Version classiqueVersion mobile

Enfance, santé et société

 | 
Dominique Dessertine

Enfance

La paroisse, le vicaire et les enfants : l’éducation catholique populaire en milieu urbain (1919-1939)

Note de l’éditeur

Article initialement publié dans La Charité en pratique. Chrétiens français et allemands sur le terrain social : XIXe - XXe siècles, Isabelle von Bueltzingslœwen et Denis Pelletier (dir.), Presses universitaires de Strasbourg, 1999, p. 187-197.

Texte intégral

  • 1 Dominique Dessertine, Bernard Maradan, « Les institutions de socialisation des enfants de la ville  (...)
  • 2 Gérard Cholvy (dir.), Le patronage, ghetto ou vivier ?, Paris, Nouvelle Cité, 1988, 368 p. ; Nadine (...)

1Cette communication est largement tributaire d’un rapport de recherche récemment remis à la MIRE1, qui s’interrogeait sur les institutions de socialisation des enfants de la ville durant l’entre-deux-guerres, sur leurs méthodes, leurs animateurs et leurs projets. Nous avons alors découvert l’extraordinaire richesse des œuvres paroissiales destinées à l’enfance au cours de cette période. Les patronages, qui sont au centre de notre étude, n’ont jamais recueilli le même écho que d’autres œuvres apostoliques structurées au niveau national ou international comme le Noël ou la Croisade eucharistique, ils n’en n’ont pas moins concouru à une éducation populaire, tant de l’enfant que de sa famille, tant de l’élève de l’école libre catholique, que de l’élève de l’école laïque. Ils ont contribué à socialiser l’enfant tant au niveau de sa paroisse, de son quartier, de sa ville que de l’Église ou de la Patrie. La mobilisation de toute la paroisse, clercs et laïcs, fait des patronages les premiers maillons d’action catholique. Ces œuvres sont certes modestes mais elles sont profondément enracinées dans le tissu social. Dans ce texte, nous les présentons dans le cadre de l’agglomération lyonnaise (700 000 habitants en 1936), la seconde de France, sachant qu’ils n’ont pas été jusqu’ici l’objet d’une grande attention de la part des historiens. Nous ne pouvons mentionner ici que les travaux de Gérard Cholvy et de Nadine-Josette Chaline2. Pour beaucoup, les patronages sont démodés dans les années 1930. Nous voudrions montrer, au contraire, qu’ils sont très présents dans la vie des enfants citadins au cours de l’entre-deux-guerres et qu’ils témoignent de la souplesse d’adaptation du monde catholique aux mutations contemporaines.

Une source : les bulletins paroissiaux

  • 3 et particulièrement dans le diocèse de Lyon où les archives du Bureau central des œuvres ont été pi (...)
  • 4 Nadine Josette Chaline, Des Catholiques normands..., op.cit.

2Organisations paroissiales souples, les patronages n’ont guère laissé de traces au sein des diocèses3. Mais nous disposons d’une source très riche les concernant, les bulletins paroissiaux, publiés par la plupart des paroisses à partir des années 1900-1910. Ces bulletins d’une quinzaine de pages, qui sont un moyen d’apostolat moderne4, en comptent une à deux, chaque mois, qui rapportent les activités des groupes de jeunesse. Leurs rédacteurs emploient un langage familier et drôle pour s’adresser aux paroissiens et ils ont parfois des trouvailles de style et de ton comme dans la paroisse croix-roussienne de Saint-Denis ou l’abbé se glisse dans le personnage d’« un gone du patro » qui rend compte de ses activités préférées. Ils recourent parfois à des dessins humoristiques pour annoncer les manifestations destinées à l’enfance et à la jeunesse comme à Saint-Louis, à la Guillotière, dont le bulletin est signalé à l’échelon national par Pierre l’Ermite, grand écrivain militant catholique de l’entre-deux guerres, qui lui décerne un prix et remarque en particulier « ses illustrations puisées aux meilleures sources ». La place accordée dans les colonnes des bulletins aux patronages, le style utilisé, sont déjà en soi le signe de l’importance que la hiérarchie accorde à cette « présence » de l’Église auprès des enfants, en dehors du champ scolaire, qui lui était traditionnel, et à destination du plus grand nombre.

Une nouvelle mission pour l’Église

Naissance des patronages

  • 5 « Les organisations de jeunesse d’inspiration chrétienne ou juive, XIXe-XXe siècles », Mouvements d (...)

