Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Enfance

Former une jeunesse laïque

Les amicales entre éducation populaire et civilisation des loisirs (1894-1939)

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans Patrick Weil (dir.), Politique de la laïcité au XXe siècle, Paris, PUF, 2007, p. 303-325.

Texte intégral

  • 1 Essentiellement à partir de sources imprimées (Bulletin de la Fédération des œuvres laïques d’éduca (...)

1Il est acquis que le Front populaire a été la grande période de l’émergence politique de l’éducation populaire, mais un peu moins que la génération qui le portait était empreinte d’idéaux défendus bien avant elle par la Ligue de l’enseignement, à l’origine des amicales laïques. Celles-ci constituent le premier cadre de l’éducation post-scolaire de l’adolescence comme le montre le cas lyonnais abordé ici1, qui a souvent servi de référence. La présence de maires de gauche et tout particulièrement du chef du parti radical, et président du conseil, Édouard Herriot, depuis 1905 à la tête de la ville, contribue à faire de Lyon un laboratoire qui permet de comprendre les liens qu’ont entretenus les républicains, les radicaux en particulier, avec la laïcité. Les objectifs que se donnent les amicales, la culture qu’elles veulent promouvoir, les cérémonies auxquelles elles participent dessinent les contours d’une œuvre de mission, sur un terrain largement occupé par les œuvres religieuses. Si l’on ne prend pas en compte le climat de confrontation entre laïques et catholiques, le sens de l’action des amicales laïques se perd dans un horizon apaisé, qui édulcore la réalité. Diffuser, dans un esprit nouveau, une culture savante et artistique auprès d’une classe d’âge nouvelle, mais aussi prendre en compte ses demandes spécifiques : l’histoire des amicales laïques témoigne de ce double mouvement, non sans adaptation parfois douloureuse pour les militants.

Une mission ambitieuse : compléter l’éducation du futur citoyen

  • 2 Roland Remer, Jean Macé et les origines messines de la Ligue de l’enseignement, Metz, Serpenoise, 2 (...)

2Le souhait profond du fondateur de la Ligue de l’enseignement en 1866, on le sait, est que l’enseignement laïque forme des citoyens lucides, capables d’exercer leur droit de vote en toute conscience. Mais l’œuvre créée par Jean Macé2 n’en a pas terminé avec le vote des lois scolaires des années 1880. Elle ressent la nécessité de compléter cette première instruction par la mise en place d’amicales d’anciens élèves. La France, celle des grandes villes surtout, se couvre de ces associations, que la Grande Guerre brise en partie. À Lyon où le mouvement laïque est fortement encouragé par la mairie, les amicales trouvent un nouveau souffle et atteignent vers 1930 un point d’apogée. Leur affaiblissement ultérieur ne marque pas un échec, mais les exigences d’une nouvelle génération qui, bénéficiaire des premières expériences, veut élargir champ d’action et méthodes.

L’appel de la Ligue de l’enseignement en 1894

  • 3 Cité dans Georges Weill, Histoire de l’idée laïque en France, Paris, Félix Alcan, 1929.
  • 4 Léon Bourgeois, « Discours prononcé au 13e Congrès de la Ligue de l’enseignement », in L’éducation (...)
  • 5 Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence. D’un âge de classe (1850-1890) à une classe d’âge (1890-1 (...)
  • 6 Ibid.

3Les amicales sont nées d’un constat : les insuffisances de l’école primaire et en particulier d’un enseignement limité à l’âge de 13 ans, dont les moyens restent trop limités pour fournir à chacun le bagage intellectuel nécessaire à l’exercice de ses pouvoirs de citoyen. Une dizaine d’années après la mise en place de l’école, Jean Macé en appelle à nouveau à l’initiative privée pour « assurer à l’adulte les connaissances acquises pendant l’enfance, diriger leur perfectionnement professionnel, enfin munir le jeune homme trop tôt livré à lui-même, des solides principes qui sont indispensables aux citoyens d’une démocratie3 ». Léon Bourgeois, qui lui succède à la tête de la Ligue, dénonce l’absentéisme scolaire, réfléchit à la réforme des méthodes pédagogiques4 et en appelle à l’esprit solidariste au Congrès de la Ligue tenu à Nantes. L’année 1894 marque ainsi la naissance des « petites A », ou « amicales d’anciens élèves de l’enseignement primaire ou primaire supérieur ». Pour Agnès Thiercé, cet appel est un « événement majeur dans l’histoire de l’adolescence5 ». Il marque l’émergence de cette classe d’âge. Les militants laïques, à la différence des éducateurs catholiques, ou des premiers médecins psychologues, ont une vision très sereine de l’adolescence. Le congrès de Nantes rend lisible et encourage un mouvement déjà à l’œuvre. La première association d’anciens élèves de l’école primaire serait née au Mans en 1869 et à Paris, la première amicale serait celle de la rue d’Aligre, fondée en 18926.

  • 7 Édouard Petit, De l’École à la Cité. Études sur l’éducation populaire, Paris, Alcan, 1910.
  • 8 79 % en 1882, 66 % en 1905 et encore 52 % en 1935. Antoine Prost, L’école et la famille dans une so (...)

4Édouard Petit, inspecteur général de l’instruction et grand défenseur des amicales7, leur assigne trois missions : lutter contre l’analphabétisme, favoriser l’entrée en apprentissage, affiner les mœurs. Les deux premières tâches sont des urgences sociales : les illettrés se comptent encore par milliers un quart de siècle après l’application des lois scolaires et même s’ils ne sont pas tous illettrés, beaucoup d’élèves quittent l’école sans le certificat d’études primaires8. Face à la crise de l’apprentissage, les amicales pourraient aider au choix d’un métier. Elles pourraient enfin lutter contre la trivialité des spectacles populaires. Leurs méthodes reposent sur la récréation (concerts, spectacles, promenades), l’instruction prolongée (cours variés) et la coopération.

  • 9 Aimot, « Pour l’éducation populaire », Le Réveil du Rhône, 1er octobre 1936.

5Formule souple, les amicales ont présenté des visages différents selon les régions, les besoins locaux, les choix des militants. Elles ont donné naissance, seules ou avec d’autres, à la mutualité scolaire et aux pastorales forestières (Ain, Ardèche). Elles se sont surtout mobilisées pendant des décennies pour poursuivre l’œuvre de l’école. Au moment même où le terme de la scolarité est fixé à 14 ans, sous le Front populaire, elles sont toujours sollicitées pour compléter l’œuvre scolaire9, même si elles ne sont plus les seules à se voir reconnues dans le champ du postscolaire.

