholiques charitables qu’était la société de Saint-Vincent-de-Paul qui recrutait surtout parmi les étudiants de la bourgeoisie11 et qui aurait pu l’appuyer plus solidement ? Toujours est-il que le père Chevrier redisait à la fin de sa vie que « le besoin de l’époque et de l’Eglise était d’avoir des catéchistes12 » et que pour Jean-François Six, « il a invité les prêtres à être les premiers à faire de l’Eglise, de manière claire et visible, l’Eglise des pauvres13 ».

La seconde naissance de 1943, le père Ancel et l’enfance inadaptée

13L’œuvre du père Chevrier semble somnolente à partir de son décès en 1879. Il est probable qu’avec la IIIe République, cette oeuvre n’a pas les faveurs du régime. Elle rentre en léthargie.

  • 14 Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance (1890- 1960). Face à l’en (...)

14C’est la période où à Lyon se forme la Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance14 – devenue la SLEA au lendemain de 1968 – qui regroupe dans un esprit œcuménique avant l’heure tous les républicains, catholiques, protestants ou juifs. Républicains, ils se donnent pour mission de recueillir et d’éduquer les enfants dont les parents ont été déchus par application de la loi de 1889. L’objectif est de lutter contre la délinquance, de protéger les « orphelins qui ont le malheur d’avoir des parents » et qui n’en « sont qu’à l’apprentissage du mal ». Elle veut former de bons ouvriers et de bons citoyens. Elle s’installe dans les nouveaux locaux de l’œuvre Saint-Joseph, qui vient d’être évacuée, victime de scandales et du conflit entre l’Eglise et la République. L’oeuvre affirme sa laïcité (ce sont des instituteurs laïques qui enseignent dans l’internat de Sacuny) même si les religieuses de Saint-Vincent-de-Paul encadrent la vie quotidienne, s’occupent des plus jeunes et organisent l’intendance. Elles jouent le rôle, avant l’heure et l’apparition du mot, d’éducatrices

  • 15 Le maréchal Pétain chez le père Chevrier, Lyon, Vitte, 1941, 219 p. L’archevêque de Cambrai qui le (...)

15L’œuvre du Prado, elle, vit sur sa lancée, modeste, et pour les enfants c’est toujours essentiellement une oeuvre de la première communion. Comme l’ensemble de l’Eglise, elle s’arc-boute face aux lois laïques dont la Séparation des Eglises et de l’Etat marque l’acmé. Elle va retrouver de la vigueur sous Vichy, grâce certes à l’idéologie du régime qui privilégie le catholicisme et la jeunesse et appuie l’émergence du concept d’enfance inadaptée, et grâce aussi à la grande envergure de celui que l’on peut voir comme le second fondateur du Prado, le père Albert Ancel. L’œuvre d’évangélisation est appréciée par le régime de Vichy, soucieux de rechristianiser la France. La visite que fit le maréchal Pétain en novembre 1940, qu’Antoine Lestra encensa dans un petit livre15, est un symbole de l’excellente réputation du Prado en haut lieu, même si beaucoup se seraient passés, par la suite, d’une telle publicité. Mais Vichy n’est pas que la rupture avec la laïcité et le retour vers la religion catholique, c’est aussi une période de structuration du champ de l’enfance inadaptée, que le Front populaire avait préparée et que la Libération conforta.

  • 16 Michel Chauviere, Enfance inadaptée. L’héritage de Vichy, Paris, Editions ouvrières, 1980, réédité (...)
  • 17 Anne-Marie Beyssaguet, Michel Chauviere, Annick Ohayon, Les socio-clercs. Bienfaisance ou travail s (...)