3Les patronages ont pris racine dans les paroisses de France au moment de la laïcisation de l’État à la fin du XIXe siècle, où l’école publique devient laïque (1882) et où les congrégations sont interdites d’enseignement (1904). Pour conserver un peuple catholique, l’Église choisit de regrouper les enfants hors du temps de l’école pour leur conférer des références chrétiennes. Certes depuis les années 1870 sous l’égide des Conférences St-Vincent-de-Paul, fonctionnaient déjà des patronages mais ils étaient destinés aux jeunes apprentis à qui ils offraient « divers cours professionnels et un lieu de délassement honnête ». En 1877 il y en avait trois à Lyon, placés tous trois sous l’invocation de Notre-Dame. L’éviction de l’Église de l’enseignement public l’engage alors dans la création de patronages d’écoliers qui se multiplient à la fin du siècle. Selon Gérard Cholvy, en 1900 on comptait en France 2 531 patronages catholiques de garçons et 1 827 de filles5. À Lyon à la veille de la première guerre mondiale, toutes les paroisses ont un patronage, au moins pour les garçons.

4Le but des patronages est clair. Ils sont un moyen de maintenir la christianisation de la France menacée par la république radicale, et de reconquérir les populations ouvrières, en particulier sur les marges urbaines. L’œuvre de l’Église en se sens est particulièrement adaptée à la croissance urbaine et aux problèmes de socialisation des enfants des populations nouvellement installées. Elle opère ici une œuvre de mission et pour cela elle met en place une stratégie, mobilise des troupes et met au point des méthodes, tout cela dans un certain empirisme. Si le mot de patronage est devenu aujourd’hui synonyme de groupe d’enfants placés sous une tutuelle un peu mièvre (« pièce de patronage »), il serait anachronique de considérer les patronages de l’entre-deux-guerres avec commisération. Ils ont été le fer de lance de la présence de l’Église au monde moderne et un vivier dans lequel elle a puisé ses forces pour l’Action catholique des années trente, cette action catholique qui avait pour objectif de témoigner de la place des chrétiens dans le monde.

Conquérir la ville nouvelle

  • 6 Archives du diocèse de Lyon, I 317.

5Les patronages sont organisés prioritairement dans les faubourgs en voie d’urbanisation et de structuration religieuse et ceci dès leurs tout débuts. À Lyon deux des trois premiers patronages d’apprentis sont crées dans les faubourgs, au lendemain de leur annexion par la ville en 1852, à la Croix-Rouse et à la Guillotière. Les patronages d’écoliers naissent également de la nécessité pour l’Église de faire naître un noyau de pratiquants dans les marges urbaines en voie d’intégration. À Vaise, le troisième faubourg annexé en 1852, la paroisse de l’Annonciation est créée en 1860, mais avant même que l’église définitive, en dur, soit construite, le curé fait bâtir une salle pour le patronage. La paroisse Ste-Blandine, derrière les « voûtes » de Perrache qui ferment la ville au sud et la séparent d’un no man’s land inquiétant, est dotée d’un patronage dès 18816, alors que l’église elle-même n’est pas achevée. Les faubourgs ont eu en ce domaine de la création des patronages une antériorité qui montre que ce type d’intervention est dirigé essentiellement en direction des milieux populaires nouvellement confrontés à la ville. Dans la plupart des autres paroisses lyonnaises, celles de la presqu’île, qui est alors le centre de la ville, les patronages ne se créent qu’une génération plus tard, dans les années 1900.

  • 7 Pierre Lhande, Le Christ dans la banlieue. Enquête sur la vie religieuse dans les milieux ouvriers (...)
  • 8 R.P. Henry Perroy, Et Jésus voyant la ville pleura, Le Christ dans la banlieue. Œuvre de mission ca (...)

6Ce souci d’agir sur le peuple déchristianisé des banlieues en privilégiant le patronage de ses enfants se maintient au cours de l’entre-deux guerres et la création des associations du « Christ dans la banlieue », certes plus célèbre à Paris7 qu’à Lyon8 (1927), révèlent bien les enjeux que représentent les patronages. Pour le jésuite qui crée l’association lyonnaise – un jésuite s’intéressant à l’éducation du peuple – autant que l’église est fondamentale l’œuvre destinée à l’enfance. Dans la paroisse Saint-Antoine, de Gerland qui est alors la « zone » peuplée de populations violemment anticléricales, le patronage précède non seulement la construction de l’église mais aussi l’ouverture des écoles catholiques.

  • 9 Joseph Folliet, Le père Remillieux, curé de Notre-Dame de St-Alban, le petit prêtre qui avait vainc (...)
  • 10 La Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 1936, 2.