Une mobilisation des élites républicaines urbaines

  • 10 Bador, Bulletin de la Fédération des Œuvres laïques d’éducation scolaires et post-scolaires du Rhôn (...)

6L’appel de Léon Bourgeois tombe à Lyon sur un terrain fertile. L’amicale de la rue Jacquard, à la Croix-Rousse, s’était constituée l’année précédente. Elle est suivie d’une trentaine de créations et, en 1897, Georges Aveyron, directeur de l’école annexe à l’Ecole normale d’instituteurs, les regroupe en une fédération, qui, en mai 1899, organise un premier congrès régional de plus de 300 sociétés10. Les « petites A » lyonnaises acquièrent ainsi leur première visibilité.

  • 11 E. Petit, De l’École à la Cité, op. cit.
  • 12 Gérard Cholvy « Les organisations de jeunesse d’inspiration chrétienne ou juive (XIXe-XXe siècles)  (...)

7Tout aussi précoce que Lyon, Roubaix dispose aussi d’une fédération en 1897. En 1910, au Havre, le premier congrès national des amicales accueille 2 000 délégués représentant 1 100 petites A, venus de France et d’Algérie. Les délégations de Lyon, de Saint-Étienne et d’Amiens sont particulièrement nombreuses11. Le pays compte alors 6 000 associations encadrant un million de jeunes filles et jeunes gens. Même si ce chiffre paraît insuffisant à Édouard Petit, qui déplore que cinq millions d’anciens élèves leur échappent encore, il révèle la forte capacité de mobilisation du milieu laïque, qui a su répondre aux offensives catholiques des lendemains de la laïcisation de l’école publique12.

  • 13 D’après ses propos rapportés dans Henri Bessège, Herriot parmi nous, Paris, Magnard, 1960.
  • 14 Bulletin de la Fédération…, n° 173, février 1948.

8L’arrivée d’Édouard Herriot à la mairie, en 1905, ne peut que conforter l’action des intellectuels laïques, dont il est un représentant à l’éloquence remarquée. Ancien enfant de chœur, il a découvert l’esprit de liberté à l’Ecole normale supérieure13, théâtre des affrontements entre « talas » et « antitalas ». Reçu premier à l’agrégation de lettres et nommé au lycée Ampère de Lyon en 1894, l’année de l’appel du Congrès de Nantes, il participe immédiatement à la vie des amicales comme conférencier14 et marque ainsi sa volonté de promotion de la culture.

  • 15 Bulletin de la Fédération…, n° 170, février 1938.
  • 16 Bulletin de la Fédération…, n° 173, février 1948 et D. Dessertine, B. Maradan, L’Âge d’or des patro (...)
  • 17 Véronique Julliard, Autour de l’école. Étude des associations périscolaires et de la politique scol (...)

9Un noyau solide de militants animent les œuvres laïques dont les instituteurs forment le gros des troupes. Claude Bador, tisseur devenu instituteur, appuie pendant quarante-deux ans la fédération des œuvres laïques qu’il transforme en un auxiliaire puissant d’éducation populaire. Eugène Roux, fondateur de l’amicale de Cusset, à Villeurbanne, un des dirigeants influents du mouvement laïque, défend en même temps les « anormaux et arriérés » et dirige l’Institution des sourds-muets de 1929 à sa mort en 193815. Beaucoup sont engagés dans des responsabilités électives : l’éducation laïque est aussi affaire politique. Vermare, professeur d’enseignement primaire supérieur, compagnon d’Herriot et de Bador, est premier vice-président du conseil général au lendemain de la guerre et futur député radical socialiste du Rhône. Des dynasties demanderaient à être identifiées. Le premier Décorps est, pendant de longues années de l’entre-deux-guerres, secrétaire adjoint du président de la Fédération des œuvres laïques d’éducation et son fils Georges en devient président au lendemain de la seconde guerre mondiale16. La fédération reste ainsi durablement aux mains des mêmes personnages. Eugène Aimot, qui succède à Claude Bador en 1925, était depuis 1907 membre du bureau fédéral. Il est encore présent en 1947. La mobilisation repose sur les « primaires » fiers de leur investissement, soucieux de capter l’attention et l’intérêt des enseignants du secondaire et du supérieur, et très déférents à l’égard de ceux qui se situent au plus haut palier institutionnel du savoir. Les amicalistes se recrutent aussi parmi les anciens des écoles primaires, qui, devenus adultes, consacrent du temps aux adolescents issus de leur groupe scolaire. Les amicales reposent ainsi sur la bonne volonté d’employés, d’artisans, d’ingénieurs et même d’avoués, restés fidèles à leur école et à leur quartier17.

L’apogée de la fin des années 1920

  • 18 Édouard Petit, Lyon et les œuvres de guerre, La Revue, juillet 1915, p. 221.

10L’élan des deux premières décennies se casse en 1914. Les amicales ont failli disparaître sur les champs de bataille de la Grande Guerre, comme les jeunes hommes qui en étaient les forces vives. Certes elles ont fourni à la République, comme l’école, les soldats qui ont su gagner cette guerre du droit contre la barbarie. Édouard Petit insiste sur l’aide que les œuvres laïques lyonnaises ont fourni aux soldats et aux victimes civiles et militaires. « Comme les écoles, les petites A ont tricoté et tricotent18 ». Néanmoins, au lendemain de la guerre, les amicales sont passablement désorganisées. Des trente-deux amicales fonctionnant à Lyon en 1914, seules dix ont repris leur activité en 1919. La Fédération des œuvres laïques d’éducation scolaire et post-scolaire du Rhône, constituée en 1918, qui a pris la suite de la Fédération des petites A, peine à insuffler une nouvelle énergie. La ville de Lyon est à l’image du mouvement laïque national : désorganisée, la Ligue de l’enseignement traverse, jusqu’en 1925, une longue période d’inertie.

  • 19 Déclaration au conseil municipal du 22 février 1926.

11Peu à peu, le mouvement laïque se reconstitue à l’initiative d’Édouard Herriot, qui fait face au flot montant des jeunes catholiques se manifestant dans de grands défilés de gymnastes. En 1920, il met en place le Groupement départemental de l’enseignement laïque (GDEL), qui réunit les œuvres de l’enfance (patronages, cantines), et les œuvres de l’adolescence (mutuelles, sociétés sportives, amicales) et doit assumer trois missions, organiser toutes les associations laïques de Lyon et du département, devenir un laboratoire d’études de la vie scolaire, péri et post-scolaire et gérer les subventions19. La Fédération des œuvres laïques y est représentée par son président, Claude Bador, président d’honneur, avec Édouard Herriot, et Eugène Aimot, secrétaire général. À partir de 1923, le GDEL édite Le Réveil du Rhône, chargé d’informer et de raviver les forces laïques.