16Il n’est pas utile ici d’insister sur cette structuration de l’enfance inadaptée, décrite par Michel Chauvière16. Il suffit de rappeler qu’elle est issue de la rencontre entre des médecins et des juristes, entre la santé physique et mentale et le droit. Au sein du patronage Rollet, à Paris, qui accompagne les jeunes gens traduits en justice, depuis le début du XXe siècle, ouvre un centre d’observation avant la lettre, chargé de trouver pour chaque enfant prévenu la meilleure solution. La consultation que le docteur Heuyer y effectue est à l’origine de la neuropsychiatrie infantile, reconnue en 1935, par la nomination du Dr Heuyer à la première chaire française de cette spécialité. Ainsi le caractère déficient physiquement et parfois mentalement des jeunes délinquants finit par s’imposer et entraîner une classification de l’enfance posant problème. Le Front populaire, qui a eu l’audace de créer un ministère de la Jeunesse et des Sports, réfléchit à une grille de lecture, mais c’est le régime de Vichy, qui par l’intermédiaire d’un Conseil technique de l’enfance inadaptée, où dominent psychologues et médecins, établit une classification extrêmement précise des enfants en difficulté. Le régime vise aussi à mettre de l’ordre dans un champ très disparate d’œuvres privées, à distribuer au mieux les crédits et à faire remonter les besoins. Il confie à l’abbé Plaquevent de Toulouse une étude sur la délinquance juvénile et les moyens d’y remédier. Il crée les sauvegardes en 1943, pour prendre en charge ce rôle d’incitation et de coordination. Mais dès 1941 les nouveaux rééducateurs de l’enfance inadaptée peuvent bénéficier à Lyon des sessions de conférences faites par des médecins et des pédagogues et en novembre 1943 s’ouvre à l’université de Lyon la première école de cadres à l’école pratique de psychologie et de pédagogie, en collaboration étroite avec l’Association régionale de Sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (ARSEA)17. Partout en France se multiplient ces initiatives, en particulier à Toulouse autour de l’abbé Plaquevent, et à Montpellier autour du docteur Lafon. Le rôle des psychiatres devient fondamental. À Lyon, le docteur Dechaume appuie la Sauvegarde, sollicite les personnes susceptibles d’aider à cette mise en place de l’enfance inadaptée et organise le premier centre d’observation au Vinatier.

  • 18 Olivier de Berranger, Alfred Ancel. Un homme pour l’Évangile (1898-1984), Paris, Centurion, 1988, 4 (...)
  • 19 « Le père Christian Delorme, connu comme le « curé des Minguettes », milite de longue date contre l (...)
  • 20 On ne compte plus que 16 prêtres du Prado en 1922.

17Le Prado va bénéficier de cette structuration par les pouvoirs publics, qui font largement appel aux oeuvres catholiques, et il va en bénéficier d’autant plus que son nouveau supérieur le père Ancel18, prêtre du Prado, général élu en 1942 est un grand homme d’Eglise, qui fut ultérieurement évêque auxiliaire de Lyon à partir de 1947, un des pères du concile Vatican II, et membre de la conférence épiscopale française. Il devient prêtre du Prado en 1926, et dirige l’œuvre de la première communion. Comme le père Chevrier, il fait œuvre de pauvreté évangélique. Il est prêtre ouvrier à Gerland pendant cinq ans dans les années 195019, et il meurt chez les Petites Sœurs des pauvres, rue Hénon, à la Croix-Rousse, en 1984. Mais à la différence du père Chevrier, il est issu de la bourgeoise industrielle de Lyon. L’archiviste du Prado le présente, oralement, ainsi : « Le père Ancel avait été à Rome, c’était un homme très différent du père Chevrier, il était d’une grande famille bourgeoise de Lyon, à Rome c’était un très brillant sujet ». Dans la préface de la biographie que lui a consacrée Olivier de Berranger en 1988, Mgr Decourtray résume ainsi sa démarche : Il avait la « volonté passionnée et permanente de suivre le Christ tel qu’il est dans l’Eglise telle qu’elle est ». Curieusement cette biographie, qui suit de près l’itinéraire spirituel du père Ancel, n’accorde que quelques pages à l’oeuvre du Prado en direction des enfants marginaux. Elle est centrée sur la société des prêtres et souligne que pour le père Ancel l’oeuvre du père Chevrier était trop timide20. « Ce sont des prêtres humbles et pauvres, mais qui n’ont pas d’envergure », déplore-t-il. Tout en se rendant à Rome pour engager la béatification du père Chevrier, il s’efforce de moderniser l’œuvre de la première communion. Il déplore que la tenue des enfants soit, en 1939 comme en 1869, toujours la même blouse à carreaux…

  • 21 Abbé Jean Audin, Que feront nos enfants ? Le problème de l’orientation, la solution chrétienne, Par (...)
  • 22 Indicateur général de l’enseignement libre, supérieur second degré, technique premier degré, du dio (...)
  • 23 Archives départementales du Rhône, 3624 W 52 (référence aimablement communiquée par Marianne Thiven (...)