7Tout au long de l’entre-deux-guerres se poursuit ce mouvement qui consiste à promouvoir le patronage avant la réunion des adultes à l’église. avant même l’érection d’une paroise autonome. La paroisse St-Alban est érigée en 1924 mais depuis 1919 avaient été organisés deux patronages dans le quartier9. La première pierre de l’église St-Jacques des États-Unis, dans le 7e arrondissement, est posée en juin 1938 mais catéchisme et patronage de garçons fonctionnaient déjà depuis deux ans dans les locaux d’une école catholique d’apprentissage10. Au-delà de l’œuvre de christianisation, s’engage une démarche d’occupation du temps des loisirs tant il apparaît vite qu’on ne peut meubler avec le seul catéchisme et la pratique d’exercices pieux, le temps libre des enfants, le jeudi ou le dimanche.

Une mission pour tous

  • 11 L’abbé Farjat, vicaire en charge du patronage de la paroisse St-Augustin de 1891 à 1898 (Bulletin d (...)

8Encouragés par les évêques mais de manière discrète, les patronages sont organisés par les curés de paroisses, qui disposent à cet égard d’une grande autonomie. Ils les confient volontiers à de jeunes vicaires, issus du peuple, proches de lui, qui croient en leur mission et qui deviennent les chefs d’orchestre de cette « animation » des enfants. Loin d’être marginale l’action auprès des enfants structurent leur démarche apostolique. Certains se « spécialiseront » ultérieurement dans la prise en charge de garçons difficiles, même de délinquants11. Nous n’avons que quelques portraits de ces prêtres et vicaires dirigeant les patronages. Nous n’apprenons leur existence dans les bulletins paroissiaux qu’à l’occasion de mutations. Ceux qui ont laissé des traces dans les archives (notes nécrologiques) appartiennent à la minorité des figures marquantes. En l’absence de données plus complètes sur ces jeunes vicaires nous devons nous limiter à en évoquer les seules figures les plus connues.

9Pour bien comprendre leur action il faut repérer les différentes générations qui ont eu à prendre en charge les patronages. La première est celle qui ayant été affrontée aux premières lois de la laïcisation de l’État a créé les premiers patronages. La plupart de ses membres décède au début des années trente après avoir organisé « la vie religieuse au patro avec ses cérémonies, ses réunions de congrégation, ses retraites, et ses jeux dans la cour, ses promenades et ses kermesses et ses séances ».

  • 12 Christian Ponson, « La Chronique sociale de Lyon en 1940 », in Xavier de Montclos, Monique Luirard, (...)
  • 13 Préface de Joseph Folliet à Lavarenne (Joseph), Lyon, son visage et son âme, Lyon, Chronique social (...)
  • 14 Monseigneur Etienne-Marie Bornet, Le Père Firmin, Lyon, Chronique sociale de France, 1952, 165 p.
  • 15 Joseph Folliet, Le père Remillieux..., op. cit.

10De la seconde génération, formée juste au début du siècle, certains se rattachent au courant démocrate-chrétien tel qu’il s’exprime dans l’agglomération lyonnaise avec la Chronique sociale. « Par les conférences dans les petits et les grands séminaires, comme par les visites de prêtres » à son siège il n’est sans doute pas exagéré d’affirmer que cette « équipe exerce sur une partie du clergé diocésain une sorte de principat spirituel12 ». Le petit séminaire de Verrières, dans la Loire a constitué un lieu de rencontre fécond pour quelques jeunes séminaristes formés au tout début du siècle : L’abbé Lavarenne13, futur auteur prolixe de pièces de théâtre pour patronages, l’abbé Vallier, animateur de colonie de vacances pour garçons diifficiles, et le père Firmin, créateur de la plus grande association sportive de Lyon au cours de l’entre deux guerres. Les abbés Lavarenne et Firmin sont des anciens du Sillon. Firmin, fils d’un viticulteur républicain et anticlérical, était en outre un ami personnel de Gonin14. Le père Remillieux, qui tente d’organiser dans sa paroisse St-Alban un christianisme non mondain et qui organise très vite patronages et œuvres de jeunesse, est aussi une des grandes figures de la Chronique sociale15.

  • 16 Alain Moreau, François Boursier (1878 - 1944), un prêtre de combat, curé de Villeurbanne, bâtisseur (...)

11Mais on aurait tort de conclure que la démarche de cette génération en direction des enfants est le propre de la frange républicaine et sociale du clergé catholique. Le père Boursier, qui édifia la paroisse Sainte-Thérèse de Villeurbanne, qui fut un prêtre de combat16 et qui centra une grande partie de son apostolat sur les œuvres de jeunesse était, lui d’un profil différent. Dauphinois, il avait été profondément choqué par l’expulsion des Chartreux manu militari et en avait conçu une vive hostilité à la république et à la laïcité. Il fut toute sa vie un grand pourfendeur de la franc-maçonnerie tout en restant profond patriote. Il est fusillé pour fait de résistance le 20 août 1944.