  • 20 Louis Calaferte, Requiem des Innocents, Paris, Julliard, 1952. Aux franges de cette « zone », a été (...)

12Le GDEL fournit l’impulsion qui renforce les amicales. Certaines d’entre elles fusionnent avec des patronages (association Jules Ferry, à la Guillotière), d’autres deviennent mixtes (Saint-Just-Point-du-Jour). Dans la décennie 1920, la vague de création s’est élargie aux filles et aux marges de la ville, en particulier en deux lieux hautement symboliques des marges urbaines lyonnaises défavorisées. À Gerland, le « quartier le plus écorché de la ville, la zone », si chère à Louis Calaferte20, s’ouvre en 1926, l’amicale des anciens élèves de la Mouche. Derrière les voûtes de Perrache, dans ce quartier coupé du centre ville par le passage surélevé du chemin de fer, se fonde l’amicale des anciennes élèves de la rue Smith, doublant celle des garçons qui existait avant 1914.

  • 21 D. Dessertine, B. Maradan, L’Âge d’or des patronages…, op. cit., p. 76.

13L’apogée des amicales se situe à la fin des années 1920, où leur nombre s’élève à une petite trentaine comptant probablement quelque 4 000 membres21. Huit sont consacrées aux filles, dont certaines ont des visées bien affirmées (l’Aiguille scolaire de la Guillotière, etc.) et dix-sept aux garçons. La plupart s’appellent Anciens élèves de… mais existe aussi Les Amis de l’Instruction. La plus importante est l’Association laïque de la Croix-Rousse qui comprend 400 membres et 70 pupilles. Elles recrutent d’autant plus que leur secteur englobe un arrondissement urbain tout entier et non le seul territoire d’un groupe scolaire, ce qui tend à devenir la règle.

De la culture de l’esprit à la culture sportive

  • 22 Bulletin de la Fédération…, n° 152, février 1929.

14Pour les militants de la laïcité, le rôle de la culture est de diffuser l’esprit critique, l’amour de la liberté, et l’accès aux arts. En 1929, la Fédération des œuvres laïques n’organise pas moins de 107 cours chaque semaine dans tout le département22. La diffusion de la culture, du haut vers le bas, se heurte dans les années trente à des revendications venues des pupilles, en faveur du sport, qui désorientent l’encadrement militant mais devant lequel il doit s’incliner.

Tout pour la culture

  • 23 H. Bessège, Herriot parmi nous, op. cit.
  • 24 Bulletin de la Fédération…, n° 152, février 1929.
  • 25 D. Dessertine, B. Maradan, L’Âge d’or des patronages…, op. cit., p. 185.

15Les militants laïques placent très haut la barre de leurs exigences, se montrant fidèles à la formule d’Édouard Herriot : « Il ne faut jamais abaisser son enseignement si l’on parle devant le peuple. La culture agit par son ascendant23 ». La culture commence avec les textes, dont il faut faciliter l’accès. Les laïques sont des gens du Livre, eux aussi ! Aussi les amicales, lancées par la Ligue, commencent-elles, comme celle-ci l’avait fait à Metz à la fin du Second Empire, à promouvoir la lecture. La première amicale de Lyon, à la Croix-Rousse, se constitue autour d’une bibliothèque. En 1929, les bibliothèques de l’ensemble des amicales départementales comprennent plus de 20 000 volumes24. Leurs fonds s’accroissent régulièrement et en 1938, aucune n’a moins de 250 livres, celle des Anciens élèves du VIe arrondissement en compte 3 00025.

  • 26 Bulletin de la Fédération…, n° 168, février 1937, p. 15.

16Les amicales encouragent la maîtrise de l’expression, indispensable à leurs yeux à l’activité des futurs citoyens. Elles entraînent donc à la rédaction, prévoyant que « les jeunes adhérents seront appelés tôt ou tard à participer à la vie des collectivités… Selon les circonstances, ils devront faire un rapport, résumer une discussion, établir un procès-verbal, apporter le compte rendu d’une délégation, d’un congrès, d’une conférence. Ils devront rédiger un ordre du jour ou une motion, transcrire une enquête, etc ». Il faut donc qu’ils sachent mettre en relief l’idée principale, équilibrer les différentes parties de leur texte, tâche difficile pour nombre de jeunes adhérents « qui durent abandonner de bonne heure les bancs de l’école et qui connaissent déjà les réalités, les duretés de l’existence26 ».

  • 27 Bulletin de la Fédération…, n° 141, décembre 1923, p. 10.
  • 28 Jean Zay, Souvenirs et solitude (1904-1944), Editions de l’Aube, 2004 (préface de Pierre Mendès Fra (...)

17Encourager l’expression orale est une autre de leurs tâches. Elles font aborder textes et poèmes dans des exercices de lecture expressive, de diction et d’élocution, et souhaitent obtenir cette « variété de timbre qui est à la fois un charme pour l’auditeur et un repos pour le lecteur27 ». Jean Zay déplorait que cet apprentissage de la parole fît encore trop défaut dans la formation scolaire : « L’écolier apprend à lire, à écrire, à compter, à raisonner, non à parler28 ». Les amicales laïques ont tenté de remédier à cette lacune, par des exercices multiples proposés aux adolescents.

  • 29 Discours de Bador au concours de la Fédération, Bulletin de la Fédération…, n° 137, décembre 1921.
  • 30 Archives municipales de Lyon, 94 Wp 62.
  • 31 Justin Godart, « Discours à l’inauguration du monument Mourguet, 21 avril 1912 », in Laurent Mourgu (...)
  • 32 E. Petit, De l’École à la Cité... op. cit., p. 103.

18Ceux-ci doivent encore faire preuve de bonnes manières. Les amicalistes participent au polissage des mœurs analysé par Norbert Elias. Ils sont choqués par le ton en vigueur dans les premières amicales lyonnaises où l’on chante et l’on acclame des œuvres grivoises. Or « l’école et les organisations qui se réclament d’elle exigent plus de tenue29 ». Le Congrès national de la Ligue de l’enseignement de Lyon en 1902 lance un appel à la vigilance. « Dire que les amicales ne s’écartèrent jamais une seule fois de leurs bonnes résolutions serait excessif » mais les résultats sont estimés satisfaisants par le maire en 1906, qui veille aux bonnes mœurs et interdit « d’une façon absolue » les bals et sauteries dans les dépendances des bâtiments à usage scolaire30 ». Et si Justin Godart, autre passionné de l’éducation du peuple, resté proche de sa ville natale, valorise le personnage de Guignol très largement proposé aux distractions des jeunes Lyonnais, c’est, entre autres, parce qu’il présentait l’avantage de ne jamais offrir de vulgarité à leurs applaudissements, « point d’équivoques scabreuses, point de propos grossiers31 ». Observant l’ensemble de la France, Édouard Petit se réjouit en 1910 des efforts obtenus, les concerts et les spectacles évitent désormais le goût douteux et le comique grossier32.