18La première innovation importante a lieu avec l’ouverture de l’école d’orientation professionnelle et de préapprentissage en 1933, à La Guillotière, qui lui est sans doute imputable. Elle se situe dans une volonté de faire concurrence à l’enseignement technique laïque21, et de compléter ce même enseignement catholique représenté par l’école supérieure Lamache, ou les ateliers Boisard. Elle est sans doute une des premières à Lyon à poser la question et à essayer de résoudre les problèmes du choix d’un métier. « Chacun sait que nombre de jeunes garçons s’engagent, dès 13 ans, dans une direction donnée – études intellectuelles, apprentissage – sans aucune orientation préalable, pour ainsi dire, au petit bonheur, pour des raisons sentimentales, par l’effet du hasard ou des circonstances. Le plus souvent, ces jeunes garçons se méprennent sur leurs aptitudes réelles ou ne les connaissent pas du tout. Ils ne sont pas préparés assez à la vie, à la défense de leurs convictions religieuses, à leur rôle social. Ils ne connaissent rien de la carte professionnelle de leur région, ignorent les différentes solutions… qui peuvent s’offrir à un Français moyen désireux de gagner son pain chaque jour et de vivre en chrétien. À 13 ans, ils peuvent aussi choisir une profession qui ne convient pas à leur force22. La scolarité dure deux ans, à l’issue de laquelle les enfants rentrent en apprentissage, dégrossis. L’école ne s’adresse pas particulièrement à des cas sociaux : elle est payante même si ses tarifs sont peu élevés. Dix ans plus tard, en 1942-43, elle reçoit 80 élèves en trois sections. Elle touche la taxe d’apprentissage, fournie par 40 entreprises, Le Nouvelliste, étant un des plus gros contributeurs23. Le père Audin en est le directeur, mais le père Ancel suit de près l’aventure qu’il a probablement initiée, en tout cas il participe conjointement avec le père Audin au petit livre qu’il publie en 1946, et qui insiste alors sur le fait que cette école comporte « 10 % de véritables arriérés pédagogiques, des instables proprement dits et des enfants atteints de véritables déficiences physiologiques ». La grille de l’enfance inadaptée est passée sur le Prado.

  • 24 Propos inspiré de Gamaliel (Actes des Apôtres). Cité par Olivier DE Berranger, Alfred Ancel…, op. c (...)

19La même année 1933 s’ouvre le Prado de Salornay, en Saône-et-Loire, issu d’une donation charitable et qui est prévu à l’origine comme une oeuvre de persévérance pour les jeunes issus de la première communion. Elle reste plus modeste que l’école d’apprentissage : 22 élèves en 1938 contre 80 à Lyon. Le père Ancel se révèle sceptique sur la réussite de la première œuvre de rééducation, si l’on peut emprunter ce terme qui à l’époque n’est pas utilisé. Il estime que « si l’œuvre vient des hommes, elle tombera d’elle-même, si elle vient de Dieu, vous n’arriverez pas à la retenir24 ».