12Ces portraits pour épars qu’ils soient n’en démontrent pas moins que l’entrisme que fait l’Église dans la cause des enfants est un mouvement large et massif, dans lequel se retrouvent tous les courants de sensibilité. Ils mobilise des prêtres mais le clergé régulier y participe aussi : des religieuses se chargent des patronages de filles, sœurs de St-Vincent de Paul, Ursulines ou ordres traditionnellement en charge des providences pour fillettes, comme les sœurs de l’ordre de Jésus-Marie (dans la paroisse Jeanne d’Arc).

  • 17 Bulletin mensuel de la paroisse de l’Annonciation, juin-juillet 1927, février-mars 1931, avril-mai  (...)

13Les laïcs participent eux aussi pleinement à cette démarche. Dès la fin du XIXe siècle, les familles charitables des paroisses se lancent dans cet encadrement post-scolaire des enfants. Leur intervention est surtout très marqué dans les patronages de filles. Parmi de multiples exemples on retiendra celui de la famille d’Auguste Perrut, directeur du très catholique journal Le Salut public dont les huit enfants ont « tous conservé jalousement les précieuses traditions familiales de foi vigoureuse et de dévouement inaltérable à la paroisse ». L’aînée des filles, Jeanne, prend la direction du chœur de chant jusqu’à sa mort en 1916. Gabrielle lui succède et accepte aussi « lors de la néfaste laïcisation combiste », la fonction de directrice de l’externat-école de filles, succédant ainsi aux sœurs St-Charles. Marie-Louise dirige l’ouvroir et crée en 1902 le patronage des filles des écoles libres, dit patronage Jeanne d’Arc, puis celui des filles de l’école communale. Marguerite s’efforce de poursuivre l’œuvre de sa sœur. Toutes, avec leur mère assume, entre 1895 à 1937, le comptoir du buffet des ventes de charité. À la génération suivante, leur nièce, Elisabeth Perrut, prend en charge l’ouvroir, succédant ainsi à sa tante Marie-Louise. « Pour tout dire, la France ne serait bientôt plus la France, si de telles âmes n’avaient plus d’imitatrices : elles sont la ressource des paroisses, l’honneur de l’Église, des trésors pour la Patrie !17 ». Désormais la pastorale privilégie ce type de démarche et des paroissiens "dévoués" se lancent dans cet encadrement de la jeunesse, comme auparavant, ils se seraient consacrés aux malades ou aux pauvres.

  • 18 Témoignage de M. Cogoluenhes, 15 février 1995.

14Pour certaines jeunes paroissiennes, la prise en charge du patronage s’apparente à l’entrée en religion. À St-Louis de la Guillotière, dans les années 1930, le patronage est sous la responsabilité de quatre filles célibataires, toutes nées entre 1895 et 1905, qui, sans avoir prononcé de vœux, forment une petite communauté de laïcs. Trois d’entre elles cohabitent et sont logées gratuitement par la paroisse, dans un local qui, depuis, est devenu la cure. L’une est fille d’officier, son adjointe est fille d’un commerçant du quartier. Seule la quatrième est « externe » mais elle n’habite pas loin des premières18.

  • 19 Bulletin paroissial de St-Denis-La Croix-Rousse, juin 1934.

15Pour d’autres l’encadrement provisoire du patronage est un pemier pas vers la prise de voile. En juin 1934 à Saint-Denis est annoncée la prise de voile d’une ancienne collaboratrice du patronage qui entre au monastère des bénédictines de la Rochette, l’entrée en religion, à la maison-mère des sœurs St-Joseph, de deux anciennes auxiliaires de la colonie de filles, liée au patronage, et l’ordination d’un révérend père, de la congrégation des Pères Blancs, qui est lui-même le frère d’une religieuse qui fut aussi une « si dévouée auxiliaire de patronage de filles19 ».

16Du côté du patronage de garçons, en dehors du rôle des vicaires, il faut souligner aussi le rôle des séminaristes qui viennent encadrer les enfants les jeudis ou les dimanches. La présence de jeunes étudiants, issus des bonnes familles de la paroisse, devient précieuse à la fin des annes 1920, quand la pénurie de jeunes prêtres pose un problème d’encadrement.

Une mission sociale autant que religieuse

17Les patronages paroissiaux rencontrent un tel succès qu’ils stimulent la jalousie et l’ardeur du camp laïque dès les années 1900-1914. Nous n’insisterons pas ici sur la confrontation entre les deux grands groupes spirituels qui se partagent l’influence de la jeunesse française. Mais il est important de souligner qu’il n’y aurait pas eu inquiétude et nécessité d’imiter les patronages catholiques si ceux-ci n’avaient pas rencontré un succès certain auprès des familles. Socialement ils jouent un grand rôle et dans deux domaines au moins ils accompagnent la modernité : ils vont savoir tirer profit de l’engouement contemporain pour le sport et les activités de plein air ; ils vont aussi ouvrir le chemin au grand média qu’est le cinéma, en s’en faisant très précocement les ardents propagandistes.