  • 33 Bulletin de la Fédération…, n° 147, décembre 1926, p. 22.
  • 34 Bulletin de la Fédération…, n° 139, décembre 1922, p. 14.
  • 35 Bulletin de la Fédération…, n° 150, décembre 1928, p. 20.

19L’introduction des jeunes dans le monde de la musique est aussi une grande préoccupation des amicales. Chanter, manifestation très prisée de la jeunesse, et des familles occupait une bonne partie du temps passé dans les amicales. Aussi celles-ci entretiennent-elles ce plaisir en organisant des cours de chants sélectionnés (Berceuse de Mozart33, etc), de chansonnettes (vieilles chansons françaises34, et « chansons simples et faciles pour éviter la scie de café-concert35 »). La musique instrumentale est également très à l’honneur. L’amicale du VIe arrondissement dispose d’une symphonie dès 1906. Cours de piano, de violon, de violoncelle, de flûte, de clarinette, de hautbois, de solfège permettent ainsi, surtout au cours de l’entre-deux guerres, l’accès à la musique de groupes de jeunes gens que leur appartenance au monde populaire destinait à rester à l’écart. Les arts plastiques, eux, ne sont jamais ni enseignés, ni pratiqués, ni même évoqués. Faut-il en déduire que peinture, sculpture sont considérées comme des expressions trop individuelles, et qu’il convient de les laisser à l’écart dans les amicales qui visent, outre la formation citoyenne, le divertissement collectif ?

  • 36 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux XIXe e (...)
  • 37 Bulletin de la Fédération…, n° 137, décembre 1921, p. 2.
  • 38 Bulletin de la Fédération…, n° 170, février 1938, p. 31.

20Les amicales forment aussi leurs adolescents aux compétences ménagères. Aptitudes féminines par excellence en ces temps de retour des femmes à la maison36, le raccommodage, le repassage et la cuisine ne sont pas pour autant uniquement destinés aux jeunes filles. Les amicales ne révolutionnent pas la condition féminine, mais, dans un rééquilibrage des offres, unique en leur temps, elles initient le monde masculin à des savoir-faire dont il est exclu a priori. Certes, Claude Bador assure que les jeunes filles expertes dans ces exercices « peuvent être assurées qu’elles ne resteront pas célibataires37 ». Mais le raccommodage est également proposé aux garçons, ainsi que « la pose d’un écusson, d’un bouton, d’un crochet, d’une boucle ; la façon de faire un ourlet, un surjet sur deux lisières, une boutonnière, une reprise simple sur tricot ; tout autant de choses qui pourront leur être utiles plus tard ». Sous le Front populaire, l’égalité se précise et on insiste sur la nécessité de fréquenter ces trois cours, « car ce sont eux qui doivent former la jeune fille à son superbe rôle de maîtresse de maison, le jeune homme à celui de chef de famille ; en un mot c’est d’eux que sortira l’élite de la jeunesse, le meilleur foyer, l’avenir de la société, et par cela même la plus belle France de demain38 ». Ce mélange d’ambition intellectuelle et de bonne gestion domestique, dans une grande égalité des sexes, est la grande originalité de cet enseignement laïque postscolaire. Dans les amicales, en outre, aucune attention spécifique n’est portée à la morale en tant que telle. L’idée du mal ne les taraude pas. Elles sont porteuses d’une vision paisible du monde de l’adolescence et des rapports de sexe, par ailleurs totalement passés sous silence.

Prudence face aux activités physiques

  • 39 Michel Lagrée, Les origines de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSP (...)
  • 40 D. Dessertine, B. Maradan, L’Âge d’or des patronages…, op. cit., p. 85.

21Les amicalistes répugnent quelque peu à l’éducation du corps. Ils n’abordent qu’avec circonspection ce champ nouveau pour les éducateurs et ils distinguent clairement et en permanence, la gymnastique du sport, privilégiant la première. Au tournant des XIXe et XXe siècles, la catholique Fédération gymnastique et sportive des patronages de France encourage aussi la diffusion de la gymnastique, mais uniquement vers les garçons39. La gymnastique laïque, elle, est égalitaire, et accessible aux filles comme aux garçons. L’Union française des sociétés de gymnastique féminine est fondée à Lyon en 1912, autour de sept sociétés lyonnaises, dont l’Eglantine, rattachée à la Fédération des petites A. Au lendemain de la guerre, la gymnastique se diffuse dans les amicales et dans les patronages laïques. En 1928, par exemple, est fondée la Société d’éducation physique des anciennes élèves du 1er arrondissement. Le « camp » catholique, lui, si brillant pour la gymnastique masculine est ici à la remorque et les premières sociétés féminines catholiques ne sont véritablement reconnues que vers 193840. Inversement, c’est au milieu des garçons que la gymnastique laïque peine à se maintenir. Seule une troupe fédérale des amicales, de haut niveau, parvient à s’imposer et obtient un rayonnement international dans les années trente. Mais la fédération des œuvres laïques, elle, ignore tout de la gymnastique. Elle se limite à diffuser la culture de l’esprit.

22Plus, au lendemain de la première guerre mondiale, la réticence des autorités laïques s’étend au sport. Alors qu’en 1914, la Fédération des petites A encourageait à pratiquer football, course à pied, cyclisme, que l’amicale des anciens élèves des Charpennes implantait le rugby à Villeurbanne, dans les années 1920, le sport est délaissé. Pour les dirigeants laïques, le sport est une des manifestations de la violence. Le président du GDEL déclare qu’il est préférable de s’inspirer de l’exemple d’Athènes que de celui de Sparte et il identifie implicitement le sport à la guerre (Sparte) et les arts à la paix (Athènes). Pourtant au sein des amicales, la demande se fait pressante et l’appel de la Ligue de l’enseignement à Strasbourg en 1927 entraînant la fondation de l’Ufolep (Union des fédérations des œuvres laïques d’éducation physique) permet d’entériner la demande des adolescents. En 1929 quatre amicales à Lyon pratiquent le basket et la fédération intègre un challenge de basket à ses concours annuels.