20Le changement, amorcé dans les années 1930 se cristallise en 1943. La Sauvegarde ou ARSEA (devenue CREAI en 1964) se crée à Lyon en mars, le Prado dépose ses statuts d’Association de la Providence du Prado en juin et adhère à la Sauvegarde à l’automne. Ses statuts portent qu’il a pour « objet de travailler au redressement moral, civique et social des enfants et jeunes gens de l’un et l’autre sexe par le moyen de la religion ». Un but désormais éminemment social, et bien dans l’esprit de Vichy. L’œuvre est religieuse, mais la religion n’est plus son seul but. Pour la première fois le Prado s’intègre dans un réseau, et répond à des sollicitations publiques, relayées parfois par les évêques. C’est ainsi qu’il s’installe à Bordeaux, et à Nantes et désormais accepte de recevoir des délinquants. Pour le père Ancel, qui explicite sa démarche en 1948, les délinquants sont les pauvres des pauvres de l’époque. Il reprend la formule du père Chevrier qui accueillait ceux qui montraient « ne rien savoir, ne rien avoir, ne rien valoir ». D’autant qu’il est important à ses yeux qu’il y ait une œuvre religieuse pour les prendre en charge. À la Libération, les oeuvres qui fonctionnent ne sont pas remises en cause, les Sauvegardes sont reconduites. À Lyon, ces jeunes sont confiés par les tribunaux soit au Sauvetage, qui s’affirme laïque, soit à l’Education surveillée, mise en place par l’ordonnance de 1945, qui privilégie l’éducation, sous la tutelle du ministère de la Justice. Le Prado se différencie des Orphelins Apprentis d’Auteuil qui ont toujours refusé, eux, d’accueillir des délinquants.

Le Prado, emblématique du rôle que le monde catholique a joué dans la rééducation depuis la Libération

  • 25 « Une maison d’enfants à caractère social dans 50 ans d’histoire : André Vialle et le Rucher (1953- (...)

21À la Libération, le Prado est déjà largement engagé dans cette action de rééducation. La période est celle d’une extraordinaire floraison d’institutions destinées aux enfants, tout à fait unique dans notre histoire. Priorités de la Sécurité sociale, qui participe au relèvement de la France, les maisons d’enfants à caractère sanitaire se multiplient sur tout le territoire et surtout dans la région lyonnaise avec les deux pôles principaux du plateau du Vercors (Autrans, Villard-de-Lans) et du Mont-Blanc (Chamonix, Megève). Se multiplient aussi des initiatives originales d’accueil d’enfants perdus, dues à des personnages hauts en couleur, marqués par la guerre et l’Occupation, qui consacrent leur vie à des styles originaux de prise en charge. On peut citer deux grandes institutions que certains d’entre vous connaissent sans doute, la collectivité pédagogique de Vercheny, dans la Drôme, fondé par Robert Ardouvin en 1948, qui organise la vie des enfants qui lui sont confiés autour de couples d’éducateurs ou le Rucher fondé par André Vialle en 1953, dans une philosophie humaniste chrétienne, inspirée d’Emmanuel Mounier, qui lui aussi privilégie le modèle familial25. Modèle familial que l’on retrouve aussi à l’OVE, l’Oeuvre des Villages d’enfants, formé par un instituteur communiste appuyé par le commissaire de la République, en 1944, qui reçoit initialement des enfants victimes de la guerre et sous-alimentés.

  • 26 « Témoignage de Georges Reymond, fondateur de l’Arc-en-Ciel à Trévoux », dans « Pratiques professio (...)
  • 27 Joaquin Llorens, « Un peu d’histoire. Les périodes et les événements significatifs de 1953 à 2003 » (...)
  • 28 Bruno Duriez, Etienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule, Les catholiques, op. cit., (...)

22Les prêtres du Prado appuient des créations d’institutions, comme l’Arc-en-Ciel fondé par Georges Reymond à Trévoux en 195026. Ils participent au catéchisme et à diverses activités d’animation au Rucher27. Ils sont sur le front de cette nouvelle enfance difficile, émergeant aux lendemains de la Guerre. Le Prado est, pourrait-on dire, sorti de son isolement. Comme les catholiques de ce lendemain de guerre qui retournent aux commandes de la République et de la société (le MRP), encouragés par le discrédit dont souffrent les élites au sortir de l’Occupation28. Je rappelle pour mémoire de cet engagement social des catholiques que le corps des moniteurs éducateurs est héritier des monitrices éducatrices du chanoine Barthélémy.