Du jeu au sport et au grand air

18Certes la méthode essentielle mise en place par les patronages est le jeu comme appât à l’enseignement religieux, le jeu qui distrait en confrontant les caractères, qui apprend la discipline en imposant des règles. Le jeu a une vertu éducative certaine pour l’encadrement du patronage même si souvent le catéchisme est obligatoire pour l’enfant du patronage qui doit participer aux concours diocésains de catéchisme. Mais il n’en reste pas moins vrai que l’on joue beaucoup dans les patronages paroissiaux, l’hiver à des jeux d’intérieur, culbutants, billard, dames, grenouille. L’été on privilégie les jeux de plein air, échasses donnant lieu à des rencontres amicales avec les patronages voisins, croquet, très à la mode dans les années 1930, boules, jeu typiquement lyonnais, spiro, anneaux, toupies et billes. Les parties de football, plus ou moins réglementées structurent encore les après-midi de printemps et d’été. Dans les paroisses qui cultivent le culte des héros de la guerre les patronages privilégient les jeux d’équipes qui se mesurent au drapeau, aux chasseurs avec boucliers. Les équipes sont organisées militairement avec chef, gradés et drapeau.

19Ces jeux conduisent très vite à la pratique de la gymnastique et du sport. La Fédération gymnique et sportive des patronages de France recueille dès avant la première guerre mondiale l’adhésion de quatre puissantes sociétés lyonnaises, la Sainte-Marie du patronage de la Guillotière, l’Union gymnique de Vaise, la Fraternelle d’Oullins et la Patriote de St-Denis, qui se retrouvent également au sein de Union lyonnaise des sociétés de gymnastique présidée par Brac de la Perrière. Restées très patriotiques au lendemain de la guerre, ces sociétés tentent à la fois de développer la culture physique et de contribuer à la préparation militaire. Elles sont très fières quand elles reçoivent l’agrément du ministère de la guerre à ce titre. Leurs résultats sont parfois brillants comme ceux de la Patriote de St-Denis qui non seulement parvient à s’imposer localement avec son équipe de gymnastes classée première de l’Union régionale mais obtient aussi, au niveau national, le titre de champion national d’épée.

  • 20 Propos du biographe du père Firmin Bornet, op. cit., p. 82-83.

20Si les patronages catholiques ont longtemps été les champions de la seule gymnastique, au lendemain de la guerre sensibles à l’engouement des jeunes pour le sport, les curés et vicaires n’hésitent pas à s’engager dans l’organisation d’équipes sportives au moment même où les laïques rechignent à encourager le culte du muscle, qui ne peut se faire, selon eux, qu’au détriment de celui de l’esprit. Pour les catholiques, la discipline du corps conduisant à celle de l’esprit, il n’y a pas d’antinomie entre une éducation chrétienne et la pratique du sport. Au contraire, l’effort physique ne peut qu’être un antidote aux pulsions sexuelles. Certains prêtres avouent n’avoir « aucun préjugé idéologique », contre le sport et estiment qu’il est de leur devoir de refuser « qu’une jeunesse toute matérialisée se précipite dans les stades, de plus en plus nombreux à chaque journée de loisir ». Ils vont donc aller la chercher là où elle est, et « des résultats apostoliques éclosent20 » avec les équipes sportives catholiques. On connaît le succès de l’équipe de football d’Auxerre. À Lyon l’abbé Firmin réussit tout aussi pleinement : le Club sportif - Terreaux qu’il crée et qui dispose d’un journal dès 1931, devient le premier club sportif de la région, avec ses huit équipes de football, ses sept équipes de basket, et ses diverses autres sections. Ainsi, avec souplesse et grâce à son souci d’adaptation à la jeunesse, l’Église s’est trouvée, par abbés interposés, en tête du mouvement sportif dans la région lyonnaise. Ces résultats sont indissociables de sa longue pratique des patronages.

  • 21 Alain Corbin, L’avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995, 471 p.