23Mais les réticences durables ont encouragé des sections sportives à quitter le giron laïque. D’autant que les rencontres avec des équipes catholiques posent aussi problème. Pour clarifier leur position, les dirigeants encouragent la pratique d’un serment, prononcé par la première fois en 1931. L’esprit, la réflexion doivent toujours maîtriser les pulsions libérées par les rencontres sportives. La recherche de la paix est la finalité suprême, ainsi que le dit le texte du serment :

Oui nous nous honorons d’être des sportifs, mais avant d’être des athlètes, nous affirmons solennellement que nous sommes des laïques… Nous répudions l’esprit militariste, revanchard et belliqueux, et nous crions notre amour de la fraternité des peuples. Nous admirons les jeux olympiques qui, s’ils mettent en valeur des performances admirables, sont aussi un moyen éloquent d’entente internationale… Nous jurons d’être les opiniâtres défenseurs de la République. Et si un jour, elle venait à être menacée, nous volerions au combat. Étant les premiers au danger, nous serions les premiers à la victoire.

24La Grande Guerre n’a pas eu pour seule conséquence de porter atteinte à la vitalité des organisations laïques. Les instituteurs, devenus massivement pacifistes, se méfient de la force physique. Le seul combat à mener est celui de la paix et de la défense de la République à laquelle depuis des décennies ils essaient d’arrimer durablement les nouvelles générations.

Cérémonies et divertissements

  • 41 Bulletin de la Fédération…, n ° 168, février 1937.

25Les militants laïques ont très vite perçu l’importance des fêtes dans la vie des jeunes et du pays. Désireux de relayer l’Église, ils mettent en place des cérémonies destinées à magnifier leurs valeurs. La fête civique de la jeunesse, organisée la première fois en 1906, semble avoir été, sous bénéfice d’inventaire, avec la prestation du serment civique, une manifestation unique en France, et vite imitéé41. Grandiose, la fête constitue un rite de passage et d’intégration républicaine d’autant plus solennel qu’il se déroule à l’hôtel de ville. Dans les années trente, la fête civique est doublée de la fête de la jeunesse, qui exalte, elle, la culture physique et la bonne santé. Plus modeste mais nécessitant les efforts de chacun, la distribution des prix annuels est aussi l’occasion de retrouvailles festives, et… discursives.

La fête civique de la jeunesse

  • 42 Olivier Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.
  • 43 A. Thiercé, Histoire de l’adolescence, op. cit., p. 181.
  • 44 Olivier IHL, La Fête républicaine, op. cit., p. 271.

26Dès la fondation de la IIIe République, les enfants commencent à être intégrés dans les célébrations festives. Exaltation de la jeunesse et exaltation de la République vont de pair. Dès 1875, la Société des fêtes d’enfants du pasteur Sabatier-Plantier, à partir de Montauban et Alès, organise la participation d’enfants à la fête nationale du 14 juillet42. À l’initiative des francs-maçons parisiens est instituée en 1896 une fête annuelle de l’adolescence, qui doit combler le vide laissé par l’absence de célébration de la communion solennelle. La municipalité de Paris organise, elle aussi, une fête de l’adolescence en 1899, qui attire au bois de Boulogne quelque 12 000 personnes43. La Ligue, à son tour, lance une fête nationale en 1903. Apparaissent ainsi, étroitement liés, les motifs de la fête : mise en valeur des générations nouvelles, instauration de rites de passage, réjouissances publiques. À Lyon, la fête des écoles, organisée, dès 1871, par Barodet, adjoint au maire, inspirée des pratiques suisse et allemande, était déjà destinée à inscrire l’idée de république dans la tête des enfants44.

  • 45 Bulletin de la Fédération…, n° 137, décembre 1921, p. 3.
  • 46 Procès verbal de la célébration à Lyon de la fête nationale de la Jeunesse et de la séance d’émulat (...)
  • 47 Robert Muchembled, « La fête au cœur. Une approche de la sociabilité septentrionale du XIVe au XXe (...)
  • 48 Bulletin de la Fédération…, n° 173, février 1948.

27La fête civique de la jeunesse, organisée pour la première fois en 1906, est encore plus ambitieuse. Née des projets de Claude Bador, qui en 1904 au Congrès de la Ligue, défend l’idée de fêtes populaires utiles à l’éducation de la jeunesse45, et encouragée Édouard Herriot, élu l’année précédente, elle s’inscrit dans la filiation des fêtes révolutionnaires de la jeunesse des 10 germinal an VI et an VII. Mais elle est beaucoup plus élaborée que ces dernières qui s’étaient limitées à un défilé de fonctionnaires, militaires, instituteurs, professeurs et à une remise de prix accompagnée de discours46. À Lille aussi il n’y avait eu qu’une distribution des prix47. Au XXe siècle, la fête civique de la jeunesse mobilise la jeunesse des amicales autour d’un engagement public et solennel et instaure un cérémonial durable, qui se pérennise jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale48. Elle convainc les plus grands esprits. Ferdinand Buisson déclare en 1922 : « Je ne crois pas avoir souvent éprouvé une émotion plus profonde que celle qui m’a pénétré dans cette fête lyonnaise ; je n’avais jamais vu ce que je viens de voir ».

28La fête se déroule à l’hôtel de ville de Lyon, seul monument public de la ville remontant au XVIIe siècle. Par le choix même du lieu, les organisateurs intègrent les jeunes gens dans un passé, dans une histoire qu’ils les appellent à continuer. Le serment civique évoque « ce vieux palais communal, patrimoine collectif légué par nos laborieux ancêtres » et la formule est reprise encore au lendemain de la seconde guerre mondiale, soulignant combien les militants laïques tiennent à intégrer la petite patrie dans l’histoire collective. Dans les années 1920, vu l’affluence, la fête se déroule à l’Opéra, tout aussi central.

29Assistent à la fête, outre Édouard Herriot, les grands ténors français de la laïcité, de l’université et du monde politique. La première année, en 1906, elle est placée sous la présidence de l’historien Aulard, professeur à la Sorbonne. Elle reçoit outre Ferdinand Buisson, Victor Basch, Albert Bayet aux côtés des autorités académiques et militaires locales, recteurs, inspecteurs généraux de l’lnstruction publique, et des professeurs lyonnais.