23Bref, le Prado est entré dans l’ère de la modernité. Il accepte d’assumer un service public, se fait reconnaître d’utilité publique en 1950, ce qui lui permet de recevoir des legs. Le contrôle par la Justice et l’Assistance à l’enfance ne brime pas l’orientation religieuse des maisons. Sur l’évolution interne du Prado, les travaux à venir d’Ambroise Charleroy feront l’analyse précise. Les archives qu’a classées le Cnahes (Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée) par l’intermédiaire de Sylvain Cid permettront de belles analyses de l’institution. Je voudrais aussi rendre hommage ici à la mémoire de Françoise Tétard, une des fondatrices du Cnahes, qui est partie prématurément la semaine dernière… Je signale aussi que le Prado s’interroge en ce moment sur les résultats qu’il a obtenus et qu’il voudrait étudier de près les populations qu’il a accueillies dans ses divers établissements depuis 1945. L’analyse des registres d’entrées des enfants et adolescents pourrait être conduite en liaison avec mon laboratoire, le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), dont une équipe (Pierre Vernus, entre autres) a mis au point un système informatique d’analyses des données historiques (SymoGih). Cette démarche, qui est une première dans la région, et dans le monde de la rééducation, devrait permettre de bien situer le rôle du Prado dans le paysage institutionnel.

24Je vais donc me limiter, pour terminer, à dresser à très grands traits l’évolution du Prado dans les dernières décennies. Trois nouveautés l’affectent désormais : la gestion de budgets relativement importants par rapport à ceux dont il disposait antérieurement, l’arrivée de professionnels dans la prise en charge des jeunes et enfin le rayonnement grandissant de l’association dans la région.

  • 29 Revue Le Prado, janvier 1948, n° 45, citée par Ambroise Charleroy, dans « Une histoire de l’œuvre…  (...)

25Grâce aux budgets alimentés par les pouvoirs publics, l’institution va pouvoir améliorer les conditions matérielles de la prise en charge. Le père ancel a conscience que « le standard de vie des enfants du Prado en restant immuable était devenu inférieur aux conditions de vie du monde ouvrier français29 ». Il sait aussi que les seules ressources de la charité ne peuvent suffire à rattraper le retard. L’acceptation des prix de journée soit de la Sécurité sociale, soit des services de l’aide sociale à l’enfance (Population puis DDAS à partir de 1964) lui permet d’améliorer sa situation financière. Les premiers prix de journée arrivent fin 1946.

  • 30 Ambroise Charleroy, « Une histoire de l’œuvre… », cité note 21, p. 144.

26La technicité se fait d’abord par la répartition des jeunes, dès la fin des années 1940 : les scolaires à la Guillotière, les 15-16 ans au Perron, et les plus de 17 ans à Salornay. L’Œuvre de la première communion disparaît en 1954. Le père Ancel reconnaissait que l’on ne pouvait plus christianiser des jeunes avec les méthodes habituelles de six à sept séances de prières ou d’exercices religieux quotidiens. Le Prado fait appel à la médecine, et en particulier au docteur Line Thévenin, très proche de la Sauvegarde. Mutation importante, le corps est pris en compte et la santé mentale, la psychologie, tout autant. À côté des prêtres, se structure le monde des éducateurs. Ils se constituent en association, avec l’ANEJI (Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés), pour faire face aux ARSEA reconduites à la Libération, par la circulaire Billoux, et avant même la création du diplôme d’éducateur en 1967. L’année précédente, en 1966, a été signée la convention nationale de l’enfance inadaptée. Au Prado, comme ailleurs, sont recrutés des éducateurs, qui viennent dans un premier temps jouer le rôle d’adjoints au directeur ecclésiastique de chacune des structures. Le prêtre Giraud, de Salornay, reconnaît que sur le plan technique le Prado ne présente rien d’original, puisqu’il fonctionne avec des cadres des écoles de formation. La laïcisation semble s’être opérée en douceur, mais seules des études plus précises pourront le confirmer. En 1971 le père Ancel conclut « Aujourd’hui Prado-Rééducation, par ses statuts comme par la réalité vécue, n’est plus une institution d’Eglise ; il n’est plus une institution confessionnelle. Il est une oeuvre privée d’inspiration humaniste et ouverte à l’évangélisation30 ».