21Dans un autre domaine elle innove, celui des colonies de vacances. Soucieux de poursuivre leur action pastorale sur les enfants pendant la période des vacances où ils risquent de perdre leur âme en se laissant contaminer, passifs et désœuvrés, par les spectacles de la ville, curés et vicaires se lancent, de manière fort empirique dans l’organisation de colonies. Celles-ci sont conçues comme une récompense pour les meilleurs éléments du patronage et comme un milieu privilégié pour former une élite d’enfants. La colonie doit entraîner à la pratique quotidienne d’exercices religieux, mais elle crée aussi une communauté d’enfants soudés par des liens régulièrement entretenus. Ce sont les enfants de la même paroisse, du même quartier qui se retrouvent plusieurs semaines ensemble. Ils découvrent la force des liens de la vie quotidienne. Ils nouent aussi des liens privilégiés avec un petit coin de campagne qu’ils retrouvent chaque année et auquel ils apportent au delà de l’image de leur paroisse une image de la ville et l’exemple d’une jeunesse catholique sage et disciplinée. Ces échanges villes-campagnes marquent durablement la sensibilité des petits citadins à qui on vante les mérites de la nature et des mœurs rurales. Le souci sanitaire n’est pas absent non plus des visées des organisateurs de colonies en ces temps où chacun se préoccupe d’améliorer la qualité de la « race ». Certes dans les œuvres catholiques les préoccupations hygiénistes et médicales restent secondaires par rapport au projet religieux et social, contrairement à ce qui peut s’observer dans des organisations d’un autre bord idéologique. Les colonies catholiques veulent avant tout entretenir la pratique religieuse. Globalement, d’après leurs organisateurs, les colonies ont atteint leur but. Elles sont parvenues à faire naître un besoin et une demande dans les familles populaires urbaines. Au cours des années 1930 les effectifs d’inscrits ne cessent de s’accroître. Les autorités constatent que la fermeté religieuse y a gagné et que les fidélités à l’Église sont solides parmi les anciens petits colons. Ce que nous voudrions souligner ici c’est qu’au delà de ce succès religieux, l’Église a contribué à faire naître un besoin de grand air, qu’elle a participé au mouvement général de structuration du temps des vacances pour les enfants, à l’émergence d’une culture des loisirs21. Certes elle n’a pas été la seule active dans ce champ de l’éducation de l’enfance et de la jeunesse au plein air. De l’autre côté, chez les laïques, le goût du grand air n’est pas moindre. Mais il est important de souligner que l’Église a su adapter sa pastorale au monde moderne et ne pas rester marginale. Elle a largement stimulé et accompagné le mouvement.

La promotion du théâtre et du cinéma

  • 22 P. Gabillard, « Une pédagogie para-scolaire pendant l’entre-deux-guerres : les pièces de patronage  (...)
  • 23 François de Dainville, L’éducation des jésuites, Paris, Les éditions de Minuit, 1978, p. 473-517
  • 24 Pierre L’Ermite (pseudonyme d’Edmond Loutil), Je regarde ma vie : souvenirs d’un vieux curé de Pari (...)

22En dehors du jeu, la vie au patronage repose sur le théâtre22 et surtout sur le cinéma. Alors qu’on ne parle littérature dans ces œuvres catholiques que pour dénoncer les textes dangereux et corrupteurs, le théâtre, en revanche, y est à l’honneur. Le théâtre que les Jésuites avait développé pour leurs élèves des collèges au XVIIIe siècle23 se diffuse auprès des enfants des milieux populaires. Les archevêques de Lyon, Couillé puis Maurin, tiennent seulement à faire respecter quelques règles en matière de séparation des sexes et de calendrier. Le théâtre est une discipline active et les enfants des patronages sont sollicités autant pour monter sur les planches et jouer que comme spectateurs. Leurs noms sont cités dans les bulletins paroissiaux, leur jeu commenté. Si on a pu reprocher à certaines pièces d’être particulièrement simplistes, il semble qu’il ne faille pas généraliser et qu’à Lyon le répertoire ait été particulièrement varié et souvent de qualité. Certes le prosélytisme et l’appel aux bons sentiments ne sont pas absents des textes joués, mais les auteurs présentent souvent des qualités d’écriture tels Pierre l’Ermite dont le succès est national24 ou l’abbé Lavarennne. En outre les thèmes ont parfois l’ambition de mettre à la portée des enfants des sujets sociaux comme les banlieues ou les dispensaires.

  • 25 Annales de St-Georges, février 1939.
  • 26 L’Appel, avril 1936.
  • 27 Annales de St-Georges, février 1939.