30La fête commence par un spectacle qui se veut de grande qualité, avec un ensemble de numéros variés, faisant alterner artistes professionnels et amicalistes. En 1935, par exemple, la fête est placée sous le « signe de Victor Hugo » célébré par l’interprétation de l’Hymne à Victor Hugo de Saint-Saëns, et par quatre poèmes, Le Géant, La Caravane, Lux et L’Avenir, « tenace espoir de la paix, foi en l’humanité, croyance dans le progrès que clame tout à tour le verbe magnifique ». L’introduction musicale de la matinée, l’Ouverture de Sémiramis de Rossini, est interprétée par l’harmonie municipale, ainsi que Les danses norvégiennes de Grieg. L’Initiation au voyage de Duparc est chantée par madame Clémence Roche de l’Opéra de Lyon. Mais à côté de ces interprètes professionnels, se produisent aussi les membres des amicales, qui récitent les poèmes (Léon Bailly, de l’amicale des Anciens élèves des écoles laïques de Montchat), interprètent des chants, (Charles Soix, 1er prix de chant à l’unanimité de la Fédération) ou des danses (fillettes de la section gymnique de la Famille Jean-Macé). Le programme qui comprend 18 interventions différentes est une manière de faire jouer dans la cour des professionnels les amateurs les plus compétents des amicales.

31Le spectacle devient cérémonie avec la prestation du serment civique, moment le plus attendu, immédiatement précédé d’une allocution destinée à la jeune génération qui va s’engager. En 1935, par exemple, Albert Bayet retient deux thèmes, la liberté et la résistance au mur d’argent. En 1937, Marcel Abraham, directeur du cabinet du ministre de l’Éducation nationale, défend l’œuvre entreprise, appelle au travail et évoque longuement l’œuvre de Briand en faveur de la paix. Ces allocutions sont immédiatement suivies d’un morceau symphonique triomphal puisé (années 1935 à 1939) dans Charpentier (Marche du couronnement de la muse), Wagner (Marche de Tannhäuser, Marche des corporations) ou Saint-Saëns (Déjanire : Marche du cortège, Final de la Suite algérienne). On comprend l’émotion qui s’empare d’une assistance qui écoute ensuite debout et en silence la prestation du serment.

32Ce serment, rédigé par Justin Godart en 1904, est relativement bref :

(…) Dans la pleine indépendance de notre conscience (nous prenons) le solennel engagement de toujours obéir aux lois de l’honneur et du devoir que nous dicte la morale laïque, de garder intacte notre dignité personnelle, de ne jamais abdiquer notre liberté de penser, de chercher dans le travail la vraie discipline de notre vie. (…) Nous proclamons notre amour pour notre cité, notre dévouement sans réserve à la France et à la République, notre solidarité avec tous les humains. Notre seule fierté sera d’être actifs, d’être bons, de coopérer de tous nos efforts modestes, mais convaincus, à l’affranchissement du peuple dont nous sommes, par la science, la vérité et la justice.

33Ce serment est prononcé par une ou un amicaliste, au nom de tous les jeunes gens qui l’entourent. Le président de la fédération des œuvres laïques leur demande ensuite « Jurez de ne jamais y être parjure » et tous ensemble, la main levée et à voix haute, déclarent : « Je le jure ». Sur ce dernier « chœur » s’achève la fête. Sans Marseillaise. Dans la sobriété.

  • 49 Le Réveil du Rhône, 1er novembre 1936, p. 12.

34Bien que radiodiffusée par la station de Lyon-PTT49, la fête civique s’essouffle dans les années trente. Si le nombre de jeunes présents a crû régulièrement de 1906 à 1926 (341 participants), il décline ensuite (288 en 1937). Les organisateurs déplorent le manque d’empressement à cette grande réunion. Édouard Herriot lui-même semble bouder la cérémonie. En 1934 il s’en retire au milieu des discours officiels. Dès 1929 le président de la FOL réfléchit, avec Justin Godart, aux améliorations à apporter. Quel discours tenir à la jeunesse ? Face à la crise, beaucoup d’orateurs se sentent mal à l’aise. L’inspecteur de l’enseignement primaire, Barrier, le dit

L’atmosphère n’a-t-elle pas changé ? Suffit-il de dire à cette jeunesse comme autrefois : "Allez printemps de la vie… Entrez joyeux et confiants dans le grand chemin, où il vous suffira, pour être heureux, de vous rappeler les conseils que nous vous avons donnés ; où il vous suffira, pour être des hommes et des femmes dignes de ce nom de rester fidèles à cet enseignement de tolérance et de liberté qui est celui de l’Ecole laïque".

35Crise de confiance dans les valeurs républicaines pour résoudre la crise économique ? Crise du dialogue entre les anciens qui ont traversé la première guerre et sentent venir la seconde ? Mais les discours eux-mêmes ne sont-ils pas trop nombreux et trop longs ? L’esprit n’est pas seul en cause, les méthodes aussi… La fête survit longtemps, mais elle n’est plus la seule à mobiliser massivement. Elle est plus adaptée à la frange de la jeunesse populaire qui est attirée par les activités intellectuelles et artistiques de bon niveau qu’à la masse, qui se retrouve dans d’autres façons de s’exprimer.

Les fêtes de la jeunesse

  • 50 Nous renvoyons pour ce paragraphe aux pages 89-92 de notre ouvrage L’âge d’or des patronages…, op. (...)

36Les manifestations de plein air, que les autorités développent au nom de l’hygiène et de la nécessité de renforcer la « race » française mobilisent très largement50. Édouard Herriot et le professeur Latarjet fondent, en 1921, l’Institut d’éducation physique pour former les professeurs d’éducation physique, ce qui favorise la diffusion de la gymnastique dans la jeunesse. Les responsables des amicales, qui s’étaient heurtés à des forces vives de résistance, en sont soulagés. La gymnastique scolaire les décharge de cette tâche. Édouard Herriot ne se contente pas de faire pratiquer la gymnastique par les enfants des écoles ; il tient à le faire savoir par de grandes manifestations publiques de jeunes, destinés à contrecarrer celle des patronages catholiques. En 1926 se déroule la 48e fête fédérale des sociétés de gymnastique de France regroupant plus de 20 000 gymnastes, qui démontre la valeur de l’éducation physique et la force du mouvement laïque. La mairie désormais joue un rôle central. La cérémonie reprend cette fête chaque année, avec le seul concours des enfants et adolescents lyonnais, qui fournissent quelque 10 000 gymnastes. Les exercices de gymnastique plaident en faveur d’une force pacifique, qui exalte la paix et non la violence sportive. Le stade de Gerland, à Lyon, alors le plus grand de France, devient le théâtre de cette expression pacifique et laïque, d’où émerge la figure de la femme et du garçon de demain, formés par l’école laïque, bien dans leur corps, gracieux et en bonne santé. Ils rivalisent avec les gymnastes des mouvements catholiques qui, eux aussi, se produisent dans ce même stade. La mise en scène de la jeunesse laïque, en plein air, a pris le pas sur la cérémonie fermée, et plus élitiste, de la prestation du serment civique.