27L’histoire du Prado ne s’arrête pas avec le départ du père Ancel. Il continue à grandir ; déjà il s’était installé à Saint-Romain en 1955. Il crée un service social. Il reprend en outre un grand nombre d’établissements, souvent d’origine ecclésiastique, comme l’orphelinat de Thodure, crée par un prêtre en 1856 et repris par le Prado en 1985, dont le dernier gestionnaire avait été le syndicat des agriculteurs catholiques de la Bièvre. Cet établissement est actuellement la maison d’enfants à caractère social Le Nid.

28Aujourd’hui, vous le savez, le Prado compte 19 établissements et quelque 500 salariés. On est loin du petit internat de la première communion qui recevait pour les catéchiser pendant cinq mois une cinquantaine d’enfants. Aujourd’hui les enfants sont confiés par voie de justice ou par mesure administrative du conseil général, et non par des familles pauvres, sollicitées par un prêtre. Aujourd’hui le Prado, qui veut faire naître une « jeunesse reconstruite pour un avenir retrouvé », répond à une demande officielle dans une République laïque. Aujourd’hui enfin il multiplie les formes de prise en charge, et tout autant les débats, dont ce colloque est une des illustrations. Qui ne manquera pas, sans doute, de s’interroger sur la part de l’héritage dans les pratiques actuelles.

Notes

1 27 août 2010.

2 Jacques Lancelot, Père Chevrier, passionné de Jésus-Christ, ami des pauvres, Paris, Parole et silence, 2009, 159 p. ; Pierre Berthelon, Antoine Chevrier, prêtre selon l’Evangile (1826-1879), Paris, Cerf, 2010, 141 p. (1e édition : 1986) ; Christian Delorme, Prier quinze jours avec Antoine Chevrier, fondateur du Prado, Bruyères-le-Châtel, (Essonne), Nouvelle Cité, 2006, 128 p.

3 Marius Alliod, Jacques Desigaux, Un fondateur d’action sociale, Antoine Chevrier, 1992, 264 p.

4 Lestra, Un bon gone, le père Chevrier, Les Amis de Guignol, 1938, 40 p.

5 Jean-François Antoine SIX, Un prêtrelyonnais : Antoine Chevrier, fondateur du Prado (1826-1875) et sa fondation d’un groupe de prêtres pauvres pour les pauvres : Le Prado, Paris, Seuil, 1965, 537 p., préface de Mgr Alfred Ancel, réédité en 1965 et 1986.

6 Intervention de Dominique Dessertine le 17 novembre 2006 à Vienne, au collège Ponsard, pour cet anniversaire.

7 Eric Baratay, Le père Joseph Rey, serviteur de l’enfance défavorisée. Une expérience d’insertion au XIXe siècle, Paris, Beauchesne, 1996, 210 p.

8 Mathias Gardet, Alain Vilbrod, Les Orphelins-Apprentis d’Auteuil. Histoire d’une œuvre, Paris, Belin, 2000, 304 p.

9 J.-F. Saffange, Le père Boisard et l’œuvre des Ateliers d’apprentissage de La Guillotière, Paris, Editions Don Bosco, 2007, 275 p.

10 Abbé C. Chambost, Le vénérable Antoine Chevrier (1826-1879), Lyon, Vitte, 1936 (8e édition).

11 Gérard Cholvy, dans Bruno Duriez, Etienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule, Les catholiques dans la République (1905-2005), Paris, éditions de l’Atelier, Editions ouvrières, 2005, p. 218.

12 Pierre Berthelon, Antoine Chevrier…, op. cit., p. 134.

13 Phrase de conclusion de Jean-François SIX, Un prêtre…, op.cit. note 5.

14 Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance (1890- 1960). Face à l’enfance en danger, cent ans d’expérience de l’internat et du placement familial, Toulouse, Erès, 1990, 218 p.