23Comme face au sport qui envahit la jeunesse, curés et vicaires font face au cinéma qui envahit les loisirs des enfants. Les catholiques, avec le pape, se sont vite ralliés au cinéma dont ils ont compris la puissance de séduction sur les populations et qui, contrôlé, pouvait devenir un moyen de moralisation. Plutôt que d’en déplorer le succès, ils ont perçu qu’il était lié à la modernité et qu’ils devaient se saisir de ce moyen de communication pour ne pas voir leur échapper les classes populaires, et le public enfantin. L’Église ne veut plus manquer ses rendez-vous avec la modernité comme elle a perdu le monde ouvrier au XIXe siècle. En 1936, l’encyclique Vigilanti cura sur le cinéma « décrit l’influence profondément moralisatrice des bons films25 » et impose un « mot d’ordre formel. Le Pape fait aux catholiques un devoir de conscience de s’organiser sur le terrain du cinéma et le Saint-Père trace lui-même avec netteté et précision les grandes lignes de l’œuvre à entreprendre. Aucune hésitation n’est posssible dès lors que le Pape a parlé26 ». En 1939 les catholiques français posèdent 400 salles familiales en format standard et 1 200 en format réduit. Ces salles, groupées en associations régionales et fédérées dans la Centrale catholique du cinéma exercent selon eux une heureuse influence sur la production cinématographique27.

  • 28 L’Appel, février 1933.
  • 29 Bulletin paroissial de St-Denis-la-Croix-Rousse, février 1932.

24Au « patro » le cinéma devient très vite un des plus grands centres d’intérêt. L’Église a vu juste : « (Il) attire (les enfants) comme une flamme brillante attire les papillons28 ». Les catholiques le reconnaissent volontiers : pour avoir des enfants à l’église, il faut leur offrir le cinéma. Un bulletin paroissial de St-Etienne s’émerveille d’avoir eu 350 enfants aux vêpres du dimanche après-midi et interroge : « Y en aurait-il eu autant à l’église et aux patronages le dimanche soir si le cinéma ne les attirait pas ?29 »

  • 30 Bulletin mensuel de la paroisse de l’Annonciation, septembre 1932.
  • 31 Bulletin paroissial de St-Denis-la-Croix-Rousse, février 1932.
  • 32 Eugen Weber, La France des années trente. Tourments et perplexités, Paris, Fayard, 1994, p. 96.
  • 33 Thierry Frémaux, « Travelling arrière. III. - Des films et leur "complexe" », Le Monde, 22 décembre (...)

25Dès les années 20, les paroisses les plus « modernes » se lancent dans un équipement en appareils de projection, des « Pathé-Baby » généralement, comme St-Georges dès 1928 ou l’Annonciation à Vaise30. Une des plus dynamiques en ce domaine est sans doute la paroisse St-Denis de la Croix-Rousse qui offre gratuitement le cinéma aux enfants de son patronage, les frais étant payés par le public nombreux qui apprécie la musique de l’orchestre symphonique accompagnant les projections31. Le cinéma parlant faisant fuir les enfants vers les salles privées, la paroisse fait le choix d’un nouvel équipement et dès janvier 1933, elle est en mesure de retenir les jeunes dans ses murs. Quant on songe que le cinéma parlant a été lancé aux États-Unis à la fin de l’année 192732 on voit que les autorités paroissiales croix-roussiennes n’ont pas perdu de temps ! Le succès du cinéma de la paroisse St-Denis est tel que sa salle s’est maintenue jusqu’en 1995, « exceptionnelle survivance » et « exception à la régle impitoyable et planétaire33 » de la disparition des salles de quartier. Ces salles bien équipées attirent de plus en plus d’enfants et font l’objet d’une rude concurrence avec les patronages laïques, mais ceci est une autre histoire...

Conclusion

  • 34 La Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 1921, p. 238.

26La naissance de mouvements comme Cœurs vaillants tend à donner aux groupements d’enfants plus de technicité et une structuration plus forte. Il n’empêche que les patronages ont exercé un très grand attrait tant sur les enfants des milieux populaires que sur leurs familles. Les chiffres de fréquentation sur la ville de Lyon sont éloquents. Dès 1921, alors que les écoles paroissiales comptent quelque 10 000 élèves, les patronages et ouvroirs rassemblent 3 740 enfants34. Si tous leurs « gones » ne sont pas restés fidèles aux pratiques religieuses imposées au patronage, beaucoup y ont découvert le théâtre, se sont passionnés pour le cinéma, ont commencé à s’initier aux premières formes de la civilisation des loisirs, et ont appris à partager avec leurs pairs, dans le cadre d’une vie quotidienne non scolaire, un ensemble de valeurs communes. L’Église a réussi dans ce domaine sinon une acculturation catholique, au moins une acculturation au monde moderne. Elle n’a pas été seule dans cette aventure, mais elle en a été un des acteurs les plus dynamiques et les plus convaincus.

Notes

1 Dominique Dessertine, Bernard Maradan, « Les institutions de socialisation des enfants de la ville », Mission Interministérielle Recherche Expérimentation, Centre Pierre Léon, 1996, 181 p.