La remise de prix annuels

  • 51 Bulletin de la Fédération…, n° 154, janvier 1930.

37Attacher la jeunesse à l’œuvre des amicales passe aussi par l’organisation de concours annuels et d’une distribution solennelle des récompenses, un samedi d’automne au Palais du Conservatoire de musique, sur les quais de Saône, à dix minutes de l’hôtel de ville. Si la fête civique renoue avec les cérémonies révolutionnaires, la remise des prix annuels entretient une des formes traditionnelles de la vie scolaire, mais contribue aussi à la naissance d’un sentiment d’appartenance au quartier, au nom de leur amicale. Chaque année le compte rendu de la cérémonie mobilise quelque trente pages du Bulletin de la fédération des œuvres laïques. Cette démarche fait des émules. En 1929 les fédérations havraise, des départements de la Somme et de la Seine commencent à organiser à leur tour des concours. La fédération de la Loire a l’intention de le faire en 193051. L’expérience lyonnaise a ainsi précédé de quelques décennies d’autres expériences similaires.

  • 52 Bulletin de la Fédération…, n° 147, décembre 1926.

En instituant ses concours annuels, la fédération des Œuvres laïques d’Education n’a pas crée un conservatoire. Elle s’en est toujours défendu. Elle s’en défend encore. Ce que nous avons voulu, c’est créer une émulation de la jeunesse vers des distractions saines, utiles autant qu’agréables. Ni cabotins, ni « café-concert » mais des jeunes gens et des jeunes filles capables de discerner et de choisir ce qui est beau, ce qui élève, ce qui est moralisateur. L’art élève. La banalité, la trivialité abaissent et avilissent52.

Ces propos d’Aimot, à la distribution des récompenses de 1926, rappelle un esprit dont ne s’est jamais départie jamais la fédération.

  • 53 Voir note 10, discours de Bador.
  • 54 Bulletin de la Fédération…, n° 137, décembre 1921, p. 4, n° 154, janvier 1930, p. 1.

38Les concours ont commencé en 1902. Puisque les membres des amicales étaient avides d’organiser entre eux des distractions, de jouer et de devenir spectateurs « nous vîmes bien la nécessité de recruter, dans nos propres rangs, les interprètes dont nous avions besoin53 », de les intégrer à des programmes convenables, de stimuler leur compétence par des concours annuels. Le premier d’entre eux, le concours de diction, auquel participaient treize amicales, fut appuyé par la présence d’Édouard Herriot au jury54. En 1921, à la reprise des activités des amicales, sont organisés des concours de diction, de lecture expressive, d’élocution, de rédaction, de comédie, de chant, de chansonnettes, de piano, flûte, clarinette, mandoline, violon, violoncelle, de cuisine, raccommodage et repassage, de tir et de… boules – tradition populaire lyonnaise oblige. Le solfège est rajouté en 1924. Si les arts plastiques ne figurent pas dans les concours, pas plus que dans les cours, la photographie, elle, apparaît aussi en 1924 comme si la fédération préférait saisir de nouvelles expressions, plutôt qu’encourager les arts plastiques traditionnels.

  • 55 Bulletin de la Fédération…, n° 143, décembre 1924.

39Les candidats sont répartis en deux divisions et reçoivent des premier et deuxième prix, des premier et deuxième accessits. Le nombre de lauréats va croissant : 104 en 1923, 166 en 1924, 238 en 1936 (sur 318 candidats cette année-là). Leurs noms sont publiés dans le Bulletin de la Fédération, permettant aux meilleurs de sortir de l’anonymat. Des prix spéciaux apparaissent en 1924, qui permettent de dégager les excellences. Un bienfaiteur dote un challenge René qui remet chaque année Le Penseur de Rodin à l’association la plus talentueuse. L’amicale Berthelot s’illustre ainsi plusieurs années à partir de 1924. Le prix du Président de la République, obtenu grâce à l’appui du préfet du Rhône, ajoute une récompense à toute une série déjà longue. Mademoiselle Chapot, par exemple, de l’amicale Berthelot, le reçoit en 192455 pour ses talents, éclectiques, en diction et en art culinaire.

40Les jurys, constitués de membres de l’enseignement, primaire supérieur, ou secondaire, d’artistes, comme le peintre Brouillard, présent dans le jury de la photographie en 1924 et de lauréats du Conservatoire, fournissent des comptes rendus extrêmement riches des exercices qu’ils ont eu à juger. Ils témoignent des difficultés d’apprentissage d’adolescents s’exerçant le soir, après leur journée de travail.

  • 56 Le Réveil du Rhône, 1er décembre 1936, p. 19.

41La distribution solennelle est essentiellement composée de discours, parfois très longs, du président du GDEL, de la Fédération des œuvres laïques et d’une autorité lyonnaise invitée, Rosenthal, conservateur des musées de Lyon en 1925, ou le doyen Longchambon de la faculté des Sciences en 1936, etc. Le palmarès énumère tous les jeunes gens récompensés. La cérémonie est sérieuse. Elle met en valeur les talents, elle fédère les énergies, mais elle n’est pas destinée à un vaste public. C’est un rite, non une réjouissance attractive. D’autres manifestations ont dû être plus festives, comme le bal annuel des amicales au Palais d’hiver56, mais les écrits manquent sur ces divertissements au contenu non spécifique. Peut-on, dans une publication, s’attarder longuement sur un bal, quand on est un militant laïque ? Le sujet est-il assez sérieux ? Apparemment, non.

Conclusion

  • 57 Bulletin de la Fédération…, n° 145, décembre 1925, p. 3.

42Les laïques ont-ils été ces grands amuseurs, comme le leur a dit un jour Édouard Herriot, passant leur temps à faire du chant, de la musique et de la comédie57 ? Peut-être, au sein de la vie quotidienne des amicales… Mais ils ont surtout voulu, par l’appel à la réflexion, diffuser une morale de la liberté et de la raison. Ils dissertent plus volontiers sur les choses de l’esprit qu’ils n’encouragent les divertissements. La forme scolaire de beaucoup de leurs manifestations a pu en décourager plus d’un. Il reste qu’ils ont offert un accès à la culture classique à une minorité d’adolescents que leurs aptitudes à la réflexion ou aux arts, leur goût de l’effort intellectuel, attiraient vers des horizons que ne pouvait leur ouvrir leur milieu. L’élite ainsi constituée pouvait servir de ferment social. Ils se sont également adaptés aux nouvelles demandes de culture du corps, d’autant plus qu’elles rejoignaient les impératifs hygiéniques et sanitaires contemporains. Enfin ils ont été un des fers de lance de la culture égalitaire entre garçons et filles. Si leurs discours restent discrets, leurs pratiques, dans ce domaine, sont indéniables.