15 Le maréchal Pétain chez le père Chevrier, Lyon, Vitte, 1941, 219 p. L’archevêque de Cambrai qui le préface, écrit : « On dirait que le père Chevrier a prévu notre temps avec ses catastrophes et ses ruines et a préparé les éléments du redressement national » et conclut « pour relever les enfants, il faut leur enseigner le nom et les droits de Dieu et pour relever les familles, il faut leur enseigner la grandeur et la puissance de la pauvreté ».

16 Michel Chauviere, Enfance inadaptée. L’héritage de Vichy, Paris, Editions ouvrières, 1980, réédité en 1987.

17 Anne-Marie Beyssaguet, Michel Chauviere, Annick Ohayon, Les socio-clercs. Bienfaisance ou travail social, Paris, François Maspero, 1976, p. 11. Après l’Occupation, l’Institut de pédagogie des facultés catholiques ouvre la seconde école de cadres.

18 Olivier de Berranger, Alfred Ancel. Un homme pour l’Évangile (1898-1984), Paris, Centurion, 1988, 495 p.

19 « Le père Christian Delorme, connu comme le « curé des Minguettes », milite de longue date contre le racisme et pour la solidarité avec le tiers-monde. Il est l’un des quatorze militants de la dignité humaine à avoir été honoré, le 10 décembre dernier, par le Comité de défense des libertés que préside Georges Marchais, du prix des Droits de l’homme 90. Quand on l’interroge sur ses relations avec le Parti communiste, il évoque le souvenir du Père Ancel, qui a été son évêque et son supérieur au Prado à Lyon : « Il avait une attention pour les militants du PCF, bien qu’il ne soit pas du tout communiste. On l’a certes traité d’« évêque rouge », mais il avait simplement conscience qu’en France les communistes sont des gens qui ont le souci des plus pauvres et de plus de justice. Et ceci indépendamment de tout rêve idéologique ». Article paru dans L’Humanité, le 15 décembre 1990.

20 On ne compte plus que 16 prêtres du Prado en 1922.

21 Abbé Jean Audin, Que feront nos enfants ? Le problème de l’orientation, la solution chrétienne, Paris, Editions SPES, 1946, 126 p. (Cité par Ambroise Charleroy, dans son mémoire de master 2 de l’université Lumière Lyon 2, dirigé par André Robert, « Une histoire de l’œuvre d’éducation du Prado : de l’œuvre religieuse à l’association laïque », juin 2008, 169 p., p. 64)

22 Indicateur général de l’enseignement libre, supérieur second degré, technique premier degré, du diocèse de Lyon, 9e année, 1938, 420 p.

23 Archives départementales du Rhône, 3624 W 52 (référence aimablement communiquée par Marianne Thivend, maître de conférence à Lyon 2, membre du Larhra).

24 Propos inspiré de Gamaliel (Actes des Apôtres). Cité par Olivier DE Berranger, Alfred Ancel…, op. cit., p. 112.

25 « Une maison d’enfants à caractère social dans 50 ans d’histoire : André Vialle et le Rucher (1953-2003) », ARCEI Le Rucher, ACFPS-Recherches et Promotion, 2006, 165 p.

26 « Témoignage de Georges Reymond, fondateur de l’Arc-en-Ciel à Trévoux », dans « Pratiques professionnelles et transmission en Rhône-Alpes (Années 1950-1960), Lyon, Cnahes (Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée) - CREAI Rhône-Alpes, 2004, p. 13.

27 Joaquin Llorens, « Un peu d’histoire. Les périodes et les événements significatifs de 1953 à 2003 », in « Une maison d’enfants à caractère social… », cité note 25, p. 20.

28 Bruno Duriez, Etienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule, Les catholiques, op. cit., (introduction d’Étienne Fouilloux).

29 Revue Le Prado, janvier 1948, n° 45, citée par Ambroise Charleroy, dans « Une histoire de l’œuvre… », cité note 21, p. 102.

30 Ambroise Charleroy, « Une histoire de l’œuvre… », cité note 21, p. 144.

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search