2 Gérard Cholvy (dir.), Le patronage, ghetto ou vivier ?, Paris, Nouvelle Cité, 1988, 368 p. ; Nadine-Josette Chaline, Des Catholiques normands sous la IIIe République. Crises, combats, renouveaux, Le Coteau, Horvath, 1985, 375 p.

3 et particulièrement dans le diocèse de Lyon où les archives du Bureau central des œuvres ont été pilonnées il y a une trentaine d’années.

4 Nadine Josette Chaline, Des Catholiques normands..., op.cit.

5 « Les organisations de jeunesse d’inspiration chrétienne ou juive, XIXe-XXe siècles », Mouvements de jeunesse chrétiens et juifs. Sociabilité juvénile dans un cadre européen (1799-1968), Paris, éditions du Cerf, 1985, 432 p.

6 Archives du diocèse de Lyon, I 317.

7 Pierre Lhande, Le Christ dans la banlieue. Enquête sur la vie religieuse dans les milieux ouvriers de la banlieue de Paris, Paris, Plon, 19e édition, 1930, 279 p. et Le Dieu qui bouge, Paris, Plon, 1930, 250 p.

8 R.P. Henry Perroy, Et Jésus voyant la ville pleura, Le Christ dans la banlieue. Œuvre de mission catholique dans l’agglomération lyonnaise commencée en 1927, Lyon, 1931.

9 Joseph Folliet, Le père Remillieux, curé de Notre-Dame de St-Alban, le petit prêtre qui avait vaincu l’argent, Lyon, Chronique sociale de France, 1962, 291 p.

10 La Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 1936, 2.

11 L’abbé Farjat, vicaire en charge du patronage de la paroisse St-Augustin de 1891 à 1898 (Bulletin de St-Augustin, mai-juin 1941), devient aumônier à Sacuny (Dominique Dessertine, La Société lyonnaise pour le sauvetage de l’enfance. Face à l’enfance en danger, un siècle d’expérience de l’internat et du placement familial, Toulouse, Erès, 1990, 218 p.)

12 Christian Ponson, « La Chronique sociale de Lyon en 1940 », in Xavier de Montclos, Monique Luirard, François Delpech, Pierre Bolle, Églises et chrétiens dans la seconde guerre mondiale, actes du colloque de Grenoble, PUL, 1978, p. 25.

13 Préface de Joseph Folliet à Lavarenne (Joseph), Lyon, son visage et son âme, Lyon, Chronique sociale de France, sans date (1950 ?), 38 p.

14 Monseigneur Etienne-Marie Bornet, Le Père Firmin, Lyon, Chronique sociale de France, 1952, 165 p.

15 Joseph Folliet, Le père Remillieux..., op. cit.

16 Alain Moreau, François Boursier (1878 - 1944), un prêtre de combat, curé de Villeurbanne, bâtisseur et « apôtre de l’idée de Résistance », mémoire de maîtrise, Université Lyon 3, 1991, 516 p.

17 Bulletin mensuel de la paroisse de l’Annonciation, juin-juillet 1927, février-mars 1931, avril-mai 1938.

18 Témoignage de M. Cogoluenhes, 15 février 1995.

19 Bulletin paroissial de St-Denis-La Croix-Rousse, juin 1934.

20 Propos du biographe du père Firmin Bornet, op. cit., p. 82-83.

21 Alain Corbin, L’avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995, 471 p.

22 P. Gabillard, « Une pédagogie para-scolaire pendant l’entre-deux-guerres : les pièces de patronage », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, tome 97, n° 1, 1990, p. 59- 79.

23 François de Dainville, L’éducation des jésuites, Paris, Les éditions de Minuit, 1978, p. 473-517

24 Pierre L’Ermite (pseudonyme d’Edmond Loutil), Je regarde ma vie : souvenirs d’un vieux curé de Paris, Paris, Le Centurion, 1955, 169 p.

25 Annales de St-Georges, février 1939.

26 L’Appel, avril 1936.

27 Annales de St-Georges, février 1939.

28 L’Appel, février 1933.

29 Bulletin paroissial de St-Denis-la-Croix-Rousse, février 1932.

30 Bulletin mensuel de la paroisse de l’Annonciation, septembre 1932.

31 Bulletin paroissial de St-Denis-la-Croix-Rousse, février 1932.

32 Eugen Weber, La France des années trente. Tourments et perplexités, Paris, Fayard, 1994, p. 96.

33 Thierry Frémaux, « Travelling arrière. III. - Des films et leur "complexe" », Le Monde, 22 décembre 1995 (édition Rhône -Alpes).

34 La Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 1921, p. 238.

© LARHRA, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search