Notes

1 Essentiellement à partir de sources imprimées (Bulletin de la Fédération des œuvres laïques d’éducation scolaire et post-scolaire et le journal du Groupement de défense de l’enseignement laïque, fondé en 1923, Le Réveil du Rhône) et des archives de trois amicales.

2 Roland Remer, Jean Macé et les origines messines de la Ligue de l’enseignement, Metz, Serpenoise, 2004.

3 Cité dans Georges Weill, Histoire de l’idée laïque en France, Paris, Félix Alcan, 1929.

4 Léon Bourgeois, « Discours prononcé au 13e Congrès de la Ligue de l’enseignement », in L’éducation de la démocratie française, Paris, Cornély, 1897.

5 Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence. D’un âge de classe (1850-1890) à une classe d’âge (1890-1914), Paris, Belin, 1999.

6 Ibid.

7 Édouard Petit, De l’École à la Cité. Études sur l’éducation populaire, Paris, Alcan, 1910.

8 79 % en 1882, 66 % en 1905 et encore 52 % en 1935. Antoine Prost, L’école et la famille dans une société en mutation, op. cit., p. 215.

9 Aimot, « Pour l’éducation populaire », Le Réveil du Rhône, 1er octobre 1936.

10 Bador, Bulletin de la Fédération des Œuvres laïques d’éducation scolaires et post-scolaires du Rhône, n° 152, février 1929, p. 24.

11 E. Petit, De l’École à la Cité, op. cit.

12 Gérard Cholvy « Les organisations de jeunesse d’inspiration chrétienne ou juive (XIXe-XXe siècles) », in Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs. Sociabilité juvénile dans un cadre européen, Paris, Cerf, 1985 et Dominique Dessertine, Bernard Maradan, L’âge d’or des patronages (1919-1939). La socialisation de l’enfance par les loisirs, Vaucresson, CNFE, PJJ, 2001.

13 D’après ses propos rapportés dans Henri Bessège, Herriot parmi nous, Paris, Magnard, 1960.

14 Bulletin de la Fédération…, n° 173, février 1948.

15 Bulletin de la Fédération…, n° 170, février 1938.

16 Bulletin de la Fédération…, n° 173, février 1948 et D. Dessertine, B. Maradan, L’Âge d’or des patronages…, op. cit., p. 229.

17 Véronique Julliard, Autour de l’école. Étude des associations périscolaires et de la politique scolaire municipale à Lyon de 1880 à 1914, mémoire de maîtrise, université Lumière Lyon 2, Centre Pierre-Léon, 1990.

18 Édouard Petit, Lyon et les œuvres de guerre, La Revue, juillet 1915, p. 221.

19 Déclaration au conseil municipal du 22 février 1926.

20 Louis Calaferte, Requiem des Innocents, Paris, Julliard, 1952. Aux franges de cette « zone », a été construite à la fin du XXe siècle l’actuelle Ecole Normale Supérieure…

21 D. Dessertine, B. Maradan, L’Âge d’or des patronages…, op. cit., p. 76.

22 Bulletin de la Fédération…, n° 152, février 1929.

23 H. Bessège, Herriot parmi nous, op. cit.

24 Bulletin de la Fédération…, n° 152, février 1929.

25 D. Dessertine, B. Maradan, L’Âge d’or des patronages…, op. cit., p. 185.

26 Bulletin de la Fédération…, n° 168, février 1937, p. 15.

27 Bulletin de la Fédération…, n° 141, décembre 1923, p. 10.

28 Jean Zay, Souvenirs et solitude (1904-1944), Editions de l’Aube, 2004 (préface de Pierre Mendès France, introduction et notes d’Antoine Prost), p. 352.

29 Discours de Bador au concours de la Fédération, Bulletin de la Fédération…, n° 137, décembre 1921.

30 Archives municipales de Lyon, 94 Wp 62.

31 Justin Godart, « Discours à l’inauguration du monument Mourguet, 21 avril 1912 », in Laurent Mourguet et Guignol, Lyon, A.Rey, 1912, p. 82.

32 E. Petit, De l’École à la Cité... op. cit., p. 103.

33 Bulletin de la Fédération…, n° 147, décembre 1926, p. 22.

34 Bulletin de la Fédération…, n° 139, décembre 1922, p. 14.

35 Bulletin de la Fédération…, n° 150, décembre 1928, p. 20.

36 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux XIXe et XXe siècles, Paris, Odile Jacob, 2002 ; Anne Cova, « Au service de l’Église, de la patrie et de la famille ». Femmes catholiques et maternité sous la IIIe République, Paris, L’Harmattan, 2000.

37 Bulletin de la Fédération…, n° 137, décembre 1921, p. 2.

38 Bulletin de la Fédération…, n° 170, février 1938, p. 31.

39 Michel Lagrée, Les origines de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF), 1898-1914. Du catholicisme social au mouvement de jeunesse, mémoire de maîtrise, université Paris X Nanterre, 1969.

40 D. Dessertine, B. Maradan, L’Âge d’or des patronages…, op. cit., p. 85.

41 Bulletin de la Fédération…, n ° 168, février 1937.

42 Olivier Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

43 A. Thiercé, Histoire de l’adolescence, op. cit., p. 181.

44 Olivier IHL, La Fête républicaine, op. cit., p. 271.

45 Bulletin de la Fédération…, n° 137, décembre 1921, p. 3.

46 Procès verbal de la célébration à Lyon de la fête nationale de la Jeunesse et de la séance d’émulation et de distribution des prix dans l’école d’économie rurale et vétérinaire de Lyon, 10 germinal an VI.

47 Robert Muchembled, « La fête au cœur. Une approche de la sociabilité septentrionale du XIVe au XXe siècle », Revue du Nord, 1987, p. 601.

48 Bulletin de la Fédération…, n° 173, février 1948.

49 Le Réveil du Rhône, 1er novembre 1936, p. 12.

50 Nous renvoyons pour ce paragraphe aux pages 89-92 de notre ouvrage L’âge d’or des patronages…, op. cit.

51 Bulletin de la Fédération…, n° 154, janvier 1930.

52 Bulletin de la Fédération…, n° 147, décembre 1926.

53 Voir note 10, discours de Bador.

54 Bulletin de la Fédération…, n° 137, décembre 1921, p. 4, n° 154, janvier 1930, p. 1.

55 Bulletin de la Fédération…, n° 143, décembre 1924.

56 Le Réveil du Rhône, 1er décembre 1936, p. 19.

57 Bulletin de la Fédération…, n° 145, décembre 1925, p. 3.

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search